Version classiqueVersion mobile

Le conflit helléno-turc

 | 
Gilles Bertrand

Deuxième partie. Le conflit dans le nouveau contexte post-bipolaire

4. Tentatives de coopération et nouvelles rivalités

Texte intégral

1La fin de l’affrontement bipolaire est accompagné et suivi par une initiative spectaculaire dans le conflit helléno-turc : le processus de Davos (1988-1989). Malgré son échec, la démarche diplomatique du Premier ministre et futur président de la République turque, Turgut Özal, sert de modèle à toutes les tentatives visant non seulement à une résolution des différends bilatéraux (sans parler de la question chypriote) mais aussi à l’instauration d’une véritable coopération entre les deux États dans de nombreux domaines, du tourisme au terrorisme en passant par le commerce et l’aide aux États d’Europe de l’Est. Le processus de Davos a aussi une double dimension : issu d’une rencontre entre les deux chefs de gouvernement, marqué par des négociations diplomatiques, il constitue la première intrusion significative d’acteurs non étatiques dans le domaine si jalousement gardé des diplomates.

Processus de rapprochement bilatéral

2En mars 1987, les relations helléno-turques connaissent une très grave crise à propos de la mer Égée (voir chapitre 1). Le premier ministre turc, Turgut Özal, absent de Turquie pour raison médicale, désamorce pourtant la crise, prenant de court l’état-major et la diplomatie turcs. Dix mois plus tard, Turgut Özal et son homologue grec, Andréas Papandréou, s’entretiennent, les 30 et 31 janvier 1988, à Davos (Suisse) lors du forum économique mondial. Cette rencontre est la première entre chefs des deux gouvernements depuis celle de Montreux (10 mars 1978) entre Bülent Ecevit et Constantin Caramanlis. Dans le communiqué commun en neuf points, les deux Premiers ministres se félicitent d’abord d’« une atmosphère de compréhension et de bonne volonté » (introduction du communiqué) et « des entretiens sincères et ouverts qui ont lieu entre eux » (point 9). Ils insistent ensuite sur leur volonté commune de ne pas se laisser déborder par les va-t-en-guerre :

« Les premiers ministres ont constaté que les problèmes accumulés avec le temps en raison d’approches différentes sont parfois l’objet d’une exploitation de la part de certains milieux et qu’il est indispensable de ne pas permettre cela » (point 2).
« Ils ont également noté avec regret certaines déclarations de personnalités officielles qui ne contribuent pas à l’amélioration des relations entre les deux pays » (point 4).

  • 1 L’UDE regroupe alors des formations politiques telles que le parti conservateur britannique ou le R (...)
  • 2 Entretien avec le député ANAP et président de la Fondation turque pour la démocratie Bülent Akarcal (...)

3Cette dénonciation de l’« exploitation de la part de certains milieux » est pour le moins étonnante, Andréas Papandréou étant l’un des hommes politiques grecs qui ont exploité les différends avec la Turquie. Pour comprendre ce revirement, il faut insister sur l’intensité de la crise de mars 1987 au cours de laquelle le cabinet de crise grec a évoqué la possibilité de l’entrée en guerre. Craignant peut-être que la situation ne lui échappe en cas de nouvelle crise, Andréas Papandréou a profité de contacts établis avec le gouvernement turc par d’autres personnalités dont Constantin Mitsotakis, président du parti d’opposition libéral-conservateur Néa Dimokratia (Νέα Δημοκρατία - ND) à l’époque, et futur Premier ministre (1990-1993). Neveu de Vénizélos et issu de cette tradition politique libérale, celui-ci est persuadé de la nécessité de trouver un terrain d’entente avec la Turquie. Il rencontre l’ambassadeur de Turquie à Athènes, Nazmi Akıman, puis Turgut Özal lui-même à la faveur d’un sommet de l’Union démocratique européenne (UDE)1 dont leurs deux partis, ND et Anavatan Partisi (Parti de la Mère-Patrie, ANAP) sont membres (1987). Participe également à cette rencontre le dirigeant du parti chypriote grec DISY (membre de l’UDE), Glafcos Clerides2.

  • 3 Rédacteur en chef du quotidien Milliyet, partisan d’un rapprochement helléno-turc, assassiné en fév (...)
  • 4 Entretien avec Andréas Politakis le 24 novembre 1998 à Athènes. Voir aussi le témoignage de l’ambas (...)
  • 5 L’entretien a eu lieu le 24 juin 1986 et est reproduit dans le recueil d’articles publiés par leur (...)

4À la même époque (1985 à 1987), une autre personnalité grecque milite en faveur d’un rapprochement helléno-turc. Il s’agit d’Andréas Politakis. Issu d’une famille de militaires vénizélistes, ingénieur civil, Andréas Politakis est le fondateur du Prix Abdi İpekçi3 pour la paix et l’amitié qui est décerné tous les deux ans depuis 1981 à des personnalités ayant contribué à l’amélioration des relations helléno-turques dans tous les domaines (politique, culturel, économique, etc.). Fréquemment en contact avec des personnalités turques et grecques de la politique, de la presse et de la culture sans être lui-même un homme politique, Andréas Politakis a ainsi pu rencontrer l’ambassadeur Nazmi Akιman4 puis Turgut Özal, la première fois pour un entretien paru dans l’hebdomadaire Πολιτικά Θέμaτα (Politika Themata) du 4 juillet 19865. Plusieurs entretiens suivront, avant et après le sommet de l’UDE mais aussi avant et après la rencontre de Davos. Andréas Politakis contacte Constantin Mitsotakis. D’où naît l’idée du processus qui débute à Davos. Andréas Politakis ouvre en même temps une brèche : les relations helléno-turques ne sont plus la seule affaire des politiques et des diplomates, ce que nous examinerons dans la troisième partie (nous reviendrons alors sur le Prix Abdi İpekçi). Le contenu de toutes ces discussions ne nous est pas connu. Il semble néanmoins, toujours d’après les dires d’Andréas Politakis, que Turgut Özal ait été plus facile à convaincre. Andréas Politakis dit d’ailleurs n’avoir pas eu de contact avec Andréas Papandréou même si le ministère des Affaires étrangères était au courant de ses contacts avec Turgut Özal, nous laissant supposer que ce dernier a fait la démarche de proposer les entretiens à Davos à son homologue grec et qu’Andréas Politakis se soit alors volontairement tenu à l’écart du processus.

5Car c’est bien un « processus » qui est mis en route à Davos comme l’atteste le communiqué commun publié par les deux Premiers ministres :

« les deux premiers ministres ont également convenus de se rencontrer au moins une fois par an et d’échanger des visites ainsi que d’installer une ligne téléphonique directe entre eux » (point 8).

6et qu’ils

« ont décidé la création de deux commissions : l’une de ces commissions sera chargée d’examiner les secteurs tels que la coopération économique, les entreprises mixtes, le commerce, le tourisme, les communications, les échanges culturels et la seconde sera chargée de répertorier les problèmes et d’explorer les possibilités de réduire le fossé tout en avançant dans le sens de solutions définitives » (point 7).

  • 6 Notamment dans les deux grands quotidiens Ελευθεροτυπία (Eleftherotypia) et H Καθημερινή (I Kathire (...)
  • 7 Mehmet Ali Birand, « Turkey and the Davos Process: Experiences and Prospects », p. 27-39 in Dimit (...)
  • 8 Dans lentretien accordé à Andréas Politakis le 24 juin 1986, Turgut Özal affirme déjà que des non- (...)

7La hiérarchisation des commissions proposées dans ces lignes est frappante : les questions politiques passent en deuxième position. Les Premiers ministres promettent en outre de favoriser les contacts entre « officiels, militaires et civils » mais aussi entre « représentants de la presse et hommes d’affaires ». Encourager les échanges entre journalistes grecs et turcs est certainement une idée d’Andréas Politakis, très sensible à la question de la diffusion par la presse d’une image négative de l’autre (préoccupation qui était aussi celle d’Abdi İpekçi) et lui-même auteur de nombreux articles destinés à lutter contre de telles images6. Quant à l’idée de la coopération des hommes d’affaires comme susceptible d’améliorer les relations bilatérales, elle correspond bien à l’idéologie libérale commune à Constantin Mitsotakis et à Turgut Özal7 mais peut difficilement passer pour une idée d’Andréas Papandréou, partisan d’un État fort et dirigiste et donc peu enclin à proposer l’intervention des hommes d’affaires pour aider au règlement d’affaires politiques8.

8Les deux premiers ministres se rencontrent à nouveau, à Bruxelles, les 3 et 4 mars 1988. Le communiqué de presse commun en dix points publié à l’issue des discussions fait état de progrès significatifs. Une sous-commission de la commission politique est appelée à se réunir courant mars pour examiner « les questions relatives au déroulement des manœuvres militaires nationales, ainsi que les problèmes posés par les vols des avions militaires » (point 4 du communiqué) : il s’agit d’éviter les nombreux incidents lors de manœuvres en mer Égée (voir chapitre 1) ; le communiqué ouvre la voie à d’éventuelles négociations sur l’espace aérien en mer Égée. Les Premiers ministres proposent aussi de relancer le processus, alors bloqué, de règlement du conflit chypriote en commençant par rouvrir le dossier des personnes disparues, question sensible mais qui a le mérite de permettre une reprise des contacts entre les deux parties sans toucher à l’essentiel des négociations, c’est-à-dire le futur statut constitutionnel de l’île. Enfin, les négociations de Bruxelles aboutissent à un échange de bons procédés : le gouvernement turc annule un décret de novembre 1964 gelant les revenus immobiliers de certains Grecs de Turquie et le gouvernement grec lève son veto à la signature du protocole d’adaptation de l’accord d’association de la Turquie à la Communauté européenne de 1964 (points 6 et 7). Un calendrier des prochaines rencontres, dont la visite de Turgut Özal à Athènes, est établi (point 9).

9Début mai 1988, la ministre grecque de la Culture, Mélina Mercouri, se rend à une conférence à Istanbul et rencontre Turgut Özal, tandis que le maire d’Istanbul se rend à Athènes. Le 26 mai, la commission économique et culturelle helléno-turque, réunie à Ankara, adopte une première résolution et annonce une coopération future visant à réviser les manuels scolaires pour les expurger des formules hostiles à l’égard de l’autre peuple. C’est le début d’échanges non politiques qui se multiplient les mois suivants et ouvrent de nouvelles perspectives aux acteurs non étatiques qui s’engouffreront dans la brèche au milieu des années 1990.

10Mais le processus de Davos se traduit d’abord par des avancées diplomatiques relativement spectaculaires sinon seulement symboliques. La visite de Mesut Yılmaz, ministre des Affaires étrangères, à Athènes du 24 au 27 mai 1988 puis celle de Turgut Özal, du 13 au 15 juin, sont les premières depuis 1952.

Le mémorandum de Vouliagmeni et l’accord d’Istanbul

11Mesut Yılmaz et son homologue grec, Carolos Papoulias, co-président la première réunion de la commission politique, dont résulte le mémorandum de Vouliagmeni, signé le 27 mai 1988. Celui-ci établit un code de bonne conduite en matière de manœuvres militaires navales et aériennes en mer Égée, avec nécessité de tenir informée l’autre partie.

12Le mémorandum est suivi par l’accord d’Istanbul le 8 septembre 1988 signé au cours de la deuxième réunion de la commission politique. Cet accord stipule que

« Les activités militaires et autres effectuées dans les espaces maritime et aérien internationaux par des navires et des avions appartenant aux deux pays se dérouleront selon le droit, la coutume, les lois, les règlements et les processus internationaux ».

13L’accord apporte peu d’autres précisions. C’est un texte assez court, en trois points dont le deuxième comporte deux parties, l’une pour les forces navales, l’autre pour les forces aériennes. Mais le tout est relativement flou, les mesures concrètes restant sans doute confidentielles. De fait, la tension aérienne en mer Égée décroît (tableau du chapitre 1).

