Version classiqueVersion mobile

Migrations et diasporas turques

 | 
Stéphane de Tapia

Chapitre Septième. Postes, Télécommunications et émigration

Texte intégral

  • 96 Ce chapitre reprend un texte présenté lors du Colloque d’Antalya (1994) intitulé Les nouvelles tech (...)

1Pourquoi évoquer ici le rôle des Postes et Télécommunications ? Plusieurs aspects ou évolutions technologiques ont déjà été abordés : emploi de la télématique embarquée sur les véhicules (suivi de flottes, repérage, emploi du GSM...), mise en orbite des satellites Türksat...96 Des pistes de recherche nouvelles apparaissent en matière de construction et de fonctionnement des champs migratoires contemporains à propos des télécommunications et de la communication en général (de Tapia 2000). Du thesaurus déjà ancien et volumineux de la recherche sur les migrations internationales, on se bornera, en guise de rappel et en simplifiant à l’extrême, à tirer les enseignements suivants :

2Le temps, à l’échelle de la génération, amène la rupture plus ou moins brutale et rapide des émigrés avec la société d’origine. On a pu dans ce cadre parler de mythe du retour et d’intégration ou, au départ, d’insertion des populations immigrées dans la population d’accueil. Les Américains parleront de melting-pot, les Français d’intégration pour désigner un processus lent, mais jugé irréversible, d’assimilation (Tribalat 1995, 1996). Les travaux de sociologie de l’Ecole de Chicago ont par exemple montré pour les États-Unis des différences sensibles de comportements entre les populations immigrées quant à leur approche des stratégies d’intégration et quant à la temporalité des processus (phases et cycles des relations ethniques, évolutions intergénérationnelles, distances culturelles variables...).

3Dans ce cadre, l’hypothèse formulée est que les conditions d’évolution rapide des technologies de communication, incluant les transports longuement examinés ici, sont de nature à bousculer les vieux modèles migratoires, même efficaces et attestés historiquement comme le melting-pot américain ou l’intégration française. L’atténuation des distances géographiques (Paris n’est qu’à 3 heures d’Istanbul par avion, à soixante par autocar), la suppression des distances technologiques (la liaison par téléphone ou fax via le satellite est instantanée, à quelques secondes près), feraient que le maintien des réseaux sociaux sur de grandes distances et la cohésion de sociétés dites traditionnelles deviennent beaucoup plus faciles.

4En d’autres termes, on peut, vivant à Berlin ou Amsterdam, Strasbourg ou Paris, lire en turc journaux et livres, regarder vidéos et émissions télévisées, faire sa prière dans une mosquée turque et faire ses courses dans un magasin turc, tout en restant informé de la vie de son village d’origine et de la famille restée au pays : courrier, téléphone, télévision, vidéo, voiture, autocar, avion... sont disponibles. Restent à examiner les modalités effectives d’utilisation de ces moyens de communication, fréquence, coût, équipement des ménages...

5La tendance va-t-elle alors vers un éclatement géographique du territoire, vers la multiplication de territoires immigrés ou circulatoires (selon les définitions de Tarrius 1989, 1992) ? Dans le cas de l’émigration turque, ne s’agit-il pas de la réémergence de ce que nous aurions envie d’appeler un territoire nomade alliant tradition (la construction sociale) et modernité (l’usage intégré des technologies) ?, territoire mobile lié au groupe humain qui se déplace, à l’inverse de la construction européenne de l’État-nation, Ulus (Nation) et Yurt (Patrie, territoire) formant une Nation-état en quelque sorte (de Tapia 1997).

  • 97 Si l’on prend en compte la décisive victoire seldjoukide de Malazgirt (Mentzikert en arménien) en 1 (...)

6Certaines populations, pour des raisons historiques, derrière lesquelles le fait religieux est capital et prégnant, mais non suffisant, résistent à ce processus d’assimilation. L’exemple de résistance, souvent qualifié d’archétype, est celui de la diaspora juive qui, au moins jusqu’à l’année 1947, ne disposait pas de territoire propre et se basait donc sur un territoire « mythique ». Exemple probant, car établi sur la longue durée (plus de 2000 ans). En particulier, dans le cas turc, et en remontant à une histoire récente qui ne fixe le cadre géographique et juridique d’un État, jusque-là impérial et multinational (ou si l’on préfère pluriethnique, multiconfessionnel et multiculturel) que dans les années 1920, la question de l’achèvement de l’État-nation reste posée d’une manière délicate. Si de nombreuses minorités ethniques ne font pas problème du fait de leur petit nombre – elles n’apparaissent, et ne peuvent être, concurrentes face à la majorité turcophone-, la diaspora arménienne renforcée dans les conditions tragiques du tournant du siècle et l’affirmation grandissante d’un nationalisme kurde fragilisent la construction de la Nation turque avec la revendication des mêmes territoires de l’Est anatolien, où ces peuples coexistent au moins depuis 930 ans97. Ce n’est pas le moindre des paradoxes que d’affirmer que quatre peuples, (Arméniens, Kurdes, Assyro-Chaldéens, Turcs) ont probablement acquis autant de légitimité historique dans la même région du globe.

  • 98 Souligné dans le Chapitre Trois : Réseaux turcs à l’étranger, en particulier pour les réseaux relig (...)

7L’émigration est à la fois révélateur de tensions et acteur de la construction identitaire, où s’exercent forces centrifuges et forces constructives ou constitutives de l’identité turque contemporaine98. Elle est aussi apport complémentaire de populations nouvelles aux pays d’accueil, plus ou moins ouverts sur l’extérieur et prêts à intégrer les nouveaux venus... qui véhiculent avec eux une histoire individuelle et collective qui ne peut être neutre.

8C’est dans ce cadre que nous nous proposons d’examiner le rôle concret des communications et de certains acteurs en particulier, les Postes, Télégraphes, Téléphones de Turquie et Türk Telekom qui en est issu, après celui des transports. C’est là l’une des multiples facettes de la même réalité qui construit cet espace transnational du champ migratoire.

7. 1. Rôle des PTT dans un champ migratoire : diversification des moyens et services

7. 1. 1. Les missions des PTT

  • 99 Que voilà un lexique intéressant ! Littéralement, le courrier intérieur reste dans le yurt, le terr (...)

9La première mission des PTT est d’acheminer le courrier d’un point à un autre, en Turquie ou à l’étranger, avec le concours des homologues étrangers. Ceci consiste, en pratique, en lettres et cartes postales, surtaxées ou recommandées, en acheminement de colis, imprimés, publicités... En d’autres termes, il s’agit de maintenir les liens entre les habitants de la métropole (yurtiçi : courrier intérieur), et ceux de colonies de peuplement turc à l’étranger (yurtdışı : courrier international), indépendamment des relations avec cet étranger sur place et du statut effectif des membres de la colonie99.

10Une première diversification est intervenue avec le télégraphe, puis le téléphone. Le premier tombe en désuétude, concurrencé par d’autres moyens faisant appel à la télématique. Le second s’est très largement diffusé et démocratisé aussi bien en pays d’immigration, où presque chaque foyer, même ouvrier et ouvrier immigré, est aujourd’hui raccordé au réseau, qu’en Turquie où les progrès accomplis, en particulier dans la décennie 1980, ont été rapides.

  • 100 Illustration parmi tant d’autres : la campagne anti-Atatürk déclenchée par fax par les islamistes d (...)

11La seconde mission, apparue avec le téléphone automatique et la généralisation de la télématique et de l’informatique, est celle de la transmission de l’information de masse. Hormis la limite des coûts financiers, rien n’empêche une société turque établie à l’étranger, un quotidien de Francfort, ou une entreprise berlinoise d’être en relation constante avec ses correspondants d’Istanbul, Ankara ou Adana. On pourra en dire autant de tout réseau, public ou privé, économique, bancaire, religieux, politique...100

12Troisième mission et non la moindre : avant l’apparition de Türk Telekom, puis de plusieurs opérateurs téléphoniques privés bénéficiant de concessions (Türkcell, Telsim, Aria, Aycell), ce sont les PTT, sous la tutelle du ministère des Transports et des Communications, qui géraient le réseau télévisé, l’émission et la réception, par les voies classiques (faisceaux hertziens ou câble) ou satellitaires. Membres des réseaux Inmarsat (communications maritimes), Intelsat et Eutelsat (télévisions et communications téléphoniques), les PTT exploitaient le satellite Türksat 1B lancé le 10. 08. 1994, après un retard initial de huit mois dû à l’accident d’Ariane en hiver 1993. Comme ailleurs, la partie télécommunications a été dissociée pour créer Türk Telekom.

13Ainsi, l’immigré turc d’Allemagne ou des Pays-Bas, vivant dans des zones de peuplement turc dense, peut, s’il en ressent le besoin, écrire, téléphoner, expédier un colis, transférer de l’argent, s’informer en achetant son quotidien, s’abonner à un périodique... et brancher sa télévision avec un choix relativement large : 8 à 12 chaînes turcophones sont généralement disponibles en Europe et bien plus avec un équipement plus sophistiqué (il s’agit bien de chaînes de programmes turcs à l’exclusion de réseaux locaux, câblés ou d’émissions étrangères destinées aux immigrés, Frachon & Vargaftig 1993, 1995, de Tapia 1998, 2000).

  • 101 Necmettin Erbakan, ancien président des partis islamistes Millî Selamet (Salut National), Refah (Pr (...)

14Ces réseaux, superposés à bien d’autres, administratifs, de transports, d’information écrite, sociaux, religieux, politiques... relativisent de beaucoup la vision 1960-1970 (exacte à l’époque) des immigrés vivant dans leur isolement social, linguistique, affectif... dénoncé par les militants de la gauche révolutionnaire, tiers-mondiste, puis interculturelle et intégrative (de 1950 à 1980... et des poussières), puis intégrationniste à tendance assimilationniste, celle qui aujourd’hui comprend mal que les foyers se passionnent pour le dernier match Trabzonspor-Adanaspor – pour ne pas citer le traditionnel Galatasaray-Fenerbahçe–, la dernière prestation télévisée de Necmettin Erbakan ou le dernier concert d’İbrahim Tatlıses !101

15Derrière tout cela, des facteurs, des guichetiers, des ingénieurs, des informaticiens, quelque part sur le territoire d’origine, à 3 000 km... De même qu’il fut un temps, pas si lointain, où l’on désignait Berlin ou l’Allemagne, voire l’Europe, comme le 68ème département turc (68inci vilayet), on pourrait dire que l’ensemble de ces réseaux détermine une seconde Turquie, dédoublée, déterritorialisée, à la fois proche et différente, fraction occidentale du Türk Ulus’u qui se ménage un Türk Yurd’u où les autochtones allemands, français, néerlandais, suédois, belges et autres, ont du mal à se repérer, alors même qu’ils se considèrent très logiquement comme les seuls propriétaires du dit territoire.

