Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Première partie. Les hommes de l'armée ottomane réformée

Chapitre 3 : Les espaces du militaire : vers l’incorporation de la périphérie

Texte intégral

1Les troupes des « régions privilégiées » avaient des statuts particuliers comme au Yémen, à Tripoli de Barbarie et en Crète étaient considérées comme des forces locales, non mobilisables en temps de guerre. Les soldats étaient recrutés dans d’autres provinces de l’Empire, car ces régions étaient exemptées du service militaire. Progressivement, on chercha à enrégimenter ces « régions privilégiées » dans la réserve ou dans les troupes auxiliaires. Nous présenterons trois exemples différents de ces levées d’exemption, de formations hybrides entre l’ordre nouveau de l’armée régulière et de l’ordre ancien (des féodaux) : les timariotes bosniaques, la cavalerie Hamîdiye en Anatolie orientale et la fin du service des Kuloğlu à Tripoli de Barbarie

2Le pays fut divisé en circonscriptions territoriales de corps d’armée dès 1827. Chacune d’elle formait dans ses limites un corps d’armée active [nizâm]. Mais l’originalité du système mis en place en 1833-1834 résidait dans l’organisation d’un nombre égal de corps d’armée de réserve [redîf] dans les mêmes circonscriptions. En temps de paix, cette réserve restait dans ses foyers, sans être à la charge de l’État. Cette organisation de l’espace était empruntée au système prussien du Landwehr. En 1838, ils furent réorganisés en régiments [alay] après la défaite devant les troupes de Muhammad ‘Alî, le vassal égyptien.

Les corps d’armée dans l’Empire Ottoman en 1881

Les corps d’armée dans l’Empire Ottoman en 1881

P.A – M.A. Archives du ministère des affaires étrangères allemand (Politisches Archiv-Auswärtiges Amt), Berlin, Rapport militaire n° 148 du 28 février 1909, À 1461.

  • 259 Cf. H. Zboïnski, L’armée ottomane, op. cit., p. 41-42.
  • 260 E.Z. Karal, Osmanli tarihi, op. cit., vol. 6, p. 162.

3À l’origine, le pays était divisé en quatre circonscriptions territoriales de corps d’armée. [nizâm]. Les deux premiers corps d’armées étaient basés à Istanbul : la garde impériale [Hassa ordusu] et l’armée d’Istanbul [Dersaadet ordusu]. Le troisième se trouvait à Manastir (l’armée de Roumélie) et le quatrième à Elaziğ (l’armée d’Anatolie)259. La réforme de 1843 créa un cinquième corps d’armée à Damas en Syrie (l’armée d’Arabie). Elle réorganisa les corps comme suit : seul le premier était à Istanbul, le deuxième devenait l’armée du Danube (Şumla), le troisième était identique et le quatrième avait pour centre Erzurum. Puis, en 1848 un sixième corps fut créé à Baghdad (l’armée d’Iraq et du Hicaz)260. La réforme de 1869 vint donner à cette organisation un dernier corps basé à Sanaa (7e, l’armée du Yémen). Quant aux troupes situées au Yémen, à Tripoli de Barbarie et en Crète, elles étaient considérées comme des forces locales non mobilisables en temps de guerre. Des troupes fournies par voie de recrutement étaient envoyées dans ces provinces exemptées de service militaire.

4La loi sur l’autonomie des vilâyet adoptée en 1864 fut un pas supplémentaire dans le processus de centralisation mis en œuvre par les Tanzîmât, cherchant à mettre fin aux autonomies. Mais les disparités subsistaient d’une province à l’autre, la situation des soldats était variable d’un vilâyet à l’autre. Si dans certaines provinces [vilâyet] les soldes étaient payées assez régulièrement, dans d’autres, les soldats attendaient des arriérés de leur solde depuis dix à quinze mois. De même, la comparaison des différents corps d’armée révèle de grandes différences.

  • 261 S.H.A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n°194 du 29 janvier 1896.
  • 262 Rapports des attachés militaires français en mission dans le Levant à ces deux dates.

5Le 6e corps d’armée situé à Baghdad était à la fin du 19e siècle imparfaitement organisé et son petit effectif était dans une situation parfois proche de la misère. Le sultan était particulièrement préoccupé par son infiltration par la communauté chiite. Par contre, le cinquième corps d’armée, son voisin à Damas, était dans une situation plus favorable. Il bénéficia d’attentions plus importantes, notamment par la construction d’infrastructures militaires. Par exemple, une caserne splendide fut édifiée à Beyrouth sous le règne hamidien261. Même dans de petites localités, l’amélioration du sort des troupes était sensible comme le montre le cas de la petite caserne de Homs en Syrie entre 1880 et 1896262.

6Certaines régions étaient exemptées de la conscription. Étaient comprises dans cette catégorie, la capitale, par suite d’anciens privilèges octroyés à différentes époques par les sultans ; la population de l’île de Candie, le vilâyet de İşkodra (Albanie), certains districts entiers de l’Anatolie orientale (les montagnes de Şozan et de Dersim ; Motka et Şuït, au sud de la vallée de Muş), les populations kurdes des vilâyet orientaux, de nombreuses tribus de la Syrie, de l’Iraq et l’Anatolie orientale. Le vilâyet de Bosnie, qui, tout en fournissant un certain nombre de recrues depuis 1864, était encore au nombre des provinces privilégiées, car son contingent n’était pas appelé à servir en dehors de la province, excepté en temps de guerre.

7L’intérêt des forces irrégulières était leur souplesse car elles étaient modulables en fonction des circonstances. Le recours à des volontaires, les trop tristement célèbres başıbozuk (les têtes cassées du capitaine Haddock) fut malaisé et peu concluant pendant la guerre turco-russe de 1877-1878. Ils constituaient des troupes peu disciplinées et maniables en temps de guerre. La tendance était de les faire disparaître, comme un résidu de l’ordre ancien et de promouvoir des corps réguliers, voire de réservistes organisés.

8À la croisée des chemins, entre tradition et modernité, l’ordre ancien et ses corps de féodaux ainsi que l’ordre nouveau de l’armée régulière et de la réserve, fleurissaient des formations hybrides. Il s’agissait de l’arrière-ban des seigneurs, utilisés comme des classes de « quasi féodaux ». Outre les hamîdiye qui sont les plus connues, d’autres expériences ont aussi été pratiquées dans d’autres provinces éloignées de l’Empire. Le cas des timariotes bosniaques, en 1874, et la création de deux régiments de cavalerie de réserve [redîf] avaient montré l’exemple. Ces formations pouvaient avoir un rôle non négligeable et servir de forces locales d’appoint. Elles se faisaient et se défaisaient, en fonction des menaces locales.

1- L’institutionnalisation de régiments de cavalerie bosniaque en 1874

  • 263 B. Jelavich, History of the Balkans, Eighteenth and Nineteenth Centuries, vol. I, Cambridge Univ. P (...)
  • 264 Cf. A.E. C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 1, p. 67, dir. cons. et aff. cons. et aff. co., annexe à la dépê (...)
  • 265 Cf. G. Haberer, Die Aufstellung von Redîf Truppen in der frühen Tanzimaizeit, Maîtrise présentée à (...)

9Dans les provinces européennes, au début du 19e siècle, l’autorité de l’État et son influence en Bosnie étaient toutes relatives. Comme dans d’autres pays balkaniques, en Serbie, au Monténégro et en Grèce, les mouvements nationalistes provoquèrent des révoltes. Au 18e siècle, les éléments bosniaques étaient souvent en conflit avec le pouvoir central et parfois également entre eux. Ils étaient aussi impliqués dans les événements se produisant au Monténégro et en Albanie263. Durant un demi-siècle, les réformes se succédèrent, visant à imposer le service militaire obligatoire dans les territoires européens de l’Empire, mais elles n’aboutirent que dans le second demi-siècle. La formation d’une armée moderne portait directement atteinte aux privilèges et à la position sociale des militaires bosniaques. La propriété foncière appartenait exclusivement à cette noblesse, à peu d’exceptions près, et sous sa dénomination de sıpâhîlik, elle divisait la Bosnie en autant de fiefs, grands et petits, que le pays connaissait de familles nobles. Ces fiefs étaient restés héréditaires, suivant l’usage oriental, c’est-à-dire que leur transmission avait lieu, non par droit d’aînesse, mais de manière indivisible en faveur de tous les membres d’une même famille qui élisaient pour chef le plus brave ou le plus âgé d’entre eux, chargé, au besoin, de les conduire au combat264. Elle était perçue comme une double menace, contre les privilèges de classe, mais également comme une atteinte à la religion, en introduisant des mesures d’occidentalisation. L’organisation d’une réserve eut lieu dans les années 1833, ainsi qu’une cavalerie de réserve, en 1836265. Les Bosniaques furent ceux qui résistèrent le plus longtemps contre l’abolition du corps des Janissaires (7 ans).

  • 266 Bosna-Hersek ile ilgili arşiv belgeleri (1516-1919) [Documents d’archives relatifs à la Bosnie-Herz (...)
  • 267 H. Sedes, 1875-1876 Bosna-Hersek ve Bulgaristan ihtilâlleri ve siyasi olaylar [Les révolutions de 1 (...)
  • 268 T.T.E. Mec. n° 87 (10), p. 262-273 ; E. Z. Karal, Osmanlı tarihi, op. cit., vol.8, p. 354-355.
  • 269 A. Cevdet Paşa, Ma’rûzât, Istanbul, Çağrı yayınları, 1980, p. 80 ; E. Z. Karal, Osmanlı tarihi op. (...)

10Les soulèvements contre la conscription militaire furent nombreux. En 1831, les musulmans bosniaques, propriétaires terriens et militaires, dirigés par Hüseyîn Gradaşçeviç, se trouvaient en révolte ouverte contre la Porte. Ils réclamaient l’autonomie de la Bosnie-Herzégovine et l’élection d’un gouvernement local, tout en reconnaissant la souveraineté de la Porte et en lui payant tribut. En 1832, après la répression de cette révolte, le kapûdânlık fut supprimé266. Ce soulèvement était précurseur de troubles futurs. Il y eut également des révoltes en 1836, 1837 et 1839267. Les populations de Bosnie-Herzégovine et d’Albanie, notamment, étaient exemptées du service militaire268. La réforme du service militaire introduite par le sultan Abdülmecîd, en 1843, posait le service militaire obligatoire pour tous. Elle provoqua de tels désordres et révoltes en Bosnie-Herzégovine et à İşkôdra que la Porte dut envoyer six expéditions de pacification et renonça finalement à enrôler les Bosniaques et les Albanais269. Ce n’est qu’après la répression des révoltes de 1860 et 1862 que de nouvelles initiatives furent prises par Ömer Lütfî Paşa pour recruter les soldats des régions exemptées. Il rédigea un projet prévoyant la création d’une mission militaire destinée à mettre en place une colonie militaire en Bosnie-Herzégovine.

  • 270 Ahmed Cevdet Paşa (Lofça, Bulgarie 1823-Istanbul, 1895) suivit des études « traditionnelles » dans (...)
  • 271 Cf. B.O.A., Y.E.E., K. 18, E. 553/298, Z. 93.
  • 272 Cf. B.O.A., Y.E.E., K. 31, E. 27/25, Z. 27, K. 79. Cf. O. Moreau, « La création de deux régiments d (...)

11Ahmed Cevdet Paşa270 fut nommé à la tête de cette mission qui aboutit à la réforme du service militaire de 1864. Une commission militaire se réunit et consulta les notables bosniaques. Face à de nombreuses réticences, la Porte dut accepter un compromis. Les soldats ne serviraient pas en-dehors de la région271. Cevdet Paşa ordonna un recensement en Bosnie-Herzégovine, pour établir les tables de conscription. Il fut décidé qu’un homme sur 50 serait recruté selon le modèle français. Ce qui représentait 4. 800 soldats. Les soldats accompliraient un service de 3 ans et seraient soumis au tirage au sort. Le contingent se renouvellerait chaque année. Le service de la réserve était de 9 ans et celui de la territoriale de 7 ans. À titre d’encouragement, on choisira les commandants parmi les Bosniaques la première année. Deux régiments furent formés en Bosnie272.

La formation des régiments

  • 273 Cf. B.O.A., Y.E.E., K. 18, E. 553/298, Z. 93.
  • 274 H. Zboïnski, op. cit., p. 102.

12En 1874, on créa deux régiments de cavalerie timariote bosniaque de réserve. Dans la copie de comptabilité du conseil général [meclis-i ‘umûmî]273, il est fait état de la demande d’un règlement avec des adaptations entre les dispositions de la réserve et de l’ancienne institution timariote. L’État ottoman y était tout à fait gagnant, puisqu’il pouvait ainsi former à peu de frais deux régiments de cavalerie de réserve. En temps de paix, les divers bans de la réserve ne possédaient ni cavalerie, ni d’artillerie armée et équipée. Il lui était également difficile de se procurer à temps les chevaux nécessaires274.

  • 275 Le susdit règlement est composé de 20 articles. Cf. B.O. A., Y.E.E., K. 18, E. 553/298, Z. 93. Pour (...)
  • 276 Voir le règlement organique de mise à exécution de la loi de la loi de 1869, notamment art. 11 et 2 (...)
  • 277 Cf. A.E.N., Petit Fonds, Sarajevo, vol. 4, p. 46, cons. de France en Bosnie, dir. pol., n° 9, dir. (...)
  • 278 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p. 56-57, cons. de France en Bosnie, dir. des cons. et des aff. (...)
  • 279 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p. 162, dir. des cons., Juilly, le 9 juin 1876, adressé à M. le (...)

13Les timariotes devaient non seulement pourvoir à leurs besoins, en temps de paix et en temps de guerre, mais aussi fournir deux montures enregistrées à la disposition de l’État et se procurer des uniformes. Il ne prenait en charge que l’entretien des montures pendant la période d’instruction et de guerre (art. 6, 7, 8)275 et mettait à disposition des armes qui seraient stockées dans le dépôt des armes des réservistes (art. 15). Les soldats de la réserve recevaient une solde et des vivres276, mais il est vrai que les timariotes percevaient aussi des pensions [bedel]. Les beys percevaient des pensions, devenues héréditaires depuis la réforme du service militaire en 1864. En effet, désormais, le service n’était plus accompli par les beys armant tous leurs tenanciers valides, mais directement par tout sujet musulman. Ils étaient tenus de fournir en temps de guerre leur service et celui d’un cavalier, par quotité de 1.000 piastres qu’ils recevaient. En 1865, la pension devint héréditaire, de mâle en mâle, par primogéniture, suivant l’ordre de succession européenne, jusqu’à extinction de la famille. Le titulaire devait son service comme dans les conditions précédentes, plus son service personnel277. En outre, le sultan demandait des propriétaires de la Bosnie-Herzégovine, non des beys, le paiement en une fois de la valeur d’une dîme et demie, soit 15 % à ajouter à la dîme donnée par la terre, soit 25 % de la production. Le bey n’était pas le propriétaire, mais le suzerain percevant la dîme, et c’est en tant que suzerain qu’on l’indemnisait. Parmi les 3600 beys de la Bosnie, plusieurs ne recevaient qu’une somme insignifiante, par exemple, 50 piastres, environ 12 francs. C’est aux propriétaires, soit beys ou autres que l’impôt extraordinaire de 15 % s’ajoutant à la dîme était demandé. Ils réclamèrent et obtinrent d’échelonner le paiement en six annuités de 2 1/2 %, finissant en 1872. À cette époque, cette contribution extraordinaire de 15 % était en effet liquidée. L’année suivante, en 1873, le gouvernement abolit les douanes de terre de province et greva toutes les terres de l’Empire d’un quart supplémentaire, ce qui portait l’impôt, appelé improprement la dîme à 12 % du produit de la terre, soit en cultures perçues en produits et vendues, soit en cultures dont l’impôt était payé en argent. On distinguait encore dans les comptes, le dixième [l’aşâr] et le quart du dixième [rub aşâr]278. Ce système fonctionna pour la première fois en 1874 et partiellement en 1875, jusqu’au moment où les réformes proposées par les Puissances reçurent la sanction de la Porte. Le quart supplémentaire de la dîme fut abandonné, puis, le gouvernement ottoman abolit le fermage des dîmes ainsi qu’il s’y était engagé par le rescrit impérial. Toutefois les beys bosniaques possédaient encore en Bosnie et dans les contrées serbes voisines, la plus grande partie du sol279.

  • 280 A.E., C.P.C., vol. 7, p. 124-130, cons. de France en Bosnie, dir. pol. n° 107, Bosna-Seraï, le 5 ao (...)

14En 1869, le gouverneur général fit publier un nouveau règlement sur les détenteurs de timâr. En vertu de cette loi, on devait dénombrer le nombre de sıpâhîlik qui existaient jadis dans chaque département de la province. Le Trésor ottoman paierait à chaque titulaire la rente entière de son sıpâhîlik, soit l’équivalent intégral de ce qu’il rapportait avant la campagne d’Ömer Paşa, soit trois fois plus que la Sublime Porte n’avait concédé selon les appréciations du généralissime [serdâr-ι ekrem]. De plus, si le titulaire était décédé, ladite rente était payable à ses descendants mâles en ligne directe, jusqu’au troisième degré. En cas d’extinction de cette lignée, on recherchait le frère du titulaire ou ses fils et ses petits-fils, par ordre de primogéniture. Il s’agissait d’une générosité inattendue de la part de la Sublime Porte envers cette ancienne classe, puisqu’elle n’avait été sollicitée par personne. Cette mesure rétablissait, d’une certaine façon, des distinctions sociales et féodales. Ces mesures ne permettaient pas de relever les sıpâhî et de les rendre dangereux, mais on revenait moralement sur le passé et on flattait l’esprit de noblesse bosniaque, si fière de ses anciens privilèges280.

