Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Prologue

Texte intégral

  • 1 Timâr : terre dont le revenu est attribué à un timariote, militaire ou administrateur civil.
  • 2 N. Beldiceanu, L’organisation de l’Empire ottoman, dans R. Mantran éd, L’Empire ottoman, p. 130-132
  • 3 Pour l’organisation de l’armée à la période classique de l’Empire, voir G. Veinstein, L’Empire dans (...)

1À l’apogée de l’Empire ottoman, son armée était divisée en cinq catégories : cavalerie, infanterie, artillerie, marine et unités spéciales. La cavalerie était en grande partie composée par les timariotes qui pourvoyaient à leur équipement en fonction des revenus alloués par le sultan. La cavalerie légère [akıncı] était recrutée à l’origine dans le milieu tribal turc. Quant à l’infanterie, elle se divisait en plusieurs corps. Les fantassins [yaya ou piyâde] possédaient une tenure et une franchise fiscale. Mais le plus connu d’entre ces corps est celui des janissaires [yeniçeri], formé en partie de garçons chrétiens enrôlés à partir du règne de Murâd I (1362-1389). Ceux qui se distinguaient sur le champ de bataille pouvaient recevoir des timâr1 et les plus chanceux devinrent de hauts serviteurs de l’État, pouvant occuper jusqu’à la charge de grand-vizir. L’infanterie des janissaires formait alors un corps discipliné et bien équipé de troupes de choc2. Les janissaires et les « troupes de la Porte » constituaient les forces centrales stationnées pour une grande part auprès du sultan. Il s’agissait d’une milice permanente, bien entraînée et équipée, l’élément le plus professionnel de l’armée ottomane. Les forces provinciales, quant à elles, étaient dispersées à travers l’Empire et leurs circonscriptions et subdivisions coïncidaient avec le découpage des provinces ottomanes. L’institution du timâr, concession fiscale, était l’un des fondements du système militaire et socio-économique de l’Empire qui permettait d’entretenir une vaste armée avec des disponibilités monétaires modestes3.

  • 4 K. Barkey, Bandits and Bureaucrats, the Ottoman Route to State Centralization, Ithaca et Londres, C (...)

2L’Empire ottoman évolua du centralisme avec un contrôle direct de ses sujets, à une phase intermédiaire de contrôle mixte du centre et de la périphérie et finit par développer un système de contrôle indirect des notables locaux4.

3Les réformes militaires cherchaient à s’inspirer des techniques européennes pour combler un retard devenu tangible. Ce dernier s’exprimait d’abord en termes militaires et était le constat de défaites successives. Elles débutèrent au 18e siècle (1740). Les Ottomans cherchèrent à reconstruire le corps de l’artillerie et à acquérir des armes nouvelles, décisives sur le champ de bataille. Un défi technique était à relever.

  • 5 V. Aksan, « Ottoman Recruitment in the late 18th Century » dans E. J. Zürcher, Arming the State, Lo (...)
  • 6 A. Levy, « Military Reform and the Problem of Centralization in the Ottoman Empire in the Eighteen (...)

4À la moitié du 18e siècle, les janissaires n’étaient plus cet outil militaire redouté lors de la splendeur de l’Empire et leur remplacement était désormais à l’ordre du jour. À partir de 1750, les Ottomans eurent largement recours à des mobilisations qui anticipèrent les systèmes ultérieurs du « Nouvel ordre » [nizâm-i cedîd] de Selim III (1789-1807), puis de l’armée de conscription de Mahmud II (1808-1839). L’appel aux irréguliers [levend, sarıca, sekban] se fit de manière large et régulière, à tel point que dès la guerre de 1768, ils formaient une armée parallèle aux janissaires, souvent plus nombreux, remplaçant les soldats devenus inefficaces (timariotes et sıpâhî)5, Les notables locaux [ayan], sıpâhî et propriétaires terriens profitèrent de la faiblesse du pouvoir central dans les régions périphériques, pour consolider leur autonomie et entretenir leurs propres armées. Outre le fait que le nombre des troupes directement utilisable par la Porte diminuait, des contre-pouvoirs se mettaient en place6.

