Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Patriarcat grec orthodoxe

 | 
Samim Akgönul

Troisième partie. Internationalisation

Introduction

Full text

1À partir des années 1970 mais surtout après le coup d’État militaire du 12 septembre 1980, la Turquie entre dans une phase de mutation rapide. Cette mutation ne concerne pas uniquement le régime politique qui après la junte des militaires de 1980 à 1983, se libéralise économiquement et politiquement. La société turque dans son ensemble prend des orientations nouvelles où la religion, les valeurs morales prennent une place prépondérante. Les militaires au pouvoir de 1980 à 1983, les gouvernements successifs de Turgut Özal par la suite, ont voulu instrumentaliser en quelque sorte les sentiments religieux pour préserver la société turque des « dérives » idéologiques en tête desquelles venait le communisme. C’est dans ces circonstances de renouveau religieux (avec les cours obligatoires d’instruction morale dans les écoles) que le Patriarcat s’est montré progressivement impliqué dans les affaires internes et externes de la Turquie. Dans les affaires internes grâce au charisme des patriarches successifs, mais aussi parce que les autorités turques ont montré une sollicitude sans précédent à l’égard du Patriarcat peut-être parce que la minorité grecque était devenue tellement petite qu’on la considérait désormais « sans danger », dans les affaires internes aussi parce que la Turquie dans son ensemble s’ouvrait au monde et l’utilisation du Patriarcat était envisageable pour contrer d’autres influences venant par exemple de Moscou. Il est symptomatique de constater que les alliés de poids du Patriarcat durant cette période venaient des milieux les plus conservateurs, voire islamistes « modérés » comme ce fut le cas pour les fethullahçι. Ces derniers, en défendant les intérêts du Patriarcat militaient indirectement pour leurs propres intérêts, un assouplissement de la laïcité « à la turque » étant censé leur profiter également. D’autres se sont montrés également proches du Patriarcat pour des préoccupations internationales. Selon ces milieux, intellectuels libéraux, milieux d’affaires et occidentalistes, le Phanar pouvait servir de vitrine à la Turquie face à un Occident réticent à la considérer comme une véritable démocratie. Mais bien entendu les discours et les attitudes classiques, hérités de décennies de visions ethnocentristes ont continué à exister, accusant le Patriarcat d’œuvrer contre les intérêts nationaux.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540