Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Troisième partie. Armée et politique au début du 20e siècle

Chapitre 6 : L’aile civile du Comité Union et progrès au pouvoir (1908-1913)

Texte intégral

1L’intervention des militaires dans la sphère politique commença par le soutien des militaires au cercle civil du Comité Union et Progrès. Puis, l’armée franchit le pas décisif lors de la « révolution jeune-turque » de 1908. Dès lors, les Jeunes-Turcs entamèrent tout un train de réformes militaires pour moderniser l’outil militaire et lui donner un nouveau souffle. Coups d’État et réactions militaires s’ensuivirent et les différentes factions de l’armée s’affrontèrent au fil des coups de force. L’armée affirma sa prédominance dans les sphères publiques et le contexte des guerres lui donna un poids encore accru.

1 – Les réformes militaires jeunes-turques de 1908

2La révolution commença en Macédoine. À la fin de l’année 1907 et au début de 1908, les pressions européennes sur la Macédoine s’accentuèrent. C’est à cette époque que le Comité Union et Progrès commença à infiltrer les armées de Macédoine et particulièrement les jeunes officiers diplômés. Nombre d’entre eux furent arrêtés au courant de l’hiver mais relâchés faute de preuve.

L’explosion de 1908

  • 1 F. Georgeon, Abdülhamîd, p. 397.

3Les Jeunes-Turcs passèrent à l’attaque en juin 1908, craignant que leurs activités clandestines ne soient découvertes par le Palais. Ils éliminèrent physiquement les soutiens au sultan en Macédoine. En outre, les négociations entre le gouvernement anglais et le Tsar de Russie qui se tinrent au mois de juin à Reval (Talinn) suscitèrent beaucoup de craintes au sujet de la Macédoine1.

  • 2 Şemsî Paşa était un officier albanais issu du rang [alaylı], totalement dévoué au sultan qui l’avai (...)

4La révolte commença dans les premiers jours de juillet. Tout d’abord, le commandant de la place de Selânik, le colonel Nazim Bey, considéré comme l’un des principaux espions du Palais, fut blessé d’un coup de revolver par un officier. Le 5 juillet, la garnison de Resne se révolta. Deux cent soldats et une vingtaine d’officiers désertèrent, sous le commandement du major Niyâzî Bey, commandant du bataillon militaire dans la région, emportant de l’argent, des armes et des munitions. Le major Enver Bey, de la garnison de Manastır, gagna également les montagnes, à la tête de 150 soldats bien armés. Le sultan dépêcha des commissions d’investigation sur le terrain sans obtenir de résultat concret. Le 7 juillet, le général Şemsî Paşa, commandant la 18e division de Mitrovitza, chargé de s’emparer des révoltés fut tué d’un coup de révolver, alors qu’il venait d’adresser un rapport au sultan2. Ensuite, les événements se précipitèrent, en dépit de l’arrivée du maréchal Osman Fevzî Paşa (Tatar Osman Paşa), envoyé pour remplacer Şemsî Paşa. Le mouvement révolutionnaire s’étendit aux garnisons de Kasoria, Kuşevo et Oşrida. De jour en jour, les bandes de Niyâzî et d’Enver se grossissaient de tous les déserteurs. Les bataillons rassemblés à la hâte pour marcher contre les rebelles refusèrent les uns après les autres d’obéir. Chaque jour, sur différents points du territoire, des espions, tant civils que militaires, étaient assassinés. Le maréchal Osman Fevzî Paşa (Tatar Osman Paşa) – qui avait remplacé Şemsî Paşa – fut enlevé en pleine ville de Manastır et emmené de force au milieu des troupes en révolte de Niyâzî Bey.

  • 3 Ils étaient composés de 16 bataillons de la division d’Izmir, de 8 bataillons de la brigade de Yozg (...)
  • 4 A.A., Türkei n° 142, A. 11810, n° 1174, Salonique, le 23 juillet 1908, Hoffman.

5L’affolement atteignait son paroxysme à Istanbul. Le souverain accordait autant de concessions qu’il le pouvait – promotions en masse, paiements d’arriérés, promesses d’amnisties – pour temporiser en attendant l’arrivée des troupes d’Anatolie pour réprimer. Le 16 juillet, on ordonna la mobilisation immédiate de 28 bataillons de réservistes d’Anatolie3. Onze de ces bataillons arrivèrent à Selânik du 20 au 22 juillet. Débarquant dans une ville en pleine ébullition – voire révolution – informés immédiatement de la situation, ils refusèrent catégoriquement de prendre le train pour Manastır, déclarant faire cause commune avec ceux qu’ils appelaient leurs frères4. Il faut dire qu’ils avaient été travaillés l’année précédente par le docteur Nazim qui avait réussi à infiltrer l’armée et à s’assurer qu’elle ne marcherait pas contre les Jeunes-Turcs. Le dernier espoir s’évanouissait...

  • 5 Les troupes du 3e corps d’armée jouèrent un rôle prépondérant lors de ces événements.
  • 6 A.A., Türkei n°142, le ministre plénipotentiaire au ministère des Affaires étrangères, A. 11686, té (...)

6Partout, l’armée acclamait les idées nouvelles. Le sultan n’avait plus un homme ni un canon à opposer à la révolution triomphante. Le Comité central jeune-turc de Manastır lança au sultan un ultimatum déclarant que si dans les quarante-huit heures, satisfaction n’était pas donnée aux revendications formulées dans le programme du parti – le Comité Union et Progrès – les troupes du 2e et du 3e corps d’armée marcheraient sur la capitale5. Le 23 juillet, la constitution était proclamée devant la caserne de Manastır, rétablissant la constitution de 1876 et le sultan ordonna la convocation d’un parlement6. La révolte était accomplie.

  • 7 L’attaché militaire français écrivait les phrases suivantes :...« La révolution de juillet n’a cert (...)
  • 8 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 253 du 7 octobre 1908.

7Du point de vue militaire, l’armée ottomane avait des attentes énormes. Certains la comparaient à un « corps sans vie ». Endormie depuis des années dans sa torpeur, figée dans une immobilité que ne venaient secouer ni tirs, ni exercices, ni manœuvres, elle perdait peu à peu toutes ses facultés de combat7. Les officiers étaient enfin libres de parler et d’exprimer leurs idées et ils nourrissaient beaucoup d’espoir8.

8L’attaché militaire français exprimait les appréciations suivantes sur la situation de l’armée après le coup de force de 1908 :

  • 9 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

...« La Turquie possède, en son soldat, un instrument de combat de premier ordre, dont les qualités natives d’endurance, de bravoure et de mépris de la mort sont tout aussi vivaces que du temps de Mahomet II le Conquérant (sic). Il lui faut maintenant former des chefs qui sachent façonner cet outil et s’en servir.
Il faut élaborer des lois qui garantissent le jeu régulier des institutions militaires ; il faut éliminer du corps des officiers toutes les inutilités et toutes les incapacités qui l’encombrent ; il faut organiser les exercices d’application et multiplier les manœuvres en tous genres, pour mettre les autres à hauteur du rôle qui leur incombe en temps de paix comme en temps de guerre »…9

9Peut-on parler d’un retour à l’antique tradition janissaire ? Ces événements sont-ils une « révolution » en soi, terme par lequel ils sont le plus souvent désignés ?

Un retour à l’antique tradition janissaire ?

10Peut-on parler d’un héritage des révoltes des janissaires ? Cela équivaut à se demander si les soldats de la nouvelle armée ottomane constituée progressivement après 1826 se percevaient comme les héritiers des janissaires ou, par contre, avaient le sentiment d’être des « soldats modernes » totalement différents ? Vaste question à laquelle il est difficile d’apporter une réponse. Y a-t-il une continuité « janissaires militaires » ou une rupture ? L’ocak des janissaires – classe militaire de type féodal d’ancien régime – dotée de privilèges, devint un contre-pouvoir, menaçante et insoumise, puis fut abolie. Par contre, dans l’armée nouvelle, outre l’encadrement et les soldats de métier, la majorité était issue du recrutement. On peut objecter à cet argument la durée du service militaire, portée à vingt ans en 1869, mais très souvent outrepassée.

  • 10 Cf. O. Moreau, « Du jihâd à la laïcité, l’évolution de l’institution militaire turque », in Islam e (...)

11En tous cas, il y avait une « culture janissaire » bien connue des soldats. Le foyer [ocak] des janissaires qui a fait la grandeur et la gloire de l’Empire ottoman était adepte de la confrérie Bektaşi. Leurs soulèvements contre les sultans ottomans furent extrêmement nombreux, de Fatih II à Mehmet II et Mahmûd II. Ils détrônèrent une douzaine de sultans avant 1826 et en assassinèrent plusieurs, dont Osman le Jeune et Selim III10. Dans l’ultime période janissaire, aux 18e et 19e siècle, les soldats se dressaient non seulement contre le pouvoir politique, mais aussi contre leurs propres chefs hiérarchiques, leurs officiers.

12Armée réformée en 1826, fondée sur la conscription, elle se tint hors de l’arène politique jusqu’en 1876, où une coalition d’élites civiles et militaires déposa le sultan Abdülazîz, puis Murad V, pour les remplacer par le sultan Abdülhamîd II, abandonnant le sultanat absolu pour une monarchie constitutionnelle. L’époque des Tanzîmât marqua un fossé entre soldats et officiers et une distinction très nette entre les deux fonctions. La promotion des officiers échappa à l’intervention des soldats. Les officiers sortis du rang étaient choisis et imposés aux soldats par la hiérarchie, contrairement à l’époque précédente. Les soldats furent exclus du pouvoir décisionnel, à quelque niveau que ce fut.

13Les ressemblances les plus apparentes résident avant tout dans les prémisses et les stigmates : la grogne des casernes, les actes d’insoumission, les actes de rébellion ; mais aussi dans la raison fondamentale des révoltes militaires qui se trouvait liée aux tensions au sein de l’armée ottomane.

14Par ailleurs, des dissemblances importantes les en distinguent dans les buts à atteindre : renverser un régime autocratique. Les janissaires n’avaient pas de motivation d’ordre politique. En 1908, le mouvement ne partait pas de la base, à l’opposé des soulèvements janissaires. Les officiers étaient essentiellement politisés. Il ne faut toutefois pas négliger la part que prirent les soldats lors des mutineries, mais officiers et soldats ne poursuivaient pas les mêmes buts.

Une révolution ?

  • 11 Cf. J. Châtelet, art. sur la révolution (idée de), in Encyclopaedia Universalis, vol. 19, pp. 1006- (...)
  • 12 Cf. l’opinion de F. Georgeon qui qualifie les événements de « coup de force » mené par les officier (...)

15Peut-on qualifier ces événements de révolution ? Historiquement, la révolution s’entend comme une rupture décisive et marquée, qui suppose la distinction entre un ordre différent avant et après. Elle implique non seulement la destruction du pouvoir d’État existant, mais encore une « déconstruction » de l’organisation sociale et des principes qui la gouvernent11. En l’occurrence, ces circonstances n’apparaissent pas réunies. Si pour la plupart des historiens il s’agirait bien d’une révolution, il existe toutefois des opinions dissidentes, aux côtés desquelles il nous semble prudent de nous ranger12.

  • 13 Mot d’origine arabe, huitième forme dérivée de la racine ‘h. l. l.’, arriver, échoir, prendre place (...)
  • 14 Mot d’origine arabe, septième forme dérivée de la racine ‘q. l. b.’, basculer, bousculer, inverser, (...)
  • 15 Mot d’origine turque. Le substantif « devir » signifie tour, mouvement giratoire, révolution, temps (...)

16Effectivement, les historiens turcs les ont souvent comparés à la révolution française, ce qui paraît très excessif. En turc, deux termes différents font référence à la révolution, mais avec des connotations sensiblement différentes. Le premier « ihtilâl »13, a plutôt le sens de soulèvement et d’insurrection et est notamment utilisé pour la révolution française. Le deuxième, « inkılâp »14 désigne un changement, une modification radicale, mais ne comporte pas la dimension de soulèvement, et de renversement du pouvoir d’État existant. Il est parfois utilisé pour la révolution française. C’est le troisième « devrim »15, qui apparaît sémantiquement le plus proche du mot français « révolution ». Toutefois, son emploi est extrêmement connoté en turc, marqué par les idéologies marxistes-léninistes. L’utilisation de ces trois termes, certes proches, mais évoquant des réalités différentes, souligne une sensibilité particulière et une approche originale, marquée par les réalités de l’héritage national. En ce qui concerne les événements de 1908, le terme de « ihtilâl » semble le plus approprié des trois.

  • 16 Cf. Littré, définition de « révolte », dans son sens premier comme un soulèvement contre l’autorité (...)
  • 17 La réponse suivante fut donnée au journaliste du Tanin, Ahmed Şerîf, qui parcourait l’Anatolie, en (...)
  • 18 Peu de temps après, la répression fut utilisée lors de mutineries. Au mois d’octobre 1908, trois ba (...)

17En revanche, on peut parler d’une révolte accomplie à demi car satisfaction fut partiellement donnée aux acteurs de la révolte16. La constitution fut rétablie. Quant aux questions immédiates qui intéressaient les soldats – la dimension financière, le paiement des arriérés de solde et la libération des soldats qui avaient accompli leur temps de service – elles ne purent être résolues aussitôt. Des ordres de paiements et de renvoi de soldats furent donnés. Les causes du mécontentement ne disparaissant pas, la grogne persistait17. Dès le 19 août 1908, il y eut une mutinerie de soldats libérables à Scutari d’Albanie. Elles se poursuivirent au cours des années suivantes et furent réprimées par la violence, causant mort d’hommes18. Les Jeunes-Turcs firent régner la discipline avec une main de fer.

  • 19 La constitution de 1876 n’avait pas été abolie, mais suspendue, en 1878, par le sultan, usant de so (...)

18En ce qui concerne la notion de coup d’État, cela nous apparaît encore plus délicat, puisque le sultan rétablit la constitution19, désigna le gouvernement et ne fut pas destitué, à l’opposé du coup d’État de 1876 qui chassa Abdülazîz du pouvoir. Que dire alors des événements de 1908 ? Ni révolution, ni coup d’État.

Le grand ménage dans l’armée

  • 20 Receb Paşa était connu pour ses sympathies jeunes-turques. Son intérim fut assuré par le général Rî (...)
  • 21 Le général Osman Nizâmî Paşa fut chargé de l’intérim.

19Les événements du mois de juillet amenèrent la destitution de l’ancien ministre de la Guerre, le maréchal Mehmed Rıza Paşa, de l’ancien ministre de la Marine, l’amiral Hasan Rahmî Paşa et du grand maître de l’artillerie, le maréchal Zekî Paşa, qui étaient des hommes du sultan. En l’espace de trois mois, le ministère de la Guerre eut trois titulaires, dont le premier fut le maréchal Ömer Ruşdî Paşa, ancien chef d’État-major de l’armée. À la chute du cabinet de Saïd Paşa, il fut remplacé par le maréchal Receb Paşa, ancien gouverneur de la Tripolitaine, imposé au sultan par le Comité20. Il décéda subitement le lendemain de son arrivée à Istanbul et fut remplacé par le maréchal Alî Rıza Paşa21, ancien chef d’exploitation du chemin de fer du Hedjaz, qui prit ses fonctions le 27 août. Le nouveau ministre de la marine était le vice-amiral Arif Paşa.

  • 22 F. Georgeon, Abdülhamîd, p. 407.

20La question du contrôle de l’armée fut la première pierre d’achoppement entre le sultan et le Comité. En effet, le rescrit impérial promulgué le 1er août restaura la constitution de 1876 mais attribua aussi au sultan le droit de nommer le grand vizir, le Şeyh-ül-islam et les ministres de la Guerre et de la Marine. En effet, la constitution de 1876 n’était pas claire sur ce point et susceptible d’interprétations différentes22.

  • 23 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 254 du 9 octobre 1908.

21La grande maîtrise de l’artillerie fut supprimée en tant que ministère et indépendant et transformée en simple département [nazâret] du ministère de la Guerre. Le directeur [nâzir] de la grande maîtrise était le général de brigade de 1ère classe [birinci ferîk] Rıza Paşa, ancien adjoint du grand-maître, Zekî Paşa23. Telle était l’équipe dirigeante qui conçut le nouveau train de réformes adopté en l’espace de trois mois.

  • 24 Ce Conseil était constitué de 8 maréchaux, 6 généraux de division de première classe, 18 généraux d (...)
  • 25 Le Conseil des affaires militaires était composé du maréchal Ahmed Muhtar Paşa, ancien commandant e (...)

22La haute commission d’inspection militaire fut supprimée. Cette commission qui siégeait au Palais sous la présidence du sultan, était un organe indépendant du ministère de la Guerre. Elle comprenait, en dernier lieu, un nombre considérable de membres24, dont les trois-quarts n’étaient là qu’à titre honorifique. Elle fut remplacée par une commission nouvelle – le conseil des affaires militaires –, moins nombreuse, mais mieux composée, se réunissant au ministère de la Guerre, sous la présidence du ministre25.

  • 26 Ibid.

23La maison militaire de Sa Majesté fut réduite. Elle avait pris, pendant les dernières années des proportions fantastiques. Elle se composait de 86 aides de camp en service, 250 aides de camp honoraires et de 350 aides de camp nominatifs, ayant le titre sans occuper l’emploi. Ces deux dernières catégories furent supprimées et les officiers qui en faisaient partie, remis à la disposition du ministre. Les aides de camp en service furent ramenés à 35 officiers de tous grades26.

  • 27 Ibid.
  • 28 Ces événements sont connus, en turc, sous la dénomination de « 31 mart vakaası » : les événements d (...)

24Une commission de révision des grades fut instituée pour proposer la mise à la retraite ou l’exclusion de l’armée de tous les officiers jugés hors d’état servir27. Cette mesure permettait de désengorger l’armée ottomane d’un nombre considérable d’officiers généraux, supérieurs ou subalternes, incapables de servir, à cause de leur grand âge, de leurs infirmités physiques ou de leurs incapacités professionnelles. Elle permettait de revoir la situation de ceux qui avaient eu des promotions trop rapides. Les jeunes officiers évinçaient ainsi les officiers sortis du rang. Cette mesure radicale provoqua un profond ressentiment des officiers du rang qui évolua très rapidement en une fronde réactionnaire et explosa le 13 avril 190928.

25Les rations des officiers furent supprimées et les soldes augmentées. Les officiers de tous grades touchaient jusqu’alors des rations en nature dont la quotité s’élevait avec le grade. Le ministre de la Guerre décida que l’allocation de ces rations serait supprimée et que leur contre-valeur servirait à l’augmentation de la solde. Les généraux et maréchaux toucheraient, en plus de leur solde, une indemnité de fonction, variable suivant le poste.

  • 29 Ibid.

Nouvelles soldes29

grades

soldes en piastres

soldes en francs

lieutenants

600

129

capitaines

1000

215

vice-majors

1250

269

majors

1500

323

lieutenants-colonels

2000

430

colonels

2500

538

généraux de brigade

3000

645

généraux de division

4000

860

généraux de division de 1e classe

5000

1075

maréchaux

7000

1500

  • 30 Ibid.

26Le ministre de la Guerre créa une gazette militaire, sorte de journal officiel militaire, dans lequel étaient insérées toutes les communications du ministère relatives à l’armée, à l’exception des ordres confidentiels et urgents lancés par télégramme. Dans le premier numéro de la gazette militaire du premier septembre 1908, parut un ordre de service envoyé au commandant de la garde impériale et à tous les chefs de corps de la capitale. D’après cet ordre, les officiers se salueront les uns les autres et les soldats salueront les officiers. On ne tolérera pas qu’un subalterne ne salue pas son supérieur et une plus grande attention sera portée à la tenue des soldats et des officiers. Les supérieurs seraient responsables de celle de leurs soldats, avec à la clef de fortes punitions30.

Manœuvres ottomanes

Manœuvres ottomanes

Collection de l’IRCICA

  • 31 Ibid.
  • 32 S.H.AT., 7N1635, Constantinople, rapport n° 283 du 28 novembre 1908.

