Version classiqueVersion mobile

Migrations et diasporas turques

 | 
Stéphane de Tapia

Chapitre Deuxième. Les sources turques de l’étude de la migration internationale (1961-2004)

Texte intégral

  • 23 Ce ne sont pas des cas isolés, la Direction Générale des Archives Nationales (DAGM-Devlet Arşivleri (...)

1La définition, l’historique, les éléments de la construction du champ migratoire turc, ont fait l’objet de nombreuses publications, tant en Turquie qu’en Allemagne, où les références se chiffrent par milliers. Les 1255 références rassemblées, couvrant la période 1960-1984, par Abadan-Unat (1986), les 1190 références rassemblées par Boos-Nünning (1990) pour la période 1961-1984, en allemand seulement, ou la bibliographie de Schwarz & Ersöz (1990) qui ne compte pas moins de 2755 références s’arrêtent à une date précise et sont à l’usage incomplètes. Il est par définition presque impossible de parvenir à l’exhaustivité, car il faudrait couvrir des disciplines aussi diverses que la psychologie, la médecine, la linguistique, la géographie et l’économétrie. Sont relativement bien couverts les champs de la Sociologie, de l’Economie, de l’Education, mais une recherche exhaustive devra s’effectuer dans une trentaine de pays sur les cinq continents. Une estimation, appuyée sur les références enregistrées à partir de l’ensemble des données disponibles sur publications ou réseau Internet (par exemple REMISIS : www.remisis.free.fr ou MIGRINTERNET : www.mshs.univ-poitiers.fr/migrinter/doc.htm) permet de rassembler au moins 900 titres en langue française, sans compter plusieurs centaines de petits articles parus dans différents bulletins ou nombre d’articles de presse (titres français, belges, suisses, parfois canadiens, ou versions françaises de textes produits par des organismes internationaux). Encore n’est-ce là qu’une estimation sans doute loin de l’exhaustivité ! (pour une première version provisoire, de Tapia & Dubus 1995)23.

  • 24 Au moment de l’édition, des chiffres plus récents sont disponibles. Pour 2003, voir données du mini (...)

2Le dernier rapport consulté du ministère turc du Travail et de la Sécurité Sociale a été publié en 2002 (DIYIH 2002)24. On y apprend qu’officiellement la population turque vivant en émigration atteint le chiffre de 3 574 164, dont 3 084 067 en Europe occidentale –correspondant à peu près à l’Union Européenne et Suisse–, 108 348 (135 980 en 1997) au Moyen-Orient et Afrique du Nord (Libye), où les effectifs sont en baisse importante, 54 441 en Australie, 40 650 dans les pays composant la Communauté des États Indépendants (CEI), 260 000 en Amérique du Nord (USA et Canada), 2424 au Japon (apparu dans la liste en 1997), 22 000 en Israël, nouvelle destination déclarée. Le nombre de travailleurs enregistrés (avec ou sans chômeurs selon les pays concernés) n’est que de 1 194 092 ; il s’agit donc bien maintenant d’une véritable migration de peuplement, mais où la part des travailleurs est, selon les cas, extrêmement variable. Ainsi, si la migration est familiale en Europe, elle reste migration de chantier presque exclusivement masculine au Moyen-Orient, en Russie ou en Asie centrale, où cependant la situation semble évoluer très vite. En 1995, Mete Törüner, Directeur Général d’İİBK (İş ve İşçi Bulma Kurumu, Office de Placement et de Recherche d’Emploi, soit l’équivalent turc des ANPE et OMI français), remarque que chaque année le nombre de personnes placées en Turquie et de migrants placés à l’étranger oscille autour de 250-300 000 et 55 000 respectivement (İİBK 1996 : préface). Ces chiffres sur l’emploi, en Turquie comme à l’étranger, sont notoirement sous-évalués ; chacun sait en Turquie que les administrations compétentes sur ces sujets ne contrôlent qu’une faible part des flux, en fait parce qu’il n’existe pas d’allocation chômage jusqu’à la récente réforme de 2000 et que les réseaux informels prévalent largement dans la recherche d’emploi. Ainsi, le nombre de demandeurs d’emploi recensés par İİBK oscille, quant à lui, pour la dernière décennie, de 335 600 en 1995 à 691 450 en 1991, le chiffre le plus récent en notre possession étant pour 1999 de 435 193 (İİBK 2000, Annuaire statistique DİE 2001).

  • 25 Selon l’édition allemande de Milliyet (25.06.2001), 1 700 000 Turcs se seraient inscrits auprès de (...)

3La géographie du champ, au-delà des grandes classifications continentales, présente des évolutions complexes et des stratifications diversifiées d’une aire économique à l’autre. L’épine dorsale du champ reste la Vallée du Rhin lato sensu, et en tout cas la mégalopole européenne étendue de Londres à Milan, englobant les régions industrielles du Rhin inférieur et moyen, Moselle, Meuse, Main, Neckar et évidemment Ruhr. Les grandes agglomérations que sont Paris et l’Île-de-France, Berlin, Munich, Vienne... rassemblent généralement plusieurs dizaines de milliers de ressortissants turcs. Stockholm, Copenhague, Londres ou Bruxelles participent de la même logique. Avec la disparition du Rideau de Fer et du Mur de Berlin, l’Allemagne orientale, la Roumanie, la Bulgarie, la Macédoine... sont entrées dans les zones géographiques intéressant les migrants. Les pays de la CEI, Russie, Ukraine, Géorgie d’abord, puis très rapidement républiques turcophones d’Asie centrale ont attiré, après la perestroïka, les entrepreneurs turcs du bâtiment et des travaux publics déjà implantés dans les pays arabes producteurs de pétrole (Arabie Saoudite, Irak, Koweït, Émirats, Libye...). Après cette période pourtant récente (1988-1991), d’autres destinations pour l’instant moins stables apparaissent : Israël, Liban, Malaisie, Pakistan, Japon... En Océanie, l’Australie est une cible déjà ancienne, où les caractéristiques de l’immigration se rapprochent très fortement du cas européen –mais où la Nouvelle-Zélande semble être une extension récente, tandis qu’en Amérique, on relève les cas différenciés des États-Unis (migrations de hauts niveaux de qualification, mais pas uniquement)25, du Canada (proche des cas européens et australiens), d’Aruba (avec un grand chantier néerlandais de travaux publics). Nous avons à plusieurs reprises évoqué les étapes de la construction de ce vaste champ migratoire (de Tapia 1992, 1995, 1996, 2000).

4Ainsi trois phénomènes complémentaires jouent en faveur de l’extension du champ :

  • la transformation de pays de transit en pays d’immigration (Bulgarie et pays balkaniques, Italie),

  • la recherche de nouveaux débouchés (CEI et Asie centrale, Malaisie, Pakistan...),

  • l’extension locale de régions d’immigration (France du sud, Allemagne orientale, Liechtenstein, Finlande, Norvège, Nouvelle Zélande...).

  • 26 L’ouvrage de Nermin Abadan, publié par Devlet Planlama Teşkilâti en 1965, est le premier d’une très (...)

5Sans entrer dans le détail, signalons simplement les destinations citées par ce rapport YİHGM, d’après les données du ministère de tutelle (pour le ministère du Travail et de la Sécurité Sociale : İİBK) et du ministère des Affaires Étrangères : Allemagne, Arabie Saoudite, Australie, Autriche, Azerbaïdjan, Belgique, Bermudes, Biélorussie, Canada, Chypre-Nord, Croatie, Danemark, États-Unis, Ethiopie, Finlande, France, Géorgie, Grande-Bretagne, Guernesey, Israël, Italie, Japon, Jordanie, Kazakhstan, Kirghizie, Libye, Malte, Moldavie, Ouzbékistan, Pays-Bas, Russie, Suède, Suisse, Turkménistan, Ukraine (YIHGM 2000 : 4). Des rapports antérieurs ont cité Afghanistan, Aruba, Bahamas, Égypte, Émirats, Espagne, Iran, Irlande, Koweït, Liban, Malaisie, Norvège, Oman, Pakistan, Roumanie, Tadjikistan, Yémen ; c’est dire la complexité et la diversité des situations qui rythment la vie de cette émigration qui ne date pourtant, dans sa forme actuelle de migration internationale de travail, que de 1957 (Abadan 1965)26.

6L’objectif n’est pas ici de refaire l’historique de cette migration, mais de présenter aux lecteurs francophones les sources turques de l’étude de ce courant migratoire. Nous avons cité sans précision YİHGM et İİBK ; il s’agit de les présenter et d’en faire un bilan critique.

2.1. Sources statistiques et flux migratoires

  • 27 À l’image de Yozgat Kataloğu 1990 [Catalogue de Yozgat 1990], édité par l’Association Culturelle et (...)

7La République de Turquie (Türkiye Cumhuriyeti) dispose depuis la fin des années 1920 d’un appareil statistique étoffé avec la mise en place d’un Institut National des Statistiques (Devlet İstatistik Enstitüsü) créé selon des modèles français (INSEE et établissements précédents). Il ne faut cependant pas sous-estimer la pratique ottomane des dénombrements qui donnèrent des séries impressionnantes de chiffres que les historiens n’ont pas fini de traiter (Salnameler). La version contemporaine du salname, l’annuaire départemental (yıllık) est éditée par les préfectures à l’occasion de quelque commémoration marquante, comme la série de 1981 pour le centenaire de la naissance d’Atatürk, série qui a couvert tous les départements. D’autres séries ont été éditées en 1967, 1973, et des publications du même type sont souvent relevées pour des groupes qui pensent avoir un message collectif à faire passer : chambres de commerce et d’industries, associations professionnelles, associations de migrants internes27... La pratique de l’archivage des données produites par l’État, dans un régime aussi policé que l’Empire ottoman, touchait de très nombreux domaines de la vie économique ou juridique. L’administration républicaine a naturellement suivi l’exemple. C’est ainsi que chaque ministère dispose en réalité de ses propres statistiques, reversées ou non, selon le cas, au fonds commun de DİE.

  • 28 Anecdote souvent mise en avant par Gaye Şalom ou Altan Gökalp lors de leurs premières interventions (...)

8Le secteur privé n’est pas en reste, d’une part parce qu’il se doit de fournir des comptes, au propre comme au figuré, à l’Administration, d’autre part parce que cela fait partie de la culture turque. Il est inimaginable qu’un organisme voulant faire montre de son sérieux ne possède pas au moins un embryon de service statistique lui permettant de contrôler ses propres activités. Ainsi, si les autocaristes doivent chaque année fournir un rapport d’activité au ministère des Transports, l’on pourra trouver des statistiques parfois très évoluées dans les Chambres de Commerce et d’industrie, auprès des Unions de producteurs, des syndicats professionnels, mais aussi des syndicats ouvriers. Il se peut que ces statistiques soient mal tenues, qu’elles soient en partie occultées, difficiles d’accès, elles n’en sont pas moins existantes ; au chercheur de négocier avec des partenaires parfois difficiles, mais dignes d’intérêt parce que descendants directs de l’un des empires les plus friands d’archivage au monde ! La Turquie est à ce titre l’un des paradis des historiens. Le rapport à l’écrit administratif des citoyens turcs transparaît parfois dans l’émigration, alors que l’on s’attendrait à une culture d’origine plutôt orale parce que très rurale encore dans les années 1960 à 1980, au plus fort de l’émigration28. Ce qui serait méconnaître le fonctionnement de l’administration turque, même en zone rurale. Pour ce qui nous intéresse ici, il convient de passer en revue plus systématiquement certaines de ces sources statistiques ou documentaires. Elles seront examinées en deux temps :

  • par thèmes de recherche,

  • par regroupements institutionnels et tutelles administratives

2.1.1. Thèmes de recherche

2.1.1.1. Émigration

9L’émigration proprement dite est du ressort de l’Office du Travail et du Placement (İİBK– İş ve İşçi Bulma Kurumu), dont les compétences associent celles de l’ANPE et de l’OMI dans le cas français. Mais elle intéresse aussi le ministère de l’Intérieur par le biais de la délivrance des passeports aux ressortissants turcs partant à l’étranger, quelle qu’en soit la cause au départ, mais plusieurs types de passeports existent et leur possession n’est pas neutre, le ministère des Finances concerné par les remises des migrants (işçi dövizleri), avec, par exemple, l’existence d’une Direction des Devises Ouvrières à la Banque Centrale de Turquie (TC Merkez Bankası) ou encore, bien qu’indirectement par ses implications induites, le ministère des Transports et des Communications, le ministère des Affaires Étrangères, celui de l’Education Nationale, la Direction des Affaires Religieuses du Premier Ministre... La liste est loin d’être close avec cette énumération : la Turquie est bien un pays d’émigration, mais elle n’est pas que cela.

2.1.1.2. Circulation migratoire

10L’ensemble des circulations liées à l’émigration proprement dite ou à de nombreux flux dérivés –la circulation migratoire selon MIGRINTER (Migrations Études 1998)– peut être appréhendé par le biais de nombreuses sources documentaires et statistiques.

  • 29 L’actuel ministère est le ministère du Tourisme (TC Turizm Bakanlığı). Culture et Tourisme ont souv (...)

11Ce sont a priori DİE et le ministère de la Culture et du Tourisme29 qui éditent les données les plus intéressantes, mais si l’on s’intéresse de près à la définition de la circulation migratoire, interviennent alors des organisations professionnelles et des sociétés de transport, publiques ou privées (UND, UTİKAD, UATOD, THY, TDİ...) dont les données sont centralisées au ministère des Transports. Celui-ci n’est pas toujours d’accès facile, aussi sommes-nous souvent passés directement par les organisations professionnelles (MIGRINTER 1997, IHESI 1999).

2.1.1.3. Immigrations

  • 30 Peu connu en France, ce sujet est toutefois traité par de nombreux auteurs, dont quelques Français, (...)

