Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et diasporas turques

 | 
Stéphane de Tapia

Chapitre Troisième. Réseaux turcs en Europe

Texte intégral

3.1. Approche des réseaux à l’étranger

  • 43 Au sens de la convention TIR de New York, signée sous l’égide de l’ONU. Cette convention internatio (...)

1Sans qu’il soit toujours possible de calculer corrélations et liaisons réelles entre immigration, circulation et ce qui relève du commerce international, force est de constater la densité et l’ubiquité de la présence turque dans les pays d’accueil. Ces quatre décennies de migrations ont vu se construire de multiples réseaux sociaux et économiques que nous avons essayé, avec d’autres, de formaliser (Wilpert 1992, de Tapia 1993a, 2001). Les transporteurs turcs, publics et privés, desservaient en 1992 avec plusieurs dizaines d’avions, plusieurs centaines d’autocars, environ 5000 camions TIR43, des traversiers et des transrouliers, quatorze ports européens, 50 aéroports, de nombreuses villes des régions d’immigration. Progressivement, cette logistique a intégré la presse écrite et les médias diffusés à partir de Cologne et Francfort ou Berlin, puis, avec en 1994 la mise en service d’un premier satellite (Türksat1B) la télévision retransmise par satellite de Turquie, en appui des moyens mis à la disposition des usagers comme les PTT ou les opérateurs téléphoniques. Dans ces domaines, l’autonomie va croissant, puisque les acteurs turcs, émigrés ou nationaux, tendent à remplacer les initiatives associatives, caritatives, administratives, des pays d’accueil. Ainsi pour la télévision (Frachon & Vargaftig 1993, 1995), trois programmes publics et six chaînes privées, indépendamment des expériences locales et des chaînes câblées, sont alors disponibles sur la plus grande partie du territoire européen (de Tapia 1994b).

2En 1998, soit six années plus tard, l’armada susceptible d’être affectée à la circulation migratoire comprend une centaine d’avions de ligne, une flotte d’autocars réorientée vers les destinations orientales, une dizaine de traversiers et 26 transrouliers, environ 33 000 camions TIR, desservant les mêmes ports européens auxquels se sont ajoutés cinq ports russes, ukrainiens et géorgiens (Ilitchevsk, Skadovsk, Yevpatoria, Novorossiisk, Sotchi), entre 75 et 80 aéroports (avec des fluctuations selon les marchés, certaines destinations ne donnant pas les résultats escomptés ; Nakliye Elkitabı 1998, Skylife, passim). La Turquie possède en propre trois satellites (Türksat 1B, Türksat 1C, Türksat2A dit aussi EurasiaSat), émet environ 20 chaînes télévisées et 40 radios à modulation de fréquence (de Tapia 2001a).

3Les réseaux économiques, commerciaux, bancaires, financiers, se sont petit à petit construits sur toute l’Europe, avec une logique prédilection pour l’Allemagne. Ainsi en 1991, 18 banques turques sont actives en Europe et comptent 106 succursales, pour 78 % d’entre elles situées en Allemagne. Environ 45 000 créateurs d’entreprises, pour la plupart artisanales et commerciales, sont installés dans le champ migratoire européen (Şen 1990). Mais en 2000-01, ce ne sont pas moins de 67 à 73 000 entreprises créées par des originaires de Turquie qui existeraient en Europe. Les zones d’activité de l’entrepreneuriat se sont étendues à l’Asie centrale où un millier d’entreprises environ se serait installé, aux pays arabes, avec un nombre estimé à 13 700 (Şen, Ulusoy & Öz 1999, de Tapia 2002).

4Enfin, les réseaux sociaux, politiques et religieux, ethniques et syndicaux, tissent un écheveau dense de relations, avec des points nodaux et des zones excentrées. Berlin, Cologne, Francfort, Munich, Stockholm, Paris, Milan... apparaissent comme autant de lieux stratégiques, qui pour des raisons politiques et/ou religieuses (Bozarslan, 1989, 1990), qui pour des raisons économiques et financières. Pour notre objet, il importe surtout que ces lieux soient continuellement en liaison avec la Turquie : Munich et Milan sont les deux principaux terminaux du trafic TIR turc, reliés par les ports de Venise (passagers) et Trieste (ro-ro) à ceux d’İstanbul, İzmir et Antalya, et par la Route des Balkans, détournée lors de la crise yougoslave par l’Adriatique et la Hongrie, mais avec les mêmes terminaux. Les aéroports internationaux jouent un rôle de relais évident dès lors qu’ils voisinent des régions d’immigration turque. Compagnies régulières et charter se battent durement pour conserver leurs parts de marché, à destination de la Turquie ou de marchés dérivés, comme le Pèlerinage de la Mecque (Hadj ou Hac en graphie turque).

Du constat empirique à la caractérisation des réseaux

5La première étape de la reconnaissance des réseaux est celle de la description de multiples communautés de migrants, dans des monographies souvent très locales et difficilement généralisables. Le constat général, en Allemagne, en Suède, en Belgique, en France, a été celui de l’existence de filières migratoires, souvent favorisées par les pratiques des recruteurs et des intermédiaires. Ces filières ont été largement renforcées par le regroupement familial initial (venue de l’épouse et des enfants) et secondaire (à l’occasion des mariages de la seconde génération), puis par la demande d’asile.

6Les filières se fondent sur les réseaux de solidarité traditionnels anatoliens : familles étendues et parentèles (akrabalık), lignages et formations tribales, appartenances ethniques, politiques et religieuses. Elles ont souvent été déclenchées accidentellement par les Administrations des pays d’accueil comme par celles du pays de départ : le contrat nominatif pratiqué en France, la pratique de priorités sur les listes d’attente en Turquie [coopératives de développement rural, régions de catastrophes naturelles (séismes, inondations), zones classées sous-développées] (Abadan-Unat 1976a, 1976b, Wilpert 1992, de Tapia 1996c).

  • 44 L’auteur compris : la richesse de la documentation disponible est aujourd’hui telle qu’aucune disci (...)

7Malheureusement, le constat a été rarement approfondi, sauf en Allemagne où plusieurs sociologues (Nauck, Schöning-Kalender, Wilpert, Gitmez...) se sont penchés sur les trajets migratoires et la formation de filières ou réseaux sociaux. Un travail de fond devrait être entrepris sur la dimension segmentaire de la société rurale turque, fait connu et bien attesté en Anatolie (Gökalp 1980, Cuisenier 1975, J.-P. Roux 1970), dès lors qu’elle est transférée dans le cadre de l’exode rural (Tümertekin 1997), puis dans celui de la migration internationale (Autant 1999). Remis dans son contexte global, à la fois d’intenses mutations sociales et d’évolution temporelle sur le long terme (1947 : apparition des premiers gecekondus et généralisation de l’urbanisation ; 1957 : déclenchement de l’émigration ; 1973 : suspension du recrutement en Europe et extension du champ vers les pays arabes producteurs de pétrole ; 1989 : extension vers la Russie et l’Asie centrale), cette segmentarité traditionnelle, selon les définitions de Gellner, mais bousculée depuis plusieurs décennies pourrait se révéler féconde en matière d’évolution sociale générale. Force est de constater que pour l’ensemble des chercheurs44, il reste difficile de relier sociologie et anthropologie du monde rural, de l’univers des néocitadins, de l’immigration, aux autres sciences humaines et sociales et ce, sur plusieurs dizaines d’années de mutations.

8En France, on s’est souvent contenté d’un simple constat, parfois prélude à la remontée de la filière jusqu’à sa source (Coquart 1981, Delyfer 1975, par exemple, ont su mettre en relation terres d’accueil et d’origine), mais sans en mesurer les implications sociales à partir d’une anthropologie fine ou d’une étude systématique de réseau.

9Le tableau ci-dessous rassemble quelques-unes de ces filières migratoires reconnues par la littérature sur l’émigration de Turquie. On remarquera dès l’abord qu’il s’agit souvent de filières ethniques minoritaires. Si on appliquait ici la classification d’Andrews (1989), croisant données linguistiques, religieuses et sociales sur les minorités de Turquie, en raisonnant par l’absurde, on pourrait dire que les 47 « groupes ethniques » recensés, forment autant de filières migratoires et autant de « diasporas » puisque plusieurs de ces groupes sont généralement qualifiés de « diasporique » (Arméniens, Juifs, Assyro-Chaldéens, Tziganes...) et que bien d’autres ont souvent un comportement semblable, à l’image des Tcherkesses, Tchétchènes et autres immigrés caucasiens. En fait, la situation est encore plus complexe puisque nombre de filières sont issues de groupes locaux appartenant à des entités plus étendues (Turcs, Turkmènes, Alévis, Kurdes...).

Tableau 4 : Quelques filières migratoires repérées et décrites dans la littérature sur l’immigration turque

Filière observée

Origine géographique/via

Sources publiées

Kazakhs de Paris et Cologne
(New York. Taibei)
(Arabie Saoudite)

Xinjiang via Pakistan (1948)
Anatolie centrale (1954)
Istanbul (1960)

Altay (1981)
Svanberg (1988 et 1989)
Svanberg in Andrews (1989)

Turkmènes de Schaerbeek

Emirdağ (Afyon)

De Briey (1977)

Turkmènes de St Chamond

Emirdağ (Afyon)

Timmermans (1994)

Koçgiri (Alévis de langue kurmancı) de Strasbourg et Stuttgart

Sivas via Ankara et Istanbul

GERIM » 1990)

Alévis de Reichshoffen

Hekimhan (Malatya)

Mairie de Reichshoffen (1995)

Turcs de Sainte Marie aux Mines. Sélestat

Tavas. Acıpayam (Denizli)

Kocher & de Tapia (1989)

Kurdes chaféites de Suède

(Botkyrka. Tensta. Rinkeby)

Cihanbeyli (Ankara)

Kulu (Konya)

Alpay & Sarıaslan (1984).
Köksal (1986)
Lundström (1991)

Tailleurs égéens du Sentier

Nazilli (Aydın)

Şalom (1984)

Kurdes berlinois et de Stuttgart

Malatya via Istanbul

Gökalp (1986) citant Gitmez & Wilpert

Assyro-Chaldéens de Berlin

Sud-Est (Mardin ?)

Gökalp (1986) citant Gitmez & Wilpert

Chaldéens de Sarcelles

Mardin-Tur-Abdin

Vieillard-Baron (1989)

Yézidis de Basse-Saxe

Sud-Est

BIVS (1991)

Arabes Nusayri en Allemagne

Hatay

Anschütz in Andrews (1989)

Arméniens d’Anatolie

Anatolie via Istanbul

Hovanessian (1986. 1992 et 1995) contribution de Tasmadjian (in rapport Green 1988)

Turcs/Kurdes de Dreux

Yeşilyazı (Tunçeli)

Coquart (1980). Şalom 1984

Turcs d’Angers-Trélazé

Léonard (1991)

Turkmènes de Bourgogne

İvriz (Karaman). Ereğli

Delyfer (1975)

Turcs sunnites de Dieppe

Erzurum. Ordu Kayseri. Konya. Nevşehir

Şalom (1984)

Turcs de Terrasson
(La Rochelle-Poitiers)

Yalvaç

Kastoryano (1986)

Süryani de Södertalje
(Suède)

Sud-Est
Tur Abdin

Köksal (1986 et 1994)
Svanberg (1995)

Turcs de Twente-Nederland

Denizli-Aydın

REMPLOD (1978)

Turkmènes de lAkdağ
(Allemagne-Pays-Bas)

Devecipınar (Yozgat)

REMPLOD (1978)

Leverkusen- Güçbir

Karakoçan (Elâzığ)

REMPLOD (1978)

Duisburg-Kırşehir
Kırşehir-Kervansa
ray

Kırşehir

REMPLOD (1978)

Turcs de Vierzon-Cher

Develi (Kayseri)

M. Somuncu. confirmé par Mairie de Vierzon (in Ma Mung Dir. 1996)

Grecs de Bozcaada à Bischwiller

Bozcaada

Selimanovski-GERIM (1990)

Sankt Augustin

Kulu

X. Gautier (1983)

Kurdes de Yeniköy à Göteborg

Yeniköy (Konya)

Engelbrektson (1982)

Kurdes de Mannheim

Erzurum

Schöning-Kalendar (1986). Bhatti (1981)

Chypriotes Turcs à Londres

Chypre

Coggins (1995).
Nielsen (1982)

Turcs de Stuttgart

Sürmene

Çetinsoy (1977, 1982)

Turcs du Québec

Tavas/Denizli

MCCI Québec (1991)

Arméniens du Québec

Mardin

MCCI Québec (1991)

Arabes de rite grec-orthodoxe
Chorweiler-Cologne

Antakya (Hatay)

Sachs (1993)

Turcs de Flers (Normandie)

Posof (Kars - Ardahan)

Gosselin (1994)

Turcs de Stockholm et Göteborg

Kulu (Konya)

Svanberg (1995)

Kurdes de Suède (Stockholm. Göteborg. Uppsala)

Svanberg (1995)

Alévis d’Uppsala

Maraş

Svanberg (1995)

Kazakhs de Västeras

Kazakhs de Turquie

Svanberg (1995)

Turcs de Göteborg

Cihanbeyli

Svanberg (1995)

Sources : elles sont indiquées dans la bibliographie générale, tableau établi par l’auteur.

