Version classiqueVersion mobile

Le conflit helléno-turc

 | 
Gilles Bertrand

Troisième partie. Initiatives de paix non étatiques

7. Les initiatives helléno-turques de rapprochement

Texte intégral

1Il existe une multitude de projets et d’initiatives en faveur d’un rapprochement helléno-turc. Si nous employons ce terme et non celui de réconciliation, c’est qu’il est employé par les acteurs eux-mêmes, et en français. L’emploi de rapprochement signifie que, si la Grèce et la Turquie ne sont pas en guerre, l’état de leurs relations rend nécessaire des actions en faveur d’une meilleure compréhension mutuelle, de l’instauration d’un climat de confiance afin que les deux pays aient des rapports apaisés, tels que ceux qu’entretiennent la plupart des États démocratiques entre eux. Le mot a aussi une connotation diplomatique très marquée et, dans l’esprit de nos interlocuteurs, renvoie presque systématiquement à ce qui est perçu comme « l’âge d’or » des relations bilatérales, à savoir les années 1930 et le traité d’amitié signé par Atatürk et Vénizélos.

2Nous ne passerons pas en revue toutes les initiatives en faveur du rapprochement, entreprise considérable, mais nous examinerons quelques cas marquants, par leur réussite ou leur échec, leur impact politique et médiatique et ce qu’ils révèlent des relations entre l’État et la société.

3Toutes ces initiatives ont pour origine les deux crises bilatérales de l’Égée (mars 1987) et d’Imia (janvier 1996) même si la première initiative, celle du Prix Abdi İpekçi, remonte à 1979. Que de ces deux crises résultent deux processus de rapprochement, l’un à court terme (Davos), l’autre à plus long terme (dit du tremblement de terre, en référence au séisme d’août 1999 dans le nord-ouest de la Turquie), que ces deux processus diplomatiques s’accompagnent d’initiatives non étatiques mérite toute notre attention. Les types d’organisations engagées dans le rapprochement, leur composition sociologique, les motivations et l’idéologie des acteurs ne sont pas non plus indifférentes. Quant aux interactions entre ces acteurs non étatiques et les États, elles posent un grand nombre de problèmes, tant en raison du caractère quasi para-étatique de certaines organisations, que de la marge de manœuvre effective des acteurs qui agissent parfois de concert avec la diplomatie, moins souvent contre elle. Les résultats de ces actions ne suscitent pas moins de questions et leur évaluation prête à une vaste discussion.

7. 1 – Typologie des initiatives de rapprochement

4Nous distinguerons donc les différentes initiatives en fonction de la chronologie. Les deux crises et processus ne mobilisent pas les mêmes individus, ou plutôt : la deuxième phase (crise et processus) mobilise davantage de personnes, parfois d’une nouvelle génération, d’autres idées et par conséquent de nouveaux types d’actions. Cependant, l’initiative fondatrice, celle du Prix Abdi İpekçi, mérite une place spéciale.

Le Prix Abdi İpekçi de Paix et d’Amitié

  • 1 İsmail Cem, actuel ministre des Affaires étrangères, est son cousin.

5Le Prix Abdi İpekçi est une initiative d’un ingénieur civil grec, Andréas Politakis. Abdi İpekçi, figure respectée de la gauche1, était le rédacteur en chef de Milliyet, l’un des plus grands quotidiens turcs. En décembre 1978, il se rend à Athènes à la tête d’une délégation de journalistes turcs dans le but de rencontrer leurs collègues grecs. Il souhaite contribuer ensemble à l’amélioration des relations entre les deux États en éliminant de leurs articles les stéréotypes sur l’autre et en élaborant un code de conduite quant à la manière de traiter l’information concernant les différends bilatéraux. Il s’agit là d’une initiative originale, la première en matière de presse. Mais Abdi İpekçi est assassiné le 1er février 1979 par un Loup gris devenu célèbre internationalement pour avoir tiré sur le Pape deux ans plus tard, Ali Ağça.

  • 2 Entretiens avec Andréas Politakis, 24 novembre et 5 décembre 1998 à Athènes. Les informations qui s (...)

6Andréas Politakis n’a jamais rencontré Abdi İpekçi, ni aucun Turc avant la création du Prix. Il dit avoir été séduit par la démarche d’Abdi İpekçi dans la mesure où les relations helléno-turques de l’époque « étaient dans le désert »2. En apprenant sa mort, Andréas Politakis décide de fonder le Prix. Le 12 février 1979, les quotidiens Ελεvθερoτυπíα (Eleftherotypia) et Milliyet publient sa proposition de création d’un Prix afin de récompenser les individus qui auront œuvré à l’amitié et à la paix entre la Grèce et la Turquie. Les propriétaires des journaux, Christos Tegopoulos et Aydın Doğan, augmentent la somme offerte initialement par Andréas Politakis.

  • 3 Voir sa contribution, « La communauté grecque d’Istanbul dans l’œuvre de Sait Faik », p. 245-263 in(...)

7Celui-ci assure le secrétariat du Prix côté grec, tandis que la partie turque l’est par le journal Milliyet. Chaque secrétariat, assisté du comité organisateur et du jury, propose les lauréats de son pays – les membres des minorités le sont par l’un ou par l’autre. Le comité organisateur s’est progressivement étoffé. Les membres du jury sont des personnalités du monde politique, littéraire, universitaire et de la presse, parmi lesquels Mikis Theodorakis (1985). Le Prix a été délivré pour la première fois en 1981, puis en 1983, 1985, 1989, 1991, 1993, 1995, 1997 mais pas en 1987 et 1999 en raison des deux crises helléno-turques. Parmi les personnalités distinguées, citons l’écrivain Dido Sotiriou auteur de Terres de sang ; Nedim Gürsel3 (1985) ; Aziz Nesin, George Papoulias (ex-vice-ministre des Affaires étrangères, ambassadeur à Ankara de 1980 à 1984) et Nazmi Akıman (en poste à Athènes de 1984 à 1989) en 1991 ; Mikis Theodorakis et Hiraklis Millas en 1993 ; les anciens ministres des Affaires étrangères Hikmet Çetin et Erdal İnönü (également ex-vice premier ministre), Michalis Papaconstantinou et Byron Polidoras (ex-vice-ministre) et Leonidas Kyrkos (voir chapitre 6) en 1995 ; Constantin Mitsotakis, Yorgos Papandréou, Zülfü Livaneli et Mehmet Ali Birand en 1997.

8Le Prix Abdi İpekçi, en bientôt vingt ans d’existence, est devenu un événement incontournable, une sorte de mini-Prix Nobel de la paix, des relations bilatérales helléno-turques, dont les médias (au moins Eleftherotypia et Milliyet) assurent la publicité. Certes, il s’agit d’une forme d’action très classique, aussi criticable que toutes les remises de prix qui prolifèrent. Reste à voir comment cette initiative peut en générer d’autres dans l’avenir si, comme le prépare Andréas Politakis, la Fondation Abdi İpekçi – mais juridiquement deux, une de droit grec, l’autre de droit turc – voit le jour.

Zülfü Livaneli et Mikis Theodorakis : l’Association d’amitié gréco-turque

9La deuxième initiative par ordre chronologique est celle de Zülfü Livaneli et Mikis Theodorakis. Il s’agit de deux personnalités parmi les plus connues de Turquie et de Grèce, tous deux compositeurs et interprètes de musique, tous deux très engagés politiquement.

10Les deux hommes entrent sur la scène des relations helléno-turques en 1987, dans les jours suivant la crise de l’Égée, en mars. Ils appellent alors conjointement à l’apaisement et fondent l’Association d’amitié gréco-turque. Présidée par l’architecte Cengiz Bektaş, l’association n’a guère de visibilité et ses actions demeurent limitées. Néanmoins, les deux co-fondateurs utilisent leur célébrité et leur influence afin de critiquer toute escalade nationaliste – notamment au moment de la crise d’Imia – et de prendre position à chaque fois qu’ils le jugent nécessaire, parfois séparément. Ils ont surtout à leur actif plusieurs tournées communes. La dernière tournée en date (mai 1997) visait à sensibiliser Grecs et Turcs vivant en Europe de l’Ouest, et ce dans le cadre de l’Année européenne contre le racisme et pour la tolérance. La tournée s’appelle Together/Μαζí/Birlikte. Le concert le plus important a eu lieu à Berlin. Cette initiative repose essentiellement sur ces deux individualités et il est donc permis de poser la question de sa pérennité. Mikis Theodorakis a par ailleurs donné un concert dédié à la réunification de Chypre à Nicosie, le 11 septembre 1995. Il était accompagné de Maria Farandouri, Vassilis Lekkas et Manolis Mitsias. Les autorités turques ont permis à des Chypriotes turcs d’y assister.

Les initiatives des hommes d’affaires

11Il existe différentes initiatives dont les promoteurs sont parmi les dirigeants des plus grandes firmes privées de Grèce, de Turquie mais aussi de Chypre dont Théodore Papalexopoulos, dirigeant de la première cimenterie grecque, Titane, ancien président de la Conférence des industriels de Grèce (1982-1988), Rahmi Koç, l’un des deux plus riches hommes d’affaires turcs (avec Sakıp Sabancı) ou Constantinos Lordos, propriétaire de la première chaîne hôtelière de la république de Chypre.

12Ces initiatives naissent peu avant le processus de Davos mais ne se matérialisent qu’avec lui. Elles lui survivent néanmoins et se prolongent jusqu’au présent rapprochement Papandréou-Cem (1999). Elles ne sont pas uniquement bilatérales mais comportent deux autres dimensions : chypriote avec des initiatives réunissant les hommes d’affaires grecs et turcs d’une part, chypriotes grecs et turcs d’autre part, ces derniers menant parallèlement leur propre dialogue ; régionale, les hommes d’affaires grecs et turcs coopérant dans plusieurs initiatives en faveur de la reconstruction des Balkans. Enfin, ces initiatives ne touchent pas seulement aux questions économiques.

  • 4 Entretien avec Costas Carras le 8 décembre 1985 à Athènes.

13L’idée d’une coopération entre hommes d’affaires visant à contribuer à apaiser les relations bilatérales remonte à la victoire de Turgut Özal aux élections législatives de 1983. Elle n’est en soi pas très originale mais renvoie à l’initiative de la Communauté européenne Charbon-Acier (CECA) comme susceptible de constituer un premier pas dans la réconciliation européenne, et principalement franco-allemande en incitant les industriels à coopérer. Costas Carras, universitaire et homme d’affaires, déjà engagé en faveur de la réconciliation à Chypre, prononce un discours sur les relations bilatérales à Istanbul devant l’organisation non gouvernementale « Groupe de la place Taksim » en 19854. À cette occasion, il rencontre l’homme d’affaires Şarık Tara. Un dialogue s’amorce entre les chambres de commerce des deux États, mais celui-ci demeure confidentiel quoique connu des gouvernements. Les hommes d’affaires paraissent tributaires des agendas politiques : c’est finalement la crise de l’Égée et le processus de Davos qui relancent le dialogue. Dès la rencontre de Davos, les décideurs politiques demandent aux hommes d’affaires d’engager des discussions en vue d’améliorer concrétement les relations économiques bilatérales.

  • 5 Dont le nom grec est Συνδσμος Ελληνοτουρκικής Επιχειπηματικής Συνεργασήας (ΣΕΤΕΣ).
  • 6 Entretien avec Théodore Papalexopoulos le 21 décembre 1998 à Athènes.
  • 7 Basé à Istanbul, a été créé en 1986 par neuf organisations patronales dont TÜSİAD (Türk Sanayici ve (...)
  • 8 Entretien avec Tuncay Melektosun, coordinateur régional de DEİK pour les Balkans, le 28 mai 1999 à (...)

14Deux groupes se mettent alors en place en 1988 : le Forum de coopération d’affaires helléno-turc5 et le Conseil d’affaires turco-grec, l’un présidé par Théodore Papalexopoulos, l’autre par Şarık Tara puis par Rahmi Koç. Le but des rencontres est, lors du processus de Davos, d’ « éclairer un certain nombre de sujets, de faire des propositions concrètes »6 et d’examiner la question du commerce bilatéral. Si la coordination du groupe grec pose problème, celle du groupe turc est assurée par un organisme privé, DEİK (Dış Ekonomik İlişkiler Kurulu, Conseil des relations économiques extérieures)7 , qui se charge de préparer les dossiers8.

15Parmi les problèmes abordés, figurent par exemple ceux de l’électricité (dont la Turquie est exportatrice et la Grèce importatrice), ou de la circulation des touristes en mer Égée, notamment entre la Grèce et la Turquie. Cependant, une partie des professionnels du tourisme et des armateurs grecs ne veulent pas que les touristes venus en Grèce se rendent en Turquie. Le résultat est que les agences de tourisme turques ont le quasi-monopole de ces excursions.

16D’autres propositions ont fait l’objet, par la suite, de négociations entre les ministres Michalis Papaconstantinou et Hikmet Çetin (1992-1993) : la question des visas, des polices d’assurance et de la double taxation. Les citoyens grecs peuvent se rendre en Turquie sans visa pour une durée de trois mois. En revanche, le gouvernement grec, souhaitant contrôler strictement le passage entre la Thrace grecque et la Turquie s’est toujours refusé à abolir les visas pour les ressortissants turcs. Le flux continu de réfugiés et d’immigrés clandestins en provenance de Turquie (ou transitant par la Turquie) n’a pas, il est vrai, incité les autorités à faire preuve de souplesse. L’intégration – achevée le 1er janvier 2000 – de la Grèce à l’espace Schengen renvoie la question des visas à une décision commune européenne vis-à-vis de la Turquie. Le problème de la double taxation des investissements fait l’objet de propositions concrètes des hommes d’affaires grecs. L’accord à ce sujet est finalement signé en... 2000 lors de la visite de Yorgos Papandréou à Ankara !

