Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Deuxième partie. Officiers, soldats et contestation dans l' armée

Chapitre 5 : La contestation dans l’armée ottomane à la fin de l’Empire ottoman

Texte intégral

1Au 19e siècle, les façons de penser le pouvoir politique et les sphères publiques se sont modifiées. Les Tanzîmât avec l’ouverture d’écoles Étatiques – civiles et militaires – ont modifié la vision du monde des étudiants et initié de nouvelles sphères publiques. Créant un nouvel individu ottoman, cette « éducation occidentalisée » a changé les valeurs et les allégeances des élites éduquées. La loyauté de ces groupes est progressivement passée du sultan à l’État.

2La contestation n’épargnait pas les milieux militaires. Des officiers aux idées « occidentalisées » se sont soulevés contre l’ordre établi. En 1876, une coalition d’élites civiles et militaires fomenta un putsch pour promouvoir un régime constitutionnel. Ils créèrent des organisations secrètes à l’époque hamidienne afin de restaurer la constitution (Comité Union et Progrès,...). Mais la pression du pouvoir politique du sultan était si forte qu’il ne tolérait aucune forme d’opposition sur le territoire de l’Empire. Elle ne pouvait s’exprimer que dans les organisations secrètes et l’exil en France (Ahmed Rıza) ou en Égypte (Mizancı Murad) par exemple. Dans l’armée, les insurrections d’officiers et de soldats prirent une envergure particulière au début du siècle. L’apogée de la contestation fut la « révolution de 1908 » qui fit éclater en partie le système et ouvrit la voie à de nouveaux rapports de force.

Les causes du mécontentement dans l’armée

3Le mécontentement avait de multiples causes. Les soucis financiers de l’Empire rejaillissaient aussi sur l’armée. Un des premiers soucis de la mission militaire allemande fut d’établir un budget à l’armée en 1884. Mais il ne mit pas fin aux soldes impayées ou en retard, véritable fléau. Par ailleurs, des facteurs internes de tensions hiérarchiques leur rendaient la vie intenable. Le favoritisme, les protégés, les alliances et l’espionnage créaient un climat pesant. L’opposition entre officiers diplômés [mektepli] et sortis du rang [alaylı] fut un phénomène récurrent pendant tout le 19e siècle. Les officiers diplômés durent combattre pour se faire reconnaître et s’imposer.

Les facteurs d’ordre économique et financier

  • 125 Un budget de huit millions de livres turques était déjà une somme conséquente pour l’entretien et l (...)

4Jusqu’en 1884, l’armée ottomane ne connaissait pas la notion de budget. Au début de chaque année, les ministres se réunissaient et tenaient conseil au palais de Yıldız. Le ministre des Finances faisait connaître les recettes prévisibles de l’Empire et, séance tenante, les ministres se les partageaient. Sur un budget total de quatorze millions, le ministère de la Guerre en obtenait huit, soit un peu plus de cinquante-sept pour cent125.

  • 126 L’attaché militaire français disait s’être procuré cette copie, grâce à la « vénalité d’un copiste (...)

5Le colonel von Kaehler, adjoint au chef d’État-major général de l’armée ottomane et l’intendant von Schilgen furent les initiateurs du premier budget prévisionnel de 1884. Ils demandèrent au département de la Guerre de chiffrer de manière détaillée les dépenses envisagées. Puis, ces prévisions furent soumises à l’approbation du sultan. Toutefois, ce budget resta confidentiel et ne fut pas publié comme en Europe. Le document original était chez le sultan, au palais de Yıldız, avec une copie unique au ministère de la Guerre [seraskerat]126.

  • 127 Cf. S.H.A.T., 7N1628, Constantinople, rapport n° 9 du 25 février 1884.
  • 128 Le sultan prélevait, de temps en temps, d’assez fortes sommes pour l’entretien et les embellissemen (...)

6Les dépenses militaires représentaient une part énorme du budget, alors que les finances publiques étaient limitées. Le ministère de la Guerre se taillait déjà la part du lion et on se demande comment il aurait pu les augmenter. Pourtant, qui dit réforme dit aussi dépenses supplémentaires127. En réalité, le ministère de la Guerre ne percevait que deux millions de livres en argent et le reste était délivré en bons du Trésor, sous forme de délégations sur les impôts à percevoir [havale]. Les frais d’intermédiaires des havale entraînaient une perte évaluée à 45 % de la somme escomptée. En outre, on effectuait aussi des ponctions supplémentaires sur le budget du ministère de la Guerre destinées au Palais128. Après tous ces retranchements, il ne restait plus assez de liquidités pour honorer le paiement de la solde des militaires. Même les officiers ne percevaient, au grand maximum, que quatre à cinq mois de solde par an.

  • 129 Cf. ibid.

7Il faut noter que la répartition des dépenses était très inégale entre les différents services et corps de l’armée ottomane. Les dépenses de fonctionnement étaient élevées à cause de l’effectif considérable de l’État-major. L’encadrement comptait environ 20 000 officiers 140 000 hommes. Ce qui représente approximativement un officier pour sept hommes. Cet encadrement pléthorique était aussi composé d’un nombre très élevé d’officiers généraux. Sur un effectif 272 officiers généraux, 69 étaient employés dans les bureaux du ministère de la Guerre [seraskerat] et 13 étaient attachés au Palais. Ces 82 officiers ne se consacraient donc qu’à des tâches administratives. En outre, les prévisions en matériel, habillement, équipement, armement, campement, harnachement, et surtout en entretien du casernement de la troupe étaient très modiques129.

8C’est pour toutes ces raisons que la mission militaire allemande proposa la réduction des effectifs de l’État-major général en première réforme. Cette proposition se heurta à un refus absolu du sultan. Il la perçut comme une atteinte à ses prérogatives souveraines, l’empêchant de nommer à son gré des généraux. En outre, elle remettait en cause des droits acquis et allait provoquer le mécontentement des officiers généraux concernés. Par ailleurs, certains postes budgétaires étaient très mal pourvus.

  • 130 Le journal Stamboul du 13 mai 1876.

9Bien que mieux dotée que les autres ministères, l’armée n’échappait pas aux problèmes financiers. L’année 1884 marque le début de mutineries importantes dans l’armée hamidienne. Le mécontentement était causé par les soldes impayées. Elles commencèrent dans le 3e corps d’armée, en Turquie d’Europe. Tout d’abord à Manastir, puis à Selânik, et s’étendirent à Istanbul, au 1er corps d’armée, et notamment à Davûd Paşa. Récurrent, ce problème n’était certes pas nouveau dans l’Empire. Dans les années 1870, le mécontentement des soldats avait été apaisé par des mesures palliatives. En 1876, par exemple, le sultan Abdülazîz avait pris sur sa cassette particulière pour payer un mois de solde à tous les soldats de l’armée de terre et de la marine, jusqu’au grade de colonel130.

  • 131 Le journal Stamboul du 13 mai 1876.
  • 132 En 1885, les officiers allemands percevaient la somme de 30 000 francs par an. Cf. P.A.-A.A., Türke (...)

10Mais là où le bât blessait est, qu’effectivement, en période de pénurie, on pouvait supporter des privations, dans un esprit de solidarité et de partage des maigres ressources publiques, mais désormais, cette clinquante mission militaire étrangère à laquelle on ne refusait rien, qu’on payait à prix d’or, produisait des « effets pervers »131. Les officiers allemands au service de l’Empire percevaient de hauts appointements, souvent plus de 30 000 francs par mois132. En outre, de nombreux avantages étaient liés à leurs fonctions, tandis que les officiers ottomans ne percevaient, pour la plupart du temps, au grand maximum, que six mois de solde par an, sans compter les affectations peu agréables et les exils déguisés qu’ils devaient endurer.

  • 133 S.H.A.T., 7N1628, Péra, rapport n° 9 du 25 février 1884.

11D’autre part, des informations sur les armées européennes arrivaient au 3e corps d’armée, de par sa proximité avec les armées austro-hongroises qui occupaient la Bosnie-Herzégovine depuis le Traité de Berlin (1878). En Europe, les soldats servaient le temps de leur service et touchaient régulièrement leur solde. Ces nouvelles produisirent l’effet d’une bombe à retardement au milieu des officiers et des sous-officiers. Dans l’Empire, les soldats étaient retenus beaucoup plus longtemps que leur temps de service, car on ne pouvait leur payer les arriérés de leur solde. Les officiers sortis du rang [alaylı subaylar] – qui vivaient au milieu des soldats et étaient des leurs – fomentèrent les mutineries. L’esprit d’indiscipline et de révolte se manifesta au grand jour dans l’armée et c’est ce type de manifestation qui était nouveau. Elle était alimentée par la jalousie des privilèges, des avantages de solde, des honneurs accordés aux officiers étrangers. Ils nourrissaient aussi de la rancœur envers le favoritisme du sultan pour sa garde et de la première division du premier corps d’armée, les troupes en garnison à Istanbul. Les soldats se révoltèrent pour réclamer l’arriéré de leur solde et leur libération. Satisfaction leur fut donnée. Dès 1884, l’attaché militaire français analysait la situation comme une désaffection générale, dont on constatait les premiers symptômes. Il prévoyait, tôt ou tard, une « révolte formidable »133.

12La défiance des soldats et des officiers s’était progressivement installée envers leur sultan. Il leur semblait que Abdülhamîd II redoutait son armée, qu’il s’employait à la rendre impuissante et qu’il s’opposait à l’exécution des réformes tant promises, préparées par cette mission étrangère.

13Nous allons présenter quelques données chiffrées des estimations de budgets du ministère de la Guerre, et plus particulièrement le budget de l’année financière 1315 (13 mars 1899-13 mars 1900)

  • 134 Ces chiffres sont ceux fournis par le ministre de la Guerre lui-même. Toutefois, d’après une person (...)

Budgets de 1315134

Ministère de la Guerre
Effectif de 220 000 h

4 500 000 L.T.
(103 500 000 F.)

Gendarmerie
Effectif de 44 000 h.

