Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Première partie. Les hommes de l'armée ottomane réformée

Chapitre 1 : Être militaire dans l’Empire ottoman

Texte intégral

1Devenir militaire dans l’Empire ottoman n’était pas une mince affaire, car il s’agissait d’une lourde charge, tant du point de vue des longues années de service à accomplir que des dangers encourus lors des guerres et des révoltes. Les lois sur la conscription évoluèrent pour alléger ce fardeau et limiter le mécontentement. Nous dresserons d’abord un tableau des conscrits et de leur vie dans l’Empire, puis des exemptions qui venaient tempérer cette règle.

1- La conscription

  • 1 S.H.A.T. (Service Historique de l’Armée de Terre, archives militaires françaises à Vincennes), 7N16 (...)

2Au 19e siècle, après l’abolition du corps des janissaires, et jusqu’à la « révolution Jeune-Turque » de 1908, être militaire était avant tout l’affaire de la communauté musulmane. Les projets de recrutement des non-musulmans ne manquèrent pourtant pas dès l’adoption de la charte de Gülhâne en 1839. On proposa alors d’enrôler les Arméniens, puis les Bulgares mais les représentants de la communauté arménienne s’y opposèrent1.

3Lorsque la nouvelle armée faisait ses premières armes en 1826, la conscription imposa le service militaire obligatoire à vie pour tous les musulmans. Les conscrits devaient servir vingt ans, d’abord dans l’armée active, puis ils passaient dans la réserve. En fait, ils pouvaient retourner à la vie civile au bout de douze ans de service, sans droit à la retraite. Ils devaient alors attendre un âge avancé ou devenir infirmes, pour percevoir une pension.

La nouvelle armée de Mahmud II

  • 2 Türk Silahlı Kuvvetleri tarihi [Histoire des forces armées turques], vol. 3, 5e partie (1789-1908), (...)

4La nouvelle armée était formée sur un modèle proche de celui du Nouvel Ordre de Selim III [Nizâm-i Cedîd]. Sa structure de base était le régiment [tertip, puis alay], composée de trois bataillons [tabur]. Il n’y avait pas de loi de recrutement et le conseil impérial [divân-i Hümayun] se réunissait chaque année et décidait du contingent à demander aux provinces [vilâyet] en fonction des besoins. Les fonctionnaires chargés du recrutement étaient assistés des notables locaux pour lever de force le nombre de soldats qu’ils voulaient. Pour les conscrits de l’époque, le service militaire se distinguait peu de la condamnation aux galères2.

5Les corps d’armée de réserve [redîf] furent créés en 1833-1834, sur le modèle allemand et restaient dans leurs foyers en temps de paix. En temps de guerre, ils entraient dans la composition de l’armée active tout en constituant des unités tactiques distinctes de celles de l’armée régulière [nizâm] Ainsi, la mobilisation de la réserve permettait ainsi de doubler les effectifs.

  • 3 E. Z. Karal, Osmanlı tarihi [Histoire ottomane], Ankara, T.T.K., 1988, vol. 5, p. 182-183.
  • 4 E. Z. Karal, Osmanlı tarihi, op. cit., vol. 7, p. 181.
  • 5 T.T.T.E. Mec. N° 87 (10), p. 263-273 : E. Z. Karal, op. cit., vol. 8, p. 354-355.

6Des exemptions étaient prévues. Tous les non-musulmans devaient s’acquitter de la taxe d’exemption [bedel askeri] pour compenser leur dispense de service. Mais les musulmans avaient aussi accès aux exemptions, soit par le remplacement soit par le rachat en argent. Cette séparation entre musulmans et non-musulmans perdura après la promulgation de la charte de Gülhâne jusqu’en 1908, date de la « révolution Jeune-Turque ». La charte de Gülhâne de 1839 proclamait l’égalité entre musulmans et non-musulmans, mais ce principe ne fut pas appliqué au recrutement militaire. La défense de la patrie était un devoir sacré pour chaque soldat. Mais elle prenait en compte la dureté de la vie militaire et des lourdes charges qu’elle imposait aux familles, entravant les activités économiques, commerciales et agricoles. Sur proposition du conseil militaire [Dâr-ı Şûrâ-yi askerî], fondé en 1837, elle préconisait que la durée du service dans l’armée active soit ramenée à 4 ou 5 ans3. Par ailleurs, on ne recrutait dans l’armée régulière que les Turcs d’Anatolie et de Roumélie4. Quant aux populations de Bosnie, d’Herzégovine et d’Albanie, elles étaient exemptées de service militaire, car elles s’y étaient farouchement opposées5.

  • 6 F. Çoker, Tanzimat ve ordu yenilikleri [Les Tanzimat et les nouveautés dans l’armée], dans Tanzimat (...)
  • 7 E. J. Zürcher, « The Ottoman Conscription System in Theory and Practice, 1844-1918 », in E. J. Zürc (...)
  • 8 Türk Silahlı Kuvvetleri tarihi, op. cit., vol. 3, 5e partie, p. 145-146.

7La loi de recrutement de 1843 du sultan Abdülmecîd diminua la durée du service à douze ans (cinq ans d’armée active, puis sept ans de réserve). Elle s’inspirait du dernier règlement prussien sur le recrutement de 1814 pour l’organisation de la réserve6 avec une influence française7. Le contingent de l’armée régulière [muvazzaf] se renouvelait chaque année par cinquième au début du mois de mars. Les réservistes accomplissaient un mois d’exercices et d’instruction annuel. Mais on manquait de soldats sous les drapeaux [muvazzaf] et les réservistes furent mis à contribution. On les considérait tous comme des conscrits [muvazzaf]8.

  • 9 Ibid., p. 145. Cf. E.Z. Karal, Osmanlı tarihi, op. cit., vol. 6, p. 160.
  • 10 La nouvelle organisation commença à s’appliquer en 1281 H., c’est à dire 1864/65. Cf. A.E.N., Petit (...)
  • 11 Cf. rapport adressé en 1869 par Hüseyîn Avnî Paşa, ministre de la Guerre au sultan Abdülazîz sur la (...)

8Théoriquement obligatoire pour tous, le service militaire ne put être appliqué partout9. Il provoqua de telles révoltes en Bosnie et en Herzégovine, notamment, que la Porte dut envoyer la force armée à six reprises. La Bosnie-Herzégovine ne fut pacifiée qu’au début des années 1860 et c’est à ce moment-là qu’on parvint à y introduire la conscription10. Les effectifs de l’armée permanente en temps de paix étaient fixés à 150 000 hommes. Quant aux forces de réserve, elles formaient 120 bataillons dans chacun des cinq corps d’armée. Ce qui situait leur nombre entre 100 000 et 125 000 hommes11. L’organisation militaire de 1843 subsista pratiquement sans changement jusqu’à la réforme de 1869.

  • 12 Loi sur le recrutement de janvier 1847 (Evaili Sefer 1363), B.B.A., Cevdet Tasnifi, askeri kısım, n (...)
  • 13 Türk Silahlı Kuvvetleri tarihi, vol. 3, 5e partie, p. 146-147.
  • 14 F. Çoker, Tanzimat ve ordu yenilikleri, p. 1261.
  • 15 Concernant la résistance en Syrie, cf. D. Douwes, “Reorganizing Violence : Traditional Recruitment (...)
  • 16 Türk Silahlı Kuvvetleri tarihi, op. cit., vol. 3, 5e partie, p. 146.
  • 17 Cf. paragraphes 14, 15 et 16 du Hâtt-ı Hümâyun de 1856 du 18 février 1856 sur l’engagement de rendr (...)

9À partir de 184712, les soldats tiraient au sort pendant cinq années consécutives. Ce rituel s’effectuait chaque année au mois de mars et le contingent se renouvelait par cinquième. Les hommes se présentaient à compter de leur vingtième année. Les plus chanceux passaient directement dans la réserve [redîf], sans avoir accompli de service actif. Les réservistes étaient en principe convoqués chaque année13. Le contingent de l’armée était fixé à 150 000 hommes, ce qui portait le recrutement annuel à 30 000 conscrits ou volontaires14. Le tirage au sort ne fut mis en place dans l’armée d’Arabie (6e armée de Syrie) que bien plus tard, du fait de résistances15. Il commença dans certaines localités en 1849, puis fut élargi en 1852 et en 1859. Mais il ne fut généralisé dans la circonscription de Syrie qu’à partir de 186216. Le Rescrit Impérial [Hatt-i Hûmayûn] de 1856 qui proclamait l’égalité des droits et des devoirs entre population musulmane et non-musulmane ne changea rien aux règles applicables au service militaire17.

10La guerre sainte contre les infidèles [cihâd] était le mobile et la base de l’organisation des forces militaires dans l’Empire. Mais son utilisation changea à partir des Tanzîmât. Auparavant, par principe, on appelait au cihâd pour toutes les guerres contre les « infidèles ». Avec les Tanzîmât, l’Empire ottoman devenait membre du Concert Européen, la communauté internationale de l’époque. Lors de la guerre de Crimée (1854-1856), l’Empire était l’allié de la France et de l’Angleterre. De ce fait, l’appel à la guerre sainte ne fut plus systématique. Il ne fut remis à l’ordre du jour que dans un autre contexte, celui de la propagande panislamique de la Première Guerre mondiale.

  • 18 Définition du bedel : taxe de rachat.
  • 19 II aurait été fixé entre 3000 et 5000 kuruş (soit 650 à 1100 F.), en fonction de la richesse de cha (...)
  • 20 Cf. les déclarations de Fuad Paşa du 18 février 1866 et du 15 mai 1867. (SHAT)
  • 21 Voennyï-Sbornik (Revue militaire russe), n°162, 1873.
  • 22 En 1896, lors d’une mission, l’attaché militaire français avait fait la connaissance à Beyrut du Ma (...)
  • 23 Ömer Lütfî Paşa (Plaşki, Croatie, 1806-Istanbul 1871).

11En 1855, le gouvernement supprima officiellement l’impôt de capitation [harâc] payé par les non musulmans et on fixa le chiffre des recrues à fournir à 16 000 hommes. Puis, il substitua à ce contingent un nouvel impôt, bedel18, réparti sur toutes les communautés non musulmanes, qui les déchargeait ainsi de la conscription19. Pour justifier cette mesure aux yeux de l’Europe, la Porte déclara que les populations non musulmanes éprouvaient une aversion insurmontable pour le service des armes, et que par conséquent, il était impossible d’en recruter pour l’armée. On ne leur ouvrit pas davantage l’accès des écoles militaires, en argumentant que tant que l’armée resterait exclusivement musulmane, il serait prématuré de former des officiers non musulmans20. Cependant, la Porte organisa une brigade de cavalerie, composée d’un régiment de dragons et d’un régiment de cosaques. Ils étaient essentiellement recrutés parmi les Bulgares et les Polonais par la voie du volontariat. C’est ainsi qu’on recruta des officiers chrétiens de nationalité étrangère21. Créé dans les années 1850 par Sadık Paşa (Michel Czajkowski), le régiment polonais de dragons ottomans était commandé plus tard au Liban par Lutfî Bey (Ludwik Monasterski). Toutefois, on trouvait de manière résiduelle des officiers chrétiens dans l’armée ottomane, par exemple dans le 28e régiment de dragons, à Beyrouth et au Liban22. Sans compter les étrangers convertis qui entrèrent au service de l’Empire dans la première moitié du 19e siècle et occupèrent de hautes responsabilités. Tel le généralissime Ömer Lütfî Paşa23, d’origine croato-hongroise et diplômé de l’école d’État-major autrichienne qui entra au service de l’Empire en 1828 et reçut un titre rarissime. Sa connaissance des langues étrangères et sa formation en Europe jouèrent un grand rôle dans son ascension.

  • 24 Les montagnes sauvages du Lazistan et le massif du Munzur dağ, dans le Dersim, habités par des Kurd (...)
  • 25 Voennyï-Sbornik (Revue militaire russe), n°164, 1874.

