Version classiqueVersion mobile

Le conflit helléno-turc

 | 
Gilles Bertrand

Deuxième partie. Le conflit dans le nouveau contexte post-bipolaire

6. Interférences des conflits périphériques dans la confrontation bilatérale

Texte intégral

1Nous avons examiné les implications de la fin du système international bipolaire et de la mondialisation dans sa dimension intégratrice au niveau régional (Union européenne, Coopération économique de la mer Noire). Mais nous nous en sommes tenus quasiment à un seul niveau d’analyse (les États, les organisations internationales). C’est ainsi que nous observons que les conflits yougoslaves et l’instabilité du Sud-Est européen dans l’après-Bipolarité n’ont pas entraîné à leur tour la Grèce et la Turquie dans une guerre. Au contraire, l’intégration au sens large – par le biais de l’appartenance à des organisations internationales, mais aussi dans l’économie mondiale – contribue de manière décisive à atténuer les rivalités, interdire par avance tout recours éventuel à la guerre et inciter plutôt à la coopération.

2Ce chapitre vient nuancer ce constat. Deux conflits périphériques par rapport au conflit helléno-turc au sens strict, mais qui concernent chacun l’un des deux États très directement, paraissent « déborder » (spill over) et faire leur irruption dans le conflit qui est central pour nous. Dans un renversement de perspective, nous pouvons dire la même chose : en considérant comme centraux ces deux conflits et le conflit helléno-turc comme périphérique par rapport à eux, le spill over apparaît aussi assez clairement. Il s’agit du conflit kurde avec ses implications moyen-orientales (la rivalité syro-turque, la coopération israélo-turque) et le conflit (non militaire) autour de la question macédonienne. L’irruption de la question kurde dans le conflit helléno-turc ou à l’inverse le brouillage de la question kurde par l’implication grecque paraît clairement identifiable à un événement : la capture d’Abdullah Öcalan, chef du PKK, à sa sortie de l’ambassade de Grèce au Kenya. Mais il ne s’agit là que de la crise ultime et non d’un épiphénomène, les liens entre les deux conflits étant multiples. Le conflit autour de la question macédonienne aboutit lui aussi, étrangement, à l’affaire Öcalan. Ce conflit marque en effet une remontée en puissance du nationalisme en Grèce mais sous une forme bien moins contrôlée par les institutions étatiques.

3Les deux conflits transcendent donc de manière évidente le clivage interne/externe. Leurs acteurs sont essentiellement infra-étatiques et parfois para-étatiques quant à leur statut, leur marge de manœuvre et leurs moyens d’action. Des phénomènes inhérents à la mondialisation, comme le développement des moyens de communication, et des réseaux transnationaux, légaux et illégaux, de nature politique ou criminelle, sont ici en cause. Le conflit helléno-turc n’est donc pas seulement affecté par les phénomènes d’intégration, mais aussi par la multiplication des acteurs et leur autonomisation par rapport aux politiques étatiques, et encore par une dissémination de la violence inquiétante.

Les implications de la question kurde dans le conflit

4Historiquement, la question kurde est liée au conflit helléno-turc en ce qu’elle est, elle aussi, en partie un héritage de la disparition de l’Empire ottoman. Le nationalisme grec précède l’émergence des nationalismes turc et arabe. Le nationalisme kurde est plus tardif. Lorsque les Jeunes-Turcs abandonnent l’idée d’une citoyenneté ottomane rompant avec l’idée de segmentation de la société en fonction de la religion, les Grecs de l’Empire perdent tout espoir d’une réforme de celui-ci. Ces mêmes Jeunes-Turcs adoptent comme position de repli un nationalisme turc strict (l’identité musulmane devenant secondaire) qui engendre par contrecoup l’émergence du nationalisme kurde. Les tribus kurdes s’étaient déjà soulevées au cours du xixe siècle. Cependant, leur allégeance au Sultan-Calife a permis leur mobilisation au nom de la défense de l’islam au cours de la Première Guerre mondiale puis de la guerre helléno-turque. Pourtant, une délégation kurde avait obtenu des grandes puissances l’examen de la question de la création d’un « État kurde » (article 64 du traité de Sèvres du 10 août 1920). L’allégeance des Kurdes à la nouvelle Turquie n’est cependant remise en cause que par la conception étroite de la citoyenneté, tous les citoyens musulmans étant considérés comme ethniquement turcs, et par la suppression du califat.

  • 1 Selon les estimations du début des années 1990, les Kurdes constitueraient 20 % de la population de (...)

5D’où une succession de révoltes contre la république, à partir de 1925. Des trois autres États du Moyen-Orient comptant une minorité kurde (Irak, Iran, Syrie), seul le dernier ne connaît pas de révolte kurde notable durant les quatre-vingt dernières années, en partie en raison de la faiblesse numérique des Kurdes1. En revanche, les révoltes des Kurdes d’Irak et d’Iran se multiplient.

Le PKK, un nouvel acteur international

  • 2 Chris Kutschera, « Qui sont ces combattants du PKK ? », Les Cahiers de l’Orient, « Incontournable T (...)
  • 3 Idem, p. 64.
  • 4 Hamit Bozarslan, La Question kurde, op. cit., p. 196-197.

6La révolte menée par le PKK (Partiya Karkeren Kurdistan, Parti des travailleurs du Kurdistan) est la dernière en date en Turquie. Vraisemblablement fondé en 1977, le PKK prend pour chef Abdullah Öcalan (1979), lequel doit s’exiler en Syrie2. Réorganisé après le coup d’État du 12 septembre 1980, le PKK lance son insurrection le 15 août 1984. Le conflit cependant demeure à une assez basse intensité jusqu’en 1990 comme en témoigne le nombre relativement peu important de morts (1500 en six ans)3 et de combattants (estimé à 1100 en 1987) tandis que les organisations kurdes d’Iran mobilisent 40 000 combattants (peshmergas) à leur apogée au début des années 1980 et celles d’Irak 200 000 combattants au début des années 19904.

  • 5 Idem, p. 197. Toutefois, le journaliste İsmet G. İmset, cité par Michel Verrier, avance le chiffre (...)
  • 6 Michel Verrier, « “Carte blanche” à l’armée turque au Kurdistan », Le Monde diplomatique, octobre 1 (...)
  • 7 Le Monde du 12 avril 1995 et du 16 décembre 1995.

7La montée en puissance du PKK est contemporaine de l’autonomisation du Kurdistan irakien après la guerre du Golfe (1991). Malgré le contrôle des organisations kurdes irakiennes UPK (Union patriotique du Kurdistan de Jalal Talabani) et PDK (Parti démocratique du Kurdistan de Massoud Barzani), le PKK en fait sa base arrière, à partir de laquelle il lance une offensive d’envergure en 1992. Dans les années 1990, le PKK compterait 10 000 combattants au Kurdistan de Turquie et « projette d’en mener 20 000 autres au combat »5. Mais le conflit s’enlise et Abdullah Öcalan appelle à un cessez-le-feu et à l’ouverture de négociations, une première fois le 17 mars 19936, puis en 19957.

  • 8 Selon les autorités turques (Le Monde du 9 décembre 1994), la guerre avait alors fait 13 000 morts.
  • 9 Cité par Briefing, Issue 1181, February 23, 1998.
  • 10 Sur l’activité politique des Kurdes en Europe, Isabelle Rigoni, Mobilisations et enjeux des migrati (...)

8La guerre aurait fait au total, entre 1984 et 1999, 30 000 morts dont plus de la moitié au cours de la période 1995-19998. Selon un rapport parlementaire turc, 3428 villages et hameaux ont été « évacués » (en fait détruits) et plus de 400 000 personnes ont été déplacées en raison de la guerre contre le PKK, entre le 15 août 1984 et le 1er septembre 19979. La guerre s’est étendue dans tout le Kurdistan turc mais également jusque vers les rives de la mer Noire, bien qu’il ne soit pas certain que les actions menées dans cette région soit le fait du PKK lui-même ou d’organisations d’extrême-gauche turques qui sont ses alliées. Le PKK a tenté de s’attaquer au secteur sensible du tourisme, notamment par l’enlèvement de touristes et des attentats à Istanbul. Le PKK s’implante aussi en Europe de l’Ouest où des attentats sont commis contre des intérêts turcs (d’où l’interdiction de l’organisation en 1993 en Allemagne et en France) dans l’immigration kurde au sein de laquelle des fonds sont levés et des militants recrutés10.

9Ces ressources de l’immigration paraissent assurer le PKK d’une capacité quasi-illimitée à faire la guerre à l’État turc. Le statut de « zone grise » du Kurdistan irakien lui permet d’en faire une base arrière relativement sûre malgré les opérations de l’armée turque à partir de 1994. Mais le point faible du PKK est son chef, objet d’un culte de la personnalité aussi stalinien – voire atatürkiste – que l’idéologie de l’organisation, qui vit reclus en Syrie depuis 1980.

Le soutien de la Syrie au PKK

10Pourquoi la Syrie ? « République arabe » suivant sa dénomination officielle, dominée par le parti Baath et par un clan de la minorité alaouite, c’est-à-dire arabe mais pas sunnite – d’où en partie la rhétorique nationaliste arabe comme instrument de légitimité – la Syrie représente pourtant le seul État allié possible de séparatistes kurdes dans la région. L’Irak et l’Iran soutiennent bien les mouvements kurdes de l’autre, mais pour des raisons uniquement tactiques comme le montre leur abandon réciproque de ces mouvements au lendemain de la signature de l’accord d’Alger sur le tracé de la frontière sur le Chatt-el-Arab (1975) et l’effondrement consécutif de la rébellion de Mustafa Barzani en Irak. Le gouvernement syrien gère différemment la question de sa minorité kurde, numériquement faible :

  • 11 Hamit Bozarslan, La Question kurde, op. cit., p. 158-159.

« Le régime d’Assad continue pourtant à utiliser les structures communautaires kurdes, sans reconnaître officiellement les Kurdes comme une composante de la société syrienne, et sans leur accorder de droits culturels. Il tente de déplacer ce problème hors des frontières, en autorisant un engagement de ses ressortissants dans les mouvements kurdes d’Irak et de Turquie. Les Kurdes peuvent ainsi s’affirmer comme “nationalistes” et “patriotiques”, sans que cela ne représente une menace pour le régime. L’encadrement de la population kurde par le PKK est du reste très visible dans certaines régions comme la Montagne kurde »11.

11Ainsi le régime syrien contrôlerait-il « ses » Kurdes par l’intermédiaire d’une organisation qui n’a rien à lui refuser dans la mesure où il lui fournit une aide non négligeable.

  • 12 Stéphane Yerasimos, Questions dOrient, Paris, La Découverte, « Livres Hérodote », 1993, chapitre 7 (...)
  • 13 Christian Chesnot, « les grandes manœuvres du régime d’Ankara. Les objectifs cachés du grand projet (...)
  • 14 Turkish Probe, Issue 225, May 2, 1997.

12Mais le gouvernement syrien soutient aussi le PKK en raison des conflits avec la Turquie, notamment sur deux dossiers, à savoir la question du Sandjak d’Alexandrette et la question du partage des eaux de l’Euphrate, celle-ci très directement liée à la question kurde. L’annexion du Sandjak par la Turquie en 1939, négocié sous le Mandat français, n’a jamais été reconnue par la Syrie12. Le partage des eaux de l’Euphrate s’inscrit plus globalement dans la question de l’eau au Moyen-Orient. La construction d’une série de barrages dans le Sud-Est (d’où le nom de Güneydoğu Anadolu Projesi, GAP) permet à la Turquie de contrôler le débit de l’Euphrate vers la Syrie et l’Irak13. Or le gouvernement syrien réclame le respect du protocole provisoire, signé par Turgut Özal lors de sa visite en Syrie (15-17 juillet 1987), assurant un débit de 500 mètres cube d’eau par seconde14. Selon le gouvernement syrien, le débit est au contraire plus souvent de 300 mètres cube d’eau par seconde, ce que le gouvernement turc reconnaît partiellement en attribuant cependant cette différence à la sécheresse, et non, comme l’affirment les Syriens, à une mesure de rétorsion pour le soutien accordé au PKK.

13Mais la Syrie a peu de moyens de pression sur la Turquie. L’option militaire est tout simplement inimaginable car elle ne bénéficie plus de l’appui soviétique et a déjà été vaincue par Israël en 1948, 1956, 1967 et 1973. Paradoxalement, un tenant de la politique de puissance classique, Hafez Al Assad, en est réduit à jouer la carte de la violence infra étatique ! Il soutient ainsi le mouvement Hezbollah au Liban et plusieurs organisations palestiniennes dont le Front populaire de Libération de la Palestine (FPLP) dirigé par Georges Habache. Le FPLP a d’ailleurs pris en charge la formation militaire des premiers militants du PKK, lequel dispose, jusqu’en 1998, de ses propres camps d’entraînement dans la vallée libanaise de la Bekaa.

  • 15 Sur cette question, voir les travaux de Daniel Hermant et Didier Bigo dont « Terrorisme et relation (...)
  • 16 Voir Olivier Roy, « Groupes de solidarité au Moyen-Orient et en Asie centrale », Les Cahiers du CER (...)

14Les relations entre le pouvoir syrien et le PKK semblent de type clientélaire15. Pour le gouvernement syrien, une telle relation et la projection d’une violence non-étatique hors de ses frontières ne posent guère de problème. Le régime syrien se maintient lui-même grâce à des réseaux clientélistes internes et s’appuie sur des organisations paramilitaires nombreuses et éventuellement rivales, liés à des réseaux lignagers, confessionnels voire ethniques, qui correspondent au concept khaldounien d’aşabiyya16, concept qu’Hamit Bozarslan utilise aussi pour les Kurdes. Il en va tout autrement dans les relations entre la Grèce et le PKK.

Le soutien de la Grèce au PKK ?