1 500 000 L.T.
(34 500 000 F.)

Grande maîtrise de l’artillerie

700 000 L.T.
(16 100 000 F.)

Budget total de la Guerre

6 700 000L.T.
(154 100 000 F.)

  • 135 S.H.A.T, 7N1633, Constantinople, rapport n° 543 du 22 janvier 1903.

14Les chiffres officiels du budget de l’armée ottomane ne varièrent pratiquement pas pour l’année financière 1902-1903135.

  • 136 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 731 du 30 mars 1905.

Budgets de 1320136

Ministère de la Guerre

4 500 000 L.T.
(103 500 000 F.)

Gendarmerie

1 000 000 L.T.
(23 500 000 F.)

Grande maîtrise de l’artillerie

4 500 000 L.T.
(10 350 000 F.)

Marine

550 000 L.T.
(12 650 000 F.)

Total

6 500 000 L.T.
(150 000 000 F.)

15La question des soldes impayées était une plaie du système. Plus on descendait dans la hiérarchie, moins la solde était régulièrement payée. Il en était de même pour la plupart des officiers, excepté à l’occasion des deux bayram, de l’anniversaire du sultan et de son avènement au trône. À chacune de ces grandes solennités, le souverain prenait des dispositions particulières pour que le Trésor paye un mois de traitement aux officiers et aux fonctionnaires. Encore que ces mensualités n’étaient pas toujours payées à tous les officiers.

  • 137 Ce n’est qu’avec de grandes difficultés que le vâlî réussit à persuader un négociant de lui céder c (...)
  • 138 Les portes des étables furent brisées et l’intendance s’empara des quelques douzaines de moutons qu (...)
  • 139 Cf. ibid.

16Malgré la loi sur les provinces [vilâyet] (1864) une situation très inégale subsistait entre elles. Au début du siècle, le sort des officiers et des soldats était très différent entre les provinces orientales. Le paiement des salaires des fonctionnaires et des militaires était très inégal. S’ils étaient payés assez régulièrement à Van et Sivas, par contre, à Erzurum, la population et les fonctionnaires civils et militaires étaient fort mécontents. En effet, en 1904, les officiers ne touchaient que cinq mois de salaire et la troupe pas plus de quarante-cinq jours de solde. La situation était si difficile qu’en 1905, la garnison d’Erzurum faillit manquer de pain. Les dépôts de blé du gouvernement étaient vides et les fournisseurs refusaient d’en fournir à crédit137. Trois jours après le dernier approvisionnement en viande et plus d’une semaine après l’interruption de la livraison de sucre, les troupes de la garnison et les officiers étaient menaçants. Le gouverneur général en perdit son sang-froid et utilisa la contrainte envers les fournisseurs. Devant leur refus d’obtempérer, il eut recours à la force138. Le gouverneur général trouva le moyen de faire payer un demi mois de solde à la troupe, un mois aux officiers et autant aux vieux pensionnés et aux veuves des retraités qui avaient assiégé son bureau. Mais ces mesures ponctuelles étaient des expédients qui ne résolvaient pas le problème. Les engagements contractés n’étaient pas honorés, et ce, de manière récurrente. Mais comment faire quand les caisses de la province étaient vides ? Certes, Nâzim Paşa, le gouverneur général, n’avait jamais cessé – même quand la situation financière était très critique – d’envoyer de l’argent à Istanbul. De ce fait, ses accusateurs l’avaient surnommé le percepteur en chef [havâleci vâlî, baş tahsildâr]139.

  • 140 A. A., Türkei 142, A. 6798, Kaiserlich Deutsches Konsulat zu Beirut, le 19 avril 1907, Schroeder à (...)

17Le record d’années de solde impayée – rencontré lors de nos recherches atteint neuf années, soit un total de 32 000 livres turques et était inscrit au passif de 1500 soldats en poste au Yémen. Ramenés par voie de mer en Roumélie, ils se mutinèrent sur la route entre Port-Saïd et Alexandrette. Ils contraignirent le capitaine à se diriger vers Beyrouth. Là, la caisse du gouvernorat contenait moins d’un dixième de la somme réclamée. Le gouverneur général télégraphia à Istanbul pour qu’on lui envoie l’argent nécessaire à la libération des soldats qui avaient été casernés. Après de longs pourparlers, ils acceptèrent que le gouverneur général ne leur paye qu’une partie de la somme, vingt-deux mille livres, et embarquèrent140.

  • 141 A.A., Türkei142, A. 11148, Kaiserlich Deutsches Konsulat zu Beirut, le 9 juillet 1907, Schroeder à (...)

18Quelques mois plus tard, un exemple similaire se répéta. Alors que deux mille trois cents soldats étaient ramenés du Yémen, quelques centaines d’entre eux, originaires de Syrie, devaient débarquer à Beyrouth. Ils forcèrent le capitaine à accoster dans le port, firent irruption en ville, couverts d’armes, et se dirigèrent vers la Banque ottomane et le sérail. Ils réclamèrent le paiement du reste de leur solde en menaçant le gouverneur général, le trésorier-payeur [defterdâr] et le commandant de la place. Tout cela se passait un vendredi, alors que tous les bureaux étaient fermés. Entêtés, ils se rendirent alors dans les appartements privés du trésorier-payeur [defterdâr] et le traînèrent de force jusqu’à la caserne. Ils allèrent ensuite chez le gouverneur général et le menacèrent de piller la ville si satisfaction ne leur était pas immédiatement donnée. Ce dernier télégraphia à Istanbul, afin qu’on lui envoie la somme nécessaire. Deux jours après, le dimanche, ils recevaient l’intégralité de leur arriéré de solde141.

  • 142 L’attaché militaire écrivait :...« Je ne me souviens pas d’être allé voir une seule fois le ministr (...)
  • 143 S.H.A.T, 7N1634, Constantinople, rapport n° 731 du 30 mars 1905.

19Quant aux fournisseurs de vivres, fourrages, drap,..., ils devaient continuellement assiéger le bureau du ministre de la Guerre, pour solliciter le paiement d’acomptes sur des sommes dues depuis de nombreuses années142. Cette irrégularité dans les paiements était coutumière. On peut alors s’expliquer pourquoi les officiers prenaient aussi l’habitude, d’abord de ne payer ni leurs propriétaires ni leurs fournisseurs, et ensuite de s’emparer, presque de force – surtout dans les régions éloignées d’Istanbul – de ce qui leur avait été refusé à crédit143.

Les facteurs de tensions morales et psychologiques

20Le favoritisme, les protégés, les alliances, l’espionnage, ainsi que l’opposition entre officiers diplômés [mektepli] et sortis du rang [alaylı] étaient des facteurs de tensions morales psychologiques et des freins puissants à une vie harmonieuse dans le corps militaires.

  • 144 S.H.A.T., 7N1628, Péra, rapport du 25 février 1884.
  • 145 Ahmed Paşa (Şeker) (Istanbul 1841-1907) est le premier représentant turc de la peinture occidentale (...)
  • 146 Traduction littérale : le doux, sucré, équivalent de « dandy ».
  • 147 S.H.A.T., 7N 1629, rapport n° 72 du 1er décembre 1885.
  • 148 Cf. J.-B. Duroselle, in avant-propos à La politique étrangère de la France, diplomatie et outil mil (...)

21Tous les officiers généraux qui jouissaient de la confiance des troupes étaient éloignés des postes de commandement. Le sultan s’entourait de ceux qu’on surnommait les « messieurs d’Istanbul » [Stanbul efendisi] : des employés civils comblés de décorations et de grades militaires élevés, au scandale de l’armée144. Le sultan choisissait ses généraux sur des critères strictement personnels. Par exemple, il gardait Gâzî Osman Paşa au Palais et éloignait pour des motifs d’ordre politique les meilleurs de ses éléments, tels Gâzî Ahmed Muhtar Paşa et Velî Rıza Paşa. Il leur confiait des missions diplomatiques et les dépêchait à l’étranger comme émissaires ottomans. Par contre Ahmed Paşa145, qui n’avait jamais servi dans l’armée et ne savait pas monter à cheval était nommé général de brigade et aide de camp de sa majesté. Peintre de profession, il était surnommé « şeker »146 pour ses manières doucereuses. Envoyé par train spécial avec une suite nombreuse, il fut chargé par le sultan d’inspecter le corps d’armée d’Edirne et le service du maréchal Tahîr Paşa, ancien chef d’État-major de Gâzî Osman Paşa lors de la défense de Plevne. Cela en était grotesque147. Au final, toutes ces « nominations politiques » participaient à l’édification d’une « armée en trompe l’œil »148.

  • 149 S.H.A.T., 7N 1633, rapport n° 543 du 28 janvier 1903.
  • 150 S.H.A.T., 7N 1633, rapport n° 543 du 28 janvier 1903.
  • 151 Ibid.

22Le favoritisme réglait seul l’avancement des officiers. Il paralysait la hiérarchie tout entière, décourageant les bonnes volontés. Toute marque de zèle était mal vue et attirait la suspicion sur son auteur149. Toute forme de supériorité était inquiétante et pouvait attirer la défaveur. Le maréchal Edhem Paşa, ancien commandant en chef de l’armée de Thessalie était complètement écarté du service actif et relégué dans une commission. Le général Seyfullah, son ancien sous-chef d’État-major s’était révélé être l’un des hommes les plus remarquables lors de la guerre turco-hellène de 1897. Or, il fut exilé pendant de longues années sur la frontière de la Thessalie, sans commandement actif150. Par contre, Hacı Hayrî Paşa, l’ancien de la première division de l’armée de Thessalie – qui n’y brilla pas, en particulier lors des combats de Pharsale et de Domokos – commandait le troisième corps d’armée, à Selânik, avec le grade de maréchal151.

  • 152 Ibid.