7. 1. 2. Le rôle traditionnel

16La Turquie s’est depuis 1980 très largement ouverte sur l’extérieur : appel aux capitaux étrangers, ouverture au tourisme, effort à l’exportation, font que les relations avec l’étranger s’accroissent sans cesse. Par ailleurs, le pays se modernise, il est donc logique d’en trouver les traductions dans les trafics postaux, d’autant plus que la présence turque à l’étranger se renforce sans cesse : 3 520 000 émigrés en septembre 2001 contre 2 329 000 en avril 1987.

17En fait, les statistiques des PTT montrent des évolutions contradictoires, traduisant des mutations profondes dans le domaine de la communication. Ainsi, si l’on examine l’évolution des trafics internationaux de 1973 à 1992 (arrêt/suspension de l’immigration, base 100 et première année disponible dans les Annuaires DİE), on voit que certains trafics s’effondrent littéralement tandis que d’autres explosent. Sont en particulier en régression constante et parfois brutale les expéditions de colis ordinaires (indice 66), les réceptions de colis enregistrés recommandés (indice 73), les télégrammes en provenance et à destination de l’étranger (indice 5 et 8 !, respectivement), la réception de mandats en provenance de France (indice 88, base 1980), du Danemark (indice 67) et surtout d’Allemagne et des Pays-Bas (indices 15 et 14 : voir tableaux 39 et 40). Sont par contre en hausse très forte les expéditions recommandées (indice 830), les réceptions recommandées (6730 !), des petits colis et paquets (1981) et le trafic téléphonique international (8056 !) ou les mandats en provenance d’Italie (607), nouveau pays d’immigration et, avec Trieste, Venise et Milan, plaque tournante du trafic export, de la circulation migratoire et des migrations irrégulières.

18Entre trafic intérieur et international, on observe des tendances parallèles : le courrier normal (lettre, cartes...) a triplé en Turquie, comme à l’expédition et à la réception internationales (indices 305, 312, 328 respectivement). Les journaux et imprimés progressent plus vite vers l’extérieur qu’à l’intérieur (273 et 239). En 1992, les trafics internationaux représentent 29,2 % du trafic intérieur pour le courrier.

Tableau 39 : Courrier international (en milliers d’objets) 1973-1992

A. Sorties/Année

1992

1990

1985

1980

1975

1973

Évolution*

1. Lettres et cartes

194,147

183,435

115,751

80,604

71,509

62,030

312

2. Envois enregistrés

27,087

18,010

11,270

6,472

5,056

3,263

830

3. Valeurs déclarées

1,21

0,61

0,27

0,11

0,76

0,53

227

4. Journaux et imprimés

16,248

14,930

11,900

8,832

9,363

5,931

273

5. Petits colis

1,902

1,195

1,170

886

613

521

365

6. Colis ordinaires

54

130

73

61

73

81

66

7. Colis enregistrés

0,74

0,16

0,48

0,77

2,18

0,59

125

8. Envois sans taxes

342

389

270

437

157

166

206

B. Entrées/Année

1992

1990

1985

1980

1975

1973

Évolution*

1. Lettres et cartes

132,045

123,805

55,845

45,763

35,460

40,141

328

2. Envois recommandés

13,53

6,73

5,24

4,01

0,23

0,2

6,730

3. Valeurs déclarées

4. Autres correspondances

12,689

10,222

12,642

13,666

7,143

9,590

132

5. Petits colis

8,816

7,538

1,645

1,103

536

445

1,981

6. Colis ordinaires

180,4

165,5

141,1

115,7

112,4

91,2

197

7. Colis enregistrés

1,9

1,2

8,1

3,3

5,5

2,6

73

* L’année de base de l’indice est 1973 (base 100),

Source : Annuaires Statistiques, DIE, Ankara

Tableau 40 : Évolution du trafic postal intérieur 1973-1992, par catégories

Courrier intérieur

Années

1992

1990

1985

1980

1975

1973

Évolution*

1. Lettres et cartes

1 115 765

1 085 091

674 350

485 160

391 806

364 655

305

2. Envois enregistrés

138 514

136 100

69 036

54 914

40 659

37 161

372

3. Valeurs déclarées

111

117

126

82

72

51

217

4, Journaux et imprimés

145 194

112 656

69 370

50 864

60 010

60 592

239

5. Petits colis

4697

3518

3101

2443

1322

1179

398

6. Colis ordinaires

1394

1730

1649

1,672

2129

2240

62

7. Colis enregistrés

86

155

148

160

159

148

58

8. Envois sans taxes

7341

8270

5640

7284

4937

4971

147

* L’année de base de l’indice est 1973 (base 100),

Source : Annuaires Statistiques, DİE, Ankara

Les mandats postaux internationaux

19Tous les pays ne sont pas raccordés avec cette possibilité de transfert de devises qui concernent avant tout les pays d’immigration, mais aussi la Finlande et le Japon, le Brésil et le Pakistan, et plusieurs pays balkaniques : Bulgarie, Grèce et Yougoslavie à partir de 1990.

20D’un pays à l’autre, les comportements semblent énormément varier, sans relation claire, ni avec le niveau des échanges économiques, ni avec celui de la présence immigrée. Ainsi l’Allemagne passe de 870 749 à 134 047 opérations entre 1980 et 1991. Le montant des transferts est inférieur à celui de la Belgique et trois fois moindre que celui de la France, malgré la régression des opérations originaires de France. Les flux sont variables d’une année sur l’autre, en progression globale en Autriche (133), Belgique (189), en Suisse (200), en Norvège (118) et très stables en Suède (100), mais ceci ne reflète en aucun cas la dynamique économique propre à chaque groupe : c’est en Allemagne et aux Pays-Bas que les Turcs sont les plus engagés dans la création d’entreprise, en relation dense avec la Turquie, et qui se rendent le plus souvent en Turquie (les statistiques de transports donnent une image inversée de celle des trafics postaux, à l’exclusion du téléphone). Mais c’est aussi dans ces derniers pays que le secteur bancaire turc est le plus étoffé ; ceci explique sans doute cela.

Tableau 41 : Évolution et origine des mandats postaux (1980-1993) en nombre d’opérations

Années

Allemagne

Autriche

Belgique

Danemark

Pays-Bas

France

Suède

Suisse

Italie

Norvège

Émirats

Koweït

1980

870 749

54 869

37 618

26 135

74 258

181 833

10 535

33 999

708

2640

1981

843 896

54 620

30 889

25 679

75 943

189 240

12 096

40 971

1472

30 285

1982

713 188

50 046

31 863

22 666

67 231

189 547

12 562

43 730

1974

3500

1983

569 851

45 382

31 945

19 108

112 522

201 796

122 064

45 462

2140

3401

1984

472 318

45 447

35 071

16 993

52 165

182 880

10 940

51 494

2607

3512

1985

420 155

50 309

41 431

17 031

47 952

188 470

12 696

62 785

4003

4236

1986

364 261

50 986

44 976

18 237

44 572

179 147

14 336

69 988

5529

5206

1987

314 993

48 557

49 036

19 131

38 898

164 509

14 105

75 152

6308

6896

1988

267 706

47 175

54 303

20 433

33 293

164 970

12 781

77 925

7693

7863

1989

224 882

55 975

62 994

20 968

22 910

180 594

13 500

87 143

3650

7762

1990

174 007

71 644

67 876

19 776

14 945

193 086

12 691

84 120

3733

6257

21

3

1991

134 047

73 112

70 342

17 640

10 673

160 494

10 597

68 016

4303

3118

10

0

1992

69 735

63 540

73 726

12 288

7618

121 781

8474

52958

4166

0

9

0

1993

43 773

61 465

69 080

10 016

5594

96 277

5849

40 742

3189

0

0

0

Val. déclarée M TL

107,8

82,8

129

35.3

14,4

319,7

15,7

89,7

9,2

4,6

0,01

0

1980 = base 100

15

133

189

67

14

88

100,5

200

607

118

Source : Statistiques PTT, Ankara 1994

Les liaisons téléphoniques internationales

21Au-delà de l’augmentation spectaculaire du volume global du trafic due autant à l’ouverture du pays qu’à la modernisation générale qui fait du téléphone un élément de la vie quotidienne (taux d’équipement pour 1994 : 18,8 %, pour la fin 1998 : 27 %), c’est aussi la destination des flux qui nous intéresse. Les pays d’immigration turque apparaissent dans le groupe de tête, avec toutefois intercalation dans le classement de pays comme les USA ou le Japon qui se distinguent par la densité des liaisons économiques. Le trafic télex, et probablement fax, sont moins liés à la présence de communautés turques et plus à l’activité économique globale. Ceci étant, les recoupements sont fréquents : l’Allemagne, premier partenaire économique, est le premier pays d’immigration turque, où, rappelons-le, plus de 33 000 entreprises créées par des Turcs ont vu le jour (plus de 105 000 emplois créés, selon le Zentrum für Türkeistudien, 1991-1990).

Tableau 42 : Trafics du télégraphe et du téléphone (évolution de 1973 à 1992)

Télégrammes (envois)

1992*

1990

1985

1980

1975

1973

 % (base 100 en 1973)

Intérieur

5046

4815

9203

14 380

11 760

10 199

49

International

  • (entrée)

53

88

227

559

812

892

5

  • (sortie)

54

68

132

495

589

632

8

Téléphone international (minutes)

228 000

156 809

65 868

19 342

3477

2830

8056

* chiffres provisoires

Source : Statistiques PTT, Ankara, 1993

22Ainsi, voici en 1991 le classement des pays partenaires pour les communications téléphoniques et télex comparé à celui des pays d’immigration.

Tableau 43 : Classement par pays des relations téléphoniques et télex face au classement des pays d’accueil

Téléphone

Télex

Immigration

1. Allemagne

1. Allemagne

1. Allemagne

2. Grande-Bretagne

2. Grande-Bretagne

2. Pays-Bas

3. France

3. Italie

3. France

4. États-Unis

4. États-Unis

4. Arabie Saoudite

5. Pays-Bas

5. URSS / CEI

5. Autriche

6. Suisse

6. France

6. Belgique

7. Italie

7. Suisse

7. Suisse (États-Unis)

8. Autriche

8. Grèce

8. (Suède)

9. Australie

9. Iran

9. (Grande-Bretagne)

10. Belgique

10. Belgique

10. (Australie)

Les pays entre parenthèses sont ceux dont le rang change si l’on prend en compte les naturalisations, (ex. Suède), ou les populations immigrées culturellement proches (ex. Chypriotes turcs de Grande-Bretagne).