  • 7 V. Aksan, « Ottoman Recruitment... », p. 24. A. Levy, « Military Reform and the Problem of Centrali (...)

5Les avantages liés à la fonction de janissaires étaient détournés et causaient de graves problèmes. Les attestations professionnelles [esame] qui permettaient de percevoir le salaire mensuel et les rations journalières ou leur équivalent circulaient ou étaient fictives, ce qui permettait des détournements d’argent au profit d’administrateurs, laissant une bonne partie des soldats sans ressource. Ainsi, des civils étaient inscrits sur les rôles de l’armée, la corruption devenait un phénomène important, conduisant à un affaiblissement de l’armée comme force de combat et grevant le budget de l’État. Il avait été signalé à Selim III comme l’un des problèmes primordiaux des janissaires pour qu’il soit réformé7.

  • 8 V. Aksan, « Ottoman Political Writing 1768-1808 », dans IJMES 25, 1993, p. 53-69.

6À la fin du 18e siècle, l’Empire ottoman prit part à deux guerres rudes, celle contre la Russie (1768-1774) et contre la Russie et l’Autriche-Hongrie (1787-1792). Le traité de Küçük Kaynarca en 1774 marqua la première perte territoriale de l’Empire, en concédant l’indépendance de la Crimée. Fait inédit, un territoire peuplé majoritairement de musulmans était cédé à un État européen. Il provoqua une grave crise intérieure et ouvrit un vaste débat sur l’avenir de l’Empire. Si les recommandations relatives aux réformes militaires divergeaient, elles étaient unanimes sur l’indispensable recours à l’expertise européenne. Les conservateurs souhaitaient revenir à l’âge d’Or de l’Empire et retrouver ses structures militaires classiques. Par ailleurs, un autre courant proposait une voie médiane, préservant l’ordre militaire ancien, doté d’entraînements et d’armes étrangères. Enfin, les radicaux prônaient la suppression de l’armée ancienne - qu’ils jugeaient incapable de se réformer - pour la remplacer par une armée nouvelle structurée, équipée et entraînée selon les modèles européens. Dans une certaine mesure, des bureaucrates ottomans recommandaient à leurs dirigeants de prendre exemple sur les « infidèles victorieux » pour survivre. Et tout cela, en maintenant la piété des troupes ottomanes et leur adhésion à la Şari’a8.

  • 9 Il créa une nouvelle fonderie de canons à Hasköy et redonna vie à l’ancienne école d’ingénieurs [he (...)

7Dès les lendemains de la conclusion du traité de Küçük Kaynarca, le sultan Abdülhamid I (1774-1789) consacra ses efforts à la création d’une artillerie et d’une marine totalement renouvelées. La réforme de l’artillerie fut confiée au baron de Tott - d’origine hongroise au service de la France, assisté de l’Écossais Campbell et du Français Aubert. Ils mirent sur pied un nouveau corps d’artillerie rapide [sürat topçuları], peu nombreux, mais bien équipés et entraînés9. La marine fut rénovée par Cezayırlı Hasan Paşa, nommé grand amiral en 1774. Pratiquement détruite lors de la bataille de Çeşme, il se lança dans une entreprise de construction de navires modernes et fit appel à des techniciens étrangers, dirigés par deux techniciens français, Le Roi et Durest. On chercha aussi à former de nouveaux équipages par l’ouverture d’une école d’ingénieurs de la marine.

  • 10 Mantran, « Les débuts de la question d’Orient »... p. 424.

8Quant aux janissaires et aux sıpâhî, ils devaient accepter un nouvel état d’esprit de discipline et d’obéissance, en suivant des entraînements et limitant l’absentéisme des détenteurs des timâr, Son œuvre sera complétée par Selim III10.

  • 11 Le sultan Selim III (1789-1807) créa en 1794 un nouveau corps d’infanterie, appelé nizâm-i cedîd (l (...)