23Faveur et défaveur ne rimaient pas avec mérite et démérite, elles étaient un processus complexe qui semblait être proportionnellement inverse à ce que la logique de la compétence aurait dû dicter. À défaut d’appuis, des études militaires en Allemagne pouvaient être un tremplin idéal pour se créer des titres à un avancement plus brillant et se propulser dans une carrière rapide. À cet égard, le soutien du maréchal Kamphövener Paşa, chef de la mission militaire allemande, aidait à s’attirer les faveurs impériales152.

  • 153 S.H.A.T., 7N 1630, Constantinople, rapport n° 30 du 11 avril 1889. Il est intéressant de noter au p (...)

24De nombreuses alliances étaient contractées entre les filles ou parentes du sultan et des généraux ou des membres de leur clientèle. En 1889, par exemple, Abdülhamîd maria l’une de ses filles à son premier aide de camp, Mehmed Paşa, déjà veuf d’une sultane. Quant aux trois filles du sultan Abdülazîz, la première fut mariée au commandant Nurî Bey, fils de Gâzî Osman Paşa, la seconde à Ahmed Bey, chef de bataillon, fils du maréchal [müşir] Kurd İsmaïl Paşa et la troisième au chef d’escadron Halîl Bey, fils du maréchal [müşir] Derviş Paşa153.

  • 154 À Istanbul, le système du « jurnal » [rapport] créait une véritable « névrose collective » parmi le (...)
  • 155 A.A., Türkei, n° 142, A11112, ambassade n° 111, confidentiel, Thérapia, le 10 juillet 1908, Kiderle (...)
  • 156 M. Şükrü Hanioğlu, The Young Turks in Opposition, op. cit., p. 106.

25Comme dans toutes les administrations de l’Empire, l’espionnage était en usage dans l’armée. Il créait des pesanteurs et des ressentiments dans le corps des officiers. Par-delà la pression psychologique inhérente à l’espionnage, les avancements, les promotions arbitraires de jeunes officiers – rendant des « services inavouables » au régime – irritaient les officiers plus âgés et plus expérimentés. Ce dispositif générait un malaise et un mécontentement général. Il suffisait qu’un officier ou un fonctionnaire laisse entendre son insatisfaction pour qu’il soit aussitôt dénoncé comme « Jeune-Turc ». Extensive et introspective, cette machine développa le mythe du fantôme de la « machination jeune-turque ». La surveillance des officiers semblait cependant moins étroite dans les provinces qu’à Istanbul, où se trouvaient les « élites éduquées et européanisées »154. La presse était moins contrôlée dans les provinces que dans la capitale155. Par exemple, le journal Mizan et les autres publications du CUP (Comité Union et Progrès) étaient lues à haute voix dans les cafés et les bars de Damas156, ce qui était tout à fait impensable à Istanbul.

  • 157 S.H.A.T, 7N1633, Constantinople, rapport n° 207 du 30 mai 1899.

26Nous ne citerons que quelques exemples pour éclairer les procédés alors en cours. Le maréchal Zekî Paşa, commandant du 4e corps d’armée avait l’un des postes les plus en vue de l’Empire. Il était unanimement reconnu comme l’un des officiers les plus intelligents et les plus énergiques de l’armée ottomane. Dénoncé au sultan par trois officiers de son corps d’armée – Rıza Paşa, général de division, Süleyman Paşa, général de brigade et İsmaïl Bey, colonel d’État-major – il était accusé de collusion avec la Russie. Le sultan renvoya la lettre dénonciatrice au maréchal, qui – après avoir demandé au souverain toute latitude pour punir ses subordonnés – les laissa dans leur commandement. Une telle décision d’avertir le maréchal n’était-elle pas un acte politique motivé par une volonté de temporiser ? En effet, Zekî Paşa exerçait sur les régiments hamîdiye – qu’il avait organisés et dont il tolérait tous les méfaits – une grande influence. Ils auraient probablement pris les armes en sa faveur, s’il s’était révolté contre le sultan157.

  • 158 Ce régiment comprenait cinq escadrons.
  • 159 S.H.A.T, 7N1633, Constantinople, rapport n° 276 du 16 février 1900.

27Autre exemple, en 1900, le régiment de cavalerie de la garde Hafif Ertoğrul, caserné à Davud Paşa près d’Istanbul, fut licencié158, à cause de la pénurie de chevaux. Mais, il semblerait que cette décision fut prise à la suite d’un rapport défavorable du service d’espionnage. La fidélité de certains officiers de ce régiment y était mise en doute et le sultan prescrivit son licenciement immédiat. Aussitôt, les officiers, les hommes et les chevaux furent répartis dans les régiments de cavalerie du premier corps d’armée, à l’exception du colonel et de deux ou trois officiers qui furent envoyés dans un régiment. Le cadre de paix de chacun de ces derniers régiments ne comprenait que deux ou trois officiers de cavalerie régulière, ce qui les marginalisait. Cet événement prouvait, une fois de plus, les inquiétudes incessantes au milieu desquelles vivait le sultan et son souci constant d’assurer sa sécurité personnelle159.

  • 160 Son prénom est omis, et, dans le télégramme, figure à sa place la lettre « x ». Il semblerait qu’il (...)
  • 161 Ibid.

28L’espionnage sévissait à tous les niveaux de la hiérarchie, ponctuant la rancœur, la jalousie, terrains favorables des stratégies agressives et destructrices. Par exemple, en 1906, quelques jours avant son départ pour Erzurum, où il venait d’être nommé, le gouverneur général avait fait savoir au Palais qu’une sédition se préparait à Diyarbakır. À la suite de cette dénonciation, le maréchal Zekî Paşa, commandant en chef du quatrième corps d’armée, télégraphia au colonel Saïd Bey. Il lui annonça qu’il était nommé commandant en chef de la place par intérim, et que, par rescrit [irade] impérial étaient exilés à Musul le général de division [ferîk]160, commandant en chef de la place et le gouverneur par intérim de Diyarbakır, qui était mis à la retraite ; à Sivas, le général Sâlih Paşa, beau-fils du maréchal Fuad Paşa ; à Van, le lieutenant-colonel de cavalerie Şerîf Bey, beau-frère de Salih Paşa et İslam Bey, fils du maréchal Fuad Paşa ; à Bitlis, le colonel İsmaïl Bey et son fils, sous-officier ; à Erzincan, le général de brigade [livâ] İshak Paşa, commandant des hamîdiye et beau-fils du général de division Bahrî Paşa ; à Vez, le capitaine Garceuded efendi, et enfin, le commandant de la gendarmerie et le chef de la police étaient mis en retraite et devaient rester à Diyarbakır. À l’exception de ces deux derniers et du général de division Bahrî Paşa, tous les autres officiers étaient mis en accusation161.

  • 162 Ibid.

29L’ex-gouverneur de Diyarbakır, Ata Bey avait fait ce rapport pour nuire à Bahrî Paşa dont il était l’ennemi. La disgrâce dans laquelle tombèrent tous ces militaires fut mal comprise par la population musulmane et chrétienne. En effet, depuis que Bahrî Paşa commandait et avait été par deux reprises gouverneur intérimaire, la tranquillité régnait dans la province de Diyarbakır162.

30À ces facteurs de tensions morales et psychologiques venaient s’adjoindre les facteurs de tensions hiérarchiques à l’intérieur du corps des officiers.

Les facteurs de tensions hiérarchiques : la dichotomie entre officiers diplômés [mektepli] et sortis du rang [alaylı]

31Après la création des écoles militaires, puis de l’Académie militaire (1834), les jeunes élites qu’elles produisirent étaient élevées dans l’esprit des Tanzîmât et du réformisme ottoman. Jeunes, diplômés, bardés d’un savoir militaire nouveau et d’une culture intellectuelle moderne, tout les opposait aux officiers sortis du rang, plus âgés, détenteurs d’une expérience avant tout pratique et empirique des choses militaires, mais de loin moins instruits.

  • 163 …« En dehors de toutes les autres difficultés, cela faisait manquer la nouvelle armée d’instructeur (...)
  • 164 …« Le colonel : Quand on n’a jamais vécu dans la troupe, quand on n’a pas senti la douleur et la cr (...)

32Toutefois, les officiers sortis du rang étaient convaincus d’être bien plus compétents et de meilleurs hommes de guerre que ces jeunes officiers, dotés d’une connaissance livresque, mais qui ne vivaient pas avec leurs soldats163. Après tout, les soldats étaient leurs hommes et ils savaient comment les commander, puisqu’ils étaient des leurs. De la guerre, que connaissaient ces officiers diplômés ? Des récits de batailles, des projets de plan d’attaque qu’ils échafaudaient comme autant de châteaux de cartes... Bien au chaud dans les bureaux de l’État-major, ils parlaient de l’armée, entre deux cafés, ils donnaient des ordres, voulaient tout réformer, mais l’armée, ils ne la connaissaient pas. Perdus dans leurs chimères, les nébuleuses stratégies de pouvoir qui les hantaient, ils ne pensaient pas aux hommes, et n’auraient osé imaginer ce qu’ils vivaient, ce qu’était leur quotidien164... Un abîme séparait l’État-major de ses hommes ; ils ne se rencontraient jamais. Le seul point de jonction qui pouvait les relier était ces officiers sortis du rang, forts de leur expérience parmi les hommes et parvenus au commandement.

33Mais justement, la morgue avec laquelle les considéraient ces jeunes officiers diplômés ne pouvait aider à une rencontre harmonieuse entre ces deux mondes qu’ils représentaient, le monde des hommes de troupe et celui des hommes de science et de pouvoir. Une sorte de hiatus rendait la rencontre impossible, le mariage non envisageable. Cohabitant dans la même institution dont ils étaient des rouages mal ajustés, ils vivaient une coexistence non pacifique, une union impossible, génératrices de conflits et de dysfonctionnements.

  • 165 cité in Şerif Mardin, « L’aliénation des Jeunes-Turcs : essai d’explication partielle d’une conscie (...)
  • 166 Dans ses mémoires, Gâzî Ahmed Muhtar Paşa évoque, lors de sa première affectation en Bosnie-Herzégo (...)
  • 167 A. de la Jonquière, L’armée ottomane et l’épuration des grades, in Le Bosphore, 4 septembre 1908, n (...)