Source : Statistiques annuelles des PTT

7. 2. La logistique de l’ouverture : équipement et progression technologique

23L’administration disposait au début des années 1990 de deux instruments :

  • Les PTT (Posta, Telgraf, Telefon Établissement Public Économique, dont les premiers pas datent de 1840 (télégraphe depuis 1847 et téléphone depuis 1881),

  • la Direction Générale de la Communication sans Fil (Telsiz Genel Müdürlüğü), compétente en matière de communication sur ondes radio, créée en 1983.

24Ces deux organismes étaient sous tutelle du ministère des Transports et des Communications qui, à ce titre, contrôlait les divers modes de transport, la radio et la télévision. Ainsi, dans les années 1980, ce sont les PTT qui gèrent les réseaux de distribution et de diffusion techniques (émetteurs, récepteurs, relais...) sans toutefois être en position de réel monopole puisque l’installation d’antennes paraboliques privées ou d’émetteurs radio ou TV à courte portée (locale) est libre en pratique. La Direction de la Communication sans Fil délivre des licences et des certificats d’importation pour l’achat et l’utilisation de multiples matériels : antennes paraboliques, radiotéléphone, citizen band, radars civils, appareils de messagerie, etc.

Tableau 44 : Le parc des appareils de télécommunication, licences d’importation délivrées de 1983 à 1990

Type dappareil

Nombre dappareils habilités

Radio HF/58B

267

Radio terrestre VHF

12 538

Radio maritime VHF

17 814

Radio terrestre UHF

10 941

Commutateur VHF/UHF

600

Téléphone sans câble

2245

Téléphone mobile

48 569

Paging

29 062

Radars divers

798

Radars maritimes de croisière

154

Émetteurs radio / TV

363

Citizen Band « CB »

176 864

LNB Satellite

67 366

Antennes paraboliques

115 270

Source : ministère des Communications (1991 : 198), Ankara

  • 102 Information donnée par M. Barhan Özce, directeur marketing de NETAŞ, invité au Colloque d’Antalya ( (...)

25Parallèlement, les PTT ont mené un effort sans précédent de modernisation : automatisation, digitalisation, accords de licences pour la production du matériel téléphonique (CIT-Alcatel / TELETAŞ, Northern Telecom / NETAŞ), construction de relais et de stations de communication... ont permis à la Turquie de rattraper certains retards. Alors qu’en 1986, 2 115 400 demandes de raccordements au réseau téléphonique étaient en attente, ce chiffre tombait à 1 120 000 en 1993. Pour la même période, le taux d’équipement téléphonique passait de 6,45 % à 18,8 % début 1994, soit un taux d’équipement des ménages allant de 51,95 % (secteur rural) à 72, 94 (secteur urbain, 80,8 % en 1999102.

26Des rapports d’activité des PTT consultés, deux points semblent importants pour notre objet :

  • la vivacité de la réaction de la société turque face à chaque innovation technologique : le courrier cède le pas au téléphone tandis que le fax remplace rapidement le télex et le télégraphe ; on peut faire un parallèle avec la vidéo détrônée par la parabole,

  • le désenclavement généralisé du territoire qui voit le téléphone automatique s’installer jusque dans les habitats isolés et temporaires (köy altı, mezraa, yayla) et bien évidemment sur tous les sites touristiques.

7. 2. 1. L’adaptation rapide à l’innovation

27Quelques exemples peuvent être cités : en 1983, le taux d’automatisation (la grande majorité des lignes est, dès 1994, digitalisée) est de 83,31 %, il passe à 98,6 % en 1992. De 1986 à 1990, le nombre de véhicules équipés du radiotéléphone passe de 2000 à 54 000, celui de systèmes d’appel de 600 à 35 000, celui des abonnés aux réseaux de transfert de données de 86 à 2521. En 1993, la Turquie compte 84 187 radiotéléphones, 100 404 systèmes d’appel et 7062 abonnés aux réseaux de transfert de données. Le pays s’est d’ailleurs doté dans ce dernier cas d’un réseau propre (Turpak).

28En 1992, on compte 17 670 abonnés au télex (en stagnation) et 62 876 abonnés au fax (en augmentation). Entre 1983 et 1990, l’administration a accordé des licences d’importation pour 115 270 antennes paraboliques et 176 864 postes CB (Citizen band). Enfin, la Turquie se raccorde début 1994 au radiotéléphone GSM (Global System for Mobile Communication), on prévoit 60 000 abonnés dès la fin de l’année. Dans ce dernier cas, le raccord au réseau analogue européen aura été presque immédiat : la France, par exemple, s’équipe à partir de 1993.

  • 103 Ulaştırma İstatistikleri Özeti 1997, DIE n° 2189, Ankara, 1998

29En 1997, selon DİE, la Turquie compte 13 186 abonnés au télex – la baisse se confirme-, 108 014 abonnés au fax, 15 744 000 abonnés au téléphone fixe, 1 483 000 abonnés au téléphone portable, 126 649 usagers de téléphones de voiture, 130 499 abonnés pour les systèmes d’appel (en stagnation : la mode est déjà dépassée)103. Deux opérateurs téléphoniques privés sont apparus en 1994, peu après la création de Türk Telekom : Turkcell, association de Türk Telekom, Ericsson, Çukurova Holding, Kavala Holding et d’un homme d’affaires nommé Murat Vargi, puis Telsim, association de Rumeli Holding et de l’allemand Siemens. Un projet nommé Teknotel n’a pas abouti, mais en 2000, avec Aria, ce sont Telecom Italia et la Banque du Travail (Türkiye İş Bankası) qui se mettent sur les rangs et en 2001, Aycell créé par Türk Telekom, Siemens et Ericcson. Turkcell annonce 11 millions d’abonnés et un taux de couverture de 99 % du territoire turc, Telsim, 6 300 000 abonnés et des accords avec 96 pays, tandis qu’Aria et Aycell visaient des taux de pénétration du marché du même ordre (six millions d’abonnés). En février 2004, Aria et Aycell fusionnent pour former Avea.

7. 2. 2. Le désenclavement généralisé

30Alors que toutes les agglomérations urbaines sont équipées de centraux téléphoniques automatiques, 51 475 agglomérations rurales sont raccordées au réseau. On peut donc considérer que la totalité du territoire est desservie. De même, la télévision couvre la presque totalité du pays, pour 1992 :

Tableau 45 : Taux de couverture du territoire turc par la télévision publique (1993)

Chaîne TRT

Émetteurs et relais

Taux de couverture

TV-1

783

98

TV-2

1219

95

TV-3

626

87

TV-4

67

55

TV-5 (TRT international / Avrasya)

2

Europe, Asie centrale (Istanbul et Ankara)

Source : Rapport d’activité PTT (1992-1993 : 42), Ankara

31Les taux de couverture annoncés en 1998 par le rapport d’activité de Türk Telekom dépassent 96,8 % pour les quatre chaînes publiques. Il est vrai que l’établissement dispose alors de trois satellites propres (Türksat 1B, Türksat1C, Türksat 2A dit EurasiaSat), qu’il est affilié aux organisations internationales gérant Intelsat, Eutelsat, Inmarsat, que les chaînes privées sont retransmises par les systèmes Kopernikus (allemand), Astra, Eutelsat, Hot Bird (Türk Telekom 1998, TéléSatellite, passim).

32Ce n’est plus seulement le territoire turc que les télévisions desservent, mais bien toutes les régions habitées par des turcophones (Balkans, Caucase, Asie centrale, Iran, Europe occidentale). À l’inverse, les progrès techniques sont si rapides et la « démocratisation » des média des NTIC si profonde que des groupes jusqu’alors tenus à l’écart, des islamistes aux minorités ethniques comme les Kurdes et les Assyro-Chaldéens disposent maintenant de programmes télévisés diffusés par satellite.

Tableau 46 : Taux de couverture du territoire par la télévision publique (1997)

Chaîne TRT

Émetteurs et relais

Taux de couverture

TV-1

1983

98,4

TV-2

1734

98,1

TV-3

1137

96,8

TV-4

165

90 (96,8 programmés pour 1998)

TV-5 (TRT international / Avrasya)

2

Europe, Asie centrale (Istanbul et Ankara)

Source : Rapport d’activité Türk Telekom (1997-1998 : 43-44), Ankara

33Parallèlement, Türk Telekom s’est trouvée responsable de la diffusion de la télévision câblée : en 1997, neuf agglomérations (Ankara, Istanbul, Adana, Kayseri, Izmir, Konya, Antalya, Gaziantep, Bursa) regroupaient 511 706 abonnés, le plan de développement en prévoyaient 1 100 000 pour 1998 avec onze agglomérations nouvelles (Eskişehir, Mersin, Samsun, Denizli, İzmit, Adapazarı, Balikesir, Zonguldak, Yalova, Tekirdağ, Erzurum ; Türk Telekom 1998). Les derniers chiffres consultés (http://www.telekom.gov.tr) font état de 818 837 abonnés pour une capacité globale installée de 2 millions d’abonnés.

34Il est donc clair que, si l’administration a fait un réel effort d’ouverture en investissant dans les équipements, mais aussi en libéralisant l’émission, la réception et la production, la société civile, à commencer par les acteurs économiques, était prête à consommer immédiatement l’information et la communication disponibles. Malgré un niveau de vie, comparé à celui de l’Europe occidentale, relativement bas, les progrès accomplis dans l’équipement des ménages sont rapides et les éléments jugés les plus traditionalistes ou les plus conservateurs ne sont pas en reste : l’opposition islamiste, sur place comme en émigration, a bien compris le parti qu’elle pouvait tirer de la vidéo, du fax, de la télévision comme de la presse.

7. 3. Télévision et satellite : des outils nouveaux au service de la Nation ?

35La télévision est apparue en Turquie assez tardivement, en 1968. Jusqu’à récemment, c’est Türkiye Radyo Televizyon (TRT), établissement public qui détenait le monopole de la diffusion. Depuis 1989, l’exploitation des réseaux techniques (émetteurs et relais) est confiée aux PTT qui gèrent également la distribution par câble de CNN, BBC et TV5 Europe (Alemdar & Kaya 1994). En 1990, Star, une télévision privée (contrôlée par le fils du Président de la République, Ahmet Özal) commence à émettre sur les réseaux turcs à partir de l’Allemagne, reçue par antennes paraboliques. TRT augmente le nombre de chaînes publiques à partir de 1986 ; l’un des canaux, TRT-5 ou TRT International étant dès lors destiné à l’émigration, puis à la population turcophone centrasiatique. Depuis la situation n’a cessé d’évoluer.

