Version classiqueVersion mobile

Le conflit helléno-turc

 | 
Gilles Bertrand

Troisième partie. Initiatives de paix non étatiques

8. Les initiatives en faveur d’une réconciliation à Chypre

Texte intégral

1Autant les actions non étatiques en faveur d’un rapprochement entre la Grèce et la Turquie sont relativement récentes et concernent essentiellement les élites, autant celles à Chypre sont plus anciennes et impliquent un nombre beaucoup plus important de personnes, quelques milliers, ce qui n’est pas négligeable pour une l’île de 845 000 habitants dont 720 000 Chypriotes. Surtout, le nombre d’initiatives et de rencontres bicommunautaires est si élevé qu’elles nécessiteraient un livre à elles toutes seules.

2La mobilisation de la « société civile » chypriote mérite d’autant plus l’attention des chercheurs intéressés par les conflits dits « ethniques » que le conflit chypriote est avant tout « intercommunautaire » pour reprendre le langage des années 1960 et 1970, c’est-à-dire « ethnique » dans le langage des années 1990, ce qui, au demeurant, ne change rien au problème : les entrepreneurs identitaires ont cherché à mobiliser des communautés qu’ils ont ensuite séparé au nom de l’impossibilité de vivre ensemble. Or les initiatives que nous observons depuis la partition de 1974 vont en sens inverse, vers une réconciliation par le bas, entre individus appartenant à l’une des deux communautés en conflit. De plus, les débats internes à ces communautés à propos de cette réconciliation paraissent mettre en cause l’idée même d’allégeance prioritaire à la communauté. L’idée d’une citoyenneté chypriote transcendant les identités ethno-religieuses est-elle en train d’émerger ? C’est là l’un des enjeux-clés dans la perspective d’une résolution du conflit, dans la mesure où l’absence d’une telle citoyenneté dans la constitution de 1960 est l’un des principaux facteurs explicatifs de ce conflit. Rappelons que cette constitution a été imposée par la puissance coloniale ainsi que les gouvernements grec et turc.

3Enfin, les chercheurs mais aussi et surtout les acteurs s’appuient sur des comparaisons avec d’autres conflits perçus comme étant de même nature ou appelant les mêmes solutions : israélo-palestinien, nord-irlandais, bosniaque voire kosovar. La mondialisation, au moins celle de l’information, lie ainsi tous ces conflits entre eux : les processus de paix, comme leur absence ou leur échec, ne sont pas sans conséquence sur les autres conflits. Il y a globalisation.

8. 1 – Typologie des acteurs et des activités pour la réconciliation

4Nous distinguons ici deux types d’acteurs. D’une part, les représentants des partis politiques et des syndicats ; d’autre part, les autres acteurs sociaux.

5Comme nous l’écrivons dans le chapitre 7, les représentants des partis politiques sont dans une position intermédiaire, entre l’étatique et le non-étatique. Dans le cas chypriote, les négociations dites « intercommunautaires » réunissent en fait le président d’un État souverain reconnu comme tel par l’ONU (sauf la Turquie), et le « dirigeant » de « la communauté chypriote turque » qui se considère comme le président de la « République turque de Chypre du nord » (« KKTC ») reconnue par la seule Turquie. Or, comme nous le concluons dans le chapitre 2, cette deuxième qualification est relativement plus exacte que la première dans la mesure où, dans la réalité, le président de la « KKTC » est d’abord l’élu des colons turcs installés dans l’île depuis 1974. Les partis qui, en « KKTC », soutiennent le statu quo et le discours officiel (selon lequel la question chypriote a été « réglée » en 1974), ne participent pas au dialogue avec les partis chypriotes grecs. Ce dialogue ne peut donc être considéré comme une simple annexe des négociations officielles. C’est pourquoi nous l’examinons comme « non étatique ».

6Les syndicats sont généralement perçus comme des organisations non gouvernementales représentant la société civile. Dans le cas chypriote, les syndicats sont souvent liés aux partis, sur le modèle britannique et/ou communiste, comme dans le cas de PEO (Παγκúπρια Εργατική Oμοσπονδία, Fédération ouvrière panchypriote), proche d’AKEL. Le dialogue intersyndical à Chypre ne peut donc être analysé comme les autres initiatives non gouvernementales, d’autant que, comme nous le verrons, ce dialogue ne subit pas les mêmes contraintes, ni ne dispose de la même marge de manœuvre.

Le dialogue des partis politiques

7Comme toutes les initiatives en faveur de la réconciliation, le dialogue entre les partis politiques n’a commencé qu’au début des années 1980. Le choc de la partition et l’espoir que celle-ci ne serait que provisoire, les négociateurs officiels devant trouver une solution, expliquent en partie que le dialogue n’ait pas été entamé plus tôt. Or les négociations officielles n’ont pas abouti et semblent demeurer dans l’impasse, malgré les accords Denktaş-Makarios de 1977 et Denktaş-Kyprianou de 1979. Les recompositions politiques de l’après-partition et la création de nouveaux partis, notamment du côté chypriote turc, sont un autre facteur d’explication. Comme nous le montrons dans le chapitre 2, une nouvelle génération de dirigeants politiques chypriotes turcs émerge après la partition, qui casse l’image d’une communauté chypriote turque monolithique et incarnée de manière paternaliste par Fazil Küçük et par Rauf Denktaş. Surtout, ces nouveaux dirigeants et leurs partis sont de gauche, ce qui contribue à briser l’opposition idéologico-communautaire entre des partis chypriotes grecs qui seraient pro-soviétiques (AKEL et l’aile gauche du Front soutenant Makarios) et les dirigeants chypriotes turcs (Küçük et Denktaş) qui seraient pro-occidentaux.

  • 1 Compte-rendu de la réunion dans Friends of Cyprus Report, n°23, Spring 1983.

8La première rencontre entre dirigeants des partis politiques est limitée à la gauche et se tient en Libye, le 22 mars 1982. Elle réunit le secrétaire général d’AKEL Ezekias Papaioannou, les présidents d’EDEK Vassos Lyssarides, du TKP Alpay Durduran et du CTP Özker Özgür. L’hôte de la rencontre, le colonel Khadafi jouit encore à l’époque de son image de dirigeant tiers-mondiste charismatique, jouant sur deux registres, celui du Mouvement des Non Alignés (dont la république de Chypre est membre) et celui du pro-soviétisme. La rencontre des dirigeants des partis de gauche, sans conteste un « coup » politique et médiatique, permet de nouer le contact entre des dirigeants qui ne se connaissent pas. Elle reste sans suite immédiate1.

  • 2 Voir Bulletin de Chypre, XIX (11) 24 mai 1989.

9Il faut attendre sept ans avant qu’un dialogue plus suivi ne s’instaure, à l’initiative cette fois de l’ambassadeur tchécoslovaque à Chypre, Emil Keblusek. Tous les dirigeants des partis politiques chypriotes sont invités. Ce processus commence par une visite à Prague, du 16 au 22 mai 1989, afin de leur montrer les avantages du système fédéral tchécoslovaque2. Ils rencontrent aussi le président de la République, Gustav Husak. Les cinq Chypriotes grecs, l’ancien président de la République Spyros Kyprianou (DIKO), le président de la Chambre des représentants, Vassos Lyssarides (EDEK), Glafcos Clerides (DISY), Dimitri Christofias (AKEL) et Nicos Rolandis (KF), se rendent à Prague. Côté chypriote turc, seuls les dirigeants des trois partis de gauche participent à la rencontre puis à tout le processus : Mustafa Akıncı (TKP), Alpay Durduran (fondateur du tout nouveau Yeni Kıbrıs Partisi - YKP) et Özker Özgür (CTP). Le parti au pouvoir à Nicosie-Nord, UBP (Ulusal Birlik Partisi, Parti de l’Unité nationale) fondé par Rauf Denktaş et dirigé par son Premier ministre, Derviş Eroğlu, refuse de participer à tout dialogue n’incluant pas le parti des colons turcs, Yeni Doğu Partisi (Parti de l’Aube nouvelle), attitude qui est constante.

  • 3 Voir Bulletin de Chypre, XIV (14), 5 juillet 1989; (24), 23 novembre 1989; Cyprus Bulletin, XXVIII (...)

10Les huit dirigeants politiques se rencontrent à nouveau au Ledra Palace, occupé par les « casques bleus » dans la zone-tampon à Nicosie, à neuf reprises entre juin 1989 et novembre 19923. Si le rythme des réunions paraît très irrégulier, le dialogue est cependant clairement engagé : les dirigeants discutent de la réunification de l’île. La présence de tous les dirigeants politiques chypriotes grecs fait que leurs propositions ne se démarquent pas des positions officielles, lesquelles font peu débat parmi eux. En revanche, l’absence des représentants de Rauf Denktaş permet à ce dialogue de n’être pas une simple reproduction des négociations officielles. Les partis chypriotes turcs présents veulent tous la réunification, au-delà des divergences idéologiques. Toutefois, ce dialogue est largement tributaire de la tournure prise par les négociations officielles. Au début du processus, le nouveau président de la République de Chypre, Georges Vassiliou, suscite l’espoir après l’interruption des négociations Denktaş-Kyprianou. À la fin du processus, les négociations Denktaş-Vassiliou sont dans l’impasse la plus totale. Le dialogue s’interrompt aussi, du moins sous cette forme de rencontres élargies au Ledra Palace, à cause du départ de leur initiateur, Emil Keblusek, et de l’échec du modèle pris : au 1er janvier 1993, la fédération tchécoslovaque n’existe plus.

  • 4 Sur ces discussions entre les deux partis, voir les déclarations reprises par le fils d’Alpay Durdu (...)
  • 5 Voir le site d’AKEL http://www.akel.org.cy.

11Ce processus n’est pas exclusif : les dirigeants des partis se rencontrent pendant et après dans d’autres cadres mais jamais tous ensemble. Le nouveau parti chypriote grec ADISOK participe au processus et mène des discussions parallèles avec le YKP d’Alpay Durduran dès sa fondation en 1990, puis forme avec lui un comité joint en 19964. Les deux partis ont en commun d’être de centre-gauche et d’axer leur programme politique davantage sur une réconciliation par le bas que sur la confiance en un aboutissement prochain des négociations officielles. Autre dialogue bilatéral, fondé sur une proximité idéologique : celui d’AKEL et du CTP5.

  • 6 Entretien avec la coordinatrice du département de politique extérieure du Synaspismos, Aliki Papado (...)
  • 7 The Cyprus Weekly, 19-25 February 1999.

12Le Synaspismos grec entreprend une autre initiative, qu’il faut également replacer dans le contexte de sa propre politique de soutien aux initiatives de paix entre la Grèce et la Turquie. Les 10 et 11 décembre 1997, à la veille du sommet européen de Luxembourg, le Synaspismos organise une conférence, à Athènes, sur Chypre6. Tous les partis chypriotes grecs y sont représentés, ainsi que les partis chypriotes turcs CTP, TKP et YKP. Les partis grecs ont également été invités mais le KKE (hostile au Synaspismos) et Polan (hostile à toute rencontre hors les négociations officielles) ne sont pas représentés. Les ambassadeurs de plusieurs États-tiers (dont des États-Unis et de l’Union européenne), mais aussi le Premier secrétaire de l’ambassade de Turquie, assistent également aux débats le premier jour. La suite de cette conférence est une réunion de six partis de gauche Synaspismos et KKE, AKEL, CTP, YKP et ÖDP (turc) à Istanbul en mai 1998 puis à Londres en février 19997.

Le dialogue syndical

  • 8 Devrimci İşçi Sendikaları Federasyonu (Fédération des syndicats ouvriers révolutionnaires), proche (...)
  • 9 Voir Friends of Cyprus Report, n° 23, Spring 1983.
  • 10 SEK : Συνομοσπονδία Εργάτων Κύπρου (Confédération des ouvriers de Chypre). TÜRK-SEN : Kıbrıs Türk İ (...)
  • 11 KTAMS : Kıbrıs Türk Amme Memurları Sendikası (Syndicat des fonctionnaires chypriotes turcs). PASYDY (...)
  • 12 Entretien avec l’un des fondateurs de FoC, Costas Carras, le 8 décembre 1998 à Athènes.
  • 13 Gilles Bertrand, « L’adhésion de Chypre à l’Union européenne : un déblocage du conflit par le bas ? (...)

13Il commence lui aussi en 1982, après des années de silence des syndicats faisant suite à la dramatique scission « ethnique » au sein de PEO en 1958 (voir chapitre 2). La Fédération syndicale mondiale (FSM) organise la rencontre entre les représentants de PEO et ceux de Dev-İş8 en marge de deux assemblées générales, l’une à La Havane le 15 février 1982 et l’autre à Prague le 15 octobre de la même année. Enfin, une assemblée générale de la FSM se tient le 15 mars 1983 à Nicosie et donne l’occasion aux représentants syndicaux de discuter ensemble, en marge de celle-ci9. Parallèlement, la Confédération internationale des syndicats libres (CISL) et la Confédération européenne des syndicats (CES) tentent de renouer le dialogue entre les deux organisations chypriotes adhérentes, à savoir SEK et Türk-Sen10. C’est néanmoins l’organisation non gouvernementale Friends of Cyprus (FoC) qui parvient à dépasser ce clivage idéologique gauche communiste/gauche non communiste en organisant une All Cyprus Trade Union Conference à laquelle participent les représentants des quatre syndicats cités plus les deux syndicats de fonctionnaires, KTAMS et PASYDY11, les 13 et 14 novembre 1984 à Londres, où est basée FoC12. Les réunions et les conférences se multiplient mais il faut cependant attendre 1994 pour que s’institutionnalise le dialogue à travers le All Cyprus Trade Union Forum. Il ne s’agit plus seulement d’envisager les droits des salariés chypriotes dans la perspective d’une réunification de l’île mais également dans celle de l’intégration à l’Union européenne13.