14Lors de la première réunion de la commission politique (24-27 mai) les deux ministres des Affaires étrangères décident d’abroger les visas pour les diplomates des deux États. Plus importante est la levée des vetos réciproques au sein de l’OTAN concernant la construction d’une station d’écoutes électroniques des sous-marins à Çanakkale et de travaux sur la base aéronavale de Skyros. Que les États-Unis aient fait pression pour obtenir que l’OTAN puisse ainsi effectuer les travaux, cela est certain. Cependant, ces pressions sont sans doute secondaires, comme le dossier lui-même, puisque la Guerre froide est déjà terminée. C’est là une différence de taille avec le rapprochement diplomatique de 1952 : le « processus de Davos » paraît moins comme une réaction à la perception d’un danger extérieur même s’il se situe dans un contexte bien particulier de détente sans précédent.

La visite de Turgut Özal à Athènes et la fin du processus de Davos

  • 9 Christophe Chiclet, « Le rapprochement gréco-turc, “à tout petits pas” », Le Monde diplomatique, ja (...)
  • 10 Le Monde du 15 juin 1988.
  • 11 De 1981 à 1986, le gouvernement grec estime que les différends nexistent pas vraiment mais quil s(...)

15La visite de Turgut Özal à Athènes (13-15 juin 1988) est retentissante sur le plan médiatique et entraîne un vaste débat. Andréas Papandréou, chef de file des intransigeants, se voit désormais critiqué par ceux-ci qui lui reprochent de se rapprocher trop vite de la Turquie et d’éventuellement sacrifier Chypre. L’ambassadeur Stophoropoulos, en poste auprès de la République de Chypre, démissionne en juin 1988 tandis que l’ancien commandant en chef de la Garde nationale chypriote, le général grec Matafias, critique le processus dans son ensemble. Le président de la République de Chypre nouvellement élu (le 21 février 1988), George Vassiliou, observe prudemment9. Des familles des 1619 disparus chypriotes grecs de 1974 manifestent à Athènes le jour de la visite du Premier ministre turc ; une délégation du mouvement des femmes chypriotes grecques réfugiées, Women Walk Home, occupe l’Acropole le 13 juin également. Andréas Papandréou se voit donc contraint de tous côtés de mettre en avant la question chypriote dans ses entretiens avec son homologue turc, en faisant le « thème central »10 du sommet. Il place Turgut Özal dans une position délicate vis-à-vis de l’armée turque – dont le chef, le général Evren, est alors encore président de la République – et de Rauf Denktaş, avec qui il n’est pas en très bons termes. D’autre part, Andréas Papandréou réitère la proposition officielle de la Grèce depuis 198611 de soumettre le différend sur la délimitation du plateau continental et les problèmes annexes à l’arbitrage de la Cour internationale de Justice, ce que refuse jusque-là la diplomatie turque, ce qui place également Turgut Özal en porte-à-faux. La manifestation de réfugiés politiques turcs et kurdes dans les rues d’Athènes contre la visite est un camouflet pour le Premier ministre turc.

16Le communiqué commun, publié le 15 juin, rend bien compte de l’absence de réels progrès des négociations. Les premiers ministres se contentent de convoquer les commissions pour septembre. En revanche, les autres projets (« l’exemption mutuelle des taxes sur les transports maritimes et aériens », « la suppression de la double imposition », « la promotion et la protection des investissements »), de nature pourtant à ne pas susciter les mêmes débats passionnés sur le « bradage » de la souveraineté de l’un ou l’autre en mer Égée, restent sans suite. L’invitation acceptée par Andréas Papandréou de se rendre en visite officielle en Turquie reste lettre morte. Le processus s’essouffle. Les événements de l’année 1989 vont l’éreinter.

  • 12 Voir LOrient-Express, n° 108, 21-27 janvier 1989.

17Sur le terrain diplomatique d’abord, les deux gouvernements s’opposent deux fois le même mois de janvier 1989 sur deux sujets extrêmement sensibles12. Le 7 janvier, un décret du Journal officiel turc étend la zone d’intervention pour les recherches et sauvetages aériens et maritimes jusqu’à la moitié de la mer Égée, donc dans la Flight Information Region d’Athènes, donc sur la zone d’intervention grecque. Suit un tollé général à Athènes. Après vérification, il s’avère que le décret a été signé en l’absence de Turgut Özal et de Mesut Yılmaz en déplacement à l’étranger, par le Vice-premier ministre, Kaya Erdem et Hasan Celal Güzel, ministre de l’Éducation, sans consultation préalable du ministère des Affaires étrangères mais sur une idée du ministre des Transports, Ekrem Pakdemirli. Bévue ou sabotage intentionnel du processus de Davos ?

18Le second incident grave se produit quand la Grèce oppose son veto à la signature de l’Acte final de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe qui devait avoir lieu à Vienne lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères du 17 au 19 janvier. Motif : le gouvernement grec refuse l’exclusion de Mersin dans la zone devant être couverte par les futurs accords de désarmement à cause du rôle de ce port comme base de l’opération turque à Chypre en 1974, tandis que le gouvernement turc justifie cette exclusion par les nécessités de sa défense au Moyen-Orient. Il faudra alors des pressions de la part des alliés occidentaux (Allemagne fédérale, États-Unis, France, Grande-Bretagne) pour faire accepter le découpage géographique à la Grèce et permettre l’ouverture des négociations sur le désarmement lui-même (Vienne, 6 mars 1989).

19Plus grave, l’ajournement de la candidature de la Turquie à l’adhésion à la CEE décidé par la Commission européenne le 20 décembre 1989 rend d’autant moins nécessaire pour la Turquie un rapprochement rapide avec la Grèce.

20Les événements internes aux deux États contribuent également à l’échec du processus : en octobre 1988 est découvert le scandale Koskotas qui éclabousse Andréas Papandréou, déjà malade. Les élections législatives de juin 1989 ne donnent de majorité ni au PASOK ni à ND. Suivent dix mois de gouvernements de transition et deux nouveaux scrutins qui donnent finalement une majorité d’un siège à ND. Parallèlement, Turgut Özal est élu président de la République en novembre 1989, une fonction qui n’est pas qu’honorifique en Turquie mais dont il a lui-même obtenu la réduction de certains des pouvoirs octroyés par la constitution édictée par les militaires en 1982. En fait, Turgut Özal est encore en mesure de peser sur la politique étrangère de la Turquie parce qu’il contrôle le parti dont il est le fondateur, l’ANAP, et s’est choisi un Premier ministre, Yıldırım Akbulut, qui lui est fidèle. Cependant, ce dernier démissionne en juillet 1991 en raison de son désaccord avec la politique suivie pendant la guerre du Golfe. Mesut Yılmaz, Premier ministre de juillet à novembre 1991, prend ses distances avec le Président. En novembre 1991, une coalition hostile à Özal remporte les élections et Süleyman Demirel devient Premier ministre. Turgut Özal devra alors s’en tenir strictement à ses fonctions constitutionnelles jusqu’à son décès en avril 1993.

Tentatives diplomatiques pour ressusciter « l’esprit de Davos »

  • 13 Entretien avec Mümtaz Soysal à Ankara, le 4 juin 1999.

21Turgut Özal se heurte, tout au long du processus de Davos à l’armée et à la diplomatie turques, aux critiques de l’opposition conservatrice comme kémaliste. Le projet d’une conférence sur Chypre aux États-Unis, conçu avec l’appui de George Bush qui y voit une possible illustration de son discours sur le Nouvel Ordre mondial lors de la guerre du Golfe, rencontre l’opposition de Rauf Denktaş et de ceux qui le soutiennent au sein des élites turques. Le professeur Mümtaz Soysal, conseiller de Rauf Denktaş et ministre des Affaires étrangères de Turquie en 1994 critique les initiatives personnelles de Turgut Özal13. Une autre personnalité proche de Rauf Denktaş, le professeur Erol Manisalı, président de la Kıbrıs Vakfı (Fondation pour Chypre), ne tient pas un discours différent.

  • 14 Entretien avec Erol Manisalı à Istanbul le 15 avril 1999.

« La conférence [sur Chypre] à 4 [Chypriotes grecs et turcs, Grèce et Turquie] de 1991 était une idée d’Özal. Une initiative personnelle allant à l’encontre de la politique officielle de la Turquie. Mesut Yılmaz [alors Premier ministre] s’y opposait et menaça même de démissionner au cas où Turgut Özal aurait obtenu la tenue de la conférence. J’ai moi-même écrit un article dans Milliyet pour soutenir le refus de Mesut Yılmaz, la veille de sa rencontre avec Constantin Mitsotakis [à Paris le 11 septembre 1991]. »14

22Lors de la rencontre, le Premier ministre réitère son opposition à la conférence, enterrant ainsi le projet.

23Constantin Mitsotakis fait une autre tentative de rapprochement. Une entrevue à Davos encore, le 1er février 1992, avec son homologue turc Süleyman Demirel, reste sans suite. Mais le moment est mal choisi : le gouvernement grec s’oppose alors à la reconnaissance de la République de Macédoine par la Communauté européenne tandis que la Turquie va reconnaître ce nouvel État sous ce nom le 6 février suivant. Süleyman Demirel est également moins enclin à rechercher un terrain d’entente avec le gouvernement grec que ne l’est Turgut Özal.

  • 15 Entretien avec Michalis Papanconstantinou à Athènes le 20 novembre 1998.

24Le Premier ministre grec ne renonce pourtant pas : après avoir pris provisoirement le portefeuille des Affaires étrangères, il nomme à ce poste, le 7 août 1992, Michalis Papaconstantinou, lui aussi issu du courant vénizéliste et plusieurs fois ministre dans les gouvernements Caramanlis de l’après 1974. Michalis Papaconstantinou15, aussi favorable au rapprochement que le chef du gouvernement, trouve l’occasion de rencontrer son homologue turc, Hikmet Çetin, en marge de la conférence de Londres sur l’ex-Yougoslavie (28 août 1992). Le ministre turc, dirigeant du Sosyaldemokrat Halkçı Parti (Parti social-démocrate populaire, SHP), deuxième parti de la coalition gouvernementale, paraît plus disposé à la négociation que le Premier ministre Demirel. Les deux ministres lancent un mini-processus de Davos : une ligne téléphonique directe est installée entre leurs bureaux, afin de pouvoir régler rapidement des situations d’urgence et d’éviter tout malentendu – ce qu’Andréas Papandréou et Turgut Özal avaient prévu de faire. Plus important, les ministres commencent des négociations en vue d’accords bilatéraux sur le tourisme, la protection mutuelle des investissements, la suppression de la double imposition et l’assistance judiciaire mutuelle.

25D’après Michalis Papanconstantinou, les discussions ont très peu porté sur la question chypriote tant l’idée était de résoudre les questions les plus faciles afin de créer un climat de confiance entre les deux « partenaires ». Toutefois, l’idée du ministre grec était de persuader finalement ses interlocuteurs turcs de saisir conjointement la Cour internationale de Justice pour régler les contentieux en Égée. Ces négociations n’ont pas fait l’objet de la même publicité que celles du processus de Davos : Michalis Papaconstantinou s’est rendu quatre fois en Turquie entre août 1992 et octobre 1993. Le ministre grec a aussi rencontré son homologue turc en marge de la session de l’Assemblée générale des Nations unies (24 septembre 1992) puis en marge du sommet de l’OTAN à Athènes (10 juin 1993). Il affirme avoir obtenu une diminution du nombre de violations de l’espace aérien grec par l’armée de l’Air turque grâce à Hikmet Çetin. Celles-ci demeurent néanmoins nombreuses et augmentent de façon inquiétante en 1993.

26Au moment où le gouvernement Mitsotakis doit organiser des élections législatives anticipées et les perd (10 octobre 1993), deux des quatre accords en préparation, sur le tourisme et sur la coopération judiciaire, étaient sur le point d’être signés, selon Michalis Papaconstantinou. Un traité d’amitié aurait même été mis en chantier. Le nouveau gouvernement, présidé par Andréas Papandréou et dans lequel les Affaires étrangères sont confiées à nouveau à Carolos Papoulias (signataire du mémorandum de Vouliagmeni), ne poursuit pas les négociations, suspendues sine die.

