Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patriarcat grec orthodoxe

 | 
Samim Akgönul

Première partie. Isolement

Introduction

Texte intégral

1L’analyse de la situation du Patriarcat durant les premières années de la République turque est compliquée tant l’attention est accaparée par les transformations de la société turque dans cette période charnière. Mais aussi parce qu’aux yeux des observateurs, le Patriarcat est passé pendant cette décennie à un plan secondaire surtout par rapport à son statut d’avant la République turque. Ceci est sans conteste une rupture dans l’histoire de cette institution qui, tout au long de son existence, n’a cessé d’accroître son rôle, son importance, ses prérogatives mais aussi, mis à part au 19e siècle, le nombre des fidèles sous sa juridiction. Du jour au lendemain le Patriarcat a perdu tout son rôle politique pour devenir –provisoirement– l’ombre de lui-même.

2Il est utile de signaler dès le départ que le destin de cette institution est intimement lié aux personnalités des Patriarches plus qu’à sa structure. Cette dernière également dans une période de mue douloureuse, s’est avérée certes incapables à première vue de conserver les prérogatives d’antan. S’il faut parler d’une manière un peu froide, il est indéniable que des erreurs de tactique ont été commises pendant le 19e siècle et au début du 20e siècle, qui ont empêché toute préservation de rôle de premier plan. Néanmoins, il faut aussi admettre que compte tenu des circonstances dans lesquelles se trouvaient les individus et les institutions appartenant à des groupes non-turcs en Turquie dans les années 1920, le Patriarcat du Phanar a su survivre, sur son emplacement historique, ce qui est déjà en soi une réussite. En effet, dans les circonstances en question, l’isolement n’était pas la pire des situations. Quant aux personnalités des Patriarches, il faut remarquer que le gouvernement révolutionnaire turc a tout fait pour que ces derniers soient des personnages plus ou moins effacés sans prétention nationale encore moins internationale.

3Il s’agit donc d’une rupture, assez rare dans l’histoire des institutions aussi implantées mais « normale » pour tout ce qui touche de près ou de loin à la Turquie de 1923. Pour appréhender les conséquences de cette rupture historique, il est utile de se pencher brièvement sur son histoire d’avant 1923. Mais avant tout nous allons procéder à une définition matérielle de notre objet d’étude.

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540