15Il n’y avait donc pas lieu de leur accorder une solde en supplément. En comparaison avec la situation antérieure, l’État pouvait accroître ses forces à peu de frais. D’autant plus que les timariotes participant au régiment, notamment à l’encadrement étaient choisis parmi les familles les plus prestigieuses et les plus aisées. En outre, ils devaient avoir les qualités requises de fidélité à La Porte (art. 7,9). Le choix des cavaliers s’effectuait en fonction du taux de leur pension au moins 3000 kuruş, et ils devaient entretenir un soldat et lui fournir chaque année 3000 kuruş.

16Ceux qui recevaient une pension deux fois plus importante devaient payer le double, et avaient aussi la faculté d’entretenir plusieurs soldats. Les détenteurs de pensions plus modestes pouvaient se regrouper à plusieurs pour être considérés comme une épée, à condition d’avoir payé 3000 kuruş (art. 9). Pour être officier, il fallait s’acquitter d’au moins 5 à 6000 kuruş ou 4 à 5000 kuruş et s’être porté volontaire (art. 11). Les timariotes avaient l’avantage d’organiser ces deux régiments, ce qui était conforme aux souhaits qu’ils avaient exprimés. Ils se réunissaient au centre de rassemblement des réservistes. Ils seraient mentionnés en tant qu’invités dans le registre des réservistes. Si nécessaire, ceux qui savaient lire, seraient les secrétaires du régiment ou du bataillon et seraient inscrits dans un autre registre (art. 14).

17Un régiment était composé de 6 compagnies, sur le modèle de l’armée active, comprenant chacune 96 soldats, un capitaine, un lieutenant, un secrétaire de régiment et un officier administratif, c’est à dire cent personnes. Le premier régiment de sıpâhî était basé à Bosna Saray et le second à Banaluka (art. 1). Chaque compagnie comprenait quatre sections (24 personnes) composées de demi-sections de douze cavaliers. Le commandant du premier régiment était un colonel et celui du second régiment, un lieutenant-colonel. Le commandant d’une compagnie était un capitaine et son assistant un lieutenant. Le sergent-chef avait des fonctions de secrétaire, d’organisation de ses subalternes et d’instruction. Les sections étaient dirigées par des sergents et les demi-sections par des caporaux. Chaque compagnie avait deux palefreniers (art. 4 et 5).

18Ils se réunissaient une fois l’an et recevaient une instruction d’un mois. Les timariotes se comportaient comme tout soldat, ils étaient astreints au tirage au sort et suivaient les règles de la classe à laquelle ils appartenaient, armée d’active ou de réserve. Des possibilités d’exemptions étaient prévues pour les infirmes, les malades et ou ceux dont le revenu suffisait juste à faire vivre leur famille (art. 16). Les cavaliers timariotes s’inscrivaient sur un registre avant l’âge de 15 ans. Les jeunes cavaliers âgés de 15 à 20 ans n’allaient pas à la guerre, mais s’acquittaient d’une taxe de 3000 kuruş. S’ils ne pouvaient la payer, ils devraient quand même partir à la guerre. Les timariotes âgés de 20 à 60 ans allaient à la guerre. Ceux qui étaient âgés de plus de soixante ans n’étaient ni soumis à la guerre, ni à la taxe d’exemption (art. 16). Lors de la mobilisation, chaque soldat devait avoir en sa possession au moins 1000 kuruş, pour éviter tout ennui financier (art. 17).

L’épreuve de la guerre

  • 281 A.E., C.P.C., Turquie, Mostar, vol. 3, p. 64-65, vice-consulat de France en Herzégovine, le 1er jui (...)

19Le recours aux cavaliers timariotes, permettait d’augmenter de manière permanente les forces auxiliaires en formant une seconde réserve. Les anciens « seigneurs dépossédés » bosniaques ne furent appelés que tardivement pour participer aux combats, comme les irréguliers et la seconde réserve, la territoriale, dans le courant de l’année 1877 et par vagues successives. Le premier appel se fit lors de l’expédition de Nikşiş, contre le Monténégro. Parmi les 20.000 nouvelles recrues mises en ligne ne figurait qu’une centaine d’aghas de Mostar, à cheval, armés de carabines américaines à seize charges. Le maréchal Süleymân Paşa avait convoqué les principaux d’entre eux et dans une allocution énergique – d’où la menace n’était pas absente – il leur fit savoir qu’on aurait bientôt besoin de leurs services281. La description du départ en campagne des milices appelées à servir hors de la province – en raison du manque de forces vives mobilisables – est significative :

  • 282 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p. 303, consulat de France en Bosnie, dir. cons. et aff. co., n° (...)

« ... Votre Excellence peut difficilement s’imaginer l’aspect d’une troupe plus irrégulièrement composée, habillée et armée que celle qui s’est réunie hier. Tous, gens ayant dépassé la moyenne de vie, couverts d’armes de toute espèce et de toutes époques, portant encore le vieux costume turc, montés sur des petits chevaux du pays qu’ils manœuvrent du reste fort bien ; ils ne paraissent pas capables de faire longue route, ni de résister aux privations et aux dangers d’une campagne, ils se dirigent vers Mostar... »282

  • 283 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p 379 consulat de France en Bosnie, dir cons. et aff. co., n°25, (...)
  • 284 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p. 326-327, consulat de France en Bosnie, dir. cons. et aff. co. (...)

20Le gouverneur général avait reçu l’ordre d’Istanbul d’appeler sous les drapeaux les milices [‘asâkir mu’âvini] qui se trouvaient dans toutes les localités de la province ainsi que le corps des sıpâhî qui se composait des anciens beys du pays et qui comptait 3600 hommes283. Les milices étaient formées en trois classes, composées de musulmans n’appartenant pas aux trois catégories de l’armée bosniaque, à savoir, de personnes n’ayant pas atteint l’âge, l’ayant dépassé ou s’étant exonérées. Un diplomate français estimait qu’on pouvait réunir 20 000 hommes pour le service actif. Parmi eux, était inclus le corps de cavalerie évalué à 5 ou 6000 hommes formé par les anciens beys dépossédés284.

  • 285 A.E., C.P.C., Turquie, Mostar, vol.3, p. 122-124, vice-consulat de France en Herzégovine, dir. pol. (...)

21Au début du mois d’octobre, de « prétendus volontaires » bosniaques venant de Bosna-Seraï et de Kağnitz étaient en train d’attendre à Mostar le départ de l’expédition pour laquelle ils avaient été requis. Sur 1000 combattants, environ un quart de cavaliers, rangés sous des étendards séparés, appartenaient à la classe la plus aisée des propriétaires. Le chef honorifique de l’expédition était un vieillard, l’un des hommes les plus considérés de la Bosnie. Fazlî Paşa, octogénaire, avait dû payer de sa personne. Il était accompagné de ses deux fils. À l’instigation des Turcs de Mostar et sous la pression d’une communication de la Porte contenant l’expression de tout son mécontentement pour la froideur qu’ils mettaient à la défendre, ils s’étaient décidés à quitter leur pays. Or, ils avaient trouvé encore moins de zèle parmi les aghas de Mostar, qui refusaient d’aller à la guerre. Naturellement, ceux qui leur étaient venus en aide leur disaient que s’ils refusaient de marcher, ils allaient s’en retourner... Un certain nombre de gens de Mostar y avaient été ajoutés, non seulement par intimidation, mais aussi par l’usage de la contrainte. L’autorité militaire avait réuni par la force le contingent bosniaque, sans vouloir accorder de dispense à ceux qui proposaient des remplaçants. Les obligeant à camper sous des pluies torrentielles, par mauvais temps, cette manière d’agir était tout à fait vexatoire. En outre, on pouvait douter de l’efficacité pour la guerre de montagne d’un corps de cavalerie recruté de cette manière. Un mois plus tard, les cavaliers bosniaques furent renvoyés dans leurs foyers285.

  • 286 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p 383, consulat de France en Bosnie, dir. cons. et aff. co., n°2 (...)
  • 287 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p. 341-342, consulat de France en Bosnie, dir. cons. et aff. co. (...)

22Puis on assista au départ successif des sipahî qui se rendaient sur le front serbe. Mal armées, nullement équipées, ces troupes n’avaient aucune valeur et ne pouvaient guère faire face à une armée régulière286. Tous les personnages importants du pays y participaient, et certains étaient même fort âgés et d’autres fort jeunes. Tout ce monde se faisait suivre de chevaux chargés de tentes, de tapis, de provisions de toute sorte qui causeraient de sérieux embarras, si cette troupe, une fois réunie, devait marcher en avant. Leur utilisation devait certainement être destinée à la garde des frontières, permettant ainsi de dégarnir des troupes régulières qui seules seraient engagées dans les opérations287.

  • 288 Concernant la difficulté à recruter les soldats bosniaques au 19° siècle et leur résistance, Cf. O. (...)

23On peut noter que le service de la cavalerie bosniaque ne fut sollicité que tardivement. On remarque aussi le peu d’entrain qu’elle mit à défendre l’Empire et à se battre pour lui288. La révolte qui éclata en 1875 laissa peu de temps à cette institution pour faire ses preuves, ce type de formation ne fut pas oublié puisqu’on en trouve une nouvelle variante avec les régiments de cavalerie hamîdiye créés dans les années 1890.

2- L’organisation d’une cavalerie irrégulière : les régiments hamîdiye (1891-1908)

24Nous avons choisi cet exemple de troupes irrégulières, des régiments de cavalerie de réserve, pour essayer de mettre en lumière sa genèse, l’organisation qui était prévue par sa loi constitutive, puis les aménagements apportés. Nous aborderons ensuite des aspects plus concrets, tels sa mise en place, sa composition et les problèmes d’indiscipline et les difficultés de mobilisation. Enfin, nous verrons quel sort lui réservèrent les Jeunes Turcs après 1908.

  • 289 En 1514, lors de la bataille de Çaldıran, le sultan Selîm Yavuz infligea une sévère défaite à şâh İ (...)
  • 290 Cf. D. Mac Dowall, À modern History of the Kurds, op. cit., p. 30.

25À la fin du 18e siècle, les Ottomans faisaient face à une crise sévère. L’Empire, bien que fortement centralisé, avait perdu son contrôle sur son hinterland, des territoires sur lesquels il avait une suzeraineté relative. Sur la frontière de l’Anatolie orientale, les arrangements établis entre la Porte et les tribus kurdes, à la suite de la bataille de Çaldıran (1514)289, avaient depuis longtemps perdu toute valeur. Toutefois, les relations entre la Porte et les potentats locaux kurdes étaient loin d’être parfaites. Si le système de principautés semi-indépendantes pouvait être vu comme un arrangement politique viable, en fait, il ne satisfaisait aucune des parties290. Un noble kurde du 17e siècle déclarait à un envoyé du roi de France :

  • 291 Déclaration de Bedir Khan, emîr de Bhotan, Cf. Pétis de la Croix, en 1675. Relation de voyage de Do (...)

« C’est moi qui suis empereur de ce pays, et non le sultan ottoman... S’il est plus fort que moi, je suis plus noble que lui ! »291.

26Cette fïère déclaration laisse transparaître toute la problématique de relations complexes, entre les grands seigneurs kurdes et le sultan de l’Empire ottoman, ainsi que les ambitions. Prenant en compte les aptitudes guerrières des Kurdes, le gouvernement ottoman avait assigné à leurs chefs, outre une fonction de gouvernorat, un rôle militaire de défense des frontières. Ces tribus, exonérées d’impôt, étaient censées constituer une milice permanente, défendant les frontières ottomanes et exerçant une pression continuelle sur l’élément chrétien dont le loyalisme paraissait moins assuré.

  • 292 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 29.

27Il faut souligner la valeur guerrière des Kurdes qui avaient une place particulière dans l’armée ottomane, notamment dans la cavalerie. Des Kurdes étaient enrôlés dans l’armée régulière pour servir dans la cavalerie dirigée par des Turcs. En outre, ils participaient aux forces provinciales de la cavalerie légère, accomplissant des tâches de reconnaissance, de raids d’incursion et d’escarmouche292.

  • 293 Ibid.

28Par ailleurs, lors des expéditions contre l’Iran, au 16e siècle, la Porte eut recours aux Kurdes, qui étaient une force vitale lors de ces campagnes. Par exemple, les Kurdes de Hakkâri et de Hôşâb furent sollicités lors des expéditions de Süleymân al Kânûnî contre l’Iran, en 1533, en 1548, puis en 1554, ainsi qu’au cours de l’année 1630. Leur participation fut déterminante lors de la reconquête de Baghdad. Puis, en 1623, les Kurdes Mokrî apportèrent leur aide à la reconquête de Baghdad par les Safavides. En outre, en 1683, 40 000 Kurdes de Musul, Arbil, Kirkuk, Şahrizur, Suran et Ahmadiya prirent une part décisive au siège ottoman qui conduisit à la reprise de Baghdad, en 1638293.

  • 294 Cf. B. Nikitine, Les Kurdes, rééd., op. cit., p. 186.
  • 295 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 41.
  • 296 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 38.

29L’ingérence de l’autorité centrale dans les affaires kurdes semble être concomitante de la défaite devant Vienne, en 1683. Süleymân avait désigné un gouverneur général à Diyarbakır qui devait servir d’intermédiaire entre les féodaux kurdes et Istanbul. Cette politique de divide et impera fut couronnée par son succès habituel. Les fiefs kurdes furent transformés en provinces turques [eyâlet], ne gardant qu’une autonomie nominale. Ce processus culmina au 19e siècle294. Après la défaite subie par la Porte, lors de l’expédition d’Ibrahîm Paşa, le fils de Muhammad Alî – son vassal égyptien – qui visait à annexer la Syrie et à envahir l’Anatolie, la Porte chercha alors à affirmer son autorité sur les franges de son Empire, exerçant une autorité plus directe sur les tribus et en faisant disparaître les potentats kurdes semi-indépendants295. L’État central allait développer des efforts pour limiter le pouvoir des émirs et des chefs tribaux kurdes pendant tout le courant du 19e siècle296.

  • 297 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 39.
  • 298 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 41.

30Aux termes du Traité d’Edirne, Kars, Erzurum et Bayazıd étaient retournés aux mains des Ottomans, mais la guerre avait donné la dimension d’une nouvelle menace. Les Russes n’avaient pas seulement reçu l’appui des Ottomans arméniens à la prise de Kars, mais les Kurdes avaient aussi fourni un régiment contre le sultan. Il s’agissait du premier recours des Russes à l’aide des Kurdes, alors qu’ils étaient entrés en contact avec eux, lors des hostilités de 1804-1805297. Le sultan avait été obligé de reconnaître formellement qu’il partageait son « pouvoir absolu » avec les potentats locaux, dont les chefs tribaux kurdes, qui détenaient leur pouvoir de source locale298.

  • 299 La révolte kurde de Babân est la première révolte kurde importante du 19e siècle. Créée au 16e sièc (...)
  • 300 Au début du 19e siècle (1229 à 1254 H. ; 1813/14 à 1838/39), Mîr Mohammed (Mirân-i Sorân) gouverna (...)
  • 301 Né en 1802 à Cizreh, le centre de la principauté de Bohtân, Bedîr Khân Bey, appartenait à l’une des (...)
  • 302 Yezdân Şer tâcha de profiter de la guerre russo-turque, pour déclencher, au printemps 1855, la lutt (...)

31Tout ce siècle fut traversé par des soulèvements non-coordonnés de principautés kurdes qui furent durement réprimés : révoltes de Babân (1806)299, de Muhammad Paşa (1834)300, de Bedîr Khân (1843-1847)301, et de Yezdân Şer (1853-1855)302. En 1847, Osman Paşa donna le coup de grâce au pouvoir temporel des chefs kurdes dans les cinq provinces du Sud-Est : Van, Bitlis, Muş, Bayazıd et Diyarbakır.

32Après la reddition des principaux chefs kurdes, déportés à Istanbul, la société kurde était "littéralement décapitée". Alors que l’intelligentsia kurde et les chefs en exil, sensibles à l’influence des idées révolutionnaires de l’époque étaient hostiles au sultan, on assista, en Anatolie orientale, dans un milieu rural très fruste, à l’émergence d’une classe totalement nouvelle : les şeyh, chefs religieux au prestige immense, qui jouèrent un rôle politique important. Ils s’allièrent au sultan, dans le cadre de la fraternité musulmane.

  • 303 O. Aytar, Hamidiye alaylarından köy koruculuğuna, [Des régiments de cavalerie hamîdiye aux protecte (...)

33Lors de la guerre russo-turque de 1877-1878, le gouvernement ottoman chercha à gagner l’appui des dirigeants de certaines tribus kurdes, telle les Bedîrkhân. Şeyh Obeydallâh et Şeyh Celâleddîn envoyèrent, sous le commandement du fils de Şeyh Obeydullâh, Şeyh Abdülkadir, 50 000 soldats kurdes sur le front russe qui furent défaits303.

