Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patriarcat grec orthodoxe

 | 
Samim Akgönul

Deuxième partie. Résurrection

Conclusion

Texte intégral

  • 228 Entretiens effectués en Grèce en mars 2000.

1Lorsqu’on arrive en 1974, la disparition de la minorité grecque de Turquie est bien entamée. Certes après 1964 il n’y a pas eu d’exactions directes de la part des autorités turques qui auraient provoqué un abandon en masse des Grecs de la ville mais, comme nous l’avons vu, une ambiance générale défavorable a consolidé l’idée répandue chez les membres de la minorité selon laquelle leur avenir n’était plus possible en Turquie. De 1964 à 1974 chaque année la minorité a perdu de ses éléments les plus dynamiques et les plus jeunes. Parmi les interviews que nous avons effectuées228, six personnes de citoyenneté turque étaient venues en Grèce entre ces deux dates. Deux de ces six personnes avaient quitté la Turquie immédiatement après les expulsions de leurs parents de citoyenneté grecque. Les quatre autres n’avaient pas de relations avec des expulsés. Leur émigration vers la Grèce s’est déroulée de la même manière pour trois d’entre eux. Tous les trois sont venus à Athènes pour continuer leurs études, deux nous ont dit que l’éducation dans les écoles minoritaires était tellement faible qu’ils ne pouvaient en aucun cas espérer faire d’études supérieures en Turquie sachant que le concours d’entrée à l’Université est particulièrement difficile. Le troisième interviewé nous a précisé que de toute manière il ne voulait plus vivre en Turquie (qu’il qualifie de fasciste) et qu’il a quitté la Turquie d’abord pour les États-Unis en 1970 avant de revenir à Athènes après ses études en 1975. Dans les trois cas, la famille a suivi les jeunes dans leur exil volontaire. La troisième personne nous a déclaré qu’ils étaient venus en famille en 1973 parce que son père à l’époque avait eu une proposition d’affaire et qu’ils n’avaient plus aucun parent à Istanbul. Le schéma général qui se dégage dans le processus d’émigration de cette décennie est le suivant. Après avoir terminé une école minoritaire, les aînés (exclusivement des garçons) quittent Istanbul pour Athènes afin de continuer des études en logeant chez des parents plus ou moins lointains. Les parents attendent que les cadets et ou les cadettes terminent aussi leurs études secondaires en Turquie ou alors attendent la retraite du père. C’est seulement à ce moment-là que la famille quitte la Turquie définitivement pour venir s’installer en Grèce, en général en gardant la citoyenneté turque. Ce schéma devient de plus en plus courant vers 1974. La crise gréco-turque de cette année-là a fini par avoir raison des plus irréductibles en accélérant les départs en famille.

Notes

228 Entretiens effectués en Grèce en mars 2000.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540