Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patriarcat grec orthodoxe

 | 
Samim Akgönul

Troisième partie. Internationalisation

I. L’intervention turque à Chypre et ses conséquences sur la minorité

Texte intégral

a) Situation de la minorité grecque de Turquie en 1974

  • 1 Voir par exemple Milliyet, 12.09.1974.

1Lorsque la nouvelle crise gréco-turque, la plus violente depuis 1922, éclata en 1974, la minorité grecque de Turquie s’était déjà considérablement réduite. On peut dire que contrairement aux crises précédentes dues à Chypre (1955 et 1963), en 1974 malgré un climat anti-grec assez lourd dans l’opinion publique, il n’y a pas eu de campagne de presse fustigeant les Grecs de Turquie et les accusant d’avoir de la sympathie pour ceux de Chypre. Est-ce parce que les Grecs de Turquie étaient si peu nombreux déjà qu’ils ne représentaient plus un danger ? En tout cas, les quelques seules accusations concernaient comme à l’accoutumée le Patriarcat en la personne de Dimitrios1. Il est évident que ces accusations étaient beaucoup plus mesurées qu’auparavant et ce pour plusieurs raisons : tout d’abord Makarios était désormais un Président de la République et non un simple membre du Haut Clergé orthodoxe (comme en 1963 d’ailleurs mais c’était tout récent), ensuite la crise chypriote de 1974 n’est pas née à cause de Makarios mais au contraire à cause d’un coup d’État manqué opéré contre Makarios. En quelque sorte on peut dire que la Turquie est intervenue pour rétablir Makarios. Deuxièmement, contrairement aux crises de 1955 et 1963-1964, celle de 1974 ne s’étale pas dans le temps et donc la presse turque n’a pas eu le temps, si on peut s’exprimer ainsi, de monter une campagne ni contre la minorité, ni même contre le Patriarcat. Et enfin il faut préciser que Dimitrios était beaucoup plus effacé que son prédécesseur et qu’en 1974 cela ne faisait pas longtemps qu’il occupait le poste de Patriarche. En outre il était connu pour ses positions pro-turques et le gouvernement n’aurait pas permis ni encouragé une campagne de dénigrement trop ouverte.

  • 2 Apoyevmatini, 18.12.1975.
  • 3 Ironie du sort, Mehmet Ali Ağca, l’homme qui avait assassiné en février de la même année Abdi İpekç (...)
  • 4 Milliyet, Hürriyet, 01.12.1979, Apoyevmatini, 02.12.1979.

2Une fois l’euphorie de 1974 passée, les Grecs de Turquie sont retombés dans l’oubli. Les seuls développements significatifs de cette période concernent le Patriarcat. En effet, bien que plus effacé, Dimitrios a continué l’œuvre de son prédécesseur dans la quête d’internationalisation du Patriarcat. La réussite la plus importante de Dimitrios a été sans conteste le rapprochement avec le Vatican. Une première rencontre a été effectuée au Vatican en 1975 pendant une cérémonie religieuse. Suite à cette rencontre, en manifestation de bonne volonté, les autorités des deux Églises ont pris la décision d’envoyer des représentants d’une manière réciproque aux cérémonies importantes2. Mais il est évident que le couronnement de ces efforts fut la visite du Pape Jean Paul II à Istanbul les 28-29 et 30 novembre 19793. Pendant cette visite, les deux hauts dignitaires se sont entretenus deux fois en tête-à-tête. À la suite de ces entretiens, Dimitrios I et Jean-Paul II ont fait des déclarations à la presse. Voici en substance la déclaration du Pape4 :

« ... Les voyages que j’ai effectués jusqu’à maintenant, et ceux que je projette de faire m’ont montré qu’il existe une nécessité urgente de s’unir. J’espère que nous pourrons prier encore ensemble. Cette fois-ci je déclare sur la tombe de Saint Pierre, devant Dieu et ses sujets, que nous sommes impatients de nous unir. Je crois que, au-delà de cette question d’unification il faut s’interroger si dans le passé nous avions le droit d’être séparés ou pas. Nous n’avons pas le droit de rester séparés. Respectant la volonté du Christ, nous devons au moins poursuivre notre dialogue dans les domaines religieux... »

3En réponse à ce discours, le Patriarche Dimitrios a qualifié le Pape « d’ange marchant à partir de Rome pour la bonté et pour la justice ». Le Patriarche a ajouté :

« Cette marche ne se fait pas uniquement vers nous mais vers une grande mission. C’est une marche conforme à la volonté de Dieu.... Les deux Églises que nous représentons aujourd’hui, les autres croyances et religions, attendent impatiemment les résultats de notre rencontre, qui a été possible avec votre visite. Mais grâce à Dieu nous savons tous les deux qu’il faut que nous répondions à cette attente. Nous entrons dans une phase très sérieuse et importante. C’est une période de dialogue à la fois officielle et religieuse... »

  • 5 Ibidem.