27Un groupe d’officiers d’État-major, dirigé par le lieutenant-colonel Osman Senaï Bey fonda une revue militaire mensuelle, Le soldat [’Asker], à compter du 10 septembre 1908. Les collaborateurs de cette revue étaient des membres connus du Comité jeune-turc qui cherchaient à exercer une grande influence dans le mouvement de rénovation de l’armée : les commandants Fuad Bey et Mumtaz Bey, le vice-major Selîm Sırrı Bey et les capitaines Nurî Bey et Velî Bey31. À la demande d’un grand nombre d’officiers de la garnison, un club militaire fut fondé à Istanbul, composé de trois sections, à Stanbul, à Péra et la troisième entre Üsküdar et Haydarpaşa. Le sultan accepta d’y occuper la place d’honneur32.

  • 33 S.H.AT., 7N1635, Constantinople, rapport n° 259 du 17 octobre 1908.

28Le ministère de la Guerre fit traduire les nouveaux règlements allemands pour les manœuvres et le tir de l’infanterie, puis adoptés par l’armée ottomane33. Ces exemples illustrent le phénomène d’importation des règlements ambiant depuis le siècle précédent. On soumettait à la traduction des textes européens, élaborés pour leurs propres armées, qu’on essayait ensuite d’adapter et d’appliquer à l’armée ottomane. Par ailleurs, depuis les dernières décennies, il s’agissait plus particulièrement de règlements allemands.

  • 34 À Istanbul, en particulier, des bataillons, des escadrons et des batteries en nombre variable se re (...)
  • 35 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 259 du 17 octobre 1908. Cf. également, A. A., Türkei n (...)
  • 36 Au deuxième corps, où les troupes étaient plus concentrées, on en profitait pour organiser de vérit (...)
  • 37 A.E., N.S. Turquie, vol. 154, p 259, Consulat de Serrès, Macédoine, 3 novembre 1908.

29Depuis de nombreuses années, il n’y avait, dans l’armée ottomane, ni tirs à la cible, ni écoles à feu, ni manœuvres d’aucune sorte. Le ministère de la Guerre ordonna que tous les bataillons d’infanterie exécutent des tirs à la cible et que toutes les batteries se livrent à des exercices d’école à feu. Les troupes qui ne sortaient jamais de leurs quartiers se livrèrent à de fréquentes manœuvres à l’extérieur34. Ces exercices étaient préparés et dirigés par les instructeurs allemands au service de l’Empire : von Ditfurt Paşa pour l’infanterie, von Rudgisch Paşa pour la cavalerie et Imhoff Paşa pour l’artillerie35. Dans toutes les villes de garnison, bataillons, escadrons ou batteries allaient journellement sur le terrain de manœuvres pour exécuter des exercices de combat36. L’armée turque s’était mise au travail. Ses officiers – les auteurs du coup de force – voulaient en faire une armée de premier ordre, à l’instar des armées des grandes puissances37.

  • 38 La liste des bateaux est fournie par le commandant Delon dans son rapport n° 259, en date du 17 oct (...)

30La réorganisation de la marine fut un autre chantier important. Plus encore que l’armée de terre, la flotte ottomane, immobile depuis trente-deux ans, avait besoin d’une réforme radicale. Le nouveau gouvernement adopta une politique volontariste. L’amirauté prépara la liste de tous les vieux vaisseaux de guerre hors d’usage se trouvant aux Dardanelles et dans la Corne d’Or. La nomenclature en était longue et comprenait vingt-deux unités38. Tous ces bateaux, complètement hors de service, devaient être vendus comme vieille ferraille et la somme produite par cette vente serait versée aux fonds destinés à la réfection de la marine impériale.

  • 39 Ibid.

31Tous les stationnaires ottomans, pour la plupart en fort mauvais état, devaient être remplacés par des bateaux neufs. Le cuirassé « Asarî Tewfîk », récemment restauré et transformé à Kiel pour la somme de 300 000 L.T. devint un navire école pour les cadets de la marine car il n’avait aucune valeur comme unité de combat. Les bâtiments de la flotte qui pouvaient encore naviguer commençaient à s’activer. Les torpilleurs allaient les uns après les autres exécuter des manœuvres dans le golfe d’Izmit39.

  • 40 Il prévoyait la construction de six cuirassés de 17 000 tonnes, de douze contre-torpilleurs de 1000 (...)
  • 41 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

32En accord avec la commission de réorganisation de la marine, l’amirauté établit un programme de réfection de la flotte et d’améliorations maritimes40. La mise en état des arsenaux de Kamaran et de Basrah était également au programme, ainsi que la construction d’un dock flottant métallique et d’un grand bassin à flot à Istanbul. On prévoyait aussi l’aménagement de vingt postes de torpilles dans le Bosphore et aux Dardanelles, l’installation de la télégraphie sans fil sur six navires de la flotte, et la création de postes de télégraphie sans fil à l’entrée du Bosphore et des Dardanelles. L’exécution de ce programme coûterait 17 860 000 L.T. (environ 410 millions de F.), à répartir sur le budget des huit années à venir41. Pour ce faire, on mit en place de vastes souscriptions.

  • 42 Toutefois le principe d’égalité risquait d’entrer en conflit avec un système de plus en plus hiérar (...)
  • 43 Les Jeunes-Turcs, dans leurs publications ne faisaient jamais de distinction de race et de religion (...)
  • 44 Ahmed İzzet Paşa, interrogé sur le recrutement des non-musulmans, déclarait, qu’aucune décision déf (...)
  • 45 A.E., N. S. Turquie, vol. 154, p. 262, division française de Serrès, Macédoine, 3 novembre 1908.

33On assistait à une véritable réorganisation de l’armée. L’égalité42 des droits et des charges accordée aux non-musulmans43, en les obligeant à faire le service militaire, allait augmenter considérablement la force de l’armée turque. D’ici vingt ans, elle doublerait en effectif. Tout ottoman serait soumis au service militaire à partir de l’âge de vingt et un ans44. Les non-musulmans de plus de vingt-quatre ans seraient dispensés de tout service militaire, mais paieraient la taxe d’exemption, comme par le passé. Les non-musulmans ayant atteint l’âge de vingt et un ans seraient soumis au service militaire comme les musulmans, jusqu’à l’âge de quarante ans. Cette nouvelle loi atteindrait son plein effet vingt ans plus tard, lorsque disparaîtraient les dispenses de service45.

  • 46 Après quoi, ils retournaient dans leurs foyers en qualité de réservistes et, en cas de mobilisation (...)
  • 47 A.E., N. S. Turquie, vol. 154, p. 244, annexe à la dépêche du vice-consul à Üsküb, le 26 octobre 19 (...)

34Dans la situation actuelle, l’Empire était dangereusement ouvert aux attaques. En effet, en Europe, il n’y avait que 1 750 000 musulmans auxquels la conscription pouvait s’appliquer et le principal centre de recrutement était en Anatolie. Cela nécessitait d’amener des conscrits d’Anatolie en Europe pour y accomplir leur temps de service46. Une mobilisation très lente était la conséquence de ce système, surtout par manque de communication entre les parties asiatique et européenne de l’Empire.47 Le service militaire s’étendait sur une période de vingt-cinq ans. À l’âge de vingt et un ans, le conscrit ottoman servait pendant trois ans dans l’armée active [nizâmiye], puis six ans dans la réserve de l’armée active [ihtiyât], puis passait dans la réserve [redîflik] et finalement pendant cinq ans dans la garde sédentaire [mustahfızlık]. En cas d’urgence, il pouvait être enrôlé pendant deux ans dans la garde territoriale [mustahfızlık], avant d’avoir atteint l’âge du service dans l’armée active [nizâmiye]. Cependant, en Asie, la garde territoriale ne durait que deux ans pour les soldats ayant terminé leur temps de réserve [redîf].

35D’après des chiffres publiés par des officiers allemands ayant servi dans l’armée ottomane, l’effectif était le suivant :

  • 48 Ibid.

Effectifs48.

36Une des premières mesures du gouvernement fut de renvoyer dans leurs foyers tous les soldats ayant achevé leurs trois ans de service. En effet, sous l’ancien gouvernement, le soldat était souvent maintenu dans les rangs pendant quatre, cinq, voire six ans, augmentant ainsi les forces de l’armée active et diminuant celles de la réserve. Ce qui explique la disproportion entre l’armée active [nizâm] et la réserve d’active [ihtiyât].

37L’organisation de l’armée était maintenue en sept corps d’armée [ordu] ayant leurs quartiers généraux à Istanbul, Edirne, Selânik, Erzincan, Damas, Baghdad et au Yémen. Il y avait aussi deux divisions indépendantes, l’une à Tripoli de Barbarie, l’autre à la Mecque. Sans entrer dans les détails, on peut dire que chaque corps d’armée [ordu] était composé des troupes régulières suivantes : deux divisions d’infanterie ou plus, une division de cavalerie, une division d’artillerie et un ou plusieurs bataillons de transport et le nombre proportionnel de troupes techniques. Les chiffres suivants des forces en temps de paix pouvaient être considérées comme approximativement corrects :

  • 49 Ibid., p. 246.

Armée d’Europe49.

corps d’armée

officiers et soldats

cavalerie

canons

1er corps d’armée

28 000

2500

230

2e corps d’armée

42 000

2500

330

3e corps d’armée

70 000

3600

troupes de forteresses pour les fortifications locales

12 000

totaux

152 000

8600

990

  • 50 Ibid., p. 247.

Armée d’Asie et d’ailleurs50.

corps d’armée

officiers et soldats

cavalerie

canons

4e corps d’armée

2000

120

5e corps d’armée

19 000

1500

80

6e corps d’armée

19 000

2000

50

7e corps d’armée

14 000

300

20

divisions de Tripolitaine

15 000

2000

20

divisions de La Mecque

6600

150

8

totaux

108 600

7950

298

38Si les troupes de l’armée régulière [nizâm] avaient pu être rapidement mises sur le pied de guerre, leur nombre aurait augmenté de 50 % et la force de l’armée turque en Europe et en Asie aurait été d’environ 375 000 soldats et officiers.

39Pour repousser une attaque sur la frontière européenne, l’Empire pourrait mettre en campagne environ 150 000 hommes au début des opérations après avoir fourni les garnisons nécessaires et convoqué les réservistes d’Europe. Après six à huit semaines – et seulement si elle était maîtresse de la mer et n’avait pas subi de pertes – elle pourrait porter ce chiffre à 250 000 hommes, grâce aux réservistes d’Asie et au contingent qu’elle pourrait détacher des 4e et 5e corps d’armée, sans compromettre la situation en Asie. Il y aurait en outre 52 bataillons de réserve [redîf] de première catégorie (35 000 hommes) en Europe, et 332 compagnies (235 000 hommes) en Asie disponibles pour le service de campagne dès qu’ils pourraient être mis en ligne.

  • 51 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

40Le ministère de la Guerre avait élaboré un certain nombre de projets de réorganisation de l’armée à soumettre à l’approbation du parlement au courant 1909. La plupart de ces projets figurait dans le programme des Jeunes-Turcs et furent adoptés sans la moindre difficulté. Il s’agissait, tout d’abord de la modification de la loi de recrutement avec le service obligatoire pour les non-musulmans. Ensuite, venaient l’institution d’une milice nationale, la réforme de la loi sur les retraites, la régularisation de la solde et la révision des tarifs, la régularisation de l’avancement des officiers, avec une limite d’âge fixée dans chaque grade, la réforme de l’École d’État-major, l’organisation du service dans les corps de troupe des officiers d’État-major, la réduction du temps de service dans l’armée active pour les soldats servant au Yémen, au Hedjaz et dans les autres territoires éloignés, la convocation annuelle des réservistes, en vue d’exercices militaires, l’organisation annuelle d’exercices de tirs et de manœuvres, l’envoi d’officiers ottomans dans les armées étrangères et, non la moindre, l’inscription au budget annuel du crédit nécessaire à ces réformes51.

  • 52 Ibid.

41Pour la première fois, le parlement ottoman discuta et vota le budget général de l’Empire. Le montant des dépenses militaires prévues s’élevait à 148 639 770 piastres, contre 148 818 330 en 1908 (1324). Mais, il y avait loin entre les prévisions et la réalité. Le total des dépenses restant impayées sur les budgets antérieurs s’élevait à 362 552 L.T. et le déficit de 1908 avoisinait probablement cette somme. Depuis l’avènement du nouveau régime, le nouveau gouvernement avait été obligé de se faire avancer par divers établissements ou sociétés financières une somme totale de 5 040 057 L.T. pour faire face aux dépenses de toute nature et, en particulier, à celles nécessitées par le renforcement de ses troupes sur la frontière de Bulgarie. Au seuil de l’année 1909, un arriéré conséquent était à liquider, de 6 050 000 L.T., soit 139 millions de francs52.

42Le changement de régime fut suivi du renouvellement de tout le haut personnel militaire. Le nouveau chef d’État-major était le général Ahmed İzzet Paşa, qui avait pris part à la guerre gréco-turque de 1897, en tant qu’officier d’État-major au quartier général d’Edhem Paşa. Soupçonné d’être Jeune-Turc, il fut longtemps exilé à Damas. Puis, il fut ensuite chef d’État-major du maréchal Fevzî Paşa, au Yémen. En dernier lieu, il commandait la 14e division du Yémen. Le sous-chef d’État-major, le général Salih Paşa, qui avait fait sa carrière dans l’État-major était aussi exilé depuis longtemps à Sivas à cause de ses idées.

  • 53 Hüseyin Nazim Paşa (1859/60-1913) était d’origine circassienne. Après avoir terminé l’école militai (...)
  • 54 Mahmud Şevket Paşa (Baghdad 1856-Istanbul 1913) avait un père Tchétchène originaire du Dağıstan, Su (...)
  • 55 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 255 du 10 octobre 1908.

43Les commandants de corps d’armée étaient les suivants : le commandant du 1er corps était le général Mahmud Paşa, qui avait participé comme colonel à la guerre gréco-turque. Il avait été écarté, considéré comme trop libéral. Le commandant du 2e corps, le général Nazim Paşa53, officier d’État-major avait constamment servi sous von der Goltz. Il avait rempli plusieurs missions à l’étranger, puis fut emprisonné, à cause de son amitié avec Fuad Paşa. Sans avoir été entendu, il avait été condamné par un conseil de Guerre à six ans de prison et à la dégradation. Évadé de prison, il se cachait à Trabzon, jusqu’aux derniers événements. Les Jeunes-Turcs venaient de lui rendre son grade ainsi que la liberté à presque cinquante ans. Le général Mahmud Şevket Paşa54, officier d’artillerie, âgé de cinquante ans était le commandant du 3e corps. Chargé de plusieurs missions en Allemagne, directeur de l’artillerie au ministère, il fut aussi gouverneur général [vâlî] du Kosovo. Connu pour ses idées jeunes-turques, il n’avait jamais exercé aucun commandement. Le commandant du 4e corps, le maréchal Abdullah Paşa, un officier aux idées très modernes, était chef de la maison militaire de Sa Majesté. Le maréchal Osman Fevzî Paşa (« Tatar » Osman Paşa), commandant du 5e corps, était le commandant de la région de Manastır au moment des événements et avait été enlevé par les troupes révoltées de Niyazî Bey. Il n’eut qu’à s’en féliciter puisqu’il partagea aussitôt leurs idées. Le général Mehmed Fazıl Paşa exerçait le commandement intérimaire du 6e corps d’armée. Il commandait auparavant l’ensemble des forces ottomanes sur la frontière persane. Quant au commandant du 7e corps d’armée était le vieux maréchal Fevzî Paşa qui donna sa démission assez rapidement55.

  • 56 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

44L’intention du ministre de la Guerre était de diriger l’instruction des troupes à la préparation à la guerre et de la couronner de grandes manœuvres annuelles. Même s’il ne pouvait s’agir de manœuvres à grands effectifs, vu l’étendue du territoire, la dispersion des garnisons et le manque de communications, on prévoyait de petites réunions de brigades ou même parfois de divisions pour leur faire exécuter des évolutions d’ensemble et des manœuvres tactiques56.

  • 57 Ibid.

45Les réformes militaires des années 1908-1909, de par leur nombre, leur ampleur, leur profondeur et la rapidité avec laquelle elles furent prises, montrent l’importance primordiale de la rénovation de l’armée pour les Jeunes-Turcs. Toutefois, il s’agissait bien plus d’une réorganisation que d’une révolution dans les sphères militaires. En effet, il n’y eut pas de remise en cause de la totalité de la structure de l’organisation militaire, mais une réforme, certes générale, qui touchait à la fois à l’état d’esprit dans l’armée – influencée par l’ottomanisme – et codifiait la pratique par des règlements. L’avènement de la monarchie constitutionnelle marqua pour l’armée ottomane l’heure de la rénovation, en lui rendant la liberté, liberté de penser, d’agir et de manœuvrer57. Elle permit la préparation d’une réforme extrêmement importante et particulièrement sensible, le recrutement des non-musulmans.

  • 58 A.A., Türkei 159 n° 3, A. 19874, Der König Deutsche Botschafter an Auswärtiges Amt, n° 471, Telegra (...)

46Les événements les plus marquants d’après la « révolution jeune-turque » sont la nomination d’Enver comme attaché militaire à Berlin, les désordres et problèmes de discipline qui perduraient, ainsi que les modifications apportées dans l’armée. Les autorités allemandes se félicitaient de la nomination d’Enver comme attaché militaire à Berlin au début 1909. Ils ne le considéraient pas comme un véritable héros national, mais estimaient que son influence pouvait être très intéressante pour l’Allemagne. Connaissant mieux les Allemands, il serait à même de contrebalancer les préjugés qui circulaient parmi les Jeunes-Turcs58. Enver avait déjà fréquenté l’école d’État-major, à Berlin, comme officier d’infanterie de 1899 à 1902. Sorti second de sa promotion, il fut affecté à l’État-major, puis nommé sous les ordres de Hilmî Paşa, à Selânik. Au début du mois de juillet 1908, il reçut l’ordre du Comité révolutionnaire – comme presque tous les jeunes officiers du corps Fidélité de Macédoine – de gagner les montagnes et de donner l’ordre aux troupes constitutionnelles de commencer le combat. Enver avait étudié l’allemand et le français, mais il avait une meilleure connaissance du français qu’il continua à utiliser dans sa correspondance avec les Allemands.

  • 59 A. A., Türkei 159 n° 3, A. 4037/09, Militärbericht n° 147, Constantinople, le 28 février 1909, von (...)

47Enver et Niyazî étaient les héros les plus connus de la « révolution jeune-turque » de 1908 et ils en avaient tiré toute une aura. Le général von Ditfurth Paşa, dont Enver fut l’élève, proposa qu’il entre dans les commandos de l’armée impériale prussienne. L’affaire resta en suspens, car on ne laissa plus partir d’officier ottoman à l’étranger. Ahmed İzzet Paşa, le chef d’État-major de l’armée – très favorable aux Allemands – eut l’idée d’envoyer Enver à Berlin. Il y voyait un avantage pour l’ambassade turque à Berlin et cherchait à resserrer les relations entre les deux armées59. Tous les attachés militaires nommés par le sultan Abdülhamîd furent d’ailleurs rappelés et remplacés par des Jeunes-Turcs.

  • 60 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 318 du 27 février 1909.
  • 61 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 324 du 12 mars 1909.

48Depuis le mois de juillet 1908, un vent de liberté soufflait dans les esprits et notamment ceux des militaires. L’autocensure vécue sous le régime précédent avait laissé place à une effusion et un bouillonnement dans les pensées et les actes des militaires. Nombre d’officiers prenaient la parole dans les cercles militaires ou même dans des réunions publiques, pour exprimer leur approbation ou leur critique vis-à-vis de leurs chefs ou des actes du gouvernement. Des incidents survinrent à Edirne, lors de la crise ministérielle du mois de février 190960. Les autorités militaires s’émurent de ces manifestations mettant la discipline à mal. Le ministre de La Guerre adressa aux généraux et aux chefs de corps d’armée la circulaire suivante61 :

  • 62 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, annexe au rapport n° 324 du 12 mars 1909.

