Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Troisième partie. Armée et politique au début du 20e siècle

Chapitre 7 : L’aile militaire jeune-turque au pouvoir (1913-1914)

Texte intégral

  • 199 M. Gencer, Jöntürk Modernizmi ve « Alman Ruhu », Istanbul, İletişim, Istanbul, 2003, p. 40.

1Jusqu’en 1913, les Jeunes-Turcs avaient l’espoir de pouvoir vivre de nouveau dans les frontières de l’Empire ottoman établies lors du Congrès de Berlin en 1878. L’idéologie officielle du Comité Union et Progrès était alors l’ottomanisme. Mais ils évoluèrent progressivement vers une identité plus musulmane, voire nationaliste turque199.

2Les guerres balkaniques avaient profondément démoralisé les Jeunes-Turcs. C’est pourquoi, la guerre apparaissait le seul moyen de récupérer les territoires perdus. Pour parvenir à leur but, ils ne voyaient de salut que dans le nationalisme turc et la modernisation. Le triumvirat Enver, Talat, Cemâl dirigeait le pays. Enver réussit une extraordinaire ascension et eut la main haute sur les affaires militaires à compter du début de l’année 1914.

1 – L’armée prend le pouvoir

3Dans cette période troublée et de désillusions, l’aile dure du Comité Union et Progrès s’affirme et nourrit une véritable stratégie de prise du pouvoir qui s’avère payante. Coûte que coûte, elle écarte ceux qui ne veulent pas de la politique dans l’armée et se comporte de manière autoritaire.

L’attaque de la Sublime Porte [Bâb-ı’Âlî baskını]

4Ce coup d’État dirigé par Enver amena Mahmud Şevket Paşa au pouvoir, le 23 janvier 1913. Peu avant ces événements, Enver était animé de l’esprit suivant :

  • 200 Le 11 janvier 1913, in Ş. Hanioğlu (prép. à publ.), Kendi mektuplarında Enver Paşa, op. cit., p. 20 (...)

... « Une réaction vers l’ancien régime n’est pas à craindre, seulement on finira par nous déshonorer complètement – alors à quoi bon sert être bon patriote ou soldat ! Non, non je veux nager contre le courant ou me laisser périr dans le gouffre. Ne me blâmez pas si je viens écrire au moment où mon pays se trouve près de l’abîme »...200

  • 201 Dès la fin du mois de janvier 1913, il apparut certain que ce putsch était l’oeuvre de Tal’ât et d’ (...)
  • 202 Beaucoup d’officiers déplorèrent le meurtre du ministre de la Guerre, dont ils vantaient la nobless (...)

5L’opposition ne se privait pas d’accuser le gouvernement de laxisme en acceptant qu’Edirne soit abandonnée aux Bulgares et militait pour la résistance. Un détachement de soldats se rendit à la Sublime Porte, dans la salle du Conseil des ministres et, l’arme à la main, Enver contraignit Kâmil Paşa à démissionner. Ce détachement était dirigé par le général Cemâl Paşa et le lieutenant-colonel Enver Bey avec une dizaine d’officiers201. Lors de ces événements, le ministre de la Guerre, Nazim Paşa, fut assassiné202. Ce putsch mit fin à un intermède libéral de six mois.

  • 203 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 559 du 25 janvier 1913.
  • 204 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 560 du 30 janvier 1913.

6Vers deux heures, le 23 janvier 1913, une manifestation se dirigea vers la Sublime Porte pour protester contre l’abandon d’Edirne. Parmi les manifestants, se trouvaient quelques officiers et un assez grand nombre de softa. Ce putsch ramena les Unionistes au pouvoir qui s’y maintinrent jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale203. Mahmud Şevket Paşa, nommé grand vizir et ministre de la Guerre, rappela autour de lui tous ses anciens collaborateurs, éloignant tous ceux qui avaient des liens avec le parti de la Ligue204.

7Edirne était pour les Unionistes une question d’honneur national. Cemâl Bey s’exprimait ainsi :

  • 205 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 559 du 25 janvier 1913.

... « Il fallait agir : et il était grand temps de le faire pour éviter l’effusion de flots de sang. Nous sentions qu’il devenait impossible de tenir le peuple, qui ne veut pas qu’Edirne soit abandonné et l’armée, qui veut venger son honneur et prendre sa revanche. Il fallait jeter à bas le cabinet et c’est ce que nous avons voulu faire, pas autre chose... Nous ne consentirons à la paix que si nous conservons Edirne. Tant que la Turquie a une armée, et qui peut encore se battre, elle ne peut pas consentir à la perte de sa deuxième capitale. Nous la garderons démantelée, s’il le faut ; nous pouvons encore consentir à cela ; mais nous la garderons. Sinon, à la grâce de Dieu ! Que risquons-nous ? Le démembrement général ? J’en conviens. Mais ne nous attend-il pas d’ici quelques années, si la nouvelle frontière de Thrace nous échappe déjà, pour ainsi dire, d’Europe. Nous mourrons quelques années plus tôt, voilà tout »205.

8Il déclarait aussi :

  • 206 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 563 du 7 février 1913.

... « Nous ne pouvons pas céder Edirne ; si nous voulons le garder ce n’est pas à cause de considérations stratégiques ; avec la nouvelle frontière, il ne faut plus en parler ; mais c’est que nous ne pouvons pas le perdre, sans perdre en même temps l’honneur ; car après Edirne, ce sera demain, après-demain peut-être, le tour de Constantinople. Il faut qu’à un moment nous disions non. Ce moment est arrivé. En résistant aux prétentions bulgares, nous rendons à la nation le sentiment de son existence, et surexcitons son instinct de conservation (sic) par l’abandon d’Edirne, elle s’abandonnerait elle-même – mais si la place succombe ? Eh bien, nous ne céderons pas tout de même ! Les Bulgares prendraient Constantinople, ils passeraient en Asie, conquerraient Damas, Alep, Konya, Baghdad, et nous ne serions plus qu’une quinzaine à Bassorah (sic) que nous ne consentirions pas à l’abandon d’Edirne ! »206.

9Si ces propos relèvent de la métaphore hyperbolique, ils étaient cependant significatifs de l’état d’esprit qui régnait dans les sphères dirigeantes jeunes turques. Froid et résolu, Cemâl concluait ainsi :

  • 207 Ibid.

« Avec Fethî à l’armée de Gallipoli et Enver au 10e corps, on peut tout espérer »207.

10Effectivement, ces passions étaient nourries d’espoir, d’une « revanche sentimentale », pleine de témérité. On aimerait bien savoir, par exemple, comment un dernier carré d’une quinzaine d’hommes à Basrah pourrait entraver la chute d’Edirne. Figures de style et esprit revanchard exprimaient une blessure insupportable, un outrage sans précédent à l’honneur national, qu’il fallait à tout prix laver.

  • 208 L’Allemagne qui était redevenue la conseillère attitrée du gouvernement jeune-turc ne cessait de lu (...)
  • 209 Des rumeurs faisaient état que les volontaires circassiens [çerkes] et lazes (Nazim Paşa était d’or (...)

11Quant à Enver, il estimait que l’armée faisait un front commun pour la défense d’Edirne et que le sort des armes leur serait favorable. À l’opposé de Cemâl, il envisageait une offensive et la prise immédiate d’Edirne208. Lors de l’enterrement de Nazim Paşa209, il tint les propos suivants :

  • 210 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 559 du 25 janvier 1913.

... « Ne croyez pas que l’armée soit divisée à l’heure actuelle. Sur la question d’Edirne, elle n’a qu’une seule opinion. Certes, il y a toujours des officiers unionistes et des officiers de la Ligue. Mais il ne s’agit pas en ce moment d’une question de parti ; il s’agit d’une question nationale... Notre armée est dix fois meilleure en ce moment qu’au début des hostilités. Elle sera mieux commandée d’abord ; nous allons renouveler son haut commandement. Et puis maintenant, tous nos hommes sont aguerris et instruits. Ils ont tous au moins tiré quarante cartouches. Nous avons des munitions plus qu’il n’en faut. Et, cette fois, nos hommes ne mourront pas de faim... »210.

  • 211 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 570 du 27 février 1913.

12Toutefois, l’armée n’était point un bloc monolithique derrière les revendications du Comité. Deux courants d’opinion se dessinaient parmi les officiers. Le premier, des Unionistes outranciers, proclamaient que l’Empire n’était pas pressé, qu’il continuerait la lutte indéfiniment et qu’ils escomptaient une conflagration européenne généralisée. Le second estimait que le pays n’avait rien à gagner dans la guerre, qu’on ne pourrait reprendre Edirne, et que ce n’était pas la peine de tuer Nazim Paşa et encore tant d’hommes pour rien. L’honneur était satisfait, mieux valait donc conclure la paix. Mais le gouvernement issu du coup d’État du 23 janvier 1913 ne pouvait se résoudre à abandonner Edirne211.