Le dialogue helléno-turc de 1997-1998

27La nouvelle tentative de rapprochement diplomatique menée par le gouvernement grec à partir d’avril 1997 est plus classique même que les précédentes quant aux questions examinées : il s’agit cette fois d’un « dialogue », ce qui traduit la modestie de ses ambitions par rapport à un « processus » de Davos qui devait, selon ses promoteurs, aboutir à une véritable réconciliation gréco-turque. Comme le processus de Davos, cette tentative suit une crise grave, celle d’Imia, de fait la plus grave depuis celle de mars 1987.

  • 16 Voir lentretien de lun dentre eux, Stelios Papathemelis, dans Ελευθεροτυπία du 26-27 avril 1997.

28Côté grec, le contexte est meilleur qu’en 1988 : le Premier ministre, Costas Simitis, n’a jamais manié la rhétorique nationaliste même si son ministre des Affaires étrangères, Théodore Pangalos, tient un discours ambivalent. De surcroît, le Premier ministre vient de remporter les élections législatives de septembre 1996 et dispose donc de quatre années de législature, même si 32 des 162 députés du PASOK se disent « hyperpatriotes » et refusent le dialogue16.

29Côté turc, c’est presque tout le contraire : depuis les élections législatives de décembre 1995, l’instabilité gouvernementale est dramatique. En juin 1996 une coalition Refah Partisi (RP)-Doğru Yol Partisi (DYP, Parti de la Juste Voie) est formée avec Necmettin Erbakan (RP) comme Premier ministre et Tansu Çiller (DYP) comme ministre des Affaires étrangères. Mais cette coalition est renversée par un coup d’État « à blanc » de l’état-major, et est remplacée par une autre, plus favorable à l’armée, entre l’ANAP et le DSP (Demokratik Sol Partisi, Parti démocratique de gauche) en juin 1997. Mesut Yılmaz retrouve le poste de Premier ministre, Bülent Ecevit (DSP) est Vice-premier ministre et İsmail Cem (DSP) ministre des Affaires étrangères. Les interlocuteurs de Costas Simitis et Théodore Pangalos sont plutôt partisans d’une ligne dure, à l’exception d’İsmail Cem.

30Le gouvernement grec négocie essentiellement l’acceptation par le gouvernement turc d’un recours conjoint à la Cour internationale de Justice (CIJ) sur la mer Égée. Le gouvernement turc négocie au contraire l’ouverture de négociations bilatérales afin de régler les questions de manière globale. Dialogue de sourds !

31L’événement qui ouvre le dialogue helléno-turc est spectaculaire du point de vue symbolique : le 25 mars 1997, l’ambassadeur de Grèce à Ankara convie à la réception pour la fête nationale grecque (anniversaire de la révolte contre l’Empire ottoman) le chef d’état-major de l’armée turque, le général İsmail Hakkı Karadayı. Et celui-ci vient !

  • 17 Ελευθεροτυπία du 8 avril 1998 publie même la photographie de la poignée de main.
  • 18 Larticle a pour titre « Οι ναύαρχοι του Αιγαίου δεν θέλουν πόλεμο » (« les chefs des marines de l(...)

32Cette invitation du chef d’état-major à l’ambassade de Grèce annonce assez bien ce que va être le dialogue et ses résultats. Le 15 avril 1997, la Grèce lève son veto à la participation de la Turquie (membre associé) à des opérations de l’Union de l’Europe occidentale (UEO). Le 2 décembre 1997, c’est au tour de la Turquie de lever le sien à la création d’un commandement régional de l’OTAN à Larissa (Thessalie). Les rencontres au plus haut niveau de la hiérarchie militaire se multiplient : les deux chefs d’état-major généraux, Athanassios Tsoganis et İsmail Hakkı Karadayı, s’entretiennent secrètement durant une heure et demie en marge du sommet de l’UEO à Vienne le 30 janvier 1998, selon le quotidien Hürriyet du lendemain. Un autre entretien entre eux, plus médiatisé, a lieu au cours du sommet des chefs d’état-major de l’UEO à Athènes, le 7 avril 199817. Enfin, le 2 juin 1998, l’amiral Ioannidis, chef d’état-major de la Marine, se déplace à Istanbul ; il aurait rencontré son homologue turc, l’amiral Dervişoğlu, trois fois en secret, selon l’hebdomadaire To Βήμα du 1er novembre 199818.

33Le « dialogue » entre responsables politiques n’est également fructueux que dans le domaine militaire. Entamé par une rencontre entre le vice-ministre des Affaires étrangères Yorgos Papandréou et le sous-secrétaire aux Affaires étrangères, Onur Oymen, à Malte, le 16 avril 1997 en marge du sommet euro-méditerranéen, le « dialogue » s’est poursuivi le 29 avril à Luxembourg et le 30 à Istanbul à l’occasion du sommet des États de la zone de coopération de la mer Noire, par des discussions Pangalos-Çiller. Le 8 juillet 1997, Costas Simitis et le président Demirel signent, en marge du sommet de l’OTAN à Madrid, un accord informel qui stipule que les deux États ne recourront pas à la force l’un contre l’autre. Le 9 juin 1998, İsmail Cem et Théodore Pangalos signent un nouvel accord informel inspiré du mémorandum de Vouliagmeni (signé dix ans auparavant !) mais qui contient une précision de taille : les deux États s’engagent à ne pas procéder à des manœuvres militaires en juillet et en août. L’accord est placé sous l’égide de Javier Solana, secrétaire général de l’OTAN. Au moins les autres États-membres de l’Alliance n’auront plus à craindre que leurs ressortissants en villégiature dans la région se trouvent pris au milieu d’une guerre helléno-turque ! En revanche, les discussions achoppent sur le recours à la CIJ : İsmail Cem propose le 12 février 1998 des négociations bilatérales et se voit répondre, le 24 février, que la seule solution acceptable par la Grèce est un recours à la CIJ.

  • 19 Selon la formule diplomatique citée par Le Monde du 23 mai 1997.
  • 20 Côté grec, il sagissait dans un premier temps des professeurs Argyris Fatouros et Krateros Ioannou
  • 21 Şükrü Elekdağ, « 2 1/2 War Strategy », Perceptions (Ankara), 1 (1), March-May 1996, p. 33-57.
  • 22 Théodore Couloumbis & Louis Klarevas, Prospects for Greek-Turkish Reconciliation in a Changing Inte (...)

34En avril 1997, la présidence néerlandaise de l’UE propose de réunir un Comité de quatre sages devant rédiger un rapport trouvant des « solutions équilibrées »19. Les Sages désignés par leurs gouvernements sont Suat Bilge et Şükrü Elekdağ, Christos Rozakis et Théodore Couloumbis20. Le premier est professeur à l’Université d’Ankara et a une conception des relations helléno-turques assez proche de la position officielle. Le second, ancien diplomate, est un « faucon » qui considère que la Turquie est menacée par une alliance entre la Grèce, la Syrie et le PKK : c’est la thèse des deux ennemis et demi (le PKK n’étant pas un État)21. Christos Rozakis, professeur de droit international, est plutôt une « colombe », ce qui lui a valu les attaques répétées de députés nationalistes de gauche comme de droite lors de son court passage au secrétariat d’État aux Affaires étrangères (septembre 1996-janvier 1997). Théodore Couloumbis, vice-président d’ELIAMEP, est le co-auteur d’une étude sur la réconciliation helléno-turque22. Les Sages ne se réunissent qu’une fois : le gouvernement turc ne veut plus entendre parler d’initiative de l’UE après le sommet de Luxembourg (12-13 décembre 1997) dont le résultat est la non-inclusion de la Turquie dans la liste des États candidats à l’UE.

35L’ultime rencontre Simitis-Yιlmaz, le 12 octobre 1998 à Antalya en marge du sommet des États balkaniques, ne change rien. Quelques jours plus tard vraisemblablement, Abdullah Öcalan, chef du PKK quitte secrètement la Syrie. Le 16 février 1999, il est fait prisonnier par un commando des services de sécurité turcs à Nairobi alors qu’il vient de quitter l’ambassade de Grèce. Éclate la troisième grave crise en douze ans : les forces armées grecques sont placées en état d’alerte par crainte de représailles militaires ; Théodore Pangalos démissionne le 18 février et est remplacé par Yorgos Papandréou.

36Ce dernier relance le « dialogue » le 16 avril 1999 au cours d’une rencontre avec İsmail Cem à propos des réfugiés kosovars, en marge du sommet euro-méditerranéen de Stuttgart. Le 30 juin 1999, les deux ministres se rencontrent à nouveau, en marge d’une réunion au siège des Nations unies à New York. Il n’est plus question de négocier sur l’essentiel (le dossier chypriote, la mer Égée) mais sur le tourisme, l’environnement, le commerce, la culture, la coopération régionale et la sécurité (lutte contre les trafics, le terrorisme, etc.). Deux réunions d’experts ont lieu entre le 26 et le 30 juillet 1999 à Ankara et Athènes. Quelques jours après paraît l’entretien de Yorgos Papandréou dans Kliket sa proposition de reconnaître l’existence d’une « minorité turque » en Grèce (voir chapitre 3). Le tremblement de terre en Turquie, le 17 août 1999 constitue une étape décisive dans le retour à des relations plus paisibles entre les deux États : le gouvernement et la population grecs font de gros efforts en faveur des victimes, s’attirant ainsi la sympathie de la population turque et permettant au gouvernement turc de renouer plus ouvertement le dialogue sans avoir l’air de tirer un trait sur le dossier « complicités grecques d’Öcalan ». Ce que certains nomment improprement « la diplomatie du tremblement de terre » a commencé quelques mois plus tôt. Quant aux dossiers traités, ils n’ont pas changé depuis le « processus » avorté de Davos. La décision prise le 11 décembre 1999 au sommet européen d’Helsinki de retenir la candidature de la Turquie à l’UE changera peut-être la donne et conduira peut-être la Turquie à accepter de recourir à la CIJ pour régler les contentieux en mer Égée. C’est du moins le pari de la diplomatie grecque. Le voyage officiel de Yorgos Papandréou du 19 au 22 janvier 2000, le premier de ce type en Turquie depuis la visite d’Evangelos Averoff en 1962, paraît d’une portée presque égale à celui de Turgut Özal à Athènes en 1988. Les résultats restent pourtant modestes : les ministres des Affaires étrangères grec et turc ont signé quatre accords, sur la promotion et la protection des investissements, la fin de la double taxation, le tourisme, et la coopération judiciaire (lutte contre le crime organisé et l’immigration illégale), soit des accords qui avaient déjà fait l’objet de négociations entre Michalis Papaconstantinou et Hikmet Çetin sept ans auparavant !

Le même processus sans cesse répété ?

37Finalement, toutes ces tentatives paraissent promises au sort de Phénix : elles naissent, se développent et meurent en raison d’une crise, d’un changement de gouvernement ou tout simplement de l’absence de concession de l’une ou l’autre partie. Il paraît légitime de se demander pourquoi le même processus se reproduit à chaque fois.

38Il s’agit, d’abord, de la même logique fondée sur la croyance en le pouvoir quasi-magique des personnalités charismatiques : dès lors qu’un dirigeant politique se sent en position de force sur sa scène politique interne, il tente de lancer une nouvelle initiative en direction de l’autre État. Dans l’histoire diplomatique helléno-turque, deux autres périodes présentent des traits communs avec le processus de Davos : les différentes rencontres entre le Premier ministre Constantin Caramanlis et son homologue turc au milieu des années 1970 ; la réconciliation helléno-turque de 1930. Nous pourrions également citer la période de l’immédiat après-guerre et les visites officielles de l’année 1952 : nous l’excluons parce qu’elle correspond à la phase la plus dure de la Guerre froide, voit l’intervention très marquée des États-Unis et ne correspond pas véritablement à une phase d’après-crise.