12En raison des difficultés financières, l’emploi de la réserve au sein de l’armée active se pratiquait en temps de guerre comme en temps de paix à cause des troubles presque incessants dans l’Empire. A l’instar des hommes de l’armée active, les réservistes passaient leur temps de service quasiment sous les drapeaux. Ce n’était pas sans poser problème, car ils formaient des bataillons distincts dans l’armée active, nuisant à son homogénéité. Par ailleurs, leur mobilisation continuelle en temps de paix imposait une charge très lourde aux musulmans, puisqu’elle privait les familles de la plupart des hommes de vingt-cinq à trente-deux ans et les enlevait sans cesse à leurs occupations. Ces appels répétés à leurs services suscitaient le mécontentement qui se manifestait par la désertion en masse des hommes de la réserve, surtout en pays difficile (Lazistan, Dersim)24. Lors de la période de tension entre l’Empire ottoman et la Grèce, en 1868-1869, on mobilisa quatre-vingt bataillons de réservistes [redîj]25.

13Le sultan Abdülazîz accéda au trône en 1861 après le décès du sultan Abdülmecîd. Son règne fut caractérisé par une influence étrangère de plus en plus présente, par les emprunts contractés à l’étranger et par les réformes d’occidentalisation prônées par le Traité de Paris. Le réarmement des puissances européennes et le problème du maintien des réservistes sous les drapeaux conduisirent le ministre de la guerre, Hüseyîn Avnî Paşa, à réorganiser l’armée. Il entreprit un vaste programme de réformes militaires qui se concrétisa par l’adoption d’une loi sur le recrutement, en 1869.

La réforme de 1869

14Le rapport adressé par Hüseyîn Avnî Paşa, ministre de la Guerre au sultan Abdülazîz, pour susciter une réforme de l’armée commence ainsi :

  • 26 Le texte in extenso de ce rapport présenté le 12 rebi-ül-evvel 1286 H. (22 juin 1869) par Hüseyîn A (...)

« Il est convenu qu’aujourd’hui l’indépendance d’un État et son influence politique sont en raison directe de sa puissance militaire »26

15Propos on ne peut plus clairs et explicites sur les préoccupations du ministre de la Guerre, qui souhaite que l’Empire ottoman ait les moyens de sa défense. Il continue en ces termes :

  • 27 id. p. 13.

« En conséquence, le gouvernement impérial s’est vu obligé d’aviser au moyen de mettre ses forces de terre en état de soutenir une guerre tant offensive que défensive contre tout État de premier ordre...La nature des choses et la prudence exigent que chaque État procède à l’organisation de ses forces d’après les ressources militaires que lui offre le pays et les populations... »27.

  • 28 S.H.A.T., 7N1650, Notes sur l’armée turque de R. de Laisle, capitaine au 6° régiment de cuirassiers (...)

16Le ministre de la Guerre était confronté à une problématique constante dans la seconde moitié du 19e siècle : faire tous les sacrifices possibles pour être maître d’un outil militaire redoutable, tout en ne dépassant pas les limites du possible, tant du point de vue financier qu’humain. Tous les problèmes récurrents de l’armée ottomane transparaissent derrière ces préoccupations. Les soucis d’argent de l’armée, qui, bien qu’étant le ministère le mieux doté, ne pouvait faire face à toutes ses dépenses et laissait les soldats et même les officiers avec de nombreux mois d’arriérés de solde. Le problème du recrutement pesait presque uniquement sur l’élément musulman et son extension aux non-musulmans, théoriquement prévue par les textes des fïrmans de 1839 et de 1856 était à réaliser. Enfin, la question toute entière de la modernisation de l’armée et de sa parité avec les armées étrangères européennes était posée. La réforme de 1869 apportait essentiellement une réponse à l’élargissement du recrutement, en créant une sorte de troisième ban de réserve. D’inspiration prussienne, sur le modèle de la Landwehr, elle dotait l’Empire d’une garde sédentaire, pouvant être utilisée sur place pour parer à des troubles intérieurs éventuels et créait une réserve d’active [ihtiyât]28.

  • 29 Pour se référer au texte de la loi, Cf. S.H.A.T., 7N1626, Constantinople, 2° annexe au rapport n°15 (...)
  • 30 Toutefois, un rapport daté de 1868 (S.H.A.T. 16N50), signale qu’en cette année-là, il existait deux (...)

17La réforme de la conscription de Hüseyîn Avnî Paşa en 1869 institua le service militaire obligatoire pour tous les Ottomans, d’une durée de vingt ans. Il disposait de trois étages (art. 1)29 : l’armée active [nizâmiye], de six ans, la réserve proprement dite [redîj], de six ans également, et l’arrière ban de réserve [mustahfaz] de huit ans. La durée du service militaire augmentait donc de huit ans, passant de douze ans, dans la loi de 1843, à vingt ans30.

  • 31 Aristarchi Bey (G.), Législation ottomane, ou recueil des lois, règlements, ordonnances, traités, c (...)
  • 32 Après un service de six années dans l’armée active [nizâm et ihtiyât], les soldats étaient incorpor (...)

18Il reposait sur le tirage au sort, mais le volontariat était maintenu31. Du point de vue militaire, il permettait d’accroître l’armée régulière [nizâm] (prévue à 150 000 hommes), par les 60 000 ou 65 000 hommes de la réserve d’active [ihtiyât] qui fortifiaient l’élément actif, en complétant son effectif ou en permettant d’augmenter le nombre de ses unités tactiques (art. 2). La réserve d’active était inférieure en nombre à la réserve [redîf], mais supérieure en qualité, ainsi qu’à l’armée régulière [nizâm]. En effet, la réserve d’active [ihtiyât] était complètement composée d’anciens soldats expérimentés de l’armée régulière [nizâm], ayant cinq ou six ans de service derrière eux. L’institution de la réserve d’active [ihtiyât] permettait de ne plus mobiliser les réservistes [redîf] au moindre trouble intérieur, conséquence qui avait une grande incidence sur la vie économique. En cas de désordre intérieur, la réserve d’active [ihtiyât] était réunie en corps distincts et de préférence à l’armée régulière [nizâm]. Par ailleurs, la réserve était disposée en deux bans, le premier ban [redîf mukaddem] et le second ban [redîf sanî] (art. 19)32.

19L’instruction annuelle d’un mois dont bénéficiait le second ban de réserve ne pouvait produire des effets miraculeux. Elle apportait toutefois une amélioration suffisante pour entretenir les connaissances militaires des soldats libérés de l’armée régulière [nizâm], mais ne pouvait éduquer les hommes directement incorporés dans la réserve [redîf]. L’augmentation des contingents destinés à l’armée régulière [nizâm] était aussi destinée à doper la composition du la réserve [redîf], en injectant dans ses rangs un nombre plus grand d’anciens soldats de l’armée régulière [nizâm] et de la réserve d’active [ihtiyât]

20L’accroissement des forces militaires basé sur la création de la garde territoriale [mustahfaz] était, en fait, relativement peu efficace, puisque, d’après les termes mêmes de la loi, l’État n’avait ni les ressources nécessaires à la création de nouveaux cadres et de dépôts, ni les moyens de prendre en charge leur instruction. Les hommes qui appartenaient à cette catégorie n’étaient d’ailleurs rattachés à l’armée par aucun lien tangible. Ils n’étaient pas astreints à des rassemblements périodiques, mais devaient seulement répondre à l’appel du gouvernement, au cas où la patrie serait en danger. Cette garde sédentaire [mustahfaz] n’était, en quelque sorte, qu’une réserve non organisée, composée de tous les musulmans disponibles âgés de trente-deux à quarante ans, susceptibles d’être employés à la défense nationale intérieure.

  • 33 Elle était organisée en 7 chapitres regroupant 77 articles. « Qur’a Qânûnnâme-iHumâyûnu », Istanbul (...)

21Le 8 mars 1870, une nouvelle loi sur le recrutement fut adoptée33. L’âge de la conscription était 20 ans et le service dans l’armée active était de cinq ans. Elle précisait dans tous ses détails la mise en œuvre de la conscription.

Durée du service militaire

1843

1869

Armée régulière
[
Nizamiye]

5 ans

6 ans

{5 ans : cavalerie : artillerie
{1 an : réserve d’active
[
ihtiyât]
{4 ans : infanterie
{2 ans : réserve d’active [
ihtiyât]

Réserve
[Redif]

7 ans

6 ans

{1° ban : 3 ans
{2° ban : 3 ans

Garde territoriale [Mustahfaz]

8 ans

Total

12 ans

20 ans

La guerre russo-turque de 1877-1878

  • 34 L’année 1876 est le théâtre de crises multiples qui secouent l’Empire : crise d’ordre financier ave (...)
  • 35 Le 3 mars 1878, la Russie dicte à l’Empire ottoman le Traité de San Stefano. Mais ce traité ne sera (...)

22L’armée ottomane participa à la guerre contre la Russie en 1877-1878 avec l’organisation mise en place en 1869. Théoriquement, elle aurait pu aligner 750 000 hommes, mais, en pratique, elle ne réunissait que le tiers de cet effectif. Cette guerre, dénommée « 1293 harbi » [la guerre de 1293]34 se solda par une défaite qui déboucha sur le congrès de Berlin35. Elle fut un traumatisme sérieux pour l’Empire qui se vit amputé d’une partie de son territoire. Elle est le point de départ de cette « hantise de perdre l’Empire », qui va agiter les pensées de ses hauts responsables, à commencer par le sultan. Les mesures adoptées à partir de l’année 1879 et tout le train de réforme qui se mit en place à partir des années 1880 dans l’armée trouvent en grande partie leur source dans cette défaite. La décision de faire appel à une mission étrangère – allemande en l’occurrence – en 1882, est motivée par le souci de remédier aux faiblesses de l’armée qui ont été à l’origine de sa défaite. C’est pourquoi, il est important d’analyser la guerre de 1877-1878, à travers l’équilibre des forces en présence, puis à travers l’organisation des forces ottomanes, en confrontant objectifs et moyens, réalisations et contraintes.

  • 36 Mehmed Redîf Paşa fut ministre de la guerre de septembre 1876 à juillet 1877.

23Au début du conflit, le ministre de la Guerre, Redîf Paşa36 présenta, sur la demande du sultan, une liste des forces armées ottomanes. Le rapport qu’il soumit au Palais semble très éloigné de la réalité, laissant sous-entendre que le sort des armes serait favorable aux Ottomans.

  • 37 Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, op. cit., p. 295.

24Les forces ottomanes en présence sur les fronts du Danube – la frontière européenne avec la Russie, de Batum et d’Erzurum – les frontières orientales avec la Russie – approchaient les 278 000 hommes. En incluant les forces de réserve à Istanbul, elles avoisinaient les 298 000 hommes. Toutefois, le nombre d’hommes instruits ne dépassait pas les 150 000 hommes. Outre les réservistes, Redîf Paşa avait aussi fait mobiliser la réserve territoriale [les mustahfaz] qui étaient des hommes âgés de cinquante voire soixante ans37.

  • 38 La conférence d’Istanbul se réunit le 23 décembre 1876 sous la présidence du ministre ottoman des A (...)
  • 39 Midhat Paşa, premier ministre du sultan, pour faire face aux exigences du concert européen élabora (...)
  • 4 2 E. Z. Karal, Osmanlı tarihi, op. cit., vol. 8, p. 43.

25Lors de la conférence d’Istanbul38, les responsables présentèrent au sultan des chiffres très variables concernant l’armée. Midhât Paşa39, le grand vizir, réunit une assemblée spéciale composée de généraux pour étudier la situation de l’armée ottomane. À sa grande surprise, ces derniers ne possédaient aucune information fiable. À l’issue de ses investigations, il estima qu’on disposait de 650 000 soldats, tandis que Mahmûd Paşa et Redîf Paşa parlaient de 700 000. Toutefois, Muhtâr Paşa avait préalablement informé le Palais qu’il ne fallait pas les évaluer à plus de 300 000. Lors de la déclaration de guerre, Redîf Paşa dressa une liste des soldats. D’après ces informations, ils étaient 490 000, dont 309 800 dans les Balkans et 101 100 en Anatolie, sur la frontière orientale. Dans les Balkans, les forces se répartissaient comme suit : 186 500 en Bulgarie et en Thrace, 107.500 en Bosnie-Herzégovine et au Monténégro, et enfin 15. 800 dans les environs de Yanya, Yenişehir. En Anatolie orientale, ils étaient 70 900 à Kars, Ardahan et Bayazıd et 20 800 à Batum. Selon ces calculs, 287 000 hommes pouvaient faire face à l’avancée russe. Mais il ne faut pas oublier que seulement 150 000 de ces hommes étaient instruits, le reste étant des réservistes sans instruction [redîj], voire même des hommes âgés de cinquante à soixante ans [mustahfaz]42. Il s’agissait donc d’une force très disparate.