  • 212 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, annexe au rapport n° 573 du 24 mars 1913.

13Des voix discordantes s’élevaient. Le Comité d’action du corps des officiers adressa un communiqué officiel au ministre de la Guerre, lui reprochant de se déclarer prêt à accepter la paix à des conditions plus désavantageuses que le cabinet précédent, de n’avoir pas engagé une enquête relative à l’assassinat de Nazim Paşa, et le sommaient de se retirer212.

14Armée et politique conjuguaient dans leurs mains des pouvoirs concomitants. Les militaires étaient au pouvoir et étaient devenus des décideurs politiques. Mais ils ne faisaient pas l’unanimité parmi l’armée. Leurs décisions étaient considérées, avant tout comme politiques et ne suscitaient pas la discipline militaire. Un équilibre était rompu par cette confusion des pouvoirs et des genres, portant en lui deux caractères majeurs : la prédominance de l’armée dans l’arène politique et son corollaire, l’infiltration de la politique dans les sphères militaires. La neutralité de cette institution était révolue et son unité était menacée. La réflexion d’un officier à cet égard est éclairante :

  • 213 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 570 du 27 février 1913.

« Notre armée est à jamais victime de la politique. Ce sont nos généraux politiciens et nos héros de la liberté qui nous ont amenés au point où nous en sommes. Nous ne pouvons plus échapper au sort qui nous attend. Il n’y a pas que des haines, il y a du sang entre nous ! »213.

  • 214 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 571 du 12 mars 1913.
  • 215 Les communiqués officiels faisaient état de six officiers « ententistes » et d’une dizaine d’unioni (...)
  • 216 À la suite d’une enquête, il apparut qu’un groupement s’était constitué en mouvement révolutionnair (...)
  • 217 Ibid. L’armée de Çatalca était agitée depuis le début de l’année 1913. Le bruit s’était répandu, qu (...)

15Une forme d’anarchie régnait dans l’armée et dans l’État, générée par des complots permanents. Les Unionistes étaient prêts à renverser le gouvernement s’il venait à céder et les Ententistes complotaient pour reprendre le pouvoir. Les uns en appelaient au coup d’État tout de suite, avant le déshonneur de la cession d’Edirne214. Les Unionistes exilaient leurs adversaires ententistes à Erzincan, par exemple215. La discipline n’était plus ce qu’elle était. Le ministre de la Guerre et Cemâl Bey multipliaient les circulaires pour faire rejoindre l’armée aux officiers qui s’y refusaient. Ceux que l’autorité militaire avait rattrapés étaient traduits devant la cour martiale216. Talat Bey se rendit en cachette, le 26 février, aux Dardannelles, pour calmer l’excitation des officiers de l’armée et de la flotte qui étaient agitées217.

La fin des guerres balkaniques et la réorganisation de l’armée

16Quelques jours après l’attaque de la Sublime Porte, les négociations sont rompues à la conférence de Londres. Le 3 février, les Bulgares reprennent les bombardements sur Edirne et Çatalca. Ainsi fut close la première guerre balkanique.

  • 218 P. Dumont, « La mort d’un empire (1908-1923) », op. cit., p. 609.

17Les Turcs réussirent à passer à l’offensive, mais sans grand résultat. Janina fut prise par les Grecs, le 6 mars et Edirne dut se rendre le 28 mars. Puis, à la mi-avril, les Monténégrins occupèrent Scutari d’Albanie. Les négociations reprirent à Londres à la fin du mois de mai. Le 30 mai 1913 vit la signature d’un traité dépossédant l’Empire de tous ses territoires européens, à l’exception d’une mince bande autour d’Istanbul218.

  • 219 P. Dumont, « La mort d’un empire (1908-1923) », op. cit., p. 610-611.

18Dans les Balkans, alors que le traité de Londres était signé, les ex-membres de la coalition balkanique se déchiraient pour se partager les territoires conquis. Tous étaient mécontents et à la fin du mois de juin 1913, les Bulgares, outrés de voir leurs gains territoriaux contestés de toutes parts, lancèrent l’offensive contre la Serbie et la Grèce, leurs anciens alliés. Cette seconde guerre des Balkans fut bien plus brève que la première, ne durant qu’une quinzaine de jours. La Bulgarie fut défaite et l’Empire ottoman, passant à l’offensive, reprit Edirne, la ville symbole, le 22 juillet 1913. la paix fut renégociée et le traité de Bucarest (10 août 1913), complété par d’autres accords, consigna un nouveau découpage territorial des Balkans. Par sa part, l’Empire ottoman se vit confirmer la possession d’Edirne et des territoires situés à l’Est de la Maritza (traité turco-bulgare du 29 septembre 1913). L’Empire ottoman, amputé de la plupart de ses territoires européens, subissait un rude choc. Mais il était tempéré par la reprise d’Edirne et de la Thrace orientale219.

  • 220 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 598 du 26 mars 1913

19Lors de la première guerre balkanique, on commençait à poser les bases de la réorganisation de l’armée ottomane, mais elle ne fut mise à exécution qu’au lendemain de la guerre. Inspirée du système des armées française et allemande, la nouvelle organisation devenait régionale et on avait décidé d’abandonner la réserve [redîf]. L’Anatolie serait divisée en régions correspondant à un corps d’armée, où stationneraient les unités actives qui y puiseraient leurs ressources et leurs hommes de complément pour la mobilisation. Le nombre des corps d’armée devait être revu à la baisse, car la pénurie des cadres – en officiers et sous-officiers – pas plus que les ressources actuelles de l’Empire ne permettaient d’entretenir les 14 corps d’armée et des 3 divisions indépendantes de l’armée d’active [nizâm]220.

  • 221 S.H. A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 624 du 3 août 1913.

20La nouvelle loi de recrutement prévoyait que la durée de l’armée active serait inchangée : 3 ans, 6 ans et 9 ans. Mais le temps de service dans la territoriale [mustahfiz] était porté de 2 à 7 ans. Les réservistes [redîf] ne seraient plus des divisions indépendantes des commandements d’armée. Ce service d’encadrement serait confié à des officiers spéciaux221.

21L’inspecteur [müsteşar] Fuad Paşa préconisait un service militaire régional et le présentait de la manière suivante :

  • 222 Ibid.

« Il y a une chose que nous ne pouvons nier, c’est que le service militaire est devenu odieux à nos concitoyens, parce qu’on a abusé des convocations et parce qu’ils ne veulent plus aller faire leur service militaire dans des régions éloignées et dont le climat est meurtrier pour eux. Il faut que le service militaire soit régional. Leur patrie, c’est leur région et il est vain de compter sur le patriotisme de ces hommes simples et ignorants quand on les envoie en Syrie ou Arménie défendre la Thrace »222.

  • 223 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 636 du 31 août 1913.

22Cette proposition fut retenue et les recrues accompliraient en temps de paix leur service militaire dans l’inspection militaire de leur région. Au cas où le gouvernement donnerait l’ordre de renforcer les garnisons frontalières, tous devraient s’y soumettre. Seuls les soldats en partance pour le Hicaz, le Yémen, l’Asîr et le Nedj seraient choisis proportionnellement parmi le contingent de tout l’Empire223.

  • 224 80 % officiers auraient été anti-unionistes. Cf. S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 642 d (...)
  • 225 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 642 du 21 septembre 1913.

23Après la seconde guerre balkanique, le mécontentement était général dans l’armée, tant parmi les soldats – qui n’aspiraient qu’à rentrer chez eux – que parmi les officiers, qui l’exprimaient publiquement. Beaucoup d’officiers devenaient hostiles aux Unionistes224. Ils reprochaient à Talat, Enver et Cemâl de se conduire en véritables tyrans. Le mécontentement atteignait aussi le ministre de la Guerre, Ahmet İzzet Paşa – homme pourtant respecté dans l’armée – et son intérimaire, Mahmud Paşa. L’armée était l’un des problèmes les plus difficiles auxquels était confronté le gouvernement225.

L’assassinat de Mahmud Şevket Paşa

  • 226 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 610 du 21 juin 1913.
  • 227 P. Dumont, « La mort d’un empire (1908-1923) », op. cit., pp. 609-610.

