Version classiqueVersion mobile

La Turquie en Asie centrale

I. Histoire, ruptures et retrouvailles

La fin de l’URSS : l’occasion d’un « retour » turc en Asie centrale ?

Johann Uhrès

Texte intégral

  • 1 Pour une approche historique du panturquisme, nous renvoyons à l'article de Bayram Balcı dans le pr (...)

1L’Asie centrale est une région essentielle­ment turcophone (à l’exception notable du Tadjikistan, persanophone). Cette situation résulte d’un processus historique relativement récent. D’après les textes écrits qui nous sont parvenus, les langues iraniennes étaient dominantes dans l’antiquité. Elles le restèrent jusqu’à l’arrivée, à partir du VIe siècle, de popu­lations türk venues de haute Asie. Ces popula­tions s’étendirent ensuite vers l’ouest et le sud et certains groupes poursuivirent jusqu’en Anatolie où les attendait un autre destin. Au XXe siècle, sur les décombres de l’Empire ottoman, un nouvel État allait y naître, prendre le nom de Turquie et s’attribuer ainsi le nom générique de türk. La turcité fit, dès lors, surtout sens à l’intérieur des frontières de la Turquie républicaine, d’autant que les autres peuples türk d’Asie centrale étaient entretemps passés sous domination soviétique et que les liens déjà ténus au cours des cinq siècles précé­dents se sont alors quasiment rompus. Certes, l’oriflamme d’un monde türk beaucoup plus étendu continuait de temps à autre à être agité par des cercles professant un panturquisme plus ou moins romantique mais leur audience était limitée1 et ce n’est, en définitive, qu’avec l’effondrement de l’URSS, que la représentation d’un monde türk uni par une communauté de langue, de culture sinon de destin resurgit véri­tablement sur le devant de la scène politique turque.

1) Fondements et idéologie

  • 2 Étienne Copeaux, « Le mouvement 'prométhéen' », CEMOTI, n° 16, pp. 17-18, et en conclusion p. 33. U (...)
  • 3 Les principaux acteurs de ce courant de pensée pour la période étudiée sont identifiés par Etienne (...)

2Étant donné l’indigence des relations entre l’Empire ottoman (puis la Turquie) et l’Asie centrale depuis cinq siècles, il fallait une justi­fication au soudain intérêt d’Ankara pour la région. La turcité était précisément l’argument qui donnait l’avantage à la Turquie sur les autres acteurs étrangers en Asie centrale et c’est le seul qui justifiait sa prééminence a priori dans la région. Pour accompagner l’action poli­tique d’Ankara dans les nouvelles républiques indépendantes, il convenait donc de mettre à l’honneur la turcité, comme lien unifiant, d’une manière apparemment naturelle, la Turquie aux autres peuples de langue türk. Nous touchons ici à la thématique panturquiste. Or le terme de « panturquisme » avait reçu une conno­tation négative en Occident et avait servi d’épouvantail dans la propagande soviétique. Le kémalisme privilégiant les bonnes relations avec l’URSS avait préféré se taire sur cette ques­tion. Et la seule crainte d’être accusé de panturquisme avait empêché la formation d’une analyse et d’un discours de gauche sur le monde turcophone2. Le panturquisme devint alors l’apanage de la droite, et se développa davantage dans le cadre du nationalisme turc3. Le discours sur les Türk de l’extérieur fut alors marqué par deux caractéristiques essentielles : exaltation d’un monde türk dont le noyau serait la Turquie et anticommunisme.

  • 4 Étienne Copeaux, Espaces et temps de la nation turque, Paris, CNRS, 1997, « Chapitre V: Les événeme (...)
  • 5 Le turc distingue, en effet, le terme türk (l'équivalent de Turc ou de Turkish) de celui de türki ( (...)
  • 6 Une série d'ouvrages, dus à Mehmet Saray, portent précisément ces titres: Özbek Türkleri tarihi, Ka (...)
  • 7 Olivier Roy, La nouvelle Asie centrale, ou la fabrication des nations, Paris, Seuil, 1997, p. 42.