17Malgré la croissance des échanges bilatéraux, le dialogue entre hommes d’affaires pâtit de l’absence de progrès dans les relations étatiques entre 1990 et 1995. Il est même permis de parler de résurrection de ce dialogue après la crise d’Imia de janvier 1996. De décembre 1996 à janvier 2000, trois conférences bilatérales se sont tenues à Athènes et Istanbul et quatre autres élargies aux hommes d’affaires chypriotes, suivant un autre processus.

  • 9 Bulletin de l’Agence athénienne de presse et Tα Νέα du 25 octobre 1997.
  • 10 Athens News du 22 janvier 2000.

18La conférence de décembre 1996 a pour thèmes : la coopération par des joint-ventures dans les Balkans, au Moyen-Orient et dans la région de la mer Noire ; des alliances stratégiques pour l’exportation (notamment dans le secteur textile) ; une coopération en matière de lutte anti-pollution, notamment en mer Égée ; la coopération en matière de tourisme maritime ; une approche plus culturelle, par la promotion d’échanges artistiques et universitaires, une aide à la publication de livres communs, une coopération en matière de protection et de restauration du patrimoine historique commun. Une autre conférence, restreinte aux deux groupes d’hommes d’affaires a lieu les 23 et 24 octobre 1997 à Athènes également9. Des programmes touristiques communs sont mis en place et les participants examinent comment mettre à profit certains programmes européens pour développer les relations bilatérales non seulement économiques mais aussi culturelles et environnementales. À l’issue de cette conférence, Rahmi Koç et Şarık Tara, les deux chefs de file de la délégation turque, ont une entrevue avec le Premier ministre Costas Simitis. Les discussions entre hommes d’affaires s’élargissent à la même époque aux Chypriotes puis connaissent une rupture au premier semestre 1999 à la suite de la capture d’Abdullah Öcalan. C’est pourquoi la conférence bilatérale suivante n’a lieu que le 22 janvier 2000 dans le contexte de la visite officielle de Yorgos Papandréou en Turquie10

  • 11 Dépêche AFP du 8 mai 1998. L’accord sur le tourisme signé lors de la visite de Yorgos Papandréou en (...)

19Parallèlement, les acteurs grecs et turcs de ce processus prennent part à d’autres rencontres telles que celle organisée par The Association for Democracy in the Balkans sur le thème « Thessalonique : Kemal Atatürk et Eleftherios Vénizélos » à Thessalonique le 31 octobre 1997 Dans le secteur du tourisme, l’Association grecque des professionnels du tourisme (HATTA, Hellenic Association of Travel & Tourism Agencies) et son homologue turque (TURSAB, Turizm Sanayi Birliği) ont créé un forum « Le tourisme unit » qui leur a valu un Prix Abdi İpekçi de la communication 1996-97. Les deux organisations ont signé le 8 mai 1989, un protocole de coopération en vue de programmes touristiques communs visant la clientèle étrangère et le développement des échanges touristiques bilatéraux. Les dirigeants d’HATTA s’engageaient à faire pression sur leur gouvernement pour obtenir la suppression des visas pour les touristes turcs, ce que l’entrée de la Grèce dans l’espace Schengen ne permet pas11.

20Le dialogue bilatéral s’est étendu aux hommes d’affaires chypriotes en 1997. Plusieurs facteurs expliquent cette extension et à la fois sa date relativement tardive. Les contacts entre entrepreneurs économiques chypriotes sont beaucoup plus anciens. Cependant, ils augmentent au milieu des années 1990 comme l’ensemble des activités bicommunautaires que nous examinerons dans le chapitre 8. Pendant le processus de Davos, la question chypriote avait délibérément été laissée de côté, ce qui valait aussi pour le dialogue entre hommes d’affaires. Mais les données du problème ont changé depuis le processus de Davos : la candidature chypriote et l’union douanière UE-Turquie offrent de nouvelles perspectives aux hommes d’affaires. Enfin, certains hommes d’affaires intéressés par les deux dimensions (dialogue bilatéral helléno-turc d’une part, dialogue bicommunautaire chypriote d’autre part) font depuis longtemps la passerelle entre les deux, à commencer par Costas Carras, engagé dans le dialogue bilatéral et en même temps très attentif à la situation chypriote – il est l’un des fondateurs de l’organisation non gouvernementale Friends of Cyprus (1974).

  • 12 Greek Business Review, (13), January-February 1997.
  • 13 Rencontre annoncée par Hürriyet du 18 avril 1997.
  • 14 Bulletin de l’Agence athénienne de Presse du 17 novembre 1997 et Cyprus Bulletin (PIO, Republic of (...)
  • 15 Cyprus Bulletin, XXXV (13), 29 July 1998.
  • 16 Turkish Probe, Issue 310, December 12, 1998 et Hellenic Times, December 18-24, 1998.

21La première rencontre est organisée par trois institutions : l’International Conflict Resolution Centre (ICRC), Columbia University (Conflict Resolution Programme) et l’International Peace Research Institute (Oslo). Six hommes d’affaires chypriotes grecs et autant de Chypriotes turcs sont invités à une table ronde à Bruxelles en janvier 1997. Des hommes d’affaires grecs et turcs assistent aussi à la conférence12. Une deuxième rencontre a lieu à Istanbul, le 2 mai 1997, avec pour hôtes Rahmi Koç et Şarık Tara notamment13. Puis Richard Holbrooke s’implique dans le processus en participant à un séminaire intitulé « In Economic Coopération Lies Mutual Benefit » organisé encore une fois par les trois institutions citées plus haut, à Bruxelles, du 13 au 15 novembre 19914. Le séminaire se poursuit à Oslo en juillet 1998, toujours en présence de Richard Holbrooke15. La troisième session de ce séminaire s’est tenue à Istanbul du 12 au 14 décembre 199816.

  • 17 Voir la déclaration conjointe des co-présidents de cette conférence.

22À l’issue de ce troisième séminaire, les participants conviennent de coopérer dans plusieurs domaines17 : la culture, les communications, le commerce et l’environnement. Dans le domaine culturel, il est question d’un projet-pilote pour l’enseignement du grec et du turc comme seconde langue dans les établissements secondaires de Chypre, d’une révision des manuels scolaires, de la restauration de monuments, en l’occurrence du monastère d’Apostolos Andréas, situé en zone nord et de Hala Sultan Tekke, situé en zone sud. Dans le domaine des communications, les hommes d’affaires proposent de créer un club d’affaires commun dont le siège serait au Ledra Palace (dans la zone-tampon, sous contrôle des Nations unies), de développer les communications par internet entre les deux zones et de mettre en place un système permettant de communiquer par téléphone mobile d’une zone à l’autre de l’île. La question du commerce est la plus délicate puisque le gouvernement de la République de Chypre ne veut pas en entendre parler, arguant de l’illégalité du régime de la zone nord et de l’exploitation des biens appartenant à des Chypriotes grecs dans cette zone. Les hommes d’affaires proposent donc de créer des groupes d’experts pour préparer une éventuelle ouverture dans ce domaine. En ce qui concerne l’environnement, il est surtout question de la pénurie d’eau dont l’île souffre cruellement. Toutes ces propositions sont restées lettre-morte en raison de la crise survenue à la suite de la capture d’Abdullah Öcalan.

  • 18 Sur les treize rencontres du BAC, trois se sont tenues à Thessalonique (26 juin 1997, 29 mars 1998, (...)

23Enfin, le dialogue entre hommes d’affaires grecs et turcs a pris une dimension régionale. Nous avons évoqué le Black Sea Economic Coopération Business Council, et la Southeast European Cooperative Initiative dont le Business Advisory Council18 est co-présidé par Costas Carras et Rahmi Koç (chapitre 4).

L’après-Imia

24En mars 1996, un mois après la crise, une conférence se tient à Nauplie (Grèce) à l’initiative de l’organisation non gouvernementale (ONG) internationale Helsinki Citizens’ Assembly présidée par l’écrivain, universitaire et journaliste turc, Murat Belge. Une vingtaine de personnalités grecques et turques représentant des ONG mais aussi des journalistes participent à cette conférence sur la crise d’Imia et ses conséquences.

  • 19 Entretien avec Paulina Lampsa, membre de Helsinki Citizens’ Assembly et conseillère spéciale du sec (...)

« C’était une rencontre très importante car tout le monde s’est retrouvé sur une position d’opposition à cette crise. Les Grecs étaient surpris d’entendre les Turcs parler ainsi. Ce fut le début d’une série de rencontres entre représentants de la société civile. Les Turcs présents ont déclaré devant les caméras de télévision que c’était Tansu Çiller qui portait la responsabilité de la crise. La responsabilité de l’armée n’était pas évidente, en tout cas elle était moindre. Les journalistes turcs qui se sont rendus sur l’îlot ont également été très critiqués pour avoir aggravé la crise. »19

Winpeace (Greek-Turkish Women’s Peace Initiative)

  • 20 Voir un entretien accordé à Newsweek, August 17, 1998.
  • 21 Margarita Papandréou (KEDE), « Open Letter to the Women of Turkey », February 8, 1996.

25Une semaine après la crise d’Imia, la présidente du Centre de Recherche et d’Action pour la Paix (Κέντρο Ερευνας και Δράοης για την Ειρήνη, KEDE), Margarita Papandréou20, adresse une « lettre ouverte aux femmes de Turquie » afin de « faire pression ensemble » sur les « gouvernements pour qu’ils évitent tout acte de provocation qui pourrait déboucher sur une confrontation armée »21.

  • 22 Sur le féminisme en Grèce, voir l’une des rares études en français : Eleni Varikas, « Les Femmes gr (...)

26L’ex-épouse d’Andréas Papandréou et mère de Yorgos Papandréou n’est jamais entrée en politique même si elle a créé l’Union des femmes de Grèce (Ενωση Γυναíκωv της Eλλάδoς, EGE), dépendant du PASOΚ22.

  • 23 Γενική Συνομοσπονδία Ερyατωv της Ελλάδος.

27L’initiative Winpeace part de l’hypothèse que les femmes veulent davantage la paix que les hommes, ou du moins sont plus motivées pour cela. Winpeace obtient le soutien de sept organisations grecques (parmi lesquelles la section féminine de la Confédération générale des travailleurs GSEE23, EGE, l’Association des scientifiques grecques, le réseau des journalistes grecques pour la paix, la Commission nationale grecque de l’UNESCO), de neuf organisations turques (dont l’Association des femmes universitaires, l’Organisation des femmes de l’Université de Marmara, ainsi que d’organisations militant pour les droits des femmes), mais aussi de six organisations internationales ou d’autres États (notamment Women for Mutual Security, Canadian Voice for Peace, Women Strike for Peace USA, Association of Women of the Mediterranean Region).

  • 24 Documentation fournie par le KEDE.

28Winpeace a organisé deux manifestations en avril et novembre 1998. Le temps écoulé entre la lettre ouverte de Margarita Papandréou et la première manifestation constitue un indice des difficultés de l’entreprise. Remarquons par exemple qu’aucune centrale syndicale turque ne soutient Winpeace, au contraire de GSEE. Les comités préparatoires, réunis à Athènes les 28 et 29 novembre 1997, propose trois domaines de coopération : éducation, culture et médias24. Winpeace se propose d’organiser des séminaires communs sur la résolution des conflits et les femmes en politique mais aussi d’examiner les manuels scolaires. Le programme culturel comporte l’organisation d’expositions et de festivals ainsi que des traductions de textes écrits par des femmes des deux nations. Winpeace veut également créer un comité d’observation des médias, organiser des rencontres avec les journalistes et des séminaires sur l’utilisation des médias en faveur de la paix.

  • 25 Communiqué de presse de Winpeace, Bodrum, 3 mai 1998, Ελευθερουπία et Athens News du 5 mai.
  • 26 Voir la déclaration de Winpeace du 22 novembre et Eleuqerotupiva du 23 novembre 1998.

29La première manifestation se déroule deux jours sur l’île de Kos et deux autres dans la ville de Bodrum qui lui fait face, du 30 avril au 3 mai 1998. Des séminaires portent sur les sujets définis par les comités préparatoires mais aussi sur les résultats de la Conférence des Nations unies de Pékin, l’analphabétisme et les droits des femmes en général. Winpeace demande aux gouvernements grec et turc de diminuer les dépenses militaires de 5 % jusqu’en 20025. La deuxième manifestation se déroule à Athènes, du 20 au 22 novembre 1998, à l’occasion du cinquantenaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme26. Un plan d’actions concrètes est élaboré comprenant : un stage d’été pour les jeunes sur les droits de l’homme, un échange de jeunes – les uns allant dans la famille des autres – des bourses pour étudiants, la traduction et la publication de fictions écrites par des femmes, un livre de cuisine commun ( !), la création d’un jeu électronique pour la promotion de la paix ( !), la création du comité d’observation des médias, une subvention au Sirene International Theatre pour la production d’une version trilingue (grec/turc/anglais) de Médée, la création d’un site internet. Enfin, un prix de la paix est remis à Dido Sotiriou, déjà récompensée par un prix Abdi İpekçi en 1983. La réunion suivante de Winpeace est prévue pour mars 1999 à Istanbul, elle n’a donc pas eu lieu en raison de l’affaire Öcalan. Par ailleurs, Margarita Papandréou et deux autres membres de Winpeace-Grèce ont été invitées à la conférence internationale « Heritage, Multicultural Attractions & Tourism » qui s’est tenue à Istanbul du 25 au 27 août 1998, au cours de laquelle Margarita Papandréou a prononcé un discours sur le « rôle du tourisme dans la construction d’une culture de la paix ».