39Qu’en est-il des négociations diplomatiques des années 1970 ? Deux rencontres au niveau des Premiers ministres ont lieu : à Bruxelles le 31 mai 1975 entre Constantin Caramanlis et Süleyman Demirel ; à Montreux les 10 et 11 mars 1978 entre le même et Bülent Ecevit. Entre-temps les négociations se poursuivent au niveau des experts. Mais elles ne portent pratiquement que sur les nouvelles revendications turques au sujet de la mer Égée et Constantin Caramanlis croit pouvoir amener l’autre partie à accepter un recours conjoint à la CIJ. Or le différend est plus profond et le Premier ministre grec ne peut instituer un dialogue durable alors que la Turquie s’enfonce dans l’instabilité gouvernementale et la guerre civile jusqu’au coup d’État du 12 septembre 1980.

Le rapprochement de 1930 comme référence

40La véritable référence de tout rapprochement helléno-turc est celui de 1930. D’abord en raison de la situation antérieure : il ne s’agit pas d’une crise comme celles de 1987 ou de 1996 mais de la guerre helléno-turque de 1919-22 qui n’est que le prolongement de la première Guerre balkanique et de la Première Guerre mondiale au cours de laquelle la Grèce et la Turquie se sont trouvées dans des camps ennemis. La Grèce a dû accueillir plus d’un million de réfugiés d’Asie mineure (elle comptait alors cinq millions d’habitants), la Turquie est devenue une république que Mustafa Kemal entend hisser le plus vite possible au niveau économique, culturel et militaire voire politique des États occidentaux. Eleftherios Vénizélos était, jusqu’en 1922, le fervent partisan de la Megali Idea, l’Idée visant à la constitution d’une « Grèce des deux continents et des cinq mers ». Mustafa Kemal est le héraut et le champion du nationalisme turc. Cependant Vénizélos n’est pas responsable de l’aventure militaire de l’armée grecque en Asie mineure, laquelle a outrepassé le mandat confié par les Puissances pour l’administration de la région de Smyrne/Izmir en portant le combat (encouragée par les Britanniques) contre l’armée nationaliste en voie de constitution par Mustafa Kemal en Anatolie. Vénizélos a en effet perdu les élections de 1920 ; il pourra plus aisément mener la réconciliation avec Mustafa Kemal. Celui-ci paraît anticiper la future réconciliation :

  • 23 Vamık Volkan & Norman Iztkowitz, Turks & Greeks. Neighbours in Conflict, Huntingdon (UK), The Eothe (...)

« Mustafa Kemal entered Izmir on 10 September 1922 as the hero of the Turks, who made available to him the house in which King Constantine had stayed and where he had trampled the Turkish flag as he entered. A Greek flag was spread out on the marble entrance steps of the house, and Mustafa Kemal was expected to walk on it. He objected, however, saying that a countrys honor should not be traded upon and that he did not propose to follow the erroneous example of Constantine. »23

41Deux mois plus tard, il déclare à une journaliste britannique, Grace Ellison :

  • 24 Cité par Alexis Alexandris, « Turkish Policy during the Second World War and Its Impact on Greek-Tu (...)

« I could never myself keep on hating a nation for the mistakes of its Government... And towards the Greeks I feel the same. I am confident that we shall soon be great friends, friends as we were before the Powers intervened. »24

42Ces gestes et discours de Mustafa Kemal contribuent à sa légende d’homme charismatique. Car c’est bien de charisme dont il s’agit : Vénizélos et Mustafa Kemal sont effet tous les deux considérés comme des chefs charismatiques au sens de Max Weber :

  • 25 Max Weber, Économie et société/1. Les catégories de la sociologie, (1922), Paris, Plon « Pocket », (...)

« Nous appelons charisme la qualité extraordinaire (à l’origine déterminée de façon magique tant chez les prophètes et les sages, thérapeutes et juristes, que chez les chefs des peuples chasseurs et les héros guerriers) d’un personnage, qui est, pour ainsi dire, doué de forces ou de caractères surnaturels ou surhumains ou tout au moins en dehors de la vie quotidienne, inaccessibles au commun des mortels ; ou encore qui est considéré comme envoyé de Dieu ou comme un exemple, et en conséquence considéré comme un “chef” [Fürher]. Bien entendu, conceptuellement, il est tout à fait indifférent de savoir comment la qualité en question devrait être jugée correctement sur le plan “objectif”, d’un point de vue éthique, esthétique ou autre ; ce qui importe seulement, c’est de savoir comment la considèrent effectivement ceux qui sont dominés charismatiquement, les adeptes [Anhänger] ».25

43Il n’est donc pas question de discuter du charisme des deux dirigeants comme d’une qualité intrinsèque. Comme l’explique très clairement Max Weber, la domination charismatique n’existe que parce qu’il y a des individus ou des groupes qui acceptent d’être dominés sous cette forme. Ce sont ces dominés qui attribuent à celui qu’ils reconnaissent pour leur chef des « forces ou de caractères surnaturels ou surhumains ou tout au moins en dehors de la vie quotidienne, inaccessibles au commun des mortels ». Vénizélos est présenté par ses partisans comme celui qui a tiré la Grèce du marasme qui suivit la guerre helléno-turque de 1897. Installé au pouvoir par des militaires libéraux qui avaient mené le coup d’État d’avril 1909, il est le vainqueur des Guerres balkaniques et de la Première Guerre mondiale. Il est également présenté comme le sauveur de la Grèce après la « Grande Catastrophe » qu’a été la défaite face à l’armée turque et 1922 et la fuite des Grecs d’Asie mineure. Mustafa Kemal n’est pas en reste, lui qui a sauvé la Turquie du démembrement voulu par les Puissances, lui qui a rendu sa fierté au peuple turc après les siècles de déclin de l’Empire ottoman (disent ses partisans ou, pour reprendre le terme de Max Weber, ses « adeptes »).

  • 26 Bien que le roi de Grèce soit perçu par une bonne partie de la population grecque comme linstrumen (...)

44De plus, les deux dirigeants peuvent difficilement se réclamer des deux autres formes de domination légitime de la typologie de Max Weber, à savoir la domination légale et la domination traditionnelle. Eleftherios Vénizélos a certes remporté plusieurs fois les élections et peut donc arguer de sa légitimité de ce point de vue. Mais ses partisans ont aussi utilisé le coup de force (1909, 1922) pour imposer leur champion. Lui-même a instauré un gouvernement provisoire contre le roi en 1916, ce qui n’était pas précisément légal. Mustafa Kemal est lui aussi entré en rébellion contre le sultan signataire du traité de Sèvres. Quant à la domination traditionnelle, seul le sultan et le roi26 pouvaient se prévaloir de sa légitimité.

45Les considérations politiques sont bien évidemment omniprésentes dans les décisions conduisant au rapprochement de 1930, notamment l’instabilité croissante de l’Europe orientale et du sud et la montée en puissance de l’Italie fasciste présente dans le Dodécanèse et non dénuée d’ambitions expansionnistes dans la région. D’autre part, l’échange de population de 1923 a considérablement fait avancer les projets nationaux des deux protagonistes : les minorités musulmane de Thrace et grecque d’Istanbul sont suffisamment réduites pour ne plus menacer de manière symbolique deux conceptions très voisines de l’État-nation inspirées essentiellement du modèle romantique allemand de la nation fondée sur le ius sanguinis. L’irrédentisme grec s’est, quant à lui, noyé dans les eaux du port de Smyrne le 9 septembre 1922, et Mustafa Kemal édicte une politique étrangère qui rejette toute idée de reconquête des territoires ottomans perdus, même s’il fera une exception notable dans le cas du sandjak d’Alexandrette (Hatay). Ces considérations n’échappent pas aux « adeptes » et encore moins à ceux qui n’en sont pas. Toutefois, les premiers rétorquent aux seconds que l’hostilité était telle entre les deux nations que seules de telles personnalités pouvaient convaincre de la nécessité d’un rapprochement et le mettre en œuvre. Notre objectif n’est pas d’entrer dans ce débat mais de tenter de comprendre pourquoi le rapprochement de 1930 sert de modèle à toutes les tentatives en ce sens depuis lors, c’est-à-dire pourquoi les acteurs étatiques comme non étatiques rappellent si souvent ce rapprochement.

46Résumons l’histoire de ce rapprochement : le 30 août 1928, soit onze jours après sa victoire aux élections législatives, Elefthérios Vénizélos écrit au Premier ministre turc İsmet İnönü et au ministre des Affaires étrangères, Rüştü Aras. S’engagent alors des négociations qui aboutissent à un premier accord signé par Rüştü Aras et l’ambassadeur grec à Ankara, Spyridon Polychroniadis (10 juin 1930) qui met un terme aux litiges engendrés par l’échange de population et les imprécisions du traité de Lausanne. Vénizélos effectue ensuite une visite officielle à Ankara où il signe, le 30 octobre 1930, un traité de neutralité, conciliation et arbitrage, un protocole sur la parité des armements navals et une convention commerciale. Le 3 octobre 1931, İsmet İnönü et Rüştü Aras sont reçus triomphalement à Athènes :

  • 27 Alexis Alexandris, « Turkish Policy during the Second World War and Its Impact on Greek-Turkish Det (...)

« The warm welcome accorded by the Athenian population to the Turkish leaders was remarkable, the more so as the crowds were comprised mainly of Anatolian Greeks who had been driven out of Turkey in 1922-1924. »27

47Cet accueil paraît indiquer que la population adhère à l’idée du rapprochement, adhésion qui peut être imputée au charisme des dirigeants politiques qui ont accompli l’exploit quasi-« magique » de réconcilier deux peuples auparavant ennemis.

  • 28 Idem, p. 171.

48Les relations entre les deux États s’améliorent aussi au niveau commercial puisqu’un décret grec du 9 février 1931 accorde le statut de nation la plus favorisée à la Turquie sous réserve de réciprocité. La défaite de Vénizélos aux élections de mars 1933 n’interrompt pas le processus de rapprochement : son successeur, Panayis Tsaldaris, poursuit les discussions qui aboutissent à l’accord commercial du 9 mai 1933 signé à Athènes par le ministre de l’Économie Celâl Bayar (lequel reviendra à Athènes dix-neuf ans plus tard en tant que président de la République). Rüştü Aras visite encore Athènes le 16 juillet 1933. Le 14 septembre 1933 un traité d’amitié helléno-turc est signé à l’occasion de la visite de Panayis Tsaldaris à Ankara. Par le Traité, Grecs et Turcs garantissent mutuellement l’inviolabilité de leurs frontières. C’est l’apogée du processus. Par la suite, les accords se multiplient : un accord commercial signé le 13 novembre 1934 à Ankara ouvre la voie à une coopération commerciale ; le traité créant l’Entente balkanique (Grèce, Turquie, Roumanie et Yougoslavie) du 9 février 1934 ; mais la coopération en matière militaire reste très limitée. Néanmoins, le traité d’Athènes du 27 avril 1938 est valable dix ans : chaque État doit empêcher le passage sur son territoire de troupes et d’armements destinés à attaquer l’autre État. Le Traité d’assistance mutuelle entre la France, la Grande-Bretagne et la Turquie du 19 octobre 1939 stipule que la Turquie doit apporter son aide aux deux États en cas d’agression contre eux en Méditerranée mais aussi si ceux-ci doivent eux-mêmes porter secours à la Grèce et à la Roumanie. « Thus, by late 1939, both Greece and Turkey came under the diplomatic and military umbrella of the Franco-British bloc »28.

  • 29 Cité par Alexis Alexandris, idem, p. 160.