Le Plan d’ensemble de Nicosie : un exemple réussi de coopération

14Le Plan d’ensemble de Nicosie (Nicosia Master Plan) est une initiative originale, à mi-chemin entre le politique et le non-politique. La constitution de 1960 instaure deux municipalités distinctes, ce que le gouvernement chypriote grec n’accepte pas, le président Makarios décrétant la suppression de la municipalité chypriote turque en 1963. Mais dès les troubles intercommunautaires de 1964, la ville est de facto coupée en deux. Nicosie souffre alors de nombreux problèmes, dont celui du réseau d’égouts qui dessert toute la ville. Les études pour ce réseau commencent en 1968 mais les travaux sont interrompus en 1974. Les discussions reprennent entre les deux municipalités en 1977. Dans le même temps, Lellos Demetriades, maire de la partie sud entre 1972 et 2002 (nommé par le président de la République puis élu à partir de 1985) lance l’idée du Plan d’ensemble. Le projet repose sur la théorie fonctionnaliste la plus classique : coopérer sur un dossier technique sans contenu politique apparent puis étendre la coopération à d’autres domaines, suivant le principe du « débordement » (spill over), de manière à rendre cette coopération indispensable. Dans le cas du Plan d’ensemble de Nicosie, il s’agit au départ du réseau d’égouts puis d’un développement équilibré et concerté des deux parties de la ville. Le non-dit est pourtant évident : à terme, il s’agit de préparer la réunification de la ville.

15Lellos Demetriades explique :

  • 14 Entretien avec Lellos Demetriades le 9 mars 1999 à Nicosie.

« J’ai eu la très grande chance de trouver face à moi quelqu’un qui a à peu près les mêmes idées que moi : Mustafa Akıncı. »14

  • 15 En 1995, The Office for Projet Services de l’UNDP est devenu une agence à part entière sous le nom (...)
  • 16 Voir UNHCR, The Nicosia Sewerage Project : A Plan for Nicosia, A Strategy for the World, Nicosia, O (...)

16En l’occurrence le maire (élu) de la partie nord, architecte de profession. Les discussions aboutissent en 1978 : les deux maires s’accordent pour laisser de côté toutes les questions politiques. Les travaux du réseau d’égouts commencent alors avec l’assistance du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) des Nations unies via l’UNDP (United Nations Development Program)15. En 2005 toute l’agglomération de Nicosie devrait bénéficier du nouveau réseau et de ses équipements16.

  • 17 Entretien avec Agni Petridou, architecte conservatrice de l’équipe du Plan d’ensemble, le 9 mars 19 (...)

« Les deux équipes, chypriote grecque et chypriote turque, ne peuvent travailler directement ensemble, c’est l’UNOPS qui coordonne leur travail. Il est impossible de se rendre visite tous les jours. Sinon on se téléphone. Les deux équipes comprennent des architectes, des urbanistes, des sociologues, des ingénieurs civils. Elles se conçoivent comme les deux parties d’une seule et même équipe. Le bureau au Ledra Palace sert de lieu de rencontre. »17

  • 18 Voir UNHCR, A Vision for the Future of Nicosia. A Partnership towards the Rehabilitation of Chrysal (...)

17Des plans sont dressés afin de réhabiliter le centre et de développer la ville, avec ou sans la zone-tampon ; en cas de réunification et donc de disparition de cette zone, son aménagement est déjà prévu : réhabilitation du centre commerçant, construction d’établissements d’enseignement bicommunautaires, dont des locaux pour l’université de Chypre et une résidence universitaire dans un caravansérail abandonné. Les travaux, entamés en 1984, visent d’abord la restauration de l’habitat18. L’UNDP finance ces restaurations grâce à des dons du gouvernement américain en faveur du HCR à Chypre.

18Le Plan d’ensemble permet ainsi d’avoir une idée très concrète de ce que serait Nicosie réunifiée. Mais aussi de préparer ses habitants à cette idée :

  • 19 Entretien avec Agni Petridou le 9 mars 1999 à Nicosie.

« Après une étude sociologique, il est apparu que les habitants du centre étaient surtout des personnes âgées. Le relogement dans les maisons restaurées obéit à des critères spéciaux : des jeunes couples avec des enfants. Pour revivifier le centre-ville. L’équipe restaure les maisons six par six – avec à chaque fois une demande de fonds à l’UNOPS. Il y a cent demandes en moyenne pour six maisons. Les gens veulent revenir dans le centre-ville et ils n’ont pas peur d’être près de la zone-tampon. »19

19Le Plan d’ensemble fait surtout l’unanimité. Même les partis politiques les plus réticents à l’idée de coopération bicommunautaire ne le critiquent pas, en raison de sa popularité. Les successeurs de Mustafa Akıncı à la mairie de Nicosie-nord, Burhan Yetkili (1990-1994) et Semi Bora, tous deux membres de l’UBP, poursuivent ainsi cette coopération.

Friends of Cyprus et les rencontres bicommunautaires

20L’organisation non gouvernementale Friends of Cyprus (FoC), dont nous avons déjà parlé plus haut, se situe elle aussi à la frontière entre la sphère politique et le non politique. FoC a été fondée à Londres en 1974 à l’initiative de Costas Carras. Armateur et historien, il suit de près le conflit chypriote.

  • 20 Entretien avec Costas Carras à Athènes, le 8 décembre 1998.

« J’ai assisté, le 15 juillet 1974 (jour du coup d’État fomenté par la junte grecque), à une manifestation de Chypriotes grecs et turcs devant l’ambassade de Grèce à Londres, près de mon domicile. »20

21D’où l’idée de la création de FoC, réunissant des Chypriotes de toutes les communautés. Cependant, le président et les trois vice-présidents de l’organisation sont des parlementaires britanniques.

22Ceux-ci sont également nombreux au sein de son comité exécutif (dont l’eurodéputée Pauline Green). Car l’activité principale de FoC est le lobbying parlementaire, principalement en Grande-Bretagne. Cependant, en raison du blocage des négociations officielles, FoC décide de ne pas s’en contenter mais de porter également ses efforts sur la réconciliation par le bas. L’objectif de FoC est alors de faire se rencontrer des représentants de diverses professions, la première, des architectes, ayant lieu à Londres en 1981. Dans un deuxième temps (1986-1989), FoC organise une série de conférences bicommunautaires élargies à un maximum d’une quinzaine de personnes, censées représenter la société chypriote.

23L’arrêt des conférences de FoC marque le passage à un mouvement toujours plus organisé, bénéficiant du soutien croissant d’organisations internationales intergouvernementales ou non gouvernementales voire d’États. Si FoC n’est plus l’organisateur, ses membres, principalement Costas Carras, apparaissent dans plusieurs initiatives à Chypre, ou comme nous l’avons vu dans le chapitre précédent, entre la Grèce et la Turquie.

Le Mouvement pour Chypre indépendante et fédérale

  • 21 Niyazi Kızılyürek est aujourd’hui maître de conférences dans le Département d’Études turques à l’un (...)

24Ce mouvement est issu d’une rencontre organisée par une association allemande, l’Institut d’Éducation pour la démocratie et la préservation de l’environnement, proche du parti des Verts (Grünen). La rencontre a lieu à Berlin-Ouest, en mai 1989. L’initiative en revient pourtant à des Chypriotes grecs et turcs, intellectuels parfois liés eux-mêmes aux Grünen comme Niyazi Kızılyürek qui réside à l’époque en Allemagne21. Les vingt participants (dix de chaque communauté) travaillent sur l’histoire récente de Chypre, le conflit entre les deux communautés et la question chypriote en général et enfin sur l’idée de la création d’un mouvement organisé pour développer les activités bicommunautaires.

  • 22 Maria Hadjipavlou-Trigeorgis, « Unofficial Inter-Communal Contacts and their Contribution to Peace- (...)
  • 23 Entretien avec Ahmet Cavit An le 6 mai 1999 à Nicosie.

25Une seconde rencontre se tient à Nicosie, au Ledra Palace, dans la zone-tampon, grâce au soutien de l’ONU en septembre 1989. Quarante Chypriotes grecs et vingt-cinq Chypriotes turcs participent à la rencontre qui débute par une présentation à la presse et une discussion informelle22. Le coordinateur chypriote turc, le pédiatre Ahmet Cavit An, précise l’appartenance idéologique des participants23. Côté chypriote grec, ce sont des dissidents d’EDEK (l’aile gauche, marxiste, dont les membres sont exclus du parti dans les années 1980), mais aussi d’AKEL (l’aile droite, exclue après les élections de 1990) qui formeront peu de temps après ADISOK (avril 1990), mais aussi des trotskystes. Les membres chypriotes turcs viennent du CTP, du YKP et d’autres comme Kutlu Adalı, le journaliste assassiné en 1996, ou Ahmet Cavit An lui-même.

  • 24 Toutes les informations qui suivent sont le fruit des entretiens avec Ahmet Cavit An (qui nous a fo (...)

26Le Mouvement pour Chypre indépendante et fédérale est officiellement fondé lors d’une rencontre les 20 et 21 janvier 199024. Le Mouvement organise une série de manifestations : Alpay Durduran (YKP), Mustafa Akıncı (TKP) et Özker Özgür (CTP) s’adressent ainsi pour la première fois à un public chypriote grec. Le Mouvement est également l’hôte de l’écrivain turc Aziz Nesin qui obtient la permission de se rendre trois jours en zone sud en compagnie d’écrivains chypriotes turcs avant de revenir au nord en compagnie d’écrivains chypriotes grecs (décembre 1990). Le Mouvement invite également des diplomates représentant des États fédéraux à venir expliquer leur système. Mais son activisme déplaît aux autorités de la « KKTC » qui utilisent la délivrance de permissions (nécessaires pour se rendre dans la zone-tampon ou en zone sud) comme moyen de pression contre leurs adversaires les plus déterminés. Elles « brisent » ainsi progressivement le Mouvement dont les membres ne peuvent plus se rencontrer. À la fin du premier semestre 1991, le Mouvement est moribond.

L’intervention des universitaires américains, britanniques et canadiens

27Cet échec du Mouvement incite certains de ses membres, universitaires formés aux États-Unis, notamment Maria Hadjipavlou-Trigeorgis, à s’adresser à des centres de recherches et au gouvernement américain.

  • 25 Voir les explications de Maria Hadjipavlou-Trigeorgis, « Conflict Resolution Mechanisms: A Comparat (...)

28Les universitaires et centres de recherches sollicités répondent positivement pour plusieurs raisons. Le conflit chypriote fait l’objet d’études de cas dans le cadre des théories de la résolution des conflits depuis les années 1960. En 1965, John Burton lance un programme de recherche sur le problème de la communication dans les conflits à l’Université de Londres. En 1966, il organise un séminaire sur la question de Chypre avec la participation de quatre personnalités chypriotes (deux de chaque communauté)25. Trois universitaires américains sont invités dont le professeur Lawrence Doob. En 1973, un autre universitaire américain, le professeur Talbot, anime un séminaire de résolution de conflit pour des dirigeants politiques chypriotes, à Rome. En 1979 et en 1984, Herbert Kelman, de l’université de Harvard, propose à son tour plusieurs séminaires. En 1985, Lawrence Doob, responsable du Yale Project on Community Relations, dirige un séminaire destiné aux intellectuels et baptisé « Opération Locksmith ». En 1989 et 1990, le professeur canadien Ronald Fisher organise plusieurs séminaires de résolution des conflits au Canada, en Grande-Bretagne et à Chypre, avec un nombre restreint de participants, notamment des enseignants. En 1993, trois centres de recherches américains interviennent à la suite de la demande des Chypriotes : The Institute for Multi-Track Diplomacy (Washington), The Conflict Management Group (université d’Harvard), The National Training Laboratory Institute for Applied Behavioral Sciences (Virginie). Ils forment alors le Cyprus Consortium. Chypre constitue sans aucun doute un terrain idéal pour les chercheurs. Le conflit est gelé, donc il n’y a aucune urgence, les expériences peuvent donc se multiplier et les chercheurs tester leurs théories confortablement. Ses habitants sont pour la plupart d’entre eux anglophones, ce qui n’est pas un moindre atout lorsqu’il s’agit pour des anglophones d’enseigner des méthodes de communication. Et surtout, il y a un financement.

  • 26 Le HCR a lui-même mis en place des programmes bicommunautaires spécifique, principalement dans le d (...)
  • 27 Conflict Resolution Workshop dans la terminologie anglophone.
  • 28 Entretien avec Anna Argyrou, conseillère d’éducation à la Cyprus Fulbright Commission, Nicosie, le (...)