  • 304 Les şeyh de Şemdinân prétendent descendre du şeyh’Abdül Kader al Gailani (1078-1166), fondateur de (...)

34Après le Traité de Berlin, perçu comme favorable aux chrétiens, Şeyh Obeydullâh de Nehri, profondément nationaliste, dirigea deux révoltes : une dans le Badinan, en 1879, et une en Perse, en 1880, visant à créer un Kurdistan indépendant, unifiant les parties turque et persane où vivaient les Kurdes304.

La genèse du projet de cavalerie hamîdiye

  • 305 S.H.A.T., 7N1630, annexe n° 2 au rapport n° 89, Constantinople, le 27 avril 1889.

35Ce projet était à l’étude depuis la fin des années 1880, puisqu’une notice de l’attaché militaire français faisait état, dès 1889, d’une délégation de chefs de tribus de l’Anatolie orientale, venus à Istanbul, parmi lesquelles allaient être formés des « régiments de cavalerie à la cosaque »305. À ce moment-là, on prévoyait la création de 24 régiments. La plupart des tribus choisies habitaient la province d’Erzurum, hormis la tribu des Meydan résidant dans la province de Diyarbakır. Il semble clair que la création de ces régiments allait servir à protéger la frontière russe.

  • 306 S.H.A.T., 7N1630, Constantinople, rapport n° 75 du 6 juillet 1890.

36Au mois de juillet 1890, l’attaché militaire français, Léon Berger, fut convoqué par Veli Rıza Paşa, chef du cabinet militaire du sultan, pour recueillir son avis sur les moyens de recruter parmi les Bédouins de Mésopotamie une cavalerie susceptible de rendre les même services que les cosaques aux Russes ou les goums en Algérie, pour obvier aux inconvénients des irréguliers – les başıbozuk – et éviter les excès qui leur étaient reprochés306.

  • 307 Ahmed Şakir Paşa (1804-1895) était né dans une famille istanbouliote descendant de seigneurs féodau (...)
  • 308 Cf. O. Aytar, Hamidiye alaylarindan köy koruculuuna, op. cit., p. 53-54.

37Ahmed Şakir Paşa307, aide de camp général du sultan et qui joua un rôle important dans les réformes en Anatolie orientale, fut l’architecte du projet. Le maréchal [müşir] Zekî Paşa fut envoyé en inspection dans les régions de Van, Erzurum et Bitlis. À son retour, reçu en audience par le sultan, il signala que l’Anatolie était, à tous points de vue, négligée. En revanche, de l’autre côté de la frontière, les Russes étaient organisés de manière sérieuse. Par exemple, l’organisation des cosaques pouvait servir de modèle en la matière. Les Russes mettaient ainsi à profit les tribus. Elles n’étaient pas soumises au service militaire, mais les cadres des cosaques se réunissaient une fois par an, pendant une durée d’un mois et demi, pour être formés. Le reste de l’année, ils vaquaient à leurs occupations. Peu de temps après, Zekî Paşa, sur ordre du sultan commença à organiser la formation des régiments hamîdiye, avec le concours d’İbrâhîm et de Kerîm Paşa308.

  • 309 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 35, Erzerum, le 29 novembre 1890, adre (...)

38Les chefs kurdes furent invités à se rendre à Erzincan pour être reçus par Zekî Paşa, commandant en chef du 4e corps d’armée. Ils firent l’objet d’attentions toutes particulières et acceptèrent ses propositions. Ils allaient être appelés à former un corps de cavalerie, dont le total pourrait s’élever à 20 000 hommes. Ces divers corps seraient commandés par des Kurdes, y compris jusqu’au grade de chef d’escadron. Les colonels, deux généraux de brigade et un de division seraient issus de l’armée impériale. Le gouvernement fournirait aux cavaliers les armes et les munitions de guerre, tandis que ces derniers fourniraient leur cheval harnaché. Chaque année, ils feraient des exercices pendant deux mois et recevraient pendant cette période la solde et les rations réglementaires309.

  • 310 Cf. S. Lazarev, cité in : O. Aytar, Hamidiye alaylarindan köy koruculuğuna, op. cit. p. 54-55.
  • 311 O. Aytar, Hamidiye alaylarından köy koruculuğuna, op. cit. p. 59.
  • 312 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 38, Erzerum, le 27 décembre 1890, adre (...)

39Toutefois, parmi les 51 grandes tribus kurdes nomades, seulement 13 acceptèrent de participer aux hamîdiye. Selon Lazarev, certaines tribus ne tenaient pas à être intégrées aux hamîdiye. Depuis l’été 1891 jusqu’en 1893, des soulèvements importants se produisirent dans la région du Dersim310. Leur mise en place commença dans les deux régions jugées les plus propices, à savoir, la première, entre Erzurum et Van, à proximité de la frontière avec la Russie, et la seconde, entre Urfa et Mardin. Au printemps 1891, le maréchal [müşir] Zekî Paşa commença ses travaux à Erzincan, le centre du 4e corps d’armée [ordu]. Il envoya le général de brigade Mahmûd Paşa dans la région de Van, Malazgirt et Hinis, pour mettre l’organisation sur pied311. İbrâhîm Paşa, général de division de cavalerie, fut chargé de les former pour le printemps 1891. Les autorités espéraient atteindre une vingtaine de mille hommes. Toutefois, vu la difficulté à se procurer les chevaux nécessaires, il était plus raisonnable d’escompter la moitié de ce chiffre312.

  • 313 Les chefs kurdes partirent, au mois de février 1891 pour Istanbul. Cf. A.E.N., Consulat de France à (...)
  • 314 S. Deringil, The Well-Protected Domains, op. cit.
  • 315 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 10, Erzerum, le 2 mai 1891, adressé à (...)

40Dès le début de novembre 1890, une douzaine de chefs kurdes furent invités à se rendre d’abord à Erzurum, puis à Erzincan, siège du corps d’armée, avant d’aller dans la capitale deux mois plus tard. Effectivement, on invita au mois de février 1891 des chefs de 3 tribus kurdes à se rendre à Istanbul, pour des cérémonies officielles et une audience avec le sultan313. À la fin du mois de mars, ils arrivaient à destination et reçurent honneurs et décorations du sultan314. Après deux mois de résidence dans la capitale, ils retournèrent dans leurs provinces. Toutefois, lors de leur réception à Istanbul, ils firent plutôt mauvaise impression aux Turcs315. Puis ils furent relayés dans la capitale par un second groupe. Ce passage à Istanbul avait changé leur statut. Arborant désormais les décorations des officiers ottomans, ils étaient aussi vêtus de nouveaux uniformes et s’en revenaient pour lever les régiments promis.

  • 316 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 14, Erzerum, le 1° août 1891, adressé (...)
  • 317 Zekî Paşa était décrit de la manière suivante par l’agent consulaire : il est çerkes, circassien, e (...)

41Le projet eut du mal à démarrer. Les chefs kurdes s’étaient vraisemblablement engagés au-delà de leurs moyens et se trouvaient dans l’embarras pour fournir le quart des hommes promis316. Le maréchal Muhammad Zekî Paşa317fut envoyé à Erzurum, afin de faire une tournée d’inspection du vilâyet.

  • 318 Tiré de la biographie rédigée par l’attaché militaire anglais. FO 195/1794, rapport de Chermside, 1 (...)
  • 319 Les postes de fidèles sont plutôt rares. Le record de longévité en tant que chef de corps d’armée e (...)

42Né en 1846 à Istanbul, Zekî Paşa était d’origine circassienne. Il entra au service au Palais en 1859/60 [1256] et avait le rang de capitaine avant l’accession au trône d’Abdülhamîd II, en 1876. Il s’agissait donc d’un officier qui s’était formé sur le tas sans avoir fréquenté l’école militaire. Très rapidement promu, en l’espace de deux années, il atteignit le grade de général de division [ferîk] en 1878. La même année, il fut placé à la tête de la garde impériale du palais de Yıldız. Puis, il fut envoyé à Yanya (Janina) au commandement de la 1ère division de la 3e armée. En 1881, il commandait les troupes à la frontière grecque et l’année d’après était commandant en chef à Tripoli de Barbarie. En 1887, il gagnait « la frontière russe » avec un poste de maréchal-assistant [müşir muavinliği] spécialement créé pour lui318. L’année suivante, il accédait au poste de commandant en chef de la 4e armée. Il était ainsi l’officier le plus gradé de la région et devint aussi le plus influent. Personnage charismatique, ambitieux et capable, il allait occuper ce poste pendant pratiquement vingt ans, ce qui était une longévité tout à fait exceptionnelle à l’époque319.

  • 320 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 15, Erzerum, le 14 août 1891, adressé (...)
  • 321 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 16, Erzerum, le 12 septembre 1891, adr (...)
  • 322 FO 195/1718 Chermsi à White, draft confidentiel n° 34, 21 aout 1891, cité par Klein, op. cit., p. 8 (...)

43Mais, il semblait que le but réel de son voyage était de forcer les chefs kurdes à exécuter leurs engagements contractés envers le gouvernement320. Le résultat se faisait attendre. L’hiver 1891 commença et les contingents kurdes n’avaient toujours pas été enrôlés. La rumeur circulait que Zekî Paşa était confronté au manque d’enthousiasme des chefs de tribus321. Effectivement, le premier projet qu’il leur présenta leur était très impopulaire car les hommes des tribus, s’ils étaient exemptés de certains impôts, devaient quand même le service militaire. Zekî Paşa dut battre en brèche et réviser sa proposition. Il leur accorda notamment l’exemption totale de la taxe sur les moutons et du service militaire322.

  • 323 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 2, Erzerum, le 25 juin 1892, adressé à (...)

44On leur fit tout d’abord confectionner des uniformes et des drapeaux. Puis on organisa des cérémonies de remise des drapeaux dans la plupart des centres où se trouvaient les hamîdiye, à Diyarbakır, Van, Erzurum et des cérémonies plus modestes dans des petites bourgades. Entre les mois de mai et de juin 1892, on distribua officiellement les drapeaux aux députations de 24 régiments kurdes323.

  • 324 S. Deringil, The Well-Protected Domains, op. cit., p. 35.

45Lors de la parade, les troupes régulières marchaient en premier, puis les régiments hamîdiye qui comptaient de 40 à 120 hommes. Au fil des cérémonies, on inventait une « nouvelle tradition » dans laquelle les allégeances tribales étaient sublimées par la loyauté à l’État ottoman et particulièrement à la personne de son souverain324. Ces commandants de la périphérie étaient ainsi intégrés au cérémonial impérial, créant une nouvelle identité. On jouait sur les effets de mise en scène et ces aspects psychologiques étaient très importants.

  • 325 D. Mac Dowall, op. cit., p. 59.
  • 326 J. Klein, op. cit., p. 91-94.

46Essentiellement composés par des Kurdes de tribus sunnites, ils comprenaient aussi un ou deux régiments formés de Turcomans325. Toutefois, en 1898-1899, on projeta de recruter des Kurdes alévis du Dersim dans des régiments hamîdiye, mais d’infanterie. Quelques chefs signèrent, mais les régiments ne virent jamais le jour. Cette initiative était sans doute l’oeuvre de Zekî Paşa plus pragmatique qui cherchait aussi à enrôler des Yézidis, car le sultan privilégiait l’orthodoxie sunnite326.

47Poursuivant des buts multiples, ils furent un moyen de soumettre les tribus kurdes turbulentes à un certain contrôle et à « pacifier » la région, en luttant notamment contre les mouvements nationalistes arméniens. Lorsque ces régiments étaient composés de membres d’une seule tribu, ils étaient commandés par un officier, le chef tribal. Quand les tribus étaient trop peu nombreuses, chacune fournissait un escadron, pour former un régiment. On préservait ainsi la solidarité tribale, par le maintien d’un chef tribal dans chaque unité.

  • 327 Cf infra.
  • 328 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 59.

48Le chef du régiment ainsi que ses recrues bénéficiaient d’avantages substantiels. Les chefs et les officiers étaient envoyés dans une école militaire spéciale à Istanbul pour se former et apprendre de nouvelles techniques d’attaque. Quant aux tribus, elles étaient exemptées de l’une des mesures les plus impopulaires du Tanzîmât, la conscription, qui avait été introduite récemment dans la région. Les chefs hamîdiye étaient invités à envoyer leurs fils dans l’école des tribus d’Istanbul pour les intégrer dans l’« establishment ottoman »327. Les autorités proposèrent aussi d’ouvrir des écoles pour les populations locales dans les principaux villages où se trouvaient les hamîdiye328.

  • 329 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 59.

49Le but ostensible de la cavalerie hamîdiye était d’ériger un rempart contre une attaque russe et d’institutionnaliser les Kurdes dans l’Empire ottoman, puisque certaines tribus avaient auparavant fait acte d’allégeance avec le tsar contre le sultan. Le déploiement formel des régiments hamîdiye se fit, au départ, le long d’un axe Erzurum-Van. En fait, les tribus hamîdiye étaient une force irrégulière marchant en unités, plus que des régiments sous les ordres étroits du maréchal [müşîr], le commandant militaire. En pratique, les régiments étaient dispersés dans leur habitat naturel, appelés seulement pour le service. Toutefois, on craignait que la plupart d’entre eux ne déserte plutôt que de se déplacer loin de leurs campements329.

  • 330 S. Deringil, « The Ottoman Twilight Zone of the Middle East », dans H. J. Barkey éd., Reluctant Nei (...)

50Les hamîdiye avaient été constitués en unités de combat sur le modèle cosaque. Pour mettre à profit ce modèle, le sultan envoya un groupe d’officiers ottomans à Saint Pétersbourg afin d’étudier leur mode de combat. Ils retournèrent dans l’Empire à la fin de leur formation en 1896330.

Officiers des régiments hamîdiye

Collection de l’IRCICA

L’organisation des troupes de la cavalerie hamîdiye331

  • 331 La loi en question [Tensikât askeriyye cümlesinden olarak Hamîdiye Süvari Alayları’na dair kanunnâm (...)
  • 332 Cf. ibid.

51Selon le principe du devoir militaire, on ordonna par irade impérial la création de ces régiments de cavalerie à recruter parmi les « tribus nomades ». Bien qu’excellant dans l’art de l’équitation, ces tribus n’avaient pas été, à ce jour, astreintes au service militaire (art. 1)332. Les hommes qui n’étaient pas inscrits dans les régiments de la cavalerie hamîdiye, devaient se conformer à la loi sur le service militaire (art. final).

52Les tribus fournissaient, suivant leur importance, un ou plusieurs régiments, nommés hamîdiye, portant des numéros d’ordre (art. 3). Si le nombre d’une tribu ne suffisait pas à la création d’un ou de plusieurs régiments, elle se bornerait à former deux ou trois escadrons (art. 4). Il était prescrit d’éviter tout mélange de tribus dans les fractions inférieures (art. 5).

  • 333 Il serait fait trois copies de ces registres, pour être remises, l’une au commandant du dépôt de re (...)
  • 334 Celle des recrues, comprenant les hommes âgés de 17 à 20 ans ; celle des réguliers [nîzâm], âgés de (...)

53Tous les hommes des tribus âgés de 17 à 40 ans étaient inscrits sur des registres confiés à la garde des commandants de régiment ou d’escadron (art. 6)333. Les soldats de la troupe hamîdiye étaient, d’après leur âge, divisés en trois classes334. Les soldats prêtaient serment de fidélité au sultan lors de leur enrôlement et du passage d’une classe à l’autre (art. 7).

  • 335 Ils étaient alors initiés aux exercices d’escadrons, de brigades et de divisions, puis aux différen (...)

54Pour habituer les recrues à la vie et à la discipline militaire, les escadrons s’exerçaient dans leurs campements, au moins pendant trois mois de l’année (art. 8), à l’écart des tribus n’y soient mêlées (art. 4). En dehors de ces manœuvres annuelles, les soldats participaient deux mois par an, à la concentration du régiment, pendant trois ans (art. 9)335.

  • 336 Il était en outre spécifié que, sans un pareil arrêté, les armes et les munitions ne pourraient pas (...)

55L’ordre de concentration de régiments en dehors des campements était donné par irade impérial (art. 13). Le commandant en chef du régiment faisait alors chercher le drapeau du régiment avec les honneurs d’usage dans les dépôts des réservistes [redîf] où il était gardé. Il le faisait ensuite apporter escorté d’un escadron sur le théâtre de la concentration et l’y déployait. À partir de ce moment-là, le régiment se trouvait en état d’activité et prêt à marcher (art. 15). La livraison et la remise des armes et des munitions se faisait en conformité des prescriptions appliquées aux dépôts336. Lorsque leur mission était accomplie, le régiment retournait remettre le drapeau les armes et les munitions au dépôt avec les honneurs prescrits. À partir de ce moment-là, le régiment n’était plus en état d’activité (art. 17).

  • 337 La bride complète devant avoir des formes déterminées, elle serait confectionnée d’après les trois (...)
  • 338 Des étalons de bonne race seraient distribués par l’État et gratuitement, aux tribus qui possédaien (...)