7. 3. 1 Au service de l’État ?

  • 104 Cumhuriyet Hafta (semaine 9 de 1994) annonce que la Turquie assure les besoins du Kurdistan irakien (...)

36En 1994, TRT diffuse cinq chaînes, incluant un programme régional (GAP – TV sur la zone du Projet de l’Anatolie du Sud-Est), une chaîne internationale (TV-5 ou TRT International) et un programme de télé-enseignement produit par l’Université Anatolie d’Eskişehir (Açık Öğretim Fakültesi). En 2003, TRT diffuse les mêmes chaînes. La proposition du Président Özal de créer un programme télévisé en kurde, après avoir déchaîné les passions, n’a pas eu de suite, mais l’idée refait surface épisodiquement. Elle a été évoquée devant la presse par le Premier Ministre du Parti de la Prospérité (Refah), Necmettin Erbakan104. Elle est reprise lors des discussions avec l’Union Européenne à propos des critères de Copenhague (2002). On peut adjoindre à ce tableau l’existence d’un programme radio destiné aux Turcs de l’étranger (Türkiyenin Sesi : la Voix de la Turquie), comparable dans son objet à la Deutsche Welle ou à Radio-France International.

  • 105 Par exemple, au chapitre « information » des plans d’exécution (icra planı) de DPT et rapports d’ac (...)

37La dimension internationale de la télévision turque s’affiche clairement : avec l’aide de la diffusion satellitaire, les programmes sont expressément destinés aux travailleurs et aux familles émigrés, mais aussi aux « Turcs de l’extérieur » (Dış Türkler) grâce au programme Avrasya (Eurasie). Le projet est affiché aussi bien par DPT (Devlet Planlama Teşkilâtı-Organisation d’État au Plan) dans ses programmes annuels du 6ème Plan que dans les rapports d’activités des PTT105. La Revue des PTT (PTT Dergisi) est encore plus nette dans ses affirmations : il s’agit ni plus ni moins que de renforcer la cohésion nationale, de supprimer les distances entre émigration et pays d’origine et de proposer une alternative aux programmes « incontrôlés » européens.

Le rôle assigné aux programmes télévisés transmis par satellites

38Quelques citations de cette revue au moment du passage à la télédiffusion par satellite, durant la période 1990-91, illustrent ces objectifs sans ambiguïté :

PTT Dergisi n° 88 en mars 1990 :
TV-5-International en Europe : nos travailleurs en Europe se raccordent enfin directement à la télévision en turc selon leurs demandes. Finie la nostalgie : nos travailleurs, vivant par dizaines de milliers en Allemagne, Belgique, Pays-Bas, France et autres pays d’Europe centrale se raccordent à la possibilité de connaître les informations de Turquie, d’écouter leur musique propre, d’élever leurs enfants dans leur culture propre. Ainsi, en se raccordant comme ils le désirent aux émissions en turc, nos travailleurs en Europe se délivrent des diffusions incontrôlées (denetimsiz, sans contrôle, censure) des sociétés locales de télévisions câblées qui émettent sans conscience (bilinçsizce), copies de programmes allemands ou néerlandais.

PTT Dergisi n° 89 en avril 1990 :
Les échos en Europe de TV-5-International : la télé turque a commencé à émettre le 28 février à partir d’Eutelsat I-FA, après quelques explications techniques : [...] De plus, la télé turque dans le but de renforcer les liens entre la Turquie et nos travailleurs en Europe, résoudra ses besoins de diffusion avec le programme Türksat, avec ses émissions vers l’Europe.

PTT Dergisi n° 99 en février 1991 :
La chaîne TV-INT est entrée en service en 1990, créée avec l’objectif de faire connaître la Turquie à l’étranger, de venir en aide aux travailleurs émigrés pour faire disparaître la nostalgie du pays (vatan hasretleri), pour avoir accès immédiat aux informations et à la culture de notre pays.

39Ces thèmes repris dans les rapports d’activités des PTT, en moins passionné : « les programmes télévisés turcs pourront être diffusés vers l’Europe dans le but de renforcer les liens de nos compatriotes en Europe avec notre pays » (rapport 1989-1990). Türksat, après sa mise en service, sera capable de rendre les services suivants :

  • L’augmentation du nombre de chaînes de télévision et leur distribution dans tout le pays, dans des conditions économiques et de qualité satisfaisantes.

  • La transmission des programmes télévisés nationaux dans tous les pays d’Europe où vivent de nombreux citoyens turcs.

  • La livraison de services de communication spécifiques nécessités par les structures géographiques de l’Est et du Sud-Est anatolien.

  • La livraison de facilités de communication nationales de haute qualité exigées par nos forces armées et de sécurité (police).

  • La mise en place d’un réseau de communication entre nos Ambassades et Consulats pour consultations diplomatiques.

  • La création de nouveaux services économiques par transferts de technologies et possibilités de productions locales.

  • L’émission de programmes radio de bonne qualité sur bandes F.M.

  • La création de possibilités spécifiques de communication pour les Universités, les Banques et la Presse.

40De fait, les quotidiens turcs de Francfort ne laissent alors plus qu’une place marginale, sinon nulle, aux programmes européens, où les émissions créées pour les immigrés à l’image de Mosaïques subventionnée par le FAS dans les années 1980, ne sont jamais citées. La population immigrée s’est équipée rapidement dans toute l’Europe d’antennes paraboliques, entrant d’ailleurs en conflit avec les municipalités et les bailleurs sociaux pour des raisons qui vont de l’économique (câblage des réseaux) au politique (remise en cause des politiques d’intégration) sous des prétextes esthétiques et sécuritaires cachant mal l’inquiétude des pouvoirs publics, à tous niveaux de décision, face à ce phénomène imprévu. Le marché turc immigré de la vente et du montage de paraboles et matériels connexes est effectivement dynamique, supplantant la vidéo, ceci d’autant plus qu’est né un secteur privé de production et de diffusion audiovisuelle et télévisée.

7. 3. 2 Au service de la société civile ?

41Depuis la première expérience d’Ahmet Özal, avec Star-TV, ce ne sont pas moins de 27 programmes privés – compte non tenu de disparitions rapides ou de reprises par d’autres opérateurs – qui sont nés sur les faisceaux des satellites, s’ajoutant aux cinq chaînes publiques alors qu’apparaissaient dans une totale confusion plusieurs centaines de télévisions et de radios FM locales, sans accès ni au satellite, ni à la dimension nationale. Si TeleOn a vite disparu – elle a depuis repris du service avec d’autres capitaux–, laissant place à une radio associée à MTV, ce sont une douzaine de programmes qui sont offerts aux téléspectateurs émigrés dans des conditions moyennes, bien plus pour des amateurs éclairés. L’originalité du système turc est d’associer groupes de presse et groupes bancaires au domaine télévisuel. Or il se trouve que groupes de presse comme banquiers sont déjà installés en Europe et qu’avant de se transférer en Turquie, les émetteurs sont d’abord construits en Europe comme pour Show TV (à Paris), Kanal 6 ou HBB (à Londres). L’évolution est étonnante : en 1995, on estime le nombre de radios émettant sur le territoire turc à environ 1010 et celui des télévisions à 620 ! Les chiffres officiels publiés en 1998 sont de 273 chaînes télévisées, dont une trentaine d’envergure nationale, et 1175 radios publiques et privées (DİE 1998). L’administration est de fait totalement débordée et la création d’un Haut Conseil de l’Audiovisuel (RTÜK-Radyo Televizyon Üst Kurulu) n’avait à cette date rien donné de tangible, malgré plusieurs séries d’interdictions d’émettre ou de suspensions ponctuelles.

42Ceci signifie, d’une part, que le ton des chaînes privées est nettement plus libre que celui de TRT, d’autre part, que les sociétés créées « ne mettent jamais leurs œufs dans le même panier » et font preuve d’une grande souplesse tout en formant des groupes de pression non négligeables. Au départ, le paysage audiovisuel turc se confond largement avec le champ migratoire, sur lequel il s’appuie (audience, mais aussi presse et réseau bancaire). À l’inverse, il intègre le débat social et politique du pays d’origine, ne serait-ce qu’en laissant place aux programmes proposés par des groupements ou des sociétés proches des islamistes, comme TGRT, Kanal 7, Samanyolu, Mesaj, Hakk TV. Fortement structurés en Turquie comme en émigration, ces groupes disposaient déjà de holdings jouant sur l’attachement à l’Islam (alimentation, agences de voyages, vidéo, presse, ce qui constitue l’helâl business), ils ajoutent la télévision à leur panoplie.

  • 106 Nous sommes beaucoup mieux renseignés sur les contenus, assez proches de ceux de la presse analysés (...)

43C’est donc à un processus certain d’intégration économique et sociale que l’on assiste, où l’émigration fait corps avec la Turquie et tandis que celle-ci s’installe en Europe, mais une fois de plus sur un territoire « autre », différent de celui de l’État-nation européen. En l’absence d’enquêtes précises sur l’impact de ces télévisions sur l’immigration106, nous en sommes réduits aux hypothèses sur le rôle intégrateur ou désintégrateur des nouvelles technologies de communication, ou sur la construction d’une diaspora transnationale.

7. 3. 3. Impact des média et de la communication chez les émigrés

44Plus que l’impact des journaux, décrit et analysé en Allemagne, plus qu’ailleurs, c’est à la télévision qu’il convient de s’intéresser ici. Force est alors de constater que l’on sait très peu de choses sur ce sujet. Plusieurs observateurs (Kastoryano 1992, Bozarslan & Şalom 1992, Arabacı 1993, Gosselin 1994, dossier spécial de Migrations et Pastorale n° 257 de 1995...) notent que dès lors que la possibilité de se raccorder au réseau de diffusion turc existe (antenne parabolique), elle exclue souvent tout recours aux réseaux européens. Le don d’ubiquité de la presse turque, diffusée par Francfort, l’engouement pour la vidéo (Klitzke 1982, Hujanen 1984) étaient déjà connus ; ceux de la télévision transmise par satellite, en concurrence avec les réseaux câblés sont manifestes pour qui vit au contact de familles immigrées. La difficulté est pourtant d’appréhender réellement le phénomène quantitativement (le taux d’équipement des ménages en antennes paraboliques) et qualitativement (l’impact sociologique et politique des émissions turques). De là à penser que les immigrés vivent dans un monde virtuel (ou surréaliste), il n’y a qu’un pas... que nous ne franchirons pas ! Il est en effet impossible dans l’immédiat, au-delà de descriptions partielles et empiriques, de trancher sur l’impact de réseaux agglomérant informations sur supports écrits, audiovisuels, orales, de différentes origines, géographiques (pays d’origine, pays de résidence, réseaux sociaux transnationaux), sociologiques, politiques, mais aussi transports et voyages, avec de grandes variations d’une région à l’autre, avec des Turcs de France, souvent kurdes et réfugiés, plutôt casaniers, et des Turcs d’Allemagne, plus mobiles.

