Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Première partie. Les hommes de l'armée ottomane réformée

Chapitre 2 : La culture, les diplômes

Texte intégral

1Dans la première moitié du 19e siècle, la création d’écoles militaires fut un événement décisif et lourd de conséquences dans l’entreprise réformatrice. Elles étaient en avance sur les écoles civiles qui essaimèrent dans la seconde moitié du 19e siècle et avaient la primeur de l’enseignement des matières dites « modernes », c’est à dire scientifiques. Par ailleurs, elles développèrent un réseau qui couvrit très vite les provinces ottomanes et permit la diffusion des réformes. Ces diplômes représentaient un sésame pour réaliser de brillantes carrières et accéder à une promotion sociale. Ils ouvrirent ainsi une voie unique en son genre pour les provinciaux éloignés des cercles dirigeants. Les officiers diplômés combattirent pendant tout le 19e siècle pour se faire reconnaître et s’imposer au milieu des officiers de régiments majoritaires. C’est aussi ce combat qui aboutit en 1908, lors de la révolution jeune-turque.

1 – Les ressources scientifiques de l’Occident au service de la modernisation de l’armée ottomane

2Le règne de Selîm III à la fin du 18e siècle inaugure l’esquisse d’un mouvement dual dans l’Empire ottoman. Débuté dans l’armée, il s’étendit à l’ensemble de la société à l’époque des réformes de réorganisation, les Tanzîmât. Dans le domaine de la justice, on créa des tribunaux réguliers [nizâmiye] à côté des tribunaux religieux [Şer’i]. L’enseignement n’était pas évoqué dans le firman des Tanzîmât, il était une préoccupation de premier plan des sultans. À côté des traditionnelles medrese, on ouvrit des écoles « de type laïc ».

  • 118 Ş. Mardin, « The Ottoman Empire », dans K. Barkey et Mark von Hagen (éd.), After Empire, Multiethni (...)

3Les écoles civiles jouèrent un rôle centralisateur et unificateur dans l’Empire ottoman. Une infrastructure administrative dépendant de l’appareil de l’État et non plus des fondations pieuses [vâkıf], comme les écoles religieuses fut mise en place. Par ailleurs, le contenu des enseignements avait une orientation totalement différente du programme des medrese, les écoles religieuses, en intégrant des sujets dits modernes, les mathématiques, la physique, les langues étrangères, le français, l’anglais et l’allemand. L’enseignement religieux était cantonné à environ six heures hebdomadaires. Les modalités de transmission du savoir s’en trouvaient totalement modifiées, avec la fin de la chaîne des transmetteurs du savoir, à travers une relation personnelle, d’individu à individu, du maître vers l’initié. Dans les écoles civiles, le maître diffusait son savoir à l’ensemble de la classe118.

  • 119 Cf. C. V. Findley, Bureaucratic Reform in the Ottoman Empire. The Sublime Porte, 1789-1822, Princet (...)
  • 120 B. Fortna, Imperial classroom. Islam, the State and Education in the Late Ottoman Empire, Oxford, O (...)

4L’Empire ottoman s’assignait deux objectifs majeurs, à savoir la formation d’hommes instruits dans les langues étrangères et les sciences techniques, ainsi que la diffusion d’une certaine philosophie chez leurs élèves. Ces écoles civiles cherchaient en quelque sorte à créer un homme nouveau qui serait ottoman avant de revendiquer une appartenance communautaire ou ethnique. Il s’agissait d’inculquer une forme d’esprit d’ottomanisme aux jeunes pour rompre les solidarités anciennes avec les communautés religieuses ou linguistiques119. Les ambitions de la nouvelle politique réformatrice étaient une véritable révolution dans les mœurs musulmanes et non-musulmanes. Pour la première fois, l’identité ottomane remplaçait l’identité islamique. L’expansion générale de l’éducation publique au 19e siècle reflétait un niveau d’investissement sans précédent de l’État dans la vie de ses sujets120.

  • 121 A. Levy, « The Officier Corps in Sultan Mahmud II’s Ottoman Army, 1826-39 », IJMES 2(1971), p. 32.

5Les premières écoles européanisées de l’Empire furent les écoles militaires, à cause des défaites militaires subies sur terre et sur mer. Dès le début du 18e siècle, l’Empire eut recours à des spécialistes étrangers employés à titre individuel. Le comte de Bonneval (1675-1747) servit sous le règne de Mahmud I (1730-1754) et le baron de Tott sous le règne de Mustafa III (1757-1774). Ils diffusèrent l’influence française et participèrent à la réorganisation selon les modèles européens. Le comte de Bonneval supervisait l’école des mathématiques [Hendesehane] fondée en 1734121.

6La résistance des janissaires condamna les premières tentatives d’ouverture d’écoles de type européen à une brève existence. Ce fut le cas des écoles d’artilleurs de Humbarahâne et de l’école d’ingénieurs de Mühendishâne, en 1731, sous le règne de Mahmud I (1730-1754). Puis à l’époque de Mustafa III, un autre essai à Karaağaç connut le même sort.

  • 122 E. Dölen, « Mühendislik eğitimi » [L’enseignement en ingénierie], Tanzimat’tan Cumhuriyet’e Türkiye (...)
  • 123 E. Dölen, « Tanzimat’tan Cumhuriyet’e Bilim » [La science des Tanzimat à la République], Tanzimat’t (...)
  • 124 Kimyager Mehmed Emin Derviş Paşa (1817-1878) avait un père imam de quartier et instituteur à l’écol (...)
  • 125 Ibid., p. 178.

7Fondée en 1773 sous l’impulsion de Cezayırlı Gâzî Hasan Paşa en réaction à la défaite des forces navales ottomanes à Çesme en 1770, l’école des ingénieurs de la marine (Mühendishâne-i Bahrî-i Hümayun) était la première école à enseigner les techniques connues alors en Europe. Son objectif était de former des officiers de marine connaissant la géométrie et la géographie, la cartographie et la construction des galions. Son premier professeur [başhoca] était Seyyid Hasan Efendi, un mathématicien connaissant l’arabe, le persan, l’italien, l’anglais et le français122. Cette école recrutait des ressortissants européens qu’elle employait à titre individuel. Puis en 1795, elle fusionna avec la nouvelle École du génie militaire : Mühendishâne-i Berri-i Hümayûn, destinée à former des officiers spécialisés, notamment en l’artillerie. Elles furent les deux premières écoles militaires ouvertes pour former des ingénieurs dans les « armes savantes », c’est à dire en ingénierie militaire et elles étaient les seules à enseigner l’astronomie [ilm-i hey’et] à cette époque. Cette discipline fut ensuite étudiée dans les écoles secondaires militaires [askerî rüşdiye] à partir de 1838 et dans les écoles préparatoires militaires [idâdi-i umûmî askerî] après 1869123. Le français était enseigné dans ces deux écoles et devint obligatoire à l’École du génie militaire. Les officiers diplômés de ces écoles jouèrent ensuite un rôle important. Tel Derviş Paşa124 qui fit ses études à l’école d’ingénierie militaire [Mühendishâne-i Berrî-i Hümayûn], puis en Europe. À son retour, il enseigna la physique et la chimie à l’école de Guerre ainsi que – pour la première fois – à l’université. Inspecteur des écoles militaires et membre du Conseil d’État [Sura-yi Devlet], il a aussi rédigé deux ouvrages scientifiques, l’un relatif aux sciences naturelles, Méthode de sciences naturelles [Usul-i Hikmet-i Tabiiye] (1865) et l’autre à la chimie, Méthode de chimie [Usul-i kimya]. Publié en 1848, ce livre était d’ailleurs le premier ouvrage turc de chimie125.

  • 126 F. Georgeon, Abdül Hamid II : le sultan calife (1876-1909), Paris, Fayard, 2003, p. 253.

8Mais au 19e siècle, l’appel à des instructeurs étrangers prit une toute autre dimension de par l’impulsion modernisatrice entreprise. En effet, au cours de ce siècle, l’appel aux ressources scientifiques de l’Occident, entre autres par le biais d’experts étrangers pour moderniser l’armée, paraît l’un des enjeux politiques majeurs, pour le pouvoir ottoman qui eut recours à des missions militaires accréditées auprès de la Porte pour encadrer ses projets. Ainsi, en réaction aux défaites militaires subies sur terre et sur mer, les premières écoles européanisées de l’Empire furent les écoles militaires. Les réformateurs des Tanzîmât initièrent un très grand investissement dans l’éducation pour moderniser l’armée et la société, ce qui fut une ligne de continuité pendant tout le 19e siècle. En même temps, l’instruction était un combat sur deux fronts, pour gagner les cœurs et les esprits des jeunes gens. Ce fut particulièrement le cas à l’époque hamidienne où les écoles étaient aussi un lieu d’apprentissage de la loyauté à l’Empire. Abdülhamîd II utilisa de plus en plus l’école publique comme moyen de renforcer l’attachement de ses sujets à sa personne, à la monarchie ottomane et à l’institution du Khalifat126. Présentes aux quatre coins de l’Empire, ces écoles participaient au processus de centralisation de l’État et à son ancrage en profondeur parmi les populations locales.

  • 127 O. Ergin, Türkiye Maarif Tarihi [Histoire de l’enseignement en Turquie], Istanbul, 1940, vol. 2, p. (...)

9Progressivement, toute une pyramide d’écoles militaires allant du niveau élémentaire jusqu’au niveau supérieur fut mise en place : des écoles secondaires, rüşdiye (1838), écoles préparatoires, ‘idâdiye (1846), une école de médecine militaire (Mekteb-i Tibbiye, 1827)127, l’école de Guerre (Mekteb-i Harbiye, 1834), l’école d’État-major (Erkân-ı Harbiye, 1845) ainsi qu’une école navale (Mekteb-i Bahriye, 1838).

  • 128 E. Yolalıcı, « Education in the Ottoman Empire in the 19th Century », in The great Ottoman Turkish (...)

10L’école de médecine militaire (Tibbiye, 1827) fut ainsi la troisième école ouverte sur le modèle européen après les écoles d’ingénieurs [Mühendishâne-i Bahrî et Berri-i Hümayûn]. Auparavant, les médecins se formaient sur le tas. Tous les cours y étaient dispensés en langue étrangère jusqu’en 1870, date à laquelle l’enseignement se fit alors en turc. La première école de médecine civile n’ouvrit ses portes qu’en 1866 à Istanbul (Mekteb-i Tibbiye-i Mülkive)128.

  • 129 Ş. Mardin, Jön Türklerin siyasî fikirleri 1895-1908 [Les idées politiques des Jeunes Turcs], 4e éd. (...)

11La question de la formation des cadres militaires fut envisagée à la base. Les aspirants commençaient leur éducation militaire très tôt, dès la fin de leur enfance et le corps militaire était devenu leur nouvelle famille. Souvent recrutés dans des familles modestes d’Anatolie, ils suivaient leurs études militaires entre l’âge de douze et de vingt-cinq ans. C’était aussi une manière d’établir un lien indissoluble entre l’État et eux129. Comme les janissaires à la période classique de l’Empire, ils n’avaient plus de véritables attaches familiales. De cette manière, ils pouvaient acquérir dans les meilleures conditions ces sciences et techniques modernes ainsi qu’un esprit de corps et espérer une promotion sociale et économique. Cette fréquentation commune de l’école suscitait de nouvelles solidarités entre les élèves. Ainsi se tissaient de nouvelles sociabilités, par la création de classes d’âge et de générations.

12Après de l’abolition du corps des janissaires, la formation des nouveaux cadres de l’armée réformée sur le modèle européen était un des problèmes les plus importants et récurrents. Les Tanzîmât donnèrent la première grande impulsion à l’apprentissage des sciences modernes dans les écoles militaires dans la première moitié du 19e siècle. À la fin du même siècle, l’instructeur allemand von der Goltz fit adopter d’importantes réformes concernant la réorganisation générale de l’armée ainsi que les écoles militaires. L’armée ottomane était soucieuse d’acquérir les sciences nouvelles dans leur ensemble et nous présenterons l’une d’entre elles, la photographie.

  • 130 İbrahim Edhem Paşa (Istanbul, 1785-Le Caire, 1865) fut le deuxième directeur de l’école d’ingénieur (...)
  • 131 E. Dölen, « Tanzimat’tan Cumhuriyet’e Bilim », op. cit., p. 154.

13Pour s’ouvrir à l’Occident, la connaissance de langues étrangères était un préalable incontournable. Il s’agissait en effet d’apprendre d’abord les langues dans lesquelles ces sciences étaient accessibles pour pouvoir ensuite les acquérir. Enseignés au début par des instructeurs étrangers, ces savoirs nouveaux furent ensuite dispensés en turc par les réformateurs qui effectuèrent de nombreuses traductions d’ouvrages. Ce mouvement de traduction fut extrêmement important pour l’apprentissage des savoirs venus de l’extérieur. On rencontre de nombreux militaires parmi les traducteurs d’ouvrages scientifiques. Par exemple, İbrahim Edhem Paşa130 (1785-1865) a traduit en turc les « Éléments de géométrie » [Kitab-i usû’l-hendese] d’Adrien Legendre (1752-1833) publié en 1794 et les tables de logarithmes de Jean-François Callet, publié en 1805131.