12L’immigration en Turquie est un phénomène historique ancien qui commence à se rapprocher du cas des pays d’Europe occidentale, mais qui au départ s’apparente aux flux de réfugiés et rapatriés que connurent la France coloniale (Algérie et Maghreb), l’Allemagne après 1945 (Vertriebene, Aussiedler, Übersiedler) ou la Russie aujourd’hui (Toumarkine 1995, de Tapia 2001)30. Les crises récentes de Bosnie, du Kosovo, ou l’exode en 1989 de plus de 300 000 Bulgares d’origines turco-musulmanes illustrent parfaitement les mécanismes de transferts massifs de populations de terres autrefois ottomanes vers la Turquie. Cependant, actuellement, la Turquie devient terre d’immigration pour des expatriés fortement qualifiés autant que pour des originaires du Tiers-Monde a priori plus intéressés par l’Europe occidentale au départ (Africains de l’est, Pakistanais, voire Maghrébins !). Il convient plus dans ce cas de les définir comme migrants de transit (İçduygu 1995, 2001).

2.1.1.4. Migrations de transit

13La transition est faite avec un autre phénomène migratoire, plus proche de la mobilité que de la migration –au sens où cette migration entraînerait résidence dans un nouveau pays ou au moins une nouvelle région– phénomène fluide, contradictoire, pour lequel les appareils statistiques apparaissent peu performants : les migrations dont l’objet n’est pas la résidence dans le pays de destination. Le cas le plus simple est celui du tourisme international tel que régi par les définitions de l’OCDE, avec le passage d’une nuitée en dehors de son domicile et, dans le cas présent, le passage d’une frontière internationale. Ce type de mobilité intéresse aujourd’hui en Turquie de sept à douze millions de personnes par an. Les choses se compliquent singulièrement lorsque les touristes cherchent à faire du commerce non déclaré et à petite échelle (commerce de valise : bavul ticareti), lorsque les touristes se livrent occasionnellement à la prostitution (en turc, nataşalar ou les natacha, signifiant aujourd’hui prostituée d’origine slave ou européenne orientale), lorsque les touristes viennent chercher du travail en Turquie ou encore lorsqu’ils cherchent à joindre un pays tiers pour y travailler ou s’y réfugier pour des raisons politiques. La Turquie est ainsi devenue exutoire ou ballon d’oxygène pour nombre d’Irakiens, d’Iraniens (plusieurs centaines de milliers de passages des frontières certaines années), voire d’Arabes du Golfe, clairement pays de transit pour les ressortissants des pays les plus divers. L’exemple de l’Algérie est pédagogique : un Algérien peut se rendre en Turquie, principalement à Istanbul, pour les raisons suivantes :

  • y faire du commerce et s’y installer (les Algériens du Bazar d’Istanbul), où en l’occurrence, Istanbul semble avoir, comme Gênes ou Naples, bénéficié du retrait de la place de Marseille,

  • y faire du tourisme mâtiné de commerce, en fréquentant les commerçants algériens d’Istanbul,

    • 31 En 2000, pour les trois premiers mois de l’année, 23 Algériens, 75 Marocains et 16 Tunisiens avaien (...)

    passer par la Turquie pour essayer de se rendre en Europe occidentale pour contourner le dispositif Schengen : la police turque arrête des clandestins maghrébins sur la frontière bulgare !31

14Ces dernières années, ces nouvelles migrations et mobilités vers la Turquie (commerce à la valise, migration irrégulière, immigration temporaire...) ont motivé d’assez nombreuses études, souvent françaises. Les références (Blacher, Deli, Delos, Pérouse, Gangloff, de Rapper, içduygu, Mutluer, Narli...) ont été intégrées dans la bibliographie finale. Plusieurs autres jeunes chercheurs travaillent sur ce thème et commencent à éditer des articles (Köser-Akçapar, Damş...). Les Dossiers de l’IFEA (série la Turquie d’aujourd’hui) ou l’ouvrage édité par Michel Peraldi (2001) permettent une bonne approche de cette évolution.

2.1.1.5. Retours et retombées économiques

15Paradoxalement, les retours définitifs ou les retombées économiques et sociales de l’émigration dans le pays d’origine restent les plus difficiles à cerner. Nous examinerons le fonctionnement des Recensements Généraux de Population et les documents émanant d’organismes bancaires spécialisés (DESİYAB devenue TKB-Türkiye Kalkınma Bankası [Banque de Développement de Turquie], TC Halk Bankası [Banque Populaire], TC Emlak Bankası [Banque Immobilière], TC Ziraat Bankası [Crédit Agricole]...) qui ont pu ou peuvent gérer des crédits pour la réinsertion des travailleurs migrants, souvent d’ailleurs en collaboration avec des dispositifs mis au point par des institutions européennes : Fonds Européen de Reconstruction, Kreditanstalt für Wiederaufbau... La principale source de données sur les retours est en Turquie la Banque Centrale qui dispose d’un service spécialisé (Direction générale des Devises Ouvrières), à la base de certaines études de l’Organisation Étatique du Plan (Devlet Planlama Teşkilâtı). Il s’agit toutefois d’estimations sur la base des transferts de devises, car de fait, mis à part les services allemands de la police et de l’état-civil qui tiennent des fichiers des étrangers (inscription de la nouvelle adresse lors d’un déménagement), les retours non aidés par les pouvoirs publics –en France, seules les aides de l’OMI ou quelques prestations de retraite donnent lieu à l’ouverture d’un dossier– ne sont pas comptabilisés. Aucune source ne permet de préciser le volume global des départs de l’Europe vers la Turquie. Cependant, comme le souligne le rapport Legoux pour la DPM (Migrations Études n° 95, 2000), même les statistiques allemandes sont loin de répondre aux questions posées par la complexe problématique du retour.

2.2. Institutions et organismes de recherche publics

2.2.1. Le ministère du Travail et de la Sécurité Sociale

16Ce ministère est très naturellement le premier concerné par les flux migratoires de travail, soit parce qu’il recrute les candidats au départ, soit parce qu’il doit procéder à de complexes opérations de régularisations, ne serait-ce que pour les dossiers de sécurité sociale au retour et pour la liquidation des retraites en complément éventuel des droits acquis en Europe. Un établissement public et une direction ministérielle sont particulièrement impliqués jusqu’à la réforme de 2000 : İİBK et YİHGM.

17Le bureau international du ministère du Travail est créé en 1967 (Loi 864 du 8 mai 1967 portant modification de la Loi 4841 sur la création du ministère). En 1972, ce bureau devient « Direction générale des Problèmes des Travailleurs Expatriés » (Yurtdışı İşçi Sorunları Genel Müdürlüğü), puis en 1983 « Direction générale des Services aux Travailleurs Expatriés » (YİHGM-Yurtdışı İşçi Hizmetleri Genel Müdürlüğü) dans le cadre de la fusion des ministères du Travail et de la Sécurité Sociale. Une restructuration récente (4 octobre 2000) attribue de nouvelles missions à l’organisme qui devient « Direction générale des Relations Extérieures et des Services aux Travailleurs Expatriés » (DİYİH-Dış İlişkiler ve Yurtdışı İşçi Hizmetleri Genel Müdürlüğü). Parallèlement, İş ve İşçi Bulma Kurumu (Office du Travail et du Placement) prend la dénomination d’İşkur (Office du Travail) et pour la première fois, l’administration décide la création d’une assurance chômage.

İİBK (1946-2000)

18İş ve İşçi Bulma Kurumu (Office du Travail et du Placement) est un établissement public créé par la Loi 4837 de 1946 pour gérer les offres et demandes d’emploi ; il cumule de fait les compétences qu’ont en France l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE) et l’Office des Migrations Internationales (OMI), autrefois Office National d’Immigration (ONI) ; pour notre objet, il édite plusieurs publications spécialisées : un rapport d’activité, une revue mensuelle (Aylık İstatistik Bülteni), un annuaire statistique (İİBK İstatistik Yıllığı) et des études ponctuelles.

Les annuaires İİBK

19Ces annuaires sont composés d’une cinquantaine de tableaux statistiques régulièrement réédités annuellement, répartis en dix rubriques : vues générales, demandes d’emploi, offres d’emploi, placements, demandeurs d’emploi inscrits en fin d’année, travailleurs handicapés et réinsertions, services à l’étranger, statistiques générales sur les activités de l’Office (en 1995 : stages, cours de mise à niveau, reclassements pour cause de privatisation du secteur public ou mixte...). C’est donc ici la rubrique 8 (services à l’étranger) qui nous intéresse le plus directement.

20Celle-ci comprend les tableaux suivants :

  • demandes d’emploi à l’étranger et départs par pays et par départements turcs dans l’année, par sexe,

  • départs par pays (14) et catégories d’emploi (24 classes), par sexe,

  • récapitulatif par pays d’émigration, sexe, depuis 1961 (12 pays + autres),

  • départs dans l’année par canaux (İİBK ou autre canal), origine des firmes (turque ou étrangère).

21Ce dernier tableau est édité sans complaisance aucune puisque toujours dans notre exemple (1995), on apprend que 59 483 personnes ont émigré pour cause de travail, dont aucune par le biais d’İİBK !

22Cette série statistique est très homogène car elle remonte à 1961 pour les données récapitulatives (3° tableau) et se trouve régulièrement réactualisée chaque année. Le seul inconvénient réside sans doute dans le fait que les tableaux par pays ne recoupent pas toujours la même liste. Les principaux pays européens (Allemagne, Pays-Bas, France, Belgique, Suisse), ceux du Moyen-Orient (Libye, Arabie Saoudite, Koweït, Irak) figurent sur toutes les listes comme l’Australie, mais d’autres comme la Jordanie et le Yémen figurent systématiquement dans le tableau 3 malgré les très faibles effectifs globalement enregistrés alors que certains (Israël, Pakistan, Malaisie, Aruba...) apparaissent de façon conjoncturelle.

23Il convient donc soit de se reporter aux documents internes de l’Office, soit de comparer avec d’autres sources qui éditent plus complètement certaines données annuelles qui sont pourtant de même provenance (DİE, YİHGM).

  • 32 Le reportage touristique de Patricia Daunt pour la revue anglo-américaine de Turquie, Cornucopia, ( (...)

24Le premier tableau de notre série permet, avec la restriction soulignée ci-dessus, de suivre les tendances de l’émigration (classement des effectifs par pays de départ –c’est par exemple la source employée par Seccombe & Lawless en 1985 ou par Unbehaun, 1995– et de voir apparaître de nouveaux pays d’immigration (Pakistan, Israël, Roumanie, Malaisie), mais surtout de dégager des données géographiques intéressantes (classement par départements). Seccombe & Lawless ont ainsi pu déterminer que les ressortissants des départements orientaux partaient vers le Moyen-Orient arabe plus que les Turcs occidentaux plus attirés par les pays de l’UE, alors que les départs actuels vers la Russie intéressent surtout des originaires des départements de la mer Noire et d’Istanbul (ce qui de fait recoupe des habitudes anciennes, datant d’avant 1914)32.

25Le second tableau distingue 24 catégories de qualifications liées principalement au bâtiment – travaux publics (architectes et ingénieurs en bâtiment, dessinateurs et techniciens, chefs de chantier et contremaîtres, installateurs sanitaires et réseaux, maçons, coffreurs, charpentiers...), électriciens, monteurs et régleurs, chauffeurs et mécaniciens de chantiers, mécaniciens automobiles... et manœuvres sans qualification, généralement de l’ordre du tiers des effectifs annuels. On y apprend que les États-Unis recrutent surtout des cuisiniers et garçons de café.

26Le troisième tableau présente le récapitulatif annuel des sorties par pays, entre 1961, date du début officiel de l’émigration (prise en charge du phénomène par les pouvoirs publics) et l’année de référence de l’annuaire. Les quatorze pays présentés dans cette statistique incluent le Yémen, la Jordanie et le Koweït, malgré les faibles effectifs totaux et l’irrégularité des départs : ainsi le Yémen a fait appel entre 1984 et 1990 à quelques 1599 travailleurs officiels pour la construction de barrages et pour des travaux hydrauliques.

27Le quatrième tableau donne pour l’année de référence le détail des départs de l’année par pays, mode de sortie (par ses propres moyens, par l’intermédiaire de l’Office) et origine de la société de recrutement, turque ou étrangère ; en 1995, 59 483 travailleurs sont sortis de Turquie, dont 42 792 pour des firmes turques et 16 691 pour des firmes étrangères.

YİHGM (1983-2000), DİYİH (2001– sq)

28YİHGM-Yurtdışı İşçi Hizmetleri Genel Müdürlüğü (Direction Générale des Services aux Travailleurs Émigrés), récemment renommée Dış İlişkler ve Yurtdışı İşçi Hizmetleri Genel Müdürlüğü (Direction Générale des Relations Extérieures et des Services aux Travailleurs Emigrés) est un service du ministère travaillant dans le cadre de l’article 62 de l’actuelle Constitution qui prévoit que

« l’État prend les mesures nécessaires pour venir en aide aux ressortissants turcs établis à l’étranger afin de garantir l’unité des familles, l’éducation des enfants, les besoins culturels et la sécurité sociale, les liens avec le pays d’origine et l’aide au retour » (O. Can Ünver YİHGM 2000 : Présentation du rapport 1999 par le Directeur Général).

29Des délégations sont installées dans une quinzaine de pays d’immigration aux échelons des Ambassades et Consulats Généraux et les Attachés du Travail des Ambassades adressent depuis 1979 des rapports sur la situation de l’émigration et les problèmes rencontrés dans la défense des droits des ressortissants turcs établis à l’étranger. Ces rapports « nationaux » sont ensuite condensés en un volume diffusé à divers acteurs et institutions intéressés par le sujet : ambassades et représentations consulaires, organisations patronales et syndicales, organes de presse, universités et organismes de recherche. Ce rapport annuel est précieux pour les possibilités de recherche comparative qu’il offre.