Les initiatives des collectivités territoriales

  • 27 Dépêche AFP du 27 octobre 1996.

30L’un des accusés dans la crise d’Imia est le maire de Kalymnos qui, à l’instigation d’une chaîne de télévision, était parti planter le drapeau grec sur l’un des îlots, provoquant la réaction immédiate du gouvernement, de l’armée et des médias turcs. Ce maire fait son mea culpa et organise le 27 octobre 1996, avec l’aide du club UNESCO du Dodécanèse, une manifestation en faveur de la paix en mer Égée. Près de 500 Grecs s’embarquent à Kalymnos mais ne s’approchent pas d’Imia et demeurent dans les eaux territoriales incontestées. Là, ils procèdent au lâcher de 50 colombes27.

31Les maires et les collectivités territoriales en général, ont peu de pouvoirs en Grèce comme en Turquie. L’exécutif des départements grecs (nomes) est élu au suffrage universel direct depuis 1994. Le nomarque (équivalent du préfet et du président du conseil général) ne dispose pas d’une marge de manœuvre importante. Son budget, comme celui des municipalités, dépend du bon vouloir de l’État. En Turquie, les préfets sont nommés par le gouvernement qui garde également la haute main sur leurs budgets. Dans ces conditions, les échanges entre collectivités territoriales grecques et turques sans aval de leurs États ne peuvent que demeurer limités. Les deux exemples que nous allons donner le confirment.

  • 28 Dépêches AFP des 19 et 21 octobre 1997, un article du quotidien Εθνος (La Nation) du 22 octobre.

32Le premier cas concerne deux rencontres organisées à l’initiative du nomarque de Lesbos, Alekos Mathiellis (PASOK), élu en 1994 mais battu en 1998 au profit d’un dissident du même parti, mais ultranationaliste, Dimitri Vounatsos, maire de Mytilène. Les deux rencontres ont réuni des nomarques grecs des départements insulaires, des préfets turcs des départements riverains de l’Égée, 50 maires grecs et 50 maires turcs, ainsi que des représentants d’organisations non gouvernementales écologistes. Le thème des rencontres est « Environnement-Égée propre », l’idée sous-jacente, celle sur laquelle se fondent nombre des initiatives en faveur du rapprochement après la crise d’Imia, est qu’il faut commencer la coopération par des questions susceptibles de créer un accord rapide parmi les participants, de multiplier les domaines de coopération afin de faciliter la recherche d’un accord politique final que seuls les gouvernements sont en mesure de négocier. Les dégâts de la pollution en mer Égée et la baisse de la fréquentation touristique qui risque d’en être la conséquence préoccupent donc suffisamment les élus locaux et les représentants de l’État pour que ces deux rencontres réussissent – en termes de nombre de participants et ce qu’ils représentent mais aussi par la déclaration finale. Les deux rencontres se sont tenues à Çeşme (à 80 kilomètres à l’ouest d’Izmir, face à l’île de Chios) en mars 1997 et à Mytilène du 19 au 21 octobre 19928.

  • 29 Dépêche AFP du 17 juillet 1997.

33Une autre rencontre, non moins importante sur le plan symbolique mais moins médiatique, s’est tenue à Xanthi en Thrace grecque le 17 juillet 1997 sur le thème de l’opposition à la guerre, pour la paix et la coopération, à l’initiative du maire de la ville, Philippos Amyridis (ND, réélu en 1998) et de son homologue de Marmaris, ville côtière et hautement touristique de la province de Muğla – dont ferait partie Kardak (Imia) – Kemerli Bikaş29.

Initiatives des journalistes

  • 30 Entretien avec Yorgos Vlavianos à Athènes, le 11 décembre 1998.

34Les médias font figure, dans la crise d’Imia, de principales accusées. Par la suite, certains ont multiplié les reportages sur la Turquie et les entretiens avec des dirigeants turcs. Antenna 1 porte une responsabilité particulière dans la crise d’Imia, comme nous l’avons vu. Un an après la crise, le rédacteur en chef de la rubrique « informations internationales », Yorgos Vlavianos, propose au directeur de la chaîne de réaliser quatre émissions de dix minutes pour le journal télévisé30 (qui dure une heure en Grèce). Le contenu ? Des entretiens avec les dirigeants politiques turcs, ce qui n’avait jamais été fait à la télévision grecque ! Il obtient des entretiens avec les ministres de la Défense et des Affaires étrangères en fonction lors de la crise d’Imia, ainsi qu’avec Mesut Yılmaz et Bülent Ecevit, diffusés dans le journal du soir, ce qui provoque une légère hausse de l’audience mais pas de scandale comme les journalistes le craignaient. D’autres entretiens ont suivi, notamment avec Mesut Yılmaz (vingt minutes) et Süleyman Demirel (une heure). La chaîne concurrente, Mega, a suivi l’exemple d’Antenna 1. L’émission hebdomadaire 32..Gün (« 32e jour ») de Mehmet Ali Birand sur Show TV constitue, côté turc, une bonne tribune : le journaliste invite plusieurs personnalités à répondre aux questions d’un public composé d’étudiants ou d’autres personnalités. Rauf Denktaş en est un invité fréquent. Yorgos Vlavianos a été invité cinq fois entre mars 1996 et décembre 1998.

  • 31 Dépêche AFP du 24 janvier 1998.
  • 32 Ελευθεροτυπία du 5 février 1998 et entretiens avec Stratis Balaskas et Richard Someritis notamment.
  • 33 Voir le compte-rendu de la conférence sur deux pages dans Ελευθεροτυπία du 10 février 1998.

35Les journalistes sont les acteurs principaux de quatre conférences importantes tenues en 1998. La première rencontre a lieu à Athènes, le 24 janvier, à l’invitation du président de l’Union des Journalistes européens (UJE), Théodore Papandropoulos, avec, notamment, Richard Someritis (To Vima), Sami Koen (Milliyet) et Cengiz Candar (Sabah)31. Elle prépare la tenue, une semaine plus tard (du 31 janvier au 2 février), d’une conférence à laquelle se joignent des personnalités politiques, des universitaires et d’autres figures du rapprochement helléno-turc, pour la plupart membres du « Front de la Raison contre le nationalisme », à l’initiative de l’Association des Journalistes de l’Égée et de la Thrace pour la Paix, créée par le correspondant d’Eleftherotypia à Mytilène, Stratis Balaskas, à la suite de la crise d’Imia. Le thème de la conférence est d’ailleurs : « deux ans après la crise d’Imia »32. La conférence a lieu à Chios. Elle est suivie presque immédiatement d’une seconde à Izmir du 6 au 8 février. Celle-ci traite de quatre thèmes : les minorités, la une des journaux, les mouvements antinationalistes et le rôle des tiers dans les relations helléno-turques33. Outre les journalistes précités (et de nombreux autres, dont Abdulhamid Dede – turcophone de Thrace grecque – Ferai Tinç d’Hürriyet et Leyla Tavanoğlu de Cumhuriyet), des universitaires participent à la conférence : Yaşar Aksoy et Alexis Heraclides (Université de Panteion) et l’ancien ambassadeur grec à l’ONU, Costas Zeppos. Les politiques sont nombreux : trois eurodéputés (Anna Karamanou du PASOK, Costas Hadjidakis de ND, Michalis Papayiannakis du Synaspismos), des députés (Mustafa Mustafa du Synaspismos, Stratis Korakas du KKE, Hakan Tartan du DSP et Aydin Gurkan du CHP) et l’ancien dirigeant de la gauche grecque Léonidas Kyrkos. Plusieurs maires de villes turques de la côte se sont également joints à la conférence.

  • 34 Dépêche AFP du 14 mai 1998 et entretien avec certains participants ainsi qu’avec Costa Gavras.

36En dehors de ce processus lancé par Stratis Balaskas et l’Association des Journalistes de l’Égée et de la Thrace pour la Paix, qui se poursuit, une conférence s’est tenue à l’UNESCO à Paris en mai 1998 à l’initiative du cinéaste Costa Gavras, sur une idée du journaliste et ancien ambassadeur de France à Ankara, Éric Rouleau34.

Un exemple de coopération dans le domaine de l’architecture : ICOMOS

37Il s’agit de la coopération entre les sections grecque et turque d’une organisation non gouvernementale internationale à savoir l’International Committee for Monuments and Sites, ICOMOS), laquelle sert de cadre à la première rencontre et soutient ensuite l’initiative.

38La première rencontre entre les présidents des sections grecque et turque d’ICOMOS, Nikos Agriantonis et Nevzat İlhan, a lieu dans le cadre de la XIe assemblée générale d’ICOMOS en octobre 1996 à Sofia. Le thème en est la restauration et la protection des monuments de Bosnie-Herzégovine et des autres territoires de l’ex-Yougoslavie après la guerre. Nevzat İlhan, professeur d’architecture à l’Université Yıldız d’Istanbul, travaillait depuis 1993 (date de son élection à la présidence de la section turque d’ICOMOS) à la préservation des monuments de Bosnie-Herzégovine. La section grecque en faisait autant et coopérait avec la section turque. Pour des raisons trop évidentes, les équipes grecques facilitaient l’accès des équipes turques dans les zones tenues par les milices et troupes serbes, et réciproquement dans les zones tenues par l’armée bosniaque.

39La coopération des deux sections d’ICOMOS est partie d’un constat : les architectes turcs connaissent peu et mal les techniques antiques et byzantines qui pourraient leur permettre de restaurer les monuments de ces époques en Turquie ; les architectes grecs connaissent peu et mal les techniques de construction des monuments religieux ottomans. La situation d’urgence créée par les guerres yougoslaves a mis en lumière l’état parfois alarmant de monuments ottomans en Grèce et byzantins en Turquie, rarement restaurés dans le passé, dans l’espoir secret des gouvernements qu’ils disparaissent et avec eux le témoignage d’une histoire commune, comme le parachèvement de l’épuration ethnique en quelque sorte. Nikos Agriantonis connaît bien la Turquie dont il semble avoir visité presque toutes les régions y compris le Sud-Est.

  • 35 Entretien avec Nikos Agriantonis le 19 décembre 1998 à Athènes.

« Le projet de coopération avec la Turquie est né par étapes. L’ICOMOS grec voulait inviter l’ICOMOS turc à Athènes pour discuter des monuments islamiques en Grèce. L’ICOMOS a mené une grande campagne auprès des associations d’ingénieurs, d’architectes et d’archéologues concernés pour cela, et aussi au niveau gouvernemental. Il n’y pas eu de réponse gouvernementale. Cependant l’absence de crédits gouvernementaux n’est pas un problème infranchissable. On peut trouver de l’argent en Grèce. L’ICOMOS grec voulait créer un bypass culturel en dépit des problèmes politiques. Il s’agit de dialoguer entre scientifiques. »35

40Nevzat İlhan a appris le grec ancien pour sa thèse et dit comprendre le grec moderne, ayant grandi dans « l’Istanbul cosmopolite » selon son expression.

  • 36 Compte-rendu dans Tα Νέα du 24 février 1998.

41La première rencontre bilatérale s’est tenue à Athènes les 13 et 14 mars 1997 avec pour thème : « Problèmes actuels de la protection et de la conservation du patrimoine architectural ». La deuxième rencontre, sur le même thème, a lieu du 18 au 20 février 1998 à Istanbul36. Cette rencontre constitue, selon Nevzat İlhan,

  • 37 Entretien avec Nevzat İlhan le 25 mai 1999 à Istanbul.

« l’apogée de la coopération entre les deux sections d’ICOMOS. La délégation grecque comprenait 40 personnes. Cette conférence aura des répercussions pendant au moins dix ans tellement son contenu a été riche. »37

  • 38 Voir le texte sur le site de la Chambre technique d’architecture grecque, http://www.tee.gr (en gre (...)

42Par ailleurs, la section grecque accueille une rencontre internationale d’ICOMOS sur le thème « Guerre et monuments »38 à Athènes, du 26 au 28 septembre 1997, ce qui souligne les deux dimensions (bilatérale et régionale) de la coopération helléno-turque en la matière.

  • 39 Nevzat İlhan insiste sur la dimension internationale, Dimitri Psarros, architecte membre d’ICOMOS ( (...)