9Selim III fut le précurseur des réformes du 19e siècle avec la création, en 1794, d’un nouveau corps d’infanterie [nizâm-i cedîd], entraîné par des instructeurs étrangers, officiers, français et allemands avec des moyens propres11. Il était essentiellement recruté en Anatolie. En 1797, il comptait 9200 hommes et vingt-sept officiers et passe, en 1806, à 22 685 soldats avec 1590 officiers. Par contre, son recrutement dans les Balkans échoua par suite de l’opposition des notables locaux. Le recrutement des janissaires devint plus strict sous son règne. Une hiérarchie nouvelle fut instaurée, avec des soldes payées chaque mois en fonction du grade et des compétences. L’entraînement devint obligatoire. On sépara les fonctions militaires et administratives. De même l’attribution des timâr aux sıpâhî se fît de manière plus rigoureuse, et non plus par favoritisme.

  • 12 Au cours des deux siècles qui suivirent la mort d’Osman II, sept sultans sur quatorze furent déposé (...)
  • 13 R. Mantran, « Les débuts de la question d’Orient (1774-1839) » dans R. Mantran (éd.), L’Empire otto (...)

10Les réformes touchèrent aussi la marine par une amélioration du recrutement et de la formation des marins ainsi qu’une réorganisation des arsenaux. Mais en mai 1807, Selim III dut faire face à une révolte des janissaires qui réclamaient l’abolition des réformes et la destitution du sultan12. C’était la fin du nizâm-i cedîd13.

  • 14 V. Aksan, « Breaking the Spell of the baron de Tott : Reframing the Question of Military Reform in (...)
  • 15 Cf. V. Aksan, « Breaking the Spell of the baron de Tott.. », p. 269.

11Outre la question du transfert de technologies, le débat sur la transformation de l’armée ottomane en une armée organisée sur le modèle européen allait demander une réflexion approfondie et un travail de redéfinition de l’identité des Ottomans14. Adopter un système complètement nouveau avait aussi un coût social et culturel, avec des troupes enrégimentées et disciplinées à former, sans compter le vaste système antérieur des Janissaires à anéantir avec 500 000 hommes à mettre au rancart. Par ailleurs, la réforme de l’armée impliquait aussi de revoir complètement les fondements idéologiques du gouvernement et les rapports entre gouvernants et gouvernés15. À cet égard, la religion n’était qu’un de ses fondements idéologiques.

  • 16 V. Aksan, « Breaking the Spell of the baron de Tott... », p. 258.

12Cette réforme mettait fin à l’organisation militaire de type classique de l’Empire ottoman, fondée sur la « professionnalisation de l’armée », par l’abolition du corps des Janissaires en 1826. Cette décision prise par Mahmûd II ainsi que la promotion d’une « armée de citoyens » signait le début d’une nouvelle forme d’absolutisme ottoman, se fondant sur une citoyenneté, turque et musulmane, définie de manière plus stricte16.

  • 17 S. Shaw, Between Old and New: The Ottoman Empire under Selim III, Cambridge, Massachusset, 1971, pp (...)

13Fondée par le sultan Mahmud II, cette nouvelle armée reposait sur le système de la conscription répandu dans les armées européennes depuis la Révolution française et elle était entraînée par des instructeurs européens17. Des perfectionnements furent apportés à cette armée de conscription, par strates successives et ce, jusqu’à l’avènement de la République. Mais le rival russe avait déjà effectué sa propre réforme un siècle auparavant et entretenait l’armée de conscription la plus nombreuse d’Europe.

  • 18 R. Mantran, « Les débuts de la question d’Orient (1774-1839) » dans l’Empire ottoman, p. 443.

14L’échec des réformes de Selim III, puis les défaites militaires, l’instabilité et les insurrections dans les provinces étaient des signaux d’alarme qui disaient l’urgence à restaurer l’autorité de l’État et à le doter d’un outil militaire fiable. Une nouvelle tentative de réorganisation eut lieu le 1 juin 1826 en créant le corps des eşkinciyan, des militaires sélectionnés dans les bataillons de janissaires de la capitale destinés à promouvoir une nouvelle armée. Mais, les janissaires se révoltèrent, pillèrent le palais du grand vizir et réclamèrent la chute des réformateurs. Mahmud II s’appuya sur le corps des artilleurs, des officiers favorables aux réformes et des ulema qu’il rallia à sa cause18.