49Une véritable alliance se construit donc entre les deux États, et ce malgré les changements de gouvernement en Grèce (le libéral Vénizélos puis le conservateur Tsaldaris et enfin le dictateur Metaxas) et après la mort d’Atatürk le 10 novembre 1938. S’agit-il pour autant d’une alliance solide ? Le projet vénizéliste d’une « fédération orientale »29 helléno-turque (1933) est sans doute trop ambitieux pour l’époque. Mais les deux États trahissent leurs engagements : les mesures de Metaxas contre la minorité musulmane de Thrace à partir de 1938 vont à l’encontre sinon de la lettre du moins de l’esprit des accords bilatéraux. L’attitude ambiguë d’İsmet İnönü devenu président de la République vis-à-vis de l’Allemagne et son non-engagement militaire aux côtés de la Grèce et plus largement des Alliés pose également problème. Le rapprochement de 1930 fut donc sans aucun doute le plus poussé qu’aient connu la Grèce et la Turquie mais il ne survécut pas à l’épreuve décisive, à savoir le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale à l’inverse, par exemple, de l’Entente cordiale franco-britannique qui passa avec succès l’épreuve de la Première, ou de la réconciliation franco-allemande qui fut pourtant affectée par l’unification de l’Allemagne (1990).

Le modèle charismatique toujours d’actualité ?

50Outre le caractère poussé du rapprochement des années 1930, les contemporains eux-mêmes purent regretter Vénizélos et Atatürk parce que Metaxas n’était pas Vénizélos et İnönü président eut un autre comportement qu’İnönü Premier ministre d’Atatürk. Or les deux personnages conservèrent leur charisme par-delà leur mort, c’est-à-dire qu’il se trouve encore un grand nombre d’individus pour les considérer comme « charismatiques ». Si nous nous en tenons aux périodes de rapprochement, qu’observons-nous ? Côté grec, nous avons déjà parlé du rôle de Constantin Mitsotakis dans la préparation du processus de Davos puis dans les tentatives de rapprochement des années 1990-93. Constantin Mitsotakis, neveu de Vénizélos, était membre de l’Union du Centre (Ενωσις του Κέντρου), regroupement des différentes tendances vénizélistes fondé en 1961 et était le chef de file de l’aile droite du parti, c’est-à-dire les libéraux, tendance dans laquelle se trouvait aussi Michalis Papaconstantinou. L’aile gauche du parti en revanche était alors menée par Andréas Papandréou, fils du dirigeant du parti, Georges Papandréou, lequel avait commencé sa carrière comme gouverneur des îles de l’Égée orientale nommé par Vénizélos (1917-1920), plus tard ministre de l’Éducation de ce dernier (1930-32). En somme, les protagonistes politiques du rapprochement avec la Turquie dans les années 1980-90 sont tous issus de la tradition vénizéliste. Nuançons toutefois cette affirmation : Andréas Papandréou s’est plutôt éloigné de cette tradition centriste et libérale mais il a conservé de l’héritage l’idée de la domination charismatique (qui, il est vrai, n’est pas propre aux dirigeants vénizélistes même s’ils ont utilisé cette carte le plus possible, voir les campagnes électorales de Georges Papandréou). D’autre part, Yorgos Papandréou (fils d’Andréas et petit-fils de Georges) n’a plus grand-chose de vénizéliste : il est, comme Costas Simitis, un social-démocrate formé en Europe occidentale. C’est peut-être ici que meurt vraiment le vénizélisme et que nous entrons dans une nouvelle ère de la politique grecque.

  • 30 Le premier de ses articles (paru dans H Καθημεpινή du 23 mai 1981) reproduit dans son livre Πρώτο θ (...)
  • 31 Entretien à Athènes, 21 décembre 1998.

51Si nous observons maintenant les acteurs non étatiques, l’admiration pour Vénizélos est forte parmi les partisans d’un rapprochement qui se trouvent plutôt à droite de l’échiquier politique grec : Andréas Politakis, fils d’un général vénizéliste crétois, ne tarit pas d’éloges sur Atatürk et Vénizélos dont des photos ornent d’ailleurs son bureau30. Théodore Papalexopoulos, ancien président de la Conférence des industriels de Grèce (1982-1988) et fondateur, durant le processus de Davos, de l’association des hommes d’affaires gréco-turque, estime également qu’il faut des dirigeants tels que Vénizélos et Atatürk pour mener à bien un rapprochement helléno-turc31. Yiannis Tsalouchidis, homme d’affaires, ancien député ND et ancien secrétaire général du ministère de la Macédoine et de la Thrace (1989-1993), est encore plus explicite : son livre sur les relations helléno-turques porte comme titre : « Grèce-Turquie : à toute vitesse vers... 1930 », avec les photos de Vénizélos et d’Atatürk. Le contenu du livre correspond tout à fait à cette couverture : l’auteur s’évertue à démontrer que seuls deux hommes d’État charismatiques de la stature d’Atatürk et Vénizélos seraient en mesure de mener une réconciliation durable.

  • 32 Étienne Copeaux, « le consensus obligatoire », p. 89-104 in Isabelle Rigoni, Turquie. Les mille vis (...)
  • 33 Étienne Copeaux, Espaces et temps de la nation turque. Analyse dune historiographie nationaliste, (...)
  • 34 Mehmet Ali Birand, Shirts of Steel. An Anatomy of the Turkish Armed Forces, London, I. B. Tauris, 1 (...)

52Côté turc, Atatürk – le père des Turcs, nom qui lui a été attribué par la Grande Assemblée nationale en 1934 – fait toujours l’objet d’un véritable culte de la personnalité, comme peut le remarquer tout observateur de la Turquie contemporaine : statues, portraits, citations dans la rue, dans les locaux des institutions publiques ou privées, dans les magasins quand ce n’est pas chez les particuliers. Le jour de l’anniversaire de sa mort (10 novembre 1938) à l’heure de son décès (9 h 05), toute la Turquie se fige (sous peine de poursuites) pour une minute de silence32. Ce culte de la personnalité se retrouve dans les manuels scolaires, mais, comme le note Étienne Copeaux, beaucoup plus fortement depuis les années 1985-8633. Mehmet Ali Birand relève que le temps consacré à Atatürk et l’atatürkisme dans les cours des écoles militaires est passé de 5 % du nombre d’heures de cours total dans les années 1950 à 8-9 % après le coup d’État de 1960 et 20 % au début des années 1990 : « Atatürk means everything for an officer: banner, guide, expert in military tactics and helper in solving problems »34.

53Pour les politiciens turcs, plus que pour les politiciens grecs vis-à-vis de Vénizélos, la référence à Atatürk est une quasi-obligation, d’autant que toute métaphore ou allusion au fondateur de la Turquie moderne est compréhensible par une population nourrie de ses préceptes. Même si, ces dernières années, l’héritage d’Atatürk a été critiqué par les « islamistes » ou par les ultranationalistes, son modèle de domination charismatique demeure. De Bülent Ecevit à Turgut Özal, tous les dirigeants politiques cherchent à exploiter cette ressource qu’est le charisme dans un pays où le taux d’analphabétisme reste élevé (8,3 % des hommes, 27,2 % des femmes) et donc où les effets rhétoriques et l’image – notamment à la télévision – sont cruciaux. Le caractère autoritaire par bien des aspects de la République turque, marquée par trois coups d’État militaires en vingt ans et une constitution de 1982 édictée à la suite du dernier de ces coups, est également une donnée majeure : les dirigeants politiques imposent d’en haut et ne s’appuient pratiquement pas sur une « base », à l’exception notable des « islamistes » qui peuvent se targuer d’en avoir une assez solide. D’où la nécessité de jouer la carte du charisme pour faire passer messages, programmes et mesures gouvernementales, à condition bien sûr que le charme opère sur le public, qu’il y ait des « adeptes » comme dit Max Weber, ce qui n’est bien sûr pas toujours le cas : un dirigeant comme Mesut Yılmaz, dont le parti, l’ANAP, est en baisse constante depuis qu’il en a pris la direction, paraît effectivement dépourvu du charisme dont pouvait se prévaloir Turgut Özal. Quant à İsmail Cem, l’interlocuteur de Yorgos Papandréou, il ne semble pas non plus décidé à manier une telle ressource, à supposer qu’il soit en mesure de le faire avec autant d’efficacité que le dirigeant de son parti et Premier ministre, Bülent Ecevit.

54C’est peut-être là la chance du « dialogue helléno-turc » actuel : ses promoteurs commencent par négocier sur des questions qui ne sont pas des enjeux cruciaux des relations bilatérales et ne paraissent pas utiliser ces négociations à des fins de politique intérieure (en suscitant notamment l’adhésion à leur charisme en partie forgé par leurs succès sur la scène internationale). Les dirigeants actuels paraissent davantage décidés à faire accepter le dialogue par leurs scènes politiques internes respectives par des moyens rationnels-légaux, c’est-à-dire en justifiant de futures concessions par le recours à la Cour internationale de Justice (cas grec) ou par l’obtention d’avantages par ailleurs (adhésion à l’Union européenne, investissements grecs, ouverture du marché grec, dans le cas turc). Aucun dirigeant de l’un ou l’autre État ne peut aujourd’hui se prévaloir du charisme nécessaire (c’est-à-dire qu’ils n’ont plus assez d’«adeptes » et que ceux-ci ne le sont plus autant) à l’imposition de concessions faites à l’autre État. Quant à une réconciliation durable, l’illusion de son imposition par le charisme de deux « hommes d’État » se dissipe.

  • 35 Entretien avec le professeur Stephanos Pesmazoglou (Athènes, 5 novembre 1998).

55Pourtant, il se trouve encore nombre d’acteurs, politiques, étatiques ou non, qui estiment encore que la réconciliation passe bel et bien par l’action énergique de deux « hommes d’État » charismatiques. L’exemple de la réconciliation franco-allemande est alors cité mais comme le fruit de la seule action commune du chancelier Conrad Adenauer et du président de Gaulle, signataires du Traité de coopération franco-allemande (22 janvier 1963). Or croire que cette réconciliation n’est que le fait du rapprochement opéré par deux hommes d’État, c’est rester dans l’illusion que le modèle des deux chefs charismatiques peut aussi fonctionner dans le cas du conflit helléno-turc. Le rapprochement amorcé par Eleftherios Vénizélos et Mustafa Kemal a peut-être duré mais le traitement infligé aux minorités turques de Thrace à partir de Metaxas et grecque de Turquie pendant la Seconde Guerre mondiale montre à quel point ce rapprochement était fragile et combien la réconciliation était superficielle. La suite l’a prouvé de manière tragique. La réconciliation franco-allemande avait commencé des années avant le 22 janvier 1963. Au niveau institutionnel, la Communauté européenne de Défense (CED) a peut-être été enterrée (1954) par des députés français inquiets du réarmement de l’Allemagne, mais la coopération économique et les relations entre industriels s’accroissaient déjà, notamment dans le cadre de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) créée en 1951. Dans l’opinion publique, la différenciation entre Allemands et nazis commença à s’opérer dès la fin de la guerre, le procès de Nuremberg mettant en évidence la responsabilité des dirigeants nazis, dévoilant la persécution dont avaient été victimes leurs opposants allemands. L’épuration en France participa de cette mise en évidence du caractère idéologique de la guerre (alors que la Première Guerre mondiale avait été une guerre de nations). Quant aux intellectuels français et allemands, leurs échanges avant et après-guerre étaient incomparablement plus nombreux que ceux qui existent aujourd’hui entre intellectuels grecs et turcs. Pour ne citer que les deux personnalités majeures que furent Raymond Aron et Jean-Paul Sartre, tous deux avaient étudié en Allemagne durant les années 1930 et étaient germanophones. Le dialogue philosophique, littéraire, scientifique, artistique, etc. entre les deux pays n’a jamais cessé. Peu d’intellectuels grecs et turcs connaissent aujourd’hui la langue de l’autre à moins de l’enseigner. Et le colloque Socio-political Sciences and Historiography in Turkey Today organisé par le département d’Histoire et de Science politique de l’université de Panteion à Athènes du 28 au 30 mai 1998 constitue la première vraie rencontre du genre entre universitaires en sciences humaines grecs et turcs, de l’aveu même des organisateurs35.

