Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Conclusion

Texte intégral

Les Tanzîmât ouvrent une nouvelle ère, modifiant les attributions de l’État dans la société. Ils inaugurent de nouvelles relations entre gouvernants et gouvernés et conduisent à la prééminence de l’État nation au 20e siècle. La promotion des écoles civiles et militaires, d’une armée nouvelle, notamment, favorisent l’émergence de nouvelles identités. Après l’abolition du corps des janissaires en 1826, l’armée ottomane est en pleine redéfinition et l’identité ottomane, en recréation.

La politique de centralisation porta ses fruits dans l’armée ottomane, réalisant un organigramme complet d’une institution réformée. L’enrôlement des régions exemptées était toujours présenté au sultan comme une demande émanant du local, alors qu’il s’agissait d’un rapport de force changeant. Les autorités étatiques devaient, suivant la tradition ottomane, négocier avec les notables et les chefs tribaux pour trouver un compromis.

Les réformes successives parachèvent la centralisation de l’armée, non sans devoir affronter des résistances. Le réformisme militaire ottoman part du « centre », de l’armée régulière, il s’étend peu à peu à la « périphérie » et annexe dans ce processus les troupes auxiliaires. Le « centre » se ramifie ainsi, canalise et capte à son profit les ressources humaines du territoire impérial. Dans cet espace militaire à géométrie variable, on passe d’une confrontation possible à l’incorporation et donc à la consolidation de l’État1. Partant des espaces du « centre » où l’organisation de l’armée moderne est fonctionnelle, et par un arsenal de mesures appropriées à chaque province, coûte que coûte, le gouvernement mène une politique constante d’intégration des « espaces de la périphérie ».

À partir de 1908, l’organisation de l’armée n’est plus communautaire et les bases d’une armée nationale sont posées. Les réformes militaires « Jeunes-Turques » de 1908 ébauchent une harmonisation – du point de vue du recrutement – au sein de l’armée qui sera parachevée sous la République. Elles sonnent le glas des particularismes et donnent une impulsion supplémentaire à la politique de centralisation et d’acculturation. Les formations irrégulières sont de plus en plus encadrées surtout à partir de la « révolution Jeune-Turque » de 1908, pour entrer dans une phase transitoire vers l’intégration dans l’armée régulière, qui était prévue en 1914 pour les hamîdiye, par exemple.

L’ordre nouveau devient de plus en plus prégnant et par strates successives pose les jalons de la présence de l’État. Mais, les réformes n’ont pu réaliser la territorialisation de la totalité de l’Empire ; ce sera une cause de faiblesse et d’échec éprouvés lors de la Première Guerre mondiale. Certaines provinces et notamment les provinces de la péninsule arabique n’étaient plus acquises à l’Empire. D’où une scission au sein de l’Empire ottoman qui ouvrit la brèche à son éclatement.

Les relations entre l’État et les individus changent. L’appareil de l’État investit les provinces et les districts avec son réseau d’écoles militaires, ses corps d’armée régulière dans chaque province, avec la garde sédentaire et ses exercices qui rassemblent les soldats dans de petites localités. En un mot, l’État et l’armée s’imposent dans la vie quotidienne des hommes de l’Empire.

Les pouvoirs locaux militaires de la périphérie évoluèrent progressivement vers une intégration dans l’armée régulière ottomane. De nouvelles identités émergèrent, celle du militaire du nizâm : officier diplômé [mektepli] – formé dans les nouvelles écoles militaires – ou sorti du rang [alaylı] – ancien officier formé sur le tas – et soldat conscrit. La conscription contribue au phénomène d’individuation, en établissant une relation directe entre l’individu et l’État et supprimant l’interface de la communauté. Les anciennes identités des forces « traditionnelles » locales prennent des formes « modernes ». La nouvelle armée mise en place par Mahmud II acquiert une identité plus musulmane qu’elle conserva pendant tout le 19e siècle.

Le phénomène de subordination du développement scientifique et technique aux besoins de l’armée eut pour conséquence la faible diffusion des sciences modernes dans la société. Dans la première moitié du 19e siècle, l’enseignement des disciplines scientifiques modernes était l’exclusivité des écoles militaires. La transmission de ces connaissances avait pour objectif d’améliorer intrinsèquement les performances de l’armée dans les domaines de l’artillerie, des fortifications ou de la construction navale. Ce n’est qu’en 1884 que fut ouverte une école du génie civil. La contribution des militaires à la science et à l’éducation participa aussi aux fondations intellectuelles de la nation turque moderne.