« Comme il est inutile de le démontrer, alors que le but suprême de tout individu est l’intérêt, la préservation du mal et la conservation de sa vie, dans le monde militaire, c’est grâce à l’influence extraordinaire de cette force morale magique qu’on appelle la discipline militaire que l’on voit s’accomplir le miracle de centaines et même de centaines de mille hommes, sur le moindre signe d’un simple lieutenant ou d’un commandant, mépriser tous les liens terrestres et voler à une mort certaine. L’ordre, ce principe vital de l’armée, et le dévouement à la guerre reposent tout entiers sur cette force.
Cette grande force morale, si longue à se développer et à s’implanter dans l’armée, peut être détruite par la plus légère faute ou la moindre indulgence de ceux qui ont pour mission de la maintenir, provoquant alors infailliblement, par sa transformation radicale en une force pernicieuse, la ruine et l’anéantissement de la nation et du pays. Tout soldat qui sait apprécier cette glorieuse valeur de la discipline militaire ainsi que ses interdictions, qui le font spontanément s’abstenir de toute attitude contraire à sa salutaire régularité, qui sait solidariser la liberté d’action que lui a donnée la constitution avec la régularité de l’armée entière, est véritablement digne de louanges. Au contraire, il est clair que ceux de nos officiers qui par leur conduite extérieure, leurs opinions trop librement exprimées ou leurs aspirations peuvent annihiler l’effet de la discipline sur la perfection de l’armée méritent d’être frappés avec toute la rigueur des lois.
Certains officiers subalternes, comme une conséquence naturelle des méfaits du régime passé et des conditions dans lesquelles a eu lieu le changement récent, ont mal compris le sens de la liberté et dans la punition de cette conduite répréhensible leurs chefs ont montré une certaine hésitation et indécision. Mais cette hésitation et indécision sont absolument incompatibles avec l’esprit de discipline qui doit exister entre les officiers et leurs supérieurs.
Aussi, il importe de déterminer les responsabilités suivant l’ordre hiérarchique, de tous les officiers et de montrer que ceux qui agiraient conformément à la loi seront récompensés et les contrevenants seront punis.
Les actes et faits qui ne sont pas permis par les lois militaires étant déjà connus de tous ceux qui font partie de l’armée, les agissements ayant un caractère agressif seront naturellement jugés par tous comme compromettant la discipline et partant dignes de punition.
Aussi, à l’exception des cercles et des casinos militaires, il est défendu aux officiers : de participer aux associations privées ; de s’occuper de politique en poursuivant un but déterminé ; de se rendre aux meetings et réunions ou d’y tenir des discours ; de se servir des associations privées comme un moyen de faire triompher telle ou telle opinion ; de publier des articles dans les journaux pour assurer le succès de quelques réclamations personnelles, ou d’une affaire concernant l’armée ; de se livrer çà et là à des actes incompatibles avec les lois et règlements militaires.
Les interdictions précitées étant prévues par les lois en vigueur, les contraventions à ces prescriptions doivent être punies conformément au code militaire. En cas de récidive, les punitions doivent être doublées »62

  • 63 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport du 6 février 1909.

49Une sorte d’esprit frondeur soufflait depuis quelques temps sur l’École militaire de Pangaltı, où des désordres assez graves se produisirent au mois de janvier 1909. Une partie des élèves demanda que la direction révoque les professeurs ou instructeurs qui ne leur convenaient pas, ainsi que la révision du programme des études. Les négociations échouèrent et des mesures sévères furent prises à leur encontre. Le ministre de la Guerre somma les élèves récalcitrants à la discipline de quitter l’établissement. Certains abandonnèrent l’école et d’autres poursuivirent leurs protestations. Les troupes cernèrent aussitôt tous les élèves et arrêtèrent une soixantaine d’entre eux accusés d’être les meneurs du mouvement. Ils furent écroués, puis déférés devant un Conseil de guerre. Leurs camarades restés à l’École durent jurer obéissance absolue aux ordres du ministère de la Guerre et soumission aux instructions de la direction63.

  • 64 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 291 du 12 décembre 1908.

50On craignait les tentatives de réaction contre la constitution. Par exemple, au mois de décembre 1908, une émeute militaire se produisit à Köprülü. Une dizaine de réservistes d’active [ihtiyât] voulurent finir la soirée dans un café-concert, mais elle dégénéra. Le lendemain, le commandant de la place, le général Mohsîn Paşa, trompé par un rapport présentant les événements comme un mouvement anticonstitutionnel, fit cerner la caserne par deux compagnies d’infanterie. Les 300 hommes dans les casernes prirent leurs armes pour se défendre et une fusillade générale s’ensuivit. Un tel incident montre bien les susceptibilités du moment...64

2 – Coups d’État et affrontements militaires

  • 65 Il s’agissait du 1er, du 7e régiment et du 3e du 8e régiment. Cf. S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, (...)
  • 66 Ibid.
  • 67 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 280 du 28 novembre 1908.
  • 68 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 284 du 1er décembre 1908.

51Des mesures préventives furent prises contre la réaction. Dès le mois de novembre 1908, le Comité Union et Progrès décida l’élimination progressive des troupes de la 2e division de la garde impériale de la capitale considérées trop dévouées au sultan et susceptibles de favoriser une tentative réactionnaire. Deux de leurs bataillons65 devaient être embarqués le 30 octobre à destination de Djeddah. Or, ils se mutinèrent et ne partirent pas. Un des bataillons de chasseurs [avcı] venu du 3e corps d’armée fut chargé de les calmer. Des coups de feu furent échangés et six mutins tués. On décida alors que la 2e division dépendrait directement du ministère de la Guerre et que ces bataillons pourraient être affectés n’importe où66. Ils furent effectivement envoyés au Hedjaz au courant du mois de novembre, sans aucun incident67. Cela servit d’exemple puisqu’un autre bataillon de la garnison d’Istanbul suivit le même chemin.68.

52Le ministre de la Guerre avait décidé d’incorporer un certain nombre de recrues d’Anatolie dans les bataillons de zouaves albanais et syriens de la garde du sultan, pour casser leur esprit de particularisme. Lorsque le premier détachement arriva à Istanbul, les zouaves syriens refusèrent de les recevoir. Ils persistèrent dans leur attitude indisciplinée malgré les conseils de leurs officiers. Les zouaves refusèrent de participer aux manœuvres organisées et s’assemblèrent devant leurs casernements formant des faisceaux et se préparant à la résistance.

53Le général Mahmud Paşa, commandant du 1er corps d’armée et le général Cevad Paşa, commandant de la deuxième division, accompagnés de quelques officiers supérieurs se rendirent auprès des mutins pour tenter de les calmer. L’effervescence continua à monter et les zouaves albanais se joignirent aux Syriens. On ordonna le recours à la force. Cinq bataillons d’infanterie ainsi qu’un bataillon de chasseurs [avcı] du troisième corps d’armée caserné à Taşkışla furent dirigés vers le palais de Yıldız, afin de cerner les rebelles. Les troupes reçurent l’ordre de se tenir prêtes à tirer. Mais, le commandant des zouaves albanais, Şehab Bey, intervint et réussit à calmer ses hommes. Une dernière sommation fut faite aux Syriens et trois officiers de la garnison de Yıldız, le major Şukrî Bey, l’adjudant-major [kolağası] Mehmed Alî et le capitaine Hamdî s’avancèrent, au risque de leur vie, vers les révoltés et réussirent à pénétrer dans leurs rangs. S’adressant à eux en arabe, ils les mirent en garde et ces derniers se soumirent à leur tour et rentrèrent dans leurs casernements.

  • 69 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 333 du 3 avril 1909.
  • 70 Georgeon, Abdülhamîd, p. 417.

54Ils furent transférés dès le soir même à la caserne de Taşkışla et remplacés à Yıldız par un « bataillon gardien de la constitution » des chasseurs. Les cinquante-huit zouaves reconnus responsables de la rébellion furent expédiés à Tripoli de Barbarie. Quelques jours plus tard, on supprima les deux régiments de zouaves69. Quant aux bataillons de chasseurs amenés à Istanbul, Kâmil Paşa, le grand vizir, les renvoya en Macédoine, prétextant qu’ils préparaient un coup de force contre le sultan70.

La première confrontation de deux factions de l’armée (les événements du 31 mart 1909 (13 avril)

  • 71 Cf. le dossier spécial de Toplumsal Tarih « 31 Mart’ta ne oldu? » [Que s’est-il passé le 31 mars ?] (...)

55La « révolution jeune-turque » avait été accomplie depuis neuf mois par les officiers du 3e corps d’armée et les soldats de la garnison d’Istanbul allaient tenter de prendre leur revanche par une « contre-révolution »71.

  • 72 Georgeon, Abdülhamîd, p. 418-419.

56Une opposition libérale ou religieuse, composée d’ulemas de rangs inférieurs, d’étudiants des medrese [softa] et de Şeyh de confréries s’était formée contre le Comité. Elle s’appuyait sur les mécontents du nouveau régime : les softas risquant de ne plus être exemptés du service militaire, les anciens fonctionnaires du régime hamidien mis au rancart et les officiers sortis du rang [alaylı] évincés par les officiers diplômés. Vahdetî, un Şeyh de la confrérie de la Nakşibandiyya intensifia sa propagande religieuse par son journal Volkan, fondé en décembre 1908, et par l’association de l’Union de l’Islam [Ittihad-i Muhammedi Cemiyeti] fondée en mars 1909. Ses partisans arrivèrent à infiltrer les « bataillons constitutionnels » des chasseurs de Selânık pour les rallier à leur cause. L’assassinat de Hasan Fehmi, le rédacteur en chef du Serbesti [la liberté] – journal libéral hostile au Comité survint dans la nuit du 6 au 7 avril et fut mis à son compte. Le lendemain, ses funérailles tournèrent à une manifestation anti-CUP, réclamant que justice soit faite. Le feu était aux poudres72.

  • 73 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 337 du 16 avril 1909.

57Le soulèvement avait très nettement le caractère d’une réaction tant militaire que religieuse. Ce mouvement fut encouragé, sinon dirigé par des officiers sortis du rang, qui croyaient que leur élimination de l’armée était décidée par le nouveau régime. Ils n’attendaient que le moment de se défendre et avaient été travaillés par les softas. Vivant dans les casernes avec leurs hommes, en contact permanent avec eux, ils partageaient les mêmes idées et avaient de l’influence sur eux73.

  • 74 Ibid.

58Les soldats étaient déjà mécontents des manœuvres qui leur étaient imposées et venaient allonger leur emploi du temps, survenant parfois à l’heure des prières rituelles. Tous ces soldats – hommes du peuple et fervents musulmans – étaient aussi choqués par l’attitude des officiers instruits [mektepli], pour la plupart partisans du Comité Union et Progrès et imbus de culture européenne, comptant trop peu avec les sentiments religieux de leurs hommes. Ils ne se gênaient pas pour afficher leurs idées et fréquentaient plus les cafés de Péra que les mosquées. Un abîme de plus en plus profond s’était creusé entre les officiers et leurs hommes, qui finirent par voir dans ce que disaient ou faisaient leurs chefs une insulte à la religion et une atteinte à leurs croyances. De là, leur indignation, leur fureur, puis leur révolte. Le mouvement de révolte du 13 avril était dirigé à la fois contre les officiers instruits et contre les doctrines du Comité Union et Progrès74.

  • 75 A. Kansu, « Anadolu’da 31 Mart ve İttihad ve Terakki », in Toplumsal Tarih, avril 2004, n°124, p. 1 (...)

59Une mutinerie se déclencha dans le 1er corps d’armée en garnison à Taşkışla à Istanbul, dans la nuit du 12 au 13 avril 1909. Plusieurs milliers de soldats désarmèrent leurs officiers, officiers instruits [mektepli] pour la plupart, et favorables au Comité et les enfermèrent dans leur caserne. Ils allèrent manifester devant le parlement, pendant la journée du 13 avril. Leur nombre se grossit d’autres soldats, de religieux et d’étudiants des écoles traditionnelles [medrese]. À la fin de la matinée, le parlement était encerclé par cinq à six mille soldats en armes. Selon des témoins oculaires, tous les manifestants avaient reçu de l’argent. On les vit dépenser le 13 et le 14 avril des sommes hors de proportion avec leurs ressources. Il en était de même d’officiers connus qui montrèrent d’importantes sommes d’argent lors de la location de voitures dans lesquelles ils paradèrent75.

  • 76 F. Georgeon, Abdülhamîd, p. 419-420.
  • 77 Cf. F. Georgeon, « La mort d’un Empire », op. cit., p. 581-583.

60Ils exigeaient la démission du grand vizir Hüseyîn Hilmî Paşa, du ministre de la Guerre, Rıza Paşa, et celle du président de l’Assemblée, Ahmed Rıza, le bannissement des députés unionistes et l’amnistie des troupes rebelles. En outre, ils réclamaient le rétablissement de la Şari’â. Ils occupèrent le Parlement et le ministère de la Guerre et s’en prirent aux officiers diplômés dont une vingtaine fut tuée ainsi que deux députés. Le 14 avril au matin, les rebelles contrôlaient la capitale76. Ahmed Tevfîk Paşa, qui avait longtemps été ministre de Affaires étrangères, fut nommé grand vizir et la Chambre reçut l’ordre de se conformer à la Şari’â77.

La seconde confrontation de deux factions de l’armée : le coup de force de Mahmud Şevket Paşa

  • 78 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 338 du 20 avril 1909.

61Le Comité Union et Progrès n’allait pas se laisser évincer aussi rapidement. Les événements du 13 avril avaient causé une très vive effervescence dans les milieux militaires de province. Ils avaient presque partout refusé de reconnaître le nouveau gouvernement. À l’appel du Comité, les 2e et 3e corps d’armée décidèrent de marcher sur la capitale, pour punir les coupables et rétablir la constitution menacée. Le mouvement commença dans la nuit du 16 au 17 avril78.

  • 79 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 340 du 26 avril 1909.

62Le 24 avril, Istanbul fut occupée et reprise par l’armée de Selânık de Mahmud Şevket Paşa contre les insurgés. Les troupes unionistes s’étaient mesurées aux défenseurs du sultan et de la réaction. « L’armée d’action » [hareket ordusu] de Mahmud Şevket Paşa avait rempli sa mission. Elle avait procédé à l’occupation de la ville, puis au désarmement des troupes de garnison. La résistance fut plus vive que prévu et l’opération la plus difficile fut la prise de la caserne de Taksim. Elle nécessita des bombardements. Toutefois, la flotte ne prit pas part aux opérations79.

  • 80 Ibid.
  • 81 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 341 du 30 avril 1909. Cf. F. Georgeon, « La mort d (...)

63L’état de siège fut proclamé et les mutins jugés et condamnés sévèrement. On procéda à l’arrestation de toutes les personnes suspectées d’avoir – comme auteurs ou provocateurs – participé au mouvement « anti-révolutionnaire » du 13 avril. Plus de six cent opérations furent conduites. Les troupes du 1er corps d’armée furent emprisonnées. Elles furent dirigées vers le camp de Çatalca et réparties en trois lots. Les soldats, pris les armes à la main ou ayant opposé de la résistance dans leur caserne furent déférés devant la cour martiale. Quant aux soldats libérables, ils furent renvoyés dans leurs foyers. Les autres furent dirigés vers la Macédoine et disséminés dans les garnisons du 3e corps d’arme. Le 1er corps d’armée avait cessé d’exister80. Il s’agissait d’intimider. Mais la conséquence la plus importante fut la chute du sultan Abdülhamîd II, déposé par une fetwâ du Şeyh ül-islâm. Exilé à Selânık, son frère Mehmed Reşad accéda au trône81.

  • 82 S.H.A.T. 7N1636, Constantinople, rapport n° 349 du 14 mai 1909. Cf. A. Kansu, op. cit., p. 76.
  • 83 Cf. İ. H. Danışmend, Sadr-ı-a’zam Tevfik Paşa’nın dosyası resmi ve hususi vesikalara göre : 31 Mart (...)

64Quel fut l’écho de la tentative de réaction militaire du 13 avril dans les provinces ? Elle eut surtout un contrecoup à Van et à Erzurum où se produisirent des incidents à peu près analogues à ceux d’Istanbul. Dès que les nouvelles d’Istanbul furent connues à Erzurum, les troupes de garnison, commandées par le commandant militaire, le général Yusuf Paşa, se répandirent dans les rues après avoir chassé leurs officiers diplômés [mektepli]. Il fit exiler 52 officiers Jeunes-Turcs de la garnison à Bayburt. La nouvelle du succès des armées constitutionnelles mit fin au désordre, sans que des événements graves ne surviennent. À Van, le calme fut rétabli assez rapidement, tandis que la situation continuait à être inquiétante à Erzurum. Malgré l’envoi en prison à Erzincan de Yusuf Paşa et des 45 principaux meneurs du mouvement, l’attitude de la troupe continuait à être menaçante. Les soldats refusaient de recevoir les 52 officiers Jeunes-Turcs exilés à Bayburt. Le gouvernement créa des commissions d’enquête pour rechercher ceux qui avaient encouragé le mouvement et les punir82. D’autre part, il y eut de véritables massacres à Adana, dont les Arméniens furent victimes du 14 au 16 avril 1909. 17 000 personnes participèrent à l’attaque et 1900 Arméniens décédèrent83. Des massacres avaient aussi été préparés à Mersin, Tarsus Kozan, Konya, Kayseri et Maraş mais leurs plans furent déjoués.

  • 84 S.H.A.T. 7N1636, Constantinople, rapport n° 353 du 22 mai 1909.

65En prenant les fêtes d’investiture du nouveau sultan comme un baromètre de popularité du régime en place, on peut observer qu’elles furent célébrées à Istanbul et dans certaines villes avec beaucoup d’allégresse, mais il n’en fut pas de même dans de nombreux endroits de l’Empire, et notamment en Anatolie, en Anatolie orientale, en Albanie et à Edirne84.

  • 85 Ibid.

66La question religieuse creusait un abîme entre le parti jeune-turc au pouvoir et l’ensemble de la population traditionnellement musulmane. Les milieux conservateurs étaient choqués par l’envoi de volontaires chrétiens à l’assaut des casernes d’Istanbul. Ils ne comprenaient pas qu’un juif et un orthodoxe aient pu participer à la mission des cinq députés chargés de signifier à Abdülhamid sa déchéance du sultanat et du khalifat. Tous les musulmans pendus pour avoir défendu la Şari’â étaient considérés comme autant de martyrs de la foi. Le projet d’incorporation des chrétiens dans l’armée qui était la grande idée du programme jeune-turc en matière militaire soulevait la réprobation. Ce mécontentement était savamment entretenu parmi le peuple et les soldats, par tous ceux, hoca, ulema, softa, fonctionnaires révoqués, officiers sortis du rang [alaylı], qui avaient un intérêt quelconque à la réaction85.

  • 86 Mahmud Muhtar Paşa (Katιrcιoğlu) (Istanbul 1867-1935) est le fils de Gâzî Ahmed Paşa. Après des étu (...)

67Lors de l’accession de Reşad au trône, le général Mahmud Muhtar Paşa86 lut la proclamation impériale du sultan à l’armée sur la place du ministère de la Guerre [ser’askérat] :

  • 87 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 358 du 31 mai 1909.