56Cette rapide comparaison entre les deux cas, franco-allemand et helléno-turc, montre à quel point l’illusion d’une réconciliation initiée seulement d’en-haut est illusoire. Une réconciliation durable nécessite plus que la bonne volonté des plus hauts responsables politiques. Elle nécessite de toute évidence une implication des sociétés aussi grande que dans le conflit.

57Les diverses tentatives étudiées ici, si elles paraissent en revenir toujours au même point, avec des fortunes diverses, n’en connaissent pas moins des changements notables. Le lecteur pourrait compter le nombre de fois où nous utilisons l’expression « en marge du sommet » (ou de la réunion). L’un des grands changements des négociations depuis Davos consiste précisément dans la contribution de plus en plus importante des organisations ou des forums internationaux dans les tentatives de rapprocher Grecs et Turcs, dans l’utilisation de plus en plus fréquente de ceux-ci par les deux parties.

Coopérations et rivalités régionales

58Les bouleversements que connaît l’Europe du Sud-Est durant la décennie 1990 entrent fortement en interaction avec le conflit helléno-turc. D’une part, la chute des régimes pro-soviétiques ouvre la voie à de possibles réalignements, notamment au retour des alliances de la Première Guerre mondiale, voire fait craindre la fin de l’OTAN, ce qui aurait pour effet d’éloigner encore davantage Grèce et Turquie l’une de l’autre. Mais, parallèlement, les initiatives de coopération régionale et l’instabilité politique et économique de la région contraignent les gouvernements à travailler ensemble.

  • 36 Le gouvernement grec ne lève létat de guerre avec lAlbanie, décrété en 1940, quen 1987.

59Durant la Bipolarité, les relations de la Grèce et de la Turquie avec les États voisins sont limitées. La Bulgarie et la Roumanie se trouvent dans le bloc soviétique même si Ceaucescu ne s’aligne pas toujours mécaniquement sur Moscou. Cependant, l’état des relations helléno-turques et, consécutivement, bilatérales avec les États-Unis, favorisent des rapprochements avec l’Est (voir chapitre 1). L’Albanie est repliée sur elle-même de par la volonté d’Enver Hoxda36. Seules les relations avec la Yougoslavie sont durables, puisque, à la suite de la rupture Tito-Staline de 1948, le premier se rapproche du bloc occidental et conclue un accord tripartite avec la Grèce et la Turquie à Bled en 1953. La reprise du dialogue interbalkanique dès 1976 à la faveur de la Détente ne peut cependant pas prétendre changer les données du problème. Jusqu’en 1990, il y a un clivage très net entre Grèce et Turquie d’une part, pays à économie de marché et membres de l’OTAN, et les États qui se disent « socialistes ». Les quelques points de convergence politique ne masquent pas l’appartenance à des blocs antagonistes. Le commerce se porte bien, même si son niveau reste bien inférieur au niveau de celui avec la CEE. Reste la bombe à retardement que constitue le sort des minorités de l’autre dans chaque État, « musulmane » (turque) de Bulgarie et de Grèce, albanaise en Yougoslavie, grecque en Albanie, slavo-macédonienne en Grèce, sans parler de la Turquie... Or, tout changement affectant l’une peut affecter les autres par un « effet-domino » plus que jamais d’actualité. L’éclatement de la Yougoslavie inquiète non seulement par ses répercussions stratégiques, par ses effets déstabilisateurs, mais aussi en raison de cette question des minorités.

Guerres yougoslaves et risque de régionalisation du conflit helléno-turc

60Apparatchiks communistes et « nouveaux » politiciens instrumentalisent le nationalisme et les référents religieux afin de conserver le pouvoir. Or, et c’est ici que le risque de régionalisation du conflit apparaît clairement, ils trouvent des oreilles attentives dans les classes politiques grecque et turque.

  • 37 Dans les Balkans, ladjectif « turc » désigne souvent le musulman et vice-versa, en référence à lé (...)

61La minorité turque de Bulgarie compte un million de personnes soit 10 % de la population du pays. Commencée au début des années 1970, la politique d’assimilation forcée de la minorité turque de Bulgarie culmine en 1984-85 avec la bulgarisation des noms puis l’expulsion et l’exil de quelques 300 000 Turcs citoyens bulgares au printemps 1989. La chute de Todor Zivkov (10 novembre 1989) met fin à cette politique. Entre-temps, le gouvernement grec s’est rapproché du gouvernement bulgare contre la Turquie. La république yougoslave de Macédoine ne compte environ que 86 000 citoyens qui se disent Turcs soit 4,5 % de la population, selon le recensement de 1981 ; mais entre 20 et 30 % de sa population est albanaise-musulmane. De même, 90 % de la population du Kosovo est albanaise (musulmane à 95 %) et 5 % turque. Ces populations et les musulmans bosniaques ont des relations diverses avec la Turquie, en appellent au gouvernement turc ou intéressent les politiciens turcs37. 57 000 citoyens albanais sont « hellénophones » selon le gouvernement albanais, mais les milieux nationalistes grecs estiment leur nombre à 400 000, chiffre qui engloberait en fait tous les citoyens albanais orthodoxes. Quant à la minorité slavo-macédonienne de Grèce, son existence même est l’objet d’un contentieux entre Athènes et Skopje...

  • 38 Kiro Nikolovski (universitaire slavo-macédonien), « La naissance dun axe islamique européenne », H (...)
  • 39 Xavier Bougarel, Bosnie. Anatomie dun conflit, Paris, La Découverte, 1996, 174 p.

62Comme nous l’avons dit en introduction, le « choc des civilisations » n’est qu’une pseudo-théorie reprenant telle quelle le discours des acteurs. Les nationalistes de tout bord peuvent bien évoquer « l’axe orthodoxe » ou « l’arc islamique »38, la thèse de l’affrontement inéluctable entre chrétiens orthodoxes et musulmans ne résiste pas à l’épreuve de la réalité, c’est-à-dire de la coexistence et du « bon voisinage » (komşiluk en Bosnie-Herzégovine39). Les nationalistes grecs parlent parfois plutôt de « civilisation grecque orthodoxe » (formule des Colonels) que de « l’axe orthodoxe », par rejet des Slaves, considérés comme moins civilisés. Dans les Balkans, les modes de vie, les traditions et les différenciations – sur le mode du « narcissisme des petites différences » conceptualisé par Sigmund Freud – sont trop complexes, comme dans de nombreuses régions du monde, pour délimiter sérieusement des « lignes de front » entre chrétiens et musulmans.

63Le gouvernement grec n’avait aucun intérêt à la disparition de la Yougoslavie, son allié traditionnel dans les Balkans. Par « traditionnel », nous voulons dire que les deux États prenaient garde de ne pas se heurter de front et avaient un intérêt commun à contenir les revendications bulgares en Macédoine (au nom de la bulgarité des Slavo-macédoniens) et albanaises en Macédoine yougoslave, au Kosovo voire en Épire (en raison de la présence d’une population albanophone). Seule exception : la période de la guerre civile grecque, lorsque Tito rêvait de confédération balkanique incluant l’Albanie et la Bulgarie et éventuellement le nord de la Grèce.

  • 40 Voir Jean Charpentier, « Les déclarations des Douze sur la reconnaissance des nouveaux États », Rev (...)

64D’un strict point de vue géographique, le territoire de l’ex-Yougoslavie représente aussi le lien continental entre la Grèce et l’Europe occidentale. En pratique, l’axe routier et ferré Thessalonique-Skopje-Belgrade-Zagreb-Ljubljana revêt une importance primordiale pour le commerce entre la Grèce et le reste de la CEE, notamment l’Allemagne. De même pour le tourisme dont l’activité stagne du fait de la fermeture de l’axe routier et des risques d’extension du conflit. Sur le plan politique, le gouvernement grec est aussi hostile par principe à toute sécession que le sont les autres gouvernements. Les États-membres de la CEE ont d’ailleurs le plus grand mal à s’accorder sur la politique à suivre40.

  • 41 Sophia Clément, « Les Relations gréco-macédoniennes : de laffrontement au rapprochement », Politiq (...)
  • 42 Ce parti, principale force dopposition depuis 1990, est au pouvoir depuis novembre 1998.
  • 43 Loring Danforth, The Macedonian Conflict. Ethnic Nationalism in a Transnational World, Princeton, P (...)
  • 44 Anastasia Karakadisou, Fields of Wheat, Hills of Blood : Passages to Nationhood in Greek Macedonia, (...)

65La préoccupation la plus immédiate (chronologiquement et géographiquement) du gouvernement grec est la sécession de la république yougoslave de Macédoine (17 septembre 1991). Sa constitution fait en effet allusion à des terres irrédentes (la Macédoine grecque) et sur son drapeau (choisi le 21 août 1992) figure le « soleil de Vergina », symbole de la dynastie des rois de la Macédoine antique (donc Grecs)41. Les groupes nationalistes slavo-macédoniens, dont l’Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne (ORIM ou VMRO) reformée officiellement42, et en diaspora43, revendiquent la création d’une grande Macédoine intégrant la ville de Thessalonique. D’autre part, la minorité slavo-macédonienne de Grèce ressort de la non-existence où elle était confinée depuis la fin de la guerre civile grecque44.

66Ces éléments, ainsi que la non-satisfaction des revendications citoyennes des Albanais de la république de Macédoine font craindre au gouvernement grec une déstabilisation du sud des Balkans au moment où la guerre éclate en Croatie puis en Bosnie-Herzégovine. Mais le ministre des Affaires étrangères (1990-1992), Antonis Samaras, tente d’exploiter politiquement la question en énonçant une position radicale qui handicape tout accord définitif : la Grèce ne reconnaîtra en aucun cas un État portant le nom de Macédoine ou un dérivé de ce mot (4 septembre 1991), ce qui contraint la communauté internationale (CEE et ONU) à opter pour la formule : « ex-République yougoslave de Macédoine » (ERYM). Surtout, cette position maladroite et mal expliquée brouille l’image de la Grèce auprès de ses partenaires occidentaux, au point que la presse internationale affirme parfois que la Grèce et la Serbie veulent se partager la Macédoine ex-yougoslave ! Ce conflit diplomatique prend une énorme ampleur en Grèce de 1992 à 1995 (voir chapitre 6), avant que les relations bilatérales ne se normalisent après le premier accord bilatéral (13 octobre 1995).

  • 45 Voir Christophe Chiclet, « Les relations gréco-albanaises, amours ambiguës », CEMOTI, (29), janvier (...)
  • 46 Le Monde du 12 juillet 1993.

67Un second facteur peut laisser penser que le gouvernement grec est de facto allié à la Serbie de Slobodan Milošević : ce sont les relations albano-helléniques45. Dans un premier temps, le gouvernement grec se satisfait de la transition menée par Ramiz Alia, successeur d’Enver Hoxda, même s’il s’inquiète de l’arrivée massive d’immigrants albanais. La Grèce engage une assistance financière à l’Albanie de 70 millions de dollars (juillet 1992). Constantin Mitostakis se rend à Tirana le 3 mai 1992. Le 7 novembre suivant, un accord de coopération militaire est conclu à Athènes. Mais le nouveau président albanais, Sali Berisha, élu en mars 1992, craint les revendications de la minorité hellénophone, dont l’annexion de « l’Épire du nord » par la Grèce. Le gouvernement albanais conteste l’élection de l’archevêque Anastasios (3 août 1992) à la tête de l’Église orthodoxe d’Albanie, puis il interdit de construire de nouvelles écoles grecques (18 décembre 1992). Un prêtre orthodoxe venu de Grèce est expulsé en juin 1993 sous l’accusation de propagande séparatiste ; le gouvernement grec répond (bien qu’il démente le lien de cause à effet) par l’expulsion de 23 000 immigrés albanais en situation irrégulière46. Ce type d’expulsion se reproduit ensuite à chaque crise, alors que près de 400 000 Albanais travaillent en Grèce, presque toujours en situation irrégulière.

  • 47 Ils seront arrêtés un an plus tard alors quils sapprêtaient à un nouvel attentat, Le Monde du 22 (...)
  • 48 Lettres des deux gouvernements au Conseil les 12 et 13 avril 1994 (documents S/1994/416 et 429).

