Version classiqueVersion mobile

Le conflit helléno-turc

 | 
Gilles Bertrand

Troisième partie. Initiatives de paix non étatiques

Avant-propos

Texte intégral

1Il n’est désormais plus possible d’ignorer l’implication des sociétés dans les conflits auxquels leurs États sont confrontés. Or, jusqu’ici, ce sont essentiellement les partisans de l’intransigeance, de la continuation du conflit, voire de la radicalisation, qui se montrent les plus actifs, du moins sur la scène médiatique, avide de spectaculaire. Or l’affaire Öcalan est bien plus spectaculaire et dramatique qu’un débat d’étudiants sur la réforme des manuels scolaires.

2Certes, des observateurs déplorent parfois que les gouvernants semblent à la merci d’une minorité radicale dont dépend leur élection. Le cas le plus flagrant d’une telle situation est Israël dont le gouvernement s’appuie sur une coalition hétérogène dont des partis ultra-religieux inflexibles sur la question des colonies en Cisjordanie, pour ne rien dire de la question de Jérusalem. Nous objecterons que dans ce cas, comme dans celui des groupes les plus nationalistes à Chypre, en Grèce et en Turquie, de tels groupes ne font souvent qu’aller jusqu’au bout de la logique gouvernementale. Le gouvernement israélien peut arguer de la difficulté d’imposer les compromis négociés avec les Palestiniens à ces groupes ultra. Il n’empêche que l’annexion de la Cisjordanie et l’établissement des colonies résultent de politiques d’État. Les groupes ultranationalistes à Chypre, en Grèce et en Turquie, nous l’avons vu, ne se sont pas constitués pour s’opposer à la politique de l’État (sur le long terme) mais bien suivant des logiques jusqu’au-boutistes : les émeutes anti-turques de Komotini se fondent, après tout, sur l’idéologie même de la politique d’État vis-à-vis des « musulmans », considérés comme des ennemis potentiels de la nation grecque. De même, l’idéologie des Loups gris turcs n’est qu’une version extrême de l’idéologie de l’État turc depuis le régime jeune-turc, à savoir que le citoyen turc idéal est ethniquement turc (avec toutes les interprétations possibles de l’ethnicité) et sunnite.

3La mobilisation des acteurs non étatiques en faveur de la paix résulte des échecs de la diplomatie classique, voire s’oppose franchement aux politiques menées ; d’où des relations parfois conflictuelles entre ces acteurs et leurs gouvernants.

4La fin de la Guerre froide idéologique joue nettement en faveur de ces groupes militants pour la paix. D’une part, la suspicion d’une manipulation par l’ennemi idéologique n’est plus, même si, comme nous l’observons, cette attitude des gouvernants demeure dans certains cas et s’accompagne de dénonciations visant à disqualifier de tels groupes. D’autre part, des regroupements se font, des alliances entre les groupes se constituent que la Guerre froide rendait impensable. Le cas le plus frappant étant celui de militants ou sympathisants communistes chypriotes participant activement à des initiatives financées par les Etats-Unis. La mondialisation, dans son acceptation contemporaine, joue également un rôle-clé. Téléphone, télécopie, messageries internet permettent de communiquer quasiment en temps réel d’un État à un autre, d’une zone à l’autre, sans beaucoup de contrôle des autorités alors que celles-ci peuvent refuser un passeport, un visa, un passage de frontière ou de ligne de démarcation facilement.

5Nous avons choisi de traiter séparément les initiatives dans le cadre du conflit bilatéral helléno-turc et celles concernant Chypre. Cette différenciation résulte largement de nos observations et des résultats de notre recherche : il s’agit de deux phénomènes distincts à de rares exceptions près – par l’histoire, les modalités, les objectifs, les relations avec les autres acteurs (acteurs étatiques, autres acteurs non étatiques). D’autre part, cette recherche concerne plus spécifiquement la période 1996-1999, les rencontres helléno-turques non officielles qui suivent le rapprochement du printemps-été 1999 n’étant, pour la plupart, que la continuation d’un processus seulement interrompu par l’affaire Öcalan. Les chapitres 7 et 8 sont construits de manière semblable : une typologie des acteurs et des actions ; une analyse des enjeux, résultats et répercussions sur le conflit de ces actions.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search