24Le 11 juin, quelques jours après la signature du Traité de Londres (30 mai 1913), dépossédant l’Empire de tous ses territoires européens à l’exception d’une mince bande autour d’Istanbul, Mahmud Şevket Paşa fut assassiné en pleine rue à sa sortie du ministère de la Guerre. L’Entente libérale, dirigée par Kâmil Paşa, préparait un « contre coup d’État » depuis quelques temps et cherchait à prendre sa revanche sur le coup de force qui avait remis au pouvoir les Unionistes quelques mois plus tôt. La participation de l’armée au complot semblait indéniable, mais jusqu’où allait-elle226 ? La répression fut terrible. Seize personnalités furent condamnées à mort, dont Salih Paşa, un neveu par alliance du sultan et le prince Sabahaddîn, par contumace227. Le Comité prit de nombreuses mesures pour assurer sa position : proclamation de l’état de siège, arrestation des membres de l’opposition en vue, fermeture des organes de presse suspects.

  • 228 P. Dumont, « La mort d’un empire (1908-1923) », op. cit., p. 610.

25Saïd Halîm Paşa, un des petits-fils du Khédive d’Égypte Muhammad Alî et membre du Comité, fut nommé grand vizir. Quant au poste de ministre de la Guerre, il fut confié à Ahmet İzzet Paşa qui jouissait d’un prestige important dans l’armée ottomane. Mais il n’était pas un unioniste et était un fervent défenseur de la hiérarchie militaire et de l’armée en dehors de la politique. Cette nomination intervint probablement faute d’un senior du Comité Union et Progrès. Plusieurs autres Unionistes reçurent des portefeuilles ministériels. En pratique, tous les partis d’opposition étaient réduits au silence. L’Empire ottoman s’était doté d’un régime dictatorial228.

Une nouvelle mission militaire allemande

  • 229 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 646 du 29 novembre 1913.
  • 230 Ibid.

26La venue de la mission militaire allemande était généralement vue d’un bon œil. Les officiers turcs attendaient d’elle une autorité qui pourrait s’imposer à tous et réorganiser profondément l’armée. L’armée allemande jouissait toujours d’un grand prestige. La responsabilité des derniers désastres n’était pas imputée aux instructeurs allemands, mais aux Ottomans, qui ne les avaient pas écoutés. C’est pourquoi, on envisageait de leur donner des pouvoirs plus étendus229. Toutefois, un petit nombre d’officiers désabusés pensaient que cette mission ne serait pas plus effective que les précédentes, parce qu’elle se heurterait au manque de discipline. S’agissait-il d’une réforme de façade230 ?

  • 231 Il était accompagné par le colonel Bronsat von Schellendorf, le colonel Weber, le major von Feldman (...)
  • 232 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 692 du 1° mars 1914.

27Le général Liman von Sanders arriva en Turquie le 13 décembre 1913, accompagné de 10 officiers de la mission231. Puis, le flot des officiers allemands en poste dans l’Empire continua à grossir. Au début de l’année 1914, 7 nouveaux officiers les avaient rejoints232. La mission devait se composer d’une quarantaine d’officiers, y compris ceux qui étaient déjà en poste dans l’armée ottomane. Elle était sous les ordres du général Liman von Sanders, qui reçut le grade de général de division de première classe [birinci ferîk] et dépendait directement du ministère de la Guerre. Il devait être le commandant du 1er corps d’armée d’Istanbul.

  • 233 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 646 du 29 novembre 1913.
  • 234 On peut avancer deux exemples : le lieutenant Bentheim qu’Enver avait pris comme officier d’ordonna (...)

28En outre, il devenait membre du conseil supérieur des affaires militaires [Şûrâ-i ‘askeriye] et dirigerait l’instruction générale dans l’armée. La plupart des officiers appartiendraient aux cadres de ce corps d’armée qui deviendrait un corps d’armée modèle. Certains officiers occuperaient des postes spéciaux à l’État-major général, dans les écoles et en province233. Par ailleurs, un certain nombre d’officiers allemands entraient dans l’armée ottomane après avoir abandonné leur nationalité. Ils n’appartenaient pas à la mission, soit parce que son effectif ne le permettait pas – faute de ressources financières – ou parce qu’ils ne pouvaient y prétendre ayant été exclus de l’armée allemande234.

29Lors de l’arrivée de la mission, des projets de réduction étaient à l’ordre du jour. Le nombre de divisions devait passer de 43 à 36, qui seraient réparties en 13 corps d’armée.

  • 235 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 650 du 1° décembre 1913.

Les nouveaux corps d’armée235.

corps

centre

nb. de divisions

I

Constantinople

1° et 2° à Constantinople 3° à Çatalca

II

Edirne

2 à Edirne 1 à Kırkkilise

III

Gallipoli

3

IV

Izmir

3

V

Ankara

4 dont 1 à Rodosto

VI

Halep

2

VII

Yémen

3

VIII

Damas

2

IX

Erzurum

3

X

Erzincan

3

XI

Van

3

XII

Musul

2

XIII

Baghdad

2

  • 236 Ibid.
  • 237 Ibid.

30Décidée depuis longtemps, la suppression des divisions de réservistes [redîf] allait avoir lieu. Le territoire serait désormais divisé en régions de corps d’armée, qui fourniraient chacune au corps d’armée d’active correspondant ses hommes de complément, et mettraient aussi sur pied un certain nombre d’unités de réserve, en cas de mobilisation236. Une nouvelle loi de recrutement en préparation remettait en cause toute l’assiette territoriale de l’armée ottomane237.

  • 238 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 678 du 25 janvier 1914.
  • 239 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 710 du 7 avril 1914.

31Le chef de la mission militaire, Liman von Sanders, ne jouissait pas d’un grand prestige dans l’armée ottomane. On le trouvait trop distant, trop inabordable. Un général s’était plaint d’avoir dû lui demander une audience – ce qui était contraire aux habitudes turques – et avoir dû attendre longtemps238. Les filles de Liman von Sanders avaient fait l’objet d’incidents – commentés de manière très défavorable par les Turcs. Ils débouchèrent sur une sorte de mini-crise et on parlait même du renvoi de Liman von Sanders à l’automne 1913239.

  • 240 La Russie présenta de violentes réclamations politiques, arguant que la liberté des détroits était (...)
  • 241 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 668 du 12 janvier 1914.
  • 242 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 646 du 29 novembre 1913.
  • 243 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 668 du 12 janvier 1914.

32L’attribution du commandement du 1er corps d’armée à un officier supérieur étranger souleva un tollé parmi les représentations diplomatiques étrangères. La Russie notamment s’insurgea contre cette mesure et fit des pressions pour qu’on l’abandonne240. Enver Paşa estimait que le 1er corps d’armée pouvait être un corps d’armée modèle, tout en étant commandé par un général turc, à condition qu’il fût secondé par un chef d’État-major allemand241. Le général Liman von Sanders devait exercer la vice-présidence du conseil supérieur de Guerre, attribution autrement plus importante que celle du commandement du 1er corps d’armée242. L’affaire fut résolue en supprimant le conseil supérieur de Guerre et Liman von Sanders se trouva ainsi déchargé de deux de ses principales attributions243.

  • 244 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 678 du 25 janvier 1914.
  • 245 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 695 du 19 mars 1914.

33Liman von Sanders fut promu maréchal et le commandement du 1er corps d’armée confié au colonel d’État-major Nurî Bey. On attribua à Liman von Sanders la direction de la mission militaire allemande et l’inspection des écoles militaires244. Petit à petit, les Allemands renforçaient leur influence et imposaient leur culture. Tous les officiers de l’école militaire de Pangaltı devraient suivre très assidûment les cours d’allemand. Ceux dont le niveau d’allemand était trop faible étaient menacés d’une affectation en province. L’allemand était devenu obligatoire comme l’était auparavant le français245.

2 – Les chemins de la guerre

34Les Jeunes-Turcs, pour protéger l’intégrité de l’Empire ottoman, prônèrent la militarisation de la société. Leur ferveur nationaliste les conduisit aussi à un interventionnisme dans le domaine économique. Cette orientation, sensible dès 1908, se traduisit notamment par des préparatifs de guerre qui les menèrent à une alliance avec l’Allemagne.