« Soldats, mes enfants,
Par une faveur de Dieu, grâce à l’intervention du Prophète, aux vœux et à la fidélité des peuples ottomans, au patriotisme et à la valeur de l’armée dont les exploits remplissent l’histoire nationale, je suis monté sur le trône de mes ancêtres comme premier souverain constitutionnel.
Je loue Dieu que le Chériat (sic) musulman ait été jusqu’à cet instant de ma vie le guide de toutes mes aspirations et de mes intentions. Maintenant aussi, grâce à l’établissement stable de la Charte constitutionnelle, unique source du bonheur et du salut de la nation et du pays et l’un des principes essentiels de la loi musulmane, je suis devenu Khalife, commandeur des croyants.
Je n’épargnerai rien pour accroître la gloire de notre bien-aimée patrie dont le sol est arrosé du sang de ses enfants, ainsi que pour assurer le bien-être et la félicité de la nation. Que Dieu bénisse mes efforts !
Comme l’unique moyen de conserver intactes et inviolables les limites naturelles de notre empire constitutionnel, de le conduire comme il convient vers le progrès et la prospérité, de sauvegarder les intérêts nationaux et de réaliser au plus haut point l’ordre, la discipline et la valeur militaire des forces de terre et de mer, je ferai tous mes efforts en vue du progrès et du perfectionnement de l’armée. Que Dieu exauce mes vœux !
Que le Tout-Puissant me fasse la grâce de montrer que je suis le digne fils de mes ancêtres dont les hauts faits ont illustré le nom ottoman et qui ont fondé un si puissant Empire.
Lorsque l’armée remplissant comme il faut son devoir sacré a constitué une forteresse invulnérable par sa discipline, son ordre, et sa valeur, elle a rempli l’univers de sa gloire. Au contraire, lorsqu’elle s’est élevée contre les ordres de Dieu, la volonté du Prophète, la direction et le pouvoir du Khalife, l’autorité de ses officiers, quand elle a oublié ses devoirs envers la divinité, le pays, la Nation, son souverain, ses pères et mères, qu’elle a perdu sa discipline et son obéissance, qu’elle n’a pas rempli sa mission qui lui est confiée de travailler au salut de la patrie, ce puissant État a été ébranlé si profondément qu’il a failli sombrer.
Il ne faut pas perdre de vue que les succès de l’armée sont avant tout liés à sa discipline. Aussi, pour la maintenir, je recommande impérieusement la douceur aux supérieurs et l’obéissance aux subordonnés.
J’affirme que les officiers et soldats, mes enfants, qui se soumettront de toute leur force, de toute leur bonne volonté aux prescriptions des lois et des règlements seront l’objet de ma bienveillance, mais que je châtierai avec la sévérité d’un père pour ses fils insubordonnés ceux qui s’engageront dans la voie opposée.
Dieu m’est témoin que je resterai, jusqu’à mon dernier soupir, fidèle à la Constitution, qui est conforme aux préceptes du Chériat (sic), m’appuyant en cela sur la force et la grandeur de notre armée et de notre marine, qui en sont les soutiens éternels.
Je renie et je maudis ceux qui agissent ou parlent contre la charte constitutionnelle.
Les officiers ont toute autorité pour maintenir la discipline, et ils doivent le faire en gagnant la confiance de leurs subordonnés, de même que ceux-ci doivent s’attacher à mériter l’affection de leurs supérieurs.
Je suis le chef suprême de l’armée et de la marine, qui sont douées des nobles vertus de nos ancêtres. Les officiers comme les soldats sont à mes yeux des aides et des serviteurs plus précieux que mes propres enfants.
J’attire toute l’attention des officiers et des troupes sur ces recommandations et je leur adresse à tous mes salutations.
À titre de commandant en chef de toutes les forces de terre et de mer je suis tout particulièrement lié de cœur à l’armée.
Je puis dire que l’armée est à moi et que je suis à elle. Que Dieu accorde le bonheur, le succès et sa divine protection en ce monde et dans l’autre à ceux qui serviront comme il faut l’État et la Nation »87

  • 88 Originaire de Baghdad, il avait terminé de l’École militaire de Pangaltı, en 1880. Envoyé en 1884 e (...)

68Les événements du 13 avril à Istanbul mirent au premier plan la personnalité du général Mahmud Şevket Paşa, commandant du 3e corps d’armée et de l’armée d’action [hareket ordusu]88.

  • 89 Ahmed İzzet Paşa (Furgaç) (Manastır 1864-Istanbul 1937). Diplômé de l’école militaire et premier de (...)
  • 90 Cf. İzzet Pascha, Denkwürdigkeiten des Marschalls..., Leipzig, 1927.
  • 91 BA/MA, N. 155/3, décembre 1910, von der Goltz.

69Après le retour du Comité Union et Progrès au pouvoir qui suivit la contre-révolution et l’exil du sultan, de nombreux élèves de von der Goltz gravirent les marches du pouvoir. Ahmed İzzet Paşa89, le chef de l’État-major demanda le rappel de von der Goltz au service de l’armée ottomane par une demande officielle au mois de mai 190990. Von der Goltz et les officiers de la nouvelle mission se rendirent en Turquie au mois d’octobre 1909. Von der Goltz y séjourna trois mois en Turquie, de la mi-octobre 1909 à la mi-janvier 1910. Il assista à des manœuvres et des exercices. On mit en application une idée favorite de von der Goltz en 1910 : l’introduction de régiments modèles et de la création de terrain d’exercices pour les officiers, avec un officier d’État-major allemand à leur tête. Dans ces centres d’exercices on entraînait des officiers d’infanterie pendant une durée de trois mois91.

Une armée en mutation (1909-1912)

  • 92 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 335 du 9 avril 1909.
  • 93 Ibid.

70Au début de l’année 1909, d’après des sources officielles92, l’armée et la marine possédaient encore un nombre pléthorique d’officiers. Ce qui était préjudiciable tant pour les finances du pays que l’instruction de l’armée. Le nouveau gouvernement chercha à diminuer progressivement le nombre d’officiers.93

  • 94 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 173 du 15 janvier 1911.

71Quel était l’état d’esprit dans les sphères militaires ? L’attaché militaire français, le commandant Maucorps, notait son étonnement devant les discussions, les échanges d’idées entre officiers ottomans et leur éclectisme, leur grande connaissance des questions militaires débattues à l’étranger. Cette bonne connaissance des réglementations étrangères, alliée à « un sens militaire atavique », selon Maucorps, les rendait tout à fait capables de choisir ce qui leur convenait le mieux94.

  • 95 Ibid.

Officiers et soldats en 190995.

officiers

hommes de troupe

moyenne

Guerre

40 619

267 312

1 off./612 soldats

Gde Maîtrise de l’Artillerie

1487

14 346

1 off./10 soldats

Marine

5090

9781

1 off./2 soldats

Total

47 196

291 439

  • 96 Ibid.

72Cet attaché militaire, cherchant à sonder les âmes des soldats turcs, posa cette question embarrassante à de nombreux officiers : « Que pense le soldat turc ? » On lui répondit : « Il pense qu’il doit obéir à son chef qu’il considère comme un père juste et bon. Il peut tolérer bien des choses, sauf qu’on attaque sa religion »96.

  • 97 Ibid.

73Quant à l’officier ottoman, Maucorps lui attribuait le double qualificatif « d’ondoyant et divers ». Il lui semblait que l’officier ottoman avait une personnalité plus marquée qu’en France. Les ingrédients suivants le distinguait de ses camarades, l’origine ethnique, le milieu social, les idées politiques, une influence étrangère... Bien que très divisés en temps de paix, ils avaient un esprit de corps pour faire aboutir des revendications. En temps de guerre, l’amour de la patrie les rendait solidaires pour marcher comme un seul homme contre l’ennemi97.

  • 98 Cf. Berrî ve Bahrî Erkân, Ümerâ ve zabıtanın tekaüdü için rütbe-i’askeriyelerine göre tayın olunan (...)

74De nombreuses mesures volontaristes furent prises. Tout d’abord, la loi sur les limites d’âge fut votée en juin 190998.

  • 99 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 371 du 18 juin 1909. Cf. A. Biliotti & A. Sedad, Légis (...)

Limites d’âge99

grade

âge

sous-officiers

41 ans

lieutenants, enseignes

43 ans

capitaines, lieutenants de vaisseau

46 ans

vice-majors, majors, capitaines de corvette

52 ans

lieutenants-colonels, capitaines de frégate

55 ans

colonels, capitaines de vaisseau

58 ans

généraux de brigade, contre-amiraux

60 ans

généraux de division, vice-amiraux

65 ans

maréchaux, amiraux

68 ans

  • 100 Il était toutefois fait exception pour les officiers subalternes, officiers supérieurs et généraux (...)
  • 101 Cf. A. Biliotti & A. Sedad, La législation ottomane depuis le rétablissement de la constitution, op (...)

75Le 25 juillet 1909, on adopta une nouvelle loi sur la révision des grades militaires applicable à tous les officiers généraux, officiers supérieurs et subalternes de l’armée de terre et de la marine, à tous les officiers du corps de santé et vétérinaires et à tous les assimilés pourvus d’un grade militaire, elle prévoyait l’éviction des anciens espions (art. 2), y compris ceux qui avaient été mis à la retraite après la proclamation de la constitution, en les congédiant sans droit à la retraite. Ceux qui n’étaient pas sortis des écoles militaires, des rangs ou qui n’avaient pas servi dans un corps d’active ou de réserve étaient exclus (art. 4)100. Les grades conférés aux élèves au cours de leurs études dans les écoles étaient annulés (art. 6)101. Cette loi, plus sévère que les précédentes permettait de débarrasser l’armée des indésirables, particulièrement de ceux qui avaient été favorisés par l’ancien régime et avaient eu des liens avec la réaction.

  • 102 Voir aussi Tasfîye-i rütbe-i’askeriye layihâ kanûniyesi [projet de loi relatif à la révision des gr (...)
  • 103 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, les rapports n° 371 du 18 juin 1909 et n° 173 du 15 janvier 1 (...)

76Votée au début de l’année 1910 pour lutter contre les promotions abusives, une nouvelle loi sur la révision des grades rétrogradait tout officier jusqu’au grade maximum qu’il aurait atteint en restant le minimum de temps légal dans chacun des grades précédents102. Cette loi réduisit de plus des trois-quarts le cadre de l’État-major général et suscita des ressentiments parmi le corps des officiers attisant les dissensions103.

  • 104 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 173 du 15 janvier 1911.

77La loi dite de bekaya fut votée au début de l’année 1910 pour amnistier les insoumis [bekaya]. Une fois incorporés, ils devaient servir sous les drapeaux le double du temps prévu par la loi. La nouvelle loi cherchait à apaiser et à calmer les anciens réfractaires qui suivaient désormais le sort des hommes de leur classe sans être punis104.

78La loi sur les officiers de réserve disposait qu’ils étaient recrutés parmi les officiers démissionnaires, les officiers retraités, reconnus aptes au service ou parmi les recrues – anciens élèves des écoles supérieures – ayant suivi pendant une année les cours de l’école de sous-officiers et ayant réussi les examens de sortie.

  • 105 Ibid. Cf. rapport n° 67.

79Cette loi avait une grande importance, car elle permettait d’avoir progressivement recours pour l’encadrement des formations de réservistes [redîf], à des officiers de complément et permettait ainsi de réduire le nombre des officiers actifs affectés en temps de paix à ces formations. Cette loi visait un double but, à savoir, la réalisation d’une économie substantielle et une meilleure utilisation des officiers de l’armée active, dont la pénurie se faisait sentir. Toutefois, le cadre des officiers des bataillons de réserve [redîf] était aussi composé d’officiers de recrutement et avait une proportion d’officiers de l’armée active105.

  • 106 Cf.’Askerî tekaüd ve istifâ kanûnnâmesi [règlement relatif à la retraite et la démission militaire] (...)
  • 107 Dans la loi sur la retraite et la démission des militaires du 11 août 1325/1909, l’article 13, modi (...)
  • 108 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 173 du 15 janvier 1911. Cf. rapport. 68.

80Un règlement sur les retraites et les démissions fut adopté le 23 août 1909106. Modifié ultérieurement, il reculait le droit à démission de dix à quinze ans de service. De même, le droit à la retraite que les officiers pouvaient faire valoir à partir de vingt ans était reculé à trente ans pour les officiers généraux et à vingt-cinq ans pour tous les autres107. Cette loi visait manifestement à retenir les officiers dans les rangs de l’armée108. Le taux de leur retraite était calculé de la manière suivante :

  • 109 Pour les officiers subalternes et supérieurs.
  • 110 Pour les officiers généraux.

Nb d’années de service x solde du grade

40109 ou 45110

  • 111 Cf. A. Biliotti & A. Sedad, La législation ottomane depuis le rétablissement de la constitution. op (...)

81Le droit à congé fut établi par un règlement. Mais les exigences de service devaient toutefois être prises en compte. Les congés ne seraient plus accordés lors de manœuvres importantes, qu’en cas de nécessité absolue. En outre, le nombre des officiers en congé ne pouvait dépasser le quart du nombre des officiers. En temps de guerre et de mobilisation, il ne serait accordé aucun congé111.

  • 112 Ibid.
  • 113 Cf. A. Biliotti & A. Sedad, La législation ottomane depuis le rétablissement de la constitution, op (...)

82On distinguait trois types de congés. Les congés avec intégralité de solde et de ration étaient les congés réglementaires d’un mois et demi par an auquel tout officier avait droit. En cas de nécessité, le congé normal pouvait être porté à trois mois, dont un mois et demi de solde sans ration, et même à six mois, en cas de nécessité absolue, auquel cas, la solde seule serait payée pendant quatre mois et demi. Pour des raisons diverses, un officier pouvait bénéficier d’un congé d’un an sans solde ni ration pendant les six derniers mois112. Pour se rendre à l’étranger, les officiers devaient obtenir l’autorisation du ministre de la Guerre. Quant aux sous-officiers ils pouvaient obtenir des congés d’une durée maximale de trois mois, à l’époque des récoltes113.

  • 114 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapports n° 35, 42, 71, 11, 161 et 172 notamment.
  • 115 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 75.
  • 116 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 72.
  • 117 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 158.
  • 118 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapports n° 154 et 159.
  • 119 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 151.
  • 120 Cf. S.H. A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 96.
  • 121 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapports n° 66 et 92.

83La réorganisation de l’armée fut votée par le parlement sans discussion ni en commission ni en séance publique114. L’adoption de nombreux règlements était prévue notamment sur les permissions des officiers115, la coiffure116, l’organisation des inspections d’artillerie117, l’organisation des régiments de cavalerie légère des tribus118, le mariage des officiers119, les écoles, l’école d’application d’État-major, l’école militaire de Pangaltı120, la constitution des écoles de sous-officiers d’infanterie et d’artillerie121. Elles cherchaient à doter l’armée de sous-officiers de carrière sur lesquels on pourrait compter pour au moins huit ans. En effet, l’armée turque s’était trouvée entièrement démunie de sous-officiers au lendemain des événements de 1908. La création de cours pour les officiers se fit en 1909 avant la publication des décrets constitutifs.

  • 122 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 173 du 15 janvier 1911.

84La totalité du budget militaire, pour 1910 (1326), comprenant le ministère de la Guerre proprement dit, les fabrications, les caisses de retraites et la gendarmerie s’élevait à 1 141 311 310 piastres (242 millions de francs). Or, le total des crédits demandés pour l’exercice 1911 (1327) s’élevait à environ 800 millions de francs, soit presque le tiers du budget. Il fallait y ajouter le budget extraordinaire voté pour trois années, soit 105 millions de francs, sans compter les dépenses prévues pour la marine qui se chiffraient à une trentaine de millions. La Turquie consentait un effort financier énorme à sa préparation militaire. Le ministère des finances avouait un déficit de 115 millions de francs pour le budget ordinaire. En outre, il fallait ajouter à ces dépenses militaires, les 115 millions votés en 1908 par la chambre pour la Marine, en vue de l’acquisition de Dreadnought, en Angleterre, le crédit d’environ 6 millions de francs destiné à l’achat de garde-côtes pour empêcher la contrebande des armes en mer Rouge ainsi que les contributions dites volontaires des fonctionnaires, apportées à la caisse de souscription nationale pour la flotte. Dans de telles conditions, il n’y avait que deux seules issues possibles à cette politique de réforme de l’armée ottomane : un emprunt ou la banqueroute122.

  • 123 Ibid.

85En fait, le jeu parlementaire de contrôle des dépenses ne fonctionnait pas vraiment. En effet, le ministre de la Guerre avait plutôt tendance à donner des ordres qu’à soumettre des demandes au Parlement. Fort de son prestige, de l’opinion publique et des exigences des officiers, il se sentait dans une position de supériorité face au Parlement. En outre, le ministre des Finances ne le freinait pas et déclarait : « le déficit budgétaire a une vertu éducatrice »123.

  • 124 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 466 du 25 juin 1912.

Les soldes en 1912124

grade

solde mensuelle
proprement dite

rations

sous-lieutenant

425

262

lieutenant

500

262

capitaine

700

350

capitaine ancien (après 6 ans de grade)

933

350

major

1250

735

lieutenant-colonel

1500

735

colonel

2000

1003

général de brigade

3000

1382

général de division

5000

2036

général de division de 1ère classe

7000

2432

maréchal

12 500

3039

86Les projets relatifs à la flotte avançaient. Malgré le dévouement déployé par le comité de la flotte qui avait recueilli au début de l’année 1912, 130 millions de piastres, cet effort était largement insuffisant. Ce fonds permit seulement d’acheter trois contre-torpilleurs modernes et deux cuirassés allemands, nommés « Barbaros » et « Turgut Reis ». On choisit d’adapter les achats aux moyens disponibles. La Turquie ne possédait aucun Dreadnought au moment de guerre italo-turque. Le « Reşâdiye », qui avait été commandé ne fut achevé qu’une année plus tard.

  • 125 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, annexe au rapport n° 409 du 31 mars 1912.

87Le budget ne permit pas de constituer une petite flotte de combat, puissante dans son ensemble. On envisagea de remplacer les versements réguliers de la population par un impôt naval unique pour trouver les fonds nécessaires. Cet impôt naval que Mustafa Bey estimait à 10 millions de livres pouvait servir de base à un emprunt suffisant à l’achat d’une petite flotte de qualité125.

  • 126 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 370 du 28 janvier 1912.

88Un courant était favorable à l’engagement d’officiers de marine allemands dans les milieux maritimes ottomans dans les milieux maritimes ottomans. Déçus des résultats médiocres des Anglais, ils argumentaient que les Allemands ne pourraient en obtenir que de meilleurs. Ils mettaient au crédit des Allemands deux qualités importantes : la méthode et la persévérance. Ayant vu comment les Allemands avaient métamorphosé l’armée de terre, ils les trouvaient encore plus indiqués pour leur flotte, car il y avait une similitude entre les marins allemands et ottomans – pour la plupart agriculteurs qui ne connaissaient rien aux affaires maritimes. Dispensant ce type d’enseignement de base en Allemagne, ils comprendraient mieux les besoins des matelots turcs nouvellement incorporés126.

  • 127 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 173 du 15 janvier 1911.
  • 128 Ibid.

89Des progrès matériels étaient réalisés en matière d’armement, de fortifications et de manœuvres. Les commandes de Mausers atteignirent 66 000 pièces pour 1910, ce qui porta le nombre total de fusils à 1 173 000, permettant l’armement de toutes les formations prévues par la nouvelle organisation. La commande de 300 millions de cartouches livrée en 1910 porta à 800 le nombre de cartouches par fusil. Avec cent quatre-vingts mitrailleuses livrées en 1910, l’Empire possédait 300 mitrailleuses. En matière d’artillerie, la Turquie possédait 558 canons Krupp de campagne T.R. auxquels s’ajoutaient les 90 commandés le 30 janvier 1910. Des améliorations furent apportées aux fortifications de Selânık et celles de Boulaïr furent évacuées. Un grand effort fut fait pour celles de Kırkkilise et particulièrement celles d’Edirne.127 À l’automne 1910, on réunit environ soixante mille hommes. Elles répondaient à une demande de la part de nombreux officiers128.

  • 129 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 359 du 13 janvier 1912.

90L’état d’esprit dans l’armée n’était pas serein. Au contraire, les divisions ne faisaient que s’accentuer. La guerre italo-turque attisait les dissensions entre partis et les surexcitait. L’armée était fort mécontente et pensait que l’autorité militaire avait laissé la Tripolitaine à la merci d’une attaque étrangère. Certains officiers avaient du ressentiment – voire une haine patriotique – envers leur ministre. Ils se trouvaient tacitement ralliés au parti de l’opposition, qui avait entamé une procédure de mise en accusation des membres du cabinet de Hakkı Paşa. Dans cette guerre, plus que Mahmud Şevket Paşa, qui était prêt, dès le début à écouter les conseils de l’Allemagne et à entamer des négociations de paix, le Comité Union et Progrès avait brandi le drapeau de la patrie et défendu l’intégrité du sol national129.