  • 19 A. C. Eren, Mahmud zamaninda Bosna-Hersek [La Bosnie-Ηerzégovine à l’époque de Mahmud II], Istanbul (...)

15Le 15 juillet 1826, la dernière grande révolte des janissaires de la capitale fut réprimée par la canonnade et élimina un corps vieux de cinq siècles. Cette abolition fut qualifiée d’événement heureux [vakayi hayriye]. Rude affaire. Mais dans les provinces, les janissaires résistèrent, notamment en Bosnie où les soulèvements prirent une ampleur maximale, de par leur violence et leur durée19. Le mouvement réformateur de Mahmud II était perçu comme une double menace, contre les privilèges de classe qui étaient remis en cause, ainsi qu’une atteinte à la religion, en introduisant des mesures d’occidentalisation.

16Les janissaires étaient devenus l’élément central de l’armée ottomane et leur suppression laissait un vide qu’il fallait rapidement combler, sous peine de laisser l’Empire momentanément sans défense. Leur corps ainsi que celui des sıpâhî étaient officiellement supprimés. De même, au courant du mois de juillet, les chefs de la confrérie Bektaşi - qui soutenaient les janissaires - furent pourchassés et arrêtés. Tous les corps liés de près ou de loin aux janissaires connurent le même sort.

  • 20 C. Özkan, Tanzimat’tan Cumhuriyet’e ordu [L’armée des Tanzimat à la république], dans Tanzimat’tan (...)

17Ainsi la formation d’une armée nouvelle se fit-elle très rapidement. Le sultan créa la nouvelle fonction de serasker [commandant en chef des armées et ministre de la Guerre]. Cette nouvelle armée, appelée ‘asâkir-i mansûre-imuhammediye [les troupes victorieuses de Muhammad], était formée de l’artillerie, la cavalerie et des autres corps rénovés. Les nouveaux commandants furent notamment pris parmi ceux qui avaient servis dans le nizâm-i cedîd de Selim III. Il s’agissait de deux des trois premiers commandants choisis. Mais leur âge et une expérience ancienne posèrent problème. C’est pourquoi, dès le mois d’août 1826, le sultan fit appel à son vassal égyptien, Muhammad Alî, lui demandant d’envoyer douze officiers pour remplacer ses hommes du nizâm. Confronté à un refus, il se tourna vers des instructeurs étrangers. En 1828, une nouvelle terminologie militaire fut introduite dans l’armée ottomane qui correspondait aussi à de nouvelles fonctions20.

18Peu après l’abolition du corps des janissaires, Mahmud II créa le bataillon de la Cour [enderun-i Hümâyun ağavâti] qui enrôlait des jeunes esclaves du sultan et des jeunes musulmans de grandes familles entraînés à la Cour. Cette institution cherchait à revivifier le système traditionnel de l’école du palais et était conservatrice. En juillet 1826, ils étaient 100 à servir dans l’infanterie et plus de 50 dans l’artillerie, puis leur nombre atteignit 400 en 1827. En fait, ils ne recevaient aucun cours et s’entraînaient seulement, ce qui donnait une certaine uniformité au groupe. Les promotions étaient rapides et les dignitaires de la Cour cherchaient à y faire admettre leurs fils.

19Le sultan décida alors de fonder une école préparatoire militaire à Soğuk Çeşme pour former une réserve au bataillon de la Cour. L’école était organisée comme les autres écoles « traditionnelles » avec un ulema qui enseignait des matières religieuses. En outre, les étudiants bénéficiaient d’entraînements militaires. En 1829, elle doubla son effectif qui passa à 200 élèves.

20Mais la défaite éprouvée lors de la guerre contre la Russie en 1828-1829 montra les insuffisances du corps des officiers. Des efforts furent faits pour créer un corps plus professionnel par la promotion du mérite et de la compétence. À partir de 1831, tous ceux qui étaient promus devaient passer un examen. Mais le sultan continuait à nommer à sa guise à des grades élevés des courtisans sans grande préparation militaire et sans aucune formalité, maintenant donc le favoritisme.