3a) La droite nationaliste put trouver pour le panturquisme un terrain tout prêt dans l’historio­graphie kémaliste : les Türk anciens et leur ori­gine asiatique font partie intégrante du récit national. Ces thèses ont été diffusées par le dis­cours scolaire4 et étaient donc familières à la population de Turquie. Certes, le discours développe des thèmes türk plus généraux, il évoque de nombreux peuples (turco-tatars de Russie, Asie centrale...), tâchant même de ne pas oublier les moins nombreux ou les plus lointains (Gagaouzes, Yakoutes) mais il cherche par-là l’effet du nombre et veut montrer l’im­mensité du territoire concerné et non la variété ou la diversité. Au contraire, il gomme celle-ci autant que possible, et insiste sur tous les traits, souvent bien minces, mettant en évidence une communauté de culture. Il emploie notamment un vocabulaire volontairement ambigu, en désignant invariablement Turcs de Turquie et peuples turciques d’Asie centrale par le terme de türk (que l’on emploie pour les premiers) alors même que la distinction existe aussi en turc5. Ainsi, au début des années 1990, Ouzbeks et Kazakhs se virent-ils rebaptisés Özbek Türkleri, Kazak Türkleri6, expressions qui peuvent s’interpréter comme « Turcs ouzbeks », « Turcs kazakhs » et qui provoquèrent l’ire des intéressés. Ces derniers sont jaloux de leur indépendance récente et ne souhaitent pas se réunir dans un nouvel ensemble sous la coupe d’une autre puissance hégémonique : la relation de « grand frère » leur paraît des plus suspectes, et les déclarations d’indépendance, courant 1991, constituaient avant tout des revendica­tions d’autonomie. Les nouveaux États tiennent aujourd’hui à leurs frontières et les peuples à leur ethnonyme qui s’est consolidé dans les esprits à l’époque soviétique7. Ils rappellent aussi souvent que nécessaire qu’ils ne sont pas Turcs à ceux qui s’aventurent à simplifier ainsi les dénominations. Et même si, avec l’éclate­ment de l’URSS, ils se sont séparés les uns des autres, ils continuent en grande partie à se sentir proches, en raison de leur passé soviétique commun (le russe est pour eux une lingua franca, ce que n’est aucune langue türk, et sûrement pas le turc de Turquie d’aujourd’hui). Au début des années 90, l’optique panturquiste était benoîtement différente. Pour ces cercles proches du MHP (Milliyetçi Hareket Partisi), les « Turcs » d’URSS avaient été russifiés pendant toute l’époque « russe » ; ils avaient même oublié qu’ils étaient Turcs. Il fallait donc le leur rappeler. Et ce ne pouvait être qu’à la Turquie de le faire. À la fin de l’Union soviétique, ce dis­cours put trouver un public particulièrement réceptif en Turquie, en raison de sentiments répandus dans la population à l’égard de cette puissance du nord.

4b) En effet, dans une large part de l’opinion turque, la Russie était considérée comme l’ennemi. Ce sentiment d’inimitié n’est pas tant dû à la domination qu’a exercée la Russie sur des peuples türk (le sort de ces derniers préoc­cupait peu l’Empire ottoman) qu’aux nombreux conflits militaires qui ont opposé les deux empires qui se sont perpétuellement disputés les territoires du pourtour de la mer Noire. Les défaites subies dans le passé ont laissé une amertume longtemps entretenue. Lors de l’annexion de la Crimée en 1783, un peuple turcophone a été assujetti à la Russie, mais du point de vue ottoman à cette époque, il s’agissait surtout de la perte d’un territoire musulman par l’Empire du sultan. Certes en 1855-56, la guerre de Crimée fut perdue par les Russes, mais la Sublime Porte n’en tira guère avantage. Lors d’une nouvelle guerre russo-turque en 1877-78, les Russes poussèrent jusqu’à Erzurum. La Russie s’est, par ailleurs, continuellement intéressée aux détroits, a soutenu les populations orthodoxes des Balkans dans leurs révolutions nationales... Enfin, la Russie, avec la révolution de 1917, est devenue le porte-drapeau du communisme. Or, cette idéologie fut associée pendant la guerre froide à la répression, au monde du mal contre le monde libre. Elle fut donc dénoncée dans l’avant-poste de l’OTAN qu’était la Turquie. Entachée, de surcroît, d’un cuisant échec économique, cette doctrine a perdu tout crédit et est largement méprisée en Turquie où senti­ments anti-russe et anticommuniste se sont confondus et renforcés mutuellement. Le discours, en présentant la Russie comme un ennemi, trouvait dans la population un terrain d’emblée favorable. Il s’est donc appuyé sur cette idée pour s’imposer au public turc quasi­ment comme une évidence. En effet, les points évoqués, discours interne d’exaltation et anti-russe, constituaient deux aspects essen­tiels du mouvement en Turquie. Ils permettent de formuler l’idée fondamentale qui motivait le panturquisme, sans forcément qu’elle soit exprimée ainsi par les acteurs considérés : la Turquie doit (re-)devenir une grande puissance, et se construire comme telle contre la Russie.