  • 130 Ibid.

91Les officiers étaient divisés par une kyrielle de critères, à savoir, l’origine ethnique, sociale, l’appartenance à l’État-major ou leur extraction du rang130. Parmi les officiers généraux, plusieurs coteries régnaient. L’une gravitait autour de Mahmud Şevket Paşa, faite de sympathies pour l’Allemagne. Elle réservait ses faveurs à ses membres, ainsi qu’aux officiers d’État-major et aux commandants en vue des garnisons. Une autre pourrait être appelée celle des « purs et durs », qui en revenaient toujours à leurs principes lors de « leur révolution » et qui restaient insatisfaits du ministre et du Comité Union et Progrès. Ils accusaient les membres civils haut placés d’avoir faussé la direction initiale du parti. On les rencontrait surtout parmi les officiers de la troupe dans les corps d’armée de Macédoine et d’Anatolie.

  • 131 Ibid.

92Moins impliqués dans ces mouvements politiques, les soldats étaient aussi réticents devant l’attitude de leurs chefs. Les officiers devaient, le plus souvent, se montrer extrêmement discrets devant leurs hommes et leur cacher leurs idées et leurs sentiments pour ménager leurs susceptibilités, notamment en matière d’observance religieuse. De vives animosités existaient et la tendance à l’indiscipline progressait parmi les officiers131.

  • 132 Ibid.
  • 133 Ibid.

93Pour donner une idée de l’état d’ébullition ambiant, nous évoquerons quelques exemples. À Manastır, les milieux militaires étaient assez agités. Les officiers de garnison, après s’être retirés du Comité Union et Progrès, sur l’ordre du ministre, étaient sur le point de constituer une sorte de Comité de Salut Public. Le commandant du corps d’armée, Fethî Paşa, qui s’y opposait, était devenu suspect et avait reçu des menaces de mort. Il suspendit les réunions du Cercle militaire où circulaient des idées jugées subversives. À la suite d’une altercation entre officiers, il mit les meneurs aux arrêts. Il contrôla très étroitement l’encadrement et mit un bataillon au commandement de fidèles officiers132. À İpek, le commandant d’armes, Hayreddîn Bey, n’avait pas hésité à envoyer aux journaux de la capitale une dépêche dans laquelle il déclarait que toute la population d’İpek adhérait au parti d’opposition. La sanction ne tarda pas à tomber, il fut immédiatement destitué par le ministre de la Guerre133.

  • 134 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 359 du 13 janvier 1912.

94En Albanie, les musulmans albanais avaient rejoint la rébellion des chrétiens malissores soutenus par l’Italie qui entamait sa marche sur la Tripolitaine. Fin 1909, les députés albanais avaient entamés une campagne parlementaire pour demander le respect du particularisme qui se transforma en revendication indépendantiste en 1910. À Scutari d’Albanie, le maintien de nombreux réservistes sous les armes depuis l’insurrection des Malissores provoquait le mécontentement. Puis, lassés d’attendre en vain leur licenciement, sous la pluie, le froid, en butte aux maladies, les réservistes se mutinèrent le 22 décembre. Ils envahirent le quartier général et menacèrent les officiers. Le commandant de la division, Hasan Rıza Bey, calma l’effervescence en demandant un délai de quelques heures, pour correspondre avec Istanbul. Les mutins rentrèrent dans leur camp, mais Hasan Rıza Bey expédia de nuit deux mitrailleuses, avec ordre de tirer au moindre mouvement. On accorda le renvoi des réservistes, mais en leur laissant le soin de rentrer par leurs propres moyens134.

  • 135 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 495 du 4 août 1912.

95Pour ramener le calme parmi les officiers subalternes, on accorda une centaine de promotions importantes à la fin du mois de juillet 1912. Comme les officiers se plaignaient de n’avancer qu’à l’ancienneté, le ministre de la Marine rédigea un règlement permettant les promotions au choix ou à l’ancienneté135.

Le coup d’État des officiers libérateurs (1912) [Hâl’askâr zabıtân]

  • 136 F. Georgeon, « La mort d’un empire (1908-1923) », dans R. Mantran, Histoire de l’Empire ottoman, op (...)

96Les Jeunes-Turcs avaient une victoire fragile. Le coup qui ébranla leur suprématie vint de l’un de leur bastion, la Macédoine, où des officiers s’étaient constitués en cercles anti-unionistes au printemps 1912 : le groupe des officiers libérateurs [Hâl’askâr zabıtân], à Istanbul, avec Nazim Paşa comme chef, le commandant du 1er corps d’armée basé à Istanbul. Ils s’opposaient aux méfaits de la politique au sein de l’armée et voulaient mettre fin à la suprématie du Comité. Les menaces d’intervention militaires furent telles que Saïd Paşa démissionna le 17 juillet. Puis Gâzî Ahmed Muhtar Paşa fut appelé pour former le « Grand Cabinet », d’où les Unionistes étaient absents. Au début du mois d’août, le parlement fut dissous et les Jeunes-Turcs perdirent leur dernier appui136.

  • 137 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 487 du 23 juillet 1912.

97Des actes d’indiscipline et des manifestations diverses eurent lieu en Albanie, au sein de l’armée parmi les officiers et la troupe. À la fin du mois de juin se produisit un incident à Manastır. Le 20 juin, le général Fethî Paşa, commandant du 6e corps et le colonel d’État-major Mehmed Alî, commandant de la division des réservistes [redîf], trouvèrent un pli contenant les revendications des officiers de la garnison sur leur bureau. Les officiers ne doutaient pas que le général, qui les encourageait depuis longtemps, transmettrait leurs revendications. Mais, prenant conscience qu’il se dérobait et qu’ils étaient compromis, ils prirent la montagne pour brusquer le cours des événements et mettre le commandant du corps d’armée et le gouvernement devant le fait accompli. Fethî Paşa, n’arrivant pas à arracher une déclaration de loyalisme aux officiers, fut rappelé à Istanbul et destitué. Le général Kerîm Paşa, commandant de la 17e division de Manastır était aussi d’accord avec les rebelles et leur avait témoigné ouvertement des marques d’approbation. Il resta toutefois à la tête de sa division, tout en n’ayant presque plus de troupes sous ses ordres. Le gouvernement préféra envoyer la 4e division à Manastır. Mais dès leur arrivée. Le comportement des officiers fut suspect, car ils se mirent en rapport avec ceux de la garnison. Au bout de quelques jours, 70 hommes du 3e bataillon du 11e régiment d’infanterie s’enfuirent dans la montagne137.

98Au mois de juillet 1912, la situation en Haute Albanie s’aggravait de jour en jour de par les désertions et les refus d’obéissance de la troupe. Les réservistes [redîf et ihtiyât] demandèrent d’être renvoyés dans leurs foyers. Dès le 2 juillet 1912, 150 réservistes occupèrent le bureau télégraphique d’İpek, télégraphiant au ministère de la Guerre [seraskerat], pour obtenir leur libération immédiate. Cafer Tayar Bey, le lieutenant-colonel [kaymakam], envoya des troupes contre eux et ils les reçurent à coups de revolver, provoquant de nombreuses morts. Ils furent libérés quelques jours plus tard et on décida de renvoyer également un grand nombre de réservistes d’active [ihtiyât] dans leurs foyers.

  • 138 Ibid.

99Le 9 juillet, à Ferizowitz, un bataillon et demi du régiment de réservistes [redîf] d’İştip se rendit à la station et força le chef de gare à faire chauffer un train pour les transporter le jour même à Köprülü. Le surlendemain, le reste du régiment, qui se trouvait à Vulçin, fut également ramené à Köprülü. Encouragé par l’exemple, à Vulçetrin, le 3e bataillon du 56e exigea son retour à Kumanovo, sa garnison. À Ferizowitz, le 19e bataillon de nişancι se mit en route pour Üsküb138.

100Ces faits ne restèrent pas longtemps isolés et se propagèrent parmi les troupes en contact avec les révoltés albanais. Les pertes sérieuses qu’ils infligèrent lors de combats quotidiens et les exhortations au calme d’émissaires secrets, démoralisèrent les troupes fidèles. La 1ère division ne fut bientôt plus en mesure de tenir tête aux insurgés. Hasan İzzet Bey dut évacuer Diakowa, à la suite d’une entente entre les bey révoltés et les rebelles. Quel exemple donnaient ces bey qui étaient, encore hier députés, jouissant du prestige social du fait de leur naissance et de la députation – étaient passés aux côtés de l’insurrection. Hasan İzzet Bey battit en retraite sur Prizvend, où il livra des combats très meurtriers, mais, sur la demande de ses troupes, entra en pourparlers avec les rebelles. Ils aboutirent à un accord, mettant fin aux hostilités et envoyèrent un télégramme au sultan pour demander la chute du ministère et la dissolution de la chambre. La 21e division imita l’exemple de la 1ère puis elles se retirèrent vers la plaine du Kosovo.

101À Üsküb, Saïd Bey, commandant par intérim du 7e corps d’armée réunit les officiers de la garnison pour leur demander s’ils étaient d’accord avec leurs camarades de la 1ère et de la 21e division. Solidaires, ils demandaient des lois spéciales pour la région albanaise et des concessions adaptées aux besoins du pays. Pendant ce temps les désertions continuaient, celle d’un lieutenant de gendarmerie d’Üsküb, Alî Efendi avec cent personnes, à Kumanovo, un officier de gendarmerie, Adîl Efendi avec 25 hommes, ainsi qu’un officier à Podiewo.

  • 139 Ibid.

102À Scutari d’Albanie, les actes d’insubordinations se multipliaient à tel point que le commandant de la division, Hasan Rıza Bey dut faire emprisonner huit de ses officiers. La démoralisation était généralisée dans toute la division. Les hommes désertaient continuellement et gagnaient le Monténégro. Des événements similaires se produisaient dans la division de Janina. Au nord de la ligne Janina-Manastır-Üsküb, il n’y avait plus d’autorité gouvernementale en Albanie. Les lieutenants-colonels avaient été chassés, les troupes avaient évacué le pays ou restaient l’arme au pied139.

  • 140 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 457 du 9 juin 1912.
  • 141 Ibid.

103L’insurrection albanaise avait été le déclencheur de la mutinerie militaire, elle avait servi d’exemple aux autres régions et l’ordre était également à rétablir en Macédoine ou en Anatolie orientale. C’est ainsi qu’avaient commencé les événements de 1908 quand Niyâzî et Enver s’enfuyaient dans les montagnes avec de petits groupes de soldats. Mais, à cette époque, il n’y avait pas d’insurrection, il s’agissait de se soustraire à la répression de la tyrannie hamidienne. Les choses avaient changé. Une fraction de l’armée, composée d’Albanais, passait dans le camp de ceux qui la combattaient. Des Albanais sous les drapeaux avaient refusé de marcher contre leurs frères140. Cela marquait un sentiment général et profond de désapprobation à l’égard de la répression exercée par le gouvernement. L’exemple donné par les mutins de Manastır, Perlépé et Débré était dangereux. Il aurait peut-être été suivi si les Albanais avaient constitué des unités entières. Or, ils se trouvaient répartis en minorité dans les compagnies, les bataillons, les régiments141.

  • 142 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 480 du 10 juillet 1912.

104Toutefois, ces mutineries n’avaient pas un caractère purement albanais, comme le prétendait le gouvernement, elles étaient aussi une manifestation du mécontentement des officiers. Les griefs les plus violents des officiers visaient le ministre de la Guerre. Ils lui reprochaient d’avoir livré l’armée à la politique. Ils lui en voulaient d’avoir laissé les officiers prendre part aux clubs du Comité Union et Progrès. On ne lui pardonnait pas d’avoir compromis l’honneur de l’armée dans les dernières élections, en la laissant participer à des manœuvres et des pressions politiques. Mahmud Şevket Paşa était atteint de plein fouet par la crise Les généraux les plus élevés et les plus en vue n’hésitaient pas à exprimer des opinions hostiles au gouvernement et surtout à Mahmud Şevket Paşa142.

  • 143 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 468 du 26 juin 1912.
  • 144 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 414 du 2 avril 1912.
  • 145 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 468 du 26 juin 1912.

105Cette mutinerie frappait le nouveau régime à son point sensible, dans son idéal qui s’effondrait et dans son armée – son œuvre de prédilection – dont elle entamait le prestige aux yeux de tous les Ottomans143. C’est contre le Comité que s’était levé l’étendard de la révolte. C’était aussi contre le Comité que s’était manifestée cette effervescence des officiers du 6e corps144. Et c’est aussi contre lui qu’était dirigée une conspiration qui se préparait parmi les officiers d’Istanbul. Un nouveau groupe s’était attribué le titre « d’officiers salvateurs » [Hâl’askâr zabıtân] et recrutait de nombreux adhérents. Il demandait que le Comité ne s’occupe plus de politique, que le Cabinet donne sa démission et qu’on procède à de nouvelles élections145.

  • 146 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 487 du 23 juillet 1912.

106Mais, cette indiscipline s’était étendue à toutes les troupes de l’Empire. De toutes les garnisons, arrivaient des télégrammes exprimant les mêmes revendications. Aux Dardanelles ou à Izmir, on s’interrogeait pour savoir si on marcherait sur la capitale pour faire lâcher prise au gouvernement. Des délégations d’officiers étaient envoyées au ministre de la Guerre, ainsi qu’au Palais. À Damas, trente-sept officiers se mutinèrent, s’enfermèrent au cercle et demandèrent la démission du commandant du 8e corps d’armée, de Saïd Paşa, le commandant de la brigade de cavalerie et du chef d’État-major, Nurî Bey, connus pour leur attachement au Comité146.

  • 147 Ibid.

107Les mécontentements de l’armée avaient trouvé dans les revendications des Albanais un appoint et un appui contre le gouvernement. Mais l’armée avait elle aussi de nombreux griefs contre lui, tels la justice, la bonne administration de l’avancement, l’équitable répartition des garnisons et des commandements, le respect de la hiérarchie et de la discipline147.

  • 148 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 490 du 24 juillet 1912.
  • 149 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 505 du 17 août 1912.
  • 150 Ibid.

108Mahmud Şevket Paşa démissionna et Gâzî Ahmet Muhtar Paşa forma le cabinet148. Le lendemain, le grand vizir Saïd Paşa n’obtenant pas le vote de confiance du Parlement, démissionna aussi. Ainsi, le Comité Union et Progrès passa dans l’opposition. Le pays attendait la guérison des deux plaies d’où le mal était venu : la fin de la révolte albanaise et le rétablissement de la discipline dans l’armée. Dès son arrivée à la tête du ministère de la Guerre, Nazım Paşa adressa une circulaire ministérielle aux corps d’armée et aux divisions indépendantes, pour les inviter à signifier aux officiers placés sous leurs ordres l’interdiction absolue de faire de la politique149. La circulaire fut bien accueillie par tous les commandants des corps d’armée qui s’étaient empressés de télégraphier au ministre de la Guerre l’excellent état d’esprit de leurs subordonnés. Ils affirmaient que les officiers étaient décidés à ne s’occuper que de leurs devoirs militaires et à se conformer exclusivement aux ordres de leurs chefs et du souverain. À la suite de cette circulaire, les officiers de Manastır, qui s’étaient séparés en deux factions s’étaient réconciliés. L’amnistie des officiers rebelles avait été proclamée150. Le ministre des Affaires Étrangères, Noradounghian Efendi tenait ces propos sur la politique et l’armée :

  • 151 Ibid.

« Nous voulons également extirper de l’armée le virus de la politique. Et nous y parviendrons sans nul doute, car nous avons déjà satisfaction de voir qu’en ce cas nos premiers efforts ont été couronnés de succès. L’armée, comme vous le disiez il y a quelques jours, comprend qu’elle ne peut pas, sous peine de mener le pays à l’abîme, se fractionner en cohortes prétoriennes. Nous ne pourrons jamais empêcher évidemment qu’il y ait quelques ‘têtes brûlées’ quelques exaltés qui enfreignent les ordres donnés par les autorités militaires ; mais nous les ‘démissionnerons’ impitoyablement. Nous avons le plus ferme espoir que ces premières mesures nous rétabliront l’ordre dans le pays et que nous lui assurerons pour l’avenir la tranquillité, le calme, la sécurité dont il a tant besoin »151.

  • 152 Le général Hadî Paşa, qui en l’absence d’Ahmed İzzet Paşa, au Yémen, remplissait les fonctions de c (...)
  • 153 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 508 du 19 août 1912.
  • 154 Ibid.

109Nazim Paşa procéda à une série de mutations dans le haut commandement, en réaction envers son prédécesseur152. Plusieurs officiers allemands, dont le contrat venait d’expirer furent remerciés et ne devaient pas être remplacés (les majors Cretuis et Binhold)153. Une circulaire ministérielle de Nazim Paşa prescrivit que le ministre de la Guerre devrait être avisé des congés des officiers et recevoir les relevés mensuels des officiers absents de leur garnison. Lors de la période troublée, les officiers avaient pris l’habitude de s’absenter sans permission de leur garnison et de venir à Istanbul, la plupart du temps, pour prendre part à des réunions ou manifestations politiques154.

110La division des partis se calma à l’automne 1912 et le manifeste du Comité Union et Progrès en était un témoignage. Le siège central du Comité s’adressait ainsi à la Nation :

  • 155 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 534 du 3 octobre 1912.

...« Aujourd’hui, l’Union et Progrès sera le soutien le plus puissant du gouvernement qui, en face de l’ennemi veut fouler le sol sacré de la patrie, ne représente pas tel ou tel parti, mais l’ottomanisme. Cet appui, l’Union et Progrès se fait un devoir de l’accorder non seulement en ne faisant pas d’opposition au gouvernement, mais sous toute autre forme requise par le gouvernement, et il invite tous ses membres à remplir dans la mesure de leurs forces ce devoir patriotique. Nous ne doutons pas que grâce à cette entente parfaite et à cette confiance réciproque de la nation et du gouvernement, le Croissant ne tombera pas à terre mais planera toujours dans les cieux »155.

111Nazim Paşa nourrissait le projet de réorganiser l’armée et s’exprimait en ces termes :

  • 156 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 508 du 19 août 1912.

« Notre nouvelle organisation ne vaut rien (sic). Nos divisions sont trop petites. Je veux les rétablir à 4 régiments et renforcer les brigades. Toute la cavalerie est à remanier. Et puis, nos divisions de redif (sic) sont à refondre complètement : il faut qu’elles dépendent des commandants des corps d’armée, chacun d’eux ayant le commandement et l’administration en temps de paix d’une ou deux et quelquefois de trois d’entre elles ; mais tout cela c’est un gros travail. L’État-major est déjà en train de l’étudier »156.

  • 157 Ibid.
  • 158 Ibid.

112La réorganisation de 1910 était à peine achevée dans l’armée ottomane, par exemple en ce qui concernait les services et les réservistes [redîf], qu’elle s’apprêtait à subir un nouveau bouleversement dans ses grandes unités, dans ses rouages essentiels et jusque dans son assiette territoriale157. De 1909 à 1912, l’armée ottomane avait eu trois années pour se préparer. Elle avait beaucoup travaillé pendant les deux premières. L’insurrection albanaise – qui l’avait déjà paralysé en 1910 et 1911 – et des luttes politiques avaient ralenti son effort158.

113Cette période de réformes et de transition était traversée de soubresauts où s’affrontaient les aspirations à la modernité et la fidélité aux préceptes de l’islam, représentées au sein de l’armée, se livrant à des alliances pour s’assurer le pouvoir. Époque troublée, agitée par des courants antagonistes qui fomentèrent cinq coups d’État en l’espace de six années, dangers extérieurs qui, au lieu de s’effacer devant cette société en reconstruction et en devenir, s’amplifiaient et prenaient une acuité menaçant son devenir même. Les conflits armés, la perte de territoires, le reflux des immigrés [muhâcir] venant se réfugier en Anatolie, suscitèrent une radicalisation où la guerre était la seule issue pour sauver l’Empire.

