Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Deuxième partie. Officiers, soldats et contestation dans l' armée

Chapitre 4 : Gâzî versus individu : Trois généraux ottomans face au pouvoir hamidien : Ahmed Muhtar, Süleyman et Osman

Texte intégral

  • 1 Lors des guerres, les souverains ou les généraux vainqueurs des infidèles recevaient le titre à dem (...)

1Pour approcher l’homme de guerre ottoman de la fin du 19e siècle, nous avons choisi de brosser quelques portraits d’officiers généraux appartenant à l’élite. Pour ce faire, nous avons pris trois grandes figures très différentes les unes des autres, mais ayant en commun le titre de gâzî décerné1 lors de la guerre russo-turque de 1877-1878. Ces trois officiers supérieurs remarqués au combat, trois « braves par excellence », sont Ahmed Muhtar, Süleyman et Osman. Mais ils connurent des destins si dissemblables qu’il nous a paru intéressant de les mettre en perspective.

2Leur relative sacralisation participe de la promotion de héros nationaux par le pouvoir politique du sultan. Mais quel était son objectif et quelles réalités recouvrait-elle ? Quels étaient leurs discours et leurs stratégies d’acteurs ? Nous avons cherché à saisir « leurs individualités militaires », plus particulièrement dans leurs rapports au pouvoir hamidien, et à les resituer au sein du tissu militaire.

3Pour approcher ces individus, nous avons reconstitué leur biographie, puis elle a été affinée par des sources recelant des informations plus pointues, tels les mémoires, les écrits personnels, les écrits de tiers, d’historiens... Nous avons ensuite mis en perspective ces différentes sources.

Gâzî Ahmed Muhtar Paşa

Gâzî Ahmed Muhtar Paşa

Collection de l’IRCICA

1– Gâzî Ahmed Muhtâr Paşa ou la gloire sans le pouvoir (1839-1919)

4Nous avons choisi Ahmed Muhtâr, car il est un individu qui existe, agit sur son destin, revendique son action et se confesse dans des mémoires, par une écriture combative pour occuper sa place ; autrement dit, il s’accomplit par l’écriture : la dizaine d’ouvrages rédigée en est la preuve. Cet officier supérieur appartenait à l’élite et son individualité semblait plus facile à appréhender.

5Nous avons donc affaire à un officier supérieur à la carrière prestigieuse qui demande à être élucidée. Nous interrogerons ses relations avec le pouvoir, leur évolution et l’influence de ses idées sur son entourage. Par une approche analytique, nous présenterons son ascension et sa progressive marginalisation. De façon plus introspective, nous essaierons de saisir sa propre perception et la représentation que les autres avaient de lui.

Sa carrière militaire

Sa formation

  • 2 Il est né le 23 Şaban 1255 H., 1er novembre 1839, à Bursa.
  • 3 Son père était Hacı Halil Ağa de la famille des Katırcıoğlu.
  • 4 Les Tanzîmât sont les grandes réformes adoptées dans l’Empire ottoman au cours du 19e siècle. Le pr (...)

6Gâzî Ahmed Muhtâr Paşa, né l’année de la proclamation des Tanzîmât, est l’un des plus brillants généraux de l’armée ottomane de la seconde moitié du 19e siècle2. En 1839, l’Empire ottoman entre dans une période de changements et de mutations considérables produits à une cadence très rapide. Ahmed Muhtâr Paşa est enraciné dans ce nouveau terreau, pétri de soif de changements et de modernité. Issu d’une famille de notables provinciaux, marchands de soierie à Bursa originaires de Kastamonu3, il a fait toutes ses études dans les nouvelles écoles militaires fondées à l’époque des Tanzîmât4. Élevé dans l’esprit du réformisme ottoman, il était un étudiant particulièrement brillant et remarqué. Il sortit major de l’école militaire préparatoire, [mekteb-i idâdi-i askeri] de Bursa, en 1856 ; puis de l’École militaire, [mekteb-i harbiye], en 1860, et enfin de l’école d’État-major, [erkân-ı harbiye], en 1861. Il est, en quelque sorte, le produit des Tanzîmât. Il porte et l’esprit et la pensée de l’armée réformée.

  • 5 Gâzî Ahmed Muhtar Paşa, 1294/1877 Anadolu Rus Muharebesi (1877 Anadolu Rus Savaşı) [La guerre de 18 (...)
  • 6 École ouverte pour la première fois en 1848.
  • 7 Gâzî Ahmed Muhtar Paşa, Anılar, sergüzeşt-i hayatım’ın cild-i evveli [Mémoires de l’aventure de ma (...)
  • 8 Ibid. p. 4.

7Il commença par suivre les cours de l’école de quartier, puis, à l’âge de neuf ans, les cours d’arabe à l’école de la fameuse mosquée Ulu Cami de Bursa, pendant trois ans. Son père étant décédé en 1845, il fut élevé par son grand-père Hacı İbrahim Ethem Ağa. À l’initiative de son grand-père5, il commença ses études à l’école préparatoire militaire de Bursa6, à l’âge de douze ans, en 1851, pendant cinq ans. Comme il avait aussi perdu sa mère dès son plus jeune âge, il entra au pensionnat. Cette étape marqua la fin de sa vie familiale. Les deux premières années furent matériellement difficiles. Il y vivait dans l’inconfort, ne disposant pas de lit pour dormir et rendait visite à son grand-père, une fois par semaine, le vendredi7. Il sortit cependant major de promotion et poursuivit ses études, à partir de 1856, à l’école de Guerre d’Istanbul, [mekteb-i harbiye]8. À nouveau, il termina premier de sa promotion composée de cent quarante étudiants, avec le grade de capitaine [yüzbaşı], en mars 1860 ; puis étudia à l’école d’État-major pendant un an et en sortit lieutenant d’État-major en février 1861 avec le grade de capitaine d’état-major [erkân-ı harp kurmay yüzbaşı]. Pendant ces dix années d’études militaires, il a acquis, en plus des matières purement militaires et de la discipline, des sciences introduites de l’Occident – telles les mathématiques –, l’écriture, la grammaire, une culture générale ainsi que des cours de dessin. Ce bagage intellectuel jouera un rôle déterminant dans sa vie professionnelle future. Il est aussi une caractéristique nouvelle de ces jeunes officiers éduqués dans les savoirs dits modernes.

Une ascension fulgurante

  • 9 Ibid., p. 10.
  • 10 Il y enseignait la balistique et des disciplines techniques, domaine dans lequel il était considéré (...)
  • 11 Ahmet Cevdet Paşa, Tezâkir, 21-39, (publ. par C. Baysun) Ankara, 1991, 3e éd., T.T.K., p. 134, pp. (...)
  • 12 La même année, il épousa Fatma Zehra Hanım, la fille d’un ‘ulemâ, Hacı Emin Efendi. Cf. E. Foat Tug (...)

8En avril 1861, sa première affectation fut dans l’armée de Bosnie-Herzégovine et du Monténégro, sous le commandement du généralissime Ömer Lütfî Paşa, pour réprimer des soulèvements9. Remarqué pour ses bons services, il reçut le titre d’adjudant-major [kolağası] en septembre 1862 et fut affecté comme enseignant à l’École militaire, [mekteb-i harbiye]10. En 1864, il devint chef de bataillon [binbaşı] et fut envoyé auprès de Derviş Paşa lors la répression du soulèvement qui avait éclaté sur le plateau de Kozandağ, dans la province de Dersim, en Anatolie orientale. Il fut un an membre de la commission de réforme [fırka-i islâhiyye] avec Cevdet Paşa et le lieutenant-colonel [kaymakam] Hüseyin Bey11. À son retour à Istanbul, en 1866, il reçut le titre de lieutenant-colonel et devint le précepteur des princes impériaux Yusuf İzzeddîn et Nureddîn12.

  • 13 I. M. K. İnal, Son Sadrazamlar [Les derniers grands vizirs], « Ahmed Muhtar Paşa », vol. 4, Istanbu (...)

9En faveur auprès du sultan Abdülazîz, il participa à la délégation qui l’accompagna avec les princes impériaux dans son grand voyage en Europe, en Italie, à Vienne, à l’exposition universelle de Paris et en Angleterre, en 1867. Proche du Palais et grâce à ses qualités militaires, il fut nommé premier commissaire d’une commission de règlement des frontières avec le Monténégro (1868). Puis, il démissionna de son poste de commissaire pour des raisons de santé et rentra à Istanbul en 187013.

10Haut serviteur de l’État, il fut nommé colonel [albay], très jeune, à l’âge de trente ans, le 2 mai 1869, général à trente et un ans, puis maréchal [müşîr] à l’âge de trente-deux (1871), fonction qu’il exerça pendant plus de quarante ans. Célérité et longévité sont deux caractéristiques de la carrière d’Ahmed Muhtar Paşa. Il devint maréchal dix ans après avoir terminé l’école d’État-major. La reconnaissance de ses compétences est marquée par une ascension remarquable. Il gravit tous les échelons de la hiérarchie, en un temps très court, dix années. Il a exercé les plus hauts commandements aux quatre coins de l’Empire : Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Yémen, Anatolie orientale.

11Continuant sur cette lancée, il partit, en 1870, comme chef d’État-major [mirlivâ] du 7e corps d’armée, que le grand vizir et le ministre de la Guerre, Hüseyîn Avnî Paşa venait de former pour la conquête de l’Asîr, sous les ordres du maréchal [müşîr] Redîf Paşa. Les premiers succès de cette campagne furent attribués aux bonnes dispositions développées par Muhtar bien plus qu’à la cruelle énergie de Redîf et à l’armement défectueux des Arabes. Ils lui valurent le grade de général de division [ferîk] en 1871. Il succèda à Redîf Paşa dans le commandement du corps d’armée expéditionnaire et termina la guerre en 1871, par la prise de la forteresse de Kefkeba, dernier centre de la résistance arabe.

  • 14 I. M. K. İnal, Son Sadrazamlar, op. cit., p. 1806.
  • 15 II remplit ces fonctions, environ deux ans et demi. Cf. R. Uçarol, [Gâzî Ahmet Muhtar Paşa : bir Os (...)
  • 16 Le centre de ce vilâyet était San’a. Il était constitué de quatre livâ, San’a, Assir, Ta’iz et Hude (...)

12Élevé au grade de maréchal [müşîr], le 10 septembre 1871 [24 cemaziyelâhir 1288], avec un traitement de 75 000 piastres [kuruş]14 , il exerça les fonctions de gouverneur [vâlî] du Yémen et de commandant du 7ecorps d’armée [ordu], jusqu’au 11 juillet 187315, date à laquelle il fut nommé ministre des Travaux Publics. Ses activités au Yémen furent extrêmement importantes : après avoir établi l’autorité de l’État par une action militaire, il le dota d’une infrastructure administrative, faisant de lui une préfecture [vilâyet]16.

  • 17 Pour ces dernières fonctions, il reçut un supplément de traitement de 10 000 kuruş. Cf. B.O.A. [Baş (...)

13Comment expliquer cette ascension, cette nomination à la tête d’un ministère, cette grâce subite ? Deux hypothèses sont plausibles pour commenter cet événement : est-ce la célébrité qu’il avait acquise lors de ses fonctions militaires et administratives au Yémen, ou sa proximité avec le sultan ? Ses relations avec le Palais ne sont pas à écarter, toutefois ses qualités militaires et morales y sont aussi pour quelque chose. De toutes les façons, une interaction entre les deux éléments pourrait éclairer plus objectivement cette ascension. En tous cas, il n’eut pas le temps de se consacrer pleinement à cette nouvelle tâche, car il fut nommé rapidement préfet [vâlî] de Crète, le 11 juillet 1873. À peine arrivé dans cette province [vilâyet], le 2 août 1873, un nouvel ordre de nomination lui parvint, pour rejoindre le maréchalat du 2e corps d’armée [ordu], à Şumnu, dans la partie européenne de l’Empire. Il y resta environ une année. Puis, il fut affecté, le 16 septembre 1874, au commandement du 4e corps d’armée [ordu] et au poste de vâli d’Erzurum, en Anatolie orientale17.

14Au mois de décembre 1875, il fut rappelé à Istanbul et nommé à l’état-major de la garde impériale [Hassa ordusu Erkân-i Harbiyesi] et au commandement en chef de la Bosnie-Herzégovine. Le 25 septembre 1876, il devint en outre président du Conseil supérieur de la Guerre [Dâr-i Şurâyı askari].

  • 18 S.H.A.T., 7N1628, Constantinople, annexe au rapport n° 31 du 19 août 1884.

15Envoyé comme gouverneur militaire en Bosnie-Herzégovine, en 1875, il ne parvint pas à réprimer l’insurrection qui avait éclaté dans ces provinces. Presque toujours heureux dans l’offensive, il ne sut pas tirer parti de succès partiels, ni prendre les mesures nécessaires pour envelopper ses ennemis et les obliger à déposer les armes. Il en fut de même, en 1876, lors de la campagne contre le Monténégro où il fut d’abord victorieux en plusieurs rencontres. Ensuite, battu à Trebigne, il ne prit aucune précaution pour se garder et se laissa aisément démoraliser dans la mauvaise fortune. Il faillit être enlevé, au milieu de son camp, pendant une attaque de nuit des Monténégrins. Toutefois, sa tâche était difficile, car les insurgés avaient un refuge assuré et toutes les ressources nécessaires pour se ravitailler en Bosnie et en Dalmatie. En outre, le blocus de Klek empêchait les Turcs d’avoir une base d’opération sur l’Adriatique et l’effectif de leurs troupes fut graduellement réduit, car on ne pouvait plus les faire vivre dans un pays épuisé et sans voie de communication18.

  • 19 B.O. A, Sicilli Ahvâl Defteri, XXII, p. 91.

16Rappelé à Istanbul au mois de décembre 1876, il fut nommé gouverneur [vâlî] et commandant de la Crète au début du mois de janvier 1877. Mais le 8 février 1877, promu au maréchalat du 4e corps d’armée [ordu] et au commandement en chef de l’armée d’Anatolie19, il se mit en route pour prendre son poste le 24 février 1877, quittant la Crète pour Istanbul. Le 26 mars 1877, il prenait le chemin d’Erzurum, en passant par Trabzon, pour prendre ses fonctions, le 7 avril 1877.