La militarisation de la société

  • 246 Vazife ve mes’uliyet : ’asker, publié au Caire en 1906.
  • 247 Y. Aktar, 1985, vol. 2, p. 518-530
  • 248 Z. Toprak, 1985, vol. 2, p. 531-536

35« La Nation en armes » conçue par von der Goltz fit des émules chez les Jeunes-Turcs. Il traduisit son ouvrage en turc « Millet-i Musallaha » qui avait eu un grand retentissement dans toute l’Europe. À cet égard, Ahmed Rıza, l’un des grands penseurs du parti Jeune-Turc, était convaincu du rôle indispensable que l’armée aurait à jouer. L’Empire ottoman se devait d’être un État militaire. Il écrivit plusieurs ouvrages dans ce sens, prônant le rôle salvateur de l’armée, considérée comme une élite, exaltant les vertus d’un patriotisme naissant qu’il fallait diffuser parmi toutes les strates de la population sans distinction de race ou de religion. Il préconisait une Nation armée et une forme d’État militaire dans son opuscule intitulé « Devoir et responsabilité du soldat »246. Le coup d’État du 23 janvier 1913 qui amena Mahmud Şevket Paşa au pouvoir marqua la prise du pouvoir par les militaires. Après les guerres balkaniques, ces principes furent mis en œuvre. On assista alors à une militarisation de la société avec la création d’organisations paramilitaires, allant jusqu’à « enrégimenter » les écoliers. En effet, la jeunesse fut embrigadée dans les écoles après 1908 et particulièrement dans toutes les grandes écoles en dehors de l’école de Guerre, l’école de sciences politiques [mülkiye] et l’université [Dâr-ül-fünun]247. Les organisations paramilitaires furent créées à l’initiative du Comité Union et Progrès pour la défense de la patrie, telle l’Association de la défense nationale [Müdâfa-i Milliye Cemiyeti]. Créée en 1913, l’association de la Force turque [Türk Gücü Cemiyeti], s’inspirait quant à elle des organisations de scouts de l’allemand Pfadfinder. Elles dispensaient à la fois des activités sportives mais aussi une éducation et des entraînements militaires. Sur le plan idéologique, elles prônaient le turquisme. Elles reçurent l’appui du ministère de la Guerre dans leur entreprise. En 1914, elles furent remplacées par les associations de la force ottomane [Osmanlı Güç dernekleri], organisation des milices de jeunesse supervisée par l’allemand von Hoff248.

  • 249 F. Georgeon, 1990, p. 595
  • 250 P. Dumont et F. Georgeon, 1990, p. 612-613

36Le Comité Union et Progrès cherchait aussi à encadrer et à mobiliser les masses. Il organisa de grands meetings et ouvrit de vastes souscriptions populaires notamment pour l’achat de nouveaux bateaux de guerre. Il usa de boycotts contre les produits en provenance d’Autriche après l’annexion de la Bosnie-Herzégovine (octobre 1908), puis contre les Italiens lors de l’invasion de la Tripolitaine (191 1). En filigrane, se profilait l’idée de créer une « économie nationale » [millî iktisâd]249. Il s’agissait du volet économique d’un nationalisme en plein essor, qui, là aussi, suivait l’exemple allemand. Alors que la bourgeoisie ottomane était composée essentiellement de minoritaires, favoriser l’émergence d’une bourgeoisie turque dans l’État ottoman lui permettrait de maîtriser les rouages de son économie. Peu avant le début de la Première Guerre mondiale, le gouvernement édicta une loi sur l’encouragement de l’industrie prévoyant une série de mesures en faveur des producteurs indigènes et notamment un accès prioritaire aux commandes de l’État250.

Enver aux commandes

  • 251 On avait proposé à Ahmed İzzet Paşa, vu ses origines albanaises d’être le candidat ottoman à la roy (...)
  • 252 Aydemir, Enver Paşa, II, p. 438. Il cite İsmet İnönü, un témoin proche d’Enver qui le connaissait d (...)
  • 253 Aydemir, Enver Paşa, II, p. 430.
  • 254 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 661 du 3 janvier 1914.
  • 255 Aydemir, Enver Paşa, II, p. 434.

37Le ministre de la Guerre Ahmed İzzet Paşa fut contraint à une « démission forcée ». Après moultes intrigues251, le Comité réussit à imposer Enver Bey à ce poste. Certes, Enver avait tiré un nouveau prestige de la reprise d’Edirne en juillet 1913 et certains l’appelaient même « le second conquérant d’Edirne »252. Promu colonel [miralay] le 18 décembre 1913, puis nommé général le 1er janvier 1914253, quelques jours auparavant, cette nomination suscita la surprise254. Trois jours plus tard, il se proclamait chef d’État-major général des armées [Genelkurmay Başkanı]. Ainsi, à l’âge de 34 ans, Enver Bey devint Enver Paşa et l’armée était entre ses mains. Aussi curieux que cela puisse paraître, le sultan apprit cette promotion par voie de presse255. Les préparatifs du mariage d’Enver avec une nièce du sultan purent alors commencer. En même temps, Cemâl prit deux grades, devint Paşa, puis fut nommé ministre de la Marine.

  • 256 Aydemir, Enver Paşa, II, p. 433.

38La première préoccupation d’Enver fut la réforme de l’armée et d’étoffer la mission militaire allemande256. Il aspirait à la création d’un noyau dur et fort dans l’armée qu’il exprimait ainsi :

  • 257 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 682 du 28 janvier 1914.

« Mon but est de créer une armée petite, mais forte pour conserver notre pays contre nos petits voisins qui ne pensent pas à se rassasier »257.

39Peu après sa nomination, Enver procéda à des mises à la retraite systématiques : 25 généraux de division sur 27, ainsi que 40 généraux de brigade en firent les frais. On se débarrassait ainsi de tous ceux qui n’avaient pas fait allégeance au Comité Union et Progrès ou étaient suspects. Cette mesure fut prise avec habileté, en invoquant l’intérêt supérieur de l’armée, la nécessité du rajeunissement des cadres... Malgré tout cela, la plupart des officiers approuvaient le coup de force d’Enver.

  • 258 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 670 du 12 janvier 1914.

« Il fallait en venir là ; puisque les vieux n’ont pu rien faire de bon, espérons que les jeunes sauront mieux faire », disaient-ils258.

  • 259 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 719 du 9 août 1914.

40À la marine, Cemâl Paşa avait fait de même. Il élimina les officiers qu’il jugeait incapables et mit à la retraite le contre-amiral Rüstem Paşa, inspecteur [müsteşar] du département. Il renouvela d’une année le contrat de l’amiral Lympus Paşa, ainsi que ceux des officiers anglais. Soucieux de l’instruction, Cemâl Paşa envoya une mission de 15 officiers de marine en Angleterre. La plupart devait faire partie des équipages du « Reşâdiye » et du « Sultan Osman ». Les réparations des grosses unités étaient en route et Cemâl avait donné l’ordre de les achever le 9 juillet 1914259.

  • 260 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 670 du 12 janvier 1914.

41Enver avait nommé ses hommes – des Unionistes avérés – au commandement des corps d’armée et de divisions. Ceux qui avaient une grande notoriété, sans faire partir de son cercle, furent affectés à des postes éloignés. Tels, les colonels Alî Rıza Bey (Balıkesir), Halîl Bey (Alep), İhsan Bey (Muş), etc. Certains refusèrent leur poste, tel Mahmud Muhtar Paşa. Affecté à Erzincan, il était victime de la lutte menée par son père, Gâzî Ahmed Muhtar Paşa, contre les Unionistes sous son grand vizirat260.

  • 261 Azîz Alî al-Misri (1880-1965) est né au Caire. En 1898, diplômé de l’école de Galatasaray, il entra (...)
  • 262 Le haut-commissaire anglais Lord Kitchener intervint personnellement en sa faveur. Azîz avait des a (...)

42À ces mesures, s’ajoutaient des procès qui étaient perçus comme des règlements de compte. L’arrestation du commandant Azîz Bey, d’origine circassienne261, souleva l’émoi dans l’armée où il était très populaire. Officier très intelligent, toujours sur la brèche en Macédoine, avant la « révolution de 1908 », il avait participé à la répression au Yémen, puis à la campagne de Tripolitaine sur le front de Derne. Lorsqu’il rentra à Istanbul en 1913, il refusa une affectation à Konya. Le 28 octobre 1913, il était l’un des membres fondateurs de la société secrète al-‘Ahd [L’union] d’officiers arabes de l’armée ottomane. Elle réussit à mobiliser autour d’elle puisque 315 des 490 officiers arabes de l’armée ottomane y adhérèrent. Il fut donc à l’origine d’un courant nationaliste arabe pour lequel il continua à militer262.

  • 263 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 711 du 7 avril 1914.
  • 264 Fondée officiellement le 5 août 1914, Teşkilat-ı Mahsusa [L’organisation spéciale] fut initiée par (...)

