Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Introduction

Texte intégral

1L’abolition du corps des janissaires en 1826 marqua l’engagement de l’armée ottomane dans un processus de changement permanent, reflétant à la fois les politiques des élites dirigeantes et les tensions d’une société en crise. Le champ politique ottoman présente nombre de discontinuités — le coup d’État de 1876, les révolutions de 1908 et celles des années 1920. Par contre, l’étude des réformes nous révèle une évidente continuité à travers le « long 19e siècle », y compris le début du 20e siècle. Les réformes militaires du 19e siècle jusqu’à la révolution kémaliste au début des années 1920 n’y dérogent pas et montrent différentes étapes d’un processus de changement. Cette approche nous permettra de reconsidérer les périodisations reçues et offrira de nouvelles perspectives heuristiques.

2Qui étaient les hommes du « Nouvel Ordre » militaire - cette nouvelle armée de conscription - et quelles étaient leurs idées ? Il s’agit de rendre compte de la diversité de l’armée ottomane et des disparités existant entre corps d’armée, entre garnisons, mais aussi entre officiers et soldats. Comment le recrutement des officiers et des soldats bouleversa-t-il les mentalités et la vie quotidienne ? Dans quelle mesure l’armée ottomane fut-elle le creuset de la construction nationale, aboutissant au recrutement des non-musulmans après la révolution jeune-turque de 1908 ? À cet égard, les nouvelles écoles militaires ouvertes dans l’Empire ottoman eurent un rôle précurseur en dispensant des savoirs scientifiques dits modernes, dont elles eurent l’exclusivité pendant quelques décennies et contribuèrent à modifier les représentations des nouvelles générations d’officiers instruits.

3Nous procéderons à une variation d’échelles, combinant une approche micro-sociale des acteurs croisée avec une approche plus globale des réformes militaires dans leur dimension impériale. Les réformes militaires ottomanes étaient impulsées du centre de l’Empire et nous essaierons d’en dresser un état des lieux. Mais nous mesurerons leur prégnance en scrutant également les marges de l’Empire : en Europe, avec la Bosnie, en Anatolie orientale avec les hamidiye et en Afrique avec le vilâyet de Tripoli de Barbarie. Elles nous permettront d’analyser les rapports de force entre les forces locales et les autorités centrales. L’Empire ottoman était un Empire à continuité territoriale, mais il recouvrait des réalités différentes, tant du point de vue géographique, social, politique que culturel. Certaines provinces éloignées ne purent être soumises au service militaire ou très partiellement et lorsqu’elles se montrèrent très réfractaires, elles en furent exemptées. Nous analyserons aussi le processus de levée des exemptions et de négociation entre les autorités étatiques et les autorités locales.

4Pour retracer des parcours de vie d’officiers, nous avons brossé quelques portraits de militaires de haut rang, par une approche de l’armée « à hauteur d’hommes ». Ces portraits choisis parmi les héros de la guerre russo-turque de 1877-1878 nous révèlent des trajectoires très contrastées et nous conduisent, de par leur engagement, à questionner les formes de contestation de l’armée. Officiers et soldats expriment des contestations plurielles et nous les analyserons pour comprendre comment elles ont pu se conjuguer et aboutir à la « révolution jeune-turque » de 1908, puis, à la chute du régime hamidien et à la prise du pouvoir par les militaires. Ces nouveaux rapports de force nous mènent à interroger la polarisation des forces dans la société et notamment la place dévolue à l’armée. L’évolution de l’armée contemporaine turque ainsi que son rôle social et politique se jouent au début du 20e siècle, dans une période très mouventée, ponctuée par les coups de forces et l’enchaînement des guerres.

5L’ouvrage est articulé autour de quatre parties. La première est consacrée aux soldats du « Nouvel Ordre » militaire : la conscription et ses exemptions. Quel était le rôle de la culture et dans quelle mesure les diplômes fonctionnaient-ils comme un facteur d’intégration et d’ascension sociale ? La deuxième partie s’intéresse aux espaces du militaire et à l’incorporation de la périphérie. D’une part, à la construction progressive de l’espace du centre par la formation de corps d’armée et d’autre part, à l’évolution des espaces périphériques avec trois études de cas : l’institutionnalisation de régiments de cavalerie bosniaques (1874), la formation des hamidiye (1891) et la levée de certaines exemptions territoriales : Tripoli de Barbarie (1902). Le sujet de la troisième partie est les officiers et les soldats au tournant du siècle : le microcosme des officiers à travers trois portraits et la contestation dans l’armée à la fin de l’Empire ottoman. La dernière, la quatrième partie, examine comment l’armée a investi la sphère civile au début du siècle — l’intervention des militaires dans l’arène politique par des coups d’État militaires — et comment elle conduisit à une militarisation de la société et à l’engagement dans la Première Guerre mondiale.

Carte 1 : Les provinces ottomanes en 1900

Carte 1 : Les provinces ottomanes en 1900

Carte 2 : L’empire Ottoman en 1914

Carte 2 : L’empire Ottoman en 1914

Cartes adaptées de Halil İnalcik et Donald Quataert, éds An economic and social history of the Ottoman Empire, 1300-1914, Cambridge, 1994, p. 775 ( Carte 1 ), p. XXIX ( Carte 2 ).

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les provinces ottomanes en 1900
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Carte 2 : L’empire Ottoman en 1914
Légende Cartes adaptées de Halil İnalcik et Donald Quataert, éds An economic and social history of the Ottoman Empire, 1300-1914, Cambridge, 1994, p. 775 ( Carte 1 ), p. XXIX ( Carte 2 ).
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search