4Après ces discours, les deux chefs religieux ont à nouveau prié et le rapprochement des deux Églises a été célébré par une volée de cloches au Patriarcat. Ensuite les deux chefs religieux se sont promis de se revoir au Vatican5. Cette visite de Jean Paul II était un pas en avant dans le mouvement œcuméniste. Dans la cathédrale patriarcale de Aghios Giorgios, le Pape a chanté le Pater en latin. Mais de plus, il s’agissait d’un sérieux apport pour le prestige national et international du Patriarcat du Phanar qui allait s’accroître encore vers le monde occidental, plus que vers le monde orthodoxe slave d’ailleurs.

  • 6 Gheorghiu Virgil, Athénagoras, Paris : Plon, 1969, p. 219-223.
  • 7 Şahin Süreyya, Fener Patrikhanesi ve Türkiye, op. cit., p. 309.

5Les années 1978-1979 ont une autre importance pour le Patriarcat. Profitant d’une accalmie dans les relations gréco-turques (mais la situation intérieure du pays n’était pas calme du tout) le Patriarche Dimitrios a renouvelé, à de multiples reprises, les demandes pour la reconstruction du bâtiment patriarcal. Ce bâtiment qui avait brûlé en 1941 était dans un triste état. Dans son ouvrage consacré à Athénagoras, le Père Virgil donne une description assez détaillée de l’état pitoyable des bâtiments où travaille le Patriarcat mais aussi du quartier pauvre qui l’entoure6. Ces demandes répétées ont été catégoriquement rejetées. Parmi les raisons de ce refus le gouvernement de l’époque avait prétexté que les restaurations prévues par le Patriarcat « n’étaient pas conformes à la forme initiale et historique du bâtiment » ! et qu’il y avait « une tendance à l’extension »7.

  • 8 Curieusement l’idéologie mise en place par les militaires en Turquie ressemblait à l’idéologie mise (...)

6À cause de ces refus dus certainement entre autres à la situation interne de la Turquie en ces années-là, qui ne permettait aucune initiative politique d’envergure, le Patriarcat a été obligé d’occuper des locaux délabrés et exigus pendant encore six ans. C’est en 1985, lorsqu’une relative stabilité interne fut enfin assurée dans le pays, après le coup d’État militaire de 1980 et le retour au régime parlementaire en 1983, que le Patriarcat réitère sa demande. En 1985, par rapport à 1979, beaucoup de choses avaient changé. La Grèce, avant tout, était devenue un État membre de la CEE depuis 1981 et avait même réintégré l’OTAN. Mais il a tout de même fallu attendre deux ans avant que l’autorisation soit officialisée. Dans ces années-là, en Turquie, certes le coup d’État militaire avait amené un régime et une Constitution archaïques qui véhiculaient (et véhicule toujours, pour la Constitution) cette absurde synthèse turco-islamique qui laissait peu de place aux particularités culturelles8, mais depuis 1983 il y avait au pouvoir le très charismatique Turgut Özal, un libéral convaincu. Le pouvoir en place préparait déjà un dégel avec la Grèce qui était considéré comme utile (indispensable ?) dans le processus de rapprochement turco-européen. Était-ce pour faire un geste envers la Grèce ? Ou parce que le gouvernement voulait améliorer l’image du régime, beaucoup ternie depuis le 12 septembre 1980 à l’étranger ? Ou peut-être parce que le gouvernement avait enfin compris qu’il pouvait tirer profit du prestige du Patriarcat. Peut-être tout cela à la fois. Quoi qu’il en soit en 1987, 46 ans après l’incendie qui avait ravagé son bâtiment central, le Phanar obtenait l’autorisation de sa restauration.