45Il se peut que la TV turque remplace la presse turque, mais tous les observateurs notent l’utilisation conjointe de sources d’information diversifiées, à partir de l’isolement réel des premiers migrants, à commencer par la presse locale ou spécialisée dès lors que le niveau de connaissance linguistique le permet. Les journaux donnant les résultats du tiercé sont depuis longtemps parmi les plus consommés par les Turcs de France.

7. 4. État des lieux en 1996 : l’extrusion satellitaire turque

46En raison de la fluidité des situations du secteur privé, il n’est jamais inutile de faire le point à intervalles réguliers sur les développements en cours. L’édition d’un numéro spécial de la revue Télé Satellite (Hors-Série 1996) nous en fournit l’occasion. Neuf chaînes turcophones sont alors disponibles – douze selon la presse turque éditée en Allemagne qui donne les programmes quotidiens ou hebdomadaires-, mais des changements sensibles sont intervenus en deux ans. Si certaines chaînes disparaissent (TeleOn, Magic Box), d’autres apparaissent ou se réadaptent à la clientèle émigrée. Certains actionnaires se désengagent pour réapparaître aussitôt ailleurs, à l’image d’Ahmet Özal, fondateur de Star TV, puis d’InterStar, avec d’autres collaborateurs et d’autres apports en capital. Une nouvelle chaîne kurdophone est entrée en action, vite victime de pressions indirectes de la part des autorités turques, Med TV, dont le siège est situé en Suède. Enfin, de nouveaux satellites ont été lancés et les faisceaux redistribués.

47La Turquie dispose maintenant de trois satellites Türksat (1B, 1C, 2A), mais ceci n’empêche pas de nombreuses chaînes privées, voire pour des raisons techniques les chaînes publiques, de passer par d’autres prestataires (Eutelsat, DFS Kopernikus). TRT International / Avrasya (Eurasie), programme public, émet 24 h sur 24 h et fonctionne comme la TV5 française, sur le choix de programmes nationaux. Souvent présente sur le câble en Allemagne ou en Belgique, TRT est parfois suspendue par les autorités locales lorsqu’elle véhicule un discours officiel turc jugé tendancieux. Ainsi plusieurs Länder allemands ont déprogrammé la chaîne lors d’une campagne lancée par Ankara en faveur de l’Armée en lutte avec le PKK, campagne animée par Tansu Çiller, le Premier Ministre de l’époque. Ceci ne va pas sans poser de réelles questions, aussi bien sur « l’extrusion » turque, terme employé par Jean-Paul Constantin, Directeur des Langues et de la Communication à l’ENA (Colloque d’Antalya, 1994 : Intrusion et extrusion satellitaire, communication non publiée), que sur le droit des autorités locales de censurer des programmations étrangères dûment répertoriées et autorisées, hors de toute décision judiciaire.

48Deux chaînes privées à discours islamiste ou islamo-nationaliste coexistent sur les écrans européens (en dehors d’autres références qui peuvent être arabes ou pakistanaises) : TGRT, dont il a déjà souvent été question, et Kanal 7. Cette dernière semble moins généraliste que TGRT qui diffuse séries, jeux, variétés, cinéma et information, sur la base de programmes turcs ou étrangers traduits. La politique de TGRT s’aligne sur celle du quotidien Türkiye qui fait montre de pragmatisme et d’un professionnalisme certain. L’information fournie par l’agence de presse du groupe İhlâs (İHA) est jugée suffisamment sérieuse pour être reprise par de nombreux média turcs (Groc 1996). Cependant TGRT comme Kanal 7, liée au groupe de presse Zaman (le seul ayant investi sérieusement en Azerbaïdjan et en Asie centrale), laissent toutes deux une place non négligeable à la lecture du Coran, à son exégèse, comme aux retransmissions de cérémonies religieuses dans les mosquées.

49A-TV, Euro D (version européenne à l’usage des immigrés de Kanal D), Euro Show (version européenne « immigrée » du groupe Show TV / Aks TV / Cine 5 dont l’un des actionnaires principaux est Erol Aksoy (propriétaire de la Banque Internationale du Commerce en France), InterStar (la plus ancienne sur le marché si l’on accepte sa filiation avec Star, HBB, Number 1 TV, Satel 2, sont des chaînes privées généralistes. Satel offre cependant l’originalité de proposer surtout des programmes musicaux (comme MTV ou Kral TV) et CNN doublée en turc.

50Enfin Med TV, parfois décrite comme généraliste (Bouachera 1995), est clairement une chaîne militante laissant surtout place au débat politique et aux formes engagées d’expression des minorités kurdes du Moyen-Orient (Turquie, Iran, Irak, Syrie), musique populaire et classique, religieuse, cinéma, reportages sur les opérations militaires...

51A ces chaînes de télévision s’ajoutent 17 canaux radiophoniques généralement liées aux télévisions citées, également transmis par les mêmes satellites (TRT-Türkiye’nin Sesi : la Voix de la Turquie, radio publique, ou Holiday FM destinée aux touristes étrangers en Turquie ; Show Radyo, Huzur FM liée au groupe İhlâs Holding, etc.). Vu de loin, cette offre nouvelle de programmes étonne, pourtant elle ne représente qu’une partie minime des 600 chaînes télévisées et 1000 radios locales privées que compte alors le pays.

Tableaux 47A et 47b : Offre satellitaire turque en 1994 et 1996 (bandes C et KU) 47A : situation de 1994

Satellite

Fréquence GHZ

Programme TV

Programme Radio

Observation(s)

Gorizont-Statsionar 22/12

3,875

STV Samanyolu

Privée, islamiste (groupe F. Gülen)

Intelsat 604

10,992

TRT 4

Publique

Intelsat 604

11,136

TRT 3

Publique

Intelsat 604

11,650

TRT 1

Publique

Intelsat 604

11,650

TRT Radyo Ankara

Publique

Intelsat 604

11,685

TRT 2 - GAP

Publique régionale

Intelsat 604

11,685

Radio Divarbakır

Publique régionale

Intelsat 604

11,.685

Holiday Radyo

Publique (touristes)

Eutelsat 2F3

11,062

Feed TGRT

Privée, liaison technique

Eutelsat 2F3

11,095

TGRT

Privée, droite nationaliste

Eutelsat 2F3

11,617

HBB

Privée généraliste

Eutelsat 2F3

11,617

Number One

Privée

Eutelsat 2F1

10,181

TRT 5 Avrasya

Publique internationale

Eutelsat 2F2

10,987

A-TV

Privée généraliste

Eutelsat 2F2

11,080

Cine 5

Cryptée cinéma

Eutelsat 2F2

11,575

Show TV

Privée généraliste

Eutelsat 2F2

Show Radyo

Privée

Eutelsat 2F2

11,617

Tele On

Privée musicale

Eutelsat 2F2

Metro FM

Privée

Eutelsat 2F2

Super FM

Privée

Eutelsat 2F4

Kanal 6

Privée généraliste

Eutelsat 2F4

Kanal Market

Privée télé-achat

Eutelsat 2F4

11,575

Kanal D

Privée généraliste

Source : Télé Satellite, mars 1994, pp. 92-105

47B : situation de 1996

Satellite*

Programme TV

Programme radio

Groupe turc

Observation(s)

Horaires de diffusion

Türksat 1B

A-TV Int

Medya / Bilgin

généraliste

24.00- 24.00

Radyo Spor

24.00- 24.00

Kanal 7

Généraliste religieuse

6.00-1.00

Marmara FM

24.00- 24.00

Morales FM

24.00- 24.00

Tartuz FM

24.00- 24.00

Best FM

24.00- 24.00

Euro Show

Hürriyet, Sabah, Aksoy

Europe, émigrés

7.30-1.30

Show Radyo

Hürriyet, Sabah, Aksoy

24.00- 24.00

Klas FM

Hürriyet, Sabah, Aksoy

24.00- 24.00

Euro D

Doğuş, Milliyet

Europe, émigrés

6.00-1.00

Radyo D

Doğuş, Milliyet

Eutelsat 2F3

Feed turc

Son turc

Liaison technique

ponctuel

Eutelsat 2F2

A-TV

Medya / Bilgin

Programme national

7.30 - 0.30

Kiss FM

24.00- 24.00

Yeni Radyo

24.00- 24.00

Radyo Spor

24.00- 24.00

Satel 2

Sabah Holding

Doublage CNN

24.00- 24.00

Feed TGRT

İhlâs Holding

Liaison technique

6.00- 24.00

TGRT

İhlâs Holding

6.00- 24.00

Akra FM

İhlâs Holding

6.00- 24.00

Huzur FM

İhlâs Holding

6.00- 24.00

InterStar

Rumeli Holding (Cem Uzan)

6.00- 2.00

Metro FM

Rumeli H.

6.00- 2.00

Kral FM

Rumeli H.

6.00- 2.00

Super FM

Rumeli H.

6.00- 2.00

Kral TV

Rumeli H.

Musicale

24.00- 24.00

Eutelsat 2F3

Number One TV

Musicale

24.00- 24.00

Eutelsat 2F1

TRT 1

État

24.00- 24.00

TRT 2

5.00- 23.00

TRT3

6.00- 23.00

TRT 4

téléenseignement

6.00- 23.00

TRT 5 Avrasya

internationale

24.00- 24.00

Türkiye’nin Sesi

internationale

24.00- 24.00

En attente 10.96

Med TV

Assoc. kurde

kurdophone

Eutelsat 2F2

Cine 5

Erol Aksoy

Cryptée cinéma

Eutelsat 2F3

HBB

Has Bilgi Birikim

DFS Kopernikus IFM3

A-TV International

Medya / Bilgin

Autre satellite

Euro D

Doğuş, Milliyet

Euro Show

Hürriyet, Sabah, Aksoy

Note (*) : les fréquences n’ont pas été précisées car elles peuvent différer à chaque réaménagement de la répartition des faisceaux (appels d’offre, nouveau lancement de satellite de télécommunication, renégociation du contrat entre émetteur et diffuseur...).

Sources : Télé Satellite Hors-Série « Compil ’96 », octobre 1996, Turan et Sandra Gökaltay, Séminaire international de l’AFEMOTI, 12. 06. 1995, « Le paysage audiovisuel turc », Paris.