43Il démissionna la 20 janvier 1914 et fut arrêté peu après. Lors de son arrestation, on lui reprocha des négociations avec les Italiens et la disparition d’une somme de 6 000 L.T. qui lui avait été envoyée pour l’entretien des troupes qu’il commandait. Les chefs d’accusation semblaient invraisemblables à tout le monde, vu le patriotisme, la grande fortune et le passé d’Azîz Bey263. Mais il avait contre lui un témoin gênant, Süleyman Askeri d’origine arabe et l’un des membres les plus en vue de Teşkilatı Mahsusa [L’organisation spéciale]264. Il fut également jugé pour avoir fondé l’organisation secrète al-Ahd.

  • 265 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 724 du 10 mai 1914.

44Déféré devant une cour martiale, il fut condamné à mort. Sous la pression de l’opinion publique arabe – à Istanbul, Beyrouth et au Caire –, mais surtout anglaise, la peine de mort fut commuée tout d’abord en quinze ans de prison, puis il fut gracié et expulsé en Égypte265. Nombre d’officiers ne se gênaient pas pour dire :

  • 266 Ibid.

« Tout ce qu’Enver reproche à son ancien compagnon d’armes de Tripolitaine, il pourrait se le reprocher à lui-même »266.

  • 267 Ibid.
  • 268 Ibid.

45Beaucoup d’officiers pensaient qu’Enver réglait ses comptes avec Aziz et cette affaire entama le prestige d’Enver. Si on avait cherché à empêcher Azîz d’intriguer, son procès lui avait donné une nouvelle notoriété, faisant de lui un bouc émissaire267. Le clan arabe avait été mis à mal. Beaucoup de questions agitaient les esprits des officiers d’origine arabe. Le « Tanin » avait dû démentir la nouvelle du journal arabe égyptien « Al Ahram », selon laquelle le gouvernement allait licencier tous les officiers d’origine arabe de l’armée active. Des concessions avaient dû être faites. On avait fait une place à l’encombrant colonel Mahmud Kâmil Bey, d’origine arabe, dont l’esprit d’intrigue inquiétait Enver. Il était le chef de file d’un réseau qui avait mis la main sur des postes importants du ministère de la Guerre268.

  • 269 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 682 du 28 janvier 1914.

46Enver fit une proclamation sur la discipline et l’obéissance, et prit trois types de mesures pour mettre de l’ordre dans l’armée. Certains officiers ne rejoignaient pas leur poste ou mettaient longtemps à s’y rendre s’il ne leur plaisait pas. Enver menaça tous ceux qui avaient une nouvelle affectation dans la nouvelle organisation d’aller le rejoindre au plus tard le 23 janvier, sous peine d’être mis à la retraite d’office269.

  • 270 Cette prescription semblait aussi inspirée par des préoccupations politiques. Cf. S.H.A.T., 7N1638, (...)
  • 271 Ibid.

47La deuxième mesure touchait l’apparence. Alors que le port de l’uniforme militaire était loin d’être irréprochable, Enver prescrivit que les officiers en retraite n’étaient plus autorisés à porter l’uniforme que pendant les fêtes indiquées dans le règlement militaire270. En outre, Enver prescrivit aux officiers mis à la retraite de se rendre dans leur pays d’origine. Cette décision visait certainement à prévenir un conglomérat de mécontents à Istanbul271.

  • 272 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 711 du 7 avril 1914.
  • 273 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, annexe au rapport n° 682 du 28 janvier 1914.

48Ainsi, l’État-major se trouvait groupé presque tout entier dans la capitale. Enver disposait de 50 officiers allemands, ne connaissant ni le pays, ni la langue et de 280 à 300 officiers d’État-major. C’était un nombre plutôt restreint vu l’immensité de l’Empire272. Enver souhaitait faire régner la discipline et il déclarait n’attendre que deux choses de l’armée : l’obéissance absolue et l’ardeur au travail. Il avertissait les officiers que tout leur avenir était entre les mains de leurs supérieurs, c’est à dire leur avancement ou leur punition. Seules les bonnes notes données par les supérieurs pourraient désormais servir de base pour l’avancement. Il recommandait de faire preuve d’une obéissance absolue, de travailler consciencieusement jour et nuit, de considérer les inférieurs comme leurs propres fils et la caserne comme leur domicile. Tout serait noté, du travail à la tenue, et celui qui ferait preuve de négligence ne pourrait jamais être promu. Vision à la fois paternaliste et autoritaire de la fonction militaire qu’il souhaitait contrôler avec une main de fer273.

  • 274 Ibid.

49Autre mesure disciplinaire, il interdit aux officiers de s’attabler dans les cabarets. En effet, la fréquentation de ces endroits et l’absorption de boissons alcoolisées nuisait, selon lui, au prestige militaire et était contraire à la religion. La transgression de cet interdit entraînerait immédiatement la mise à la retraite ou en disponibilité des coupables. Enver publia un autre ordre relatif à la religion, dans lequel il disait qu’une armée sans foi ni religion ne réussissait jamais. La foi serait la force morale qui assurerait la discipline dans l’armée et raffermirait l’union nationale. Il recommandait aux supérieurs qu’ils veillent à ce que les soldats musulmans et non-musulmans suivent les prescriptions religieuses274.

  • 275 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 711 du 7 avril 1914.
  • 276 Ibid.

50Enver souhaitait prendre un certain nombre de mesures radicales et efficaces et marquer personnellement l’armée ottomane. Il décida, par exemple, de s’attaquer à l’orthographe turque pour le courrier militaire. Il prit sur lui de la modifier. Estimant que l’absence de voyelle – avec des lettres liées de telle façon que certaines pouvaient disparaître dans l’ensemble – pouvaient prêter à confusion, il prit la réforme suivante. Il procéda par adjonction de voyelles dont il inventa les signes et séparation des lettres. Mais cette « révolution scripturale » fut désapprouvée par tous ses collègues du cabinet275. Une autre mesure désagréable au cœur des soldats fut la diminution de moitié de leur solde alors que la ration des troupes avait déjà été notablement réduite276.

  • 277 Ibid.

51Au titre des augmentations, il fallait signaler la majoration de la solde mensuelle des commandants de division indépendante de 1000 piastres, pour ceux ayant le grade de général de brigade ; de 750 piastres pour les colonels et de 500 pour les lieutenants-colonels. Les soldes des chefs du service du recrutement dans les corps d’armée furent aussi augmentées (de 400 piastres) et celles des chefs de service dans les divisions (de 200 piastres). Les soldes mensuelles des inspecteurs sanitaires ayant le grade de colonel, des inspecteurs de cavalerie et de l’artillerie de campagne (de 500 piastres). Les soldes des lieutenants-colonels, commandants de divisions de cavalerie légère hamîdiye furent aussi augmentées de 500 piastres277.

  • 278 Ibid.

52S’il n’y avait que peu de changements dans les tarifs de soldes des officiers, il n’en n’était pas de même pour les hommes de troupe. Les réductions avaient été conséquentes. Le soldat de première année ne touchait plus que le quart de ce qu’il percevait auparavant. Seul l’homme de troisième année conservait l’ancien tarif, soit 20 piastres. Une sérieuse économie était ainsi effectuée. Quant aux rations, les officiers n’y avaient plus droit. Les rations en nature devenaient facultatives pour les soldats et les sous-officiers. On avait prétexté que beaucoup d’entre eux les vendaient au public. Dans ces cas-là, la ration en nature serait remplacée par une allocation mensuelle de 87 piastres 1/2278.

  • 279 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 723 du 10 mai 1914.

53Le recrutement des officiers de l’armée active était modifié. L’aspirant officier, après avoir passé six ou sept mois dans un régiment modèle (art. 2, 4 et 5), entrait le 1er avril à l’École militaire pour suivre onze mois de cours (art. 6). Il en sortait le 1er mars de l’année suivante, avec le titre de « candidat officier » et faisait le service d’officier dans un régiment pendant six ou sept mois (art. 7). Il était nommé officier le 1er octobre. Le cycle était de deux ans – dont un peu plus d’une année au régiment – six mois avant l’École et six mois après. Il restait onze mois pour l’instruction générale279.

  • 280 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 718 du 9 mai 1914.