  • 17 Par exemple par la voix de son ministre des Affaires étrangères Farouk Al Chareh, Le Monde des 22-2 (...)

15Le soutien de la Grèce au PKK est un problème beaucoup plus complexe. Par rapport à la question des preuves d’abord : si la Syrie nie la présence d’Abdullah Öcalan sur son sol17 et son soutien au PKK jusqu’à la crise d’octobre 1998, l’accord turco-syrien signé ensuite constitue un aveu de facto. Le ministère américain des Affaires étrangères, qui classe régulièrement la Syrie sur sa liste des « États terroristes », dénonce également ce soutien au PKK.

  • 18 Briefing, Issue 997, July 11, 1994.
  • 19 Briefing, Issue 1047, July 3, 1995.
  • 20 Le Monde du 19 février 1998.
  • 21 Şükrü Elekdağ, « 2 1/2 War Strategy », Perceptions (Ankara), 1 (1), March-May 1996, limite cependan (...)
  • 22 Turkish Daily News, November 4, 1996.

16Mais le soutien de la Grèce est moins évident. Les accusations se multiplient pourtant en Turquie. C’est notamment le cas après le meurtre à Athènes du deuxième sous-secrétaire de l’ambassade de Turquie, Haluk Sipahioğlu, le 4 juillet 199418. C’est encore le cas lors de la période de tension qui suit la ratification par le parlement grec de la Convention sur le droit de la mer en 199519. Un an avant la capture d’Abdullah Öcalan, un porte-parole de l’armée, le colonel Erkal Bektaş déclare encore que « le PKK reçoit un soutien actif de la part de la Grèce, de l’Iran, de la Syrie et de l’Irak »20, affirmation que reprend l’ancien ambassadeur de Turquie à Washington, Şükrü Elekdağ, qui dénonce une alliance Grèce-Syrie-PKK21. L’ancien Chef d’état-major des armées et député DYP, Doğan Güreş, accuse, lui, l’Allemagne, la Belgique et la Grande-Bretagne de soutenir également le PKK22.

  • 23 Turkish Probe, Issue 225, May 2, 1997.

17Ces accusations sont-elles fondées ? Lorsque paraît le rapport du ministère américain des Affaires étrangères 1996 Patterns of Global Terrorism, le sérieux Turkish Probe n’hésite pas à titrer : « Greece gives official support to PKK terrorism »23 alors que le rapport, plus nuancé, affirme :

  • 24 U.S. Department of State, 1996 Patterns of Global Terrorism, Washington DC, Office of the Coordinat (...)

« The Greek Government also continues to tolerate the official presence in Athens of two Turkish terrorist groups -the National Liberation Front of Kurdistan, which is the political wing of the Kurdistan Workers’ Party (PKK), and the Revolutionary People’s Liberation Party/Front (DHKP/C) -formerly Devrimci Sol- which is responsible for the murder of two US Government contractors in Turkey. »24

18La même prudence se retrouve dans les rapports 1995 et 1997 :

« Greek authorities continued in 1995 to deny public Turkish charges that the anti-Turkish Kurdistan Workers’ Party (PKK) conducts operational terrorist training and receives assistance in Greece. As is the case in certain other European countries, however, Greece permits the PKK to operate a known front organization in Athens. » (1995)
« Kurdish nationalist groups -including the terrorist PKK- enjoy widespread sympathy and some support among the Greek public. In April, 157 members of the Greek Parliament signed a petition calling for PKK leader Abdullah Öcalan to be officially invited to Greece. »
(1997)

19Le gouvernement américain, tout en dénonçant cette « tolérance » et cette « sympathie », ne reprend pourtant pas l’accusation turque d’un soutien grec plus matériel au PKK, mais donne plutôt foi aux affirmations du gouvernement grec qui reconnaît bien la présence à Athènes de la branche politique du PKK, le Front de Libération nationale du Kurdistan (ERNK), mais ajoute que, précisément, cette organisation ne mène pas les actions armées imputées au PKK et qu’elle dispose de représentations, parfois sous des noms différents, dans d’autres États d’Europe.

  • 25 The Washington Times, September 10, 1996 : « Greek Spy Agency tied to Terror Group. Athens backed a (...)
  • 26 Soulignons d’ailleurs que le PKK ne s’est jamais attaqué aux intérêts américains où que ce soit, pa (...)

20Les accusations turques, selon lesquelles il existerait un ou des camps d’entraînement, à Lavrion (en Attique, officiellement un camp de réfugiés) et en Eubée, manquent de preuves. La presse internationale a enquêté à ce sujet. Le Washington Times s’appuie sur des sources émanant de la CIA pour affirmer que le service grec de renseignements (EYP, Eλληηνική Үπηρεσία ΠληροΦοριών) fournit des armes et des explosifs aux combattants du PKK qu’il entraîne dans un camp en Eubée25. L’ambassade des États-Unis à Athènes et le gouvernement grec démentent cette information le lendemain. L’Eubée est une grande île mais aussi très touristique et très fréquentée par les Athéniens le week-end ; est-ce donc le meilleur endroit pour y établir une base clandestine à objectif militaire quand l’Épire et la Macédoine offrent des étendues montagneuses (si l’objectif est l’entraînement à la guérilla), quasi-désertes de surcroît ? Que les États-Unis démentent afin de ne pas placer un de leurs alliés, membre de l’OTAN, dans la position délicate de « complice du terrorisme » est compréhensible. Que la CIA ait toléré l’existence même de ce camp paraît plus douteux, sauf à imaginer qu’il s’agissait là d’un moyen de surveiller le PKK et de ficher ses futurs combattants26.

  • 27 The Observer, september 28, 1997.

21Un autre article publié par The Observer affirme que les combattants du PKK sont entrainés dans plusieurs camps en Grèce, non par l’EYP, mais par l’organisation clandestine « 17N(ovembre) », qui serait liée à des « éléments » des services secrets grecs27. Le gouvernement grec dément. Il paraît douteux, là encore, que la CIA laisse l’EYP entretenir des contacts avec « 17N », coupable de très nombreux attentats contre les États-Unis et classée comme terroriste par le gouvernement américain. L’article n’apporte aucune précision sur la localisation des camps. Circonstance aggravante quant à sa crédibilité, il ne semble disposer que d’une seule source, « the Kurdish bomber Seydo Hazar » !

  • 28 Time, March 30, 1998.

22Un troisième article, publié dans le magazine Time28, se montre plus prudent, corrobore davantage les affirmations du rapport du ministère américain des Affaires étrangères et est confirmé par les informations dont nous disposons nous-mêmes. Selon Time, le bureau de l’ERNK, de l’aveu même de sa responsable, recrute effectivement pour le PKK. Quant au fameux camp de Lavrion, l’auteur de l’article explique que c’est là que se fait « the real indoctrination and recruitment » mais ne parle pas d’entraînement militaire. Et de fait, Lavrion, situé à 70 kilomètres d’Athènes et à 10 du cap Sounion, n’est pas le meilleur endroit pour procéder clandestinement à un entraînement militaire.

23Le soutien au PKK semble ainsi plus réduit et moins spectaculaire : le gouvernement grec autorise sa branche politique à recruter des futurs combattants. Ceci n’a rien d’extraordinaire : le PKK recrute plus ou moins discrètement dans tous les États d’Europe de l’Ouest. Le faible nombre de Kurdes résidents en Grèce par rapport à l’Allemagne ou la France est contre-balancé par le nombre beaucoup plus important de Kurdes qui transitent par la Grèce en provenance de la Turquie qu’ils fuient. Ce serait parmi eux que l’ERNK recruterait à Athènes. Pour le gouvernement grec, comme pour les gouvernements occidentaux, ce recrutement équivaut ni plus ni moins qu’à « renvoyer le colis à l’expéditeur » !

  • 29 Selon deux sources que nous ne pouvons citer et la revue Σχολιαστής, numéro 53, août 1987.

24Que le PKK contrôle de manière relativement étroite le camp du Lavrion est un autre problème. Ce camp de réfugiés existe depuis la vague de réfugiés qui suit le coup d’État de 1980 en Turquie. Mais, au début des années 1980, toutes les organisations d’extrême-gauche turques militent et recrutent dans ce camp. Le gouvernement d’Andréas Papandréou tolère très largement les activités (y compris le port d’arme illégal) de ces organisations. Mais en 1987, l’une d’entre elles attaque une banque grecque, méthode fréquemment utilisée dans la Turquie des années 1970 pour financer l’extrême-gauche. Dans le même temps, il semble que la frange la plus nationaliste du PASOK souhaite jouer davantage la carte du PKK que celles de ces autres organisations tolérées par internationalisme et parce qu’elles s’attaquent à l’État turc, mais qui sont manifestement en perte de vitesse. Le PKK promet, lui, une insurrection générale, ce qui pourrait réduire la pression sur la Grèce. Alarmé par l’attaque de la banque – qui fait craindre une criminalisation de ces organisations – Andréas Papandréou laisse agir un membre du Comité central du PASOK, Michalis Haralambidis, connu pour être plus nationaliste que lui : ce qui aboutit à la reprise en main du camp de Lavrion par le PKK29.

  • 30 Selon la revue Σχολιαστής, numéro 65, 15 avril 1988.
  • 31 Turkish Probe, Issue 225, May 2, 1997.

25Ceci s’inscrit également dans la stratégie du PKK qui, fort de l’appui syrien, cherche à contrôler les guérillas d’extrême-gauche en Turquie même. D’autre part, Michalis Haralambidis appartient, à partir de 1988, à des comités nationalistes où il côtoie un général à la retraite, Dimitris Matafias30, lequel se fait photographier avec Abdullah Öcalan dans la vallée de la Bekaa. Que, de plus, cette photographie soit publiée dans Turkish Probe31 nous semble indiquer que premièrement Dimitris Matafias n’est sûrement pas un agent des services secrets grecs – il serait, sinon, plus discret – mais deuxièmement que le PKK bénéficie de soutiens non négligeables au sein de l’État ou du moins de cercles proches du pouvoir que d’aucuns appellent parfois le « para-État », c’est-à-dire des réseaux ayant des ramifications dans les services de sécurité et dans l’armée (la question de l’affaire du MAVI contre l’Albanie dans le chapitre 4), dans les partis politiques, et qu’ils agissent plus ou moins à découvert. L’affaire Öcalan, dont nous traiterons le volet grec dans le sous-chapitre suivant, semble le confirmer.

26L’épisode de la prise de contrôle de Lavrion montre enfin la prétention du PKK au monopole de la violence (pour paraphraser Max Weber), ce qui n’est en rien étonnant puisque le PKK cherche à se constituer comme un véritable appareil d’État – n’oublions pas qu’il copie l’organisation des États-partis du bloc soviétique – et à apparaître comme un interlocuteur valable pour les États. L’insertion de la Grèce dans le système international, dont son appartenance à l’OTAN et à la CEE, a incontestablement empêché toute dérive dans l’aide au PKK et nous doutons donc de la réalité de camps d’entraînement en Grèce. Du point de vue grec comme du PKK, on voit d’ailleurs mal l’intérêt de tels camps trop compromettants alors que des camps plus sûrs existent à l’époque dans la Bekaa et en Syrie. Si du matériel et des instructeurs grecs ont été fournis par l’État lui-même, pourquoi ne pas les envoyer en Syrie et au Liban ?

L’alliance Grèce-Syrie-PKK : une réalité ?

27Pour les politiques, les militaires et les diplomates, c’est-à-dire les acteurs étatiques, il est toujours plus commode voire plus rassurant d’accuser des États-tiers de complot et de complicité avec une organisation de guérilla telle que le PKK que d’admettre que celle-ci met seule en échec l’armée gouvernementale. Le concept d’ « État terroriste », fabriqué aux États-Unis, permet d’envisager des représailles contre tel ou tel État en lieu et place de l’organisation clandestine donc moins facile à atteindre.

28La Turquie dénonce une collusion helléno-syrienne. Sur quoi se fonde cette accusation ? Tout d’abord, la Syrie et la Grèce auraient des ennemis communs, d’où leur alliance suivant le vieil adage « les ennemis de mon ennemi sont mes amis » qui fait figure de postulat pour certains diplomates. Or les ennemis de la Syrie sont Israël et la Turquie. Grecs et Arabes, notamment les Syriens, se retrouvent pour dénoncer « l’expansionnisme turc », de l’annexion du Sandjak d’Alexandrette à l’intervention à Chypre.

29Qu’en est-il des relations helléno-israéliennes, si toutefois l’alliance helléno-syrienne vaut aussi contre Israël, ce que certains officiels turcs veulent croire ? La Grèce a en effet joué la carte du soutien aux États arabes, avec lesquels elle entretient des relations, notamment commerciales, dès le début du conflit avec Israël. La politique arabe était celle pour laquelle la marge de manœuvre de la Grèce était la plus large par rapport à l’impératif d’alignement sur l’OTAN. Le soutien réciproque aux Chypriotes grecs pour les Arabes, aux Palestiniens par les Grecs a été payant pour les deux parties : le gouvernement de la république de Chypre obtient régulièrement l’appui des États arabes, et surtout des membres du Mouvement des non-alignés. En revanche, la Turquie n’est jamais parvenue à faire reconnaître la « République turque de Chypre du nord » par les États-membres de l’Organisation de la Conférence islamique à laquelle elle appartient.

  • 32 Christophe Chiclet, « Le terrorisme en Grèce », CEMOTI, (17), 1994, p. 53-70.
  • 33 Idem, p. 66.
  • 34 Şükrü Elekdağ, « 2 1/2 War Strategy », op. cit., p. 37 et Élie Kheir, « La Turquie et le Moyen-Orie (...)