56Les soldats étaient tenus de s’équiper et de se pourvoir d’un cheval harnaché d’une bride337 et d’une selle. Chaque soldat de la première et de la deuxième classe devait posséder et entretenir un cheval suffisamment fort, afin d’être prêt au premier appel. Les réservistes étaient, en général, affranchis de cette obligation. Toutefois, ils devaient en être pourvus, en cas de guerre, dès que la première et la deuxième classe étaient convoquées (art. 21)338. Lors des convocations, l’État fournissait les armes, les munitions et le drapeau (art. 18). Pendant la durée de la guerre, l’État remplaçait les chevaux tués ou indemnisait leur propriétaire (art. 49).

57Les régiments étaient théoriquement composés de tribus arabes, kurdes, karakalpaks et turcomanes et on leur laissait porter leurs costumes traditionnels. Toutefois, par soucis d’unification, on choisit trois modèles pour servir de patrons aux nouveaux uniformes. Les soldats portaient sur leur uniforme une marque avec le nom et le numéro du régiment pour se distinguer du reste de la population (art. 19).

58Les frais d’habillement et d’équipement incombaient aux officiers et aux chefs de tribu. Mais elle était à la charge des soldats pendant les exercices et les concentrations. Toutefois, lorsque la troupe s’éloignait de son campement, l’État pourvoyait à l’entretien des chevaux et donnait aux soldats une ration, à partir du début de la concentration (art. 45).

  • 339 Il s’agissait des régiments modèles.

59On choisissait deux soldats de « bonne conduite » dans chaque régiment au grade d’officier subalterne. Après six mois d’exercice à l’école du régiment339 de l’armée impériale ottomane, ils étaient dirigés vers la capitale. Après y avoir étudié et enseigné pendant deux ans, ils étaient promus lieutenants et envoyés dans les régiments désignés par le sultan. En outre, un certain nombre de jeunes gens, à raison d’un élève par régiment, étaient choisis et envoyés à Istanbul pour y recevoir leur éducation à l’école de cavalerie militaire. À la fin de ce cursus, ils réintégraient leur régiment en qualité de lieutenants (art. 10).

60Les officiers nommés dès la formation des régiments étaient inamovibles, sauf insubordination ou délit. Comme dans l’armée régulière, ils pouvaient donner leur démission après quatorze ans de service. (art. 32). L’attribution du grade d’officier dans les régiments se faisait ultérieurement et de préférence aux sous-officiers appelés dans la capitale, puis aux jeunes gens instruits à l’École militaire et éventuellement, aux sous-officiers du régiment qui avaient fait leurs preuves.

  • 340 Ces certificats seraient transmis à l’autorité centrale de corps d’armée, et de là, au ministère de (...)
  • 341 Les chefs de tribu, les officiers et les soldats avaient droit à la solde entière et à une ration c (...)

61L’encadrement des hamîdiye était pris dans l’armée régulière. Le général de division [ferîk] nommé commandant en chef de la troupe hamîdiye et ses généraux de brigade étaient pris parmi les officiers de l’armée (art. 23). Un certain nombre d’officiers de cavalerie de l’armée régulière étaient adjoints aux régiments pour servir de modèle aux commandants des tribus et les initier à la discipline militaire. Lors de la formation des régiments, les commandants de régiment et les commandants d’escadron étaient pris dans l’armée régulière, tandis que les lieutenants-colonels, les majors, les vice-majors [kolağası] et les officiers de grade inférieur étaient choisis parmi les notables des tribus (art. 22). Pour avoir le titre définitif d’officier, il fallait avoir pris part à toutes les périodes d’instruction et servi activement pendant trois ans dans les régiments réguliers.340. Ces officiers restaient au régiment de la tribu et touchaient leur plein traitement toute l’année (art. 26)341.

62Les familles des officiers diplômés jouissaient des mêmes droits que celles des officiers de l’armée régulière. Les familles des officiers non diplômés, ainsi que celles des soldats tués ou blessés sur le champ de bataille, recevaient une pension (art. 50). Les régiments de cavalerie hamîdiye qui étaient envoyés par irade à la poursuite des brigands, jouissaient des mêmes avantages que pour une mobilisation (art. 51). Ainsi, les troubles intérieurs étaient assimilés aux troubles extérieurs.

63Les officiers, le chef de tribu, et les soldats attachés aux régiments de la cavalerie hamîdiye, étaient affranchis de tout impôt, excepté de celui des moutons et de celui de la dîme, qui revenait au Trésor (art. 46). Chaque tribu était tenue de fournir les moyens de transport à son propre régiment (art. 47).

64Les réservistes, c’est à dire les soldats appartenant à la troisième classe, pouvaient vaquer à leurs occupations, excepté en temps de guerre, ou lors des convocations de l’État (art. 11). Par contre, les soldats de la première et de la deuxième classe ne pouvaient, même en dehors de l’époque des exercices, s’absenter de la région sans une autorisation spéciale du commandant du régiment qui était toujours un des chefs de la tribu. Après avoir obtenu cette autorisation, ils devaient signaler le lieu de leur séjour (art. 12).

65La base de la discipline militaire était l’obéissance et la soumission. Les officiers et les soldats devaient suivre les conventions, sinon ils étaient punis selon le code pénal militaire, sans égards aux moeurs et coutumes des tribus (art. 38 et 39). Pour les délits et crimes ordinaires, ils étaient punis selon les dispositions s’appliquant aux réservistes (art. 40).

66Dès l’ordre de concentrations, officiers et soldats devaient se présenter en tenue militaire et à cheval au quartier général du régiment. Les contrevenants étaient punis (art. 41). Ceux qui s’absentaient après la convocation, sans permission, seraient traités comme des déserteurs (art. 42). Quant à ceux qui quittaient leur régiment, en temps de guerre, pour piller, ils se voyaient appliquer les lois militaires (art. 43). On cherchait à mettre fin à l’indiscipline, le point faible des forces irrégulières.

  • 342 Ce deuxième règlement fut promulgué le 13 mai 1896 (30 zilkâde 1313 H.). Il est composé de 12 parti (...)
  • 343 Cf. ibid.

67La première modification législative eut lieu en 1896342, sans apporter de grand changement aux dispositions réglementaires. Tirant profit de l’expérience, l’accent fut mis sur la discipline, détaillant les peines encourues. La punition des comportements violant la loi et les dispositions militaires y figuraient de manière explicite comme la punition des combats inter-tribaux en temps de paix (art. 54)343. La formation des cadres des compagnies [bölük] était détaillée des articles 115 à 121. On précisait l’éducation des fils des chefs tribaux dans les écoles militaires tribales [aşîret mektebî] et à l’École de guerre [mekteb-i harbiye].

  • 344 En ce qui concerne l’éducation des fils des commandants, il était précisé que ceux qui seraient âgé (...)

68Quant à la terminologie, les régiments hamîdiye étaient désormais désignés par l’expression de régiments de cavalerie légère hamîdiye [hamîdiye hafıf süvari alayları ou hafıf süvari alayları]. Prévus initialement pour l’Anatolie orientale, on projetait de créer des régiments similaires sur d’autres marches de l’Empire, telle celle de Tripoli de Barbarie344.

  • 345 Cf. B.O.A., Y.E.E., K. 37, E. n° 47/27, Z. 47, K. 113.
  • 346 S.H.A.T, 7N1631, Constantinople, rapport n°56, du, 28 mai 1893.

69En 1893, presque deux ans après la promulgation de la loi concernant les troupes de cavalerie hamîdiye345, on prévoyait la création d’une centaine de régiments d’une cavalerie irrégulière comparable aux régiments cosaques de l’armée russe. Recrutée dans des tribus où l’équitation était en grand honneur et où les hommes montaient à cheval dès leur enfance, elle concurrencerait la cavalerie régulière346.

  • 347 Ibid.

70Le sultan, mécontent de la lenteur des débuts, jugea utile de donner une impulsion personnelle à cette organisation et, par rescrit impérial du mois de mai 1893, ordonna la mise en place, sous la présidence de Şâkir Paşa, son aide de camp général, d’une commission chargée d’activer la formation des régiments de cavalerie hamîdiye.347

  • 348 Ibid.

71Pour faire un exemple, le gouverneur général d’Erzurum, Hasan Hayrî Paşa – par manque de zèle – fut remplacé par Haydar Paşa, un homme plus actif. Le sultan fit confectionner cinquante-cinq étendards en soie brodée d’or aux frais de sa liste civile. Ils furent portés par le colonel Vehbî Bey, son aide de camp, et par le lieutenant Naïm Bey fils du maréchal Şâkir Paşa, au commandant du quatrième corps d’armée et distribués ensuite en grande pompe aux chefs de tribus348.

  • 349 Ibid.

72Sur le papier, trente-cinq régiments d’abord, puis treize supplémentaires, soit au total quarante-huit furent formés. On leur désigna comme chef İbrâhîm Paşa, commandant de la division de cavalerie du quatrième corps d’armée secondé par İsmâïl Hakkı, général de brigade. Un peu plus tard, 865 officiers furent nommés et des officiers supérieurs turcs étaient désignés pour les trente-cinq premiers régiments, les autres devant l’être à l’occasion du bayram suivant. Trois écoles, à Erzurum, à Erzincan et à Muş allaient ouvrir leurs portes pour instruire un certain nombre d’officiers et de sous-officiers. Le quartier général des hamîdiye était transporté de Muş – où il avait d’abord été établi – à Alaşkert. Enfin, des pourparlers étaient engagés avec les chefs des grandes tribus de Mésopotamie –Amazî, Şammar, Mutefîk et Kurdes–, ainsi qu’avec ceux des Druzes de Syrie, pour y former des régiments. On pensa aussi former une milice du même ordre en Tripolitaine349.

Caserne d’Erzincan

Caserne d’Erzincan

Collection de l’IRCICA

  • 350 Sâlnâme-i’askerî, Istanbul, 1311 H., p. 514-578.
  • 351 B. Kodaman, op. cit., p.39-40.

73Le nombre des régiments hamîdiye évolua. Selon l’annuaire militaire [sâlname-i’askeri] du début de l’année 1895 (1311)350, 56 régiments hamîdiye étaient sur pied. Ils étaient numérotés de 1 à 56. Les régiments n° 51, 52, 53, 54 et 55, en raison de leur proximité avec la Syrie, étaient rattachés au 5e corps d’armée, tandis que les 51 premiers régiments dépendaient du 4e corps d’armée [ordu], basé à Erzincan. 20 d’entre eux étaient commandés par un colonel [mîralay] et les autres par un lieutenant-colonel [kaymakam]351.

  • 352 S.H.A.T, 7N1631, Constantinople, rapport n° 60 du 2 mai 1893.
  • 353 S.H.A.T, 7N1637, Constantinople, rapport n° 696 du 19 juillet 1904, en annexe.
  • 354 Ergül, p. 77.

74L’attaché militaire français signalait au 1er janvier 1893, l’existence de 33 régiments avec 136 escadrons, soit 20 400 chevaux352. Les mêmes sources faisaient état de 63 régiments hamîdiye en 1904353. Puis, de 65 dans l’annuaire militaire de 1908354, le nombre des régiments hamîdiye atteignit son maximum en 1910 avec 64 ou 65 régiments.

  • 355 S.H.A.T, 7N1633, Constantinople, rapport n° 263 du 20 janvier 1900.

75À la fin de l’année 1898, 63 régiments de cavalerie hamîdiye étaient sur pied. Peu disciplinés, insuffisamment exercés pour être utilisés sur le champ de bataille, ils pouvaient accomplir des missions de renseignements, mais terrorisaient les populations sur les territoires desquelles ils opéraient355. Les commandants ne faisaient pas de distinction entre les tribus ennemies de leur tribu et les ennemis de la cavalerie hamîdiye. Armés par l’État, ils utilisaient leur position institutionnelle pour régler leurs comptes avec des adversaires locaux.

  • 356 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 60.
  • 357 A. P. Cholet (comte de), Arménie, Kurdistan et Mésopotamie, Paris, Plon, 1892, p. 172-173.
  • 358 E. J. v. Westarp, Unter Halbmond und Sonne, Berlin, Veröffentl. d. Allgemeinen Vereins für deutsche (...)
  • 359 A.E.N. Erzerum (1898-1914), consulat de France à Erzerum, rapport n° 41 du 7 novembre 1900, adressé (...)
  • 360 S.H.A.T, 7N1634, Constantinople, rapport n° 731 du 30 mars 1905.

76On peut donner de nombreux exemples. La puissante tribu sunnite des Cibrân qui fournissait quatre régiments hamîdiye attaqua rapidement la tribu alévie des Khurmak et leur confisqua leurs propriétés356. Le comte de Cholet, qui voyagea en Anatolie orientale à la fin du 19e siècle rencontra Zekî Paşa. Militaire lui-même, il considérait ce projet avec un certain scepticisme. Il rapportait que de nombreuses personnes compétentes craignaient que cette formation militaire ne leur donne, s’ils se révoltaient, une qualité technique et un armement qui leur manquaient357. Un observateur allemand, le comte de Westarp, une vingtaine d’années plus tard, doutait aussi que les hamîdiye puissent devenir efficaces, car ils avaient besoin d’une préparation adéquate. Or, les hamîdiye n’étaient tenus qu’à des périodes d’entraînement de deux à six mois par année, pendant les trois premières années, puis de deux mois, les neuf années suivantes358. Les manœuvres des régiments de cavalerie hamîdiye s’effectuaient de manière assez irrégulière. Par exemple, en 1900, elles furent ajournées à cause de la pénurie d’argent dans les caisses du vilâyet et eurent lieu avec des effectifs réduits. Autre exemple, le 34e régiment de Madrak ne put envoyer que 200 cavaliers au lieu des 500 inscrits sur les tableaux359. Les exercices de mobilisation se faisaient rares. En 1902, l’autorité militaire procéda, en secret, à un essai de mobilisation de quelques escadrons de cavalerie à Alaşkert, dans le vilâyet d’Erzurum360.

  • 361 FO 195/1985, Graves à Currie, n° 5, Erzurum, 12 février 1897, cité par J. Klein, op. cit., p. 185.
  • 362 FO 195/1985, Elliot à Currie, n° 42, confidentiel, Van, 18 août 1897, cité par J. Klein, op. cit., (...)

77Certains des officiers de l’armée régulière servant en Anatolie orientale étaient en fait impliqués dans les activités du Comité Union et Progrès (CUP) et se trouvaient en exil intérieur. Placés sous étroite surveillance, ils constataient les excès des chefs kurdes. Par exemple, en 1897, vingt officiers en garnison à Erzurum furent arrêtés car ils avaient été trouvés en possession de publications et de correspondances avec le CUP. Peu auparavant, un détachement de la cavalerie hamîdiye revenait d’Istanbul comblé de décorations, de cadeaux et d’argent par la bonté impériale361. Alors que le nombre des officiers impliqués dans le CUP augmentait, leurs critiques à l’égard des hamîdiye et de leur chef – qui symbolisaient les travers du régime hamidien– furent de plus en plus partagées au sein du Comité. À tel point qu’ils projetèrent d’assassiner Zekî Paşa. Mais Mizancı Murad, le leader du CUP, les en aurait dissuadés362.

78Impopulaires, les hamîdiye faisaient l’objet de nombreuses plaintes émanant de divers segments de la société ottomane – agriculteurs, officiers de l’armée régulière et intellectuels, y compris des consuls européens, qui avaient chacun leurs propres motifs.

  • 363 Lütfî Bey jouissait de la réputation d’un fonctionnaire intègre et juste et avait l’estime de la po (...)

79Les méfaits des hamîdiye étaient, le plus souvent couverts par les autorités supérieures. Un kaymakam de Tortum, Lütfî Bey, auquel le maréchal d’Erzincan reprochait de n’avoir pas couvert de son autorité les meurtres et les pillages des Kurdes hamîdiye dans le kazâ de Tortum, s’enfuit en Russie363. Ata bey, l’ex-vâlî d’Erzurum s’exprimait en ces termes :

  • 364 A.E.N. Erzerum (1898-1914), vice-consulat de France à Erzerum, rapport n° 139 du 2 novembre 1906, M (...)

« Croyez-vous que nous sommes les valis (sic) de ces provinces ? Nous ne sommes en réalité que les instruments du maréchal qui, avec raison, croit être le véritable maître de ces vilayets (sic). Malheur à celui d’entre nous qui cesse de lui plaire... Qui a d’ailleurs causé la décadence de ces régions et amené leur ruine complète si ce n’est Zekî Paşa ? »364

80Faisant allusion à la fortune colossale que le maréchal avait amassée, Ata Bey disait :

  • 365 Ibid.

« Ibrahim Paşa, Hussein Paşa Hayderanli et tous les autres ne sont que les associés et les instruments du muchir (sic). C’est un groupement de brigands et de malfaiteurs dont le principal intéressé n’est pas le moins coupable... »365

  • 366 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 497 du 11 juin 1902.

81L’incident suivant donnera une idée de ce que pouvait aussi être la cavalerie hamîdiye. Un officier et deux soldats de l’armée active se rendaient de Harput à Erzurum avec quatre voyageurs et six muletiers conduisant des marchandises. À la hauteur de Hinis, à quatre-vingt kilomètres au sud-est d’Erzurum, leur convoi fut attaqué par vingt-cinq cavaliers kurdes hamîdiye. L’officier et les deux soldats se défendirent mais furent rapidement mis hors de combat. Pour punir l’officier de sa résistance, les Kurdes lui coupèrent le nez avant de le renvoyer. Le gouverneur général [vâli] d’Erzurum ne donna aucune suite aux plaintes des voyageurs et des muletiers, dont les marchandises avaient été pillées et la mutilation infligée à l’officier resta elle aussi impunie. Un tel exemple met en exergue les problèmes flagrants d’obéissance et de discipline de la cavalerie hamîdiye366.