  • 20 Ce titre prestigieux lui fut attribué, le 1er octobre 1877, après la victoire de Gedikler (25 août (...)

17Pendant la guerre russo-turque de 1877-1878, Muhtâr commandait l’armée d’Anatolie. Il remporta d’abord une série de succès plus ou moins importants, victoires de Delibaba ou Halyas, couronnés par la victoire de Zivin (25 juin 1877) qui obligea le général Loris Mélikoff à lever le siège de Kars, puis celle de Gedikler ou Kızıltepe (25 août 1877). Le titre de gâzî lui fut accordé le 1er octobre 187720. Sa dernière victoire fut celle de Yahniler au début du mois d’octobre (2-5 octobre 1877).

  • 21 On considère que Derviş Paşa avait au moins 18 bataillons sous ses ordres. Selon le rapport du 14 a (...)
  • 22 S.H. A. T., 7N1628, annexe au rapport n° 31 du 19 août 1884.

18À l’automne, les Russes reçurent de nombreux renforts, tandis que Muhtâr Paşa ne put obtenir un seul des bataillons que Derviş Paşa immobilisait sans profit à Batum21. Le reflux commença, avec la retraite d’Alaçağ, le 15 octobre 1877, puis la défaite de Deveboynu, le 4 novembre 1877. Une victoire, à Azîziye, le 8 novembre 1877. Battu complètement à Vezirköy, le 25 octobre, il abandonna la place de Kars, qui fut prise en décembre. Vaincu pendant sa retraite sur les hauteurs de Deve Boyun, il était bloqué dans la place d’Erzurum quand la paix fut signée. İsmaîl Paşa qui était sous les ordres de Muhtâr Paşa se trouvait dans les environs de Bayazıd avec vingt bataillons et ne fut jamais attaqué par les Russes, qui n’avaient que peu de forces du côté d’Erevan. Il ne voulut jamais envoyer de renforts à son chef auquel il adressait des rapports mensongers sur ses prétendues opérations22.

19Or, après de tels combats héroïques lors d’une guerre extrêmement sévère pour l’Empire, il tomba peu à peu en disgrâce et fut écarté des fonctions militaires. La guerre russo-turque est-elle le nœud de sa carrière ?

Ses fonctions civiles

Des fonctions diplomatiques gratifiantes et éloignantes

  • 23 Il fut rappelé en raison de sa mésentente avec le sadr-i a’zâm [grand vizir] Mahmud Nedîm Paşa.

20Rappelé d’Erzurum le 25 novembre 1877, il se replia sur Trabzon le 1er janvier 1878 et arriva à Istanbul le 9 janvier23. Il fut alors nommé au commandement général des fortifications de Çatalca. Puis, le 29 mars 1878, il fut appelé à la direction de l’État-major. Le 24 avril, on le nomma au maréchalat de Tophane, la fonderie de canons d’Istanbul. Au mois de septembre 1878, il fut dépêché en Crète, pour y promouvoir des réformes, consécutives aux décisions du Congrès de Berlin.

21Le mois de novembre 1878 vit sa nomination à la présidence de l’État-major, avec un poste de commandement à Yanya dans la partie européenne de l’Empire. En plus de ces attributions, il fut désigné premier commissaire pour le règlement des frontières avec la Grèce. En mars 1879, il fut promu au maréchalat du 3e corps d’armée [ordu] et devint gouverneur [vâlî] de Manastır. Au mois de novembre 1879, il fut envoyé à la frontière du Monténégro. La fin de ses fonctions à la présidence de l’État-major survint en 1880. Le 30 août 1880, il devint le deuxième président de la commission de réorganisation militaire. Au mois de janvier 1881, il fut nommé commissaire à la conférence se réunissant à Istanbul, pour la délimitation de la frontière avec la Grèce. Il s’agissait de fonctions, de postes sans commandement militaire.

22À partir des années 1880, il fut éloigné du centre du pouvoir, par des missions diplomatiques qui lui furent confiées à l’étranger. En effet, ses prises de positions en faveur des réformes dans l’armée et de l’administration de l’État sur le modèle européen, son esprit d’observation et sa franchise lui attirèrent la défiance du sultan.

23De 1883 à 1908, il occupa des fonctions d’ambassadeur extraordinaire. Tout d’abord en Allemagne (du 16 septembre 1883 au 28 décembre 1883), puis en Italie (29 décembre 1883) et enfin en Égypte (novembre 1885). Il y resta jusqu’au mois d’août 1908, après la « révolution jeune-turque », qui marqua son retour. Pendant vingt-cinq ans, il n’occupa plus de fonctions militaires.

24Quels étaient les motifs de cette disgrâce ? Ahmed Muhtâr Paşa était l’un des rares officiers, compétents et formés à l’école des Tanzîmât, d’une telle envergure. Or, il y avait une pénurie de cadres militaires formés dans les écoles et la dichotomie entre officiers sortis du rang [alaylı] et officiers diplômés [mektepli] générait des effets néfastes. Les officiers sortis du rang représentaient les trois quart de l’effectif. En sous-nombre, les officiers diplômés [mektepli] étaient mal vus par leurs collègues.

  • 24 Cf. R. Uçarol, op. cit., p. 54.
  • 25 Au début du mois de février 1877, le sultan décide de retirer le grand vizirat à Midhat Paşa et de (...)
  • 26 İ. M. K. İnal, op. cit., p. 374 ; R. Uçarol, op. cit., p. 54-55.

25Or, Muhtâr pouvait être utile dans l’Empire, mais on préféra l’envoyer à l’étranger, de peur qu’il ne devint un officier supérieur populaire. Manifestement, cette situation était le fait d’un durcissement du régime hamidien, au début des années 1880, qui percevait Ahmed Muhtâr comme un danger potentiel. Toutefois, avant la guerre de 1877-1878, il entretenait de bonnes relations avec le sultan Abdülhamîd. Ils avaient gardé un lien du temps du voyage de Abdülazîz, alors qu’il était chef de bataillon et avait accompagné le prince impérial en Europe24. Mais, il y avait déjà eu un petit accroc à la confiance qui lui était faite, lorsqu’il rendit visite à Midhat Paşa25, sur le bateau İzzeddîn qui le conduisait en exil26. De plus, la popularité dont il jouissait pouvait être perçue comme un danger par le sultan, qui l’écarta.

  • 27 Les procès concernèrent les officiers de tout grade, même les plus hauts gradés. Tels Fû’âd Paşa, q (...)

26Après la guerre, il n’hésita pas à critiquer la situation de l’armée ottomane, pour en apprécier les causes : notamment l’impéritie des officiers supérieurs, les problèmes d’organisation, de commandement et la question de la suprématie du Palais sur l’État-major. Il s’éleva contre les procès qui furent intentés à certains généraux, en raison de leur comportement lors de la guerre. Il déclara qu’il s’agissait de procès iniques, car ils s’étaient déroulés en absence des intéressés qui n’avaient même pas pu se défendre27.

27Il devint assez mal vu au Palais où on redoutait son esprit d’observation et sa franchise directe. Réformiste dans l’âme, il était très ouvert aux idées étrangères et était plus particulièrement sensible au courant réformiste allemand auquel il prêta son concours. Il entretenait des relations cordiales et suivies avec Kaehler Paşa, le premier chef de la mission militaire allemande (1882-1884). Au début des années 1880, il appartenait au petit nombre des hauts fonctionnaires qui demandaient la réforme de l’armée et de toutes les administrations de l’État, sur le modèle des institutions européennes.

Son engagement politique : ses relations avec l’opposition

  • 28 Ş. Hanioğlu, The Young Turks in Opposition, New York – Oxford, Oxford Univ. Press, 1995, p. 59.
  • 29 Le sultan l’envoya comme haut-commissaire ottoman en Égypte, pour l’éloigner. Il publia des projets (...)

28Un important groupe d’opposition était actif parmi les bureaucrates de la Sublime Porte. Mais ils savaient que pour mener leur dessein à bien, ils devaient collaborer avec les généraux28. Le nombre des hauts fonctionnaires civils et militaires impliqués dans le mouvement Jeune Turc augmenta à partir de 1895. Gâzî Ahmed Muhtar Paşa était l’homme d’État le plus renommé en lien avec l’opposition29.

  • 30 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 77.
  • 31 Ibid., p. 79.
  • 32 Ibid., p. 104.
  • 33 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 60-61.

29Progressivement, cette organisation estudiantine recruta de hauts fonctionnaires, des bureaucrates, des militaires et des ulémas. Ils adoptèrent l’idée d’un coup d’État et entrèrent en désaccord avec les idées d’Ahmed Rıza30. Nombre d’officiers rejoignirent le mouvement. À son tour, le ministère de la Guerre devint un centre du Comité Union et Progrès, appuyant naturellement l’option du coup d’État31. Mais après une tentative avortée, le recrutement auprès des hauts officiers se tarit32. Après son échec en 1895, il fit acte de loyauté auprès du sultan, à l’instar des autres hauts fonctionnaires33.

  • 34 « Islâh al-saltana al-’uthmâniyya mashrû’dawlatlû Mukhtâr Pâshâ al-ghâzî », al-Muqattam, Le Caire, (...)

30Haut commissaire ottoman en Égypte, Gâzî Ahmed Muhtar Paşa fut sollicité à maintes reprises par les Jeunes Turcs pour devenir leur leader. Jusqu’en 1906, des lettres ouvertes dans la presse sollicitaient son aide. Şevki Bey, son gendre, négocia en 1899 la proposition d’un congrès Jeune Turc. Gâzî Ahmed Muhtar Paşa écrivit et publia des propositions de réforme dans la presse locale égyptienne, en 190034. Partisan d’un coup d’État constitutionnel, en tant que porte-parole d’un groupe d’hommes d’État ottomans, il en fit la proposition au gouvernement britannique par l’intermédiaire de Lord Cromer.

La réhabilitation

31Lors de la « révolution jeune-turque », il reprit du service au ministère de la Guerre. Le 13 septembre, il fut nommé membre du conseil militaire des affaires importantes [meclis-i mehamm-ı Harbiye]. Le 16 décembre 1909, il devint membre de la chambre haute [âyan meclisi] et le même mois assura sa vice-présidence. Le 27 janvier 1909, il fut relevé de ses fonctions de commissaire extraordinaire en Égypte.

  • 35 Gâzî Ahmed Muhtar Paşa était maréshal depuis 1871.

32Il fut envoyé, au mois de juin 1909 en Europe, comme ambassadeur extraordinaire [fevkalâde elçi], pour annoncer l’avènement au trône de Mehmed Reşâd V. Lors de la prière du vendredi [selamlık], le nouveau sultan se faisait accompagner dans sa voiture du général le plus ancien dans l’ordre hiérarchique : Gâzî Ahmed Muhtar Paşa35. Au mois de décembre 1909, il prit sa retraite militaire et fut nommé président de la chambre des sénateurs au mois d’octobre 1911.

33En 1912, il donna des conférences à l’École militaire sur son expérience, et particulièrement sur la guerre russo-turque et les leçons à en tirer. Dans sa relation, il fit preuve d’exactitude, d’honnêteté, puisqu’il n’hésita pas à reconnaître la valeur de ses collaborateurs et de leurs bons conseils. Il ne s’appropriait pas tout le bénéfice des opérations et ne minimisait pas l’importance de ses camarades. On entrevoit ainsi les relations qu’il entretenait avec son État-major, son cercle. Il s’agissait d’une notion du commandement relativement moderne pour l’époque.

  • 36 Cf. note 86, p 256.
  • 37 Il est décédé le 17 rebi-al âhir 1337 H. dans son kiosque sur la route de Fener. Il gît à la mosqué (...)

34Le 21 juillet 1912, il accéda à la plus haute fonction de sa vie et la dernière, le grand vizirat [sadr-ı azâmlık] jusqu’au mois d’octobre 1912, date à laquelle il présenta sa démission. Il dirigea ce qu’on appela le grand cabinet où son fils Mahmud Muhtar Paşa était ministre de la marine. Il s’éleva contre les Jeunes Turcs qui marginalisèrent ensuite son fils Mahmud Muhtar Paşa36. Gâzî Ahmed Muhtar Paşa se retira de la vie politique, en 1917, pour raisons de santé et s’est éteint le 21 janvier 191937, à l’âge de quatre-vingts ans.

Les représentations

La perception de soi

35Comment se représentait-il à lui-même ? Il se percevait tout d’abord et avant tout comme un homme de guerre et un militaire. C’est pourquoi ce long exil de plus d’un quart de siècle en Égypte dût coûter à celui qui avait participé corps et âme à plus de quarante batailles.

  • 38 Il cite en exemple lord Cramer que l’État récompensa en lui accordant 60 000 L.T., pour les service (...)

36Quel était son style de vie, ses idées, sa position vis à vis de la religion, et des biens terrestres ? Il semblerait qu’il se représentait comme un sauveur de l’Empire qui n’aurait pas été considéré à sa juste valeur. Il avait servi l’État pendant plus de soixante ans et déclarait que sans lui les Russes auraient envahi l’Anatolie et seraient allés jusqu’à Istanbul, par l’Anatolie et les provinces européennes. Il laissait transparaître son amertume en soulignant que dans les autres pays, l’État l’aurait remercié par un don38.

  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.

37Issu d’un milieu favorisé, il vivait dans une grande aisance. Lorsqu’il était en Égypte, il menait un train de vie plus somptueux que le khédive lui-même. Il percevait un revenu de 700, puis de 1300 livres turques (L.T.) par mois. Toutefois, il avait des frais d’entretien importants à payer, tel celui de son haras de seize chevaux, qui lui coûtait 250 piastres [kuruş] par mois et par tête39. Il dispensait également des œuvres de charité et il donnait de l’argent pour nourrir les pauvres40.