29Les États-Unis contribuent au financement de la mission du Haut-Commissariat aux Réfugiés à Chypre depuis 1974. Durant les premières années suivant la partition, le travail du HCR et donc les fonds alloués se concentrent sur l’aide aux réfugiés au sens strict. Le départ d’une partie d’entre eux pour l’étranger et le relogement de l’autre partie dans la zone sud ont conduit le HCR à redéfinir sa mission à Chypre. L’objectif est toujours le retour de tous les réfugiés dans leurs foyers, conformément aux résolutions des Nations unies. Cependant, le HCR a étendu sa mission à des projets tels que le Plan d’Ensemble de Nicosie mais aussi l’organisation d’activités bicommunautaires. Devenu l’unique donateur du HCR à Chypre à partir de 1980, le gouvernement américain contribue à cette redéfinition des activités du HCR : le gouvernement américain demande expressément que les fonds alloués financent des programmes bicommunautaires26. Sur les fonds directement alloués à Chypre par le Congrès, les États-Unis offrent aussi des bourses d’études (Cyprus-America Scholarship Program), lesquelles sont distribuées par la Cyprus Fulbright Commission (« Commission for Educational Exchange Between the United States of America and Cyprus ») qui agit dans le cadre du programme Fulbright de USAID (U. S. Agency for International Development). Dans la mesure où cet organisme, comme l’ambassade américaine à Nicosie, possède une antenne à Nicosie-nord et que les bourses profitent autant aux étudiants chypriotes grecs que turcs, il se trouve particulièrement bien placé pour financer aussi des activités de type « séminaire de résolution de conflit »27, susceptibles d’être acceptées par les autorités des deux zones. C’est pourquoi The Cyprus Consortium a demandé l’appui de la Cyprus Fulbright Commission28.

30Les séminaires de résolution de conflit montés après 1992 doivent beaucoup au travail du groupe formé par Lawrence Doob en 1985. Professeur de psychologie à Yale, il constitue un groupe de sept Chypriotes grecs et sept Chypriotes turcs parmi lesquels les universitaires Michalis Attalides, Nicos Peristianis et Bekir Azgın, professeur à l’Université de la Méditerranée orientale à Famagouste et coordinateur du groupe chypriote turc ; mais aussi le propre fils de Rauf Denktaş, Raif, Tunger Arifler, membre de l’UBP et Ahmet Aker, devenu depuis conseiller du président de la « KKTC ».

  • 29 Entretien avec Bekir Azgın, le 7 mai 1999 à Kyrenia/Girne.

« Ce fut une expérience intéressante. Doob assista à une première conférence puis s’éclipsa. Il y eut des rencontres bimensuelles au Ledra Palace. L’atmosphère était bonne. Mais les visites croisées ont été interdites par les autorités chypriotes turques. Puis le gouvernement [de la KKTC] a dit que ça allait trop loin et ne nous [les participants chypriotes turcs] a plus délivré de permis. Ensuite, Raif Denktaş est mort dans un accident de voiture et plusieurs membres chypriotes grecs du groupe sont venus à son enterrement, ce qui a fait forte impression. »29

31Le groupe se réunit d’août à octobre 1985. Comme le Mouvement pour Chypre indépendante et fédérale, le groupe Doob ne survit pas à la décision des autorités de la « KKTC » de ne plus délivrer de permission aux Chypriotes turcs.

  • 30 Entretien avec Fatma Azgın le 7 mai 1999 à Nicosie.

32La directrice exécutive de The Institute for Multi-Track Diplomacy, Louise Diamond, se rend à Chypre, quant à elle, en novembre 1991. Elle y rencontre des personnes ayant participé au groupe Doob mais aussi à une conférence tenue quelques mois plus tôt à Washington sur le thème : « les femmes dans les conflits internationaux » dont Fatma Azgin, ancienne députée (1975-1977), pharmacienne et épouse de Bekir30. Lorsqu’elle revient en mars 1992, Louise Diamond dispose d’un interlocuteur côté chypriote grec, le Peace Centre, fondé par Maria Hadjipavlou-Trigeorgis. Côté chypriote turc, deux groupes se sont formés : l’un, de gauche, dont Fatma Azgın est la chef de file, l’autre, de droite, dont le chef de file est Ergün Olgün (futur conseiller de Rauf Denktaş). Louise Diamond enseigne à ces trois groupes sa méthodologie de résolution de conflit puis parvient à obtenir les autorisations pour une rencontre au Ledra Palace en novembre 1992. Devant le succès de l’expérience, elle obtient le financement d’un séminaire à Oxford en septembre 1993. Ce séminaire est lui-même une réussite, très médiatisée à Chypre, auquel participent des personnalités de toutes tendances politiques dont Katie Clerides (fille de Glafcos et députée DISY) et Serdar Denktaş (fils cadet de Rauf et dirigeant du DP, né de la scission de l’UBP).

33Après ce séminaire, Louise Diamond obtient le soutien financier de la Cyprus Fulbright Commission et informel de l’ONU. À partir de là, le nombre de personnes engagées dans le dialogue bicommunautaire augmente considérablement, de quelques dizaines à quelques milliers, les groupes de travail, sur un thème ou professionnels, se multiplient, les manifestations prennent une ampleur inespérée par les initiateurs du mouvement.

Les activités soutenues par la Cyprus Fulbright Commission

  • 31 Benjamin J. Broome, « Overview of Conflict Resolution Activities in Cyprus: Their Contribution to t (...)

34À partir de 1994, la Commission Fulbright rémunère un universitaire spécialiste de la résolution de conflit à temps plein. Benjamin Broome, professeur à George Mason University31, sera le premier (1994-1996) puis ce sera Philip Snyder (1196-1997) et Marco Turk, professeur à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) (1997-1999). Louise Diamond, Dianna Chigas, Ronald Fisher et John Ungerleider interviennent également ponctuellement ou accompagnent un projet spécifique.

35La mise en place des groupes s’est faite progressivement à partir du groupe d’Oxford, suivant les demandes formulées par les Chypriotes. Dans un premier temps, les formateurs américains et canadiens enseignent aux Chypriotes les techniques de la résolution de conflit, afin qu’ils deviennent eux-mêmes des formateurs. Ces formateurs locaux peuvent ainsi diriger des groupes bicommunautaires, voire former à leur tour d’autres Chypriotes. La règle est bien sûr que les formateurs locaux opèrent alors à deux (un Chypriote grec, un Chypriote turc). La plupart des premiers formateurs chypriotes sont diplômés d’universités américaines.

36Dans l’impossibilité de décrire tous les groupes, nous nous proposons d’en dresser un bref tableau. La liste suivante est le fruit du regroupement d’informations tirées de nos entretiens, données par le magazine bicommunautaire (et bilingue, parfois trilingue), Hade/Χάδε et confrontées à un tableau difficilement intégrable qui est l’œuvre de Yiannis Laouris (octobre 1997). Les dates entre parenthèses sont celles de la création des groupes.

  • Groupe des formateurs en résolution de conflit (1994) fait fonction de coordinateur des autres groupes. Ses membres sont parmi les pionniers des activités bicommunautaires comme Fatma Azgın ou Harris Anastasiou.

  • Groupe des jeunes dirigeants politiques (1994-95) a pour objectif de faciliter la communication entre eux et de poursuivre à leur niveau le processus soutenu par les Tchécoslovaques au niveau des dirigeants des partis.

  • Groupe des citoyens (1995) a pour principale animatrice Katie Economidou. Il a pris une telle importance qu’il a été subdivisé en 5 sous-groupes par thème : avenir de différentes professions en cas de réunification ; chorale bicommunautaire ; séminaires de résolution de conflit ; projets bicommunautaires ; questions générales.

  • Groupe des femmes (1996) : la formation plus tardive de ce groupe n’est pas dûe à une moindre mobilisation des femmes mais plutôt à leur surmobilisation par rapport à d’autres terrains. Fatma Azgιn, Şefika Durduran, Katie Clerides ou Androulla Vassiliou, ne se contentent pas d’être les épouses ou fille de, mais mènent des activités tout à fait indépendamment des hommes dont elles portent le nom de famille, voire les devancent dans la mobilisation en faveur de la paix. De quoi abattre tous les préjugés culturalistes sur la femme méditerranéenne !

  • Environnementalistes (1997) : son activité paraît des plus limitées.

  • Young Business Leaders Group, Management Group (1995 et 1996) réunissent des hommes d’affaires et des cadres supérieurs pour discuter des questions économiques, avec des variantes induites par les noms des groupes : le deuxième s’occupe davantage de questions techniques et de l’harmonisation possible des législations des deux zones, et de Chypre vis-à-vis de l’Union européenne.

  • Groupe des juristes (1996) : le droit chypriote se fondant sur le droit britannique, les juristes chypriotes ont donc tous la même culture juridique et la même formation de base. Seules diffèrent les lois édictées depuis 1974... Les juristes sont surtout intéressés par la mise en conformité des lois avec les normes européennes, tant celles de l’UE que du Conseil de l’Europe.

  • Groupe des enseignants (1993 et 1995) regroupe des enseignants du primaire, du secondaire qui travaillent sur l’enseignement tel qu’il est dans les deux zones et tel qu’il pourrait être en cas de réunification. Les manuels scolaires sont particulièrement visés. Ce groupe a notamment invité, avec le soutien de l’UE, le professeur Alfred Grosser à venir donner une série de conférences sur la réconciliation franco-allemande en mai 1997. Le groupe des enseignants est aussi à l’origine de groupes pour les étudiants et pour les adolescents, ce dernier baptisé Youth Encounters for Peace (YEP).

    • 32 The Collage, n° 7, Winter 1999. (HCA Veletrzni 24, 170 00 Prague 7, République tchèque).

    Groupe des étudiants (1996) est l’un des plus actifs, notamment parce que la Commission Fulbright propose presque à tous ses boursiers de participer, ce qui constitue un vivier très important. Le groupe consacre ses séminaires aux questions d’éducation. Des visites croisées sont organisées : l’une à Kyrenia pour les étudiants chypriotes grecs, l’autre à Paphos pour les étudiants chypriotes turcs. Le groupe est aussi à l’origine d’un numéro spécial de la revue The Collage32, une publication du Youth Network de l’organisation non gouvernementale Helsinki Citizens’ Assembly dont le président a été l’écrivain et journaliste turc Murat Belge.

  • 33 Entretien avec Yiouli Napoleontos et Margarita Lagou, étudiantes en turcologie, le 4 mars 1999 à Ni (...)

« Lors des premières rencontres, la proportion de filles et de garçons était égale. Puis, au fur et à mesure que le groupe s’est fixé, que des nouveaux sont arrivés, d’autres plus venus, sa composition s’est modifiée. Je dirais qu’il y a 60 à 70 % de filles dans le groupe chypriote grec et 30 % de filles dans le groupe chypriote turc. [Margarita approuve et ajoute :] les garçons chypriotes grecs sont peu motivés car ils peuvent participer autrement à la vie politique ici et puis ce sont surtout des garçons de droite qui venaient. [Yiouli continue :] oui ; et pour les garçons chypriotes turcs, c’est différent : ils vivent dans une société plus fermée politiquement. Leur participation aux rencontres représente un enjeu plus sérieux, une forme de contestation réelle. »33

  • Youth Encounters for Peace : il s’agit de trois groupes d’adolescents (16-19 ans) formés en 1997. L’objectif est essentiellement de faire se rencontrer et dialoguer ces lycéens, voire de leur faire entreprendre des activités communes. Ce programme est à mettre en relation avec les camps d’été aux États-Unis proposés par la Commission Fulbright depuis 1996. Ces camps d’été sont destinés aux adolescents (13 ans et plus) dans le cadre du Cyprus-America Scholarship Program.

37Il existe également d’autres groupes créés dans le même cadre : groupe d’étude sur le fédéralisme, sur l’adhésion à l’Union européenne, groupe de recherche sur la mise en place d’un réseau internet permettant la communication permanente entre les personnes engagées dans les activités bicommunautaires ou encore le groupe des artistes et celui des sourds...

  • 34 Entretien avec Anita Thomas, assistante spéciale pour les activités bicommunautaires de l’UNFICYP, (...)

38La contribution de l’ONU, c’est-à-dire l’UNFICYP, le HCR et l’UNOPS à Chypre, outre ses propres activités bicommunautaires, se traduit surtout par la mise à disposition de sa salle de conférence du Ledra Palace dans la zone-tampon de Nicosie34. Le parc attenant à l’ancien hôtel est également fort utile pour les grandes manifestations (cinquantenaire des Nations unies, fêtes bicommunautaires, concert helléno-turc) que l’UNFICYP a organisées ces dernières années (de 3 à 5000 personnes présentes à chaque fois).

Autres initiatives

  • 35 Entretien avec Constantin Hadjidakis, à Athènes le 8 février 1999 et Ελευθερoτυπía du 8 décembre 19 (...)

39Si la Commission Fulbright parraine un grand nombre de groupes et de projets, certaines initiatives se font à l’écart de ce cadre. Toutefois, la Commission dispose d’un fichier et de contacts, de l’expérience et de l’appui inconditionnel de l’ambassadeur des États-Unis à Chypre, qui en font un partenaire quasi-incontournable. Quelques exemples : lorsque l’eurodéputé de Néa Dimokratia, Constantin Hadjidakis, décide de faire venir seize Chypriotes grecs et Chypriotes turcs à Bruxelles pour contribuer symboliquement à la recherche d’une solution et affirmer le soutien du Parlement européen au dialogue bicommunautaire, la Commission Fulbright sert d’intermédiaire pour sélectionner les invités, notamment chypriotes turcs, l’eurodéputé n’ayant pas accès à la zone nord35.