43Des projets de restauration sont proposés. En Turquie, la restauration du monastère de Sumela, dans les environs de Trabzon ainsi que des églises de Cappadoce ont commencé. La restauration de Sainte Sophie à Istanbul est un projet de dimension internationale qui implique surtout l’UNESCO plus qu’ICOMOS même si les Grecs accordent une grande importance à cette question39. Un autre projet concerne plus directement ICOMOS : il s’agit du sauvetage de l’église des Taxiarques située près de la ville d’Ayvalık dans l’île d’Ali Bey (Cunda/Moschonisi). Cette église menace de s’effondrer et la municipalité, dominée par le MHP, n’a prévu aucun programme de restauration. Deux autres projets de restauration envisagés par ICOMOS-Turquie visent à promouvoir les échanges avec la Grèce. Il s’agit d’abord de la restauration d’un complexe scolaire des années 1860 situé à 65 kilomètres à l’Ouest d’Istanbul qui serait transformé en centre de recherches et en une école de tourisme cogérés par la Turquie et par la Grèce. Dans la même localité, il est prévu de restaurer l’église orthodoxe. Le deuxième projet serait de restaurer une demeure ottomane du xviiie siècle à Istanbul même et qui appartient à une fondation. Elle pourrait servir à héberger des chercheurs grecs mais aussi d’autres pays venus travailler en Turquie pour de courts séjours.

44En Grèce, plusieurs chantiers sont en cours, pour lesquels les architectes turcs fournissent une assistance technique : la restauration du hammam ottoman de Ioannina ; l’imaret (hôpital) de Fait Paşa près d’Arta et la mosquée attenante qui servait d’église ; le hamam de Naupacte, qui sera utilisé comme centre culturel. La Fethiye Camii (mosquée) située à Athènes dans le quartier de Plaka qui sert actuellement de lapidarium pour les fouilles sur l’agora romaine pourrait être restaurée et redevenir une mosquée à l’occasion des jeux olympiques de 2004 car Athènes n’en compte aucune. Il pourrait en être de même pour l’autre mosquée, située place Monastiraki, qui abrite actuellement le musée des arts décoratifs mais a été restaurée récemment.

45Cette coopération en matière architecturale est importante à plus d’un titre. En premier lieu, elle permet de sauver des monuments témoins du passé commun ou non (monuments byzantins en Turquie), donc de lutter contre l’oubli et les lectures partiales de l’histoire. Deuxièmement, le tourisme a une influence positive : c’est ainsi qu’en Grèce du nord, Épire et Macédoine, le programme de développement touristique inclut une dimension culturelle dont l’aboutissement est la restauration de monuments et de maisons privées ottomanes. Le développement du tourisme, qui n’est pas étranger à la multiplication des chantiers archéologiques en Grèce, contribue in fine à la coopération, même sectorielle, entre la Grèce et la Turquie.

Une initiative universitaire : le colloque de Panteion

46Le colloque international « Socio-political Sciences and Historiography in Turkey Today » organisé par le département d’Histoire et de science politique de l’Université Panteion d’Athènes témoigne quant à lui d’une volonté nouvelle de coopération et d’échanges entre les universitaires des sciences sociales des deux États, et s’inscrit dans l’après-Imia. Le colloque s’est tenu du 28 au 30 mai 1998 avec le soutien de la Commission hellénique de l’UNESCO – qui a apporté 60 % du financement. Selon le professeur Stephanos Pesmazoglou, l’un des promoteurs de ce colloque,

  • 40 Entretien avec Stephanos Pesmazoglou à Athènes, le 5 novembre 1998.

« Ce colloque voulait être le début des relations académiques helléno-turques. (...) Il s’agissait d’en finir avec les monologues et l’ethnocentrisme des bibliographies, de faire des recherches communes, d’avoir des regards croisés. Et bien sûr, pour nous, de voir l’état de la science en Turquie. (...)
L’idée centrale du colloque était d’avoir une vue d’ensemble de ce qui se passe dans les sciences sociales et historiques en Turquie. On a discuté des problèmes fondamentaux que posent les chercheurs turcs, les périodes étudiées, les méthodes utilisées, les écoles les plus représentées voire hégémoniques. Par exemple, il n’y a personne en Turquie pour parler des minorités ethniques. C’est un chercheur turc d’Allemagne qui est venu en parler. De notre côté, à Panteion, nous avons organisé quatre colloques cette année sur les minorités ethniques : sur les Pomaques, les Turcs de Thrace, les Arvanites et les Slavo-macédoniens. (...)
L’idée motrice était de monter des projets communs. (...) Il y a eu lors du colloque de très nombreux contacts entre chercheurs des deux pays qui ne se connaissaient pas alors qu’ils ont les uns et les autres beaucoup de contacts en Europe de l’Ouest et aux États-Unis. Nous habitons les deux côtés de la mer Égée mais on ne se connaît pas. »40

4723 universitaires turcs ont présenté leurs travaux à la suite de quoi plus de quarante chercheurs grecs les ont commentés. Deux universitaires issus de la minorité grecque d’Istanbul, Stéphane Yerasimos et Hiraklis Millas, faisaient également partie des intervenants ou des discutants.

  • 41 Entretien avec Stephanos Pesmazoglou à Athènes, le 5 novembre 1998.

« Il y avait une très bonne atmosphère. L’ambiance était meilleure que lorsque les chercheurs présents rencontrent d’autres chercheurs de même nationalité qu’eux mais nationalistes. (...) Un universitaire turc a exprimé le point de vue officiel sur la démocratie en Turquie et il y a eu un clash avec les autres chercheurs turcs. Les Grecs ont alors assisté à une très vive discussion entre les Turcs. Les chercheurs turcs ont dit publiquement à la fin du colloque qu’ils s’étaient exprimé plus librement ici qu’ils ne peuvent le faire en Turquie. (...) L’ambassadeur de Turquie, présent le premier jour, et son représentant les autres jours, n’avaient pas l’air très à l’aise. »41

7. 2 – Évaluation des initiatives en faveur du rapprochement

48Se pose ici la question des relations entre acteurs étatiques et acteurs non étatiques, entre diplomatie officielle et « diplomatie des citoyens » selon une expression de plus en plus en vogue. De cette question en découle une deuxième : celle de l’efficacité de la « diplomatie des citoyens », évaluée à l’aune des blocages et des impasses auxquels se heurtent les tentatives de rapprochement au niveau de la diplomatie.

Relations entre les acteurs étatiques et non étatiques

  • 42 Συνασπισμóς Της Αριστεράς Και Της Πρόοδου, Εξωτερική πολιτική/Foreign Policy. ΑπόΦαση της ΚΠΕ του Σ (...)
  • 43 Idem.

49L’expression de « diplomatie des citoyens » employée notamment par la Coalition de la Gauche grecque (Synaspismos)42 n’est pas sans poser problème. Comme parti politique, comptant des élus locaux et nationaux (députés et eurodéputés), le Synaspismos reconnaît la légitimité de l’État et par conséquent la primauté de sa diplomatie sur toute initiative infra-étatique. Dans le même temps, ce parti critique fortement la politique extérieure grecque, comme d’ailleurs les politiques de l’État turc vis-à-vis des questions kurde et chypriote, ainsi que sur les violations des droits de l’homme. Le Synaspismos appelle au dialogue avec « l’autre Turquie »43, qui n’est pas seulement le parti de gauche légal ÖDP (Özgürlük ve Dayanışma Partisi, Parti de la Liberté et de la Solidarité) avec lequel le Synaspismos entretient des relations régulières, ni même le très kémaliste CHP avec lequel les relations sont plus épisodiques, ni seulement les mouvements kurdes en général, mais un large spectre allant des organisations politiques citées aux défenseurs des droits de l’homme jusqu’aux hommes d’affaires engagés dans le dialogue helléno-turc. Le dialogue prôné dépasse donc largement le cadre des relations entre partis de même sensibilité idéologique et ne ferme aucune porte a priori suivant donc le concept de « diplomatie des citoyens ».

50La question de l’allégeance citoyenne est posée. Selon la conception classique des relations internationales, le citoyen ne dispose d’aucune légitimité pour contester la politique extérieure de son État, dès lors que celui-ci est souverain et donc seul légitime sur la scène internationale. Que cet État soit démocratique et cette légitimité du gouvernement est accrue : le gouvernement est élu, sa politique extérieure est donc censée exprimer la volonté générale. Les citoyens ont le droit de n’être pas d’accord mais le débat ne devrait être qu’interne, toujours selon les préceptes « réalistes ». De ce débat interne résulte ce qui est définit comme l’intérêt national, à moins qu’il ne s’impose « naturellement » – c’est du moins ce que tentent de faire croire les « réalistes ». La « diplomatie des citoyens » met en question ce dogme.

  • 44 Par exemple Kenneth Waltz, Theory of International Politics, Reading (Mass.), Addison-Wesley, 1979, (...)

51En qualifiant leurs initiatives de « citoyennes » et non, par exemple, de « non étatiques » comme cela est en usage parmi la plupart des chercheurs44, ces acteurs se définissent non pas contre l’État (cas des guérillas par exemple) mais avec lui, sinon pour lui. Ils ne rejettent pas l’État, tout au contraire, mais dénoncent ses pesanteurs bureaucratiques et le poids de ses traditions (qui font qu’il est très difficile de changer de politique extérieure) et s’opposent aux choix du gouvernement en place. Ces « citoyens », tels qu’ils se présentent eux-mêmes, se perçoivent comme des « empêcheurs de tourner en rond » soucieux de faire progresser l’État auquel ils font allégeance dans la voie de la paix et de la coopération internationale, ou comme des « éclaireurs » d’une politique extérieure qu’ils appellent de leurs vœux mais qui tarde trop, à leur avis, à se mettre en place.

52Que des anciens ministres (Michalis Papaconstantinou), ambassadeurs (Costas Zeppos), des partis (Synaspismos et ÖDP) et leurs dirigeants insistent sur leur allégeance citoyenne, cela n’étonne guère. Dans le cas du conflit bilatéral, les premières initiatives n’engageant pas les diplomates sont somme toute peu suspectes de contester la légitimité de l’État : que Constantin Mitsotakis, chef de l’opposition parlementaire, rencontre une délégation d’ANAP dans le cadre d’une conférence européenne de partis politiques conservateurs ne peut pas être interprété comme attentatoire à la souveraineté des États, même s’il remet en cause la politique extérieure grecque. Ces acteurs-là se pensent comme des acteurs étatiques potentiels et ils estiment donc préparer l’avenir – et dans certains cas leur propre avenir politique.

53Le discours de la plupart des acteurs « citoyens » autour du thème « Atatürk et Vénizélos » que nous avons examiné dans le chapitre 4 est éminemment instructif : ils se réfèrent à un type de diplomatie d’un classicisme extrême, kissingérien, c’est-à-dire l’entente entre les deux chefs de l’exécutif, qu’ils envisagent parfois comme l’unique solution à la résolution du conflit. Mais dans le même temps, ils pratiquent une « diplomatie des citoyens » parfaitement hétérodoxe par rapport à ce modèle : c’est tout le discours sur la nécessité de changer les mentalités, d’accroître les rapports sociaux de part et d’autre de la mer Égée, parmi lesquels les échanges commerciaux, financiers et technologiques, ce qui implique donc une évolution de la société toute entière, et pas les seules élites politiques.

54Pourquoi cette référence continuelle à Atatürk et à Vénizélos dans ces conditions ? L’un et l’autre font figure de fondateurs de l’État moderne en Turquie et en Grèce respectivement. Nous pourrions alors émettre l’hypothèse que ces acteurs qui se présentent comme de simples citoyens cherchent à se prévaloir d’une certaine légitimité vis-à-vis de leurs gouvernements en se plaçant dans la continuité des deux hommes d’État. L’avantage est double : d’une part, le(s) gouvernement(s) ne peu(ven)t pas accuser ces acteurs non étatiques de trahir l’intérêt national, ou alors cela reviendrait à dire qu’Atatürk et Vénizélos le firent lorsqu’ils conclurent les accords de 1930 ; d’autre part, cette référence est une critique aux deux gouvernements sur le mode « vous n’êtes pas à la hauteur de ces deux hommes d’État ».

55Cette question de la référence à Vénizélos et Atatürk renvoie à une autre question, plus large, qui est celle de l’autonomie des acteurs non étatiques vis-à-vis de leur État et donc de la question de leur allégeance. La référence à Atatürk est une marque particulièrement claire d’allégeance à l’État. Les réactions en Turquie à l’implication de l’État grec dans l’affaire Öcalan (octobre 1998-février 1999) sont significatives. Il se trouve que nous avons effectué notre enquête de terrain en Turquie après la capture du chef du PKK, c’est-à-dire au moment où les relations helléno-turques étaient entrées dans une grave (mais peu durable) crise. Le discours des acteurs non étatiques turcs – du moins de ceux qui trouvèrent le temps de nous recevoir – ne s’en est révélé que plus intéressant. La crise a placé ces acteurs devant un choix : ou bien continuer leurs relations avec les acteurs non étatiques grecs dont ils savaient pertinemment qu’ils ne soutiennent pas le PKK, ou bien se soumettre aux injonctions gouvernementales et à ce qui a été présenté comme la réaction de l’opinion publique turque, à savoir la colère et l’indignation : donc cesser tout contact.