34L’agressivité modulait leurs échanges : par un calembour, les officiers diplômés [mektepli] étaient surnommés merkepli, « diplômés d’âneries », par les officiers sortis du rang165. Les officiers diplômés étaient très peu nombreux dans les rangs de l’armée, n’étaient pas bien vus et devaient se faire respecter par la force166. De surcroît, les officiers de régiment bénéficiaient de la faveur du sultan et étaient couverts de médailles et d’honneurs. Toutes ces grâces généraient le mécontentement des officiers diplômés167.

  • 168 S.H.A.T, 7N1635, Constantinople, rapport n° 243 du 13 juin 1908.

35Il y avait, certes, dans l’armée ottomane, une tendance à éliminer les vieux officiers sortis du rang, dont l’instruction technique était tout à fait insuffisante. Depuis l’introduction dans l’artillerie du canon à tir rapide, on s’était systématiquement opposé à l’avancement des officiers subalternes, qui n’avaient pu acquérir le maniement de ce nouveau matériel. De là leur mécontentement, qui se traduisait par des protestations. Par exemple, au mois de juin 1908, une cinquantaine d’officiers d’artillerie manifesta à Edirne et envahit les bureaux du télégraphe. Ils lancèrent une dépêche au sultan, pour protester contre l’avancement donné aux officiers sortis des différentes écoles militaires. Ils ne reçurent qu’une vague assurance du sultan disant qu’il examinerait leur réclamation, en les engageant à cesser toute protestation168. Le soutien inconditionnel dont bénéficiaient les officiers sortis du rang était mis à mal. Il s’agissait d’une tendance qui n’allait que s’accentuer. La revanche des officiers diplômés allait sonner après la « révolution jeune turque de 1908 », remettant en cause les avancements injustifiés et affirmant leur prédominance dans l’armée.

2 La dynamique des officiers

36Les officiers s’engagèrent activement aux côtés des bureaucrates de la Porte pour promouvoir un nouveau régime. Ils prônaient la dynamique du coup d’État. Ahmed Rıza, l’un des penseurs du parti Jeune-Turc écrivit des plaidoyers en faveur du rôle prédominant de l’armée et des officiers dans la société. Les officiers se positionnaient donc comme des acteurs principaux de la scène politique de l’époque.

L’engagement des officiers

  • 169 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 58.

37Lors du coup d’État de 1876, une coalition d’élites civiles et militaires déposa le sultan Abdülazîz pour promouvoir un régime constitutionnel. Une tentative similaire eut lieu en 1895 contre le sultan Abdülhamîd, mais elle échoua169. Le coup d’État était un moyen d’action privilégié dans le champ politique ottoman. Ultérieurement, cinq coups d’État se succédèrent au début du vingtième siècle.

38L’organisation clandestine des jeunes officiers se fit d’abord au sein du Comité d’Union Ottomane fut fondé à l’école de médecine militaire d’Istanbul. Groupe clandestin d’opposition au régime, il était organisé en cellules secrètes. En 1899, il se diffusa progressivement dans l’Empire, en commençant par les étudiants des écoles supérieures d’Istanbul : l’Académie militaire, l’Académie navale et certains centres devinrent très actifs tels ceux de Selânik et de Manastir. Ses leaders étaient İbrahim Temo, Abdullah Cevdet et Mehmed Reşid.

  • 170 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 74.
  • 171 Cf. F. Georgeon, « Le dernier sursaut (1878-1908) », dans R. Mantran éd., Histoire de l’Empire otto (...)

39En mai 1895, les activités politiques des cadets de l’école militaire furent découvertes. Un diplômé s’enfuit à Athènes, puis la police découvrit un portait de Murâd V dans la bibliothèque de l’école. Quarante étudiants furent incarcérés dans la prison de l’Académie, puis quatre-vingt-onze cadets arrêtés par la police du ministère170. Également, en 1897, la police mit à jour un complot à l’Académie militaire. Près d’une centaine d’élèves officiers Jeunes-Turcs furent exilés en Tripolitaine. Le mouvement avait aussi du succès parmi les officiers déjà en poste. Puis il se développa à l’étranger, parmi les foyers d’opposition constitués par les exilés fuyant la répression du régime hamidien171.

  • 172 S. Hanioğlu, op.cit., p. 59.
  • 173 Le sultan l’envoya comme haut-commissaire ottoman en Égypte, pour l’éloigner. Il publia des projets (...)
  • 174 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 77.
  • 175 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 79.
  • 176 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 79.
  • 177 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 104.

40La coopération des élites civiles et militaires fut essentielle, d’une part pour donner à leurs projets l’envergure d’un projet de société, et d’autre part, pour leur permettre de les concrétiser. Un important groupe d’opposition était actif parmi les bureaucrates de la Sublime Porte. Mais ils savaient que pour mener leur dessein à bien, ils devaient collaborer avec les généraux172. Le nombre des hauts fonctionnaires civils et militaires impliqués dans le mouvement Jeune-Turc augmenta à partir de 1895. Gâzî Ahmed Muhtar Paşa, l’un des héros de la guerre russo-turque de 1877-1878, était l’homme d’État le plus renommé à s’être engagé dans l’opposition173. Progressivement, cette organisation estudiantine recruta de hauts fonctionnaires, des bureaucrates, des militaires et des ulémas. Ils adoptèrent l’idée d’un coup d’État et entrèrent en désaccord avec les idées d’Ahmed Rıza174. Nombre d’officiers rejoignirent le mouvement. À son tour, le ministère de la Guerre devint un centre du CUP, appuyant naturellement l’option du coup d’État175. Dans les provinces, le cinquième corps d’armée basé à Damas était le plus engagé dans le CUP176. Mais après l’échec de la tentative de coup d’État, le recrutement officiers se tarit auprès des hauts gradés177.

  • 178 F. Georgeon, Abdülhamîd II, p. 395-397.

41L’année 1906 vit le mouvement jeune-turc se transformer d’un mouvement intellectuel en un véritable parti avec pour objectif la prise du pouvoir. Deux médecins rejoignirent le groupe d’Ahmed Rıza, Bahaeddin Şakir et le docteur Nazim, tous les deux des organisateurs. Ils transformèrent le CUP en une structure révolutionnaire en quelques mois. Ils développèrent toute une propagande particulièrement destinée aux soldats et aux officiers de l’armée ottomane. C’est aussi en 1906 que la Société ottomane de la Liberté [Osmanlı Hürriyet Cemiyeti] fut fondée. Elle recrutait de jeunes bureaucrates et des officiers et était en lien avec des sociétés maçonniques et des confréries. Animée par Talat Bey, le directeur de l’Office des Télégraphes de Selânik, elle s’implanta notamment parmi les officiers des 2e et 3e corps d’armée. Puis, en 1907, le CUP d’Ahmed Rıza et la Société Ottomane de la Liberté de Selânik fusionnèrent tout en gardant le nom de CUP. Ensuite, à la fin de l’année 1907 se tint le 2e congrès réunissant les membres du CUP, de la Dashnaktsoutioun et des partisans de Sabahaddîn pour former un front commun. Dans la déclaration de leur congrès, ils visaient directement le sultan qu’ils estimaient responsable des maux de l’Empire178.

Le rôle de l’armée envisagé par un penseur jeune-turc

  • 179 A. Riza, Tolérance musulmane, Paris, Imprimerie Clamaron-Griff, 1897.
  • 180 Ibid., pp. 16-17.

42Ahmed Rıza était l’un des penseurs du parti Jeune-Turc. Sa conception de l’armée était celle d’un membre de l’opposition civile, haut responsable du CUP. Convaincu du rôle indispensable que l’armée aurait à jouer, il écrivit plusieurs plaidoyers en ce sens. Dans son ouvrage « Tolérance musulmane »179, il développait ses idées sur le rôle de la guerre, considérée comme un moteur de l’existence de l’Empire. La guerre, au cours de laquelle il était prescrit d’observer les préceptes de justice et de tolérance envers les vaincus, aurait eu une influence considérable sur le moral des vainqueurs, en exaltant chez eux les valeurs nobles de bravoure, de virilité, de respect de la discipline et de soumission à un chef dont l’autorité et les mérites étaient reconnus de tous. Ahmed Rıza voyait dans les brusques changements de l’Empire et la chute de sa puissance militaire, un risque d’affaiblissement pour le peuple. Les chefs militaires qui étaient autrefois recrutés parmi les grands caractères de la nation, tenaient tête au despotisme du souverain. La série de défaites sévères subies par l’Empire réduisait leur influence sur le sultan, donnant libre cours à sa tyrannie180.

  • 181 Ibid., pp. 22-23.

43Ahmed Rıza estimait que, contrairement aux calomnies dont l’armée avait été salie, elle n’avait jamais cessé d’être honnête et tolérante. Le sultan devait porter seul la responsabilité de la compromission, par le choix de ses chefs parmi des favoris corrompus. Il était aussi responsable du mauvais paiement de ses soldats et de leur indiscipline. Selon Ahmed Rıza, l’armée était devenue inconsciemment l’instrument du despotisme et de l’intolérance d’un seul181.

  • 182 in Meşveret [La consultation], 8 Şevval 1312, 1er avril 1896.
  • 183 « …Asker, vatan şani, milletin namusu demektir... »
  • 184 Publié au Caire, en 1323 H.
  • 185 Édité en France et en Égypte, il fut diffusé à partir de l’étranger.
  • 186 Cette idée était déjà formulée par Ahmed Rıza, Cf., İstikbâl hazırlıkları [Les préparatifs de l’ave (...)
  • 187 Ş. Ş. Aydemir, Suyu arayan adam [L’homme qui cherchait de l’eau], op. cit., p. 4.
  • 188 ‘Asker, op. cit., p. 7.
  • 189 Ibid., p. 47.
  • 190 Ibid., p. 48.