  • 40 Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, [Le miroir des vérités], prép. à la publ. par i. Miroğlu, (...)

Les forces ottomanes mobilisables, selon le ministre de la guerre40

  • 41 Tershâne : l’arsenal maritime.

soldats mobilisables [muvazzaf]

nombre d’hommes

Dobruca, Silistre, Rusçuk, Vidin, fıumnu, Tırnova, Gabrova, Varna,Edirne, Niş, Sofia (Europe)

186 500

Bosnie, Herzégovine, İşkodra (Europe)

107 500

Yanya, Yenişehir (Europe)

15 800

Crète

10 300

Kars, Ardahan, Bayazıd, Erzurum (Asie)

70 900

Batum (Asie)

20 800

Istanbul

20 500

Tripoli de Barbarie (Afrique), İzmir, Hedjaz (Asie) et les 3e, 5e, 6e et 7e centres de corps d’armée, ainsi que Tershâne.41

58 000

Total

490300

  • 4 3 Le 4e corps d’armée était basé à Erzincan en Asie.
  • 4 4 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, annexe au rapport n° 390 du 4 mars 1912, première conférence de (...)

26Le problème de l’estimation des effectifs entre effectif nominal et effectif réel était crucial. L’effectif nominal des troupes du 4e corps d’armée43 aurait dû être de 24 bataillons d’infanterie. La loi sur le service, alors en vigueur, permettait de compter sur le quadruple en cas de mobilisation, c’est à dire sur 96 bataillons de 900 hommes chacun, avec 4 régiments de cavalerie et 96 canons de campagne ou de montagne. Bien que le service de transport fut réglementé, il semblerait que les chevaux et les mulets n’étaient pas assez nombreux44.

  • 4 5 En réalité, il y avait deux systèmes différents de fusils, le Martini et le Snyder, qui auraient (...)

27De fait, les bataillons d’infanterie ne parvinrent jamais à leur effectif de 900, mais restèrent à 600 hommes. Les régiments de cavalerie ne disposaient que d’un peu plus de la moitié de leur effectif en chevaux. Il en était de même des batteries d’artillerie qui ne pouvaient recevoir les munitions nécessaires faute de transport. L’état des routes et des moyens de communication était médiocre. Seules les armes étaient au complet dans les dépôts45.

  • 4 6 Il y aurait eu 10 000 malades. Cf. ibid.
  • 4 7 Cf. ibid.

28À titre d’exemple, la situation dans laquelle se trouvait le maréchal Ahmed Muhtâr Paşa était très significative. Il disposait d’une armée éparpillée, à l’effectif incomplet46, mal encadré, presque pas instruit, sans transport, sans cartes. Lorsqu’il fut surpris par une force de 125 000 hommes commandée par le grand-duc Michel, il était en train de rassembler à la hâte un contingent de 57 à 58 000 hommes47.

  • 4 8 Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, op. cit., p. 334.

29Les forces auxiliaires semblent avoir été encore plus difficiles à quantifier que celles de l’armée régulière. L’armée d’Anatolie, par exemple, était composée de 96 bataillons de forces régulières et de réserve ainsi que de 32 bataillons de forces auxiliaires. Il s’agissait, en l’occurrence de soldats kurdes enregistrés par Kurt İsmaïl Paşa, le gouverneur général d’Erzurum. En pratique, d’après Mahmûd Celâleddîn Paşa, ces bataillons étaient purement virtuels, n’existant que sur le papier. Les engagements pris par les chefs tribaux kurdes s’avérèrent mensongers48. Toutefois, on peut s’étonner qu’absolument aucune unité auxiliaire kurde n’ait été formée, ce qui semble peu crédible. Par ailleurs, cet exemple met en relief le caractère peu fiable des forces auxiliaires.

  • 4 9 Ibid.

30Par contre, les forces auxiliaires pouvaient avoir une place prépondérante dans les unités. Telle la force chargée de la défense de Batum qui était en majorité composée de soldats locaux, de Lazes, constituant une division auxiliaire. En outre, des armes nouvelles leur avaient été distribuées. Le total des forces régulières étant de 12 000 hommes49, le nombre des soldats auxiliaires était donc important, supérieur à 6000 hommes.

  • 5 0 Les Russes se seraient approchés d’Ardahan avec 9 régiments de cavalerie, 20 bataillons de fantas (...)
  • 5 1 Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, op. cit., p. 336.
  • 5 2 Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, op. cit., p. 357-359.

31Les soldats auxiliaires étaient d’un âge très variable. Par exemple, pour défendre Ardahan, le général de brigade Hüseyîn Paşa demanda de l’aide d’Erzurum50. Environ 1000 fantassins et 140 cavaliers auxiliaires [’asâkir-imuâvini] lui furent envoyés. Mais la plupart des fils de ces soldats avaient fui la conscription. Pères de déserteurs, ils étaient restés tels des otages, sans autre alternative qu’aller eux-mêmes à la guerre. Ces hommes de soixante, voire soixante-dix ans ne pouvaient être que de peu d’utilité51. Outre les forces auxiliaires locales et les milices, il fut ensuite fait appel à d’autres forces similaires éloignées du théâtre de la guerre, par manque de forces vives, tant régulières qu’irrégulières. Malgré tous les inconvénients inhérents à une telle opération – problèmes d’acheminement, délais impartis au déplacement – Ahmed Muhtâr Paşa fut contraint de requérir de manière insistante l’aide de forces auxiliaires ressortissant d’autres corps d’armée. Un certain nombre de fantassins et de cavaliers lui furent envoyés de Baghdad, à savoir, un bataillon de fantassins de Mossul, quatre escadrons de cavaliers de Baghdad, ainsi que quelques bataillons en provenance d’Istanbul. Il s’agissait de mesures ponctuelles, et, en outre, les forces irrégulières envoyées ne parvenaient pas à couvrir les besoins52.

  • 5 3 E. Z. Karal, Osmanlı tarihi, op. cit., vol. 8, p. 44.
  • 5 4 Au début de la guerre, les Russes possédaient 151 bataillons de fantassins, de 234 régiments de c (...)
  • 5 5 L’armée du grand-duc Michel comptait 159 689 soldats et possédait 336 canons de campagne. Cf. Mah (...)

32À combien s’élevaient les forces adverses et quel était l’équilibre des forces en présence ? Les forces russes ont varié en quantité, en fonction des périodes de la guerre. Globalement, elles étaient de 250 000, dont 160 000 en Anatolie orientale. Aux forces russes dans les Balkans, se sont ajoutés plus de 60 000 Roumains, et lors de la défense de Plevne, les Serbes prêtèrent aussi la main53. Le chroniqueur ottoman Mahmûd Celâleddin faisait état de 250 000 hommes dans les rangs de l’armée russe, au début de la guerre, sur le front européen54. À ces dernières venaient s’adjoindre les forces roumaines qui oscillaient entre 80 000 et 100 000 hommes. Sur le front d’Anatolie, les armées russes, commandées par le grand-duc Michel, le frère du Tsar, approchaient les 160 000 hommes. Ce qui portait le nombre des forces adverses à environ 500 000 hommes55.

33Les forces ennemies étaient donc bien supérieures aux 150 000 mobilisables et les forces ottomanes se trouvèrent en sous-nombre face aux ennemis. Elles étaient largement inférieures en nombre aux forces ennemies, cela posait le problème du recrutement des forces terrestres turques et d’une réforme à envisager. Augmenter le nombre de soldats semblait s’imposer, mais la nécessité de leur donner une instruction allait de pair. Posséder une force nombreuse avec des qualités guerrières évidentes, voilà le but qu’il s’agissait d’atteindre.

  • 5 6 F. Çoker, op. cit., p. 1265.

34Après cette défaite cuisante, toute une réflexion fut mise en place pour adopter des réformes afin de redresser le cap. Dès 1879, la réforme la plus importante prise fut l’adoption de la division comme unité de base de l’armée, à l’instar des armées européennes. Le service militaire restait de 20 ans. La durée de la garde territoriale [mustahfaz] était diminuée de 8 à 6 ans, tandis que celle de la réserve [redîj] augmentait de 6 à 8 ans. Le conseil militaire [Dâr-ı Şûra-yı Askerî] fut supprimé et absorbé par le ministère de la Guerre, dont les attributions furent élargies56. L’étape suivante fut franchie en collaboration avec la mission militaire allemande appointée dans l’Empire à partir de 1882.

La loi sur le recrutement du 25 novembre 188657

  • 5 7 Ahz-ı’Asker Kanunnâme-i Hümayûnu, Dûstur, Inci tertip, Vnci kısım, p. 655-695.

35La loi de 1886 fut préparée sous la houlette du général von der Goltz. La durée du service militaire restait inchangée : vingt ans pour l’armée de terre (art. 4). La dénomination d’armée régulière [nizâmiye] était remplacée par celle de forces régulières [kuvve-i nizâmiye] qui désignait collectivement les trois grandes catégories de troupes de l’Empire ottoman : l’armée active [muvazzaf : qui doit le service] de six ans, l’armée de réserve [redîf] de huit ans et la garde territoriale [mustahfaz] de six ans (art. 4). La classe des réservistes [redîf] n’était plus constituée de deux bans, mais désignée par des numéros. Les appelés ne tiraient qu’une fois au sort, le onze mai. Ainsi, ceux qui étaient exemptés, n’avaient pas à revenir l’année suivante. Ils étaient affectés dans une classe de réservistes [redîj] en fonction de leur numéro. Ce système évitait que les plus chanceux qui avaient tiré un bulletin blanc [boş] chaque année ne passent dans la garde territoriale [mustahfaz] sans avoir servi, ni reçu d’instruction.

  • 5 8 S.H.A.T., 7N1629, rapport n° 110, Péra, le 10 novembre 1886, p.1-3. Quand les soldats passaient d (...)
  • 5 9 Cf. ibid. Toutefois, une autre interprétation est avancée dans l’annexe n° 4 du rapport n° 21 du (...)
  • 6 0 S.H.A.T., 7N1629, Péra, Constantinople, rapport n° 110 du 10 novembre 1886.

36L’ancien système présentait l’inconvénient qu’environ 60 % des soldats de l’armée de réserve n’avaient jamais été entraînés58. En effet, les jeunes musulmans inscrits sur les listes de recrutement passaient tout d’abord devant un conseil de révision. Il les classait en deux catégories : ceux qui avaient un motif valable d’exemption ou qui n’avaient pas de soutien de famille [muinsiz, sans soutien], étaient classés dans les réservistes [redîf ou rayés des listes et renvoyés dans leurs foyers. Ceux dont la famille avait un soutien [muinli, avec soutien] et qui étaient reconnus aptes au service militaire étaient les seuls à tirer au sort. Ceux qui tiraient au sort portaient le nom de « qaflı », parce que qaf est l’initiale du mot qur’a, qui signifie tirage au sort59. Les bulletins qu’ils devaient tirer au sort ne portaient pas de numéro. Les uns étaient blancs, vides [boş], les autres étaient pleins [dolu], remplis par le mot « asker » [dolu] étaient incorporés dans l’armée active [nizâmiye], tandis que ceux qui avaient tiré des bulletins vides [boş] étaient renvoyés dans leurs foyers et devaient revenir ensuite tirer au sort pendant cinq années. S’ils venaient à tirer un bulletin plein [dolu], ils étaient classés, selon leur âge, dans l’armée active jusqu’à vingt-trois ans ou dans la réserve de l’armée active, jusqu’à vingt-six ans. À leur vingt-septième année, ils étaient incorporés dans l’armée de réserve et ceux qui n’avaient jamais servi sous les drapeaux recevaient une instruction militaire élémentaire60.

  • 6 1 Cf. ibid. ; C.f. aussi S.H.A.T., 7N1630, Constantinople, annexe 5 au rapport n° 21 du 25 février (...)