56Les rencontres prévues avec les acteurs non étatiques grecs furent annulées – dont certaines auxquelles nous devions assister – d’où notre désappointement. Il est vrai que le climat régnant en Turquie à la fin de 1998 et surtout durant les sept premiers mois de 1999 justifiait à lui seul l’annulation de toutes ces rencontres prévues soit en Grèce soit en Turquie : les Turcs qui se seraient rendus en Grèce pour y discuter de rapprochement auraient eu à craindre pour leur sécurité à leur retour, les ultranationalistes turcs étant des gens très dangereux, mais aussi en Grèce même – voir l’émeute de Thessalonique d’octobre 1997 dont nous parlons dans le chapitre 6. Les Grecs qui se seraient rendus en Turquie auraient couru là-bas des risques similaires. L’existence de tels risques est en soi un problème : comment prétendre œuvrer sereinement à un rapprochement alors qu’une telle situation peut se produire et paraître ruiner d’un seul coup les progrès accomplis en près de trois années ? Comment ensuite remotiver les acteurs ? Cependant, des rencontres, peut-être moins médiatisées que celle d’Izmir, auraient-elles pu avoir lieu hors de Grèce et de Turquie ? Le discours des acteurs turcs ne laisse pas beaucoup de doute quant à leur opposition à une telle proposition.

57Les acteurs non étatiques ne tiennent pas un discours différent de celui des fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères.

  • 45 Entretien avec Nevzat İlhan, ancien président de la section turque d’ICOMOS, le 25 mai 1999 à Istan (...)
  • 46 Entretien avec Tuncay Melektosun (DEİK) le 28 mai 1999 à Istanbul.

« Tout a été gelé à cause du soutien du gouvernement grec à Öcalan. Il y a eu trop de souffrance à cause d’Öcalan. Le soutien grec au PKK a été clairement démontré. Le PKK est responsable de 30 000 morts. (...) Tous les projets sont au frigo. (...) L’affaire Öcalan est une affaire d’État. La Turquie a plein de problèmes (qui n’en a pas ?) mais là, c’est la mise en cause de l’unité nationale. »45
« La société turque est très sensible à la question du PKK. À cause de lui, il y a eu 30 000 morts. Le gouvernement n’a pas donné de conseil aux hommes d’affaires à ce sujet. Mais les hommes d’affaires ont envoyé une lettre aux hommes d’affaires grecs pour critiquer l’attitude du gouvernement grec et leur demander leur appui dans cette critique. Les Grecs ont répondu que les hommes d’affaires turcs avaient reçu des ordres d’Ankara. »46

  • 47 Le Monde du 18 juin 1998.

58Le qualificatif de « terroriste » qui stigmatise le PKK, la responsabilité entière du PKK des 30 000 morts de la guerre contre lui, la culpabilité de la Grèce (comme État, sinon comme nation), tout ce discours que les institutions étatiques, le gouvernement et les médias diffusent non seulement comme discours officiel mais aussi comme discours consensuel, nous l’avons ainsi entendu, presque mot pour mot, de la part de « simples » citoyens, de journalistes, d’universitaires comme de la part des diplomates. D’autres personnes que nous souhaitions rencontrer étaient indisponibles – pour parler des relations helléno-turques après l’affaire Öcalan ? D’autres, entendues dans des contextes différents, tels Murat Belge ou Ragip Duran, ancien correspondant de Libération, qui ne partagent pas le point de vue officiel sur la question kurde, évitent de s’exprimer publiquement : Ragip Duran a été condamné à sept mois de prison pour « propagande séparatiste » pour avoir écrit son désaccord avec le tout-répressif de la politique kurde de la Turqui47.

  • 48 To Βήμα du 22 novembre 1998.

59Le contraste est alors assez net avec les positions du Front de la Raison contre le nationalisme en Grèce qui a dénoncé, pendant toute l’affaire Öcalan, la collusion entre nationalistes grecs et nationalistes kurdes. Pendant le séjour romain d’Abdullah Öcalan, en novembre 1998, alors que les « superpatriotes » grecs demandent plus ou moins fortement que le gouvernement lui accorde l’asile politique, Richard Soméritis, éditorialiste à To Βήμα et membre du secrétariat du Front de la Raison dénonce ce qu’il appelle « To Eλληνοκoυρδιστάv »48. L’« Hellénokurdistan » ce sont justement ces « superpatriotes » qui soutiennent soi-disant la cause kurde mais aussi les Serbes contre les droits des Bosniaques et des Albanais du Kosovo, refusent de discuter des droits des minorités en Grèce et n’acceptent qu’un seul dialogue avec la Turquie, celui de la course aux armements. Richard Soméritis commence son éditorial en expliquant qu’il est « avec les Kurdes. Depuis toujours. Avec tous les Kurdes » (y compris d’Iran, d’Irak et de Syrie). L’éditorialiste s’en prend ainsi à ceux qui, en Grèce, trouvent des qualités à Saddam Hussein (en tant que « victime de l’impérialisme américain ») ou à Hafez Al-Assad, ou veulent une alliance avec le PKK, « l’ennemi de notre ennemi ». Sans être une position « officielle » du Front de la Raison, cette position reflète assez bien celle de ce groupe qui défend indistinctement les droits de toutes les minorités, qu’elle soit turque en Grèce, grecque en Turquie, ou kurde dans les États précédemment cités. Un autre membre du Front de la Raison, Vassilis Sakellariou, a entamé le dialogue avec le groupe Arc-en-ciel qui réclame des droits pour la minorité slavo-macédonienne. Et le Front compte aussi le député Mustafa Mustafa. Une autre personnalité grecque, plus à droite, utilise au cours de notre entretien une formule-choc pour qualifier le système politique turc :

« La constitution n’est pas un parapluie pour les minorités, mais un poteau pour le drapeau ».

  • 49 Les suppléments dominicaux sont particulièrement intéressants en ce sens, notamment celui de Ελευθε (...)

60Que ce soient les membres du Front ou d’autres individus engagés dans la « diplomatie des citoyens », le niveau de connaissance de la Turquie des acteurs grecs est relativement élevé. Pourtant il se dit généralement que les Grecs connaissent mal ou peu la Turquie et les Turcs. Cette affirmation n’a évidemment aucune valeur scientifique. À supposer que les Grecs lisent leurs journaux, nous penserions plutôt le contraire : les articles sur la Turquie sont relativement nombreux dans la presse grecque49. Certes, la Turquie est l’État voisin. Mais les articles sur la Grèce dans la presse turque paraissent nettement moins nombreux et très ciblés sur les différends bilatéraux. Là encore, nous ne disposons pas d’études systématiques, mais nous nous référons à nos recherches et à nos revues de presse.

61Les acteurs grecs de la « diplomatie des citoyens » ne sont pas tous, loin s’en faut, préoccupés par la situation intérieure en Turquie. Mais la plupart des personnes avec lesquelles nous avons eu des entretiens, oui. Nous ne pouvons pas les citer car la plupart demandent expressement de ne pas l’être sur ces passages-là. Résumons donc rapidement en disant que ces acteurs jugent, pour une large majorité d’entre eux, que l’approfondissement de la démocratie en Turquie est la clé d’une amélioration des relations bilatérales : nos interlocuteurs grecs, comme turcs, déplorent l’instabilité gouvernementale turque des années 1990 (d’où, en partie, la référence à Atatürk, même côté grec) et la difficulté de faire évoluer la classe politique de part et d’autre de l’Égée.

62Les acteurs grecs critiquent donc plus volontiers leur propre gouvernement que les acteurs turcs le leur. L’attitude d’Andréas Papandréou lors du processus de Davos est critiquée par tous nos interlocuteurs. La décision de Luxembourg vis-à-vis de la candidature turque à l’UE est jugée « erronée » par plusieurs Grecs, avec des nuances par d’autres. Cependant, même les acteurs grecs ont le souci de tenir informé leur gouvernement de leurs initiatives, ce qui limite tout de même leur marge de manœuvre et leur autonomie.

  • 50 Entretien avec Paulina Lampsa le 15 décembre 1998 à Athènes.

« Aucun membre du gouvernement [grec] ne s’est jusqu’à présent exprimé contre ces rencontres. Le ministère des Affaires étrangères délivre facilement des visas aux personnalités turques ou chypriotes turques invitées ici. Théodore Pangalos [alors ministre des Affaires étrangères] ne veut pas s’en mêler et c’est plutôt bien. Car ainsi l’État grec ne se met pas en situation de patronner ces rencontres. »50

63Aucune des personnes rencontrées n’a mentionné des pressions gouvernementales grecques pour obtenir des informations sur ces rencontres. Costas Zepos, qui n’est plus diplomate, précise :

  • 51 Entretien avec Costas Zepos le 25 novembre 1998 à Athènes.

« Ces initiatives ne se font pas dans l’ignorance du ministère grec des Affaires étrangères. Il existe des contacts avec les ministères des Affaires étrangères des deux pays qui reçoivent des comptes-rendus oraux et écrits de ces rencontres. »51

64Le Prix Abdi İpekçi a reçu une aide indirecte du gouvernement par l’intermédiaire de l’organisme chargé du tourisme en mars 1981 comme en janvier 1992, c’est-à-dire lorsque ND était au pouvoir.

  • 52 Entetien avec Andréas Politakis le 5 décembre 1998 à Athènes.

« Après le retour au pouvoir du PASOK [1993], comme au cours des années 1980, le gouvernement a toujours soutenu les efforts du prix İpekçi. Évidemment, les encouragements de la part du gouvernement n’ont pas toujours eu la même intensité... Mais, pour la remise du prix 1995, Carolos Papoulias, qui était ministre des Affaires étrangères [PASOK], a soutenu activement le Prix. Les invités turcs venus à Athènes ont été hébergés grâce à un financement public. Carolos Papoulias n’a pas pu lui-même remettre les prix en raison d’un déplacement à l’étranger mais l’avait souhaité. »52

65Le Prix Abdi İpekçi n’est-il pas cependant lui aussi dans une situation complexe vis-à-vis du politique qu’il appelle constamment au dialogue ? Certes le Prix récompense essentiellement des acteurs non étatiques, journalistes, écrivains, artistes ; mais aussi parfois des politiques. Le Prix a pour objectif de faciliter le travail des politiques en récompensant des initiatives non étatiques censées « éclairer » le terrain, en somme. Les relations avec les politiques sont donc suivies et nombreuses

Les relations entre les hommes d’affaires et l’État

66Les relations des hommes d’affaires avec le pouvoir politique sont tout aussi empreintes de prudence. L’image de l’homme d’affaires qui se joue des frontières, contourne les États, développe sa firme suivant un modèle transnational ou global n’a guère de pertinence dans le cas présent. Les hommes d’affaires apparaissent au contraire soucieux de ne pas contourner les diplomaties d’État. Théodore Papalexopoulos, l’un des principaux animateurs du dialogue des hommes d’affaires à l’époque du processus de Davos, pose les limites : les chefs d’État et de gouvernement ont le « rôle principal », les hommes d’affaires ont un rôle de « soutien ». Tuncay Melektosun, en charge du dossier à DEİK, confirme le manque d’autonomie des hommes d’affaires, mais surtout des Grecs :

  • 53 Entretien avec Tuncay Melektosun (DEIK) le 28 mai 1999 à Istanbul.

« Les hommes d’affaires grecs sont trop proches de leur gouvernement. Ils s’assurent de ce que dit le gouvernement avant d’aller aux rencontres. Les hommes d’affaires turcs tiennent moins compte de ce que dit leur gouvernement. Ils se disent prêts, dans les réunions, à faire pression sur le gouvernement turc pour qu’il change sa politique à propos du dossier de l’Égée. »53

67Toutes les propositions faites par les hommes d’affaires grecs étaient soumises à l’avis du gouvernement grec, lequel a parfois demandé le retrait de telle ou telle question arguant de sa seule compétence en la matière, comme dans le cas de la fourniture possible d’électricité turque à la Grèce. Les hommes d’affaires se montrent également soucieux de ce que leur dialogue ne devienne pas un enjeu de politique intérieure, particulièrement en Grèce où la question des relations avec la Turquie fait partie du débat politique.

68Les hommes d’affaires turcs entretiennent des relations quelque peu différentes avec leur gouvernement. Les dossiers discutés avec les Grecs sont souvent préparés par DEİK, dont le statut d’organisme privé ne le met pas complètement à l’abri des interventions de l’État, notamment du ministère des Affaires étrangères, ce qui n’est pas très étonnant puisque DEİK joue un rôle souvent dévolu à des organismes publics ou parapublics dans d’autres États, à l’instar de la Caisse française du Commerce extérieur. Il semble donc que le ministère intervient au niveau de la DEİK s’il a des objections à formuler quant aux sujets discutés avec les hommes d’affaires grecs. Il semble également que les hommes d’affaires turcs craignent moins les répercussions internes du dialogue bilatéral que leurs homologues grecs, ce qui s’explique aisément par le moindre intérêt de la presse turque, et par conséquent de l’opinion publique, pour le conflit, sauf dans les périodes de crise grave, comme celle d’Imia et de manière plus amplifiée lors de l’affaire Öcalan.

  • 54 Sur TÜSİAD, voir Ayşe Buğra, State and Business in Modern Turkey. A Comparative Study, Albany, SUNY (...)
  • 55 Idem, mais aussi Briefing, Issue 993, June 13, 1994 et Issue 1025, January 23, 1995.

