Version classiqueVersion mobile

Migrations et diasporas turques

 | 
Stéphane de Tapia

Chapitre Premier. Diaspora ouvrière et Circulation migratoire

Texte intégral

1.1. Problématique de départ

1Avant de décrire dans les grandes lignes l’ensemble des réseaux qui animent le champ migratoire turc d’Europe, il est utile de cerner le schéma de structuration interne de l’émigration. Une typologie simple est proposée au chapitre troisième, car il n’est pas dans notre propos de détailler l’ensemble des maillages sociaux et spatiaux qui sous-tendent l’un des champs les plus vastes et les plus riches du monde actuel. Sans répondre directement et immédiatement à la question, le thème de la diaspora ouvrière, notion proposée par Gildas Simon et figurant dans le titre du rapport dont ce livre est issu, sera évoqué d’emblée.

2Initiée dans l’optique allemande de la migration alternante, où l’intégration n’était aucunement souhaitée, ni par la partie allemande, ni par la partie turque, l’émigration de travailleurs aboutit avec le temps à l’installation de populations d’origine turque dans presque toute l’Europe de l’Ouest, de colonies ou de communautés –les termes sont à préciser et à discuter– le plus souvent fort actives, mais se développant relativement en marge des sociétés d’accueil, fait plus ou moins recherché (l’Allemagne et la Suisse préfèrent promouvoir la migration alternante et les Gastarbeiter, littéralement travailleurs invités), accepté (avec pour les Pays-Bas ou la Grande-Bretagne l’idée de minorité culturelle et de minorité ethnique) ou rejeté (France, intégration, malgré un postulat de départ identique à celui de l’Allemagne, cf. Delerm 1967). En quarante-cinq ans d’émigration, obéissant à des logiques diverses, parfois contradictoires, les migrants s’installent avec familles, instituteurs, imams, mosquées (malgré tout discrètes dans la plupart des cas), épiceries, journaux... et paraboles.

3Cette installation répond-elle à la définition d’une diaspora ? La question n’est peut-être pas innocente, si une réponse affirmative conditionnait l’avenir des populations turques d’Europe Occidentale. À l’origine, le terme même de diaspora (dispersion en grec) s’applique historiquement à la dispersion des Juifs d’Israël, punis par les Romains pour leur résistance acharnée et le danger potentiel de leur vision religieuse monothéiste, à une époque où le polythéisme est la règle. Appliquée par analogie à d’autres populations dispersées par des cataclysmes politiques (Arméniens, Palestiniens...) pour qui la référence au territoire semble sinon mythique, du moins problématique (Palestiniens, Kurdes, Tibétains...), le terme s’étend de facto et par extension à toutes populations dispersées de par le monde, quelles que soient les circonstances de la dispersion : on parlera de diaspora chinoise, grecque, albanaise, irlandaise, italienne... et dans ce sens général, descriptif, sans connotation particulière, d’une diaspora turque –Altan Gökalp emploie souvent le terme dans ses articles– ou d’une diaspora ouvrière turque (Simon 1990).

  • 10 Pierre George, Géopolitique des minorités, PUF, Paris, 1993.

4Ceci pourtant n’est pas accepté par tous : Chaliand & Rageau (1991), dans la présentation de leur Atlas des Diasporas ne retiennent pas les Turcs, mais les Grecs Pontiques, Arméniens et Assyro-Chaldéens, tous Anatoliens et partageant, ou ayant partagé, les mêmes territoires que les Turcs, pas plus que Lacoste (1989) pour qui la diaspora ne peut être retenue qu’au-delà de 50 % de population non résidente sur le territoire d’origine. Ceci exclut Chinois et Turcs ou encore Italiens, mais permet d’inclure les Irlandais. Pour les populations allemandes dispersées en Europe et dans le monde (États-Unis, Brésil...), les auteurs relèvent une définition du géographe Pierre George qui les qualifie de minorité de supériorité, notion qui pourrait peut-être s’appliquer aux Turcs10. Selon Chaliand & Rageau (1991 : XI-XXI), la diaspora peut être caractérisée par :

  • un désastre, souvent de nature politique, provoquant la dispersion collective et forcée d’un groupe religieux et/ou ethnique,

  • le rôle joué par la mémoire collective, qui transmet à la fois les faits historiques ayant provoqué la dispersion, et au sens large, un héritage culturel –celui-ci étant souvent religieux,

  • la volonté de durer en tant que groupe minoritaire en transmettant un héritage,

  • le facteur temps, car seul le temps décide si une minorité répondant à tout ou partie des critères énoncés est une diaspora.

5Ces critères –nous citons directement les auteurs– paraissent clairs et adaptés à une partie au moins des ressortissants turcs entraînés durant la seconde moitié du 20e siècle dans l’aventure migratoire.

6Si l’on retient par contre la définition de Ma Mung (1992) qui allie multipolarité de la migration et interpolarité des relations, le terme pourrait être retenu pour les Turcs qui disposent de nos jours à la fois d’un État relativement puissant et de nombreux points d’ancrage en Europe, se distinguant en général des populations d’accueil par leurs caractéristiques politiques, religieuses, commerciales ou économiques.

  • 11 Présentée une première fois lors de ce Colloque organisé par l’Union Géographique Internationale (U (...)

7Il importe donc avant tout de définir la population dont on parle car, ce n’est sans doute pas un hasard si la contribution de Doomernik et Van Amersfoort (1996) au Colloque de Larnaka (1993) intitulée Les Réseaux des Diasporas, pose très exactement la même question pour la même population11. Plus tard, Isabelle Rigoni (1997) repose la même question : les migrants de Turquie : réseaux ou diasporas ?, titre d’un article paru dans la revue L’Homme et la Société.

8Tout dépend a priori de la grille de lecture choisie. Parle-t-on de Turcs juridiques (citoyens de la République de Turquie où la Constitution, sauf exceptions régies par le Traité de Lausanne, ne reconnaît pas le fait minoritaire), de Turcs ethniques (qui rassemblent Turcs des Balkans, de Chypre ou de Meskhètie, Turkmènes d’Irak et de Syrie, mais excluent de nombreuses minorités autochtones et immigrées non turques, dont un certain nombre n’ont jamais remis en cause leur appartenance à l’État turc, tels que Lazes, Tchétchènes, Bosniaques, Albanais ou Tcherkesses). Ceci nous apparaît à la fois trop artificiel et trop théorique pour rendre compte d’une réalité hautement fluide et complexe (mais guère plus que celle qui prévaut dans les Balkans, au Moyen-Orient ou dans toute l’Asie intérieure, turcophone ou non, entre Caucase, Caspienne et province chinoise du Gansu), où sous le couvert d’États-nations modernes coexistent plus ou moins pacifiquement des mosaïques ethniques (Sellier & Sellier 1992 et 1993).

  • 12 Fait remarquable, cette communauté use encore cinq siècles plus tard d’un dialecte espagnol dit lad (...)
  • 13 Signalons le cas peu connu des communautés kurdes d’Asie centrale, d’Afghanistan, du Khorassan iran (...)

9Coexistent, à İstanbul comme en Anatolie, aussi bien plusieurs éléments de diasporas que de très nombreuses formes de mobilités, historiques ou contemporaines. Appartiennent aux diasporas « classiques », archétypales, diraient les sociologues (Médam 1993), Juifs d’İstanbul souvent originaires d’Espagne et accueillis par l’Empire ottoman à partir de leur expulsion en 149212. Arméniens rescapés des massacres collectifs qui ont ensanglanté l’Empire entre 1896 et 1922, avec le paroxysme de 1915, génocide pour les Arméniens, regrettable épisode de guerre pour la plupart des Turcs (ce qui reste un contentieux majeur de politique internationale entre les Arméniens de la diaspora et la République d’Arménie, soutenus par plusieurs pays occidentaux, dont la France, d’une part, les Républiques de Turquie et d’Azerbaïdjan, soutenues par une grande partie de leurs opinions publiques, d’autre part), Assyro-Chaldéens, chrétiens orientaux de rites divers mais usant de l’araméen comme langue liturgique, victimes eux aussi de la fatidique année 1915. On remarquera qu’Arméniens et Assyro-Chaldéens sont ici des autochtones pour qui l’Anatolie orientale est le territoire d’origine. Appartiennent aux diasporas en cours de formation les Kurdes déjà éclatés sur quatre pays et plus par le découpage des frontières internationales (Turquie, Iran, Irak, Syrie, Caucase) après le traité de Lausanne (1923), mais qui avec l’émigration turque et les soubresauts politiques de l’Iran et de l’Irak s’installent dans toute l’Europe occidentale (colonies kurdes importantes en Allemagne, France, Suède, Grande-Bretagne)13. Mais à côté de ces cas relativement connus, il faudrait citer ceux de multiples populations immigrées en Turquie ottomane au courant des 19e et 20e siècles qui toutes gardent souvenir de leurs origines et qui toutes ont pu reprendre des contacts avec leurs territoires d’origine depuis 1989, à l’instar des Tcherkesses ou des Tchétchènes caucasiens, parfois plus nombreux en Turquie que dans le pays d’origine. Les Tcherkesses par exemple, expulsés à la fin du 19e siècle par les autorités russes, se sont réfugiés en masse dans l’Empire. Leurs descendants sont aujourd’hui citoyens turcs, bulgares, jordaniens, syriens, russes... Peut-on pour eux aussi parler de diaspora ? Il ne s’agit là aucunement de cas isolés.