  • 41 Ibid.
  • 42 İnal (İ. M. K.), Son Sadrazamlar [Les derniers grands vizirs], op. cit., vol. 4,

38Lorsqu’il était en fonction au Yémen, il gagnait 1000 L.T. par mois. En faisant la somme de tous ses salaires, il recevait 240 000 L.T. Il disait ne pas utiliser cet argent pour lui, mais en grande partie pour sa famille. Bien que la rumeur lui attribuât un patrimoine de trois à quatre millions de L.T., il déclarait n’avoir jamais volé dix para [sous] à l’État, ni à personne. Ses actions étaient animées par la pensée du jour du jugement dernier. Attaché au hân familial, il se plaignait des impôts importants qui le grevaient, à concurrence de 2 %. L’argent qu’il dépensait là, il pensait qu’il aurait pu le faire fructifier de manière plus importante. Il aurait, par exemple, pu percevoir des dividendes de 4 à 5 %, sur des placements notamment. Il estimait qu’il aurait pu vendre son hân une somme de 30 000 L.T. En outre, il avait conscience du risque qu’il courait, si ce dernier venait à brûler ou à s’écrouler. Il ne lui resterait plus rien, car il n’avait pas souscrit d’assurance, qu’il considérait comme une calamité41 À sa mort, il laissa le patrimoine suivant42 :

Le « hân Katircioğlu » et le « grand hân » du marché

1 000 000 L.T.

Le « demi hân » sis à Mahmud Paşa

150 000 L.T.

À l’entrée de Şehzâde, 27 magasins dits « Muhtar Paşa akaretleri »

50 000 L.T.

Une miroiterie dans le grand bazar

3 000 L.T.

Une pharmacie sise à Bahçe kapı

4 000 L.T.

Un kiosque et ses dépendances, avec des jardins, sur le Fener yolu

100 000 L.T.

Livres personnels et biens meubles

30 000 L.T.

Argent placé à la Banque ottomane en Égypte

100 000 L.T.

Obligations émises par l’État

50 000 L.T.

Biens immobiliers et propriétés, domaines, sis en Égypte

500 000 L.T.

Total

1 987 000 L.T.

La perception des autres

  • 43 Dans le domaine scientifique : un traité d’astronomie, Güneş saati broşürü [Brochure sur l’heure so (...)

39Dans la société civile, il était assurément perçu comme un homme de culture et un savant. Il a laissé une œuvre écrite considérable d’une dizaine d’ouvrages, dans des domaines très différents : astronomie, géographie, histoire politique et militaire, mémoires43.

  • 44 Il se disait pieux et ses actions auraient été animées par la pensée du jour du jugement dernier. E (...)

40Il était un homme respecté tant dans les sphères militaires que dans la société civile44. Dans l’armée, il était estimé pour ce qu’il était, un officier supérieur brillant, mais il n’était pas populaire parmi ses hommes, car il était dur avec eux. Il ne décernait que peu de médailles.

  • 45 S.H.A.T., 7N1628, annexe au rapport n° 31.
  • 46 Cf. Müşir Gâzî Ahmet Muhtar Paşa, op. cit., p. 17.
  • 47 İnal (İ. M. K.), Son Sadrazamlar, vol. 4, op. cit., p. 1856.

41Tandis que dans la société, il était aimé tant des musulmans que des non-musulmans. Tout d’abord à cause de la plus stricte honnêteté dont il avait fait preuve dans toutes les circonstances de sa vie publique et privée45. Et d’autre part, pour la tolérance religieuse et des minorités qu’il témoigna, notamment au Yémen, lorsqu’il leur laissa la liberté de culte46. Personnalité intègre tout au long de sa carrière, il avait même la réputation d’être un peu trop économe de ses propres deniers, comme de ceux de l’État47.

42Dans un premier temps, nous pouvons en conclure que l’État s’approprie les compétences et les exploits de l’individu. Leur reconnaissance est marquée par une promotion – sa nomination au maréchalat à l’âge de trente-deux ans – et par des titres, notamment celui de gâzî, en 1877. Si on constate une élévation du statut de l’individu, ce dernier ne peut s’en prévaloir dans son groupe social, l’armée, pour s’exprimer.

43Dans un second temps, il y a négation de l’individu. Plus que cantonné au second plan, il est effacé, écarté de ses fonctions militaires. L’individu doit respecter une certaine conformité déterminée par et pour son groupe social. Il lui est impossible de s’affirmer comme un individu et de porter un regard critique sur le corps militaire. Toute transgression impliquera la perte du pouvoir.

44Les réactions d’Ahmed Muhtar Paşa s’inscrivaient dans les rapports de pouvoir entre l’armée, l’État-major et le Palais. Il formulait des critiques professionnelles, de fond. Mais il entretenait aussi des liens avec l’opposition Jeune Turque, ce qui lui attira la suspicion.

45Écarté du pouvoir militaire, de la commission de réorganisation de l’armée, de tout poste de commandement et d’enseignement, il fut voué à un exil doré, diplomate de la Porte. Ahmed Muhtar Paşa jouissait de la gloire sans le pouvoir. Il illustre de manière extrêmement frappante la tendance dans l’armée ottomane de la fin du 19e siècle, où les officiers supérieurs n’étaient en fait que des « individus virtuels ».

Süleyman Hüsnü Paşa ou l’envers du pouvoir (1838-1892)

  • 48 Au mois de Ramazan 1254 H. Cf., İ.H. Uzunçarşılı, « Şıpka Kumandanı Süleyman Hüsnü Paşa’nın menfa h (...)
  • 49 Les ancêtres de sa famille, tant du côté de son père que de sa mère, reposent à Baghdad et sont des (...)
  • 50 Askerî tarih bulteni [Bulletin d’histoire militaire], août 1984, p. 58.
  • 51 Les étudiants de l’École militaire l’avaient surnommé « sari çapar », car il était châtain.
  • 52 İ. H. Uzunçarşılı, « Şıpka Kumandanı Süleyman Hüsnü Paşa’nın menfa hayatına dair bazı vesikalar », (...)
  • 53 R. Devereux, « Suleyman’s Pasha’s ‘The Feeling of the Revolution’ », in Middle Eastern Studies, vol (...)

46Süleyman Hüsnü Paşa est né en octobre 183848, à Istanbul, dans le quartier de Mollagüranî, proche de la mosquée Süleymaniye. Il était le fils de Es-Seyyid Mehmed Hâlid Efendi49, un sucrier, dont le grand-père était ağa des janissaires. Tout enfant, il alla à l’école du quartier à Darülmaârif, où il fit la connaissance de Nâmık Kemal, puis suivit ensuite les cours de la mosquée de Beyazıd. À l’âge de quinze ans, en 1853, il entra au collège militaire [askeri idadî] de Maçka pendant trois ans50, puis poursuivit ses études à l’école de Guerre où il fut admis en 1856. Il en sortit en 1859 avec le grade de lieutenant en second [teğmen]51. II fut alors envoyé dans le deuxième corps d’armée à Novi Pazar, en Bosnie52, puis il fut transféré en Herzégovine où il fut promu sur le champ de bataille au grade de lieutenant [mülazım evvel], en 1861. En août de la même année, il devint capitaine. Lorsque les combats en Albanie finirent en 1863, il revint à Istanbul où il fut affecté à la garde impériale. Il continua à montrer des mérites militaires particuliers et fut promu adjudant major. C’est à cette période qu’il commença à révéler ses qualités intellectuelles par l’étude de la langue arabe et de la religion53. Il suivit les cours de Şehri Ahmed Nuzhet Efendi, le président du tribunal d’Eyüp et publia son premier ouvrage en 1864 : une traduction en turc du traité d’Akkirmani sur la volonté personnelle. Envoyé à Afyon, près d’Izmir en 1865, il passa plusieurs mois à entraîner des troupes destinées à la Crète. Puis, fut affecté dans l’île, au début de l’année 1866, pour commander un bataillon. Il y resta plus de deux ans servant sous les ordres du commandant en chef Ömer Lütfî Paşa, puis de Hüseyîn Avnî Paşa, avec lequel il ourdit plus tard la déposition du sultan Abdülazîz.

Gâzî Süleyman Hüsnü Paşa

Gâzî Süleyman Hüsnü Paşa

Collection de l’IRCICA

  • 54 Cf. O. Bayrak, Osmanlı tarihi yazarları [Les écrivains de l’histoire ottomane], Istanbul, Osmanlı y (...)
  • 55 Askerî tarih bulteni [Bulletin d’histoire militaire], août 1984, p. 58.

47Il revint à Istanbul, en 1869, avec le grade de lieutenant-colonel et comme instructeur en littérature et en composition de lettres l’histoire à l’Académie militaire54. Mais son séjour à Istanbul fut de courte durée, à cause des événements survenus au Yémen, où il fut dépêché à l’état-major de Redîf Paşa, en décembre 187055. En avril 1871, promu colonel [miralay], il revint au mois d’août à l’école de Guerre pour y enseigner la littérature et l’histoire. Général de brigade en juillet 1872, il fut nommé directeur adjoint des écoles et de l’Académie militaires. Un an plus tard, il en devint le directeur. Il se consacra aussi à la préparation du programme des écoles et des collèges militaires.

Le général-politicien

  • 56 Quartier résidentiel sur la colline de Çamlıca qui surplombe la rive asiatique d’Istanbul.
  • 57 Abdurrahman Sami Paşa, général de division, avait été administrateur dans de nombreuses provinces. (...)
  • 58 Cf. H. N. Orkun, Büyük Türkçü Süleyman Paşa: hayatı ve eserleri [Le grand nationaliste turc Süleyma (...)

48C’est à cette période que Süleyman Paşa commença à fréquenter le salon de son voisin à Çamlıca56, Abdurrahman Samî Paşa57, où se rencontraient des intellectuels Ottomans. Il semblerait qu’il soit devenu membre de la Nouvelle Société Ottomane, et responsable d’une cellule58.

  • 59 Cf. R. Devereux, art. cit., p. 6.

49Sa bonne réputation d’éducateur le fit choisir par la Société d’éducation islamique [Cemiyet-i Tedrisiye İslamiye] comme directeur de Darüşşafaka [école des orphelins], fondée en 1865. Il s’attela à la révision des programmes des écoles militaires qu’il calqua sur les standards européens. Il persuada les autorités ottomanes d’ouvrir de nouvelles écoles militaires et pas seulement dans la capitale de l’Empire. Neuf virent le jour à Istanbul, une à Damas et une autre à Baghdad. Il prépara aussi le programme d’une école des enseignants des écoles militaires, nouvellement créée, qui était placée sous sa responsabilité59.

  • 60 Cf. R. Devereux, The First Ottoman Constitutional Period. À Study of the Midhat Constitution and Pa (...)
  • 61 Ibid., p. 57.

50Il joua un rôle majeur lors de la déposition du sultan Abdülazîz. Promu au grade de général de brigade [ferîk] par le sultan Murâd V, il ne resta que peu de temps à Istanbul. La guerre déclarée le 30 juin 1876 par la Serbie à l’Empire ottoman, il fut envoyé à Sofia comme général d’état-major et conseiller du généralissime [serdar] Abdülkerîm Paşa. Lorsque Süleyman Paşa rentra à Istanbul, il fut nommé par le nouveau sultan, Abdülhamid II, membre de la commission relative à la constitution [kamun-i esâsî] présidée par Midhât Paşa. Il rédigea l’un des vingt brouillons de la constitution soumis à cette commission60. Le 6 décembre, lorsque le cabinet approuva la dernière mouture de 119 articles, le sultan le consulta, ainsi que İngiliz Saïd Paşa et Küçük Saïd Paşa pour présenter leurs observations61.

  • 62 Cf. İ. H. Uzunçarşılı, op. cit., p. 208.

51Le sultan, qui cherchait à éloigner progressivement tous ceux qui avaient participé à la déposition du sultan Abdülazîz, supprima les « asakir-i mülkiye taburları » [bataillons d’étudiants des sciences politiques] sous la protection de Midhad Paşa à Istanbul. Ziyâ Bey, qui avait organisé ces bataillons fut envoyé avec le grand vizir à la préfecture de Syrie. Quant à Süleyman Paşa, il fut promu au grade de maréchal le 3 février 1877 et nommé commandant de la Bosnie-Herzégovine à la place d’Ahmed Muhtar Paşa, en décembre 1878, pour l’éloigner d’Istanbul. Le sultan avait au préalable essayé de le faire affecter à un poste sans rapport avec ses compétences au Hedjaz, en Iraq ou en Arabie. Il ne put passer outre l’opposition de la chambre des députés à cette affectation62.

  • 63 Cf P. Dumont, in R. Mantran, Histoire de l’Empire ottoman, Fayard, 1989, p. 519.
  • 64 Askerî tarih bulteni [Bulletin d’histoire militaire], août 1984, p. 59.

52Lors de la guerre turco-russe de 1877-1878, il arrêta l’ennemi à Şipka63, en Bulgarie. Ce succès le fit connaître comme le héros de Şıpka et il fut proclamé gâzî. À l’issue de cette victoire, il fut nommé en septembre 1877 à la tête de l’armée du Danube, puis des armées des Balkans, puis à l’État-major. Il fut ensuite affecté au conseil de Guerre [Harp Dîvânı]64. En tout, il participa à quatre-vingt-quatre batailles. Mais il fut arrêté et son titre de maréchal lui fut retiré, car il n’avait pu empêcher l’occupation d’Edirne.

Une victime de « l’épuration »

  • 65 Hüseyîn Avnî Paşa fut tué le 15 juin 1876, seulement deux semaines après la déposition du sultan. I (...)
  • 66 H. T., Karatepe, Padişahım çok yaşa [Longue vie à mon Padişah], Istanbul, Kitapyayınevi, 2004, p. 1 (...)
  • 67 Ş. Mardin, Jön Türklerin siyasî fikirleri 1895-1908, op. cit., p. 67.
  • 68 S.H.A.T., 7N1624, Constantinople, rapport n° 28 du 14 juin 1876.
  • 69 O. Moreau, Entre innovation et tradition, une lecture du réformisme ottoman à travers l’outil milit (...)