44Dans certains de ses articles, tel « La considération de l’honneur de nos soldats » [Askerlerimizin namus haysiyeti]182, il expliquait que le soldat était la gloire de la patrie et l’honneur de la nation183 et appelait la Nation à se soulever. Ahmed Rıza montrait le rôle que l’armée avait à jouer dans la défense et le progrès de l’Empire dans la brochure « devoir et responsabilité du soldat » [vazife ve mes’uliyet :’asker] (1906)184. Ses attributions évoluaient de la ghâzâ au patriotisme, passant de la conquête à la défense du pays185. L’idéologie de la ghâzâ était abandonnée depuis longtemps déjà. Par-delà la défense l’Empire, il s’agissait de le sauver, pour empêcher son démembrement. Ahmed Rıza parlait de mort – d’une descente inexorable vers le néant – d’une recherche nécessaire des causes et de dévouement au pays par le patriotisme, au lieu de se préoccuper d’oraisons funèbres186. Cette notion de défense de la patrie [vatan müdafaası] avait déjà été formulée dès l’époque des Jeunes Ottomans dans les années 1860 et était enseignée dans les écoles militaires sous l’impulsion de Süleyman Paşa187. Ahmed Rıza attribuait un rôle salvateur à l’armée, exaltant les vertus d’un patriotisme naissant, à diffuser parmi toutes les strates de la population, aisées ou modestes, musulmanes et non musulmanes, sans distinction de race ou de religion. Il y expliquait le rôle que l’armée turque avait à jouer dans une révolution. Encourageant les activités partisanes et préconisant une Nation armée et une forme d’État militaire188, il développait la théorie selon laquelle l’armée formait une nouvelle élite. Le soldat était présenté comme un pilier de l’Empire. La société militaire occupait le cœur de la vie de l’État et la société civile était reléguée au second plan. Il préconisait la valorisation de la carrière militaire pour attirer les classes aisées, au lieu de laisser cette tâche aux classes les plus modestes et les plus laborieuses189. Il prônait aussi la modernisation de l’armée et l’enseignement des théories militaires les plus récentes. Cette nouvelle élite était encouragée à prendre ses responsabilités à tous les niveaux. Il incitait les officiers à assumer des tâches dans le domaine civil – comme suppléer aux insuffisances du gouvernement – et à prendre des initiatives dans le domaine politique190. En un mot, l’élite militaire allait jouer un rôle d’avant-garde dans la société civile. Cet appel fut bien entendu, et se concrétisa dans les décennies suivantes.

3- L’indiscipline des hommes.

45Multiforme, l’indiscipline des hommes se manifestait par l’insoumission, le refus d’accomplir le service militaire ou la révolte après leur incorporation.

Les réfractaires

46L’insoumission était un phénomène particulièrement répandu dans les provinces ottomanes autrefois exemptées du service militaire, telles les provinces arabes et l’Anatolie orientale. Des mesures furent adoptées pour encourager les réfractaires à se soumettre et à se repentir.

  • 191 S.H.A.T, 7N1630, Constantinople, rapport n°48 du 31 juillet 1889.
  • 192 S.H.A.T., 7N1630, Constantinople, rapport n°75 du 6 juillet 1890.

47Au mois de juillet 1889, on publia un firman relatif aux réfractaires sur proposition du conseil militaire [meclis-i askeriye]. Leur nombre était en constante augmentation, surtout en Anatolie. Il était évalué à cent mille hommes pour l’ensemble de l’Empire. Tout réfractaire appartenant à la catégorie de l’armée régulière [nizâm] pourrait payer une somme de 6 L.T. pour n’être plus inquiété et être traité comme ses camarades de la même classe qui avaient rempli leurs obligations militaires. Au cas où le réfractaire passerait dans la réserve d’active [ihtiyât], il devrait s’acquitter du versement précité et accomplir cinq mois d’exercices avec ceux qui gardaient les dépôts de réserve [redîf]. Si le réfractaire était classé parmi les réservistes [redîf], il pourrait se libérer moyennant une somme de dix livres. Pour être versé dans la réserve territoriale [mustahfiz], il devait payer douze livres. Les réfractaires de plus de quarante ans étaient tenus de faire six ans de service comme mustahfiz et de payer dix livres, tandis qu’un réfractaire quinquagénaire était amnistié sans rien payer. La durée d’application de cette loi était de deux ans. De cette manière, le gouvernement essayait à la fois de réduire le brigandage et d’augmenter les ressources du Trésor191. En effet, les insoumis venaient grossir le nombre des bandits de grands chemins et l’insécurité sur les routes était un problème récurrent. Le brigandage qui sévissait aux quatre coins de l’Empire était une préoccupation du gouvernement ottoman. Les brigands étaient apparemment redoutables, puisqu’ils parvinrent même à capturer un neveu du sultan. Il fut enlevé dans l’une de ses propriétés par une bande de brigands qui opérait du côté de Silivri à cinquante kilomètres de la capitale. Quatre mille hommes furent prélevés sur la garnison d’Istanbul pour exterminer cette bande, mais au bout de dix jours ils n’étaient parvenus à aucun résultat192.

Les révoltes de soldats

  • 193 S.H.A.T., 7N1630, Péra, rapport n° 10 du 14 novembre 1888.

48S’il est impossible de brosser un tableau des mutineries recensées avant la « révolution Jeune-Turque » de 1908, nous essaierons de donner plusieurs exemples assez significatifs pour éclairer la situation ambiante de l’époque. Les actes d’indiscipline se renouvelèrent assez fréquemment au courant des mois d’octobre et de novembre 1888. Plusieurs mutineries éclatèrent à propos du renvoi de la classe 1884/1885 (1300) dans la région d’Istanbul et en province. Un certain nombre de chasseurs d’une compagnie de tirailleurs en poste à Yıldız, à l’annonce de leur libération sans paiement des arriérés, se porta en armes sous la fenêtre d’un kiosque où se trouvait le sultan. Les séditieux ne furent pas punis, mais furent payés et renvoyés dans leurs foyers. Ce mauvais exemple pouvant être suivi, on suspendit la libération du contingent d’Istanbul193.

49À Erzurum, de graves désordres se produisirent dans le cinquante-sixième régiment d’infanterie (56ème R.I.). Le colonel du 56ème R.I. avait reçu des bons du Trésor [havale], l’autorisant à percevoir un certain montant des impôts de la contrée où il tenait garnison. Selon l’usage, il envoya son officier-payeur dans les villages indiqués pour les réquisitions. Cet officier, installé chez l’agent du Trésor, reçut, au fur et à mesure que les contribuables venaient payer, l’impôt de l’année 1889 (1304 de l’Hégire). Pour ne pas détenir de trop fortes sommes, il envoyait les perceptions faites dans chaque village à l’administration centrale de la province [vilâyet] qui, après vérification, devait remettre l’argent au colonel.

50Mais l’intendant militaire du corps d’armée prétexta un besoin urgent de fonds de la cassette impériale et mit, dès leur arrivée, embargo sur ceux destinés au 56ème R.I. En échange, il offrit des grains de ses magasins d’approvisionnement. Le colonel les réclama au gouvernement et en même temps à son général en chef, le maréchal Mustafa Paşa, ancien ministre de la Guerre. Il l’informa que ces mêmes grains lui avaient déjà été donnés une fois en paiement et qu’il avait dû subir, pour s’en défaire, une perte considérable, en les vendant à un Arménien qui avait partagé le bénéfice avec l’intendant et n’avait même pas retiré sa marchandise des magasins militaires. Le maréchal, sévère de réputation – sans que son intégrité soit mise en cause-, refusa la demande de son subordonné, car son régiment était débiteur envers l’État pour diverses fournitures en habillement et en équipement.

  • 194 S.H.A.T., 7N1630, Péra, rapport n° 10 du 14 novembre 1888.

51Pour mettre fin à ses réclamations, il envoya ce colonel avec un détachement de son régiment sur la frontière persane pour réprimer le brigandage. Il partit avec sa troupe, suivi de marchands. Il leur revendait chaque jour les réquisitions qu’il avait faites sur son passage, et ce, bien au-delà de ce qui lui était dû. En possession d’une somme importante, il s’enfuit avec quelques-uns de ses soldats en Perse. Le régiment, démoralisé par ce mauvais exemple, mal nourri, non payé, se révolta et il fallut plusieurs exécutions pour le faire obéir. Suite à cet incident, le sultan réforma complètement le 56ème R.I. Ses hommes furent versés dans d’autres corps et il leur fut ordonné de taire ce qu’ils avaient vu194.

  • 195 S.H.A.T, 7N1624, Constantinople, rapport n° 22 du 6 mars 1889.
  • 196 S.H.A.T, 7N1624, Constantinople, rapport n° 57 du 7 novembre 1889.

52Des actes d’indiscipline se produisirent au mois de mars 1889 à Edirne. Le gouverneur général d’Edirne, chargé d’assurer le paiement de la solde aux troupes qui se trouvaient dans la province avait, pour être bien vu, envoyé à Istanbul presque la totalité de la dîme, sur laquelle les appointements devaient être payés au mois de février. Les officiers du régiment de cavalerie se rendirent chez Veysel Paşa, le commandant du deuxième corps d’armée, et menacèrent de le tuer s’il ne leur payait pas immédiatement une partie de leurs arriérés, comme cela venait de se faire dans les autres corps d’armée. Le Paşa leur promit tout ce qu’ils avaient demandé pour qu’ils partent, puis il s’empara des cinq meneurs principaux, les mit en prison et obtint l’autorisation de les embarquer pour le Yémen, où ils devaient servir sans grade195. Au mois d’octobre 1889, plusieurs cas de mutinerie se produisirent même dans la troupe envoyée pour pacifier la Crète196.

  • 197 S.H.A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n° 141 du 16 mars 1895.

53Les embarras financiers du gouvernement ottoman semblaient s’accroître d’années en années. Dans plusieurs corps d’armée, le renvoi dans leurs foyers des hommes qui avaient terminé leur temps de service avait été retardé car les autorités militaires n’avaient pas les liquidités nécessaires pour leur remettre l’arriéré de leur solde. À la frontière monténégrine, les fournisseurs, auxquels des sommes importantes étaient dues, avaient cessé leurs fournitures. Les troupes étaient restées plusieurs jours sans pain et des troubles s’étaient produits, à la suite desquels quelques officiers avaient été arrêtés197.