  • 132 Ibid., p. 191

14Des ouvrages de géographie furent traduits du français pour les écoles primaires [ibtidâiye] et secondaires [rüşdiye] à l’époque des Tanzîmât. Puis dans la seconde moitié du 19e siècle, des manuels furent rédigés pour les écoles préparatoires [’‘idâdiye]. Ahmed Muhtar Paşa écrivit un livre de géographie pour les écoles préparatoires militaires [Fenn-i Coğrafya, Istanbul, H. 1286/1869-1870] et Abdurrahman Şeref Bey écrivit une géographie générale [Coğrafya-i Umumî, Istanbul, 2 vol. , 1301H. (1885/86)132.

  • 133 Ibid., p. 194-195
  • 134 K. I. Gürkan, Türkiye’de Hekimliğin Batıya dönüşü, Istanbul, Yenilik Basımevi, 1967, p. 7-8.

15Dans le domaine de la cartographie, des cartes marines modernes furent empruntées au début du 19e siècle notamment à la France et à l’Angleterre. Les cartes maritimes et terrestres de l’Empire ottoman furent réalisées par des étrangers, tels l’allemand Heinrich Kiepert dans les années 1840. Des cours de topographie, de géodésie et d’astronomie étaient alors dispensés à Mühendishâne-i Berrî-i Hümayûn et à Harbiye. Ce n’est que plus tard que les Ottomans se mirent à confectionner des cartes de type moderne. Par exemple, Cevdet Paşa réalisa une carte de l’Anatolie orientale et de la Syrie133. À partir de 1834, l’étude de langues étrangères telles l’arabe, le persan et le français se répandit dans les écoles militaires. Dans les écoles préparatoires [‘idâdiye], l’arabe et le persan étaient enseignés pendant les deux à trois années du cursus. La connaissance de ces deux langues était nécessaire pour être admissible à l’école de Guerre. L’enseignement du français avait commencé bien auparavant, mais c’est en 1827 que Mahmud II déclara son apprentissage nécessaire pour les « sciences modernes », lors de l’inauguration de l’école de médecine134. Il fut ensuite enseigné à l’école de Guerre [Harbiye] à partir de 1840.

  • 135 A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi [Histoire des écoles militaires supérieures en (...)

16Dans le domaine maritime, la suprématie militaire de l’Angleterre ainsi que des récits de voyage très critiques à l’endroit des écoles navales ottomanes conduisirent les Ottomans à se tourner vers cette puissance. La langue anglaise fut alors enseignée à la place du français à l’école navale [Mekteb-i Bahriye]135.

  • 136 Ibid., p. 31.
  • 137 Ibid.

17Ensuite, à partir de 1867, les écoles préparatoires militaires [idâdi-i umûmî ’askerî okulları] se séparèrent entre l’école préparatoire navale [Bahriye idâdi Heybeliada] sur une île au large d’Istanbul, et celles de l’armée de terre à Kuleli, sur la rive asiatique, à Istanbul136. Un autre palier fut franchi dans l’histoire de l’éducation militaire en 1873. Les cours des écoles préparatoires [‘idâdiye] passèrent alors de quatre à trois ans et les épreuves orales supprimées pour être remplacées par des épreuves écrites. Différentes mesures furent adoptées pour élever le niveau de l’école de Guerre afin qu’il approche de celui des écoles européennes. Des cours plus modernes furent notamment introduits137. Ils investirent non seulement le champ scientifique mais aussi celui de la littérature et de la culture générale, en partie grâce à Süleyman Paşa (1838-1892).

2 – Les diplômes du centre

18Les diplômes délivrés par le centre sont ceux de l’école militaire et de l’école d’État-major. Pour compléter ces études, des officiers étaient envoyés à l’étranger et des instructeurs étrangers étaient appointés dans l’Empire ottoman pour les former.

L’école de Guerre

  • 138 A. Levy, « The Officier Corps... », op. cit., p. 33.

19Le diplôme de l’école de Guerre [harbiye mektebi] est bien sûr le diplôme du « centre » par excellence. Fondée à l’été 1834, « l’école des sciences militaires » [Mekteb-i Ulûm-u Harbiye], formait un bataillon attaché à la brigade des gardes de Namık Paşa et était sous la supervision du quartier général de la garde impériale [Hâssa ordusu] – pour éviter l’interférence du ministre de la Guerre qui ne lui était pas favorable. Au départ, il y avait beaucoup de difficulté à surmonter, dont l’absence totale d’ouvrages, d’enseignants qualifiés et d’équipement éducatif. En 1837, aucun des professeurs n’était militaire, excepté un. De même, les bâtiments de Maçka qui lui avaient été alloués étaient inadéquats et furent agrandis en 1835138.

20Lors de la création de l’école de Guerre (1834), les soldats admis étaient pratiquement analphabètes. En effet, il n’existait alors aucune école primaire ou secondaire pour les préparer à son entrée. C’est dire l’ampleur de la tâche à réaliser par les réformateurs des Tanzîmât. L’enjeu d’apprentissage de la connaissance des sciences nouvelles passait d’abord par l’alphabétisation, puis par l’acquisition de langues étrangères. Les élèves admissibles devaient connaître l’arabe et le persan et être âgés de seize à dix-sept ans. Les cours commencèrent en 1836 et l’école comptait déjà 100 étudiants répartis en quatre classes en 1837. Leur nombre augmenta progressivement. Il passa à 150 en 1838, puis à 200 en 1839.

  • 139 E. Dölen, « Tanzimat’tan Cumhuriyet’e Bilim », op. cit., p. 178
  • 140 A. Levy, « The Officier Corps... », op. cit., p. 34.
  • 141 O. Ergin, 1939, p. 427.

21La physique et la chimie devaient être enseignées dès la fondation de l’école de Guerre en 1834. Mais ces matières ne furent introduites à l’école d’État-major que bien plus tard, après 1867139. Selon des observateurs étrangers, au début, on enseignait des cours plus basiques comme la lecture, l’écriture, l’arithmétique, l’arabe et la tactique militaire140. Lorsqu’Emin Paşa (1841-1845) fut directeur de l’éducation, il donna une impulsion à la modernisation de l’enseignement. En 1845, il forma une commission chargée de réformer les cours141. Il affecta aussi à l’école de Guerre un officier d’État-major ingénieur (formé à l’école d’ingénierie, Mühendishâne) Büyük Tahir Efendi pour qu’il y enseigne le calcul et la géométrie. Les progrès des étudiants devinrent plus sensibles à partir de 1842 et on commença à leur faire passer un examen de sortie, conditionnant l’obtention des grades (lieutenant en premier et lieutenant en second). En 1847, la formation en ingénierie (Mühendishâne-i Berrî-i Hümâyun) devint l’école d’artillerie (Topçu Harbiye Mektebi), puis fusionna en 1871 avec l’école de Guerre.

  • 142 O. Ergin, Türkiye maarif tarih, op. cit., p. 427.

22Ultérieurement, en 1864, l’enseignement de la langue française fut particulièrement mis en valeur par Galip Paşa, le Directeur de l’école de Guerre (1864-1871). On fit venir des enseignants de France pour améliorer le niveau de français des aspirants et on l’enseigna dès les écoles préparatoires [‘idâdiye]142. Mais la véritable réforme de l’enseignement eut lieu bien plus tard, à l’époque de von der Goltz dans les années 1880.

  • 143 Ibid.

23Après les guerres russo-turques de 1877-78, on se lança dans de grandes réformes dans les écoles militaires. Au début des années 1880, on fit appel à von der Goltz qui enseignait l’histoire militaire à l’Académie de Guerre de Berlin. Il entra au service de l’Empire ottoman avec le grade de général [livâ], à l’inspection générale des écoles militaires et il contribua à renforcer le prestige moral dont jouissaient de ces écoles143.

  • 144 Ş. Mardin, Jön Türklerin siyasî fikirleri 1895-1908 [Les idées politiques des Jeunes Turcs], 4e éd. (...)
  • 145 S. Aydemir, Suyu arayan adam [L’homme qui cherchait de l’eau], Istanbul, Remzi Kitabevi, 1961, p. 4 (...)

24Promu général en 1874, Süleyman Paşa devint directeur de l’école de Guerre et se consacra à la préparation du programme des écoles et des collèges militaires. Écrivain et poète, il a rédigé de nombreux ouvrages destinés à l’enseignement dans les écoles militaires et civiles. Ses ouvrages avaient trait à la littérature, l’éloquence et la grammaire de la langue turque notamment. Il accorda une place importante à la littérature française et aux idées de la révolution française qui bercèrent alors les étudiants de l’école militaire. Ces livres de littérature européenne diffusèrent les idées libérales et occidentales144. La notion de patrie [vatan] développée par les Jeunes-Ottomans fut enseignée dans les écoles militaires grâce à Süleymân Paşa145.

  • 146 Il fut directeur de l'école de Guerre de 1864 à 1871.
  • 147 A. Avcı, op.cit., p. 31.

25En 1864, Galip Paşa devint directeur de l’École de Guerre146 et mit l’enseignement de la langue française en valeur. Pour ce faire, des enseignants furent appelés de France. Dans chaque classe, les élèves furent séparés en trois niveaux. Ensuite, à partir de 1867, les écoles préparatoires militaires [idâdi-i umûmî askerî okulları] se séparèrent entre l’école préparatoire navale [Bahriye idâdi Heybeliada] à Heybeliada, une île au large d’Istanbul, et celles de l’armée de terre à Kuleli, sur la rive asiatique, à Istanbul147.

26Le deuxième tournant dans l’histoire de l’éducation se produisit en 1873. Les cours des écoles préparatoires [‘idâdiye] furent réduits à trois ans et les épreuves orales supprimées pour être remplacées par des épreuves écrites. Différentes mesures furent adoptées pour élever le niveau de l’école de Guerre afin qu’il se rapprochât de celui des écoles européennes. Des cours plus modernes furent notamment introduits.

  • 148 A. Avcı, op. cit., p. 60.

27Au début des années 1880, le sultan écarta de nombreux officiers de l’ancienne génération, pour des motifs politiques, et détracteurs du modèle français. De plus, après la défaite française de 1870 face à l’Allemagne, le système militaire français fut abandonné comme référence unique. Les tactiques et techniques allemandes furent introduites après la guerre russo-turque (1877-1878). La venue de von der Goltz comme inspecteur général des écoles militaires en 1883 marqua un tournant à cet égard. Ayant auparavant enseigné l’histoire militaire à l’Académie de Guerre à Berlin, il contribua à renforcer le prestige moral dont jouissaient déjà les écoles militaires et y introduisit de grandes réformes. L’influence allemande dans le domaine militaire devint alors une ligne de continuité jusqu’à la proclamation de la république148. L’envoi d’étudiants en Europe se développa, axé sur les échanges avec l’Allemagne. Le programme fut réformé en 1889, selon les programmes français, allemand et belge. On augmenta le nombre d’étudiants autorisé à étudier à l’école d’État-major qui passa de quinze à quarante.

  • 149 M. A. Griffiths, The Reorganisation of the Ottoman Army under Abdülhamîd II (1880-1897), Ph. D. Uni (...)

28Le programme des écoles élémentaires [rüşdiye] fut renforcé à l’époque hamidienne. La première année, les élèves recevaient des cours de lecture du Coran en arabe, des cours de langue arabe et persane ainsi que de langue ottomane/turque et de français. On leur adjoignit des cours d’arithmétique, de géométrie et de géographie. Les cours étaient dispensés en turc et ceux qui ne maîtrisaient pas cette langue devaient accomplir une année préparatoire. On y étudiait des disciplines scientifiques et technique, l’histoire militaire, l’histoire ottomane, de l’Europe et de l’Amérique, mais pas de matière purement militaire149.

  • 150 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 36-37.

29Les cours à l’école de Guerre se mirent progressivement en place, du fait du faible niveau de départ. Lors de sa création, ils étaient organisés sous forme de bataillons [tabur mahiyeti], divisés en huit parties. Les soldats admis à l’École avaient un niveau d’éducation très modeste, voire étaient parfois analphabètes. En effet, il n’y avait pas d’écoles primaires et secondaires pour les préparer à l’École. En 1845, Emîn Paşa forma une commission chargée de réformer les cours150.

  • 151 Cf. O. Ergin, Türk maarif tarihi [Histoire de l’enseignement turc], Istanbul, MEB Yayınları, 1941, (...)
  • 152 Ibid., p. 432.

30L’enseignement du français étant au programme de l’école de Guerre depuis 1840, une École ottomane [mekteb-i’osmâniye] avait été ouverte à Paris en 1855. Elle accueillait des élèves en provenance de l’école de Guerre, de l’École vétérinaire et des autres écoles militaires. Les cours, du niveau du lycée, étaient dispensés par des enseignants français et turcs151. Elle fut fermée en 1875 et neuf écoles préparatoires rüşdiye furent ouvertes pour y pallier . La même année fut ouverte l’école chargée de former des enseignants civils et militaires pour les écoles militaires [menşe-i muallimin]152.

31En 1895, dans la section de l’infanterie et de la cavalerie, la durée des cours était de trois années. Le recrutement se faisait parmi les diplômés des collèges militaires, les élèves musulmans du lycée de Galatasaray ou des autres écoles civiles qui subissaient l’examen d’entrée, à titre facultatif. La répartition entre les armes se faisait au tirage au sort. Ils en sortaient avec le brevet de sous-lieutenant d’infanterie ou de cavalerie. En cas de deux redoublements successifs, l’élève était envoyé comme simple soldat dans l’arme à laquelle il appartenait.