37La nouvelle loi cherchait à améliorer l’instruction de l’armée ottomane en faisant passer le plus d’hommes possible sous les drapeaux et en prenant des mesures efficaces pour exercer les hommes qu’on laissait dans leurs foyers. Les jeunes musulmans ne tiraient plus qu’une fois au sort une série de numéros. Les premiers numéros étaient appelés sous les drapeaux pour trois ans, sauf renvoi par anticipation. Les derniers numéros étaient appelés successivement sous les drapeaux, pour une période d’instruction variant, suivant le corps d’armée, entre six et neuf mois. Ils accomplissaient leur service militaire dans le bataillon le plus proche. S’il n’y avait pas de garnison à proximité comme dans le centre de l’Asie Mineure, par exemple, ils s’exerçaient au dépôt de recrutement des bataillons de réservistes [redîf]. Les huit classes de réservistes [redîf] n’étaient plus divisées en deux bans, comme auparavant, mais désignées par leurs numéros. Chaque district de recrutement [merkez] qui devait fournir autrefois un régiment du premier ban de la réserve [redîf mukaddem] et un régiment du second ban [redîf sanî] fournissait désormais une brigade de deux régiments de réservistes [redîf]. Cela supposait le dédoublement des centres de bataillons sans en augmenter l’encadrement. On créait de nouveaux dépôts de recrutement avec des magasins d’armes, d’habillement et d’équipement. Ce qui simplifiait les mobilisations61. Quant à ceux qui étaient sans soutien de famille [muinsiz], ils avaient été classés immédiatement sans tirage au sort dans la deuxième portion du contingent ? Quand ils étaient aptes au service, ils s’exerçaient dans leur village ou à proximité, chaque vendredi depuis la prière du jour jusqu’au soir.

  • 6 2 S.H.A.T., 7N1629, rapport n° 110, Péra, le 10 novembre 1886.
  • 6 3 S.H.A.T., 7N1630, Constantinople, annexe 5 au rapport n° 21 du 25 février 1889.

38En bref, cette nouvelle loi apportait un minimum d’instruction à tous les réservistes. En temps de guerre, on disposait ainsi d’un assez grand nombre d’hommes sans soutien de famille [muinsiz] déjà exercés pour combler les trous dans les rangs des réguliers [muvazzaf]. Par ailleurs, tous les soldats d’un bataillon avaient à peu près le même âge, ce qui créait ainsi une certaine homogénéité. En effet, auparavant, en temps de guerre, on complétait l’effectif des corps de l’armée régulière [nizâmiye] avec des soldats de la territoriale [mustahfaz]. Enfin, les cadres de recrutement ne partaient plus avec les réservistes [redîf], mais ils restaient pour lever et encadrer la garde sédentaire [mustahfaz]62 En outre, les législateurs avaient paré à un des inconvénients de l’ancienne loi qui provoquait le décroissement de la population. En effet, les hommes favorisés par le tirage au sort étaient exemptés pour un an. Craignant une incorporation dans l’armée régulière [nizâmiye], ils attendaient leurs vingt-six ans révolus pour se marier63.

39Dans la marine, le service militaire était réduit à douze ans ; huit ans de service régulier [muvazzaflık] et quatre ans de réserve [redîf] (art. 6). La réserve territoriale n’existait pas dans la marine.

La question du recrutement des non musulmans

  • 6 4 Aucun élève ne fut accepté faut de recrutement des non musulmans. Cf. O. Ergin, p. 730-731.
  • 6 5 U. Gülsoy, Osmanlı gayrimüslimlerinın askerlik serüveni, p. 174-177.

40Le recrutement des Arméniens fut proposé dès 1839 par le commandant des forces armées Mehmed Hafiz Paşa, à concurrence d’un soldat sur vingt. Quant à Moltke, il avait proposé de former des bataillons séparés où ils pourraient accéder jusqu’au grade de commandant. Mais le principe du recrutement des non musulmans fut adopté lors de la guerre de Crimée et l’impôt de capitation fut aboli le 14 mai 1855. Dans un premier temps, un certain nombre de non musulmans seraient recrutés et des officiers choisis parmi eux. De même, les portes des écoles militaires leur seraient ouvertes. Mais le sultan ne donna pas son accord avant 186364. S’ils étaient trop nombreux, en contrepartie de ce service, on leur demanderait d’acquitter la taxe de rachat [bedel-i askerî]. Mais de nombreux jeunes de Roumélie s’enfuirent à la frontière de la Serbie pour se soustraire à cette nouvelle obligation. Après cette expérience peu concluante, lors de l’adoption du rescrit impérial de 1856, on décida que tous les non musulmans s’acquitteraient de la taxe de rachat [bedel-i askerî]65.

  • 6 6 S.H.A.T., 7N1624, Constantinople, rapport n° 20 du 4 avril 1876.

41L’admission des non-musulmans dans l’armée fut examinée, en 1869 et en 1870, par une commission spéciale du ministère de la Guerre présidée par le généralissime [serdâr-ı ekrem] Ömer Paşa. Elle proposa de restreindre le service militaire aux Arméniens et aux Bulgares, populations chrétiennes, fidèles à l’autorité centrale. Ainsi, le projet écartait les Bosniaques, Herzégoviniens et Grecs, considérés trop turbulents et belliqueux. Le remplacement était maintenu et le nombre des chrétiens incorporés aurait été, probablement, peu nombreux, vu la relative aisance des populations chrétiennes. Le Trésor pouvait ainsi trouver une ressource au moins équivalente à celle de la taxe d’exonération [bedel-i askerî]66.

  • 6 7 Voennyï-Sbornik (Revue militaire russe), n° 162, 1873.

42Toutefois, ce projet resta lettre morte, car les représentants de la communauté [millet] arménienne le rejetèrent. La question fut ajournée et la commission fut dissoute sans rien décider. Cependant, cette question resta en suspens, attendant d’être examinée à un moment plus favorable67. Elle suscitait des débats passionnés dans l’opinion publique et la presse ottomane.

  • 6 8 S.H.A.T., 7N1624, Constantinople, rapport du 31 janvier 1876.
  • 6 9 S.H.A.T., 7N1624, Constantinople, rapport n° 20 du 4 avril 1876.

43En 1875, on modifia la perception de la taxe d’exonération des non-musulmans[bedel-i askerî]. Le firman impérial du 12 décembre 1875, qui promulguait de nouvelles réformes établissait que ceux qui avaient moins de vingt ans ou plus de quarante ans, ainsi que les infirmes en étaient dorénavant affranchis. Mais cette réforme était illusoire, puisque la quotité de l’impôt était maintenue et devait, comme par le passé, être intégralement versée au Trésor. Ainsi, le nombre des contribuables diminuait, l’assiette de l’impôt était modifiée et la part de ceux qui y restaient assujettis augmentait considérablement. Les chefs des communautés non musulmanes, à qui le firman avait été officiellement notifié, s’émurent des inconvénients de ce nouveau système et se concertèrent pour faire des représentations identiques à la Porte à ce sujet, mais en vain. Le Synode grec demanda au gouvernement le maintien du statut quo ante, tandis que plusieurs communautés bulgares adressèrent à leur Exarchat une requête visant à obtenir l’exonération entière de la taxe et l’autorisation de servir, au même titre que les musulmans dans les rangs de l’armée ottomane68. Le Patriarcat arménien, moins formel dans l’expression du même voeu, terminait sa requête en ces termes : « ... Les Arméniens considèrent comme un honneur d’être admis à prouver dans les rangs de l’armée leur dévouement et leur fidélité au sultan... »69

  • 7 0 Ibid.

44Les officiers généraux penchaient pour l’admission des non-musulmans préconisée dès 1869 par le généralissime Ömer Paşa70. Une nouvelle tentative eut lieu en 1877 lors des préparatifs de la guerre russo-turque. Vingt jours après le début du conflit, le ministre de la guerre prépara un rapport qu’il envoya à la Sublime Porte, et dans lequel il demandait la création d’une force de réserve de 200 000 hommes. Au début du compte-rendu, il mentionnait que l’ensemble des forces représentait 621 bataillons, mais que seuls 300 pouvaient être opposés à l’ennemi. Les révoltes qui sévissaient au Monténégro, en Serbie et en Bosnie en étaient la cause, ainsi que la situation précaire des régions sensibles comme la Crète et la frontière perse. Une fois les réservistes de la troisième classe et de la garde territoriale appelés, cet effectif atteindrait 240 000 hommes. Le ministre de la Guerre demandait qu’on prenne des mesures exceptionnelles et proposait le recrutement des musulmans d’Istanbul et de tous les non-musulmans.

  • 7 1 Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, op. cit., p. 303-304.

45Ce projet fut soumis au conseil du cabinet [meclis-i vükelâ] où des avis très partagés se manifestèrent. Les partisans de la guerre souscrivirent à cette proposition. Pour la défendre, ils s’appuyaient sur la constitution de 1876 qui établissait l’égalité des musulmans et des non-musulmans. Ils suggérèrent de commencer le recrutement par Istanbul et de l’étendre ensuite à toutes les autres provinces [vilâyet], puis de verser les non-musulmans dans des bataillons déjà existants. Des avis beaucoup moins progressistes s’exprimèrent également, arguant du peu de confiance et de fidélité à l’Empire qu’on devait attendre des non-musulmans. Ils firent valoir qu’il s’agissait d’un débat déjà ancien, et que, devant les réticences des communautés non-musulmanes et la fuite devant le service militaire, il avait été clôt par la perception de la taxe d’exemption [bedel-i askerî]. En outre, ils étaient aussi opposés au recrutement des Istanbouliotes d’origine. Toutefois, ces objections ne furent pas retenues et il fut décidé que tous les non-musulmans seraient mobilisés. Le sultan donna son accord, mais les représentants des communautés non musulmanes protestèrent avec tant de véhémence, qu’il fut impossible d’enrôler les non-musulmans d’Istanbul. A fortiori, ce serait chose encore plus difficile dans les autres provinces. Le conseil du cabinet [meclis-i vükelâ] dut tenir compte de ces réactions et en tira les conséquences. Il décida alors qu’on ne recruterait que la territoriale [mustahfaz]71.

46Puis, la loi de recrutement fut modifiée par un rescrit [irade] impérial du début du mois de novembre 1903. Les vingt années de service étaient ainsi réparties :

  • 7 2 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 649 du 17 novembre 1903.

La répartition du service militaire en 190372

total

infanterie

cavalerie, artillerie

armée active [nizâm]

9 ans

3 ans

3 ans

réserve d’active [ihtiyât]

6 ans

5 ans

réserve [redîf]

9 ans

9 ans

9 ans

territoriale [mustahfazlık]

2 ans

2 ans

2 ans

  • 7 3 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapports n° 640 du 25 septembre 1903 et n° 645 du 19 octobre 19 (...)
  • 7 4 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 649 du 17 novembre 1903.

47Cette modification était due aux craintes d’une nouvelle guerre avec la Bulgarie73. Le sultan voulait porter à 1000 hommes les effectifs des bataillons de l’armée active [nizâm] et de la réserve [redîf].74

  • 7 5 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 594 du 8 juin 1903.

48La faculté d’exonération était maintenue, moyennant le paiement d’une taxe de 50 L.T. (1.150 F.). Les jeunes soldats devaient remplir certaines conditions certifiées par les autorités civiles et effectuer trois mois de service dans le bataillon le plus proche de leur résidence. Mais cette exonération ne s’appliquait pas à la réserve, pour laquelle il fallait payer une somme supplémentaire de 50 L.T.75.

  • 7 6 Ibid.
  • 7 7 Ibid.

49Réforme phare du parti jeune-turc, l’incorporation des non-musulmans permettrait d’augmenter le contingent d’un quart. Le ministère de la Guerre, proposait que l’élément non-musulman atteigne 25 % de l’effectif (12,5 % de Grecs, 4, 5 % d’Arméniens, 4 % de Serbes et de Bulgares et 4 % de Syriens, Levantins et Israélites)76. Cette réforme faisait naître les plus grands espoirs parmi les hommes politiques et les officiers. Réunissant sous les drapeaux l’ensemble des sujets ottomans, un pas en avant serait accompli sur le plan de la formation de l’unité nationale. Le passage à la confraternité des casernes serait le premier jalon formateur, en attendant l’instruction gratuite et obligatoire qui s’ensuivrait77.