30Certes, tous les pays ne sont pas traités de la même manière, en raison de différences substantielles quant à la collecte des renseignements statistiques, voire à leur présence ou absence, mais le rapport veille à garder un plan cohérent dans l’exposé des faits, que l’on soit en France ou en Libye.

31Le plan est généralement organisé comme suit :

  • Première partie : répartition des travailleurs et ressortissants turcs en émigration, éléments généraux (récapitulatifs généraux, sorties annuelles...)

  • Seconde partie : rapports par pays (Allemagne, Pays-Bas, Belgique, France, Danemark, Autriche, Suisse, Suède, Grande-Bretagne, Australie, Koweït, Libye), avec les rubriques suivantes :

    • Indications démographiques,

    • Données relatives au travail et à l’emploi,

    • Sécurité Sociale,

    • Éducation,

    • Organisations de travailleurs (associations),

    • Réglementation et jurisprudence nationale,

    • Economie générale du pays d’immigration

  • Troisième partie : éléments de législation, réglementation, jurisprudence internationales

  • Quatrième partie : évolutions des législations et réglementations turques

  • Cinquième partie : organisation et activités de l’établissement

32La première partie est très courte et consiste principalement en quelques tableaux généraux : ressortissants turcs et main-d’œuvre à l’étranger par pays, départs dans l’année par pays et par sexe, répartition par mois de départ, quelques courts tableaux de récapitulations sur les dernières années.

33La seconde partie est fondamentale pour l’étude géographique du champ migratoire, particulièrement pour les effectifs résidant dans chaque pays (selon les circonscriptions administratives : département français, Land allemand et autrichien, canton suisse, province ou autre ailleurs). Pour quelques pays, la répartition descend parfois jusqu’à la ville (municipalité) de plus de 10 000 habitants d’origine turque (YİHGM 1991), voire 5 000 (YİHGM 1994). Ceci permet une cartographie déjà relativement affinée de la présence turque en Europe, en tous cas plus précise que celle permise par EUROSTAT et SOPEMI. Il est nécessaire de passer par les statistiques nationales en l’absence de ce rapport. Suivent des données diversifiées, mais difficilement comparables d’un pays à l’autre sur des titres tels que l’éducation, la sécurité sociale, les salaires pratiqués... La lecture du rapport permet cependant une vision globale –mais très partielle– à l’échelle du champ, de l’importance de la création d’entreprise, du tissu associatif (une simple estimation du nombre des associations dans chaque pays).

34La troisième partie traite des relations internationales, entre ministère du Travail et organismes internationaux ou nationaux compétents en matière d’emploi et de migration de main-d’œuvre. Dans le rapport 1997 (YİHGM 1998), par exemple, il est dit que la Turquie a signé 15 accords avec le Bureau International du Travail, a participé aux conférences plénières et restreintes de l’organisation de Genève, ainsi qu’aux Comités de spécialistes du Conseil de l’Europe (Strasbourg), mais aussi aux instances de l’OCDE à Paris, au traité d’Amsterdam, au sommet de Luxembourg, à divers séminaires et conférences internationales. Les sujets traités sont classiques, ardus, généralement assez peu connus de la plupart des chercheurs sur les migrations, à l’exception des juristes et des spécialistes du champ politique. La collection YİHGM est donc une source de premier plan pour l’étude des évolutions juridiques et politiques de l’émigration turque. Ce d’autant plus que la description commentée des travaux menés avec les instances internationales est suivie des analyses de grands problèmes d’actualité (libre circulation des travailleurs, politiques migratoires et pays tiers, protection sociale et égalité des droits, politique envers les travailleurs handicapés, lutte contre le racisme, système statistique européen, santé et sécurité, normes de travail, dialogue social, égalité des sexes, fonds structuraux...) avec les principaux pays employeurs de main-d’œuvre immigrée turque, analyses de plus en plus souvent remises dans leur contexte européen, et un résumé détaillé, acte par acte, de la jurisprudence relative à des plaintes déposées en Europe par des travailleurs turcs (pour notre année de référence, tribunaux de Berlin, Bonn, Munich, Stuttgart, Darmstadt, Cologne, Nuremberg...). Ce chapitre se termine par une information sur divers accords bilatéraux relatifs à la non double imposition de ressortissants turcs résidant dans divers pays d’Europe centrale et orientale comme d’Asie centrale.

35La quatrième partie passe en revue les évolutions des réglementations turques en matière de travail, migration de main-d’œuvre, retour et retraite, importations en douane... On y trouvera aussi bien les grilles indiciaires permettant les calculs des droits à la retraite que les listes de matériels admis à l’importation par les migrants résidant à l’étranger, en cas de congés ou de retour définitif. Il s’agit là d’un point sur l’évolution de l’année écoulée ; YİHGM et TCMB (la Banque Centrale de Turquie) éditent des guides très complets sur l’état des réglementations en vigueur.

36La cinquième partie relève du rapport interne d’activité et se trouve suivi d’une annexe donnant pour 1997 les coordonnées des bureaux de liaison à l’étranger. Ce rapport interne est celui d’une administration tournée entièrement vers l’étranger : activité mesurée à la production d’archives ou d’actes juridiques, état des personnels détachés à l’étranger, budget. La cartographie que l’on pourrait établir avec l’annexe laisserait paraître ce que les Turcs nommaient autrefois le « 68° département » (68. Vilâyet), la Turquie émigrée, avec son armature administrative.

37L’intérêt majeur de cette collection –on peut parler de littérature grise, mais de fait facilement accessible puisque l’on peut se procurer les rapports sur simple demande écrite– est de fournir une vision d’ensemble de 1979 à aujourd’hui et de mesurer les évolutions sur cette période cruciale où le champ migratoire change profondément. On y voit apparaître les pays de la CEI et en particulier ceux d’Asie centrale, mais on y voit aussi les évolutions des relations Turquie – UE jusque dans les jurisprudences nationales en matière de droits des travailleurs émigrés. La complexe réglementation turque y figure aussi et comprend aussi bien les changements intervenus sur les régimes de retraite que ceux en vigueur sur l’importation de véhicules automobiles par les migrants turcs. Ce rapport a été un moment édité sur Internet, consultable sur le site du ministère du travail et de la Sécurité Sociale : http://www.calisma.gov.tr.

2.2.2. Le Premier Ministre et les délégations générales attachées

38Un certain nombre de délégations sont rattachées à la Présidence du Conseil et doivent lui apporter un concours technique sur des dossiers d’aide à la décision. Pour ce qui concerne notre objet, trois Directions Générales sont compétentes indirectement en matière de mobilité et migrations internationales : l’Institut National des Statistiques (DİE), l’Organisation d’État à la Planification (Devlet Planlama Teşkilâtı), la Présidence des Affaires Religieuses (Diyanet İşleri Başkanlığı). Deux de ces organismes sont régulièrement consultés, le troisième ne l’est pas, à notre connaissance, mais il serait utile de prendre contact car il possède certainement ses propres statistiques. Du Premier Ministre dépend également une Antenne d’information sur l’Entrepreneuriat du secteur du Bâtiment et des Travaux Publics à l’Étranger (YMHBBD-Yurtdışı Müteahhitlik Hizmetleri Başbakan Baş Danışmanlığı).

DİE-Devlet İstatistik Enstitüsü, Institut National des Statistiques

39Cet établissement joue un rôle analogue à celui de l’INSEE pour la France. Établi à Ankara, il fonctionne depuis les années 1930 –le premier recensement au sens moderne date de 1927– et publie de très nombreux fascicules, annuaires ou études statistiques consultables au centre de documentation DİE sur place, en vente sur place ou par correspondance et longtemps mis à disposition gratuite pour les institutions répertoriées. DİE édite des documents bilingues turc-anglais (www.die.gov.tr). S’il n’existe pas de statistiques propres à l’émigration, celle-ci est présentée sous de multiples formes. Dans les annuaires statistiques : le chapitre « statistiques vitales » présente les immigrants par pays d’origine (les réfugiés d’origine turco-musulmane dont la vocation reconnue est l’intégration en Turquie sur le modèle des Aussiedler en Allemagne), les demandeurs d’asile par pays d’origine (les réfugiés au sens plus classique du terme, certains pouvant à terme s’installer en Turquie), les étrangers résidant en Turquie par nationalité et objet du séjour –résidence, éducation, travail, autres– et de ce fait possesseur d’une carte de séjour (ikamet tezkeresi). Ces tableaux édités par DİE sont fournis par la Direction Générale des Services Ruraux (Köy Hizmetleri) et la Direction Générale de la Sécurité (Emniyet).

40En d’autres termes, c’est la Turquie, pays d’immigration qui apparaît ici avec des migrations de nature très différentes :

  • l’immigration des rapatriés et réfugiés, composante de l’ethnogenèse turque, assimilant des Turcophones ou des Turcs ethniques (des Tatars aux Kazakhs du Xinjiang et aux Kirghizes du Pamir afghan) et de nombreuses populations entrées en contact avec l’Empire ottoman : Balkaniques (Serbes islamisés, Bosniaques, Albanais, Bulgares islamisés, Tziganes...), Caucasiens d’origines très diverses... Cette immigration très étudiée en Turquie (Dumont, Kazgan, Karpat, Şimşir, Svanberg, Dor, Toumarkine...) a touché une population de l’ordre de sept millions de personnes entre 1771 et aujourd’hui et entre dans la composition ethnique de l’actuelle Turquie, en gardant si possible un lien avec les membres du groupe restés en arrière, dans le pays d’origine (Andrews et alii 1989).

  • La Turquie, pays d’immigration, est aussi un pays qui commence sérieusement à attirer les cadres et les agents qualifiés des multinationales, par le biais de l’investissement privé. Par contrecoup et par contraste avec les pays voisins ou plus lointains (Asie, Afrique orientale), la Turquie devient attractive pour son niveau de vie relativement élevé et sa position de contact entre Orient et Occident. Les statistiques DİE nous renseignent avant tout sur la migration légale des étrangers venus travailler en Turquie.

    • 33 Là où les statistiques européennes distingueraient « réfugiés de souche turque » (= Aussiedler) et (...)

    La migration de transit peut apparaître dans le détail des nationalités concernées par le tableau intitulé « Étrangers se trouvant en Turquie par nationalités et motifs de séjour ». Ainsi en 1996, 106 473 étrangers détiennent des cartes de séjour. Sur ce nombre, on relève 7284 Américains, 5415 Allemands, 2400 Français et 994 Japonais, mais aussi 2695 Afghans, 4369 Iraniens et 1925 Irakiens. 48 nationalités sont présentes (dont l’URSS et la CEI), mais aussi des apatrides dits Heimatlos ou Gayri Muntazam –la différence entre les deux catégories n’est pas claire, car elles portent en sous-titre, vatansız : apatride !–, les réfugiés sont de fait comptés ailleurs (Immigrants par pays d’origine et Réfugiés par pays d’origine)33. Le faible nombre d’Iraniens ou d’irakiens ne doit pas faire illusion, il s’agit bien de résidants ayant une carte de séjour et non d’entrées en Turquie : ce chiffre est à relever sur les statistiques du tourisme.

41Le chapitre « sécurité sociale » présente les activités de l’İİBK en Turquie et à l’étranger. Pour l’étranger, il s’agit des placements par sexe, groupe de qualification (qualifiés, non qualifiés), qualifications. Il présente également les activités du Croissant Rouge (Kızılay : crédits affectés aux réfugiés-rapatriés, göçmen). Pour l’année 1995 (avec reprise de la période 1989-1995) éditée en 1996, sont distinguées les destinations suivantes : Allemagne, Aruba (Antilles), Australie, Autriche, Émirats, Afrique du Sud, Irak, Suisse, Chypre-Nord, Koweït, Libye, Jordanie, ex-URSS, Arabie Saoudite, Yémen, autres pays (dans l’ordre alphabétique en turc). Les 24 catégories professionnelles sont les mêmes que dans l’annuaire İİBK. Cette source, peut-être plus accessible, n’a pas d’autre intérêt pour notre étude que celle de cette accessibilité pour qui n’est pas connaisseur de l’organigramme des administrations turques et surtout du contexte très varié et très riche relaté par ce document de 700-800 pages sur l’économie du pays.

42Le chapitre « tourisme » est intéressant car il permet de suivre l’évolution globale de la stratégie d’ouverture de la Turquie. Plusieurs tableaux généraux permettent de suivre l’évolution des entrées et sorties des étrangers et des nationaux par années, mois, motifs de déplacement, modes de transport, départements de sortie du territoire (regroupement des douanes par départements), pays de destination. S’ajoute un tableau sur le bilan de la balance touristique. Ces données sont déjà relativement riches pour ce qui est des passages aux frontières, mais les fascicules « tourisme » sont, nous le verrons, encore plus précis pour certaines années où des traitements plus fins sont édités (1990, 1991, 1995) :

43Le chapitre « argent, banque » présente un tableau des entrées mensuelles des devises ouvrières (işçi dövizleri = remises des migrants). Enfin, le chapitre « balance des paiements » permet de saisir la place des remises des migrants, des transferts des réfugiés, en transferts privés (özel) et publics (resmî).

44Dans les fascicules spécialisés : les recensements généraux de la population par départements figure une rubrique « résidant à l’étranger au moment du recensement » ainsi qu’une rubrique « résidant à l’étranger lors du dernier recensement » ; ceci permet une estimation de la présence départementale à l’étranger (émigration) et une estimation du volume des retours sur la période intercensitaire. Mais ces deux données restent partielles puisque dépendant des répondants au recensement : les familles absentes à ce moment ne répondront évidemment pas.