1.2. Définitions préalables : champ et circulation migratoire

  • 14 Pour la France, voir la bibliographie en fin d’ouvrage : Ritter, Wolkowitsch, Wackermann, Dacharry, (...)

10Nous abordons ici l’étude de ce champ par le biais des échanges en général, des transports et communications en particulier, procédé assez rare dans l’étude des migrations internationales bien que de nombreux géographes des transports citent l’importance historique et contemporaine des flux migratoires dans l’économie des transports, par exemple pour le développement des vols charters dans le trafic aérien14.

11Qui dit migration dit mobilité et cette mobilité entraîne une ou plusieurs opérations de transport. Ceci est tellement évident que seuls de très rares universitaires ou chercheurs –pour la France, on citera Poinard ou Simon en Géographie, Tarrius, Begag ou Marotel... en Sociologie des Transports et Anthropologie de la Mobilité– se sont penchés sur l’économie générale des transports en liaison avec la migration internationale, i.e. la circulation migratoire.

12Avant tout développement, il nous faudra expliciter les notions de champ et de circulation migratoires. Pour Béteille (1981), une « relation migratoire procède de liens complexes qui doivent exister simultanément », totalement ou partiellement, soient des ensembles de relations individuelles ordinaires (familiales, sociales), de travail et d’affaires entre émigrés (significatives car préférentielles), des investissements et liens fonciers dans la région d’origine, des relations de loisirs et de retraite, des liens administratifs avec la région ou le pays d’origine. Etablie au départ pour des migrations internes, cette relation s’applique tout autant aux migrations internationales actuelles [Fig. 1 : La définition d’un champ migratoire, selon Roger Béteille, 1981].

13Partant de là, et toujours selon Béteille, le champ migratoire réunit plusieurs éléments en totalité ou partiellement, entre zone d’origine et émigrés :

  • attraction préférentielle incontestable d’un pôle urbain, éclipsant les autres (dans le cas turc apparaissent de fait plusieurs pôles urbains, internes comme externes),

  • flux migratoire durable, issu d’un même groupe humain,

  • orientations professionnelles préférentielles impliquant des solidarités actives,

  • relations privilégiées ayant valeur de comportement de groupe (norme sociale) entre zones de départ et d’accueil et à l’intérieur des colonies d’émigrés (solidarité et contrôle),

  • conséquences évidentes sur les communautés d’origine (économiques, culturelles)

  • nuances locales (existence de types purs et marginaux).

14Le champ migratoire, aire d’extension des migrations d’une population donnée, à l’image d’un champ magnétique, est un espace dans lequel ladite population construit un ou des réseaux de relations... Cet espace est structuré par les manifestations de la migration, flux, organisations, services... C’est, comme l’écrit Simon (1979 : 101), un « véritable espace humain, fortement structuré, original et dynamique ». [Fig. 2 : Application au cas tunisien, exemple par Gildas Simon, 1979]

15Fondées sur des constats parallèles, les thèses de Béteille (1974) sur l’Aveyron –migrations intérieures avec une faible composante internationale–, Simon (1979) et Poinard (1991) sur la Tunisie et le Portugal, à propos de migrations internationales à forte composante bilatérale vers la France, attestent de l’existence de champs migratoires complexes, espaces relationnels de solidarités professionnelles et/ou culturelles. L’ensemble de ces relations privilégiées, mesurables en grande part, alimente une véritable économie d’échanges, basée sur des prestations de transport et de communication, entre les divers pôles d’origine et de départ, la circulation migratoire, que l’on pourrait définir comme l’ensemble des mobilités induites par le fait migratoire, incluant flux d’émigration et de retour, mouvements touristiques vers le pays d’origine, personnes accompagnantes, flux invisibles et immatériels, comme l’information et l’investissement. Agent de l’économie des migrations internationales (Tapinos 1974), cet ensemble paraît digne d’intérêt pour la géographie des transports en tant que producteur d’espaces particuliers.

1.3. Circulations migratoires et diasporas à l’ère de la mondialisation

16Quelle est dans cette optique l’intérêt d’une étude sur l’émigration turque et les circulations migratoires ? De fait, celle-ci constitue, avec les migrations maghrébines, l’un des principaux flux de populations aboutissant en Europe occidentale après 1950. Courant dynamique, puissant, sans cesse renouvelé, le flux turc pose autant de questions pratiques (l’intégration au quotidien) que de questions théoriques (pertinence des modèles migratoires internationaux). Nous proposons ici de rapprocher les concepts de diaspora et de circulation migratoire appliqués au cas turc.

17Peut-on en effet pour les Turcs parler de diaspora ? On a proposé les expressions de diaspora ouvrière (Simon 1990), diaspora prolétaire (Bruneau 1994), de quasi-diaspora, de semi-diaspora... en évoquant les exemples maghrébins, chinois, indiens, polonais, portugais, turc... et pour les différencier des archétypes que sont les diasporas juive, arménienne ou palestinienne (Sheffer 1986). 3 571 771 émigrés –chiffre officiel retenu par les autorités turques pour 1999, un tassement s’amorçant à cette date– sur un champ migratoire englobant Europe, Moyen-Orient, Australie, États-Unis et Canada, Russie et Asie centrale, mais avec une très courte histoire en ce qui concerne la migration internationale de travail, répondent-ils aux définitions classiques ? Peut-on utiliser le concept en même temps pour des situations d’héritages historiques comme celle des Balkans et pour l’émigration contemporaine vers l’Europe ? L’effacement de l’URSS vient ici singulièrement compliquer les choses en faisant renaître le spectre du panturquisme, idéologie romantique tout à coup exhumée, alors que la Turquie, les États-Unis ou l’Allemagne, voire l’Arabie Saoudite, abritent des colonies actives, bien que peu nombreuses, de réfugiés centre-asiatiques turcophones. D’aucuns en Turquie évoquent parfois une Communauté des États turcs, insistent sur l’émergence du monde turc (Türk Dünyası), voire d’une Eurasie turque (Avrasya) !

  • 15 Pour une compréhension plus rapide du phénomène de réémergence d’entités turcophones après 1989, on (...)

18Diaspora ou expansion géo-démographique de populations foncièrement instables depuis leurs origines ? Les populations turcophones, galaxie turbulente de groupements humains en mouvements depuis qu’elles sont connues (Louis Bazin 1986, Marcel Bazin 1993) ne disposaient jusqu’à peu (1990) que d’un seul état indépendant, sur le modèle occidental de l’État-nation, issu des décombres d’un Empire ottoman pluriethnique et multiconfessionnel, la Turquie. Subitement émergent à la recherche de leur identité, Azerbaïdjan, Turkménistan, Kirghizie, Ouzbékistan et Kazakhstan, voire Tatarstan et Sakha-Yakoutie (Ferro 1993)15. Au-delà des mythes et des élucubrations idéologiques souvent hasardeuses, force est de constater que depuis 1989, date où commence à vaciller l’Union soviétique, tout bouge, à commencer par les hommes, et que dans cette liberté de déplacement retrouvée, les ressortissants turcs apparaissent particulièrement mobiles et actifs. L’organisation de réseaux de transports et de communications prend là une dimension nouvelle.

19Dans le cadre de cette vaste aire culturelle comme d’ailleurs dans d’autres aires comparables, la définition de la circulation migratoire, dynamique par essence, n’était à notre connaissance, jusqu’à date récente, utilisée que par l’équipe MIGRINTER. Il s’agit bien de l’observation de flux humains, matériels et immatériels, formant le système nerveux et sanguin du champ migratoire ou de l’espace relationnel de populations qui ne se contentent pas de définitions statiques, mais vivent au quotidien une altérité que l’on pourrait qualifier d’interactive ou de dialectique, s’inscrivant dans leurs espaces de résidence comme dans leurs espaces d’origine (vacances, investissements, liens familiaux, liens matrimoniaux, échanges d’informations). Une bonne partie de la société turque semble –c’est un fait nouveau– pousser à l’émergence d’une nouvelle minorité transnationale ; les Turcs d’Europe (Avrupa Türkleri), notion souvent mise en avant (Şen, Ulusoy & Öz 1999) répondent ainsi à d’autres minorités historiques, telles que Turcs des Balkans (Balkan Türkleri) ou Turcs de Chypre (Kıbrıs Türkleri), transcendant tout à coup les limites de l’État-nation qui cherche cependant à se renforcer, en utilisant le versant « positif » de l’émigration : remises des émigrés, ethnic business, lobbying ; ceci tout en s’interrogeant sur sa réelle vocation à s’improviser chef de file de Républiques turcophones, avec qui les liens sont plus mythiques et sentimentaux que pratiques ou réellement économiques. La cohésion de l’ensemble, relativement vérifiée et justifiée en termes linguistiques, reste problématique en termes historiques et politiques, bien que les liens n’aient jamais été totalement coupés (Zarcone 1991 ; Bezanis 1994).