30Mais c’est surtout sur la question du « terrorisme » que l’axe Athènes-Damas est dénoncé à Ankara. Si le gouvernement grec est accusé de soutenir le PKK à partir de la fin des années 1980, le soutien aux organisations palestiniennes et arméniennes serait plus ancien. À la fin des années 1960 et dans les années 1970 en effet, de nombreux attentats contre des avions de ligne américains (principalement TWA) sont commis à Athènes par des membres du FPLP. Les détournements d’avion se multiplient également au départ d’Athènes ou après une escale à Athènes. L’affaire la plus connue étant celle de l’avion d’Air France détourné sur Entebbe (1976) après l’escale à Athènes32. Au milieu des années 1980, c’est le groupe d’Abou Nidal, le Fatah-Conseil révolutionnaire qui est soupçonné d’avoir pris Athènes comme plaque tournante entre le Moyen-Orient et l’Europe. Puis en 1988, le chef de l’Armée secrète arménienne (ASALA), Hagop Hagopian, est assassiné à Athènes, par des dissidents de l’ASALA pro-syriens selon Christophe Chiclet33, par Abdullah Çatlı, homme de main commandité par les services secrets turcs selon d’autres sources. L’indulgence des services de sécurité et du gouvernement grec, notamment du PASOK sous Andréas Papandréou, est assez claire, en témoignent les libérations de nombreux auteurs de ces actions violentes et leur expulsion vers des pays comme la Libye. Cependant, il ne s’agit jamais d’une politique officielle mais plutôt de mesures et réactions opportunistes et, à partir du gouvernement Mitsotakis (1990-1993), les partisans de cette politique souterraine sont marginalisés. Quant à un accord secret helléno-syrien qui aurait été signé en juin (ou en juillet) 1995, seuls deux articles y font allusion, sans donner de source, et en se contredisant l’un l’autre34. Nos recherches n’ont pas permis de corroborer cette affirmation, y compris lorsque nous avons évoqué la question au ministère turc des Affaires étrangères...

Les réponses de l’État turc : l’alliance israélienne

  • 35 Şükrü Elekdağ, « 1/2 War Strategy », op. cit., utilise cette expression p. 34.

31L’État turc produit deux réponses à ce qu’il conçoit comme une menace à son encontre, menace tant étatique (Grèce et Syrie) que transnationale (le PKK et les groupes d’extrême-gauche). La première réponse est la coopération avec Israël et s’explique par la perception de la menace. Celle-ci est construite en termes d’encerclement de la Turquie par des États qui cherchent à obtenir des gains territoriaux (ou, dans le cas de la Grèce, maritimes) et plus largement à attenter aux « intérêts vitaux »35 de la Turquie. Semih Vaner résume parfaitement la conception qu’ont de la menace les dirigeants turcs :

  • 36 Semih Vaner, « Turquie : la démocratie ou la mort », Politique étrangère, 4/1998, p. 778.

« La Turquie subit également de très fortes pressions régionales, directes ou indirectes, de la part des régimes autoritaires (notamment la Syrie et l’Iran) ou de la part des pays (en particulier la Grèce et l’Arménie) bénéficiant de la protection des États ou sociétés occidentaux. »36

32La menace vient donc de quatre des huit voisins.

33L’Iran est accusé de soutenir le PKK, d’être allié à la Syrie ; son régime est hostile au kémalisme et au « bloc occidental » (donc à la Turquie, membre de l’OTAN) ; de plus son poids démographique est comparable à celui de la Turquie.

  • 37 Briefing, Issue 975, January 31, 1994.

34La menace arménienne ne peut être classique dans la mesure où personne n’imagine sérieusement l’Arménie lancer son armée contre la Turquie ; mais il y a d’une part le conflit au Haut-Karabagh contre l’Azerbaïdjan, et d’autre part le soutien allégué au PKK : les services de sécurité turcs prétendent que certains de ses combattants sont des Arméniens. La preuve : certains tués au combat par l’armée turque ne seraient pas circoncis. Comme les Arméniens sont chrétiens, tout s’explique37 ! Les Assyro-Chaldéens et les Yézidis ne sont pas circoncis non plus, objectera-t-on... Mais peu importe : l’essentiel est que cette information largement diffusée soit crue dans l’opinion publique : ainsi s’étaye la thèse d’une manipulation du PKK par des États-tiers, même les moins puissants.

35La menace vient de « régimes autoritaires », ce qui est une manière de rappeler que la Turquie serait la seule démocratie au Moyen-Orient, avec Israël bien sûr. La menace vient aussi « de la part des pays bénéficiant de la protection des États ou sociétés occidentaux », qui ne sont pas autoritaires (d’où le problème pour la Turquie de s’attirer le soutien des autres États démocratiques contre eux) mais qui profitent justement de l’indulgence de ces démocraties pour soutenir le « terrorisme ». Notons la précision sur les sociétés qui renvoie à l’idée d’un soutien obtenu grâce aux lobbies arménien et grec, principalement aux États-Unis. Il y aurait donc encerclement.

36Les motivations de la coopération avec Israël sont presque toutes là : la Turquie veut rompre un encerclement en partie dû à des « régimes autoritaires » qui sont aussi les ennemis d’Israël, en partie dû à des États accusés de soutenir le « terrorisme » dont souffre aussi Israël. L’organisation qui « persécute » la Turquie, le PKK, est liée aux organisations qui « persécutent » Israël, notamment le FPLP. Deux démocraties menacées par le « terrorisme », alliées des États-Unis, qui coopèrent. N’y a-t-il pas de quoi plaire aux décideurs de Washington ?

37Malgré l’ancienneté de leurs relations, puisque la Turquie fut l’un des premiers États à reconnaître Israël en 1949, l’alliance israélo-turque est récente. La Turquie mène une politique prudente et multilatérale dans le conflit israélo-arabe. Mais l’armée turque souhaite bénéficier de transferts de technologie militaire que le Congrès américain pourrait lui refuser. Le gouvernement turc, prompt à dénoncer les lobbies grec et arménien, cherche à obtenir l’appui du lobby juif à Washington.

  • 38 Voir Amikam Nachmani, « A Triangular Relationship : Turkish Israeli Cooperation and Its Implication (...)

38Le gouvernement israélien se sent lui aussi menacé par la Syrie, obtient le droit d’entraîner ses forces aériennes au-dessus de la Turquie, et surtout le marché de la mise à niveau technologique des avions de chasse turcs. L’accord de coopération israélo-turc est négocié par le gouvernement Peres (février 1996) puis mis en place par le gouvernement Netanyahou dans un contexte de ralentissement puis d’arrêt du processus de paix, ce qui n’est évidemment pas un hasard. Nous n’entrerons cependant pas dans les détails de la coopération, commerciale et militaire, israélo-turque38.

  • 39 Turkish Probe, Issue 296, September 13, 1998.
  • 40 Le Mossad dément toute implication dans la capture du chef du PKK (Le Monde du 18 février 1999), ap (...)
  • 41 The Sunday Times du 22 août 1999 révèle que deux sociétés privées britanniques de sécurité, Spire e (...)

39Jusqu’à présent, son impact direct sur le conflit helléno-turc a été relativement limité à la seule affaire des missiles S-300. En effet, en juin 1998, des avions de chasse F-16 turcs ont participé à un entraînement dans le désert du Néguev israélien consistant à détruire des batteries de missiles similaires aux S-30039. La Turquie a ainsi montré sa détermination à réagir en cas de déploiement des missiles à Chypre, et ce avec l’appui d’Israël, ce qui constituait sans aucun doute un signal fort à l’égard des gouvernements de la république de Chypre et de Grèce : les États-Unis resteraient sans aucun doute sans réaction en cas d’attaque des missiles à Chypre par les forces aériennes turques étant donné l’implication prévisible de non pas un mais de leurs deux meilleurs alliés au Moyen-Orient. D’autre part, les services secrets israéliens (le Mossad) sont fortement soupçonnés d’avoir aidé les services secrets turcs à capturer Abdullah Öcalan au Kenya en février 199940. Des observateurs font valoir que les services turcs n’avaient aucune expérience de ce type d’opération, contrairement au Mossad, lequel, qui plus est, aurait le Kenya comme base principale en Afrique de l’Est. L’État turc aurait ainsi bénéficié de la solidarité d’un autre État lui aussi victime du « terrorisme »41.

Les réponses de l’État turc : la dissémination de la violence

  • 42 Ali Bozer, « Turkish Foreign Policy in the Changing World », Mediterranean Quarterly, 1 (3), Summer (...)

40La capture d’Abdullah Öcalan, présentée comme une victoire sur le terrorisme en Turquie, est surtout une victoire de l’opération de qualification de la question kurde comme d’un problème de terrorisme et rien d’autre. Comme l’affirme le ministre des Affaires étrangères turc (février-octobre 1990), Ali Bozer, « Foreign-based PKK (Kurdish Workers’ Party) terrorism affecting Turkey’s southeastern provinces can in no way be portrayed as a “minority problem” »42. Même après le vote de la loi autorisant l’usage de la langue kurde en public (mais sans statut officiel) en mars 1991 à l’instigation du président Özal, puis la reconnaissance du fait kurde par Süleyman Demirel, futur Premier ministre, lors de la campagne électorale de novembre 1991, à Diyarbakır, le PKK et ses actions sont toujours qualifiés de « terroristes », stigmatisation qui fait l’objet d’un consensus indiscuté en Turquie (sous peine de prison, soit dit en passant, pour propagande séparatiste) et obtient même l’aval des autorités américaines.

  • 43 Didier Bigo, Polices en réseaux, l’expérience européenne, Paris, Presses de Sciences Po, 1996, p. 2 (...)

41La réduction de la question kurde à un problème de « terrorisme », concept plus politique et idéologique que scientifique43, permet ainsi aux organes de l’État de mener une politique uniquement répressive. En la matière, les organes de sécurité ne manquent pas d’expérience. En fait, il y a continuité avec la répression de l’extrême-gauche dans les années 1970.

42Mais l’ampleur prise par la rébellion du PKK entraîne une implication toujours plus grande des forces armées. Celles-ci ont aussi de l’expérience en matière de kontrgerilla (en turc dans le texte). Cette expérience a été acquise à Chypre entre 1957 et 1974. En effet, comme nous l’avons expliqué dans le chapitre 2, l’entraînement de la milice chypriote turque nationaliste TMT par des officiers de l’armée turque a servi de base à l’école de la kontrgerilla turque qui deviendra ensuite Özel Harp Dairesi (Département de la guerre spéciale), lequel dirige les opérations contre le PKK. Cependant, si fonder la lutte anti-guérilla sur les méthodes de la guérilla est peut-être plus efficace que mener contre elle une guerre classique, le problème vient du respect de l’État de droit. Or, dans le cas turc, comme dans de nombreux cas sud-américains, la lutte anti-guérilla/anti-terroriste (suivant la qualification locale) se traduit par une dissémination de la violence, une délégation de la lutte à des criminels de droit commun voire à des organisations du crime dont la nature même et le comportement nuisent gravement à la légitimité de l’État qu’ils sont censés défendre.

  • 44 Turkish Probe, Issue 203, November 8, 1996.

43Dans le cas turc, la dérive crapuleuse de la lutte contre le PKK a été mise en évidence à la suite du désormais fameux accident de Susurluk. Un grave accident de voiture survient le 3 novembre 1996 dans cette localité de l’ouest de la Turquie44. Dans un des véhicules, est retrouvé mort Abdullah Çatlı, dirigeant d’extrême-droite recherché par la police turque et Interpol pour trafic d’héroïne, mais aussi accusé de complicité dans l’attentat contre le pape en 1981 et soupçonné d’avoir organisé une tentative de coup d’État en Azerbaïdjan en 1995. À ses côtés, l’autre mort est Hüseyin Kocadağ, chef adjoint de la Sûreté d’Istanbul. À l’arrière du véhicule, son propriétaire blessé : Sedat Bucak, député DYP et chef d’une tribu kurde opposée au PKK depuis 1978. Le coffre de la voiture contient des faux papiers et des armes enregistrés comme appartenant à la Sûreté. Le scandale est énorme, même si les deux principaux accusés dans cette affaire, Sedat Bucak et Mehmet Ağar, ancien chef de la Sûreté d’Istanbul, ministre de l’Intérieur (DYP) au moment de l’accident et rapidement mis en cause, n’ont pas été jugés : privés de leur immunité parlementaire le 11 décembre 1997, ils l’ont recouvrée par leur réélection lors des législatives d’avril 1999.

  • 45 Milliyet du 11 février 2000.

44Tous deux députés dans des provinces du Kurdistan turc, ils ont participé la « sale guerre » contre le PKK. La mobilisation d’éléments non étatiques a commencé sous Turgut Özal avec la création (1987) d’un corps de gardes de village érigés en milices censés suppléer l’armée contre le PKK dans les provinces sous état d’urgence. Mais, après l’accession de Tansu Çiller au poste de Premier ministre en juin 1993, le mouvement s’accélère : le député Sedat Bucak crée sa propre armée privée, forte de 2000 hommes ; le préfet de la province de Batman de 1993 à 1997, Salih Sarman, organise la sienne, 1000 hommes pourvus d’armes achetées en Bulgarie et en Chine sur un budget de la police et surtout sur des fonds secrets du Premier ministre45 ; et

  • 46 Hamit Bozarslan, La Question kurde, op. cit., p. 263.

« en 1994, Ankara a convoqué les chefs de onze tribus alliées. Ils se sont rendus dans la capitale en costumes trois pièces et escortés de leurs gardes du corps. (...) L’État leur a promis la fourniture d’armes lourdes, et non plus uniquement de mitrailleuses. »46

  • 47 New York Times du 26 janvier 2000 ; Turkish Daily News du 31 janvier 2000.

45Le gouvernement mobilise le crime organisé qui finance la guerre grâce au trafic de drogue, ce que le PKK fait aussi. La commission parlementaire réunie pour enquêter sur les liens entre les organes de l’État et le crime organisé révèle l’effacement progressif des frontières entre police, services secrets (Millî İstihbarat Teşkilatı, MİT) et gangs. Özer Çiller, époux de Tansu, et des membres de l’ANAP sont impliqués. Mesut Yılmaz doit démissionner de son poste de Premier ministre (25 novembre 1998) lorsque ses liens avec le « parrain » Alaatin Çakıcı sont révélés. Les forces de sécurité sont encore accusées d’avoir manipulé l’organisation islamiste Hızbullah qui serait responsable de 2000 assassinats et disparitions non élucidés dans les provinces sous état d’urgence47.