7Ainsi il a fallu attendre la fin des années 1980 pour qu’une autorisation soit délivrée. Les années 1980, malgré l’idéologie des militaires mise en place, peuvent être considérées comme un tournant pour la vision de « l’autre » en Turquie du moins chez les libéraux de Turgut Özal. Ce dernier avait une vision bien originale (pour la Turquie) de tout ce qui avait été considéré comme dangereux auparavant. Tant pour les Kurdes que pour d’autres questions délicates, il a imposé sa vision libérale aux politiques turcs. Ainsi pendant la deuxième moitié des années 1980 un rapprochement gréco-turc avait été visible. C’est dans cette optique, à la veille de l’entrevue entre Andréas Papandréou, premier ministre de Grèce et Turgut Özal, premier ministre de Turquie à Davos, que l’autorisation de la reconstruction du bâtiment patriarcal fut délivrée.

b) La restauration du bâtiment patriarcal

  • 9 Il est inutile d’attirer l’attention sur l’attitude paradoxale des autorités turques : alors que l’ (...)
  • 10 La mairie sous la juridiction de laquelle se trouve le site patriarcal.
  • 11 Şahin Süreyya, Fener Patrikhanesi ve Türkiye, op. cit., p. 310.
  • 12 Şahin Süreyya, op. cit., p. 310.

8La demande a été déposée pour une première fois le 7 septembre 1987. Il s’agissait au départ de la reconstruction de la partie brûlée en 1941. Le ministère des Affaires étrangères accepte le principe de la reconstruction à condition qu’elle se limite aux parties endommagées9. Suite à cette décision de principe, le Patriarcat soumet le projet « conforme au bâtiment original » à la Mairie de Fatih10. La Mairie de Fatih envoie le dossier à la Direction des titres de propriété et du cadastre (Tapu ve Kadastro Genel Müdürlüğü) en précisant que dans le projet la rubrique du « propriétaire » était vide. La direction en question constate cette irrégularité et renvoie le dossier à la mairie qui refuse la reconstruction selon la clause 44 de la loi 39411 selon laquelle l’autorisation ne peut être délivrée qu’aux propriétaires du bâtiment. Par ailleurs la mairie estimait qu’il s’agissait de la construction d’une « église minoritaire », et demanda son avis à la Direction Générale des Fondations Pieuses (Vakıflar Genel Müdürlüğü) de laquelle dépendent toutes les structures minoritaires. La direction en question, après examen du dossier, écrit au ministère de l’Intérieur, au ministère des Affaires étrangères et à l’Organisation des Renseignements Nationaux (Millî İstihbarat Teşkilatι : les services secrets turcs.) en indiquant qu’elle était défavorable à l’autorisation de la restauration12.

  • 13 Sur le rôle qu’a joué Iakovos dans l’autorisation de la restauration voir l’interview qu’il a donné (...)
  • 14 Iho, 29.04.1988.
  • 15 Ta Nea, 30.04.1988.
  • 16 Pour plus de détails voir: Lemopoulos George (éd.), The Ecumenical Mouvement the Churches and the W (...)
  • 17 Selon Hürriyet, 12. 12. 1989, la restauration du bâtiment patriarcal a pu être possible avec l’auto (...)

9C’est suite à ce refus qu’entrent en scène les différents milieux liés à l’orthodoxie à l’étranger notamment aux États-Unis. Le rôle de l’Archevêque d’Amérique, Mgr Iakovos, est souvent mentionné. Étant très proche des milieux politiques américains, Iakovos a su convaincre le président américain de faire pression sur Turgut Özal, lui-même très proche des États-Unis13. Par ailleurs c’est précisément à la même période que le Patriarche Dimitrios et Mgr Iakovos ont entamé une tournée des capitales européennes pour des « raisons théologiques »14. Parmi les lieux visités se trouvait le siège du Conseil œcuménique des Églises à Genève15 auquel le Patriarcat collaborait activement16. Les effets de ces démarches internationales, la création d’une opinion publique internationale sensible aux questions patriarcales, conjugués aux volontés de Turgut Özal d’apaiser les relations gréco-turques ont fait que l’autorisation fut finalement délivrée17.