  • 367 A.E.N. Erzerum (1898-1914), vice-consulat de France à Erzerum, rapport n° 45 du 13 juillet 1907, ad (...)

82Des conflits éclataient également entre chefs kurdes. Par exemple, cet affrontement entre deux des plus influents chefs kurdes de la tribu des Hayderan, Emîn Paşa et Hüseyîn Paşa. Emîn Paşa attaqua Patnos avec ses trois régiments et fit subir des pertes conséquentes à Hüseyîn Paşa. Plus de 100 hommes furent tués lors de l’altercation, ce qui provoqua un trouble assez sérieux dans la région, puisque Zekî Paşa appela une partie de la réserve de la 7e division sous les drapeaux pour y parer367.

  • 368 Cette commission était composée de deux aides-de-camp de Sa Majesté impériale, le général de brigad (...)
  • 369 Ibid.

83Les plaintes envers les hamîdiye étaient telles qu’une commission d’enquête fut mandatée en 1899368. Elle passa plus d’un mois à Urfa, pour enquêter sur les faits reprochés par les autorités du département [sancâk] au chef kurde İbrâhîm Paşa et à ses hamîdiye. Elle eut pour étrange résultat d’amener la destitution du gouverneur [mutesarrıf]. Par ailleurs, le gouverneur [mutesarrif] de Zor avait formulé des plaintes similaires subit le même sort. Comme il s’agissait d’un « fonctionnaire suspect aux yeux du gouvernement » et qu’on ne se souciait point de le voir rentrer à Istanbul, il fut assigné à résidence à Alep369.

  • 370 Trois devaient être envoyés par le vilâyet d’Alep et trois autres par celui de Diyarbakır. Cf. A.E. (...)

84Pillages, assassinats, vols, incendies se produisaient de manière récurrente. En 1904, Halîl Aga, le chef des hamîdiye Karakeçi, à force de nombreux télégrammes envoyés à Istanbul, parvint de nouveau à intéresser la Porte en faveur de sa tribu. Une commission composée de six fonctionnaires370 fut instituée par rescrit [irade] impérial. Elle devait se réunir à Siverek pour examiner les revendications des Millî et des Karakeçi afin de tâcher de réconcilier les deux tribus.

  • 371 Par exemple, deux gros villages dépendant de la direction [müdürlük] d’Argana et situés à huit heur (...)
  • 372 Cf. ibid.
  • 373 A.E.N. Erzerum (1898-1914), consulat de France à Erzerum, rapport n° 14 du 7 août 1901, adressé à M (...)

85La situation était particulièrement troublée dans la région comprise entre Urfa et Siverek. De nombreuses bandes de cavaliers Millî et Karakeçi répandaient la terreur dans les villages. İbrâhîm Paşa était alors le plus puissant chef kurde de cette province. Très riche, intelligent, rusé, mais surtout protégé par le Palais, il étendait chaque jour son autorité sur ses voisins pour les forcer à lui payer tribut. Ceux qui ne lui obéissaient pas encouraient son courroux. Leurs villages étaient razziés371. İbrâhîm Paşa n’hésitait pas à faire attaquer, en ville, les quartiers habités par ses adversaires, les Karakeçi. En plein jour, 400 de ses cavaliers donnèrent l’assaut au quartier de Siverek habité par les Karakeçi et leurs partisans. Les quelques soldats et policiers [zaptiye] qui se trouvaient dans cette ville durent intervenir pendant le combat livré dans les rues372. Par ailleurs, au Nord, les Kurdes hamîdiye effectuaient des razzias jusqu’aux portes des grandes villes, telles Erzurum373.

  • 374 A.E.N., Constantinople, carton n° E 436, vice-consulat de France à Andrinople, rapport n° 10, Andri (...)
  • 375 A.E.N., Constantinople, carton n° E 436, vice-consulat de France à Andrinople, rapport n° 11, Andri (...)

86L’indiscipline régnant dans l’armée n’épargnait pas les régiments de cavalerie hamîdiye. Mobilisés pour servir dans les contrées européennes, deux régiments hamîdiye se mutinèrent à Edirne, en 1908. Alors que le sultan avait donné l’ordre de payer la troupe et de licencier les soldats qui avaient accompli leur service, cet ordre ne put être exécuté, faute d’argent. Une somme de 37 000 livres était nécessaire pour parfaire l’arriéré de la solde et assurer le rapatriement des hommes. Or, le gouverneur général [vâlî] ne put faire verser à l’administration militaire que 9000 livres, reliquat des disponibilités de la Banque agricole. Toutefois, le gros des mutins refusa de quitter la caserne et la mosquée de Bayazıd, avant d’avoir obtenu l’assurance formelle qu’une amnistie générale serait octroyée à tous. Le nombre des rebelles s’élevait à 1300, dont 700 cavaliers374. Dès le début de l’affaire, le général Nasîr Paşa avait donné l’ordre à un détachement d’une centaine de fantassins de cerner le quartier de la cavalerie. Or, ces hommes, au lieu d’obéir, se joignirent aux mutins. Les cavaliers des deux régiments hamîdiye reçurent chacun 26 mecîdiye, tandis que les hommes appartenant aux autres armes n’en reçurent que dix375.

  • 376 B.O.A., Y.E.E., K. 31, E. 21/IV, Z. 21, K. 131.

87L’institutionnalisation des hamîdiye créa une nouvelle dynamique intertribale. En effet, cette institution fut grosse de conséquences dans l’organisation sociale locale. Les tribus affiliées aux hamîdiye se trouvaient armées par le pouvoir central de la Porte, dépositaires d’une aura et d’un pouvoir coercitif vis-à-vis des autres tribus. Cette situation était certes génératrice de déséquilibres internes, d’une hiérarchisation entre les tribus elles-mêmes. Les tribus non-hamîdiye se trouvaient de facto en position de faiblesse et de vulnérabilité. C’est pourquoi certaines tribus se portaient volontaires pour être autorisées à constituer des régiments hamîdiye376.

  • 377 Ibid.

88En outre, les usages de la Porte en matière de paiement ne dérogeaient pas à l’endroit des hamîdiye, avec peut-être un peu plus de lenteur vu leur situation sur les marges de l’Empire. La situation financière difficile des hamîdiye pouvait aussi expliquer leur comportement prompt à pourvoir à leurs besoins et à se faire justice eux-mêmes377.

  • 378 Ce régiment était formé par la tribu des Taïs et avait pour centre de circonscription Mardin. Cf. S (...)
  • 379 Ibid.
  • 380 Similitude avec la cavalerie de réserve timariote, Cf. infra.
  • 381 L’attaché militaire français fait la remarque suivante à leur endroit :... « En définitive, cette t (...)

89Le but des régiments hamîdiye était non seulement de protéger la frontière orientale de l’Empire, mais également d’être mobilisables dans d’autres contrées, c’est à dire d’agir sur un autre terrain d’opérations que celui pour lequel ils avaient été créés. Ce fut le cas pour le Yémen. Au mois de juin 1905, l’ordre de mobilisation du régiment de cavalerie hamîdiye n° 40 avec ses 6 escadrons378 arriva aux autorités militaires de Sıvas379. Selon les ordres reçus, la mobilisation devait être vingt-cinq jours après. Aucun détail n’étant prévu à l’avance, le commandant, le colonel Alî Bey, demanda à Istanbul des instructions de détail pour cette mobilisation. En théorie, cette mobilisation était relativement simple. Les cavaliers hamîdiye ne recevaient de l’État que leur fusil. Les autres armes, tels la lance, le sabre ou le revolver, étaient à leur charge. En temps de paix, il leur incombait d’entretenir leur cheval tout harnaché. Dès la mobilisation, l’autorité militaire pourvoyait à la nourriture des cavaliers et de leurs montures. Le régiment fut à peu près complètement mobilisé au bout de 30 jours. Puis, il fut passé en revue avec une grande solennité par le gouverneur général [vâlî] de Sivas qui lui remit un étendard au nom du sultan. Lors de cette revue, on constata l’âge disparate des hommes, des adolescents jusqu’aux vieillards380. Si les chevaux étaient généralement bons, l’habillement des cavaliers laissait à désirer. Leurs vêtements étaient de trois modèles correspondant aux trois types de costumes traditionnels des principales tribus recrutées. Mais ils se produisirent sans arme à la revue, car l’autorité militaire ne leur remettrait les fusils qu’à İskenderun381.

  • 382 Le général Hüseyîn Paşa, de la tribu des Hayderan, commandant les 22°, 23°, 24° et 25° régiments do (...)
  • 383 Qualificatif utilisé par l’attaché militaire français. On ne sait exactement ce qu’il visait. Cf. i (...)
  • 384 Ibid.

90Le 3 juin, on donna l’ordre de mobiliser trois régiments de la tribu des Hayderan (n° 23, 24 et 25)382. Quelques-uns des officiers ayant manifesté des velléités de résistance, Hüseyîn Paşa fit fusiller un capitaine qui déclarait ne pouvoir faire hâter la mobilisation de son escadron et fit subir des traitements « barbares »383 à un officier supérieur qui faisait preuve de mauvaise volonté. Ces deux exemples suffirent à ramener la discipline et l’obéissance384.

91Leur trajet jusqu’à İskenderun dura deux mois et cinq jours. Cette lenteur était occasionnée par le manque de préparation de la mobilisation, sans compter les espaces immenses à parcourir pour atteindre les voies ferrées ou les ports d’embarquement. On peut en déduire que la mobilisation de l’ensemble de la cavalerie hamîdiye serait encore plus longue que celle d’un régiment.

  • 385 A.E.N., fonds Constantinople, échelles, Diarbékir (1900-1914), Vice consulat de France à Diarbékir, (...)

92Les commandants hamîdiye n’exécutaient pas rapidement les ordres de mobilisation de la Porte ou réclamant des animaux ou une contribution financière. Par exemple, en 1904, les autorités s’activèrent pour réquisitionner des chameaux parmi les tribus hamîdiye afin de préparer une expédition contre des tribus arabes hostiles. Pour ce faire, elles dépêchèrent plusieurs notables musulmans de Diyarbakır auprès des chefs de ces tribus. La caisse de la province [vilâyet] qui, d’ordinaire, n’était pas très garnie, dut envoyer à Baghdad 2500 livres turques et des souscriptions étaient ouvertes dans tous les districts de cette province pour recueillir de l’argent destiné à cet effet385.

  • 386 Ibid.

93À trois reprises différentes, le chef des hamîdiye Millî fut invité à correspondre avec le Palais par le télégraphe, au moyen de la table chiffrée en sa possession. Malgré le secret gardé autour de cette correspondance, İbrâhîm Paşa fit savoir qu’il lui était impossible de fournir les 5000 chameaux demandés de la station télégraphique de Mardin. Il argumenta que sa tribu possédait des femelles qui ne pouvaient transporter d’aussi lourdes charges d’Ankara à Baghdad386.

  • 387 Ibid.

94On lui demanda de se rendre à Baghdad avec ses 13 régiments de cavaliers hamîdiye pour et de se mettre à la disposition du commandant du 6e corps d’armée [ordu]. Quinze jours après, il répondait d’Urfa que son départ et celui de ses cavaliers fournirait aux tribus arabes des Şammar, des Aneze et des Taïs, avec lesquelles il était en guerre, une très bonne occasion pour attaquer sa tribu. Finalement, devant l’extrême urgence qui lui avait été signalée, il s’engageait de Siverek, à fournir une certaine quantité de chameaux accompagné de cavaliers387.

Unionistes et chefs tribaux hamîdiye : vers la fin des pouvoirs locaux (1908-1914)

  • 388 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 95.

95La proclamation de la constitution répandait aussi la liesse en Anatolie orientale. Cet appel à la liberté et à l’égalité laissait espérer la fin des pouvoirs quasi-féodaux des ağa et la fin des exactions des hamîdiye. La seconde monarchie constitutionnelle sonnait le glas de l’institution militaire créée par Abdülhamîd, les hamîdiye, qui étaient débandés388. En fait, ils ne furent pas abolis, mais repris en main. En novembre 1908, le gouvernement annonçait qu’ils seraient désormais considérés comme une milice de réserve responsable de ses actes devant les juridictions civiles et militaires.

  • 389 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 96.

96La constitution était perçue comme une menace pour tous les soutiens de l’ancien régime. Le premier à partir, dès le mois d’août, fut Zekî Paşa. Il fut remplacé par Ahmed Paşa, qui avait commandé des régiments de hamîdiye dans la région de Malazgirt. Ensuite à la fin du mois d’août, le nouveau gouvernement donna l’ordre d’arrêter İbrâhîm Paşa (Millî). Ce dernier réussit à lever une force de 4000 à 5000 hommes, mais fut mis en difficulté par une importante force militaire ottomane qui l’encercla à Viranşehir. Il décéda lors de ces événements. La tribu des Millî, défaite par les autorités centrales, disparut comme unité de combat. Si la rapide défaite d’İbrâhîm Paşa soulageait les populations de Diyarbakır, elle inquiétait l’ancienne classe des chefs de tribus, notabilités et şeyh, qui étaient les rouages du système hamidien389.

97À l’automne 1909, un groupe de ces chefs, essentiellement d’anciens officiers hamîdiye, conduits par Hüseyîn Paşa (Hayderan) passa de l’autre côté de la frontière persane et fut accueilli par le Khân de Maku. Ils fuyaient non seulement la constitution, mais aussi des poursuites judiciaires et notamment des arriérés d’impôts non acquittés, antérieurs à l’année 1908. Certains, tel le müftî de Harput, ne prédisaient rien de moins que la fin de l’islam à l’annonce de la « révolution ».

98Des şeyh commencèrent à fomenter une agitation locale, hostile au nouveau régime, fustigeant les réformistes unionistes et leur irréligion. Lors de la « contre-révolution de 1909 », des conspirations étaient ourdies à Istanbul, ainsi que dans le nord de la Syrie. Des conspirateurs se réunissaient dans le sud-est anatolien, sous l’égide d’anciens commandants hamîdiye et de şeyh.

  • 390 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 99.

99Au mois de juillet 1910, le gouverneur de Van envoya şeyh Muhammad Sadık en Perse, pour convaincre les anciens chefs hamîdiye de revenir de Perse. Les régiments hamîdiye qui avaient été abolis allaient se reformer sous le nom de régiments de cavalerie légère. La politique de suppression des anciens pouvoirs et des irrégularités des chefs kurdes était mise à mal. Certains ağa s’enrôlèrent même dans le C.U.P390. Toutefois, le C.U.P. évolua vers des tendances panislamistes, qui furent utilisées pour dresser les régiments en question contre les non-musulmans.

  • 391 Aşiret hafîf süvarî alayları nizâmnâmesi [règlement des régiments de cavalerie légère des tribus], (...)
  • 392 Le cadre du régiment [alay] :

100Désormais appelée régiments de cavalerie légère [aşîret hafif süvarî alayları], elle était réorganisée par un règlement [nizâmnâme] du 16 şaban 1328 (23 août 1910), comportant 71 articles. Peu différent des précédents de 1891 et 1896391, il signalait 64 régiments tribaux392.

  • 393 J. Klein, op. cit., p. 225.
  • 394 aşiret hafiî süvarî alaylarının (cerâd) harekâtına mahsus ta’lîmât, Istanbul, 1327.

101Les officiers en provenance de l’armée régulière étaient plus nombreux pour encadrer plus étroitement les commandants issus des tribus. Par ailleurs, on exigeait que les officiers des tribus sachent lire et écrire la langue turque393. En outre, on créa une inspection de la cavalerie des tribus [aşiret süvarî müfettişliği], composée de sept membres et présidée par un général de division [ferîk]. Un règlement des mouvements et de la formation des régiments de cavalerie légère des tribus [aşiret hafıf süvarî alaylarının (cerad) harekâtına mahsus ta’lîmât] fut publié en 1911/12 (1327)394. Il prévoyait, pour une utilisation optimale de ces régiments, l’enseignement de manœuvres pratiquées dans les armées étrangères.

  • 395 Au mois de novembre 1910, le colonel d’État-major Fâhrî Bey et le lieutenant de cavalerie, Rıfat Be (...)
  • 396 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 434 du 12 mai 1912.

102Elle fut réorganisée, en en diminuant le contingent395. Ces régiments étaient groupés en quatre divisions, dont les centres étaient les suivants396 :

  • 397 Ibid.

Les centres des régiments hamîdiye397.

régiment de cavalerie légère des tribus

centre

Erzurum

Karakilise

Ardıç

Mardin

  • 398 Ibid.

103Dans chacun de ces centres, on envoya un régiment de cavalerie régulière pour servir d’école aux officiers et aux sous-officiers des tribus. Il servirait aussi d’exemple aux régiments auxiliaires, réunis temporairement pour des périodes de manœuvres d’un mois environ. Ces régiments d’école ne devaient pas être confondus avec les régiments modèles institués au lendemain de la « révolution de 1908 », pour le perfectionnement de la cavalerie régulière, sous le commandement d’officiers allemands. À Erzurum, on créa un nouveau régiment de cavalerie, le 39e398.