  • 48 Selon les dires d’un de ses lieutenants, dépêche AFP du 28 novembre 1996 et les déclarations de Sed (...)

46L’État turc doit surenchérir dans le discours nationaliste pour justifier de telles dérives. Plus les révélations s’accumulent, plus l’ennemi, intérieur et extérieur, doit être présenté comme menaçant. « Le terrorisme », péril interne pour la nation, justifie tout. « L’expansionnisme grec » et la menace de l’encerclement justifient le comportement paranoïaque de dirigeants autorisant les pires dérives et les pires manipulations. Hormis ce lien relativement théorique entre le conflit helléno-turc et les dérives mafieuses en Turquie, il existe des liens beaucoup plus tangibles. Ainsi Çatlı aurait-il provoqué des incendies de forêt à Rhodes, Samos et Ikaria, dans le cadre de représailles au soutien de la Grèce au PKK48.

  • 49 Υeniyüzyil du 26 janvier 1998 qui cite le rapport parlementaire sur Susurluk.
  • 50 La « KKTC » compte 19 casinos, soit un pour 10 000 habitants ! (Briefing, Issue 1179, February 9, 1 (...)
  • 51 Voir Fikret Aslan, Kemal Bozay, Talat Turhan und Sedar Çelik, Graue Wölfe heulen wieder. Türkische (...)

47Plus encore, ces groupes évoluant entre extrême-droite et crime organisé, sont très actifs dans la zone nord de Chypre, non seulement à cause de la kontrgerilla, mais aussi pour raisons financières. L’argent de la drogue et d’autres trafics servant à financer la guerre contre le PKK (et accessoirement à enrichir certaines personnes) est principalement blanchi en « République turque de Chypre du Nord » (KKTC). Il y aurait de 80 à 100 banques off-shore en « KKTC » dont la principale sinon seule activité est le blanchiment49. Les casinos permettent également de telles opérations de blanchiment50. La « KKTC » est une base arrière : le même article de Υeniyüzyıl révèle qu’Oral Çelik, membre de l’équipe de Çatlı, a été arrêté à l’aéroport d’Adana alors qu’il fuyait la Turquie pour Chypre-nord. La « KKTC » présente l’avantage d’être proche de la Turquie tout en étant considérée par cette dernière comme souveraine, donc relevant d’une juridiction différente, d’être accessible avec une simple carte d’identité et surtout d’abriter des réseaux d’extrême-droite pouvant le cas échéant protéger une fuite51.

  • 52 Kıbrıs du 11 février 1992.
  • 53 Favorable au projet fédéral et au départ des colons turcs, il aurait eu des révélations à faire sur (...)
  • 54 Le Monde du 14 mai 1998.

48L’extrême-droite turque, plus ou moins couverte et agissant de concert avec les services de sécurité et de renseignements turcs, mène également des actions violentes à Chypre. En 1992, les journaux chypriotes turcs reçoivent un message annonçant la création de Türk İntikam Teşkilati (TİT, Organisation de la Vengeance turque) qui menace tous les « ennemis de la Turquie » dont les Kurdes et les Chypriotes turcs ayant des contacts avec les Chypriotes grecs52. En 1996, TİT revendique l’assassinat du journaliste d’opposition Kutlu Adalı53 et en 1998, la tentative d’assassinat contre le président de la Ligue des droits de l’Homme de Turquie, Akın Birdal54. Le commanditaire de cette tentative d’assassinat est un autre « homme de l’ombre » à la frontière entre crime organisé, extrême-droite et services de sécurité, « Yeşil » également surnommé « Terminator ». Plus rare, l’intimidation de dirigeants politiques chypriotes turcs est aussi pratiquée. Alpay Durduran est la cible de trois de ces actions : en 1989 et en 1991 des attentats à la bombe détruisent sa voiture. En 1993, le siège de son parti, le YKP, est criblé de balles. Enfin, l’imprimerie du quotidien d’opposition Avrupa est la cible d’un attentat à la bombe le 24 mai 2001. Les enquêtes sur ces attentats n’aboutissent jamais. La veuve et la fille de Kutlu Adalı ont déposé une requête auprès de la Commission européenne des droits de l’homme, estimant que l’enquête a été bâclée, l’autopsie n’ayant même pas été pratiquée.

  • 55 Πολίτης (Nicosie) du 20 février 1999.
  • 56 Cyprus Today (Nicosie-nord), January 7-13, 1997 indique que 58 « loups gris » ont été inculpés pour (...)

49En zone sud, le MİT aurait perpétré l’assassinat, le 21 mars 1994, du journaliste Theophilos Georgiadis connu comme soutenant le PKK, voire l’un de ses relais en république de Chypre. C’est du reste en possession du passeport de l’un des amis de Georgiadis, le journaliste Lazaros Mavros, qu’Abdullah Öcalan est capturé par les services secrets turcs au Kenya55. Les « loups gris » sont également à l’origine des seules violences « intercommunautaires » non-militaires depuis 1974 : ils battent à mort le Chypriote grec Tassos Isaac en août 1996, lors d’une manifestation de motocyclistes le long de la « Ligne verte » et provoquent des affrontements lors d’un concert bicommunautaire56.

Les mutations du nationalisme en Grèce et leur impact sur le conflit

  • 57 Sujet du roman de Vassilis Vassilikos, Z (1966), adapté au cinéma par Costa Gavras en 1968.

50L’affaire macédonienne provoque une grave crise politique en Grèce et accélère les mutations du nationalisme. L’anti-impérialisme de gauche, dont la transformation en discours nationaliste commence sous Andréas Papandréou (1981-1989), se radicalise puis se marginalise en partie sous l’effet des changements et des guerres dans la péninsule balkanique et principalement en raison de cette affaire macédonienne. Le nationalisme de droite, plus classique mais marginalisé depuis 1974, ressurgit également sous l’effet de ces bouleversements post-bipolaires. Le nationalisme grec connaît ainsi plusieurs mutations : les deux courants, de gauche et de droite, se rapprochent voire se fondent avec la participation de certains individus aux mêmes groupes et groupuscules ; l’anti-impérialisme et le nationalisme tendent à se confondre en une idéologie « hellénocentriste » (thème du peuple sans frères) ; l’activisme d’extrême-droite, dont le « fait d’armes » le plus connu est l’assassinat du député de gauche Lambrakis à Thessalonique en 196357, renaît notamment à travers le groupe MAVI qui revendique le rattachement de « l’Épire du Nord » à la Grèce, et paraît vouloir se coaliser avec les nationalistes de gauche lors de l’affaire Öcalan. Ainsi, l’affaire macédonienne éclipse provisoirement le conflit helléno-turc mais dans le même temps les mutations du nationalisme grec qu’elle entraîne vont se répercuter sur ce conflit.

L’affaire macédonienne et son impact sur le nationalisme en Grèce

  • 58 Pour plus de détails, voir notre mémoire L’Union européenne et ses États-membres à l’épreuve de l’a (...)

51La république yougoslave de Macédoine proclame son indépendance le 17 septembre 1991, mais le ministre grec des Affaires étrangères, Antonis Samaras, annonce auparavant (le 4 septembre) que son gouvernement ne reconnaîtra pas cette république sous ce nom qui est aussi celui d’une région grecque58.

52Le nom de Macédoine a perdu toute signification politique après la disparition du royaume antique dont le roi le plus connu est Alexandre III dit le Grand. Mais le nom ressurgit au xixe siècle pour désigner un ensemble plus vaste, le dernier encore ottoman avec l’Albanie, que la Bulgarie, la Grèce et la Serbie revendique en raison de l’ethnicité et de la religion de ses habitants. Cependant, un courant nationaliste « macédonien » revendique pour une partie des habitants, slaves orthodoxes, un État-nation séparé. Et certains affirment qu’ils sont les descendants d’Alexandre le Grand, afin de contrer les revendications historiques des autres États, ce qui suscite de vives protestations en Grèce.

  • 59 Anastasia Karakadisou, Fields of Wheat, Hills of Blood : Passages to Nationhood in Greek Macedonia, (...)

53L’Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne (ORIM/ VMRO, Vatresna Makedonska Revoljucionenna Organizacija), fondée en 1893, affronte la guérilla adverse encadrée par l’armée grecque et l’armée ottomane jusqu’en 1912, date du partage de la Macédoine moderne entre la Grèce, la Bulgarie et la Serbie. La Macédoine grecque est ensuite partiellement épurée de sa population slavophone, accusée d’avoir collaboré avec les Bulgares (1912-19 et 1941-44) puis d’être communiste (1946-49). L’existence même d’une telle minorité est niée officiellement59.

54La réapparition de l’ORIM en 1990, les références à des terres irrédentes dans la constitution de la république de Macédoine, lesquelles s’appuient sur la minorité, provoquent de vives réactions en Grèce, notamment parmi les descendants de réfugiés d’Asie Mineure qui se sont installés en Grèce du nord et les slavophones qui avaient choisi le nationalisme grec et le camp royaliste pendant la guerre civile. De diplomatique – le gouvernement grec demande au gouvernement de la république nouvellement indépendante de changer de nom et de drapeau et de modifier des points litigieux de sa constitution – l’affaire devient politique interne – Antonis Samaras cherchant à tirer tout le bénéfice de cette intransigeance, provoquant une surenchère dans les revendications nationalistes. L’affaire macédonienne se traduit par deux crises politiques en Grèce, la première avec le limogeage d’Antonis Samaras (14 avril 1992), la deuxième avec le renversement du gouvernement Mitsotakis par le même Antonis Samaras (9 septembre 1993) qui, entre-temps, a fondé son propre parti politique, Πολιτική Ανοιξη (POLAN, Printemps politique).

  • 60 Journaliste d’investigation à Ιος της Κυριακής, supplément d’ΕλενΘεροτνπία. Entretien réalisé à Ath (...)

55La mobilisation est spectaculaire : 700 000 (le 14 février 1992, à Thessalonique) puis 1, 3 million de personnes (le 10 décembre 1992, à Athènes), le clergé orthodoxe et tous les partis politiques (à l’exception du KKE) manifestent contre la reconnaissance de la république de Macédoine sous ce nom par la CEE, avec le soutien quasi-unanime des médias. Tasos Kostopoulos60 estime que ces manifestations constituent l’un des « moments de référence » de l’histoire de la Grèce de l’après-dictature. Jusqu’en 1992, les « moments de référence dans la mémoire collective » étaient la révolte des étudiants de l’École polytechnique (réprimée le 17 novembre 1973), la grande manifestation qui suivit la chute de la dictature puis celle du 17 novembre 1983 pour le dixième anniversaire de la révolte des étudiants. Tasos Kostopoulos met l’accent sur le caractère nationaliste et transpartisan de ces manifestations de 1992, à la différence notable des autres manifestations (et notamment de la manifestation annuelle du 17 novembre) qui ne rassemblent que la gauche, du PASOK aux anarchistes en passant par le KKE.

56Pourtant, l’affaire macédonienne renvoie aux heures les plus sombres de l’histoire grecque contemporaine, lorsque la droite utilisait cette question contre les communistes, accusés de soutenir le projet de fédération balkanique de Tito. Communistes et slavo-macédoniens, considérés comme la « cinquième colonne » de la Bulgarie, donc comme communistes, furent persécutés par les mêmes groupes et individus qui collaboraient avec les nazis. Une des figures de cette extrême-droite est Grivas, futur fondateur d’EOKA qui connaît là sa troisième reconversion (après la « chasse » aux résistants, puis aux communistes, la « chasse » aux Turcs, aboutissement logique et « glorieux » pour un ultranationaliste grec).

  • 61 Pour ne pas utiliser le nom de « Macédoine » pour désigner la république ex-yougoslave, les médias (...)

57L’attitude peu critique des partis de gauche qui, au lieu de dénoncer simplement une tentative de manipulation de l’opinion publique par la droite nationaliste, lui emboîte le pas, étonne. Le KKE adopte la ligne la plus intrigante, refusant de se joindre au consensus « anti-Skopje »61, mais dénonçant l’impérialisme américain dans cette affaire ( !), qui se manifesterait par une manipulation des nationalistes slavo-macédoniens par Washington et Ankara dans le but de nuire à la Grèce ( !). La Coalition de la Gauche (Synaspismos) adopte une position plus ambiguë encore, alternant discours de défense de l’hellénisme et dénonciation du nationalisme, tiraillée qu’elle est entre une attitude électoraliste à courte vue, un discours anti-impérialiste proche de celui du KKE, et la fidélité à son idéologie internationaliste.

58Le PASOK, nationaliste par anti-impérialisme dans les années 1970-80, trouve là l’occasion de se débarrasser de son idéologie tiers-mondiste qui serait démodé pour un discours plus franchement nationaliste... Du moins pour les plus papandréistes, qui cherchent à tirer parti de l’affaire en vue de la course à la succession d’Andréas. Cependant, le chef de file des « anti-Skopje » n’est pas un de ces successeurs potentiels mais un député de Thessalonique, ancien ministre de l’Ordre public, Stelios Papathemelis, membre du courant « superpatriote » du PASOK.

  • 62 Lors des trois scrutins de 1989 et 1990, sans doute peu d’électeurs du PASOK ont voté pour ND. Ils (...)

