Version classiqueVersion mobile

L’Empire ottoman à l’âge des réformes

 | 
Odile Moreau

Préface

Texte intégral

1Cet ouvrage voit le jour grâce à l’Institut Français d’Études Anatoliennes-Georges Dumézil (IFEA) qui m’a accueillie pendant plusieurs années lors de sa préparation en Turquie et j’en remercie chaleureusement ses directeurs Jacques Thobie et Stéphane Yerasimos (✞). Je remercie aussi l’UMR 5609 État, Société, Idéologie et Défense (ESID) de l’université Paul Valéry-Montpellier III et l’IFEA qui ont soutenu sa publication, ainsi que Pierre Chuvin qui accueille ce volume dans la collection de l’IFEA « passé ottoman, présent turc ».

2Je veux exprimer ma gratitude envers tous ceux et celles qui ont accompagné la réalisation de cet ouvrage. Il est en partie tiré d’une thèse de doctorat en histoire présentée à la Sorbonne (université de Paris IV). La périodisation retenue part de l’abolition du corps des Janissaires (1826) jusqu’à l’entrée dans la Première Guerre mondiale (1914), élargissant ainsi le spectre initial de cette étude et privilégiant des thématiques d’histoire sociale.

3Je souhaite remercier tous les personnels des archives et des bibliothèques que j’ai consultées, en France, en Turquie et en Allemagne, pour leur aide précieuse et leur disponibilité.

4En France, au Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT) à Vincennes, au Ministère des Affaires Étrangères (MAE) à Paris, aux archives consulaires à Nantes, dans les bibliothèques des langues Orientales, de la Sorbonne, de la Société Asiatique, la Bibliothèque Nationale...

  • En Turquie, aux archives de la Présidence du Conseil (Başbakanlık Arşivi), aux archives militaires à Ankara (ATASE), aux archives de la marine à Istanbul, dans les bibliothèques de l’IFEA, de l’Orient Institut, du Musée Militaire, de l’Académie militaire, de la bibliothèque municipale Atatürk, de l’İSAM... à Istanbul et celles d’ATASE, de la Bibliothèque nationale et de la Société Turque d’Histoire (TTK) à Ankara...

  • En Allemagne, aux archives militaires de Freiburg i. B., aux archives diplomatiques à Bonn, puis à Berlin, dans les bibliothèques de l’université de Freiburg, du séminaire oriental de l’université de Freiburg i. B., de la Staatsbibliothek (Stabi) et du Zentrum Moderner Orient (ZMO) à Berlin.

5Je remercie mon directeur de thèse, Jacques Frémeaux ainsi que les membres de mon jury, Jean-Paul Charnay, François Georgeon et Jacques Thobie pour leur lecture attentive, les corrections et les remarques prodiguées. Ma gratitude s’adresse aussi à Orhan Koloğlu qui a relu le manuscrit à plusieurs reprises.

6Ma réflexion s’est enrichie d’échanges lors de séminaires, workshops, table-rondes et colloques. Que tous ceux et celles qui y ont contribué soient remerciés.

7Les documents iconographiques illustrant cet ouvrage appartiennent aux collections de l’IRCICA et à la collection privée d’Orhan Koloğlu à Istanbul, ainsi qu’aux archives diplomatiques allemandes. Je remercie Ekmeleddin İhsanoğlu, Orhan Koloğlu et Peter Grupp d’avoir autorisé leur reproduction.

8Enfin, je remercie ma famille et mes amis qui m’ont accompagnée au cours de ces années de recherche et je dédie cet ouvrage à ma mère en hommage à ses encouragements constants.

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search