Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Deuxième partie. Officiers, soldats et contestation dans l' armée

Avant-propos

Texte intégral

1Nous souhaiterions suggérer la diversité qui présidait dans l’armée ottomane. Disparités entre corps d’armée, entre garnisons, entre soldats, mais aussi entre officiers. Afin de rendre compte des contrastes dans les parcours de vie des officiers, nous allons esquisser quelques portraits de militaires de haut rang. Ainsi, nous proposons une approche de l’armée « à hauteur d’hommes », afin de prendre comme objets d’étude des individualités et de scruter les différentes facettes de leur vie et de leurs occupations et préoccupations qui ne sont pas toutes militaires. Au 19e siècle, élite peu nombreuse, les officiers ottomans instruits jouissent d’un statut très particulier dans la société et d’une réelle polyvalence. Naturellement cadres de l’armée, ils ont aussi vocation à occuper des postes de cadres civils. Ils appartiennent à un corps d’excellence et d’élite en matière de formation, détenteur de savoirs pionniers. À l’époque hamidienne, les officiers occupent aussi des postes d’administrateurs dans les provinces et ce mouvement ne fera que s’accroître après la « révolution Jeune-Turque » de 1908 qui fut leur œuvre.

2De cette diversité jaillit aussi des expressions différentes et nous aimerions porter notre attention sur un phénomène particulièrement important, tant en qualité qu’en quantité, récurrent dans l’armée de la fin de l’Empire ottoman. Il s’agit de la contestation et de ses expressions dans l’armée, tant chez les officiers que les soldats. Officiers et soldats expriment des contestations plurielles et nous essaierons de les analyser afin de comprendre comment elles ont pu se conjuguer et aboutir dans un premier temps à l’apothéose que fut la « révolution Jeune Turque » de 1908, puis dans un second à la fin du régime hamidien et à la prise du pouvoir par les militaires. Pour ce faire, il nous semble primordial d’analyser également les formes de la contestation militaire et ses interactions avec celle qui émane d’autres groupes sociaux : ses relations avec l’opposition civile et le mouvement constitutionnel notamment. Une attention particulière sera portée aux révoltes de soldats qui méritent d’être étudiées comme un objet en soi. Trop longtemps négligées à cause de la position subalterne de leurs auteurs, elles n’ont pas été analysées comme une composante à part entière de la dynamique militaire de l’époque.

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search