59Le bénéfice électoral du nationalisme est bien difficile à évaluer. Certes, le gouvernement Mitsotakis a été renversé en raison de son attitude face à la question macédonienne, jugée trop conciliante par les nationalistes qui rejoignent en partie POLAN et Antonis Samaras. Cependant, sa politique économique semble davantage à l’origine de sa défaite aux élections de 1993. Et la gauche est majoritaire en Grèce depuis 1981, Néa dimocratia n’ayant remporté, en vingt ans, qu’une fois la majorité absolue des sièges au Parlement, en avril 1990 avec 46,9 % des suffrages. La défaite du PASOK en 1990 est avant tout celle d’Andréas Papandréou et de ses pratiques politiques. La victoire de 1993 est celle d’un parti de gauche auquel les électeurs reviennent62. Les victoires successives de Costas Simitis, à l’élection au poste de Premier ministre (décembre 1995), à la présidence du PASOK (juin 1996) puis aux élections de septembre 1996 et 2000, confirment que le nationalisme est marginalisé au sein du PASOK et ne détermine pas fondamentalement le choix des électeurs. POLAN, dont l’ultranationalisme constitue la seule originalité du discours, a d’ailleurs presque totalement disparu de la scène politique au profit de ND.

60Le règlement provisoire du différend avec la république de Macédoine (octobre 1995) et l’apaisement qui suit favorisent la marginalisation des nationalistes. Ces derniers se maintiennent toutefois sur le devant de la scène médiatique, sinon politique, grâce au conflit avec la Turquie. Celui-ci permet de faire voter des crédits très importants pour l’armement (et donc de rester sur le devant de la scène politique pour ceux qui défendent cette option) et de camper sur une position radicale forcément en opposition avec le moindre geste politique du gouvernement, geste qualifié systématiquement de « concession inacceptable », pour le plus grand bénéfice des médias, lesquels prisent particulièrement tout discours outrancier susceptible d’attirer l’attention des lecteurs ou des auditeurs et téléspectateurs, surtout depuis que le Premier ministre est un homme réservé tenant des discours ternes sur l’Union économique et monétaire.

61Il n’en demeure pas moins que l’affaire macédonienne met en évidence la crise politique mais aussi socio-économique que traverse la Grèce dans l’immédiate post-Bipolarité. Le discours d’indépendance nationale (par rapport à la tutelle des États-Unis et de l’Occident en général) et de diversification des relations extérieures s’est écroulé avec le bloc soviétique. L’intégration européenne paraît de plus en plus incontournable et les politiques d’austérité qu’elle nécessite – du fait des orientations décidées par le Conseil et la Commission – ne peuvent plus être indéfiniment différées comme avait cru pouvoir le faire Andréas Papandréou en 1987, contre l’avis de son ministre de l’Économie, Costas Simitis. Constantin Mitsotakis se heurte, dans sa politique de rigueur et de privatisations, à une série de grèves dans tout le secteur public entre 1991 et 1993.

62Dans ce contexte, la mobilisation nationaliste est double : d’une part, le gouvernement et le parti au pouvoir sont tentés de maintenir la question de la Macédoine au sommet de l’agenda, de manière à masquer les problèmes socio-économiques ; d’autre part, contester le gouvernement sur cette question nationaliste permet à l’opposition (principalement le PASOK) de garder le silence sur d’autres problèmes (notamment le bilan du gouvernement PASOK) et d’attiser les divisions internes de la majorité parlementaire (entre libéraux-centristes qui soutiennent Constantin Mitsotakis et l’aile plus conservatrice et nationaliste héritière de la droite des années 1950 et 1960).

63L’affaire macédonienne traduit aussi l’impact sur « l’opinion publique » grecque des changements régionaux, dont l’une des conséquences est la vague d’immigration en provenance d’Albanie et d’ex-URSS, mais aussi du Moyen-Orient (Kurdes d’Irak, d’Iran et de Turquie) qui dépasse complètement l’État mais propage en Grèce la xénophobie et le thème de l’insécurité qui gangrènent déjà les sociétés d’Europe de l’Ouest depuis le milieu des années 1980. La mobilisation populaire autour de l’affaire traduit surtout un sentiment d’insécurité par rapport à la désintégration de la Yougoslavie, à l’instabilité chronique de l’Albanie et dans une moindre mesure de la Bulgarie où l’on assiste à une montée en puissance inquiétante du crime organisé. La crainte de la propagation de la guerre de Bosnie-Herzégovine au Kosovo puis à la république de Macédoine et à la Grèce est bien réelle ; la dénonciation du statut de la minorité albanaise de la république de Macédoine alterne ainsi dans les discours officiels avec la dénonciation de réseaux islamistes albanais supposés ; les images de l’épuration ethnique et de Sarajevo bombardée alternent dans les médias avec les discours de défense de la cause serbe. Les Grecs n’ont jamais subi la désinformation qu’ont subi les Serbes de Serbie pour la bonnne et simple raison que la Grèce est un État démocratique avec une presse pluraliste et une ouverture sur le monde évidente (voir le développement de la télévision par satellite). L’analyse des guerres yougoslaves dans les médias grecs n’a guère été meilleure que dans les autres médias d’Europe de l’Ouest et donc leur signification a paru obscure à de larges fragments de l’opinion publique. Cependant, contrairement aux populations des États d’Europe de l’Ouest, que leur éloignement des Balkans et leur puissance militaire mettent à l’abri d’une propagation de ces guerres, la population grecque s’est trouvée soudainement à leur immédiate proximité. Or, et ce fait est connu de tout Grec, aucune des guerres dans les Balkans depuis le xixe siècle n’a eu lieu sans participation de la Grèce.

64D’où l’inquiétude montante dans la population vis-à-vis de cette affaire macédonienne, les contradictions vis-à-vis de la guerre en Bosnie-Herzégovine puis de la guerre au Kosovo, allant de la condamnation des crimes de guerre et contre l’humanité serbes à la crainte d’un écroulement de la Serbie. L’affaire macédonienne marque aussi l’affaiblissement des affrontements idéologiques, royalistes / vénizélistes puis royalistes/communistes, très forts en Grèce. L’écroulement du bloc soviétique crée incontestablement un vide en Grèce. Le KKE ne se livre à aucune réforme mais maintient une ligne stalinienne que ses résultats électoraux ne menacent pas (5 % des suffrages invariablement, sans hausse, ni baisse dans les années 1990). Il cède en revanche à une certaine paranoïa anti-impérialiste, comme le montrent certaines de ses affiches électorales prônant la paix dans les Balkans mais désignant les États-Unis comme manipulant les autres nationalismes. Mais, d’autre part, le discours néolibéral ne parvient pas à mobiliser en Grèce. L’idéologie nationaliste se nourrit donc de la faiblesse des autres idéologies. Sa force est qu’elle nie en être une mais se présente au contraire comme leur antithèse de par son discours rassembleur. Et les autres idéologies sont présentées comme intrinsèquement liées à d’autres nations (« communisme = Russie », « libéralisme = États-Unis », etc.)

65L’affaire macédonienne paraît reléguer le conflit helléno-turc au second plan et replacer au premier les relations avec les États balkaniques. Ce découplage est bien évidemment illusoire. La question du rapprochement avec la Turquie est resté pendant toute l’affaire la priorité de la diplomatie grecque. Dans « l’opinion publique », la Turquie reste également au cœur des préoccupations concernant la politique extérieure, comme le montrent plusieurs sondages réalisés sous la direction de Panayote Dimitras pour les sociétés EURODIM puis AMER (Athènes). À la question de savoir si la Turquie « menace » la Grèce par sa politique, 96 % des sondés répondent par l’affirmative en juillet 1993 contre 85 % en mars 1988 (en plein processus de Davos), 93 % en février 1987 (avant la crise de l’Égée), 89 % en mai 1985 et 92 % en avril 1984. 77 % des sondés désignent la Turquie comme « l’État le plus menaçant » en juillet 1993, 68 % en mars 1988, 81 % en février 1987, 79 % en mai 1986, 64 % en avril 1984. En 1993, L’ex-République yougoslave de Macédoine est citée en seconde place, par 10 % des sondés. Jusque-là, les États-Unis arrivaient seconds, 28 % des sondés les désignant comme les plus menaçants en 1984 par exemple. La Guerre froide est donc finie, d’autant que l’URSS n’a jamais été désignée comme menaçante que par un maximum de 23 % des sondés (1986) et un minimum de 10 % (1987), tandis que la Russie n’est perçue comme menaçante que par 8 % des sondés de 1993.

  • 63 Stephanos Pesmazoglou, « Les intellectuels grecs et le repli helléno-centrique », Liber « Les intel (...)

66Lors de l’affaire macédonienne, les intellectuels, victimes du « repli hellénocentrique »63, ne se manifestent que rarement contre la politique officielle. La thèse du « peuple sans frères », alors en vogue, s’inspire du cas juif, ce qui renvoie aussi à la question de la mobilisation de la diaspora – afin de compenser cette absence de « frères » – mais aussi à la politique de défense préconisée par les tenants de l’école « réaliste ». Mais ce « nouveau nationalisme », véritable « cocktail ethnocentrique » issu de diverses traditions allant de l’anti-impérialisme populiste du PASOK au « courant néo-orthodoxe », se marginalise et reste ambivalent par rapport à l’intégration européenne. Enfin, si l’hellénocentrisme se nourrit du complexe de « forteresse assiégée » de la Grèce relativement prospère des années 1990, Stephanos Pesmazoglou met également l’accent sur les interactions :

  • 64 Idem, p. 6.

« Il y aurait beaucoup de naïveté à ne pas comprendre que les nationalistes dans les Balkans s’entretiennent mutuellement, tout comme les identités et idéologies nationales. »64

Le rapprochement de l’anti-impérialisme de gauche et du nationalisme de droite de la fin de la Bipolarité à l’affaire macédonienne

  • 65 D’autant plus occulte que, comme le souligne le journaliste Tasos Kostopoulos (entretien), peu de g (...)

67Le discours anti-impérialiste grec dénonce la clientélisation du pays par les États-Unis et leur rôle occulte dans l’affaire chypriote65, dont la dimension nationaliste est évidente. Mais dans le même temps, il se veut solidaire de la lutte des peuples du Tiers-Monde, ce qui constitue une dimension internationaliste. Tasos Kostopoulos observe que les réfugiés politiques turcs étaient accueillis avec bienveillance dans les années 1970 et 1980. Leurs témoignages (recueillis par nous) confirment cette attitude : le gouvernement grec fermait les yeux sur les passages clandestins de/vers la Turquie après 1980. La police et la population accueillaient amicalement les réfugiés politiques.

  • 66 Voir Σχολιαστής, n° 65, 15 avril 1988 et n° 67, mai 1988 dans lequel Thanasis Tsekouras dénonce les (...)

68Selon Tasos Kostopoulos, le changement date de la crise de l’Égée de 1987 puis de la prise en main du camp de Lavrion par le PKK avec l’aide de Michalis Haralambidis. Le processus de Davos a accéléré ces mutations. Le 10 février 1988, onze membres du comité central du PASOK, parmi lesquels Michalis Haralambidis, dont quatre députés, demandent une réunion exceptionnelle du comité central sur le thème « stratégie nationale, expansionnisme turc et la rencontre de Davos », lequel thème est une critique évidente du rapprochement. Mais le 28 février, Andréas Papandréou met fin aux critiques et les contestataires rentrent dans le rang à trois exceptions près, dont, encore, Michalis Haralambidis. Lequel fonde, un mois plus tard, le 29 mars 1988, le Comité de vigilance nationale (Επιτροπή ΕΦνικής Επαγρύπνησης dont l’un des dirigeants est le général Matafias. Le Comité se transforme le 4 avril suivant en Comité des citoyens pour les questions nationales (Επιτροπή Πολιτών για τα εθνικά θέματα)66.

  • 67 Voir l’article écrit par deux membres du groupe, Spyros Kakoupiotis et Vangelis Patsos dans Σχολιασ (...)

69Il recrute essentiellement à gauche : c’est le cas du groupe Ρήξη (« rupture »), ex-maoïste, se définissant comme « gauche prolétarienne », anti-impérialiste mais non pas antinationaliste, dont le dirigeant est Yorgos Karabelias. Le groupe compte encore plusieurs centaines de membres en 1988 mais plus que quelques dizaines dix ans plus tard. Il édite une revue, Αρδήν (« tout à fait ») et possède une librairie dans le quartier d’Exarchia à Athènes. Il milite contre le processus de Davos qu’il compare à un « nouveau Zurich » (allusion à l’accord de 1959 sur Chypre, honni des nationalistes) et dénonce la politique turque, notamment ses visées sur la Thrace grecque67. Ce discours tend à confondre l’État, la nation et la population (dans le cas turc), conduit au soutien au PKK de préférence à/contre les organisations d’extrême-gauche turques au discours internationaliste, et voit dans le rapprochement helléno-turc une capitulation fomentée par les capitalismes grec et turc alliés.

  • 68 La presse de l’époque ; entretien avec Tasos Kostopoulos.

70Mais le rapprochement extrême-gauche/extrême-droite se concrétise de manière étonnante lors des manifestations contre la visite officielle de Turgut Özal à Athènes en juin 1988. La première manifestation réunit des groupes d’extrême-gauche grecs, turcs et kurdes, ceux-ci craignant que la politique de rapprochement se traduise par leur expulsion de Grèce (syndrome de l’accord d’Alger de 1975 entre l’Irak et l’Iran aux dépens des Kurdes de chacun des deux pays). La deuxième manifestation réunit Ρήξη, des militants du PASOK autour de Michalis Haralambidis mais aussi des groupes d’extrême-droite, non contre la faiblesse de la démocratie en Turquie mais avec des slogans nationalistes. Or c’est la première fois que des militants du PASOK et de l’extrême-gauche acceptent de défiler avec des nostalgiques de la Junte. La troisième manifestation est d’extrême-gauche mais les slogans sont autant nationalistes qu’internationalistes et y participe le Mouvement populaire arménien (vitrine légale de l’ASALA)68.

  • 69 Voir le cas français de la librairie-maison d’édition « La Vieille Taupe ».