  • 45 Le terme arabe ‘asabiyya (groupes de solidarité) qu’utilisent Seurat pour le Liban et la Syrie, Roy (...)

10On l’aura remarqué, le terme même de communauté est ambigu et sujet à discussion. La sédentarisation de filières, dont les bases peuvent être ethniques, religieuses, politiques, mêlées ou simplement d’appartenance locales (hemşehrilik) ou familiales (akrabalık) : au sens de famille étendue, parentèle, lignage...), n’amène pas l’émergence de communautés turques, mais de plusieurs groupes plus ou moins solidaires selon les circonstances, parfois même violemment opposés. Altan Gökalp préfère parler quant à lui de société segmentaire pour définir une société profondément divisée et hiérarchisée selon des clivages à la fois complexes et dynamiques. La communauté existe à divers degrés : le millet ottoman, communauté ethno-religieuse –millet musulman, juif [yahudî, musevî], chrétien orthodoxe [rum] interlocuteur du Sultan a localement une traduction spatiale, le cemaat, communauté religieuse habitant un quartier (mahalle). Mais au 19e et surtout au début du 20e siècle, ces millet explosent : les Chrétiens se subdivisent en Grecs orthodoxes, Arabes assyro-chaldéens, Arméniens –grégoriens, puis catholiques et protestants–, orthodoxes slaves qui créent des églises autocéphales ; les musulmans eux-mêmes se découvrent des clivages qui se creusent, entre Turcs et Kurdes, entre Sunnites et Alévis... Tout ceci n’est pas neuf et malgré tous les efforts de l’empire puis de la république pour créer un État-nation, on peut se demander si cette segmentation visible dans les domaines sociaux et politiques n’est pas en fait d’une nature proche de celle qui caractérise les sociétés arabes étudiées par Michel Seurat (1989)45. Dans un contexte fluctuant, la position des uns et des autres par rapport à l’État central, empire d’abord, république nationaliste ensuite, peut énormément varier : que l’on se réfère à Millet-i Sadika (la nation fidèle, citée en exemple de loyauté, pour caractériser les Arméniens !) ou au télescopage actuel des nationalismes turc et kurde.

11Ceci nous amène, à notre tour, à proposer une typologie des réseaux, en distinguant réseaux sociaux (identitaires, familiaux, d’appartenances ethniques, religieuses, politiques) et réseaux économiques (transports et circulation migratoire, information et télécommunications, commerces et entreprises), sachant que les passerelles sont fréquentes d’un réseau à l’autre.

3.2. Les réseaux sociaux

12Cet ensemble de « solidarités » repose sur des bases sociales solides : celles de la famille et du lignage, du monde rural et de l’Islam anatolien, urbain comme rural. De fait, la société turque traditionnelle, malgré une occidentalisation moins artificielle qu’il n’y paraît, a perduré au travers de multiples réseaux sociaux, à géométrie variable et souvent imbriqués dans la vie quotidienne. Chacun de ces réseaux peut animer une filière migratoire intérieure (exode rural, migration interne) aussi bien qu’extérieure (migration internationale). Un même individu peut appartenir à plusieurs niveaux successifs, selon son appartenance sociale, ethnique, religieuse, sa vie professionnelle... et de ce fait décliner plusieurs identités, de façon toute naturelle. Outre les travaux cités de Seurat, on peut dans un souci comparatif rapprocher ces constats de ceux de Roy (1994 ou 1997, entre autres références) pour le Tadjikistan en particulier et l’Asie centrale en général, de Digard et alii (1988 : Le fait ethnique en Iran et en Afghanistan).

3.2.1. Familles, lignages et solidarités locales

13C’est plus ici en termes de parentèle, de famille étendue, de lignage, qu’il faut raisonner. Le terme turc, akrabalık, d’origine arabe, (pluriel de karib, akraba, auquel s’ajoute le suffixe turc -lık) signifie liens du sang ou parenté par alliance ; il s’agit tout autant de liens de descendance que de groupes alliés. C’est l’ouvrage de Riva Kastoryano (1986 : Être turc en France : réflexions sur famille et communauté) qui le premier le fait connaître aux chercheurs français. Le monde rural et, avec l’urbanisation rapide, une partie très importante du monde urbain, se subdivisent en multiples communautés définies par leurs origines ethnolinguistiques et religieuses et plus généralement en communautés lignagères, qui peuvent parfois recouper la définition d’un quartier. Le mahalle (quartier urbain) est aussi fraction nomade ou d’origine nomade en habitat dispersé à la campagne.

14La confusion est fréquente entre le vocabulaire géographique et la terminologie sociale. L’oba, clan nomade dans certaines régions, est aussi hameau ou village dispersé, généralement composé de familles apparentées dans d’autres régions. L’alpage traditionnel nomade, semi-nomade ou villageois (yayla), se définit également par groupements apparentés. La communauté, cemaat, peut autant qualifier le quartier ou une population définie sur une base confessionnelle qu’une fraction nomade spécifique (Tunçdilek 1964a & b, Sözer 1972, Alagöz 1997, de Tapia 1997).

15Le second terme, hemşehri, composé d’un préfixe persan hem / même et de şehir / ville, agglomération, présente un sens plus géographique, d’originaires d’un même lieu, correspondant au vieux français pays. Hemşehrim pourrait se traduire par « mon pays », non pas au sens politique, mais bien au sens d’originaire du même pagus. Il n’est pas rare, lorsque la communauté rurale est d’origine nomade, que les hemşehri soient apparentés de près ou de loin, par le jeu complexe des alliances (Gökalp 1980, Cuisenier 1975).

16Les exemples peuvent être multipliés. L’important pour notre propos est bien que, d’une part, il existe tout un vocabulaire pour désigner ces niveaux de solidarité et que, d’autre part, ces phénomènes aient pu se transplanter en immigration (de Tapia 1995). Le mode de transplantation de ces groupes traditionnels d’importances très variables est connu : la pratique de contrats nominatifs et du recrutement sur listes d’attente, renforcée par le système turc de priorités (originaires de régions sous-développées, victimes de catastrophes naturelles) a permis les premiers regroupements communautaires (France, Belgique, Suède, Berlin...). Les pratiques successives du regroupement familial (après 1974) et de la sollicitation d’asile (après 1980) ont fait le reste. Les autorités des pays d’accueil, poussées avec des justifications parfois discutables par leurs patronats respectifs (Delerm 1967) ont ouvert une brèche où la société rurale anatolienne s’est empressée de s’engouffrer.

17Car en fait, ces réseaux familiaux (akrabalık) et locaux (hemşehrilik) qui souvent en recouvrent d’autres (tribaux, ethniques, religieux ou mixtes, ethno-confessionnels) fonctionnent de la même façon en émigration qu’en migration interne, en quartiers ethniques ou communautaires bien visibles dans la géographie des gecekondu (Kartal 1983), à la différence toutefois que l’espace d’installation à l’étranger est bien plus hétérogène (population locale et autres populations migrantes) et que, par conséquent, le groupe ne peut que s’insinuer dans les interstices en fonction des marchés locaux de l’emploi et de l’immobilier.

18En Turquie, les exemples de quartiers périphériques ou centraux défavorisés, lieux d’accueil des originaires de Sivas, Malatya, Erzurum, pour ne citer que quelques noms, ont été amplement étudiés par les Géographes comme par les Sociologues (Tümertekin 1997, Erder 1996, Pérouse 1997). L’exode rural amène la composition de quartiers parfois ethniques (quartiers kurdes, par exemple), parfois confessionnels (quartiers alévis), parfois peuplés d’originaires d’une région particulière, que dans le langage commun les habitants nomment quartier « XYZ » alors que son nom est différent, mais parce que tous savent que les habitants du quartier viennent de la région « XYZ ». On parlera alors de Sivas’lılar, Malatya’lılar ou Erzurum Mahallesi (quartiers des originaires de Sivas, Malatya, Erzurum) comme on parlerait des quartiers auvergnat, corrézien ou breton. Les immigrés, balkaniques ou autres, ont souvent connu les mêmes tendances (Tümertekin 1997, de Rapper 2000)

19S’il y a place en Europe pour les quartiers défavorisés ou regroupant des ménages à revenus comparables, ouvriers ou classes moyennes par exemple, voire pour des quartiers « ethniques » au sens d’une visibilité renforcée, comme le XIII° arrondissement parisien, facilement qualifié de chinois, Kreuzberg à Berlin, « Petite Turquie » à Paris, Strasbourg ou encore « Türkeby » (Rinkeby), dans la banlieue de Stockholm –Bischwiller au nord de Strasbourg, 8000 habitants dont 1000 Turcs, devenant par dérision Türkwiller–, il ne peut en aucun cas s’agir de ghettos ethniques ou ethno-confessionnels au sens classique et historique du terme ou dans le sens employé aux États-Unis. L’immigration turque peut être visible comme à Paris (quartier Strasbourg-Saint Denis) ou dominante (Kreuzberg à Berlin), jamais exclusive. Bien plus qu’en Amérique du nord, la cohabitation en Europe est inévitable.

3.2.2. Appartenances ethnolinguistiques : fait minoritaire et traductions en situation migratoire

20C’est sur cette base et sur celle de l’appartenance religieuse que l’on trouve les éléments de diasporas archétypales ou très proches du modèle initial (Juifs, Grecs orthodoxes, Arméniens, Assyro-Chaldéens...) qui sont à la fois minorités ethnolinguistiques et religieuses, ou Turkestanais qui ne sont minoritaires que dans le sens linguistique, puisque Turcs et sunnites ou encore Lazes et Kurdes, minoritaires ethniques, mais non religieux. De fait, pour le non initié, la situation apparaît nettement plus complexe encore, puisqu’on peut être kurde et alévi, kurde et yézidi, kurde et chaféite, mais aussi turc et alévi !

21Dans le cas des minorités ethnolinguistiques et religieuses (azınlık), vestiges d’anciens millet ottomans, l’émigration peut se transformer en véritable exode. D’ici peu de temps, Grecs et Arabes chrétiens ne seront plus qu’un souvenir en Anatolie, alors que les communautés juives ou arméniennes n’en finissent pas de s’éroder lentement (de Tapia 1993a, voir travaux sur les Assyro-Chaldéens de Yacoub ou Anschütz in Andrews 1989).

22Ces cas de figures sont nombreux : retour vers l’État-nation (Grèce, Israël), départ vers la diaspora (Israélites, Arméniens, Assyro-Chaldéens) avec reconstruction identitaire (Assyro-Chaldéens de Stockholm, Detroit, Californie ou Sarcelles, Yézidis d’Allemagne), extension des réseaux traditionnels sans rupture avec la société de départ (Lazes, Kazakhs) ou affirmation nette de la différence (Kurdes)... Généralement plus visibles, c’est bien ceux-ci que l’on retrouve dans le tableau n° 4.

3.2.3. L’islam turc en Europe

23Même majoritaire (dans ses deux versions : sunnite et alévi), l’Islam turc se subdivise en nombreux courants puisant leurs origines parfois très loin dans l’Histoire. Si le grand clivage chez les Turcs se trouve entre Sunnites de rite hanéfite et Alévis, chez les Kurdes, il se situe entre Chaféites et Alévis. On parle de plus en plus en Turquie et en émigration de l’émergence d’un islamisme kurde qui vient relancer le nationalisme, avec un soutien iranien (il existe en Turquie un mouvement dit Hizb’ullah) et d’une idée nouvelle d’Alevistan, mais sur une base ethnique a priori peu claire, les Alévis de Turquie pouvant être aussi bien kurdes que turcs (Dumont 1991). Née en Anatolie, basée à Munich et en cours de construction dans toute l’Europe, l’émergence d’une revendication nationale alévie, voire même zazağı –ce Zazağıstan, centré sur Erzincan, regrouperait les Kurdes alévis, locuteurs d’un dialecte propre, en opposition avec la majorité des Kurdes turcs, de langue kurmancı, sunnites ou alévis ( !) aussi bien qu’avec les Turkmènes alévis–, est inquiétante dans sa nouveauté, préfigurant peut-être une dérive de type yougoslave.

  • 46 L’expression « Islam transplanté » est consacrée depuis les travaux en Belgique de Bastenier et Das (...)