68Plus grave, un commando du groupuscule d’extrême-droite MAVI (Μέτωπο Απελευθέρωσης του Βόρειoυ Ηπειρου, Front de Libération de l’Épire du nord) vêtu d’uniformes grecs attaque une caserne de l’armée albanaise et tue deux militaires le 10 avril 199447. L’attaque de la caserne albanaise provoque une crise qui remonte jusqu’au Conseil de sécurité de l’ONU48. Le gouvernement albanais réplique en traduisant en justice cinq dirigeants du parti politique Omonia qui défend les droits de la minorité grecque (août 1994). À la suite de leur condamnation, la Grèce bloque une aide économique communautaire de 35 millions d’ECU. La crise se dénoue finalement avec la levée du veto grec, et la libération des cinq dirigeants d’Omonia (décembre 1994, février 1995), non sans de fortes pressions internationales dont la médiation du sous-secrétaire d’État adjoint aux affaires européennes, Richard Holbrooke.

  • 49 Le Monde du 2 janvier 1997.

69D’autre part, le gouvernement grec s’inquiète de la détérioration de la situation économique en Albanie. Sali Berisha et son équipe semblent incapables d’endiguer la montée en puissance du crime organisé, à supposer qu’eux-mêmes ne soient pas impliqués. Se développent des trafics de drogue et d’armes, qui profiteront notamment à l’Armée de Libération du Kosovo (UÇK). Le gouvernement Berisha est finalement emporté par l’effondrement du système dit des « pyramides », une escroquerie à grande échelle couverte par les plus hautes autorités de l’État49. L’insurrection généralisée qui dévaste le pays de février à avril 1997 contraint finalement Sali Berisha à de nouvelles élections que l’opposition socialiste remporte puis à sa propre démission (23 juillet 1997). Les relations albano-helléniques s’améliorent alors.

70L’attitude des gouvernements et de « l’opinion publique » grecs vis-à-vis des nationalistes serbes constituent, aux yeux de nombreux observateurs, la meilleure preuve de la formation d’un « axe orthodoxe ». Outre son opposition à l’éclatement de la Yougoslavie, la diplomatie grecque cherche constamment, jusqu’à la guerre du Kosovo (mars 1999), à jouer les médiateurs entre ses partenaires de l’OTAN et de l’UE et les dirigeants yougoslaves et nationalistes bosno-serbes. La Grèce, au carrefour de l’Occident et des Balkans par ses alliances et sa situation géographique, serait la mieux placée pour une telle médiation, qui n’est pas sans rappeler les tentatives d’Andréas Papandréou pour s’entremettre entre l’Occident et les pays arabes, notamment entre la France et la Libye, au début des années 1980. Le principe de cette médiation est aussi que, à moins de renverser Milošević, il faut traiter avec lui, ce à quoi les États-Unis s’emploient d’ailleurs avant et après chaque guerre yougoslave. Or, d’une part il est difficile de négocier avec un Slobodan Milošević qui n’emploie et ne comprend visiblement que le langage de la force ; d’autre part, les efforts diplomatiques grecs sont brouillés par le soutien accordé aux nationalistes serbes dans la société et la classe politique grecque, au nom de l’orthodoxie, du nationalisme ou de l’anti-impérialisme...

71Isolés internationalement pendant tout le conflit en Croatie et en Bosnie-Herzégovine, Slobodan Milošević, président de Serbie puis de Yougoslavie, et les nationalistes bosno-serbes dirigés par Radovan Karadžić cherchent le soutien d’Athènes en appuyant très clairement leur discours sur une prétendue menace islamique dans les Balkans, sous la forme d’un retour en force de la Turquie dans une région dont l’Empire ottoman avait été définitivement chassé en 1912. Ce discours n’est évidemment pas à destination exclusive d’Athènes mais aussi de Sofia et de Skopje. Le gouvernement de Constantin Mitsotakis, et dans une moindre mesure celui d’Andréas Papandréou (1994-96), se laissent piéger dans une politique maladroite qui apparaît finalement comme un soutien à Belgrade et à Pale, capitale de Radovan Karadžić.

  • 50 Alors que les États occidentaux rappellent rapidement à l’ordre les compagnies italiennes et grecqu (...)
  • 51 Voir le Rapport du Secrétaire général de lONU S/24923 du 9 décembre 1992.

72Dans un premier temps, le gouvernement grec fait l’erreur de chercher le soutien de la nouvelle Yougoslavie contre la république de Macédoine. Les nationalistes serbes vont jusqu’à proclamer que cette république n’est en fait que la Serbie du sud que Tito aurait créé dans le seul but d’affaiblir le nationalisme serbe. Mais Slobodan Milošević a besoin, en réalité, de cet État-tampon par lequel passent tous les trafics, notamment de produits pétroliers, qui contournent les embargos50. D’autre part, les deux gouvernements de Skopje et Belgrade ont, tout le long du conflit en Bosnie-Herzégovine, la même préoccupation : faire obstacle au nationalisme albanais au Kosovo et dans l’ouest de la république de Macédoine. Le gouvernement de la république de Macédoine a même argué d’une menace d’intervention serbe pour obtenir l’envoi de « casques bleus », lesquels surveillent en fait les frontières avec l’Albanie et le Kosovo51. Slobodan Milošević n’a aucun scrupule vis-à-vis de son soi-disant allié grec pour reconnaître finalement, le 8 avril 1996, la république de Macédoine sous ce nom et non celui d’« ex-république yougoslave de Macédoine » attribué jusqu’à un règlement avec la Grèce. Seuls deux autres États avaient effectué une telle reconnaissance sous ce nom auparavant : la Bulgarie et la Turquie.

  • 52 Souligne Jean Catsiapis (car telle est lidée de Constantin Mitsotakis), « La Grèce et les Balkans  (...)

73La diplomatie grecque échoue dans ses tentatives de médiation : la conférence prévue le 21 septembre 1991 avec la Roumanie, la Bulgarie et la Serbie à Athènes, « tous États de religion orthodoxe »52 est annulée in extremis alors que la conférence de La Haye qui vient de s’achever a montré l’intransigeance des dirigeants serbes. Mêmes intentions et même résultat, deux ans plus tard avec le sommet d’Athènes sur la Bosnie-Herzégovine (1er-2 mai 1993) : l’intransigeance serbe ne fléchit pas.

  • 53 Notamment dans lÉglise orthodoxe grecque dont les évêques de Florina et de Komotini, deux régions (...)
  • 54 Ta Néa du 6 juin 1993.
  • 55 Le Monde du 16 juin 1993.
  • 56 Μακεδονία (Thessalonique) du 12 mai 1996.

74Radovan Karadžić joue sur la sympathie que la cause bosno-serbe inspire aux ultranationalistes grecs53. Mais l’opinion publique bénéficie d’une information pluraliste et, autant la presse distord parfois la vérité dans l’affaire macédonienne, autant les crimes de guerre et contre l’humanité commis par les milices de Radovan Karadžić font l’objet de la même couverture en Grèce qu’en Europe de l’ouest. Aussi le nombre de volontaires grecs enrôlés dans les milices serbes en Bosnie ne dépasse-t-il pas 5054. L’aide apportée publiquement aux Serbes de Bosnie se limite à des envois de vivres et surtout de médicaments. Radovan Karadžić peut s’écrier « seul Dieu et les Grecs nous soutiennent »55 lors d’une visite à Athènes le 15 juin 1993, lorsque Constantin Mitsotakis croyait encore pouvoir trouver un moyen d’arrêter la guerre par la diplomatie... Car ce soutien grec est tellement symbolique que le même Radovan Karadžić appelle encore à la constitution d’un « axe orthodoxe »56 Belgrade-Skopje-Athènes en 1996 – ce qui prouve bien que cet axe n’a jamais existé !

75La Turquie mène, dans un premier temps, une politique diamétralement opposée à celle de la Grèce. Tirant encore les bénéfices de son alignement sur les États-Unis pendant la guerre du Golfe, le président Turgut Özal veut jouer le même rôle dans les Balkans : celui de l’allié fidèle et de la puissance régionale stabilisatrice. D’où la politique de coopération, notamment à l’égard de l’Albanie, de la Bulgarie et de la république de Macédoine.

76La coopération avec l’Albanie peut reposer sur les liens historiques entre les deux États, l’ascendance albanaise de nombreux citoyens turcs et le fait que la majorité des Albanais sont musulmans. Surtout, Sali Berisha joue donc la carte du rapprochement avec la Turquie mais aussi celle de la solidarité musulmane avec sa demande d’adhésion à l’Organisation de la Conférence islamique dont il espère retirer des bénéfices sous la forme d’investissements, prêts et dons de la part des pétromonarchies notamment. Un accord de coopération militaire est signé avec la Turquie en juillet 1992 et en février 1993 Turgut Özal effectue une visite officielle à Tirana. La coopération militaire albano-turque est cependant vite éclipsée par la coopération avec les États-Unis (accord du 8 octobre 1993), ceux-ci menant une stratégie d’endiguement des ambitions serbes au sud de la péninsule – ainsi un bataillon américain est-il envoyé renforcer la Force de protection des Nations unies en ex-République yougoslave de Macédoine en juillet 1993.

77Dès le 6 février 1992, la Turquie reconnaît la république de Macédoine sous ce nom, à l’instar de la Bulgarie trois semaines auparavant et suivant les recommandations de la Commission d’arbitrage réunie par la CEE et placée sous l’autorité de Robert Badinter afin de déterminer si les nouvelles Républiques issues de l’éclatement de la Yougoslavie pouvaient être reconnues, en fonction du droit international, des droits de l’homme et des minorités. La Turquie se pose discrètement en protectrice de la minorité turque et pourrait aussi soutenir les revendications des citoyens albanais de la république, ce qui conduit le gouvernement de Skopje à garder ses distances et à prôner, comme le voisin bulgare, le multilatéralisme.

78Dans le conflit bosniaque, les milieux et la presse nationalistes turcs prennent fait et cause pour les musulmans bosniaques autant que les milieux et la presse nationalistes grecs pour les Serbes. Fait intéressant, les journaux nationalistes dénoncent la « croisade » des Occidentaux, ce que font aussi, mais pour d’autres raisons, les nationalistes grecs qui accusent le Vatican de soutenir le nationalisme croate. Autre point de convergence inattendu :

  • 57 Étienne Copeaux et Stéphane Yerasimos, « La Bosnie vue du Bosphore », Hérodote (67), « La question (...)

« le gouvernement, les partis et la presse sont unanimes pour stigmatiser les deux poids et deux mesures des puissances occidentales si promptes à intervenir au Koweït et restant spectatrices en Bosnie “ où il n’y a pas de pétrole” ».57

79Or c’est très exactement le discours grec et chypriote grec à propos de Chypre au lendemain de la guerre du Golfe ! Cependant, la mobilisation en faveur des musulmans bosniaques reste à un niveau peu élevé. En dehors des organisations fondées par des Turcs originaires de Bosnie et plus largement des Balkans, la population reste relativement passive :

  • 58 Idem, p. 155.

« quand Necmettin Erbakan organisa à grand renfort d’affiches un meeting de soutien à la Bosnie dans un quartier populaire d’Istanbul, fondé au début des années cinquante par des immigrés balkaniques, il put réunir à peine 4000 à 5000 personnes dans une ville qui dépasse les sept millions d’habitants. »58

80Les mêmes auteurs relèvent que les journaux ne font état que de quelques dizaines de volontaires turcs partis se battre aux côtés de l’armée bosniaque malgré les appels de Türkiye, le plus populaire des journaux ultranationalistes. Ce n’est donc guère plus que le nombre de volontaires grecs dans l’autre camp, et même beaucoup moins proportionnellement à la population. L’affrontement helléno-turc dans les Balkans tant redouté n’a donc pas lieu, y compris par miliciens interposés, vue la faible probabilité pour que les uns et les autres se soient jamais battus face à face au cours de la guerre.