53Rendu responsable de la défaite des armées ottomanes à l’issue de la guerre, en 1878, il fut déféré devant une cour militaire. Son jugement – qui dura une année – est l’un des nombreux procès de l’après-guerre par lesquels le nouveau sultan Abdülhamîd II élimina certains personnages indésirables. Il semblerait que les proches du ministre de la Guerre Hüseyîn Avnî Paşa65 – qui avaient joué un rôle de premier plan lors de la déposition du sultan Abdülazîz – étaient particulièrement visés66. Le général Süleyman Paşa faisait partie des officiers généraux qui étaient du complot67. Directeur de l’École militaire, il donna l’ordre aux élèves de l’École de prendre les armes. Il commandait la première colonne composée du bataillon de l’École militaire qui descendit vers Beşiktaş pour entourer le palais de Dolmabahçe68. De par ses idées progressistes – proches des Jeunes Ottomans – et ayant aidé à l’accession de son frère Murâd V au pouvoir, il était vu comme un danger par le nouveau sultan qui pratiqua de véritables épurations au début de son règne afin d’étouffer tout germe d’opposition69. Arrêté le 16 février 1878, il fut détenu à la prison de Taşkışla, à Istanbul, jusqu’à son jugement, le 20 février 1879.

  • 70 Süleyman Paşazade Sâmî Bey, Süleyman Paşa Muhâkemesi, Istanbul, Matbaa-i Askeri, 1237-1328, 1911-19 (...)

54Ses titres lui furent retirés et il fut condamné à l’exil à vie par la cour militaire, sans en préciser le lieu. Mais sa sentence fut réduite par le sultan Abdülhamîd II en une peine de bannissement d’une durée théorique de six ans assignée à Baghdad. Elle lui fut communiquée le 20 février 187970. Exilé à Baghdad en 1879, il y décéda quatorze ans plus tard, toujours proscrit. De nombreux officiers de l’ancienne génération et détracteurs du modèle français furent ainsi écartés.

Le maréchal-éducateur

55Maréchal de son état, il était aussi écrivain et poète, connu dans les domaines de la littérature, la langue et l’histoire. Dans le domaine militaire, il avait la réputation d’être un commandant dynamique, animé de l’esprit d’offensive, ce qui n’était pas si fréquent à son époque. Homme de terrain et homme de pensée, il s’impliqua aussi dans les affaires politiques, ce qui causa sa chute.

  • 71 II a écrit les ouvrages suivants :
    Tercüme-i risâle-i irade-i cüziye [Traduction d’une brochure sur (...)
  • 72 Ş. Mardin, op. cit., 1992, p. 67
  • 73 Ş. S. Aydemir, Suyu arayan adam [L’homme qui cherchait de l’eau], op. cit., p. 4.

56Homme de science, il a rédigé de nombreux ouvrages pédagogiques71. Lors de l’ouverture de nouvelles écoles secondaires [rüşdîye], il joua un rôle important dans le choix de programmes scientifiques modernes. Ces ouvrages avaient trait à la littérature, l’éloquence et la grammaire de la langue turque notamment. Il accorda une place importante à la littérature française et aux idées de la révolution française qui bercèrent alors les étudiants de l’école militaire. Ces livres de littérature européenne diffusèrent les idées libérales et occidentales72. Ses idées de patriotisme et de nationalisme se retrouvent dans ses divers écrits. La notion de patrie [vatan] développée par les Jeunes Ottomans fut enseignée dans les écoles militaires grâce à Süleyman Paşa73. Il introduisit, pour la première fois, à côté des cours d’histoire de l’Empire ottoman et de l’Islam, des cours sur l’histoire des Turcs anciens.

Namık Kemal et Süleyman Paşa

  • 74 Lorsque Süleyman Paşa étudiait à Maçka en 1853, le grand-père de Nâmık Kemal fut muté comme préfet (...)
  • 75 Ömer Faruk Akün, « Nâmık Kemal ile Süleyman Paşa’nın Bagdad sürgünlüğü sırasında ilk mekteplaşmalar (...)

57Namık Kemal et Süleyman Paşa ont été liés par l’amitié tout au fil de leur vie. Ils se connurent à l’école primaire, à l’école du quartier à Darülmaârif, à Istanbul. Bien que souvent séparés74, ils entretinrent les liens de l’amitié, qui furent renforcés par ceux de l’engagement politique. Les échanges épistolaires ont été le moyen de maintenir le contact entre eux. C’est ainsi qu’ils ont échangé une riche correspondance, d’autant plus que leurs deux vies s’achèveront en exil dans deux régions éloignées de l’Empire, l’un à Midilli, l’autre à Baghdad. Ces missives devaient passer par des mains amies car ils étaient tous deux sous haute surveillance, et leurs échanges furent, par la force des choses, espacés75.

  • 76 Le général Dupont de l’Étang (1765-1840) participa à de nombreuses batailles aux côtés de Napoléon. (...)
  • 77 Il lui fit part de l’intention de Selamî Paşa d’écrire également un ouvrage. Mais Nâmik Kemal ne l’ (...)
  • 78 Süleyman Paşa, Umdet-ül hakayik [Principe des vérités], Istanbul, 1906, vol. 6, p. 186.
  • 79 Süleyman Paşa, Umdet-ül hakayik, vol. 6, p. 424-425.
  • 80 Süleyman Paşa, Umdet-ül hakayik, op. cit., vol. 1, p. 16.

58Namık Kemal encouragea son ami à rédiger ses mémoires à l’instar du général Dupont qui termina sa vie en prison76, dans le style des mémoires militaires français. Il écrirait l’histoire de « la guerre de 93 » [93 harbi] pour qu’on puisse en tirer des enseignements. Namık Kemal insista pour que Süleyman Paşa prenne la plume afin de témoigner sur cette guerre car il y avait joué un rôle central77. Il possédait une riche collection de documents concernant les batailles de la guerre russo-turque de 1877-1878. Süleyman Paşa les conservait dans un coffre. Lors de son arrestation, le 16 février 1878, il les mit en sécurité en les remettant à l’amiral Commerel78. Ensuite, ils furent remis au général de brigade, le ferîk Hüseyîn Paşa, qui les conserva dans sa maison à Istanbul. Puis, ces documents furent remis au membre du conseil de guerre chargé de préparer l’accusation. Afin que sa défense puisse les utiliser, ils furent placés sous la protection de gardes armés au ministère de la Guerre [Bab-ı Seraskerî]. Mais le 3 avril 1878, le coffre fut dérobé79. Lorsqu’il rédigea ses mémoires, il s’appuya sur ces documents qui lui avaient été remis à Baghdad. Il les écrivit avec beaucoup de courage car il savait qu’ils ne pourraient être publiés de son vivant et n’avait aucune assurance qu’ils puissent l’être après son décès. Il commença à s’atteler à la tâche en mars 188080.

  • 81 Il fut publié incognito, avec trois étoiles à la place du nom de l’auteur, par A. Hartlebens Verlag (...)

59Des ouvrages publiés à l’étranger relatèrent la vie de Süleyman Paşa. Namık Kemal avait notamment de l’estime pour le livre en allemand Serail und Hohe Pforte. Enthüllungenen über die jungsten Ereignisse in Stambul81 Une centaine de pages étaient consacrées à la participation de Süleyman Paşa à la guerre des Balkans de 1877-1878, à ses mémoires et à son procès. Des passages furent traduits en français et envoyés à Süleyman Paşa qui les lut.

Sa vie en exil

  • 82 Il fut reçu chez le vâli [préfet] d’Alep, Kıbrıslı Kâmil Paşa.
  • 83 Ces informations sont données dans une lettre adressée par Süleyman Paşa à Nâmık Kemal huit mois et (...)

60Süleyman Paşa se rendit d’abord à Alep82 et y attendit l’arrivée de sa famille – qui ne vint pas. De là, il gagna Baghdad au mois de juin 1879, où il était assigné à résidence. Arrivé à Baghdad, il entreprit des démarches auprès du grand vizir Saïd Paşa [sadrazam] et du ministre de la Guerre Gâzî Osman Paşa [serasker], pour qu’on l’envoie en exil à Izmir, à Midilli ou à Rhodes, mais sans succès83. En 1880, il rédigea plusieurs demandes de grâce au sultan qui restèrent sans réponse. Aucune de ses requêtes ne sera exaucée.

  • 84 A son arrivée à Baghdad, il fut logé par le commandant de la gendarmerie. Le vâli de la place, Küta (...)
  • 85 İ. H. Uzunçarşılı, op. cit., p. 210-211.

61Lorsqu’il arriva à Baghdad84, il avait du mal à pourvoir à ses besoins. Disposant uniquement de trois mille pièces d’or, il les prêta à usure. Mais lorsque cet argent fut épuisé, en 1882, le gouvernement lui accorda une somme importante pour l’époque de sept mille cinq cent piastres [kuruş] avec laquelle il pouvait vivre85.

  • 86 İ. H. Uzunçarşılı, op. cit., p. 218.
  • 87 Il souffrait de maux d’estomac et avait les nerfs malades.
  • 88 İ. H. Uzunçarşılı, op. cit., p. 219.
  • 89 Après le décès de son père, en août 1892, Süleyman Nesip obtint aussi une autorisation de quatre mo (...)

62En 1887, ayant purgé sa peine de six années d’exil à Baghdad, Süleyman Paşa demanda au sultan qu’on lui rende son titre et qu’il soit affecté en Anatolie orientale86. Lorsqu’il tomba malade en 1889, il resta alité pendant quarante jours. Il demanda alors la permission de monter à bord du bateau Umman-i Osmanî pour se rendre à Kut-al Ammare, à l’embouchure du golfe arabo-persique, en cinq ou six jours. Malgré des rapports médicaux sur sa maladie87, il ne fut pas autorisé à quitter cette ville. Visiblement, le sultan craignait que Süleyman Paşa ne s’enfuie. Au mois de décembre 1891, lorsque la valide de Süleyman Paşa décéda, il présenta une requête afin que son assignation à résidence soit prononcée dans une région autre que l’Iraq et les provinces arabes, car sa famille était désormais sans soutien. Cette demande resta lettre morte et il décéda huit mois plus tard, le 7 août 189288. En 1891, son fils Süleyman Nesip, directeur de l’école préparatoire [‘idâdiye] de Bursa obtint une autorisation de quatre mois pour rendre visite à son père à Baghdad. Pendant cette période, il fut affecté comme directeur de l’école préparatoire de Baghdad et y enseignait le français et l’histoire générale89.

  • 90 Y.E.E, 14/1188. 9 ramazan 1309 (7 avril 1892). Ce rapport est intitulé : « À propos des réformes da (...)
  • 91 S. Deringil, « The Invention of Tradition as Public Image in the Late Ottoman Empire, 1808-1908 », (...)

63Lors de son exil à Baghdad, Süleyman Paşa continua à être actif. Il conserva son intérêt pour les questions d’éducation et rédigea des rapports sur la situation des vilayets de Baghdad, de Basra et de Mosul. Dans l’un d’entre eux, il préconisait des réformes dans les provinces d’Iraq90. Selon lui, la majorité des habitants de ces provinces était hostile à la cause ottomane. Or, la population partageant la langue et les rites religieux de la capitale de l’Empire était minoritaire. Il en venait à désigner les Chiites comme les principaux ennemis de l’Empire et préconisait une double stratégie qui s’appuierait tant sur l’éducation que sur la contre-propagande religieuse. La première mesure envisagée pour restaurer « l’orthodoxie sunnite » était la création d’un groupe nommé la « Société de l’éducation religieuse »91. La seconde mesure était de dépêcher des missionnaires issus corps des ulemas.

64Critique envers l’effort développé par le régime hamidien en matière d’éducation, il prônait le recours tant aux forces civiles - par les écoles d’État que religieuses – les ulemas – pour défendre l’Empire. Il soulignait aussi l’importance de l’éducation et de l’instruction au service de l’État pour éradiquer l’ignorance. Si l’influence des modèles européens se retrouvait dans la plupart de ses propositions de réformes, il ne s’agissait point d’un modèle séculaire.

  • 92 Süleyman Nesip (1866-1917) poursuivit ses études à l’école secondaire [rüşdiye] de Beşiktaş, puis à (...)

65Son fils, Süleyman Nesip (1866-1917), était un homme de lettre connu et occupa pendant toute sa carrière des postes de directeur dans l’enseignement et notamment d’écoles préparatoires [idâdiyé], Héritier de son père dans le domaine de l’éducation et de la littérature, il poursuivit une brillante carrière92.

66Süleyman Paşa croyait en la nécessité d’une réforme politique et elle motiva sa participation à la déposition d’Abdülazîz pour promouvoir un régime constitutionnel. Midhat Paşa, le « Paşa civil », et Süleyman Paşa, le « Paşa militaire » – sans guère s’apprécier – étaient les deux têtes pensantes du constitutionnalisme ottoman. Personnages de premier plan, leurs destins ont une certaine similitude : mourir exilés. Tous deux furent brisés avec une grande violence par Abdülhamîd II. Le décès tragique de Midhat Paşa en détention à Taïf sonna le glas de l’aventure constitutionnelle pour les années à venir. La scène politique ottomane se trouvait orpheline de son plus brillant élément. De même, avec la mise sur la touche de Süleyman Paşa, l’armée perdit un esprit libéral et ouvert, un éducateur et un réformiste. Süleyman Paşa marqua aussi les domaines de l’histoire et de la littérature turque de la seconde moitié du 19e siècle. Esprit novateur, il participa aux nouveaux débats et fit figure de précurseur en promouvant le concept de Turquisme pour contrer celui de l’Ottomanisme.

67Le sultan considérait Süleyman Paşa comme un putschiste et comme le plus dangereux de ces trois Paşa militaires. Il le frappa le plus durement, en l’éloignant à Baghdad avec interdiction formelle d’en bouger et de contacter ses anciens compagnons. Jamais il ne fut absout et après l’expiration de sa peine, seule la mort le délivra de l’exil.

68Gâzî Osman Paşa, le troisième, était le plus révéré par le peuple. Pour le neutraliser, Abdülhamîd II utilisa encore une autre formule, celle de « l’assigner » au Palais comme ministre de la Guerre.