2) Diffusion du discours

5Pour redonner sa grandeur à la Turquie, les panturquistes proposèrent à l'opinion une « solution » même s'il peut sembler simpliste d'employer ce mot. Celle-ci se présentait comme une solution nouvelle, qui permettait d'espérer, au moment justement où les autres tentatives traînaient ou avaient échoué : la place de la Turquie dans l’OTAN n’était plus ce qu’elle était, la Communauté européenne était réticente à lui ouvrir ses portes et le Moyen- Orient tissé d’inimitiés. La fin de l’URSS redonnait une vigueur nouvelle aux idées panturquistes et ouvrait d’autres horizons, d’autres possibilités : celles d’un grand monde türk conçu, dans l’esprit de certains en tout cas, comme une grande Turquie. Pour cela, il fallait que le gouvernement engage une politique volontariste. Il fallait surtout agir vite : lorsque les républiques soviétiques d’Asie centrale déclarèrent leur indépendance, personne n’y prit garde tant les événements de Moscou monopolisaient l’attention. Dans les faits, rien ne changea vraiment et personne n’y crut. Rien n’était véritablement acquis, tout restait fragile, sous la menace d’un coup d’arrêt brutal, d’une reprise en main après ce qui n’aurait été finale­ment qu’une expérience. Il fallait donc rendre tout retour en arrière improbable, le plus vite possible. Mais pour modifier rapidement la politique extérieure de la Turquie, il aurait été inefficace de s’organiser autour de la conquête du pouvoir à l’intérieur. Mieux valait tenter d’infléchir la politique du gouvernement en place, quel qu’il soit, et pour l’y pousser, mobiliser l’opinion publique. Toucher l’opinion de plus en plus largement pour l’amener à ses thèses, telle fut la principale stratégie du mouve­ment panturquiste. Ses partisans exploitèrent tous les thèmes qui pouvaient sensibiliser ou émouvoir la population. L’essentiel de l’argu­mentation s’articulait sur deux points. Il fallait justifier l’existence d’un combat à mener et imposer comme une évidence le rôle de meneur que la Turquie devait jouer

a) Les raisons d’un combat

  • 8 Étienne Copeaux, Espaces et temps de la nation turque, ouvrage cité, Chapitre VI: « Les événements (...)
  • 9 L'opinion publique en Turquie était très sensible à la guerre en Bosnie. Des comités de soutien se (...)