40De même, si le nom de la Commission n’apparaît pas dans cette initiative, « In Economic Cooperation Lies Mutual Benefit », cadre d’un dialogue entre hommes d’affaires grecs, turcs et chypriotes (voir chapitre 7), paraît être un prolongement du groupe bicommunautaire des hommes d’affaires et la méthodologie est celle de la résolution de conflit. La présence de Richard Holbrooke comme « parrain » de ce dialogue confirme que le gouvernement américain y voit la poursuite des efforts de ses diplomates à Chypre pour participer à une réconciliation par le bas ou « diplomatie des citoyens » ou encore, pour reprendre l’expression anglophone, « the II Track Diplomacy ».

41Deux initiatives européennes montrent également l’importance du travail accompli par la Commission Fulbright. Le séminaire des Diablerets (Suisse) et le réseau Cyprus Link.

    • 36 Extrait des statuts de la FOSBO, rappelé dans le rapport sur le séminaire des Diablerets que la Fon (...)

    Le séminaire des Diablerets est une initiative de la Fondation suisse de bons offices (FOSBO), fondation de droit privé créée en avril 1996, qui se propose, comme son nom l’indique, de prêter ses « bons offices », suivant l’expression diplomatique, « pour assurer le réglement pacifique des différends et prévenir l’usage de la force dans les conflits »36. En avril 1997, la FOSBO obtient le soutien financier du ministère suisse des Affaires étrangères pour l’organisation du séminaire qui doit réunir des personnalités chypriotes mais aussi grecques et turques. Il ne s’agit pas d’inviter les dirigeants des partis politiques mais plutôt des représentants de la « société civile » et des personnalités politiques ouvertes au dialogue. La FOSBO fait alors appel au professeur Benjamin Broome en tant que spécialiste des méthodes de résolution des conflits mais aussi des activités bicommunautaires à Chypre. Le fichier de la Commission Fulbright, là encore...
    Le séminaire se déroule du 6 au 11 août 1997. Il aboutit à une série de propositions de projets de coopération réparties en douze catégories, de la recherche à la santé en passant par les infrastructures, les médias, l’éducation, etc.

    • 37 Voir son portrait dans le supplément Économie du Monde du 26 avril 2000.
    • 38 Entretien avec Canan Öztoprak, le 4 mai 1999 à Nicosie.
    • 39 Entretien avec Sotiroulla Charalambous, le 1er mars 1999 à Nicosie.

    Le réseau Cyprus Link est né de la rencontre entre ces femmes chypriotes et la belge Simone Susskind37. Présidente du Centre communautaire juif laïc de Bruxelles, elle organise en mai 1989 une conférence intitulée « Donner une chance à la paix, les femmes prennent la parole » qui réunit des femmes israéliennes et palestiniennes et aboutit à la création du réseau Jerusalem Link, afin de faciliter le dialogue entre ces femmes. En 1995, Simone Susskind fonde l’organisation non gouvernementale « Actions en Méditerranée » à la suite d’une nouvelle conférence sur « les femmes et la paix » (mai 1994) qui réunit 200 femmes dont des Chypriotes, notamment Canan Öztoprak38, psychologue et présidente de l’organisation non gouvernementale Women’s Movement for Peace and Federal Solution for Cyprus, créée en 1988.
    Cyprus Link est créé lors d’une conférence à Bruxelles, en avril 1997. La conférence est organisée par Actions en Méditerranée avec le soutien de l’Union européenne. Le Commissaire européen Hans van den Broek, chargé des relations extérieures, prononce le discours d’ouverture et l’eurodéputée Pauline Green assiste aux débats. 25 Chypriotes grecques et 25 Chypriotes turques participent à la conférence. Parmi elles, les représentantes de 18 organisations non gouvernementales, sections féminines de partis politiques et de syndicats. Une deuxième conférence s’est tenue à Londres en mars 1998. Deux coordinatrices sont désignées : Canan Öztoprak et Sotiroulla Charalambous, secrétaire générale du Bureau des femmes du syndicat PEO39. Cyprus Link pourrait devenir une ONG à part entière. Afin d’autonomiser le mouvement bicommunautaire par rapport à la Commission Fulbright ?

    • 40 Entretien avec Nicos Anastasiou le 6 mars 1999 à Larnaca.

    Le magazine bicommunautaire Hade/Xάδε a pour origine le besoin des acteurs du dialogue bicommunautaire de disposer d’un médium entre eux d’une part, compte-tenu du nombre croissant de personnes engagées mais aussi de groupes, et vers un public plus large mais essentiellement chypriote d’autre part. Le magazine se veut non seulement bicommunautaire mais également représentatif de la société civile. Nicos Anastasiou40, l’un des responsables du magazine, récuse notamment l’idée qu’il soit trop politisé ou qu’il reflète les opinions de différents groupes (surtout politiques) en conflit. Il s’agit avant tout d’un « pont » entre les différents groupes et entre les deux communautés. L’équipe éditoriale de Hade/Xάδε comprend dix personnes mais les auteurs d’articles sont plus nombreux, issus des différents groupes et initiatives. Le magazine est biannuel et le numéro 0 est sorti en janvier 1998. Toutefois, il se heurte à la censure et aux restrictions de circulation entre les deux zones imposées par les autorités de la « KKTC ». Enfin, il se veut indépendant des diverses institutions qui appuient le mouvement bicommunautaire, à commencer par la Commission Fulbright. Il a cessé de paraître après le numéro 4.

8. 2 – L’impact du mouvement bicommunautaire sur le conflit

42Parti de quelques groupes marqués à gauche et du dialogue des dirigeants politiques et syndicaux, le mouvement bicommunautaire regroupe désormais plusieurs milliers de personnes.

  • 41 Dolores B. Lasan, « A Comparison between Men’s and Women’s Perceptions of and Responses to Bi-Commu (...)
  • 42 Benjamin J. Broome, « Overview of Conflict Resolution Activities in Cyprus: Their Contribution to t (...)
  • 43 Entretien avec Anita Thomas, assistante spéciale pour les activités bicommunautaires de l’UNFICYP, (...)

43Le tirage des premiers numéros du magazine bicommunautaire Hade/Xάδε donne une idée plus précise de ce nombre : 3000 exemplaires signifie sans doute environ 6000 lecteurs, sachant que la diffusion du magazine est encore relativement restreinte en zone nord, insuffisamment développée en zone sud et embryonnaire dans la/les communauté(s) chypriote(s) de Grande-Bretagne. De même, de 3 à 5000 personnes étaient présentes à chacune des manifestations organisées par l’UNFICYP au Ledra Palace. Le nombre de participants aux groupes bicommunautaires – c’est-à-dire les individus les plus mobilisés – est moindre mais son augmentation est remarquable : les activités à caractère humanitaire du HCR réunissent 913 Chypriotes grecs et 450 Chypriotes turcs (soit 1363 personnes) à la fin de 199441. Selon Benjamin Broome, plus de 300 personnes étaient engagées dans les groupes bicommunautaires parrainés par la Commission Fulbright, c’est-à-dire présentes aux séminaires hebdomadaires ou mensuels, en 1996, et « des centaines d’autres » avaient participé à au moins un séminaire de résolution de conflit ; pour 1997, les participants réguliers aux séminaires et aux groupes sont 150042. Lors de notre séjour à Chypre, et malgré l’interruption des rencontres bicommunautaires au Ledra Palace imposée par Rauf Denktaş fin décembre 1997, l’ONU avançait le chiffre de 2000 personnes engagées dans les groupes bicommunautaires43 – réunies moins régulièrement dans le village de Pyla dans la zone-tampon, à l’étranger ou dans le cyberspace. En 1997, l’UNFICYP a comptabilisé entre 30 et 60 réunions bicommunautaires hebdomadaires au Ledra Palace. Encore faut-il ajouter à cela les réunions tenues aux bureaux de la Commission Fulbright et de l’Institut Goethe qui jouxtent le Ledra Palace dans la zone-tampon.

44Le nombre de participants potentiels est bien supérieur à celui des participants effectifs. Les obstacles à l’engagement dans les groupes bicommunautaires ne sont pas minces. Ils illustrent les blocages, politiques et psychologiques, notamment parmi les dirigeants politiques à commencer par Rauf Denktaş, mais aussi les relations entre les politiques et la « société civile ». L’avocate Şefika Durduran estime que

« la population chypriote turque se divise actuellement en quatre groupes :
– ceux qui sont résolument hostiles à tout contact avec les Chypriotes grecs ;
– ceux qui voudraient bien participer mais craignent les représailles ;
– ceux qui participeraient, notamment les fonctionnaires, si les autorités le leur permettaient ;
– ceux qui allaient au Ledra Palace jusqu’en décembre 1997, date de la décision de Rauf Denktaş de ne plus permettre les passages vers la zone-tampon ;
– ceux qui iraient n’importe où pour rencontrer les Chypriotes grecs. »

Positionnement de la « KKTC » vis-à-vis du mouvement bicommunautaire

45Les autorités de la « KKTC » disposent en effet d’une panoplie de moyens très vaste pour prévenir ou empêcher les contacts entre les deux communautés. Les barbelés qui séparent la zone nord de la zone-tampon et donc de la zone sud et qui sont censés protéger la communauté chypriote turque de toute agression de la part des Chypriotes grecs, servent surtout à emprisonner les Chypriotes turcs.

  • 44 Gilles Bertrand et Isabelle Rigoni, « Turcs, Kurdes et Chypriotes devant la cour européenne des dro (...)
  • 45 Cyprus Weekly, 1-8 janvier 1998.

46Pour sortir de la zone nord vers la zone-tampon voire la zone sud, les Chypriotes turcs doivent obtenir un permis délivré par les autorités. La demande en est faite auprès du ministère des Affaires étrangères et de la Défense de la « KKTC » ; si celui-ci l’accepte, il la transmet alors au service compétent de l’armée turque ; si l’armée ne la refuse pas, elle est envoyée à la police de la « KKTC », laquelle délivre, ou non, le permis. En cas de refus, le requérant n’en reçoit aucune explication officielle. L’arbitraire est ici presque total : parmi les participants aux activités bicommunautaires que nous avons rencontrés, certains passent sans problème en « temps normal », d’autres parfois mais pas toujours, d’autres plus jamais comme le docteur Ahmet Cavit An qui a déposé une requête auprès de la Cour européenne des droits de l’homme pour cette raison44. En « temps normal » signifie : hors des périodes de tension (comme la crise d’août 1996). Cependant, depuis la décision de l’UE d’entamer les négociations d’adhésion avec la république de Chypre, les permis sont devenus exceptionnels sur ordre de Rauf Denktaş (20 décembre 1997)45.

47Mais la décision européenne paraît n’être qu’un prétexte. Nombre des participants chypriotes turcs aux activités bicommunautaires, empêchés après décembre 1997 de se rendre aux réunions au Ledra Palace, estiment (sous couvert de l’anonymat) que Rauf Denktaş cherchait depuis plusieurs mois à faire efficacement obstacle au mouvement bicommunautaire devenu trop dangereux pour lui. L’ampleur prise par ce mouvement défie en effet la doctrine officielle de l’impossible coexistence des deux communautés.

48L’opposition de Rauf Denktaş à tout contact, à l’exception (et encore) des négociations officielles, n’est pourtant pas un fait nouveau. Et cependant, ses fils Raif et Serdar, des membres de l’UBP et des personnes notoirement fidèles au président de la « KKTC » ont participé à des rencontres bicommunautaires.

49À cela plusieurs explications. Premièrement, les spécialistes de résolution de conflit restent toujours très prudents et ne prétendent en aucun cas obtenir comme résultat la réunification de l’île. Mais, souvent psychologues de formation, ils mettent l’accent sur la compréhension mutuelle et la nécessité d’un dialogue entre les deux communautés. Ils ne mettent pas en doute – du moins publiquement – la nature « ethnique » du conflit et la segmentation de la population de l’île en communautés. Tant que les activités bicommunautaires n’intéressent qu’une fraction des élites et quelques dissidents, Rauf Denktaş garde le contrôle de la situation :

  • les dirigeants politiques partisans du dialogue voire de la réunification ? Il suffit de les marginaliser par divers moyens (Alpay Durduran) ou de les intégrer plus ou moins au système en les faisant participer au gouvernement, suivant les méthodes éprouvées du « transformisme » italien (Mehmet Ali Talat, Mustafa Akıncı) ;

    • 46 Entretien avec Ahmet Cavit An le 6 mai à Nicosie.

    les dissidents ? À l’exception de Kutlu Adalı, dont l’assassinat reste non élucidé, ils sont plutôt poussés à l’exil : la journaliste Neşe Yaşιn, l’universitaire Niyazi Kızılyürek, des centaines, peut-être des milliers de personnes résidant aujourd’hui en Grande-Bretagne, jusqu’au pédiatre Ahmet Cavit An qui refuse, lui, de partir46.

50Rauf Denktaş peut, dans ces conditions, accepter que ses partisans participent aux séminaires : leur objectif est alors de tenter de faire admettre aux Chypriotes grecs présents – en l’occurrence eux aussi représentants des élites politiques et intellectuelles, dans cette première phase qui va jusqu’en 1995-1996 – que la partition est irrémédiable et qu’ils devraient convaincre leur gouvernement de reconnaître la « KKTC » comme État souverain. Ils rappellent le sang versé de part et d’autre afin de convaincre tant les médiateurs internationaux que les Chypriotes grecs que la réconciliation est impossible. Leur rôle est également d’écouter et de surveiller les Chypriotes turcs favorables à la réconciliation.