20Comment la circulation migratoire, préférentiellement orientée vers l’Europe occidentale, faite de multitudes de mouvements individuels ou familiaux, traduite par quelques millions de déplacements annuels, vient-elle conforter ou infirmer l’émergence d’une diaspora ouvrière disposant aujourd’hui de ses réseaux d’information, commerciaux, associatifs, politiques, religieux... mais aussi d’un solide appui étatique (réseau dense de Consulats établis en pays d’immigration, télévision transmise par satellite...) ? Une véritable économie des migrations avec plusieurs centaines d’autocars, des milliers de camions, plusieurs car-ferries et navires trans-rouliers, environ une centaine d’avions de ligne et pour le moins quelques centaines de milliers de véhicules privés utilisés par des émigrés pour leur retour en Turquie –encore ne s’agit-il que d’une estimation de l’armada battant pavillon turc, nous y reviendrons en détail– s’est mise en place.

21Au vu de plus de quarante années d’émigration, il est probablement encore trop tôt pour donner une vision globale d’un modèle turc –si modèle turc il y a !–, autant d’arguments militant pour l’intégration dans les divers milieux d’accueil que pour l’émergence d’un modèle de type diasporique, cependant bien différent des archétypes juif ou arménien.

1.4. Transports et migrations internationales : une évidence empirique, mais mal perçue

Au total donc, alors que le tracé du réseau ferré renvoie aux bégaiements de l’histoire portugaise contemporaine, celui du maillage des autocars a été, d’emblée conçu, et évolue en permanence, pour satisfaire les besoins des émigrés. Il représente sans doute un des plus beaux exemples d’investissement induit par la consommation des étrangers en Europe et devrait être cité en exergue dans tous les ouvrages traitant de l’économie des migrations internationales.
Michel Poinard (1991 : 527)

22Cette citation est probablement la meilleure entrée en matière possible pour une discussion sur le concept de circulation migratoire (le va-et-vient selon l’auteur). En effet, le caractère massif des migrations contemporaines, migrations de travail et dérivées, tel le regroupement familial, ou parallèle et connexe, comme l’établissement de réseaux commerciaux transnationaux sur base ethnique (ethnic business) ne peut se concevoir sans une opération de transport, quelquefois à très long rayon d’action (migration transocéanique ou « sud/nord »). Cela va de soi, à tel point que, si les géographes sont en réalité nombreux à se pencher sur la Géographie des Transports, d’autres à étudier la Géographie des Migrations ou de la Mobilité (internationales ou internes), les transports, véhicules des migrations internationales sont à peine évoqués.

  • 16 REMISIS : Réseau d’Information sur les Migrations Internationales, CNRS, Paris.

23Les références sur cet aspect de la question sont étonnement rares. Les bibliographies pourtant volumineuses sur l’immigration et les migrations internationales ne comportent que de très rares études sur des points très particuliers : quelques références sur les communications dans les ouvrages d’Abadan-Unat & Kemiksiz (1986) et de Boos-Nünning (1990), généralement tournées vers la presse et la radio destinées aux immigrés turcs d’Europe, quelques références spécifiquement « Transports » dans le catalogue REMISIS16, très rares comparées à la masse des écrits sur les différents aspects des migrations internationales et plutôt tournées vers les aspects juridiques, particulièrement sur la responsabilité des transporteurs en cas d’introduction de migrants non réguliers.

24On peut, comme Bakis sur un domaine comparable (Géographie des télécommunications 1984), s’étonner de cette absence de prise en compte du phénomène, aussi bien pour les transports que pour les communications en général et les télécommunications en particulier. Est-ce le caractère si évident de la mobilité (migration = mobilité = transports) ou le fait que, généralement, on étudie les migrations sur un lieu donné (pays de départ : les causes ou les retours, pays d’accueil : l’insertion, l’intégration) sans garder la vision dynamique du fait migratoire ? Il est vrai que le voyage proprement dit ne dure que quelques heures ou quelques jours et que les progrès technologiques dans le domaine des transports comme des télécommunications en viennent à neutraliser l’espace séparant zone de départ et zone d’arrivée. Mais justement, cette atténuation des distances : distance physique, kilométrique, distance-coût économique, distance psychologique (Tapinos 1974) est, selon nous, une donnée fondamentale en matière de migrations et de mobilités, dont l’effet pourrait être, si ce n’est déjà le cas, de bousculer les modèles classiques de migration (le melting-pot américain, l’intégration à la française, les migrations alternantes à l’allemande...). On peut comme Tripier (1990) se pencher alors sur l’évolution future de ces modèles, dont certains sont pourtant éprouvés.

  • 17 Pour un historique complet de ces notions (noria, va-et-vient, filière migratoire, chaîne migratoir (...)

25La question n’est pourtant pas nouvelle : Robert Montagne (1954), grand connaisseur du Maghreb et l’un des premiers chercheurs français à étudier les conditions de développement de l’émigration algérienne, alors dans le cadre français, parlait de noria pour qualifier des migrations alternantes et donc une mobilité dense et rapide. Critiquée par des chercheurs comme Sayad (1977), cette notion de noria tombe vite en désuétude mais sera reprise par Gonin dans sa thèse (1997). C’est la notion de va-et-vient qui apparaît déjà dans les écrits de Montagne qui a finalement plus de succès. Coauteur d’un ouvrage sur les migrants portugais (Charbit, Hily & Poinard 1997), Poinard utilise ce terme dès 1981 dans un article intitulé Retour et va-et-vient : l’exemple portugais paru dans Hommes et Terres du Nord17.

1.4.1. Transports et communications dans le(s) champ(s) migratoire(s)

  • 18 Gildas Simon nomme ces binômes des « couples migratoires » (Simon 1995 : 76).

26L’impact des systèmes de transports (lignes maritimes, lignes aériennes dont avions charters, liaisons ferroviaires internationales, la route en général) n’échappe à aucun observateur de la géographie des migrations. C’est la possibilité de mise en contact de deux espaces dont les relations n’étaient pas toujours déterminées à l’avance qui nous intéresse : si les migrations Finlande-Suède, Algérie-France, ou Inde-Grande-Bretagne se conçoivent aisément par l’ampleur de relations politiques, historiques, culturelles anciennes, les migrations Portugal-Allemagne ou Turquie-France apparaissent plus artificielles et moins évidentes18.

27De même, l’effet de l’information, transitant par des réseaux de communications (radio, télévision, presse, téléphone...) ou de transport (les personnes de retour, définitif ou temporaire dans leur village d’origine), sur le déclenchement des migrations est connu. Le rôle du chemin de fer entre Bretagne, Auvergne, Corrèze, Aveyron et Paris a été amplement reconnu (Béteille 1974, Châtelain 1977, Prival 1979). Encore était-on là dans un espace national, culturellement, ethniquement, religieusement (relativement) homogène !

28Aujourd’hui, il s’agit de l’intrusion sur un territoire quelconque, d’individus ou de groupes venant d’horizons beaucoup plus lointains et de cultures nettement différenciées. L’évolution des systèmes de transport a été telle que ledit migrant peut arriver d’Afrique Centrale aussi bien que d’Amérique Latine, de Chine ou du Pakistan. L’interconnexion des réseaux, supports de migrations, est, techniquement parlant, totale. Dès lors, il peut être intéressant de connaître les acteurs et les décideurs de l’ensemble des réseaux. Société d’accueil et une société d’origine sont maintenant complètement imbriquées et interdépendantes.

29Si on connaît bien les trafics de minerais de fer, de produits pétroliers, le commerce mondial du blé, la liaison entre transports et aménagement du territoire, entre transports et géographie du tourisme (Wackermann 1993, Tourisme et Transport), celle des transports et des migrations internationales n’a fait l’objet que de très peu de recherches. Ainsi :

30Jean Ritter (Géographie des transports 1976 : 81) y consacre quelques lignes : [à propos de l’action des compagnies de transports dans l’économie de traite et de mise en valeur de l’Amérique]

« imitée depuis la guerre par certains transporteurs aériens pour le transport par charters des travailleurs d’origine méditerranéenne embauchés par les industries du nord-ouest de l’Europe, actions de caractère privé qui ont des effets notables à la fois sur les régions de départ et les régions d’arrivée ».