  • 18 Benlisoy, Macar, op. cit., p. 64.
  • 19 La réglementation en question permet en réalité la démolition des immeubles et maisons de la périod (...)
  • 20 « Restauration du Patriarcat Rum Orthodoxe du Phanar – Monument Historique de Deuxième Classe »
  • 21 Belge Murat, İstanbul Gezi Rehberi, Istanbul : Tarih Vakfι Yurt Yayιnlarι, 1999, p. 140.

10La reconstruction a commencé le 21 mai 198818. Il s’agissait d’une « restauration » autorisée dans le cadre de la réglementation de la protection des bâtiments anciens de « second degré »19. Pendant la durée des travaux on pouvait voir un panneau portant la mention suivante : « Fener Rum Ortodoks Patrikhanesi Restorasyonu – İkinci Sιnιf Tarihi Eser »20. La mention de « deuxième classe » pouvait être interprétée comme réductrice voire insultante21.

  • 22 Sofuoğlu Adnan, op. cit., p. 208.
  • 23 Cumhuriyet, Milliyet, 18.12.1989.

11Le financement de la construction est toujours l’objet de débats. Selon certaines sources, il est pris en charge par de riches membres de la minorité à l’étranger qui sont en contact avec les autorités turques et avec l’élite patriarcale22. Selon d’autres c’est le richissime armateur grec Panayotis Angelopoulos qui a financé la construction. L’architecte du bâtiment est Aristidis Pasadeos. Il s’agit d’une construction de style ottoman constituée de quatre blocs distincts. L’ensemble est grand mais discret. L’inauguration du nouveau bâtiment a eu lieu le 17 décembre 1989 lors d’une grande cérémonie23.

  • 24  Athènes a déménagé au Phanar ».

12Le titre de Cumhuriyet annonçant la cérémonie d’inauguration est révélateur : « Atina Fenere taşιndι »24. L’article de Leyla Tavşanoğlu, future lauréate du prix de la paix gréco-turc Abdi İpekçi, montre à quel point pour l’opinion publique turque, le Patriarcat et la Grèce sont associés. Le journal mettait l’accent sur les quinze millions de dollars dépensés pour la restauration. Deux avions furent spécialement affrétés pour amener les invités aux trois cérémonies successives d’Athènes à Istanbul.

13Les articles parus dans Cumhuriyet et Milliyet nous semblant être des témoignages importants pour mettre en lumière la vision de l’opinion publique turque sur l’orthodoxie en général et sur les Grecs en particulier, nous en donnons ici un condensé afin d’éclairer nos analyses à venir :

  • 25 À l’époque M. Evert était le leader du parti Nea Dimokratia.
  • 26 Qui venait de rentrer de l’exil.
  • 27 Milliyet, 18.12.1989.

« .... La première cérémonie a commencé à 8h30 du matin devant l’ancien bâtiment en pierre qui servait de siège patriarcal depuis 1941. Il s’agissait d’une messe organisée pour les invités et dirigée, chose assez exceptionnelle pour être soulignée, conjointement par le Patriarche du Phanar Dimitrios et le Patriarche d’Alexandrie. La messe a duré trois heures et demie et a été suivie par des centaines de personnes. Les simples fidèles parmi les Grecs d’Istanbul et de Grèce ont envahi le Phanar. On aurait pu se croire à un défilé de mode en voyant toutes ces dames grecques d’Istanbul dans leurs fourrures de différentes couleurs. Mais ces pauvres dames transpiraient à cause de la foule et à cause du climat exceptionnellement doux.
L’industriel grec Panayotis Angelopoulos qui a dépensé 15 millions de dollars pour la réparation de l’ancien bâtiment patriarcal avait amené avec lui deux avions de Grecs. Lui-même, sa femme Eleni et son fils Konstantinos, étaient assis au premier rang d’honneur pendant la messe. En outre étaient présents le ministre d’État grec et le porte-parole du gouvernement Nikos Temelis, le secrétaire général du Parti de la Gauche Unie Leonidas Kirkos, l’ancien ministre des Affaires étrangères Papoulias, le ministre du Commerce Varvitsiotis, les anciens premiers Ministres Kannis Canetakis, Giorgios Rallis et Yannis Grivas, l’artiste célèbre Mikis Theodorakis, l’ancien maire d’Athènes Miltiadis Evert25 [...], l’Ambassadeur grec à Ankara Dimitris Makris, et le Consul général d’Istanbul Ilias Klis.
Du côté des Turcs on remarquait la présence du ministre du Tourisme İlhan Aküzüm, du préfet d’Istanbul Cahit Bayar, du maire d’Istanbul Nurettin Sözen et du maire du quartier de Fatih, Yusuf Günaydιn. En outre on pouvait voir le célèbre écrivain Demir Özlü26 et l’entraîneur de Fenerbahçe Todor Veselinovitch... »27

  • 28 Cumhuriyet, 18.12.1989.