71Ce type de rapprochement entre extrême-droite et extrême-gauche à la fin de la Bipolarité n’est pas propre à la Grèce. En Europe de l’Ouest, l’anticapitalisme (souvent teinté d’antisémitisme) et l’antiparlementarisme servent de dénominateur commun à des groupuscules que tout le reste oppose69. L’opposition à la construction européenne et la question de la souveraineté permettent aussi des rapprochements entre souverainistes de gauche et de droite. Dans le cas grec, de tels rapprochements ne se traduisent pas seulement par des écrits et des discours. L’affaire macédonienne et la guerre en Bosnie-Herzégovine aident ces groupuscules à revenir sur le devant de la scène au nom de la défense de l’hellénisme qui se trouverait menacé. Pour l’extrême-droite, il s’agit de poursuivre la lutte anti-communiste autrement (les dirigeants de « Skopje » ne sont-ils pas d’ex-communistes ?), tout en tirant les conclusions de la fin de la Bipolarité (la solidarité orthodoxe). Pour une certaine extrême-gauche, il s’agit de prendre le virage de l’après-Bipolarité : l’URSS n’est plus, la Chine n’est plus maoïste. D’où une dénonciation de la mondialisation « dernier stade de l’impérialisme », pour paraphraser Lénine. Un théoricien d’extrême-gauche estime aussi que Slobodan Milosevic et Saddam Hussein sont les derniers résistants anti-mondialisation ! Idem pour le PKK : cette organisation est anti-impérialiste, elle combat la Turquie, qui est aussi l’ennemi de la Grèce. S’élabore aussi une mise en parallèle entre Chypre, les Kurdes et la Macédoine ! Dans les trois cas, la Turquie ferait la preuve de son « expansionnisme », puisque les nationalistes grecs considèrent que la Turquie manipule les dirigeants de la république de Macédoine.

  • 70 Dossier sur le néo-fascisme en Grèce de la revue Αντί, n° 664, 3 juillet 1998.
  • 71 C’est ainsi que Christos Rozakis, professeur de relations internationales puis conseiller diplomati (...)

72L’extrême-droite est pourtant très groupusculaire en Grèce. Sa vitrine légale, EPEN (Εθνική Πολιτική Ενωσις, Union politique nationale), stagne depuis des années à 0,1 % des voix aux élections. Elle n’en est pas moins active. Outre MAVI, en partie démantelée après son attaque d’une caserne albanaise, il existe quelques autres organisations ultra, voire néo-fascistes et néo-nazies dont la plus connue est Χρυσής Αυγής (Aube dorée) dont la fondation remonte aux années 1960 et qui aurait des contacts à l’intérieur de la police70. Elle s’attaque aux réfugiés, aux immigrés, aux Juifs71 et aux organisations de gauche, notamment lors des manifestations du 17 novembre.

L’implication de l’organisation clandestine « 17Novembre »

73La collusion extrême-droite/extrême-gauche est mise en question à propos de l’organisation clandestine « 17N » dont nous avons vu, précédemment, qu’elle est accusée d’entraîner les militants du PKK en Grèce. « 17N », qui se dit d’extrême-gauche, avait pour objectif, à ses défauts, de « punir » les hommes de la junte et leurs complices. Sa première action est, de fait, l’assassinat du chef d’antenne de la CIA à Athènes (décembre 1975). Par la suite, « 17N » commet toute une série d’attentats contre des anciens comparses de la junte, des agents et des intérêts américains, les bureaux de la Commission européenne à Athènes, ainsi que des attaques de banque (pour se financer) et même d’un commissariat.

  • 72 Dépêche AFP du 5 juillet 1994.

74Mais « 17N » revendique ainsi une série d’attentats et de meurtres contre le personnel diplomatique turc à Athènes. Plusieurs voitures de l’ambassade sont piégées sans faire de victimes en 1988, année du processus de Davos et début de ces attentats anti-turcs. Le 16 juillet 1991, le chargé d’affaires Deniz Bolukbaşı et deux employés de l’ambassade échappent de peu à un attentat à la voiture piégée. Çetin Görgü, attaché de presse adjoint, est assassiné le 7 octobre 1991. Enfin, Haluk Sipahioğlu, deuxième sous-secrétaire de l’ambassade, est abattu à la sortie de son domicile le 4 juillet 1994. Fait troublant, en février et mars 1994, le journal d’extrême-droite O Στόχος (La Cible) avait désigné Haluk Sipahioğlu comme cible et donné son adresse ainsi que celle d’autres diplomates turcs72.

  • 73 Christophe Chiclet, « Le terrorisme en Grèce », op. cit.

75Christophe Chiclet s’interroge sur la nature exacte de ces organisations considérées comme venant de l’extrême-gauche73. Il s’étonne ainsi que le « 17N » ne se soit jamais attaqué qu’à des hommes ayant eu des responsabilités importantes sous Ioannidis (fin novembre 1973-juillet 1975) mais pas sous Papadopoulos. Il s’étonne également qu’aucun militaire grec n’ait jamais été victime d’attentat, alors que la police militaire est celle qui a le plus torturé pendant la dictature. Il rappelle également les relations, prouvées par les enquêtes policières, du « 17N » avec des groupes moyen-orientaux. Parallèlement, le « 17N » a assassiné deux patrons de presse très marqués à droite et le journaliste libéral et ancien résistant contre la junte Pavlos Bakoyiannis, gendre de Constantin Mitsotakis. Christophe Chiclet observe également le manque de résultats des enquêtes sur « 17N » dont aucun dirigeant n’a jamais été arrêté avant juin 2002.

  • 74 George Kassimeris, « The Greek State Response to Terrorism », Terrorism and Political Violence, 5 ( (...)
  • 75 Le Monde du 10 juin 2000.

76George Kassimeris estime, quant à lui, que les attentats du « 17N » s’inscrivent dans une logique anti-impérialiste et une idéologie marxiste-léniniste claire74. Il rappelle que la première série d’assassinats de l’organisation (1975-1985) s’est faite avec le même revolver de calibre 45 – lequel a encore servi pour le meurtre de l’attaché militaire britannique à Athènes le 8 juin 200075 – et que tous les communiqués de « 17N » sont écrits par la même personne, selon la police. Sa conclusion reprend la thèse officielle ; le « 17N » est un groupuscule d’extrême-gauche. Mais le signe « 17N » est peut-être utilisé par plusieurs groupes plus ou moins liés entre eux, plus ou moins manipulés par des services secrets grecs ou autres. Les actions de « 17N » illustrent en tout cas les amalgames de l’anti-impérialisme et du nationalisme en Grèce.

Manifestations transversales (gauche-droite) anti-turques en Grèce

77À quatre occasions, des manifestations, allant jusqu’à l’émeute, ont eu lieu au cours des années 1990 contre la Turquie en général, ou contre des personnes identifiées comme la représentant en particulier. Chacun de ces événements se déroule soit en Thrace grecque soit à Thessalonique, voire les deux.

  • 76 Le Monde des 3 et 5 février, The Wall Street Journal du 14 juin 1993.
  • 77 Dépêche AFP du 17 août 1996.
  • 78 Dépêche AFP du 20 août 1996.

78Une grave émeute a lieu en raison du procès d’Ahmet Sadık et d’İbrahim Şerif, accusés d’avoir utilisé le mot « turc » lors de la campagne pour les élections législatives et jugés à Komotini le 29 janvier 1990. Des heurts commencent aux abords de la mosquée entre militants nationalistes grecs et fidèles musulmans. Une personne est tuée, dix-huit blessées et 400 magasins « musulmans » sérieusement endommagés76. Le même scénario se répète peu ou prou six ans plus tard. Suite à l’assassinat des deux Chypriotes grecs sur la ligne de démarcation, environ 500 personnes manifestent devant le consulat turc de Komotini le 16 août 1996. La manifestation tourne à l’émeute à l’instigation de motards. 70 magasins « musulmans » sont endommagés, quelques-uns pillés. Deux musulmanes de 60 et 70 ans sont frappées. La police n’intervient pas. Le maire PASOK, Yorgos Papadriellis, condamne les incidents. Théodore Pangalos présente ses excuses à Ankara77. Six jeunes de 15 à 23 ans qui ont lancé des pierres contre le consulat, arraché et brûlé le drapeau turc, sont arrêtés. Le mufti officiel (reconnu par la Grèce, non par la Turquie) de Komotini, Meço Cemal, dénonce les appels de l’évêque orthodoxe de la ville qui ont abouti à ces violences78.

  • 79 Dépêche AFP du 17 août 1996.

79Parallèlement, toujours pour protester contre le meurtre des deux Chypriotes grecs, un millier de personnes manifestent devant le consulat de Turquie à Rhodes le 16 août 1996. Un drapeau turc est brûlé, 2 cercueils vides sont jetés dans la cour du consulat. La police disperse la foule quand des pierres sont jetées contre le consulat. Un millier de personnes manifestent aussi le lendemain à Thessalonique contre le consulat de Turquie avec à leur tête le député Stelios Papathemelis, ancien ministre de l’Ordre public. Il n’y a pas d’incidents, seules quelques personnes brûlent un drapeau turc79. Hasard ou coïncidence, le 18 août, Costas Simitis et Glafcos Clerides inaugurent, comme prévu avant cette crise, le « Dogme de défense commune » à Thessalonique.

  • 80 Briefing, Issue 1040, May 8-15, 1995.

80Le troisième cas a lieu en mai 1995, lors de la visite en Thrace et en Macédoine du porte-parole du gouvernement turc, le ministre d’État Yıldırım Aktuna. Celui-ci se rend d’abord dans plusieurs localités où vit la minorité turcophone musulmane puis à Thessalonique, au consulat de Turquie qui est aussi la maison natale d’Atatürk. C’est là que lui et sa suite sont agressés et reçoivent des jets de pierre de la part de nationalistes grecs mais aussi de Kurdes qui hurlent des slogans en faveur du PKK80.

  • 81 Voir l’article d’Ελενθεροτνπία du 8 novembre 1997 signé par l’équipe de Ιος τηςΚυρικης, dont Tasos (...)

81Enfin, le dernier cas se situe lors d’une conférence sur le thème « Thessalonique : Kemal Atatürk et Eleftherios Vénizélos » organisée par The Association for Democracy in the Balkans, l’association patronale turque TÜSİAD, l’association des hommes d’affaires grecs Greeko-Turk Council, et soutenu par le gouvernement grec, le 31 octobre 1997. Une manifestation contre la conférence tourne encore une fois à l’émeute avec, notamment, jets de pierres. Mais comme la manifestation a lieu à Thessalonique et non à Komotini et que le gouvernement parraine la conférence, la police circonscrit l’émeute. Qui manifeste ? En vedette, l’incontournable Stelios Papathemelis, qui a trouvé un slogan pour critiquer tout pas en avant du gouvernement en direction de la Turquie : « strip-tease pour les Turcs », lequel slogan en dit long sur le niveau intellectuel du personnage. Suivent quelques prélats orthodoxes de Grèce du nord qui sont parmi les plus nationalistes mais aussi le maire conservateur de la ville. Enfin, se mêlent étudiants nationalistes chypriotes grecs, descendants de Pontiques (qui estiment avoir été victimes d’un génocide en 1922), des Kurdes sous la bannière de l’ERNK, des partisans de Michalis Haralambidis, et toute la kyrielle des groupuscules d’extrême-droite, de O Στόχος à Χρυσής Αυγής81. Le décor de l’affaire Öcalan est ainsi planté.

L’affaire Öcalan

82L’affaire Öcalan est la plus grave crise dans les relations helléno-turques depuis celle d’Imia de janvier 1996. Il est d’abord indispensable de la résumer. Le 6 octobre 1998, le gouvernement et l’armée turcs lancent une grande offensive verbale contre le soutien de la Syrie au PKK. À la différence des accusations passées, le gouvernement turc semble déterminé, y compris par la guerre, à obtenir le départ d’Abdullah Öcalan, dit « Apo », de Damas. Sous la pression, le gouvernement syrien cède et le chef du PKK disparaît de son domicile le 19 octobre. Le 4 novembre, il demande l’asile politique à la Russie. Le gouvernement russe refuse et « Apo » se réfugie en Italie le 12 novembre. Mais le gouvernement italien ne veut pas prendre de décision : ni extradition vers la Turquie où il encourt la peine de mort, ni procès international comme le propose, notamment, le ministre grec des Affaires européennes, Yorgos Papandréou, ni octroi de l’asile politique. « Apo » est donc prié de quitter le sol italien, ce qu’il fait le 16 janvier 1999, à bord d’un avion privé. Il se serait alors réfugié à Minsk, capitale de la Biélorussie, jusqu’au 29 janvier, date à laquelle il arrive secrètement par avion à Athènes où il reste deux jours. De là, il tente sans succès de se rendre à La Haye où il compte se présenter devant la Cour internationale de Justice. Mais les autorités néerlandaises s’y opposent et « Apo » rentre alors à Athènes d’où, acculé, Théodore Pangalos l’envoie à l’ambassade de Grèce à Nairobi où il demeurera quatorze jours. Le 16 février, sa présence à Nairobi est découverte et « Apo » accepte de quitter la résidence de l’ambassadeur sous la protection des autorités kényanes. Mais il est enlevé et placé dans un avion privé qui le conduit en Turquie.

  • 82 Το Βήμα du 7 février 1999.
  • 83 Tα Νέα du 17 février 1999, qui publie un entretien avec Antonis Naxakis.
  • 84 Idem, qui cite Voula Damianakou.