  • 21 A. Levy, « The Officier Corps in Sultan Mahmud II’s Ottoman Army, 1826-39 », International Journal (...)

21Ce nouveau corps des officiers était la classe la plus favorisée de l’État. Les officiers généraux recevaient des honneurs, des décorations, cadeaux divers, mais aussi l’attribution de gouvernorats lucratifs. Ils bénéficiaient d’un prestige social et de retraites confortables. Du point de vue social, les nouveaux dirigeants étaient intégrés dans l’ancienne élite dirigeante. Cette situation fut difficile à gérer au départ, mais elle conféra une légitimité et un enracinement social à cette élite lorsqu’elle devint occidentalisée, évitant de la marginaliser. Les hauts échelons étant occupés par des courtisans et des protégés, les intrigues et les dissensions dans l’État-major étaient nombreuses. D’après des observateurs étrangers, la défaite des armées ottomanes devant les armées égyptiennes était due principalement aux rivalités entre commandants. En effet, le haut commandement sur le champ de bataille reflétait les divisions politiques de l’élite dirigeante à Istanbul (rivalités entre le commandant de la Garde Ahmed Paşa et le ministre de la Guerre Husrev Paşa). Ce qui provoquait un manque de coordination entre commandants des différentes armées sur le terrain21. Il est à noter qu’on retrouve des problèmes similaires lors de la guerre russo-turque de 1877-1878.

  • 22 T. Heinzelmann, « Die Auflösung des janitscharentruppen und ihre historischen Zusammenhänge : Sahha (...)

22Le sultan Mahmud II mena une politique offensive de propagande pour imposer ses réformes. À cet effet, l’historiographe du régime, Sahhaflarşeyhizade Mehmed Esad Efendi, publia en 1828 une apologie de l’élimination du corps des janissaires, Le fondement de la guerre [Üss-iZafer], destiné aux ulema et aux lettrés religieux. Il y discutait les origines de la guerre et opérait une distinction entre la guerre juste [cihâd] et la rébellion [fitna], dont il qualifiait les opposants aux réformes du sultan22. Sa contribution au débat idéologique des années 1820 aida à légitimer « l’ordre nouveau » sur le fondement du cihâd.

23C’est en 1834 que fut créée une véritable école militaire à Istanbul, après l’école de médecine militaire en 1827. Elle était un des remèdes envisagé pour tirer les conséquences des revers devant les troupes réformées égyptiennes entre 1832 et 1839.

24La solution préconisée pour rénover l’armée était de la doter en armements nouveaux et d’instruire les soldats dans les « savoirs modernes » en créant des écoles militaires afin de forger un nouvel état d’esprit dans l’armée. Ainsi, grâce à l’acquisition de savoirs techniques et scientifiques, ces jeunes officiers constituèrent de nouvelles élites et de futurs cadres non seulement pour l’armée mais aussi pour la société ottomane toute entière.

Notes

1 Timâr : terre dont le revenu est attribué à un timariote, militaire ou administrateur civil.

2 N. Beldiceanu, L’organisation de l’Empire ottoman, dans R. Mantran éd, L’Empire ottoman, p. 130-132.

3 Pour l’organisation de l’armée à la période classique de l’Empire, voir G. Veinstein, L’Empire dans sa grandeur (16e siècle), dans R. Mantran, L’Empire ottoman, p. 191-205.

4 K. Barkey, Bandits and Bureaucrats, the Ottoman Route to State Centralization, Ithaca et Londres, Cornell Univ. Press, 1994, p. 2.

5 V. Aksan, « Ottoman Recruitment in the late 18th Century » dans E. J. Zürcher, Arming the State, Londres-New-York, Tauris, 1999, p. 21-23.