« ... Le compositeur Mikis Theodorakis a déclaré à Cumhuriyet que cette inauguration était importante sur le plan religieux et aussi sur le plan politique et qu’il était à noter qu’après une interdiction de 40 ans l’autorisation intervenait maintenant, à l’époque de Turgut Özal, un démocrate. Le ministre de la Culture Kuvelas a déclaré qu’il était maintenant temps de penser à l’utilisation de Sainte Sophie comme église. Selon Miltiadis Evert cette inauguration intéressait l’ensemble du monde orthodoxe.
La déclaration écrite du Patriarcat ainsi que le discours de remerciement du secrétaire général du Saint Synode insistaient sur le fait que le Patriarcat était reconnaissant au gouvernement d’avoir permis cette restauration....
Les cérémonies (la messe, la cérémonie d’inauguration, et la réception à l’Hôtel Hilton) ont été retransmises en direct par la télévision grecque... »28

14La lecture de ces articles fait apparaître plusieurs conclusions. Les messages explicites et implicites des deux journalistes (Leyla Tavşanoğlu et Hülya Emin) sont :

  • 15 millions de dollars ont été dépensés, autrement dit gaspillés.

  • Le Patriarcat est une institution de Grèce : il s’agit là d’une méconnaissance totale de la rivalité existant entre l’Église autocéphale de Grèce et le Patriarcat.

  • Les Grecs d’Istanbul sont tous riches (les dames en fourrure) : l’idée des minoritaires qui exploitent la population dominante et qui s’enrichissent à leurs dépens n’est nouvelle ni en Turquie ni dans le monde en général.

  • L’inauguration du Patriarcat n’est qu’une étape : l’idée d’une conspiration orthodoxe pour la transformation de Sainte Sophie en église d’abord et par la suite pour un statut de type Vatican au Phanar.

  • 29 Türkiye, 18.12.1989.

15Si des deux journaux situés à gauche de l’éventail politique suintent ces messages à peine codés, on peut facilement imaginer quel type de réaction est apparu dans la presse de la droite nationaliste et islamiste. Dans le journal nationaliste Türkiye, Necati Özfatura écrivait29 :

« .... Des 3771 édifices turco-islamiques de Grèce, 3471 ont été détruits volontairement. Les 300 sites historiques qui restent ont leurs jours comptés... Le Patriarcat du Phanar joue un grand jeu. Son objectif est d’accroître sa légitimité et de devenir un État indépendant comme le Vatican... Lorsqu’il atteindra ces objectifs il sera impossible de l’arrêter. La restauration illégale du Patriarcat est une concession et constitue un pouvoir qui lui est donné afin qu’il atteigne ses objectifs... ».

16Deux idées doivent attirer notre attention : l’idée de la réciprocité, c’est-à-dire que si la Grèce maltraite les Turcs de Thrace, la Turquie doit maltraiter en représailles les Grecs de Turquie (donc le Patriarcat), et l’idée de l’objectif final qui est le séparatisme territorial. Quand on sait ce que veut dire ce type de séparatisme dans l’imaginaire des Turcs, on peut comprendre à quel point cela est accusateur.

  • 30 Zaman, 20.12.1989.

17Quant à Zaman30, quotidien islamiste, sous la manchette de « Toute la Grèce s’est réjouie de l’ouverture du nouveau bâtiment du Patriarcat, les Grecs sont joyeux, la Thrace occidentale est amère », le journaliste poursuivait :

« L’inauguration du bâtiment patriarcal continue à être commentée en Grèce... La cérémonie a été retransmise en direct par la télévision grecque. Il s’agit d’une véritable fête nationale en Grèce après que les leaders du monde orthodoxe se sont réunis au Phanar pour la messe ».

  • 31 En fait, il s’agit du véritable Mufti de Xanthi, le Mufti en titre, son père, étant très âgé.