83Plusieurs questions se posent. D’abord sur l’attitude du gouvernement grec. La presse grecque révèle qu’Abdullah Öcalan a déjà tenté de se rendre en Grèce depuis l’Italie, début janvier 1999, dans le but d’y demander l’asile politique. Cette initiative est encouragée par des députés nationalistes du PASOK et de ND. Mais cette première tentative se heurte à un refus catégorique de Costas Simitis que les députés avertissent immédiatement pensant le faire céder devant le fait accompli82. La deuxième tentative est la bonne : le contre-amiral à la retraite Antonis Naxakis se rend à Minsk et accompagne « Apo » à Athènes en avion privé, le 29 janvier. Il affirme l’avoir rencontré pour la première fois dans la vallée de la Bekaa en 198883, ce qui nous ramène au cas du général en retraite Dimitri Matafias. Toujours selon Antonis Naxakis, il avertit Théodore Pangalos qui envoie à l’aéroport le directeur du EYP, le service de renseignement grec. Mais c’est encore Antonis Naxakis qui a l’idée d’emmener « Apo » chez Voula Damianakou, personnalité historique du KKE, qui habite non loin de l’aéroport84. Théodore Pangalos décide, finalement, d’envoyer Abdullah Öcalan à Nairobi. La raison en est tout simplement que l’ambassadeur, Yorgos Kostoulas, accepte d’héberger « Apo ».

84Si la position de Costas Simitis est claire quant à son refus d’accueillir « Apo » début janvier, pourquoi a-t-il laissé faire Théodore Pangalos à la fin du mois ? Ce dernier est lui-même mis devant le fait accompli. Mais, apparemment, il accepte de jouer le jeu, espérant peut-être pouvoir utiliser « Apo » d’une manière ou d’une autre, ou tout au moins ne pas le laisser tomber aux mains des services turcs. L’attitude de l’ambassadeur Kostoulas n’étonne pas : auparavant consul à Londres, il n’est pas précisément un diplomate aux méthodes très classiques. Il a été envoyé à Nairobi, poste peu prestigieux, pour avoir tenté de délivrer un passeport à l’ex-roi Constantin, lequel est interdit de séjour en Grèce. Le diplomate aura tenté de relancer sa carrière. Du côté des acteurs non étatiques, les motivations sont plus obscures. De son entretien dans Tα Νέα, il semble que Voula Damianakou soit une vieille dame fort respectable mais sans doute un peu naïve qui compatit à la cause kurde. Quant à Antonis Naxakis, mais aussi aux députés « superpatriotes », ils ont cherché à imposer la présence d’Abdullah Öcalan à Athènes à tout prix. Pourquoi ? Selon certaines hypothèses, ces « superpatriotes » auraient délibérément voulu provoquer une crise helléno-turque, voire un début de conflit armé obligeant les États-Unis et l’Union européenne à intervenir contre la Turquie. Cette hypothèse se fonde sur les discours très radicaux des nationalistes et notamment du « Groupe 21 » (en référence à 1821) qui multiplie les initiatives pour maintenir l’attention de l’opinion publique sur les fameuses « questions nationales ».

  • 85 Abdullah Öcalan, Declaration on the Democratic Solution of the Kurdish Question, London, Mesopotami (...)

85Mais bien plus étrange est l’attitude d’Abdullah Öcalan. Alors qu’il sait parfaitement bien que la Turquie accuse la Grèce d’aider le PKK, il veut s’y réfugier ! Mieux, il voyage avec un passeport chypriote au nom d’un journaliste connu des services secrets turcs comme pro-PKK, alors qu’il ne semble jamais avoir été à cours de faux passeports ! Enfin, il ne modifie jamais son apparence afin de passer inaperçu. Comment le chef d’une organisation clandestine aussi expérimenté n’y a-t-il pas pensé ? Se sentait-il invincible ou était-il tout simplement inconscient (au point d’utiliser son téléphone mobile, facilement repérable par des services secrets bien équipés) ? La question reste entière, comme celle des motivations de son retournement en faveur du kémalisme lors de son procès en Turquie85.

La contre-offensive : le Front de la Raison contre le nationalisme

  • 86 Consensus exprimé lors de la réunion des chefs des partis politiques (sauf le KKE) à la présidence (...)
  • 87 L’expression est de Vassilis Sakellariou, membre de la Coalition de la Gauche (Syn) et du Front de (...)
  • 88 Pour employer un terme générique dans son acception française.

86La riposte des adversaires du nationalisme s’est organisée autour du « Front de la Raison contre le nationalisme, pour l’élaboration d’une politique extérieure contemporaine » (Μέτωπο Λογικής Κατά του Εθνικισμού, για την διαμόρФωση μίας σύγχρονης εξωτερικής πολιτικής). Ses fondateurs sont des personnalités de gauche et du centre-droit qui s’inquiètent de la montée du nationalisme au cours de l’affaire macédonienne. Ils observent la perméabilité de tous les partis politiques grecs à la rhétorique nationaliste et leur adhésion au consensus sur la position officielle grecque86. Face à ce « front déraisonnable du nationalisme »87, des politiques, des universitaires, des journalistes et d’autres intellectuels88 veulent constituer une structure souple dont les fonctions sont de servir de cadre d’action, de pôle d’attraction et de référence pour les adversaires du nationalisme. Il ne s’agit pas pour autant de créer un parti, certains membres du groupe étant membres de partis existants ; d’autre part, l’idée est d’influencer les partis, pas de les concurrencer ; ils n’ont pas de propositions originales à faire dans d’autres domaines (économique, social, etc.).

  • 89 Entretien déjà cité avec Vassilis Sakellariou.

87Le Front de la Raison est créé l’accord intérimaire de New York entre la Grèce et l’ex-République de Macédoine le 12 septembre 1995. Ses fondateurs ont attendu un moment d’apaisement89. L’initiative du Front s’appuie sur une figure historique de la gauche grecque, Léonidas Kyrkos. Ancien secrétaire général du Synaspismos, ce dernier s’est opposé au nationalisme durant l’affaire macédonienne, sans faire l’unanimité au sein de la Coalition. Cependant, avec d’autres membres du comité de la politique extérieure du parti dont Vassilis Sakellariou et Nikos Bitsis qui le préside, Léonidas Kyrkos obtient le vote d’une résolution redéfinissant son programme de politique extérieure et pour le respect du droit des minorités. Cette résolution, adoptée par le Comité central au cours de sa réunion des 11 et 12 mai 1996 sous le titre de « réorientation de la politique extérieure grecque », apporte aussi au soutien officiel de la Coalition au Front de la Raison, lui-même créé officiellement le 4 juillet 1996 :

  • 90 Συνασπισμός Tης Aριστεράς Και Της Πρόοδου, Εξωτερική πολιτική/Foreign Policy. AπόΦαση της ΚΠΕ του Σ (...)

« Synaspismos, together with other forces, groupings, citizens’ movements and personalities who have similar concerns and approaches to the issues of foreign policy, will take the initiative to constitute a “front of reason” for the promotion of friendship and co-operation in the Balkans. A “front of reason” which will act within society against nationalism, xenophobia, racism, the ideological use of history, the militarization of politics. »90

88Vassilis Sakellariou insiste sur l’indépendance du Front vis-à-vis du Synaspismos.

  • 91 Entretien avec Vassilis Sakellariou à Athènes le 5 novembre 1998.

« Vous devez noter que le Front n’est pas une organisation du Synaspismos mais est une initiative émanant du Synaspismos et il est ouvert à tous. Ceci est un facteur important pour comprendre le Front. Il faut continuellement expliquer qu’il n’est pas une organisation manipulée par le Synaspismos aux personnes qui voudraient s’y joindre mais sont réticentes en raison de l’origine du Front, c’est-à-dire la résolution du Synaspismos.
Deux autres facteurs sont importants pour comprendre cette situation.
-Le Synaspismos est divisé sur la politique étrangère, notamment sur la Macédoine, Chypre, la Turquie et la question des minorités. (...) Ceci explique que le Front n’est pas une extension du Synaspismos mais un groupe plus libre. Le Front se bat contre les nationalistes à l’intérieur du Synaspismos même.
- Dans la société grecque il y a une division entre nationalistes et internationalistes qui est horizontale, transcendant le spectre politique. C’est pourquoi quelqu’un comme Papaconstantinou a rejoint le Front ou d’autres comme Stephanos Manos ou Adrianopoulos, ancien ministre du commerce de ND. Je n’ai aucun problème à m’allier avec Manos contre les nationalistes, même ceux du Synaspismos, alors que Manos et moi divergeons complétement sur l’économie par exemple. »91

  • 92 Entretien avec Michalis Papaconstantinou à Athènes le 20 novembre 1998.
  • 93 Dans un entretien accordé à Ελενθεροτνπία du 21 décembre 1997. Lire aussi Stephanos Manos, « Securi (...)

89À l’autre extrémité du spectre politique représenté au sein du Front se trouve donc l’autre chef de file du mouvement, l’ancien Ministre des Affaires Étrangères Michalis Papaconstantinou. Il connaît Léonidas Kyrkos depuis 1961, date à laquelle ils ont été tous deux élus députés pour la première fois. Cette « vieille amitié », pour reprendre l’expression de Michalis Papaconstantinou, a facilité son adhésion au Front de la Raison92. Cependant, pour expliquer cette adhésion, il faut resituer Michalis Papaconstantinou au sein de Néa Dimokratia : il appartient au courant centriste, héritier du vénizélisme. Ce courant est arrivé au pouvoir avec Constantin Mitsotakis mais a très mal vécu l’affaire macédonienne durant laquelle les ultranationalistes de ND ont pris l’ascendant. Georges Rallis, ancien Premier ministre (1980-81) a quitté ND en juin 1993 pour protester contre la politique étrangère du gouvernement. Michalis Papaconstantinou a fait de même lorsque ND a approuvé l’embargo décrété par Andréas Papandréou contre l’ex-république yougoslave de Macédoine en février 1994. Il ne s’est pas représenté aux élections législatives de septembre 1996. Stephanos Manos, lui aussi ancien ministre de Constantin Mitsotakis, s’oppose également à la politique nationaliste. Il a explicitement accusé l’Union européenne de racisme après le refus du sommet de Luxembourg d’inscrire la Turquie sur la liste des États-candidats93. Mais il demeure prudent dans ses engagements : il a certes créé un parti libéral dissident de ND qui s’est présenté aux élections européennes de juin 1999, mais n’a pas renouvelé l’expérience lors des législatives d’avril 2000.

  • 94 Entretien avec Michalis Papaconstantinou à Athènes le 20 novembre 1998.

90Michalis Papaconstantinou souhaite « élargir le Front de la Raison » mais sait que « les membres du KKE ne s’y joindront pas car la rivalité avec le Synaspismos est trop forte » (et le KKE est très hostile à Léonidas Kyrkos)94. Quant au PASOK, il est divisé comme l’explique l’eurodéputée Anna Karamanou.

  • 95 Entretien avec Anna Karamanou à Athènes le 5 décembre 1998.

« Je suis la seule responsable du PASOK dans le secrétariat du Front. Mais beaucoup de ministres et de proches de Costas Simitis pensent comme moi, et le Premier ministre lui-même. (...) Yorgos Papandréou aussi : il est très différent de son père [Andréas], c’est un partisan du dialogue. Mais ils doivent rester prudents car il existe une frange nationaliste au PASOK : Kapsis, Papathemelis, etc. Ils confondent nationalisme et patriotisme, ce qui est belligène. »95

91Le Front a un statut d’association. Il est constitué d’un comité de coordination de trente membres et d’un secrétariat de huit membres : Nikos Bitsis, Alexis Heraclides (professeur de relations internationales à l’Université Panteion), Anna Karamanou, Leonidas Kyrkos, Michalis Papaconstantinou, Vassilis Sakellariou, Richard Someritis (journaliste mais également membre du Synaspismos) et Théodore Tsikas (Synaspismos). Parmi les autres personnalités du Front de la Raison, citons l’ancien ambassadeur Costas Zeppos (démissionnaire de son poste à l’ONU en raison de son désaccord avec la politique turque du ministre Antonis Samaras), membre du Synaspismos.

  • 96 Entretien avec Costas Zeppos à Athènes le 25 novembre 1998.

« Le Front sert de cadre. C’est la création de quelques visionnaires et ensuite de nombreuses discussions informelles. (...) Depuis Imia, à cause d’Imia, les initiatives privées de dialogue avec les Turcs se multiplient. (...) Il y a en Grèce un sentiment que la Turquie mène une politique agressive. Côté turc, les gens ont le sentiment, depuis les années 1920, que les Grecs et les Occidentaux les assiègent. »96

92Andréas Politakis, fondateur du Prix Abdi İpekçi d’amitié helléno-turque, de sensibilité plutôt centriste, est lui aussi membre du Front. Il est engagé dans le dialogue helléno-turc depuis le début des années 1980.

  • 97 Entretien avec Andréas Politakis à Athènes le 5 décembre 1998.

« Il faut aider la “diplomatie des citoyens”. (...) Je suis membre fondateur du Front contre l’ultranationalisme. J’étais opposé à la position grecque dans l’affaire de la Macédoine car je pensais que cette politique allait contre les intérêts mêmes de la Grèce. »97

93Selon Vassilis Sakellariou, le Front de la Raison compte une centaine de membres très actifs mais a réuni, par exemple, cinq cents signatures de personnalités contre la course aux armements. Le Front a encore à son actif des conférences et des communiqués de presse, l’établissement de contacts avec des journalistes, politiques, universitaires, etc. turcs favorables au rapprochement. Le Front a également organisé la projection du film Notre Mur des Chypriotes Panykos Chrysanthou et Niyazi Kızılyürek contre la partition.

« Le film a été projeté à Athènes et à Komotini en 1996. Ça a été un succès. À Komotini, la moitié des spectateurs étaient des membres de la minorité [musulmane turcophone]. »98

94Le Front peut-il se transformer en mouvement politique ? Il est clair que non, comme ses membres l’affirment. Le Synaspismos et les centristes-libéraux n’ont que la lutte contre le nationalisme en commun. Le Synaspismos est opposé non pas à la construction européenne en principe mais à son orientation actuelle symbolisée par les traités de Maastricht et d’Amsterdam. À l’inverse, les centristes-libéraux sont des partisans de ces traités. Le Front est certainement plus qu’une alliance de circonstances dans la mesure où il concrétise une convergence de facto plus ancienne entre les anti-nationalistes. Il s’agit donc d’un groupe de pression dont l’efficacité ne peut être mesurée qu’à long terme mais dont la force réside d’abord dans l’influence personnelle de chacun de ses membres puis dans leur regroupement. Nous verrons, dans le chapitre suivant, que le Front et ses membres ne sont pas restés inactifs dans le vaste mouvement des acteurs non étatiques en faveur du rapprochement avec la Turquie. Ils sont même plutôt à l’origine de nombre des initiatives que nous allons examiner.