31Maurice Wolkowitsch (1973 : 194) après avoir cité la ligne Europa-bus Munich - Maribor - Sofia - İstanbul - Erzurum - Tabriz - Téhéran écrit dans un paragraphe sur les travailleurs étrangers dans les pays industriels :

« Les statistiques ne distinguent pas le travailleur immigré des autres voyageurs, mais l’importance de ce trafic saute aux yeux lorsqu’on voit ces masses d’hommes à la frontière espagnole ou à la gare de Marseille. Les administrations ferroviaires ne semblent guère se soucier d’une clientèle nombreuse dont les voyages payés à plein tarif se font parfois dans de mauvaises conditions, est-ce une bonne politique ? Ces immigrés ne chercheraient-ils pas moins vite à échapper aux transports publics s’ils y trouvaient moins d’inconfort ; leur fidélité s’explique par l’impossibilité où ils sont –pour combien de temps ( ?)– d’acquérir un véhicule personnel. »

32La réponse donnée par Poinard (1991) pour les immigrés portugais est claire : le train a cédé la place à l’automobile, mais aussi à l’autocar, plus qu’à l’avion dans le cas du Portugal. Quelques autres observations sont disponibles dans les travaux de Pascual (1975) à propos des émigrés turcs, yougoslaves, grecs, tunisiens, dirigés vers l’Allemagne, de Faidutti-Rudolph (1964 : 370) sur les Italiens d’Aquitaine et les transports leur permettant de joindre Italie et France du Sud-ouest, avec l’émergence de l’automobile privée des familles immigrées :

« Cet esprit de famille se retrouve dans la fréquence des relations avec la famille restée en Italie. Dans les premières enquêtes du dernier après-guerre, il n’en était pas fait état, l’insécurité du travail, la faiblesse du niveau de vie, le haut prix des transports, n’incitaient pas l’Italien émigré en France à passer ses vacances en Italie. Il n’en est plus de même aujourd’hui où la mobilité de l’ouvrier italien comme celle de l’ouvrier français s’est profondément accrue.
Souvent heureux possesseur d’une voiture aux chromes soigneusement astiqués, l’immigré italien attend avec impatience l’occasion d’aller la montrer au village. Dans beaucoup de bourgs d’Italie, le 15 août est devenu la fête des émigrants, des messes sont dites à leur intention, des réjouissances leur sont consacrées et c’est le moment de comparer les mérites respectifs de la Renault ou de la Volkswagen, les avantages de l’émigration en France et en Allemagne.
Ces retours au pays ne gênent pas plus l’assimilation que ne le fait, pour la vie parisienne, le retour à la campagne natale de l’Auvergnat ou du Breton ».

33Cette description du 15 août ressemble trait pour trait à celles de Poinard (1991) pour le Portugal, quelques années plus tard. Autant dire que, transpositions religieuses faites, la même scène se déroule chaque été en Tunisie, Anatolie ou au Maroc musulmans, en Grèce comme en Serbie orthodoxes ou en Croatie catholique ! La question est pour nous de savoir si la remarque rassurante, quant à l’assimilation –dans le contexte postérieur des années 1980-2000–, de la fin de la citation de Faidutti-Rudolph est toujours d’actualité.

1.4.2. Circulation migratoire et histoire des migrations

34Pour être juste, il convient cependant de souligner que certains historiens se sont penchés avec une grande précision sur les conditions de transport des migrants au 19e et au début du 20e siècles. Ainsi Dirk Hoerder a participé à un numéro spécial du Journal of American Ethnic History (1993, 13.1) avec Deirdre M. Mageean, Gordin Read, Odd S. Lovell et Augusta Molinari : leurs contributions s’intéressent aux cas irlandais et danois, aux ports de Liverpool, Brême/Bremerhaven, Gênes. On y trouve déjà à cette époque des sociétés comme HAPAG (Hamburg-Amerikanische Packetfahrt Aktiengesellschaft) et Lloyd actives à la fin du 20e siècle dans le développement de la circulation migratoire turque. Quelques références de travaux du même type sont également disponibles dans la Revue Européenne des Migrations Internationales comme ceux de Géraldine Rieucau (1999) sur des questions de méthodes et l’utilisation des statistiques.

1.4.3. Transports autoproduits et territoires immigrés

35Dans cette notion complexe et ambiguë de va-et-vient (Poinard 1981) apparaît un fait probablement plus conséquent que la description de l’économie des transports migratoires, rarement réalisée au-delà de quelques touches impressionnistes, à l’exclusion des thèses de Simon (1979) et de Poinard (1991) qui parle de façon fort imagée de Géographie de l’Absence. C’est celui de la capacité des immigrés/émigrés à être à la fois acteurs de l’aménagement de leur espace et maîtres de leur propre territorialité, pratiquement invisible pour les non-initiés ou les étrangers au groupe considéré.

36Des divers travaux de Tarrius (1985a, 1985b, 1987a et b, 1988), Marotel (1991) et Begag (1984, 1991), il ressort, tout comme dans la conclusion de Poinard, que des territoires nouveaux, transnationaux et en définitive susceptibles de remettre en cause pour les intéressés la définition de l’État-nation (d’origine ou d’installation), sont en train de se constituer un peu partout entre pays d’émigration et pays d’immigration. Les transports, obéissant à des logiques économiques, réglementaires, donc également administratives et du ressort des États, n’en sont pas moins des vecteurs de biens, de personnes et donc d’idées qui ne connaissent aucune frontière. Même impression lorsque Perotti (1988) évoque le rôle des communications dans l’émergence de minorités immigrées, distinctes à la fois de la société autochtone et de la société d’origine.

37Ces territoires en filigrane sont construits et alimentés par des solidarités exogènes à la société d’accueil, souvent prédéterminées. Les réseaux de commerce ethnique sont souvent dans ce cas –et cela semble être aussi le cas des transports autoproduits, selon la définition de Tarrius–, des révélateurs discrets de solidarités socio-économiques profondes et d’étonnantes adaptations de traditions et de constructions sociales parfois très anciennes, bien qu’en transformations incessantes. Les travaux sur le Portugal et l’émigration portugaise, avec un recul d’une trentaine d’années, montrent la richesse du thème, même pour une population réputée intégrée et sans histoire (Charbit, Hily & Poinard 1997).

38Ces réseaux ethniques commerciaux, le fonctionnement de certaines communautés immigrées étudiées par MIGRINTER, Djerbiens, Ghomrasni et Juifs de Tunisie, Mzabites d’Algérie, Mourides sénégalais, Chinois du Zhejiang ou d’Indochine (Hoa) révèlent de grandes facultés d’adaptation, en particulier celle de jouer un rôle de diaspora avec maintien de liens très forts et polymorphes avec les sociétés d’origine.

39La question posée ici est celle du rôle effectif des systèmes de transports (personnes et biens, idées) dans le maintien des liens avec les sociétés d’origine, par-delà les frontières et les catégories juridiques, telle que la nationalité, le droit reconnu ou non à la libre circulation, droit qui devait entrer en vigueur en 1988 pour les ressortissants turcs ! Freins à l’assimilation, remises en causes des modèles d’intégration ? Ce faisant, il faut essayer de ne pas tomber dans le discours nationaliste alarmiste, discours sur la perte d’identité vécue par des populations autochtones, reprise (pour ne pas employer le mot américain de remake !) d’un célèbre vieux film sur la rivalité sédentarité / nomadisme ou civilisation / barbarie. Il convient pourtant de s’interroger sur les formes nouvelles d’identité et d’appartenance aux entités socio-politiques contemporaines.

1.4.3.1. Transports autoproduits

40Contrairement aux élites circulantes qui utilisent les moyens classiques de déplacement (compagnies aériennes, réseaux ferrés nationaux, voitures de location, réseaux autoroutiers, cf. Tarrius 1992), les immigrés qui n’ont, et de loin, pas le même pouvoir d’achat et de consommation, sont capables de créer sur leurs territoires d’adoption des réseaux discrets et efficaces de transport de personnes et de biens. Du taxi clandestin décrit par Begag (1985) entre Lyon et Satolas, prenant en charge les immigrés maghrébins pour la desserte de l’aéroport, aux transports autoproduits déterminant une agglomération arabo-marseillaise en filigrane (Tarrius 1986), bien cachée derrière la cité visible, mais incomparablement efficace, il s’agit bien de la même logique : celle d’immigrés mal intégrés économiquement et socialement dans la société d’accueil, puisant dans leur patrimoine social et leur usage traditionnel de l’espace géographique pour compenser leur infériorité économique. La fraude n’est pas ici une donnée culturelle, mais bien plus une compensation économique et sociale, une nécessaire adaptation à des conditions de vie difficiles, précaires, parfois en limite de survie pour des populations dont la raison d’être initiale, le travail salarié, a souvent disparu : les taux de chômage de 25 à 35 % ne sont pas rares dans les banlieues où vivent les enfants de migrants, ayant ou non acquis la nationalité de leur terre d’accueil.

  • 19 On peut parler de transport autoproduit dans la mesure où il y a bien prestation marchande, partici (...)