  • 7 8 Ibid.
  • 7 9 Ibid.

50Toutefois, il n’était pas aussi simple d’affecter ces nouvelles recrues. On répartirait les conscrits non musulmans dans des régiments déjà existant du nizâm, pour les diluer dans les corps de troupe. Mais le problème était plus ardu pour les réservistes recrutés localement et se déplaçant sur des terrains éloignés. Une mobilisation sur la base territoriale amènerait inévitablement la formation de brigades ou de régiments non-musulmans dans le 2e et 3e corps d’armée (Serbes, Bulgares ou Grecs)78. Il n’y avait que deux alternatives : la formation d’unités non-musulmanes ou renoncer à la levée de ces réservistes et les laisser assurer la défense de ces territoires menacés79.

  • 8 0 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 383 du 15 octobre 1909.

51La loi sur la conscription des non-musulmans fut approuvée le 25 juillet 1909 par le Sénat et sanctionnée parle rescrit du 8 août 1909. La taxe d’exonération militaire était abolie à partir de l’année 1909-1910. Tous les hommes en âge de servir, musulmans ou non-musulmans, originaires des provinces autrefois exemptées, allaient tirer au sort à partir de 1909-1910 (art. 1)80.

  • 8 1 Il s’agissait des patriarches et des catholievs, du grand rabbin, des métropolitains, des évêques (...)
  • 8 2 Ibid.

52Les autorités ecclésiastiques locales faisaient désormais partie du nouveau conseil de révision. Les seules exemptions maintenues concernaient les autorités religieuses81. On continuait à exempter les élèves des écoles supérieures reconnues par l’État, les instituteurs des écoles communales officielles à un seul maître et les trois premiers professeurs des écoles primaires dans les villes82.

  • 8 3 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 404 du 13 décembre 1909.

53La loi devait s’appliquer à partir de l’année 1909. On commença le recensement de la population non musulmane en vue du prochain tirage au sort à Istanbul et dans le reste de l’Empire. La lecture du firman impérial relatif à l’appel sous les drapeaux des sujets ottomans non-musulmans eut lieu au courant du mois de novembre 1909 dans les principales villes de l’Empire dans la plus grande solennité83.

  • 8 4 Ibid.

54Mais cette perspective ne réjouissait pratiquement personne : Grecs, Serbes, Arméniens, Bulgares et Israélites. On signalait une émigration importante de jeunes gens dans tous les ports de l’Archipel et sur les principaux points de la côte de Syrie. Ce mouvement prit une telle ampleur que le gouvernement intervint pour l’enrayer84.

55Les officiers ottomans se lançaient dans une œuvre pédagogique pour expliquer aux soldats que les non-musulmans étaient leurs frères avec lesquels ils partageraient bientôt les charges de la vie militaire, en donnant des conférences le soir. Mais cette idée de solidarité était peu aisée à inculquer et on assista à des incidents pour contester leur incorporation.

  • 8 5 Ce n’est qu’assez tard dans la nuit qu’un groupe d’officiers appuyé par des forces suffisantes pu (...)

56Les funérailles du général Mehmed Alî, commandant d’artillerie du 2ecorps eurent lieu en grande pompe à Edirne, au début du mois de janvier 1910. Le convoi fut escorté par des détachements de troupes de toutes armes, accompagnés par la musique militaire. Cette innovation ne fut pas appréciée par les soldats qui jugèrent qu’il s’agissait d’un cérémonial chrétien. Le vendredi suivant, ils se répandirent dans la ville et le soir, on assista à un début de rébellion. Les soldats protestèrent violemment contre toutes les dérogations aux lois de l’islam et notamment contre l’incorporation des non-musulmans dans l’armée85. Cet incident montre bien l’état d’esprit qui régnait dans l’armée et confirme le fait qu’il s’agissait d’une réforme très sensible.

  • 8 6 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 404 du 13 décembre 1909.

57Les patriarches de différentes communautés négocièrent des conditions particulières pour leurs coreligionnaires. Le patriarche œcuménique demanda la formation de bataillons composés uniquement de chrétiens. Le grand rabbin exigea une nourriture spéciale pour les conscrits israélites. Quant au patriarche arménien, il demandait que les jeunes soldats soient enrôlés dans les garnisons de leur région d’origine. L’exarque bulgare proposait d’exempter ceux qui avaient un niveau d’éducation moyen et que les Bulgares soient dans des sections particulières dans les casernes, avec un congé le dimanche pour accomplir leurs obligations religieuses86.

  • 8 7 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 432 du 12 mars 1910.

58Cette mesure fut appliquée au début du mois de mars 1910. On appela les conscrits de cette catégorie, nés en 1884 et en 1885. La mesure devait être étendue ultérieurement aux conscrits nés en 1881, 1882 et 1883. Les jeunes soldats originaires d’Istanbul furent essentiellement intégrés dans les 2e et 3e corps d’armée. Ceux qui étaient originaires de Thrace et de Macédoine furent incorporés à proximité de leur résidence et plusieurs centaines d’entre eux versés dans différents corps de la garnison d’Istanbul87.

  • 8 8 Ibid.

59Cet appel sous les drapeaux concernait les jeunes gens âgés de 25 et 26 ans. Beaucoup étaient mariés, ce qui causait beaucoup d’émoi dans leurs familles. Les communications officielles insistaient sur l’enthousiasme manifesté par les nouveaux conscrits lors de leur départ et sur l’accueil chaleureux des autorités militaires locales et des anciens soldats88.

  • 8 9 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 526 du 17 septembre 1912.
  • 9 0 Dans le kaza de Selânik, 70.000 L.T. avaient été recueillies, 17.000 dans celui d’İnebolu, 28.000 (...)

60À Adana, les désertions de recrues chrétiennes étaient nombreuses. Du 1er avril au 1er juillet 1912, 423 chrétiens s’embarquèrent à Mersin pour l’étranger89. La désertion était particulièrement sensible dans certaines régions, telles la Syrie et le Lazistan. De nombreuses personnes continuaient à payer la taxe d’exonération90.

  • 9 1 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 542 du 17 octobre 1912.

61Lors de la première guerre balkanique, on appela tous les réservistes chrétiens de l’active [ihtiyât] des trois plus jeunes classes instruites. On les incorporait à concurrence de 25 % de l’effectif. Le gouvernement accéda à la demande des patriarcats et du grand rabbinat : les sujets ottomans non-musulmans de 29 à 45 ans ne seraient pas convoqués91.

62La loi sur le recrutement de 1909 portait le service militaire à trois ans. La chambre des députés vota une exception pour les officiers et les hommes de troupe en service dans les « pays chauds », au climat insalubre, qualifié à l’époque de « débilitant ». Il s’agissait du 6e corps d’armée (Baghdad), du 7ecorps d’armée (Yémen), des troupes du Hedjaz, des troupes du Nedj (Arabie) et des troupes du Fezzan (Tripolitaine).

  • 9 2 La loi du 24 juin 1325/7juillet 1909, dans son article 2, revint à une durée de service de deux a (...)
  • 9 3 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 359 du 2 juin 1909. Cf. A. Biliotti & A. Sedad, La l (...)
  • 9 4 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 438 du 13 mai 1912.

63La durée du séjour dans ces pays était limitée à deux ans pour les hommes de troupe et les officiers jusqu’au grade de colonel92. Les officiers recevaient un supplément d’allocation mensuelle équivalant à la moitié de leur solde. Cette limite de séjour ne s’appliquait pas aux officiers généraux qui exerçaient des fonctions à la fois politiques et administratives93. La loi du 30 mai 1911 (17 mai 1327) modifia la désignation et la durée du service des officiers affectés au 7e corps d’armée (Yémen), au Hedjaz et au Nedj et au Fezzan. Les officier seraient choisis parmi les volontaires ayant les aptitudes physiques nécessaires au service et les qualités requises pour l’avancement et serviraient à trois ans au lieu de deux. S’il manquait de volontaires, on nommerait les officiers qui avaient séjourné le plus longtemps à Istanbul et dans les garnisons de première catégorie. À défaut, on prendrait les nouvelles recrues des autres garnisons94.

La loi sur le recrutement de 1914

64L’assiette du recrutement fut modifiée à cause des lourdes pertes territoriales des guerres balkaniques. Enver Paşa, le ministre de la Guerre, fit adopter la loi sur le recrutement obligatoire du 12 mai 1914 [Mükellefıyet ‘askeriye kanunu muvakkatı’] Pour expliquer sa position, il déclarait :

  • 9 5 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 671 du 12 janvier 1914.

« Je n’ai pas sur cette question les mêmes idées que mon prédécesseur. Il avait fait élaborer un projet de loi que le conseil d’État était en train d’étudier. Je l’ai repris et je compte le modifier. Je suis d’avis que les non-musulmans doivent comme les musulmans le service militaire. On les incorporera en nombre tel que leur effectif ne dépasse jamais le 10ème de l’effectif total de l’unité. Je sais par l’expérience de la dernière guerre qu’ils peuvent faire d’excellents soldats et j’ai vu des Ottomans de race bulgare se battre vaillamment contre leurs frères de race. Ceux qui ne seront pas incorporés pour faire leur service normal paieront la taxe d’exonération mais le taux de celle-ci ne sera pas le même pour tout le monde. Chacun paiera proportionnellement à sa fortune. Ceux que leur mauvaise constitution fera dispenser du service militaire paieront aussi. La taxe ne dispensera pas de tout service, car tout le monde doit passer sous les drapeaux pour être en mesure en temps de guerre de participer à la défense du pays. Ceux qui ne feront pas le service militaire normal seront astreints à des périodes d’instruction. Il sera possible de réduire pour certains dont l’instruction militaire sera jugée nécessaire, la durée du service actif. Mais ceux-là aussi paieront une taxe proportionnellement au temps du service actif qu’ils n’auront pas effectué »95.

  • 9 6 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 717 du 11 mai 1914.

65Le projet de loi sur le recrutement fut soumis au Conseil d’État, qui le modifia en de nombreux points. La durée du service actif était réduite à deux ans pour l’infanterie96. Il faut signaler qu’il en avait été ainsi en France en 1911. Outre l’effet de mimétisme, cette mesure apparaissait démagogique pour une loi de préparation à la guerre. Quand elle éclaterait, les hommes seraient gardés bien plus longtemps...

66La loi supprima la classe de la réserve [redîf] et porta la durée du service militaire à 25 ans, dont 20 ans de service d’active et 5 ans de garde territoriale [mustahfaz]. Pour les marins, elle était de 17 ans, dont 12 ans de service actif et 5 de territoriale [mustahfaz] dans l’armée de terre.

  • 9 8 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 671 du 12 janvier 1914.

67Les effectifs étaient sensiblement moins importants. L’armée active passait à 200 000 hommes et il n’y avait plus que 36 ou 38 divisions au lieu de 43. Les régiments d’infanterie ne comptaient plus que 2 bataillons actifs. En outre, le ministre avait promis de longs congés de moisson98.

  • 9 7 Türk sılahlı kuvvetleri tarihi, op. cit., 3e vol., 6e partie (1908-1920), livre 1, p. 236-237.

Durée du service militaire en 191497.

armée de terre infanterie

armée de terre autres classes

marine

armée active nizâm

2 ans

3 ans

5 ans

armée active ihtiyât

18 ans

17 ans

7 ans

réserve dans l’armée de terre mustahfaz

5 ans

5 ans

5 ans

total

25 ans

25 ans

7 ans

  • 9 9 Ibid.

68Enfin, le service militaire était devenu régional pour économiser les frais de transport. On rognait aussi sur la nourriture et l’habillement des troupes. Le blé concassé [bulgur] remplacerait le riz [pilaf]. L’habillement des réservistes serait simplifié lors des périodes d’instruction. On leur distribuerait une seule capote et une paire de bottes au lieu de les munir d’un uniforme complet. Les constructions militaires allaient être ralenties et réduites au strict minimum. Le montant des économies à réaliser était de 69 millions de francs et les efforts à consentir importants99.

  • 1 00 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 724 du 10 mai 1914.