24Sur ce niveau lié au rite (mezhep) et à l’hétérodoxie vient se greffer celui des confréries (tarikat) lui-même fortement teinté de politisation et d’idéologie moderniste. On commence, avec les travaux réalisés en Allemagne (Bozarslan, Vöcking, Kreiser, Bingemer) et en France (Bozarslan, Weibel, Nebioğlu, Frégosi) à comprendre les logiques de mouvements qui mêlent religiosité et refuge identitaire, politisation sur les bornes du champ migratoire que sont pays d’accueil et pays d’origine. Là aussi, il y a transplantation de Turquie vers l’extérieur des réseaux traditionnels, mais avec une adaptation nette aux nouvelles conditions de vie en émigration46.

25Intitulé « les organisations politiques de droite et religieuses turques en RFA », le tableau présenté par Ural Manço est probablement la synthèse la plus claire des grands courants politico-religieux de l’émigration turque (in A. Manço & U. Manço 1992 : 268-270). Mais nous dit une note, pas moins de 125 organisations mineures sont encore présentes en Allemagne. À partir de bases et de points d’ancrage situés à Cologne (DİTİB-Diyanet İşleri Türk İslam Birliği, Union Turco-Islamique des Affaires Religieuses liée au ministère de tutelle, le Cabinet du Premier Ministre, AMGT (Avrupa Millî Görüş Teşkilâti : Organisation de la Vision Nationale en Europe ; nationale au sens de confessionnelle), VIKZ (Islamische Kultur Zentrum : süleymanci), İCCB (İslam Cemaatleri ve Cemiyetleri Birliği : kaplancı, Union des Communautés et Associations Islamiques), de Francfort (ADÜTDF-Avrupa Demokratik Ülkücü Türk Dernekleri Federasyonu, en abrégé, Türk Federasyonu), d’Ankara ou Istanbul, quand il s’agit d’organisations liées à un parti politique, mais aussi de Berlin ou de Munich, quand il s’agit de nationalistes panturquistes ou d’Alévis (AABF-Almanya Alevi Birlikleri Federasyonu), les réseaux politico-religieux se déploient sur toute l’Europe (NRW 1994, U. Manço 1997).

  • 47 Nous avons pu assister à Strasbourg en 2000 au 4e Congrès Azéri mondial, avec des délégués venus d’ (...)

26L’ensemble des observations de l’islam turc, mais aussi du nationalisme (y compris les rares manifestations du panturquisme) insiste bien sur le caractère transnational des réseaux, centrés évidemment sur l’Allemagne, mais en relations constantes avec la Turquie. Le fait nouveau, encore relativement mal cerné, est celui du raccord de plus en plus fréquent avec d’autres groupes turcs présents en Europe : Turcs chypriotes en Grande-Bretagne, Turkmènes d’Irak au Danemark et en Allemagne, Turcs de Bulgarie en Suède, Azéris en Allemagne et en France (il existe à Strasbourg deux associations azerbaïdjanaises, l’une turque, l’autre iranienne)47, Kazakhs et Ouzbeks à Paris et en Allemagne (Berlin et Cologne) par le biais de rencontres, de manifestations communes, de conférences... (Antakyalı 1992, Copeaux 1992). Tous ne sont certes pas des islamistes militants ou extrémistes et ces derniers sont d’ailleurs divisés tactiquement et idéologiquement sur plusieurs sujets, dont l’intégration en Europe et l’entrée de la Turquie dans la CEE (Groc 1989) ou plus tard l’Union Européenne. La prudence en matière d’interprétation est de règle, d’autant que les travaux récents sur ce sujet montrent la grande fluidité du phénomène, influencé autant par l’évolution interne turque que par les relations internationales ou les effets propres à l’immigration sur un champ géographique fort vaste.

Tableau 5 : Mouvements islamistes, fondamentalistes, nationalistes turcs en Europe (selon Altay et Ural Manço, 1992)

Tendances

Organisation

Lieu, date de fondation

Activités contrôlées

Activités (estimation)

Affiliés (nombre)

Implantations (Belgique)

LES MOUVEMENTS ISLAMISTES (*)

Organisation gouvernementale pour la gestion du culte islamique dans l’immigration

Union turco-islamique du Directorat des Affaires Religieuses (DİTİB)

Cologne 1982

700 mosquées

9000 imams et enseignants en Allemagne

350 000 (chiffre officiel)

La quasi-totalité des mosquées turques de Belgique

Islamisme populiste et pragmatique

Organisation de la Vision nationale en Europe (AMGT)

Cologne (1974)

300 associations et 147 mosquées

15 000

85 000

Bruxelles, Liège, Charleroi, Gand, Anvers, Limbourg

Islamisme révolutionnaire khoméïniste (ICB)

Union des Communautés Islamiques

Allemagne (1983)

45 associations

800

5000

Présence insignifiante

LES CONFRÉRIES ISLAMIQUES (TARİKAT)

Süleymancı

Union des Centres Culturels Islamiques (IKMB)

Allemagne (1973)

270 associations et 150 mosquées

20 000

60 000

Nurcu

30 associations

800

5000

Nakşibendî

Allemagne (1984)

55 associations

LA DROITE ET LEXTRÊME-DROITE

Conservateurs de centre-droit

Hür Türk Proche du CDU et du parti turc de la Justice

Allemagne (1977)

63 associations

14 000

Pas d’implantation

Nationalistes fascisants du Parti du Travail Nationaliste (MCP/MHP)

Fédération turque (Türk Federasyonu)

Francfort (1979)

Bruxelles. Liège. Charleroi. Gand. Anvers. Limbourg

Nationalistes fascisants - islamisants du Parti de la Mère Patrie (Anavatan)

Union des Associations de culture islamique (TlKDBl

Allemagne (1987)

90 associations

1500

2500

Bruxelles.Liège. Charleroi. Gand. Anvers. Limbourg

(*) Sont également recensées, environ 125 autres organisations ou associations politiques islamistes de moindre importance.

Sources : Rapport annuel du Ministère fédéral de l’Intérieur sur la “Défense de la Loi Fondamentale” (enquête de sécurité intérieure), Bonn, 1992, cité par Cumhuriyet Hafta du 3/9, 4. 1992. Istanbul ; D. ÖZGÜDEN (1988), tableau composé par Altay et Ural MANÇO (1992).

3.2.4. Appartenances politiques

27La droite turque, dans ses composantes islamistes, conservatrices, nationalistes, voire panturquistes, est bien présente en Europe, surtout par le biais de l’appartenance à des mouvements religieux. La limite entre religion et politique est floue. La gauche et l’extrême-gauche ou encore le nationalisme kurde sont bien sûr tout aussi présents. Si More (1985) décompte au moins 60 mouvements kurdes, originaires de Turquie, d’Iran, d’Irak et de Syrie, c’est pour en situer la majorité en Europe, avec des pôles affirmés tels que Paris, Berlin ou Stockholm. Rigoni (2001 : 324-330, tableau 29) décompte 73 éditions de journaux kurdes en Europe, toutes tendances confondues et, souligne-t-elle, le tableau n’est pas exhaustif. L’Europe, terre d’exil et de refuge pour les opposants déjà au 19eme siècle, sert aussi de base de repli pour les mouvements politiques ou syndicaux en conflit avec Ankara, mais tous les émigrés ne sont pas des opposants. En d’autres termes, la quasi-totalité de l’échiquier politique est présente en émigration, depuis l’opposition la plus brutale (comme le PKK, en kurde Partiyâ Karkeren Kurdistan / Parti des Travailleurs du Kurdistan) jusqu’aux groupes les plus proches du pouvoir (TİDKB-Union des Associations de Culture Turco-Islamiques liée à l’ANAP-Anavatan Partisi, parti de la Mère Patrie du Président Özal) ou Hür-Türk lié au DYP-Doğru Yol Partisi (Parti de la Juste Voie) du Premier Ministre Demirel, entre temps élu Président).

28Les oppositions de droite (Ülkücüler liés au MHP-Millî Hareket Partisi : Parti d’Action Nationale longtemps dirigé par Alparslan Türkeş, à la base de Türk Federasyonu, devenue plus tard composante importante du gouvernement de coalition présidé par Bülent Ecevit, Kaplancılar fondé par l’imam khomeiniste Cemaleddin Kaplan) comme de gauche (TKP communiste, mouvements gauchistes comme Dev-Yol, Dev-Genç, TİKKO et bien d’autres...), syndicats proches du marxisme comme la confédération DİSK (Confédération des Syndicats Ouvriers Révolutionnaires) se sont recomposés en Europe après 1971 ou après 1980 en attendant le retour du pays à une plus grande démocratie ou à des conditions plus favorables. Rigoni (2001), partant des travaux d’Ertekin Özcan, décrit 17 organisations pro-soviétiques actives en Europe, souvent restructurées ou nées en immigration. Le même auteur (2001 : 141-146) expose la stratégie du MHP qui, d’une part, crée des filiales en Europe (ATF en Allemagne, FÜDF en France, BÜTDF en Belgique, HTF aux Pays-Bas, AÜTDF en Autriche, İÜTDF en Suisse) coiffée par une organisation centralisée au sein du parti, d’autre part esquisse un rapprochement avec les « Turcs de l’extérieur » (Dış Τürkler) que sont –que seraient– les Azéris, les Bosniaques, les Turcs de Grèce ou de Bulgarie, présents eux aussi en Europe par le biais de l’émigration ou de la sollicitation d’asile. À l’extrême droite également, Fulya Atacan (1993) peut ainsi parler de migration sacrée (kutsal göç), référence à l’Hégire, pour qualifier le regroupement en Allemagne des partisans de Cemalettin Kaplan, par ailleurs bénéficiaire, jusqu’à son décès, d’un statut de réfugié politique comme son modèle, l’Ayat’ollah Ruhullah Khomeini !

29Ces mouvements politico-associatifs traduisent à la fois les soubresauts de la vie politique du pays d’origine et la distance mise par les émigrés entre eux et le même pays d’origine. Le discours d’AMGT, aujourd’hui IGMT, sur l’intégration en Europe des travailleurs musulmans mérite une attention soutenue.

3.3. Les réseaux économiques : la logistique de la circulation migratoire

30La circulation migratoire, ensemble de déplacements entre les différents points nodaux du champ migratoire, a fait naître une véritable économie des transports liée à l’émigration (de Tapia 1993a), d’abord exogène, puis de plus en plus dépendante du pays d’origine et progressivement investie par les migrants devenus acteurs économiques (transporteurs ou surtout prestataires de services). Dans le cas turc, nous l’avons déjà évoqué, pas moins de 80 avions, 5000 camions, 900 autocars, un certain nombre de trains, de car-ferries et de navires transrouliers étaient en 1992 susceptibles d’être alignés pour la desserte de l’Europe Occidentale, du Moyen-Orient et de la CEI, des villes industrielles aux chantiers de travaux publics. S’y ajoutent les véhicules possédés par les émigrés à l’occasion de retours saisonniers ou irréguliers en Turquie et bien entendu l’ensemble des prestataires étrangers présents sur le marché des transports entre Turquie et zones d’immigration. Aujourd’hui, 74 aéroports internationaux en tenant compte des lignes THY, ainsi qu’une vingtaine de ports, sont desservis régulièrement et directement par des prestataires turcs. Si l’on ajoute les opérateurs étrangers, ces chiffres sont bien plus importants. Des lignes régulières d’autocars desservaient Paris, l’Alsace, la Lorraine, Lyon, l’ensemble de l’Allemagne, de la Suisse et de l’Autriche, Pays-Bas et Belgique en toutes saisons, mettant en rapport constant territoires d’immigration et d’origine (ministère turc des Transports 1991) ; ce mode de transport a depuis régressé. C’est cette réalité, pratiquée par de nombreuses catégories de migrants, de toutes origines, mais passant souvent inaperçue par sa fluidité même, qui se doit d’être soulignée, d’autant que, parallèlement, l’offre télévisuelle et radiophonique satellitaire, tant interne qu’internationale, n’a cessé de croître (de Tapia 2000a, 2000b).