  • 153 Propos tenus par le maréchal Zekî Paşa, grand maître de l’artillerie, qui était en même temps direc (...)
  • 154 A. de la Joncquière, L’armée ottomane et l’épuration des grades, in Le Bosphore, 4 septembre 1908, (...)
  • 155 S.H.A.T., 7N 1633, Constantinople, rapport n° 274 du 5 février 1900.

32En 1889, à l’École militaire, on ouvrit une sorte d’« école des nobles ou des pages ». Elle était réservée exclusivement à la famille du sultan ou aux fils des dignitaires et de hauts fonctionnaires en faveur à la Cour. Ils suivaient des cours analogues à ceux de l’École militaire de Pangaltı. Toutefois, ils ne vivaient pas en internat, mais étaient seulement astreints à suivre certains cours et à participer à des exercices. Le niveau d’instruction des officiers sortant de « l’école des nobles » était très inférieur à celui de leurs camarades formés à Pangaltı153. Ils sortaient de l’École avec des grades très élevés154. Ce qui ne manquait pas de soulever l’indignation des autres élèves. En 1902, un officier d’infanterie, admis à suivre les cours de l’école d’État-major, trois officiers de cavalerie nommés aides de camp du sultan, ainsi qu’un officier d’infanterie et un de cavalerie de l’armée persane étaient sortis de cette école avec divers grades155.

  • 156 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 417 du 13 avril 1912.

33Après la « révolution jeune-turque », l’École militaire de Harbiye fut ouverte aux élèves non-musulmans en 1910. En 1912, les premiers officiers non-musulmans furent promus à l’issue du nouveau cursus de deux ans. Sur 394 officiers, il y avait 3 Grecs, 4 Arméniens et un Israélite. L’un des Grecs était classé parmi les seize premiers, auxquels le sultan remit en cadeau une montre en or. Le sultan, le prince héritier, le ministre et les hautes autorités militaires assistaient à la cérémonie ainsi que le patriarche œcuménique, le grand rabbin et les représentants de l’exarque bulgare et du patriarche arménien156. La formule du serment était la suivante :

  • 157 Ibid.

« Sur terre, sur mer, et dans l’air, je serai toujours fidèle à mon souverain et à ma patrie. Je respecterai toujours et en toute occasion la constitution et les lois militaires. L’honneur et la gloire militaire seront pour moi plus précieux que ma propre existence. Je n’épargnerai rien, même ma vie, pour défendre ma patrie157 ».

  • 158 Ibid.

34Les musulmans dirent « vallâhi bi-Allâhi » sur le Coran, les chrétiens prêtèrent serment sur l’Évangile et les Israélites sur le Talmud158. En 1912, la formule du serment fut modifiée de la manière suivante, pour interdire aux officiers tout rôle politique. Ils devaient prononcer :

  • 159 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 509 du 19 août 1912.

« Je jure de servir avec fidélité, partout et dans toutes les circonstances et dans les limites de la loi constitutionnelle, mon souverain et ma patrie, d’obéir strictement aux ordres de mes supérieurs, de respecter les lois de l’Empire et tant que j’appartiendrai au service militaire de ne m’affilier à aucun parti ou comité politique, comme aussi de ne jamais intervenir sous aucun rapport, dans les affaires politiques intérieures et extérieures du gouvernement ottoman »159.

  • 160 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 33-35.

35Une mission réformatrice allemande vint dans l’Empire à la fin de l’année 1913. Cette décision fut prise à l’issue de la défaite des guerres balkaniques sous l’influence d’Enver devenu commandant en chef. Elle apporta quelques modifications dans les cours et dans l’organisation administrative. L’école de Guerre fut placée sous l’autorité de l’inspection générale de l’éducation et de l’enseignement [terbiye ve tedrisat-ı umûmiye müfettişliği] jusqu’en 1914, date de la suppression de cette direction et de la création de la direction générale des écoles militaires [askerî mektepler umûm müdürlüğü] Le colonel allemand Back von Erlick devint directeur général des écoles. La première classe fut séparée en deux groupes, le premier dit du cours normal [kidemsiz] et le second, un cours créé pour les sous-officiers [kidemli], anciens dans l’ordre hiérarchique. L’école de Guerre fut fermée le 4 août 1918 et ne rouvrit que le premier janvier 1920, à cause de la Première Guerre mondiale160.

L’école d’État-major

  • 161 Mekteb-i fünün-u harbiye-i Şahâne Erkân-harbiye sınıfları
  • 162 O. Ergin, Türk maarif tarihi, op. cit., p. 426-427.

36L’école d’État-major [Erkân-ı Harbiye] fut créée en 1845, sur le modèle de l’École d’application d’État-major française, couronnant l’édifice de l’enseignement militaire ottoman. Dans cette académie militaire, l’enseignement fut assuré au début par des experts européens, Français ou Prussiens. Mais sa véritable fondation en tant qu’institution est plus tardive. C’est, en effet, en 1864 qu’elle prit le nom d’école d’État-major161. Il s’agissait en quelque sorte d’une école d’ingénieurs d’État-major162. Les cinq premiers diplômés de l’école d’État-major furent promus en 1849.

  • 163 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 45-47.
  • 164 Ibid., p. 48.

37Tant du point de vue des cours que de l’administration, les classes de l’école d’État-major furent considérées comme partie intégrante de l’école de Guerre jusqu’à la seconde monarchie constitutionnelle. La durée des cours était de deux années jusqu’en 1878 puis de trois années. Les élèves en sortaient avec le grade de capitaine [yüzbaşı] et celui d’adjudant major [kolağası] leur étaient attribué deux ans plus tard163. En 1868, une réforme des cours fut entreprise sur le modèle européen. Après avoir subi avec succès un examen d’entrée à l’École, les étudiants recevaient les cours suivants : arithmétique, algèbre, logarithmes, géométrie ordinaire, géométrie, sciences naturelles, géographie générale, histoire et littérature ottomanes. Le classement se faisait en fonction des résultats obtenus, avec indication du numéro et du rang de sortie et de la classe. Ce système dura onze ans164.

  • 165 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 48.
  • 166 S.H.A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n° 144 du 12 avril 1895.

38En 1880, elle fut divisée en sept sections. Après les guerres russo-turques, on n’admit plus d’élèves en provenance de l’école d’ingénieurs [mühendishâne-i Berrî-i hümayûn]. Puis, en 1881, elle fut divisée en trois classes165. À l’école supérieure de Guerre ou d’État-major, le recrutement annuel de la section – un très petit nombre – était de 15 officiers en moyenne, parmi les sous-lieutenants qui sortaient des écoles d’infanterie, de cavalerie et d’artillerie. Devenaient élèves d’État-major ceux qui avaient obtenu, sans distinction d’arme, les plus fortes notes pendant les trois dernières années d’étude166.

  • 167 S.H.A.T., 7N1632, Constantinople, rapport n° 225 du 4 juillet 1899.
  • 168 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 536 du 3 janvier 1903.

39En 1899, à peine un cinquième des officiers étaient sortis de l’École de Guerre et les soldats actifs ne recevaient, en réalité, qu’une instruction tout à fait rudimentaire167. Depuis sa fondation en 1834 jusqu’en 1907, 807 officiers sortirent diplômés. Puis 593 en 1902. C’est dire le faible nombre d’officiers diplômés au sein de ce corps, malgré les efforts faits pour augmenter leur proportion168

Promotions de l’école d’État-major et de l’école de Pangaltı

  • 169 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 274 du 5 février 1900.
  • 170 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 536 du 3 janvier 1903.
  • 171 Ils furent envoyés comme sous-lieutenants dans les corps de troupes.
  • 172 Id.
  • 173 Ils étaient sortis de l’école de Pangaltı avec le grade de capitaine.

promotions/années

1900169

1902170

École d’État-major

16 reçus capitaines d’État-major

32 reçus
11 capitaines d’État-major
21 lieutenants de corps de troupes

École de Pangaltı infanterie

442 officiers
corps de troupes/école d’État-major

521 lieutenants
affectation :

1e corps d’armée :
2e corps d’armée :
3e corps d’armée :
4e corps d’armée :
5e corps d’armée :
6e corps d’armée :
7e corps d’armée :
div. de Tripoli :
Total :

62
76
68
98
61
19
1
7
392171

4
5
98
8
6
2
-
-
30

1e corps d’armée : 36
2e corps d’armée : 61
3e corps d’armée : 260
4e corps d’armée : 66
5e corps d’armée : 39
6e corps d’armée : 50
7e corps d’armée : 2
div. de Tripoli : 7

École de Pangaltı cavalerie

84 officiers
corps de troupes/école d’État-major

72 officiers
affectation :

1e corps d’armée :
2e corps d’armée :
3e corps d’armée :
4e corps d’armée :
5e corps d’armée :
6e corps d’armée :
7e corps d’armée :
div. de Tripoli :
Total :

16
17
10
17
15
7
-
-
82172

1
-
1
-
-
-
-
-
2

1e corps d’armée : 18
2e corps d’armée : 16
3e corps d’armée : 15
4e corps d’armée : 7
5e corps d’armée : 8
6e corps d’armée : 8

École vétérinaire de Pangaltı

15173

16
affectation :

2e corps d’armée : 3
3e corps d’armée : 4
4e corps d’armée : 3
5e corps d’armée : 4
6e corps d’armée : 4

  • 174 Ibid.

École de médecine et de pharmacie174

promotion/année

1902

médecine

58

pharmacie

16

  • 175 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 536 du 3 janvier 1903.

École de Humbarahâne175

promotion/année

1902

artillerie de campagne

45 officiers
affectation :
1e corps d’armée : 8
2e corps d’armée : 13
3e corps d’armée : 13
4e corps d’armée : 4
5e corps d’armée : 2
6e corps d’armée : 4
7e corps d’armée : 1

artillerie de forteresse

13 officiers
affectation :
1e corps d’armée : 6
2e corps d’armée : 2
3e corps d’armée : 1
4e corps d’armée : 2
5e corps d’armée : 2

génie

11 officiers
affectation :
1e corps d’armée : 4
2e corps d’armée : 1
3e corps d’armée : 1
4e corps d’armée : 1
5e corps d’armée : 1
 ? : 3

  • 176 Ibid.

40Les élèves de première année restaient sous-lieutenants, ceux de deuxième année passaient lieutenants, et ceux de la troisième année, ayant réussi l’examen de sortie, recevaient un brevet de capitaine et entraient comme tels dans le service correspondant de l’armée impériale176. Des enseignants furent aussi appelés d’Allemagne. Les élèves ayant terminé l’école d’État-major étaient versés après un stage de deux ans à l’État-major, dans les armées avec le grade de kolağası. Ce système fut en vigueur jusqu’à la seconde monarchie constitutionnelle.

  • 177 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 51-52.

41Après la révolution jeune-turque, le système préexistant fut conservé dans sa grande majorité. En 1908, l’école de Guerre et l’école d’État-major furent rattachées au ministère des écoles militaires. L’école d’État-major fut placée sous l’autorité de la présidence de l’État-major. En 1909, on décida que seuls les lieutenants en premier et en second pourraient entrer à l’État-major. Ce système ne s’appliqua que pendant deux années. Quelques modifications furent apportées avant la Première Guerre mondiale : on accorda une plus grande importance aux cours de langue177.

  • 178 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 54.

Les cours de première année178.

cours

nombre d’heures par semaine

organisation militaire

4

histoire de la guerre

armes

2

fortifications lourdes

2

lois militaires

1

histoire

2

géographie stratégique et ethnographie

2

français

3

russe ou allemand

  • 179 Ibid.

Les cours de deuxième année179.

cours

nombre d’heures par semaine

organisation militaire

4

histoire de la guerre

3

science des fortifications lourdes

2

topographie et cartographie

2

approvisionnement en temps de guerre

1

histoire

2

français

3

russe ou allemand

3

conquêtes ottomanes

3

  • 180 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 54.

Cours de troisième année180.

cours

nombre d’heures par semaine

organisation militaire

3

histoire de la guerre

communication entre les places fortes

3

tâches de l’État-major

3

enseignement naval

1

droit international

2

délimitation de frontières

1

français

3

russe ou allemand

3

Les réformes apportées par von der Goltz

42Dans la seconde moitié du 19e siècle, après la défaite française de 1870 face à l’Allemagne, le système militaire français fut abandonné comme référence unique après la guerre russo-turque (1877-1878). Les tactiques et techniques allemandes furent introduites.

  • 181 Ibid., p. 32.
  • 182 C. v. d. Goltz, Denkwürdigkeiten, préparé et publié sous la dir. de F. von der Goltz et W. Förster, (...)
  • 183 J. L. Wallach, Anatomie einer Militärhilfe. Die preuβisch-deutschen Militärmissionen in der Türkei (...)

43Jusqu’en 1870, l’école de Guerre suivait le programme militaire français. Or, après l’arrivée de von der Goltz au début des années 1880, le système en vigueur à l’école de Guerre de Berlin devint la référence. Une plus grande importance fut notamment accordée au dessin et aux mathématiques. Les enseignements furent alors séparés en deux groupes, à savoir entre matières scientifiques et matières militaires enseignées à l’État-major181. En outre, lorsque von der Goltz arriva en Turquie, c’était l’enseignement pratique qui faisait le plus défaut aux étudiants182 Le ministre de la Guerre approuva sa proposition de dispenser des cours pratiques. Il introduisit aussi de nouvelles matières militaires et non militaires, telles les compétences de l’État-major, l’enseignement des armes, l’histoire de la guerre, l’histoire de l’art militaire, l’organisation des armées étrangères, l’art de l’armée ottomane, la géographie stratégique et statistique, la tactique appliquée, le service d’État-major sur le terrain ainsi qu’un cours de littérature militaire183.