18L’article se poursuit avec une interview du mufti adjoint d’İskeçe Mehmet Emin Aga31 indiquant à quel point les Turcs de Thrace étaient amers à cause de cette cérémonie. Deux idées se dégagent de cet article : le fait que le Patriarcat et la Grèce ne font qu’un, et une fois de plus la réciprocité des Grecs de Turquie avec les Turcs de Thrace. Si on creuse un peu plus, on parvient à percevoir l’idée que l’opinion publique turque se fait de l’ensemble de la question minoritaire, idée qui contient quelques paradoxes d’ailleurs. La réciprocité prévue par le Traité de Lausanne (1923) s’exerce entre les deux populations minoritaires des deux pays. Vouloir appliquer cette réciprocité au Patriarcat démontre la volonté officielle et officieuse de la Turquie de considérer le Patriarcat en tant qu’une institution minoritaire et rien d’autre. Ce statut est d’ailleurs voulu par les autorités turques qui avaient accepté le maintien de cette institution à Istanbul en 1923. Étant donné que le Patriarcat est considéré par ailleurs comme une institution de Grèce (les Grecs font la fête), selon l’idée générale les Grecs de Turquie, citoyens turcs à part entière pourtant, et les Grecs de Grèce ne font qu’un. C’est justement cette vision qui dans l’histoire contemporaine a engendré des situations de représailles dramatiques comme les événements de 1955 et de 1964. S’il faut encore développer, on peut dire que comme dans toute situation de réciprocité, chaque élément du groupe réciproque doit avoir un pendant dans le groupe d’en face. Ainsi selon Zaman, le pendant du Patriarcat – qui prétend tout de même être œcuménique – est le mufti d’İskeçe. Ainsi on interroge ce dernier lorsqu’il s’agit de sujets concernant le Patriarche. Cette idée extrêmement restrictive de la réciprocité est présente dans d’autres domaines touchant les Grecs de Turquie comme nous allons le voir.

  • 32 Ce qui semble être vrai dans les faits.
  • 33 C’est nous qui soulignons.

19Lié à cette cérémonie d’inauguration, un autre fait a attiré la colère des milieux nationalistes : la visite que la délégation grecque a rendue à Sainte Sophie. Toujours selon Zaman, cette délégation contenant des hommes politiques et des prêtres s’est rendue à Sainte Sophie pour y prier « selon le rite orthodoxe ». À la question d’un journaliste « Pourquoi vous êtes-vous rendus à Sainte Sophie ? » le recteur de l’Université d’Athènes Statepoulos a répondu « Pour un Grec, Sainte Sophie est plus importante que le Patriarcat »32. Suite à cette réponse le journaliste fait une remarque, se substituant à l’État turc et au gardien de musée : « Ici, c’est un musée, même les musulmans33 qui visitent ce lieu ne peuvent prier, autrement dit prier ici est interdit, comment pouvez-vous le faire, vous ? » La réponse de Statepoulos est « immonde » selon le journaliste : « Sainte Sophie peut être pour vous un musée, mais pour nous c’est une église jusqu’à l’éternité ». Ainsi, selon Zaman, que Sainte Sophie soit la « pomme rouge » des Grecs est maintenant prouvé. Il est à noter que ceux qui reprochent aux orthodoxes d’avoir prié à Sainte Sophie qui est un musée sont évidemment les mêmes qui demandent qu’elle devienne une mosquée.

  • 34 Voir par exemple les critiques au lendemain de l’entrevue de Davos entre Özal et Papandréou dans Mi (...)
  • 35 Par exemple Milliyet, 03.02.1988.

20Pendant des années cette autorisation de restauration a été considérée comme une concession. Comme pour l’opinion turque la grécité est une et commune, la restauration a été considérée comme une concession accordée tour à tour à la minorité, au Patriarcat ou même à la Grèce34. D’autres initiatives ont été reprochées à Özal. Par exemple un fait qui peut sembler anecdotique a longtemps été commenté par la presse turque. Il s’agit de l’autorisation accordée à Mgr. Iakovos, Métropolite des Amériques et persona non grata en Turquie pendant 20 ans, de se rendre à Imvros sur les tombes de sa famille35.

