Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patriarcat grec orthodoxe

 | 
Samim Akgönul

Deuxième partie. Résurrection

Introduction

Texte intégral

1Dès le départ, il faut revenir à l’importance des personnalités des Patriarches, à leur charisme et à leur esprit d’initiative. Ce facteur est indéniable pour l’appréhension correcte de la renaissance du Patriarcat dans les années 1930 et 1940. Mais aussi, et ceci est une constante dans l’histoire du Patriarcat, il faut évoquer les relations bilatérales entre la Grèce et la Turquie. Il est inutile de démontrer que toutes les institutions grecques de Turquie, comme d’ailleurs les institutions turques de Grèce, sont totalement tributaires de ces relations. Ainsi, lorsque ces relations sont cordiales voire chaleureuses, elles peuvent s’épanouir et se développer, lorsqu’au contraire ces mêmes relations sont tendues, elles deviennent tout à coup des moyens de pression, des atouts entre les mains des responsables centraux. Dans ce jeu de domination, l’avis des responsables de ces institutions, encore moins celui des membres des communautés n’est pris en compte. Il se trouve que pendant les années 1930 et dans une moindre mesure pendant les années 1940, ces relations ont été presque sans tension, parfois chaleureuses voire amicales. De cette plate-forme toutes les institutions grecques de Turquie ont profité et entre autres le Patriarcat. Néanmoins, celui-ci n’avait toujours pas recouvré en ces années sa force protectrice de l’époque ottomane. Les Grecs de Turquie, habitués aux attitudes paternalistes comme d’ailleurs les autres citoyens turcs, ont été déçus de voir le Phanar impuissant pendant les mesures anti-minoritaires qui ont jalonné les années de la Deuxième Guerre mondiale. Ainsi la situation du Patriarcat s’améliorait dans les limites dessinées par les responsables d’Ankara. En tout état de cause, il était impensable qu’il devienne à nouveau le tuteur des Grecs de Turquie. C’est dans cette perspective, prenant en compte ces situations paradoxales qu’il faut regarder de plus près la situation des Grecs de Turquie et celle du Patriarcat pendant cette période.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540