45Dans les fascicules « tourisme », les entrées et sorties de ressortissants turcs par motifs de sortie, voire parfois comme dans les éditions 1990 et 1995, un tableau permettant de dissocier résidents en Turquie et résidents à l’étranger, autorisent l’estimation relativement cohérente des flux liés à la circulation migratoire. L’analyse à moyen terme des destinations déclarées par les nationaux turcs sortant du territoire permettra de saisir l’évolution des trafics dans les Balkans et vers l’Europe orientale. Pour 1995, nous disposons des tableaux suivants :

  • nationaux turcs par département de sortie (poste frontalier), mode de transport, mois (1995 : résidents en Turquie et à l’étranger),

  • nationaux turcs par département de sortie (poste frontalier), mode de transport, mois (1995 : résidents en Turquie),

  • nationaux par catégories professionnelles et motifs de sortie (1995 : résidents en Turquie),

  • nationaux par pays de destination et motifs de sortie (1995 : résidents en Turquie),

  • nationaux par département de résidence, groupe d’âge et sexe (1995 : résidents en Turquie),

  • nationaux par pays de destination, catégories professionnelles et sexe (1995 : résidents en Turquie),

  • ...

46Au total, trente-trois tableaux sont ainsi mis à disposition. Pour l’objet de l’étude, ce sont évidemment les tableaux indiquant les pays de destinations et les tableaux relatifs aux résidents à l’étranger qui nous intéressent. Les tableaux donnant le détail des pays de destinations des ressortissants turcs distinguent 11 rubriques : pays européens de l’OCDE, autres pays de l’OCDE, autres pays européens, États de la CEI, Asie orientale, Asie du Sud-est, Asie du Sud, Asie occidentale, Afrique, Amérique (hors OCDE), Océanie (hors OCDE), soit au total 99 pays.

47On apprend ainsi que 53 201 ressortissants turcs ont fait en 1995 le pèlerinage de la Mecque, que 25 839 se sont rendus en Arabie Saoudite pour y travailler, que sur 15 600 militaires en mission à l’étranger, 11 997 se sont rendus à Chypre, 929 aux USA, 46 en Israël, 1051 en Italie, 379 en Allemagne. Pour l’Azerbaïdjan, sur 52 746 départs, 5653 se trouvaient dans un cadre touristique, 2030 pour des raisons familiales, 1584 pour le travail et 24 618 pour affaires.

48Pour les « pays de transit » vers l’Europe occidentale, i.e. le groupe « Autres pays d’Europe », ce ne sont pas moins de 361 199 personnes qui ont fait un ou plusieurs voyages à destination de l’un de ces pays, principalement en Bulgarie (245 992) et Roumanie (70 572). Ces chiffres sont à comparer d’une part avec les départs vers la Russie (120 218) et d’autre part avec les chiffres donnés par la police bulgare pour le transit turc. Il convient d’y rapporter le chiffre des Turcs sortant de Turquie et résidant en Bulgarie selon leurs déclarations à la douane turque (Yurtdışında ikamet eden : résidant à l’étranger, pays : Bulgarie), soient 20 001 sorties pour 1995. Un peu moins de 10 % des sorties vers la Bulgarie serait donc le fait de résidents. Dans un cas comme dans l’autre, il faudra se rappeler que la même personne peut se déplacer plusieurs fois dans l’année. Le rapport OIM intitulé Transit Migration in Bulgaria (1994) nous signale ainsi 3 950 000 transits de ressortissants turcs en 1990 pour seulement 1 580 000 en 1993. La route des Balkans a de fait subi de plein fouet la crise yougoslave et si deux routes alternatives sont très vite apparues, dont l’une par Budapest, Bucarest et le pont de Giurgiu sur le Danube passe effectivement par le territoire bulgare, ce sont surtout, sur la route adriatique, les car-ferries grecs et turcs, et encore plus l’avion, qui bénéficient de ces réajustements (MIGRINTER 1997 et 1999).

49Il ne s’agit là que d’un très modeste aperçu de ce que l’on peut tirer des statistiques turques du tourisme, rassemblées de fait par la police des frontières depuis 1992-93. Cette série d’indicateurs est intéressante, mais demande à être sérieusement examinée de façon critique, car il y a bien là passage de frontière internationale, mais de la frontière turque uniquement. Il serait utile de comparer si possible avec les statistiques équivalentes des pays d’Europe orientale.

50Dans les fascicules « commerce extérieur », nous disposons de statistiques très complètes sur les échanges internationaux de l’économie turque avec le reste du monde. Les treize tableaux de la série (par exemple : DİE n° 2212, 1998) couvrent les données suivantes :

  • Importations, exportations et indicateurs choisis, 1923-1997,

  • Commerce extérieur par mois, 1992-1997,

  • Cumulatif mensuel, 1992-1997,

  • Commerce extérieur selon la norme ISIC, révision 3, 1992-1997 (industrie),

  • Commerce extérieur selon la norme BEC, 1992-1997,

  • Commerce extérieur selon la norme SITC, révision 3, 1992-1997 (commerce),

  • Balance commerciale par pays, 1992-1997,

  • Commerce extérieur par département, 1992-1997,

  • Commerce extérieur par catégories, 1992-1997,

  • Balance des paiements, 1992-1997,

  • Commerce extérieur par catégories et par pays, 1997 (deux tableaux),

  • Commerce extérieur par catégories et par postes de douane, 1997.

  • 34 Catégorie inventée par les sociologues (Altan Gökalp, Nadine Weibel) pour qualifier le commerce par (...)

51Ce sont surtout les trois derniers tableaux qui peuvent nous renseigner sur l’évolution des relations entre la Turquie et le reste du monde. Cependant, une tentative faite par Emmanuel Ma Mung et nous-même à partir des chiffres rassemblés par le ministère français des Transports (SITRAM) nous a montré que cette batterie d’indicateurs était assez difficile à travailler du fait des catégories internationales statistiques (ISIC et SITC). Il s’agit bien là de démarquer ce qui est le fait de la circulation migratoire et de la desserte de populations émigrées et ce qui ressort du commerce international entre États et économies nationales. Il y a là pour les économistes et les géographes des flux une piste de recherche à sérieusement envisager. Des analyses fines sur la consommation des groupes sociaux (par exemple : les immigrés de Turquie face aux travailleurs nationaux, à revenus égaux) à partir de certaines catégories de produits importés pourraient être intéressantes. Une catégorie spécifique de produits importés peut révéler la présence d’une clientèle spécifique (commerce ethnique, ethnic business, halal business)34.

52Dans les fascicules « commerce extérieur par modes de transport », on dispose depuis quelques années de 26 tableaux combinant :

  • exportations par pays de destination et modes de transport,

  • exportations par pays de destination, modes de transport, pavillons des véhicules des transporteurs,

  • exportations par catégories d’articles, valeurs déclarées, modes de transport, pavillons des véhicules,

  • transports en transit sur le territoire turc (véhicules turcs ou étrangers),

  • mêmes regroupements pour les importations,

  • comparaisons globales pour les modes de transports sous pavillons turc et étrangers.

53Cette série est encore trop récente pour que l’on puisse en tirer des conclusions globales. Elle va cependant se révéler fort utile pour l’étude des routes du commerce international turc et celles des destinations géographiques des transporteurs de marchandises. Elle sera alors à comparer avec les statistiques de transports de personnes dont nous disposons avec le tourisme international. Les données ici presque toutes quantitatives peuvent être systématiquement confrontées aux données à la fois quantitatives et qualitatives que publient les transporteurs eux-mêmes ou le ministère turc des Transports.

DPT-Devlet Planlama Teşkilâtı – Organisation Étatique de Planification

54DPT ne produit pas à proprement parler de statistiques, mais elle les étudie avec beaucoup de soins. C’est cette organisation dépendant du Premier Ministre qui a ainsi édité de nombreuses études d’excellente qualité sur la migration internationale de travail (Abadan dès 1965, la première d’une longue série de références turques sur le sujet), sur la migration interne, l’évolution démographique, ainsi que de très nombreux rapports de conjoncture sur la population, la production industrielle, l’aménagement du territoire, les transports, les communications... C’est aussi à DPT que travaillait Ayfur Barışık, rédactrice du rapport SOPEMI, remplacée par Ahmet Gökdere, puis Ahmet İçduygu, spécialiste pour l’un de l’émigration et des retombées économiques et sociales, pour le second de l’émigration et des migrations de transit.

55L’une des sources possibles dans l’étude de la circulation migratoire est par exemple l’existence de rapports de commissions ad hoc sur l’un ou l’autre aspect de l’économie turque, comme avec la diffusion en 1989, 1995 et 2001 de trois séries de rapports détaillés sur l’évolution des modes de transports en Turquie, avec dans chaque cas la prise en compte des relations internationales (transports TIR et autocars, compagnies aériennes et maritimes, chemin de fer : voir : www.ekutup.dpt.gov.tr/ulastirm). Les rapports remis au Parlement à l’occasion de discussions précises –loi sur la planification, les plans de développement, lois de finances, discussion des budgets...– donnent lieu à l’édition de rapports spécifiques que l’on peut consulter dans les bibliothèques ouvertes au public (DİE, DPT, TOBB- Union des Chambres et Bourses de Commerce et d’industrie, CCI départementales, celles d’Istanbul, Izmir ou d’Ankara ont des fonds documentaires dignes d’intérêt) ou se procurer directement en fonction des tirages, malgré tout, souvent limités.

Köy Hizmetleri Genel Müdürlüğü – Direction Générale des Affaires Rurales

56Citée pour mémoire, cette Direction gère en particulier l’intégration des réfugiés-rapatriés turco-musulmans admis collectivement en Turquie selon un modèle, nous l’avons déjà souligné, proche de celui des Aussiedler allemands. Cette fonction d’établissement (le migrant installé par l’administration, iskân göçmen, est souvent un réfugié, muhacir) va jusqu’à la construction de villages de réfugiés en Anatolie, comme cela a été réalisé pour les Kazakhs du Xinjiang entre 1954 et 1960 ou les Kirghizes du Pamir afghan après 1981, cités ci-dessus. La bibliographie turque (histoire, sociologie, ethnologie, géographie...) comprend là aussi des milliers de références sur les populations accueillies dans l’Empire, puis la République : Albanais, Bosniaques, Turcs des Balkans, de Chypre, de Crête, de Hongrie, Caucasiens, Tatars de Crimée (et même un petit groupe de Tatars sibériens d’origine ouzbèke dits Boharlyks parce qu’originaires de Boukhara)...

Diyanet İşleri Başkanlığı – Présidence des Affaires Religieuses

57La Présidence gère les personnels religieux musulmans sunnites qui peuvent être amenés à desservir les lieux de culte établis à l’étranger (http://www.diyanet.gov.tr). Nous la citons pour mémoire, car elle est très peu connue, à notre connaissance non étudiée par son rôle à l’étranger. Elle doit cependant, en raison de la présence dans les Consulats d’attachés sociaux qui en sont issus et qui supervisent les activités des imams desservant les communautés groupées en associations dans toute l’Europe (dans une fédération nommée DİTİB en Allemagne), posséder ses propres statistiques et mériterait une étude particulière. Déjà présente en Belgique, elle vient d’être agréée en France sous le statut d’association relevant de la Loi de 1901.

YMHBBD-Yurtdışı Müteahhitlik Hizmetleri Başbakan Baş Danışmanlığı et YMHBBM-Yurtdışı Müteahhitlik Hizmetleri Başbakan Baş Müşavirliği – Délégation des Services du secteur Bâtiment-Travaux Publics auprès du Premier Ministre

58Ce bureau d’information, lui aussi rattaché au Premier Ministre, recense les données sur les activités des entrepreneurs du BTP à l’étranger. Rassemblant une centaine de grandes entreprises, le secteur qui dispose par ailleurs d’une Union patronale spécifique (TMB– Türk Müteahhitler Birliği : Union des Entrepreneurs Turcs du Bâtiment et des Travaux Publics, à Ankara : www.tca-uic.org.tr) a rapporté au moins à la balance des paiements 33 milliards US$ entre 1974 et aujourd’hui (chantiers en cours pour une quinzaine de milliards US$, auxquels se sont plus récemment ajoutés des chantiers en Allemagne). 20 à 40 000 travailleurs sont chaque année concernés par ce secteur d’activité, mais il n’est pas rare que des entreprises étrangères viennent renforcer ce courant en recrutant directement des travailleurs en Turquie, comme dans le cas déjà cité du chantier d’Aruba.

59Le Premier Ministre dispose enfin d’un établissement public créé pour organiser les activités de coopération internationale dans le monde turco-musulman lato sensu, établissement qui dans certains cas peut diffuser des informations intéressantes sur l’Asie centrale ou les Balkans. Ce rattachement est récent, aussi TİKA sera évoqué infra (2.1.2.4.), dans son cadre initial (ministère des Relations Extérieures).

2.2.3. Le ministère de l’Intérieur

60Il occupe une place particulière dans la gestion des flux migratoires. L’une de ses missions est évidemment de délivrer, par l’intermédiaire des préfectures et sous-préfectures, les papiers d’identité, passeports en général, qui permettent de partir à l’étranger.

Emniyet Genel Müdürlüğü – Direction Générale de la Sécurité

61La Direction Générale de la Sécurité, compétente en matière de police, intervient pour ce qui nous concerne, dans divers secteurs liés aux migrations internationales : délivrance de passeports aux ressortissants turcs et aux réfugiés ayant vocation à s’établir en Turquie (iskân göçmen pris en charge par la Direction des Services Ruraux – Köy Hizmetleri), de cartes de séjour (ikamet tezkeresi) aux ressortissants étrangers. C’est elle aussi qui depuis 1992-93 fournit les statistiques de passages aux frontières travaillées par DİE et le ministère du Tourisme.