31Postes et télécommunications forment une deuxième catégorie de réseaux, peu visibles et peu matérialisés. Rappelons ici simplement que les PTT turques, jusqu’à la création en 1992 d’un nouvel établissement nommé Türk Telekom (téléphonie, télédiffusion, télématique), géraient les services classiques des trafics internationaux : courrier, colis, téléphone, télex, fax... mais aussi que depuis 1990 des programmes télévisés turcs sont aisément captés en Europe grâce à la transmission par satellite (Eutelsat IF-4), puis par le programme Türksat avec un premier lancement en août 1994. Ces programmes, qui ont motivé l’installation d’artisans spécialistes du montage d’antennes paraboliques et l’achat par les familles immigrées de nombreux équipements, comprennent un programme public (TRT-International, TRT Avrasya), un programme radiophonique (TRT-Türkiye’nin Sesi ou la Voix de la Turquie), un programme éducatif (téléenseignement à partir de l’Université d’Eskişehir : Açık Öğretim Fakültesi) et plusieurs programmes privés (en 1994 : Show TV, TeleOn, Interstar, Kanal 6, HBB ; début 1996 : Euroshow, version nouvelle de Show TV, destinée à l’émigration en Europe, Kanal D, ATV, Star, TGRT, Kanal 7). Les téléspectateurs ont depuis vu l’offre de programmes à connotation religieuse largement s’étoffer, tant en Turquie avec transmission satellitaire (de Tapia 2001a) que sur le câble à Berlin (Jonker 2000). [Fig. 5 : Exemple de programme télévisé quotidien : le 28 septembre 1993, Milliyet]

32Ceci nous amène tout naturellement à évoquer la vidéo et la télévision câblée très utilisées en Allemagne et aux Pays-Bas, et au-delà dans toute l’Europe –à la notable exception de la France– pratiquées dès que possible par les réseaux politiques, de droite comme de gauche (Frachon & Vargaftig 1993, 1995 pour l’édition britannique revue et augmentée). Un commerce actif de vidéocassettes, souvent produites à Berlin, et distribuées par des vidéoclubs dans toutes les zones d’immigration turque s’est instauré : les Pays-Bas en comptent au moins 37 en 1990/91 selon le Guide des Commerçants et Organismes Turcs des Pays-Bas (Sıla Rehberi 1991). Le même guide en annonçait 42 dans l’édition 1989. La Suisse en comptait au moins une dizaine en 1992.

33Le câble a permis l’émergence de télévisions locales souvent autonomes et peu contrôlées : Berlin en comptait trois : TD1-Türkisch-Deutsch 1, ATT-Avrupa Türk Televizyonu, BTT-Berlin Türkiyem Televizyonu, Londres une, ART-Anadolu Radio Television ; AMGT a évidemment créé sa chaîne : TFD-Türkisches Fernsehen in Deutschland (Frachon & Vargaftig 1995). L’offre berlinoise a depuis explosé : Gerdien Jonker (2000) y décrit pour la fin du siècle une vingtaine de chaînes turques.

  • 48 Tercüman, un moment disparu, vient de réapparaître, avec une édition européenne et une ligne éditor (...)

34La presse écrite tient une large place dans la vie quotidienne des familles immigrées, peut-être moins en raison de sa qualité que de son don d’ubiquité, reflet du sens pratique indéniable déjà relevé dans les transports. À partir de Francfort sont disponibles les quotidiens Hürriyet, Milliyet, Tercüman, Millî Gazete, Türkiye et les hebdomadaires Cumhuriyet Haftaou Hafta Sonu, des suppléments pour les femmes. Günaydın et Sabah ont entre-temps disparu des kiosques48. Le fait remarquable est que, imprimés et diffusés à partir de la banlieue de Francfort, ils sont disponibles le jour même ou avec un jour de retard jusque dans l’Ouest de la France (par exemple, Poitiers, La Rochelle, Terrasson, Laigle, Flers, Angers...) sur des sites qui ne comptent guère que quelques dizaines de familles. Ces éditions « européennes » reprenant l’édition nationale, mais avec des rubriques ou des pages spéciales centrées sur l’émigration et les informations en Europe et de nombreuses publicités et petites annonces (artisanat et commerces, transports de personnes et de marchandises, équipement des ménages et de magasins... Zentrum für Türkeistudien 1994). On saura immédiatement en Allemagne ou en Suède si une opération de régularisation a été décidée en France (1973, 1981) ou en Italie (1991) ou si un fonds de commerce est mis en vente à Niort ou à Cholet !

35Ceci suppose un réseau d’informateurs et de bureaux de liaison implantés dans toute l’Europe, dans les capitales et les principales zones de résidence de l’émigration. Tirant à environ 200 000 exemplaires en 1988 (ZfTS 1988 et 1991), les quotidiens oscillent aujourd’hui autour de 250 000/ 350 000, tirages selon l’actualité du moment, pour une population de référence de 2 536 000 personnes, enfants compris, ce qui doit être souligné. Ce réseau d’information écrite est encore renforcé par les initiatives locales (associatives, caritatives, syndicales, consulaires, commerciales...) qui, avec plus ou moins de bonheur et de constance, créent des journaux, bulletins, lettres d’information à l’usage des communautés localisées.

36Dans le domaine politique, on pourrait citer de nombreux titres engagés, à droite comme à gauche, en turc et en kurde, diffusés à partir de Berlin, Cologne, Paris, Stockholm, Bruxelles... Dans le domaine commercial, on pourra citer l’expérience à Paris de Papağan (le Perroquet), journal d’annonces gratuit tiré à 50 000 exemplaires mensuels et diffusé en France depuis plus de quinze ans (18 ans en 2004 !). Ce n’est d’ailleurs pas un cas isolé ; Divan et Avrupa Reklâm offrent le même service pour la France. Quelques publications de même nature n’ont qu’une envergure régionale et connaissent un succès relatif, comme Yo-Yo, Türkiyem à Strasbourg, vite disparus, Leylek – La Cigogne (petites annonces islamiques et islamistes, avec une rubrique matrimoniale pour le moins originale et une cogestion turco-maghrébine), Kilim apparue en 1995, toujours à Strasbourg. La publication d’annuaires, de guides par ou pour les commerçants est relativement courante (par exemple Sıla Rehberi aux Pays-Bas, le Guide de l’Exil ou de la Nostalgie, expression difficilement traduisible, proche par son sens de gurbet, est un annuaire des commerçants, artisans, associations, administrations, mosquées turques des Pays-Bas, ou Bizim Rehber [Notre guide] à Paris, édité en 1995). On pourra de même citer des bulletins d’informations sur la création d’entreprises en Turquie, comme Gelişim, cogéré par les Administrations turques et allemandes.

37Avec ces divers réseaux (transports routiers, aériens, maritimes, informations sur supports écrits, télévisés, et évidemment radiophoniques et téléphoniques que nous ne développons pas ici), nous sommes en présence d’une véritable logistique de la présence turque en Europe. Elle n’a pas été uniquement mise en place pour répondre aux besoins de l’émigration –les transports, par exemple, auraient existé sans l’émigration, mais c’est bien l’émigration qui a accentué leur développement avec les vols charters pour émigrés, la liaison car-ferry Venise-İstanbul/Antalya– et qui utilise ces réseaux et dans de nombreux cas les investit (agences de voyages, journaux d’annonces, radios locales, de Tapia 1993b).

3.3.1. Ethnic business, helâl business : l’espace migratoire comme ressource

38À la suite de travaux menés sur la présence turque à Berlin, citons par exemple ceux de Wilpert & Gitmez (1987) ou de Blaschke & Ersöz (1991), l’image de commerces florissants très liés au communitarisme ethnoreligieux turc et à ses aspects politico-idéologiques s’est imposée. Altan Gökalp ou Nadine Weibel emploient l’expression helâl business, calque de l’expression américaine d’ethnic business pour qualifier ces sociétés agglomérant épicerie, boucherie halal, agence de voyages (vers la Turquie, la Mecque...), lieux de culte, diffusion de presse et de vidéo politisée...

39Vaste sujet sur lequel nous nous contenterons de quelques idées générales. Hormis l’Allemagne et les Pays-Bas où la littérature est déjà abondante, l’économie immigrée turque d’Europe, formelle et informelle, n’a pas suscité de recherche générale. On peut cependant à partir des travaux du Zentrum für Türkeistudien ou du Berliner Institut für Vergleichende Soziologie et des rapports du ministère turc du Travail et de la Sécurité Sociale (YİHGM) tirer quelques conclusions d’ensemble. Au début des années 1990, les commerçants, artisans et indépendants sont au moins 44 000, répartis comme suit :

Tableau 6 : Répartition des chefs d’entreprise turcs en Europe (1993)

Allemagne

33 000

Estimation ZfTS (Şen)

France

5100

Recensement 1990. INSEE

Belgique

8/900

Estimation A. Manço *

Danemark

500

Estimation YİHGM

Pays-Bas

2400

Estimation YİHGM **

Grande-Bretagne

2500

Estimation ZfTS (Şen)

Suisse

464

Sıla Boekhaendel Suisse

(*) Selon le ministère belge des Classes moyennes, 1367 détenteurs de cartes de professions indépendantes, (**) 1121 indépendants selon le guide Sıla Boekhaendel

40À titre de comparaison on peut également citer pour l’année 2002 celui de 3226 entrepreneurs en Australie, sur des créneaux proches des activités européennes (restauration et take-away –l’inévitable döner kebab !–, artisanat de service, bâtiment, taxis... voir : www.taob.com.au, site de Turkish Australian Online Business).

41La vitalité et la démographie de la création d’entreprise dépend à la fois de l’implantation turque (marché captif, au moins au départ), de son ancienneté (55 professions recensées en Allemagne, 40 aux Pays-Bas, environ 45 en France en 1995) et des conditions économiques locales (confection à Paris, Londres ou Berlin, agences de crédit et d’assurances en Suisse, bûcherons dans l’Ouest et le Centre de la France, bâtiment dans l’Est, import-export à Munich et dans la Ruhr...).

42Pour la fin de la décennie 1990, le Centre d’Études Turques estime le nombre d’entreprises d’origine turque à 62 100 unités pour les quinze pays de l’espace économique européen. Ces entreprises, pour les huit principaux pays d’immigration turque, représenteraient au moins onze milliards et 700 millions de DM d’investissements, un chiffre d’affaires de plus de 50 milliards de DM, 256 900 emplois (Şen, Ulusoy & Öz 1999).

Tableau 7 : Répartition des chefs d’entreprise turcs en Europe (1997)

Pays

Entreprises

Investissement (millions DM)

Chiffre daffaire (millions DM)

Emplois

Les « Quinze »

62 100

Belgique

1500

217

882

4600

Danemark

500

79

315

1600

Allemagne

47 000

9540

41 360

206 000

France

4700

659

2627

16 200

Pays-Bas

4300

732

2816

14 400

Autriche

3000

404

1803

10 600

Suède

300

36

165

1000

Grande-Bretagne

700

123

467

2500

Autres

100

Source : Şen, Ulusoy & Oz, Zentrum fur Türkeistudien 1999, Istanbul, Cumhuriyet

43Au-delà de ces généralités, qui ne démarquent probablement pas les Turcs d’autres courants migratoires –on retrouve les mêmes tendances vers l’ethnic business au départ, avec une banalisation de plus en plus grande par la suite–, il semble pourtant que se dégagent deux originalités (qui restent à vérifier plus sérieusement) :

44L’implantation européenne des réseaux commerciaux, avec des nœuds de concentration –distribution en provenance de Turquie : Milan, Munich, Cologne, Francfort, Strasbourg, et des lieux de fabrication– distribution des produits turcs d’Europe : Berlin, Paris, Stockholm, Stuttgart, Bruxelles. Une véritable étude des circuits commerciaux reste toutefois à réaliser. Une première série de relevés établie à Strasbourg chez des détaillants et un grossiste possédant sa propre surface de vente et ses circuits de distribution dans le nord de la France, complétée par le relevé de publicités pour des produits alimentaires dans les quotidiens turcs de Francfort permet toutefois de se faire une première idée des circuits d’approvisionnement. Ceux-ci mobilisent la Turquie et les Balkans, comme le montre une enquête du Zentrum für Türkeistudien pour TÜSIAD (1988), mais aussi Allemagne, Danemark, Suisse, Belgique et Pays-Bas. L’Allemagne produit charcuterie industrielle helâl et fromages, le Danemark surtout du fromage, la Belgique des spécialités pâtissières et confiseries. Conserves et semi-conserves sont conditionnées en France, Allemagne, Turquie... mais les approvisionnements ne dédaignent pas le Maghreb, la Chine, Taiwan... en fonction du marché !

45La dimension « communication » de l’ensemble du phénomène commercial, dont une part importante est tournée vers le voyage et les transports, l’audiovisuel (radio, TV, vidéo...), les supports écrits (librairie, édition, presse). Une sous-partie de cette dimension est due sans conteste à la barrière linguistique existant entre la langue turque et les langues des pays d’accueil, faisant la fortune de multiples intermédiaires : traducteurs-interprètes, conseils juridiques, voire même auto-écoles. [Fig. 6 : Publicité alsacienne pour antenne satellitaire].