21En revanche cette décennie peut être considérée comme celle de la renaissance pour le Patriarcat. Le processus d’internationalisation et de légitimation entamé sous Athénagoras et poursuivi par Dimitrios, est achevé par Vartholoméos qui, depuis son accession au siège patriarcal en 1991, multiplie les initiatives en direction du monde extérieur, tout en trouvant des alliés inattendus à l’intérieur du pays.

Notes

1 Voir par exemple Milliyet, 12.09.1974.

2 Apoyevmatini, 18.12.1975.

3 Ironie du sort, Mehmet Ali Ağca, l’homme qui avait assassiné en février de la même année Abdi İpekçi, le rédacteur en chef du quotidien Milliyet, défenseur de l’amitié gréco-turque (au nom duquel un prix a été créé par la suite), s’est évadé de sa prison stambouliote avec une facilité déconcertante quelques jours avant l’arrivée de Jean Paul II à Istanbul. Comme cela est connu, deux ans après, il allait tenter de l’assassiner. De là à conclure que cet attentat était déjà planifié avant l’arrivée du Pape à Istanbul il n’y a qu’un pas.

4 Milliyet, Hürriyet, 01.12.1979, Apoyevmatini, 02.12.1979.

5 Ibidem.

6 Gheorghiu Virgil, Athénagoras, Paris : Plon, 1969, p. 219-223.

7 Şahin Süreyya, Fener Patrikhanesi ve Türkiye, op. cit., p. 309.

8 Curieusement l’idéologie mise en place par les militaires en Turquie ressemblait à l’idéologie mise en place par les militaires en Grèce en 1967. De là à dire que les militaires ont une vision simpliste du monde qui les entoure...

9 Il est inutile d’attirer l’attention sur l’attitude paradoxale des autorités turques : alors que l’État turc insiste sur le caractère interne, uniquement minoritaire et uniquement théologique du Patriarcat, la décision d’une restauration est prise par le ministère des Affaires étrangères.

10 La mairie sous la juridiction de laquelle se trouve le site patriarcal.

11 Şahin Süreyya, Fener Patrikhanesi ve Türkiye, op. cit., p. 310.

12 Şahin Süreyya, op. cit., p. 310.

13 Sur le rôle qu’a joué Iakovos dans l’autorisation de la restauration voir l’interview qu’il a donnée à Milliyet, 10.06.1987.

14 Iho, 29.04.1988.

15 Ta Nea, 30.04.1988.

16 Pour plus de détails voir: Lemopoulos George (éd.), The Ecumenical Mouvement the Churches and the World Council of Churches, Bialystok : Orthdruk Orthodox Printing House, 1996.

17 Selon Hürriyet, 12. 12. 1989, la restauration du bâtiment patriarcal a pu être possible avec l’autorisation de Turgut Özal le 9 avril 1988.

18 Benlisoy, Macar, op. cit., p. 64.

19 La réglementation en question permet en réalité la démolition des immeubles et maisons de la période ottomane en général en bois et leur reconstruction en béton avec un placage de bois pour leur donner l’aspect originel.

20 « Restauration du Patriarcat Rum Orthodoxe du Phanar – Monument Historique de Deuxième Classe »

21 Belge Murat, İstanbul Gezi Rehberi, Istanbul : Tarih Vakfι Yurt Yayιnlarι, 1999, p. 140.

22 Sofuoğlu Adnan, op. cit., p. 208.

23 Cumhuriyet, Milliyet, 18.12.1989.

24  Athènes a déménagé au Phanar ».

25 À l’époque M. Evert était le leader du parti Nea Dimokratia.

26 Qui venait de rentrer de l’exil.

27 Milliyet, 18.12.1989.

28 Cumhuriyet, 18.12.1989.

29 Türkiye, 18.12.1989.

30 Zaman, 20.12.1989.

31 En fait, il s’agit du véritable Mufti de Xanthi, le Mufti en titre, son père, étant très âgé.

32 Ce qui semble être vrai dans les faits.

33 C’est nous qui soulignons.

34 Voir par exemple les critiques au lendemain de l’entrevue de Davos entre Özal et Papandréou dans Milliyet, 02.02.1988 où Melih Aşιk déclarait que la Turquie avait fait de Dimitrios un Patriarche œcuménique et avait autorisé la restauration du bâtiment patriarcal sans rien en échange.

35 Par exemple Milliyet, 03.02.1988.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540