Les délivrances de passeports aux ressortissants turcs

62Au moment du déclenchement de l’émigration, la possession d’un passeport était peu courante. Au-delà des passeports diplomatiques, la libre circulation à l’étranger des nationaux turcs n’était guère facile ; il aura fallu attendre les années 1980 pour qu’apparaissent, avec l’élévation du niveau de vie de certaines catégories de populations, un véritable tourisme international turc. Les difficultés économiques et le contrôle des changes allaient également dans le sens des restrictions de sortie. Aussi la possession d’un passeport touristique (pour se rendre à l’étranger et chercher du travail) ou d’un passeport de travailleur émigré (donnant droit à une réelle liberté d’entrer et sortir du territoire) était un avantage certain et précieux. La couleur du passeport comme les mentions apparentes (passeport de service, travailleur [işçi], membre de famille de travailleur [işçi ailesi üyesi]) ne sont toujours pas anodines car, si la Turquie a largement libéralisé ses pratiques, l’Europe n’est toujours pas prête à faire bénéficier les migrants ou les immigrés d’origine turque de la libre circulation.

Les entrées de réfugiés en Turquie

  • 35 Il n’est pas rare que, venues en touristes et sans visas, des familles albanaises, kosovares ou bos (...)

63Il convient ici de distinguer réfugiés-rapatriés (muhacir / göçmen) ayant vocation à s’installer en Turquie parce que d’origine turco-musulmane et réputés facilement assimilables et réfugiés « humanitaires », selon la Convention de Genève, pour lesquels les traitements sont assez mal définis (mülteci, iltica). Appartiennent à cette catégorie Iraniens en transit, Irakiens d’origines chiite, kurde, assyro-chaldéenne, Afghans, opposants d’origines diverses tolérés et en attente de clarification des relations bilatérales (Ouzbeks, Tunisiens, ressortissants de pays balkaniques...). Les flux d’entrée sont parfois considérables : plus de 80 000 Kurdes irakiens après Halabja, plus de 600 000 après la guerre du Golfe, plus d’un million d’Iraniens ayant transité par la Turquie, plusieurs dizaines de milliers de Bosniaques et de Kosovars, mais il est difficile de faire la part entre les diverses catégories de réfugiés. Ainsi Bosniaques ou Kosovars sont admis comme réfugiés temporaires et rejoignent souvent leurs familles déjà établies, se fondant dans la catégorie des réfugiés-rapatriés à titre individuel (serbest göçmen)35. Kazakhs du Xinjiang (1954-1962) ou Kirghizes du Pamir afghan (1981) ont été admis comme réfugiés collectifs (iskân göçmen) pour lesquels des villages ont été construits, tandis que les Kazakhs d’Iran ou d’Afghanistan parvenus en Turquie individuellement ou en famille étaient considérés comme serbest göçmen.

Les délivrances de titres de séjour aux étrangers résidant en Turquie

64Elle s’apparente à la gestion des cartes de séjour européennes et se trouve publiée dans les annuaires DİE. Depuis les années 1990, avec la croissance des capitaux étrangers investis en Turquie, cette activité a notablement augmenté.

  • 36 Entretien avec M. l’Attaché de Police près l’Ambassade de France à Ankara le 12.11.1999, entretien (...)

65Hormis ces statistiques du domaine public, éditées par DİE chaque année, la Direction Générale de la Sécurité tient à jour d’autres séries plus confidentielles. La presse peut cependant en publier l’une ou l’autre, comme les résultats de la surveillance des frontières avec le nombre de passages clandestins ayant donné lieu à arrestation des contrevenants. Contact a été pris dans le cadre du rapport IHESI (1999) avec l’Attaché de Police de l’Ambassade de France ainsi qu’avec le Directeur des Relations Internationales de la Direction Générale à Ankara, puis avec le responsable de la Direction des Étrangers et des Frontières36. Il en ressort que deux Directions sont susceptibles de fournir des statistiques intéressant notre objet :

  • le Bureau des Étrangers et des Frontières (Yabancılar ve Hudut Daire Başkanlığı),

  • le Bureau de la Lutte contre l’Immigration Clandestine, la Contrebande et le Crime Organisé (Yasadışı Göç, Kaçakçılık ve Organize Suçlarla Mücadele Daire Başkanlığı).

66À la suite de contacts (conversations téléphoniques et échanges de fax), la Direction des Relations Internationales nous a fait parvenir deux tableaux de synthèse sur les thèmes suivants :

  • le nombre annuel d’arrestations de migrants clandestins (1995-1999) : en 1995, 3591 migrants en situation irrégulière ont été arrêtés par la police turque, 26 331 au 23.11.1999, soit au total 65 690 sur la période considérée, ce chiffre augmentant très considérablement en 1999-2000, ainsi durant l’année 2000, le nombre de personnes appréhendées par la police atteint 31 399 en territoire turc et 94 514 sur les frontières internationales, soit un total de 125 913.

  • Le nombre de réfugiés admis à transiter par la Turquie vers un pays d’accueil tiers est pour une période équivalente (de 1995 au 01.11.1999) de 5761. En grande majorité iraniens (3270) ou irakiens (2425), ces réfugiés se sont dirigés principalement vers les États-Unis, le Canada et les pays Scandinaves.

67Ces premiers contacts comparés à ce que l’on connaît par ailleurs et qui relève de données non confidentielles permettent d’augurer de l’existence d’un appareil statistique plutôt performant pour l’objet de notre réflexion.

2.2.4. Le ministère des Affaires Étrangères

68Au vu de certaines données fragmentaires apparaissant dans des publications publiques (DİE, YİHGM, İİBK, TİKA...) ou privées (DEİK), il est patent que le ministère des Affaires Étrangères possède des statistiques intéressantes pour notre objet.

TİKA-Türk İşbirliği ve Kalkınma Ajansı, Turkish International and Cooperation Agency

69TİKA, Agence Turque de Coopération et de Développement (pour le sigle anglais TICA : www.tika.gov.tr) est un établissement public récent, dépendant à sa création du ministère des Affaires Étrangères (Dışişleri Bakanlığı) dont les missions sont le développement et la coopération culturelle, technique, économique et scientifique, envers des pays partenaires ayant des liens « naturels » avec la Turquie, à savoir au départ les républiques turciques (Türkî Cumhuriyetler, souvent simplement dites Türk Cumhuriyetleri ou républiques turques) et les pays à populations turco-musulmanes (Chypre-Nord, Caucase, Russie turcophone : Tatarstan, Tchouvachie, Bashkirie...). Il est aujourd’hui rattaché aux services du Premier Ministre. Avec le temps, la zone de compétence de TİKA s’est étendue aux pays riverains de la mer Noire, à ceux des Balkans, à la Mongolie, dans les domaines les plus divers. Le trait commun de l’ensemble de ces pays reste toutefois une relation privilégiée, soit linguistique, soit religieuse, soit encore culturelle et historique avec des États qui ont fait partie de l’Empire ottoman ou appartiennent au monde turcophone (Türk Dünyası). Les relations avec la lointaine Mongolie passent par la présence d’une population kazakhe restée musulmane et l’existence dans ce pays de monuments épigraphiques turcs du 6e au 9e siècles, fondateurs de la littérature turque. Le Président Süleyman Demirel s’est rendu sur le site et la Turquie finance la conservation des sites archéologiques. On notera une certaine désaffection de TİKA face au Tadjikistan iranophone -qui peut cependant s’excuser par l’atmosphère de guerre civile qu’a connue ce pays pendant une décennie et l’absence de relations avec les pays arabes.

70TİKA publie de nombreux documents destinés aux décideurs turcs, mais aussi au public étranger en relation avec l’objet de son apparition : l’émergence possible d’un monde turcophone plus proche de la définition économique et culturelle de la francophonie que des vieux rêves pantouranistes ou panturquistes que certains observateurs extérieurs seraient tentés de déceler dans l’actuelle politique turque. Ces documents ou collections sont les suivants :

    • 37 Paul Henze a travaillé à la Rand Corporation (USA) et Enders Wimbush a été responsable de Radio Lib (...)

    la revue Eurasian Studies (en version turque Avrasya Etüdleri) ouverte aux auteurs étrangers de la zone TİKA, mais aussi aux turcologues et politologues occidentaux ; parmi les auteurs américains : Paul Henze, Albert Wohlstetter, Zbigniew Brzezinski, Enders Wimbush...37,

  • le bulletin Eurasian File, en turc, Avrasya Bülteni, bulletin d’information intéressant directement notre objet dans la mesure où il donne de fréquentes informations sur les chantiers et les entreprises turcs travaillant dans les pays de la zone TİKA,

  • les rapports par pays (Ülke Raporu), parfois accompagnés de volumes spécifiques sur les réglementations (Mevzuat) développent, parfois annuellement, les informations données par les bulletins ; il s’agit là de véritables guides à l’usage des entrepreneurs ou hauts fonctionnaires turcs amenés à se rendre en Asie centrale d’abord, dans toute la zone TİKA ensuite, pour y travailler. Pour notre objet, il convient donc de consulter les volumes « Bosnie-Herzégovine », « Albanie », « Macédoine »... à rapprocher des travaux fort semblables de la Chambre de Commerce d’Istanbul (İTO). Les volumes de réglementation donnent les références de tous les textes législatifs, réglementaires, bilatéraux ou multilatéraux, utiles aux entrepreneurs et investisseurs turcs (non double imposition, régimes fiscaux, douaniers...

71L’émigration n’est pas l’objet premier des travaux de TİKA. On retrouve cependant vite des données la concernant par le biais des relations économiques denses créées depuis peu avec certains pays : Azerbaïdjan, Kirghizie, Turkménistan, Kazakhstan, Ouzbékistan, Albanie, Bosnie, Géorgie, Roumanie, Ukraine... ou Russie. C’est par le canal des investissements turcs dans ces pays, le plus souvent en financement croisé, la mise en œuvre de chantiers de travaux publics, des opérations humanitaires, une politique culturelle volontariste (qui est autant l’œuvre du secteur privé que des pouvoirs publics) que les Turcs s’installent comme cadres, techniciens, conseillers techniques, enseignants, transporteurs et surtout commerçants. Il semblerait que les döner kebap déjà intégrés dans les villes d’Europe ou d’Australie aient commencé leur installation... en Mongolie ! TİKA nous donne dans ses bulletins ou ses rapports par pays des listes d’entreprises à capitaux turcs, présentes aussi bien dans les Balkans et en Europe centrale qu’en Asie centrale.

72Ces données qui restent toutefois fragmentaires peuvent être recoupées avec les chiffres annoncés par YİHGM, mais aussi par les documents professionnels émanant du secteur marchand privé (compagnies consulaires, transporteurs).

73YİHGM (1998) pour l’année écoulée (1997) fait état de 41 570 ressortissants installés dans les pays de la zone TİKA (Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, républiques centrasiatiques, dont 300 au Tadjikistan, Moldavie, Russie, devenue la première destination de l’émigration turque depuis les années 1990, et Ukraine. TİKA, en particulier dans ses bulletins et ses rapports, donne des informations sur les entreprises turques installées dans les pays de sa zone de compétence (typologie, raisons sociales, implantations, effectifs).

74Au-delà des chiffres et des tableaux ou des listes plus qualitatives, TİKA reprend périodiquement la liste des réglementations ou des accords internationaux allant dans le sens de la coopération définie ci-dessus. En matière de migration (émigration, immigration, transit), ce sont par exemple les accords portant sur la non double imposition des ressortissants des pays d’origine/de résidence, les accords sur les transferts de capitaux ou de bénéfices, les accords bilatéraux sur les visas, les quotas autorisés pour les transports en transit ou à destination des parties signataires. Il ne s’agit certes pas de migration à proprement parler, mais à chaque fois de mesures fiscales, économiques, réglementaires... facilitant la circulation des hommes, des capitaux et des marchandises.

2.2.5. Le ministère des Finances

75Dans la mesure où l’émigration a d’abord été considérée comme une source de devises et un outil de développement, il est évident que le ministère des Finances ou de l’Économie devait jouer un rôle spécifique. Cet apport de devises a souvent été sollicité pour équilibrer la balance des paiements ou au moins y contribuer. Les remises des migrants figurent toujours dans les comptes de la nation (Annuaires DİE, passim). C’est en premier lieu la Banque Centrale qui doit superviser cet apport qui reste aujourd’hui important (de l’ordre de 5 milliards de US$ annuels).

TCMB– Türkiye Cumhuriyeti Merkez Bankası, Banque Centrale de la République de Turquie

  • 38 La physionomie très « turque » de l’auteur de ces lignes lui aura valu de nombreuses fois de change (...)

76La Banque Centrale de Turquie était en théorie seule habilitée au transfert des devises ouvrières (işçi dövizleri), avec un taux de change plus favorable que le taux commercial ou touristique, et possède à ce titre une Direction générale des Devises Ouvrières à Ankara. De fait, avec l’extension du champ migratoire dès la fin des années 1960, la mise en place de politiques complexes de développement axées sur la rentabilisation de l’émigration durant les années 1970 (de Tapia 1996c), puis les différents épisodes de déréglementation et de libéralisation économique déclenchés par Turgut Özal, président de la République, après avoir été ministre des Finances puis Premier Ministre, le transfert de devises est devenu libre et de nombreuses officines privées dans toutes les grandes villes et les régions touristiques brassent des sommes considérables sur des circuits commerciaux. Les Turcs s’y rendent aujourd’hui pour transformer leurs retraites et salaires en devises fortes (US$ et DM) avant qu’ils ne fondent devant l’inflation38.

  • 39 Entretien le 24 novembre 1999 avec le Directeur Général Adjoint, lors d’une mission pour le projet (...)