3 – D’une guerre à l’autre

114Trois guerres surprirent l’armée en pleine réorganisation et aussi en proie aux divisions, la guerre italo-turque puis les guerres balkaniques. Désormais, l’armée ottomane ne connut plus de répit jusqu’à la Première guerre mondiale. Contrainte à se défendre lors de ces trois affrontements, elle n’eut pas le temps de panser ses plaies qu’elle se préparait déjà à un autre conflit d’une toute autre envergure.

La guerre italo-turque

  • 159 A la veille de l’invasion italienne en Libye, les forces armées ottomanes comptaient 4 armées et 3 (...)
  • 160 Cf. A. Martel, La Libye 1835-1990, essai de géopolitique historique, Paris, op. cit., 1991, pp. 86- (...)

115Les Italiens débarquèrent en Libye avec 36 000 hommes. Les Ottomans espéraient en aligner autant, mais avec seulement 4000 à 5000 réguliers159, à cause d’autres conflits les mobilisant dans des contrées lointaines, tel le Yémen. Maîtres de la mer, les Italiens avaient un avantage incontestable. En outre, ils escomptaient le soutien des populations locales et plus particulièrement de la confrérie Sanûsiyya, qu’ils croyaient hostile aux Ottomans. La réserve de la Sanûsiyya vis-à-vis de l’Empire fut interprétée à tort par les Italiens comme une sympathie potentielle envers les Européens. Et ils ne furent pas reçus en libérateurs160.

  • 161 S.H. A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 422 du 16 avril 1912.

116Toute une collaboration entre les forces ottomanes et les populations locales se mit en place. Les commandants affectés en Tripolitaine étaient particulièrement bien choisis et en phase avec les populations locales. Un certain nombre de jeunes unionistes avaient ainsi été dépêchés : Enver, Halil, Fethi (Okyar), Mustafa Kemal, Azîz... Edhem Paşa, ancien général de brigade, avait repris du service pour la guerre et commandait les forces turco-arabes réunies dans cette région. Âgé de soixante-dix ans, il était encore très vigoureux. Natif d’Alep, il parlait arabe, et grâce à sa force et l’ascendant de son âge, il exerçait une grande influence sur les Bédouins161.

  • 162 Enver en était tout à fait conscient et satisfait.... « La force morale des Arabes augmente de jour (...)

117Enver Bey jouissait aussi d’un prestige considérable auprès des Bédouins car il était un gendre [damad] du sultan162. Son prestige et la sympathie qu’il exerçait étaient tels qu’il obtenait de tous l’obéissance la plus complète et la plus empressée. Les Şeyh arabes baisaient ses vêtements et les femmes bédouines lui manifestaient la plus vive admiration. Selon les propos du général Edhem Paşa, le commandant des forces turco-arabes devant Tobruk :

  • 163 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 422 du 16 avril 1912. Enver ayant épousé une sultane, (...)

« Les Arabes aiment Enver Bey de tout leur cœur, car il les traite avec considération et surtout parce qu’ils savent qu’il est lié à la famille du sultan. Pour s’attacher encore plus les Arabes, il est entré dans la secte (sic) des Sanusi et est devenu un des lieutenants religieux du grand cheikh (sic). À son arrivée à Dema, il ne connaissait pas un mot d’arabe, aujourd’hui, il le parle couramment »163.

  • 164 D’après Osman Bey, 100 000 hommes : au moins 10 000 se trouvaient à Tobruk, plus de 20 000 à Derne (...)

118Le nombre d’officiers en Cyrénaïque était d’au moins 150 et le total des effectifs des troupes turques ne dépassa pas les 5000 hommes. Quant aux forces arabes, elles ne dépassaient pas les 10 à 15 000 hommes164.

  • 165 Fondée à la Mecque en 1837-1838 par Mohammad ben Alî as-Sanusi, la Sanusiyya était basée en Cyrénaï (...)
  • 166 Cf. A.T.A.S.E., K. 18, F. 1-28. Lettre adressée par le commandant d’État-major du Khalife à Seyyîd (...)
  • 167 Enver faisait état, à la fin du mois de mai 1912 d’une lettre de soutien que lui avait adressé Ahme (...)
  • 168 Ahmed aş-Şerîf demandait dans un courrier adressé à Enver qu’il donne des armes et des décorations (...)
  • 169 « Sa Majesté m’a envoyé l’Osmaniye de première classe pour seyyîd Ahmed, puis un sabre couvert de d (...)
  • 170  J’ai encore des officiers en nombre insuffisant. D’autre part, j’attends l’arrivée de mon ami le g (...)

119Le soutien de la Sanûsiyya fut sollicité par le sultan165. S’adressant à Ahmed aş-Şerîf as-Sanusî, il lui demanda d’ordonner à toutes ses zaviye de mener la guerre ensemble pour la cause de Dieu et repousser les ennemis de la religion166. Ahmed aş-Şerîf était en contact avec Enver et collaborait avec lui167. Les Ottomans attribuèrent à leurs alliés Sanûsî des grades honorifiques, des gratifications en tous genres, des armes, des costumes et des cadeaux pour se les concilier168. Ahmed aş-Şerîf reçut l’Osmaniye de première classe, ainsi qu’un sabre couvert de diamants d’une valeur de 25 000 L.T et de somptueux cadeaux169. Toutefois, Ahmed aş-Şerîf ne participa pas directement à la guerre, suscitant la suspicion d’Enver170.

  • 171 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 364 du 27 janvier 1912.

120Les contingents arabes n’étaient pas directement commandés par les officiers turcs mais ils marchaient au combat sous la conduite de leurs Şeyh. Les officiers turcs formaient le commandement général et avaient des fonctions d’aides et d’intermédiaires. Ils effectuaient les reconnaissances, portaient aux chefs des tribus les instructions du commandement, en surveillaient l’exécution, dirigeaient et coordonnaient les efforts. Ils s’occupaient des ravitaillements et accomplissaient des tâches d’état-major171.

  • 172 Selon Osman Bey, les Sanusî n’avaient pas moins de 30 millions de francs dans les banques égyptienn (...)
  • 173 Ibid.

121La guérilla se poursuivait en continu. D’après Osman Bey, un officier turc, la coopération des Sanûsî était un appoint considérable pour le succès de la résistance. Tous les contingents arabes marchaient au nom et sur l’invitation des Sanûsî. De jeunes Şeyh commandaient les Sanûsî et disposaient des ressources matérielles et pécuniaires de la confrérie172. Le grand Şeyh de Kufra avait promis de venir à la rescousse en cas de besoin. Avec les Sanûsî à leurs côtés, les Ottomans se sentaient sûrs de la victoire. Et si la paix était signée, ils étaient persuadés que les Bédouins continueraient la lutte173.

  • 174 D’après la description faite par Osman Bey, ils avaient les jambes et les bras nus, le torse seulem (...)
  • 175 Ibid.
  • 176 O. Koloğlu, Libya Savaşında İslam Kamuoyu [L’opinion publique musulmane lors de la guerre de Libye]

122Un certain nombre de notables musulmans crétois étaient venus se joindre aux Bédouins et se faisaient remarquer par leur habileté de tireurs. Osman Bey avait rapporté du théâtre de la guerre une admiration profonde pour les Bédouins, pour leur vigueur, leur taille, leur agilité, leur endurance et leur courage174. La solidarité musulmane se manifestait aussi par la générosité des Égyptiens qui permettait l’entretien de cinq hôpitaux en Cyrénaïque175. Mais l’élan de solidarité de l’opinion publique musulmane se manifesta bien plus dans les déclarations que dans une aide concrète en hommes, armes ou argent176.

  • 177 Cf. A. Martel, La Libye 1835-1990, essai de géopolitique historique, Paris, op. cit., 1991, pp. 86- (...)
  • 178 Cette décision fut prise avant-même son arrivée en Tripolitaine. Dans une lettre, il s’exprimait ai (...)

123Conflit non-éteint, la guerre italo-turque se poursuivit en filigrane et des officiers et des soldats ottomans restèrent pour encadrer les volontaires locaux jusqu’en 1919177. Enver avait créé un tissu de résistance dès le début du conflit178. Il définissait ainsi la résistance arabe qu’il avait formée :

  • 179 Aîn-al-Mansûr, le 24 décembre 1911, in Ş. Hanioğlu (prép. à publ.), Kendi mektuplarında Enver Paşa, (...)

...« Mais ce qui est le principal ce sont mes Arabes qui sont vraiment à admirer. Ils méritent tout éloge. Et pour pouvoir continuer la guerre pendant des années et des années je travaille à élever des commandants subalternes et capables d’agir selon mon désir mais avec l’initiative du soldat éduqué, afin que mon absence ou la disparition de ma personne ne puisse empêcher ou ralentir la résistance arabe. »179...

  • 180 Cf. A. Martel, La Libye 1835-1990, essai de géopolitique historique, Paris, op. cit., 1991,
    p.91.
  • 181 Représentant du sultan à Trablusgarb et Bingazi.
  • 182 O. Koloğlu, « Aziz Ali neyin peşindeydi ? » [Derrière quoi courait Aziz Ali ?], Popüler Tarih [Hist (...)

124Dès la paix signée, Enver Paşa rencontra Ahmed aş-Şerîf as-Sanusi. Sa démarche fut interprétée comme une délégation de souveraineté du sultan au Şeyh180. Le titre de nâ’îb as-sultan Trablusgarb-u Bingâzî181 lui fut attribué ultérieurement, au début de la Première Guerre mondiale. Mais une autre guerre commençait à embraser les territoires européens de l’Empire, la première guerre balkanique. Nombre d’officiers et de soldats turcs furent rappelés pour aller combattre sur ce nouveau front. Lors de son départ, Enver confia le commandement du front de Derne à Azîz al-Misri. Des problèmes surgirent alors car Azîz Bey ne remit pas aux troupes arabes les armes et la nourriture qui leur étaient destinées, suscitant une animosité envers les officiers turcs. Azîz fut jugé pour son comportement douteux en 1914 par une cour martiale à Istanbul182.

Le début des guerres balkaniques

  • 183 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 533 du 2 octobre 1912.

125La guerre surprenait les Ottomans dans des conditions très défavorables, car sur le plan extérieur, la question de la guerre avec l’Italie était encore pendante, la paix n’ayant pas été conclue. D’autre part, l’agitation intérieure continuait avec son cortège de luttes intestines. En outre, les forces disponibles étaient peu nombreuses, car immobilisée par d’autres conflits. Les délais d’acheminement se faisaient longs. Toutes les forces d’Anatolie étaient forcées de passer par le goulot d’étranglement de la mer de Marmara. Quant au 8ecorps, il était immobilisé en Syrie et 60 000 hommes étaient au Yémen depuis deux ans183.

  • 184 P. Dumont, « La mort d’un empire (1908-1923) », op. cit., pp. 607-608.

126Les combats évoluèrent très rapidement à la défaveur des Ottomans. Au début du mois de novembre, les Bulgares envahirent la Thrace orientale et firent le siège d’Edirne à la fin du mois d’octobre, puis atteignirent la ligne de Çatalca. Les Grecs annexèrent la Crète, occupèrent l’Épire, la Macédoine méridionale et Selânik et s’emparèrent de plusieurs îles. Les Serbes s’installèrent en Macédoine du nord et dans le Kosovo et les Monténégrins à Scutari d’Albanie. Turcs et Bulgares signèrent un armistice à Çatalca, le 3 décembre 1912. La conférence de Londres du mois de décembre 1912 fut un échec à cause des exigences des belligérants184.

  • 185 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 546 du 20 décembre 1912. On ne peut que s’étonner de l (...)
  • 186 Ibid.

127Deux principaux changements affectaient l’ensemble des cadres depuis la guerre balkanique : les permissions et surtout la politique. En effet, les officiers n’hésitaient pas à demander des congés de 10, 20 et même 30 jours, pour venir se reposer à Istanbul et ils leur étaient accordés185. Depuis l’arrêt des hostilités, les officiers faisaient plus que jamais de la politique. L’emprisonnement suivi du procès des principaux Unionistes, la responsabilité des différents chefs dans les récents désastres, les conditions de l’armistice et les négociations de Londres alimentaient les discussions et servaient de prétexte aux accusations. Nazim Paşa était accusé d’incapacité notoire dans la préparation et la conduite de la guerre. Il lui était particulièrement reproché d’avoir cédé sur la question du ravitaillement d’Edirne. Les Unionistes déclaraient qu’ils n’abandonneraient jamais cette ville car, ravitaillée, elle ne serait pas tombée. On reprochait à Nazim Paşa de n’avoir pas voulu la guerre et on le sommait de démissionner. Ils ne se reconnaissaient pas en lui et ne l’autorisaient pas à signer la paix en leur nom. Lui qui cherchait à empêcher les officiers de faire de la politique, on lui reprochait d’avoir confisqué le pouvoir à la faveur d’un complot. Nazim Paşa cherchait par des concessions à se concilier les officiers unionistes les plus influents, mais sans succès186.

  • 187 Ibid.

128Quant aux officiers de la Ligue militaire, ils le considéraient comme suspect à cause de ses pourparlers avec les officiers unionistes. Les plus virulents l’accusaient de trahison et allaient jusqu’à s’entendre avec leurs adversaires pour le taxer d’incapacité. La situation du ministère s’en trouvait très ébranlée187.

  • 188 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 548 du 21 décembre 1912.
  • 189 Ibid.
  • 190 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 551 du 23 décembre 1912.

129Après la guerre, Mahmud Şevket Paşa déclara que prendre l’offensive aurait été une grave erreur, car l’armée n’était pas prête à faire la guerre. Il disait qu’Abdullah Paşa était de son avis et qu’on avait grand tort d’en faire le bouc émissaire des désastres. Il ne comprenait pas comment Nazim Paşa avait pu signer l’ordre d’offensive générale, tout en connaissant bien l’armée. L’État-major – en la personne de Pertev Paşa – qui aurait dû le renseigner sur la situation des forces, l’avait déterminé à prendre l’offensive. Mahmud Şevket Paşa disait n’avoir jamais eu confiance en lui et avoir refusé, tant qu’il était ministre, de lui laisser la direction de l’État-major qu’il ambitionnait. Il le qualifiait de « jeune homme bon à faire la guerre sur le papier avec des petits drapeaux »188. Il l’avait jugé l’année précédente, quand il était chef d’État-major d’Abdullah Paşa contre les Malissores. Il avait alors demandé 20 bataillons, alors que 4 auraient suffi. Il fit venir en Thrace des milliers d’hommes et négligea tout le reste, alors qu’il aurait d’abord fallu envoyer des munitions et des vivres et les soldats après189. Mahmud Şevket Paşa le rendait responsable de la défaite. Toutefois, les avis étaient partagés, Mahmud Muhtar Paşa était aussi partisan du plan d’offensive. Il ne pensait pas qu’il fallait s’en tenir au plan de von der Goltz, en gardant la défensive sur la ligne de l’Erghene190.

  • 191 Ibid.

130Mahmud Şevket Paşa trouvait que tous ces jeunes gens ne connaissaient pas leurs soldats, qu’ils avaient eu tort de douter d’eux et de leur reprocher d’avoir fui. En effet, bien des officiers avaient fui les premiers, en présentant comme seule excuse qu’ils ne pouvaient pas se battre avec de tels soldats. Les soldats se sont toujours bien battus pourvu qu’ils aient des cartouches et du pain. Or, ils n’en avaient pas. Il disait qu’après des désastres comme ceux qu’ils avaient vécus, des troupes françaises ou allemandes n’auraient peut-être pas pu être reprises en main, mais qu’avec les soldats turcs, qui étaient des « brutes » (sic) au lieu de fuir avec eux, il fallait plutôt les ravitailler191.

131Quant à Mahmud Muhtar Paşa, il incriminait l’État-major, qu’il jugeait au-dessous de tout. Il tenait ces propos :

  • 192 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 565 du 7 février 1913.

« Car si nous avons tout eu contre nous : la surprise de l’ennemi, le défaut d’organisation, le terrain, les intempéries, etc...nous aurions pu nous en tirer tout de même à notre honneur, si le commandement supérieur avait été à la hauteur de sa tâche. Mais comme vous le savez, il a été au-dessous de tout »192.

132Autocritique vis à vis de cet échec militaire, il en arrivait à la conclusion que si les militaires avaient fait de grosses erreurs – dont ils portaient une importante responsabilité – elle devait cependant être partagée avec le ministère des Travaux Publics, responsable, pour sa part, de l’infrastructure des chemins de fer. Il avait des mots très amers à leur endroit :

  • 193 Ibid.

« ... Ceux qu’il faudrait pendre, ce sont les fonctionnaires des travaux Publics, ces hommes qui depuis quatre ans, n’ont pas trouvé le moyen de faire construire les routes et les voies ferrées qui devraient nous être indispensables en cas de guerre. Il suffisait de 13 000 livres pour achever un tronçon de 30 kilomètres entre Vise et Kırkkilise. Ah ! si nous l’avions eu ! Quelles pertes d’hommes et de matériel, nous eussions évitées ! Et de Baba Eski à Lule Burgaz, cela a été la même chose ! »193.

  • 194 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 471 du 27 juin 1912.

133Par ailleurs, des problèmes s’étaient posés lors de la mobilisation. La pénurie des chevaux de trait constitua une grosse difficulté et causa de gros retards aux unités d’artillerie194.

134Les Jeunes-Turcs étaient bien décidés à exercer une véritable dictature. Lors des négociations de paix, ils ne voulaient pas transiger sur la question d’Edirne. D’après des propos tenus par Cemal Bey à l’attaché militaire français, il prévoyait la reprise de la politique allemande, en s’exprimant ainsi :

  • 195 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 548 du 21 décembre 1912.

« En somme, c’est avec les Allemands que nous pouvons le mieux nous entendre ; car nous avons un ennemi commun : les Slaves »195.

135Lors des négociations de Londres, les officiers étaient unanimes à réclamer Edirne, sinon ce serait la guerre. La majorité optait pour cette dernière solution.

  • 196 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 554 du 11 janvier 1913.

« Maintenant, nous sommes prêts ; il faut que nous nous vengions » disaient-ils196.

  • 197 Ibid.

136Dans les milieux militaires régnait l’exaltation de l’honneur militaire blessé qui aspirait à la revanche. Les intérêts politiques ou personnels cherchaient à s’accomplir. On était prêt à tout risquer, puisqu’il n’y avait plus rien à perdre. Les récriminations récurrentes contre l’imprévoyance et l’incapacité du haut commandement, le dénigrement des généraux entre eux créaient une agitation fébrile où on s’occupait plus de politique que de préparatifs militaires197.

  • 198 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 558 du 14 janvier 1913.

137Les officiers estimaient que les officiers de la réserve et ceux sortis du rang n’avaient pas été brillants. On leur reprochait de manquer d’initiative, d’autorité sur leurs hommes et de courage. Les plus jeunes et les plus instruits étaient jugés les meilleurs alors que leurs camarades les considéraient comme des « officiers de salon ». La valeur des soldats non musulmans, Grecs, Arméniens et Bulgares, était reconnue, car ils s’étaient bien battus. Par contre, les citadins – et particulièrement les istanbouliotes – leur avaient posé problème, car ils étaient incapables de marcher198.

Notes

1 F. Georgeon, Abdülhamîd, p. 397.

2 Şemsî Paşa était un officier albanais issu du rang [alaylı], totalement dévoué au sultan qui l’avait choisi pour réprimer les soulèvements de Roumélie et l’avait promu général. Şemsî Paşa était un ennemi des constitutionnalistes et des officiers diplômés [mektepli]. Il considérait les officiers qui avaient « pris la montagne » comme des bandits et des brigands. Şemsî Paşa se rendit de Selânik à Manastır et aidé de soldats albanais ainsi que de ses propres forces, il semait la terreur. Malgré cette violence, il ne parvint à arrêter personne de l’organisation clandestine Union et Progrès. Alors qu’il sortait du bureau du télégraphe de Manastır et qu’il s’apprêtait à se rendre à Resne, il fut abattu par Atıf efendi, un lieutenant [teğmen]. Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi [Histoire des écoles militaires supérieures en Turquie], Ankara, Gnkur. basımevi, 1963, p. 59.