La solde des officiers280

Rang

solde mensuelle, en piastres

maréchal

15 000

premier divisionnaire [birinci ferîk]

9000

général de division

7000

général de brigade

4500

colonel

3000

lieutenant-colonel

2500

major

2000

intendant de régiment

1500

aumônier de régiment

1500

capitaine de régiment

1300

secrétaire de régiment

1250

secrétaire de bataillon

1050

capitaine-adjoint

800

aumônier de bataillon

900

lieutenant

800

sous-lieutenant

700

officiers télégraphistes et armuriers

700

menuisiers et forgerons en chef

550

selliers et chef maréchaux-ferrants

550

secrétaire adjoint

600

  • 281 Ibid.

Les soldes des sous-officiers et des soldats281

Rang

solde mensuelle en piastres

sergent-major

30

sergent

25

fourrier

20

caporal

5

soldat, pendant la 1ère année de service

5

soldat, pendant la 2e année de service

10

soldat, pendant la 3e année de service

20

caporal sellier ou armurier

25

maréchaux-ferrants

30

  • 282 Ibid.

Les soldes des inspecteurs d’armée282

rang

solde mensuelle en piastres

maréchal

15 000

1er divisionnaire

13 500

général de division

12 000

général de brigade

10 000

  • 283 Ibid.

Les soldes des commandants de corps d’armée283

rang

Solde mensuelle en piastres

général de division

9500

général de brigade

7500

colonel

6000

54Ces mesures étaient une réaction envers les études théoriques du régime hamidien. Sous l’ancien régime, le programme était de trois années d’École militaire, sans exercice à l’extérieur. Puis, suivaient trois années de l’École d’État-major de Yildiz, pour le premier quart de la promotion et ensuite, un séjour prolongé dans les bureaux du ministère. Les futurs grands chefs ne connaissaient rien de la troupe. La « révolution de 1908 » avait déjà apporté des améliorations en réduisant la durée de séjour à l’École militaire à deux années, avec de fréquents exercices à l’extérieur ; l’entrée au concours de l’École de Yildiz, après trois années passées dans les corps de troupe. L’un des buts recherché était d’accroître la quantité de nouveaux officiers. D’ici le 1er septembre 1915, en un an et demi, trois promotions d’un nombre de 12 à 1500 officiers allaient être versées dans les corps de troupes.

  • 284 Ibid.

55Toutefois, le problème du sang neuf dans le corps des officiers n’était pas résolu. Il n’était pas sûr que les effectifs des promotions seraient augmentés. En effet, les résultats des examens de sortie des idâdîye de 1912 avaient été tellement faibles que la promotion de Harbiye s’était réduite d’environ d’un quart. Le souci de qualité était donc constant284.

  • 285 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 656 du 18 décembre 1913.

56Le ministère de la Marine continuait à déployer une grande activité. À la fin de l’année 1913, on avait accordé aux maisons anglaises Armstrong-Vickers des concessions relatives aux arsenaux d’Izmit et de la Corne d’Or. Ils avaient reçu l’intégralité de l’arsenal de la Corne d’Or285.

  • 286 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 729 du 2 juin 1914.

57Nombre d’élèves dans les écoles militaires en 1914286

  • 287 Il s’agit de tous les élèves de 3e classe des cinq idâdîye qui ont été réunis à Kuleli, dont ceux d (...)
  • 288 Ces officiers de réserve avaient été admis dans l’armée active, à la suite d’une année d’étude à l’ (...)

classe

nombre d’élèves

3e classe de Pangaltı

300

2e classe de l’École d’artillerie

190

2e classe de Pangaltı

300

1e classe de l’École d’artillerie

220

1ère classe de Pangaltı

400

Venant de Kuleli (idâdîye)

150

3e classe (idâdîye de Kuleli)287

764

2e classe (idâdiye de Kuleli)

275

1ère classe (idâdiye de Kuleli)

380

Total des élèves

2979

effectif total des élèves promus officiers à la date du 1er octobre 1918

4052

officiers de réserve allant passer dans l’armée active288

100

total des officiers à promouvoir en 1918

4152

  • 289 Le gouvernement ottoman avait versé dès le 29 décembre 1913 la somme de 1. 2000 000 L.T., prélevée (...)

58L’achat du Dreadnought « Rio de Janeiro », au prix de 2 340 000 L.T., souleva un grand enthousiasme dans le pays. Il reçut le nom de « sultan Osman ». Cemâl Paşa négocia pour faire venir une grande partie de son équipage, ainsi que pour le Reşâdiye. Le journal « Tanin » semblait trahir une autre des finalités de cette acquisition : exercer une grande influence dans le règlement de la question des îles289.

  • 290 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 721 du 9 mai 1914.

59Dans l’opinion publique et au gouvernement, on envisageait la création d’une industrie militaire ottomane avec l’aide de capitaux et de spécialistes étrangers. Cette industrie militaire ottomane permettrait à l’armée de fabriquer en temps de guerre ses munitions, ses conserves, etc, et la libérerait, en temps de paix, dans une certaine mesure, de sa dépendance des fournisseurs étrangers. Cette perspective flattait le nationalisme ottoman290.

Les secrets d’une alliance

60La décision de s’allier avec l’Allemagne fut probablement prise vers le mois de juin 1914 et par Enver. Le Traité secret d’alliance fut signé le 2 août 1914. Plusieurs motifs peuvent être posés en hypothèse. Face à une Europe relativement unie, l’Empire ottoman risquait de se trouver confronté à son rival ancestral, la Russie. Une alliance avec les puissances centrales pouvait apparaître comme le rempart le plus efficace. Et il y avait des souhaits à réaliser, tout d’abord un désir de revanche, de récupérer les territoires perdus, puis de mettre fin à la tutelle financière et politique du régime des capitulations.

61La réorganisation de l’armée, en cours d’exécution, avait réalisé des modifications fondamentales. Elle se faisait sur la base de 36 divisions actives, réparties en 13 corps et deux divisions indépendantes. La nouvelle loi de recrutement était établie sur un principe d’économie. D’une manière générale, tout était à la simplification et au rajeunissement de l’armée, par le service régional, les mises à la retraite et la diminution du nombre d’emplois. Les jeunes officiers d’État-major, dirigés par Enver, avaient pris le pouvoir et s’étaient mis à l’œuvre avec entrain et détermination.

  • 291 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 713 du 8 avril 1914.

« Aujourd’hui, comme hier, c’est de la grande guerre qu’il s’agit, avec des armées se chiffrant par centaines de mille hommes. Pour ces masses, le talent d’improvisation fût-il porté au point où le poussent les Turcs, est insuffisant. Il faut la préparation, longue, méthodique et minutieuse, et, pour la mener à bonne fin, il faut précisément des qualités qui manquent à l’oriental et au Turc en particulier »291.

  • 292 Ibid.

62Un certain parti pris ne semblait pas absent des remarques de l’attaché militaire français, mais, le temps a manqué, pour galvaniser le vieil appareil militaire hérité de l’époque hamidienne, empesé, avec ses lourdeurs et ses défauts. Le modeler avec une nouvelle forme et lui insuffler un nouvel esprit, tels étaient les objectifs des Jeunes-Turcs. L’organisation conçue par Mahmud Şevket Paşa fut mise en application et l’instruction fut partout encouragée. Les révoltes intérieures – Albanie, Yémen, Hauran – ainsi que la politique et le manque de temps ont rendu ces efforts difficiles. Sortie mutilée des guerres balkaniques, il semblait difficile qu’un an après l’armée puisse avoir fait d’énormes progrès. Les pertes avaient creusé les rangs. Elle avait eu juste le temps d’en faire le relevé et de remettre de l’ordre. Ce n’est qu’au mois d’avril 1914 qu’elle avait repris son assiette territoriale292.

63La mission allemande était arrivée, mais elle n’était qu’un outil. Un plan d’organisation nouvelle avait été élaboré, mais il n’était qu’un cadre qui se modelait chaque jour. Le travail d’organisation restait à faire, en collaboration entre la mission militaire allemande et les autorités militaires ottomanes.

  • 293 Ibid.

64Une des causes principales des revers de l’armée ottomane avait été son défaut d’encadrement. La pénurie des cadres sévit pendant la dernière guerre avec un sous-effectif d’environ 6000 officiers et n’était pas résolu. En effet, l’effectif de ceux qu’elle avait perdu pendant la guerre et de ceux qu’elle avait mis à la retraite correspondait à peu près à la diminution des cadres résultant de la nouvelle organisation293.

  • 294 Ibid.

65Avant la guerre, les sous-officiers étaient en très petit nombre. Dès 1909, tous ceux qui avaient pris part à la réaction avaient été éliminés et, à la veille des hostilités, le renvoi de la classe 1908 (1324), la plus ancienne, avait privé les unités du plus grand nombre et des meilleurs d’entre eux294.