77L’actuelle Direction Générale des Devises Ouvrières (İşçi Dövizleri Genel Müdürlüğü) est un service de 120 personnes qui édite, entre autres documents, un guide des services à l’usage des émigrés et des ressortissants turcs de retour39. Ce document qui rappelle le guide édité par YİHGM est construit sur un modèle qui rappelle le guide OMI-Classeur français, à partir de fiches techniques amovibles permettant la réactualisation en fonction de l’évolution de la réglementation. Nous avons pu utiliser les versions éditées entre 1989 et 2000. Il se divise en quatre chapitres :

  • Services proposés par la Banque Centrale de Turquie (TCMB) : lettres de crédits, transferts de devises étrangères, régime d’importations dédouanées, réseaux TCMB dans le monde.

  • Services proposés par d’autres banques turques en relations avec des banques étrangères : lettres de crédit, comptes en devises, investissements en Turquie dans les domaines de l’agriculture, artisanat, immobilier, industrie, fonds européens de développement...

  • Services proposés par d’autres ministères ou administrations compétents en matière de migration internationale : Défense (le service militaire), Education Nationale, Intérieur (la délivrance des passeports), Finances et Douanes, Travail et Sécurité Sociale, Industrie et Commerce, Habitat, Déréglementation et Privatisation, réseaux administratifs turcs dans le monde (ambassades et consulats, attachés spécialisés)...

  • Autres services : PTT et mandats postaux, entreprises turques en Libye, obligations, marché de l’or, assurances automobiles gérées par le Touring Club de Turquie.

Le secteur bancaire public et privé : son rôle dans le champ migratoire, une source méconnue de données

78Il s’agissait d’abord de banques étatiques dont la mission –le soutien à certaines activités de production et de services– et les compétences les amenaient à proposer des actions en faveur des travailleurs émigrés, les accompagnant pendant la migration ou les aidant à se réinsérer dans le tissu économique turc. Plus tard, certaines banques privées se sont également intéressée au champ migratoire. Aujourd’hui, déréglementation, libéralisation, privatisation, sur un fond de crise financière chronique, sont venues singulièrement compliquer le tableau. Il n’en reste pas moins qu’au-delà du montant des remises des migrants ou des avoirs de ces mêmes migrants dans les pays d’accueil, les données bancaires semblent largement sous-utilisées.

79Les banques privées participant de la gestion des fonds des familles immigrées se trouvaient souvent alliées au secteur public. Pendant longtemps, la Turquie a vu coexister public et privé dans un vaste secteur d’économie mixte touchant aussi bien industries que finances (de Tapia 1996b). Plusieurs crises financières, faisant suite à plusieurs vagues mal assurées de privatisations (où nombre de banques publiques privatisées ont subi des pertes considérables), ont remis en cause tout l’édifice à la fois en Turquie et dans les pays du champ migratoire. Il est difficile d’émettre des conclusions définitives, mieux vaut ici nous baser sur la situation antérieure de l’année 1997 qui permettra de montrer la complexité du réseau bancaire qui a drainé le champ migratoire.

80Dans les guides édités par le ministère du Travail et de la Sécurité Sociale (YİHGM 1991) et la Banque Centrale de Turquie (TCMB, 1989 à 2000) sont décrites les modalités de transfert suivantes, en gardant l’année 1997 comme référence :

  • Les possibilités d’ouvertures de compte bancaires et comptes épargne :

    • Comptes en devises (Süper Döviz Hesabı, niveau minimum requis en 1997 : 15 000 US$ ou 30 000 DM) auprès de la Banque Centrale de Turquie (TCMB) ; accords avec les Dresdner et Bremer Bank AG, Algemeine Bank Nederland BV sur ouverture de livrets d’épargne.

    • Aux USA, ont des accords avec la Turquie pour les transferts de fonds: American Express, American Security, Banca Commerciale Italiana, Bank of New York, Bankers Trust, Chase Manhattan Bank, Chemical Bank, First National Bank (Boston, Chicago), Manufacturers Hanover Trust, Morgan Guaranty, Riggs National Bank, TC Ziraat Bankası New York (Crédit Agricole turc).

    • Comptes de dépôt sur lettre de crédit en devises, niveau minimum requis en 1989 : 2500 US$ ou 15 000 Frs. auprès de la Banque Centrale de Turquie (TCMB), accords avec les Dresdner et Bremer Bank AG, Algemeine Bank Nederland BV sur ouverture de livrets d’épargne.

    • Comptes de dépôt en devises ou TL auprès des autres banques turques, publiques ou privées.

  • les Banques turques suivantes avaient en 1997 des succursales dans les pays du champ migratoire : TC Ziraat Bankası (Crédit Agricole ; publique), Türk Dış Ticaret Bankası (Commerce Extérieur ; publique), Türkiye Emlak Bankası (Crédit Immobilier ; publique), Türkiye Halk Bankası (Banque Populaire ; publique compétente en matière d’artisanat, PME, commerce), Türkiye İmar Bankası (immobilier), Türkiye İş Bankası (Banque du Travail ; publique, investissement industriel), TCMB (Banque Centrale), Akbank, Garanti Bankası (privées), Etibank (secteur minier, investissement, étatique aujourd’hui privatisée), İktisât Bankası (privée), Pamukbank (privée), Şekerbank (mixte : les planteurs de betteraves sucrières), TÖBANK (Banque mutuelle des Enseignants), Türk Ticaret Bankası, Tütünbank (mixte : les planteurs de tabac), Türkiye Vakıflar Bankası (publique : les fondations religieuses), Yapı ve Kredi Bankası (privée, immobilier).

81Au total, en 1997, 103 succursales de banques turques fonctionnent dans les pays du champ migratoire. La TCMB a quatre centres administratifs en Allemagne, aux États-Unis et au Royaume-Uni. S’ajoutent banques agréées et mixtes (Banque du Bosphore en France, Demir-Halk Bank aux Pays-Bas, Turkish Bank UK Ltd à Londres).

82En France, les intérêts turcs étaient représentés par la Banque du Bosphore, filiale de Emlak Bankası, la Banque Internationale de Commerce appartenant à Erol Aksoy, homme d’affaires stambouliote ; des accords existent avec la Société Générale, la Banque Monte Paschi, le Crédit Lyonnais, la BNP ou la Caisse d’Épargne.

  • Les transferts de marchandises importables par les émigrés résidents à l’étranger : l’administration publie chaque année des listes complètes de véhicules, outils, machines à usages professionnels et matériels, meubles, biens de consommation à usage familial et privé, cadeaux dédouanés ou partiellement dédouanés. Peuvent être importés en 1997 à usage professionnel : machines à écrire et ordinateurs, postes de soudure, tronçonneuses et scies mécaniques, trayeuses et barattes électriques, fax et quelques machines pour les ateliers mécaniques. À cette date, cette liste est considérablement limitée par rapport aux années précédentes. En 1989 par exemple, elle comprenait : machines électriques de coupe, chaudières, pompes et centrifugeuses, générateurs, turbines (vapeur, gaz, électricité), machines agricoles, machines de chantier, équipements de laboratoires, équipements médicaux et toute une série de véhicules, y compris autocars à deux étages et hélicoptères ! En tout, la liste de 1989 comprend 176 rubriques.

  • Des importations entrant dans le cadre de dons à des collectivités locales ou à des œuvres sociales. En 1997, la liste comprend : automobiles VL, 4X4, taxis, camionnettes, minibus (moins de 16 places), autobus, camions, tracteurs routiers, de moins de 5 ans, souvent envoyés par les migrants aux municipalités, à des services de police, des hôpitaux, des écoles. S’ajoutent des véhicules spécialisés qui ne doivent pas dépasser 10 ans : ambulances, véhicules-incendie, tracteurs, machines de chantier, véhicules et camions de salubrité publique (benne ou camion spécial de ramassage d’ordures ménagères), corbillards, bibliobus... Ces dons sont assez nombreux et s’apparentent aux dons islamiques traditionnels qui consistaient, par exemple à construire une fontaine en ville ou au bord d’une route (sebil).

  • Les aides et crédits à la création d’entreprise : une banque spéciale, DESİYAB (Banque Étatique pour les Investissements Industriels des Travailleurs) avait été créée dans les années 1970. Elle a depuis fusionné avec la Banque du Tourisme (publique) pour devenir la Banque de Développement de Turquie (TKB– Türkiye Kalkınma Bankası). Elle offre ses services aux émigrés pour la création d’entreprises industrielles et touristiques :

    • La Banque Populaire (Halkbank ou Türkiye Halk Bankası) est mandatée depuis longtemps pour accompagner les émigrés de retour lors de la création d’entreprises artisanales ; elle gère ou a géré des crédits à la création d’entreprise sur fonds germano-turc KSF 1, dont : un Fonds d’incitation du Kreditanstalt für Wiederaufbau (KFW) pour PME en zones éligibles, des Crédits KÖF II pour les sociétés ouvrières créées au départ par des actionnaires émigrés et des projets éligibles sur les zones prioritaires au développement, zones industrielles et zones franches.

    • Les zones prioritaires (kalkınma öncelikli yöreler) sont annuellement définies par l’Administration depuis les années 1960. Il peut s’agir de départements ou d’arrondissements considérés comme sous-développés, susceptibles d’être développés et à ce titre éligibles pour diverses catégories d’aides (remises d’impôts, incitations financières, crédits d’équipement, à l’importation, dédouanement...). Les investissements en zone industrielle organisée (OSB– Organize Sanayi Bölgesi), en zones artisanales (KSS-Küçük Sanayi Sitesi), en zones franches (Serbest Bölgeler) sont de même susceptibles d’être aidés par l’État, au moyen de licences d’encouragement (teşvik belgesi). La réglementation est en ce domaine particulièrement complexe. Les émigrés font le plus souvent partie des catégories d’investisseurs éligibles, du fait même de leur qualité de migrant.

    • Mais il existe aussi des crédits au commerce et aux activités touristiques gérés par Halkbank, TKB... ou des crédits ouverts par les banques d’État spécialisées (Crédit Agricole, Crédit Industriel...) ou la Garanti Bankası privée à partir de leurs agences européennes ou autres sur le champ migratoire (USA, Australie, pays arabes, etc.).

  • Les crédits immobiliers ouverts aux travailleurs migrants : comptes épargne logement ouverts par les Caisses d’Épargne allemandes pour la construction de logements en Turquie plafonnés à 100 000 DM par logement. Les Sparkassen allemandes comme la Caisse d’Epargne française collaborent avec Emlak Bankası.

  • 40 On peut citer nombre d’enquêtes du journaliste d’investigation turc, Uğur Mumcu, sur les transferts (...)

83Toutes ces organisations bancaires, pour certaines d’entre elles très présentes dans les pays du champ migratoire –la France fait plutôt figure d’exception par sa faible implantation bancaire turque– éditent bien évidemment des rapports d’activité. L’étude de ces rapports peut être renforcée au niveau local par les dossiers remis par les entreprises aux administrations départementales. Les études REMPLOD ou ISOPLAN sur les entreprises créées par des émigrés et sur le contexte régional montrent la richesse de ces sources. La liste des implantations et des accords de partenariat avec des banques de pays d’immigration ou de transit peut jouer là aussi le rôle d’indicateur sur une éventuelle présence turque allant vers la stabilisation de migrants turcs, ce qui semble bien être le cas dans toute l’Europe où les pays de transit semblent presque partout se transformer en pays de résidence. On pourra là aussi comparer avec les activités des banques locales en relation avec la Turquie. Une augmentation subite de transferts vers la Turquie ou en provenance de Turquie peut indiquer la présence de réseaux en relation avec ce pays40.

2.2.6. Le ministère des Transports et des Communications

84Ce ministère n’a pas de compétence particulière en matière de migrations, ni internes, ni internationales. Par contre, parmi ses missions, celle du contrôle des activités de transports de passagers et indirectement de marchandises, voire l’encadrement des activités d’information et de communication (vidéocommunications, radios et télévisions, télématique et téléphonie...), sont de nature à intéresser les études sur les migrations par des activités de soutien et de logistique des flux migratoires. Ces sources indirectes, nous les avons bien souvent utilisées pour la définition et l’approche de la circulation migratoire, ou celle de la migration turque de transit à travers les Balkans et l’Europe centrale. De fait, existent pour le chercheur deux possibilités :

  • la consultation des dossiers au ministère, éditeur directement ou par certains établissements publics rattachés, de rapports et de statistiques,

  • le recours direct aux sociétés, le plus souvent privées, opératrices dans le domaine concerné, avec en Turquie un avantage évident, celui de l’existence de compagnies consulaires et d’associations professionnelles spécialisées et plutôt efficaces.

85Une partie de ces études est d’ailleurs reversée au fond DİE qui édite aujourd’hui plusieurs fascicules spécialisés (commerce extérieur, commerce extérieur par modes de transport, radio et télévision, transport maritime, transport aérien...). Pour notre objet, on pourra se reporter aux :

  • statistiques des PTT et rapports d’activité,

  • rapports d’activité de Türk Telekom S.A. (www.telekom.gov.tr),

  • rapports d’activité et statistiques ferroviaires de la société TCDD (www.tcdd.gov.tr),

  • rapports d’activité et statistiques aériennes (THY et compagnies de l’aviation civile) : www.mt.gov.trou www.ubak.gov.tr, site du ministère des Transports, www.dhmi.gov.tr pour les aéroports et les trafics aériens...ou directement sites de certains aéroports,

  • rapports d’activité et statistiques routières de transport de passagers (compagnies d’autocars actives sur les lignes extérieures : Balkans, Europe occidentale, Caucase, Russie, Moyen-Orient), avec aujourd’hui de très nombreux sites Internet,

  • rapports d’activité et statistiques routières de transport de marchandises (sociétés de transport international routier, TIR selon la Convention de New York de 1975, sur les destinations extérieures, www.und.org.tr, www.utikad.org.tr),

  • rapports d’activité et statistiques de transport maritime, passagers et marchandises (opérateurs publics ou en voie de privatisation comme Denizbank et TDİ, www.tdi.com.tr, opérateurs privés, armateurs).