  • 198 Ibid.

54À Istanbul, même le corps de la garde impériale – ordinairement très bien traité, voire choyé – fut agité par des manifestations. Elles furent, du reste, vite apaisées. Le sultan fit payer les récalcitrants sur sa cassette particulière. Et ce, alors que des irade impériaux récents prescrivaient la distribution aux troupes du 1er Corps, pendant le mois de ramadan de l’année 1895, de thé trois fois par jour, de fruits, de bonbons en grande quantité et de marmelade198.

  • 199 Le ministre de la Marine avait la réputation, justifiée par son style de vie, d’être le plus grand (...)
  • 200 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n°402 du 28 mai 1901.

55En 1901, des incidents marquèrent le renvoi de la classe 1895 (1311). Le ministre de la Marine ayant voulu les congédier, sans leur payer leur arriéré de solde, quelques centaines d’hommes du régiment de marine caserné à Tershâne se révoltèrent. Les mutins furent emprisonnés, mais ils brisèrent les portes et se répandirent dans la caserne en poussant des cris de contestation. Mis au courant, le ministre de la Marine, Hasan Paşa, se rendit immédiatement à l’arsenal et voulut faire entendre raison aux révoltés. Il fut accueilli par une bordée d’injures. Les hommes lui reprochèrent en des termes très grossiers de dépenser dans son harem – qui passait pour le plus considérable de l’Empire après celui du sultan – l’argent qui leur était destiné199. On dut faire appel à la force armée et de nombreux mutins furent blessés. Informé de l’affaire, le sultan fit payer les arriérés dus, plus des gratifications et leur envoya, au moment de leur départ, ses salutations impériales par l’entremise d’un des généraux aide de camp200.

56Motivés par le retard dans la libération des hommes et le paiement de leur solde, de nombreux cas d’indiscipline avaient déjà eu lieu dans le troisième corps d’armée. Mais, c’était la première fois qu’ils se produisaient dans des garnisons à des postes frontière et à une époque particulièrement tendue. En 1902, une révolte éclata dans le troisième bataillon du 18ème R. I. à Djakowa. Vers la mi-février, à la suite d’une de ces inimités fréquentes entre les familles albanaises, un chef albanais mollah Zekka fut assassiné, à İpek, par un autre chef albanais, officier de gendarmerie, Adem Zaïm. Après l’assassinat, les partisans des deux adversaires en vinrent aux mains et le 3° bataillon du 18ème R.I. en garnison à İpek intervint pour rétablir l’ordre, les Albanais tirèrent alors sur les troupes ottomanes et des soldats du 18ème R.I. furent tués. Quelques jours après, le même bataillon fut envoyé à Djakowa, à cause de troubles, d’où il fut rappelé le 12 mars à İpek.

  • 201 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 468 du 26 mars 1902.

57À ce moment-là, exaspérés à la pensée des arriérés de solde qui leur étaient dus, de l’irrégularité dans les distributions de vivres, alors qu’ils étaient exposés à des fatigues incessantes et à de graves dangers, les soldats se révoltèrent et refusèrent d’obéir aux ordres de leurs officiers. Au lieu de rentrer à İpek, ils se rendirent à Verisovitz, station du chemin de fer, située à peu près à égale distance de Mitrowitza et d’Üsküb. Leurs officiers les suivaient à distance. Arrivés à la gare, ils firent former un train pour Üsküb, où ils voulaient aller pour porter leurs doléances au général commandant la cinquième division. À Verisovitz, ils refusèrent que leurs officiers montent dans le train. Cependant, au moment du départ, le chef de gare parvint à ajouter au train un wagon transportant les officiers et le bataillon arriva à Üsküb. Il fut reçu par le général de brigade Rıza Paşa qui apaisa les esprits. Il obtint que le bataillon se rende dans une caserne d’Üsküb pour y attendre le paiement des arriérés de solde avant de rentrer à la garnison d’İpek201.

58Les conséquences de ces deux faits, l’assassinat d’un chef albanais et la révolte du bataillon, dont plusieurs hommes avaient été tués par les partisans des chefs albanais, sont intéressantes à remarquer. Pour calmer le ressentiment de la famille du chef assassiné, le sultan fit distribuer des grades et des décorations à ses parents, à sa veuve, une rente viagère de deux mille piastres (421 F.) par mois. Les partisans de Molla Zekka se dirent satisfaits, alors que ceux d’Adem Zaïm protestèrent et réclamèrent sa mise en liberté qu’on leur accorda de suite. Alors que le sultan octroyait des pensions aux familles des assassinés, il va sans dire, qu’il manquait d’argent pour l’entretien des soldats de l’armée.

  • 202 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 484 du 8 mai 1902.

59Quant aux hommes du troisième bataillon du 18ème R.I., ils l’avaient quitté, point payés, mal nourris, mourant de froid, à cause de la rigueur de la saison dans le nord de l’Albanie. Ils étaient coiffés du bonnet blanc albanais qu’ils avaient mis au lieu du fez rouge ottoman, mais marchaient tous en ordre, jusque dans leur révolte. Arrivés le 18 mars, ils étaient encore dans la caserne d’Üsküb au mois de mai, où ils faisaient l’objet de soins spéciaux et avaient reçu dès leur arrivée, tout l’arriéré de leur solde. Aucun d’eux ne fut puni et cette absence de répression à la suite d’une faute aussi grave pouvait être interprétée comme une approbation tacite de leur conduite202.

  • 203 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 468 du 26 mars 1902 rapport n° 480 du 2 mai 1902.

60Des actes d’indiscipline étaient commis par de nombreux officiers du troisième corps d’armée. Au mois d’avril 1902, soixante-sept officiers de tous grades des garnisons de Prichtina, Djakova, Mitrowitza et Berane avaient envoyé directement une requête collective au palais de Yıldız. Ils exposaient leur existence particulièrement pénible dans le nord de la Macédoine, les dangers endurés, leur vie toujours sur route, l’irrégularité de la solde et l’absence d’avancement. Par contre, des Albanais, sans instruction, voire illettrés, franchissaient très rapidement tous les degrés de la hiérarchie militaire. Sachant très bien qu’ils n’arriveraient pas à toucher leurs arriérés de solde, ils ne continueraient leur service que si le souverain leur accordait immédiatement comme compensation un grade de plus. Il leur fut accordé par un télégramme du Palais203.

  • 204 Ibid.

61Quelques temps plus tard, le 21 avril 1902, cent cinquante officiers des garnisons d’Üsküb, Prizren, Vuçiren, Gülhane, etc., encouragés par cet exemple, réclamaient la même faveur que leurs camarades. Ils obtinrent aussi gain de cause. Il semblerait que les officiers étaient influencés par les procédés des Albanais, comblés de faveurs par le sultan. Ils négociaient toujours de nouvelles concessions, n’hésitant pas à user de la menace du soulèvement et de la mettre à exécution. Les luttes contre les bandes bulgares, les tribus albanaises étaient continuelles... La discipline se relâchait à tel point que deux chefs albanais, aides de camp du sultan, Rıza Bey et Bayramtsur Bey en vinrent aux mains, le 30 avril, à la tête de leurs tribus près de Djakova. Un bataillon dut être dépêché d’Üsküb pour rétablir l’ordre204.

62Il y avait aussi des actes d’insubordination d’officiers. Par exemple, le 5 novembre 1903, les officiers de la garnison de Kilit Bahr – fort situé sur la côte d’Europe, face aux Dardanelles –, furieux de n’avoir reçu qu’un faible acompte sur leur solde arriérée, refusèrent de faire leur service. Le général Abdurrahman Paşa, commandant de la forteresse, se rendit sur place, pour calmer les mutins. Sans succès, ils jetèrent leurs sabres aux pieds du général de brigade, déclarant qu’ils ne le reprendraient que lorsqu’ils auraient été payés. Des mesures préventives furent prises dans la garnison des Dardanelles. Le général Mazhar Paşa fit arrêter et conduire en prison les officiers les plus révoltés de la garnison.

63Il faut noter que la situation aux Dardanelles était particulièrement pitoyable. Non seulement les officiers ne touchaient pas leur solde, mais en plus, on rognait sur leurs rations, et on leur distribuait de la « mauvaise chèvre », en guise de mouton. Les officiers étaient aussi déguenillés que leurs soldats. Ceux qui étaient chargés de famille ne pouvaient la nourrir, et parfois point l’abriter. En effet, les propriétaires refusaient de louer leurs maisons à des locataires qu’ils savaient dans l’impossibilité de payer leur loyer.

  • 205 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 650 du 20 novembre 1903.

64Les officiers revendiquaient non seulement contre le gouvernement, mais aussi contre le sultan. Ce dernier en ayant eu vent, il ordonna au commandant de la place des Dardanelles de procéder à une enquête très minutieuse et de lui signaler les noms des mutins205.

65La capitale de l’Empire et ses hauts dignitaires n’étaient pas épargnés par les actes de rébellion et de violence. Telle la révolte qui éclata le 15 décembre 1906, derrière le Péra Palace, sur la place du cimetière. Environ quatre cent soldats de la marine, mécontents d’être retenus par-delà cinq ans – la durée légale de leur service – étaient pour la plupart en service depuis huit ans. En outre, des arriérés de solde, d’une somme de plusieurs milliers de livres turques leur étaient dus.

  • 206 A. A., Türkei n° 142, A. 21218/06, Botschaft, Militärattaché n°56/06, Constantinople, le 16 décembr (...)
  • 207 A. A., Türkei n° 142, A. 8001.07, Kaiserlich Deusche Botschaft, Militär-Attaché, Constantinople, le (...)