52De plus, cette offre n’est pas en soi exceptionnelle puisque les descriptifs et les tableaux de Télé Satellite en 1994 comme en 1996 font état de programmes TV et radiophoniques arabes, chinois, thaï, hindi, urdu, farsî, japonais... destinés aux diverses colonies immigrées en Europe. À l’inverse, les Turcs des grandes villes (réception par parabole ou câble) estiment normal de capter RTL, SAT 1, PRO 7 (chaînes allemandes privées), CNN, NBC, TV5 française, TVE (espagnole), Eurosport ou Euronews. Les téléspectateurs d’Ankara dûment équipés ont ainsi le choix entre 30 à 40 chaînes différentes !

Tableau 48 : L’offre télévisée à Ankara (1995)

Chaîne

Horaires

Programmes (groupe F. Gülen)

Langue

Origine

Observation

Kanal D

6.30 - 3.00

Généraliste

Turc

Privée

InterStar

7.00- 5.00

Généraliste

Turc

Privée

Show TV

7.00- 3.00

Généraliste

Turc

Privée

A-TV

6.00- 3.00

Généraliste

Turc

Privée

TRT 1(TV1)

24.00- 24.00

Généraliste

Turc

Publique

TRT 2 (TV2)

10.00-2.00

Généraliste

Turc

Publique

HBB

24.00- 24.00

Généraliste

Turc

Privée

TGRT

6.00- 3.00

Généraliste

Turc

Privée

Synth. turco-islamique

Kanal 6

7.00- 4.00

Généraliste

Turc

Privée

TRT 3 (TV3)

17.00- 24.00

Culturelle

Turc

Publique

TRT 4 (TV4)

15.00-23 .00

Régionale

Turc

Publique

TRT 5 (TRT Int)

7.00- 24.00

Internationale

Turc

Publique

Avrasya : international

Kanal 7

6.00- 2.00

Généraliste

Turc

Privée

Disc. religieux

Flash TV

8.00- 22.00

Généraliste

Turc

Privée

Samanyolu (STV)

7.00- 24.00

Généraliste

Turc

Privée

Disc. religieux

Cine 5

7.00- 3.00

Cinéma- Sport

Turc

Privée

Cryptée

Number One

24.00- 24.00

Musique

Turc

Privée

Kral TV

24.00- 24.00

Musique

Turc

Privée

RTL

24.00- 24.00

Généraliste

Allemand

Luxembourg

SAT 1

24.00- 24.00

Généraliste

Allemand

Allemagne

Eurosport

8.30 - 2.00

Sports

Anglais

Privée

MTV

24.00- 24.00

Musique

Anglais

Privée

Pro 7

24.00- 24.00

Généraliste

Allemand

Allemagne

NBC

24.00- 24.00

Information

Anglais

USA

International

TV 5

24.00- 24.00

Généraliste

Français

France

International

Mesaj

24.00- 24.00

Généraliste

Turc

Privée

Disc. religieux

CNN

24.00- 24.00

Information

Anglais

USA

BBC

24.00- 24.00

Généraliste

Anglais

Gr. Bretagne

Observations personnelles pour les trois dernières : Mesaj était une nouvelle venue et CNN, chaîne américaine préfigure l’actuelle CNN Türk dont les programmes sont aujourd’hui diffusés en turc.

Source : Teleskop 12. 08. 1995 (magazine TV du quotidien Hürriyet)

7. 5. L’offre satellitaire en 2000-2003

  • 107 Pour mémoire, rappelons que le premier lancement (Türksat 1A) s’était soldé par un échec, avec l’ex (...)
  • 108 Annual Report of Türk Telekom (1997-1998), Ankara, 1998.
  • 109 Télésatellite n° 130 de sept. -00 : 145 (rubrique « sur les transpondeurs »).

53La Turquie dispose toujours de ses trois satellites (Türksat 1B, 1C et 2A)107. Türksat 2A a été construit avec les partenaires devenus habituels de l’opération : Türk Telekom et Arianespace. Une nouvelle société, nommée Eurasiasat (capital détenu par Türk Telekom à 51 % et Arianespace à 49 %), créée dans le but de construire et lancer les Türksat de deuxième génération108 , a procédé au lancement durant l’automne 2000 à la base de Kourou en Guyane, précédant un futur Türksat 2B pour l’horizon 2002-2003109. Mais les télécommunications turques sont également présentes sur d’autres systèmes de transmission, européens comme Eutelsat, américains comme Inmarsat ou Intelsat. On les retrouve directement ou indirectement sur des satellites « nationaux », comme le français Telecom ou l’allemand Kopernikus. Indirectement encore avec l’émergence de chaînes kurdes, en rupture avec les autorités turques ou irakiennes, mais relevant de ressortissants de différentes nationalités (turcs, irakiens, iraniens et syriens), engagés politiquement dans la diaspora d’Europe (Suède, Grande-Bretagne, France, Allemagne,..). Autre apparition d’émissions relevant indirectement de la télévision turque, Bayrak TV qui est produite par les Chypriotes turcs avec le soutien de moyens techniques ou financiers turcs.

Tableau 49 : Télévisions et radios turques transmises par satellite (hiver 1999-2000) ;

Section 1 :Satellites en Bandes KU numériques

Satellite

Programmes TV

Programmes Radio

Opérateur

Observation(s)

Türksat 1C
42,0° Est

CNN Türk feeds

Liaison technique

Prima

Ciné 5 feeds

Liaison technique

Meltem TV

Mesaj TV

Programme islamiste

Bayrak TV Int

Télévision chypriote

Flash TV

Kanal 7 feeds

Liaison technique

Feeds

Liaison technique

Star 2 Lady Life

Star Digital

Galeri 2

Star Digital

Star 3 Metro

Star Digital

Kral TV

Star Digital

Chaîne musicale

TeleOn

Star Digital

Star TV

Star Digital

Star 1 Kids Time

Star Digital

Chaîne enfants

Galeri 1

Star Digital

Star TV feeds

Liaison technique

BRT Bayındır feeds

Liaison technique

Bravo TV

CNN Türk

Version turque CNN

Viva

Gala

Kopernikus 3
23,5° Est

D Fun

VisionGlobe

A-TV

VisionGlobe

Hot Bird 5
13,0° Est

Medya TV

AB Sat

Chaîne kurde

Hot Bird 3
13,0° Est

NTV Int

Telespazio

Hot Bird 5
13,0° Est

TGRT

Groupe İhlâs Holding

Eutelsat 2F4
10,0° Est

NTV Int

NTV feeds

Liaison technique

Pop TV

Olay TV

TGRT feeds

Liaison technique

İHA feeds

Liaison technique

Discovery Channel Tr

Star TV feeds

Liaison technique

Eutelsat W3

TGRT

Multimédia Platform

DigiTürk Promo

DigiTürk tests

Essai de l’opérateur

Show TV

DigiTürk tests

Kanal D

DigiTürk tests

Kanal 7

Türksat 1C
42,0° Est

Meltem Music

Radio Blue

Star Digital

Süper FM

Star Digital

Kral FM

Star Digital

Lokum FM

Star Digital

Joy FM

Star Digital

Metro FM

Star Digital

Section 2 : Télévisions et Radios en Bandes KU analogiques

Türksat 1C
42,0° Est

A-TV

Kiss FM

Radyo Sport

Shik FM

Ciné 5

Chaîne cinéma cryptée

Playboy TV

Radyo 5

Show TV

Show Radio

Radyo Mydonose

Radyo Mega

Tatlıses FM

TRT International (TRT5)

Chaîne publique intern.*

TRT FM

Radio publique

TSR Voice of Turkey

Radio publique

Kanal 7 Euro

Version européenne

Marmara FM

Radyo 7

Akra FM

Üsküdar FM

Best FM

BRT Bayındır TV

Bayındır Radyo

D Fun

Radyo FM

Maxi TV

Süper Sport

Chaîne thématique

Radyo Viva

Radio XL

Radyo Nur

Alem FM

Hot Bird 4
13,0° Est

C-TV

Programme kurde

Medya TV

Programme kurde

Hot Bird 5
13,0° Est

TRT International

Programme Avrasya*

Eutelsat 2F4
10,0° Est

NTV

Radio Pop

TGRT

Groupe İhlâs Holding

TGRT FM

Groupe İhlâs Holding

Moral FM

Kral TV

Programme musical

TeleOn

Star TV

Metro FM

Kral FM

Radio musicale

Süper FM

Samanyolu STV

Programme islamiste

Burç FM

Dünya Radyo

Telecom 2B
5,0° Ouest

Hakk TV

Programme islamiste

Source : Télé Satellite 123, février 2000, 96-125.

  • 110 Nous reprenons là les termes de Jean-Paul Constantin, Professeur à l’École Nationale d’Administrati (...)
  • 111 Il est vrai que ce parti, aujourd’hui dirigé par Devlet Bahçeli, est entré dans le gouvernement de (...)

54Le constat est clair : la Turquie, puissance de rang moyen sur l’échiquier international, a aujourd’hui les ressources suffisantes (financières et techniques) pour réaliser son extrusion – le message porté à l’étranger – et en corollaire son intrusion – le message reçu à l’étranger – dans les zones géographiques les plus diverses, de son propre territoire national aux pays du Moyen-Orient voisin, de l’Eurasie turcophone retrouvée après sept décennies de parenthèse soviétique aux pays du champ migratoire, phénomène récent de l’histoire économique et sociale turque110. Un timbre des Postes turques édité dans les années 1990 illustre parfaitement les ambitions du gouvernement qui se dote d’un outil nouveau et performant, le système d’information Türksat. Le thème sera d’ailleurs repris dans les revues et rapports d’activités des PTT, mais aussi par les cartes de vœux du ministère des Affaires Etrangères : Türksat émet trois faisceaux lumineux en direction du territoire turc, de l’Europe occidentale – le champ migratoire-, de l’Asie centrale. Quelques années plus tôt, cette iconographie aurait été automatiquement qualifiée d’entreprise panturquiste et fasciste, directement liée aux activités de l’extrême droite nationaliste (en particulier au Milliyetçi Hareket Partisi, MHP d’Alparslan Türkeş)111. L’ouverture de la Turquie sur l’Asie centrale pourrait être un élément majeur de la géopolitique régionale dans les années à venir et, très clairement, les télécommunications y jouent un rôle fondamental dans l’esprit des dirigeants turcs.

  • 112 de Tapia, « Télévision turque et nouveaux média. L’entrée de la Turquie dans le xxi° siècle », comm (...)
  • 113 DİE (1998), Radio and Television Broadcasting Institutions Statistics, 2181. Autres sources dignes (...)