  • 47 Kıbrıs du 26 mars 1998.

51Les autorités de la « KKTC » peuvent également interdire aux fonctionnaires la participation aux activités bicommunautaires préalablement à toute demande de permission. Les autorités peuvent même leur interdire purement et simplement de quitter la zone nord vers une destination-tierce (en l’occurrence via la Turquie). Trois syndicalistes de la fonction publique sont ainsi empêchées de se rendre à la réunion des femmes de Cyprus Link à Londres (27-28 mars 1998). À leur arrivée à l’aéroport d’Ercan, Gülev Sidal, présidente de BES-Sen (syndicat des employés municipaux), Gül Öztek (KTAMS, fonctionnaires) et Cemaliye Volkan (Çağ-Sen, fonctionnaires), apprennent qu’elles ne peuvent prendre l’avion pour Istanbul et tiennent alors une conférence de presse contre la décision des autorités47.

52La tenue même de cette conférence, le caractère aléatoire de l’octroi des permis de passage vers la zone-tampon ou la zone sud et le fait que, malgré tout, de nombreux Chypriotes turcs peuvent quitter la zone nord pour une destination-tierce sans faire mystère qu’ils se rendent à des rencontres bicommunautaires montrent les limites du pouvoir de Rauf Denktaş. Il ne peut ainsi pas prendre de mesures plus coercitives, comme par exemple la non-délivrance ou la confiscation de passeport pourtant couramment pratiquées dans certains États. Il ne peut non plus se faire élire à 99 % des suffrages. Les autorités de la « KKTC » ne peuvent non plus refuser des autorisations pour des rencontres entre syndicats ou partis dans la zone-tampon, ainsi que nous l’avons observé en mars et mai 1999, alors que toute autre rencontre était impossible.

  • 48 Entretien avec Ekrem Varoğlu, doctorant en ingénierie électrique, également coordinateur des Jeunes (...)

« À mon grand étonnement, deux autres jeunes du YBH [Yürtsever Birlik Hareketi, Mouvement de l’Union patriotique, d’Alpay Durduran et Özker Özgür] et moi, mais aussi trois jeunes du CTP avons été autorisés à nous rendre en zone sud pour quatre jours au 55e congrès du Mouvement des jeunes démocrates organisé par EDON [Ενάιαι Anµoκρατική Ενωση Néων, Union démocratique de la Jeunesse, dépendant d’AKEL] qui nous avait invités. Ces autorisations, c’est aléatoire. Tu demandes et tu obtiens ou tu n’obtiens pas, sans explication. »48

  • 49 Entretien avec Nihat Elmas, secrétaire aux relations internationales de Türk-Sen, le 10 mai 1999.

« Bien que Türk-Sen soit la plus grosse fédération [syndicale] ici, nous avons eu des difficultés à convaincre les partis politiques du bien-fondé de cette coopération. Mais nous avons mis en avant le fait que cette coopération porte sur les salariés, pas sur des sujets politiques. Les syndicats ne veulent pas créer de problème. Mais il est important de parler avec les Chypriotes grecs. »49

  • 50 Entretien avec Mustafa Akıncı, alors vice-premier ministre de la « KKTC », le 10 mai 1999 à Nicosie

« Je ne suis pas contre le rétablissement des contacts. (...) Personnellement, je suis favorable à la réactivation des activités bicommunautaires. Mais il faut essayer de comprendre le côté psychologique du problème. (...) Quand les Chypriotes grecs annoncent “aujourd’hui des Chypriotes turcs sont venus en zone libre” pour parler de leur zone, ça crée forcément des tensions avec l’administration chypriote turque. (...) De ce point de vue, les Chypriotes turcs ne sont rien et les Chypriotes grecs sont le gouvernement de Chypre. (...) Alors, pour le rétablissement des activités bicommunautaires, nous sommes à la recherche d’une nouvelle formule. Tout le monde doit comprendre nos réserves. (...) Oui, les syndicats et les partis sont autorisés à y aller [en zone sud ou au Ledra Palace]. Pour eux, c’est différent. Il n’y a pas de problème pour la Commission Fulbright, mais avec l’UE oui à cause de la décision de Luxembourg. »50

53Partis et syndicats sont autorisés à envoyer des représentants en zone sud car ils se trouveraient en quelque sorte à égalité avec les Chypriotes grecs, sans que la question de la souveraineté ne soit mise en avant.

Rauf Denktaş, la communauté chypriote turque et la société civile

54Rauf Denktaş et la « KKTC » en tant qu’organisation sont en fait pris au piège du discours officiel qui est, grosso modo, le suivant :

« Rauf Denktaş est le chef de la communauté chypriote turque, laquelle dispose de ses institutions propres (la « KKTC ») sans prétendre cependant former une nation, puisque l’État-nation des Turcs est la Turquie ; l’État turc, la « KKTC » et Rauf Denktaş, son chef, ont pour mission de protéger la communauté chypriote turque contre les tentatives chypriotes grecques de l’anéantir. »

55Ce faisant, les autorités ne peuvent trop ouvertement réprimer l’opposition voire la dissidence sans risquer de perdre toute légitimité auprès des Chypriotes turcs. Et il ne faut pas négliger la dimension internationale du problème. Si aucun autre État que la Turquie ne reconnaît la « KKTC », Rauf Denktaş est officiellement considéré comme le chef légitime de la communauté chypriote turque par l’ONU et même par le gouvernement de la république de Chypre. Or, comme nous le montrons dans le chapitre 2, il est avant tout l’élu des colons turcs en zone nord et dispose du soutien électoral d’une minorité d’électeurs chypriote turcs. Cette reconnaissance internationale en tant que chef de la communauté pare Rauf Denktaş d’une légitimité interne non négligeable. Le titre de chef de la communauté chypriote turque lui confère une légitimité traditionnelle qui complète voire surclasse sa légitimité rationnelle-légale qu’il tire de son élection à la présidence de la « KKTC ». Et personne n’a jamais sérieusement mis en doute sa légitimité électorale – malgré les dénonciations du vote des colons et de manipulation des suffrages – au point, par exemple, de recommander un boycott des élections comme dans de nombreux États africains ou sud-américains dans des cas semblables. La légitimité traditionnelle et internationale semble donc paralyser toute contestation sérieuse malgré les critiques à l’égard du chef. En même temps, l’élection à la présidence est la condition sine qua non à la légitimité internationale en tant que chef de la communauté.

56Rauf Denktaş ne peut donc réprimer la dissidence que discrètement, notamment par l’intimidation (voir les attentats à la bombe contre les automobiles d’Alpay Durduran mais pas contre sa personne physique). Le meurtre de Kutlu Adalı apparaît ici comme une exception et il est peu probable que Rauf Denktaş et les autorités de la « KKTC » soient impliquées directement. De même, les quelques Chypriotes turcs qui osent franchir la zone-tampon clandestinement pour se réfugier en zone sud (notamment à Nicosie où le passage est facile) ne craignent pas vraiment la police de la « KKTC » : ici rien d’équivalent aux gardes-frontière est-allemands qui tiraient à vue sur ceux qui tentaient de passer à l’Ouest. Même si Rauf Denktaş considère ces transfuges comme des traîtres, il sait qu’il ne peut donner un tel ordre, ce qui provoquerait un énorme scandale au sein de « sa » communauté comme au plan international. Les relations avec les membres de la communauté voire avec la « société civile » sont par conséquent extrêmement complexes, Rauf Denktaş alternant bienveillance et menaces, laisser-faire et dénonciations, particulièrement en ce qui concerne la participation aux activités bicommunautaires.

57Ainsi, lors de la première conférence de Cyprus Link, à Bruxelles (avril 1997), Rauf Denktaş accuse les participantes chypriotes turques de « s’être vendues aux Chypriotes grecs ». Selon ces participantes, cela signifie que Rauf Denktaş a pris la conférence au sérieux. Tout en refusant que les syndicalistes s’y rendent, il laisse des nationalistes y aller, dans le but évident qu’elles puissent y rappeler les massacres passés et l’informer de la teneur des discussions. Il réussit, par ailleurs, à convaincre certaines personnes, pourtant favorables aux activités bicommunautaires à l’origine, de leur inutilité voire de leur nuisance. Son conseiller Ahmet Aker était, de l’avis de plusieurs personnes que nous avons rencontrées, décidé à accepter le poste de conseiller du président en affirmant qu’il l’influencerait et lui ferait accepter le dialogue. Il n’en a rien été. En revanche, il semble bien que les personnes envoyées par les autorités aux réunions des nombreux groupes bicommunautaires mis en place à partir de 1994-95 aient cessé progressivement d’y participer, ayant échoué à faire obstacle à la réconciliation entre les autres participants et à surveiller tout ce qui se faisait et se disait. D’où certainement la décision de Rauf Denktaş de ne plus accorder de permis de passage vers la zone-tampon en décembre 1997 : le mouvement était devenu incontrôlable.

  • 51 Voir Yiannis Papadakis, « Pyla: A Mixed Borderline Village under UN Supervision in Cyprus », Intern (...)

58Notons cependant que les réunions sont encore possibles à Chypre même, après cette date : elles se tiennent dans l’un des deux villages encore bicommunautaires de l’île, Pyla. Ce fait paradoxal (l’interdiction de réunions au Ledra Palace, mais pas à Pyla) s’explique encore par les limites du pouvoir de Rauf Denktaş. Pyla se trouve dans la zone-tampon, en bordure ouest de la base sous souveraineté britannique de Dhékélia. Le village est administré par l’ONU51. Il est possible de se rendre à Pyla en venant de la zone sud comme de la zone nord mais il faut cependant se soumettre à un contrôle – ce qui retient beaucoup de Chypriotes turcs d’y aller, et donc limite le nombre de réunions. Aller à Pyla peut cependant paraître plus anodin que de se rendre au Ledra Palace. Mais là est tout le problème : les Chypriotes turcs les plus prudents – ceux qui craignent de perdre leur emploi notamment – peuvent se sentir rassurés s’ils obtiennent un permis pour aller au Ledra Palace : cela signifie que les autorités n’y voient pas d’inconvénient. En revanche, aller à Pyla alors que les rencontres sont officiellement interdites fait courir un risque. Rauf Denktaş ne peut fermer l’accès à Pyla mais il peut, avec un minimum de coercition (le contrôle à l’entrée nord du village) réduire le nombre de réunions et de participants à Pyla.

59Rauf Denktaş pourrait encore limiter les contacts entre les deux communautés en limitant l’accès à l’internet, donc à la messagerie électronique. En l’absence d’un réseau téléphonique reliant le nord et le sud – sinon la vingtaine de lignes dont dispose l’UNFICYP – la communication entre les membres des groupes bicommunautaires peut rester permanente grâce au courrier électronique. Or le contrôle voire l’interdiction de l’usage d’internet est relativement facile pour les autorités de la « KKTC » : il suffit de contrôler les fournisseurs d’accès – qui sont peu nombreux – et de surveiller de là, électroniquement, les messages échangés. Il est également possible d’intercepter les messages et, en faisant pression sur les fournisseurs d’accès, de priver telle ou telle personne de son courrier. Or les autorités de la « KKTC » laissent faire – peut-être surveillent-ils les messages échangés, mais nous l’ignorons.

  • 52 Appeler la zone nord à partir de la Turquie revient à appeler la province de Mersin, et n’est donc (...)
  • 53 Voir un article de Cyprus Weekly, 5-11 March 1999 basé notamment sur des données parues dans le quo (...)

60Elles ne peuvent en effet restreindre l’utilisation d’internet pour plusieurs raisons qui montrent, là encore, les limites du pouvoir exercé. Une des raisons est qu’il est difficile, alors que l’on organise des élections et autorise le multipartisme, de priver les dirigeants des partis politiques, les syndicalistes et tous les citoyens en général de courrier électronique. Ceci déclencherait un tollé et constituerait un acte répressif trop visible. D’autre part, la « KKTC » accueille environ 10 000 étudiants de Turquie ainsi que 1500 d’autres États (Pakistan, Soudan, Jordanie, etc.), lesquels communiquent avec leur pays d’origine par internet pour des raisons de coût et de fiabilité52. Nombre des recherches qu’ils effectuent dans le cadre de leurs études se font aussi par internet, ce qui pallie en partie l’isolement de la zone nord. Les 10 000 Chypriotes turcs ne constituent donc que la moitié du nombre d’étudiants total en zone nord. Les six universités de la zone dont la plus grande est EMU (11 000 étudiants) ont surtout pour fonction d’attirer les enfants des familles turques aisées qui n’ont pas réussi aux difficiles concours d’entrée des universités turques. Bien entendu, ces étudiants paient le prix fort pour s’inscrire et contribuent aussi à l’économie de la zone nord passablement déprimée par ailleurs. Les étudiants des États-tiers doivent payer les frais d’inscription en dollars et dépensent ensuite beaucoup d’argent sur place. Le seul revenu annuel d’EMU est évalué à 70 millions de dollars53. Il est donc inimaginable que les autorités limitent l’accès à internet de tous ces étudiants et de leurs enseignants. La « KKTC » est ainsi prise au piège de cette ouverture paradoxale au monde (électronique), qui compense l’isolement physique de la zone nord.