41Il ne semble pas que les transports autoproduits, selon la définition de Tarrius, presque automatiquement informels, soient courants chez les Turcs d’Europe. Ils existent sans conteste puisque nous les avons parfois rencontrés à Bischwiller, Sainte Marie-aux-Mines ou Colmar en Alsace (minibus faisant navette entre des petites communautés isolées et un lieu particulier : stations de la ligne régulière d’autocar Metz-Strasbourg-İstanbul, desserte officieuse d’un aéroport par les agences de voyage, dessertes de « mosquées » turques par exemple). Une liaison, informelle mais régulière, Sainte-Marie-aux-Mines-Sélestat (desserte de la mosquée installée dans cette dernière ville) nous avait été signalée par le Président de l’Amicale turque comme par les services de police, ceux-ci y voyant alors un service rendu très légitime !19

42Une variante remarquable est celle de la liaison régulière entre agences de voyage turques et aéroports internationaux, telle que nous l’avons observée à Stuttgart, Strasbourg ou Bâle-Mulhouse. Mais s’ils peuvent être qualifiés de transports autoproduits, dans la mesure où il s’agit de services créés par des migrants, ceux-ci sont rarement clandestins : les navettes de l’aéroport de Stuttgart portent en clair les raisons sociales des entrepreneurs, agents de voyage, épiciers, importateurs, tous vendeurs de prestations de transport. Sont par contre clandestins les circuits de ramassage d’ouvriers du bâtiment non déclarés, tels que ceux démantelés à Mulhouse en 1990 (Presse régionale : l’Alsace et Dernières Nouvelles d’Alsace).

1. 4.3. 2. Territoires immigrés et territoires circulatoires

43Territoires immigrés, ou pour reprendre l’expression de Tarrius, territoires circulatoires, ne désignent pas des lieux spécifiquement ou massivement occupés par des immigrés (d’une ou plusieurs origines nationales), mais plus une compréhension dynamique d’un espace vécu autonome, alliant préférentiellement des individus ou des groupes, dans des réseaux qui transgressent les frontières des municipalités, agglomérations, régions ou nations. Il ne faut pas les confondre avec les ghettos. Pour expliciter le propos, prenons l’exemple de « Strasbourg-Saint Denis » à Paris, quartier reconnu « turc » par ses activités, alors qu’il est de fait très cosmopolite et que les familles turques y résident rarement. Cette centralité turque, bien visible au demeurant, se nourrit immédiatement de la fréquence des visites des banlieusards, mais aussi des réseaux européens. Les approvisionnements des commerces et restaurants viennent de Strasbourg, Bruxelles, Munich ou Francfort (annonces dans la presse, sites Internet des fournisseurs, entretiens et relevés), relais bien souvent d’İstanbul, İzmir ou Ankara, ou d’autres lieux de production en Europe et en Turquie. En ce sens, il ne s’agit pas de ghettos, mais plus d’espaces de relations superposés, plus que juxtaposés, allant selon le moment ou l’activité, du local au transnational.

44Les territoires immigrés turcs sont bien réels. Ils reposent sur une organisation tertiaire étoffée, telle que celle décrite dès les années 1970 par Çetinsoy à Stuttgart (1977, 1982). Ils reposent également sur la vie intense de relations qui unit les membres des filières migratoires individualisées, sur des bases familiales (akrabalık), géographiquement localisées (hemşehrilik) recoupant plus ou moins d’autres niveaux d’organisation, ethno-religieux, politico-syndicaux, confrériques (tarikat et groupes islamistes). Ne serait-ce qu’en France, de nombreuses sources le décrivent : Kastoryano (1986) en Dordogne, Gökalp (1984, 1987), GERIM en Alsace (1990), Şalom à Paris et dans plusieurs villes de province (1984).

45De fait, ceci n’a rien de spécifique ou d’original, dès lors que l’on resitue l’émigration turque dans son contexte européen. Les phénomènes décrits à Stockholm (Köksal 1986), Bruxelles (Ural & Altay Manço 1992), Berlin (Wilpert & Gitmez 1987, Blaschke & Ersöz 1991) sont bien de même nature ; c’est le cadre qui change et peut-être plus encore le poids relatif de la population turque sur un lieu donné.

46Ceci nous amènera naturellement à nous pencher sur ce qui nous semble faire l’originalité et la puissance de la circulation migratoire turque, à savoir la multiplicité des moyens et des acteurs mobilisés pour les opérations de desserte du champ migratoire et de l’espace relationnel, solidement arrimés à la métropole turque.

1.5. La présence turque en Europe : aperçu général

47La présence turque en Europe n’est pas nouvelle. Historiquement, les premiers Turcs d’Europe connus comme tels (Khazars, Coumans, Ouzes, Petchenègues, Bulgares de la Volga...) se sont présentés entre les 7e et 9e siècles. La plupart ont été, ou refoulés, ou assimilés (Coumans de Hongrie –Kunok en magyar : habitants des actuelles régions de Kis– et Nagykunság, littéralement Petite et Grande Coumanie) ou Bulgares dont seul le nom est resté pour définir une population slave, alors que les Bulgares de la Kama, affluent de la Volga sur le piémont occidental de l’Oural, entreront plus tard dans les ethnogenèses des actuels Tatars, Bashkires et Tchouvaches.

  • 20 Avec environ 200 / 210 000 locuteurs en Moldavie et Ukraine : 185 000 à 197 000, en Bulgarie : 5000 (...)

48La seconde vague a porté les Seldjoukides aux abords de l’Egée (avec une avancée en Dobrudja : les Gagaouzes turcophones et orthodoxes)20 et les Ottomans jusqu’à Vienne à plusieurs reprises (1553, 1683). Budapest, Belgrade, Sofia, Tirana, Bucarest, Athènes ont été englobées dans l’Empire ottoman. Plus au nord et à l’est, d’autres groupes, précédant ou issus des invasions gengiskhanides, indépendants des Ottomans, ont occupé solidement les rives de la Volga. Moscou est ainsi restée quelques siècles dans l’orbite « tatare », jusqu’à l’année 1552.

49De ces vagues de peuplement sont issues de nombreuses minorités nationales, disséminées de la Macédoine à l’Oural. Avec les reflux de l’Empire ottoman et des khanats issus de l’Empire mongol, plusieurs millions de Turco-musulmans se sont repliés vers Istanbul et l’Anatolie, où souvent d’origines variées (Albanais, Slaves, Ibéro-Caucasiens, Turco-Tatars...), ces muhacirs (réfugiés, rapatriés) ont renforcé la construction identitaire de l’État-nation turc (Copeaux 1997 ; de Tapia 2001). [Fig. 3 : la présence turque en Europe : migrations historiques]

50Bien que les liens soient restés vivaces entre Turcs des Balkans et d’Anatolie, comme l’illustrent les soubresauts des relations turco-balkaniques et la densité des liaisons routières avec ces pays, on peut difficilement parler ici de diaspora. Les origines sont mêlées, les relations chaotiques, les héritages historiques. Coexistent de façon autonome, parfois solidaires, parfois isolées, nombre de minorités turcophones dont les relations réciproques sont assez mal connues, au-delà de quelques historiens spécialisés.

51La troisième vague nous est contemporaine : c’est celle de la migration de travail qui amène en quarante ans plus de 3 100 000 Turcs, aujourd’hui souvent nés sur place, à s’installer en Europe occidentale, principalement en Allemagne, déterminant l’apparition d’un véritable champ migratoire turc.

52Ce champ migratoire turc, espace relationnel, occupé et parcouru par des ressortissants turcs ou d’origine turque, s’étend de Londres à Vienne, de Stockholm à Milan, pour l’espace d’immigration et d’installation. Avec le temps, d’autres secteurs géographiques ont constitué, avec des caractéristiques particulières, des zones nouvelles de migrations. Si l’Australie se rapproche du cas européen, le Moyen-Orient (de Tripoli aux Émirats Arabes Unis), même la Russie, puis l’Asie centrale (depuis 1989) sont des espaces de travail, non d’installation, puisque la venue des familles est sinon interdite, au moins non souhaitée (de Tapia 1992, 1993b).

53Les pays où résident des ressortissants turcs en situation régulière –ce qui recoupe des statuts juridiques très divers– sont nombreux et se situent sur tous les continents :

    • 21 La source utilisée est le rapport annuel du ministère du Travail et de la Sécurité Sociale : TC Çal (...)

    En Amérique, les Turcs se dirigent préférentiellement vers les États-Unis et le Canada, sur des modalités diverses, du brain drain, agrémenté par la green card pour les USA, à une migration beaucoup plus proche du modèle européen pour le Canada, mais on a aussi relevé un chantier néerlandais en Aruba, ayant employé un moment au moins 1360 Turcs. Les effectifs concernés sont d’au moins 165 000 personnes de nationalité turque, compte non tenu des Américains d’origine turque ou turcique (Azéris, Centrasiatiques...) éventuellement intéressés par des relations avec la Turquie (YİHGM)21. Au Canada comme aux États-Unis, les communautés turques disposent d’associations, de média divers, journaux locaux comme Anadolu (Canada) ou sites Internet.

