Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patriarcat grec orthodoxe

 | 
Samim Akgönul

Première partie. Isolement

Conclusion

Texte intégral

1Que retenir de ces premières décennies de la République concernant le Patriarcat d'Istanbul ? Si 1923 (Traité de Lausanne) est une rupture pour l'histoire de la Turquie, si elle est une rupture pour l’hellénisme anatolien, si elle l’est également pour les relations gréco-turques, faut-il la considérer comme une rupture pour le Patriarcat également ? Il est évident qu’avec l’échange obligatoire, la communauté grecque de la ville a été amputée d’une partie de ses membres (installés à Istanbul avant 1918 ou habitant hors des limites municipales), il est évident aussi qu’avec des lois comme celles sur les métiers, les noms ou les droits civils, le statut de la minorité grecque a changé. Mais peut-on dire pour autant que dans la vie quotidienne, des Grecs d’Istanbul ont perçu cette modification ? Certainement qu’une partie d’entre eux, proches du pouvoir ottoman, ou convaincus de l’arrivée des Grecs de Grèce, ont été déçus, et leur vie bouleversée. Mais ce bouleversement est valable pour l’ensemble des citoyens turcs. Nous pouvons voir à travers les témoignages que les simples membres de la minorité continuent à vivre dans une communauté plus ou moins fermée pour ne pas dire renfermée sur elle-même. L’ouverture à la majorité, mais aussi paradoxalement, une marginalisation, aura lieu pendant la Deuxième Guerre mondiale, où les Grecs de Turquie prendront pleinement conscience de leur statut minoritaire fragile voire dangereux.

2Ce même constat vaut pour le Patriarcat également, dont la situation est différente de celle de la minorité. Malgré cela, nous avons l’impression qu’en raison justement de son isolement, les années 1930 ont été la période républicaine où le Phanar fut le plus proche de la minorité. Ce sont ces années où le Patriarcat a véritablement fonctionné comme une Église locale se consacrant aux affaires religieuses de la minorité demeurée à Istanbul. À partir de la fin de la Deuxième Guerre mondiale les destins du Patriarcat et de la minorité vont se séparer, le premier devenant de plus en plus important et la seconde de plus en plus petite.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540