  • 399 FO 195/347 télégramme de Matthews à Lowther, Harput, 27 aout 1910 cité par J. Klein, op. cit., p. 2 (...)
  • 400 Klein, op. cit., p. 223.
  • 401 FO 195/2450 rapport du col. Hawker, 31 octobre 1913.

104En 1910 le ministère de la Guerre donna l’ordre d’abolir les régiments de cavalerie des tribus sédentarisées auxquelles devaient s’appliquer les règles du recrutement399. Si ces dispositions avaient été appliquées à la lettre, elles auraient réduit les effectifs de moitié. Elles le furent dans la province de Diyarbakır et une nouvelle législation vit le jour la même année. Tout d’abord, le régiments de cavalerie légère étaient formés par les tribus nomades et semi-nomades. Ensuite, on créait un nouveau régiment de cavalerie régulière tribale [aşiret nizâmiye süvari alayı]. Leurs soldats s’entraînaient avec les réservistes mais étaient détachés dans des escadrons spéciaux en temps de guerre. Il était prévu de ramener leur effectif de 64 à 24 régiments. Ces dispositions étaient une étape transitoire entre un système d’irréguliers et leur intégration dans l’armée régulière. Les exemptions d’impôt furent réduites : celle sur les moutons et la dîme furent supprimées400. En 1913, ils n’étaient plus que 25401.

  • 402 FO 195/2347 Molyneux-Seel à Lowther, n° 19, Van, 7 septembre 1910, cité par Klein, op. cit., p. 228 (...)
  • 403 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 711 du 7 avril 1914.

105En 1914, suite à des rapports mitigés, on décida de les maintenir, mais en vue de les intégrer à l’armée régulière. D’ailleurs, ils étaient de plus en plus mis en contact avec les réguliers. Par exemple, en septembre 1910, on envoya 330 nouvelles recrues chrétiennes des Balkans à Van pour habituer les hommes des tribus à la cohabitation avec les chrétiens dans leurs rangs402. Au mois d’avril 1914, on supprima quelques régiments de cavalerie dans le cadre de la réorganisation de l’armée403.

  • 404 A.E.N., fonds Constantinople, échelles, Diarbékir (1900-1914), vice-consulat de Diarbékir, rapport (...)

106Le CUP encadra et contrôla plus étroitement les chefs kurdes. Il leur infligea des peines sévères pour les intimider. Mais les pendaisons de şeyh et de chefs kurdes suscitèrent la haine404. Le CUP cherchait à intégrer la périphérie dans l’espace ottoman par l’éducation, le service militaire et les autres institutions.

Les tentatives dans d’autres provinces

  • 405 FO 424/172, n° 26, col. Chermside à Ford, n° 9, Istanbul, 19 mars 1892.
  • 406 FO 195/1766 ; FO 424/172, Fitzmaurice à Hampson, n° 15, Van, le 11 juin 1892, cité par Klein, op. c (...)
  • 407 FO 195/1837, Chermside à Curie (ambassadeur), Istanbul, 4 juin 1894, draft n° 32.
  • 408 Descendants des soldats turcs, des officiels turcs qui s’étaient mariés avec des filles du pays au (...)
  • 409 S.H.A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n° 129 du 18 janvier 1895.

107Des tentatives furent esquissées dans d’autres provinces mais sans réel succès. En Iraq, Receb Paşa, le commandant en chef de la 6e armée, fut chargé d’enrôler les tribus arabes Şammar,’Anayza et Tay405. En 1892, de nouveaux projets étaient élaborés pour les 5e, 6e et 7e corps d’armée (la Syrie, l’Iraq et Yémen), sans résultat.406. En 1894, le projet de recruter un régiment druze au Liban ne vit pas le jour407. Il ne se réalisa qu’en Tripolitaine, composé de Kuloğlu408 et d’Arabes de l’intérieur, pouvant fournir un contingent de 15 000 chevaux. Le cavalier irrégulier devait se procurer son cheval, le harnachement, sa nourriture et celle de sa monture. Le gouvernement ne lui fournissait les armes, c’est à dire une carabine et un sabre. Les hommes n’étaient pas exercés gardant leur organisation de type « traditionnel » avec des qualités de courage et d’endurance409.

  • 410 FO 195/2016, col. Ponsonby à O’Conor, n° 15, confidentiel, Istanbul, 23 novembre 1898, cité par J. (...)
  • 411 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapports n° 197 du 26 février 1908 et n° 213 du 14 avril 1908.

108En Albanie, l’organisation quasi féodale des timariotes survécut dans la province de İşkôdra jusqu’au début du 20e siècle. En 1898, des rapports plaidaient en faveur de la création d’une organisation similaire aux hamîdiye pour enrôler les tribus albanaises410. Elle se posa à nouveau au début de l’année 1908. Cette fois-ci, il ne s’agissait plus de hamîdiye, mais de bataillons auxiliaires albanais. Les habitants se soumirent sans de trop grandes difficultés au recensement, mais lui firent un accueil réservé. Les Albanais redoutaient que ce processus ne leur impose à terme la conscription. Ils acceptaient, à la rigueur, des instructeurs ottomans, mais exigeaient que les chefs soient albanais. Or le gouvernement réservait le commandement effectif à des officiers de l’armée régulière et n’accordait que des grades honorifiques aux Albanais411.

Contingent du bataillon d’infanterie hamîdiye à Tripoli de Barbarie

Contingent du bataillon d’infanterie hamîdiye à Tripoli de Barbarie

Collection privée d’Orhan Koloğlu

  • 412 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 213 du 14 avril 1908.

109En outre, étendrait-on cette organisation aux Albanais chrétiens ? Le gouverneur général y était favorable. Par contre, les musulmans n’étaient pas enthousiastes, car les chrétiens seraient majoritaires dans les nouvelles unités. Il n’était pas envisageable de ne recruter que la population musulmane, sous peine de déséquilibre entre les deux communautés412. Alors, on en resta au statu quo.

3- Vers la fin des exemptions : Tripoli de Barbarie (1902)

  • 413 Présidée par le vâli, cette commission était composée d’un membre du conseil d’administration du vi (...)
  • 414 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 473 du 11 avril 1902.

110Le gouvernement était préoccupé par la situation précaire de la Tripolitaine, isolée en Afrique du Nord, difficilement secourable en cas d’attaque. Les visées italiennes sur la Tripolitaine et l’essor considérable des relations commerciales italiennes renforcèrent les inquiétudes du gouvernement ottoman. Dès 1897, on les obligea à des exercices militaires annuels. Au début de l’année 1901, le gouvernement ottoman, poussé par le gouverneur général Mehmet Hâfız Paşa, homme énergique et très actif, entreprit des réformes plus radicales. Le 15 juin 1901, un rescrit impérial prescrivait d’envoyer à Tripoli une commission spéciale pour procéder aux opérations de recensement et le ministre de la Guerre était en même temps invité à envoyer à Tripoli deux officiers supérieurs, pour former avec des fonctionnaires civils, une commission chargée de procéder aux opérations de recrutement413. Une députation de notables de Tripoli se rendit à Istanbul au début du mois de février 1901, apportant au sultan de superbes cadeaux ainsi que les voeux de ses fidèles sujets arabes pour témoigner leur soutien à ces mesures414.

  • 415 Ibid.

111Plus tard, on envoya le général de cavalerie von Rudgisch Paşa, officier allemand au service de l’Empire pour diriger les exercices de la milice à cheval. En réalité, il devait tester la résistance de ces milices à des troupes régulières. À la fin du mois d’octobre 1901 les affiches abolissant l’exemption de service militaire étaient placardées dans la province de Tripoli. À partir du mois de mars 1902, les jeunes tripolitains deviendraient conscrits pour deux ans dans la province415.

  • 416 À cette époque-là, il y avait 28 rüşdiye et 7 ’idâdiye dans l’Empire. Cf. S.H.A.T., 7N1633, Constan (...)

112L’école militaire préparatoire de Tripoli, [rüşdiye], dispensant un enseignement primaire deviendrait un collège [‘idâdiye], avec un programme d’enseignement secondaire et une instruction militaire déjà étendue préparatoire aux écoles militaires ottomanes. On cherchait à mettre sur pied une force militaire supplémentaire d’environ 12 000 hommes, grâce à cette nouvelle organisation416.

113Le sultan prit un certain nombre de mesures bienveillantes en faveur des populations de la province. Il annonça dès le mois de mars que le port de Tripoli serait construit aux frais de la liste civile. Une commission fut constituée à Benghazi pour l’achèvement de la digue du port, dont la construction avait été suspendue. À la fin du mois de mai 1901, un irade prescrivait que la somme de 313 200 piastres (66 000 F.) serait inscrite au budget de la Guerre pour la construction de dix blockhaus entre Tripoli et Benghazi. Mais ces mesures furent accueillies par des protestations et la mise en place du recrutement ne put être effective qu’à la fin de l’année 1902.

114Ces mesures ne réussirent pas à désarmer l’hostilité des chefs arabes. Alors que Mehmet Hâfız Paşa, le gouverneur général, avait présenté les Tripolitains très désireux de servir sous les drapeaux ottomans, ils protestèrent vivement contre la conscription. Pour mater les mécontents, dix-huit furent exilés à Benghazi et transportés par aviso de guerre ottoman.

  • 417 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 543 du 28 janvier 1903.
  • 418 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 473 du 11 avril 1902.

115L’application de la loi ne se fit pas sans difficulté. Des rixes se produisirent et le recrutement de soldats locaux ne put être mis à exécution au courant de l’année 1902417. Mais les finances de l’Empire étaient trop obérées pour qu’on augmente le nombre d’hommes transportés chaque année d’Europe ou d’Asie vers l’Afrique. Il fallait donc essayer, à tout prix, de renforcer la division existante sur place. En outre, l’assujettissement à l’impôt foncier extrairait de nouvelles ressources418.

  • 419 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 486 du 12 mai 1902.

116En 1902, on créa aussi un corps de trente méharistes en Tripolitaine, chargés officiellement d’assurer la sécurité des routes entre Ghadames, Sinaun et Valut. Jusqu’alors, le service de la gendarmerie était assuré par les Kuloğlu, Arabes issus d’unions entre des Turcs et des femmes indigènes ou femmes esclaves, lors de la première occupation ottomane. Les fils des serviteurs turcs formaient une classe privilégiée et moyennant exemption de tout impôt, devaient entretenir leurs chevaux à leurs frais. Ce privilège leur était désormais retiré et ils entraient dans le rang des contribuables419.

117Cette organisation locale des soldats tripolitains joua ultérieurement un rôle important dans la défense de la province lors des guerres italo-turques. Le vilâyet de Tripolitaine est un exemple d’espace périphérique rattaché à l’organisation du centre. Malgré cette réorganisation locale et la résistance opposée aux Italiens lors de la guerre italo-turque de 1911-1912, les Ottomans furent obligés d’accepter le Traité d’Ouchy. En effet, l’équilibre des forces internationales était défavorable à l’Empire qui était assailli de toutes parts. Mais, en Tripolitaine, de par les structures mises en place, les combats continuèrent jusque dans les années vingt.

Notes

259 Cf. H. Zboïnski, L’armée ottomane, op. cit., p. 41-42.

260 E.Z. Karal, Osmanli tarihi, op. cit., vol. 6, p. 162.

261 S.H.A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n°194 du 29 janvier 1896.

262 Rapports des attachés militaires français en mission dans le Levant à ces deux dates.

263 B. Jelavich, History of the Balkans, Eighteenth and Nineteenth Centuries, vol. I, Cambridge Univ. Press, Cambridge, 1983, p. 348.

264 Cf. A.E. C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 1, p. 67, dir. cons. et aff. cons. et aff. co., annexe à la dépêche n° 7, Bosna-Seraï, le 21 février 1863.

265 Cf. G. Haberer, Die Aufstellung von Redîf Truppen in der frühen Tanzimaizeit, Maîtrise présentée à l’Université de Munich, 1984, p. 88 ; Cf. A. C. Eren, Mahmud II zamanında Bosna-Hersek [La Bosnie-Herzégovine à l’époque de Mahmud II], Istanbul, Nurgök matbaası, 1965, p. 153.

266 Bosna-Hersek ile ilgili arşiv belgeleri (1516-1919) [Documents d’archives relatifs à la Bosnie-Herzégovine], Ankara, T.C. Başbakanlık Arşivleri Genel Müdürlüḡü, 1992, p. 13.

267 H. Sedes, 1875-1876 Bosna-Hersek ve Bulgaristan ihtilâlleri ve siyasi olaylar [Les révolutions de 1875-1876 en Bosnie-Herzégovine et en Bulgarie], I, Istanbul, Çituri Birader Basımevi, 1946, p. 49.

268 T.T.E. Mec. n° 87 (10), p. 262-273 ; E. Z. Karal, Osmanlı tarihi, op. cit., vol.8, p. 354-355.

269 A. Cevdet Paşa, Ma’rûzât, Istanbul, Çağrı yayınları, 1980, p. 80 ; E. Z. Karal, Osmanlı tarihi op. cit., vol. 8, p 181.

270 Ahmed Cevdet Paşa (Lofça, Bulgarie 1823-Istanbul, 1895) suivit des études « traditionnelles » dans les medrese où il s’intéressa à l’histoire et à l’éducation. Il fut envoyé à l’âge de 15 à 16 ans poursuivre ses études (1839) dans les medrese et étudia aussi l’histoire, la géographie, l’astronomie, les mathématiques, la philosophie et le français. Il devint chroniqueur de l’Empire et rédigea notamment Tarih-i Cevdet qui couvre l’histoire ottomane de 1774 à 1826. Nommé à tête de la Société du Mecelle [Mecelle Cemiyeti] créée pour moderniser le droit musulman et l’adapter aux exigences du rescrit impérial de 1856, il rédigea pratiquement en entier ce code qui fut publié de 1868 à 1876. Il occupa nombre de postes importants. Ministre de la justice cinq fois, de l’enseignement trois fois, des fondations pieuses deux fois, de l’intérieur et du commerce et de l’agriculture. Il fut le conseiller le plus éminent du sultan Abdülhamîd. Cf. Osmanlılar Ansiklopedesi, vol. 1, p. 114-115. Karpat, Politization..., p. 189.

271 Cf. B.O.A., Y.E.E., K. 18, E. 553/298, Z. 93.

272 Cf. B.O.A., Y.E.E., K. 31, E. 27/25, Z. 27, K. 79. Cf. O. Moreau, « La création de deux régiments de cavalerie timariote bosniaque en 1874 », Anatolia Moderna, Yeni Anadolu VII, Paris, Maisonneuve, 1997, p. 17-48.

273 Cf. B.O.A., Y.E.E., K. 18, E. 553/298, Z. 93.

274 H. Zboïnski, op. cit., p. 102.

275 Le susdit règlement est composé de 20 articles. Cf. B.O. A., Y.E.E., K. 18, E. 553/298, Z. 93. Pour la publication du texte, Cf. O. Moreau, « La création de deux régiments de cavalerie timariote bosniaque en 1874 », op. cit., p. 17-48.

276 Voir le règlement organique de mise à exécution de la loi de la loi de 1869, notamment art. 11 et 21, in H. Zboïnski, op. cit., p.33-37.

277 Cf. A.E.N., Petit Fonds, Sarajevo, vol. 4, p. 46, cons. de France en Bosnie, dir. pol., n° 9, dir. co. n° 7, Bosna-Seraï, le 20 août 1874, M. de Vienne à M. le ministre des Affaires étrangères.. En 1869, le gouverneur général fit publier un nouveau règlement sur les détenteurs de timâr. En vertu de cette loi, il devait être procédé à une estimation et à un dénombrement du nombre de sıpâhîlik qui existaient jadis dans chaque sancâk de province et selon leur valeur respective, le Trésor ottoman paierait à chaque titulaire la rente entière de son sıpâhîlik, soit l’équivalent intégral de ce qu’il rapportait avant la campagne de Ömer Paşa, soit trois fois plus que la Sublime Porte n’avait concédé, d’après les appréciations du serdâr-ι ekrem. De plus, si le titulaire était décédé, ladite rente serait payable à ses descendants mâles en ligne directe, jusqu’au troisième degré. En cas d’extinction de cette lignée, on rechercherait le frère du titulaire ou ses fils et ses petits-fils, par ordre de primogéniture. Il s’agissait d’une générosité inattendue de la part de la Sublime Porte envers cette ancienne classe, puisqu’elle n’avait été sollicitée par personne. Cette mesure rétablissait, d’une certaine façon, des distinctions sociales et féodales. Ce point n’était pas assez puissant pour relever matériellement les sıpâhî et les rendre dangereux, mais on revenait moralement sur le passé et on flattait l’esprit de noblesse bosniaque, si fière de ses anciens privilèges (A.E., C.P.C., vol. 7, p. 124-130, cons. de France en Bosnie, dir. pol. n° 107, Bosna-Seraï, le 5 août 1869, à M. le prince de la Tour d’Auvergne, ministre des Affaires étrangères).

278 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p. 56-57, cons. de France en Bosnie, dir. des cons. et des aff. co., Bosna-Seraï, annexe à la dépêche n° 30 du 27 août 1875.