Gâzî Osman Paşa

Gâzî Osman Paşa

Collection de l’IRCICA

3 – Gâzî Osman Paşa ou la gloire et le pouvoir (1833-1900)

Un parcours militaire traditionnel

  • 93 Plusieurs dates divergentes sont proposées pour sa naissance. Nous retenons celle utilisée par Osma (...)
  • 94 Cf. M. Hülagü, Gâzî Osman Paşa, op. cit., p. 29-31.

69Né à Tokat en Anatolie dans une famille pauvre, en 183393, son nom d’origine était Osman Nurî. Seul garçon de la maison, il fit sa scolarité dans les écoles militaires ottomanes. À l’âge de huit ans, il suivit sa famille pour rejoindre son père qui travaillait à Istanbul. Il commença alors ses études à l’école sıbyan de Cihangir et les poursuivit à l’école secondaire militaire [rüşdiye] de Beşiktaş, à Istanbul. À l’âge de douze ans, son oncle l’inscrivit à l’école préparatoire militaire [askerî idâdî] où il resta pendant cinq ans. Il était l’un des meilleurs étudiants de l’école de guerre de Pangaltı et il termina premier de la section d’infanterie, en 1851, avec le grade de lieutenant en second [mülâzim-ı sânî]. Grâce à son excellent niveau, il fut admis sans examen à l’école d’État-major. Mais il n’eut pas le temps d’y consacrer ses efforts qu’il fut appelé sur le front lors de la guerre de Crimée, en 185394.

  • 95 Cf. M. Hülagü, Gâzî Osman Paşa, op. cit., p. 33.

70Il quitta Istanbul, en 1853, avec des troupes partant pour la Crimée avec le grade de lieutenant en second. Il participa à l’armée de Roumélie pendant quatre ans. Vers la fin de la guerre, en 1855, il obtint le grade de lieutenant en premier. S’étant particulièrement signalé par son courage et son héroïsme à Opatorya, il fut promu au grade de lieutenant en premier [mülazim-i sâni]95. La guerre de Crimée terminée, il compléta ses études à l’école d’État-major. Promu en 1858 au grade d’adjudant major [kolağası], il travailla pendant un an au bureau de l’État-major [Erkân-i Harp Dairesi] au ministère de la Guerre [seraskerlik].

  • 96 Cf. Hülagü (M.), Gâzî Osman Paşa, Istanbul, op. cit., p. 34.
  • 97 Cf Hülagü (M.), Gâzî Osman Paşa, Istanbul, ibid.

71En 1859, il fut envoyé à Bursa pour procéder au recensement et à l’établissement du cadastre et aux levées topographiques. Il remplit cette mission pendant deux années96. En 1861, il fut nommé à l’État-major de l’armée de Roumélie, à Yenişehir. Puis, il fut muté, en 1864, à la garde impériale, chargé du 4e régiment du 2e bataillon. Promu chef de bataillon [binbaşı], un an plus tard, il reçut le commandement du 3e régiment du 2e bataillon de l’armée impériale97.

  • 98 Cf. Hülagü (M.), Gâzî Osman Paşa, Istanbul, op. cit., p. 36.
  • 99 Cf. Hülagü (M.), Gâzî Osman Paşa, Istanbul, op. cit., p. 37-38.

72Il fut ensuite envoyé au Liban, avec le grade de chef de bataillon, pour réprimer les soulèvements du mont Liban et pour juguler le banditisme qui sévissait en Syrie à l’instigation de Yûsuf Kerem. Puis, il fut affecté en Crète où des troubles venaient de surgir en 1866. Il fut remarqué par le généralissime Ömer Paşa qui le promut colonel et le décora. En 1868, il prit ses fonctions au Yémen – dans le 7e corps d’armée nouvellement créé – où il travailla sous les ordres de Redîf Paşa à réprimer les soulèvements. Victorieux dans les combats, mais aussi blessé, il fut promu général de brigade [mîrlivâ]98. Il fut ensuite muté à Manastır, puis Yenipazar, dans le 3e corps d’armée. Il commandait une division à Yenipazar, en 1873 quand il reçut le grade de général de division. Il revint alors dans les bureaux de l’État-major à Istanbul. Peu de temps après, il partit comme commandant à İşkodra, en Albanie. Puis il fut envoyé en Bosnie, à la tête de la division de Niş. De nouveau, il revint un bref moment à Istanbul99.

  • 100 Cf. S.H.A.T., 7N1629, annexe au rapport n° 45, 1885.

73Lors de la déposition du sultan Abdülazîz (le 30 mai 1876), le ministre de la Guerre [serasker] Huseyîn Avnî Paşa – qui comptait beaucoup sur son énergie – lui confia le commandement militaire d’un quartier d’Istanbul, exclusivement habité par de « vieux Turcs fanatiques » tout prêts à se révolter. Il prit des dispositions dissuasives pour éviter le soulèvement prévu. L’ordre put être maintenu sans effusion de sang, grâce à la crainte qu’il inspirait à la population100.

  • 101 Ibid.

74Peu après, Osman Paşa se brouilla avec Hüseyîn Avnî Paşa qui l’envoya en disgrâce à Erzurum dans le 4e corps d’année. Toutefois, à peine arrivé à Trabzon, il reçut un télégramme le rappelant en Europe, sur le terrain des opérations de la guerre qui venait de se déclarer avec la Russie. Lors de la victoire de Taşkent, il défit l’armée du célèbre maréchal russe Tchernayef. Il fut alors promu maréchal [müşîr]. À son passage à Istanbul, il fut nommé commandant en chef des troupes réunies contre la Serbie, aux environs de Widdin, sous le nom d’armée du Timok101.

  • 102 Cette détermination fut vivement critiquée par quelques historiens et élevée par d’autres à la haut (...)
  • 103 Cf. ibid.

75Il prit l’offensive et après s’être emparé des hauteurs de Veliki İzvor, il délogea le général Leschanin du camp retranché de Zaïtşar et contribua par ce succès à l’évacuation prématurée d’Alexinatz par les troupes serbes. Rentré à Widdin après la conclusion de l’armistice avec la Serbie, il allait franchir le Danube, à Kalafat, et se porter, en Roumanie, sur le flanc droit des colonnes russes, quand il apprit, le 12 juillet 1877, que les Russes avaient déjà passé le fleuve à Simmitza et qu’ils assiégeaient Hasan Paşa dans Nicopolis. Arrivant trop tard, après la capitulation de Nicopolis, il se dirigea vers le Sud-Est, pour aller intercepter les routes conduisant de Rusçuk et de Listova à Sofia. C’est alors qu’il occupa la ville de Plevne et en fit un camp retranché102. La rapidité avec laquelle Osman Paşa, sans cavalerie, sans moyen de transport, fit le trajet de Widdin à Plevne, montre sa pugnacité. Son projet d’arrêter l’armée russe devant une ville ouverte était difficile à défendre. Sa persistance à lutter jusqu’au bout, sans aucune chance de salut, contre un adversaire redoutable incessamment accru par de nouveaux renforts, prouvait autant d’énergie, de ténacité et d’abnégation que de courage personnel. Il avait d’excellentes troupes, dont il savait à propos surexciter le fanatisme religieux et auxquelles il inspirait une confiance aveugle. Il sacrifia froidement et plus d’une fois ses meilleurs soldats aux intérêts de la défense103.

Le siège de Plevne

  • 104 Cf. William von Herbert, The Defence of Plevna, 1877, 1e éd. 1911, Rééd. Ministry of Culture Public (...)

76Le siège de Plevne dura quatre longs mois et demi, soit cent quarante-trois jours, (19 juillet – 10 décembre 1877). 50 000 soldats ottomans, avec 100 pièces d’artillerie firent face à une armée de 150 000 russo-roumains, qui disposaient d’une cavalerie nombreuse et de 800 bouches à feu. Il faisait face à l’intrépide Skobeleff qui mena personnellement plusieurs assauts contre le camp retranché d’Osman Paşa104. Pendant tout ce temps, Osman Paşa ne montra pas un instant de faiblesse ni de découragement. Complètement investi et voué à une perte certaine, il refusa les offres de capitulation du grand-duc Nicolas, le 12 novembre 1877. Les sentiments qu’il exprimait dans cette lettre étaient partagés et applaudis dans tout le camp.

  • 105 William von Herbert, op. cit., p. 270-271.

« Quartier Général près de Plevna : le 12 novembre 1877,
J’ai reçu la lettre datée le 30 octobre que votre Altesse Impériale a bien voulu m’adresser.
Les troupes impériales, placées sous mon commandement, n’ont cessé de faire preuve de courage, de constance et d’énergie. Dans tous les combats livrés jusqu’à ce jour elles ont été victorieuses ; pour cette raison Sa Majesté le Czar s’est vu forcé de faire venir, comme renforts, les corps de la garde impériale et des grenadiers. Les défaites de Goma Dubnik et de Teliş, la capitulation des troupes qui s’y trouvaient, l’interruption des communications, l’occupation des grandes routes, ne sont pas de raisons suffisantes pour que je sois forcé de rendre mon armée à l’ennemi. Rien ne manque à mes troupes et elles n’ont pas encore fait tout ce qu’elles doivent faire pour sauvegarder l’honneur militaire Ottomane (sic). Jusqu’aujourd’hui nous avons répandu avec joie notre sang pour notre patrie et notre foi ; nous continuerons à agir ainsi plutôt que de nous rendre.
Quant à la responsabilité du sang versé, elle tombe en ce monde, ainsi que dans l’autre, sur ceux qui ont provoqué la guerre.
Je présente à votre Altesse Impériale l’assurance de ma considération distinguée.
Gâzî Osman, commandant de l’Armée de Plevna, à son Altesse Impériale le grand-Duc Nicolas à Podorim »105.

  • 106 Cf. ibid.

77Voyant ses bataillons décimés par le typhus, la famine et le froid, à bout de munitions, de vêtements et de vivres, ne pouvant plus compter sur aucun secours, il abandonna ses redoutes de terre, devant lesquelles il avait infligé à l’ennemi trois sanglantes défaites et tenta de percer les lignes russo-roumaines. Enveloppé par une artillerie nombreuse aux feux convergents, refoulé dans les bas-fonds de la vallée du Vid, blessé, il se rendit à discrétion avec les débris de sa petite armée106.

  • 107 Cf. ibid.
  • 108 Cf. ibid.

78Il passait pour avoir un peu oublié les leçons de l’École militaire et ne pas aimer l’étude des livres. L’attaché militaire français le présentait comme un homme « à l’esprit lourd et à la conception lente »107. Toutefois, il avait un coup d’œil et un jugement très sûr et dans tous les combats autour de Plevne, il sut donner, sur le champ de bataille, les ordres les plus opportuns108.

  • 109 Cf. S.H.A.T., 7N1629, annexe au rapport n° 45, 1885.
  • 110 William von Herbert, op. cit., p. 344.

79Sa qualité maîtresse – qui le servit pendant toute sa carrière – était une aptitude spéciale pour apprécier les officiers qui l’entouraient et savoir constamment les employer au mieux des intérêts du service. Par exemple, à Plevne, il se fit seconder par trois officiers d’une haute valeur, auxquels il laissait toute latitude pour organiser les détails de la défense : le général de brigade Tahir Paşa, commandant le 2e corps d’armée, son chef d’État-major, et deux colonels, qu’il avait choisi comme aides de camp, Riza Bey et Tevfîk Bey. Ces deux derniers officiers coordonnèrent le système de défense de Plevne et Osman Paşa leur devait deux excellentes idées : celle de creuser des abris en blindages sous les parquets de redoutes, pour protéger leurs défenseurs contre le tir convergent de l’artillerie russe, et celle de faire tirer l’infanterie à grande distance, pour utiliser l’excédent de portée du fusil turc (Seabody) sur le fusil russe (Berdan n° 2). Ces mesures permirent de prolonger la résistance. De même, contre l’avis de ses généraux, Osman Paşa donna le commandement de toute son artillerie à un officier sans réputation et presque sans instruction théorique, le colonel Aral Ahmed Bey. Aral Ahmed Bey sut tirer le meilleur parti du peu de pièces en sa possession. Il les porta aussi en avant que possible, jusqu’à la tête des ravins qui convergent vers Plevne et s’en servit pour mitrailler à revers les colonnes russes, pendant qu’elles gravissaient les pentes à l’attaque des ouvrages ou qu’elles battaient en retraite après un assaut infructueux. Lorsque la place, investie complètement, ne reçut plus de munitions, Aral Ahmed Bey organisa des ateliers pour la confection des cartouches, des gargousses et d’artillerie. Il faisait recueillir toutes les munitions abandonnées par les Russes sur le champ de bataille, et il donna l’ordre de fabriquer des boîtes à mitraille, avec le zinc de nombreux bidons de pétrole qui se trouvaient dans les multiples magasins de la ville109. Le coût humain de ce siège fut important de tous les côtés : cinquante cinq mille hommes pour les Russes, dix mille pour les Roumains et trente mille pour les Turcs. En comptant les civils, on atteignit les cent mille morts110. Lors de sa reddition, le Tsar Alexandre II lui rendit son épée et le décora, insigne reconnaissance de l’adversaire, en lui déclarant :

  • 111 Ibid., p. 343.

« Je vous félicite pour votre belle défense. C’est un des plus beaux faits de l’histoire militaire »111.

La consécration

  • 112 Karatepe, p. 116.
  • 113 Ibid., p. 273.

80La bataille de Plevne fut « son grand succès » et est associée à son nom. Elle est la clef de sa carrière, le révélateur du génie et de l’endurance que peut offrir un officier supérieur pour conjurer le destin. Elle est avant tout un acte d’héroïsme et son auteur en fut reconnu le héros. Osman Paşa a été fait prisonnier à Plevne par les Russes, puis en captivité à Kharkoff, il reçut des honneurs royaux. À son retour de détention, en 1878, le sultan le combla d’honneurs, de remerciements et d’éloges et lui donna le titre de gâzî et de premier aide de camp. Peu après, il fut nommé grand maréchal du Palais [Mabeyn müşîri] et ministre de la Guerre [serasker]. Ce poste de maréchal du Palais, il le conserva toute sa vie. Lors de la prière du vendredi, il était assis face au sultan dans le landau du sultan. Après son décès en 1900, son poste n’ayant pas été pourvu, le ministre de la guerre Rıza Paşa fut convié à cette place112. Mais il fut tenu dans l’ombre du Palais. Invité à plusieurs reprises par les habitants de Plevne qui voulaient lui rendre hommage, il n’obtint jamais l’autorisation de s’y rendre113.