  • 184 C. v. d. Goltz, Denkwürdigkeiten, op. cit., p. 114.

44Von der Goltz enseigna, publia et diffusa dans les écoles militaires ottomanes des ouvrages militaires allemands. De ce fait, il joua un rôle très important dans l’éducation des jeunes officiers ottomans. Pour mettre fin à l’étude des livres français, il fit publier des ouvrages destinés à l’École de Guerre. La doctrine allemande y était enseignée et notamment les préceptes de Clausewitz. Lors de sa première mission militaire de douze années dans l’Empire (1883-1895), il fit publier en langue turque plus de quatre mille pages d’ouvrages allemands184. L’enseignement de la langue allemande se généralisa dans les écoles militaires, suivant le modèle de la Deutsche Kriegsschule. La langue française, qui était auparavant obligatoire, devint alors facultative. Von der Goltz s’employa à former un état-major compétent et fonda une Académie militaire, sur le modèle de la Berliner Kriegsakademie.

  • 185 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 49.

45En 1884, von der Goltz fut affecté à l’inspection des écoles militaires [mekâtib-i umûmiye müfettişliği] et envisagea une réorganisation de l’École sur le modèle allemand, avec une « militarisation » des cours. A cause de l’absence de formation en ingénierie et en mathématiques dans d’autres écoles, ces matières ne furent pas supprimées. Ce qui souligne encore plus la très grande importance de l’école d’État-major pour les officiers et son prestige185.

  • 186 A. Avcı, op. cit., p. 48-49.

46La même année, les matières enseignées furent séparées en deux catégories : scientifiques et militaires à l’initiative de von der Goltz186. L’accent fut mis sur les cours proprement militaires, tandis que la partie scientifique était considérée seulement comme nécessaire à des ingénieurs. Cette situation perdura jusqu’en 1895. En effet, le début de la professionnalisation de l’école d’État-major commença en 1894. Les cours d’ingénierie enseignés auparavant à l’école d’État-major furent transférés à « l’école civile de géométrie » [hendese-i mülkiye mektebi], créée en 1883 et rattachée à la l’école d’ingénierie militaire [mühendishâne-i Berrî hümâyûn]. À partir de 1895, l’école d’État-major fut complètement calquée sur le système allemand.

  • 187 S.H.A.T. (Service Historique de l’Armée de Terre française, Vincennes), 7N1632, Constantinople, rap (...)

47L’influence allemande eut aussi pour effet la modification du recrutement des officiers d’état-major en 1899 selon le système de recrutement prussien. Les officiers admis à l’école d’État-major étaient considérés comme des stagiaires et leur nombre fut porté à cinquante. Un brevet d’état-major venait sanctionner leurs trois années d’étude à l’école. Ils devaient alors effectuer un stage de deux ans dans un régiment. Cette sanction donnée aux trois années d’étude accomplie apportait un plus au cursus et les deux années de service leur donnaient une expérience précieuse187.

48Par ailleurs, Von der Goltz était le spécialiste allemand qui connaissait le mieux l’armée ottomane et au demeurant, celui qui l’a le plus influencée. En effet, par-delà les réformes, les cours et la mise en avant du modèle allemand qui prônait sa supériorité, il a marqué les générations de jeunes officiers qui l’ont côtoyé et qui sont devenus des inconditionnels du modèle allemand. Il influença les auteurs de la « révolution jeune-turque de 1908 » et les réformes militaires qu’ils s’empressèrent d’adopter.

49L’exclusivité de certaines formations dispensées dans les écoles militaires souligne le rôle précurseur de l’armée vis-à-vis de la société. Nous pouvons citer deux exemples plus particuliers. Tout d’abord, celui de la formation en ingénierie que nous avons évoqué plus haut et celui de l’enseignement de la photographie.

La photographie : une science moderne aux armées

  • 188 E. Çizgen, « Fotoğrafçιlık » [la photographie], dans Dünden bugüne Istanbul Ansiklopedesi [Encyclop (...)
  • 189 Yıldız Fotograf Albümleri Kataloğu [catalogue des albums photographiques de Yıldız], Istanbul, 1992 (...)
  • 190 Hüsnü Bey, Risale-i fotoğrafya [Guide de la photographie], Istanbul, Ceride-i Askeriye Matbaasi, 12 (...)

50L’importance accordée à la photographie – par son enseignement précoce à l’armée ainsi que la place qu’occupèrent les photographes – est à souligner. L’enseignement de la photographie commença d’abord dans les armes savantes de l’armée, à l’École impériale d’ingénieurs [Mühendishâne-i Berri-i Hümayûn]. Dès 1805, une caméra obscure fut importée de Grande-Bretagne et des cours de photographie furent ajoutés à ceux de dessin188. Elle fut ensuite enseignée dans l’armée de terre et la marine. Les premiers photographes militaires sortirent diplômés de l’École impériale d’ingénieurs et de l’École militaire dans les années 1860 : le capitaine Hüsnü Bey (1844-1896), Servili Ahmed Emin (1845-1892) et Üsküdarlı Ali Rıza Paşa ( ?-1907)189. Ils traduisirent un grand nombre d’ouvrages relatifs à la photographie. La première traduction en date fut réalisée en 1873 par le capitaine Hüsnü Bey : « Usul-ü Fotograf Risalesi » [Guide de l’art de la photographie]190.

51La carrière de photographe militaire, comme celle de peintre militaire, était alors très prisée et reconnue. Détenteurs de savoirs nouveaux, les photographes étaient considérés comme des officiers d’avant-garde. Les photographes militaires étaient des officiers de haut rang, proches du pouvoir et mettant leurs talents au service du sultan. Les officiers Bahriyeli Ali Sami et Ali Sami Aközer sont des exemples très significatifs à cet égard.

52Diplômé en 1892 avec le grade de lieutenant dans la marine et d’ingénieur en construction, Bahriyeli Ali Sami était photographe en chef à l’hospice des pauvres [Darülaceze] et professeur de photographie à l’école navale. En 1893, il publia un livre : Les débuts de l’art photographique [Meabadi-i usulu fotoğrafya]. Nommé photographe impérial sous le règne hamidien, il prépara de nombreux albums pour le sultan, puis se retira dans la marine en 1909.

  • 191 E. Çizgen, Photography in the Ottoman Empire 1893-1919, Istanbul, Haset Kitabevi, 1987, p. 138.

53Quant à Ali Sami Aközer, il fut l’un des vingt-quatre officiers diplômés en artillerie de l’École Impériale d’ingénieurs en 1886. Il enseigna la peinture et la photographie dans cette école. Nommé colonel d’artillerie, il devint professeur de photographie au Palais et donna des cours au prince Burhaneddin pendant de nombreuses années. En 1898, il fut désigné, comme photographe militaire, pour accompagner l’Empereur allemand Guillaume II lors de sa visite dans l’Empire ottoman, d’Istanbul à Jérusalem. Nommé aide de camp du sultan en 1899, il reçut la tâche d’immortaliser toutes les visites officielles dans l’Empire191.

  • 192 O. Moreau, « 19. yüzyıl sonunda Osmanlı Ordusunun görüntüsü nasıldı » [À la fin du 19esiècle, quell (...)

54Certains photographes étaient très en faveur au Palais et bénéficièrent même de nominations à des grades militaires. Tel le photographe Kenan Paşa, qui tout en poursuivant ses travaux de photographie, devint le principal conseiller d’Abdülhamid II dans la commission créée en 1897 pour le recouvrement des dommages de la guerre gréco-turque. La consécration de sa carrière fut sa promotion au grade de général en 1900192. La maîtrise de cette science nouvelle permettait des carrières brillantes et même des nominations à des grades militaires. Elle bénéficiait d’une reconnaissance extraordinaire à l’époque. Mais par-delà l’étude dans les écoles, le mouvement de la science suit aussi celui des hommes qui se déplacent pour l’acquérir ou le dispenser. Le flux des personnes prit de multiples formes. Dans un premier temps, de manière classique, des étudiants ottomans furent envoyés pour se former à l’étranger, puis à l’heure de la mission militaire allemande dans l’Empire ottoman, à partir des années 1880, des officiers allemands furent appointés dans l’armée ottomane et des stagiaires ottomans furent envoyés servir dans l’armée allemande.

L’envoi d’étudiants ottomans à l’étranger

  • 193 A. Avcı, op. cit., p. 28.

55Les réformes se manifestèrent par l’envoi d’étudiants en Europe à partir de l’année 1834 ainsi que par l’appel à des enseignants et des ingénieurs venus d’Europe. Les premiers envois d’étudiants s’effectuèrent entre 1834 et 1838. Cinq partirent pour Londres en 1834, puis cinq autres pour Vienne en 1835. En 1836, un fut envoyé à Paris, quatre à Vienne et un à Londres. Avec les dix qui se rendirent à Vienne en 1838, la première vague d’expatriés comptait vingt-six étudiants193.

  • 194 O. Ergin, Türkiye maarif tarihi, op. cit., p. 427.
  • 195 I. Tekeli éd., Dünden bugüne İstanbul Ansiklopedesi [Encyclopédie d’Istanbul d’hier à aujourd’hui], (...)
  • 196 O. Ergin, Türkiye maarif tarihi, op. cit., p. 432.

56L’enseignement du français étant au programme de l’école de Guerre depuis 1840, on ouvrit une école ottomane [mekteb-i’Osmâniye] fut ouverte à Paris en 1855 qui fut en activité jusqu’en 1874. Elle accueillait soixante étudiants en provenance de l’école de Guerre, de l’école vétérinaire et des autres écoles militaires. Ses cours suivaient le programme de l’école préparatoire à l’école de Guerre de Paris et étaient dispensés par des professeurs français et turcs194. Elle perdit de son importance après l’ouverture du lycée impérial de Galatasaray [mekteb-i sultanî] à Istanbul en 1867195. Elle fut fermée en 1874 et neuf écoles rüşdiye furent ouvertes pour y pallier. On ouvrit la même année, une école chargée de former des enseignants civils et militaires pour les écoles militaires [menşe-i muallimin]196.

Officiers supérieurs ottomans ayant participé à la guerre gréco-ottomane de 1897

Collection privée d’Orhan Koloğlu

  • 197 S. Yerasimos, « Les ingénieurs ottomans », in Bâtisseurs et bureuacrates. Ingénieurs et société au (...)

57Lors du Traité de Paris, en 1856, quarante-six étudiants ottomans furent envoyés faire des études en France. Vingt d’entre eux étaient issus de l’école d’ingénieurs de l’armée de Terre. Quinze furent envoyés au Prytanée de la Flèche de décembre à juin 1856, puis ils furent tous réunis dans l’école ottomane fondée à Paris. Après avoir bien progressé dans la langue française, huit d’entre eux devinrent élèves de l’école de Saint-Cyr entre 1862 et 1864197.

58Mais après l’arrivée de la mission militaire allemande dans l’Empire ottoman en 1882, les étudiants furent de préférence envoyés en Allemagne comme stagiaires dans l’armée allemande.

Les stagiaires ottomans dans l’armée allemande

  • 198 A. Avcı, op. cit., p. 32 ; J. Wallach, Anatomie einer Militärhilfe, op. cit., p. 60-61.

59Après l’arrivée de von der Goltz, l’envoi d’étudiants en Europe s’accrut, privilégiant les échanges avec l’Allemagne. Un premier groupe de dix officiers ottomans fut envoyé en 1883, puis un deuxième composé de douze officiers en 1887198. L’envoi de stagiaires ottomans dans l’armée allemande était le corollaire de l’enseignement de la doctrine allemande. Quel que fut leur grade dans l’armée ottomane, ils prenaient le grade et l’uniforme de second lieutenant dans l’armée allemande et ne pouvaient être promus premier lieutenant qu’après deux ans de séjour dans le régiment. En revenant en Turquie, ils recevaient le grade immédiatement supérieur à celui qu’ils avaient au moment de leur départ pour l’Allemagne.

  • 199 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 170 du 13 mars 1899.
  • 200 P.A.-A.A., Türkei n° 139, A. 14516, amb. n° 196, Thérapia, le 3 septembre 1908, Marschall à M. le c (...)

60Les avantages qui résultaient pour ces officiers de leur supériorité réelle sur leurs camarades étaient souvent compensés par la suspicion dans laquelle ils étaient tenus par suite des idées libérales qu’on leur attribuait. Toutefois ces missions étaient très recherchées. Peut-être aussi, parce qu’ils touchaient régulièrement une solde de 38 L.T. (874 F.) pour les officiers de cavalerie et de 33 L.T. (759 F.) pour les autres199. Lorsque ces officiers revenaient dans leur pays, pour la plupart, des déceptions amères les attendaient. Ils étaient écartés quasi systématiquement par le sultan. Alors que l’armée ottomane déclinait, certains prirent part aux comités révolutionnaires200.

  • 201 P.A-A.A. (Archives du ministère des Affaires étrangères allemand), Türkei n° 139, A. 14409, Thérapi (...)
  • 202 P.A.-A.A., Türkei n° 139, ad A. 12635, Militärbericht n° 105 du 5 août 1908.