279 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p. 162, dir. des cons., Juilly, le 9 juin 1876, adressé à M. le duc Decazes, ministre des Affaires étrangères.

280 A.E., C.P.C., vol. 7, p. 124-130, cons. de France en Bosnie, dir. pol. n° 107, Bosna-Seraï, le 5 août 1869, à M. le prince de la Tour d’Auvergne, ministre des Affaires étrangères.

281 A.E., C.P.C., Turquie, Mostar, vol. 3, p. 64-65, vice-consulat de France en Herzégovine, le 1er juin 1877, dir. pol., n° 65, M. Dozon à M. le duc Decazes, ministre des Affaires étrangères.

282 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p. 303, consulat de France en Bosnie, dir. cons. et aff. co., n°10, Bosna-Seraï, le 9 août 1877, à M. le duc Decazes, ministre des Affaires étrangères.

283 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p 379 consulat de France en Bosnie, dir cons. et aff. co., n°25, Bosna-Seraï, le 30 novembre. 1877, à M. le duc Decazes, ministre des Affaires étrangères.

284 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p. 326-327, consulat de France en Bosnie, dir. cons. et aff. co., n°14, Bosna-Seraï, le 6 septembre 1877, M. Patin à M. le comte Decazes.

285 A.E., C.P.C., Turquie, Mostar, vol.3, p. 122-124, vice-consulat de France en Herzégovine, dir. pol. n° 79, le 2 octobre 1877, M. Dozon à M. le duc Decazes, ministre des Affaires étrangères, voir aussi A.E., C.P.C. Turquie, Mostar vol. 3, p. 125-128, vice-consulat de France en Herzégovine, dir. pol. n°80, M. Dozon à M. le duc Decazes, ministre des Affaires étrangères, et A.E., C.P.C. Turquie, Mostar, vol. 3, p. 129, dir. pol. n°81, le 2 novembre 1877, M. Dozon à M. le duc Decazes, ministre des Affaires étrangères.

286 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p 383, consulat de France en Bosnie, dir. cons. et aff. co., n°26, Bosna-Seraï, le 13 décembre 1877, adressée au ministre des Affaires étrangères.

287 A.E., C.C.C., Bosna-Seraï, vol. 3, p. 341-342, consulat de France en Bosnie, dir. cons. et aff. co., n°15, Bosna-Seraï, le 13 septembre 1877.

288 Concernant la difficulté à recruter les soldats bosniaques au 19° siècle et leur résistance, Cf. O. Moreau, « The recruitment of Bosnian Soldiers during the 19th century (1826-1876) », Islamic Studies, 36 : 2, 3 (1997), Islamabad, p. 263-279 et « Bosnian Resistance to Conscription in the 19th Century », in Zürcher éd., Arming the State, op. cit., p. 129-137.

289 En 1514, lors de la bataille de Çaldıran, le sultan Selîm Yavuz infligea une sévère défaite à şâh İsmaïl, ouvrant la voie de l’entrée dans la capitale safavide de Tabrîz. La bataille de Çaldıran établit un point stratégique d’équilibre entre l’Anatolie ottomane et l’Azerbaïdjan safavide. Cette ligne de démarcation entre les deux empires, marquée lors de la bataille de Çaldıran, en 1514, fut établie formellement, par le Traité de Zuhab, en 1639, et se maintint, malgré des disputes, voire des invasions, jusqu’en 1914. Au seizième siècle, l’équilibre entre les Ottomans et le nouvel empire safavide créa des conditions plus favorables à une structure politique stable dans la région pour les Kurdes. Les conditions établies à cette époque déterminèrent les relations politiques entre l’État et la périphérie kurde pendant trois siècles. Le sultan Selîm Yavuz n’ayant pas un pouvoir et une force suffisants pour soumettre les populations de ces nouvelles marches conquises sur les territoires safavides, ne put envisager une administration et une imposition directes. Il opta pour une solution pragmatique, sur les conseils d’un notable kurde, Hakim İdris Bitlisî. Bitlisî réinstalla les gouverneurs démis par Şâh İsmaïl et confirma certains chefs dans une semi-indépendance, en contrepartie d’une reconnaissance nominale de la suzeraineté ottomane. Il s’agissait de la formalisation d’un système quasi-féodal, à une époque où les Ottomans cherchaient à éliminer de telles pratiques dans d’autres parties de l’Empire. Au xix° siècle, les Kurdes portaient un regard nostalgique sur cet âge d’or déliquescent, où la mosaïque de principautés kurdes jouissait d’une relative autonomie. Cf. B. Nikitine, Les Kurdes, rééd., Plan-de-la-Tour, Var, Éd. d’Aujourd’hui, Coll. Les introuvables, 1975, p. 185-190 ; D. Mac Dowall, À Modern History of the Kurds, Londres-New-York, Tauris, 1996, p. 25-28.

290 Cf. D. Mac Dowall, À modern History of the Kurds, op. cit., p. 30.

291 Déclaration de Bedir Khan, emîr de Bhotan, Cf. Pétis de la Croix, en 1675. Relation de voyage de Douri Effendi, Paris, 1810, p. 95.

292 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 29.

293 Ibid.

294 Cf. B. Nikitine, Les Kurdes, rééd., op. cit., p. 186.

295 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 41.

296 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 38.

297 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 39.

298 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 41.

299 La révolte kurde de Babân est la première révolte kurde importante du 19e siècle. Créée au 16e siècle, par Abdurrahman Paşa, au lendemain de l’annexion de la région par Süleyman al Kânûnî, la dynastie des Babân s’était considérablement développée au cours du 17e siècle. Les Babân avaient étendu leur territoire aux dépens de l’empire ottoman et de la Perse. À la mort d’İbrâhîm Paşa Bebe, fondateur de Süleymanieh, les autorités ottomanes tentèrent d’imposer Khâlîd Paşa, issu d’une tribu kurde rivale de Babân. Se sentant lésé, le neveu d’İbrâhîm Paşa, ’Abdurrahman Paşa, poignarda le gouverneur turc de Koy- sancâk et défit les forces de Khâlîd Paşa. Il se battit pendant trois ans contre les forces ottomanes, auxquelles les tribus rivales des Babân s’étaient jointes. Battu, il se réfugia en Iran, vers la fin de 1808. Cf. K. Nezan, « Les Kurdes sous l’Empire ottoman » in G. Chaliand (dir.), Les Kurdes et le Kurdistan, Paris, Maspéro, 1981, p. 43-44.

300 Au début du 19e siècle (1229 à 1254 H. ; 1813/14 à 1838/39), Mîr Mohammed (Mirân-i Sorân) gouverna à Rawanduz avec une armée de 30.000 hommes. Il frappait monnaie à son nom. Par voie de conquête, il annexa les territoires se trouvant à l’ouest du sien, allant jusqu’à Nusaybîn et Mardîn, excepté Musul et Suleymanyeh. En 1826, il se proclama indépendant, puis entretint des relations diplomatiques avec la Perse et l’Égypte. Il sut profiter du désarroi créé en Turquie par la révolte du Paşa d’Égypte. La Porte s’efforçait de recruter par force des Kurdes, pour grossir son armée face aux rebelles. Cf. B. Nikitine, Les Kurdes, op. cit., p. 187-193.

301 Né en 1802 à Cizreh, le centre de la principauté de Bohtân, Bedîr Khân Bey, appartenait à l’une des familles les plus puissantes de la féodalité kurde, qui gouverna presque sans interruption la principauté depuis le 14e siècle. En 1821, il succéda à son père et se sentit assez fort pour refuser de fournir des contingents au gouvernement ottoman. Il organisa les tribus les plus guerrières de son territoire en une armée disciplinée et tissa des liens avec plusieurs princes kurdes, tels Nuru’allah Bey, prince de Hakkari et Mahmud Khân de Mukus, qu’il essaya de convaincre de se lancer dans une lutte d’indépendance. Après avoir affronté une première expédition ottomane, en 1836-1838, il pactisa avec le sultan, en 1839. Profitant du désarroi causé par la défaite des forces ottomanes à Nisîb (21-24 juin 1839), devant les troupes de İbrâhîm Paşa, il étendit son influence. Il s’allia aux beys de Kars et à l’emîr d’Ardalan. De 1844 à 1846, Bedîr Khân était à l’apogée de sa carrière, il frappait monnaie, la prière du vendredi était dite en son nom. Son pouvoir s’étendait depuis la frontière persane, à l’Est, jusqu’à l’intérieur de la Mésopotamie, à l’ouest ; des portes de Diyarbakır, au nord, à Musul, au sud. Il bénéficiait d’un authentique soutien populaire, par l’équité et la justice qu’il faisait régner. Toutefois les divisions traversant cette société féodale n’en demeuraient pas moins présentes et se manifestèrent lors de l’épreuve de force face aux forces ottomanes conduites par Osman Paşa le Boîteux (Topal Osman Paşa). La guerre se poursuivit pendant trois années, sans qu’une issue militaire ne se profilât. Au début de l’été 1847, Osman le Boiteux réussit à soudoyer le propre neveu de Bedir Khan, Yezdân Şer, qui commandait près de la moitié de ses forces. Trahi par l’un des siens, Bedîr Khan capitula quelques temps après dans la forteresse d’Eruh. Il fut exilé avec ses proches, tout d’abord à Varna, puis à Candie, en Crète. Il fut enfin déporté à Damas où il décéda, en 1868. Cf. B. Nikitine, Les Kurdes, op. cit., p. 193 ; Cf. Kendal, « Les Kurdes sous l’Empire ottoman », op. cit., p. 47-48 ; Cf. C. Kutschera, Le mouvement national kurde, Paris, Flammarion, 1979, p. 14-16.

302 Yezdân Şer tâcha de profiter de la guerre russo-turque, pour déclencher, au printemps 1855, la lutte à Bitlis, avec 2.000 guerriers. Il s’empara de la ville, chassa le gouverneur turc et nomma un Kurde à sa place. Il se lança ensuite à l’attaque de Musul, qui était une importante place forte. Après avoir conquis cette ville, il confisqua les armes et les munitions de la place militaire et mit sur pied une armée de 30.000 hommes. En l’espace de quelques mois, il conquit de vastes territoires s’étendant du lac de Van à Baghdad et Diyarbakır. À la fin de l’été 1855, il aurait réussi à mobiliser une force de 100.000 hommes. À l’approche de l’hiver, alors que les Russes avaient gagné leurs quartiers d’hiver, l’Angleterre dépêcha un émissaire auprès du prince kurde, pour le persuader de régler la question de l’indépendance du Kurdistân, par voie diplomatique, en proposant ses services. De ce fait, certains chefs kurdes renoncèrent à poursuivre la lutte. Yezdân Şer partit à Istanbul en compagnie de Nimroud Rassam, l’émissaire britannique, afin d’entamer des négociations avec la Porte, sous les auspices de l’Angleterre. Dès son arrivée à Istanbul, il fut arrêté. Ses troupes se dispersèrent rapidement. Cf. Kendal, « Les Kurdes sous l’Empire ottoman », op. cit., p. 49-50. Cf. Nikitine, op. cit., p. 194.

303 O. Aytar, Hamidiye alaylarından köy koruculuğuna, [Des régiments de cavalerie hamîdiye aux protecteurs de villages], Istanbul, Medya güneşi yayınları, 1992, p. 33.

304 Les şeyh de Şemdinân prétendent descendre du şeyh’Abdül Kader al Gailani (1078-1166), fondateur de la confrérie mystique sûfi des Kadirî. Ils se seraient convertis à la Nakşibendiya vers 1822. Né peu avant 1830, şeyh ’Obeydu’allah aspira à devenir non seulement un chef spirituel, mais aussi un chef temporel. Il commandait un important contingent de troupes kurdes pendant les guerres russo-turques de 1877-1878. Bien qu’il ait été complètement battu par les Russes, il fut bientôt considéré comme un chef. Il tenta de lancer un mouvement nationaliste, se soulevant à la fois contre les Ottomans et les Persans. En 1880, il réunit une force de 80.000 hommes. Ses forces furent prises en tenailles entre l’armée ottomane et celle du Şâh. Il fut exilé, en 1882, à la Mecque, où il décéda quelques années plus tard. Cf. B. Nikitine, op. cit., p. 188-194. Cf. Kendal, « Les Kurdes sous l’Empire ottoman », op. cit., p. 50-52.

305 S.H.A.T., 7N1630, annexe n° 2 au rapport n° 89, Constantinople, le 27 avril 1889.

306 S.H.A.T., 7N1630, Constantinople, rapport n° 75 du 6 juillet 1890.

307 Ahmed Şakir Paşa (1804-1895) était né dans une famille istanbouliote descendant de seigneurs féodaux de Yozgat, la famille Çapanoğulları, de longue date au service du gouvernement ottoman. Après avoir étudié dans les écoles traditionnelles, il sorti diplômé de l’école militaire en 1856, il servit tout d’abord dans la commission des réfugiés de la province du Danube (en Bulgarie) où il travailla avec Midhat Paşa. Au début des années 1870, il était gouverneur [mutassarrıf] de Baghdad. Après la guerre de 1878, il était l’un des rares commandants militaires à avoir les bonnes grâces du sultan Abdülhamîd II. En mai 1878, il fut nommé ambassadeur à Saint Pétersbourg et occupa ce poste pendant onze ans. Il fit beaucoup pour améliorer les relations ottomano-russes. Puis en 1889-1890, il était gouverneur général [vâli] de la Crète. Pour couronner cette brillante carrière, il devint aide de camp général du sultan [yaver-i ekrem] en juillet 1890. Durant cinq ans, il fut un conseiller écouté du sultan. Son intérêt pour la question arménienne et ses connaissances des activités arméniennes en Russie furent déterminantes lors de sa nomination au poste d’inspecteur général des réformes des vilâyet d’Anatolie en 1895. En outre, il bénéficiait de la faveur des Russes. Il parlait couramment français et russe, ainsi qu’un peu arabe. Cf. S. Deringil, The Well-Protected Domains, Ideology and Legitimation of Power in the Ottoman Empire, 1876-1909, Londres, I. B. Tauris, 1998, p. 206-207 ; A. Karaca, Anadolu Islahatı ve Ahmet Şakir Paşa, Istanbul, Eren, 1993, p. 17-29 ; F. Georgeon, Abdülhamîd II, op. cit., p. 266 et 289 ; K. Karpat, The Politicization of Islam. Reconstructing Identity, State, and Faith, and Community in the Late Ottoman State, Oxford, Oxford University Press, 2001 p. 193.

308 Cf. O. Aytar, Hamidiye alaylarindan köy koruculuuna, op. cit., p. 53-54.

309 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 35, Erzerum, le 29 novembre 1890, adressé à M. le comte de Langier-Villars.

310 Cf. S. Lazarev, cité in : O. Aytar, Hamidiye alaylarindan köy koruculuğuna, op. cit. p. 54-55.

311 O. Aytar, Hamidiye alaylarından köy koruculuğuna, op. cit. p. 59.

312 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 38, Erzerum, le 27 décembre 1890, adressé à M. le comte de Langier-Villars.

313 Les chefs kurdes partirent, au mois de février 1891 pour Istanbul. Cf. A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 6, Erzerum, le 14 février 1891, adressé à M. le comte de Langier-Villars.

314 S. Deringil, The Well-Protected Domains, op. cit.

315 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 10, Erzerum, le 2 mai 1891, adressé à M. le comte de Montebello.

316 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 14, Erzerum, le 1° août 1891, adressé à M. le comte de Montebello.

317 Zekî Paşa était décrit de la manière suivante par l’agent consulaire : il est çerkes, circassien, encore jeune, de 25 à 40 ans, très bel homme, de haute taille et d’une physionomie intelligente. Ses manières étaient réservées et hautaines. Le grade élevé auquel il était parvenu était attribué à sa parenté avec le sultan. En effet, sa sœur était l’une des odalisques du sultan. Cf. A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 15, Erzerum, le 14 août 1891, adressé à M. le comte de Montebello. De plus, selon les propos de Hasan Sıddık Hayderanî, député de Van, il était le petit-fils de Şeyh Şamîl. Cf. O. Aytar, Hamidiye alaylarından köy koruculuŞuna, op. cit., p. 53-54.

318 Tiré de la biographie rédigée par l’attaché militaire anglais. FO 195/1794, rapport de Chermside, 17 janvier 1993, cité in J. Klein, Power in the Periphery : The Hamidiye Light Cavalry and the Struggle over Ottoman Kurdistan, 1890-1914, Ph.D., Princeton University, 2002, p. 151.

319 Les postes de fidèles sont plutôt rares. Le record de longévité en tant que chef de corps d’armée est détenu par Mehmed Raûf Paşa (1882-1908), 26 ans à la tête de la garde impériale (1ère armée), puis vient Zekî Paşa avec ses vingt années de service et en troisième position, Mehmed Arif Paşa (1895-1907), 12 ans à la 2e armée. Cf. S. Kuneralp, Son dönem Osmanlı Erkân ve ricali (1839-1922), Prosopografik Rehber [L’état-major et les hommes à la fin de l’Empire ottoman (1839-1922), guide propsopographique], Istanbul, İsis, 2e éd., 2003. p. 15-16.

320 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 15, Erzerum, le 14 août 1891, adressé à M. le comte de Montebello.