6Pour se mobiliser dans ce combat, il fallait pouvoir désigner un ennemi. Ce rôle fut, on l’a vu, facilement attribué à la Russie, diabolisée dans la continuité de l’Empire russe conquérant et de l’hydre communiste. Toutefois, la Turquie n’était pas elle-même menacée, il s’agissait d’autres États. Il fallait donc faire jouer la carte de la solidarité ou de la fraternité. Pour que les Turcs se sentent concernés, ces autres peuples devaient leur paraître proches, être des leurs. Voilà pourquoi ils furent appelés « frères türk » ou « frères musulmans ». Bien rares furent les discours qui ne laissaient pas supposer, par omission, une grande homogénéité entre ces termes. Quant aux Tchétchènes devenus si médiatiques, il aurait été dommage de s’attarder sur leur appartenance ethnique, alors que nul ne pouvait douter de leur foi musulmane. L’islam fut, de fait, un thème très utilisé par les panturquistes, bien que cette religion ne soit pas intrinsèquement liée à leur doctrine. Même les islamistes, qui ailleurs sont de tendance inter­nationaliste, partageaient alors de nombreuses idées avec les nationalistes. La synthèse turco- islamique fournissait un solide appui au dis­cours panturquiste ; elle aussi était centrée sur la Turquie et diffusée dans la population par la voie scolaire8. La défense des musulmans con­tre les forces du mal, inaugurée lors de la guerre en Bosnie9, fut réorientée sur la Tchétchénie. À chaque fois, on était dans l’équivoque. Pour profiter des retombées médiatiques, les panturquistes n’hésitèrent ni à inclure la Bosnie et la Tchétchénie dans leur combat, ni à leur donner une place dans le « grand monde türk », sur les cartes et dans les séries de drapeaux. Puisque les Tchétchènes étaient musulmans et en lutte contre la Russie, ils étaient au moins des Turcs d’honneur. Cette assimilation dans l’opinion publique était d’autant plus aisée que la présence de longue date de communautés d’origine caucasienne en Turquie en faisait un élément familier de la société turque.

7Les panturquistes furent aussi de la partie lors des manifestations liées au détournement du bateau russe « Evrazija » en janvier 1996. On vit côte à côte flotter drapeaux turcs, tchétchènes, panturquistes, nizam-i-alem (organi­sation islamiste). Des banderoles annonçaient : « Même si notre sang coule, l’Islam aura la vic­toire. » L’endroit où se sont déroulées les mani­festations se trouvait en zone militaire, et ce jour-là, tout le secteur était bouclé. Cela n’em­pêcha pas des manifestants, organisés, d’arriver par petits bateaux. On les laissa faire. Des députés arrivèrent aussi juste à ce moment-là. Il y eut donc d’évidentes complicités dans les milieux de l’armée et du pouvoir.

b) Le leadership naturel de la Turquie

8Certes, la république turque s’est constituée en État-nation détaché du monde musulman et turcophone. Sa fondation est liée à une « guerre de libération » qui en a fixé les frontières, et ces frontières délimitent le cadre du sentiment d’appartenance national. Cependant, depuis Atatürk, les manuels d’histoire parlent égale­ment des civilisations türk de l’Asie, peut-être pas comme mythe fondateur, mais bien comme un passé glorieux où s’enracine l’histoire de la nation turque. Le terrain était donc prêt. Et comme le monde proprement türk se limitait quasiment à la Turquie jusqu’à il y a peu, il semblait aller de soi que la Turquie, selon son nom pays des Turcs, en prenne la tête.

3) Actions et résultats

9Au début des années 1990, le discours panturquiste était peut-être celui d’une minorité mais il occupait le devant de la scène et ne pou­vait manquer de marquer l’opinion publique. Il fit feu de tout bois. Il devint en fait le discours dominant en ce sens qu’il se mit à imprégner le discours de personnalités politiques qui ne se réclamaient pas de cette tendance. Ainsi, si les responsables politiques en charge du pays n’étaient pas, eux-mêmes, issus de ce mouve­ment et de l’extrême droite, ils en avaient cependant assimilé la logique. Le pouvoir développa une large politique de coopération en direction des républiques turcophones indépendantes et des républiques autonomes de la Fédération de Russie. Mais comme ces actions traduisaient davantage un engouement turc qu’une demande véritable des pays desti­nataires, cette politique rencontra, après un essor rapide, bien des difficultés inattendues.

  • 10 Étienne Copeaux, « Les 'Turcs de l'extérieur' dans Türkiye: un aspect du discours nationaliste turc (...)
  • 11 Interview réalisée par Arkadij Dognov, RFE/RL, 5 octobre 1995.