3.3.1.1. Épargne des migrants et économie turque

46Aujourd’hui, les remises des migrants ont très largement perdu leur importance dans les équilibres budgétaires nationaux (revenu national, produit national brut, balance des paiements...). Depuis quelques années, les montants déclarés oscillent entre 2664 millions US$ (1994) et 4229 millions (1997). La moyenne annuelle tourne autour de trois milliards de dollars. En comparaison, les revenus du tourisme international ont varié entre 2654 millions (1991) et 7002 millions (1997), ceux des exportations (FOB free on board) entre 12 959 (1990) et 26 245 millions de dollars (1997), tandis que le commerce « à la valise » (petty traders, shuttle trade) atteignait 8842 millions US$ en 1996 (Annuaire statistique DİE 1998). Le temps est loin où les remises des migrants pouvaient à elles seules combler le déficit de la balance des paiements (1972 et 1973).

47Mais en réalité les remises des migrants (işçi dövizleri) ne sont plus le seul titre de la balance des paiements où les effets de l’émigration peuvent être décelés : agences de voyages et voyagistes (tour operators) drainent vers la destination Turquie des centaines de milliers de touristes, aussi bien Turcs d’origine qu’étrangers –de grandes agences turques de voyages sont apparues en Allemagne, en France, aux Pays-Bas– sociétés d’import-export qui travaillent préférentiellement avec la Turquie et distribuent leurs produits dans les boutiques et magasins européens. Les routes du commerce turc sont connues à travers les Balkans, la Méditerranée, la mer Noire et l’Europe orientale. La localisation des pôles de distribution en Allemagne (Munich, Cologne, Berlin...), Italie (Milan), France (Strasbourg, Paris, Lyon) est également étudiée, mais s’il est certain que la circulation migratoire renforce les trafics commerciaux et touristiques internationaux au bénéfice de l’économie turque, il est très difficile d’approcher les réels impacts économiques de l’émigration sur cette économie.

3.3.1.2. Migration internationale et mobilité sociale

48L’on sait que la grande majorité des immigrés de la première génération était généralement peu ou pas qualifiée, mais avec toutefois de grandes variations d’un pays d’immigration à l’autre : si la France a par exemple recruté des agriculteurs sans qualification dans les régions marginales de l’Anatolie, l’Allemagne a au contraire organisé la venue de travailleurs relativement qualifiés. Ainsi les enfants de ces migrants, à la seconde, voire à la troisième génération, reproduisent trop souvent les schémas de leurs parents et connaissent parfois de grandes difficultés pour s’insérer dans l’activité économique européenne, elle-même en pleine mutation. Chômage, bas salaires, bas niveaux de qualification sont des problèmes souvent rencontrés par les jeunes d’origines étrangères un peu partout en Europe. Mais une partie d’entre eux accède à l’Université et à l’enseignement supérieur, obtient qualification et diplômes. Une part non négligeable de la première génération, pour des raisons très diverses, est entrée dans le processus de création d’entreprise en Europe, d’abord dans les grandes cités allemandes, puis en France, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Grande-Bretagne. Il est aujourd’hui possible de rencontrer des universitaires d’origine turque et souvent des chefs d’entreprise dont certains ont connu des success-stories pour le moins intéressantes.

3.3.1.3. « Le non-retour à l’industrie, trait dominant de la chaîne migratoire turque » (Nermin Abadan 1972)

49Dès 1972, Nermin Abadan critiquait dans la revue française Sociologie du Travail l’idée du retour des ouvriers turcs vers le secteur productif, en particulier industriel, après avoir migré en Europe. L’auteur, qui avait entrepris dès les années 1960 l’étude des conditions d’insertion des travailleurs en Allemagne, pensait que la théorie de la chaîne migratoire (migratory chain) mise en avant par les experts de l’OCDE n’était pas réaliste, avant tout pour des raisons liées à la sociologie turque (origines rurales de la plupart des émigrés) et que ceux-ci préféreraient investir les secteurs indépendants non productifs (immobilier, commerce, hôtellerie et restauration, transports...). Les travaux publiés par Toepfer (1980, 1981, 1983, 1986), Gökdere (1978) et Gitmez (1983) ont montré la véracité et la justesse de ce jugement. Mais ces études montrent aussi le poids des conditions locales et des niveaux régionaux de développement : les retours ont pu être relativement productifs à Bursa ou Antalya, provinces dynamiques de l’ouest anatolien, très peu positifs à Kirşehir (Gitmez 1983) ou Sinop (Yılmaz 1992), totalement improductifs sinon stériles à Erzurum (Kozak 1979).

3.3.1.4. Typologie d’entreprises

50La Turquie, à l’instar du Mexique, est probablement le pays le plus étudié en matière de retombées des migrations internationales. Le caractère massif de l’émigration –bien plus de trois millions d’émigrés, plus de cinq en comptant les retours–, l’usage rapide et en constante augmentation des réseaux sociaux et économiques (Wilpert 1992), la superficie des champs migratoires, ont poussé un grand nombre d’auteurs à travailler sur les problématiques de l’émigration dans les deux cas. Si l’on ne retient que les références présentées par le Zentrum für Türkeistudien (Essen) et YİHGM, les chiffres de 67 340 à 73 110 entreprises peuvent être avancés pour l’Europe (sans la Suède, la Norvège, la Finlande...), l’Australie, l’Amérique du Nord. Ceci inclut les Chypriotes turcs de Grande-Bretagne, mais non les 13 700 entreprises des pays arabes (rarement décomptées comme turques en raison du régime local de la kafala) ou le millier d’entreprises d’Asie centrale, en rapide augmentation (Balcı & Buchwalter 2001, TİKA, Eurasian File, passim).

51En réalité, donner une image précise et cohérente de l’entreprise turque émigrée n’est pas facile. Quel est le point commun entre le bûcheron indépendant du Limousin français, le coiffeur ou le boucher illégal mais toléré d’Arabie Saoudite vivant sous le régime de la kafala, le grand nombre de vendeurs de döner kebab (type Imbiss Kiosk en Allemagne) en Europe ou en... Australie, le commerçant ambulant des marchés français, le restaurateur de Paris, Berlin, Francfort... ou Tachkent, le voyagiste et le transporteur aérien comme Marmara (France), Avrupa, Öger Türk Tours, Reca Handels (Allemagne) ? Les listes sont aujourd’hui très variées, à l’image de ce que propose Internet (par exemple : www.turkindex.com, www.telerehber.com, www.firmabul.de). Entre les chômeurs qui ont investi leurs économies dans un modeste kiosque à sandwiches et döner ou pour un étal de fruits et légumes sur un marché et les propriétaires de compagnies aériennes comme Vural Öger, Hamdi Öztürk ou Selahettin Yetmişbir, la différence est grande et le seul point commun est une origine turque, peut-être aussi une grande faculté d’adaptation et l’esprit d’entreprendre. Certains d’entre eux sont devenus de véritables hommes d’affaires, investisseurs industriels, parfois à cheval sur les deux espaces, Allemagne et Turquie, à l’image de ces autres entrepreneurs décrits par Doğan Pürsün (1998) ou Osman Söyler (1992) et plus récemment Tozanlı & Ersoy (2000) : Kemal Şahin (1690 employés sur des sites en Allemagne et Turquie), Burhan Öngören et Erdoğan Yüksel (épicerie et filière viande, sous la marque Egetürk), Hüseyin Kuru (épicerie Marmara GmBh, 120 employés), Recep Keskin (centrales à béton)... L’immense majorité de ces entreprises reste malgré tout une petite, ou même une « micro-entreprise » (restaurant, atelier de confection, épicerie, chauffeur de taxi, bûcheron, traducteur, aide-comptable, marchand de fruits et légumes ou baraque de döner kebab...). Contraintes ou opportunités locales sont souvent décisives : ainsi le Limousin compte de nombreux bûcherons indépendants, mais pas l’Alsace où la forêt est bien plus étendue, mais où le régime forestier est différent (forêts communales ou domaniales plus que privées). Si l’Australie ou le Canada semblent partager des traits communs avec l’Europe, ce n’est plus le cas aux États-Unis ou en Arabie Saoudite en raison de structures des marchés très différentes. Mais très clairement, les entrepreneurs turcs ont un sens aigu de l’adaptation aux conditions locales : marchands de souvenirs sous le Château de Prague, ils sont boulangers à Sofia ou Bucarest.

52Les entrepreneurs turcs européens sont relativement bien organisés. Ils possèdent leurs journaux d’annonces (comme le parisien Papağan), sont présents sur le web à différents niveaux, annuaires comme türkindex-telerehber ou firmabul, sites d’entreprises, éditent des guides, comme Sıla Rehber aux Pays-Bas, ont fondé de nombreuses organisations, associations, chambres, professionnelles. On citera pour l’Allemagne : ATIAD (hommes d’affaires et industriels), TÜDET (textile et confection), TIDAF, ATID, CDTG (hommes d’affaires), TITAB (transporteurs internationaux), ATDID (exploitants et fabricants de döner kebab), VTR (voyagistes et agents de voyages), ATMB (bâtiment et travaux publics), Türkimport (épiciers et grossistes), TDU, CDTU et DTV (patronat). Aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne (avec les Chypriotes turcs), en Suisse, en Autriche, les patrons turcs immigrés suivent le modèle allemand, mais la France semble sur ce point très en retard.

3.3.1.5. Les Turcs, le retour et la création d’entreprise

53Le principal intérêt de la plupart des organismes internationaux qui ont étudié les conditions de la création d’entreprise dans le cadre des retours définitifs dans les pays d’origine résidait dans l’idée développée par l’OCDE sous l’expression de « chaîne migratoire ». Durant les années 1970 et particulièrement sous l’effet de la crise économique déclenchée par les chocs pétroliers (1973-1974), s’impose l’idée, même en France où elle n’est pas vraiment ancrée, de la migration alternante qui doit amener les migrants à retourner dans leurs pays. Le savoir-faire acquis en Europe doit permettre un retour productif au niveau individuel, un développement économique au niveau collectif. Ceci explique la littérature abondante produite par l’OCDE, le Conseil de l’Europe, les projets REMPLOD, ISOPLAN et CIM, aux Pays-Bas et en Allemagne, visant la Turquie, la Tunisie, le Maroc ou le Mexique, plus rarement la Yougoslavie, le Portugal, la Grèce et l’Algérie. L’actuelle réflexion sur le codéveloppement –alternative à la migration– n’en est pas très éloignée.

54Les statistiques turques concernant les retours (kesin dönüş) sont en réalité très limitées. C’est en Allemagne que l’on a la vision la plus claire du phénomène, mais les statistiques allemandes ne sont elles-mêmes pas entièrement fiables. S’il est sûr aujourd’hui que la majorité des retours se fait dans le cadre des chantiers des pays arabes ou de l’ex- URSS (Russie, Ukraine, Kazakhstan, Turkménistan...), les chiffres sont plus qu’ailleurs sujets à caution, voire inexistants. Si l’Allemagne publie des chiffres sur les changements de résidence –dont le départ pour la Turquie–, la France ne publie que les retours aidés par l’OMI (Office des Migrations Internationales) et ceux-ci sont extrêmement limités. Un migrant rentrant au pays et gardant son document de séjour sur lui ne sera effectivement pas décompté. En comparant statistiques nationales (recensements), internationales (SOPEMI, EUROSTAT) et turques (recensements DİE) sur l’ensemble de la période 1961-2003, nous pouvons cependant estimer les retours à plus de 1 500 000 personnes, soit une proportion du tiers, ce qui rattache la Turquie à une situation moyenne.

55L’expérience turque dans le domaine migratoire a connu 43 années de développement et des situations très diverses dans une trentaine de pays différents. Quel peut être l’impact de cette expérience dans le domaine de la création d’entreprise ? En simplifiant, il peut être avancé un historique en trois périodes : l’ère des entreprises populaires (halk şirketleri), l’ère de l’helâl business, l’ère des « tigres d’Anatolie ».

L’ère des sociétés populaires (Halk Şirketleri)

56Cette expérience débuta en 1964 avec la société Türksan fondée à Cologne. Un groupe de travailleurs sociaux eut l’idée de proposer aux travailleurs émigrés en Allemagne et aux autorités turques la création d’une entreprise mobilisant l’épargne immobilisée en émigration. Un diplomate devenu plus tard ministre du travail du gouvernement Ecevit apporta son soutien, renforcé par quelques intellectuels intéressés par la modernisation et la démocratisation de la société turque (Ali Nejat Ölçen, Cevat Geray...).