321 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 16, Erzerum, le 12 septembre 1891, adressé à M. le comte de Montebello.

322 FO 195/1718 Chermsi à White, draft confidentiel n° 34, 21 aout 1891, cité par Klein, op. cit., p. 85.

323 A.E.N., Consulat de France à Erzerum (1883-1893), rapport n° 2, Erzerum, le 25 juin 1892, adressé à M. Cambon. Cf. Klein, op. cit., p. 57.

324 S. Deringil, The Well-Protected Domains, op. cit., p. 35.

325 D. Mac Dowall, op. cit., p. 59.

326 J. Klein, op. cit., p. 91-94.

327 Cf infra.

328 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 59.

329 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 59.

330 S. Deringil, « The Ottoman Twilight Zone of the Middle East », dans H. J. Barkey éd., Reluctant Neighbor : Turkey’s Role in the Middle East, Washington, D.C., United States Institute of Peace Press, 1996, p. 15.

331 La loi en question [Tensikât askeriyye cümlesinden olarak Hamîdiye Süvari Alayları’na dair kanunnâmesi], Dersaadet, 1308 (1891), comporte 53 articles et un article final. Cf. B.O.A., Y.E.E., K. 37, E. n° 47/27, Z. 47, K. 113.

332 Cf. ibid.

333 Il serait fait trois copies de ces registres, pour être remises, l’une au commandant du dépôt de redîf du département, une autre au commandement général des troupes hamîdiye, et une troisième au chef-lieu du corps d’armée [ardu merkezi]. Cf ibid.

334 Celle des recrues, comprenant les hommes âgés de 17 à 20 ans ; celle des réguliers [nîzâm], âgés de 20 à 32 ans et celle des réservistes, âgés de 32 à 40 ans.

335 Ils étaient alors initiés aux exercices d’escadrons, de brigades et de divisions, puis aux différents exercices de chasseurs, d’éclaireurs, de sentinelles, ainsi qu’à celui du service de campagne. On leur enseignerait aussi le service des dragons, le transport accéléré des fantassins relevés, mis sur la croupe ; la défense d’une position ; et au besoin, le combat à pied pendant lequel un cavalier est chargé de quatre chevaux, alors que les hommes qui ont mis pied à terre font usage de leur fusil. Cf. ibid.

336 Il était en outre spécifié que, sans un pareil arrêté, les armes et les munitions ne pourraient pas être livrées.

337 La bride complète devant avoir des formes déterminées, elle serait confectionnée d’après les trois modèles arrêtés (art. 20).

338 Des étalons de bonne race seraient distribués par l’État et gratuitement, aux tribus qui possédaient des juments modèles. En outre, toutes les facilités seraient accordées, de la part du commandant général, à l’effet de l’amélioration de la race de leurs chevaux. Cf. ibid.

339 Il s’agissait des régiments modèles.

340 Ces certificats seraient transmis à l’autorité centrale de corps d’armée, et de là, au ministère de la Guerre où ils seraient contrôlés. Cf. ibid.

341 Les chefs de tribu, les officiers et les soldats avaient droit à la solde entière et à une ration complète, en temps de concentration en dehors des campements ou de guerre. Mais, lorsqu’ils restaient dans leur région et accomplissaient les exercices à proximité des campements, les officiers touchaient un quart de leur solde et les hommes une gratification en argent (art. 27). Les officiers et les soldats qui étaient absents lors des concentrations de régiments ne touchaient pas leur solde (art. 28). Lorsque le régiment n’était pas sous les armes, les officiers de tribu ne recevaient point de ration, mais seulement un quart de leur solde (art. 29). Les officiers diplômés, au service du régiment, n’avaient pas de ration, mais touchaient la solde entière. Durant les trois ans de service qu’ils passaient au régiment pour préparer le diplôme, ils recevaient, outre leur solde, une ration de soldat (art. 30).

342 Ce deuxième règlement fut promulgué le 13 mai 1896 (30 zilkâde 1313 H.). Il est composé de 12 parties et d’une annexe, soit 121 articles, avec une courte introduction et, à la fin, un « article spécial » [madde-i mahsusa].

343 Cf. ibid.

344 En ce qui concerne l’éducation des fils des commandants, il était précisé que ceux qui seraient âgés de 16 à 18 ans, pouvaient être scolarisés à l’École de guerre [mekteb-i harbiye]. Une mention spéciale était faite pour les fils de Tripoli de Barbarie (Trablusgarb), qui suivraient trois années de cours pour cavaliers (art. 115) Cf. B.O.A., Y.E.E., K. 37, E. n° 47/28, Z. 47, K. 113.

345 Cf. B.O.A., Y.E.E., K. 37, E. n° 47/27, Z. 47, K. 113.

346 S.H.A.T, 7N1631, Constantinople, rapport n°56, du, 28 mai 1893.

347 Ibid.

348 Ibid.

349 Ibid.

350 Sâlnâme-i’askerî, Istanbul, 1311 H., p. 514-578.

351 B. Kodaman, op. cit., p.39-40.

352 S.H.A.T, 7N1631, Constantinople, rapport n° 60 du 2 mai 1893.

353 S.H.A.T, 7N1637, Constantinople, rapport n° 696 du 19 juillet 1904, en annexe.

354 Ergül, p. 77.

355 S.H.A.T, 7N1633, Constantinople, rapport n° 263 du 20 janvier 1900.

356 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 60.

357 A. P. Cholet (comte de), Arménie, Kurdistan et Mésopotamie, Paris, Plon, 1892, p. 172-173.

358 E. J. v. Westarp, Unter Halbmond und Sonne, Berlin, Veröffentl. d. Allgemeinen Vereins für deutsche Literatur, 1913, p. 153-154.

359 A.E.N. Erzerum (1898-1914), consulat de France à Erzerum, rapport n° 41 du 7 novembre 1900, adressé à M. Bapst, chargé d’affaires.

360 S.H.A.T, 7N1634, Constantinople, rapport n° 731 du 30 mars 1905.

361 FO 195/1985, Graves à Currie, n° 5, Erzurum, 12 février 1897, cité par J. Klein, op. cit., p. 185.

362 FO 195/1985, Elliot à Currie, n° 42, confidentiel, Van, 18 août 1897, cité par J. Klein, op. cit., p. 185.

363 Lütfî Bey jouissait de la réputation d’un fonctionnaire intègre et juste et avait l’estime de la population. Cf. A.E.N. Erzerum (1898-1914), consulat de France à Erzerum, rapport n° 26 du 12 juin 1902.

364 A.E.N. Erzerum (1898-1914), vice-consulat de France à Erzerum, rapport n° 139 du 2 novembre 1906, M. le gérant à M. Constans, ambassadeur de la République française à Constantinople.

365 Ibid.

366 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 497 du 11 juin 1902.

367 A.E.N. Erzerum (1898-1914), vice-consulat de France à Erzerum, rapport n° 45 du 13 juillet 1907, adressé à M. Boppe.

368 Cette commission était composée de deux aides-de-camp de Sa Majesté impériale, le général de brigade, Ahmed Rüşdî Paşa, qui la présidait, et un colonel, d’un fonctionnaire du ministère de l’Intérieur et d’un inspecteur de police. Cf. A.E.N., fonds Constantinople, échelles, Diarbékir (1874-1891), vice consultat de France à Diarbékir, rapport n° 23 du 11 octobre 1899, adressé à M. Constans, ambassadeur de la République française à Constantinople.

369 Ibid.

370 Trois devaient être envoyés par le vilâyet d’Alep et trois autres par celui de Diyarbakır. Cf. A.E.N., fonds Constantinople, échelles, Diarbékir (1874-1891), Vice consultat de France à Diarbékir, rapport n° 12 du 27 juillet 1904, adressé à M. l’ambassadeur de la République française à Constantinople.

371 Par exemple, deux gros villages dépendant de la direction [müdürlük] d’Argana et situés à huit heures de distance de Diyarbakır furent razziés par les troupes d’İbrâhîm Paşa, le chef des hamîdiye Millî. Tous les bestiaux furent enlevés et le fils du şeyh de l’un de ces villages fut tué pour avoir voulu résister. Le lendemain, la population de vingt-six autres villages de ce müdürlük prit la fuite, emmenant tous ses bestiaux pour les mettre à l’abri d’un coup de main de la part des cavaliers d’İbrâhîm Paşa. Cf. ibid.

372 Cf. ibid.

373 A.E.N. Erzerum (1898-1914), consulat de France à Erzerum, rapport n° 14 du 7 août 1901, adressé à M. Constans.

374 A.E.N., Constantinople, carton n° E 436, vice-consulat de France à Andrinople, rapport n° 10, Andrinople, le 24 mars 1908, M. Tynaire, vice-consul de France à Andrinople à M. Constans, Ambassadeur de la République française à Constantinople.

375 A.E.N., Constantinople, carton n° E 436, vice-consulat de France à Andrinople, rapport n° 11, Andrinople, le 30 mars 1908, M. Tynaire, vice-consul de France à Andrinople à M. Constans, Ambassadeur de la République française à Constantinople.

376 B.O.A., Y.E.E., K. 31, E. 21/IV, Z. 21, K. 131.

377 Ibid.

378 Ce régiment était formé par la tribu des Taïs et avait pour centre de circonscription Mardin. Cf. S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 759 du 27 août 1905.

379 Ibid.

380 Similitude avec la cavalerie de réserve timariote, Cf. infra.

381 L’attaché militaire français fait la remarque suivante à leur endroit :... « En définitive, cette troupe avait l’air d’une véritable horde sauvage »... Cf. ibid.

382 Le général Hüseyîn Paşa, de la tribu des Hayderan, commandant les 22°, 23°, 24° et 25° régiments dont le centre était à Ardıç, télégraphia à Yıldız pour solliciter du sultan, en témoignage de sa fidélité, l’insigne faveur de servir au Yémen avec quelques-uns de ses régiments. Cette proposition peu sincère eut la malchance, contre toute attente, d’être honorée par le sultan. Hüseyîn Paşa, contrarié par la tournure des événements, avoua la vérité au maréchal Zekî Paşa, son protecteur, le commandant du 4° ordu. Ce dernier lui déclara qu’il était impossible de demander au sultan de revenir sur sa décision. C’est ainsi que trois régiments de la tribu des Haydermanlı furent mobilisés. Cf. ibid.

383 Qualificatif utilisé par l’attaché militaire français. On ne sait exactement ce qu’il visait. Cf. ibid.

384 Ibid.

385 A.E.N., fonds Constantinople, échelles, Diarbékir (1900-1914), Vice consulat de France à Diarbékir, rapport n° 16 du 30 décembre 1904

386 Ibid.

387 Ibid.

388 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 95.

389 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 96.

390 Cf. D. Mac Dowall, op. cit., p. 99.

391 Aşiret hafîf süvarî alayları nizâmnâmesi [règlement des régiments de cavalerie légère des tribus], Istanbul, 12 şabât 1326 H. (9 septembre 1908).

392 Le cadre du régiment [alay] :

1 alay kumândanı [commandant du régiment] : bînbaşı [commandant] ou yüzbaşı [capitaine] du nîzâmiye [armée active].
1 et 2 aşiret reisi [chef tribal] : aşiret-i bînbâşısı [commandant tribal]. Si le régiment était composé de deux ou trois compagnies, il avait deux commandants qui étaient des kolağası [vice-major] ou des kaymakam [lieutenant-colonel].
1 alay kâtibi [secrétaire de régiment] : du nîzâmiye [armée active].
1 second kâtip [secrétaire] : de la tribu. S’il n’en n’existait pas dans la tribu, un secrétaire-adjoint de l’armée active serait adjoint.
1 imâm : de la tribu.
1 tâbib yüzbaşı [capitaine médecin] : un sur trois en temps de guerre.
1 baytâr yüzbaşı [capitaine vétérinaire] : du grade de bînhaşı [commandant].
1 eczacı yüzbaşı [capitaine pharmacien].
Tüfekçi ustası [armurier] : en fonction de la région, un armurier pour deux ou trois régiments. Le cadre de la compagnie [bölük] :
1 yüzbaşı [capitaine] : commandant de la compagnie, appartenant au nîzâmiye [armée active]. 1 mülâzım-ı evvel [lieutenant en premier] : commandant de la section [takım] appartenant au nîzâmiye [armée active].
1 mülâzım-ı sânî [lieutenant en second] : commandant de la section [takım] appartenant à la tribu.
Les simples soldats permanents :
2 alay kalemî yazıcı [commis aux écritures] : provenant de la tribu, sinon du nîzâmiye [armée active].
1 tüfekçi yamağı [un aide-armurier].
20 Depo muhâfızı [garde-dépôt] : de la tribu.
Deux ans plus tard, en 1912 (1328 H.), ce règlement fut révisé et comportait 120 articles. Les régiments des tribus furent rassemblés en divisions [fırka]. L’encadrement des divisions était prévu comme suit :
Fırka kumândanı [commandant de la division] : mîrlivâ [général de brigade].
Erkân-ı harp [État-major] : bînbaşı [commandant] ou yüzbaşı [capitaine].
Mülhâk zâbit [officier supplémentaire] : yüzbaşı [capitaine] ou mülâzım-ı evvel [lieutenant en premier].
Ahz-ı’asker memuru [fonctionnaire chargé du recrutement militaire] : alay emîrî [commandant du régiment] ou alay kâtibi [secrétaire de régiment]. sivil memur [fonctionnaire civil].
Küçük zâbit [sous-officier].
Odacı [garçon de bureau].

393 J. Klein, op. cit., p. 225.

394 aşiret hafiî süvarî alaylarının (cerâd) harekâtına mahsus ta’lîmât, Istanbul, 1327.

395 Au mois de novembre 1910, le colonel d’État-major Fâhrî Bey et le lieutenant de cavalerie, Rıfat Bey, accompagnés de cinq lieutenants arrivèrent à Viranşehir afin de réorganiser les anciens régiments hamîdiye. Des quatre régiments qui existaient autrefois à Viranşehir, on devait en former trois, qui porteraient le nom de « régiments de cavalerie légère » et les numéros 41, 42 et 43. Ils seraient rattachés au 4° ordu résidant à Erzincan. Cf. A.E.N., fonds Constantinople, n° 436, carton n° 106, dossier n° 190, vice-consulat de France à Diarbékir, rapport n° 22, du 8 novembre 1910, Diarbékir, M. Kouri à M. Bompard, Ambassadeur de la République française à Constantinople.

396 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 434 du 12 mai 1912.

397 Ibid.

398 Ibid.

399 FO 195/347 télégramme de Matthews à Lowther, Harput, 27 aout 1910 cité par J. Klein, op. cit., p. 222.

400 Klein, op. cit., p. 223.

401 FO 195/2450 rapport du col. Hawker, 31 octobre 1913.

402 FO 195/2347 Molyneux-Seel à Lowther, n° 19, Van, 7 septembre 1910, cité par Klein, op. cit., p. 228..

403 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 711 du 7 avril 1914.

404 A.E.N., fonds Constantinople, échelles, Diarbékir (1900-1914), vice-consulat de Diarbékir, rapport n° 6 du 20 juin 1914, M. Cassapion, gérant du vice-consulat à M. l’ambassadeur de la République française à Constantinople.

405 FO 424/172, n° 26, col. Chermside à Ford, n° 9, Istanbul, 19 mars 1892.

406 FO 195/1766 ; FO 424/172, Fitzmaurice à Hampson, n° 15, Van, le 11 juin 1892, cité par Klein, op. cit., p. 86.

407 FO 195/1837, Chermside à Curie (ambassadeur), Istanbul, 4 juin 1894, draft n° 32.

408 Descendants des soldats turcs, des officiels turcs qui s’étaient mariés avec des filles du pays au début de la conquête ottomane.

409 S.H.A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n° 129 du 18 janvier 1895.

410 FO 195/2016, col. Ponsonby à O’Conor, n° 15, confidentiel, Istanbul, 23 novembre 1898, cité par J. Klein, op. cit., p. 87.

411 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapports n° 197 du 26 février 1908 et n° 213 du 14 avril 1908.

412 S.H.A.T., 7N1635, Constantinople, rapport n° 213 du 14 avril 1908.

413 Présidée par le vâli, cette commission était composée d’un membre du conseil d’administration du vilâyet, d’un conseiller d’État, d’un notable du pays, d’un colonel et d’un lieutenant-colonel. C.f. ibid.

414 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 473 du 11 avril 1902.

415 Ibid.

416 À cette époque-là, il y avait 28 rüşdiye et 7 ’idâdiye dans l’Empire. Cf. S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 452 du 21 janvier 1902.

417 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 543 du 28 janvier 1903.

418 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 473 du 11 avril 1902.

419 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 486 du 12 mai 1902.

Table des illustrations

Titre Les corps d’armée dans l’Empire Ottoman en 1881
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Crédits P.A – M.A. Archives du ministère des affaires étrangères allemand (Politisches Archiv-Auswärtiges Amt), Berlin, Rapport militaire n° 148 du 28 février 1909, À 1461.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1426/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Officiers des régiments hamîdiye
Crédits Collection de l’IRCICA
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1426/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Caserne d’Erzincan
Crédits Collection de l’IRCICA
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1426/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Contingent du bataillon d’infanterie hamîdiye à Tripoli de Barbarie
Crédits Collection privée d’Orhan Koloğlu
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1426/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search