Les officiers instruits étaient une élite peu nombreuse, ce qui leur a conféré un statut très particulier dans la société. Les écoles fonctionnèrent comme un ascenseur social et la plupart d’entre eux était issue du peuple, ce qui est spécifique. Naturellement cadres de l’armée, ils avaient aussi vocation à occuper des postes de cadres civils. D’où la place très particulière qu’occupe l’armée dans la société turque. Elle est considérée comme un corps d’excellence et d’élite en matière de formation, détentrice de savoirs pionniers. À l’époque hamidienne, les militaires occupaient des postes d’administrateurs dans les provinces et ce mouvement ne fit que s’accroître après 1908 car les militaires furent les acteurs de cette « révolution ». En effet, on rencontra alors plus de militaires dans l’administration qu’auparavant. Il n’y avait pas d’étanchéité entre sphère militaire et civile.

Ces officiers ne se sont plus positionnés en des termes d’allégeance inconditionnelle à un souverain, mais à un Empire. La survie de l’État éternel ottoman [devleti ebed müddet] devint leur priorité. Formés dans un esprit de corps, ils mirent leur professionnalisme au service de l’Empire. Il est à noter que le Comité Union et Progrès fut fondé au sein de l’école de médecine militaire d’Istanbul, puis se diffusa progressivement dans l’Empire, à commencer par les écoles supérieures d’Istanbul : l’Académie militaire, l’Académie navale et certains centres devinrent très actifs tels ceux de Selânik et de Manastır.

À la fin du 19e siècle, les écoles militaires permirent aussi l’ottomanisation de leurs élèves, ce qui était une avancée énorme en matière d’acculturation, car la langue maternelle des jeunes de certaines provinces n’était pas le turc (école des tribus). Leurs carrières et leurs séjours à Istanbul sont aussi des indicateurs de leur degré d’acculturation. L’armée ottomane, certainement plus que l’administration, de par la discipline qu’elle maintenait en ses rangs et ses missions, faisait régner un esprit de corps.

De cette diversité se détache la figure brillante des officiers diplômés, polyvalents de par leurs compétences spéciales : tant dans l’armée, dans l’administration des provinces, que dans l’enseignement – comme le premier ministre de l’éducation par exemple. Ils contribuent aussi au mouvement des idées et aux nouveaux débats : tel Süleyman Paşa qui fut le précurseur du concept du Turquisme dès les années 1860. Leur engagement en faveur de la réforme politique est aussi très fort et ils sont impliqués, au premier chef, avec les intellectuels civils dans le processus de changement. Ainsi, les officiers formés à l’époque hamidienne – Jeunes-Turcs de la révolution de 1908 – sont aussi les bâtisseurs des États-nation qui succèdent à l’Empire ottoman dans les Balkans et au Moyen-Orient.

On assiste à une situation inédite dans l’Empire ottoman où la pluralité des contestations dans l’armée se conjugue. En effet, à cet égard, il n’y a pas une ligne de démarcation statutaire entre officiers et soldats. L’arbitraire hamidien frappe à tous les niveaux : tant les officiers que les soldats. Tous sont blessés dans leur rapport au pouvoir hamidien. Les soldats sont généralement gardés bien plus longtemps sous les drapeaux que les dispositions règlementaires ne prévoient, à cause de soulèvements aux quatre coins de l’Empire. En effet, après le congrès de Berlin, l’Empire ne connut qu’une guerre en 1897. De nombreux problèmes s’ensuivent : les salaires des officiers ne sont pas payés pendant des mois, les soldats ne peuvent pas entretenir leurs familles et l’ensemble de la population en subit les conséquences. L’obligation de servir ne pesant que sur l’élément musulman jusqu’en 1909, les tensions entre communautés musulmane et non-musulmanes en sont aussi avivées.

Les revendications des soldats n’étaient pas d’ordre politique, mais ils ont participé, à des niveaux plus modestes mais aussi cruciaux, aux côtés des officiers, animés d’un projet de société, à la dynamique de changement dans l’armée et dans la société ottomane.