69Curieusement, la loi de recrutement fut mise en application avant même d’avoir été votée. Comme chaque corps contenait des hommes de toutes les provinces de l’Empire, ils furent renvoyés dans la circonscription de leur corps d’armée d’origine. Ces mouvements de masse provoquèrent le désordre et la désorganisation des unités et diffusèrent les épidémies (typhus, variole). Les commandants de division – notamment ceux des trois premiers corps d’armée – protestèrent contre cette mesure, qui diminuait considérablement l’effectif de leurs unités, surtout dans les armes spéciales.100.

  • 1 01 À Istanbul, les casernes de Selimiye et de Taşkışla étaient les plus contaminées. Un grand lazar (...)

70On accéda à leurs requêtes, mais c’était déjà trop tard. Les difficultés de l’instruction et d’une mobilisation éventuelle étaient décuplées par suite de ce va-et-vient incessant d’isolés auquel s’ajoutaient les déplacements d’unités changeant de garnison. L’état sanitaire était préoccupant, la mortalité avait pris des proportions inquiétantes. Un quart des hommes atteints succombaient. La proportion dépassait la moitié chez les officiers101.

  • 1 02 Ibid.

71L’effectif des bataillons était très variable car ils avaient perdu une proportion de leur effectif très différente d’une unité à l’autre au cours des guerres balkaniques. Dans certains régiments, trois bataillons avaient été fondus en deux. Les épidémies et les congés de convalescence avaient éclairci les rangs. Et enfin, la mesure de répartition des hommes dans leur région d’origine avait encore apporté de nouvelles variations. Il en résultait que certains bataillons possédaient 500 hommes, tandis que d’autres n’en avaient que 200 ou moins102.

  • 1 03 Ibid.

72On appela les soutiens de famille [muinsiz] des classes 1910 à 1914 (1326 à 1329) pour combler les vides. Mais, leur appel causa de sérieux déboires dans certaines régions en particulier à Erzurum où les désertions étaient nombreuses. Certains soutiens de famille [muinsiz] d’Erzurum avaient demandé qu’on leur promette de ne pas travailler plus de trois à quatre heures par jour103.

2 – Les exemptions

  • 1 04 E. J. Zürcher, « The Ottoman Conscription... », op. cit p. 84-85.

73L’introduction de la conscription supposait des recensements pour déterminer le potentiel d’hommes mobilisables. Le premier recensement de la population eut lieu entre 1831 et 1834. Mais il s’agissait uniquement d’une estimation car on ne comptait que les chefs de famille. Le second eut lieu en 1844 mais fut impossible dans certaines régions à cause de la résistance des tribus notamment. Sans compter l’Afrique, la population totale de l’Empire était de 32 millions. Le troisième, établi entre 1882 et 1890 donnait l’estimation de 17,5 millions, du fait des pertes en territoires et en population lors de la guerre de 1877-1878. Le dernier recensement pratiqué en 1914 à la veille de la Première Guerre mondiale évaluait la population de l’ensemble de l’Empire de 23 à 25 millions104. Ces chiffres approximatifs rendaient la tâche difficile aux autorités ottomanes pour établir les lois de recrutement, les exemptions et les rachats. Les exemptions peuvent globalement être classées en trois catégories : exemptions territoriales, de circonstances et rachats.

Les exemptions territoriales

  • 1 05 Voir infra, « vers la fin des régions “privilégiées” exemptées du service militaire. »

74Les exemptions territoriales étaient commandées par le lieu de naissance des individus sans prendre en compte leur lieu de résidence. Certaines provinces ou régions étaient exemptées de la conscription. Istanbul, la capitale, l’était du fait d’anciens privilèges octroyés à différentes époques par les sultans. De même, la Crète, le vilâyet de Şkodra (Albanie), certains districts d’Anatolie orientale, la population kurde des vilâyet orientaux, les membres des tribus de Syrie, d’Iraq et d’Anatolie orientale. Jusqu’en 1864, le vilâyet de Bosnie était aussi dispensé du service105. Toutefois, la tendance était à imposer la conscription à l’ensemble de l’Empire. Certaines provinces – telle la Bosnie – résistaient farouchement contre son imposition et la Porte du envoyer nombre d’expéditions militaires pour ramener le calme. Le rapport de forces évolua au cours du 19e siècle à la faveur du pouvoir central, et ce, en partie grâce à la réorganisation de l’armée.

  • 1 06 R. Roded, « Ottoman Service as a Vehicle for the Rise of New Upstarts among the Urban Elite Fami (...)

75En Syrie, la conscription fut imposée en 1850, provoquant une rébellion populaire à Alep. Elle fut mâtée par les forces ottomanes qui exilèrent les notables responsables. Une décade après, un soulèvement similaire eut lieu à Damas, réprimé par des forces amenées par bateau. Après 1860, l’armée ottomane en Syrie comptait 20 000 hommes bien équipés et entraînés. C’est à partir de la moitié du 19e siècle que le gouvernement ottoman établit sa suprématie sur les villes syriennes. Dans la seconde moitié du siècle, il tâcha d’établir son contrôle sur l’intérieur de la province, mais fut confronté aux révoltes du Hauran106.

76La loi de 1886 maintenait l’exemption de la population d’Istanbul (art. 1). Mais il ne faut pas oublier que les sept dixièmes des élèves des écoles militaires étaient originaires d’Istanbul, ce qui se traduisait par une très forte représentation dans le corps des officiers. En outre, elle fournissait de nombreux volontaires. Les autres localités exemptées étaient, les îles (au large d’Istanbul), la Crète, Sisam, Tasoz, le chef-lieu de département d’İşkôdra (Albanie) et certains de ses arrondissements, certaines tribus de la frontière du Monténégro, les chefs-lieux de départements [il] du Hedjaz, du Yémen et de Tripoli de Barbarie, le département d’Ahsa rattaché à Basrah, certaines tribus de la circonscription de Baghdad et le département de Zor d’Alep. L’exemption était liée au lieu de naissance de l’intéressé et elle durait autant que celle du sol natal, même s’il s’installait dans une autre province (art. 30).

Les exemptions de circonstance (hâl)

  • 1 07 Exemptions territoriales figurant dans la loi de recrutement du 13 juin 1869. Cf S.H.A.T., 7N162 (...)

77Ces exemptions dépendaient de la situation de l’individu au moment où il était appelé à servir. Certaines dispenses avaient un caractère définitif, telles celles accordées aux « hommes de religion » au service de l’État ainsi qu’aux enseignants des établissements d’instruction religieuse. Mais, la plupart des dispenses étaient temporaires pour les élèves des écoles, des medrese qui devaient se présenter le jour du tirage au sort pour subir un contrôle des connaissances. De même, les fils uniques de parents indigents, les fils puînés dont l’aîné était sous les drapeaux et qui avaient un jeune frère de moins de quinze ans107.

  • 1 08 En effet, sous l’ancienne loi, les « bohémiens », les alévis [kızılbaş : têtes rouges] d’Anatoli (...)
  • 1 09 S.H.A.T., 7N1630, Constantinople, rapport n° 30 du 11 avril 1889.

78Ultérieurement, la loi de recrutement de 1886 fit bénéficier les « réfugiés » [muhâcir] d’une exemption de circonstance d’une durée de six ans. Mais, après une durée de six ans d’installation, ils étaient intégrés au système général et devaient accomplir le service militaire comme tout autre musulman (art. 1)108. Cette disposition ne s’appliqua qu’en 1889, pour la première fois, pour les émigrés nés en 1867/68 (1284) et établis à Istanbul, sur l’insistance de von der Goltz Paşa. Jusqu’à cette date, le sultan obtint la reconduction annuelle de cette clause d’exemption109. Les enfants des sujets étrangers qui s’établissaient et se mariaient dans une localité de l’Empire ottoman, étaient exempts du service militaire aussi longtemps qu’ils gardaient leur nationalité étrangère. Cette disposition ne s’appliquait cependant pas aux Persans soumis à la comscription (art. 32).

  • 1 10 Etaient aussi exemptés les possesseurs d’offices octroyés par brevet impérial dans les lieux sai (...)

79Il existait un certain nombre d’exemptions pour les professions de la justice (kâdi, juges,...), les responsables religieux (mollah, imam, prédicateurs, şeyh,...), les enseignants, hoca des medrese (art. 24), ceux qui avaient étudié avant d’atteindre l’âge de service dans les écoles de na’îb et obtenu des certificats (art. 25)110. Il en était de même des serviteurs du sultan (art. 26) et des hommes de la musique impériale (art. 27). Les employés des palais impériaux, dont les noms étaient inscrits sur la liste civile comme serviteurs rétribués, se voyaient délivrer un certificat de service au terme de quatorze ans, comme s’ils les avaient effectués dans les rangs de l’armée (art. 26).

  • 1 11 École civile, préparant les fonctionnaires civils.

80D’autres exemptions faisaient référence à l’état de la personne et à son état de santé. Tel était le cas des infirmes (art. 38), des convertis à l’islam (art. 56), des soutiens de famille (art. 40-49), des criminels condamnés aux galères pour au moins cinq ans (art. 57). Les exemptions partielles concernaient les étudiants des grandes écoles, de droit, de médecine, de l’éducation, l’école d’administration [mülkiye]111, l’école d’ingénieurs, les beaux-arts, les écoles d’agriculture. Ils bénéficiaient d’un délai de trois mois pour demander un sursis et étaient versés dans la seconde partie du contingent. Tant que les diplômés des écoles supérieures étaient employés au service de l’État, ils étaient maintenus dans la seconde classe (art. 28). Les diplômés des professions médicales : vétérinaires, chirurgiens, pharmaciens, diplômés des écoles préparatoires et sultaniennes n’accomplissaient que deux ans de service militaire. Quant aux élèves en théologie, ils étaient considérés en congé chaque année. Lors de leur sixième année d’étude, après le dernier examen, ils étaient transférés dans la réserve [redîf] (art. 33). Toutefois, ceux qui fréquentaient encore le collège étaient exemptés de mobilisation (art. 37).

81Le volontariat était admis pour les hommes âgés de dix-huit à trente-six ans, qui n’étaient pas atteints d’infirmité, ni de maladie, n’ayant pas commis de faute grave contraire à l’honneur et ayant eu l’accord de leurs parents. Ils servaient d’abord comme réservistes. Après la réserve [redîf] et la territoriale [mustahfaz], ils étaient ensuite admis à servir dans l’armée régulière [nizâmiye]. À l’issue de quoi, ils passaient de nouveau dans la réserve [redîfet ensuite la garde sédentaire [mustahfaz]. Ils étaient dégagés de toute obligation à l’âge de cinquante-cinq ans.

Les rachats

82Les rachats créaient des inégalités au sein de la population musulmane, car les classes les plus aisées se faisaient exempter, tandis que la conscription pesait essentiellement sur la population paysanne, provoquant de graves troubles dans le fonctionnement de l’agriculture.

83Le remplacement en personne [bedel-i şahsî] permettait de donner de l’argent à quelqu’un pour l’envoyer accomplir le service actif à sa place. Les soldats qui voulaient en bénéficier s’acquittaient d’un prix variable selon qu’on se trouvait en temps de paix ou de guerre. L’article 118 de la loi de recrutement de 1886 supprima le rachat du service actif [bedel-i şahsî]. Toutefois ce système fut maintenu pour la réserve [redîj] et la territoriale [mustahfaz], dans des conditions similaires. L’innovation apportée par la loi de 1886, était la création du rachat en argent [bedel-i nakdî], une somme payée en argent pour se soustraire au service militaire ou l’écourter.

  • 1 12 Ehl-i servet mazbatası.
  • 1 13 Türk silahlı kuvvetleri tarihi, op. cit., vol. 3, 5e partie (1793-1908), p. 152. Sıddık Sami Ona (...)

84Le remplacement en personne [bedel-i şahsî] était fixé auparavant à 15000 kuruş. Ce prix apparaissant un peu élevé, la loi de muharrem le ramena à 50 livres or (art. 118). Ce qui était encore une somme considérable pour l’époque. Il fallait apporter la preuve d’une certaine richesse (biens immobiliers, propriétés,...) par attestation officielle112. Il n’était pas permis de vendre des biens pour s’acquitter de la taxe113.