3 Ils étaient composés de 16 bataillons de la division d’Izmir, de 8 bataillons de la brigade de Yozgat et de quatre bataillons du régiment de Karaman. Cf. S.H. A. T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 253 du 7 octobre 1908.

4 A.A., Türkei n° 142, A. 11810, n° 1174, Salonique, le 23 juillet 1908, Hoffman.

5 Les troupes du 3e corps d’armée jouèrent un rôle prépondérant lors de ces événements.

6 A.A., Türkei n°142, le ministre plénipotentiaire au ministère des Affaires étrangères, A. 11686, télégramme, Thérapia, le 24 juillet 1908.

7 L’attaché militaire français écrivait les phrases suivantes :...« La révolution de juillet n’a certes pas remédié d’un coup à cette situation désastreuse ; mais elle a été comme la fenêtre enfin ouverte dans une chambre où l’on suffoque ! L’air a circulé partout dans cet organisme qui se mourait, ramenant avec lui la vie et l’activité »... in S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

8 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 253 du 7 octobre 1908.

9 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

10 Cf. O. Moreau, « Du jihâd à la laïcité, l’évolution de l’institution militaire turque », in Islam et laïcité, approche globale et régionale, M. Bozdemir (dir.), L’Harmattan, Paris, 1996, pp. 265-279.

11 Cf. J. Châtelet, art. sur la révolution (idée de), in Encyclopaedia Universalis, vol. 19, pp. 1006-1007, Paris, 1989 ; id., art. sur la révolte (idée de), op. cit., pp. 1005-1006 et particulièrement la définition donnée de la révolution :...« Est révolution – au sens politique, le seul qu’on ait à entendre ici – une transformation radicale des rapports de production ; la révolution détermine un avant et un après, repérable matériellement dans les institutions, ensuite, dans les relations réelles entre individus »... Cf. C. Tilly, European Revolutions, 1492-1992, Oxford, Blackwell Press, 1993, p. 10.

12 Cf. l’opinion de F. Georgeon qui qualifie les événements de « coup de force » mené par les officiers du Comité Union et Progrès de Macédoine, qui ouvrit la voie à des changements en profondeur qui s’étalèrent sur plus de dix ans. Il parle d’une « restauration » d’un texte vieux de plus de trente ans. dans « La mort d’un Empire (1908-1923) », dans Histoire de l’Empire ottoman, R. Mantran (dir.), Paris, Fayard, 1989, pp. 577-604. Cf. l’opinion de M. Ş. Güzel, « Prélude à la ʻrévolution’ jeune-turque : la grogne des casernes », in Varia Turcica XIII, Première rencontre internationale sur l’Empire Ottoman et la Turquie Moderne, INALCO, Maison des Sciences de l’Homme, 18-22 janv. 1985, éd. par E. Eldem et publié par l’IFEA, éd. Isis, Istanbul-Paris, 1991, pp. 247-285. Les Jeunes-Turcs, eux-mêmes, qualifiaient les événements de révolution. Cf. l’article signé par Ottomanus, « Liberté, égalité, fraternité » dans lequel il écrit :...« Toutes nos revendications nationales sont satisfaites ou près de l’être. Avec une rapidité vertigineuse, sans secousses, sans effusion de sang, nous avons fait une révolution dont les résultats ont été superbes...Jamais ce principe de la révolution turque ne doit s’effacer de notre mémoire parce que tout notre avenir en dépend »... in « Mechveret », supplément français au n° 202, du 1er août 1908, p. 2.

13 Mot d’origine arabe, huitième forme dérivée de la racine ‘h. l. l.’, arriver, échoir, prendre place, camper, s’installer..., ihtilâl, ayant le sens d’occuper une place, un pays.

14 Mot d’origine arabe, septième forme dérivée de la racine ‘q. l. b.’, basculer, bousculer, inverser, intervertir, renverser..., inqilâb, signifie, en arabe, bouleversement, capotage, coup d’État, convulsion,...

15 Mot d’origine turque. Le substantif « devir » signifie tour, mouvement giratoire, révolution, temps, époque,... Le verbe « devirmek » a le sens de faire tomber, de renverser, bouleverser...

16 Cf. Littré, définition de « révolte », dans son sens premier comme un soulèvement contre l’autorité ; tandis que révolution, serait « un changement brusque et violent dans la politique et le gouvernement d’un État ».

17 La réponse suivante fut donnée au journaliste du Tanin, Ahmed Şerîf, qui parcourait l’Anatolie, en 1909, et interrogeait les paysans anatoliens sur ce qu’ils pensaient de la liberté : ...« La liberté, c’est un mot que nous avons commencé à entendre depuis peu. Nous avons cru que c’était quelque chose de bien. Grâce à elle, tout allait s’arranger : les taxes seraient perçues d’une manière équitable ; voleurs et assassins disparaîtraient des villages ; nos enfants ne passeraient plus des années à l’armée, nus et affamés ; les fonctionnaires cesseraient de n’en faire qu’à leur tête ; bref, tout allait changer. Mais jusqu’à présent, rien n’a changé »... in F. Georgeon, « La justice en plus : les Jeunes-Turcs et la révolution française », in Des Ottomans aux Turcs, naissance d’une nation, Analecta Isisiana XVI, İsis, Istanbul, 1995, p. 163. La misère des soldats ne s’était point atténuée.

18 Peu de temps après, la répression fut utilisée lors de mutineries. Au mois d’octobre 1908, trois bataillons de la deuxième division de la garde impériale, cantonnés dans la caserne de Taşkışla, reçurent l’ordre d’embarquer à destination du Hedjaz. Environ cent-vingt hommes se mutinèrent. Un bataillon de chasseurs de Salonique fut chargé de briser la résistance. Ayant ouvert le feu sur les insurgés, six hommes étaient décédés et dix-huit blessés. Cf. A.A. Türkei n° 142, A. 18052, Kaiserlich Deutches Botschaft, Thérapia, le 31 octobre 1908, Marschall à M. le chancelier, le comte von Bülow.

19 La constitution de 1876 n’avait pas été abolie, mais suspendue, en 1878, par le sultan, usant de son droit constitutionnel, pour des motifs d’ordre public. Elle figurait d’ailleurs dans les annuaires de l’État [salnâme], publiés chaque année. Son seul rétablissement par le sultan ne saurait être interprété comme la réalisation d’une véritable révolution.

20 Receb Paşa était connu pour ses sympathies jeunes-turques. Son intérim fut assuré par le général Rîza Paşa.

21 Le général Osman Nizâmî Paşa fut chargé de l’intérim.

22 F. Georgeon, Abdülhamîd, p. 407.

23 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 254 du 9 octobre 1908.

24 Ce Conseil était constitué de 8 maréchaux, 6 généraux de division de première classe, 18 généraux de division, 10 généraux de brigade, 8 colonels, 8 lieutenants-colonels, 6 majors, 5 vice-majors et 3 capitaines. Cf.S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 259 du 17 octobre 1908.

25 Le Conseil des affaires militaires était composé du maréchal Ahmed Muhtar Paşa, ancien commandant en chef de l’armée d’Asie-mineure, du maréchal Edhem Paşa, ancien commandant en chef de l’armée de Thessalie, du ministre de l’Artillerie, du chef de l’État-major général, du commandant du premier corps d’armée et d’un officier général du génie. Il avait des attributions à peu près analogues au Conseil supérieur de la Guerre. Cf. ibid.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ces événements sont connus, en turc, sous la dénomination de « 31 mart vakaası » : les événements du 31 mars [du calendrier julien]. Ils sont l’un des événements fondateurs de la république contemporaine de Turquie. Il s’agissait de la première confrontation de deux factions de l’armée : l’armée de Selânık, conduite par Mahmud Şevket Paşa contre les insurgés, les soldats du premier corps d’armée stationné à Istanbul, acquis à la propagande de la Société de l’union islamique [İttihâd-î Muhammedî Cemiyeti], qui désarmèrent leurs officiers et se rassemblèrent devant le parlement. Hommes de troupe et de religion réclamaient l’observance de la loi religieuse et la démission du ministre de la Guerre ainsi que celle du président du parlement, Ahmed Rıza. Ces événements conduisirent au renversement du sultan Abdülhamîd, exilé à Selânik.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 S.H.AT., 7N1635, Constantinople, rapport n° 283 du 28 novembre 1908.

33 S.H.AT., 7N1635, Constantinople, rapport n° 259 du 17 octobre 1908.

34 À Istanbul, en particulier, des bataillons, des escadrons et des batteries en nombre variable se rendaient, deux à trois fois par semaine pour manœuvrer sur les hauteurs qui avoisinent la ville. Cf. ibid.

35 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 259 du 17 octobre 1908. Cf. également, A. A., Türkei n° 142, amb., n° 196, Thérapia, le 3 septembre 1908, Marschall à M. le chancelier le comte von Bülow.

36 Au deuxième corps, où les troupes étaient plus concentrées, on en profitait pour organiser de véritables manœuvres à double action, auxquelles prenaient part les trois armes. Cf. S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909. Au mois de décembre 1908, des exercices de tir furent exécutés par les batteries du Haut Bosphore qui n’avaient jamais tiré un seul coup de canon. Cf., ibid., rapport n°288 du 7 décembre 1908.

37 A.E., N.S. Turquie, vol. 154, p 259, Consulat de Serrès, Macédoine, 3 novembre 1908.

38 La liste des bateaux est fournie par le commandant Delon dans son rapport n° 259, en date du 17 octobre 1908 (S.H.A.T., 7N1635) : Mahmûdiye,’Osmâniye, Mecîdiye,’Aziye, İclâliye, Asarî Şevket, Memduhiye, Ferk-î İslam, Mansur, Kılıç’Alî, Khayreddine, Bekça Ada, Salîhiye, Yalı Köskü, Avdı, Cibali, Teşvîkiye, Haniye, Arakadı, Siare, Zeynet-î Derya, Terakk-î’Osmâniye.

39 Ibid.

40 Il prévoyait la construction de six cuirassés de 17 000 tonnes, de douze contre-torpilleurs de 1000 tonnes, de quatorze torpilleurs de 800 tonnes, de dix torpilleurs de 500 tonnes, de douze torpilleurs de 400 tonnes, de vingt-quatre canonnières protégées, de six sous-marins de 300 tonnes, de quatre canonnières fluviales, de deux sapeurs porte-mines de 4000 tonnes, d’un porte torpilleurs de 3000 tonnes, de deux navires écoles, d’un navire-hôpital, de six transports de 4 à 6000 tonnes. Cf. S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

41 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

42 Toutefois le principe d’égalité risquait d’entrer en conflit avec un système de plus en plus hiérarchique. Ce problème était souligné par Mizancı Murad à propos de l’armée. Dans les casernes – un lieu de choix de la propagande jeune-turque – les soldats illuminés par les visions d’égalité et de fraternité, en étaient venus à oublier le poids de la hiérarchie et à se mesurer à leurs chefs. Cf. M. Murad Mizancı, Tatlı emeller, acı hakikatlar [Doux rêves, réalités amères], Istanbul, 1330 (1914), pp. 71-72, cité in F. Georgeon, « La justice en plus... », in Des Ottomans aux Turcs, op. cit., p. 164.

43 Les Jeunes-Turcs, dans leurs publications ne faisaient jamais de distinction de race et de religion. Ils réclamaient un régime représentatif qui serait un garant efficace du bonheur et des avantages de toute la population de l’Empire. Israélites, chrétiens, musulmans auraient les mêmes devoirs et les mêmes droits. Leurs intérêts légitimes seraient sauvegardés sur un même pied d’égalité. Dès lors, en application de la « doctrine de l’ottomanisme », l’aptitude de chacun à défendre le territoire national coulait de source...Toutefois, la question du recrutement des non-musulmans était un vieux démon qui hantait les réformateurs ottomans depuis de nombreuses années. Il avait déjà été envisagé de manière sérieuse par une commission spéciale du ministère de la Guerre, en 1869 et 1870, présidée par le généralissime Ömer Lütfi Paşa. La commission avait proposé de restreindre l’obligation du service militaire aux seuls Arméniens et Bulgares, populations chrétiennes, fidèles à l’autorité centrale. Ce projet ne fut pas mis à exécution, par suite du refus des représentants de la communauté arménienne. La question fut ajournée, mais resta en suspens, attendant d’être examinée à un moment plus favorable. Cf. S.H.A.T., 7N1624, Constantinople, rapport n° 20 du 4 avril 1876.

44 Ahmed İzzet Paşa, interrogé sur le recrutement des non-musulmans, déclarait, qu’aucune décision définitive n’était adoptée. Le service militaire n’était pas envisagé de manière générale, mais se limiterait dans un premier temps au recrutement des volontaires, puis des Arméniens et des Bulgares, qui étaient les sujets les plus fidèles. Le sort des populations arabes de Syrie, de Palestine et du nord de la Mésopotamie ne semblait pas déterminé. Quant aux Grecs, ils en seraient exclus ainsi que les Bédouins nomades. Le ministre de la Guerre et le chef de l’État-major s’accordaient à refuser la création d’unités particulières de non-musulmans, mais souhaitaient les intégrer aux formations existantes. Cf., A.A., Türkei n° 142, A. 1882508, s. d. En outre, l’introduction du service militaire universel ne recueillait pas l’agrément de toutes les communautés. La communauté grecque réclamait la formation de régiments grecs avec des officiers grecs et une durée déterminée de service. Cf. A.A., amb., Thérapia, 3 septembre 1908, op. cit.

45 A.E., N. S. Turquie, vol. 154, p. 262, division française de Serrès, Macédoine, 3 novembre 1908.

46 Après quoi, ils retournaient dans leurs foyers en qualité de réservistes et, en cas de mobilisation, ils étaient conduits en Europe pour mettre les 1er, 2e et 3e corps d’armée sur pied de guerre.

47 A.E., N. S. Turquie, vol. 154, p. 244, annexe à la dépêche du vice-consul à Üsküb, le 26 octobre 1908. Le cas du 3e corps d’armée était typique : les réservistes du 69e régiment d’infanterie stationné à Mitrovitza venaient d’Aydın, distant de cinq cent kilomètres à vol d’oiseau. Ils se rendaient à pied à Izmir, puis par mer à Rodosto, de là, par marche, à Muratlı et enfin par chemin de fer à Mitrovitza. On calculait qu’il fallait six semaines avant que l’armée ottomane soit partiellement mobilisée sur le front européen.

48 Ibid.

49 Ibid., p. 246.

50 Ibid., p. 247.

51 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

52 Ibid.

53 Hüseyin Nazim Paşa (1859/60-1913) était d’origine circassienne. Après avoir terminé l’école militaire et l’école d’état-major, il commença sa carrière d’officier dans l’armée en 1882. En 1909, il fut nommé ministre de la Guerre, puis gouverneur général [vali] de Baghdad. Nommé de nouveau ministre de la Guerre en 1912, il fut assassiné en janvier 1913.

54 Mahmud Şevket Paşa (Baghdad 1856-Istanbul 1913) avait un père Tchétchène originaire du Dağıstan, Suleyman al-Omari al-Faruki, et une mère turque. À sa naissance, son père était gouverneur [mutasarrıf] de Basra en Iraq. Il alla à l’école primaire à Baghdad, puis au collège [idadi] et à l’école [harbiye] militaires à Istanbul. Il entra dans l’armée avec le grade de capitaine d’état-major en 1882. Son premier poste fut à l’état-major, puis il participa à la mission dépêchée en Crète. En 1883, il donna des cours sur l’exercice des armes. Il travailla pendant un an aux côtés de von der Goltz et de von Kampœvner. Il fut envoyé en 1886 en Allemagne pour s’occuper des commandes d’armes, puis, en France, en 1894, avec la même mission. À son retour, il fut promu général de brigade [livâ] et affecté à la commission de la fonderie de canons de Tophane. Général de brigade en 1901, puis chef de corps d’armée en 1905, il fut nommé gouverneur général [vali] du Kosovo. Il est l’auteur de dix ouvrages de science militaire. Cf. E. İhsanoğlu (éd.), Osmanlı askerlik literatürü tarihi (Histoire de l’art militaire et de la littérature scientifique à la période ottomane), Istanbul, IRCICA, 2004, vol. 1, p. 349-350.

55 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 255 du 10 octobre 1908.

56 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

57 Ibid.

58 A.A., Türkei 159 n° 3, A. 19874, Der König Deutsche Botschafter an Auswärtiges Amt, n° 471, Telegramm, ganz Geheim, Péra, le 28 novembre 1908.

59 A. A., Türkei 159 n° 3, A. 4037/09, Militärbericht n° 147, Constantinople, le 28 février 1909, von Strempel au ministère de la Guerre.

60 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 318 du 27 février 1909.

61 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 324 du 12 mars 1909.

62 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, annexe au rapport n° 324 du 12 mars 1909.

63 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport du 6 février 1909.

64 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 291 du 12 décembre 1908.

65 Il s’agissait du 1er, du 7e régiment et du 3e du 8e régiment. Cf. S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 270 du 4 novembre 1908.

66 Ibid.

67 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 280 du 28 novembre 1908.

68 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 284 du 1er décembre 1908.

69 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 333 du 3 avril 1909.

70 Georgeon, Abdülhamîd, p. 417.

71 Cf. le dossier spécial de Toplumsal Tarih « 31 Mart’ta ne oldu? » [Que s’est-il passé le 31 mars ?], n° 124, avril 2004, p. 72-103.

72 Georgeon, Abdülhamîd, p. 418-419.

73 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 337 du 16 avril 1909.

74 Ibid.

75 A. Kansu, « Anadolu’da 31 Mart ve İttihad ve Terakki », in Toplumsal Tarih, avril 2004, n°124, p. 123.

76 F. Georgeon, Abdülhamîd, p. 419-420.

77 Cf. F. Georgeon, « La mort d’un Empire », op. cit., p. 581-583.

78 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 338 du 20 avril 1909.

79 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 340 du 26 avril 1909.

80 Ibid.

81 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 341 du 30 avril 1909. Cf. F. Georgeon, « La mort d’un Empire », op. cit., p. 584.

82 S.H.A.T. 7N1636, Constantinople, rapport n° 349 du 14 mai 1909. Cf. A. Kansu, op. cit., p. 76.

83 Cf. İ. H. Danışmend, Sadr-ı-a’zam Tevfik Paşa’nın dosyası resmi ve hususi vesikalara göre : 31 Mart vak’ası, Istanbul, Istanbul kitabevi, 1961, p. 123.