  • En Océanie, l’Australie et son voisin néo-zélandais abritent une colonie turque et turque chypriote aux caractères très proches des colonies européennes. Les effectifs avoisinent les 50 000 personnes, compte non tenu des Chypriotes turcs ou des Australiens d’origine turque ou turkestanaise (Ouïghours). À Sydney, comme au Canada, est édité un journal en turc (Yorum). Mais du fait de la distance et des coûts des transports, la relation Australie-Turquie est problématique.

  • Au Moyen-Orient, les migrants turcs sont avant tout des travailleurs sur chantiers, avec un fort renouvellement et sans possibilité de regroupement familial, sauf exception, peut-être la Jordanie. Libye, Arabie Saoudite, Koweït, Émirats... connaissent ou ont connu des colonies turques nombreuses, mais la situation politique y est instable. La Libye sous embargo doit des milliards de US$ aux entreprises turques de travaux publics, l’Irak également, et aussi bien les Territoires palestiniens que le Liban ou le Koweït n’ont pas été à la hauteur des espoirs suscités pour les opérations de reconstruction et de réaménagement, où les Turcs ont été (ou pensent avoir été) tenus à l’écart. Par contre, de nouveaux chantiers s’ouvrent au Pakistan (comme l’autoroute Islamabad-Lahore, premier pas de la future Indus Highway Karachi-Himalaya, avec raccord sur la Karakoram Highway vers Kachgar). Les effectifs de cette partie du champ ont aujourd’hui tendance à stagner du fait des crises internationales où le gouvernement turc s’est nettement démarqué de ses voisins arabes : au moins 128 000 personnes sont décomptées dans cette partie du monde (ils avaient dépassé le nombre de 200 000 au début des années 1980), auxquelles s’ajoutent de 5000 à 20 000 Turcs en Israël selon les années.

  • En Russie et en Asie centrale se combinent au moins deux types de migrations professionnelles : la migration sur chantiers et la migration de commerçants-investisseurs. Les chantiers sont apparus après la perestroïka et ont pris de vastes proportions à Moscou, en Ukraine, au Kazakhstan et en Asie moyenne. Les aéroports d’Achkhabad, Nukus, Atyrau, Bichkek... la nouvelle capitale du Kazakhstan, Astana [ex-Akmola, ex-Tselinograd, ex-Akmolinsk], drainent les entreprises turques du BTP comme les centres commerciaux ou les usines nouvelles. La Russie et l’ensemble des républiques issues de l’URSS comptent aujourd’hui des colonies turques plus ou moins nombreuses. Les effectifs présents en 1998 sont de l’ordre de 41 570 personnes ; il est probable que ce chiffre est sous-évalué, mais on remarque une forte baisse en Russie, qui a pu être pendant quelques temps la première destination de l’émigration. On rappellera que la justification première du programme télévisé public international Avrasya (Eurasie) était bien, avec la desserte du champ migratoire, celle de l’Eurasie turcophone nouvellement accessible.

  • Dans les Balkans et en Europe centrale et orientale, une nouvelle immigration turque composée de commerçants, de petits et moyens investisseurs (boulangers, restaurateurs, industriels...) s’installe en Roumanie, Moldavie, Bulgarie, Macédoine, Albanie, Hongrie, Pologne, Slovénie, République Tchèque, Slovaquie...). Ces pays qui étaient jusqu’à l’année 1990 des pays de transit deviennent à leur tour, comme d’ailleurs le nord de l’Italie, des pays d’immigration turque. Les chiffres sont ici, soit indisponibles, soit très sujets à caution.

  • Des flux migratoires ou de petites colonies immigrées sont également signalés en Malaisie et au Japon. En Malaisie, il s’agit d’un rapprochement effectué par le Premier Ministre de l’époque (Necmettin Erbakan) avec un pays musulman asiatique, qui a, entre autres, donné naissance à Jetpa Holding, société souvent visée par la presse turque comme l’un de ces (très nombreux) holdings qui apporteraient leurs concours aux activités des partis islamistes turcs. Au Japon, il peut s’agir d’un contrecoup de l’intérêt japonais pour l’économie turque (5000 personnes, dont officiellement 1729 travailleurs). La question reste à étudier...

  • En Afrique, au-delà du cas libyen cité ci-dessus, il convient de signaler celui de la République Sud-Africaine où se constitue une colonie turque peut-être liée à celles d’Australie, de Grande-Bretagne et de Chypre, par le biais des relations économiques de l’ancien Commonwealth.

  • Enfin, last, but not least, la fraction européenne occidentale du champ migratoire qui reste, avec l’Allemagne, la destination originale et première de l’émigration, même si actuellement, les effectifs partant vers l’Arabie ou l’ex- URSS sont de loin supérieurs. Ce point a souvent été évoqué (Altan Gökalp, Riva Kastoryano, Altay Manço, Ural Manço, Gaye Petek-Şalom... pour ne citer que les francophones) ; il est central pour notre propos. C’est bien ici que s’est constitué le champ migratoire originel : 3 170 466 émigrés turcs résident en Europe occidentale, dont 2 110 223 pour la seule Allemagne (état de 1999).

  • Des interférences entre populations migrantes peuvent s’ajouter : les Grecs de Thrace occidentale immigrés en Allemagne sont bien souvent des Turco-musulmans, les Turcs de Turquie bénéficient en Angleterre des réseaux établis par les Chypriotes turcs, tandis que Turkmènes d’Irak ou Kurdes (Iran, Irak, Syrie) se trouvent renforcés d’éléments kurdes de nationalité turque dans la diaspora, particulièrement en Suède. Kazakhs, Azéris, Ouzbeks, Ouïghours, commencent à leur tour à s’organiser sur un modèle diasporique. Londres, Stockholm, Berlin, Paris, Moscou, İstanbul, jouent là aussi le rôle de relais.

54Pour résumer, à partir des nombreuses données existantes, nous rappellerons simplement que ce champ migratoire, construit sur un peu plus de quarante ans maintenant, concerne bien les cinq continents, au moins une trentaine de pays différents et, directement, de l’ordre de 3 600 000 personnes –indirectement, si l’on rassemble entreprises, transporteurs, familles restées au pays, travailleurs et familles de retour en Turquie, bien plus de cinq millions– il s’agit bien d’une question majeure touchant tous les domaines de la vie sociale, économique et politique, même si l’intérêt des Turcs pour ce dossier semble aujourd’hui très émoussé, peut-être justement parce qu’il appartient au quotidien de nombreuses catégories de la population.

55Il est attesté que l’espace de transit balkanique (a priori simple lieu de passage des Anatoliens) a, surtout en Allemagne, donné lieu au rapprochement de Turcs balkaniques et anatoliens (de Thrace grecque et de Macédoine yougoslave). Le même phénomène de reconnaissance et de collaboration entre Anatoliens et Turcs chypriotes est attesté en Angleterre (Bhatti 1981, Coggins 1995). Plus tard, avec les suites et conséquences politiques et économiques de la perestroïka, heureuses comme l’ouverture des pays d’Europe centrale et orientale, malheureuses comme les conflits yougoslaves, nombre de territoires de transit (Bulgarie, Roumanie, Hongrie, Tchéquie, Macédoine, Italie, Grèce), ces espaces de transit deviennent à leur tour pays d’immigration turque (IHESI 1999).

56Ce champ migratoire peut être étudié sous l’angle de multiples réseaux, depuis le plus immédiat, celui de la filière migratoire, fondé sur les solidarités familiales, locales ou « tribales » ou plus sophistiqué, celui des transports et communications, alliant sociétés autocaristes à la transmission télévisée par satellite (Wilpert 1992, de Tapia 1993a).

57Du fait de leur ampleur, de leur complexité, du renouvellement incessant des problèmes sociaux, économiques et politiques qu’elles posent à de nombreux pays, d’origine ou d’accueil, les migrations internationales apparaissent comme l’un des phénomènes sociaux les plus étudiés des Sciences Humaines. Dans le cas particulier de la migration internationale originaire de Turquie, relativement méconnue et mal appréhendée en France, on dispose de recueils bibliographiques volumineux, déjà anciens (voir Chapitre Deuxième). Si l’on se rapporte à l’analyse thématique du champ migratoire turc qui englobe en 1999 plus de 3 600 000 migrants (Yurtdışındaki vatandaşlar : travailleurs, familles, résidents à l’étranger), présents dans une trentaine d’États, on peut établir un rapide bilan des zones d’ombre de la connaissance sur le déploiement assez « extraordinaire », au sens propre, de l’émigration turque. Rappelons que la population émigrée turque à elle seule surpasse l’ensemble des flux maghrébins (Algérie, Maroc et Tunisie) et qu’elle atteint en quarante ans les effectifs alignés par l’Italie ou l’Irlande en plusieurs décennies. [Fig. 4 : Les migrations internationales de travail, années 1980].