  • 1 14 Türk Silahlı Kuvvetleri tarihi, op. cit., vol. 3, 5e partie, p. 155.
  • 1 15 U. Gülsoy, p. 182.

85La taxe de rachat des non-musulmans [bedel-i askerî] était maintenue. Chaque année, les riches devaient payer 60 kuruş, les moyennement aisés 30 et les pauvres 15. Cet impôt ne s’appliquait ni aux femmes, ni aux enfants, ni aux prêtres. À partir de 1877, les hommes de moins de 15 ans et de plus de 75 ans, ainsi que les invalides, les pauvres et les membres du clergé en furent également exemptés114. Elle fut supprimée en août 1909 lorsque le recrutement universel fut promulgué115.

  • 1 16 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 382 du 11 février 1912.

86En 1912, 15 % des appelés payait la taxe d’exonération, soit 20 000 hommes. La plupart de ces exonérés était d’origine urbaine. Le ministre de la Guerre décida qu’en temps de guerre les réservistes de l’armée active ou du deuxième ban ne pouvaient plus se racheter116.

  • 1 17 Ibid., p. 153.

87Quant au bedel-i hayvanî, il s’agissait d’une taxe applicable à la réserve [redîf] et à la territoriale [mustahfaz]. Un homme appelé dans la classe des réservistes [redîf], pouvait, pour s’y soustraire, entretenir pendant la durée de la réserve deux têtes de bétail, tout en suivant une instruction pendant ces deux années117.

88Nous avons vu les modalités du recrutement des conscrits. Un autre pan extrêmement important de la structuration de ce nouveau système militaire était l’éducation et la formation de ces militaires. Nous allons maintenant aborder la nouvelle culture qui se diffusa à partir des écoles militaires.

Notes

1 S.H.A.T. (Service Historique de l’Armée de Terre, archives militaires françaises à Vincennes), 7N1624, rapport n° 20 du 4 avril 1876.

2 Türk Silahlı Kuvvetleri tarihi [Histoire des forces armées turques], vol. 3, 5e partie (1789-1908), Ankara, Gnkur Basımevi, 1978, p.143-144.

3 E. Z. Karal, Osmanlı tarihi [Histoire ottomane], Ankara, T.T.K., 1988, vol. 5, p. 182-183.

4 E. Z. Karal, Osmanlı tarihi, op. cit., vol. 7, p. 181.

5 T.T.T.E. Mec. N° 87 (10), p. 263-273 : E. Z. Karal, op. cit., vol. 8, p. 354-355.

6 F. Çoker, Tanzimat ve ordu yenilikleri [Les Tanzimat et les nouveautés dans l’armée], dans Tanzimat tan Cumhuriyet’e Türkiye Ansiklopedisi [L’encyclopédie des Tanzîmât à la république], M. Belge éd., Istanbul, İletişim yayınları, 1985, vol. 5, p. 1260.

7 E. J. Zürcher, « The Ottoman Conscription System in Theory and Practice, 1844-1918 », in E. J. Zürcher éd., Arming the State. Military Conscription in the Middle East and Central Asia, Londres, Tauris, 1999, p. 82.

8 Türk Silahlı Kuvvetleri tarihi, op. cit., vol. 3, 5e partie, p. 145-146.

9 Ibid., p. 145. Cf. E.Z. Karal, Osmanlı tarihi, op. cit., vol. 6, p. 160.

10 La nouvelle organisation commença à s’appliquer en 1281 H., c’est à dire 1864/65. Cf. A.E.N., Petits Fonds, Sarajevo, vol. 2, p. 8-9, dir. pol. n° 65, Bosna-Seraï, le 3 septembre 1865, adressée à M. le ministre des Affaires Étrangères. Toutefois, l’obligation du service militaire apparut avec toutes sortes de restrictions et de privilèges. La durée du service dans le nizâm fut limitée à trois ans et portée à neuf dans le redîf. Les soldats étaient employés exclusivement pour un service local à l’intérieur des frontières de la Bosnie. Ils avaient le droit d’avoir toujours la moitié des officiers Bosniaques d’origine. L’excédent des conscrits disponibles après avoir terminé l’armée n'était pas versé dans le redîf, comme dans 1 armée turque, mais dans des milices locales.

11 Cf. rapport adressé en 1869 par Hüseyîn Avnî Paşa, ministre de la Guerre au sultan Abdülazîz sur la nécessité d’une réorganisation de l’armée, in H. Zboïnski, L’armée ottomane, Paris, Librairie militaire de J. Dumaine, 1877, p. 13-14.

12 Loi sur le recrutement de janvier 1847 (Evaili Sefer 1363), B.B.A., Cevdet Tasnifi, askeri kısım, n° 38546.

13 Türk Silahlı Kuvvetleri tarihi, vol. 3, 5e partie, p. 146-147.

14 F. Çoker, Tanzimat ve ordu yenilikleri, p. 1261.

15 Concernant la résistance en Syrie, cf. D. Douwes, “Reorganizing Violence : Traditional Recruitment and Conscription in Ottoman Syria”, dans Zürcher éd., Arming the State. Military Conscription in the Middle East and Central Asia, Londres, Tauris, 1999, p. 11-128.

16 Türk Silahlı Kuvvetleri tarihi, op. cit., vol. 3, 5e partie, p. 146.

17 Cf. paragraphes 14, 15 et 16 du Hâtt-ı Hümâyun de 1856 du 18 février 1856 sur l’engagement de rendre le service militaire obligatoire pour tous les sujets de l’Empire, sans distinction de croyance : «... J’ai donc ordonné et j’ordonne la mise à exécution des mesures suivantes :... Les garanties promises de notre part à tous les sujets de mon Empire par le Hatt-i Hümâyun de Gülhane et les lois du Tanzimât, sans distinction de classe ni de culte, pour la sécurité de leur personne et de leurs biens et pour la conservation de leur honneur, sont aujourd’hui confirmées et consolidées, et des mesures efficaces seront prises pour qu’elles reçoivent leur plein et entier effet... Tous les sujets de mon Empire, sans distinction de nationalité, seront admissibles aux emplois publics... Tous les sujets de mon Empire seront indistinctement reçus dans les écoles civiles et militaires du gouvernement... L’égalité des impôts entraînant l’égalité des charges, comme celles des devoirs entraîne celle des droits, les sujets chrétiens et des autres rites non musulmans devront, ainsi qu’il a été antérieurement résolu, aussi bien que les musulmans, satisfaire aux obligations de la loi de recrutement... Il sera publié dans le plus bref délai possible, une loi complète sur le mode d’admission et de service des sujets chrétiens et d’autres rites non musulmans dans l’armée... » (Histoire du Congrès de Paris, p. 551).

18 Définition du bedel : taxe de rachat.

19 II aurait été fixé entre 3000 et 5000 kuruş (soit 650 à 1100 F.), en fonction de la richesse de chacun.

20 Cf. les déclarations de Fuad Paşa du 18 février 1866 et du 15 mai 1867. (SHAT)

21 Voennyï-Sbornik (Revue militaire russe), n°162, 1873.

22 En 1896, lors d’une mission, l’attaché militaire français avait fait la connaissance à Beyrut du Major Dimitraki, d’origine grecque et du capitaine Şaykwiç, d’origine serbe. Cf. S.H.A.T., 7N1631, Constantinople, rapport n° 194 du 29 janvier 1896.

23 Ömer Lütfî Paşa (Plaşki, Croatie, 1806-Istanbul 1871).

24 Les montagnes sauvages du Lazistan et le massif du Munzur dağ, dans le Dersim, habités par des Kurdes insoumis, servaient de refuge aux déserteurs qui s’échappaient d’Erzincan, l’ancien quartier du 4e corps d’armée, qui fut transféré ensuite à Erzurum.

25 Voennyï-Sbornik (Revue militaire russe), n°164, 1874.

26 Le texte in extenso de ce rapport présenté le 12 rebi-ül-evvel 1286 H. (22 juin 1869) par Hüseyîn Avnî Paşa au sultan Abdülazîz, se trouve in H. Zboïnski, op. cit., p. 13-21.

27 id. p. 13.

28 S.H.A.T., 7N1650, Notes sur l’armée turque de R. de Laisle, capitaine au 6° régiment de cuirassiers, Senlis, le 22 novembre 1874.

29 Pour se référer au texte de la loi, Cf. S.H.A.T., 7N1626, Constantinople, 2° annexe au rapport n°156 du 10 décembre 1879.

30 Toutefois, un rapport daté de 1868 (S.H.A.T. 16N50), signale qu’en cette année-là, il existait deux bans de redîf  : «... Les soldats sont recrutés par la voie du tirage au sort, ils doivent quinze ans de service, savoir : cinq ans dans l’armée active, cinq ans dans la première réserve redîf que l’on appelle souvent, et qui a quelque analogie avec la Landwehr du premier ban, cinq ans dans la deuxième réserve, qui n’existe que sur le papier et que l’on appelle rarement... ».

31 Aristarchi Bey (G.), Législation ottomane, ou recueil des lois, règlements, ordonnances, traités, capitulations et autres documents officiels de l’Empire ottoman, Constantinople, 1873, vol. III, p. 514-519.

32 Après un service de six années dans l’armée active [nizâm et ihtiyât], les soldats étaient incorporés, d’abord dans le premier ban de la réserve [redîf mukaddem], où ils restaient trois ans, puis dans le second ban [redîf sanî] où ils servaient pendant trois années (art. 3). La réserve sédentaire était également parfois nommée troisième ban de réserve [redîf salis] (art. 4). Le premier ban était complètement organisé et encadré, le second était instruit lors des manœuvres annuelles d’un mois, mais d’une organisation incomplète et non encadrée. H. Zboïnski, op. cit., p. 98.

33 Elle était organisée en 7 chapitres regroupant 77 articles. « Qur’a Qânûnnâme-iHumâyûnu », Istanbul, 1286 H. (1870/71).

34 L’année 1876 est le théâtre de crises multiples qui secouent l’Empire : crise d’ordre financier avec la banqueroute de la fin de l’année 1875, crises politiques successives. Trois sultans se succèdent la même année et une constitution est promulguée. Les crises balkaniques commencent par des troubles en Herzégovine au courant de l’été 1875 qui prennent de l’ampleur en 1876 se propageant en Bosnie, puis en Bulgarie, au Monténégro et en Serbie. Une série de crises diplomatiques éclatent car les Puissances réclament l’application des réformes dans les Balkans. Après l’échec de la conférence d’Istanbul, en janvier 1877, le danger d’un affrontement militaire avec la Russie se profile. En effet, le Tsar déclare la guerre au sultan le 19 avril 1877. L’attaque est foudroyante - prenant l’Empire en tenailles -, elle se porte sur deux fronts séparés : les Balkans et l’Anatolie orientale. A la mi-juin, l’armée russe occupe le Nord de la Bulgarie et s’avance vers Sofia et Edirne. En Asie, elle a pris Ardahan le 18 mai 1877, puis Bayazit le 20 juin. Mais la résistance durera encore six mois. Elle est organisée par Ahmed Muhtar Paşa sur le front oriental et par Süleyman Paşa et Osman Paşa dans les Balkans. Toutefois, la résistance s’effondre à la fin de l’automne. Kars tombe le 14 novembre 1877, puis Plevne, le 10 décembre 1877 après cinq mois d’endurance. Le lendemain, Süleyman Paşa se rend à son tour. La Serbie et le Monténégro déclarent, eux aussi, la guerre à l’Empire ottoman créant un nouveau front. La progression des armées russes est alors très rapide. Devant la gravité de la situation, l’Empire ottoman accepte de signer un armistice le 31 janvier 1878.