55Ce tableau, comparable à nombre de tableaux antérieurs (de Tapia 2000b, 1998)112, mais aussi depuis peu aux statistiques produites par l’Institut National des Statistiques (DİE 1998)113, montre une stabilisation de certains traits, décrits ci-dessous, du « Paysage Audiovisuel Turc » comme une évolution vers un plus grand pluralisme.

56Le nombre de télévisions diffusées sur satellite (TDS) semble aujourd’hui se stabiliser avec 31 télévisions d’envergure nationale – plusieurs de ces télévisions comme Star ou Galeri proposant plusieurs chaînes – tandis que chaque télévision ou presque gère également des émissions radiophoniques en modulation de fréquence diffusées par satellite.

57Les télévisions privées sont souvent disponibles ailleurs que sur Türksat, parfois sur deux satellites en même temps, ce qui implique à la fois une recherche de sécurité – les télévisions à discours nationaliste comme TGRT ou islamiste comme STV (Samanyolu) préfèrent ou ont préféré des satellites indépendants de l’opérateur Türk Telekom – et une bonne maîtrise technique. En effet, les télévisions turques sont diffusées en « bande KU » ou « bande C », aussi bien en numérique qu’en analogique.

58La télévision publique du groupe TRT s’est relativement désengagée depuis le début de l’expérience où l’ensemble des chaînes (TRT 1 à TRT 5 International Avrasya) était représenté. Seule subsistait sur les faisceaux desservant l’étranger TRT 5, avec deux cibles privilégiées : l’émigration et les républiques turcophones d’Asie centrale (auxquelles on ajoutera les diverses populations turcophones des Balkans ou du Moyen-Orient, dont l’Azerbaïdjan iranien). Mais en août 2000, les chaînes TRT 1 à 4 réapparaissent sur le satellite Eutelsat W3 sur une orbite proche de l’Europe, mais sur le faisceau égéen. C’est l’opérateur turc DigiTürk qui gère 81 programmes (dont des programmes allemands, français, italien et anglais à l’usage des téléspectateurs turcs : TV5 Europe, Sky News, BBC World, ZDF...) qui propose les quatre chaînes publiques.

59Les télévisions privées généralistes, assez réticentes au début pour se transférer sur Türksat, y sont maintenant bien présentes (CNN Türk, Star, BRT, A-TV, Show...). Mais on les retrouve facilement sur d’autres satellites, pour des motifs qui vont de choix économiques et techniques au choix probablement politique de se ménager une position de repli face aux autorités de régulation (RTÜK-Radyo Televizyon Üst Kurulu, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) et aux éventuelles pressions politiques. TGRT-longtemps proche du discours du MHP – est ainsi plutôt hébergée par Eutelsat, mais Kanal 7 –porte-parole du Refah devenu Fazilet, à discours plus proche des thèses islamistes– s’est installée sur Türksat, ce qui prouve l’existence de stratégies de firmes très diverses, mais aussi des fluctuations de politique intérieure non négligeables. Au départ de l’expérience, on relève par exemple en 1984 S-TV (Samanyolu) à discours islamiste sur un satellite soviétique Gorizont-Statsionar !

60Les programmes destinés aux émigrés sont plus le fait du secteur privé que de TRT : TRT diffuse la 5 à l’usage de ces derniers, sans que cette cible soit exclusive, mais ce sont sans aucun doute Star, Show, Kanal D, Kanal 7, TGRT, qui sont les plus regardées. Certaines développent des versions spécifiques pour les téléspectateurs européens (Kanal 7 Euro, Euro Show), mais ces versions ne sont pas toujours stables dans la mesure où elles apparaissent et disparaissent vite, ce qui n’empêche pas la chaîne de s’adresser très systématiquement aux téléspectateurs émigrés à l’occasion de jeux, talk-shows, débats.

61La télévision chypriote turque et la radio liée (Bayrak TV International) sont hébergées sur Türksat. Rappelons que le nord de l’île dit République de Chypre-Nord (Kuzey Kıbrıs Türk Cumhuriyeti) n’est reconnu comme état indépendant que par Ankara et se trouve sous embargo international.

  • 114 Télé Satellite n° 129, août 2000 : 10.

62Les télévisions kurdes se multiplient ; de l’unique Med TV du départ, on passe aujourd’hui à six chaînes satellitaires, auxquelles s’ajoutent quelques chaînes hertziennes : Medya TV, C-TV, Kurdistan TV, Mam TV. Si Med TV passait pour la télévision du PKK, Kurdistan TV dite aussi Kurdsat serait l’organe de l’UPK des Talabani. Le tableau ci-dessous démarque pourtant Kurdsat et Kurdistan TV. Medya TV passe pour être du ressort du PDK des Barzani. Ceci nous reporte en Irak du nord, que fréquente aussi le PKK. Il ne s’agit donc pas à proprement parler de chaînes turco-kurdes, mais il est clair que toutes ces chaînes, disponibles en Irak, sont visibles en Turquie du sud-est comme en Iran occidental. Le piquant de l’affaire est bien que ces programmes nationalistes kurdes soient transférés sur les mêmes satellites que les programmes nationalistes ou étatiques turcs (TGRT et Med TV sur Eutelsat en 1997 ou TRT sur Hot Bird en 2000 !). Enfin, au dernier point, apparaît Mezopotamya TV, chaîne kurdophone émise depuis Copenhague sur Hot Bird (Eutelsat)114.

Tableau 50 : Télévisions et radios kurdes et assyriennes sur TDS (été 2000)

Satellite (Position)

Programmes TV

Programmes Radio

Opérateur

Bande

Observation(s)

Eutelsat Sesat 36,0° Est

KurdSat

KU numérique

Hot Bird
13,0° Est

Medya TV

AB Sat

KU numérique

Organe du PDK

KurdSat

Belgacom

KU numérique

Eutelsat W2
16,0° Est

Assyria TV

X

KU analogique

Mam TV

X

KU analogique

Kurdistan TV

X

KU analogique

Organe de l’UPK

Hot Bird
13,0° Est

C-TV

X

Mezopotamya TV

X

Apolitique,

Copenhague

Medya TV

X

Source : Télé Satellite n° 130 de septembre 2000, pp. 100-130

63Les chaînes thématiques (musicales, cinéma, sportives,...) se multiplient et ne semblent pas suivre de stratégies particulières, si ce n’est celle de la société de laquelle elles dérivent.

  • 115 Annual Report of Türk Telekom, op. cit. p. 24.

64Une catégorie de télévision transmises par satellite n’apparaît pas sur ce tableau, ni sur les quelques tableaux antérieurs que nous avons repris dans les revues spécialisées. Les télévisions dont la diffusion est uniquement nationale ou qui ont une vocation régionale sont hébergées sur Türksat 1B, surtout dédié aux liaisons techniques nationales, comme la téléphonie ; il s’agit de Kent Medya, Kanal E, C-TV (à ne pas confondre avec l’homonyme kurdophone !), MNG, B TV, Global TV, K TV, Süper Kanal, Best TV115.

7. 6. Retour en France : les éléments de la discussion

65Si la vision de la multiplication des paraboles heurte en Europe plus d’un observateur – les procès et les démarches d’huissiers semblent en attester largement dans toute l’Europe-, qui pour des raisons esthétiques, qui pour des raisons de sécurité publique (matériels non homologués, bricolés, mal montés, mal fixés, encombrants...), la multiplication de revues spécialisées, de rayons spécifiques dans les grandes surfaces et les magasins de produits ménagers et audiovisuels, celle des études sur la consommation médiatique de telle ou telle population spécifique (voir par exemple les sommaires de Migrations Société), prouve a contrario, d’une part que le marché existe, d’autre part qu’il poserait problème uniquement pour les immigrés. « Situation complexe, inédite et source de fantasmes dans notre pays [...] », remarque José da Silva, éditorialiste de Migrations et Pastorale à l’automne 1995 (n° 257 : 4), les étranges lucarnes des étrangers, selon l’expression de Gökalp (1995) peuvent devenir enjeux électoraux. Hautement symptomatique fut par exemple la conversation de Philippe de Villiers avec M. le Maire de Montfermeil, en présence de journalistes de télévision, sur l’éclosion des paraboles dans les cités HLM : le candidat aux présidentielles de 1995 s’interrogeait sur la possible écoute par les familles immigrées de Radio Bagdad ou Radio Téhéran. Parler de Radio Alger ou Radio Ankara aurait été plus proche de la réalité, mais Bagdad ou Téhéran avaient une toute autre connotation !

66Migrations et Pastorale prend nettement parti... en faveur de l’intégration par la parabole, en se basant sur quelques témoignages faisant ressortir une meilleure compréhension du monde grâce à une télé enfin audible en arabe ou en turc par certains migrants, en tous cas parents de la première génération encore peu francophones, les femmes en particulier, tandis que ces programmes auraient un succès très relatif pour les enfants. Télé Satellite (1996 : 79) préfère relativiser le constat, soulignant que les télévisions arabophones ou turcophones ne véhiculent pas spécifiquement messages et réseaux intégristes :

« il faut y voir un simple lien avec sa culture et son pays d’origine. Nous-mêmes, ne sommes-nous pas contents de trouver des images de la France sur TV 5 ou d’autres (trop rares...) chaînes francophones, lors de séjours à l’étranger ? ».

67La conclusion, sans doute trop liminaire de Bouachera (1995) quant aux chaînes turques reçues en France, relativise également l’impact de la télévision extérieure au territoire français en matière d’intégration :

« les chaînes turques généralistes ou thématiques sont très nombreuses. Une analyse détaillée des programmes est nécessaire pour porter un jugement correct. Toutefois, les huit chaînes évoquées précédemment ne sont pas subversives et leur diffusion sur le territoire français ne pose pas de problème particulier. TRT Int apparaît comme la chaîne la plus satisfaisante ».

68Or pour l’Allemagne, c’est bien TRT qui semble poser le plus de problème ! Quant au discours politique de TGRT ou Kanal 7, il mérite sans doute plus d’attention.

7. 6. 1. Télévision câblée ou télédiffusion par satellite ?