58Lorsque les premiers travailleurs turcs, entre 1957 et 1960, apparaissent sur le marché allemand du travail (Abadan 1964), nul n’imagine que 44 ans plus tard, les Turcs formeront, en terme de nationalité, la première population immigrée d’Europe, 3 170 466 pour l’année 1999 selon l’administration turque (YİHGM 2000), et surtout qu’ils seront présents sur des terrains aussi divers que l’Amérique du Nord, l’Allemagne et la Scandinavie, la France ou l’Italie, l’Arabie Saoudite, l’Iran, l’Australie... ou encore les Républiques de la CEI et l’île d’Aruba, dans les Antilles néerlandaises (de Tapia 1992). En trois décennies, l’émigration est devenue un fait économique, social et culturel marquant en Turquie et en Europe occidentale (Martin 1991). Etendu de façon significative sur 15 à 20 pays, avec des départs officiels vers plus de soixante-dix pays au total, le champ migratoire turc est un cas d’école pour géographes, sociologues, économistes et historiens des migrations internationales, en raison de ses développements, mutations et ajustements incessants, par certains aspects proche de l’étude des diasporas, par d’autres, voisin de tous les grands courants migratoires d’après 1945, Maghrébins, British Asians, Chicanos et Latinos des USA.

Tableau 1 : Présence turque dans les pays d’immigration, 1983-1993

Pays

1983

1986

1988

1989

1990

1991

1993

Allemagne

1 552 328

1 434 300

1 510 780

1 613 000

612 623

1 779 586

1 854 945

Pays-Bas

154 201

156 396

167 325

176 547

191 455

228 414

248 656

France

144 790

180 147

194 063

204 225

213 805

238 682

240 000

Autriche

90 000

130 000

117 000

150 000

Suisse (1)

48 485

49 259

55 964

59 450

64 192

69 493

73 024

Belgique

63 587

78 039

81 883

84 102

81 777

84 935

Danemark

17 240

22 313

23 000

26 072

27 929

29 680

37 000

Suède (2)

20 900

21 538

22 414

40 000

50 000

Royaume-Uni (3)

28 480

16 000

17 000

50 000

65 000 (32 910)

Norvège

3086

4300

4900

5300

10 000

Italie

1775

4695

Grèce

3238

Chypre

7307

30 402

Australie (4)

60 000

87 000

100 000

100 000

41 100

45 000

42 760

Libye

80 000

24 000

27 750

26 000

18 500

10 336

9479

Arabie Sa.

126 000

160 000

80 000

100 000

100 000

130 000

150 000

Irak

9284

4345

3010

3168

3330

2570

Koweït

3000

3000

3000

3000

URSS-CEI (5)

932

1242

4695

21 436

Autres

27 380

9697

11 000

11 000

22 711

7663

Notes : (1) les effectifs suisses incluent la petite colonie du Liechtenstein (500 à 600 personnes à cette époque) ;
(2) Suède : premiers chiffres pour les Turcs résidant dans le pays, les suivants incluent les Suédois d’origine turque (naturalisations et doubles nationalités possibles) ;
(3) Grande-Bretagne : confusion fréquente entre Turcs et Chypriotes turcs. Les données de 1993 reposent sur le recensement britannique avec 32 910 ressortissants turcs ;
(4) selon la source et l’année : Turcs ou Turco-Australiens ; (5) ex URSS : sorties officielles.

Sources : Rapports annuels YIHGM, Statistiques démographiques d’Eurostat.

59Les zones d’ombre de la connaissance de l’émigration de Turquie peuvent être ainsi définies :

  • les migrations internes au champ migratoire, interrégionales ou transnationales, par exemple de l’Allemagne vers la France, de la France vers la Suisse, de Chypre vers la Grande-Bretagne, sont très mal connues. Derrières les certitudes générales (ex. : « Les Turcs de France sont venus d’Allemagne »), se profilent de vraies interrogations sur la mobilité intra-européenne des immigrés,

    • 22 Pour une bonne illustration de ce phénomène d’éclatement des champs migratoires, voir la Revue Euro (...)

    l’évolution de l’identité turque en Europe (Avrupa Türkleri) est masquée par les discours nationaux sur l’immigration. L’intégration à la française, la migration alternante à l’allemande ou à la suisse, la minorité culturelle ou ethnique à l’anglaise ou à la néerlandaise, renvoient à plus de quinze pratiques juridiques, réglementaires, constitutionnelles, philosophiques même, de la construction de l’État, de la Nation, de la naturalisation, à plus de quinze politiques (ou absences de politique) migratoires...22 On oublie alors que des membres de mêmes familles anatoliennes, originaires de Kirşehir, Yozgat ou Konya, sont présents en Allemagne, en France, en Suède, en Libye, en Arabie, et que la référence reste souvent en conséquence turque, ceci n’empêchant pas le temps et les conditions locales d’insertion de faire leur œuvre.

60La situation récente va dans le sens d’une extension sans précédent du champ migratoire, puisque aux compartiments initiaux (Europe, puis Moyen-Orient) se sont ajoutés Amérique du nord et ancienne URSS. Plus loin encore, Pakistan ou Japon, Afrique du Sud ou Aruba sont apparus sur les listes de destinations.

Tableau 2 : Les migrants turcs à l’étranger (juin 2001)

Pays

Ressortissants turcs

Travailleurs

Demandeurs d'emploi

Taux de chômage

Chômage global

A) Europe de l'ouest

Allemagne

2 053 600

732 189

161 541

23.30

9,60

France

311 356

76 122

32 623

30,00

9,20

Pays-Bas

299 909

51 000

17 000

28,00

4,10

Autriche

134 229

57 098

6874

10,75

6,54

Belgique

70 701

25 874

9936

38,00

10,00

Suède

38 844

5800

1700

22,50

4,00

Grande-Bretagne

79 000

44 000

11,50

3,60

Danemark

35 232

15 596

3449

22,40

5,70

Italie

10000

10,50

Finlande

3325

15,90

Espagne

1000

23,30

Luxembourg

210

60

2,30

Suisse

79 476

33 764

3021

8,10

1,90

Norvège

10 000

6000

4,50

Liechtenstein

809

339

49

7,80

4,00

Total

3 127 691

1 047 842

236 193

B) Républiques Turques

Azerbaïdjan

5000

2000

Turkménistan

5000

Ouzbékistan

3700

1881

Kazakhstan

7000

Kirghizie

2050

1500

Tadjikistan

300

Total

23 050

5381

C) Moyen-Orient

Arabie Saoudite

100 000

95 000

Libye

2650

2130

Koweït

3000

2750

Jordanie

1130

200

Katar

400

400

Total

107 180

100 480

D) Autres pays

Fédération de Russie

30 000

10 514

Biélorussie

70

4

Géorgie

1200

500

Ukraine

800

350

Moldavie

200

Israël

10 000

Japon

1729

1729

USA

130 000

Canada

35 000

9,80

Australie

56 620

13 500

2278

20,00

6,60

Afrique du Sud

500

250

Total

262 119

26 487

2278

Total général

3 520 040

1 180 550

238 471

Source : ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, Ankara

61Les tendances les plus récentes, illustrées par les plus récentes statistiques publiées par Türkiye İş Kurumu (Office du Travail de Turquie, nouvelle dénomination d’İİBK, voir infra) confirment, au moins dans l’immédiat, et compte non tenu de la nouvelle crise économique mondiale qui se profilait au moment de la rédaction de cet ouvrage, cet éclatement des destinations. Elles montrent aussi un véritable tassement des départs à l’étranger, puisque ceux-ci ne sont officiellement que 13 645, alors qu’ils oscillaient entre 30 et 60 000 les années précédentes.

62Plusieurs faits sont perceptibles dans la composition de ce tableau :

  • si les transferts vers l’Europe, l’Australie, l’Amérique du nord sont très limités, un courant d’émigration subsiste vers l’Allemagne, clairement alimenté par les entreprises turques du pays,

  • Russie et pays issus de l’ex-URSS, en particulier Kazakhstan et Turkménistan, attirent les plus forts contingents de l’année 2000. Il s’agit de migrations sur chantiers, comme ceux d’Achkhabad (aéroport international, centre commercial, hôtellerie) ou d’Astana (transfert de la capitale kazakhe),

  • des destinations nouvelles sont apparues, pour des raisons variées, d’Israël au Pakistan (chantier d’autoroute), de Malte aux Bermudes (places financières et pavillons de complaisance), mais aussi dans les Balkans (Bulgarie, Croatie).

63Aussi, dans ce contexte d’éclatement géographique et de dispersion (de diaspora ?), tout ce qui, d’une part, rappelle et conserve la culture d’origine (türklük ou turcité –mais aussi par contrecoup kurdayetî ou kurdité !, Islam, langue, musique, folklore, traditions liées à la vie, la famille...), d’autre part, permet le contact entre membres ou fractions de la communauté d’origine (parentèle, lignage, solidarités rurales, mais aussi réseaux religieux, politiques, syndicaux, ethnoculturels...) revêt une importance capitale.