35 Le 3 mars 1878, la Russie dicte à l’Empire ottoman le Traité de San Stefano. Mais ce traité ne sera jamais appliqué car les puissances européennes obligent la Russie à y renoncer et à accepter la convocation d’un nouveau congrès à Berlin. Il sera l’occasion de négocier les termes d’un nouveau traité car celui de San Stefano ne recueille pas l’accord des Puissances, surtout de l’Angleterre et de l’Autriche qui sont mécontentes de ce fait accompli. Les États balkaniques sont aussi très insatisfaits. Devant la menace de guerre autrichienne, Alexandre II se voit obligé d’accepter la convocation du Traité de Berlin. Mais dès avant cette réunion, le traité de San Stefano est malmené par un accord secret - la convention de Chypre (4 juin 1878) - par laquelle l’Angleterre obtient la cession de l’île de Chypre. En contrepartie, elle s’engage à garantir le retrait des troupes russes des régions orientales occupées avant l’exécution des réformes. Le congrès de Berlin (13 juillet 1878) consacre la perte de nombreux territoires : l’indépendance des provinces européennes de Serbie, Roumanie et Bulgarie ; l’occupation de la Bosnie et de l’Herzégovine par l’Autriche-Hongrie et l’occupation de l’Anatolie orientale par les Russes (Batum, Kars, Ardahan).

36 Mehmed Redîf Paşa fut ministre de la guerre de septembre 1876 à juillet 1877.

37 Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, op. cit., p. 295.

38 La conférence d’Istanbul se réunit le 23 décembre 1876 sous la présidence du ministre ottoman des Affaires étrangères, Saffet Paşa, des délégués de la Russie, de l’Angleterre, de la France, de l’Autriche, de l’Allemagne et de l’Italie. Cf. P. Dumont, « La période des Tanzîmât 1839-1878 », in R. Mantran éd., Histoire de l’Empire ottoman, Fayard, Paris, 1989, p. 516-517.

39 Midhat Paşa, premier ministre du sultan, pour faire face aux exigences du concert européen élabora une constitution avec les hommes de son entourage et la fit promulguer le jour de l’ouverture de la conférence d’Istanbul pour invalider les revendications des Puissances. Cf. P. Dumont, « La période des Tanzîmât 1839-1878 », op. cit. Or, la conférence se solda par un échec et les négociations furent closes le 20 janvier 1877.

4 2 E. Z. Karal, Osmanlı tarihi, op. cit., vol. 8, p. 43.

40 Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, [Le miroir des vérités], prép. à la publ. par i. Miroğlu, Istanbul, Berekât Yayınevi, 1983, p. 294.

41 Tershâne : l’arsenal maritime.

4 3 Le 4e corps d’armée était basé à Erzincan en Asie.

4 4 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, annexe au rapport n° 390 du 4 mars 1912, première conférence de Gâzî Ahmet Muhtar Paşa à l’École militaire.

4 5 En réalité, il y avait deux systèmes différents de fusils, le Martini et le Snyder, qui auraient été supérieurs au fusil dont l’infanterie russe était armée. Cf. Première conférence de Gâzî Ahmet Muhtar Paşa à l’École militaire, op. cit..

4 6 Il y aurait eu 10 000 malades. Cf. ibid.

4 7 Cf. ibid.

4 8 Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, op. cit., p. 334.

4 9 Ibid.

5 0 Les Russes se seraient approchés d’Ardahan avec 9 régiments de cavalerie, 20 bataillons de fantassins et 27 canons. Cf. Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, op. cit., p. 335.

5 1 Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, op. cit., p. 336.

5 2 Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, op. cit., p. 357-359.

5 3 E. Z. Karal, Osmanlı tarihi, op. cit., vol. 8, p. 44.

5 4 Au début de la guerre, les Russes possédaient 151 bataillons de fantassins, de 234 régiments de cavaliers et de 96 batteries de canons de campagne. L’ensemble des forces avoisinait les 250 000 hommes sur la frontière européenne. Les forces roumaines étaient composées de deux corps d’armée et étaient sur le pied de guerre pour aider la Russie. Cf. Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, op. cit., p. 291.

5 5 L’armée du grand-duc Michel comptait 159 689 soldats et possédait 336 canons de campagne. Cf. Mahmud Celâleddin Paşa, ibid.

5 6 F. Çoker, op. cit., p. 1265.

5 7 Ahz-ı’Asker Kanunnâme-i Hümayûnu, Dûstur, Inci tertip, Vnci kısım, p. 655-695.

5 8 S.H.A.T., 7N1629, rapport n° 110, Péra, le 10 novembre 1886, p.1-3. Quand les soldats passaient dans la réserve, théoriquement, ils auraient dû faire un service de quarante jours au dépôt du recrutement des bataillons, mais sous prétexte d’économies à réaliser, ils n’étaient plus convoqués depuis 1882.

5 9 Cf. ibid. Toutefois, une autre interprétation est avancée dans l’annexe n° 4 du rapport n° 21 du 25 février 1889 (S.H.A.T., 7N1630), il s’agirait de l’initiale du mot turc « kalan », dont la signification littérale est « restant » : c’est à dire les « restants » des jeunes gens exempts du service militaire, donc a contrario, ceux qui ne sont pas exemptés. Tous ceux dont les noms étaient marqués par la lettre « » étaient les hommes de la première levée de l’armée active (art. 79).

6 0 S.H.A.T., 7N1629, Péra, Constantinople, rapport n° 110 du 10 novembre 1886.

6 1 Cf. ibid. ; C.f. aussi S.H.A.T., 7N1630, Constantinople, annexe 5 au rapport n° 21 du 25 février 1889.

6 2 S.H.A.T., 7N1629, rapport n° 110, Péra, le 10 novembre 1886.

6 3 S.H.A.T., 7N1630, Constantinople, annexe 5 au rapport n° 21 du 25 février 1889.

6 4 Aucun élève ne fut accepté faut de recrutement des non musulmans. Cf. O. Ergin, p. 730-731.

6 5 U. Gülsoy, Osmanlı gayrimüslimlerinın askerlik serüveni, p. 174-177.

6 6 S.H.A.T., 7N1624, Constantinople, rapport n° 20 du 4 avril 1876.

6 7 Voennyï-Sbornik (Revue militaire russe), n° 162, 1873.

6 8 S.H.A.T., 7N1624, Constantinople, rapport du 31 janvier 1876.

6 9 S.H.A.T., 7N1624, Constantinople, rapport n° 20 du 4 avril 1876.

7 0 Ibid.

7 1 Mahmud Celâleddin Paşa, Mir’ât-ı hakîkat, op. cit., p. 303-304.

7 2 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 649 du 17 novembre 1903.

7 3 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapports n° 640 du 25 septembre 1903 et n° 645 du 19 octobre 1903. Lorsque le sultan a cru la guerre avec la Bulgarie imminente, il a prescrit de porter à 1.000 hommes l’effectif des bataillons du nizâm des 2° et 3° ordu, et de porter au même chiffre l’effectif des 80 bataillons du redîf mobilisés par irade du 21 septembre.

7 4 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 649 du 17 novembre 1903.

7 5 S.H.A.T., 7N1634, Constantinople, rapport n° 594 du 8 juin 1903.

7 6 Ibid.

7 7 Ibid.

7 8 Ibid.

7 9 Ibid.

8 0 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 383 du 15 octobre 1909.

8 1 Il s’agissait des patriarches et des catholievs, du grand rabbin, des métropolitains, des évêques, des archimandrites, des rabbins, des supérieurs des monastères, des prêtres, des diacres en fonctions, des moines et des ermites résidant dans les monastères, des séminaristes ayant subi l’examen, ainsi que des personnes enseignant ou étudiant dans les écoles ecclésiastiques.

8 2 Ibid.

8 3 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 404 du 13 décembre 1909.

8 4 Ibid.

8 5 Ce n’est qu’assez tard dans la nuit qu’un groupe d’officiers appuyé par des forces suffisantes put pénétrer dans la caserne et procéder à l’arrestation d’une quinzaine de meneurs qui furent écroués à la prison militaire, puis dirigés vers Selânik. Cf. S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 413 du 8 janvier 1910.

8 6 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 404 du 13 décembre 1909.

8 7 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 432 du 12 mars 1910.

8 8 Ibid.

8 9 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 526 du 17 septembre 1912.

9 0 Dans le kaza de Selânik, 70.000 L.T. avaient été recueillies, 17.000 dans celui d’İnebolu, 28.000 dans celui de Samsun et un chiffre encore plus considérable en Syrie. Cf. S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 542 du 17 octobre 1912 et rapport n° 536 du 6 octobre 1912.

9 1 S.H.A.T., 7N1637, Constantinople, rapport n° 542 du 17 octobre 1912.

9 2 La loi du 24 juin 1325/7juillet 1909, dans son article 2, revint à une durée de service de deux années, alors que le ministre de la Guerre exigeait trois années. Cf. A. Biliotti & A. Sedad, La législation ottomane depuis le rétablissement de la constitution, op. cit., p. 201.

9 3 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 359 du 2 juin 1909. Cf. A. Biliotti & A. Sedad, La législation ottomane depuis le rétablissement de la constitution, Paris, Jouve, 1912, p. 202. L’article 3 de la loi sur la nomination des officiers supérieurs et des officiers subalternes envoyés dans les pays chauds, adopté au mois de juillet 1909 (19 cemâzî-ül-ahîr 1327) prévoyait aussi que quelques soient les fonctions remplies par un officier dans les corps en question, chaque année lui serait comptée pour un an et demi en ce qui concerne les droits à l’ancienneté et à la retraite. Toutefois, les officiers généraux, investis de fonctions civiles, qui resteraient plus de deux ans en poste dans ces contrées ne bénéficieraient pas pour les années suivantes de ce privilège légal.

9 4 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 438 du 13 mai 1912.

9 5 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 671 du 12 janvier 1914.

9 6 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 717 du 11 mai 1914.

9 8 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 671 du 12 janvier 1914.

9 7 Türk sılahlı kuvvetleri tarihi, op. cit., 3e vol., 6e partie (1908-1920), livre 1, p. 236-237.

9 9 Ibid.

1 00 S.H.A.T., 7N1638, Constantinople, rapport n° 724 du 10 mai 1914.

1 01 À Istanbul, les casernes de Selimiye et de Taşkışla étaient les plus contaminées. Un grand lazaret avait été installé sous des tentes à San Stefano, pour le 1er corps d’armée, mais, c’est surtout parmi les troupes du 5e corps (Ankara), que le typhus faisait des ravages. Le commandant du 5e corps d’armée, Fahrî Paşa venait d’y décéder. Cf. ibid.

1 02 Ibid.

1 03 Ibid.

1 04 E. J. Zürcher, « The Ottoman Conscription... », op. cit p. 84-85.

1 05 Voir infra, « vers la fin des régions “privilégiées” exemptées du service militaire. »

1 06 R. Roded, « Ottoman Service as a Vehicle for the Rise of New Upstarts among the Urban Elite Families of Syria in the Last Decades of Ottoman Rule », Asian and African Studies 17 (1983), Haïfa, p. 66.

1 07 Exemptions territoriales figurant dans la loi de recrutement du 13 juin 1869. Cf S.H.A.T., 7N1626, Constantinople, 2e annexe au rapport n° 156 du 10 décembre 1879.

1 08 En effet, sous l’ancienne loi, les « bohémiens », les alévis [kızılbaş : têtes rouges] d’Anatolie, les émigrés réfugiés musulmans des contrées annexées à des États chrétiens, les Persans nés en Turquie, les tribus nomades ou semi-nomades étaient dispensés du tirage au sort. Cf. Ibid.

1 09 S.H.A.T., 7N1630, Constantinople, rapport n° 30 du 11 avril 1889.

1 10 Etaient aussi exemptés les possesseurs d’offices octroyés par brevet impérial dans les lieux saints, tels ceux qui possédaient l’office de la garde des lieux saints (art. 22), les hommes du saye ocak, au nombre de vingt-cinq, qui étaient inscrits dans le registre spécial de l’administration militaire, et tous ceux qui étaient exempts, par firman impérial de l’obligation militaire (art. 21)... et passaient directement dans la réserve d’active [ihtiyât].

1 11 École civile, préparant les fonctionnaires civils.

1 12 Ehl-i servet mazbatası.

1 13 Türk silahlı kuvvetleri tarihi, op. cit., vol. 3, 5e partie (1793-1908), p. 152. Sıddık Sami Onar, article du « bedel-i nakdî », İslam Ansiklopedisi, vol. II, p. 440.

1 14 Türk Silahlı Kuvvetleri tarihi, op. cit., vol. 3, 5e partie, p. 155.

1 15 U. Gülsoy, p. 182.

1 16 S.H.A.T., 7N1636, Constantinople, rapport n° 382 du 11 février 1912.

1 17 Ibid., p. 153.

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search