61En 1905, le sultan exprima le souhait d’envoyer des stagiaires sous-officiers turcs en Allemagne pour qu’ils acquièrent le maniement de l’artillerie à tir rapide. De plus, il aurait voulu que des sous-officiers allemands viennent en Turquie pour aider à l’introduction de ces canons dans l’Empire. Mais cette idée ne fut pas retenue en partie à cause du problème de la langue. L’attaché militaire allemand fit envoyer un grand nombre d’officiers d’artillerie allemands en Turquie pour des missions de courte durée201. En l’espace de vingt-cinq ans, une centaine de jeunes officiers ottomans furent formés dans l’armée allemande202. Ces officiers furent par la suite le soutien le plus important du courant allemand dans l’armée ottomane.

Des officiers allemands dans l’armée ottomane

62À l’époque hamidienne, des officiers allemands furent nommés à des fonctions dans l’armée ottomane. Leur statut est intéressant à noter, car ils n’étaient pas des experts étrangers accrédités auprès de la Porte, mais plutôt des officiers-techniciens placés en mise en disponibilité par l’armée allemande au profit de l’armée ottomane. Ils jouissaient de privilèges conséquents, tel un avancement très rapide. D’où une perpétuelle ambiguïté entre leur statut et les pouvoirs qu’on voulait bien leur accorder.

  • 203 Otto Kaehler (Neuhausen 1830-Istanbul 1885) avait fait toute sa carrière dans la cavalerie. Cf. Mil (...)
  • 204 « On a beau mettre un harnais d’or sur le dos d’un âne, on n’en fait pas pour cela un cheval de rac (...)
  • 205 İ. Ortaylı, İkinci Abdülhamîd Döneminde Osmanlı İmperatorluğunda Alman Nüfuzu [L’influence allemand (...)
  • 206 S.H.A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n° 154 du 12 juin 1895.

63Lorsque le colonel Kaehler203 arriva à Istanbul, il fut promu général de brigade [livâ] et devint Paşa. Sur ce, l’armée allemande le fit général de division. Il devint général de brigade [ferîk] ottoman, puis aide de camp du sultan. À son décès, en 1885, il était maréchal [muşîr]. Le capitaine Kamphövener, arrivé en 1882, atteignit le rang de maréchal en 1895. Plein de suffisance, il comptait beaucoup d’ennemis et cette nomination fut mal accueillie204, car ce titre n’était accordé que de manière très exceptionnelle dans l’Empire ottoman. Kamphövener était ainsi placé au même rang que le ministre de la Guerre Gâzi Osman Paşa, le héros du siège de Plevne, mais chacun se demandait quels grands services il avait pu rendre à l’Empire205. Toutefois, von der Goltz fut également nommé maréchal à la même époque, sans que cela ne fasse de vague, vu ses mérites et sa personnalité206.

64Ces promotions très rapides ne manquaient pas de susciter des vocations et l’espoir de brillantes carrières, mais aussi des jalousies et des rancœurs auprès des officiers ottomans qui se sentaient lésés. Une forme d’incompréhension, voire de mésentente, s’installa progressivement entre les officiers allemands, leurs homologues ottomans, ainsi que les soldats. La plupart d’entre eux n’avait pas appris le turc et on ne peut donc point s’étonner que leurs hommes ne les comprenaient pas...

  • 207 J. Wallach, op. cit., p. 70.
  • 208 S.H. A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n° 80 du 13 juillet 1893.

65Des rémunérations tout à fait exceptionnelles étaient le corollaire de ces promotions rapides et étaient tout à fait scandaleuses pour les militaires ottomans qui ne touchaient jamais régulièrement la totalité de leur solde. En 1885, chaque officier allemand recevait 30 000 francs207. Nommé maréchal [müşîr] en juillet 1893, von der Goltz recevait 70 000 F d’appointements, sans parler d’autres avantages de la situation208. En effet, les salaires impayés, payés partiellement avec un retard considérable, étaient chose très fréquente sous le règne d’Abdülhamid II et il s’agissait même d’un moyen délibéré pour réduire la dette publique.

  • 209 Von der Goltz était le prototype de l’officier à la pensée non conforme, trop libéral et éventuelle (...)
  • 210 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 384 du 30 mars 1901. L’attaché militaire français fais (...)

66Le nombre croissant d’officiers allemands envoyé en Turquie se fit au détriment des critères d’excellence. Il s’agissait parfois d’indésirables qu’on éloignait des sphères allemandes209, mais aussi d’officiers de valeur négligeable. Plusieurs officiers furent même rappelés en Allemagne, tel le capitaine von Messmer, en 1901, qui fut condamné à une peine assez sévère pour dilapidation de fonds210.

  • 211 İ. Ortaylı, İkinci Abdülhamîd Döneminde Osmanlı İmperatorluğunda Alman Nüfuzu [L’influence allemand (...)

67Outre l’encadrement des forces terrestres ottomanes, les Allemands avaient une sorte de mainmise sur l’ensemble de l’édifice militaire. Par exemple, la mission de réformer la gendarmerie en Macédoine, dans la région de Selânik et de Manastır, fut confiée, en 1909, au colonel von Rüdgisch, alors que l’Allemagne n’était pas détentrice de savoirs particuliers dans ce domaine. Ce n’est que par la suite que la réorganisation de la gendarmerie toute entière fut attribuée au général français Baumann. Un titre semblable à celui de commandant en chef lui fut confié jusqu’à la Première Guerre mondiale211. Les Jeunes-Turcs, en faisant appel à la France, voulaient rééquilibrer leur politique avec les puissances européennes.

  • 212 J. Wallach, op. cit., p. 103.

68Le même problème se posa pour la marine. Les colonels allemands Starke, Kalau vom Hofe assuraient depuis 1891 la fonction de conseillers au ministère de la Marine. Lors de la guerre gréco-ottomane de 1897, l’amiral Kalau vom Hofe entra en conflit avec le ministre de la Marine, Hasan Paşa, qui avait donné l’ordre à sa flotte se trouvant aux Dardanelles d’attaquer les bateaux grecs en mer Égée. Il s’opposa à cet ordre, au motif qu’aucun de ces bateaux n’en avait la capacité.212 En tout cas, les instructeurs allemands dans la marine ottomane restèrent en poste jusqu’à la seconde monarchie constitutionnelle, date à laquelle le nouveau ministre de la Marine, Cemal Paşa, prit l’initiative d’une réforme complète et fit appel à des conseillers anglais.

69La formation aux sciences modernes conduisit à une modification des représentations du monde des officiers diplômés. Enseignés dans des langues étrangères ou nécessitant leur apprentissage, ces savoirs introduisirent une autre perception du monde, une ouverture vers des formes d’altérité qui provoquèrent une distanciation de ces jeunes officiers vis-à-vis de leur société. Ils devinrent alors des intermédiaires culturels entre l’Occident et l’Empire, des introducteurs de modernité et de pensée nouvelle. Les écoles militaires créèrent aussi un foyer de patriotisme.

3 – Les diplômes des provinces

70La politique éducative revêtait une grande importance pour les réformateurs des Tanzîmât. À la fin du 19e siècle, le sultan Abdülhamîd II lui donna une emphase particulière. Il étendit de manière spectaculaire le réseau scolaire dans les provinces.

Des écoles militaires dans les provinces

  • 213 A. Avcı, op.cit., p. 31-32.
  • 214 Griffiths, op. cit. p. 103.

71On ouvrit de nouvelles écoles préparatoires militaires [askerî rüşdiye] en 1874 dans les centres de corps d’armée d’Istanbul, d’Anatolie et de Roumélie pour préparer des élèves aux collèges militaires [askerî idâdi]213. A partir de 1877, de nouvelles écoles préparatoires furent ouvertes dans les provinces, dont les trois premières à Damas, Beyrouth et Baghdad214.

  • 215 Ibid., p. 93-94.

72En 1893, vingt et une nouvelles écoles préparatoires militaires furent ouvertes sur l’ensemble du territoire. Ces écoles moyennes se trouvaient tant en Anatolie, à Bursa, Elaziğ, Erzincan, Erzurum, Trabzon, Diyarbekir, Sivas, Kastamonu, Van et Bitlis, qu’en Roumélie, à Edirne, Selânik, Manastır et Üskub et dans les provinces arabes, à Damas, Beyrouth, Baghdad, Alep, San’a et Trablusgarp (Tripoli de Barbarie)215.

  • 216 A. Avcı, op. cit., p. 28.

73Le niveau supérieur d’enseignement était le collège militaire. À plusieurs reprises, on ouvrit aussi des écoles préparatoires [‘idâdiye] à l’école de Guerre dans les provinces. Notamment, en 1845, à Bursa, Monastir et Edirne avec une scolarité de 5 ans216. Les cours commencèrent en 1846 et les premiers diplômés sortirent en 1848. Puis, de nouveaux rüşdiye et ‘idâdiye furent ouverts en 1864 à Erzurum, en Bosnie et à Baghdad.

74Les collèges militaires [askeri idadî] étaient basés au centre du corps d’armée, à Istanbul, Edime, Manastir, Erzurum, Damas et Baghdad. Seul le 7e corps d’armée, basée à San’a, au Yémen, n’en n’avait pas du fait de son statut particulier. On trouvait ainsi des écoles militaires dans chaque circonscription militaire.

  • 217 Griffiths, op. cit., p. 103.
  • 218 S.H.A.T., 7N 1636, Constantinople, rapport n° 310 du 11 février 1909.

75Le projet d’ouvrir une école de Guerre dans chaque centre de corps d’armée, à Edirne, Manastır, Erzincan, Damas et Baghdad, fit de nouveau jour au début du 20e siècle217. En 1907, l’école de Guerre fut organisée au niveau régional dans chaque corps d’armée. L’école militaire d’Istanbul, Pangaltı, fut remplacée par de nouveaux établissements ouverts à Edirne (2e corps), Manastır (3e corps), Erzincan (4e corps), Damas (5e corps) et Baghdad (6e corps) destinés à la formation des officiers d’infanterie et de cavalerie nécessaires à ces corps d’armée. Mais cette réforme avait aussi une motivation politique : séparer les aspirants aux quatre coins de l’Empire pour prévenir tout risque de conspiration. Du point de vue militaire, cette mesure ne donna que de faibles résultats, en raison du petit nombre des élèves officiers dans certaines régions et de la difficulté à recruter des enseignants et des instructeurs. Les écoles régionales des 4e, 5e et 6e corps d’armées furent fermées en 1909 et leurs élèves envoyés à Istanbul pour suivre les cours de l’école militaire de Pangaltı. Seules les écoles d’Edirne (2e corps) et de Manastır (3ecorps) furent maintenues à titre provisoire jusqu’à la fin du cursus des élèves officiers. Puis, on restaura l’ancien système d’une école militaire unique pour tout l’Empire218.

  • 219 Cf. un article du Tercüman-ı hakikat [Le traducteur des vérités], du 18 juillet 1890 (30 zilkâde 13 (...)

76Une autre tendance était de faire étudier les jeunes gens des provinces dans la capitale. Une première vague intégra l’école militaire, puis une école des tribus fut spécialement ouverte pour les fils de grandes familles des provinces éloignées. En 1886, on fit venir 48 jeunes gens du Hedjaz, du Yémen et de Tripoli de Barbarie (Trablusgarb), pour suivre des cours à l’École militaire pendant une durée de trois années. Après ces études, ils rentrèrent dans leur pays avec le grade de lieutenant en second, l’uniforme et le salaire d’un aide de camp honoraire [yaver-i fahri] du sultan, marque de sa faveur219. Mais certains échouèrent à cause de leur faible connaissance de la langue turque. C’est pourquoi, l’idée d’ouvrir une école des tribus – destinée aux régions arabes, au Hedjaz, au Yemen et à la Tripolitaine (Trabusgarb), puis ultérieurement aux tribus de l’Anatolie orientale – fit son chemin

L’école des tribus

77L’école des tribus [aşiret mektebi] se différenciait des autres écoles étatiques, tant du point de vue de son recrutement, des enseignements dispensés que de par les buts qui lui étaient assignés. Cette école préparatoire aux écoles supérieures civiles et militaires était destinée aux fils des grandes tentes des tribus et n’était donc pas d’une école spécifiquement militaire.

  • 220 Cf. B. Kodaman, Sultan II. Abdulhamid devri doğu Anadolu politikasi, Istanbul, Kardeşler matbaası, (...)

78En « endoctrinant » les fils des notables des tribus, elle cherchait, d’un point de vue politique, à empêcher le développement du nationalisme et à endiguer l’emprise de l’impérialisme étranger chez ces populations des marges, non-turques, par la promotion de l’enseignement qui limiterait l’ignorance des tribus. La création d’une telle école s’inscrivait dans la mise en œuvre du principe de l’Union de l’islam [İttihâd-ı islâm]. Au niveau administratif, elle était une manifestation du centralisme ottoman qui cherchait à se renforcer et à étendre sa prégnance sur les marges220.

  • 221 Né à Istanbul, en 1840 (1256 H.), Osman Nûrî Paşa était officier d’État-major. Il avait été en post (...)
  • 222 B.O.A., meclis-i mahsus iradeleri, n° 5638, cité in A. Akpınar, Osmanlı devletinde aşiret mektebi [ (...)
  • 223 Rescrit impérial [Yıdız sarây-ι hümâyûnu] en date du 3 juillet 1892 (21 juin 1308), B.O.A, irade, D (...)
  • 224 Le règlement [nîzâmnâme] des écoles tribales fut soumis le 20 juillet 1892 (8 juillet 1308) et appr (...)
  • 225 Cf. B. Kodaman, Sultan II. Abdulhamid devri doğu Anadolu politikasι, op. cit., p. 106.