84 S.H.A.T. 7N1636, Constantinople, rapport n° 353 du 22 mai 1909.

85 Ibid.

86 Mahmud Muhtar Paşa (Katιrcιoğlu) (Istanbul 1867-1935) est le fils de Gâzî Ahmed Paşa. Après des études au lycée de Galatasaray, il entra à l’école militaire et fut envoyé en Allemagne pour terminer son cursus. Il sortit lieutenant [teğmen] de l’école militaire de Metz en 1888. Il fut affecté dans la garde impériale prussienne puis intégra l’école d’état-major. En 1897, lors de la guerre gréco-turque, il avait le grade de colonel dans l’armée de Thessalie et participa aux batailles de Velestin, Çatalca et Dömeke. Il représenta le gouvernement ottoman lors des grandes manœuvres françaises de 1900. Il devint vice-directeur de l’infanterie la même année. Après la « révolution jeune-turque », il fut nommé chef de corps d’armée à la tête de la garde impériale. À la suite des événements du « 31 mars », son grade fut diminué et il fut nommé gouverneur général [valî] d’Aydin. Peu de temps après, il fut nommé ministre de la marine. Il démissionna de son poste en 1911, puis l’occupa de nouveau en 1912 dans le gouvernement de son père. Blessé lors de la guerre balkanique, il dut quitter ses fonctions. En 1913, il fut nommé ambassadeur à Berlin et occupa ce poste en jusqu’en 1915. En 1919, on lui proposa le poste de ministre de la Guerre qu’il refusa. Il décéda en 1935 alors qu’il se rendait à Naples par bateau. Il a écrit de nombreux articles et ouvrages relatifs à la science militaire :
Rûz-nâme-i Harb [annuaire de la guerre].
Mâziye bir nazar [Un regard vers le passé], Istanbul, Matbaa-i Ahmed İhsan, 1341 (1925).
La Turquie, l’Allemagne, les événements d’Orient.
Acı bir hatıra [Un souvenir douloureux], 3e éd., Le Caire, al-Matbaat al-Amiriyya, 1932.
Afrika-yı Cenûbî Muharebesi [La guerre en Afrique du Sud], Istanbul, Matbaa-I Ebuzziya, 1317 (1899).
1900 Senesi Fransa’da icra olunan ordu manevraları [Les grandes manœuvres françaises de 1900].
Hatt-ı Dâhili harekât-ı harbiyesi, Mecmûa-i fünûn-i askeriye, 1325 (1907).
İstanbul’un karadan ve denizden müdafaası hakkında bir kaç söz [Quelques mots sur la défense d’Istanbul par voie de mer et de terre], écrit avec Ali Fuad, Istanbul, Artın Matbaası, 1326 (1908).
Muhârebât-ı kılâ’a dair bir kaç söz [Quelques mots sur la défense des forteresses], Istanbul, Şirket-i Mürettibiye Matbaası, 1317 (1899).
Üçüncü kolordu ve ikinci Şark ordudusunun Muhârebâtı [Les batailles des 3e et 2e corps d’armée], Istanbul Kanaat Matbaası, 1331. Cf. « Kızının kalemiyle Mahmud Muhtar Paşa’nın yaşamı (1866-1935) » [La vie de Mahmud Muhtar Paşa sous la plume de sa fille], TaTo, janv. 1986, p. 20-24. Cf. E. Ihsanoğlu (éd.), Osmanlı askerlik literatürü tarihi (Histoire de l’art militaire et de la littérature scientifique à la période ottomane), Istanbul, IRCICA, 2004, vol. 1, p. 565-568.

87 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 358 du 31 mai 1909.

88 Originaire de Baghdad, il avait terminé de l’École militaire de Pangaltı, en 1880. Envoyé en 1884 en Crète, avec le grade de capitaine d’État-major, il y resta un an et revint ensuite à Istanbul, attaché à l’État-major général. Après dix-huit mois de stage en Allemagne, il fut nommé professeur de balistique et de fabrication des armes de guerre à l’École militaire. Il occupa ce poste pendant deux années, sous la direction de von der Goltz. Nommé major en 1890, il fut de nouveau envoyé en Allemagne, chargé de la réception des armes et des munitions commandées dans ce pays. Il séjourna neuf années en Allemagne et lorsqu’il revint en Turquie, il fut nommé général de brigade et membre de la commission d’essais et d’expériences de la Grande Maîtrise de l’artillerie. En 1902, il devint président de cette commission et directeur de l’artillerie au ministère de la Guerre. Promu général de division en 1905, il fut peu après nommé gouverneur général du vilâyet du Kosovo. Après la proclamation de la constitution, en 1908, il prit la tête du 3e corps d’armée à Selânik. Depuis le mois de janvier 1909, il exerçait les fonctions d’inspecteur général intérimaire des vilâyet de Roumélie. Après les événements du mois d’avril 1909 – dont il fut la figure marquante – il fut nommé inspecteur général des 1er, 2e et 3e corps d’armée, poste créé spécialement pour lui, lui donnant le commandement supérieur de toutes les forces militaires de la Turquie d’Europe. De par son long séjour à l’étranger, il connaissait parfaitement l’armée allemande. Il parlait bien évidemment allemand et assez couramment le français. Selon des observateurs étrangers, il avait de nombreuses qualités, beaucoup de sang-froid, de tact et d’énergie ainsi que de la diplomatie Cf. S.HA.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 31 du 17 mai 1909.

89 Ahmed İzzet Paşa (Furgaç) (Manastır 1864-Istanbul 1937). Diplômé de l’école militaire et premier de sa promotion à l’école d’état-major, il commença sa carrière dans l’armée en 1887. Nommé aide de camp de von der Goltz, il enseigna à l’académie militaire. Il servit pendant la guerre gréco-turque de 1897, puis en Syrie et au Yémen où il vécut séparé de sa famille pendant trois ans et demi. Il n’entretenait pas de contacts avec les Jeunes-Turcs. Nommé général en 1907, puis chef d’État-major après la révolution jeune-turque de 1908, il occupa ce poste pendant deux ans et demi. Il devint ministre de la Guerre en 1911. En 1918, à la chute du gouvernement unioniste, il fut nommé grand vizir, puis ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Tevfik Paşa de 1920 à 1922. Cf. Ahmed İzzet Paşa, Feryadım, Nehir yayınevi Istanbul, 1993, 2 vol.

90 Cf. İzzet Pascha, Denkwürdigkeiten des Marschalls..., Leipzig, 1927.

91 BA/MA, N. 155/3, décembre 1910, von der Goltz.

92 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 335 du 9 avril 1909.

93 Ibid.

94 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 173 du 15 janvier 1911.

95 Ibid.

96 Ibid.

97 Ibid.

98 Cf. Berrî ve Bahrî Erkân, Ümerâ ve zabıtanın tekaüdü için rütbe-i’askeriyelerine göre tayın olunan sinleri mübeyyin kanûn sureti [Loi relative aux limites d’âge relatives aux grades des officiers supérieurs et généraux de l’armée de terre et de la marine], Istanbul, 1325 (1909) ; Cf. « İkinci meşrutiyette silahlı kuvvetler ile ilgili üç önemli kanun » [Trois lois importantes relatives aux forces armées sous la seconde monarchie constitutionnelle], in 4. Askeri Tarih Semineri [Le 4e séminaire d’histoire militaire], Ankara, Gnkur., 1989, pp. 124-125.

99 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 371 du 18 juin 1909. Cf. A. Biliotti & A. Sedad, Législation ottomane depuis le rétablissement de la constitution, vol. 1, Paris, Jouve & cie, 1912, pp. 181-182.

100 Il était toutefois fait exception pour les officiers subalternes, officiers supérieurs et généraux de la Musique Impériale, ainsi que pour le personnel de la Maison impériale [hâdeme-i hassâ], Cf. A. Biliotti & A. Sedad, La législation ottomane depuis le rétablissement de la constitution, op. cit., pp. 265-266.

101 Cf. A. Biliotti & A. Sedad, La législation ottomane depuis le rétablissement de la constitution, op. cit., p.267.

102 Voir aussi Tasfîye-i rütbe-i’askeriye layihâ kanûniyesi [projet de loi relatif à la révision des grades], Daire-i’askeriye matbaası, Istanbul, 1325 (1909). Cf. N. Eralp, « İkinci meşrutiyette silahlı kuvvetler ile ilgili üç önemli kanun » [Trois lois importantes relatives aux forces armées sous la seconde monarchie constitutionnelle], in 4. Askeri Tarih Semineri [Le 4° séminaire d’histoire militaire], Ankara, Gnkur., 1989, pp. 123-124.

103 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, les rapports n° 371 du 18 juin 1909 et n° 173 du 15 janvier 1911.

104 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 173 du 15 janvier 1911.

105 Ibid. Cf. rapport n° 67.

106 Cf.’Askerî tekaüd ve istifâ kanûnnâmesi [règlement relatif à la retraite et la démission militaire], matbaa-i’askeriye, Istanbul, 1325 (1909). Cf. N. Eralp, « İkinci meşrutiyette silahlı kuvvetler ile ilgili üç önemli kanun » [Trois lois importantes relatives aux forces armées sous la seconde monarchie constitutionnelle], in 4ncü. Askeri Tarih Semineri [Le 4e séminaire d’histoire militaire], Ankara, Gnkur., 1989, p. 126.

107 Dans la loi sur la retraite et la démission des militaires du 11 août 1325/1909, l’article 13, modifié par la loi du 20 juin 1326/1910 fixait, en principe, à vingt ans pour les officiers subalternes et supérieurs, et à trente ans pour les officiers généraux le temps minimum donnant droit à la retraite. Cf. A. Biliotti & A. Sedad, La législation ottomane depuis le rétablissement de la constitution, op. cit., pp. 423-424.

108 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 173 du 15 janvier 1911. Cf. rapport. 68.

109 Pour les officiers subalternes et supérieurs.

110 Pour les officiers généraux.

111 Cf. A. Biliotti & A. Sedad, La législation ottomane depuis le rétablissement de la constitution. op. cit., p. 198.

112 Ibid.

113 Cf. A. Biliotti & A. Sedad, La législation ottomane depuis le rétablissement de la constitution, op. cit., p. 200.

114 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapports n° 35, 42, 71, 11, 161 et 172 notamment.

115 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 75.

116 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 72.

117 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 158.

118 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapports n° 154 et 159.

119 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 151.

120 Cf. S.H. A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 96.

121 Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapports n° 66 et 92.

122 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 173 du 15 janvier 1911.

123 Ibid.

124 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 466 du 25 juin 1912.

125 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, annexe au rapport n° 409 du 31 mars 1912.

126 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 370 du 28 janvier 1912.

127 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 173 du 15 janvier 1911.

128 Ibid.

129 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 359 du 13 janvier 1912.

130 Ibid.

131 Ibid.

132 Ibid.

133 Ibid.

134 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 359 du 13 janvier 1912.

135 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 495 du 4 août 1912.

136 F. Georgeon, « La mort d’un empire (1908-1923) », dans R. Mantran, Histoire de l’Empire ottoman, op. cit., p. 602.

137 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 487 du 23 juillet 1912.

138 Ibid.

139 Ibid.

140 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 457 du 9 juin 1912.

141 Ibid.

142 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 480 du 10 juillet 1912.

143 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 468 du 26 juin 1912.

144 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 414 du 2 avril 1912.

145 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 468 du 26 juin 1912.

146 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 487 du 23 juillet 1912.

147 Ibid.

148 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 490 du 24 juillet 1912.

149 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 505 du 17 août 1912.

150 Ibid.

151 Ibid.

152 Le général Hadî Paşa, qui en l’absence d’Ahmed İzzet Paşa, au Yémen, remplissait les fonctions de chef d’État-major par intérim, fut nommé définitivement à ce poste. Le général Mahmud Paşa, sous-chef d’État-major, fut nommé directeur de cavalerie et fut remplacé par le colonel Cevâd Bey, fils de feu Şâkir Paşa, ancien chef de la maison militaire de Abdülhamîd. Le général Nazîf Paşa, ex-directeur de la cavalerie fut nommé au commandement général de la gendarmerie. Cf. S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapports n° 499 du 6 août 1912 et n° 508 du 19 août 1912.

153 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 508 du 19 août 1912.

154 Ibid.

155 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 534 du 3 octobre 1912.

156 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 508 du 19 août 1912.

157 Ibid.

158 Ibid.

159 A la veille de l’invasion italienne en Libye, les forces armées ottomanes comptaient 4 armées et 3 unités indépendantes et l’une de ces dernières était stationnée en Libye. En temps normal, il y aurait eu environ 5000 soldats en Tripolitaine et 2500 en Cyrénaïque. Or, il n’y en aurait eu à ce moment qu’environ 5000. L’armée régulière était formée de soldats recrutés dans l’Empire, c’est à dire d’Arabes et de non-Arabes. Cf. R. Simon, Libya between Ottomanism and Nationalism, Berlin, Islamkundliche Untersuchungen, vol. 105, K. Schwarz Verlag, 1987, pp. 33-34.

160 Cf. A. Martel, La Libye 1835-1990, essai de géopolitique historique, Paris, op. cit., 1991, pp. 86-88.

161 S.H. A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 422 du 16 avril 1912.

162 Enver en était tout à fait conscient et satisfait.... « La force morale des Arabes augmente de jour en jour. Mon arrivée comme parent du calife leur a fait grande impression et quant aux troupes, vous savez ce qu’Enver signifie pour elles. La population n’a pas besoin d’encouragement. »..., Defne zâviye, in Ş. Hanioğlu (prép. à publ.), Kendi mektuplarında Enver Paşa, op. cit., p. 89.

163 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 422 du 16 avril 1912. Enver ayant épousé une sultane, était, de ce fait, un membre de la famille du sultan-khalife. Attaché-militaire à Berlin, il s’était fiancé, en 1909, à Nâcîye Sultan. Elle n’était âgée que de 12 ans, alors qu’Enver avait 30 ans. Le mariage officiel fut conclu en 1911, à Berlin, en l’absence de Nâcîye. Les noces ne furent célébrées qu’au mois de mars 1914. Cf. İnan (A.) (prép. à publ.), Enver Paşa’nın özel mektupları [Les lettres privées de Enver Paşa], Ankara, İmge kitabevi yayınları, 1997, pp. 5-8.

164 D’après Osman Bey, 100 000 hommes : au moins 10 000 se trouvaient à Tobruk, plus de 20 000 à Derne et autant à Benghazi. Toutefois, ces chiffres apparaissaient très exagérés à l’attaché militaire français. En outre, selon Mahmud Şevket Paşa, il n’y avait pas plus de 12 000 soldats arabes à Benghazi. Cf. S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 364 du 27 janvier 1912.

165 Fondée à la Mecque en 1837-1838 par Mohammad ben Alî as-Sanusi, la Sanusiyya était basée en Cyrénaïque et au Wadaï. Ses zaviye s’étendaient du Touat au Hedjaz. Confrérie préconisant un retour aux sources et à l’observance, originellement en relations conflictuelles avec les Ottomans, ses rapports avec le sultan-khalife ne manquaient pas d’ambiguïté. Le tournant se produisit après l’occupation de la Tunisie par la France, en 1880. Un rapprochement sensible fit alors jour entre la Sanûsiyya et les Ottomans, sur la base religieuse, manifestation régionale de la politique de l’Union de l’islam d'Abdülhamîd II. Le gouvernement ottoman lui accorda une autorisation générale de construire de nouvelles zaviye, en traitant leurs propriétés territoriales comme des waqf. Désormais, la loyauté de la Sanusiyya lui fut indéfectible. En 1909, pour la première fois depuis 1842, la Sanusiyya accepta au cœur de ses terres un fonctionnaire ottoman, qu’elle avait d’ailleurs réclamé. Il s’agissait, en l’occurrence d’un kaymakam en résidence à Kufra (Cf. A. Martel, La Libye 1835-1990, essai de géopolitique historique, op. cit., 1991, p. 78). Les réformes militaires et fiscales, introduites simultanément, provoquèrent un contentieux sérieux et une tension très vive entre les Ottomans et la Sanûsiyya. Convoitée par les ambitions italiennes, cette province se rallia de manière inconditionnelle à l’Empire lors de la guerre de Tripolitaine.

166 Cf. A.T.A.S.E., K. 18, F. 1-28. Lettre adressée par le commandant d’État-major du Khalife à Seyyîd Ahmed aş-Şerîf et à ses frères, s. d. Cf., id., K. 18, F. 1-27 et F. 1-26.

167 Enver faisait état, à la fin du mois de mai 1912 d’une lettre de soutien que lui avait adressé Ahmed aş-Şerîf....« On vient juste de m’apporter une lettre du grand Şeyh des Sanûsî qui me donne un grand appui moral. Je l’aime, cet homme, sans le connaître, parce qu’il est corps et âme patriote. Il est vraiment l’homme que j’imaginais »..., in Ş. Hanioğlu (prép. à publ.), Kendi mektuplarında Enver Paşa, op. cit., p. 132.

168 Ahmed aş-Şerîf demandait dans un courrier adressé à Enver qu’il donne des armes et des décorations pour encourager un certain nombre de personnes à combattre pour les Ottomans. Cf. A.T.A.S.E., K. 1855, F. 1-10.

169 « Sa Majesté m’a envoyé l’Osmaniye de première classe pour seyyîd Ahmed, puis un sabre couvert de diamants qui a une valeur de 25 000 L.T., une montre en brillants, etc. J’espère que cela décidera tout à fait l’union des Sanûsî avec nous ». n Ş. Hanioğlu (prép. à publ.), Kendi mektuplarında Enver Paşa, op. cit., p. 157.

170  J’ai encore des officiers en nombre insuffisant. D’autre part, j’attends l’arrivée de mon ami le grand Şeyh Sanûsî. Je me demande si son attitude loyale changera. »... in Ş. Hanioğlu (prép. à publ.), Kendi mektuplarında Enver Paşa, op. cit., p. 155.

171 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 364 du 27 janvier 1912.

172 Selon Osman Bey, les Sanusî n’avaient pas moins de 30 millions de francs dans les banques égyptiennes. Cf. ibid.

173 Ibid.

174 D’après la description faite par Osman Bey, ils avaient les jambes et les bras nus, le torse seulement couvert d’une étoffe de laine blanche, dont la couleur se confondait avec celle du sol. Leur musculature était superbe et ils couraient avec une légèreté incroyable, sur des distances de plusieurs kilomètres. C’est à peine s’ils se reposaient. Le jour, ils se tenaient prêts au combat, la nuit, ils dansaient et chantaient leurs exploits ou des versets du Coran, pendant que leurs femmes faisaient la cuisine. Ils étaient armés de Mauser, de Martini-Henry, et de Gras, et se servaient aussi des fusils pris aux Italiens. Sur leurs ennemis, les Bédouins ne trouvaient pas seulement de quoi se vêtir et s’armer, mais aussi de grosses sommes d’argent. Enver Bey laissait ce butin à celui qui le trouvait. Les femmes bédouines glanaient ce qui restait. Cf. S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 364 du 27 janvier 1912.

175 Ibid.

176 O. Koloğlu, Libya Savaşında İslam Kamuoyu [L’opinion publique musulmane lors de la guerre de Libye],

177 Cf. A. Martel, La Libye 1835-1990, essai de géopolitique historique, Paris, op. cit., 1991, pp. 86-88.

178 Cette décision fut prise avant-même son arrivée en Tripolitaine. Dans une lettre, il s’exprimait ainsi :...« À la gare, les camarades qui m’attendaient m’ont emmené au comité central. La conférence a duré plus de cinq heures et ils ont accepté mon idée sur Tripoli. En résumé, si le gouvernement est forcé de céder devant les Italiens, nous poursuivrons les hostilités, d’abord en formant un gouvernement temporaire à Tripoli, et puis par boycott général. Seul notre désir soulagé pourra changer cette idée. Pour continuer le combat, nous proposerons au gouvernement de mener une guerre de guérilla. »..., Selânik, le 4 septembre 1911, in Ş. Hanioğlu (prép. à publ.), Kendi mektuplarında Enver Paşa, op. cit., p. 77.

179 Aîn-al-Mansûr, le 24 décembre 1911, in Ş. Hanioğlu (prép. à publ.), Kendi mektuplarında Enver Paşa, op. cit., p. 105.

180 Cf. A. Martel, La Libye 1835-1990, essai de géopolitique historique, Paris, op. cit., 1991,
p.91.

181 Représentant du sultan à Trablusgarb et Bingazi.

182 O. Koloğlu, « Aziz Ali neyin peşindeydi ? » [Derrière quoi courait Aziz Ali ?], Popüler Tarih [Histoire populaire], mai 2002, Istanbul, p. 36-40.

183 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 533 du 2 octobre 1912.

184 P. Dumont, « La mort d’un empire (1908-1923) », op. cit., pp. 607-608.

185 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 546 du 20 décembre 1912. On ne peut que s’étonner de la délivrance de tels congés après l’adoption du règlement relatif aux congés des officiers.

186 Ibid.

187 Ibid.

188 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 548 du 21 décembre 1912.

189 Ibid.

190 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 551 du 23 décembre 1912.

191 Ibid.

192 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 565 du 7 février 1913.

193 Ibid.

194 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 471 du 27 juin 1912.

195 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 548 du 21 décembre 1912.

196 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 554 du 11 janvier 1913.

197 Ibid.

198 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 558 du 14 janvier 1913.

Table des illustrations

Titre Manœuvres ottomanes
Crédits Collection de l’IRCICA
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search