57L’expérience est alors soutenue par des organismes de coopération et des programmes de développement internationaux (ISOPLAN et CIM en Allemagne, REMPLOD aux Pays-Bas) tandis que le gouvernement turc lance des études préalables et des expérimentations sur le terrain (comme la coopérative de Yenifakili à Yozgat). Ces premières opérations connaissent un certain succès et la Turquie lance l’idée d’un « modèle turc » de développement (Türk modeli), sorte de troisième voie entre le capitalisme et le socialisme, dite « Secteur Populaire » (Halk Sektörü). Toute une réglementation, des banques d’investissement (DESİYAB – Devlet Sanayi ve İşçi Yatırım Bankası– Banque d’État des Investissements Ouvriers pour l’Industrie) sont créées, d’autres se voient confier des secteurs spécifiques et des fonds spéciaux comme Türkiye Halk Bankası pour la gestion des fonds allemands et néerlandais pour l’entreprise artisanale de production et Ziraat Bankası pour les investissements dans la modernisation de l’agriculture. La littérature grise et universitaire sur le secteur populaire montre les polémiques et les enjeux de l’expérience qui ponctuent l’actualité économique et sociale turque (Abadan 1972, Gökdere 1978, Güven 1977, Van Velzen 1977, Penninx & Van Renselaar 1978, dans le cadre de REMPLOD, Jurecka & Werth 1980, Stevens pour les travaux d’ISOPLAN...). Les remises des migrants motivent une impressionnante série de thèses en Allemagne comme en Turquie, puis dans d’autres pays, ainsi que de nombreux rapports d’organismes internationaux (OCDE, BIT-Bureau International du Travail, Communauté Européenne, Conseil de l’Europe). Les retours productifs sont alors le sujet de nombreuses recherches : à partir de l’expérience Türksan lancée à Avcılar, une banlieue d’Istanbul, et des premières douze coopératives, seront lancées au moins 550 sociétés industrielles et financières, et quelques 7 000 coopératives. Une petite minorité sera couronnée de succès, l’immense majorité disparaît ou se trouve rachetée, à bas prix, par des investisseurs locaux (de Tapia 1996, Mutluer 1997).

58Le Secteur Populaire se décompose en cinq catégories :

  • les coopératives de petits producteurs artisanaux (Küçük Sanâtkar Kooperatifleri) sont créées dans les bazars des grandes villes (cf. Van Velzen 1977 pour Kayseri) et des zones rurales spécialisées dans une production spécifique (armurerie, tissage de tapis).

  • Les coopératives de développement rural (Köy Kalkınma Kooperatifleri) sont montées par des agriculteurs qui peuvent ainsi s’inscrire sur les listes prioritaires de candidats à l’émigration (contingents de 200 par village ou 2000 par région rurale). L’émigration est théoriquement conditionnée par le dépôt d’un projet coopératif de développement rural agréé par l’Administration.

  • Les sociétés ouvrières (İşçi Şirketleri) proposent un projet industriel et financier aboutissant à un investissement encouragé par l’État (teşvik belgesi : certificat d’encouragement). Les émigrés forment au moins 50 % de l’actionnariat (actions ou obligations).

  • Les sociétés populaires (Halk Şirketleri) combinent les investissements des émigrés, des épargnants locaux (au moins 50 % des parts), des services de l’État (ministères, établissements publics, entreprises nationales).

  • Les sociétés ouvertes au public (Halka Aıik Şirketler) sont des firmes privées ouvrant leur capital aux petits épargnants, émigrés ou locaux.

59La Turquie est un vaste pays dont l’une des caractéristiques est bien la très rapide croissance démographique. Le nombre de dossiers a très vite excédé les capacités des administrations de contrôle et d’encadrement, mais aussi celles des organismes internationaux de développement. Très vite, comme le souligne Abadan (1972), la coopérative rurale devient un simple moyen de sortie du territoire, sans aucune contrepartie collective : le projet reste flou, les cotisations ne sont pas versées. Elle favorise l’individualisme alors qu’elle était basée sur les traditions de solidarité collective.

60Contrairement à l’opinion de nombreux sociologues et politologues, les géographes pensent que l’expérience, stoppée pour des raisons qui apparaissent d’abord idéologiques –la troisième voie turque supportée par Bülent Ecevit et ses amis est désavouée par les gouvernements de la période Evren, dont Turgut Özal– n’est pas entièrement négative. S’il est vrai que le modèle sociologique de développement est dévoyé, que le capital est détourné au profit d’intérêts locaux, que les moyens d’encadrement n’ont pas été à la hauteur de l’enjeu, les nombreux articles de Toepfer ou des thèses de géographie économique (de Tapia 1996, Mutluer 1997) montrent que les investissements des émigrés ont accompagné (Bilecik, Konya, Kayseri) ou préparé (Yozgat, Denizli) la voie à l’investissement privé. L’hypothèse d’un lien fort entre investissement émigré et apparition d’un nouveau type d’industriel (Anadolu Kaplanlari : Tigres d’Anatolie) peut être énoncée : ce sont les régions de forte émigration qui décollent durant les années 1980-1990.

Helâl Business, Ethnic Business : de la nostalgie à l’investissement commercial

61L’appellation helâl Business répond à la notion américaine d’ethnic business. Les premières descriptions disponibles pour la France viennent évidemment de l’observation de l’émergence d’un secteur d’entreprises tertiaires en Allemagne : Çetinsoy à Stuttgart (1977 et 1982), Wilpert & Gitmez à Berlin (1985). Les entreprises ont débuté lentement avec l’épicerie, à laquelle s’ajoutent vente de billets d’autocars, avions, car-ferries, puis location ou vente de cassettes de musique et vidéo, restauration... La demande pour des produits rappelant les goûts et couleurs de Turquie, permettant ce que Schöning-Kalendar a nommé le Turkish way of life, est forte en émigration (fruits et légumes, pain, thé, café, boissons alcoolisées, musique, informations...), en référence à l’islam turc de préférence aux autres écoles musulmanes (Maghreb, Moyen-Orient, Pakistan) rencontre assez rapidement l’intérêt d’entrepreneurs aussi bien en émigration qu’en Turquie. Le helâl business naît très logiquement de cette rencontre de la tradition et de la nostalgie (gurbetçilik) et d’un mélange de conservatisme politique et d’opportunisme économique. Il se construit sur ce composé de nostalgie de patrie perdue (images, odeurs, saveurs, couleurs, sons et rythmes) et de propositions de services étendues : lieux de prière, voyages vers la Turquie, incluant rapatriement des corps en terre d’islam (cenaze nakil), pèlerinage à La Mecque, préparations culinaires licites selon la loi coranique (helâl), offres culturelles (musique, cinéma, livres, concerts...). Söyler (1992) ou Pürsün (1998) ont décrit la réussite de ces investisseurs qui ont débuté modestement pour devenir chefs d’entreprise employant parfois des centaines de personnes, production en Allemagne et en Turquie, vente dans les pays du champ migratoire. Ces entrepreneurs, turcs ou originaires de Turquie, ont alors tissé des liens physiques entre les deux bornes du champ migratoire ; c’est bien ce que montrent les annuaires de transporteurs internationaux disponibles (UND, UTİKAD, TİTAB).

L’ère des Tigres d’Anatolie (Anadolu Kaplanları)

  • 49 Les brochures de Jetpa Holding ne présentent a priori aucune référence islamique, si ce n’est la pr (...)

62Durant les années 1990 est apparu un nouveau type d’entreprise, dit en Turquie Anadolu Kaplanları (Tigres d’Anatolie). Ces entreprises ne diffèrent pas réellement de ce que l’on connaît par ailleurs (sociétés ouvrières, secteur populaire ou sociétés ouvertes au public). Leurs seules caractéristiques originales sont d’apparaître dans des régions conservatrices où l’islam tient une place majeure dans la société et de souvent mettre en avant cet attachement aux valeurs traditionnelles. Les régions d’origine (Konya, Kayseri, Karaman, Aksaray, Yozgat, Çorum...) situées en Anatolie Centrale sont souvent les régions de départ de très nombreux migrants. Pour des raisons clairement économiques et techniques (la maîtrise des technologies), on retrouve les mêmes secteurs de production que pour les sociétés ouvrières (agro-alimentaire, biens de consommation). Le capital provient d’Europe –les émigrés sont directement sollicités sur la base de la solidarité musulmane et le respect de règles islamiques comme l’absence de la notion d’intérêt du capital– et/ou de pays musulmans comme les pays arabes ou la Malaisie (Jetpa Holding). Si certaines entreprises, souvent qualifiées de holding, affichent clairement la solidarité islamique (İhlâs, YİMPAŞ, Kombassan), d’autres sont plus discrètes (Jetpa, Kaldera...)49. La comparaison entre brochures et sites Internet est souvent éclairante, à condition de bien connaître les évolutions de la société turque. Ainsi, İhlâs Holding est propriétaire d’un quotidien (Türkiye), de périodiques (Tarih ve Medeniyet, histoire grand public), d’une chaîne de télévision et d’une station radio (TGRT et Huzur Radyo) clairement engagés dans le discours conservateur islamo-nationaliste. La branche nurcu de Fethullah Gülen contrôle elle aussi une télévision (STV, Samanyolu), un quotidien (Zaman), des chaînes d’écoles privées en Europe, Russie et Asie centrale. Kombassan gère une compagnie aérienne (Air Alfa), contrôle 20 % de Kanal 7 et le club de football de Konya. Pour la majorité de ces compagnies holdings, la relation entre discours islamiste et affaires financières et industrielles est difficile à établir ; c’est dans le décryptage et le décodage de signes (photos des dirigeants, engagements connus de l’un ou de l’autre, composition de l’actionnariat, liste des participations financières...) que l’on peut reconnaître des signes, à condition de bien suivre l’actualité de la société turque et de pouvoir lire les textes turcs originaux.

  • 50 Question parlementaire n° 284 du 01.03.1999 posée par M. le Député A. Gehlen. Objet : abattages pre (...)

63Ces « tigres anatoliens », souvent minimisés ou décriés, voire dénoncés par la presse turque, ne sont pas systématiquement liés aux réseaux politiques islamistes, mais nombre d’entre eux, à l’instar de YİMPAŞ Holding créé à Yozgat, investissent en Turquie, en Europe ou en Asie centrale. Le site Internet de l’entreprise donne des adresses de magasins à Francfort, Lörrach, Heidelberg, Cologne, Bregenz, des projets en Belgique, France... à Achkabad ou Tachkent. YİMPAŞ, qui annonce 12 000 employés et 90 000 actionnaires, fonctionne bien sur le modèle des çok ortaklı halk şirketleri, avec des bureaux de liaison en Europe et en Turquie (« nos pieds en Turquie, nos bras en Europe et en Asie », dit l’éditorial sur Internet, www.yimpas.com), présence à l’étranger qui n’est pas sans inquiéter certains observateurs européens50.

  • 51 Outre les foudres de quotidiens comme Cumhuriyet (édition turque), Hürriyet ou Milliyet (éditions a (...)

64La Chambre de Commerce de Konya (http://www.kto.org.tr) perme la liaison avec Aksaray, Anser, Endüstri, Kaizen, Kaldera, Kamer, Katra, Kombassan, Konya Sanayi, Noya, Sayha Holdings. Anser et Kaldera ont par exemple subventionné (par la publicité) des associations de jeunes au départ liées à Millî Görüş en France. Les brochures de ces entreprises sont présentées dans les agences de voyage, les mosquées, les locaux associatifs alors que les quotidiens imprimés à Francfort diffusent souvent leurs annonces. Toutes ont en commun leurs origines géographiques (régions d’émigration politiquement conservatrices), leur appel à l’épargne des émigrés, leur présence conjointe en Turquie et en Europe, leur discours sur la solidarité et la construction d’un monde plus juste), ce qui n’empêche pas les zones d’ombre et les interrogations : Jetpa Holding a connu une faillite retentissante et ses dirigeants ont été recherchés par la Justice turque. La biographie du fondateur est d’ailleurs rocambolesque : d’abord en fuite, il est rentré au pays, a été élu député de Siirt, puis invalidé, ce qui a entraîné une élection partielle avec la victoire de Recep Tayyip Erdoğan qui a, de ce fait, pu prendre le poste de Premier Ministre51.

3.3.1.6. Entreprises de Bâtiment et Travaux Publics

65Un autre secteur important est celui des entreprises de Bâtiment et Travaux Publics. Les sociétés turques sont très actives au Moyen-Orient, en Asie centrale et même en Russie et au Pakistan avec la construction de l’autoroute Lahore-Islamabad (TİKA, YİHGM, Unbehaun 1995). Les petites entreprises créées par les immigrés sont très nombreuses en Europe (peintres, maçons, charpentiers, crépissage...). Ainsi Recep Keskin, dont la biographie figure dans l’ouvrage de Pürsün (1998) a-t-il acquis une envergure non négligeable sur le marché allemand avec 180 employés dans la fabrication de produits en béton. La concurrence est parfois rude entre entreprises allemandes et turques sur certains marchés et a pu déclencher des polémiques (Russie, Belarus). Nous n’avons pour le moment aucun exemple de relations directes entre entrepreneurs migrants et entreprises turques en Asie centrale, mais de fait certaines entreprises sont présentes sur les deux marchés, à l’image de YİMPAŞ, active en Europe occidentale (Allemagne, Autriche, Belgique, France) et en Asie centrale (complexes commerciaux et culturels à Tachkent et Achkabad) ou İhlâs Holding sur des sites d’Europe centrale (centre commercial de Budapest). Ce secteur mérite une étude approfondie ; tout au plus, au-delà d’une entreprise turque de droit allemand, Demirkaya Holding (www.demirkayaholding.com), active dans l’immobilier et le bâtiment, peut-on signaler la présence sur des chantiers allemands des entreprises turques suivantes pour un montant de 602,4 millions US$ : Alarko, Sütek, Gençer, Pet Kontur, MESA, Enka, Tekser, Peker, Sezin, OTAK. Il ne s’agit pas uniquement de chantiers de reconstruction en Allemagne orientale (données de la délégation au Commerce Extérieur cités par www.nakliyerehberi.net, site privé). Il est pour l’instant difficile de lier activités de ces grandes entreprises avec l’existence de milliers de petites entreprises nées en émigration.