10Sur le plan politique, la Turquie fut le pre­mier pays à reconnaître l’indépendance des nouvelles républiques. Étienne Copeaux a mis en évidence les procédés de sensibilisation, voire de manipulation de l’opinion qui y ont conduit10. Ces pays nouvellement indépen­dants étaient en quête d’une légitimité internationale et furent reconnaissants à la Turquie de son action diplomatique. Elle fit valoir son économie, la présenta comme un modèle, forcé­ment très attractif pour les ex-soviétiques qui voyaient dans les seuls noms de capitalisme et de lois du marché le remède à leur économie désorganisée. Le président ouzbek Islam Karimov déclarait même, en 1992, que seule la voie turque convenait à l’Ouzbékistan. Quelques années plus tard, il n’en était plus question. Karimov donnera cette explication : « Aucun pays ne peut définir sa voie à longue échéance. Nous avons choisi celle qui corres­pond à notre mentalité »11. De manière générale, les pays d’Asie centrale ne voulaient plus de grand frère. Ils se sont rapidement lassés des prétentions de la Turquie à jouer ce rôle et de son refus d’admettre les spécificités nationales, culturelles et linguistiques.

11Sur le plan commercial, la Turquie qui n’en avait pourtant pas les moyens affichait des pro­jets audacieux : oléoducs pour donner aux hydrocarbures d’Azerbaïdjan et d’Asie centrale un débouché sur l’Europe tout en contournant la Fédération de Russie ; construction de voies de communication (routières ou ferroviaires) reliant la Turquie à la Chine. S’agissant du pét­role et du gaz, les tracés défendus par la Turquie (et en sous-main par les États-Unis) ne se sont pas encore réellement concrétisés tandis que la Russie de Vladimir Poutine est en passe de recouvrir une large partie de son influence sur le pourtour caspien. La jonction des réseaux ferroviaires a été réalisée entre l’Iran et le Turkménistan. Mais cela ne suffit certainement pas pour faire du chemin de fer un axe d’échange s’étendant de la Turquie à la Chine. Les difficultés de réalisation d’une liaison routière Ankara-Pékin sont notamment très vite apparues, vue la longueur du trajet, et les ambi­tions ont été revues à la baisse.

  • 12 Fondation pieuse.
  • 13 Voir les travaux de Bayram Balcı sur les écoles de Fethullah Gülen, thèse de doctorat, à paraître f (...)

12Dans le domaine universitaire et scolaire, de nombreux programmes d’aide aux pays frères ont été lancés. Depuis 1991-1992, la Turquie a accueilli environ 10 000 étudiants venus d’Azerbaïdjan et d’Asie centrale. Ankara mais aussi des organisations privées (vakıf12, entre­prises) et en particulier les Fethullahcı13 ont ouvert sur place des « lycées turcs ». Les quoti­diens Zaman (islamiste) et Türkiye (nationaliste et à tendance panturquiste) ont largement cou­vert dans leurs colonnes ces initiatives tandis que la plupart des autres journaux sont demeurés silencieux. Mais dès 1994, des pre­miers signes de faiblesse apparurent. Zaman et Türkiye attirèrent alors l’attention de leurs lecteurs sur la situation difficile des étudiants- hôtes : il fallait leur venir en aide car le gou­vernement ne faisait pas assez pour eux. À la mi-1995, deux autres quotidiens évoquèrent la question sous un jour plutôt défavorable : Cum­huriyet pour parler du « fiasco des étudiants turciques » ; Sabah pour souligner les dépenses excessives entraînées par les étudiants türk. De fait, de nombreux étudiants ont dû rentrer dans leur pays pour des raisons financières. Les bourses du gouvernement turc ne leur permet­taient pas de vivre correctement - signe patent de l’incapacité de la Turquie à prendre la tête d’un aussi vaste ensemble que « le grand monde turc ». De toute façon, la population turque n’était pas prête à consentir un si gros effort.

  • 14 Proposé en novembre 1991 et approuvé par le Congrès sur les langues türk qui s'est tenu peu après à (...)
  • 15 Par exemple, dans les manuels scolaires Türk Dünyası Coğrafyası 11, Bakou, Öyrätmän, 1994, et Azerb (...)
  • 16 Au cours de la scolarité du secondaire sont étudiés successivement l'Antiquité, le Moyen-Âge, les T (...)
  • 17 Mais en 1994, les éditions Öyrätmän ont publié un manuel de langue maternelle qui s'intitulait Türk (...)
  • 18 Le manuel cité précédemment est dans cet alphabet.
  • 19 Voir dans le Bulletin de l'OAC (Observatoire de l'Asie centrale et du Caucase), n° 1, février 1996, (...)

