Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patriarcat grec orthodoxe

 | 
Samim Akgönul

Conclusion générale

Texte intégral

1Tout au long de ce travail, nous avons mis l’accent sur l’indépendance du Patriarcat vis-à-vis de la minorité grecque de Turquie. Il est vrai que cette indépendance s’est accrue tout au long de l’histoire républicaine de la Turquie, ne serait-ce qu’en raison de la diminution spectaculaire du nombre des Grecs dans ce pays. Le tableau suivant montre combien les fidèles dépendant du Patriarcat sont devenus marginaux en Turquie par rapport à ceux qui résident dans d’autres pays :

  • 1 Les données de ce tableau proviennent de diverses sources mais l’essentiel des chiffres se trouve d (...)

Communautés orthodoxes dépendant du Patriarcat et nombre d’évêques1

Pays ou régions

Taille de la communauté

Évêque

Turquie

4000-5000

23

Crête

540 000

8

Dodécanèse

170 000

4

Autriche

150 000

3

Belgique

35 000

4

Danemark

2000

France

200 000

8

Allemagne

700 000

10

Grande Bretagne

300 000

9

Hongrie

45 000

2

Italie

35 000

2

Pays Bas

10 000

1

Norvège

1000-2000

-

Portugal

1000-2000

-

Espagne

2000-3000

-

Suède

100 000

2

Japon

30 000

1

Corée

5000

1

Australie

800 000

7

Nouvelle-Zélande

10 000

-

Argentine

800 000

3

Brésil

600 000

5

Canada

500 000-800 000

7

Mexique

100 000

1

États-Unis d’Amérique

2 000 000

48

Total

7140 000 - 7 444 000

151

2Néanmoins, même si les relations organiques entre une base de fidèles et l’organisation religieuse se coupent, – ce qui est en soi paradoxal dans la mesure où la raison du maintien du Patriarcat à Istanbul était justement le service religieux des Grecs d’Istanbul – même si cette relation étroite se dissout donc, il existe une relation sentimentale qui demeure vive dans la tête des Grecs de Turquie. Lors d’une enquête que nous avons réalisée en 1999 et 2000 auprès de 145 Grecs de Turquie nous avons constaté que le Patriarcat, et les institutions qui lui sont attachées, restent toujours des symboles solides de la présence des Grecs à Istanbul même si les sondés n’ont plus de rapports directs avec. Une des questions posées aux Grecs était la suivante :

« Selon vous, lesquelles des institutions ci-dessous sont importantes pour la minorité :
le Patriarcat, les écoles minoritaires, l’Hôpital rum de Balıklı, l’École théologique de Halki, les journaux minoritaires, les fondations pieuses », (naturellement les totaux dépassent les 100 %)

3Pour l’ensemble de la minorité les institutions minoritaires les plus importantes sont les suivantes :

  • les écoles minoritaires : 82 %

  • le Patriarcat : 75 %

  • les journaux minoritaires : 41 %

  • l’Hôpital rum de Balıklı : 32 %

  • l’École théologique de Halki : 29 %

  • les fondations pieuses : 22 %

4Les résultats sont sans appel, les Grecs de Turquie considèrent toujours le Patriarcat et son entourage immédiat comme appartenant à la minorité à part entière. D’autant plus qu’en cas de difficultés individuelles, les vieux réflexes réapparaissent et on demande fréquemment l’aide du Patriarcat. Ce dernier, dans un souci de ne pas se couper entièrement de sa base qui est le fondement même de sa légitimité ne ménage pas ses efforts depuis récemment pour venir en aide aux membres de la minorité. Le peu de jeunes qui restent dans la minorité sont discrètement soutenus par le Patriarcat. Les difficultés dans l’enseignement entre autres sont bien entendu un facteur aggravant de l’émigration et il reste de moins en moins de jeunes, ce qui hypothèque l’avenir de la légitimité du Patriarcat à Istanbul. Dans ces conditions il est naturel de le voir les aider pour les maintenir dans la ville. Par exemple, contrairement à d’autres observateurs et défenseurs des droits minoritaires de Turquie ou de Grèce, nous n’avons pas constaté un grave problème d’emploi. Les jeunes de la minorité étant peu nombreux, ils ne sont pas abandonnés à leur sort : ceux qui n’arrivent vraiment pas à trouver de travail par leurs propres moyens sont soutenus soit par le Patriarcat soit par d’autres notables et institutions.

5Ainsi, on peut dire que durant la dernière décennie le Patriarcat du Phanar fait porter ses activités vers trois directions : l’international, avec une certaine réussite il est vrai, le national où une partie de l’appareil étatique semble séduite, et le local, c’est-à-dire vers la minorité où malheureusement l’hémorragie n’a pu être stoppée. Néanmoins les Grecs de Turquie laissent des traces indélébiles en Turquie et principalement à Istanbul. Et ces traces sont plus ou moins liées au Patriarcat.

  • 2 Le terme est de Léal Bruno, « Conversion et changement d’identité des renégats chrétiens en terre d (...)

6Car avant tout il reste l’orthodoxie, la composante essentielle de l’identité individuelle et communautaire du moins pour les Grecs et les Turcs. À tel point essentielle que tout changement confessionnel est considéré comme une « rupture d’identité »2. Du point de vue des coreligionnaires, chez les Turcs comme chez les Grecs, l’individu a parfaitement le droit de ne pas pratiquer, ni même parfois de croire, mais changer de religion est un acte impardonnable. On peut aisément dire que la composante orthodoxe de l’identité grecque en Turquie est quasiment intacte. Bien sûr qu’avec la République une sécularisation, une laïcisation de la vie quotidienne s’est opérée comme chez tous les citoyens turcs, mais les Grecs (du moins les plus âgés, donc les plus nombreux de ceux qui restent) demeurent attachés au sacré et au rituel. La présence, la renaissance du Patriarcat y est certainement pour beaucoup, mais aussi le passé orthodoxe glorieux d’Istanbul, la multiplicité et le prestige de ses églises n’y sont pas pour rien non plus, même si le clergé et les fidèles manquent à l’appel pour les faire fonctionner toutes. Dans cette situation paradoxale le Patriarcat se pare d’un rôle primordial, celui d’assurer la continuité d’une touche grecque-orthodoxe à Istanbul.

Notes

1 Les données de ce tableau proviennent de diverses sources mais l’essentiel des chiffres se trouve dans Macar Elçin, Cumhuriyet Döneminde..., op. cit., p. 28.

2 Le terme est de Léal Bruno, « Conversion et changement d’identité des renégats chrétiens en terre d’Islam » in Audisio Gabriel (dir.), Religion et identité, Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, 1998, p. 18.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540