3.3.1.7. La mobilité comme ressource économique

Les voyagistes

66Les agences de voyage, puis les voyagistes, sont apparus en Allemagne dès les années 1960 pour satisfaire les besoins des migrants qui désiraient prendre leurs congés au pays. Un grand nombre d’entreprises ont d’abord vendu des billets d’autocars ou d’avions au comptoir ou dans l’arrière-boutique des épiceries. En 1989, 55 voyagistes allemands opéraient en Turquie, dont 12 étaient en fait des sociétés créées par des Turcs d’Allemagne (Medi Tour, Nazar Reisen, Sultan Reisen, ATT, Aquarius, Öztürk...). En 1991, ce chiffre était passé à 17 (Şen 1992).

67Pürsün (1998 : 115, histoire de Vural Öger) cite les données suivantes :

« Öger Tours, Öger Türk Tur et ATT ont transporté en 1997, 827 739 passagers et gagné 834,4 millions de Deutsche Mark. Le nombre des passagers et les revenus nets ont progressé de 12,8 % et 10,2 % respectivement entre 1996 et 1997 ».

68La société travaille avec Condor, filiale de Lufthansa, Sunexpress, charter commun à Lufthansa et Turkish Airlines, Istanbul Airlines et Pegasus Airlines, elle programme 130 à 135 vols par semaine et possède des bureaux en Allemagne, Turquie, Autriche et France (3000 employés). Les firmes du groupe gèrent des destinations sur tous les marchés touristiques et ne peuvent plus être considérées comme ressortant de l’ethnic business.

69Autre exemple donné par Pürsün, Selahattin Yetmişbir, patron d’Avrupa implantée à Stuttgart. Il travaille comme Vural Öger avec Condor/Lufthansa depuis la fin des années 1960 (Çetinsoy 1977). L’association Avrupa/Condor a transporté environ 3 500 000 passagers entre Allemagne et Turquie. Avrupa, avec 60 agences, contrôle le marché charter des migrants sur l’Allemagne centrale et du sud, mais propose de fait ses services aux familles installées dans l’est de la France. Contrairement à Öger, Avrupa est restée spécialisée sur la circulation migratoire.

  • 52 İHY-İstanbul Hava Yolları ou Istanbul Airlines est l’une de ces compagnies éphémères qui marquent l (...)

70Hamdi Öztürk, implanté à Mannheim, était actionnaire d’Istanbul Airlines (IHY), compagnie qui avec une vingtaine d’avions s’était hissée à la seconde place du marché turc avant sa brusque et récente disparition52. L’association Öztürk-İHY a transporté environ 2,5 millions de passagers vers Istanbul, Ankara, Izmir, Adana, Antalya, Dalaman, Trabzon, Gaziantep, Bodrum et Ercan, l’aéroport de Nicosie en secteur turc (Pürsün 1998 : 246). Recep Ertuğrul a créé Reca Handels, leader en Allemagne sur le segment des car-ferries. Son partenaire principal est la TDİ-Turkish Maritime Lines (130 rotations et 27 000 passagers par an). Une expérience de trains autos-couchettes a dû être stoppée en raison de la guerre en Yougoslavie.

71D’autres expériences peuvent être décrites en France (Marmara) ou aux Pays-Bas (Sultan Reizen). Ces quelques exemples montrent bien la vitalité du secteur et sa relation avec la notion de circulation migratoire, mais il faut remarquer que la plupart des voyagistes deviennent assez rapidement des généralistes (Öger, Marmara, Sun-Touristik) et s’intéressent à des clientèles banalisées, autochtones comme immigrées.

Entreprises immigrées et Nouvelles Technologies d’Information et de Communication (NTIC)

72Ce secteur devenu stratégique voit les entrepreneurs turcs actifs. Une fois de plus, la France semble à la traîne sur ce sujet. Des sondages sur les réseaux Internet et le suivi de la littérature scientifique montrent comment GSM, télédiffusion satellitaire et Internet proprement dit sont utilisés par les entreprises et organisations migrantes (associations, fédérations, partis politiques, groupes islamiques). À Bruxelles, Bâle, Berlin, Paris ou Francfort, le nombre de magasins vendant du matériel informatique, téléphonique ou télévisuel (kits de réception satellitaire) augmente rapidement. Il est intéressant de suivre, à l’instar de Jonker (2000) à Berlin, l’émergence et le développement de la télévision câblée turcophone. Ainsi, après quelques rapides considérations sur l’offre télévisée satellitaire dans le paysage audiovisuel européen (de Tapia 1998), nous avons commencé à Strasbourg à étudier les messages diffusés par les sociétés turques sur Internet.

... et transporteurs internationaux...

73Les premiers travailleurs migrants, durant les années 1950-1960, étaient arrivés en Allemagne par le train. L’offre aérienne est cependant apparue rapidement, proposée par les compagnies aériennes nationales, mais commercialisées par des firmes créées par les migrants eux-mêmes (Avrupa avec les charters Condor, filiale de la Lufthansa à Stuttgart, Öger Türk Tur à Hambourg, Öztürk à Francfort). Le mode routier, peu présent dans les années 1960, a réellement émergé dans les années 1970 et 1980. Ainsi, ce sont environ 800 sociétés de transport international routier (TIR, selon la définition de la convention de New York, 1975), une centaine de compagnies d’autocars, une vingtaine à une trentaine de compagnies aériennes, régulières et charter, qui participent à la circulation migratoire. Le nombre de ressortissants turcs qui passe la frontière chaque année avoisine les six millions, dont environ 85 % sont des migrants résidant à l’étranger (de Tapia 1996). Les membres des associations professionnelles, UND (Uluslararası Nakliyeciler Derneği / International Transporters Association, www.und.org.tr) et UTİKAD (Uluslararası Taşıma İşleri Komisyoncuları ve Acenteleri Derneği/Turkish Freight Forwarders Association, www.utikad.org.tr) travaillent avec les firmes d’import-export d’Europe, de Turquie, du Moyen-Orient, de Russie et d’Asie centrale. Söyler (1992) décrit des entrepôts situés dans les halles des grandes villes allemandes qui reçoivent jusqu’à 800 camions turcs par an et certaines sociétés créées en Allemagne possèdent elles aussi des camions immatriculés en Allemagne ou en Turquie, comme Baktat fondée par les frères Baklan (Mannheim et Çorum, www.baktat.com) ou Efefırat des frères Aktaş (Achim et Aksaray, www.efefirat.com).

3.3.1.8. Entrepreneuriat, circulation migratoire, champ migratoire

  • 53 Par exemple, numéros thématiques intitulés : Entrepreneurs entre deux mondes, 8 (1), 1992, ou La di (...)

74Un assez grand nombre d’études a été présenté en Europe sur la création d’entreprise par les migrants en général et turcs en particulier. En France, MIGRINTER ou la Revue Internationale des Migrations Internationales permettent une approche comparative entre Turcs, Maghrébins, Chinois, Iraniens (Toepfer, Weibel, Belbahri, Wilpert & Gitmez, Light et alii, Ma Mung, Manço & Akhan...)53. Nous avons pour notre part choisi d’étudier les réseaux commerciaux par le biais de la circulation (de Tapia 1996) dans le contexte du champ migratoire tel que défini par G. Simon, Béteille, Poinard ou Courgeau. Ainsi située, la problématique de la création d’entreprise vient renforcer l’émergence, la construction et le développement du champ international dans toutes ses dimensions économiques et sociales.

75Entrepreneurs, circulation migratoire, réseaux de transports, information, communication, financiers, fédérations associatives transnationales, sont autant d’éléments logistiques d’un système construit et évolutif. Même si la Turquie n’est pas un pays puissant dans l’économie mondiale, sa population montre de grandes capacités à se structurer en réseaux performants, à la fois traditionnels (akrabalık, hemşehrilik, tarikat,’asabiyya...) et modernes (entrepreneurs) à échelle internationale, réseaux dont il convient d’évaluer la réelle valeur économique, un peu comme pour la diaspora chinoise. Pour nous, il ne s’agit pas des effets de politiques étatiques, de desseins liés à des groupes religieux ou politiques, des effets de l’occidentalisation voulue par Atatürk, ou de la confrontation avec les sociétés occidentales par le biais de l’émigration, mais bien une combinaison de tous ces facteurs, culturels, historiques, sociaux, anthropologiques, politiques... qui structure les processus d’adaptation et de transformation de l’immigration dans tous les pays du champ migratoire. Ces entrepreneurs bâtissent leur expérience sur leur acquis (réseaux familiaux, sociaux et religieux), mais très vite, ils apprennent à travailler avec les réseaux institutionnels, consulats et banques turcs en premier lieu, puis opérateurs locaux. Ainsi le personnage très important du yeminli tercüman (traducteur assermenté) se retrouve dans toute l’Europe, rappelant fortement celui du drogman ottoman, passeur entre étrangers et Ottomans, majorité musulmane et minorités, État et communautés, autant que traducteur-interprète. L’interprète est tout à la fois conseil en création d’entreprise, aide-comptable, négociateur, c’est celui qui manie la langue de l’Autre et connaît les réseaux. En Turquie, il rappelle également le personnage plus moderne du takipçi (suiveur de dossiers), version locale du lobby.

76Publicités dans la presse, sur les canaux télévisés ou talk-shows sur les chaînes privées émises en Turquie sont des bons exemples de relations transnationales : on peut voir sur les programmes diffusés en Turquie des produits et services d’Europe et sur les canaux destinés aux émigrés des produits made in Turkey. Les talk-shows, quel qu’en soit le thème, laissent la parole à de très nombreux téléspectateurs et auditeurs résidant en émigration. Nombre de chanteurs ou groupes à la mode (Tarkan, Rafet El Roman, Cartel, frères Yurtsever...) sont venus d’Allemagne et sont parfois sponsorisés par des firmes allemandes (Tez à Aix-la-Chapelle, Yayla à Krefeld, www.yayla-tuerk.de, www.yaylaturk.com), cela peut-être aussi le cas d’équipe de football (Gazi à Cologne : www.gazi.de). Les transporteurs internationaux, membres d’UND, UTİKAD ou TITAB, ont des agences à Munich, Milan, Cologne, Berlin, Tachkent, Moscou ou Rostov sur le Don... Des milliers de camions immatriculés en Turquie ou en Allemagne roulent entre Londres et Almaty.

3.3.2. Les bases d’un réseau bancaire et financier

  • 54 On citera cependant l’achat par un banquier, Erol Aksoy, propriétaire de l’İktisât Bankası d’İstanb (...)

77La Turquie n’a pas la réputation d’une place financière internationale et il est souvent dit que le foisonnement d’établissements bancaires est plus la marque d’une économie en voie de développement que celle d’une économie puissante. Pourtant, l’installation de l’émigration en Europe a été l’occasion pour les banques d’entrer en Europe... Sauf en France où le phénomène, plus récent est limité, plus présent sous la forme d’accords entre banques54.

78D’après les sources officielles (TCMB, YİHGM), 18 banques sont implantées en Europe en 1991, gérant 106 établissements (78 % en Allemagne). Banques publiques (dont la Banque Centrale), mixtes et privées sont représentées. D’abord chargées du drainage des remises des migrants, elles ont aujourd’hui diversifiée leurs missions (transferts de capitaux, création d’entreprise, prêts au logement, consommation...). Plusieurs participent à la gestion d’accords bilatéraux (TKB-Türkiye Kalkınma Bankası, Banque de Développement de Turquie, à l’origine DESİYAB-Devlet Sanayi ve İşçi Yatırım Bankası, Banque d’État de l’Industrie et des Investissements Ouvriers, destinée à drainer l’épargne des migrants vers les secteurs productifs de l’économie, aujourd’hui compétente pour le tourisme et l’industrie, THB-Türkiye Halk Bankası ou Banque Populaire, entreprises artisanales, YKB-Yapı Kredi Bankası, Banque du Crédit à la Construction, logement, alimentées par des fonds germano-turcs). Outre ces banques, les documents du ministère du Travail (YİHGM 1991) font état de la présence dans les pays d’immigration d’agences de TC Ziraat Bankası (Crédit Agricole), Türkiye Emlâk Bankası (Banque Immobilière publique, à l’origine de la Banque du Bosphore en France), Türk Garanti Bankası (Banque de Garantie, privée, autrefois groupe Koç, aujord’hui groupe Doğuş), Türk İmar Bankası, Türkiye İş Bankası... La liste était déjà longue en 1991.