66Quant à la troupe, à peine le quart de l’effectif avait reçu une instruction sommaire. Les périodes d’instruction de six semaines dispensées aux réservistes [redîj] avaient été mises en place. Mais combien avait pu en profiter ? Peut-être l’équivalent d’une nouvelle classe. On s’était borné à appeler les soutiens de famille en activité. Rien n’avait été entrepris pour les réservistes. Seuls ceux qui étaient allés à la guerre étaient instruits. Mais l’expérience avait été amère. Ils partiraient plutôt contraints et forcés comme aux mois de septembre et d’octobre 1912.

  • 295 Ibid.
  • 296 Ibid.

67Les bataillons ne comptaient pas plus de 400 hommes, en moyenne. L’effectif de cette unité serait porté à 1000 hommes par l’arrivée de réservistes295. La cavalerie, quant à elle, manquait de selles, de chevaux, d’instruction, de tactique. L’artillerie avait perdu une grande partie de son matériel. Elle pourrait mettre en ligne environ une demi-douzaine de batteries par division. Il n’y avait pas de batterie de corps. Ces batteries étaient formées de matériels divers, Krupp et Schneider, de campagne ou de montagne. Il serait possible de partir en campagne avec 350 coups par pièce. Mais les attelages manquaient. Où les réquisitionnerait-on ?296

68Les services n’étaient pas très au point. Le service de santé avait montré ses limites pendant les guerres balkaniques. Les services de l’arrière, l’organisation des trains, n’avaient eux non plus pas très bien fonctionné. Le temps avait manqué pour les réformer. Pendant la dernière guerre, les vivres et les munitions n’avaient pas pu être acheminés.

  • 297 Ibid.

69L’exécution de la mobilisation serait peu aisée, car les bases de sa préparation venaient d’être modifiées : listes de recrutement, affectations, moyens d’appel. Les unités actives étaient encore en formation dans maints endroits, les autres arrivaient à leur garnison. La formation des unités de réservistes [redîf] serait encore moins aisée, car leurs cadres, leur artillerie et leurs services n’étaient pas disponibles. On mobiliserait les divisions actives en y faisant entrer tous les hommes instruits qu’on pourrait rassembler et encadrer297.

70Le problème de la concentration soit en Thrace occidentale ou en Anatolie orientale, serait toujours aussi difficile à résoudre qu’au début de la deuxième guerre. La guerre de masse supposait un minimum d’outillage économique du pays qui n’avait que peu de routes et un petit nombre de lignes de chemin de fer à une voie. De ce point de vue, sa situation était inchangée. Pour que l’armée soit une force utilisable – outre son encadrement, son instruction et son outillage – le progrès économique était nécessaire. Pour y parvenir, une longue période de tranquillité intérieure faisait défaut à l’Empire depuis longtemps.

71Il fallait que le pays oublie tout ce qu’il venait d’endurer, qu’il reprenne confiance dans ses chefs et qu’il se refasse de nouvelles forces morales. De nouveaux chantiers avaient été ouverts dans l’armée ottomane, sans avoir pu être menés à leur terme. C’est précisément ce qu’on attendait du secret de la méthode allemande. Cette collaboration ne s’effectuerait certes pas sans frictions, sans heurts, sans résistance et sans obstacles, mais telle était la gageure.

72Après la « révolution jeune-turque » de 1908, les cadres civils du Comité Union et Progrès, tel Talat Paşa sont au pouvoir. Mais lors du coup d’État de la Sublime Porte de janvier 1913, les rênes du pouvoir passent alors aux mains des cadres militaires du Comité et notamment d’Enver Paşa qui le fomenta. Dès 1908, la question de l’armée et de la politique est très prégnante. Les Paşa se partagent en deux groupes : d’un côté, les Paşa unionistes qui placent l’armée au centre de la politique (Enver, Cemâl). Un autre groupe de Paşa soutient à partir de 1909 que l’armée doit rester en dehors de la politique (Mustafa Kemal, Fevzi Çakmak) qui sont écartés et marginalisés. On assiste également à l’élimination physique des ministres de la Guerre qui veulent tenir l’armée en dehors de la politique : Nazim Paşa (1912) et Mahmud Şevket Paşa (1913).

73Enver Paşa, une fois au poste de ministre de la Guerre, dirige les affaires de manière très personnelle. La politique de rajeunissement des cadres qu’il entreprend portera ses fruits à long terme. Beaucoup de cadres de la guerre d’indépendance ont notamment été formés à cette époque-là. À court terme, c’est l’alliance avec l’Allemagne et l’entrée dans le Premier conflit mondial qu’il décide, pour réaliser ses desseins panislamistes.

  • 298 Z. Toprak, « İrtica »’dan « İnkilap’a », Toplumsal Tarih, avril 2004, p. 80
  • 299 Aydemir, Enver Paşa, II, p. 439, cite İsmet İnönü.

74L’opposition entre Mustafa Kemal et Enver a commencé lors du premier affrontement à l’intérieur de l’armée en 1909298. Deux conceptions opposées du monde s’affrontent. Enver est un idéaliste qui nourrit de grands desseins pour l’Empire299. Au début de la Première Guerre mondiale, il est responsable du désastre de Sarıkamış où il a jeté les soldats ottomans. Pendant ce temps, Mustafa Kemal, partisan de la Realpolitik, tient coûte que coûte le verrou des Dardanelles à Çanakkale, résistant à l’ennemi. À la fin de la Première Guerre mondiale, Enver se lance dans de nouvelles aventures en Asie Centrale où il tombe sur le champ de bataille en combattant les Bolcheviques. À la même époque, Mustafa Kemal dirige une guerre d’indépendance qui sera couronnée de victoire.

Notes

199 M. Gencer, Jöntürk Modernizmi ve « Alman Ruhu », Istanbul, İletişim, Istanbul, 2003, p. 40.

200 Le 11 janvier 1913, in Ş. Hanioğlu (prép. à publ.), Kendi mektuplarında Enver Paşa, op. cit., p. 202.

201 Dès la fin du mois de janvier 1913, il apparut certain que ce putsch était l’oeuvre de Tal’ât et d’Enver. Cf. S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 560 du 30 janvier 1913 et P. Dumont, « La mort d’un Empire », p. 608.

202 Beaucoup d’officiers déplorèrent le meurtre du ministre de la Guerre, dont ils vantaient la noblesse de caractère et la modération, grâce à laquelle les Jeunes-Turcs n’avaient pas été traités trop durement par le gouvernement de Kâmil Paşa. Toutefois, ils s’accordaient à reconnaître qu’il avait fait preuve d’insouciance dans la conduite de la guerre, ainsi que dans la prise de mesures militaires indispensables à la sécurité du gouvernement et de sa propre personne. Cf. ibid.

203 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 559 du 25 janvier 1913.

204 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 560 du 30 janvier 1913.

205 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 559 du 25 janvier 1913.

206 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 563 du 7 février 1913.

207 Ibid.

208 L’Allemagne qui était redevenue la conseillère attitrée du gouvernement jeune-turc ne cessait de lui prodiguer des conseils de résistance à outrance et de reprise des hostilités. Elle appuyait cette politique par l’envoi d’armes, de munitions, d’effets militaires et de nouvelles fournitures que l’industrie allemande venait de consentir à crédits. Grâce à une avance consentie par la finance allemande, tous les fonctionnaires, qui, depuis le 14 janvier 1913 n’avaient pas touché leur solde auraient pu être payés. Cf. S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 560 du 30 janvier 1913.

209 Des rumeurs faisaient état que les volontaires circassiens [çerkes] et lazes (Nazim Paşa était d’origine çerkes) s’étaient révoltés et avaient exigé qu’on leur remette le corps de leur ancien ministre pour lui offrir les funérailles convenables. Cf. ibid.

210 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 559 du 25 janvier 1913.

211 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 570 du 27 février 1913.

212 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, annexe au rapport n° 573 du 24 mars 1913.

213 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 570 du 27 février 1913.

214 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 571 du 12 mars 1913.

215 Les communiqués officiels faisaient état de six officiers « ententistes » et d’une dizaine d’unionistes pour faire illusion. Ces chiffres n’apparaissaient pas plausibles à l’attaché militaire français. Cf. ibid.

216 À la suite d’une enquête, il apparut qu’un groupement s’était constitué en mouvement révolutionnaire pour renverser le gouvernement. Ce groupe était composé des personnes suivantes : Lütfî Bey, désigné comme secrétaire du prince Sabaheddîn, Sıdkı Bey, d’Erzurum, S’â’îd, fils d’un notable de Muş, Hasan, domicilié à Horhor, près d’Aksaray et d’autres personnes dont les noms n’avaient pas été communiqués mais qui se réunissaient au domicile du prince Sabaheddîn. Cf. communiqué officiel relatif au complot, in S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, annexe au rapport n° 571 du 12 mars 1913.

