Version classiqueVersion mobile

Migrations et diasporas turques

 | 
Stéphane de Tapia

Avertissement (Note sur les transcriptions)

Texte intégral

1Un nombre important de notions et plus encore de toponymes ou de raisons sociales de sociétés employés ici sont d’origines étrangères : turques, serbes, bulgares, grecques, magyares, roumaines, albanaises, croates. Dans la mesure où la majorité des langues transcrites s’écrit en caractères latins, nous employons systématiquement les alphabets en vigueur dans chacun des pays concernés. Pour les transcriptions du grec, du bulgare, du serbe, seront utilisées les transcriptions communes.

2Pour le turc, l’alphabet en vigueur est utilisé. Nous ne disposons pas toujours des équivalents pour le croate, le tchèque, le roumain ou le hongrois, permettant de noter tous les signes diacritiques ou les accentuations propres à chaque langue. Nous espérons ne pas avoir trop déformé les dénominations officielles. Le port de Constanta est transcrit avec sa dénomination turque entre parenthèses [Köstence] ou la ville bulgare de Haskovo, accompagnée de son nom turc [Hasköy]. Les dénominations turques sont systématiquement signalées, non par folklorisme ou reconnaissance d’un irrédentisme turc dans les Balkans, mais pour témoigner de la vivacité des souvenirs turcs dans ces mêmes Balkans, théâtre d’une histoire commune à tous les peuples présents et anciennement présents, Turcs inclus, sachant que ces noms sont toujours en usage sur le territoire turc (destinations des compagnies d’autocars, par exemple, où la Komotini grecque se nommera Gümülcine). À l’inverse, la signalisation grecque portera la mention de Konstantinopolis. L’Empire ottoman s’est étendu jusqu’aux frontières de l’Autriche et de la Slovaquie ; Budapest et Esztergom sont ainsi restées ottomanes pendant environ 150 ans, alors que de très nombreux citoyens de l’actuelle République de Turquie sont d’origine balkanique, voire même natifs de ces pays. Telle est en Turquie la définition des Muhacirs, immigrés turco-musulmans rapatriés en terre ottomane musulmane (Dar’ül İslam).

© Institut français d’études anatoliennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search