  • 114 K. Karpat, Politization..., p. 191.

81Osman Paşa a souvent été présenté comme un « vieux Turc fanatique », hostile à toute idée de progrès dans le domaine militaire. Porte parole de l’aile traditionaliste de l’armée, il était l’apologiste des causes musulmanes114. S’il était peu favorable au projet de réorganisation présenté par les officiers de la mission militaire allemande dans les années 1880, c’est qu’il considérait ces projets trop coûteux et d’une application très difficile, par manque d’harmonie avec le caractère et les habitudes du soldat ottoman. Par ailleurs, des relations conflictuelles régnaient entre la mission allemande et Osman Paşa. Les officiers allemands auraient, sur le principe, cherché à obtenir le commandement effectif des troupes. Le ministre de la Guerre s’y étant opposé, les Allemands le traitèrent en ennemi et l’auraient fait attaquer avec violence dans les journaux militaires de leur pays. En réalité très patriote et désireux de contribuer au développement de la puissance militaire ottomane, Osman Paşa n’avait de ce fait que peu de sympathie pour la mission militaire allemande et ses projets de réforme. Par dépit envers les Allemands, Osman Paşa manifestait beaucoup de bienveillance aux officiers français au service de l’Empire et était favorable à l’influence française.

Le grand maréchal du Palais dans le prisme du pouvoir

  • 115 Cf. S.H.A.T., 7N1629, annexe au rapport n° 45, 1885.

82Osman Paşa avait la réputation d’être un administrateur médiocre, ne sachant pas prévoir les échéances, se procurer à temps les fonds nécessaires et tirer un bon parti des sommes mises à sa disposition. Ses erreurs financières le firent, plus d’une fois soupçonner à tort de malversations. Une enquête, effectuée en 1879 sur son administration, par deux maréchaux que le sultan avait désignés, Nusret Paşa et Fuad Paşa, l’avait disculpé de ces accusations. Toutefois, d’après la rumeur publique, sa probité n’était pas irréprochable. Dans la première partie de sa carrière, il avait la réputation d’être corrompu et un « mangeur ». Par la suite, il ne grappillait pas sur les petites sommes, mais il ne dédaignait pas, le cas échéant, de grosses commissions115.

  • 116 Osman Paşa fut ministre de la Guerre une première fois de décembre 1878 à juin 1880, une deuxième f (...)

83S’il y avait une contradiction flagrante entre les idées personnelles de Osman Paşa et sa conduite, il était extrêmement condescendant envers les désirs du sultan, qui se retranchait derrière lui tel un paravent. Le sultan était très attaché à son grand maréchal du Palais, d’autant plus qu’il le savait manquer de popularité pour prendre la tête d’une conspiration fomentée par l’armée. Ministre de la Guerre à quatre reprises116, il détient un record de longévité dans ses fonctions au Palais. Toutefois, dans les années 1882, 1883 et 1884, Osman Paşa présenta sa démission à plusieurs reprises, ce qui suscita une légère amélioration dans ses relations avec les officiers qui souhaitaient un ministre plus indépendant. Malgré les inimités ambiantes et l’opposition qui le prenait pour cible, il se maintint vingt-trois ans grand maréchal du Palais (1877-1900). Lors de la guerre gréco-turque de 1897, il fut nommé à la tête de l’inspection générale de l’armée [ordu umumi müfettişi] à Selânik.

  • 117 Cette réputation aurait été notamment répandue par le sadr-ı azâm Tunuslu Hayreddîn Paşa et par l’a (...)
  • 118 B.O. A., Y.E.E., K., E. 33-1173, Z.73, K.90, cité in Hülagü (M.), Gâzî Osman Paşa, op. cit., p. 293 (...)

84Il avait la réputation d’être conservateur et « fanatique », pour ses relations avec la classe des ulemâ117. Au demeurant, il était empreint d’une religiosité qui ne le quitta pas tout au long de sa vie. Il accomplissait ses prières, pratiquait le jeûne, ne consommait pas d’alcool et lisait le Coran118. Mais il était aimé et respecté tant des musulmans que des non-musulmans. Comme ce fut le cas de l’ensemble de la population de Plevne

85Gâzî Osman Paşa habitait un beau pavillon en bois [yalı] situé à Beşiktaş, sur les bords du Bosphore. Pour avoir son défenseur plus près de lui, Abdülhamid fit construire un grand palais [konak] à la porte du palais de Yıldız. Comme tout le personnel attaché au palais impérial, il était ainsi que sa famille et ses domestiques logés, nourris, chauffés et habillés aux frais du sultan. Il avait cependant un train de vie assez modeste.

  • 119 Cf. M. Hülagü, Gâzî Osman Paşa, op. cit., p. 324.
  • 120 Cf. ibid., p. 336.

86Reconnu par le sultan dans l’espace public du pouvoir, il fut aussi admis à partager sa vie privée. Il épousa la sœur du général Neşet Paşa, Zatıgül Hanım, dont il eut quatre fils : Nureddîn, Kemaleddin, Cemaleddin et Hüseyîn Abdulkadir. La confiance qui lui fut accordée fut scellée par des alliances impériales. Deux de ses fils reçurent le titre de maréchal et épousèrent des filles du sultan. Son fils aîné, Nureddîn, était fiancé depuis l’âge de six ans avec une fille du sultan, Zekîye Sultan. Le cadet, Kemaleddîn, suivait les cours de l’école des princes impériaux de Yıldız. Il épousa également l’une des filles du sultan, Nâime Sultan119. Osman Paşa parlait l’arabe et avait aussi des connaissances en persan. Il avait également des notions de français, sans le parler couramment120.

  • 121 Cf. ibid., p. 351.
  • 122 K. Karpat, Politization..., p. 191.

87Il décéda le 4-5 avril 1900 (23 mars 1316), à l’âge de soixante-sept ans et repose dans le mausolée de Fatih Sultan Mehmed.121. La postérité a gardé de lui un souvenir glorieux, celui du héros de Plevne qui voisine l’adulation. Dans la mémoire et l’imaginaire nationaux, il incarne la résistance et le courage. De nombreuses marches et de nombreux poèmes ont été composés pour honorer sa mémoire. La marche d’Osman Paşa [Osman Paşa Marşı] est encore l’une des marches militaires les plus populaires en Turquie et il est devenu le patriarche symbole d’unité et de continuité entre les gloires des anciens ottomans et les attentes des nouveaux122.

88D’origine sociale et géographique différente, ces trois officiers généraux ont en commun une formation militaire dans les écoles ottomanes, qui favorise l’émergence de nouvelles identités. Mais, lors de leur cursus, ils ont aussi fréquenté différents types d’écoles traditionnelles et militaires. La pluralité de leur formation n’est pas à interpréter en des termes d’opposition, mais plutôt de complémentarité.

  • 123 Cette politique fut appliquée de manière stricte, plus particulièrement à l’endroit des militaires (...)

89Après de brillantes carrières, le destin de ces trois généraux bascule à l’issue de la guerre de 1877-1878. Trois « héros », dont l’État reconnaît et formalise les qualités par la titulature de gâzî. L’État cherchait ainsi à promouvoir des héros nationaux afin de galvaniser le moral des troupes. Mais, à l’issue de la guerre, le sultan chercha à contrôler l’intégralité du système et écarta ceux qui représentaient un danger pour lui. Après avoir éliminé Midhat Paşa – le père de la constitution ottomane – par un exil surprise, il neutralisa les élites civiles des Jeunes Ottomans, tel Nâmık Kemal, en les nommant à des postes éloignés et en leur interdisant de revenir dans la capitale. Son but était aussi de tenir l’armée en dehors de la politique et de la contrôler. Pour ce faire, il utilisa des méthodes différentes à l’encontre des officiers supérieurs, tels ces trois gâzî, respectés tant par l’armée que par le peuple. Süleyman Paşa, un « putchiste », était considéré comme le plus dangereux pour le nouveau régime hamidien. Jugé lors d’un procès politique, il fut éloigné à Baghdad où il ne pouvait contacter aucun de ses anciens compagnons. Les succès de Gâzî Ahmed Muhtar Paşa pendant la guerre ne lui permirent pas d’accéder à de hautes responsabilités dans le domaine militaire. Sa franchise, son indépendance d’esprit et ses sympathies politiques lui valurent la désapprobation et un exil diplomatique. Il fut nommé à un poste très important en Égypte, où il était en exil sous le règne d’Abdülhamîd II. Ces deux exemples illustrent la politique d’éloignement des Paşa turbulents du centre de l’Empire, mise en œuvre par Abdülhamîd II. De nouvelles tâches étaient proposées à ces serviteurs de l’État ottoman – telles celles de la diplomatie –, sans espoir de revenir à Istanbul du règne du sultan123.

  • 124 Il en était de même pour la Marine. Un amiral anglais avait été nommé à la tête de la Marine turque (...)

90Seul Gâzî Osman Paşa, le plus révéré par le peuple, car il était le héros de Plevne, fut encensé. Mais le paradoxe allait si loin que ministre de la Guerre, il était gardé au Palais et écarté de toute fonction militaire. Son titre honorifique de ministre de la Guerre était vidé de tout sens, de tout contenu. Il était acheté par le pouvoir politique, voire corrompu. N’ayant aucune prétention politique et peu populaire dans l’armée, il ne pouvait exercer de contre-pouvoir. Ce héros servait de « bouclier militaire » au sultan qui se réservait le pouvoir de décision124. Il montrait ainsi au public qu’il n’excluait pas les militaires. Gâzî Osman Paşa n’était qu’un « conseiller virtuel », une marionnette dans les mains du pouvoir politique. Franc-maçon, Gâzî Osman Paşa était neutralisé par ses fonctions pratiquement décoratives, sans aucune possibilité d’agir de sa propre initiative. Présentant sa démission à plusieurs reprises, elle lui fut à chaque fois refusée. Le pouvoir militaire, s’il existait à l’époque hamidienne était bâillonné, pris en otage, inféodé au pouvoir politique du Palais et sous la haute main du sultan.

91Cela pose le problème de la liberté d’expression de l’individu dans l’armée et, de manière plus pointue, de la possibilité d’utiliser son champ de compétence. Si un maréchal ne pouvait présenter des rapports au Palais, analysant les causes de la défaite de l’Empire ottoman, posant le problème du devenir de l’Empire et de sa défense, il y avait un réel dysfonctionnement. Sous le régime hamidien, ni Ahmed Muhtar, ni Süleyman Paşa ne purent publier leur écrits relatifs à la guerre russo-turque de 1877-1878. Cette impossibilité était significative de la loi du silence en vigueur. Leurs écrits ne furent édités qu’après la « révolution jeune-turque » de 1908.

92Être un individu militaire à la fin du 19e siècle supposait un courage immense, voire de la témérité, un sens des valeurs de l’État par-delà l’État lui-même, qui risquait de les briser à tout instant. Mais la répression était telle qu’elle portait en elle les gènes de sa déchéance. En effet, comment avoir l’ambition de former de jeunes élites militaires sur le modèle occidental et en même temps, exiger d’elles d’abdiquer dans la pensée, de n’être que les « officiers de plomb » de Sa Majesté Impériale ?

Notes

1 Lors des guerres, les souverains ou les généraux vainqueurs des infidèles recevaient le titre à demi religieux de « victorieux » [gâzî].

2 Il est né le 23 Şaban 1255 H., 1er novembre 1839, à Bursa.

3 Son père était Hacı Halil Ağa de la famille des Katırcıoğlu.

4 Les Tanzîmât sont les grandes réformes adoptées dans l’Empire ottoman au cours du 19e siècle. Le premier temps fort se manifeste par l’adoption du rescrit impérial de Gülhâne (1839), le deuxième est celle du rescrit impérial, Hâtt-i Hümayûn, en 1856 et la clef de voûte est la promulgation de la première constitution ottomane en 1876.

5 Gâzî Ahmed Muhtar Paşa, 1294/1877 Anadolu Rus Muharebesi (1877 Anadolu Rus Savaşı) [La guerre de 1877 avec la Russie en Anatolie], en H. 1326, 1908-1909, p. 5-6.

6 École ouverte pour la première fois en 1848.

7 Gâzî Ahmed Muhtar Paşa, Anılar, sergüzeşt-i hayatım’ın cild-i evveli [Mémoires de l’aventure de ma vie, vol. 1], op. cit., p. 2.

8 Ibid. p. 4.

9 Ibid., p. 10.

10 Il y enseignait la balistique et des disciplines techniques, domaine dans lequel il était considéré comme un spécialiste. Cf. Müşir Gâzî Ahmet Muhtar Paşa, Ankara, Gnkur. askeri tarih ve stratejik etüt başkanlığı yayınları, 1984, p. 7.

11 Ahmet Cevdet Paşa, Tezâkir, 21-39, (publ. par C. Baysun) Ankara, 1991, 3e éd., T.T.K., p. 134, pp. 169-170, p. 185, p. 188, p. 191, p. 195.

12 La même année, il épousa Fatma Zehra Hanım, la fille d’un ‘ulemâ, Hacı Emin Efendi. Cf. E. Foat Tugay, Three Century Family Chronicles of Turkey and Egypt, Londres, 1963, p. 9. L’auteur, Emine Fuat Tugay est la petite-fille de Gâzî Ahmed Muhtar Paşa.

13 I. M. K. İnal, Son Sadrazamlar [Les derniers grands vizirs], « Ahmed Muhtar Paşa », vol. 4, Istanbul, Dergâh yayınları, 3e éd., 1982, p. 1805.

14 I. M. K. İnal, Son Sadrazamlar, op. cit., p. 1806.

15 II remplit ces fonctions, environ deux ans et demi. Cf. R. Uçarol, [Gâzî Ahmet Muhtar Paşa : bir Osmanlı Paşası vedönemi, Istanbul, Milliyet Yayinlare, 1976], p. 32.