69Sans entrer dans les détails techniques ou les discours économiques, quelques éléments doivent être cependant rappelés :

70Le câblage des villes françaises a longtemps souffert d’importants retards face à la situation connue ailleurs en Europe (Wallstein 1989). Si le coût est relativement peu important pour les usagers (qui doivent cependant s’acquitter d’un abonnement généralement mensuel), il est très fort pour les collectivités. Comparativement, le coût de la location d’un canal satellitaire est bien plus faible pour la collectivité (le plus souvent l’État) ou l’entreprise qui diffusent. Pour l’usager, l’achat d’une parabole (de 800 à plus de 9000 Francs [de 120 à 1400 Euros], selon taille et caractéristiques techniques) et des matériels connexes (télécommande, convertisseur, moteur...) peut être assez rapidement amorti, puisque ponctuel. Plus ce coût est élevé, plus l’abonnement au câble devrait en théorie devenir compétitif. Or le coût d’achat de l’antenne parabolique a connu une baisse sensible, les matériels proposés sur le marché devenant de plus en plus performants. On peut donc estimer que l’amortissement d’une antenne parabolique prendra de une à plusieurs années, comparée à l’abonnement. Ce n’est donc pas au niveau de l’usager, mais bien plus à celui des opérateurs que le coût initial de l’équipement du réseau joue un rôle dans le choix entre câble et parabole.

71Par contre, la parabole donne plus d’autonomie que le câble en matière de choix (orientation, choix des satellites, des programmes). Ce choix peut presque être adapté à n’importe quelle demande. À l’inverse, le câble reste prisonnier de paramètres techniques tels que le diamètre permettant actuellement le transfert dans de bonnes conditions d’une trentaine de chaînes.

72Là aussi, la technologie est appelée à changer, mais l’investissement pour le remplacement des réseaux existants ira en augmentant.

73Ainsi les réseaux câblés ne peuvent guère offrir plus d’une ou deux chaînes turcophones ou arabophones tandis que la parabole permettra un choix ciblé de toutes les chaînes turques ou toutes les chaînes arabes, ou toutes chaînes choisies pour l’usager, même sur plusieurs positions satellitaires différentes, et sans tenir compte du choix d’opérateurs qui, parfois pour des raisons techniques, parfois pour des raisons politiques, peuvent être amenés à déprogrammer certains canaux sans avertir les abonnés.

7. 6. 2. Télévision-intégration et télévision-identité

74L’affaire est jugée assez sérieuse en France et plus généralement en Europe pour que nombre de collectivités territoriales ou de bailleurs sociaux (comme en Alsace où des recensements et des états des lieux ont été menés, des commissions créées) ou plus généralement les pouvoirs publics commencent à fortement s’interroger, provoquant une première série d’études et rapports. C’est dans ce contexte que le ministère des Affaires Sociales, de la Santé et de la Ville a commandé les rapports Auzeill (1994) et Bouachera (1995) ou que le Fonds d’Action Sociale (FAS) a financé une enquête (Gökalp, Kastoryano & de Tapia 1997).

75Il conviendrait ici de rapprocher les études effectuées sur la consommation médiatique des immigrés (de Sayad 1985 à Diop & Bâ 1996), les recherches entreprises par les spécialistes de la géographie des télécommunications (Bakis 1995) et la recherche sur les migrations internationales et les fonctionnements des champs migratoires. Le discours très entaché de fantasmes que fait naître la parabole s’explique en grande partie par la visibilité de l’antenne dans la ville et sa densité dans les quartiers de forte présence immigrée. Dans un quartier résidentiel « autochtone » ou une vallée vosgienne rurale, la même antenne serait synonyme de modernité ou de désenclavement ! Il s’agit donc avant tout de relativiser, mais cela étant, rien n’est résolu pour autant : on ne connaît à peu près rien sur l’impact de tel ou tel programme sur telle ou telle population spécifique.

76Reste que l’extrusion de la société turque, via l’image et le son, l’iconographie et le sens, déjà notable dans les années 1970 avec la presse, ne peut être neutre et dénuée de toute charge idéologique ou émotionnelle, de tout message culturel ou politique. Ceci vaut pour toute émission et toute extrusion étrangère au territoire et à la société étudiés, pour tous les média du monde et tous les supports possibles, écrits comme oraux, audiovisuels comme iconographiques. Les tendances lourdes des évolutions socio-économiques actuelles sont à la globalisation ou à la mondialisation, à la libéralisation et à la déréglementation. On imagine mal, a fortiori plus mal encore dans une société démocratique et libérale, un retour aux censures, aux brouillages, aux interdictions unilatérales qu’ont pu connaître les sociétés européennes sous régimes totalitaires. Lorsque les islamistes turcs, les indépendantistes kurdes ou les média iraniens trouvent les moyens de s’exporter (ce qui est déjà souvent le cas), on voit mal comment les en empêcher, sauf à détruire les satellites sur orbites, par ailleurs lancés par des sociétés occidentales ! La question sera bien alors, comme pour les réseaux Internet, de trouver des modus vivendi acceptables par tous, dans le respect des règles démocratiques en usage. Ceci passe par une meilleure connaissance des réseaux, des programmes, des produits, par une négociation des conditions de diffusion, partant du principe que tous les acteurs sont aujourd’hui interdépendants.

Notes

96 Ce chapitre reprend un texte présenté lors du Colloque d’Antalya (1994) intitulé Les nouvelles technologies de la communication, les transformations socioculturelles en Europe méridionale, en Turquie et les pays voisins, repris dans le rapport MIGRINTER (1997). L’évolution récente très rapide du secteur des télécommunications dans le monde et en Turquie oblige à une révision complète et permanente.

97 Si l’on prend en compte la décisive victoire seldjoukide de Malazgirt (Mentzikert en arménien) en 1071 sur les Byzantins. Cette bataille est considérée par les nationalistes et une grande partie des historiens comme la date de naissance de la Turquie. Chaque anniversaire est souligné par un rassemblement nationaliste turc dans une région de peuplement mixte, turc et kurde.

98 Souligné dans le Chapitre Trois : Réseaux turcs à l’étranger, en particulier pour les réseaux religieux et politiques. Cette idée est souvent mise en avant par Gildas Simon (1995).

99 Que voilà un lexique intéressant ! Littéralement, le courrier intérieur reste dans le yurt, le territoire national, le pays, la patrie, alors que le courrier international sort du yurt. Avant d’être le pays, yurt est le territoire de la tribu nomade centrasiatique. La yourte, tente des nomades turco-mongols, est le même terme.

100 Illustration parmi tant d’autres : la campagne anti-Atatürk déclenchée par fax par les islamistes d’Allemagne à l’occasion des municipales de mars 1994 dans le pays d’origine, à laquelle répond après les résultats favorables au parti islamiste de l’époque une campagne menée par le même moyen par les laïcistes. Plus tard, la panoplie intègre les virus informatiques !

101 Necmettin Erbakan, ancien président des partis islamistes Millî Selamet (Salut National), Refah (Prospérité), ancien premier ministre et ministre de nombreuses coalitions, İbrahim Tatlıses dit İbo, chanteur vedette du style arabesk, acteur, animateur télé, aussi célèbre en Azerbaïdjan et en Ouzbékistan qu’en Turquie grâce aux cassettes et aux télévisions satellitaires. Chacun déplace, ou a déplacé, les foules en émigration comme au pays.

102 Information donnée par M. Barhan Özce, directeur marketing de NETAŞ, invité au Colloque d’Antalya (1994). Selon Robin (1985), le taux de 50-60 % est celui de la saturation (nombre d’abonnés pour 100 habitants) ; c’était avant la généralisation des téléphones portables.

103 Ulaştırma İstatistikleri Özeti 1997, DIE n° 2189, Ankara, 1998

104 Cumhuriyet Hafta (semaine 9 de 1994) annonce que la Turquie assure les besoins du Kurdistan irakien (TEK), le trafic postal (PTT) et émettra des programmes télévisés (TRT - PTT). Cette dernière proposition n’a pas eu de suites, mais elle revient parfois dans les discours, y compris parfois d’officiers haut placés, en 2001 !

105 Par exemple, au chapitre « information » des plans d’exécution (icra planı) de DPT et rapports d’activité des PTT (1989-90, 1990-91, 1992-93).

106 Nous sommes beaucoup mieux renseignés sur les contenus, assez proches de ceux de la presse analysés par exemple par des auteurs comme Copeaux, Groc, Benusiglio (voir bibliographie).

107 Pour mémoire, rappelons que le premier lancement (Türksat 1A) s’était soldé par un échec, avec l’explosion d’Ariane peu de temps après son décollage. L’incident a déclenché en Turquie une polémique sans lendemain dans la mesure où le lanceur et son fret étaient bien assurés. Le retard dans le programme de lancement a vite été rattrapé.

108 Annual Report of Türk Telekom (1997-1998), Ankara, 1998.

109 Télésatellite n° 130 de sept. -00 : 145 (rubrique « sur les transpondeurs »).

110 Nous reprenons là les termes de Jean-Paul Constantin, Professeur à l’École Nationale d’Administration (ENA).

111 Il est vrai que ce parti, aujourd’hui dirigé par Devlet Bahçeli, est entré dans le gouvernement de coalition (1999-2002), mais l’intérêt rénové des Turcs pour leurs cousins d’Asie centrale est aussi dû à la soudaineté de l’écroulement de l’URSS. Pour une vision claire de ce phénomène important dans l’histoire turque contemporaine, on se reportera à de nombreuses références récentes des CEMOTI.

112 de Tapia, « Télévision turque et nouveaux média. L’entrée de la Turquie dans le xxi° siècle », communication au Colloque de Strasbourg (26 et 27/10/1998), Dans le sillage de la révolution d’Atatürk : la transformation des Arts et Lettres dans la République de Turquie, (1998); « Télévision et migrations internationales : lorsque l’Orient musulman fait irruption en Occident », communication au Colloque d’Istanbul (mai 1999) : L’image, fonctions et langages. L’irruption de l’image dans l’Orient musulman et sa périphérie xviii°-xx°siècles ; La communication et l’intrusion satellitaire dans le champ migratoire turc, Hommes et Migrations (Immigrés de Turquie), 1212, 102-110, (1998) ; « Télécommunication et télédiffusion satellitaire des pays musulmans. Une approche du cas turc : état des lieux et implications », Journées de Schauinsland, 13-14/12/1996, le Message de l’Image / Die Botschaft der Bilder, Textes rassemblés par Bernard Heyberger, non publié

113 DİE (1998), Radio and Television Broadcasting Institutions Statistics, 2181. Autres sources dignes d’intérêt : PTT Faaliyet Raporu (1989-1995), Activities Reports (1989 à 1995), PTT Dergisi, revue mensuelle des PTT turques et TRT- Türkiye Radyo-Televizyon (sans date), Dün’den Bugün’e Radyo-Televizyon (1927-1990), TRT, publiés à Ankara.

114 Télé Satellite n° 129, août 2000 : 10.

115 Annual Report of Türk Telekom, op. cit. p. 24.

© Institut français d’études anatoliennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search