69Pourtant, les hommes d’affaires turcs contestent par ailleurs de manière très visible les orientations politiques de la Turquie. Il existe en fait plusieurs organisations patronales turques. TİSK (Türkiye İşveren Sendikalarι Konfederasyonu, Confédération des syndicats d’employeurs de Turquie) est une organisation classique qui intervient essentiellement dans les négociations salariales et sociales avec les syndicats d’employés, suivant une approche très conservatrice. TÜSİAD (Türk Sanayici ve İşadamları Derneği, Association des industriels et des hommes d’affaires turcs), dont nous avons déjà évoqué le nom, n’a pas les mêmes priorités. Cette association, fondée en 1971 par douze des plus puissants entrepreneurs de Turquie, dont les deux plus riches, MM. Koç et Sabancı, prétend œuvrer pour « l’intérêt général », la démocratie et les droits de l’homme, en plus de revendications plus traditionnelles en faveur de la libre-entreprise54. Depuis sa fondation, TÜSİAD est devenu le groupe patronal le plus influent mais aussi le moins indulgent envers les gouvernements successifs, critiquant non seulement les politiques économiques suivies55 mais aussi, principalement durant les années 1990, le quasi-immobilisme quant à la réforme de la constitution héritée du régime militaire et l’approfondissement de la démocratie.

  • 56 Briefing, Issue 965, November 22, 1993.
  • 57 Briefing, Issue 965, November 22, 1993.
  • 58 TÜSIAD, Perspectives on Democratisation in Turkey, Istanbul, TÜSIAD publications, 1997, 203 p. Voir (...)

70TÜSİAD a ainsi plaidé pour une solution politique à la question kurde, par la voix de son président Halis Komili, de son ex-président, Cem Boyner56. TÜSİAD a surtout beaucoup insisté sur la démocratisation. Cem Boyner a lui-même fondé un parti après son départ de la présidence de l’association, Yeni Demokrasi Hareket (Mouvement pour la nouvelle démocratie)57 qui est resté marginal sur la scène politique turque. Le rapport Perspectives on Democratisation in Turkey (janvier 1997) a fait, lui, grand bruit. Écrit par une équipe d’universitaires sous la direction du professeur Bülent Tanör, le rapport préconise un certain nombre de réformes constitutionnelles et politiques, la résolution de la question kurde par des moyens politiques, et l’élargissement de l’espace laissé à la société civile58. Le rapport préconise aussi une plus grande ouverture de la Turquie sur l’Europe et sur le monde :

« Turkey’s future does not lie in isolating itself from the world, on the contrary it should keep step with global developments. Barriers between the world and democracy are being raised one by one. Henceforward, economic and political relations cannot evolve independently of democracy and human rights. It is not by increased co-operation with countries less-developed than itself, but by increased co-operation with developed countries that Turkey can accelerate its economic growth thereby gaining the competitive impetus required for the 21st century. »59

71Le rapport fait allusion à la politique de rapprochement avec les pays musulmans préconisée par Necmettin Erbakan. Il plaide donc au contraire pour un rapprochement avec les pays occidentaux. L’intégration européenne est l’une des priorités, sinon la priorité des priorités de TÜSİAD. La citation ci-dessus a le mérite de replacer la volonté de dialogue et de coopération avec les hommes d’affaires grecs dans le cadre plus vaste de la démocratisation et de la marche de la Turquie vers l’adhésion à l’Union européenne. La « diplomatie des citoyens » dans le dossier helléno-turc se trouve indirectement justifiée par TÜSİAD qui assigne aux organisations non gouvernementales la tâche de faire pression sur les politiques sur le dossier beaucoup plus important de la démocratisation :

  • 60 Ibidem.

« A broader-based democracy will certainly not result from this study, nor will it be realized by TÜSİAD alone. This can only be achieved by those who adopt the perspectives put forward by this document and who are willing to come together to reach an agreement on the details. Thus it would only be possible by the concerted effort of groups such as: non-governmental organizations, trade unions, professional bodies, industrialists and businessmen’s associations, whose struggle would be reflected in Parliament by the political parties. After all, if we decide that “now is not the right time, or it is not our job”, then we, as the true sovereigns of this land, who authorize politicians to represent us in Parliament, we as members of civil society organizations should ask ourselves this question: If not us – who?, If not now – when? »60

  • 61 Ayşe Buğra, State and Business in Modern Turkey. op. cit.

72Les relations entre les hommes d’affaires turcs et l’État sont particulièrement révélatrices des relations entre l’État et la société en Turquie et expliquent l’attitude des premiers dans le dialogue avec les hommes d’affaires grecs. Dans son étude remarquable sur les relations entre les milieux d’affaires et l’État en Turquie, Ayşe Buğra montre comment l’État a « créé » une classe d’entrepreneurs turcs qui était quasi-inexistante à la fin de l’Empire ottoman61. Et elle résume ainsi les rapports entre secteur privé et État :

  • 62 Idem, p. 68.

« In the tripartite relationship among Turkish businessmen, foreign interests, and the Turkish state, the state, once again, appears to be the key actor setting the dynamics of the relationship. The protectionist attitude toward foreign trade and investment, and the terribly intricate rules and regulations governing these activities have traditionally put Turkish businessmen in a position of power vis-à-vis their foreign associates who could, in no way, function alone in this complicated policy environment. On the other hand, in this particular relationship, Turkish businessmen have been especially vulnerable to the decisions of state authorities and their weaknesses vis-à-vis the latter has probably been clearer than in any other area. »62

73La non-remise en cause des choix d’Özal en matière de libéralisation de l’économie turque a sans aucun doute profité aux hommes d’affaires. Cependant, selon l’enquête d’Ayşe Buğra, ils dénoncent toujours le grand poids de la bureaucratie (ce qui n’est pas spécifique à la Turquie), mais également le haut niveau de la corruption et les fréquents changements de législation, généralement préjudiciables pour eux. Le fait qu’il soit encore impensable, à la fin des années 1980 (et peut-être encore aujourd’hui ?) d’intenter une action en justice contre l’État en cas de rupture d’un contrat passé avec lui en dit long sur la persistance de l’image de l’État paternaliste (Devlet-Baba), y compris chez ceux qui, parmi les acteurs sociaux, disposent de plus de ressources pour lui résister.

  • 63 Milliyet du 21 mars 1997.
  • 64 Dans un entretien accordé à Turkish Daily News, 2 mars 2000.

74Pourtant les hommes d’affaires multiplient les critiques : Rahmi Koç n’hésite pas à qualifier d’ « intervention militaire » (askeri müdahale) ce que l’histoire officielle appelle « l’Opération de la paix à Chypre » (Kıbrıs Barış Harekatı) de 197463 ; quant à Ishak Alaton, président du holding Alarko, il met en cause le « système antidémocratique de la Turquie »64.

La question de la société civile en Grèce et en Turquie

  • 65 Pour un compte-rendu plus détaillé de cette initiative, lire Turkish Probe, Issue 222, April 4, 199 (...)

75S’agit-il d’une nouvelle étape de l’autonomisation de la société civile turque ou d’une autonomisation aussi éphémère que la mobilisation demandant la vérité sur l’affaire Susurluk lors de l’opération « une minute d’obscurité pour la lumière permanente » ? Cette campagne lancée par une « initiative citoyenne » débute en février 1997 dans les grandes villes : à 21 heures, chaque soir, les participants éteignent la lumière chez eux, puis des manifestations à la bougie sont organisées. Le vice-président du DYP (alors au pouvoir avec le Refah) qualifie ces manifestants de « traîtres » et le Premier ministre Necmettin Erbakan de « parasites et conspirateurs ». La police disperse des manifestations – un mort (crise cardiaque) à Antalya – puis les pressions sur les initiateurs du projet les conduisent à interrompre leur action le 6 avril 1997 tandis que l’affaire Susurluk est enterrée65. Peut-on imaginer la « société civile » turque manifester contre une éventuelle escalade de la tension entre la Grèce et la Turquie dans ces conditions ? Ceci renvoie à la question beaucoup plus large et complexe de la société civile en Grèce et en Turquie. L’émancipation de la société par rapport à l’État est une question cruciale dans les deux États.

  • 66 Pour reprendre encore une fois cette expression d’Étienne Copeaux mais cette fois à propos de la Gr (...)
  • 67 Voir Paschalis M. Kitromilides, « The Dialectic of Intolerance: Ideological Dimensions of Ethnic Co (...)

76En Grèce, le nationalisme et le clientélisme sont sans doute les deux facteurs majeurs qui expliquent l’autonomisation tardive et difficile de la société civile par rapport à l’État. Le nationalisme comme « consensus obligatoire »66 concernant la Megali Idea d’unification de tous les territoires peuplés par des Grecs a permis aux élites conservatrices de maintenir leur emprise sur la société et d’étouffer toute contestation67 (accusée de détourner l’attention et l’énergie du « peuple ») jusqu’à la Première Guerre mondiale et la guerre helléno-turque de 1919-1922. De 1922 (date de la création du parti communiste, KKE) à 1974, le nationalisme s’est reconverti dans la préservation de l’ordre établi contre le communisme. Et le clientélisme constitue l’instrument de ce contrôle des élites politiques sur la société.

  • 68 Nicos Mouzelis, « Greece in the Twenty-first Century : Institutions and Political Parties », p. 24 (...)
  • 69 Idem, p. 19.
  • 70 Sur cette question voir Constantin Tsoukalas (« Free Riders in Wonderland, Or, Of Greeks in Greece  (...)

77Le clientélisme a certes évolué : Nicos Mouzelis distingue trois périodes : le clientélisme oligarchique (1863-1909), celui des grandes familles, puis centralisé (1909-1967) à la suite des réformes de l’administration entreprises par Vénizélos puis un clientélisme populiste68 ou de parti dont Andréas Papandréou est le symbole. Les partis politiques contrôlent l’attribution des postes voire négocient leur répartition. Les bénéficiaires de ce système sont le PASOK et ND, ce qui n’est pas sans incidence sur le bipartisme de fait (à eux deux, ces partis recueillent 85 % des votes en moyenne lors des élections). Nicos Mouzelis explique ainsi comment Andréas Papandréou a construit le premier parti de masse non-communiste en Grèce, présent jusque dans le moindre village69. Le PASOK, comme avant lui le KKE, ont tenté prendre le contrôle du mouvement féministe – généralement l’un des symboles de la société civile – à travers leurs organisations féminines. À cet égard, il n’est pas indifférent de rappeler que Margarita Papandréou, alors épouse du Premier ministre, dirigeait l’organisation féminine du PASOK, avant de devenir une des personnalités les plus connues de la société civile et des organisations non gouvernementales favorables au rapprochement avec les Turcs en particulier. Symbolise-t-elle donc la transition70 vers plus d’autonomie de la société civile par rapport à l’État ? Cette autonomisation s’amorce certainement avec l’intégration toujours plus poussée de la Grèce à l’Union européenne et par conséquent l’intégration des organisations non gouvernementales grecques aux réseaux européens, des associations de consommateurs aux organisations patronales. En ce qui concerne l’engagement des organisations non gouvernementales en faveur du rapprochement avec les Turcs, il faut noter la volonté très nette du gouvernement grec de ne pas s’en mêler, ou alors le moins possible. La discrétion à ce sujet du pourtant très dissert et très interventionniste Théodore Pangalos, ministre des Affaires étrangères de janvier 1996 à février 1999, est éloquente.

  • 71 Nilüfer Göle, « Authoritarian Secularism and Islamist Politics : The Case of Turkey », p. 37 in Aug (...)

78La question de la société civile n’est guère différente en Turquie, même si la construction nationale et la démocratisation sont plus tardives qu’en Grèce. La construction d’un État moderne par Mustafa Kemal Atatürk s’est faite indiscutablement contre la société, l’un des enjeux majeurs étant le contrôle exercé sur l’Islam sunnite – grâce la Direction des affaires religieuses (Diyanet İşleri Başkanlığı, DİB) qui dépend du Premier ministre. Comme en Grèce, la lutte anticommuniste puis, dans les années 1970, la quasi-guerre civile, ont largement contribué à politiser à outrance toutes les organisations relevant a priori de la société civile (associations professionnelles et autres groupes d’intérêt) comme le souligne Nilüfer Göle71. Selon Atila Eralp, le pouvoir politique, à commencer par les militaires de 1980 à 1983, a ensuite cherché à transformer une population politisée de manière radicale en une masse de consommateurs. Faire de l’économie le principal enjeu n’est-il pas l’objectif de Turgut Özal ? En fait, les restrictions à la liberté d’expression et l’absence d’approfondissement de la démocratisation freinent considérablement l’éclosion de cette fameuse société civile.

Quels sont les résultats de ces initiatives ?

79L’évaluation en termes de résultats des différentes initiatives que nous avons examinées et plus globalement de l’ensemble des initiatives prises par des acteurs non étatiques en faveur du rapprochement est effectivement difficile à faire. En termes quantitatifs, nous devons nous limiter à tirer un bilan en nombre de rencontres mais aussi d’échanges économiques.

  • 72 Entretien avec Richard Soméritis, le 2 novembre 1998 à Athènes.

80Nous avons recensé 42 rencontres bilatérales de février 1996 à janvier 1999. Ceci n’est que la « partie émergée de l’iceberg » dans la mesure où nous ne prétendons pas à l’exhaustivité : nous n’avons pas fait d’entretiens avec la totalité des personnes engagées dans le dialogue ; certaines rencontres ont été peu ou pas médiatisées, donc nous n’en avons eu connaissance ni par les acteurs ni par la presse. Richard Soméritis estime72 qu’une cinquantaine de rencontres se sont déroulées chaque année entre 1996 et 1999. Le calcul est alors simple : cela signifie une rencontre par semaine, soit un dialogue quasi-permanent entre les organisations non gouvernementales et les individus de part et d’autre de la mer Égée, compte-tenu de la possibilité de se téléphoner, d’envoyer une télécopie ou un message électronique.