6 A. Levy, « Military Reform and the Problem of Centralization in the Ottoman Empire in the Eighteen Century », Middle Eastern Studies, 18 (1982), p. 229. H. Inalcik, « Centralization and Decentralization in Ottoman Administration », dans T. Naff et R. Owen, éds, Studies in the Eighteeen Century Islamic History, Carbondale, South Illinois Univ. Press, 1977, p. 39-40. S. Shaw et E. Shaw, History of the Ottoman Empire and Modern Turkey, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1977.

7 V. Aksan, « Ottoman Recruitment... », p. 24. A. Levy, « Military Reform and the Problem of Centralization in the Ottoman Empire in the Eighteen Century », Middle Eastern Studies, 18 (1982), p. 229.

8 V. Aksan, « Ottoman Political Writing 1768-1808 », dans IJMES 25, 1993, p. 53-69.

9 Il créa une nouvelle fonderie de canons à Hasköy et redonna vie à l’ancienne école d’ingénieurs [hendesehâne] fondée par le comte de Bonneval (Cf. infra, chap. 1). Tott quitta l’Empire ottoman en 1776, mais Campbell et Aubert continuèrent la tâche. Cf. Mantran, « Les débuts de la question d’Orient »... p. 423.

10 Mantran, « Les débuts de la question d’Orient »... p. 424.

11 Le sultan Selim III (1789-1807) créa en 1794 un nouveau corps d’infanterie, appelé nizâm-i cedîd (la nouvelle organisation), entraîné à l’européenne par des officiers français, anglais et allemands doté de moyens financiers propres et recruté essentiellement en Anatolie. Cette entreprise réussit en Anatolie, mais échoua dans les Balkans à cause de l’opposition des notables locaux. Cf. Mantran, Le corps de l’artillerie comptait en 1796 2875 canonniers en 15 compagnies de 115 hommes et officiers. En 1806, leur nombre attteignait 4910. Cf. V. Aksan, « Breaking the Spell of the baron de Tott... », p. 267. À la chute de Selim III, le nombre des hommes entraînés atteignait 23 000. Cf. S. Shaw, Between Old and New: The Ottoman Empire under Selim III, Cambridge, Massachussets, 1971, p. 134.

12 Au cours des deux siècles qui suivirent la mort d’Osman II, sept sultans sur quatorze furent déposés. Cf. N. Vatin et G. Veinstein, Le sérail ébranlé, Paris, Fayard, 2003, p. 64.

13 R. Mantran, « Les débuts de la question d’Orient (1774-1839) » dans R. Mantran (éd.), L’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 426-427 et 432.

14 V. Aksan, « Breaking the Spell of the baron de Tott : Reframing the Question of Military Reform in the Ottoman Empire », 1760-1830, in The International History Review, vol. XXIV, n°2, juin 2002, p. 257.

15 Cf. V. Aksan, « Breaking the Spell of the baron de Tott.. », p. 269.

16 V. Aksan, « Breaking the Spell of the baron de Tott... », p. 258.

17 S. Shaw, Between Old and New: The Ottoman Empire under Selim III, Cambridge, Massachusset, 1971, pp. 112-137.

18 R. Mantran, « Les débuts de la question d’Orient (1774-1839) » dans l’Empire ottoman, p. 443.

19 A. C. Eren, Mahmud zamaninda Bosna-Hersek [La Bosnie-Ηerzégovine à l’époque de Mahmud II], Istanbul, Nurgök Matbaasi, 1965, p. 72-73.

20 C. Özkan, Tanzimat’tan Cumhuriyet’e ordu [L’armée des Tanzimat à la république], dans Tanzimat’tan Cumhuriyet’e Türkiye Ansiklopedisi [L’encyclopédie des Tanzimat à la république], M. Belge, éd., Istanbul, 1985, vol. 5, p. 1261.

21 A. Levy, « The Officier Corps in Sultan Mahmud II’s Ottoman Army, 1826-39 », International Journal of Middle Eastern Studies, 2 (1971), p. 21-39.

22 T. Heinzelmann, « Die Auflösung des janitscharentruppen und ihre historischen Zusammenhänge : Sahhaflarşeyhizade Mehmed Esad Efendis Üss-i Zafer », Asiatische Studien/Etudes asiatiques, LIV/3, 2000, p. 653-675.

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search