13Sur le plan culturel, divers accords d’unifi­cation ont été passés. Un alphabet türk commun, dit ortak türk alfabesi, a été mis au point à Istanbul14. La Turquie a incité les autres républiques à renoncer au cyrillique au profit de l’alphabet latin. En mai 1992, les ministres de l’Éducation nationale des républiques turcophones ont adopté, lors d’une rencontre à Ankara, le principe de la standardisation des manuels scolaires d’histoire et de littérature. On a aussi cherché à mettre en place des com­mémorations communes. Le Nawruz a alors pu être célébré ouvertement en Turquie après avoir longtemps été interdit en raison de sa trop forte coloration kurde. Mais de manière générale, si l’Azerbaïdjan est tourné vers la Turquie, notamment en raison de la proximité linguistique, il n’en va pas de même pour l’Asie centrale. Les récits historiques türks élaborés dans les officines académiques d’Istanbul ou d’Ankara ne séduisent que les historiens azer­baïdjanais, qui incluent des considérations panturquistes dans leurs manuels d’histoire15. Dans les autres républiques d’Asie centrale, les programmes d’histoire incluent, d’une part, une histoire générale, qui conserve dans son ensemble la structure soviétique16, d’autre part, une histoire largement repeinte aux couleurs nationales. Il a été débattu à Bakou du nom que devait prendre la langue officielle de l’Azerbaïdjan, « turc » ou « azerbaïdjanais ». Le choix de la spécificité nationale l’a emporté17, de même qu’en Asie centrale, où il n’a pas fait l’ombre d’un doute que langue et ethnonyme devaient coïncider. Le pays est rapidement passé à l’alphabet turc18 en ajoutant quelques caractères propres à sa phonologie et puisés dans l’alphabet türk commun précité. En Asie centrale, il a été question de changer d’alphabet dans toutes les républiques mais seuls l’Ouzbékistan et le Turkménistan ont finale­ment choisi d’adopter la graphie latine. Mais dans un cas comme dans l’autre, il ne s’agit pas de l’alphabet turc19 mais d’un alphabet spéci­fique.

14Malgré cela, de nombreux acteurs politiques turcs continuèrent, un certain temps, à envisa­ger les choses avec un certain idéalisme. Lors de sa visite officielle en Ouzbékistan pendant l’été 1995, Tansu Çiller, alors Premier ministre, apporta en cadeau du matériel typographique turc pour imprimer en caractères latins. Le geste était surtout symbolique mais il témoignait de son aveuglement, à un moment où l’Ouzbékistan faisait tout pour freiner la réforme linguistique : nouvelles modifications apportées à l’alphabet en juin 1995, report des délais de mise en œuvre. Aujourd’hui et tout particulièrement depuis la fin du mandat prési­dentiel de Süleyman Demirel (mai 1999), qui avait noué en l’espace d’une dizaine d’années des relations personnelles très fortes avec les différents leaders centrasiatiques, il semble que l’on soit entré dans un nouvel âge de la poli­tique turque en Asie centrale. Un nouvel âge où le romantisme des débuts cède le pas au pragmatisme et au réalisme. Le panturquisme de certains cercles, marginaux en termes de représentation parlementaire, n’aura finale­ment débordé sur l’ensemble de la scène politique qu’un instant, à un moment où les acteurs politiques turcs, un peu déboussolés, cherchaient pour leur pays une nouvelle raison d’être. Au terme de dix années d’une coopéra­tion et d’une rhétorique ambitieuses, le bilan est plutôt décevant. Mais la Turquie peut en tirer les leçons. Elle a appris à connaître les autres pays turcophones et a pris conscience de la spécificité de chacun. Leurs relations peuvent désormais se développer sur de meilleures bases, avec des objectifs plus limités, notamment dans les rapports bilaté­raux, car la turcité n’est pas aujourd’hui un facteur d’unité suffisamment fort.