217 Ibid. L’armée de Çatalca était agitée depuis le début de l’année 1913. Le bruit s’était répandu, qu’au mois de janvier, on en était venu aux mains dans l’armée de Çatalca. 280 blessés, pour la plupart des officiers, avaient été ramenés à Istanbul. Un autre bruit faisait état d’un train de quarante wagons, arrivé à Sirkeci rempli de blessés. Cf. S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 560 du 30 janvier 1913.

218 P. Dumont, « La mort d’un empire (1908-1923) », op. cit., p. 609.

219 P. Dumont, « La mort d’un empire (1908-1923) », op. cit., p. 610-611.

220 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 598 du 26 mars 1913

221 S.H. A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 624 du 3 août 1913.

222 Ibid.

223 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 636 du 31 août 1913.

224 80 % officiers auraient été anti-unionistes. Cf. S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 642 du 21 septembre 1913.

225 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 642 du 21 septembre 1913.

226 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 610 du 21 juin 1913.

227 P. Dumont, « La mort d’un empire (1908-1923) », op. cit., pp. 609-610.

228 P. Dumont, « La mort d’un empire (1908-1923) », op. cit., p. 610.

229 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 646 du 29 novembre 1913.

230 Ibid.

231 Il était accompagné par le colonel Bronsat von Schellendorf, le colonel Weber, le major von Feldmann, le major von Strempel, le major Perrinet von Thauvenay, le capitain König, le lieutenant Mühlmann, le conseiller d’intendance Burchardt, le colonel-médecin, professeur Mayer et le major-médecin Nicolaï. Cf. S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 654 du 18 décembre 1913.

232 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 692 du 1° mars 1914.

233 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 646 du 29 novembre 1913.

234 On peut avancer deux exemples : le lieutenant Bentheim qu’Enver avait pris comme officier d’ordonnance et le commandant Stengen qui se suicida. Cf. S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 710 du 7 avril 1914.

235 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 650 du 1° décembre 1913.

236 Ibid.

237 Ibid.

238 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 678 du 25 janvier 1914.

239 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 710 du 7 avril 1914.

240 La Russie présenta de violentes réclamations politiques, arguant que la liberté des détroits était en jeu et que l’Allemagne voulait mettre la main sur l’armée ottomane. Cf. S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 654 du 18 décembre 1913.

241 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 668 du 12 janvier 1914.

242 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 646 du 29 novembre 1913.

243 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 668 du 12 janvier 1914.

244 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 678 du 25 janvier 1914.

245 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 695 du 19 mars 1914.

246 Vazife ve mes’uliyet : ’asker, publié au Caire en 1906.

247 Y. Aktar, 1985, vol. 2, p. 518-530

248 Z. Toprak, 1985, vol. 2, p. 531-536

249 F. Georgeon, 1990, p. 595

250 P. Dumont et F. Georgeon, 1990, p. 612-613

251 On avait proposé à Ahmed İzzet Paşa, vu ses origines albanaises d’être le candidat ottoman à la royauté en Albanie.

252 Aydemir, Enver Paşa, II, p. 438. Il cite İsmet İnönü, un témoin proche d’Enver qui le connaissait depuis qu’il était entré dans l’organisation clandestine de Selânik.

253 Aydemir, Enver Paşa, II, p. 430.

254 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 661 du 3 janvier 1914.

255 Aydemir, Enver Paşa, II, p. 434.

256 Aydemir, Enver Paşa, II, p. 433.

257 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 682 du 28 janvier 1914.

258 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 670 du 12 janvier 1914.

259 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 719 du 9 août 1914.

260 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 670 du 12 janvier 1914.

261 Azîz Alî al-Misri (1880-1965) est né au Caire. En 1898, diplômé de l’école de Galatasaray, il entra à l’école militaire. En 1904, il obtient le grade de capitaine [yüzbaşı] et est envoyé dans les Balkans. Il était de la même promotion qu’Enver et Fethi (Okyar). Membre de l’Union de Progrès, il combattit avec succès contre les bandes bulgares, albanaises,... Il participa à l’armée d’action [Hareket ordusu] en 1909. À partir de 1910, il milita en faveur du nationalisme arabe. En 1910, il se battait aux côtés d’Ahmed İzzet Paşa pour réprimer le soulèvement de l’imam Yahya. En 191 1, il fut affecté sur le front de Derne en Tripolitaine sous les ordres d’Enver qui lui délégua ses attributions à son départ. Après sa condamnation, il retourna en Égypte. En 1926, il devint directeur de l’école militaire du Caire. L’un de ses élèves fut Nasser qui le nomma ambassadeur à Moscou. L’historiographie arabe le considère comme l’une des figures principales du nationalisme arabe, tandis que l’historiographie turque le considère comme un traître. Cf O. Koloğlu, « Aziz Ali neyin peşindeydi ? », op. cit.

262 Le haut-commissaire anglais Lord Kitchener intervint personnellement en sa faveur. Azîz avait des attaches en Égypte. Sa soeur était l’épouse d’un Paşa égyptien sous commandement anglais. Cf O. Koloğlu, « Aziz Ali neyin peşindeydi ? », op. cit.

263 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 711 du 7 avril 1914.

264 Fondée officiellement le 5 août 1914, Teşkilat-ı Mahsusa [L’organisation spéciale] fut initiée par Enver Bey lors de la guerre de Tripolitaine (1911-1912) notamment pour lutter contre la contrebande. Elle était aussi utilisée par les cadres unionistes pour mobiliser les tribus arabes aux côtés des Ottomans. En 1913, à l’issue de la seconde guerre balkanique, la Thrace occidentale passa sous souveraineté bulgare. Elle servit alors à défendre les droits des Turcs. Lorsqu’Enver Paşa devint ministre de la Guerre au début 1914, il commença à légaliser cette organisation. Des émissaires secrets furent envoyés lors de l’entrée en guerre et de l’appel au cihâd pour soulever l’ensemble du monde turc et musulman : en Iran, en Afghanistan, en Asie centrale, au Caucase, en Abyssinie, en Égypte et au Soudan. Ils menèrent une campagne de propagande panislamiste et panturque. La majorité de ses cadres étaient issus du Comité et des officiers. Mais cette propagande soutenue par l’Allemagne fut peu fructueuse. Elle disparut à la fin de la Première Guerre mondiale après la défaite. Lors de la fondation de la république, l’organisation de la Sécurité nationale fut créée.

265 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 724 du 10 mai 1914.

266 Ibid.

267 Ibid.

268 Ibid.

269 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 682 du 28 janvier 1914.

270 Cette prescription semblait aussi inspirée par des préoccupations politiques. Cf. S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 682 du 28 janvier 1914.

271 Ibid.

272 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 711 du 7 avril 1914.

273 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, annexe au rapport n° 682 du 28 janvier 1914.

274 Ibid.

275 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 711 du 7 avril 1914.

276 Ibid.

277 Ibid.

278 Ibid.

279 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 723 du 10 mai 1914.

280 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 718 du 9 mai 1914.

281 Ibid.

282 Ibid.

283 Ibid.

284 Ibid.

285 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 656 du 18 décembre 1913.

286 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 729 du 2 juin 1914.

287 Il s’agit de tous les élèves de 3e classe des cinq idâdîye qui ont été réunis à Kuleli, dont ceux d’Edirne, de Damas, d’Erzincan et de Baghdad. En y ajoutant les 150 prélevés par mesure spéciale, on arrive au total de 914, pour l’effectif complet d’une promotion de idâdîye. Cf. ibid.

288 Ces officiers de réserve avaient été admis dans l’armée active, à la suite d’une année d’étude à l’École de Pangaltı. Cf. ibid.

289 Le gouvernement ottoman avait versé dès le 29 décembre 1913 la somme de 1. 2000 000 L.T., prélevée sur l’emprunt Perier. Cf. S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 668 du 6 janvier 1914.

290 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 721 du 9 mai 1914.

291 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 713 du 8 avril 1914.

292 Ibid.

293 Ibid.

294 Ibid.

295 Ibid.

296 Ibid.

297 Ibid.

298 Z. Toprak, « İrtica »’dan « İnkilap’a », Toplumsal Tarih, avril 2004, p. 80

299 Aydemir, Enver Paşa, II, p. 439, cite İsmet İnönü.

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search