79Osman Nûrî Paşa221, un fidèle du sultan, fut chargé de la préparation du programme des cours ainsi que de son organisation. Il rédigea un projet de loi [lâyiha]222. La création de l’école tribale fut décidée en 1892, par un rescrit impérial223 et elle ouvrit ses portes dès la rentrée d’automne 1892. Dans son règlement224, un enseignement de deux ans était initialement prévu. Elle avait le statut d’école d’État, gratuite et sous forme d’internat, d’une durée de cinq années. Ses étudiants étaient âgés de 12 à 16 ans (art. 4). Ils étaient choisis parmi les enfants des tribus par le sultan (art. 1, 2 et 4). La première année, on admettrait 50, puis les autres années, 40 élèves. L’effectif total de l’école était prévu à 210 élèves (art. 3) qui recevraient mensuellement un traitement de 30 kuruş (art. 5). Une fois diplômés, ils rentreraient dans leurs tribus, où ils deviendraient enseignants dans les écoles qui s’ouvriraient ou rempliraient d’autres fonctions administratives (art. 9)225.

  • 226 Cf. O. Ergin, Türk maarif tarihi, vol. III, op. cit., p. 1185.

80Toutefois, à la fin de la cinquième année, le nombre des élèves était de 250226. Les élèves portaient l’uniforme et la discipline devait être semblable à celle régnant à l’école de Guerre [mekteb-i harbiye] et à l’École d’administration [mekteb-i mülkiye]. Il était précisé de manière explicite qu’il s’agissait des enfants des tribus arabes. Les régions suivantes étaient citées : Syrie, Alep, Baghdad, Basrah, Musul, Trablusgarb, le Yémen, le Hedjaz et Diyarbakir, ainsi que les départements [livâ] de Zor et de Jérusalem (art. 6).

  • 227 B.O.A., Y.E.E., K. 36, E. 140/80, Z. 140, K. XXIII.
  • 228 Style de calligraphie ottomane.
  • 229 Les sciences.
  • 230 B.O.A., Y.E.E., K. 36, E. 140/80, Z. 140, K. XXIII. Mais certaines matières auraient été adjointes (...)
  • 231 Cf. O. Ergin, Türk maarif tarihi, vol. III, op. cit., p. 1187.

81Les cours correspondaient au niveau élémentaire des écoles primaires [’ibtidâiye] et moyennes [rüşdiye] en condensant un cursus de sept ans en cinq. Une grande importance était accordée à l’acquisition de la langue turque. Le programme des cours, pour les quatre années mises en place, en 1895, nous est révélé par un cahier des notes des élèves, lors de l’examen du mois de juin227. En première année, on enseignait le Coran, la civilisation [’ilm-î hâl], la compréhension orale du turc [esmâ-ı türkiye], la langue, le calcul, l’orthographe [imlâ] et la calligraphie ottomane [hat]. En deuxième année, on étudiait le Coran, la récitation du Coran, les sciences religieuses, la langue, le calcul, la lecture du turc, l’orthographe et la calligraphie rik’a228. En troisième année, ils s’adonnaient au Coran, à la récitation du Coran, aux sciences religieuses, à la grammaire ottomane, au calcul, à la lecture du turc, à la géographie ottomane, à l’histoire de l’islam, à l’orthographe et à la calligraphie rik’a. En quatrième année, on enseignait la récitation du Coran, les sciences religieuses, l’arabe, le persan, la grammaire ottomane, les styles d’écriture et d’orthographe [usûl-i kitâbet ve imlâ], la géographie générale, le calcul, les connaissances nouvelles [mâlûmât-ı mütenevvia]229 et les calligraphies [hutût]230. En cinquième année, étaient dispensés le Coran, la récitation du Coran, les sciences religieuses, l’arabe, le persan, l’histoire ottomane, l’histoire dynastique ottomane, la calligraphie et la lecture et l’écriture du turc, la géographie, le calcul, la géométrie, l’écriture, les connaissances nouvelles, l’hygiène, la tenue de registres [usûl-i defteri], le français, l’écriture française, le dessin, le drill [ayak talimi]231.

  • 232 Cette décision fut prise par irade impérial, en date du 8 février 1895. Cf. B.O. A., İ.H. (husûsi i (...)

82Le 4 octobre 1892, jour anniversaire du prophète, l’école des tribus ouvrit ses portes à Istanbul, à Kabataş, dans le yalı d’Esma Sultan. Le discours d’ouverture fut prononcé en arabe par le ministre de l’éducation, pour un public qui comprenait peu le turc. Lors de sa création, l’administration de l’école des tribus était chapeautée par le ministère de l’éducation [maarif nezâreti]. Puis, en 1895, elle passa sous l’administration du ministère des écoles militaires [umum mekteb-i askeriye nezâreti]232. On ne sait pas s’il y a une relation de cause à effet, mais une rixe entre élèves kurdes et arabes s’était produite la veille.

  • 233 Gâzî Ahmed Muhtar Paşa, Amlar Sergüzeşt-i hayatım’ın, cild evveli [Mémoires de l’aventure de ma vie (...)
  • 234 E. Rogan, « Aşiret Mektebi : Abdülhamîd II’s School for Tribes (1892-1907) », International Journal (...)

83Pour la plupart, il s’agissait de leur premier voyage. Ils étaient venus à Istanbul à bord de bateaux modernes et découvraient Istanbul, la capitale cosmopolite de l’Empire. On avait décidé que cet enseignement serait donné dans la capitale ottomane. Éloignés de leur pays et de leurs familles, on arrimerait ces jeunes gens au centre de l’Empire. En effet, les élèves qui avaient de la famille à Istanbul n’étaient pas autorisés à leur rendre visite les jours de congé, le vendredi, par exemple. Ce qui était permis dans les autres internats des écoles préparatoires [rüşdiye] et des collèges [‘idâdiye] militaires233. L’accès au monde du dehors était strictement contrôlé. La discipline était sévère et leur nouvelle vie s’avérait austère et pleine d’interdits. La maigre nourriture et les habits alloués soulevaient un constant mécontentement. À tel point que des années plus tard, un ancien élève accusait ses cinq années d’internat d’avoir nui à sa santé234. Ce qui rendait l’école peu attractive pour ces jeunes gens.

  • 235 O.Koloğlu, Arap Kaymakam. Libya’ya Basbakan olan Türk kaymakamın yaşam öykūsū [Le préfet arabe. La (...)
  • 236 Abdüsselam Efendi avait un comportement laissant à désirer et nuisait à la morale de l’école par se (...)
  • 237 O. Koloğlu, Arap Kaymakam, op. cit., p. 14-19.

84Par ailleurs, les limites d’âge souffraient des exceptions. Par exemple, Abdüsselâm Efendi, originaire de Tripoli de Barbarie [Trablusgarb], était non seulement âgé de vingt ans, mais aussi marié, avec deux épouses l’attendant au pays. Cet élève était, en outre, un mauvais exemple pour ses condisciples, ne travaillant pas en cours et leur racontant sa vie nocturne à Beyoğlu235. On l’envoya dans une école militaire et il décida par la suite de rentrer chez lui236. Un autre élève dérogeait lui aussi aux limites d’âge. Originaire de Cyrénaïque, Sadullah était le fils d’un aga Kuloğlu de Derne. Il quitta sa famille à l’âge de dix ans et était certainement l’un des rares à s’être rendu à Istanbul auparavant avec son père et à avoir été présenté au sultan qui l’avait choisi, entre autres, pour sa connaissance de la langue turque237.

  • 238 B.O.A., Y.E.E., K. 14, E. 2287, Z. 126, K. 11. Ces régiments étaient formés par les tribus Zilan et (...)
  • 239 B.O.A., İ. H., n° 77.

85Des demandes d’admission émanaient aussi des chefs kurdes. Tels Eyûb Paşa, chef de la tribu Zilân et les commandants de régiments hamîdiye, Hasan et Alî Bey, qui signalaient, dans un télégramme, qu’aucun enfant de leurs tribus n’avait été admis238. Ils souhaitaient que deux enfants de chaque tribu soient acceptés chaque année, pour les 14 régiments hamîdiye existant à Bayazid. Une réponse favorable leur fut accordée239.

  • 240 A. Akpınar, Osmanlı devletinde aşiret mektebi, op. cit., p. 46.
  • 241 O. Koloğlu, Arap Kaymakam, op. cit., p. 17.
  • 242 Cf. A. Akpınar, Osmanlı devletinde aşiret mektebi, op. cit., p. 43.
  • 243 E. L. Rogan, « Aşiret Mektebi: Abdülhamîd II’s School for Tribes (1892-1907) », op. cit., p. 91, qu (...)

86Créée tout d’abord à l’attention des fils des chefs des tribus arabes, l’école des tribus s’était ensuite ouverte aux Kurdes et aux Albanais, que vingt intégrèrent en 1902240. Un certain nombre d’élèves kurdes furent admis. Mais dans quelle proportion ? Les 4/5e des élèves étaient originaires des provinces arabes et 1/5e d’Anatolie orientale241. La première année, 13 élèves provenaient des provinces orientales, la deuxième année, 4, la troisième 3, la quatrième 1, et la cinquième, aucun242. Les élèves étaient, sauf quelques rares exceptions, des fils des chefs de tribu ou de şeyh. Mais en fait, le nombre d’étudiants escompté ne fut jamais atteint, ni l’effectif de 50 par classe. La troisième année, ils étaient 80 au lieu de 130. Puis en 1901, l’effectif des cinq classes était de 139, puis de 120 en 1903243. Probablement faute de candidats émanant de grandes familles. Les gouverneurs généraux avaient beaucoup de mal à susciter des vocations...

  • 244 O. Ergin, Türk maarif tarihi, vol. III, op. cit., p. 1188.
  • 245 A. Akpınar, Osmanlı devletinde aşiret mektebi, op. cit., p. 77.

87Sa courte existence, quinze années, laisserait à penser que ce premier galop d’essai ne fut pas tenu pour concluant. Elle fut fermée à la fin du mois de février 1907 (1325 H.). Les résultats escomptés par la création de cette institution se faisaient attendre. Bien que les fils des chefs des tribus soient, entretenus, formés, choyés, tels des « otages de choix » dans la capitale ottomane, les révoltes n’avaient pas disparu244. En outre, il s’agissait d’une charge financière importante que le ministre de l’Éducation avait du mal à gérer, à en croire différentes requêtes qu’il avait adressées au Palais245. Toutefois, le projet initial de créer des écoles des tribus dans les provinces ne se concrétisa pas.

88On pourrait parler d’un « cursus scolaire marginalisé », car ils étaient tenus à l’écart des autres étudiants et restaient entre jeunes bien nés, mais sur les franges de la périphérie. Là aussi, comme leurs pères avaient été des auxiliaires de l’armée ottomane, eux aussi héritaient de cette situation sur les marges après avoir suivi des « études marginalisées » dans l’école des tribus, puis dans des classes séparées à l’École de guerre ou à l’École d’administration. Un tel système ne pouvait conduire à la fin du tribalisme, il ne faisait que le canaliser. Il n’existait qu’une seule école des tribus, et de surcroît, elle se trouvait à Istanbul. Elle attisait la jalousie entre les tribus.

  • 246 Cf. A. Akpınar, Osmanlı devletinde aşiret mektebi, op. cit., p. 75.

89Une fois diplômés de l’école des tribus, quel était leur avenir professionnel ? La plupart occuperait des niveaux de responsabilité intermédiaires, tels capitaines, fonctionnaires civils, gouverneurs de districts, directeurs de l’état-civil, commissaires de police, lieutenants de gendarmerie...246 Parmi les plus brillants, deux devinrent paşa et cinq furent élus au parlement ottoman.

90Les plus brillants d’entre eux réussirent leur ascension sociale, ils accédèrent à des postes au centre de l’Empire. En 1896, le souverain autorisa le transfert de vingt-six diplômés et de vingt-cinq étudiants de l’école des tribus vers des classes spéciales de l’école de Guerre et l’école d’administration. La majorité choisit la carrière militaire. En 1897, 45 anciens élèves de l’école des tribus furent diplômés de ces deux écoles. Parmi eux, 33 étaient officiers d’infanterie et de cavalerie. 13 étaient nommés capitaines [yüzbaşı] et aides de camp honoraires du sultan.

  • 247 E. Rogan, « Aşiret Mektebi: Abdülhamîd II’s School for Tribes (1892-1907) », aşiret mektebi, p. 97.
  • 248 E. Rogan, « Aşiret Mektebi: Abdülhamîd II’s School for Tribes (1892-1907) », aşiret mektebi, p. 98.
  • 249 O. Koloğlu, Arap Kaymakam, op. cit., p. 14-18.

91Nawaf al-Salih, fils du seyh de la tribu Hadidiyin de la province d’Alep servit dans l’armée ottomane avec le grade de capitaine. En 1907, son père demanda l’autorisation pour son fils de prendre le commandement de sa tribu. Il y fut autorisé en gardant son rang et son salaire et ce jusqu’à l’occupation anglaise en 1918247. Un autre diplômé, Abd al-Muhsin ibn Fahd al-Sa’dun de la province de Basra fit une très brillante carrière. Il épousa une femme turque et était lieutenant-colonel lors de son élection au parlement de 1908, où il siégea jusqu’en 1918. Puis il fut premier ministre à quatre reprises dans le royaume d’Iraq dans les années 1920248. Quant à Sadullah Koloğlu, le plus jeune élève, il termina l’École d’administration [mülkiye] premier de sa promotion. Nommé préfet dans différentes provinces de Turquie de 1909 à 1938, avec le surnom de « préfet arabe » [Arap Kaymakam], il termina sa carrière avec le titre de gouverneur général [vali]. En retraite, Koloğlu fut, contre toute attente, appelé pour devenir premier ministre en Libye, où on le surnomma le « grand vizir turc » [Türk Vezir ülvüzer]249.