16 Le centre de ce vilâyet était San’a. Il était constitué de quatre livâ, San’a, Assir, Ta’iz et Hudeyde, de vingt-quatre districts [kaza] et de vingt-neuf communes [nahiye], Cf. Râşid Paşa, Yemen ve San’a tarihi, vol. 2, Istanbul, 1291 H. (1874/5), p. 241. Cf. R. Uçarol, op. cit., p. 26.

17 Pour ces dernières fonctions, il reçut un supplément de traitement de 10 000 kuruş. Cf. B.O.A. [Başbakanlık Osmanlı Arşivi, archives ottomanes placées sous l’autorité de la Présidence du Conseil], Sicilli Ahvâl Defteri, XXII, p. 91.

18 S.H.A.T., 7N1628, Constantinople, annexe au rapport n° 31 du 19 août 1884.

19 B.O. A, Sicilli Ahvâl Defteri, XXII, p. 91.

20 Ce titre prestigieux lui fut attribué, le 1er octobre 1877, après la victoire de Gedikler (25 août 1877), par une délégation du cabinet [Vükelâ heyeti], sanctionné par un procès-verbal du sultan. Avec ce titre, une épée, une médaille incrustée de pierres précieuses [murassa mecîdî nişânı] et deux chevaux lui furent offerts. Cf. Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-i hakîkat. Tarih-i Mahmud Celâleddin [Le miroir des vérités. L’histoire de Mahmud Celâleddin], op. cit.,p. 353-354.

21 On considère que Derviş Paşa avait au moins 18 bataillons sous ses ordres. Selon le rapport du 14 août 1883 (S.H.A.T., 7N1628) il en avait 18 bataillons, en revanche, l’annexe au rapport n°31 du 19 août 1884 (S.H.A.T., 7N1628), avançait le chiffre de 45. Sur ces opérations, voir aussi l’annexe au rapport 32 du 26 août 1884 (S.H.A.T, 7N1628).

22 S.H. A. T., 7N1628, annexe au rapport n° 31 du 19 août 1884.

23 Il fut rappelé en raison de sa mésentente avec le sadr-i a’zâm [grand vizir] Mahmud Nedîm Paşa.

24 Cf. R. Uçarol, op. cit., p. 54.

25 Au début du mois de février 1877, le sultan décide de retirer le grand vizirat à Midhat Paşa et de l’envoyer en exil, « conformément » à certaines dispositions de la constitution. Cf. P. Dumont, « La période des Tanzîmât (1839-1878) », op. cit., p. 518.

26 İ. M. K. İnal, op. cit., p. 374 ; R. Uçarol, op. cit., p. 54-55.

27 Les procès concernèrent les officiers de tout grade, même les plus hauts gradés. Tels Fû’âd Paşa, qui fut condamné à mort et dont la peine fut commuée en bannissement à perpétuité. Süleyman Paşa, qui avait reçu le titre de gâzî lors de cette guerre, subit un sort similaire. Il vécut pendant quatorze ans en exil à Baghdad où il décéda, en 1892. Cf. infra.

28 Ş. Hanioğlu, The Young Turks in Opposition, New York – Oxford, Oxford Univ. Press, 1995, p. 59.

29 Le sultan l’envoya comme haut-commissaire ottoman en Égypte, pour l’éloigner. Il publia des projets de réforme dans la presse locale égyptienne en 1900. Cf. Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 60.

30 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 77.

31 Ibid., p. 79.

32 Ibid., p. 104.

33 Ş. Hanioğlu, op.cit., p. 60-61.

34 « Islâh al-saltana al-’uthmâniyya mashrû’dawlatlû Mukhtâr Pâshâ al-ghâzî », al-Muqattam, Le Caire, 30 mai 1900.

35 Gâzî Ahmed Muhtar Paşa était maréshal depuis 1871.

36 Cf. note 86, p 256.

37 Il est décédé le 17 rebi-al âhir 1337 H. dans son kiosque sur la route de Fener. Il gît à la mosquée de Fâtih.

38 Il cite en exemple lord Cramer que l’État récompensa en lui accordant 60 000 L.T., pour les services qu’il avait rendus en Égypte. On peut se demander comment interpréter cette remarque. S’agissait-il d’une manifestation de sa cupidité ou simplement un manque d’égards à son endroit ? Cf. İnal (İ. M. K.), Son Sadrazamlar [Les derniers grands vizirs], op.cit., p. 1857.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 İnal (İ. M. K.), Son Sadrazamlar [Les derniers grands vizirs], op. cit., vol. 4,

43 Dans le domaine scientifique : un traité d’astronomie, Güneş saati broşürü [Brochure sur l’heure solaire], El Basita Risalesi, Istanbul, 1866, deux atlas, des tables de conversion.
Fenn-i Coğrafya [traité de géographie], H. 1286, 1869, Istanbul.
Riyaz-ül Muhtar, Mir’at-ül mikat ve’l-edvâr ma’a mecmuât-il eşkâl [Le jardin de Muhtar et le miroir du temps, des périodes et des poids], Le Caire, Bulak, en H. 1303, 1885/86, 387 p.
Riyaz-ül Muhtar, Mir’at-ül mikat ve’l-edvâr Zeyli, Le Caire, H. 1304, 1886/87. Il s’agit d’une réédition du premier avec une adjonction [zeyil], 58 p.
İslahat-üt takvim [La réforme du calendrier], Le Caire, en H. 1307, 1890, en bilingue, arabe/turc, Mısır Mehmed Efendi Basımevi. Traduction française à partir de l’original turc : La réforme du calendrier, Leiden, en 1893. Il reçut une médaille d’or de la part du gouvernement allemand.
Sene-i mâliyenin hicrî sene-i Şemsiyye ile istibdâline dair risâle [Brochure relative au changement de l’année financière à l’année solaire de l’hégire], Istanbul, Ebüzziye Basımevi, en H. 1328 (1910/11).
Takvîm-üs sinîn [Le calendrier des ans], Istanbul, en H. 1331 (1912/13).
Takvîm-üs Sâl [le calendrier de l’année], Istanbul, 1910.
Des mémoires :
Il écrivit ses mémoires, en H. 1294, 1877/78, Sergüzeşt-i hayâtımın, cild-i evveli et cild-i sânisi [L’aventure de ma vie] en deux volumes – publiés en 1912 à Istanbul – qui sont un témoignage d’histoire militaire et politique. Il y relate sa carrière militaire, la vie des militaires de l’époque, les commandements qu’il exerça.
Histoire militaire et politique :
Atabe-i Bülend Mertebe-i Hazreti Hilâfetpenâhiye bir arîza [Requête à son Excellence suprême le Khalife], Istanbul, en H. 1328, 1910/11.
1294/1877 Anadolu Rus Muharebesi (1877 Anadolu Rus Savaı) [La guerre de 1877 avec la Russie en Anatolie], en H. 1326, 1908/09.
Temmuz 1330 meclis-i mebûsân’da geçen Dîvân-ı ‘Âlî bahislerine bir nazar [Un regard sur le déroulement de la Cour suprême à la chambre des députés en juillet 1330 H., 1912], s. 1., s. d. Dans le domaine de la religion :
Sera’ir ül Kur’ân fî tekvînî ve ifnâi ve iâdeti’l ekvân [Les secrets du Coran sur la création, la disparition des humains et leur résurrection], Istanbul, en H. 1336, 1918, Evkaf İslâmiye Basımevi, traduit en arabe par Seyyid Muhibbüddîn el-Hatîb, avec une préface de l’emîr Şekîb Arslan.

44 Il se disait pieux et ses actions auraient été animées par la pensée du jour du jugement dernier. En 1863, il avait épousé Fatma Zehra Hanîm, la fille d’un ulema, Hacı Emîn Efendi. Cf. E. Foat Tugay, Three centuries Family Chronicles of Turkey and Egypt, op. cit., p. 9.

45 S.H.A.T., 7N1628, annexe au rapport n° 31.

46 Cf. Müşir Gâzî Ahmet Muhtar Paşa, op. cit., p. 17.

47 İnal (İ. M. K.), Son Sadrazamlar, vol. 4, op. cit., p. 1856.

48 Au mois de Ramazan 1254 H. Cf., İ.H. Uzunçarşılı, « Şıpka Kumandanı Süleyman Hüsnü Paşa’nın menfa hayatına dair bazı vesikalar » [Quelques documents relatifs à la vie en exil de Süleyman Hüsnü Paşa, le commandant de Şıpka], Beleten, 12 (45), Ankara, 1948, p. 207.

49 Les ancêtres de sa famille, tant du côté de son père que de sa mère, reposent à Baghdad et sont des descendants du prophète. Il est le descendant de l’émir Sultan (mort en 1429), un şeyh derviche de Bursa renommé.

50 Askerî tarih bulteni [Bulletin d’histoire militaire], août 1984, p. 58.

51 Les étudiants de l’École militaire l’avaient surnommé « sari çapar », car il était châtain.

52 İ. H. Uzunçarşılı, « Şıpka Kumandanı Süleyman Hüsnü Paşa’nın menfa hayatına dair bazı vesikalar », op. cit., p. 207.

53 R. Devereux, « Suleyman’s Pasha’s ‘The Feeling of the Revolution’ », in Middle Eastern Studies, vol. 15, janv. 1979, p. 5.

54 Cf. O. Bayrak, Osmanlı tarihi yazarları [Les écrivains de l’histoire ottomane], Istanbul, Osmanlı yayınevi, 1982, p. 111.

55 Askerî tarih bulteni [Bulletin d’histoire militaire], août 1984, p. 58.

56 Quartier résidentiel sur la colline de Çamlıca qui surplombe la rive asiatique d’Istanbul.

57 Abdurrahman Sami Paşa, général de division, avait été administrateur dans de nombreuses provinces. Intellectuel ottoman de premier plan, il occupa le premier le poste de ministre de l’Éducation créé en 1857 pendant quatre ans. Auteur de nombreux ouvrages relatifs à la philosophie et à la morale, il fut nommé le 17 mars 1877 membre du nouveau Parlement.

58 Cf. H. N. Orkun, Büyük Türkçü Süleyman Paşa: hayatı ve eserleri [Le grand nationaliste turc Süleyman Paşa : sa vie et son œuvre], Istanbul, 1952, p. 9.

59 Cf. R. Devereux, art. cit., p. 6.

60 Cf. R. Devereux, The First Ottoman Constitutional Period. À Study of the Midhat Constitution and Parliament, Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1963, p. 49.

61 Ibid., p. 57.

62 Cf. İ. H. Uzunçarşılı, op. cit., p. 208.

63 Cf P. Dumont, in R. Mantran, Histoire de l’Empire ottoman, Fayard, 1989, p. 519.

64 Askerî tarih bulteni [Bulletin d’histoire militaire], août 1984, p. 59.

65 Hüseyîn Avnî Paşa fut tué le 15 juin 1876, seulement deux semaines après la déposition du sultan. Il fut assassiné par un capitaine circassien, Çerkes Hasan, qui perturba une réunion du cabinet en tuant Hüseyîn Avnî Paşa, Reşîd Paşa, le ministre des Affaires étrangères ainsi que plusieurs autres personnes et blessa aussi le ministre de la Marine.

66 H. T., Karatepe, Padişahım çok yaşa [Longue vie à mon Padişah], Istanbul, Kitapyayınevi, 2004, p. 121.

67 Ş. Mardin, Jön Türklerin siyasî fikirleri 1895-1908, op. cit., p. 67.

68 S.H.A.T., 7N1624, Constantinople, rapport n° 28 du 14 juin 1876.

69 O. Moreau, Entre innovation et tradition, une lecture du réformisme ottoman à travers l’outil militaire, du Congrès de Berlin à la Première Guerre mondiale, 1878-1914, thèse de doctorat, Univ. de Paris-Sorbonne (Paris IV), 1997, pp. 288-291

70 Süleyman Paşazade Sâmî Bey, Süleyman Paşa Muhâkemesi, Istanbul, Matbaa-i Askeri, 1237-1328, 1911-1912, p. 9. Aussi connu sous le nom de Süleyman Nesip Sâmî Bey (1866-1917), fils de Süleyman Paşa, Süleyman Paşazade, il était écrivain, poète, traducteur et enseignant. Cf. Şevket Toker, « Süleyman Nesip », in Yaşamları ve yapıtlarıyla, Osmanlılar Ansiklopedisi [Encyclopédie des Ottomans, leurs vies, leurs œuvres], vol. 2, p. 565, Istanbul, Yapı Kredi Yayınları, 1999. Il reprend en partie les éléments rédigés par son père dans Umdetül hakayık [Principe des vérités].