79Ce réseau bancaire est renforcé par de nombreux accords interbancaires et l’apparition d’institutions privées de crédit gérées par des hommes d’affaires parfois issus de l’immigration. La première solution semble préférée par la France, qui a par contre beaucoup investi en Turquie, tandis que la seconde est très typiquement suisse, mais existe aussi aux Pays-Bas.

80La situation des années 1999-2000, telle qu’elle est décrite dans les rapports ou les documents habituels (TCMB, YİHGM), montre une relative stabilisation –avant la crise financière de 2001– du secteur bancaire établi à l’étranger puisque 115 succursales sont listées. Les banques citées relèvent des secteurs public et privé, parfois de l’installation du capital étranger, entre autres arabe (Al Baraka Türk, Arap Türk Bankası, Faisal Finans). Plusieurs banques occidentales, comme précédemment, sont également engagées dans le processus en gérant des accords bilatéraux (Banco di Roma, Amro Bank NV, Dresdner Bank, BNP, Citybank, IndoSuez...). Pour sa part, la Banque Centrale turque a plusieurs succursales à Francfort, Berlin, Londres, New York, Tokyo et des accords avec des banques étrangères américaine (Citybank), koweïtienne (National Bank), saoudienne (Bank Al Jazira).

Tableau 8 : Banques turques implantées dans le champ migratoire

Nom de la banque

Implantations

Akbank (groupe Sabancı), privé

Essen. Francfort, Hambourg. Hanovre. Munich. Stuttgart, Paris, Londres, Rotterdam

Faisal Finans Kurumu, privé

Francfort

Finansbank. privé

Bahreïn, Genève, Amsterdam. Moscou

Pamukbank. privé

Berlin. Dortmund. Ludwigsburg. Hanovre. Cologne. Mannheim. Nuremberg, Téhéran. Bahrayn

Şekerbank, privé

Cologne

TC Ziraat Bankası (Crédit Agricole), État

Berlin, Duisburg, Francfort, Hanovre, Sofia, Skopje, Hambourg. Cologne, Munich, Stuttgart, New York. Bruxelles, Nicosie, Famagouste, Güzelyurt |Morphou], Girne [Kyrenia], Rotterdam, Londres. Almaty, Tachkent, Ashkabad, Bakou. Moscou. Francfort, Sarajevo

Emlâk Bankası (Crédit Immobilier). Etat

Berlin. Brême. Düsseldorf, Francfort. Mannheim. Paris

Garanti Bankası, privé

Londres. Moscou. Shanghai. Düsseldorf, Luxembourg. Malte, Genève

Halk Bankası (Banque Populaire), État

Düsseldorf. Berlin, Hambourg, Cologne, Cassel, Munich, Stuttgart. Amsterdam, Zurich. Rotterdam

İmar Bankası

Cologne

Türkiye İş Bankası (Banque Industrielle de Turquie). État

Londres, Famagouste, Girne [Kyrenia], Nicosie, Francfort. Berlin. Düsseldorf, Hambourg. Munich, Mannheim, Amsterdam, La Haye. Gelsenkirchen. Karlsruhe. Cologne, Nuremberg. Stuttgart. Paris, Zurich

Tütünbank / Yaşarbank (groupe Yaşar Holding)

Francfort

Vakıflar Bankası (Banque des Fondations Religieuses) État

Francfort. Bruxelles, Vienne. New York

Yapı ve Kredi Bankası (Construction et Crédit)

Bahreïn, Cologne, Munich, Stuttgart. Londres. New York. Moscou. Düsseldorf.

Source : TCMB : Yurtdışında Çalışan Vatandaşlarımıza Çeşitli Kurumlar Tarafından Sunulan Hizmetler ve Açιklamasι, Ankara, 2000, 3° Section.

81Ce tableau tient compte des banques et de leurs filiales, mais non d’organismes privés de crédit nés en émigration. Depuis 1991, on note des extensions géographiques (Russie, Asie centrale, Balkans) entrées dans la liste des destinations de l’émigration. On note aussi un renforcement sur les places bancaires internationales comme New York ou Francfort, mais une fois de plus il est difficile de démarquer économie globale et économie des migrations. C’est souvent la vérification des implantations qui renseigne sur la motivation réelle de cette implantation ; par exemple à Bruxelles, les banques sont situées à Schaerbeek, le quartier à forte population immigrée turque et marocaine.

3.4. Le « 68e Département » (68. Vilâyet)

82Longtemps, alors que la Turquie ne comptait que 67 départements (81 en 2003), l’émigration était souvent qualifiée de 68edépartement, en raison de son poids démographique, bien supérieur à celui de nombreux départements, mais aussi eu égard à la complexité de sa vie sociale, autour de ses associations, ses mosquées, ses tensions politiques, échos de la vie difficile et troublée de la métropole.

83Or lorsqu’on examine de près l’implantation en pays d’émigration de l’administration au travers de ses Consulats, de ses instituteurs, de ses imams fonctionnaires, lorsqu’on connaît plus ou moins le fonctionnement d’un Consulat turc (Somel 1989), force est de constater que l’effort d’encadrement de la migration n’est pas négligeable. Méconnu des autorités des pays d’accueil, souvent jugé insuffisant par les migrants (alors que les militants politiques et associatifs le jugeront envahissant et excessif...), cet effet se traduit par une trentaine d’établissements, 38 en 1999-2000 (YİHGM 2000, TCMB 2000) dans les pays du champ migratoire venant renforcer l’inévitable Ambassade. Chaque Consulat Général dispose d’une équipe étoffée de diplomates et de personnels de service, d’une compétence territoriale sur laquelle agissent des fonctionnaires, venant coiffer l’organisation bancaire, commerciale et tertiaire dont il a déjà été question. [Fig. 7 : Le réseau diplomatique et consulaire turc en Europe].

84L’ensemble de ces filières, réseaux et groupements d’intérêt marque une présence turque de plus en plus active en Europe occidentale. Peut-on pour autant employer le terme de diaspora ? S’il y a bien multipolarité de la migration et interpolarité des relations pour reprendre les termes de Ma Mung (1992), avec l’émergence de lieux nodaux et spécialisés (Berlin, Stockholm, Paris, Munich, Milan...) comme autant de points d’ancrage et de sièges fonctionnels d’activités diversifiées, deux arguments vont à l’encontre des définitions les plus courantes de la diaspora : le temps et les comportements de la deuxième génération et surtout de la troisième génération.

85Le temps, ou plutôt la durée de l’histoire migratoire, soient les quatre décennies des migrations de travail, est insuffisant pour établir des conclusions définitives. Mais pourtant, avec l’éclatement des régimes des Pays de l’Est réapparaissent les héritages de l’Empire ottoman, Turcs des Balkans, de Chypre et du Moyen-Orient (Irak-Syrie) dont on découvre tout à coup la proximité avec les Anatoliens.

86Le maintien d’une certaine turcité, malgré les difficultés vécues dans des régimes non démocratiques, contredit l’effacement de cette même turcité chez les secondes et troisièmes générations vivant dans les sociétés démocratiques et « permissives » occidentales. Sont ici en cause, les capacités linguistiques des jeunes dans leur langue d’origine, le maintien et le développement d’une culture d’origine (même enrichie de nombreux apports externes), la pratique d’un islam original anatolien bien plus riche que celui de fondamentalistes coupés de leurs racines véritables, la solidarité avec les autres composantes de la société, à la fois expatriée et restée sur place.

87Là aussi, le temps manque pour des conclusions durables, à défaut d’être définitives. Aucune administration des pays d’accueil n’a jamais été capable d’élaborer les paramètres indiscutables de l’insertion ou de l’intégration, à moins que les taux de chômage ou d’illettrisme, voire de délinquance, des populations étrangères, tous à utiliser avec la plus grande prudence, soient, en négatif, de bons paramètres. Aucune situation sociale n’est irréversible ; on connaît les phénomènes de retour de la réactivation d’identité de la troisième génération dont on peut citer un bon exemple avec ces autres Anatoliens que sont les Arméniens (Hovanessian 1992).

Notes

43 Au sens de la convention TIR de New York, signée sous l’égide de l’ONU. Cette convention internationale a pour objectif de « faciliter les transports internationaux de marchandises par véhicules routiers, considérant que l’amélioration des conditions de transports constitue un des facteurs essentiels au développement de la coopération » entre les parties contractantes (Manuel TIR édité par les Nations Unies, 1993).

44 L’auteur compris : la richesse de la documentation disponible est aujourd’hui telle qu’aucune discipline ne peut, à elle seule, rendre compte de toute l’étendue du phénomène migratoire qui nous intéresse ici. Le travail interdisciplinaire prend ici tout son sens.

45 Le terme arabe ‘asabiyya (groupes de solidarité) qu’utilisent Seurat pour le Liban et la Syrie, Roy pour le Tadjikistan et l’Asie centrale n’est guère usité pour la Turquie, à la notable exception de Bozarslan (1997, La question kurde) et plus rarement par Ural Manço (1997) pour caractériser les solidarités musulmanes d’Europe immigrée.

46 L’expression « Islam transplanté » est consacrée depuis les travaux en Belgique de Bastenier et Dassetto : L’Islam transplanté, Bruxelles, EPO 1984.

47 Nous avons pu assister à Strasbourg en 2000 au 4e Congrès Azéri mondial, avec des délégués venus d’Azerbaïdjan, d’Iran, de Turquie, de Russie, des pays baltes, des USA, du Canada, d’Australie, France, Allemagne, Suède, Grande-Bretagne... À l’ordre du jour des ateliers, comment organiser la diaspora (et de ce fait, comment contrer les effets de la diaspora arménienne). Le 5e Congrès a eu lieu en 2001 à Malmö en Suède, le 6e à nouveau à Strasbourg.

48 Tercüman, un moment disparu, vient de réapparaître, avec une édition européenne et une ligne éditoriale plus islamiste que précédemment. L’ancien Tercüman relevait plus d’un discours de droite populiste.

49 Les brochures de Jetpa Holding ne présentent a priori aucune référence islamique, si ce n’est la présentation de l’hôtel cinq étoiles Caprice Hotel : plages et piscines pour hommes et femmes sont présentées séparées. C’est le seul signe d’une appartenance islamique, la brochure insistant beaucoup par ailleurs sur l’école de langues de Londres avec équipes d’enseignants et d’étudiants mixtes, sans la moindre trace d’islam.

50 Question parlementaire n° 284 du 01.03.1999 posée par M. le Député A. Gehlen. Objet : abattages prescrits par le rite islamique. M. Gehlen dans sa question posée au gouvernement belge s’inquiète des relations entre Etsan, du groupe YİMPAŞ, et le réseau Islamische Gemeinschaft Millî Görüş (IGMG) installé à Cologne et proche du parti Fazilet, ex-Refah, ex-Millî Selamet de Necmettin Erbakan.

51 Outre les foudres de quotidiens comme Cumhuriyet (édition turque), Hürriyet ou Milliyet (éditions allemandes), les langues se délient et beaucoup d’immigrés parlent de proches ou d’amis qui ont perdu de grosses sommes d’argent. Jetpa n’est de loin pas seule en cause : Kombassan, YİMPAŞ, Kaldera...ont été les cibles de la presse.

52 İHY-İstanbul Hava Yolları ou Istanbul Airlines est l’une de ces compagnies éphémères qui marquent l’histoire chaotique de la déréglementation de l’espace aérien turc. Après de beaux succès sur le marché touristique, elle est la première à s’être lancée sur le marché intérieur, en concurrence avec Turkish Airlines.

53 Par exemple, numéros thématiques intitulés : Entrepreneurs entre deux mondes, 8 (1), 1992, ou La diaspora chinoise en Occident, 8 (3), 1992.

54 On citera cependant l’achat par un banquier, Erol Aksoy, propriétaire de l’İktisât Bankası d’İstanbul, de la Banque Internationale de Commerce (BIC) sur la place de Paris, la création d’une Banque du Bosphore par Emlâk Bankası (Banque de l’Immobilier, publique), mais surtout des accords avec la BNP, les Caisses d’Épargne.

© Institut français d’études anatoliennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540