Les pouvoirs locaux militaires des provinces éloignées évoluèrent vers une intégration dans l’armée ottomane. La « première génération » des hamîdiye recrutés parmi les tribus kurdes fournit les cadres de régiments tribaux. Les fils des chefs de tribus furent scolarisés à l’école des tribus ou des écoles locales. Ceux qui montèrent à la capitale, tel le fils d’İbrahim Paşa (Millî), pour étudier à l’école de guerre intégrèrent l’armée régulière et contribuèrent à asseoir l’institution militaire dans leur région.2. C’est grâce à leur scolarisation et à leurs diplômes que cette « seconde génération » se trouva propulsée à de très hauts postes de responsabilités dans les États successeurs de l’Empire ottoman.

L’effectivité des réformes est significative puisque l’institution militaire évolua. L’armée qui était d’abord un « outil » pour la défense de l’Empire devint à l’époque des Jeunes-Turcs – et grâce aux réformes de la période précédente – un « outil » » de modernisation de la société.

Le militarisme et le maintien de l’intégrité et de l’unité de l’Empire étaient deux moteurs puissants chez les Jeunes-Turcs. C’est pourquoi ils ont été des acteurs de transformations durables dans l’Empire, telle la « révolution Jeune-Turque » (1908) qui posa les bases d’une armée nationale, mettant fin à son organisation communautaire. Cette « révolution Jeune-Turque » était l’aboutissement des réformes militaires des Tanzîmât au 19e siècle et portait en elle les germes de la « révolution kémaliste ». De ce fait, l’adoption des sciences de l’Occident a participé au phénomène qui a conduit les élites de la Turquie à « se penser en Europe ».

À partir de 1908, la question de l’armée et de son rôle dans la politique est très prégnante. On assiste à une surenchère permanente, alimentée par la pression des guerres – de Tripolitaine et balkaniques. Les Paşa qui veulent tenir l’armée en dehors de la politique sont victimes de règlements de compte et éliminés physiquement (Nazim Paşa et Mahmud Şevket Paşa) ou marginalisés, tels Mustafa Kemal Paşa et Fevzi Çakmak Paşa. Mais ils rebondissent après la Première Guerre mondiale, lorsque le clan d’Enver est en déroute après la défaite et qu’on assiste à une sorte de vacance du pouvoir. L’Anatolie est occupée par les forces alliées et le démembrement de l’Empire est consacré par le Traité de Sèvres (10 août 1920). Mustafa Kemal prend alors la tête du mouvement de libération nationale qui lui confèrera une nouvelle forme de légitimité. Les victoires kémalistes permirent l’ouverture de nouvelles négociations qui débouchèrent sur le Traité de Lausanne (24 juillet 1923).

Les mutations institutionnelles de la jeune république de Turquie se produisirent en trois temps, par l’abolition du sultanat en 1922, la proclamation de la république de Turquie en 1923 et l’abolition du khalifat en 1924. Puis, on adopta un programme de réformes radicales destiné à produire un nouvel État-nation turc coupé de son passé ottoman. Dans la Turquie contemporaine, l’armée est investie d’une mission originale et particulière qui dépasse le rôle traditionnel de défense de la patrie. En effet, à l’issue de la guerre d’indépendance, l’armée de libération nationale « victorieuse » s’est muée en une armée républicaine nationale et laïque. Dans la constitution de 1928, la laïcité est devenue un principe de droit positif turc, garantie aussi par le règlement intérieur des forces armées turques. Bannie de la politique, l’armée n’en est pas moins une épée de Damoclès au-dessus des partis. À partir des années 1960, l’armée fut appelée à défendre les principes du régime républicain laïque par les civils au pouvoir et y répondit par trois coups d’État et demi. Ce qui prouve que les civils la considéraient encore comme la gardienne du système, « dans la tradition ottomane », tendance lentement évanescente.

Notes

1 K. Barkey, Bandits and Bureaucrats: The Ottoman Route to State Centralization, Ithaca, Cornell Univ. Press, 1994, p. 3.

2 Toutefois, en 1925, il quitta le fief familial de Viranşehir – qui se trouvait alors en Turquie – pour s’installer dans le Nord de la Syrie et devint ultérieurement député du parlement syrien Cf. R. Roded,. cit.. 69.

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search