Notes

1 Selon les estimations du début des années 1990, les Kurdes constitueraient 20 % de la population de Turquie (soit environ 12 millions de personnes), 13 % de celle de l’Iran (soit 8 millions), 20-25 % de celle de l’Irak (soit 4 à 5 millions), 7,5 % de celle de Syrie (soit 100 000 environ). Source (pour les pourcentages) : Hamit Bozarslan, La Question kurde. États et minorités au Moyen-Orient, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 30. Voir aussi David Mc Dowall, A Modern History of the Kurds, London, I.B. Tauris, 1996, 472 p.

2 Chris Kutschera, « Qui sont ces combattants du PKK ? », Les Cahiers de l’Orient, « Incontournable Turquie », (30), 2e trimestre 1993, p. 60.

3 Idem, p. 64.

4 Hamit Bozarslan, La Question kurde, op. cit., p. 196-197.

5 Idem, p. 197. Toutefois, le journaliste İsmet G. İmset, cité par Michel Verrier, avance le chiffre de 30 000 combattants (« Dangereuses dérives en Turquie », Le Monde diplomatique, juin 1994).

6 Michel Verrier, « “Carte blanche” à l’armée turque au Kurdistan », Le Monde diplomatique, octobre 1993.

7 Le Monde du 12 avril 1995 et du 16 décembre 1995.

8 Selon les autorités turques (Le Monde du 9 décembre 1994), la guerre avait alors fait 13 000 morts.

9 Cité par Briefing, Issue 1181, February 23, 1998.

10 Sur l’activité politique des Kurdes en Europe, Isabelle Rigoni, Mobilisations et enjeux des migrations de Turquie en Europe de l’Ouest, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 2001, chapitre V.

11 Hamit Bozarslan, La Question kurde, op. cit., p. 158-159.

12 Stéphane Yerasimos, Questions dOrient, Paris, La Découverte, « Livres Hérodote », 1993, chapitre 7, « Le Sandjak d’Alexandrette. Formation et intégration d’un territoire », p. 125-142.

13 Christian Chesnot, « les grandes manœuvres du régime d’Ankara. Les objectifs cachés du grand projet anatolien », Le Monde diplomatique, octobre 1993 et Fabienne Goux-Baudiment, « Le GAP : Projet Anatolie du Sud-Est », Futuribles, (192), novembre 1994, « Les marchés financiers en 2001 », p. 117-120.

14 Turkish Probe, Issue 225, May 2, 1997.

15 Sur cette question, voir les travaux de Daniel Hermant et Didier Bigo dont « Terrorisme et relations internationales », p. 429-448 in Approches polémologiques (sous leur direction), Paris, FEDN, 1991.

16 Voir Olivier Roy, « Groupes de solidarité au Moyen-Orient et en Asie centrale », Les Cahiers du CERI (16), 1996, 46 p.

17 Par exemple par la voix de son ministre des Affaires étrangères Farouk Al Chareh, Le Monde des 22-23 juin 1997.

18 Briefing, Issue 997, July 11, 1994.

19 Briefing, Issue 1047, July 3, 1995.

20 Le Monde du 19 février 1998.

21 Şükrü Elekdağ, « 2 1/2 War Strategy », Perceptions (Ankara), 1 (1), March-May 1996, limite cependant ses accusations à :« Athens government is providing heavy financial support to the PKK’s campaign of terror in Turkey », p. 34.

22 Turkish Daily News, November 4, 1996.

23 Turkish Probe, Issue 225, May 2, 1997.

24 U.S. Department of State, 1996 Patterns of Global Terrorism, Washington DC, Office of the Coordinator for Counterterrorism, April 1997, http://www.state.gov/www/global/terrorism.

25 The Washington Times, September 10, 1996 : « Greek Spy Agency tied to Terror Group. Athens backed anti-Turkish Kurds ».

26 Soulignons d’ailleurs que le PKK ne s’est jamais attaqué aux intérêts américains où que ce soit, pas même en Turquie, à la différence d’autres organisations d’extrême-gauche. Dans l’espoir d’un soutien futur des États-Unis à une solution négociée ?

27 The Observer, september 28, 1997.

28 Time, March 30, 1998.

29 Selon deux sources que nous ne pouvons citer et la revue Σχολιαστής, numéro 53, août 1987.

30 Selon la revue Σχολιαστής, numéro 65, 15 avril 1988.

31 Turkish Probe, Issue 225, May 2, 1997.

32 Christophe Chiclet, « Le terrorisme en Grèce », CEMOTI, (17), 1994, p. 53-70.

33 Idem, p. 66.

34 Şükrü Elekdağ, « 2 1/2 War Strategy », op. cit., p. 37 et Élie Kheir, « La Turquie et le Moyen-Orient », p. 124 in Hasan B. Elmas, Regards sur les ambitions turques, Paris, Syllepse, 1999.

35 Şükrü Elekdağ, « 1/2 War Strategy », op. cit., utilise cette expression p. 34.

36 Semih Vaner, « Turquie : la démocratie ou la mort », Politique étrangère, 4/1998, p. 778.

37 Briefing, Issue 975, January 31, 1994.

38 Voir Amikam Nachmani, « A Triangular Relationship : Turkish Israeli Cooperation and Its Implications for Greece », CEMOTI (28), juin-décembre 1999, p. 149-162.

39 Turkish Probe, Issue 296, September 13, 1998.

40 Le Mossad dément toute implication dans la capture du chef du PKK (Le Monde du 18 février 1999), après avoir été mis en cause par l’agence de presse allemande DPA dans une dépêche du 16 février.

41 The Sunday Times du 22 août 1999 révèle que deux sociétés privées britanniques de sécurité, Spire et Aims Ltd ont entraîné le commando turc qui a capturé A. Öcalan, ce qui relativise une possible implication du Mossad.

42 Ali Bozer, « Turkish Foreign Policy in the Changing World », Mediterranean Quarterly, 1 (3), Summer 1990, p. 19.

43 Didier Bigo, Polices en réseaux, l’expérience européenne, Paris, Presses de Sciences Po, 1996, p. 266 et Alain Joxe, « Un concept fourre-tout : le terrorisme », Le Monde diplomatique, avril 1996, p. 6.

44 Turkish Probe, Issue 203, November 8, 1996.

45 Milliyet du 11 février 2000.

46 Hamit Bozarslan, La Question kurde, op. cit., p. 263.

47 New York Times du 26 janvier 2000 ; Turkish Daily News du 31 janvier 2000.

48 Selon les dires d’un de ses lieutenants, dépêche AFP du 28 novembre 1996 et les déclarations de Sedat Bucak lui-même à la télévision et au quotidien Yeni Şafak, 28 novembre 1996.

49 Υeniyüzyil du 26 janvier 1998 qui cite le rapport parlementaire sur Susurluk.

50 La « KKTC » compte 19 casinos, soit un pour 10 000 habitants ! (Briefing, Issue 1179, February 9, 1998).

51 Voir Fikret Aslan, Kemal Bozay, Talat Turhan und Sedar Çelik, Graue Wölfe heulen wieder. Türkische Faschisten und ihre Vernetzung in der BRD, Münster, Graue Unrast, 1997, p. 128-129. Talat Turhan était général de l’armée turque jusqu’en 1964 puis expert en kontrgerilla. Référence signalée par Isabelle Rigoni.

52 Kıbrıs du 11 février 1992.

53 Favorable au projet fédéral et au départ des colons turcs, il aurait eu des révélations à faire sur les pratiques des autorités de la « KKTC » et sur des trafics d’antiquités grecques volées en zone nord, mais est assassiné le 6 juillet 1996. 6000 personnes suivent ses funérailles dont les dirigeants politiques Mehmet Ali Talat, Özker Özgür, Mustafa Akıncı, Alpay Durduran. (Friends of Cyprus Report n° 39, Autumn 1996).

54 Le Monde du 14 mai 1998.

55 Πολίτης (Nicosie) du 20 février 1999.

56 Cyprus Today (Nicosie-nord), January 7-13, 1997 indique que 58 « loups gris » ont été inculpés pour cette attaque contre le chanteur Burat Kut avant le concert du 20 mai 1996.

57 Sujet du roman de Vassilis Vassilikos, Z (1966), adapté au cinéma par Costa Gavras en 1968.

58 Pour plus de détails, voir notre mémoire L’Union européenne et ses États-membres à l’épreuve de l’affaire macédonienne : une politique étrangère commune ? 126 p., DEA d’Études politiques, IEP de Paris, dir. B. Badie, 1996.

59 Anastasia Karakadisou, Fields of Wheat, Hills of Blood : Passages to Nationhood in Greek Macedonia, 1870-1990, Chicago, The University of Chicago Press, 1997, 334 p.

60 Journaliste d’investigation à Ιος της Κυριακής, supplément d’ΕλενΘεροτνπία. Entretien réalisé à Athènes le 17 décembre 1998.

61 Pour ne pas utiliser le nom de « Macédoine » pour désigner la république ex-yougoslave, les médias et les politiciens la désignent par le nom de sa capitale.

62 Lors des trois scrutins de 1989 et 1990, sans doute peu d’électeurs du PASOK ont voté pour ND. Ils se sont reportés sur la Coalition de la Gauche (dont le KKE faisait partie jusqu’en 1991).

63 Stephanos Pesmazoglou, « Les intellectuels grecs et le repli helléno-centrique », Liber « Les intellectuels (II) », (26), mars 1996, p. 5-6.

64 Idem, p. 6.

65 D’autant plus occulte que, comme le souligne le journaliste Tasos Kostopoulos (entretien), peu de gens savent ce qui s’est passé entre le 15 et le 20 juillet 1974 à Chypre dans la mesure où la junte encore au pouvoir contrôlait strictement toute information venant de l’île.

66 Voir Σχολιαστής, n° 65, 15 avril 1988 et n° 67, mai 1988 dans lequel Thanasis Tsekouras dénonce les dérives nationalistes de la gauche.

67 Voir l’article écrit par deux membres du groupe, Spyros Kakoupiotis et Vangelis Patsos dans Σχολιαστής, n° 66, 29 avril 1988, sorte de réponse à l’article très critique dans le numéro précédent.

68 La presse de l’époque ; entretien avec Tasos Kostopoulos.

69 Voir le cas français de la librairie-maison d’édition « La Vieille Taupe ».

70 Dossier sur le néo-fascisme en Grèce de la revue Αντί, n° 664, 3 juillet 1998.

71 C’est ainsi que Christos Rozakis, professeur de relations internationales puis conseiller diplomatique de Costas Simitis, partisan du rapprochement avec la Turquie, est victime d’attaques antisémites de la part de l’extrême-droite comme de la droite de ND qui associe sa modération a sa judéité et l’accuse de traîtrise (Libération du 22 novembre 1996).

72 Dépêche AFP du 5 juillet 1994.

73 Christophe Chiclet, « Le terrorisme en Grèce », op. cit.

74 George Kassimeris, « The Greek State Response to Terrorism », Terrorism and Political Violence, 5 (4), Winter 1993, p. 288-310.

75 Le Monde du 10 juin 2000.

76 Le Monde des 3 et 5 février, The Wall Street Journal du 14 juin 1993.

77 Dépêche AFP du 17 août 1996.

78 Dépêche AFP du 20 août 1996.

79 Dépêche AFP du 17 août 1996.

80 Briefing, Issue 1040, May 8-15, 1995.

81 Voir l’article d’Ελενθεροτνπία du 8 novembre 1997 signé par l’équipe de Ιος τηςΚυρικης, dont Tasos Kostopoulos.

82 Το Βήμα du 7 février 1999.

83 Tα Νέα du 17 février 1999, qui publie un entretien avec Antonis Naxakis.

84 Idem, qui cite Voula Damianakou.

85 Abdullah Öcalan, Declaration on the Democratic Solution of the Kurdish Question, London, Mesopotamian Publishers, juillet 1999, 155 p.

86 Consensus exprimé lors de la réunion des chefs des partis politiques (sauf le KKE) à la présidence de la République, le 13 avril 1992.

87 L’expression est de Vassilis Sakellariou, membre de la Coalition de la Gauche (Syn) et du Front de la Raison, entretien à Athènes le 5 novembre 1998.

88 Pour employer un terme générique dans son acception française.

89 Entretien déjà cité avec Vassilis Sakellariou.

90 Συνασπισμός Tης Aριστεράς Και Της Πρόοδου, Εξωτερική πολιτική/Foreign Policy. AπόΦαση της ΚΠΕ του ΣΥΝ/Resolution of the Central Political Committee of Synaspismos, 11-12. 5. 1996, Aθήνα, 1997, p. 34 de la version anglaise.

91 Entretien avec Vassilis Sakellariou à Athènes le 5 novembre 1998.

92 Entretien avec Michalis Papaconstantinou à Athènes le 20 novembre 1998.

93 Dans un entretien accordé à Ελενθεροτνπία du 21 décembre 1997. Lire aussi Stephanos Manos, « Security Interests Viewed from Athens », Mediterranean Quarterly, 6 (1), Winter 1995, p. 10-16.

94 Entretien avec Michalis Papaconstantinou à Athènes le 20 novembre 1998.

95 Entretien avec Anna Karamanou à Athènes le 5 décembre 1998.

96 Entretien avec Costas Zeppos à Athènes le 25 novembre 1998.

97 Entretien avec Andréas Politakis à Athènes le 5 décembre 1998.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search