86Ces données appartiennent à la logistique de l’émigration et en tous cas au support matériel de la circulation migratoire, étant entendu qu’il reste souvent difficile de déterminer la part des flux liés à la migration face à tous les flux intéressant un pays de plus en plus ouvert sur l’étranger, qu’il s’agisse de commerce extérieur ou de tourisme international. Dans le cas des compagnies aériennes nationales comme THY– Turkish Airlines, la distinction est faite entre vols « normaux », charters émigrés et charters de pèlerins à destination de la Mecque et Djedda. Cette distinction a cependant pour toutes les compagnies de moins en moins lieu d’être, devant la multiplication de tarifications spéciales. Dans le cas du transport routier de passagers, la même remarque s’impose, mais l’étude des lignes et des flux reste pourtant intéressante et renseigne sur les relations privilégiées des Turcs avec leur environnement régional (vie relationnelle des familles turques d’origine balkaniques, commerce à la valise, desserte de chantiers de travaux publics à l’étranger, desserte du champ migratoire).

Les Statistiques annuelles des Postes

87Depuis 1995, date de la création de Türk Telekom A.Ş., les Postes éditent une série statistique recentrée sur leurs activités propres. Les chiffres disponibles chaque année permettent de mesurer les relations turques avec l’étranger (lettres, imprimés, colis et recommandés). Avant 1995, il était également possible de mesurer ces relations téléphoniques qui relèvent maintenant de la nouvelle agence. Il peut être utile de consulter les séries suivantes :

  • Mandats postaux admis en Turquie par pays d’émission,

  • Mandats postaux expédiés de Turquie par pays de réception,

  • Courriers express reçus et expédiés par pays,

  • Trafic télégraphique international par pays (entrées et sorties).

88Ces indicateurs fiables nous semblent pourtant de moins en moins pertinents pour les raisons suivantes :

  • Les envois d’argent passent de plus en plus par le secteur bancaire qui dispose d’outils télématiques et informatiques perfectionnés.

  • Le téléphone (et plus tard, le réseau Internet à titre privé) se généralisent : les utilisateurs d’Internet sont parmi les principaux rédacteurs de courriers ; les travailleurs migrants sont pratiquement tous équipés de téléphones, mais les familles résidant en Turquie aussi.

  • Le trafic télégraphique passera bientôt au rang de curiosité historique : en 1989, 182 000 télégrammes ont été échangés, on n’en compte plus que 23 000 en 1998.

89La Direction Générale de Türk Telekom édite des rapports d’activité annuels, dispose d’un site Internet très riche (www.turktelekom.gov.tr), mais s’il est utile sur les aspects techniques de l’évolution de l’offre de télécommunications (télévisions satellitaires et câblées, téléphonie fixe et mobile), il l’est moins sur le plan des statistiques de flux internationaux. Les statistiques présentées touchent surtout l’activité interne de l’entreprise, en concurrence vive avec d’autres opérateurs.

2.2.7. Le ministère de la Culture et du Tourisme (TC Kültür ve Turizm Bakanlığı)

90Ce ministère publie des séries statistiques depuis 1972. Les fascicules sont organisés selon une double logique, celle de l’accueil des touristes étrangers (tourisme international), celle des entrées/sorties de nationaux. Pour ce qui nous concerne ici, plusieurs tableaux devront être consultés :

  • départs par année et mois,

  • départs par départements de sorties (postes de douane) et mois,

  • départs par départements de sorties (postes de douane) et modes de transport (route, fer, air, mer),

  • départs par mois et modes de transport.

91Les mêmes rubriques sont reprises pour l’entrée des nationaux sur le territoire turc. On dispose donc de huit séries de tableaux sur les passages de frontières. Ces statistiques sont en fait équivalentes à celles publiées par DİE chaque année.

2.3. Sources socioprofessionnelles : compagnies consulaires, associations patronales et opérateurs de transport

92Bien que non administratives, ces sources appartiennent généralement au domaine public par la structure administrative des établissements qui les éditent. Il peut s’agir de compagnies consulaires (Chambres de Commerce et d’industrie, Chambres professionnelles spécialisées) ou d’associations de droit privé, mais fonctionnant comme des services publics (associations professionnelles). Nous les avons déjà évoquées par le biais du ministère des Transports et de la Communication qui collecte nombre de données de ce type pour les traiter de manière globale et contrôler les activités économiques afférentes.

93Il convient cependant de présenter quelques-unes de ces sources qui peuvent se révéler utiles pour les études des flux migratoires. Nous nous concentrerons sur le transport maritime et le transport routier de marchandises, avec les rapports DTO et les rapports UND (et à un nouveau document professionnel en vente libre, le Guide du Transport, pour l’intégration des différents modes et de très nombreux acteurs de l’activité).

2.3.1. Documentation éditée par les transporteurs turcs

94Cette documentation est relativement facile d’accès, sous condition de connaître les réseaux professionnels ; ainsi on peut consulter :

  • les rapports DTO (Deniz Ticaret Odası) : Chambre de Commerce Maritime d’Istanbul,

  • les rapports d’activité de l’UND (Uluslararası Nakliyeciler Derneği) : Association des Transporteurs Internationaux,

  • le Guide du Transport 1998 (Nakliye Elkitabı) : publication privée sous les auspices de plusieurs organismes (UND, UTİKAD, IATA...),

  • les rapports d’activité des compagnies aériennes (THY, İHY, OHY...),

  • les rapports d’activité et publications des organisations patronales (DEİK, TOBB, Chambres de Commerce et d’industrie...).

Les rapports du secteur maritime (Deniz Sektörü Raporu)

  • 41 Le relais peut être ici pris par la consultation des Lloyd’s Register of Shipping –un bureau est ou (...)

95Ces rapports annuels sont l’œuvre de la Chambre de Commerce Maritime d’Istanbul, compétente sur toute la Turquie, malgré quelques polémiques et quelques tentatives de scissions. Pour notre objet, peu d’informations concernent la migration, mais cette source nous intéresse pour la définition de la circulation migratoire ou encore l’approche des migrations de transit en provenance de Turquie, en particulier depuis 1990, avec le déclenchement de la crise yougoslave et la transformation de l’URSS en CEI. Un chapitre peut donc être signalé : l’évolution des trafics maritimes de passagers et de véhicules sur car-ferries et ro-ro. De quatre en 1990, les ro-ro sont ainsi passés à vingt-cinq en 1998, mais les traversiers, malgré un relatif développement, n’intéressent qu’une partie de la clientèle potentielle. Alors que le nombre de navires en service passe de 5 à 8 (compagnie nationale TDİ), le nombre de passagers transportés tombe de 216 000 à 160 500, le nombre de véhicules transportés de 33 000 à 30 000 (1991 à 1996). On fera remarquer que dans ce domaine, ce sont toujours les compagnies grecques qui tirent pourtant leur épingle du jeu, à l’exception du trafic TIR41 (DTO). Les compagnies privées turques de car-ferries n’ont pas encore pu réellement, pour diverses raisons, concurrencer les grecques, alors que le secteur des transports routiers de marchandises a su le faire. L’organisme dispose d’un site Internet : www.chamber-of-shipping.org.tr.

Les rapports d’activité de l’UND (Uluslararası Nakliyeciler Derneği) : Association des Transporteurs Internationaux

96Il est clair que le trafic de camions immatriculés en Turquie ne peut s’apparenter au flux migratoire ; toutefois, en tant que véhicule stricto sensu de denrées alimentaires, biens et objets « culturels » (certains ustensiles de cuisine, certains articles textiles ou de mobilier) produits en Turquie et commercialisés en Europe sur les lieux de résidence des immigrés, il participe de la logistique de la circulation migratoire comme de celle de l’établissement de communautés ou groupes structurés de population turque dans les pays du champ migratoire. Avec 794 membres (833 en 2002 !) et 57 973 véhicules (dont 28 915 remorques) pour 697 588 tonnes de capacité de charge en 1998, l’UND a des compétences proches de l’AFTRI française (Association Française des Transporteurs Routiers Internationaux). Avec la remarque énoncée précédemment, à savoir qu’il est très difficile de démarquer ce qui ressort de la circulation migratoire et ce qui ressort du commerce extérieur dans les données disponibles en Turquie ou à l’étranger, les rapports annuels UND sont hautement instructifs sur la structuration de l’espace relationnel turc et sur la construction du champ migratoire.

97Il y a lieu de décrire brièvement la fiche technique que produit chaque membre de l’Association et le traitement général présenté comme rapport d’activité du secteur :

  • la fiche technique comprend les rubriques suivantes : nom du représentant de la société, capital inscrit, parc véhicules, capacité de transport, pays d’exercice, bureaux en Turquie et bureaux à l’étranger. Les pays d’exercice et les coordonnées des bureaux à l’étranger, toujours précises puisqu’il s’agit d’un document professionnel (en partie consultable sur Internet). Elle nous renseigne sur la structuration du champ d’activité des transporteurs, celui-ci se confondant étroitement avec le champ migratoire ; une piste de recherche se trouve de fait ouverte quant à la structure des circuits d’approvisionnement du commerce turc en Europe et plus généralement entre Europe occidentale et pays de la CEI.

  • le traitement général du rapport d’activité annuel est intéressant à plusieurs titres ; on y trouve jusqu’au passage sur informatique (www.und.org.tr) :

    • l’évolution des trafics aux postes frontières selon les modes de transport (route, ro-ro),

    • les routes empruntées avec l’évolution des quotas annuels par pays de destination ou traversés,

    • depuis 1996, les entrées de véhicules turcs par pays de destination.

98On peut donc suivre mois par mois, année par année, pays par pays, l’évolution des trafics turcs et étrangers, en provenance, à destination, en transit, de et par le territoire turc. On y apprend que la Turquie est en relation par la route avec l’Afghanistan (1997 et 1998) et la Mongolie (1998).

Le Guide du Transport (Nakliye Elkitabı) : publication privée sous les auspices de plusieurs organismes, UND, UTİKAD et IATA

99Ce guide publié par une société privée d’Istanbul apparaît en 1998 et se trouve en vente libre. C’est avant tout un document édité pour un usage professionnel, comme les publications de l’UND ou la revue UTA (publications Uzman, Istanbul). Il reprend pour un public plus large le rapport d’activité de l’UND –par ailleurs disponible sur Internet– mais développe des chapitres et des informations sur des prestataires qui n’apparaissent pas dans les publications UND et surtout fait le tour de la quasi-totalité de la branche d’activité : entreposage, transport routier intérieur (association TND), messagerie, constructeurs et équipementiers automobiles (associations OSD et TAYSAD), commissionnaires et agents (UTİKAD), transporteurs aériens (IATA-Turquie), armateurs (DTO), transport ferroviaire (TCDD)... C’est donc toute la branche des transports de marchandises qui apparaît ici très organisée et qui peut à tout moment être démarchée pour une meilleure connaissance des relations de la Turquie avec son environnement économique.

Les compagnies aériennes

100Depuis la Loi 2920 portant sur la déréglementation des transports aériens, cette activité a singulièrement été développée pour répondre à la fois aux besoins de la circulation migratoire (de Tapia 1996, 1997) et du tourisme international. Chaque compagnie édite statutairement un rapport d’activité annuel remis au ministère des Transports. DİE édite une nouvelle série de fascicules intitulés « Statistiques du transport Aérien ».

101Ces statistiques peuvent être comparées à celles de l’OACI (trafic par étapes) travaillées par Franck Gosselin dans le cadre du rapport IHESI (1999). Il en ressort deux faits majeurs :

  • le développement de l’activité en Turquie ; on passe d’une compagnie nationale à 22 compagnies en 1996 (29 en 1993) possédant 110 appareils travaillant sur lignes exclusivement internationales (33 avions) ou alternativement intérieures et internationales (77 avions). THY sort renforcée malgré la concurrence d’Istanbul Airlines (İHY) et Onur Air (OHY).

  • L’extension des dessertes internationales qui part de la relation privilégiée, presque exclusive avec l’Europe occidentale, pour aboutir à l’implantation sur des destinations en Europe orientale, Russie, Caucase, Asie centrale, Japon, Chine. Des essais sont faits vers Kazan (Tatarie), Simféropol (Crimée) ; le maintien ou l’abandon (Kazan) de ces lignes témoigne de conditions de rentabilité suffisantes ou non.

  • La Turquie devient à son tour un pays plaque tournante du trafic aérien international. THY associée dans le groupe Qualiflyer (Swissair ; Sabena, Austrian Airlines, Air Portugal, AOM) a multiplié les accords bilatéraux avec les prestataires centrasiatiques et balkaniques (Azerbaycan Hava Yollari, Uzbekiston Hovo Yollari, Air Kazakstan...) à partir du « hub » de Yeşilköy (Aéroport Atatürk). Au moins 130 compagnies charter russes ou ex-soviétiques ont un bureau de liaison en Turquie (Nakliye Elkitabı 2, 1998).

102Les rapports UND ou les publications communes UND-UTİKAD (Nakliye Elkitabı 1998) signalent une extension croissante du champ couvert par les transporteurs routiers ou aériens, Turkish Airlines comprise. En particulier, l’apparition de bureaux de liaison des sociétés de transports TIR ou de points de vente THY à Moscou, Rostov na Donu [Rostov sur le Don], Krasnodar, Tachkent, Tirana ou Kazan, vient confirmer l’extraordinaire ouverture de l’économie turque sur l’étranger et la multiplication de colonies émigrées dont la logique première peut sembler fort différente de la migration de travail vers l’Europe (1958-1973), mais qui en réalité nous fait croire à une évolution du potentiel migratoire sous l’effet des progrès de l’éducation et de la formation (en Turquie) comme de la transformation de l’économie internationale.