61Cependant, les autorités de la « KKTC » savent aussi que, hormis les opposants et les dissidents clairement identifiés, les opinions et discours de la majorité des participants aux groupes bicommunautaires ne sont pas uniformément anti-Denktaş. Il ressort au contraire de nos entretiens que les participants aux groupes bicommunautaires reflètent assez bien les différences d’opinion au sein de la communauté chypriote turque, des pro-Denktaş (certes peu nombreux) aux partisans d’une réunification rapide (eux aussi relativement peu nombreux) en passant par une majorité qui souhaite une résolution du conflit tout en se montrant prudente quant à ses modalités. Il semble donc que les experts de la Commission Fulbright aient atteint leur objectif qui était effectivement de réunir au sein des groupes les opinions les plus diverses.

62Le mouvement bicommunautaire symbolise certes l’émergence d’une société civile, c’est-à-dire l’autonomisation des acteurs sociaux par rapport à l’État ou à une organisation (la « KKTC ») qui prétend l’être. Mais, dans le même temps, de nombreux participants au mouvement entretiennent vis-à-vis de la « KKTC » comme du concept de communauté des pratiques et un discours des plus ambigus. Tel acteur alterne dans son discours l’usage des deux concepts, « communauté chypriote turque » et « société civile ». Tel autre est favorable au dialogue avec les Chypriotes grecs, s’engage fortement pour cela, mais paraît croire que la coexistence entre les deux communautés ne sera plus jamais possible. Tel autre critique Rauf Denktaş mais ne prend guère de distance vis-à-vis de son discours quant à la fédération et la confédération. Tel autre, avocat, se dit opposant, mais nous découvrons ensuite qu’il travaille sous contrat pour le gouvernement afin de le défendre contre les requêtes introduites devant la Cour européenne des droits de l’homme.

63Les autorités de la « KKTC » peuvent donc se permettre de laisser une certaine marge de manœuvre aux activités bicommunautaires, même si l’interdiction de décembre 1997 montre que celles-ci sont perçues comme un danger. Les activistes sont cependant très perméables au discours et à l’histoire officiels : lorsqu’ils ont moins de trente ans, ils connaissent d’abord le conflit par les manuels scolaires ; les plus âgés ont vécu les « malheurs de la guerre » à savoir le siège des enclaves par les milices et la Garde nationale chypriote grecque, les combats, les massacres, etc. de 1964, 1967 et 1974.

64Ces activistes sont également très sensibles à toute initiative unilatérale des « Chypriotes grecs », c’est-à-dire du gouvernement de la république de Chypre. Or ce dernier a multiplié les erreurs manifestes vis-à-vis des simples citoyens chypriotes turcs. Ainsi la candidature à l’Union européenne est peut-être une bonne idée s’il s’agit de bousculer le statu quo. Encore aurait-il fallu l’expliquer directement aux Chypriotes turcs, ce qui est parfaitement possible via la télévision ou internet. Ainsi l’achat des missiles S-300 était une très mauvaise idée dans la mesure où ils ne pouvaient en aucun cas empêcher l’armée turque d’envahir le sud (à supposer qu’elle le veuille) mais augmentaient sérieusement le risque de guerre. Or les Chypriotes turcs sont les premières victimes du conflit chypriote et se voyaient déjà « pris entre le marteau et l’enclume », c’est-à-dire entre l’armée turque et la garde nationale chypriote (grecque).

65En continuant à considérer Rauf Denktaş comme le seul interlocuteur valable, à savoir comme le chef légitime de la « communauté chypriote turque », les dirigeants chypriotes grecs se font les alliés objectifs du premier et freinent plutôt l’émergence d’une société civile qui voudrait échapper au communautarisme. L’intérêt objectif des dirigeants chypriotes grecs est que la segmentation communautariste chypriote s’estompe pour laisser la place à une société civile et à une seule communauté politique au sein de laquelle s’exprimeraient des oppositions de type idéologique et non plus ethno-religieuses. Ce serait alors la réunification véritable de l’île que ces mêmes dirigeants chypriotes grecs réclament. Mais, à court terme, ils semblent préférer un maintien du communautarisme par intérêt électoral : les partis traditionnels résisteraient-ils à la mise en cause du discours qu’ils tiennent depuis l’indépendance ? Glafcos Clerides, Spyros Kyprianou et Vassos Lyssarides ne sont-ils pas les héritiers de Makarios, et leurs partis avec eux ? Mais nous croyons qu’il faut aussi incriminer la routine voire la paresse intellectuelle : les dirigeants politiques chypriotes grecs ne font vraiment aucun effort pour inventer des solutions originales au conflit. Leur absence d’intérêt pour les Chypriotes turcs exilés à Londres est très significative à cet égard : ils ne semblent pas s’être posé la question de savoir ce qui se passerait si ceux-ci venaient vivre en zone sud. Ils aiment aussi à comparer Nicosie et Berlin. Mais comment la division de Berlin a-t-elle pris fin ?

Les dirigeants chypriotes grecs face à l’émergence de la société civile

66Les dirigeants chypriotes grecs se montrent également réservés vis-à-vis de l’émergence de la société civile de leur côté de la Ligne verte. Les réactions des politiques vis-à-vis des activités bicommunautaires sont à cet égard particulièrement éclairantes.

67Nous observons deux positionnements-type de la part des politiques en fonction de leur participation ou non à au moins un séminaire, une rencontre avec les Chypriotes turcs. Alors que tous les responsables politiques chypriotes turcs – à l’exception de ceux de l’UBP – ont participé à de nombreuses rencontres, prennent part à de nombreuses initiatives et pas seulement au dialogue entre chefs des partis politiques, tel n’est pas le cas de leurs homologues chypriotes grecs. Seuls les dirigeants d’ADISOK et de KED, qui forment depuis 1997 EDI sous la présidence de George Vassiliou, participent autant aux activités bicommunautaires que leurs collègues chypriotes turcs. Les participants aux activités bicommunautaires membres de DIKO ne sont guère nombreux. En ce qui concerne DISY, Katie Clerides, fille de Glafcos, fait figure de cas à part : seule femme députée (jusqu’en 2001) de ce parti, elle est assez marginalisée en son sein, ses collègues n’approuvant guère son engagement dans les activités bicommunautaires. Constantinos Lordos, l’un des hommes d’affaires les plus engagés dans le dialogue bicommunautaire, a perdu son siège de député DISY lors des élections de 1996 puis a démissionné du parti, à la visible satisfaction de ses collègues. À EDEK, deux tendances se font jour : une aile gauche favorable au dialogue, une aile droite menée par Vassos Lyssarides et Yiannakis Omirou (ministre de la Défense en 1998, favorable à l’achat des S-300) dont la position ne diffère guère de celle des dirigeants de DISY et de DIKO.

68Les responsables politiques sont réservés vis-à-vis des activités bicommunautaires car ils disent craindre qu’elles ne constituent un pis-aller par rapport à une solution du conflit. Le député Prodromos Prodromou (DISY) explique très clairement la position des partis traditionnels :

  • 54 Entretien avec Prodromos Prodromou, le 15 février 1999 à Nicosie.

« Le problème est méthodologique. Entretenir des relations entre Chypriotes grecs et Chypriotes turcs, c’est bien. Mais ce ne sont pas ces relations qui sont le problème, c’est l’occupation turque. Si on facilite des relations sous le régime d’occupation, on court le danger de normaliser la situation. (...) La méthode de résolution des conflits à l’anglo-saxonne est trop abstraite. Ce sont des méthodes de psychologie sociale qui fonctionnent sur du vide. Et la politique ? (...)
Les rencontres entre hommes d’affaires ? L’idée est de développer les relations commerciales pour réduire la tension. Mais les investissements grecs ont été massifs en Turquie après 1930 et tout a été confisqué dix ans après ! Les hommes d’affaires veulent résoudre le problème selon un principe économiciste. C’est la mode parmi les entrepreneurs en ce moment. Mais ils ne réalisent pas les implications de leurs projets au niveau politique. C’est une approche fonctionnaliste de la question qui oublie le régime d’occupation et le pillage des biens des Chypriotes grecs. C’est une approche trop indépendante vis-à-vis du politique. (...) La question est plutôt de trouver un mode de coexistence qui respecte l’identité de chacun. »54

69Cependant, des pressions plus fortes car exprimées violemment, viennent des plus extrémistes, notamment du Παγκπριο Αντικατoχικó Κινήμα (PAK, Mouvement panchypriote contre l’occupation). Ceux-ci s’opposent à tout contact avec les Chypriotes turcs tant que perdure la partition et ont manifesté à plusieurs reprises contre les réunions bicommunautaires.

70Les critiques des responsables politiques font leur effet parmi les participants aux activités bicommunautaires, beaucoup plus qu’ils ne le croient. Les seconds prennent beaucoup de temps pour justifier leur engagement sur le plan politique, dire combien les activités bicommunautaires sont moins importantes que les négociations officielles et parsèment leur discours de références à « leur » communauté, c’est-à-dire la communauté chypriote grecque sur laquelle les responsables politiques prétendent avoir le monopole de la représentation démocratique. Or cette communauté-là est une construction, de même que la nation au nom de laquelle les responsables politiques d’autres États prétendent parler, de même que l’intérêt national au nom duquel ils prétendent agir. Parmi les participants aux activités bicommunautaires que nous avons rencontrés, une minorité paraît peu politisée, en fait de centre-droit ou de centre-gauche. La majorité est constituée de militants, adhérents ou sympathisants d’AKEL en premier lieu, d’EDI en second lieu. Or, si AKEL dit avoir toujours soutenu les activités bicommunautaires et mené un dialogue permanent avec les partis de gauche chypriotes turcs, ce parti n’en reste pas moins très classique sur certains sujets, l’achat des missiles S-300 par exemple pour lequel il a adopté une position fluctuante (voir chapitre 2). Personne ne peut donc suspecter ses militants et ses adhérents de vouloir contourner les politiques. Quant à EDI, ce parti dont la seule originalité est de défendre systématiquement les activités bicommunautaires, ses responsables ne prétendent absolument pas ce que celles-ci résoudront le conflit – sinon pourquoi ont-ils créé un parti politique et non pas une association de promotion des activités bicommunautaires ? La suspicion à l’égard de celles-ci paraît donc dépendre du degré d’implication des partis – à travers leurs militants, adhérents et sympathisants.

71L’un des enjeux du conflit chypriote est la société civile. Car le conflit a empêché son émergence, notamment en raison du consensus réclamé et imposé sur le nationalisme. Les syndicats ont été forcés de « se couler dans le moule » des clivages ethno-religieux (1958) ; l’opposition communistes/anti-communistes a été transcendée par l’adhésion d’AKEL à la revendication nationaliste chypriote grecque. La sortie de l’Église de la scène politique, entamée depuis la mort de Makarios en 1977 est lente, retardée par la perpétuation du conflit. Mais cette sortie peut aider à l’émergence d’une société civile en lieu et place d’une communauté ethno-religieuse contrôlée politiquement et socialement par les partis et l’Église conjointement. La présence au sein de Cyprus Link de représentantes des sections féminines de certains partis prouve à quel point ceux-ci tiennent à maintenir ce contrôle coûte que coûte. La confusion entre communauté politique et communauté ethno-religieuse les sert peut-être dans l’immédiat pour asseoir leur pouvoir. Mais elle est un obstacle de taille à la réunification de l’île.

72Les partis voient également avec réticence les États-Unis soutenir les activités bicommunautaires. Pourquoi le gouvernement américain dépense-t-il autant d’argent, et ses diplomates autant de temps et d’énergie, aux activités bicommunautaires ?

Les États-Unis et les activités bicommunautaires

  • 55 Ici Richard Krueger ne mentionne pas les demandes du Cyprus Consortium et des Chypriotes eux-mêmes. (...)

73Selon Richard Krueger, conseiller spécial pour les affaires bicommunautaires auprès de l’ambassade de 1997 à 2000, le gouvernement américain s’est engagé plus activement à Chypre depuis la présidence de George Bush (1988-1992). La fin de la Guerre froide a joué un rôle majeur dans la décision de cet engagement. Le ministère des Affaires étrangères et la présidence considèrent le conflit comme un héritage de la Guerre froide et souhaitent qu’une solution intervienne le plus rapidement possible, si possible avant le début du siècle prochain. L’échec du plan proposé par Boutros Boutros-Ghali conduit alors, toujours selon Richard Krueger, le gouvernement américain à soutenir les activités bicommunautaires55. La victoire électorale de Glafcos Clerides, l’un moins favorable aux idées de Boutros Boutros-Ghali acceptées par son prédécesseur George Vassiliou, est interprétée par les experts américains comme le résultat d’une méconnaissance de la part des citoyens des questions discutées lors des négociations officielles (Track I Diplomacy).

  • 56 Entretien avec Richard Krueger, le 26 février 1999 à Nicosie.

« Les activités bicommunautaires sont un des principes de base à partir desquels la politique étrangère américaine agit désormais [à Chypre]. (...) L’engagement de l’Ambassade s’est fait sur un processus éducatif. Il s’agit d’amener les sociétés à mieux comprendre ce que veut dire une solution. L’accent a été mis sur l’aspect éducatif pour que les gens comprennent bien ce que les politiciens (Track I) négocient comme solution. L’idée, la philosophie qui sous-entend l’action des États-Unis est d’expliquer ce que le concept de fédération veut dire. »56

  • 57 Richard Krueger était d’ailleurs en poste en Israël pendant trois ans, avant son arrivée à Chypre.

