Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Patriarcat grec orthodoxe

 | 
Samim Akgönul

Avertissement aux lecteurs

Texte intégral

1Le présent livre est un des deux volets dune étude plus générale sur les Grecs de Turquie. Le deuxième volet étant : Akgönül Samim, Les Grecs de Turquie : processus d’extinction d’une minorité de l’âge de l’État-nation à l’âge de la mondialisation, Louvain-La-Neuve : Academia-Bruylant, 2004.

2Ce livre a été rédigé à Strasbourg grâce aux moyens mis ma disposition par le laboratoire CNRS « Cultures et Sociétés en Europe ». Je tiens à en remercier M. Patrick Watier, le directeur, ainsi que tous mes collègues de ce laboratoire pour leur accueil. Pendant toute la durée de la préparation et de la rédaction jai également été soutenu par le laboratoire CNRS « Société, Droit et Religion en Europe ». Son directeur, M. Francis Messner, et les membres de ce laboratoire ne mont pas épargné leur aide et leurs conseils. Nos discussions académiques et amicales avec Franck Frégosi mont permis de mieux façonner ma pensée et le soutien technique de Françoise Curtit et de Jean Allenbach ma été indispensable.

3Je voudrais encore remercier mon directeur depuis toujours, M. Paul Dumont sans la confiance duquel ce travail naurait pas abouti. Stéphane de Tapia, collègue et ami, a partagé avec moi, avec beaucoup de générosité, ses connaissances et sa vision claire du monde turc.

4Ce livre est fondé sur des travaux de terrain en Grèce et en Turquie. Ceux que jai rencontrés dans ces deux pays, dont certains sont devenus désormais des amis, ont également été généreux et chaleureux avec moi. Ils mont permis de pénétrer au cœur de la minorité grecque de Turquie, de la comprendre. Quils en soient tous remerciés.

5Frédérique, Teoman et Arman sont, bien entendu, comme dhabitude, mes sources dénergie et dinspiration principales

6Strasbourg- 08 novembre 2004

Prononciation de certaines lettres turques

Les mots et noms propres turcs ont été transcrits en utilisant l’alphabet turc-latin en usage en Turquie.
Les lettres suivantes se prononcent comme en français : a, b, d, f i, j, k, l, m, n, o, p, r, t, v, z
Pour les autres lettres :
Voyelles :
e est un è « ouvert », comme dans « mère »
ι (i sans point) est une voyelle gutturale intermédiaire entre i et é
ö se prononce « eu », comme dans « fleur »
u se prononce « ou », comme dans « loup »
ü se prononce « u », comme dans « tu »
Consonnes :

c se prononce « dj », comme dans « adjectif »
ç se prononce « tch », comme dans « tchèque »
g se prononce toujours comme dans « gare »
ğ est une consonne gutturale qui ne se prononce pratiquement pas
h est toujours aspiré
s se prononce toujours comme dans « passant » ou « façon »
ş se prononce « ch » comme dans « chèque »
y est toujours une consonne qui se prononce comme dans « yole »

Prononciation et transcription des lettres grecques

7Du point de vue de la prononciation, à l’exception de quelques lettres, l’alphabet grec n’est pas très différent de l’alphabet français

Majuscules

Minuscules

Appellation phonétique

Transcription

A

α

alfa

a

B

β

vita

v

Γ

γ

ghama

gh ou y

Δ

δ

dhèlta

dh

Ε

ε

èpsilonn

e

Z

ζ

zita

z

H

η

ita

i

Θ

θ

thita

th

I

ι

yota

i

Κ

κ

kapa

k

Λ

λ

lambda

l

M

μ

mi

m

N

v

ni

n

ξ

xi

x

O

ο

omikronn

o

Π

π

pi

p

Ρ

ρ

ro

r

Σ

σ/ς

sighma

s

T

τ

taf

t

Y

υ

ipsilonn

i

Φ

φ

fi

f

X

χ

khi

kh

Ψ

ψ

psi

ps

Ω

ω

omègha

o

8Groupes de lettres :

αι

è

ει

i

οι

i

ου

ou

αυ

av devant une voyelle ou devant β, Υ, δ, ζ, λ, μ, ν, ρ - af devant θ, κ, π, τ, Φ, χ, ψ

ευ

èv devant une voyelle ou devant β, γ, δ, ζ, λ, μ, v, ρ - èf devant θ, κ, π, τ, Φ χ, ψ

ɣɣ

ngh

ντ

nd

μπ

mb

© Institut français d’études anatoliennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540