  • 250 F. Georgeon, Abdulhamid II, op. cit., p. 270.
  • 251 E. Rogan, « Aşiret Mektebi: Abdülhamîd II’s School for Tribes (1892-1907) », aşiret mektebi, p. 83.

92En tout, quatre cents élèves ont fréquenté cette école jusqu’en 1907. C’était bien moins que prévu. Mais, c’était une tentative originale pour soumettre et intégrer les tribus par l’éducation, plutôt que par la force, au moyen des politiques ancestrales de sédentarisation250. Au demeurant, c’était l’une des expériences ottomanes les plus ambitieuses pour intégrer les populations tribales dans la vie politique ottomane et l’appareil de l’État251.

4 -Les diplômes, facteur d’intégration et d’ascension sociale

93Le grand pourvoyeur des écoles militaires du centre était Istanbul. L’élite militaire cherchait à se reproduire mais ne monopolisait pas l’ensemble des postes. Disons que le goût des armes se transmettait dans les familles de militaires. L’hérédité était minimale et la mobilité sociale élevée. Le principe établi par ces nouvelles écoles militaires était la méritocratie. Exception à la règle, l’école des pages créée par le sultan au début des années 1890 visait à créer un cursus de faveur pour les princes impériaux et les fils des Paşa bien en Cour. Les officiers issus des régions devenaient des cadres de l’armée, mutés de province en province. Leurs carrières et une partie de leur pouvoir gardaient une assise locale.

  • 252 Au moins cinq furent Paşa et trois Bey. Le père d’un seul d’entre eux était aussi Paşa, six pères é (...)
  • 253 Ibid., p. 74-81.
  • 254 E. Dawn, « The Rise of Arabism in Syria », Middle East Journal, 16 (printemps 1962), p. 145-168.

94Prenons l’exemple de jeunes originaires des provinces arabes de Syrie et d’Iraq. Peu de Syriens intégrèrent l’armée impériale et occupèrent des postes au gouvernement. Dix-huit devinrent officiers ottomans, ce qui est peu. Mais c’est toutefois fort important car ils étaient très innovateurs, ottomanisés et avaient ainsi connus une ascension sociale forte (60 % occupaient une position supérieure à leur père et 40 % du même rang252). La plupart étaient issus de familles militaires ou dans l’administration. La moitié avait leur père ou un membre de leur famille déjà dans l’armée. La plus grande nouveauté était que 95 % d’entre eux avaient été formés dans les écoles ottomanes et 88,9 % avaient poursuivi une éducation supérieure à Istanbul. Douze avaient fait l’école de guerre, un étudia le droit et un autre la médecine. L’originalité de ce groupe de jeunes gens était précisément qu’ils étaient intégrés, de par leur cursus scolaire et leur carrière à Istanbul et dans le reste de l’Empire. De ce point de vue, leur intégration était réussie. Leur nombre s’accrut : les officiers ottomans représentaient 5,2 % des notables syriens sous Abdülhamid II, puis 12,9 % à la période jeune-turque. Ils étaient en poste aux quatre coins de l’Empire et conformément à la règle en vigueur, ils ne servaient pas dans leur région d’origine. La plupart furent loyaux, plus que nationalistes. Ils ne furent pas aussi nombreux que les Iraquiens à participer à la « révolte arabe » de 1916253 On sait que 9 officiers sur les 10 membres de l’organisation d’opposition secrète syrienne al-Ahad, étaient issus de familles ordinaires qui n’étaient pas recensées dans les dictionnaires biographiques254.

95Un damascène connu plus tard sous le surnom d’ « İzzet l’Arabe » (Ahmed İzzet Paşa) fit une carrière prestigieuse, fils d’un notable de Damas, Holo Paşa, il fut un pionnier en suivant les cours des écoles catholiques de Damas puis de Beyrouth. Il gravit les échelons militaires et devint secrétaire du sultan Abdülhamid et son conseiller. Très influent dans la capitale et en Syrie, il dut quitter l’Empire après la « révolution Jeune Turque ».

  • 255 A. Jawdat, Dhikrayât 1900-1958, Beyrouth, Matbaa’al-Wafd 1967, p. 18, cité par D. Pool « Transforma (...)
  • 256 E. Dawn, The Rise of Arabism in Syria, op. cit.
  • 257 E. Dawn, The Rise of Arabism in Syria, op. cit.
  • 258 D. Poole, « Transformation of Iraqi Leadership, 1920-1939 », op. cit., p. 336-337.

96Le nombre d’Iraquiens à avoir fréquenté les écoles de la capitale semble plus élevé. En 1903, il est fait état de 70 jeunes partis étudier à l’école militaire dans la capitale. Cette année-là, les Iraquiens représentaient 10 % des admis à l’école, ce qui est un chiffre important. Pour les provinciaux, tout était plus compliqué. Pour Ali Jawdat – un officier iraquien qui participa ultérieurement à la révolte de Şerif Huseyin, puis devint Premier ministre – le voyage en provenance de la région de Mosul dura huit jours255. L’impression générale est que les jeunes Iraquiens qui fréquentèrent l’école militaire d’Istanbul étaient issus de milieux plus modestes et de familles moins connues que les étudiants des autres écoles. Il semble donc qu’il y ait une similitude dans l’origine sociale des élèves officiers syriens et iraquiens256. Par contre, l’origine sociale des « nationalistes » syriens et iraquiens du mouvement chérifien diffère. En Syrie, tous appartenaient à « l’élite indigène arabe »257, tandis qu’en Iraq, 35 sur 51 diplômés avaient fréquenté l’école militaire d’Istanbul et étaient pour la plupart d’origine modeste. Bureaucrates et officiers « chérifiens » avaient en commun d’avoir commencé leur vie publique au centre de l’Empire258.

Notes

118 Ş. Mardin, « The Ottoman Empire », dans K. Barkey et Mark von Hagen (éd.), After Empire, Multiethnic Societies and Nation-Building, Boulder, Westview Press, 1997, p. 123.

119 Cf. C. V. Findley, Bureaucratic Reform in the Ottoman Empire. The Sublime Porte, 1789-1822, Princeton, Princeton Univ. Press, 1980.

120 B. Fortna, Imperial classroom. Islam, the State and Education in the Late Ottoman Empire, Oxford, Oxford Univ. Press, 2002, p. 46.

121 A. Levy, « The Officier Corps in Sultan Mahmud II’s Ottoman Army, 1826-39 », IJMES 2(1971), p. 32.

122 E. Dölen, « Mühendislik eğitimi » [L’enseignement en ingénierie], Tanzimat’tan Cumhuriyet’e Türkiye Ansiklopedisi, Istanbul, İletişim yayınları, 1985, vol. 2, p. 511

123 E. Dölen, « Tanzimat’tan Cumhuriyet’e Bilim » [La science des Tanzimat à la République], Tanzimat’tan Cumhuriyet’e Türkiye Ansiklopedisi, op. cit., vol. 1, p. 165-166.

124 Kimyager Mehmed Emin Derviş Paşa (1817-1878) avait un père imam de quartier et instituteur à l’école primaire. Il entra à l’école d’ingénierie militaire [Mühendishâne-i Berrî-i Hümayûn] à douze ans. Il fut envoyé en Europe pour compléter ses études, après avoir obtenu le grade d’officier (1834). Il étudia trois ans en Angleterre et aussi à l’université de Paris. À son retour en Turquie, il enseigna les sciences naturelles et la chimie à l’école de guerre. Le sultan Abdülmecid remarqua ses compétences lors d’une visite à l’école et le promut général de brigade, puis directeur de l’école en 1848. Il prépara un règlement intérieur de l’école inspiré de celui de l’école de Saint-Cyr. Précurseur dans le domaine de la physique et de la chimie, il les enseigna dans différentes écoles et même à l’université lors de son ouverture en 1863. Il réalisa une brillante carrière. Il fut nommé ambassadeur à Saint-Pétersbourg en 1861, puis gouverneur général à Alep et à Ankara et membre du Conseil d’État. En 1862, il occupait le poste de ministre de l’enseignement, puis devint directeur de toutes les écoles militaires. Cf. « Derviş Paşa (Kimyager) », Osmanlılar Ansiklopedisi vol. 1, op. cit., p. 375-76.

125 Ibid., p. 178.

126 F. Georgeon, Abdül Hamid II : le sultan calife (1876-1909), Paris, Fayard, 2003, p. 253.

127 O. Ergin, Türkiye Maarif Tarihi [Histoire de l’enseignement en Turquie], Istanbul, 1940, vol. 2, p. 280-285 ; R. T. Gencer, Mirat-ı Mekteb-i Tibbiye, 2 vols, Istanbul 1328-1330 (1910-1912), vol. 1, p. 4.

128 E. Yolalıcı, « Education in the Ottoman Empire in the 19th Century », in The great Ottoman Turkish civilisation, Ankara, vol. 2, 2000, p. 658.

129 Ş. Mardin, Jön Türklerin siyasî fikirleri 1895-1908 [Les idées politiques des Jeunes Turcs], 4e éd., Istanbul, İletişim Yay., 1992.

130 İbrahim Edhem Paşa (Istanbul, 1785-Le Caire, 1865) fut le deuxième directeur de l’école d’ingénieurs d’Istanbul [mühendishane]. Il se rendit ensuite au Caire où il enseigna à l’école d’ingénieurs. Envoyé en Europe, il réalisa en Irlande le télescope avec la plus grande lunette du monde. Il mena des travaux en mathématiques, en géodésie, ainsi que sur les poids et mesures. Outre ses ouvrages sur les logarithmes et la géodésie, il commença la traduction d’un traité d’algèbre en deux volumes qu’il n’eut pas le temps de terminer. Osmanlılar Ansiklopedisi, vol. 1, op. cit., p. 620.

131 E. Dölen, « Tanzimat’tan Cumhuriyet’e Bilim », op. cit., p. 154.

132 Ibid., p. 191

133 Ibid., p. 194-195

134 K. I. Gürkan, Türkiye’de Hekimliğin Batıya dönüşü, Istanbul, Yenilik Basımevi, 1967, p. 7-8.

135 A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi [Histoire des écoles militaires supérieures en Turquie], Ankara, Genelkurmay Basımevi, 1963, p. 60.

136 Ibid., p. 31.

137 Ibid.

138 A. Levy, « The Officier Corps... », op. cit., p. 33.

139 E. Dölen, « Tanzimat’tan Cumhuriyet’e Bilim », op. cit., p. 178

140 A. Levy, « The Officier Corps... », op. cit., p. 34.

141 O. Ergin, 1939, p. 427.

142 O. Ergin, Türkiye maarif tarih, op. cit., p. 427.

143 Ibid.

144 Ş. Mardin, Jön Türklerin siyasî fikirleri 1895-1908 [Les idées politiques des Jeunes Turcs], 4e éd., Istanbul, İletişim Yay., 1992, p. 67

145 S. Aydemir, Suyu arayan adam [L’homme qui cherchait de l’eau], Istanbul, Remzi Kitabevi, 1961, p. 4. Cf. chapitre III infra.

146 Il fut directeur de l'école de Guerre de 1864 à 1871.

147 A. Avcı, op.cit., p. 31.

148 A. Avcı, op. cit., p. 60.

149 M. A. Griffiths, The Reorganisation of the Ottoman Army under Abdülhamîd II (1880-1897), Ph. D. Univ. of California, Los Angeles, 1966, p. 95-96.

150 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 36-37.

151 Cf. O. Ergin, Türk maarif tarihi [Histoire de l’enseignement turc], Istanbul, MEB Yayınları, 1941, p. 427.

152 Ibid., p. 432.

153 Propos tenus par le maréchal Zekî Paşa, grand maître de l’artillerie, qui était en même temps directeur général des écoles militaires, à l’attaché militaire français. Cf. ibid.

154 A. de la Joncquière, L’armée ottomane et l’épuration des grades, in Le Bosphore, 4 septembre 1908, n° 48.

155 S.H.A.T., 7N 1633, Constantinople, rapport n° 274 du 5 février 1900.

156 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 417 du 13 avril 1912.

157 Ibid.

158 Ibid.

159 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 509 du 19 août 1912.

160 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 33-35.

161 Mekteb-i fünün-u harbiye-i Şahâne Erkân-harbiye sınıfları

162 O. Ergin, Türk maarif tarihi, op. cit., p. 426-427.

163 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 45-47.

164 Ibid., p. 48.

165 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 48.

166 S.H.A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n° 144 du 12 avril 1895.

167 S.H.A.T., 7N1632, Constantinople, rapport n° 225 du 4 juillet 1899.

168 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 536 du 3 janvier 1903.

169 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 274 du 5 février 1900.

170 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 536 du 3 janvier 1903.

171 Ils furent envoyés comme sous-lieutenants dans les corps de troupes.

172 Id.

173 Ils étaient sortis de l’école de Pangaltı avec le grade de capitaine.

174 Ibid.

175 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 536 du 3 janvier 1903.