74Hormis le contexte mondial (la post-bipolarité) et chypriote (échec du plan Boutros-Ghali, élection de Glafcos Clerides), le diplomate admet que la question du conflit israélo-palestinien entre aussi en ligne de compte57. Si le cas israélo-palestinien est différent, l’idée de « préparer le terrain » à un accord de paix est la même. Toutefois, le diplomate estime que le « civil society peace-building » à Chypre est plus avancé car les contacts entre les deux communautés sont plus nombreux qu’entre Israéliens et Palestiniens.

75Cette question posée sur la comparaison avec le conflit israélo-palestinien n’est pas anodine. Nous observons que l’engagement américain en faveur des activités bicommunautaires se précise en 1993 et s’accroît les années suivantes. Or l’accord d’Oslo signé entre Israël et l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) date précisément de septembre 1993 et le gouvernement américain n’a pas pris part aux négociations secrètes. En ce sens, il est possible de parler d’échec de la diplomatie américaine puisque le processus lancé à Madrid en 1991, sous l’égide des États-Unis, visant à mettre fin au conflit israélo-arabe s’est enlisé et que l’accord d’Oslo découle d’un autre processus, bilatéral celui-là. L’assassinat du Premier ministre Itzhak Rabin par un ultranationaliste israélien puis l’élection d’un adversaire déclaré du processus de paix, Benyamin Netanyahou, en 1996, constituent deux autres échecs pour le gouvernement américain alors que le président Clinton soutenait très clairement Shimon Peres, successeur de Rabin. À Chypre, les activités bicommunautaires sont donc censées « préparer le terrain », c’est-à-dire convaincre le plus grand nombre de personnes possibles, principalement au sein des élites politique, intellectuelle, économique et sociale, de soutenir tout accord que les négociateurs officiels soumettraient et qui devrait être ratifié par les citoyens d’une manière ou d’une autre. Même si le gouvernement américain n’est pas le seul médiateur entre les dirigeants chypriotes grecs et turcs, il pourrait ainsi se prévaloir, le moment venu, d’avoir soutenu les efforts de paix. Il est ainsi assuré de ne pas se retrouver dans la même situation qu’à Oslo.

76Bien évidemment, la résolution du conflit chypriote est d’une importance moindre pour les États-Unis que celle du conflit israélo-palestinien. Cependant, un accord à Chypre ouvrirait la voie certaine à un règlement de tous les différends helléno-turcs, donc à la fin d’une instabilité somme toute périlleuse sur le flanc sud de l’OTAN. D’autre part, même si le gouvernement américain sait que les Chypriotes grecs sont peu favorables à une intégration de Chypre réunifiée dans l’OTAN, comme le confirme Richard Krueger, ils n’ignorent pas que les dirigeants turcs et chypriotes turcs seraient plutôt favorables à une telle option. Une démilitarisation de l’île qui ne concernerait de toute façon pas les bases britanniques ou une intégration à l’OTAN auraient les mêmes avantages pour les États-Unis : faire de Chypre un point d’appui stable et sûr pour eux voire l’OTAN en Méditerranée orientale. Et dans une telle perspective, qu’est-ce que 15 millions de dollars dépensés annuellement pour les activités bicommunautaires ? Ces 15 millions et les activités bicommunautaires servent de plus de « signaux » envoyés par le gouvernement américain à différents acteurs :

  • au Congrès (qui vote ce budget), toujours enclin à critiquer les ventes d’armes à la Turquie et la persistance de la partition de Chypre, Congrès plutôt favorable aux arguments du « lobby grec » et prêt à fustiger la politique de l’Exécutif, non pour son cynisme, mais parce qu’il s’agit de l’Exécutif ;

  • au gouvernement grec, auquel il est signalé que les États-Unis s’engagent en faveur d’une solution à la question chypriote ;

  • au gouvernement turc, sur lequel il est fait tout de même pression pour lui rappeler que les États-Unis souhaiteraient une solution qui n’est pas « la solution » « appliquée » en 1974.

77Les diplomates américains peuvent se prévaloir de succès non négligeables : non seulement les activités qu’ils parrainent sont une réussite mais ils sont les seuls à obtenir quelques concessions des autorités de la « KKTC », notamment des permissions de circulation entre la zone nord et la zone-tampon voire la zone sud. Toutefois, les diplomates américains ont échoué à faire revenir Rauf Denktaş sur sa décision d’interdire la délivrance de tout nouveau permis pour se rendre au Ledra Palace à compter du 27 décembre 1997. En ce sens, Rauf Denktaş a voulu signifier qu’il restait maître du jeu et de sa « souveraineté » dont il réclame la reconnaissance à chaque fois qu’un émissaire américain vient lui demander de faire des concessions.

78Cependant, les participants aux activités bicommunautaires analysent le plus souvent la politique des États-Unis à Chypre comme mue par des « arrière-pensées ». La plupart n’envisage pas que des tensions puissent exister au sein du ministère des Affaires étrangères américain entre ceux qui prônent des pressions plus fortes vis-à-vis de la Turquie et de Rauf Denktaş et ceux qui défendent une relation privilégiée entre Washington et Ankara au nom de la position stratégique de la Turquie au Moyen-Orient. Le clivage est cependant assez net entre participants chypriotes grecs et chypriotes turcs. Les premiers parlent souvent d’un « agenda caché » des États-Unis à Chypre, hypothèse à laquelle les seconds font rarement allusion. Et parmi les premiers, ceux qui font presque systématiquement allusion à cette théorie du complot sont des militants, adhérents ou sympathisants d’AKEL, ce qui n’est après tout guère étonnant : la Guerre froide n’est pas tout à fait finie dans les têtes même si elle l’est suffisamment pour que des individus se revendiquant comme communistes acceptent de participer à des activités parrainées par les Américains. Il est tout à fait intéressant de noter à ce propos que ces participants sont ainsi en partie en phase avec les milieux nationalistes qui dénoncent les activités bicommunautaires comme partie d’un plan américain pour faire accepter la partition de l’île aux Chypriotes grecs.

79La critique la plus pertinente part de celle des méthodes de résolution de conflit, principalement la psychologie comportementaliste. Les universitaires américains sont accusés de réduire le conflit chypriote à une question d’intolérance entre deux « groupes ethniques » qu’ils pensent résoudre grâce aux méthodes utilisées aux États-Unis pour lutter contre le racisme ou les conflits entre les « groupes ethniques » identifiés comme tels par les chercheurs américains. Les universitaires américains ne tiendraient donc pas compte de la manipulation des identités, de leur caractère et de leur utilisation fluctuant en fonction des circonstances et du contexte mais leur donneraient une définition essentialiste. Les tenants et les aboutissants politiques du conflit seraient donc occultés.

80Cependant, les participants aux activités bicommunautaires les plus expérimentés mettent l’accent sur la nécessité de trouver de diversifier leurs sources de financement et de soutien politique, pour éviter toute tentative de manipulation et de contrôle de la part de l’ambassade américaine. Or l’UNFICYP est relativement faible politiquement. Le représentant de l’UE n’est plus en mesure de faire efficacement pression sur Rauf Denktaş après l’acceptation de la candidature de la république de Chypre (6 mars 1995) et plus encore après la décision du sommet de Luxembourg (11-12 décembre 1997). Quant aux ambassades d’États autres que les États-Unis, elles sont peu actives, disposent de peu de moyens et d’aucun suivi. Tel diplomate français favorable aux activités bicommunautaires a été rappelé à l’ordre pour avoir été trop souvent en zone nord, puis muté. Les membres des groupes bicommunautaires conviennent souvent que seule l’ambassade américaine a les moyens de ses ambitions en la matière tandis que les autres ambassades – notamment des États-membres de l’UE – demeurent sur des positions très classiques.

Résultats des activités bicommunautaires selon les participants

81Nous formulerons deux questions à propos des résultats des activités bicommunautaires.

82Premièrement, au niveau des relations individuelles, quels sont les résultats de ces activités ? Nous obtenons deux types de réponses, en fonction de l’histoire personnelle de notre interlocuteur et surtout en fonction de son âge. Ceux qui étaient de très jeunes enfants voire n’étaient pas nés en 1974 ont une approche différente de ceux qui ont vécu le conflit comme enfants ou comme adultes. Ceux-là connaissaient déjà des individus de l’autre communauté, voire habitaient dans des villages mixtes. Certains ont plutôt un bon souvenir de la coexistence parce que leur village a été peu ou pas touché par le conflit avant 1974, d’autres ont connu les massacres et les ghettos (cas des Chypriotes turcs). Les individus appartenant au premier groupe (souvenir plutôt bon de la coexistence) disent n’avoir pas eu d’apriori à se rendre à leur première réunion bicommunautaire, bien au contraire. Quelques-uns ont même retrouvé des personnes qu’ils connaissaient avant 1974, voisins, amis, camarades de classe du Collège américain de Larnaca... Les individus du deuxième groupe se sont rendus à la première réunion avec plus de difficultés mais le résultat est plutôt positif et le dialogue s’est rapidement décrispé avec les membres de l’autre communauté.

  • 58 Entretien avec Dilek Behçetoğulları, conseillère éducative au British Council, le 7 mai 1999 à Nico (...)

« Je suis originaire d’un village près de Larnaca. Ce village était mixte. J’y connaissais des Chypriotes grecs. Il n’y a pas eu de combat dans ce village entre 1963 et 1974. En juillet 1974, les hommes chypriotes turcs ont été rassemblés pour être emmenés dans un camp à Larnaca, soi-disant. Mais le muhtar [maire] chypriote grec s’y est opposé et cela les a sauvés. Car les hommes chypriotes turcs d’autres villages ainsi emmenés ont été tués. Les Chypriotes turcs du village ont apprécié ce geste du muhtar. Mais nous avons dû partir vers le nord ensuite. Je n’éprouve pas de haine envers les Chypriotes grecs. (...)
Les Chypriotes turcs et les Chypriotes grecs qui se rencontrent pour la première fois découvrent qu’ils se ressemblent ! Avant cela, ils ont plein de stéréotypes. Ils s’attendent presque à rencontrer des extraterrestres ! Après la rencontre, ils considèrent l’autre comme individu et non plus en fonction de sa communauté d’origine. »58

83Un lycéen de 17 ans, participe à un camp d’été aux États-Unis en 1998 avec d’autres adolescents chypriotes turcs et chypriotes grecs.

  • 59 Entretien avec Mustafa le 8 mai 1999 à Nicosie.

« Nous étions tous surpris de nous ressembler physiquement autant. Et nous avons beaucoup de choses en commun. Les Chypriotes grecs avaient des préjugés plutôt favorables sur nous. Nous, nous avions une idée un peu plus précise de ce qui se passait chez eux par ce que nous voyons de la télévision chypriote grecque et de ce que les adultes nous ont raconté. (...) C’était bien et utile de les rencontrer. ce serait mieux ici à Chypre mais les portes sont fermées. (...) Nous avons appris à nous connaître. Nous nous écrivons par internet. Nous parlons de nos études, de nos familles, de nos vacances, pas trop de politique. »59

  • 60 Entretien avec Yiouli Napoléontos le 4 mars 1999 à Nicosie.

84L’accompagnatrice d’un autre groupe d’adolescents à un camp d’été aux États-Unis en 1998 également, puis membre d’un groupe d’étudiants partis à Budapest, constate rapidement que le clivage principal est sexuel et non communautaire : les filles se regroupent d’un côté, les garçons de l’autre60. Les visites croisées sont également importantes :

  • 61 Entretien avec Ahmet Adalıer, membre du groupe étudiant, le 6 mai 1999 à Famagouste.

« Je suis allé dans le sud avec des personnes plus âgées, nées et ayant vécu là-bas [avant la partition] qui ont revu leurs maisons. Pour moi, ce n’était pas très émouvant ou nostalgique car je suis né au nord. Lors de la visite, les Chypriotes grecs ne se rendaient pas tout de suite compte que les gens qui descendaient du bus étaient des Chypriotes turcs. Les gens étaient très surpris de voir des Chypriotes turcs là. Nous avons discuté. Des réfugiés chypriotes grecs demandaient comment était le nord, qu’est-ce qui avait changé. Il n’y a pas eu d’incident. »61

85Adolescents et jeunes adultes découvrent qu’ils ont été éduqués de la même façon et partagent une culture plus méditerranéenne que spécifiquement chypriote grecque ou turque. Que ceux-ci s’entendent bien lorsqu’ils se côtoient est en soi une bonne nouvelle. Toutefois, l’ampleur de l’étonnement de se sentir si proches les uns des autres à la première rencontre en dit long sur le poids des préjugés véhiculés par les manuels scolaires, la propagande officielle et parfois par les parents, préjugés qui constitueront des obstacles de taille en cas de réunification.