81L’instauration de ce dialogue permanent explique en partie la reprise très rapide du rapprochement helléno-turc tant diplomatique que non étatique après la crise consécutive à l’affaire Öcalan et à la faveur du terrible tremblement de terre d’août 1999 en Turquie. Cette reprise rapide après une crise aussi grave permet de tirer la conclusion que le dialogue est devenu suffisamment important pour que de nouvelles périodes de non-communication entre les sociétés (années 1970 et 1980) ne se reproduisent pas dans l’avenir. Jamais, depuis l’éclatement du conflit en 1955, les relations entre citoyens des deux États n’avaient été aussi nombreuses. Nous sommes cependant encore assez loin de la banalité et du nombre de rencontres entre citoyens français et allemands abordant des sujets comparables (coopération économique, culturelle, scientifique ; examen de l’histoire commune et des relations bilatérales, etc.).

  • 73 Voir notamment Heinz Kramer, « The EU-Turkey Customs Union : Economic Integration amidst Political (...)

82En termes d’échanges économiques, les choses sont aussi contrastées. Le dialogue des hommes d’affaires a certainement permis de « débloquer » le commerce bilatéral dont le niveau en valeur est très faible en 1987 et 1988. Le commerce bilatéral double en effet pratiquement en valeur entre 1988 et 1989, puis progresse graduellement jusqu’en 1994, ce qui montre qu’il s’agit d’une tendance relativement solide malgré sa modestie. La croissance est beaucoup plus spectaculaire après 1995. L’union douanière Turquie-Union européenne est sans doute en partie la cause de cet accroissement73. Le tableau suivant montre la progression de ce commerce :

Le commerce bilatéral helléno-turc (en millions de dollars)

Année

Exportations grecques vers la Turquie

Exportations turques vers la Grèce

Valeur totale des échanges

1987

113,3

45,4

158,7

1988

57,5

51,2

108,7

198

85,9

120,8

206,7

1990

114,8

144,3

259,1

1991

105,3

167,1

272,4

1992

133,3

143,6

276,9

1993

148,4

138,3

286,7

1994

138,0

170,0

308,1

1995

221,1

209,1

430,2

1996

354,0

231,0

585,0

1997

430,1

298,2

728,3

Sources : Ελευθεpοτυπία (Eleftherotypia) du 14 décembre 1997 (statistiques grecques de 1987 à 1996) ; Turkish Republic State Planning Organization, Main Economic Indicators, Ankara, SPO, October 1998 (pour 1997). Les chiffres fournis par les statistiques grecques et turques diffèrent légèrement. Les chiffres donnés par les statistiques grecques sont plus élevés et donc peut-être plus proches de la vérité.

  • 74 Voir le tableau dans Erol Manisalı (coord.), The Middle East and Eastern Mediterranean: Recent Econ (...)

83Le commerce bilatéral reste cependant marginal dans les échanges globaux des deux États. Les données du commerce bilatéral de 1962 à 198574, montrent que les importations grecques en Turquie n’atteignent jamais 1 % du total des importations (le maximum étant 0,82 % en 1980) tandis que les exportations turques vers la Grèce varient entre 1 et 1,5 % des exportations turques totales. Or ces proportions restent les mêmes au cours de la décennie 1990. Elles sont les mêmes en 2002 (1,38 % et 0,78 % respectivement) même si la valeur totale des échanges atteint désormais un milliard de dollars.

84La Grèce se situe ainsi entre le Danemark (avec une moyenne de 0,6 % des exportations et des importations turques au cours des années 1990) et l’Espagne (1,5 % des exportations et des importations turques sur la même période, avec une progression jusqu’à 2, 5 % des importations pour 1997), au même niveau que la Bulgarie qui est, comme elle, un pays frontalier. Mais la Grèce est un État beaucoup plus développé que la Bulgarie et donc les échanges helléno-turcs pourraient être plus importants. Ceux-ci se limitent surtout au « Business to Business » (échanges entre firmes).

  • 75 Entretien avec le président de cette section de 1992 à 1997, Nikos Georgakellos, président de la fi (...)

« Les échanges restent limités aux produits industriels. Certains produits grand public sont vendus en Grèce et en Turquie sous d’autres noms parce qu’ils sont turcs ou grecs. Il y a une réticence du public à acheter les produits fabriqués dans l’autre pays à cause des problèmes politiques. »75.

  • 76 Rappelons que le produit intérieur brut par habitant est de 12 652 dollars en Grèce et de 6133 doll (...)
  • 77 Moins de 100 000 dollars en moyenne par an au cours de la dernière décennie.
  • 78 Un tel traité a été finalement signé par İsmail Cem et Yorgos Papandréou lors de la visite officiel (...)
  • 79 Entretien de Rahmi Koç réalisé par Angela Photopoulou et paru dans Balkan Review (Thessalonique), n (...)

85Les investissements grecs en Turquie restent assez modestes, durant les années 1990, compte-tenu de la puissance financière grecque76 : moins de 10 % des permis d’investissements directs, pour des sommes de 1 à 3 millions de dollars par an. Les Grecs font ainsi moins bien que les Irlandais qui, avec de 3 à 10 permis annuels, investissent 0, 9 millions de dollars en 1993 mais 4, 9 millions en 1994 et 8,9 millions en 1995 en Turquie. Au sein de l’Union européenne, seuls les Portugais investissent moins77 que les Grecs en Turquie ! L’absence de traité78 évitant la double taxation et la nécessité d’obtenir un permis pour investir en Turquie, sans parler des risques politiques, ont freiné les projets des investisseurs grecs. Cependant, selon Rahmi Koç, certains investissements grecs se font via d’autres États avec lesquels la Turquie a signé des accords évitant la double taxation79.

  • 80 Briefing, Issue 1203, August 3, 1998.
  • 81 Cité par l’AFP, dépêche du 30 juillet 1998. Cet accord fait, ce jour-là, la une du quotidien Εξουσί (...)

86Jusqu’en 1999, le projet grec le plus important concerne le secteur emblématique du textile : Yorgos Spyrou, propriétaire de la première société productrice de coton en Grèce, a ainsi annoncé qu’il allait construire trois usines de production de coton dans trois régions différentes de Turquie en accord avec une coopérative turque. La partie grecque et la partie turque doivent investir chacune 10 millions de dollars. La production devrait commencer en 1999. La société Spyrou importe la technologie. Les marchés visés sont la Turquie et l’exportation vers l’UE80. Le directeur des relations publiques de la firme déclare que cet investissement est significatif du « mouvement actuel d’ouverture des entreprises grecques vers le marché turc »81. Et, de fait, les investissements grecs en Turquie atteignent 600 millions de dollars en 2002.

  • 82 Entretien de Rahmi Koç réalisé par Angela Photopoulou et paru dans Balkan Review, n° 11, 1997.
  • 83 Selon New Balkan Business Monitor (Athènes), n° 1, April 1997. La grande distribution est encore pe (...)

87Quant aux investissements turcs en Grèce, ils sont peu nombreux. La première raison est que la demande d’investissement en Turquie est déjà très importante. La deuxième raison est que les investissements turcs se dirigent plutôt vers la Communauté des États indépendants (CEI), en particulier vers la Russie, les républiques d’Asie centrale et l’Azerbaïdjan, et dans une moindre mesure l’Europe du Sud-Est. Enfin, la Grèce est un marché de « taille réduite » pour les investissements industriels, comme le souligne Rahmi Koç82. Celui-ci semble cependant intéressé par les consommateurs grecs : il souhaiterait ouvrir un grand magasin à Thessalonique, à condition que les études de marché montrent que ces derniers sont prêts à acheter des produits fabriqués en Turquie83.

88Il existe donc des possibilités très importantes, non seulement dans le développement du marché bilatéral mais aussi pour les investissements et la coopération entre firmes, que ce soit sur l’un des deux marchés intérieurs ou dans la région (Europe du Sud-Est/zone de la mer Noire) voire pour les exportations vers l’Union européenne et le reste du monde. Mais dans le domaine économique, comme dans d’autres, les acteurs non étatiques ne disposent guère de marge de manœuvre par rapport aux politiques. Les hommes d’affaires rencontrés par nous conviennent d’ailleurs du peu de progrès réalisés dans le cadre de leur dialogue. Le plus critique est Nikos Georgakellos qui, bien qu’ancien président de la section « Turquie » de la Chambre de commerce et d’industrie d’Athènes et en relations d’affaires avec des firmes turques, n’a jamais pris part au dialogue.

  • 84 Entretien avec Nikos Georgakellos le 3 décembre 1998 à Athènes.

« Je n’y vois aucun progrès. Beaucoup de cérémonies, beaucoup de discours, mais peu de progrès. Bien sûr, il est question d’économie mais aussi de politique. En plus, dans ces forums, on trouve des gens qui ne sont pas des hommes d’affaires mais des représentants d’institutions diverses, d’études de ceci ou de cela, qui représentent le gouvernement turc. Non, ils ne font pas beaucoup de progrès. »84

Les relations entre citoyens grecs et turcs

89Le dialogue des acteurs non étatiques, pris plus globalement, a au moins le mérite de permettre aux citoyens des deux États d’apprendre à se connaître et à s’apprécier mutuellement.

  • 85 Entretien avec Nikos Georgakellos le 3 décembre 1998 à Athènes.

« Ces contacts se passent sans problème. La mentalité des hommes d’affaires turcs est très bonne. Nous partageons beaucoup de choses, à commencer par la cuisine, et ça c’est très important ! (...) On reste prudent lorsqu’on discute politique, comme ça, dans la conversation. Ou on en plaisante quand on se connaît bien. Un ami homme d’affaires turc m’a appelé après Imia “pourquoi avoir fait l’erreur de prendre notre île !” me dit-il en riant. Alors je réponds : “non, l’erreur est de ne pas avoir débarqué sur votre continent !”. (...) Je respecte le patriotisme. Je suis patriote mais je refuse le chauvinisme et l’isolationnisme. »85

  • 86 Entretien avec Tuncay Melektosun le 28 mai 1999 à Istanbul.

« Lorsque je suis allé à Athènes, je n’ai pas eu de problème avec les gens dans la rue, quand je dis que je suis turc. Dans ces cas-là, les gens critiquent le gouvernement et les médias turcs, mais pas les citoyens turcs. »86

90Les citoyens grecs découvrent la pluralité des opinions turques quand leurs médias présentent souvent la Turquie comme une société figée – il est vrai que ces opinions s’expriment plus facilement en dehors du territoire turc. Les journalistes et les médias commencent à échanger davantage, notamment depuis la rencontre d’Izmir de 1998. Si les uns invitent les autres à s’exprimer dans leurs colonnes ou dans leurs émissions, cette coopération reste relativement limitée et l’idée d’échanges d’éditoriaux – qui suscite d’ailleurs des réserves chez certains journalistes – est restée lettre-morte. Les atteintes à la liberté de la presse en Turquie ne facilitent guère les choses.

91Mais la communication entre les deux rives de l’Égée connaît aussi quelques succès via la musique. Le musicien grec Nikiphoros Metaxas, venu à Istanbul en 1985 pour étudier la musique ottomane, y a fondé la même année le groupe Bosphorus avec des musiciens turcs. Le groupe joue presque exclusivement de la musique classique ottomane.

  • 87 Entretien avec Nikiphoros Metaxas (c’est lui qui est cité) et Vassiliki Papayioryiou, auteurs-compo (...)

« Les modes musicaux classiques ottomans sont les mêmes que les modes byzantins, eux-mêmes probablement empruntés à la musique arabe, persane, etc. (...) J’aime beaucoup la culture mevlevi mais je ne suis pas un nostalgique de l’Empire ottoman. (...) Bosphorus n’a jamais donné de concert en Turquie. Nos CD n’y sont pas en vente, c’est une société grecque qui les produit. (...) En Grèce, la sortie du premier CD a été un gros succès. C’était la première fois qu’un disque de musique ottomane sortait en Grèce. »87

  • 88 Note manquante dans l’ouvrage original.

92Il s’est produit de 1988 à 1997 en Grèce, à raison de plusieurs concerts par an, dans des lieux aussi prestigieux que le théâtre d’Hérode Atticus (au pied de l’Acropole)88 ou sur la colline du Lycabète. Le résultat de son activité est surtout d’avoir fait connaître la musique classique ottomane en Grèce, œuvrant ainsi à la destruction du stéréotype du Turc guerrier et barbare. Nikiphoros Metaxas et Vassiliki Papayioryiou ont cependant sorti en Turquie un album de Bosphorus (Balkan Düşleri/Dreams) et un autre indépendamment du groupe (Anadolu Feneri/Light of Anatolia) qui contiennent chacun des chansons du répertoire classique des Grecs d’Asie mineure et du répertoire classique turc. Ces artistes ont fait des émules, telle Savina Yiannatou qui interprète des classiques grecs, turcs, etc. (Songs of the Mediterranean, 1998).