66Ils manifestèrent devant les maisons des vice-amiraux Mehmed Rıfat Paşa et Husnî Paşa. Ils ne portaient pas leurs armes, mais criblèrent de pierres les maisons des deux Paşa, jusqu’à ce qu’ils se sentent obligés de sortir. Les soldats leur ôtèrent leurs uniformes et les battirent, à tel point qu’ils durent être conduits à l’hôpital. Entre temps, des envoyés du palais de Yıldız arrivèrent pour calmer les révoltés. La somme nécessaire au paiement fut empruntée par le gouvernement auprès de la Régie des tabacs et un bateau de guerre ottoman embarqua les mutinés à destination de leurs provinces d’origine206. La garde du sultan, non plus, n’était pas épargnée par les mutineries. En 1907, un bataillon d’Albanais s’était révolté. Cette mutinerie avait été autant que possible étouffée et son existence fut contestée par le Palais207.

  • 208 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 537 du 5 janvier 1903.

67Les cas d’indiscipline se produisaient dans presque toutes les garnisons de l’Empire. Certains revêtaient un caractère particulièrement grave, tels les exemples que nous avons choisi de présenter, comme celui qui eut lieu à Damas, parmi les lieutenants de la cavalerie et de l’artillerie de cette ville, le 30 novembre 1903. Ce jour-là, une cinquantaine de lieutenants et sous-lieutenants appartenant presque tous à la cavalerie et à l’artillerie réclamèrent vainement au maréchal Hakki Paşa, commandant du cinquième corps d’armée, le paiement de leur solde arriérée. Comme ils avaient appris qu’un mois de traitement avait été payé aux officiers ayant au moins le grade de capitaine, ils manifestèrent très violemment en ville, malgré leurs chefs. Exaspérés, ils se rendirent au bureau du télégraphe, s’emparèrent des appareils, demandèrent la communication avec le palais de Yıldız et exposèrent au premier secrétaire du sultan, Tahsîn Paşa, la situation malheureuse dans laquelle ils se trouvaient, n’ayant même pas de quoi nourrir leurs familles. Tahsîn Paşa les exhorta au calme et leur promit que des mesures seraient immédiatement prises pour leur assurer le paiement d’un mois de solde. Des ordres pressants furent envoyés au gouverneur général de Syrie, Nazim Paşa, qui prescrivit à ses subordonnés d’envoyer à Damas tous les fonds dont ils pouvaient disposer208.

68Si des manifestations, telles que celle qui s’est produite à Damas, en soi, n’entamaient pas le loyalisme des officiers vis-à-vis de leur souverain, elles étaient cependant de fâcheux exemples pour la discipline. Elles posaient aussi le problème de la contestation, qui couvait depuis de nombreuses années, non satisfaite, et des formes qu’elle prenait. Il semblait difficile qu’officiers et soldats, après avoir accusé, pendant des années, ministres et fonctionnaires, à tous les degrés de la hiérarchie, d’être les auteurs des dilapidations dont ils souffraient, n’aient pas remonté, comme certains le faisaient déjà, à la source même du mal. Une véritable chape de plomb pesait sur la société militaire et ces révoltes visaient à la faire voler en éclats.

69Fruits amers de la misère et de la faim des officiers et des soldats, les révoltes étaient des manifestations désespérées, autant d’appels au secours, devant une situation des plus catastrophiques dans la vie quotidienne des intéressés, une réaction existentielle, pour ne pas mourir. Cette lutte, pour la vie et la survie, dans laquelle se lancèrent officiers et soldats, pouvait aussi s’identifier à un combat pour la survie de l’armée, et de l’Empire lui-même. Peur panique, brisant toutes les conventions, faisant voler en éclats la pression des espions, ces révoltes avaient un caractère quasi général, puisqu’on les rencontrait dans presque toutes les garnisons de l’Empire. Réponses tout aussi affolantes, d’un gouvernement affolé, peur communiquée et partagée, face à une richesse confisquée. Toutes ces mutineries, comme autant de secousses sismiques, de tremblements ébranlant la discipline et l’autorité, grondaient à des espaces de plus en plus rapprochés, dont l’épicentre n’était autre que le Palais. La précipitation du gouvernement, s’abandonnant à la menace des mutins, assouvissant autant que possible leurs revendications, était une forme d’aliénation, de poursuite non interrompue de ces révoltes, s’emprisonnant dans un tourbillon délirant, une reddition devant l’escalade de la menace.

70Face aux problèmes de discipline rencontrés dans l’armée, désertions, mutineries, révoltes de soldats et d’officiers, on est amené à s’interroger sur l’état d’esprit ambiant et la qualification qu’on pourrait lui donner. Ces facteurs étaient-ils assez graves, puissants et profonds pour former un esprit d’anarchie dans l’armée ? Un rapprochement serait à faire avec la tradition janissaire. Y a-t-il eu un esprit d’anarchie prédominant dans l’armée ? La différence la plus sensible par rapport aux révoltes janissaires est que ces dernières n’étaient pas des revendications politiques mais uniquement corporatistes. Au début du vingtième siècle, la politisation des officiers est un fait marquant. Elle joue un rôle moteur pour créer une synergie avec les révoltes de soldats.

  • 209 F. Georgeon, Abdülhamîd II, p. 394.

71On peut essayer de proposer une typologie de ces manifestations en prenant comme critère l’occupation des sphères publiques. On assiste à des détournements de bateaux lors des transports maritimes. C’est plus particulièrement le cas pour les soldats en provenance du Yémen qui obligent les bateaux à accoster à Beyrouth. Les soldats se répandent alors dans la ville et occupent des lieux publics, tels la Banque Ottomane, le bureau du télégraphe, les lieux de pouvoir – le sérail du gouverneur, jusqu’aux domiciles des dignitaires importants. Grâce au télégraphe, ils peuvent présenter directement leurs doléances au sultan et recevoir sa réponse. Comme elle est favorable, on assiste à un engrenage de revendications. À cet égard, les nouveaux modes de communication, et particulièrement le télégraphe, ont joué un rôle fondamental pour établir une relation directe avec le sultan. D’instrument de centralisation du régime, il devient aussi un moyen d’expression de revendications locales209.

72Si les mutineries se sont assez fréquemment manifestées dans l’Empire, on peut noter que leur périodicité s’est accentuée à partir de l’année 1904. Officiers et soldats ont peut-être revendiqué pour des raisons différentes, mais la conjonction de leurs efforts et la somme de leur « mal vivre » a sapé l’autorité qui les avait si bien contrôlés jusqu’alors. Le point culminant en fut les événements de 1908. Au fil des coups de force, les officiers revinrent dans l’arène politique, puis prirent le pouvoir et jouèrent un rôle majeur dans les sphères publiques.

Notes

125 Un budget de huit millions de livres turques était déjà une somme conséquente pour l’entretien et la réorganisation de l’armée ottomane, s’il avait été payé dans son intégralité et employé d’une façon judicieuse. Cf. S.H.A.T., 7N1628, Péra, rapport n° 9 du 25 février 1884.

126 L’attaché militaire français disait s’être procuré cette copie, grâce à la « vénalité d’un copiste infidèle » (sic). Après vérification de la parfaite concordance des chiffres, il avait reconstitué les trois tableaux, en annexe du rapport n° 9 du 25 février 1884, qui forment l’ensemble de ce document rare.

127 Cf. S.H.A.T., 7N1628, Constantinople, rapport n° 9 du 25 février 1884.

128 Le sultan prélevait, de temps en temps, d’assez fortes sommes pour l’entretien et les embellissements du palais de Yıldız. Cf. ibid.

129 Cf. ibid.

130 Le journal Stamboul du 13 mai 1876.

131 Le journal Stamboul du 13 mai 1876.

132 En 1885, les officiers allemands percevaient la somme de 30 000 francs par an. Cf. P.A.-A.A., Türkei n° 139, A. 6453, n° 138, le 26 mai 1888, Radowitz à Bismarck.

133 S.H.A.T., 7N1628, Péra, rapport n° 9 du 25 février 1884.

134 Ces chiffres sont ceux fournis par le ministre de la Guerre lui-même. Toutefois, d’après une personne proche du financier allemand Rasfauf, adjoint au ministre des finances, le total des crédits alloués à la guerre pour l’année financière 1315 se serait élevé à 9 000 000 L.T. (207 000 000 F.), somme présentant une différence de 300 000 L.T. (52.900 000 F.) avec celle indiquée par le ministre de la Guerre. Toutefois, les deux affirmations avancées pouvaient être cependant exactes, car ces budgets étaient des projets. Cf. S.H.A.T, 7N1633, Constantinople, rapport n° 270 du 27 janvier 1900.

135 S.H.A.T, 7N1633, Constantinople, rapport n° 543 du 22 janvier 1903.

136 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 731 du 30 mars 1905.

137 Ce n’est qu’avec de grandes difficultés que le vâlî réussit à persuader un négociant de lui céder cinq mille hectolitres de blé, avec la promesse formelle de payer la contre-valeur de sa poche, au cas où la caisse ne pourrait couvrir l’engagement. Cf. A.E.N., Erzerum (1898-1914), Vice-consulat de France à Erzerum, rapport n° 45 du 3 juin 1905, M. le vice-consul à M. Constans, ambassadeur de la République française à Constantinople.

138 Les portes des étables furent brisées et l’intendance s’empara des quelques douzaines de moutons qui s’y trouvaient. Pour le sucre, on en prit de force chez le fournisseur. Cf. A.E.N., Erzerum (1898-1914), Vice-consulat de France à Erzerum, rapport n° 45 du 3 juin 1905, M. le vice-consul à M. Constans, ambassadeur de la République française à Constantinople.

139 Cf. ibid.

140 A. A., Türkei 142, A. 6798, Kaiserlich Deutsches Konsulat zu Beirut, le 19 avril 1907, Schroeder à M. le chancelier le comte de Bülow.

141 A.A., Türkei142, A. 11148, Kaiserlich Deutsches Konsulat zu Beirut, le 9 juillet 1907, Schroeder à M. le chancelier le comte de Bülow.