86Deuxièmement, comment les participants au mouvement bicommunautaire en tant que « Track II Diplomacy » évaluent-ils leur impact sur la « Track I » ? Toutes les personnes rencontrées insistent sur l’absence de résultats du mouvement de ce point de vue, c’est-à-dire l’absence de progrès dans les négociations. Le mouvement est donc encore trop faiblement implanté au sein des deux communautés, en tout cas pas suffisamment pour forcer les dirigeants politiques à négocier sérieusement. Ces personnes insistent aussi sur la hiérarchie qui existe entre le « Track I » et le « Track II » : « les politiciens signeront les accords mais nous ferons pression sur eux pour qu’ils le fassent ». Encore faut-il s’entendre sur le niveau desdites pressions. La volonté d’autonomisation par rapport à la sphère politique n’est pas uniforme. Les adhérents et militants des partis politiques sont, logiquement, peu favorables à de trop fortes pressions de la société civile sur les politiques, estimant que les partis doivent jouer leur fonction d’intermédiaire entre les citoyens et les détenteurs du pouvoir politique.

87Prudents, les hommes d’affaires chypriotes ont codifié leurs relations avec les autorités politiques lorsqu’il s’agit d’entreprendre des actions concrètes.

  • 62 Entretien avec Phanos Epiphaniou, ancien président et président d’honneur de la Chambre de commerce (...)

« Il existe trois niveaux :
- niveau vert : nous ne prenons pas la peine de consulter les autorités car le sujet n’est pas sensible. Par exemple, pour l’ouverture d’écoles de langue (grecque pour les Chypriotes turcs, turque pour les Chypriotes grecs) ;
- niveau jaune : nous consultons les autorités et demandons leur accord au moins informel ;
- niveau rouge : une autorisation est obligatoire, si nous voulons faire restaurer un monument par exemple. »62

88Harry Anastasiou, membre de plusieurs groupes et formateur, estime que le « Track II » peut influencer et faire pression sur le « Track I » de trois manières :

« – à travers les médias : par des articles, des entretiens à la radio et à la télévision. Les membres des groupes bicommunautaires passent ainsi progressivement des statuts de “traîtres” ou de “marginaux” à ceux de “segment de l’opinion publique”, “représentants de la société civile” ou “personnes en désaccord avec la position officielle” qui donnent une autre dimension aux opinions qu’ils expriment ;
– par l’intermédiaire des parties tierces : nous pouvons faire passer plus facilement nos idées grâce des parties tierces, généralement des diplomates :
ceux-ci répercutent les idées qu’ils trouvent intéressantes auprès des dirigeants politiques chypriotes, lesquels n’y prêteraient sans doute aucune attention si leur auteur leur présentait directement ;
– par des contacts informels dans la classe politique et des conférences données en public. »63

89Cette stratégie montre une volonté d’aller bien au-delà de l’objectif officiellement attribué – par la Commission Fulbright voire les politiques – aux activités bicommunautaires, à savoir « créer un climat favorable à une solution ». Cet objectif, lui, paraît déjà en grande partie atteint : seuls les ultranationalistes restent totalement sourds aux appels du mouvement bicommunautaire. La décision d’interdire toute nouvelle délivrance de permis pour se rendre au Ledra Palace en décembre 1997 est ainsi une « victoire à la Pyrrhus » pour Rauf Denktaş : la décision a provoqué de graves discussions au sein même de l’UBP et du DP, pourtant tous deux nationalistes et partisans de la reconnaissance de la « KKTC », mais elle n’a pas empêché le dialogue de se poursuivre, à Pyla, hors de Chypre et dans le cyberspace...

Notes

1 Compte-rendu de la réunion dans Friends of Cyprus Report, n°23, Spring 1983.

2 Voir Bulletin de Chypre, XIX (11) 24 mai 1989.

3 Voir Bulletin de Chypre, XIV (14), 5 juillet 1989; (24), 23 novembre 1989; Cyprus Bulletin, XXVIII (1), 8 January 1990 ; (4), 19 February 1990 ; XXIX (4), 18 February 1991 ; (7), 2 April 1991 ; (14), 15 July 1991 ; XXX (22), 18 December 1992.

4 Sur ces discussions entre les deux partis, voir les déclarations reprises par le fils d’Alpay Durduran, Turgut, sur son site internet : http://www.stwing.upenn.edu/~durduran.

5 Voir le site d’AKEL http://www.akel.org.cy.

6 Entretien avec la coordinatrice du département de politique extérieure du Synaspismos, Aliki Papadomichelakis, le 4 décembre 1998 à Athènes.

7 The Cyprus Weekly, 19-25 February 1999.

8 Devrimci İşçi Sendikaları Federasyonu (Fédération des syndicats ouvriers révolutionnaires), proche du CTP. L’un de ses dirigeants est Hasan Sarıca, ancien dirigeant de PEO.

9 Voir Friends of Cyprus Report, n° 23, Spring 1983.

10 SEK : Συνομοσπονδία Εργάτων Κύπρου (Confédération des ouvriers de Chypre). TÜRK-SEN : Kıbrıs Türk İşçi Sendikaları Federasyonu (Fédération des syndicats ouvriers chypriotes turcs). Entretien avec Nihat Elmas, secrétaire aux relations internationales de Türk-Sen, le 10 mai 1999 à Nicosie.

11 KTAMS : Kıbrıs Türk Amme Memurları Sendikası (Syndicat des fonctionnaires chypriotes turcs). PASYDY : Παγκύπρια Συντεχνία Δημοσίων Υπάλληλωv (Syndicat panchypriote des fonctionnaires).

12 Entretien avec l’un des fondateurs de FoC, Costas Carras, le 8 décembre 1998 à Athènes.

13 Gilles Bertrand, « L’adhésion de Chypre à l’Union européenne : un déblocage du conflit par le bas ? » Politique européenne, (3), janvier 2001, p. 133-134.

14 Entretien avec Lellos Demetriades le 9 mars 1999 à Nicosie.

15 En 1995, The Office for Projet Services de l’UNDP est devenu une agence à part entière sous le nom d’UNOPS. C’est ce sigle qui apparaît dans les projets financés par l’ONU à Chypre et non plus celui d’UNDP, ce qui ne change rien en réalité.

16 Voir UNHCR, The Nicosia Sewerage Project : A Plan for Nicosia, A Strategy for the World, Nicosia, Office of the UNHCR in Cyprus, 1996, 31 p.

17 Entretien avec Agni Petridou, architecte conservatrice de l’équipe du Plan d’ensemble, le 9 mars 1999 à Nicosie.

18 Voir UNHCR, A Vision for the Future of Nicosia. A Partnership towards the Rehabilitation of Chrysaliniotissa and Arab Ahmet, Nicosia, Office of the UNHCR in Cyprus, 1993, 22 p.

19 Entretien avec Agni Petridou le 9 mars 1999 à Nicosie.

20 Entretien avec Costas Carras à Athènes, le 8 décembre 1998.

21 Niyazi Kızılyürek est aujourd’hui maître de conférences dans le Département d’Études turques à l’université de Chypre. Entretien réalisé à Nicosie-sud, le 19 février 1999.

22 Maria Hadjipavlou-Trigeorgis, « Unofficial Inter-Communal Contacts and their Contribution to Peace-Building in Conflict Societies : The Case of Cyprus », Cyprus Review, 5 (2), Fall 1993, p. 76.

23 Entretien avec Ahmet Cavit An le 6 mai 1999 à Nicosie.

24 Toutes les informations qui suivent sont le fruit des entretiens avec Ahmet Cavit An (qui nous a fourni une chronologie détaillée), Niyazi Kızılyürek et Maria Hadjipavlou-Trigeorgis, maître de conférences en science politique à l’université de Chypre, présidente de l’organisation non gouvernementale Peace Centre, à Nicosie, le 23 février 1999. Voir aussi son article cité plus haut.

25 Voir les explications de Maria Hadjipavlou-Trigeorgis, « Conflict Resolution Mechanisms: A Comparative Study of Four Societies », Cyprus Review, 1 (1), Spring 1989, p. 83.

26 Le HCR a lui-même mis en place des programmes bicommunautaires spécifique, principalement dans le domaine de la santé et dans le cadre de la restauration de Nicosie. Voir Dolores B. Lasan (chef de la mission du HCR à Chypre, de 1988 à 1995), « Humanitarian Programmes. A Strategy for Post-Conflict Peace-Building in Cyprus », Cyprus Review, 6 (1), Spring 1994, p. 20-26.

27 Conflict Resolution Workshop dans la terminologie anglophone.

28 Entretien avec Anna Argyrou, conseillère d’éducation à la Cyprus Fulbright Commission, Nicosie, le 16 février 1999.

29 Entretien avec Bekir Azgın, le 7 mai 1999 à Kyrenia/Girne.

30 Entretien avec Fatma Azgın le 7 mai 1999 à Nicosie.

31 Benjamin J. Broome, « Overview of Conflict Resolution Activities in Cyprus: Their Contribution to the Peace Process », Cyprus Review, 10 (1), 1998, p. 47-66. Plusieurs documents sur son travail sont disponibles sur le site internet de l’université à l’adresse http://mason.gmu.edu/~bbroome.

32 The Collage, n° 7, Winter 1999. (HCA Veletrzni 24, 170 00 Prague 7, République tchèque).

33 Entretien avec Yiouli Napoleontos et Margarita Lagou, étudiantes en turcologie, le 4 mars 1999 à Nicosie.

34 Entretien avec Anita Thomas, assistante spéciale pour les activités bicommunautaires de l’UNFICYP, le 4 mars 1999 au Ledra Palace.

35 Entretien avec Constantin Hadjidakis, à Athènes le 8 février 1999 et Ελευθερoτυπía du 8 décembre 1997.

36 Extrait des statuts de la FOSBO, rappelé dans le rapport sur le séminaire des Diablerets que la Fondation a eu l’amabilité de nous fournir.

37 Voir son portrait dans le supplément Économie du Monde du 26 avril 2000.

38 Entretien avec Canan Öztoprak, le 4 mai 1999 à Nicosie.

39 Entretien avec Sotiroulla Charalambous, le 1er mars 1999 à Nicosie.

40 Entretien avec Nicos Anastasiou le 6 mars 1999 à Larnaca.

41 Dolores B. Lasan, « A Comparison between Men’s and Women’s Perceptions of and Responses to Bi-Communal Humanitarian Programmes in Cyprus », Cyprus Review, 7 (1), Spring 1995, p. 104.

42 Benjamin J. Broome, « Overview of Conflict Resolution Activities in Cyprus: Their Contribution to the Peace Process », Cyprus Review, 10 (1), 1998, p. 53.

43 Entretien avec Anita Thomas, assistante spéciale pour les activités bicommunautaires de l’UNFICYP, le 4 mars 1999 au Ledra Palace. Ce chiffre est confirmé par la Commission Fulbright.

44 Gilles Bertrand et Isabelle Rigoni, « Turcs, Kurdes et Chypriotes devant la cour européenne des droits de l’homme : une contestation judiciaire de questions politiques », Études internationales (Québec), XXXI (3), septembre 2000, p. 437-438.

45 Cyprus Weekly, 1-8 janvier 1998.

46 Entretien avec Ahmet Cavit An le 6 mai à Nicosie.

47 Kıbrıs du 26 mars 1998.

48 Entretien avec Ekrem Varoğlu, doctorant en ingénierie électrique, également coordinateur des Jeunes Progressistes (YBH) le 8 mai 1999 à Nicosie.

49 Entretien avec Nihat Elmas, secrétaire aux relations internationales de Türk-Sen, le 10 mai 1999.

50 Entretien avec Mustafa Akıncı, alors vice-premier ministre de la « KKTC », le 10 mai 1999 à Nicosie.

51 Voir Yiannis Papadakis, « Pyla: A Mixed Borderline Village under UN Supervision in Cyprus », International Journal on Minority and Group Rights, 4, 1997, p. 353-372.

52 Appeler la zone nord à partir de la Turquie revient à appeler la province de Mersin, et n’est donc pas cher. En revanche, l’appel de la zone nord vers la Turquie est un appel international et coûte donc beaucoup plus cher.

53 Voir un article de Cyprus Weekly, 5-11 March 1999 basé notamment sur des données parues dans le quotidien Kıbrıs. Nous nous sommes rendus à EMU en mai 1999 et avons effectivement constaté la prospérité de cette université et sa taille à côté de laquelle l’Université de Chypre (Nicosie-sud) fait pâle figure. Or les données économiques et démographiques de l’île devraient inverser les deux situations, en principe.

54 Entretien avec Prodromos Prodromou, le 15 février 1999 à Nicosie.

55 Ici Richard Krueger ne mentionne pas les demandes du Cyprus Consortium et des Chypriotes eux-mêmes. Il reconstruit la politique menée en fonction d’une logique et d’objectifs rationnels.

56 Entretien avec Richard Krueger, le 26 février 1999 à Nicosie.

57 Richard Krueger était d’ailleurs en poste en Israël pendant trois ans, avant son arrivée à Chypre.

58 Entretien avec Dilek Behçetoğulları, conseillère éducative au British Council, le 7 mai 1999 à Nicosie.

59 Entretien avec Mustafa le 8 mai 1999 à Nicosie.

60 Entretien avec Yiouli Napoléontos le 4 mars 1999 à Nicosie.

61 Entretien avec Ahmet Adalıer, membre du groupe étudiant, le 6 mai 1999 à Famagouste.

62 Entretien avec Phanos Epiphaniou, ancien président et président d’honneur de la Chambre de commerce et d’industrie de Chypre, le 8 mars 1999 à Nicosie.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search