93Les objectifs limités de la « diplomatie des citoyens » tels que présentés par la plupart des acteurs, à savoir préparer, en le facilitant et en faisant des propositions concrètes, un rapprochement par le haut, semblent donc en partie atteints. Mais il s’agit de toute évidence d’une œuvre de longue haleine, la cible prioritaire étant « les générations futures », à commencer par les enfants qui lisent des manuels scolaires dont la réécriture devrait être l’une des priorités des États, à en croire les acteurs du rapprochement non étatique. Mais l’affaire Öcalan montre la subordination complète du dialogue non étatique au discours de l’État et/ou à ses injonctions. La réconciliation par le bas ne se fait donc qu’à la marge, ne concerne qu’une poignée d’acteurs de la société civile de part et d’autre. À Chypre au contraire, la réconciliation, principalement par le bas, est la priorité des acteurs non étatiques.

Notes

1 İsmail Cem, actuel ministre des Affaires étrangères, est son cousin.

2 Entretiens avec Andréas Politakis, 24 novembre et 5 décembre 1998 à Athènes. Les informations qui suivent résultent aussi de ces entretiens, sauf mention à d’autres entretiens ou documents.

3 Voir sa contribution, « La communauté grecque d’Istanbul dans l’œuvre de Sait Faik », p. 245-263 in Semih Vaner, Le Différend gréco-turc, op. cit.

4 Entretien avec Costas Carras le 8 décembre 1985 à Athènes.

5 Dont le nom grec est Συνδσμος Ελληνοτουρκικής Επιχειπηματικής Συνεργασήας (ΣΕΤΕΣ).

6 Entretien avec Théodore Papalexopoulos le 21 décembre 1998 à Athènes.

7 Basé à Istanbul, a été créé en 1986 par neuf organisations patronales dont TÜSİAD (Türk Sanayici ve İşadamları Derneği, Association des industriels et des hommes d’affaires turcs) et l’Union des chambres de commerce (TOBB, Türkiye Odalar ve Borsalar Birliği). Il compte plus de cinq cents firmes membres et cinquante-six conseils bilatéraux (dont le Conseil turco-grec) pour lesquels il est chargé de collecter des informations sur le commerce et l’économie des différents pays partenaires de la Turquie.

8 Entretien avec Tuncay Melektosun, coordinateur régional de DEİK pour les Balkans, le 28 mai 1999 à Istanbul.

9 Bulletin de l’Agence athénienne de presse et Tα Νέα du 25 octobre 1997.

10 Athens News du 22 janvier 2000.

11 Dépêche AFP du 8 mai 1998. L’accord sur le tourisme signé lors de la visite de Yorgos Papandréou en janvier 2000 en Turquie permet aux ressortissants turcs de séjourner une journée sur les îles grecques sans visa (ces excursions sont organisées par des agences turques qui vendent un billet de bateau aller-retour dans la journée).

12 Greek Business Review, (13), January-February 1997.

13 Rencontre annoncée par Hürriyet du 18 avril 1997.

14 Bulletin de l’Agence athénienne de Presse du 17 novembre 1997 et Cyprus Bulletin (PIO, Republic of Cyprus), XXXV (22), 28 November 1997.

15 Cyprus Bulletin, XXXV (13), 29 July 1998.

16 Turkish Probe, Issue 310, December 12, 1998 et Hellenic Times, December 18-24, 1998.

17 Voir la déclaration conjointe des co-présidents de cette conférence.

18 Sur les treize rencontres du BAC, trois se sont tenues à Thessalonique (26 juin 1997, 29 mars 1998, 10-11 mai 2000), une à Istanbul (11-12 décembre 1997), les autres à Bucarest, Sofia, Tirana, Skopje, Vienne, Rome, Venise, Bled et Budapest. Voir le site de SECI, http://www.unece.org/seci.

19 Entretien avec Paulina Lampsa, membre de Helsinki Citizens’ Assembly et conseillère spéciale du secrétaire d’État de la Présidence du conseil des ministres, à Athènes le 9 novembre 1998.

20 Voir un entretien accordé à Newsweek, August 17, 1998.

21 Margarita Papandréou (KEDE), « Open Letter to the Women of Turkey », February 8, 1996.

22 Sur le féminisme en Grèce, voir l’une des rares études en français : Eleni Varikas, « Les Femmes grecques face à la modernisation institutionnelle. Un féminisme difficile », Les Temps modernes, « La Grèce en mouvement », n° 473, décembre 1985, p. 918-934.

23 Γενική Συνομοσπονδία Ερyατωv της Ελλάδος.

24 Documentation fournie par le KEDE.

25 Communiqué de presse de Winpeace, Bodrum, 3 mai 1998, Ελευθερουπία et Athens News du 5 mai.

26 Voir la déclaration de Winpeace du 22 novembre et Eleuqerotupiva du 23 novembre 1998.

27 Dépêche AFP du 27 octobre 1996.

28 Dépêches AFP des 19 et 21 octobre 1997, un article du quotidien Εθνος (La Nation) du 22 octobre.

29 Dépêche AFP du 17 juillet 1997.

30 Entretien avec Yorgos Vlavianos à Athènes, le 11 décembre 1998.

31 Dépêche AFP du 24 janvier 1998.

32 Ελευθεροτυπία du 5 février 1998 et entretiens avec Stratis Balaskas et Richard Someritis notamment.

33 Voir le compte-rendu de la conférence sur deux pages dans Ελευθεροτυπία du 10 février 1998.

34 Dépêche AFP du 14 mai 1998 et entretien avec certains participants ainsi qu’avec Costa Gavras.

35 Entretien avec Nikos Agriantonis le 19 décembre 1998 à Athènes.

36 Compte-rendu dans Tα Νέα du 24 février 1998.

37 Entretien avec Nevzat İlhan le 25 mai 1999 à Istanbul.

38 Voir le texte sur le site de la Chambre technique d’architecture grecque, http://www.tee.gr (en grec).

39 Nevzat İlhan insiste sur la dimension internationale, Dimitri Psarros, architecte membre d’ICOMOS (entretien le 30 novembre 1998) insiste sur la volonté des architectes grecs de participer aux travaux.

40 Entretien avec Stephanos Pesmazoglou à Athènes, le 5 novembre 1998.

41 Entretien avec Stephanos Pesmazoglou à Athènes, le 5 novembre 1998.

42 Συνασπισμóς Της Αριστεράς Και Της Πρόοδου, Εξωτερική πολιτική/Foreign Policy. ΑπόΦαση της ΚΠΕ του ΣΥΝ/Resolution of the Central Political Committee of Synaspismos, 11-12.5.1996, Αθήνα, 1997, p. 35 de la version grecque : « διπλωματία των πολιτών » et p. 33 de la version anglaise : « citizens’diplomacy ».

43 Idem.

44 Par exemple Kenneth Waltz, Theory of International Politics, Reading (Mass.), Addison-Wesley, 1979, p. 94, ou Bertrand Badie et Marie-Claude Smouts, Le Retournement du monde. Sociologie de la scène internationale, Paris, Presses de SciencesPo/Dalloz, « Amphithéâtre », 1992, p. 105. James Rosenau, en revanche, n’aime guère l’expression qu’il n’emploie d’ailleurs que pour citer K. Waltz dans Turbulence in World Politics. A Theory of Change and Continuity, Princeton, PUP, 1990, p. 245.

45 Entretien avec Nevzat İlhan, ancien président de la section turque d’ICOMOS, le 25 mai 1999 à Istanbul.

46 Entretien avec Tuncay Melektosun (DEİK) le 28 mai 1999 à Istanbul.

47 Le Monde du 18 juin 1998.

48 To Βήμα du 22 novembre 1998.

49 Les suppléments dominicaux sont particulièrement intéressants en ce sens, notamment celui de Ελευθεροτυπία, Iος της Κυριακής.

50 Entretien avec Paulina Lampsa le 15 décembre 1998 à Athènes.

51 Entretien avec Costas Zepos le 25 novembre 1998 à Athènes.

52 Entetien avec Andréas Politakis le 5 décembre 1998 à Athènes.

53 Entretien avec Tuncay Melektosun (DEIK) le 28 mai 1999 à Istanbul.

54 Sur TÜSİAD, voir Ayşe Buğra, State and Business in Modern Turkey. A Comparative Study, Albany, SUNY Press, 1994 p. 247 et suivantes.

55 Idem, mais aussi Briefing, Issue 993, June 13, 1994 et Issue 1025, January 23, 1995.

56 Briefing, Issue 965, November 22, 1993.

57 Briefing, Issue 965, November 22, 1993.

58 TÜSIAD, Perspectives on Democratisation in Turkey, Istanbul, TÜSIAD publications, 1997, 203 p. Voir aussi Briefing, Issue 1127, January 27, 1997 ; Turkish Probe, Issue 214, January 31, 1997.

59 Idem, p. 3 de la version téléchargée sur internet http://www.tusiad.org.

60 Ibidem.

61 Ayşe Buğra, State and Business in Modern Turkey. op. cit.

62 Idem, p. 68.

63 Milliyet du 21 mars 1997.

64 Dans un entretien accordé à Turkish Daily News, 2 mars 2000.

65 Pour un compte-rendu plus détaillé de cette initiative, lire Turkish Probe, Issue 222, April 4, 1997.

66 Pour reprendre encore une fois cette expression d’Étienne Copeaux mais cette fois à propos de la Grèce.

67 Voir Paschalis M. Kitromilides, « The Dialectic of Intolerance: Ideological Dimensions of Ethnic Conflict », Journal of the Hellenic Diaspora, 6 (4), Winter 1979, p. 5-30.

68 Nicos Mouzelis, « Greece in the Twenty-first Century : Institutions and Political Parties », p. 24 in Dimitri Constas & Theofanis G. Stavrou, Greece Prepares for the Twenty-first Century, Washington DC, The Woodrow Wilson Center Press, Baltimore & London, The John Hopkins UP, 1995.

69 Idem, p. 19.

70 Sur cette question voir Constantin Tsoukalas (« Free Riders in Wonderland, Or, Of Greeks in Greece », p. 201 in Dimitri Constas & Theofanis G. Stavrou, Greece Prepares for the Twenty-first Century, op. cit.) qui explique l’individualisme forcené des Grecs actuellement par cette transition, la Grèce n’étant plus une Gemeinschaft (communauté) mais pas encore une réelle Gesellschaft (société), selon la célèbre distinction opérée par Ferdinand Tönnies dans Communauté et société (1887).

71 Nilüfer Göle, « Authoritarian Secularism and Islamist Politics : The Case of Turkey », p. 37 in Augustus R. Norton, Civil Society in The Middle East (vol. 2), Leiden, Brill, 1996.

72 Entretien avec Richard Soméritis, le 2 novembre 1998 à Athènes.

73 Voir notamment Heinz Kramer, « The EU-Turkey Customs Union : Economic Integration amidst Political Turmoil », Mediterranean Politics, 1 (1), Summer 1996, p. 60-75 et Meltem Müftüler-Bac, Turkey’s Relations with a Changing Europe, Manchester, MUP, 1997, chapitre 7.

74 Voir le tableau dans Erol Manisalı (coord.), The Middle East and Eastern Mediterranean: Recent Economic and Political Developments, Girne Conference, 1987, p. 45.

75 Entretien avec le président de cette section de 1992 à 1997, Nikos Georgakellos, président de la firme GETHANCO Ltd, le 3 décembre 1998 à Athènes. En revanche, Tuncay Melektosun (DEİK) affirme que les consommateurs turcs achètent sans problème des produits fabriqués en Grèce (entretien le 28 mai 1999 à Istanbul). Les produits sidérurgiques représentent 25,5 % des exportations turques vers la Grèce en 1998, selon les statistiques turques.

76 Rappelons que le produit intérieur brut par habitant est de 12 652 dollars en Grèce et de 6133 dollars en Turquie. La drachme est la monnaie la plus stable et par conséquent la plus forte de l’Europe du Sud-Est, mais aussi l’une des seules convertibles sans restriction.

77 Moins de 100 000 dollars en moyenne par an au cours de la dernière décennie.

78 Un tel traité a été finalement signé par İsmail Cem et Yorgos Papandréou lors de la visite officielle de ce dernier en Turquie en janvier 2000.

79 Entretien de Rahmi Koç réalisé par Angela Photopoulou et paru dans Balkan Review (Thessalonique), n° 11, 1997.

80 Briefing, Issue 1203, August 3, 1998.

81 Cité par l’AFP, dépêche du 30 juillet 1998. Cet accord fait, ce jour-là, la une du quotidien Εξουσία (Exousia) réputé proche du gouvernement Simitis, ce qui tend à confirmer l’importance que le Premier ministre accorde aux échanges économiques avec la Turquie pour apaiser les tensions bilatérales.

82 Entretien de Rahmi Koç réalisé par Angela Photopoulou et paru dans Balkan Review, n° 11, 1997.

83 Selon New Balkan Business Monitor (Athènes), n° 1, April 1997. La grande distribution est encore peu présente en Grèce comme en Turquie. Le groupe le plus actif, Carrefour, est implanté sous cette enseigne et l’enseigne « Continent » en Grèce et en association avec le groupe Sabancı en Turquie (deux hypermarchés à Istanbul).

84 Entretien avec Nikos Georgakellos le 3 décembre 1998 à Athènes.

85 Entretien avec Nikos Georgakellos le 3 décembre 1998 à Athènes.

86 Entretien avec Tuncay Melektosun le 28 mai 1999 à Istanbul.

87 Entretien avec Nikiphoros Metaxas (c’est lui qui est cité) et Vassiliki Papayioryiou, auteurs-compositeurs-interprètes, le 26 mai 1999 à Istanbul.

88 Note manquante dans l’ouvrage original.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search