Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le Patriarcat grec orthodoxe

 | 
Samim Akgönul

Troisième partie. Internationalisation

Conclusion

Volltext

1Les deux dernières décennies de la République turque sont riches en rebondissements tant pour l’ensemble de la société turque que pour le Patriarcat. Pendant cette période courte, et malgré des imperfections indéniables, le pays est entré désormais définitivement dans le concert international surtout du point de vue économique. En chemin pour devenir une puissance régionale, Ankara ne pouvait rester enfermé dans les attitudes d’entre-deux guerres et de guerre froide. Une ouverture est ainsi visible vis-à-vis de l’ensemble de groupes et institutions considérés jadis comme des dangers potentiels. Mais cette évolution des politiques officielles ne doit pas occulter une évolution peut-être davantage marquée dans l’opinion publique turque. Un peu d’humanisme, parfois naïf, un peu de nostalgie, une volonté de vivre dans un environnement pacifié font que surtout dans les grandes villes, les minoritaires et les institutions qui leur sont liées réussissent progressivement à se débarrasser de l’image négative qui est la leur. Sans compter bien entendu certains milieux qui montrent de la sympathie à l’égard du Patriarcat d’une manière intéressée.

2Cela dit, il faut tout de même attirer l’attention sur la dissociation des destins des Grecs de Turquie et du Patriarcat. Les premiers disparaissant dramatiquement ont ouvert en quelque sorte la voie à l’épanouissement du Patriarcat. Néanmoins cette dissociation crée des problèmes pratiques sur le terrain. Il suffit de prendre en compte la pénurie d’éléments qualifiés (idéalement : Grecs-orthodoxes, turcophones, de citoyenneté turque, ayant fait des études de théologie orthodoxe !) pour faire tourner cet appareil à implications locales, nationales et internationales pour constater que ces difficultés deviennent insolubles au fil des années. La fermeture de l’École théologique de Halki n’est pas la seule cause car l’émigration des jeunes Grecs fait qu’il n’existe quasiment plus de vocation. D’ailleurs un des problèmes concernant la réouverture de cette école concerne l’acceptation ou non d’étudiants étrangers, destinés à servir le Patriarcat dans l’avenir. Le même problème se fait sentir en bas de l’échelle, les églises étant en pénurie de main d’œuvre et de petit personnel. Il existe un débat vif au sein de la minorité grecque d’Istanbul au sujet des orthodoxes arabophones venus dans la ville principalement d’Antioche (Antakya) et qui occupent des postes divers dans les églises et les écoles. Les notables de la minorité craignent une transformation de la nature de la minorité sans pouvoir proposer d’autres jeunes qui soient de « vrais » Grecs. C’est cette disparition de la minorité qui rend la situation du Patriarcat intéressante académiquement parlant, dans un souci d’analyser comment cette institution millénaire répond à des défis successifs.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540