Notes

1 Pour une approche historique du panturquisme, nous renvoyons à l'article de Bayram Balcı dans le présent dossier.

2 Étienne Copeaux, « Le mouvement 'prométhéen' », CEMOTI, n° 16, pp. 17-18, et en conclusion p. 33. URL : http://cemoti.revues.org/306

3 Les principaux acteurs de ce courant de pensée pour la période étudiée sont identifiés par Etienne Copeaux, notamment à travers leurs interventions dans le quotidien Türkiye: ce sont principalement les Aydınlar Ocağı (le Foyer des Intellectuels) et la Türk Dünyası Araştırmaları vakfı (Fondation pour l'étude du Monde Turc), Étienne Copeaux,« Les 'Turcs de l'extérieur' dans Türkiye: un aspect du discours nationaliste turc », CEMOTI, n° 14, L'émergence du monde turco-iranien, 1992, pp. 31-52. URL : http://cemoti.revues.org/342

4 Étienne Copeaux, Espaces et temps de la nation turque, Paris, CNRS, 1997, « Chapitre V: Les événements fon­dateurs: les Turcs avant l'islam », pp. 145-180.

5 Le turc distingue, en effet, le terme türk (l'équivalent de Turc ou de Turkish) de celui de türki (l'équivalent de turcique ou de l'anglais Turkic). Ceci dit, depuis le début de la décennie, on ne fait plus guère la distinction dans le discours (et c'est un signe) entre les deux termes. Le mot türk recouvre désormais généralement les deux accep­tions. Les centrasiatiques continuent, pour leur part, à différencier dans leur vocabulaire “türkî” ou “tjurkskij” (turcique) de“türk” ou “turetskij”. Cf à ce titre, Gareth Winrow, Turkey in Post-Soviet Central Asia, Londres, The Royal Institute of Interrnational Affairs, 1995 et la recension de cet ouvrage par Yılmaz Bingöl dans Turkish Studies, vol. 1, n°1, printemps 2000, pp. 216-218.

6 Une série d'ouvrages, dus à Mehmet Saray, portent précisément ces titres: Özbek Türkleri tarihi, Kazak Türkleri tarihi,... Istanbul, Nesil, 1993.

7 Olivier Roy, La nouvelle Asie centrale, ou la fabrication des nations, Paris, Seuil, 1997, p. 42.

8 Étienne Copeaux, Espaces et temps de la nation turque, ouvrage cité, Chapitre VI: « Les événements fondateurs: les porte-drapeaux de l'islam », pp. 181-232.

9 L'opinion publique en Turquie était très sensible à la guerre en Bosnie. Des comités de soutien se sont formés et ont rassemblé des fonds en vendant gadgets en tout genre. Plusieurs chanteurs très populaires ont écrit des chan­sons sur la Bosnie (Nilüfer, Haluk Levent).

10 Étienne Copeaux, « Les 'Turcs de l'extérieur' dans Türkiye: un aspect du discours nationaliste turc », CEMOTI, n° 14, L'émergence du monde turco-iranien, 1992, pp. 31-52. URL : http://cemoti.revues.org/342

11 Interview réalisée par Arkadij Dognov, RFE/RL, 5 octobre 1995.

12 Fondation pieuse.

13 Voir les travaux de Bayram Balcı sur les écoles de Fethullah Gülen, thèse de doctorat, à paraître fin 2000.

14 Proposé en novembre 1991 et approuvé par le Congrès sur les langues türk qui s'est tenu peu après à l'Université de Marmara, en mai 1992.

15 Par exemple, dans les manuels scolaires Türk Dünyası Coğrafyası 11, Bakou, Öyrätmän, 1994, et Azerbaycan Tarixi 11, Bakou, Öyrätmän, 1995.

16 Au cours de la scolarité du secondaire sont étudiés successivement l'Antiquité, le Moyen-Âge, les Temps Modernes, puis l'histoire contemporaine.

17 Mais en 1994, les éditions Öyrätmän ont publié un manuel de langue maternelle qui s'intitulait Türk dili, (pour les 10e et 11e classes) par Tofiq Haciyev et Nizami Cäfärov.

18 Le manuel cité précédemment est dans cet alphabet.

19 Voir dans le Bulletin de l'OAC (Observatoire de l'Asie centrale et du Caucase), n° 1, février 1996, le dossier sur le changement d'alphabet au Turkménistan et en Ouzbékistan.

Auteur

© Institut français d’études anatoliennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search