2.3.2. Les compagnies consulaires et associations patronales (DEİK, TOBB, TMB...)

  • 42 Pour ne citer que deux exemples, la collection éditée par la Chambre de Commerce d’Istanbul, une qu (...)

103De nombreuses organisations patronales, à l’instar de ce qui a été présenté ci-dessus pour les transporteurs, peuvent publier des données ou des analyses intéressant indirectement notre objet. Regroupées au sein d’une Union des Chambres et Bourses de Commerce et d’industrie ayant son siège à Ankara, les Chambres de Commerce et d’industrie publient de nombreuses études localisées ou thématiques. Toucheront notre thématique propre les rapports et études concernant particulièrement les investissements turcs à l’étranger, les chantiers du bâtiment et travaux publics. Ainsi l’Union d’Ankara (TOBB-Türkiye Odalar ve Borsalar Birliği), l’Institut des Relations Économiques extérieures (DEİK-Dış Ekonomik İlişkiler Kurulu : www/deik.org.tr), parfois les CCI les plus puissantes, comme la Chambre de Commerce d’Istanbul (İTO-İstanbul Ticaret Odası), l’Union des Entrepreneurs du BTP de Turquie (TMB-Türkiye Müteahhitler Birliği : www.tca-uic.org.tr) proposent rapports, études, guides pratiques à l’usage des investisseurs, susceptibles d’intéresser les chercheurs sur l’émigration (voir aussi site du ministère des Travaux Publics : www.bayindirlik.gov.tr). Cet intérêt réside dans deux aspects principaux : l’analyse de la pensée des acteurs économiques turcs, la production de statistiques partielles sur la présence turque à l’étranger, au moins sur deux types d’emplois, indépendants ou cadres d’entreprises turques installées à l’étranger, effectifs de travailleurs sur les chantiers42. Ces données qui restent parcellaires ont l’intérêt de nous renseigner sur les tendances nouvelles dans de nouveaux territoires d’immigration (Europe orientale et centrale, dont balkanique, Russie et Asie centrale).

104Les statistiques turques sont riches d’enseignements et faciles d’accès. Dans l’ensemble, elles apparaissent relativement fiables et relèvent de la tradition ottomane qui comptait et décomptait les aspects les plus divers de la vie sociale et économique dans un évident souci de contrôle des populations, contrôle militaire et fiscal permettant à l’empire de maintenir sa place dans le concert des nations. Les Turcs sont les premiers à dénoncer les insuffisances de leur appareil statistique ou les détournements de procédures, par exemple des exportations fictives. Les statistiques sur l’emploi sont souvent sujettes à caution dans la mesure où l’activité économique reste très fluctuante, avec un secteur informel très important. En ce qui nous concerne ici, les statistiques de passage de frontière sont probablement parmi les plus fiables, avec des frontières bien gardées, à l’exclusion du quart sud-est du pays, où cependant les militaires se déplacent vite en cas de besoin (afflux kurdes de 1988 et 1991). Entre le pays d’origine et les pays d’immigration d’Europe occidentale, il serait utile d’examiner systématiquement les passages de frontières par nationalités, ressortissants turcs et populations en rapport avec le territoire turc pour avoir une idée des flux véritables passant d’un compartiment à l’autre.

105Nous avons une idée nette des flux sur les frontières turques, même si des passages clandestins sont toujours possibles. Nous avons une idée nette des présences turques et assimilées (nationaux et naturalisés) dans les pays traditionnels d’immigration, Allemagne, France, Belgique, moins pour les nouveaux pays d’immigration, de la Finlande au Kazakhstan. L’Italie doit être cernée de plus près dans ce domaine, en ce qui concerne la population d’origine turque qui semble en augmentation sensible. Par contre, dans tous les pays d’Europe orientale, l’immigration turque est un fait nouveau pour des législations et des réglementations en construction. Il serait donc nécessaire au préalable de se livrer dans tous ces États au même exercice qu’en Turquie, de façon à comparer les flux sur les frontières turques avec les mêmes flux sur les étapes intermédiaires, Bulgarie, Roumanie, Yougoslavie, Macédoine, Grèce, Albanie, Hongrie, Ukraine, Russie, Biélorussie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Finlande.

106Nous avons essayé ici de rendre compte de l’ensemble de l’appareil statistique turc susceptible d’être utilisé pour une meilleure connaissance de la totalité des aspects de la présence turque en Europe et dans le monde par le biais de la mobilité et de la migration internationale. Cet appareil qui décrit des formes très variées de mobilité des hommes, des marchandises, de l’information et des capitaux permet de cerner et de mieux définir des réseaux de natures très différentes. C’est à n’en pas douter dans l’analyse fine de ces catégories statistiques et dans la comparaison entre flux d’essences différentes (hommes, biens matériels, flux immatériels) qu’il est possible de trouver les indicateurs de mouvements non apparents dans les statistiques européennes ou nationales telles qu’elles existent (SOPEMI, EUROSTAT, UNHCR...). Reste à confronter résultats acquis en Turquie, pays de départ, dans les pays d’immigration et dans les pays de transit, bien que ce terme, légitime lorsque les pays de l’Europe orientale ne participaient pas directement du champ migratoire turc, semble ne plus être approprié, ces pays devenant à leur tour pays de résidence pour les immigrés turcs (IHESI 1999).

Notes

23 Ce ne sont pas des cas isolés, la Direction Générale des Archives Nationales (DAGM-Devlet Arşivleri Genel Müdürlüğü, Ankara) s’est essayé au même exercice (932 titres, toutes langues).

24 Au moment de l’édition, des chiffres plus récents sont disponibles. Pour 2003, voir données du ministère du Travail et de la Sécurité Sociale : Bülten (3) 3 de TC Çalışma ve Sosyal Güvenlik Bakanlığı (www.calisma.gov.tr/birimler/yih/bulten/2003_sayi3)

25 Selon l’édition allemande de Milliyet (25.06.2001), 1 700 000 Turcs se seraient inscrits auprès de l’administration américaine pour bénéficier du tirage au sort lié à la greencard alors que le quota réservé aux ressortissants turcs ne serait que de 1000 places. Skylife, mensuel de la compagnie Turkish Airlines, fait d’ailleurs de la publicité pour cette forme d’émigration.

26 L’ouvrage de Nermin Abadan, publié par Devlet Planlama Teşkilâti en 1965, est le premier d’une très longue série d’études que mèneront chercheurs turcs et étrangers. Son auteur, aujourd’hui retraitée, a accompagné l’émigration turque sur toute son histoire, parallèlement à d’autres travaux reconnus sur la sociologie des femmes et de la famille en Turquie.

27 À l’image de Yozgat Kataloğu 1990 [Catalogue de Yozgat 1990], édité par l’Association Culturelle et de Solidarité des Originaires de Yozgat à Istanbul, en deux volumes, 645 pages et quelques (photos, publicités non paginées), présentant histoire, géographie, économie, culture, personnages célèbres, administrateurs, élus locaux... Le tout introduit par deux ministres d’État (Cemil Çiçek et Ercüment Konukman), le ministre de l’Agriculture, de la Forêt et des Affaires Rurales (Lüftullah Kayalar), tous trois originaires du département, le préfet et le maire de Yozgat (Document prêté par un originaire de Yozgat vivant à Strasbourg).

28 Anecdote souvent mise en avant par Gaye Şalom ou Altan Gökalp lors de leurs premières interventions écrites ou orales sur l’immigration turque en France, le cas de travailleurs non francophones, peu scolarisés, qui mirent en difficulté des patrons indélicats devant les juridictions professionnelles parisiennes ; ils avaient accompagné la signature de leurs contrats de codicilles en turc signifiant « je signe sans comprendre », ce qui prouva leur bonne foi.

29 L’actuel ministère est le ministère du Tourisme (TC Turizm Bakanlığı). Culture et Tourisme ont souvent été regroupés, mais en Turquie comme ailleurs, l’envergure des ministères est sujette à variation selon la composition des gouvernements et l’idée que l’on se fait du thème abordé.

30 Peu connu en France, ce sujet est toutefois traité par de nombreux auteurs, dont quelques Français, dans ses dimensions historiques ou plus récentes. La bibliographie serait en fait fort longue. On citera parmi les auteurs français ou francophones, Alexandre Toumarkine, Paul Dumont, François Georgeon ou Nedim Tarhan pour l’une ou l’autre approche du phénomène.

31 En 2000, pour les trois premiers mois de l’année, 23 Algériens, 75 Marocains et 16 Tunisiens avaient été arrêtés sur les frontières, généralement en Thrace orientale où se joignent les frontières turques, bulgares et grecques. Pour 1999, les chiffres sont respectivement de 228, 356, 60. Pour la période 1995-premier trimestre 2000, la police turque a appréhendé 579 Algériens, 900 Marocains, 252 Tunisiens.

32 Le reportage touristique de Patricia Daunt pour la revue anglo-américaine de Turquie, Cornucopia, (12/2), 1997 : 54-73, met en relation l’architecture villageoise prestigieuse de la vallée de Hemşin avec l’émigration de pâtissiers et de restaurateurs vers la Russie du sud, le Caucase, la Crimée ou Téhéran. Bien d’autres indications peuvent être relevées chez des géographes (Necdet Sözer) ou des historiens (Kemal Karpat) de ces filières des originaires des vallées pontiques vers la Russie ou les pays riverains de la mer Noire occidentale (Bulgarie, Roumanie). À notre connaissance, il n’existe cependant pas d’étude systématique de ces filières de gurbetçi (travailleurs vivant de la nostalgie ; ce sera aussi le terme employé pour les migrants d’Allemagne). De fait, les modifications successives des frontières de l’Empire ottoman ont bien souvent transformé en migration internationale ce qui était une migration de travail interne.

33 Là où les statistiques européennes distingueraient « réfugiés de souche turque » (= Aussiedler) et « réfugiés statutaires et solliciteurs d’asile » !

34 Catégorie inventée par les sociologues (Altan Gökalp, Nadine Weibel) pour qualifier le commerce par les Turcs de produits réputés licites selon la Sunna et donc halal, helâl en turc : viandes, charcuteries, produits alimentaires, vite rejoints par d’autres produits (vêtements tesettür) ou services commercialisés par des groupes mettant en avant leur conviction religieuse à fin toute commerciale.

35 Il n’est pas rare que, venues en touristes et sans visas, des familles albanaises, kosovares ou bosniaques, s’installent chez des proches, familles ou amis ; leur présence peut être relevée dans certains quartiers des grandes agglomérations par le stationnement des voitures qui ont gardé leur plaque d’immatriculation originale. L’arrondissement d’Istanbul nommé Yenibosna [Nouvelle Bosnie] attire ainsi de nombreux Bosniaques et Albanais. De très nombreuses sociétés de transports y ont leur siège social.

36 Entretien avec M. l’Attaché de Police près l’Ambassade de France à Ankara le 12.11.1999, entretien téléphonique et échanges de fax avec le Directeur des Relations Internationales à la Direction générale de la Sécurité, Ankara, dans le cadre de la mission IHESI, projet ODYSSEUS. Rencontre à Bruxelles avec le Président de la Direction des Étrangers et des Frontières.

37 Paul Henze a travaillé à la Rand Corporation (USA) et Enders Wimbush a été responsable de Radio Liberty à Munich. Le journaliste de Cumhuriyet Uğur Mumcu s’est souvent opposé à Paul Henze qu’il décrit comme étant le responsable de la CIA pour la Turquie.

38 La physionomie très « turque » de l’auteur de ces lignes lui aura valu de nombreuses fois de changer des francs français au taux ouvrier et de fréquenter indifféremment banques et officines de change sans paraître le moins du monde touriste. Les banques demandent encore, pas toujours, un passeport, les bureaux de change jamais. Les statistiques doivent nécessairement s’en ressentir ! La multiplication des guichets automatiques devrait faciliter la production statistique sur l’origine des devises. Sinon, n’importe quelle station-service, n’importe quel chauffeur de taxi ou commerçant, se fera un plaisir de jouer les agents de change.

39 Entretien le 24 novembre 1999 avec le Directeur Général Adjoint, lors d’une mission pour le projet ODYSSEUS à Ankara.

40 On peut citer nombre d’enquêtes du journaliste d’investigation turc, Uğur Mumcu, sur les transferts de fonds entre la Turquie et divers pays d’Europe, dont évidemment la Suisse. Ces très nombreuses enquêtes sur les groupes politiques, réseaux de délinquance, terroristes, clandestins divers, forment une partie importante du travail d’un journaliste connu pour son indépendance d’esprit et victime d’un attentat devant son domicile d’Ankara le 24 janvier 1993. Parmi les titres disponibles aujourd’hui -une maison d’édition a été créée et dédiée à sa mémoire et à celle des journalistes victimes du terrorisme– on relève : Trafic d’armes et terreur ; Le Pape, la Mafia et Ağca ; Rabita (organisation saoudienne) ; Confrérie, Politique et Commerce ; Nationalisme S.A. ; Droit, État et Tribu...

41 Le relais peut être ici pris par la consultation des Lloyd’s Register of Shipping –un bureau est ouvert au public à Paris– ou le réseau Internet pour les compagnies maritimes grecques, dont certaines, à l’image de Minoan Lines, font un remarquable travail de communication.

42 Pour ne citer que deux exemples, la collection éditée par la Chambre de Commerce d’Istanbul, une quarantaine de titres sur les pays partenaires de la Turquie, à la fois guides pratiques et études économiques, parfois fondés sur des enquêtes solides auprès des expatriés (Autriche, Pologne...) ou les publications sur Internet du DEİK (Kazakhstan).

© Institut français d’études anatoliennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search