176 Ibid.

177 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 51-52.

178 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 54.

179 Ibid.

180 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 54.

181 Ibid., p. 32.

182 C. v. d. Goltz, Denkwürdigkeiten, préparé et publié sous la dir. de F. von der Goltz et W. Förster, Berlin, Mittler, 1932, p. 113.

183 J. L. Wallach, Anatomie einer Militärhilfe. Die preuβisch-deutschen Militärmissionen in der Türkei 1835-1919, Düsseldorf, Droste, 1976, p. 58.

184 C. v. d. Goltz, Denkwürdigkeiten, op. cit., p. 114.

185 Cf. A. Avcı, Türkiye’de askerî yüksek okullar tarihçesi, op. cit., p. 49.

186 A. Avcı, op. cit., p. 48-49.

187 S.H.A.T. (Service Historique de l’Armée de Terre française, Vincennes), 7N1632, Constantinople, rapport n° 246 du 23 novembre 1899.

188 E. Çizgen, « Fotoğrafçιlık » [la photographie], dans Dünden bugüne Istanbul Ansiklopedesi [Encyclopédie d’Istanbul d’hier à aujourd’hui], vol. 3, Istanbul, Kültür Bakanlığı ve Tarih Vakfi, 1994, p. 329.

189 Yıldız Fotograf Albümleri Kataloğu [catalogue des albums photographiques de Yıldız], Istanbul, 1992, 1ère partie, p. IV.

190 Hüsnü Bey, Risale-i fotoğrafya [Guide de la photographie], Istanbul, Ceride-i Askeriye Matbaasi, 1289/90 H. (1873).

191 E. Çizgen, Photography in the Ottoman Empire 1893-1919, Istanbul, Haset Kitabevi, 1987, p. 138.

192 O. Moreau, « 19. yüzyıl sonunda Osmanlı Ordusunun görüntüsü nasıldı » [À la fin du 19esiècle, quelle était l’image de l’armée ottomane ?], Tarih ve Toplum, n° 206, 2001, p. 26-30.

193 A. Avcı, op. cit., p. 28.

194 O. Ergin, Türkiye maarif tarihi, op. cit., p. 427.

195 I. Tekeli éd., Dünden bugüne İstanbul Ansiklopedesi [Encyclopédie d’Istanbul d’hier à aujourd’hui], vol. 8, Istanbul, Kültür Bakanlığı ve Tarih Vakfi, 1995, p. 467.

196 O. Ergin, Türkiye maarif tarihi, op. cit., p. 432.

197 S. Yerasimos, « Les ingénieurs ottomans », in Bâtisseurs et bureuacrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, E. Longuenesse (dir.), Études sur le Monde Arabe n° 4, Lyon, Maison de l’Orient, 1990, p. 58-59.

198 A. Avcı, op. cit., p. 32 ; J. Wallach, Anatomie einer Militärhilfe, op. cit., p. 60-61.

199 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 170 du 13 mars 1899.

200 P.A.-A.A., Türkei n° 139, A. 14516, amb. n° 196, Thérapia, le 3 septembre 1908, Marschall à M. le chancelier, le comte von Bülow.

201 P.A-A.A. (Archives du ministère des Affaires étrangères allemand), Türkei n° 139, A. 14409, Thérapia, le 11 août 1905, Bodman à M. le chancelier, le comte von Bülow.

202 P.A.-A.A., Türkei n° 139, ad A. 12635, Militärbericht n° 105 du 5 août 1908.

203 Otto Kaehler (Neuhausen 1830-Istanbul 1885) avait fait toute sa carrière dans la cavalerie. Cf. Militär Wochenblatt n° 97, 1885, p. 1967-1974.

204 « On a beau mettre un harnais d’or sur le dos d’un âne, on n’en fait pas pour cela un cheval de race », aurait dit à son sujet, en lui appliquant ce proverbe turc, le ferîk Şâkir Paşa, le propre chef du cabinet militaire du sultan, dans son bureau, à Yıldız, en présence d’un groupe d’officiers turcs, à l’attaché militaire français. Cf. S.H.A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n° 154 du 12 juin 1895.

205 İ. Ortaylı, İkinci Abdülhamîd Döneminde Osmanlı İmperatorluğunda Alman Nüfuzu [L’influence allemande dans l’Empire ottoman à l’époque d’Abdülhamîd II], Ankara, Ankara Üniv. Basımevi, 1981, p. 63. J. Wallach, op. cit., p. 43.

206 S.H.A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n° 154 du 12 juin 1895.

207 J. Wallach, op. cit., p. 70.

208 S.H. A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n° 80 du 13 juillet 1893.

209 Von der Goltz était le prototype de l’officier à la pensée non conforme, trop libéral et éventuellement dérangeant par ses aspirations intellectuelles, auquel il était heureux de confier une mission dans l’Empire ottoman.

210 S.H.A.T., 7N1633, Constantinople, rapport n° 384 du 30 mars 1901. L’attaché militaire français faisait observer :... « Ce détail confirme ce que j’ai eu l’honneur de vous dire maintes fois, du sans gêne avec lequel les Allemands traitent les Turcs. Non contents de lui envoyer de mauvaises cartouches et de mauvais Shrapnels, ils lui envoient des officiers médiocres et quelquefois tarés »...

211 İ. Ortaylı, İkinci Abdülhamîd Döneminde Osmanlı İmperatorluğunda Alman Nüfuzu [L’influence allemande dans l’Empire ottoman à l’époque de Abdülhamîd II], Ankara, Ankara Üniv. Basımevi, 1981, p. 70.

212 J. Wallach, op. cit., p. 103.

213 A. Avcı, op.cit., p. 31-32.

214 Griffiths, op. cit. p. 103.

215 Ibid., p. 93-94.

216 A. Avcı, op. cit., p. 28.

217 Griffiths, op. cit., p. 103.

218 S.H.A.T., 7N 1636, Constantinople, rapport n° 310 du 11 février 1909.

219 Cf. un article du Tercüman-ı hakikat [Le traducteur des vérités], du 18 juillet 1890 (30 zilkâde 1307H.) O. Ergin, Türk maarif tarihi, vol. III, op. cit., p. 1181.

220 Cf. B. Kodaman, Sultan II. Abdulhamid devri doğu Anadolu politikasi, Istanbul, Kardeşler matbaası, 1983, p. 97-100.

221 Né à Istanbul, en 1840 (1256 H.), Osman Nûrî Paşa était officier d’État-major. Il avait été en poste dans les provinces arabes et notamment commandant de la division du Hedjaz, en 1881, avec le grade de général de brigade [ferîk] où il avait gouverné en maître. En 1882, il avait été nommé gouverneur général [vâlî] du Hedjaz et avait été promu au rang de maréchal [müşir], en 1884. Puis, en 1886, il avait été nommé gouverneur général d’Alep, puis, en 1890, de Syrie. Cf. M. Hülagü, Topal Osman Nuri Paşa, O.T.A.M., Ankara, 1989, p. 145-153. Comme sa carrière le montre, il s’agissait d’un homme de terrain, très au fait de la problématique régionale. La mise en place de l’école des tribus avait donc été confiée à un spécialiste.

222 B.O.A., meclis-i mahsus iradeleri, n° 5638, cité in A. Akpınar, Osmanlı devletinde aşiret mektebi [L’école des tribus dans l’État ottoman], Istanbul, Göçebe yayınları, 1997, p. 22. Cf. O. N. Ergin, Türk maarif tarihi, vol. III, p. 973-981.

223 Rescrit impérial [Yıdız sarây-ι hümâyûnu] en date du 3 juillet 1892 (21 juin 1308), B.O.A, irade, Dâhiliye, n° 101021, 21 juin 1308, cité in B. Kodaman, Sultan II. Abdulhamid devri doğu Anadolu politikasι, op. cit., p. 102.

224 Le règlement [nîzâmnâme] des écoles tribales fut soumis le 20 juillet 1892 (8 juillet 1308) et approuvé le 23 juillet 1892 (11 juillet 1308). Il comportait douze articles. Cf. B.O. A., irade, meclis-i mahsus, n° 5641. Cf. Düstur, I. tertib, 6 cilt, p. 1256-1258.

225 Cf. B. Kodaman, Sultan II. Abdulhamid devri doğu Anadolu politikasι, op. cit., p. 106.

226 Cf. O. Ergin, Türk maarif tarihi, vol. III, op. cit., p. 1185.

227 B.O.A., Y.E.E., K. 36, E. 140/80, Z. 140, K. XXIII.

228 Style de calligraphie ottomane.

229 Les sciences.

230 B.O.A., Y.E.E., K. 36, E. 140/80, Z. 140, K. XXIII. Mais certaines matières auraient été adjointes postérieurement, tels, le dessin (en 4° année), le français (en 3° et 4° années), l’écriture française (en 3° et 4° années), Cf. O. Ergin, Türk maarif tarihi, vol. III, op. cit., p. 1187.

231 Cf. O. Ergin, Türk maarif tarihi, vol. III, op. cit., p. 1187.

232 Cette décision fut prise par irade impérial, en date du 8 février 1895. Cf. B.O. A., İ.H. (husûsi iradeler), n° 114, cité in A. Akpınar, Osmanlı devletinde aşiret meklebi, op. cit., p. 34.

233 Gâzî Ahmed Muhtar Paşa, Amlar Sergüzeşt-i hayatım’ın, cild evveli [Mémoires de l’aventure de ma vie, vol. 1], yayına hazιrlayan Nuri Akbayar, Istanbul, Tarih Vakfi Yurt yayınları, 1996.

234 E. Rogan, « Aşiret Mektebi : Abdülhamîd II’s School for Tribes (1892-1907) », International Journal for Middle East Studies, 28 (1996), p. 83-107. Aşiret mektebi, p. 94.

235 O.Koloğlu, Arap Kaymakam. Libya’ya Basbakan olan Türk kaymakamın yaşam öykūsū [Le préfet arabe. La vie du préfet turc qui devint premier ministre de Lybie], Istanbul, Aykırı Yayıncılık, 2001, p. 18.

236 Abdüsselam Efendi avait un comportement laissant à désirer et nuisait à la morale de l’école par ses paroles et ses actes. Il faisait très souvent le mur de l’école, pour donner libre cours à sa fantaisie et était régulièrement rattrapé par les gendarmes [zaptiye]. Cf. B.O.A., Y.A.H.U.S. (Yıldız sadâret husûsi mâruzat evrakı), n° 270/26 ; B.O.A., Y.M.T.V. (Yıldız mütenevî mâruzat evrakı), n° 75/71, cités in A. Akpınar, Osmanlı devletinde aşiret mektebi, op. cit., p. 33.

237 O. Koloğlu, Arap Kaymakam, op. cit., p. 14-19.

238 B.O.A., Y.E.E., K. 14, E. 2287, Z. 126, K. 11. Ces régiments étaient formés par les tribus Zilan et Karapapak.

239 B.O.A., İ. H., n° 77.

240 A. Akpınar, Osmanlı devletinde aşiret mektebi, op. cit., p. 46.

241 O. Koloğlu, Arap Kaymakam, op. cit., p. 17.

242 Cf. A. Akpınar, Osmanlı devletinde aşiret mektebi, op. cit., p. 43.

243 E. L. Rogan, « Aşiret Mektebi: Abdülhamîd II’s School for Tribes (1892-1907) », op. cit., p. 91, qui s’appuie sur les annuaires de l’enseignement [maarif salnameleri].

244 O. Ergin, Türk maarif tarihi, vol. III, op. cit., p. 1188.

245 A. Akpınar, Osmanlı devletinde aşiret mektebi, op. cit., p. 77.

246 Cf. A. Akpınar, Osmanlı devletinde aşiret mektebi, op. cit., p. 75.

247 E. Rogan, « Aşiret Mektebi: Abdülhamîd II’s School for Tribes (1892-1907) », aşiret mektebi, p. 97.

248 E. Rogan, « Aşiret Mektebi: Abdülhamîd II’s School for Tribes (1892-1907) », aşiret mektebi, p. 98.

249 O. Koloğlu, Arap Kaymakam, op. cit., p. 14-18.

250 F. Georgeon, Abdulhamid II, op. cit., p. 270.

251 E. Rogan, « Aşiret Mektebi: Abdülhamîd II’s School for Tribes (1892-1907) », aşiret mektebi, p. 83.

252 Au moins cinq furent Paşa et trois Bey. Le père d’un seul d’entre eux était aussi Paşa, six pères étaient Beys et deux efendis. Cf. R. Roded, « Ottoman Service... », op. cit., p. 77.

253 Ibid., p. 74-81.

254 E. Dawn, « The Rise of Arabism in Syria », Middle East Journal, 16 (printemps 1962), p. 145-168.

255 A. Jawdat, Dhikrayât 1900-1958, Beyrouth, Matbaa’al-Wafd 1967, p. 18, cité par D. Pool « Transformation of Iraqi Leadership 1920-1939 », IJMES 12 (1980), p. 333.

256 E. Dawn, The Rise of Arabism in Syria, op. cit.

257 E. Dawn, The Rise of Arabism in Syria, op. cit.

258 D. Poole, « Transformation of Iraqi Leadership, 1920-1939 », op. cit., p. 336-337.

Table des illustrations

Légende Officiers supérieurs ottomans ayant participé à la guerre gréco-ottomane de 1897
Crédits Collection privée d’Orhan Koloğlu
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1425/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search