71 II a écrit les ouvrages suivants :
Tercüme-i risâle-i irade-i cüziye [Traduction d’une brochure sur la volonté personnelle, en turc de la risâle d’Akkirmani], 1866. Muhammad Ibn Mustafa Akkirmani, auteur de nombreux ouvrages, décéda en 1760 à La Mecque où il était Kadı.
Mebâniyü’l inşa
[Les fondations de la composition], Istanbul, 2 vol., 1871-1872. Ce livre de classe de l’École de Guerre, relatif à la littérature et à l’éloquence, était le premier ouvrage systématique concernant les genres littérraires turcs, mais inculquait aussi les idées de nationalisme et d’honneur national aux aspirants.
İlm-i Sarf-ı Türkî [Grammaire de la langue turque], Istanbul, 1876. Ce livre était destiné aux lycéens de Dar-üş Şafaka.
Tarih-i ‘âlem
[L’histoire du monde], Istanbul, Harp okulu basımevi, 1874. Utilisé en seconde classe du lycée, ce livre traite de l’histoire de l’islam et de l’histoire du monde, en général. Très important pour son époque, il était le premier ouvrage rédigé par un Turc sur l’histoire des Turcs, utilisant des sources originales. Dans son introduction, il explique que tous les livres rédigés en Europe sont remplis de calomnies sur la religion et les Turcs. Leur traduction n’aurait pas été adaptée à l’enseignement des écoles ottomanes. La rédaction de nouveaux manuels scolaires s’avérait nécessaire. Il avait aussi été influencé par le livre de Joseph de Guignes, Histoire générale des Huns, des Turcs, des Mongols et des autres Tatares occidentaux, etc...avant et depuis..., Jésus-Christ et jusqu’à présent. Ouvrage tiré des livres chinois et des manuscrits orientaux de la Bibliothèque Royale, 4 vol, Paris, Desaint et Surlant, 1756-1824. Cf. R. Devereux, op. cit., pp. 7-9. Lors du Congrès de géographie réuni en 1875 à Paris, ce livre fut couronné par le second Prix. Cf. İ. H. Uzunçarşılı, op. cit., p. 210.
Sarf-ı Türk [Grammaire du Turc], 1876. Cet ouvrage est écrit dans la même veine que les précédents. L’auteur justifie son intitulé en écrivant que seul l’État est ottoman. De ce fait, il serait incorrect de parler de langue et de nations ottomanes, car elles sont turques. Cf. H. N. Orkun, Büyük Türkçü Süleyman Paşa: hayatı ve eserleri [Le grand nationaliste turc Süleyman Paşa : sa vie et son œuvre], op. cit., p. 28-31.
Esma-ı Türkiye [Les noms turcs] Ouvrage destiné aussi aux deuxièmes classes des écoles militaires.
İlm-i hâl-i kebir (1880), ilm-i hâl-i sağır (1888) [Petit livre de religion, grand livre de religion], Istanbul, Mihran basımevi. Rédigés pour la société de l’éducation musulmane et destinés aux enfants, ces deux livres étaient aussi utilisés dans les lycées de Dar-üş Şafaka.
Hulâsat- 1 Vukuât- 1 Harbiye
[Résumé des événements de la guerre], Istanbul, 1908.
Hiss-i inkilâb yahut Sultan Abdulaziz’in hal’i ile Sultan Murad-i Hamis’in Cülusu, [Le sentiment de la révolution ou la déposition du sultan Abdülazîz et l’accession au trône de Murâd V], Istanbul, Tanin Matbaası, 1326/1910. Ecrit en 1876, cet ouvrage a été publié à titre posthume, en 1910, par le fils de l’auteur, Süleyman Paşazâde Sâmi Bey. Il relate la chute du sultan Abdülazîz et l’accession au trône de Murâd V.
Ilm-i arz [Science de la terre].
1293 Türk-Rus Muharebesi hakayikinden hulâsa-ı vukuat-ı harbiye [Résumé des événements militaires à partir des vérités sur la guerre russo-turque de 1877], republié en six volumes sous le titre de Umdet-ül hakayık [Principe des vérités], Askerî Matbaa, Istanbul, 1928, 6 vol. Ouvrage relatif à la guerre russo-turque de 1877-1878 et aux opérations sur les fronts du Monténégro et de la Serbie. Il traite aussi de la déposition du sultan Abdülazîz et de l’incarcération du sultan Murâd V.
Il est aussi l’auteur d’articles, dont : « Devr-i İstilâ » [L’âge des invasions] et « Bârika-i Zafer » [La foudre de la victoire] dans le journal Tasvîr-i Efkâr qui sont des passages choisis de Mebâniyü’l inşa. Il a aussi publié dans le journal İbret, « Lisan-ı Osmanî’nin Edebiyatına dâir » [À propos de la langue et de la littérature ottomanes].

72 Ş. Mardin, op. cit., 1992, p. 67

73 Ş. S. Aydemir, Suyu arayan adam [L’homme qui cherchait de l’eau], op. cit., p. 4.

74 Lorsque Süleyman Paşa étudiait à Maçka en 1853, le grand-père de Nâmık Kemal fut muté comme préfet [kaymakam] à Kars. Il revint à Istanbul au cours de l’été 1854, puis suivit à nouveau son grand-père dans sa nouvelle affectation à Sofia en mai 1855. Il revint à Istanbul en septembre 1856 et y resta jusqu’en 1860. En 1860, Süleyman Paşa, diplômé de l’école de Guerre, partit à son tour en Bosnie et y resta jusqu’en 1862. Ils furent alors ensemble à Istanbul pendant cinq ans – et ce fut la plus longue période de leur vie. En effet, en 1867, Süleyman Paşa partit alors à Afyon, puis en Crète. Quant à Nâmık Kemal, il se trouvait en Europe depuis le mois de mai 1867. Il y rentra en novembre 1870, deux semaines avant le départ de Süleyman Paşa pour l’Asîr qui en reviendra en août 1871. Sans compter les deux mois et demi pendant lesquels Nâmık Kemal sera gouverneur [mutasarrıf] à Gelibolu en 1872, ils seront ensemble à Istanbul jusqu’en avril 1873, date du départ de Nâmık Kemal pour Magosa. Il reviendra à Istanbul après la déposition du sultan Abdülazîz, le 10 juin 1876. Seize jours plus tard, Süleyman Paşa part en Serbie. À son retour, le 20 novembre 1876, ils se revoient à l’occasion des préparatifs de la constitution ottomane et du parlement ottoman. Süleyman Paşa repart sur le terrain des opérations en qualité de commandant en chef en Bosnie-Herzégovine. Ils ne se reverront plus. Arrêté, Nâmık Kemal est envoyé le 20 août 1877 en détention dans la prison de l’île de Midilli. Süleyman Paşa sera lui aussi arrêté le 16 février 1878 et détenu jusqu’à ce que son jugement prononce sa condamnation à mort, commuée en exil à Baghdad, le 20 février 1879.

75 Ömer Faruk Akün, « Nâmık Kemal ile Süleyman Paşa’nın Bagdad sürgünlüğü sırasında ilk mekteplaşmaları » [Les premiers échanges épistolaires entre Nâmık Kemal et Süleyman Paşa, lors de son exil à Baghdad], in Türk Dili ve Edebiyatı Dergisi, XXIII, Istanbul, Edebiyat Fakültesi Matbaası, p. 5.

76 Le général Dupont de l’Étang (1765-1840) participa à de nombreuses batailles aux côtés de Napoléon. À l’instar de Süleyman Paşa, il fut jugé, incarcéré (1812), et ses titres lui furent retirés. Dans les dernières années de sa vie, il rédigea ses mémoires.

77 Il lui fit part de l’intention de Selamî Paşa d’écrire également un ouvrage. Mais Nâmik Kemal ne l’estimait pas le mieux placé pour remplir cette mission car il n’avait pas participé de manière continue à cette guerre, ni à de grandes batailles.

78 Süleyman Paşa, Umdet-ül hakayik [Principe des vérités], Istanbul, 1906, vol. 6, p. 186.

79 Süleyman Paşa, Umdet-ül hakayik, vol. 6, p. 424-425.

80 Süleyman Paşa, Umdet-ül hakayik, op. cit., vol. 1, p. 16.

81 Il fut publié incognito, avec trois étoiles à la place du nom de l’auteur, par A. Hartlebens Verlag en 1879, à Wien-Pest-Leipzig. Son auteur était Amand Freiherr von Schweiger-Lerchenfeld.

82 Il fut reçu chez le vâli [préfet] d’Alep, Kıbrıslı Kâmil Paşa.

83 Ces informations sont données dans une lettre adressée par Süleyman Paşa à Nâmık Kemal huit mois et demi après son arrivée à Baghdad. Öme Faruk Akün, op. cit., p. 26.

84 A son arrivée à Baghdad, il fut logé par le commandant de la gendarmerie. Le vâli de la place, Kütahyalı Abdurrahman Paşa et le commandant du 6e corps d’armée, le maréchal Hasan Fevzi Paşa le traitèrent avec froideur. Cf. İ. H. Uzunçarşılı, op. cit. 211.

85 İ. H. Uzunçarşılı, op. cit., p. 210-211.

86 İ. H. Uzunçarşılı, op. cit., p. 218.

87 Il souffrait de maux d’estomac et avait les nerfs malades.

88 İ. H. Uzunçarşılı, op. cit., p. 219.

89 Après le décès de son père, en août 1892, Süleyman Nesip obtint aussi une autorisation de quatre mois pour se rendre à Istanbul. Cf. Toker, op. cit., p. 565.

90 Y.E.E, 14/1188. 9 ramazan 1309 (7 avril 1892). Ce rapport est intitulé : « À propos des réformes dans la province de l’Iraq ». Cf. B. Fortna, Imperial Classroom, op. cit., p. 63-66.

91 S. Deringil, « The Invention of Tradition as Public Image in the Late Ottoman Empire, 1808-1908 », Comparative Studies in Society and History, Cambridge University Press, 35/1, 1993, p. 19-20.

92 Süleyman Nesip (1866-1917) poursuivit ses études à l’école secondaire [rüşdiye] de Beşiktaş, puis à l’école préparatoire des Sciences Politiques qu’il intégra ensuite [Mülkiye] et dont il fut diplômé en 1889. Etudiant, il publia ses premiers poèmes dans les revues : Gülşen [Le jardin de roses], Nahl-i Emel [Abeille d’espoir], Fevaid [Avantages] et Hizmet [Le service]. En 1890, il fut affecté comme directeur de l’école préparatoire de Bursa et y enseignait la géographie, l’astronomie et fenn-î tedbir [les mesures scientifiques]. Toute sa carrière se poursuivra dans les métiers de l’enseignement. Membre de l’association Edebiyat-ı Cedide [La nouvelle littérature], de 1896 à 1902, il publia trente-deux poèmes dans son journal, Servet-i Fünun [La richesse des sciences]. Nommé directeur de l’enseignement dans le vilayet des îles méditerranéennes [Cezair-i Bahr-i Sefid], il était en poste à Midilli et à Rhodes. C’est là qu’il écrivit son ouvrage İlm-i Terbiye-i Etfal [Pédagogie des enfants], publié en 1907 (1323) à Istanbul. À l’avènement de la seconde monarchie constitutionnelle (1908), il revint à Istanbul comme directeur de l’enseignement et y occupa divers postes dans son domaine. Cf. Ş. Toker, op. cit., p. 565.

93 Plusieurs dates divergentes sont proposées pour sa naissance. Nous retenons celle utilisée par Osman Paşa lui-même. Cf. M. Hülagü, Gâzî Osman Paşa, Istanbul, Boğaziçi yayınları, 1993, p. 365.

94 Cf. M. Hülagü, Gâzî Osman Paşa, op. cit., p. 29-31.

95 Cf. M. Hülagü, Gâzî Osman Paşa, op. cit., p. 33.

96 Cf. Hülagü (M.), Gâzî Osman Paşa, Istanbul, op. cit., p. 34.

97 Cf Hülagü (M.), Gâzî Osman Paşa, Istanbul, ibid.

98 Cf. Hülagü (M.), Gâzî Osman Paşa, Istanbul, op. cit., p. 36.

99 Cf. Hülagü (M.), Gâzî Osman Paşa, Istanbul, op. cit., p. 37-38.

100 Cf. S.H.A.T., 7N1629, annexe au rapport n° 45, 1885.

101 Ibid.

102 Cette détermination fut vivement critiquée par quelques historiens et élevée par d’autres à la hauteur d’une vaste conception stratégique. Cf. ibid.

103 Cf. ibid.

104 Cf. William von Herbert, The Defence of Plevna, 1877, 1e éd. 1911, Rééd. Ministry of Culture Publications/1160, Cultural Works Series/146, Kılıçaslan Matbaacılık, Ankara, 1990, p. 7.

105 William von Herbert, op. cit., p. 270-271.

106 Cf. ibid.

107 Cf. ibid.

108 Cf. ibid.

109 Cf. S.H.A.T., 7N1629, annexe au rapport n° 45, 1885.

110 William von Herbert, op. cit., p. 344.

111 Ibid., p. 343.

112 Karatepe, p. 116.

113 Ibid., p. 273.

114 K. Karpat, Politization..., p. 191.

115 Cf. S.H.A.T., 7N1629, annexe au rapport n° 45, 1885.

116 Osman Paşa fut ministre de la Guerre une première fois de décembre 1878 à juin 1880, une deuxième fois de janvier 1881 à octobre 1882, une troisième fois de décembre 1882 à août 1885 et une dernière fois d’août à septembre 1991. Cf. S. Kuneralp, Son dönem Osmanlı Erkân ve ricali (1839-1922), Prosopografik Rehber [L’état-major et les hommes à la fin de l’Empire ottoman (1839-1922), guide prosopographique], Istanbul, İsis, 2e éd., 2003, p. 10.

117 Cette réputation aurait été notamment répandue par le sadr-ı azâm Tunuslu Hayreddîn Paşa et par l’ambassadeur de Grande Bretagne à Constantinople, M. Layard. Sa rivalité avec Fûât et Nusret Paşa et les mésententes qui en naquirent furent des sources de conflits entre eux. Cf. Hülagü (M.), Gâzî Osman Paşa, op. cit., p. 21, pp. 322-323 et p. 380.

118 B.O. A., Y.E.E., K., E. 33-1173, Z.73, K.90, cité in Hülagü (M.), Gâzî Osman Paşa, op. cit., p. 293 et p. 324.

119 Cf. M. Hülagü, Gâzî Osman Paşa, op. cit., p. 324.

120 Cf. ibid., p. 336.

121 Cf. ibid., p. 351.

122 K. Karpat, Politization..., p. 191.

123 Cette politique fut appliquée de manière stricte, plus particulièrement à l’endroit des militaires de haut rang. On peut citer aussi l’exemple de Sadullah Paşa qui fut nommé ambassadeur à Berlin et ne revint pas dans l’Empire jusqu’à sa mort. Seul Midhat Paşa décéda d’une mort non élucidée.

124 Il en était de même pour la Marine. Un amiral anglais avait été nommé à la tête de la Marine turque, pendant que le poste de ministre de la Marine était attribué à un Turc. Mais le pouvoir décisionnel restait entre les mains du sultan.

Table des illustrations

Titre Gâzî Ahmed Muhtar Paşa
Crédits Collection de l’IRCICA
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1429/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Gâzî Süleyman Hüsnü Paşa
Crédits Collection de l’IRCICA
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1429/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Gâzî Osman Paşa
Crédits Collection de l’IRCICA
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1429/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search