142 L’attaché militaire écrivait :...« Je ne me souviens pas d’être allé voir une seule fois le ministre de la Guerre sans avoir rencontré auprès de son bureau de nombreux fournisseurs sollicitant le paiement d’acomptes sur des sommes qui leur étaient dues depuis de longues années »... Cf. S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 543 du 22 janvier 1903.

143 S.H.A.T, 7N1634, Constantinople, rapport n° 731 du 30 mars 1905.

144 S.H.A.T., 7N1628, Péra, rapport du 25 février 1884.

145 Ahmed Paşa (Şeker) (Istanbul 1841-1907) est le premier représentant turc de la peinture occidentale. Il commença ses études à l’école de médecine militaire [Tıbbiye], puis les continua à l’école militaire (1856) où il montra un grand intérêt pour le dessin. À 18 ans, il devint professeur assistant à l’école militaire. En 1862, il fut envoyé à Paris pour étudier aux frais du gouvernement. Il suivit les cours de l’école ottomane et étudia pendant neuf ans à l’école des Beaux-Arts où il fut l’élève de Gustave Boulanger et de Jean-Léon Gérôme. En 1870, lorsque la guerre éclata, il rentra en Turquie. Promu au grade de capitaine, il fut nommé professeur de dessin à l’école de médecine militaire et donnait aussi des cours de dessin dans d’autres écoles. Il peignait dans son atelier installé dans son grand palais [konak] à Mercan, un quartier d’Istanbul. Il participa à de nombreuses expositions à Istanbul. En 1879, il fut nommé lieutenant-colonel, puis général de brigade en 1885 et lieutenant général en 1890. À partir de 1896, il était chargé du protocole des invités étrangers. Cf. Osmanlılar Ansiklopedisi, vol. 1, p. 151-153.

146 Traduction littérale : le doux, sucré, équivalent de « dandy ».

147 S.H.A.T., 7N 1629, rapport n° 72 du 1er décembre 1885.

148 Cf. J.-B. Duroselle, in avant-propos à La politique étrangère de la France, diplomatie et outil militaire (1871-1991), A. Doise & M. Vaïsse, Paris, Seuil, 1992, p. 8.

149 S.H.A.T., 7N 1633, rapport n° 543 du 28 janvier 1903.

150 S.H.A.T., 7N 1633, rapport n° 543 du 28 janvier 1903.

151 Ibid.

152 Ibid.

153 S.H.A.T., 7N 1630, Constantinople, rapport n° 30 du 11 avril 1889. Il est intéressant de noter au passage les remarques que faisait le capitaine Berger, attaché militaire, concernant ces alliances :...« Il est difficile de donner une idée des intrigues qui ont été le prélude de ces noces et des sommes dépensées par les intéressés pour arriver à ce but. Le sort des époux des sultanes n’est cependant pas très enviable, au moins à notre point de vue européen. Celles-ci conservent toutes les prérogatives impériales et leurs maris mêmes, qui ne doivent pas sortir du konak sans une permission, ne peuvent paraître devant elles que sur leur ordre et dans la plus humble posture »…

154 À Istanbul, le système du « jurnal » [rapport] créait une véritable « névrose collective » parmi les intellectuels condamnés à une existence extrêmement discrète, voire clandestine. Cf. Ş. Mardin, Jön Türklerin siyasî fikirleri 1895-1908, op. cit., p. 30.

155 A.A., Türkei, n° 142, A11112, ambassade n° 111, confidentiel, Thérapia, le 10 juillet 1908, Kiderlen.

156 M. Şükrü Hanioğlu, The Young Turks in Opposition, op. cit., p. 106.

157 S.H.A.T, 7N1633, Constantinople, rapport n° 207 du 30 mai 1899.

158 Ce régiment comprenait cinq escadrons.

159 S.H.A.T, 7N1633, Constantinople, rapport n° 276 du 16 février 1900.

160 Son prénom est omis, et, dans le télégramme, figure à sa place la lettre « x ». Il semblerait qu’il s’agisse de Bahrî Paşa. Cf. A.E.N., fonds Constantinople, échelle de Diarbékir (1900-1914), déchiffrement, Diarbékir, le 6 mai 1906.

161 Ibid.

162 Ibid.

163 …« En dehors de toutes les autres difficultés, cela faisait manquer la nouvelle armée d’instructeurs exercés. Comme tels se présentaient seulement les jeunes officiers sortis des écoles militaires. Eux, au moins, possédaient quelques notions du combat moderne, mais ils n’avaient jamais eu dans le service l’occasion de tirer un seul coup de fusil. En outre, ils ignoraient la vie de la troupe, étant fort distants des simples soldats par leur éducation et leurs habitudes, et souvent, ils regardaient de haut en bas leurs camarades sortis des rangs de sous-officiers - dits officiers de régiments - et ils les blessaient par la morgue que leur inspirait la conscience qu’ils étaient les produits d’une ère nouvelle. Les soldats apprirent à les connaître comme des gens qui donnaient des ordres et infligeaient des punitions, mais non comme des chefs leur marquant de la sollicitude »..., C. von der Goltz, La défaite de la jeune Turquie..., op. cit., p. 11-12.

164 …« Le colonel : Quand on n’a jamais vécu dans la troupe, quand on n’a pas senti la douleur et la crispation des hommes qui vont déboucher pour l’assaut et probablement mourir, quand on n’a pas vu de ses yeux les rangs fauchés autour de soi par la mitrailleuse, il est très facile de téléphoner de loin, du fond d’un P.C. sûr et confortable : ‘Attaquez coûte que coûte !’et ensuite d’aller dîner »..., K. Yacine, Le polygone étoilé, Paris éd. du Seuil, 1966, p. 114.

165 cité in Şerif Mardin, « L’aliénation des Jeunes-Turcs : essai d’explication partielle d’une conscience révolutionnaire », in Économies et sociétés dans l’Empire ottoman (fin du xviie siècle-début du xxe siècle) publiés par J.-L. Bacqué-Grammont et P. Dumont, Paris, C.N.R.S., 1983, p. 157-165.

166 Dans ses mémoires, Gâzî Ahmed Muhtar Paşa évoque, lors de sa première affectation en Bosnie-Herzégovine, au début des années 1860, le petit nombre d’officiers diplômés [mektepli] dans sa division [firka], cinq à six officiers. Ils étaient obligés de gagner le respect par la force, car il n’y avait pas de hauts gradés et que les d’officiers diplômés [mektepli] n’étaient pas bien vus. Cf., Gâzî Ahmed Muhtar Paşa, Anılar, sergüzeşt-i hayatim’in, cild-i evveli [Mémoires de l’aventure de ma vie, vol. 1], op. cit., p. 12.

167 A. de la Jonquière, L’armée ottomane et l’épuration des grades, in Le Bosphore, 4 septembre 1908, n° 48, p. 1.

168 S.H.A.T, 7N1635, Constantinople, rapport n° 243 du 13 juin 1908.

169 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 58.

170 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 74.

171 Cf. F. Georgeon, « Le dernier sursaut (1878-1908) », dans R. Mantran éd., Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1990, p. 521-576.

172 S. Hanioğlu, op.cit., p. 59.

173 Le sultan l’envoya comme haut-commissaire ottoman en Égypte, pour l’éloigner. Il publia des projets de réforme dans la presse locale égyptienne en 1900. Cf. Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 60.

174 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 77.

175 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 79.

176 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 79.

177 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 104.

178 F. Georgeon, Abdülhamîd II, p. 395-397.

179 A. Riza, Tolérance musulmane, Paris, Imprimerie Clamaron-Griff, 1897.

180 Ibid., pp. 16-17.

181 Ibid., pp. 22-23.

182 in Meşveret [La consultation], 8 Şevval 1312, 1er avril 1896.

183 « …Asker, vatan şani, milletin namusu demektir... »

184 Publié au Caire, en 1323 H.

185 Édité en France et en Égypte, il fut diffusé à partir de l’étranger.

186 Cette idée était déjà formulée par Ahmed Rıza, Cf., İstikbâl hazırlıkları [Les préparatifs de l’avenir], Şura-yi Ümmet [L’assemblée de la communauté des croyants], 24 avril 1902, p. 3.

187 Ş. Ş. Aydemir, Suyu arayan adam [L’homme qui cherchait de l’eau], op. cit., p. 4.

188 ‘Asker, op. cit., p. 7.

189 Ibid., p. 47.

190 Ibid., p. 48.

191 S.H.A.T, 7N1630, Constantinople, rapport n°48 du 31 juillet 1889.

192 S.H.A.T., 7N1630, Constantinople, rapport n°75 du 6 juillet 1890.

193 S.H.A.T., 7N1630, Péra, rapport n° 10 du 14 novembre 1888.

194 S.H.A.T., 7N1630, Péra, rapport n° 10 du 14 novembre 1888.

195 S.H.A.T, 7N1624, Constantinople, rapport n° 22 du 6 mars 1889.

196 S.H.A.T, 7N1624, Constantinople, rapport n° 57 du 7 novembre 1889.

197 S.H.A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n° 141 du 16 mars 1895.

198 Ibid.

199 Le ministre de la Marine avait la réputation, justifiée par son style de vie, d’être le plus grand dilapidateur de fonds de l’Empire. Cf. S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 402 du 28 mai 1901.

200 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n°402 du 28 mai 1901.

201 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 468 du 26 mars 1902.

202 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 484 du 8 mai 1902.

203 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 468 du 26 mars 1902 rapport n° 480 du 2 mai 1902.

204 Ibid.

205 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 650 du 20 novembre 1903.

206 A. A., Türkei n° 142, A. 21218/06, Botschaft, Militärattaché n°56/06, Constantinople, le 16 décembre 1906, Militär-Bericht n° 9, von Strempel.

207 A. A., Türkei n° 142, A. 8001.07, Kaiserlich Deusche Botschaft, Militär-Attaché, Constantinople, le 16 mai 1907, Militär-Bericht, n° 30, von Strempel.

208 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 537 du 5 janvier 1903.

209 F. Georgeon, Abdülhamîd II, p. 394.

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search