64Cependant, la taille impressionnante de l’espace migratoire, son poids démographique et la relative nouveauté du phénomène masquent l’histoire fort complexe de la construction de l’identité et de l’État-nation turc, issu d’incessantes mobilités dans un cadre géographique bien plus vaste que celui de l’actuelle République, en concurrence parfois aiguë avec d’autres populations. Ces populations, historiquement de nationalité ottomane ou turque, sont imbriquées dans l’espace migratoire turc, qu’il s’agisse de la diaspora arménienne ou de l’émergence plus récente d’une diaspora kurde, dont la manifestation la plus récente et la plus spectaculaire est sans doute la fondation d’un Parlement en exil à La Haye, en avril 1995. Celle-ci a déclenché dans les jours suivants, en Allemagne et aux Pays-Bas, une mobilisation massive des immigrés « légitimistes », généralement passée sous silence dans les médias européens, ce qui n’a fait que raviver les ressentiments de nombreux Turcs envers l’Europe (presse turque, Hürriyet ou Türkiye, avril-mai 1995).

Tableau 3 : Départs de travailleurs comptabilisés par l’Administration en 2000

Pays

Par le biais de firmes turques

Par le biais de firmes étrangères

Total

États-Unis

0

46

46

Allemagne

1837

298

2135

Australie

0

4

4

Autriche

0

1

1

Azerbaïdjan

214

0

214

Bahreïn

73

0

73

Belgique

0

1

1

Bermudes

0

1

1

Émirats Arabes Unis

21

0

21

Bulgarie

37

0

37

Danemark

0

3

3

France

0

87

87

Géorgie

157

0

157

Croatie

72

0

72

Pays-Bas

0

1

1

Grande-Bretagne

0

29

29

Israël

401

921

1322

Suède

0

3

3

Suisse

0

1

1

Italie

0

2

2

Japon

9

0

9

Canada

0

1

1

Kazakhstan

1790

0

1790

Kirghizie

177

0

177

Chypre (zone Nord)

159

0

159

Libye

385

0

385

Luxembourg

0

2

2

Malte

0

2

2

Moldavie

20

0

20

Norvège

0

1

1

Pakistan

63

0

63

Panama

0

1

1

Portugal

0

2

2

Arabie Saoudite

0

1862

1862

Fédération de Russie

2199

0

2199

Turkménistan

2184

6

2190

Ouzbékistan

176

0

176

Ukraine

222

0

222

Jordanie

166

0

166

Grèce

0

7

7

Total

10 362

3283

13 645

Source : Türkiye İş Kurumu, 2001 (http://www.iskur.gov.tr)

65Ira-t-on alors vers une communauté turque transnationale (Avrupa Türkleri), vers des communautés éclatées avec leurs caractéristiques propres dues à l’action des conditions locales et nationales d’insertion (Almanya Türkleri ou Hollanda Türkleri alors opposées à Fransa Türkleri ?) ou vers des colonies d’immigrés en voie d’assimilation ? Doit-on faire nôtre le constat pessimiste de Tribalat (1995, 1996) sur une communauté repliée sur elle-même ou faire béatement confiance au temps qui passe et à l’efficacité du « creuset français », selon l’expression de Noiriel (1988) ?

Notes

10 Pierre George, Géopolitique des minorités, PUF, Paris, 1993.

11 Présentée une première fois lors de ce Colloque organisé par l’Union Géographique Internationale (UGI), une version de ce texte posait de fait la même question que nos collègues néerlandais, Jeroen Doormernik et Hans Van Amersfoort (Immigrants Communities or Diasporas ? The Case of Turks in Western Europe). Nos réponses sont sensiblement les mêmes : il convient d’attendre l’évolution des troisièmes générations de migrants, généralement de nationalités européennes, même en Allemagne, pour répondre définitivement.

12 Fait remarquable, cette communauté use encore cinq siècles plus tard d’un dialecte espagnol dit ladino ou judéo-espagnol, soit en fait une variante du castillan du XVe siècle.

13 Signalons le cas peu connu des communautés kurdes d’Asie centrale, d’Afghanistan, du Khorassan iranien, issues des pratiques de déportations collectives des empires de la région, persan en l’occurrence, pour des raisons stratégiques : les Kurdes étaient ici des agents de maintien de l’ordre face aux nomades turkmènes.

14 Pour la France, voir la bibliographie en fin d’ouvrage : Ritter, Wolkowitsch, Wackermann, Dacharry, Merlin.

15 Pour une compréhension plus rapide du phénomène de réémergence d’entités turcophones après 1989, on se reportera par exemple à l’Atlas des peuples d’Orient de Jean & André Sellier (première édition en 1993, édition revue en 1999) ou à l’État de toutes les Russies dirigé par Marc Ferro (1993). On peut très vite y mesurer l’extension géographique de l’aire turcophone encore hypothétique, objective, mais fragile et au devenir des plus incertains. Pour une approche plus détaillée, voir les nombreux articles de revues françaises comme les CEMOTI, Hérodote, les Cahiers de l’Orient... On remarquera qu’il ne s’agit pratiquement jamais de territoires ethniquement homogènes qui pourraient correspondre au modèle occidental de l’État-nation : que l’on songe aux vastes enclaves kurdes, arméniennes, tadjikes, entre Anatolie et Xinjiang, ou aux immigrations récentes slaves ou chinoises en Sibérie, au Kazakhstan ou au Xinjiang.

16 REMISIS : Réseau d’Information sur les Migrations Internationales, CNRS, Paris.

17 Pour un historique complet de ces notions (noria, va-et-vient, filière migratoire, chaîne migratoire, champ migratoire, circulation migratoire, diaspora...), se reporter à la synthèse éditée par Migrations Études (84), ADRI, 1998.

18 Gildas Simon nomme ces binômes des « couples migratoires » (Simon 1995 : 76).

19 On peut parler de transport autoproduit dans la mesure où il y a bien prestation marchande, participation au paiement des frais de transport, mais en dehors de toute déclaration fiscale.

20 Avec environ 200 / 210 000 locuteurs en Moldavie et Ukraine : 185 000 à 197 000, en Bulgarie : 5000, en Roumanie, environ 10 000 (Hazai 1992 ; Gangloff 1997), la langue gagaouze s’apparente au turc de Turquie et des Balkans, avec cependant une forte influence slave due autant à leur environnement linguistique qu’à leur appartenance à l’orthodoxie. Leurs origines historiques et leur ethnogenèse n’est pas établie avec certitude et les polémiques sont encore fréquentes à leur sujet. Sont-ils autochtones turquisés ou Turcs christianisés ? Les mêmes discussions se retrouvent au sujet des Pomaks, bulgarophones musulmans (Bulgarie, Grèce, Turquie) comme des Tatars de la Volga. De fait, les groupes turcophones ou apparentés, ou encore culturellement proches sans être turcophones se sont succédés dans la région : Huns, Ouzes (Oğuz), Avars, Magyars, Petchénègues, Kypçaks, Tatars. Entre deux invasions, beaucoup ont fait souche et ont pu s’assimiler aux populations byzantines, slaves, roumaines, hongroises. On sait aujourd’hui que les origines étaient diverses : ouraliennes et finnoises, turco-mongoles, iraniennes, souvent difficilement déterminables ; Hambis (1965, la Sibérie, 1968, La Haute Asie, 1972, Attila et les Huns, dans la collection Que sais-je ?) préfère parler d’agrégat ethnique pour les Huns qui semblent agglomérer éléments linguistiques et culturels turco-mongols, paléosibériens, ouraliens et germaniques ! Hongrois et Turcs partagent le même engouement pour le roi des Huns et prénomment leurs garçons Attila.

21 La source utilisée est le rapport annuel du ministère du Travail et de la Sécurité Sociale : TC Çalışma ve Sosyal Güvenlik Bakanlığı Υurtdιşι İşçi Hizmetleri Genel Müdürlüğü 1999 Yılı Raporu. Elle peut être comparée à d’autres sources documentaires, comme İİBK (İş ve İşçi Bulma Kurumu) ou TİKA (Türk İşbirliği Kalkınma Ajansı).

22 Pour une bonne illustration de ce phénomène d’éclatement des champs migratoires, voir la Revue Européenne des Migrations Internationales, 1994, (10) 1, Mobilisations des migrants en Europe : du national au transnational, coordonné par Riva Kastoryano, Rémi Leveau, Stéphane de Tapia ou les Annales de l’Autre Islam (3) 1995, volume intitulé Turcs d’Europe... et d’ailleurs. Si le cas turc est indéniablement pédagogique, il n’est en rien isolé, les Marocains suivent la même tendance. La situation des Chinois de la diaspora transocéanique est sans doute plus connue du public.

© Institut français d’études anatoliennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search