  • 59 Şule Kut, « Turkish Diplomatic Initiatives for Bosnia-Hercegovina », p. 295-315 in Günay G. Özdoğan (...)

81Le gouvernement turc lui-même adopte une politique très modérée. Certes, il ne cesse de demander, au profit de l’armée bosniaque, la levée de l’embargo sur les armes instauré par la résolution 713 du Conseil de sécurité de l’ONU (25 septembre 1991), ce que les États-Unis réclament aussi. Certes, il demande à participer à la Force de Protection des Nations unies (FORPRONU) en Bosnie-Herzégovine (créée par la résolution 758 du 8 juin 1992), alors que le Conseil de sécurité ne veut pas d’États voisins du conflit dans cette force. Mais l’essentiel de ses efforts diplomatiques ont pour cadre les organisations intergouvernementales59. D’où la victoire diplomatique importante que constitue, en mars 1994, l’autorisation du Conseil de sécurité pour l’envoi d’un contingent de 1400 soldats turcs dans le cadre de la FORPRONU en Bosnie-Herzégovine.

82La montée des périls et les risques de déstabilisation régionale jouent, finalement, davantage en faveur d’une coopération que d’un affrontement helléno-turc en Europe du Sud-Est. En tant qu’États très intégrés au système international, la Grèce et la Turquie ne peuvent adopter des comportements par trop déviants, sinon à des coûts de plus en plus élevés à mesure que l’intégration augmente, notamment au sein de l’UE en ce qui concerne la Grèce et même, dans une moindre mesure, la Turquie.

  • 60 800 Grecs et 800 Turcs, selon Turkish Probe, Issue 227, May 16, 1997.

83Deux exemples significatifs de cette coopération helléno-turque, dans un cadre multilatéral toutefois : les deux armées participent60 à l’intervention multinationale « Alba » en Albanie au printemps 1997 ; l’intervention de l’OTAN au Kosovo, pourtant très impopulaire dans l’opinion publique grecque, n’a pas causé d’incident entre les deux gouvernements. Les deux armées sont présentes au sein de la force multinationale sous direction de l’OTAN au Kosovo (Kfor).

84Incontestablement, la rivalité entre la Grèce et la Turquie dans l’Europe du Sud-Est post-bipolaire est avant tout de l’ordre de la compétition dans la conquête de nouveaux marchés. Et encore : la situation économique, politique et sociale désastreuse des États ex-communistes pousse aussi à la coopération, comme le montre la participation de la Grèce à l’initiative turque de coopération économique des pays riverains de la mer Noire.

La coopération de la zone de la mer Noire

85La coopération institutionnalisée entre les États riverains de la mer Noire élargie à la Grèce et à l’Albanie constitue le cas unique d’une organisation de laquelle la Grèce et la Turquie sont membres sans qu’elles y aient de « patron » (les États-Unis dans l’OTAN) et dans un cadre bien plus étroit que les organisations internationales de la « galaxie » onusienne ou régionale (comme l’Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe (OSCE) ou le Conseil de l’Europe). Enfin, il faut noter que la Grèce ne fait pas partie du projet initial mais participe au processus (à partir de la réunion préparatoire de Moscou en juillet 1991) sans que les différends helléno-turcs ne viennent perturber cette coopération.

  • 61 Deniz Akagül et Semih Vaner, « Peut-il se constituer un sous-ensemble régional autour de la mer Noi (...)

86Le projet de Coopération économique de la mer Noire (Black Sea Economic Cooperation, BSEC) est une initiative turque visant à créer un nouveau cadre pour les relations avec l’URSS, la Bulgarie et la Roumanie au sortir de la période de la Bipolarité. L’ancien ambassadeur turc à Washington, Şükrü Elekdağ, présente le projet de BSEC lors d’une conférence à Istanbul en janvier 1990. Le projet serait-il une solution après le refus de la candidature turque par la Commission européenne (14 décembre 1989) ? Certainement pas : il s’agit plutôt d’un « complément » que d’un « substitut »61 à cette candidature.

  • 62 Vladimir Kolossov, Tamara Galkina, Alexei Krindatch, « Les Grecs du sud de la Russie et du Caucase. (...)

87Plusieurs facteurs contribuent à la participation grecque. Premièrement, le gouvernement grec entend contribuer à la transition politique et économique dans les pays riverains, la Bulgarie, la Roumanie et l’URSS, fournisseurs (notamment de matières premières et d’énergie), marchés prometteurs, et alliés éventuels, y compris contre la Turquie. Deuxièmement, la guerre en Yougoslavie menace la stabilité de la région. Troisièmement, la Bulgarie et la Roumanie demandent la participation grecque. Enfin, il faut rappeler la présence d’une forte diaspora grecque sur les rives de la mer Noire62.

88L’acte fondateur de la BSEC est la déclaration d’Istanbul du 25 juin 1992, signée par onze États : Albanie, Arménie, Azerbaïdjan, Bulgarie, Géorgie, Grèce, Moldavie, Roumanie, Russie, Ukraine, Turquie. Les différends helléno-turcs apparaissent bien secondaires : l’Arménie et l’Azerbaïdjan sont en guerre ; la Géorgie fait face à la sécession abkhaze ; l’Ukraine et la Russie se disputent la flotte de la mer Noire ; la Moldavie est menacée par les sécessionnistes russes puis gagaouzes.

  • 63 Yannis Valinakis et Sergei Karaganov, « The Creation and Evolution of the BSEC : An Assessment », T (...)

89Apparemment menacée par tous ces conflits entre ses membres, la BSEC s’est pourtant développée et institutionnalisée63 : présidence tournante et rencontres biannuelles des ministres des Affaires étrangères, Secrétariat permanent (établi en mars 1994 à Istanbul), Assemblée parlementaire (Istanbul), Banque de Développement et de Commerce de la mer Noire (Black Sea Trade and Development Bank, Thessalonique), Centre international d’Études sur la mer Noire (initiative de la présidence grecque du premier semestre 1995 qui a obtenu le soutien financier de l’Union européenne et est à Athènes), BSEC Business Council, Centre pour les moyennes et petites entreprises, ainsi que de nombreux groupes de travail réunissent des experts de l’agriculture à l’environnement en passant par les transports et la communication.

  • 64 LÉtat du monde 1999, Paris, La Découverte, 1998 (chiffres de 1997 mais 1996 pour la Russie).

90Les institutions de la BSEC ont leurs sièges dans deux États : la Turquie et la Grèce. Sur le plan financier, elles sont aussi les seuls États véritablement à même de lever des fonds pour des projets d’envergure régionale. Encore la Turquie est-elle affaiblie par les crises financières de 1994 et 1999. Au contraire, la drachme grecque est dans le Système monétaire européen depuis 1997 et intègre la zone Euro en 2001. Les contributions financières aux institutions de la BSEC sont significatives : la Grèce, la Russie, la Turquie et l’Ukraine assurent chacune 16 % de son budget ; la Grèce, la Russie et la Turquie détiennent chacune 16,5 % du capital de la Banque. La Grèce se trouve ainsi à égalité avec la Russie et la Turquie alors que leurs populations respectives sont de 10, 5, 63 et 148 millions d’habitants. Leur produit intérieur brut (PIB) est respectivement de 146, 409 et 630 milliards de dollars. Mais leur PIB par habitant est respectivement de 13 900, 6500 et 4200 dollars (à parité de pouvoir d’achat)64.

91La BSEC paraît devoir se développer grâce au couple helléno-turc plutôt qu’au couple russo-turc qui accumule les sujets de contentieux, notamment dans le Caucase avec la guerre au Karabagh (Moscou soutenant l’Arménie et Ankara l’Azerbaïdjan) et en Tchétchénie (1,5 million de citoyens turcs seraient d’origine tchétchène). Les hommes d’affaires jouent un rôle croissant, comme au sein de la SECI qui comble le vide de coopération régionale, entre l’UE et la BSEC.

L’Initiative de Coopération de l’Europe du Sud-Est

92La Southeast European Cooperative Initiative (SECI)65 est une idée du gouvernement américain présentée par son ambassadeur auprès de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération le 6 décembre 1996. La SECI doit contribuer à la reconstruction de l’Europe du Sud-Est dans les domaines économique et environnemental. Les États-membres sont l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Bulgarie, la Croatie, la Grèce, la Hongrie, la Moldavie, la Roumanie, l’ex-République yougoslave de Macédoine, la Slovénie et la Turquie. La SECI est constituée d’un comité intergouvernemental (Agenda Committee), d’un coordinateur nommé par le président en exercice de l’OSCE et d’un Business Advisory Council (BAC) co-présidé par un homme d’affaires grec et un homme d’affaires turc (en l’occurrence Costas Carras et Rahmi Koç, « piliers » du dialogue des hommes d’affaires grecs et turcs).

93L’Agenda Committee est chargé d’identifier des projets impliquant au moins deux États-membres dans le domaine des infrastructures (transports, télécommunications, énergie), des investissements et de la protection de l’environnement. La SECI vise aussi la lutte contre le crime organisé, la protection des investissements et le passage des États-membres à l’économie de marché quand la transition n’est pas achevée. Elle bénéficie de l’assistance technique de la Commission économique pour l’Europe des Nations unies (UNECE) ; financière de la Banque mondiale et de la Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement. Il s’agit d’un cadre supplémentaire de coopération pour la Grèce et la Turquie dans le domaine économique. Comme à la BSEC, la SECI place ces deux États face à la responsabilité de contribuer à la stabilité régionale. Et les hommes d’affaires soient bien décidés à jouer le jeu. La Chambre de commerce de Thessalonique, notamment, aspire à faire de la ville la capitale économique de l’Europe du Sud-Est.

  • 66 Γεράσιμος Τσιαπάρας, « H Παρουσία των Ελληνικών τραπεζών στα Βαλκαvία » (« la présence des banques (...)

94L’amélioration des relations helléno-turques après la crise d’Imia de janvier 1996 ne peut que profiter au développement de la BSEC et de la SECI. Le conflit helléno-turc peut alors se muer en compétition pour la conquête des nouveaux marchés, entrepreneurs grecs et turcs ayant l’expérience et les capacités financières dont les autres sont dépourvus. Mais ils se heurtent à d’autres problèmes : l’incertitude et les lenteurs de la transition, les risques politiques voire le crime organisé qui mettent en danger non seulement les investissements réalisés mais parfois même la « sécurité physique » des investisseurs eux-mêmes66. La compétition peut donc s’accompagner de coopération, notamment au sein du BSEC Business Council ou du BAC au sein de la SECI. Ces cadres institutionnalisés de coopération ne sont pourtant pas à même de rivaliser avec l’Union européenne. Or l’intégration à celle-ci est considérée comme prioritaire tant par les gouvernements que par les principaux industriels et organisations patronales.

Notes

1 L’UDE regroupe alors des formations politiques telles que le parti conservateur britannique ou le Rassemblement pour la République (RPR). Elle est aujourd’hui en déclin du fait du ralliement de certains de ses membres (cas de ND) au Parti populaire européen (PPE) fondé par les démocrates-chrétiens.

2 Entretien avec le député ANAP et président de la Fondation turque pour la démocratie Bülent Akarcalı, à Ankara le 2 juin 1999.

3 Rédacteur en chef du quotidien Milliyet, partisan d’un rapprochement helléno-turc, assassiné en février 1979 par l’extrême-droite turque.

4 Entretien avec Andréas Politakis le 24 novembre 1998 à Athènes. Voir aussi le témoignage de l’ambassadeur : Nazmi Akıman, « Bir Diplomat Gözüyle Türk-Yunan İlişkileri » [Les relations helléno-turques avec les yeux d’un diplomate], p. 241-250 in Ortadoğu Ve Balkan İncelemeleri Vakfi [Fondation des Études sur le Moyen-Orient et les Balkans], Balkanlar, Istanbul, Eren, 1993.

5 L’entretien a eu lieu le 24 juin 1986 et est reproduit dans le recueil d’articles publiés par leur auteur sous le titre Πρώτο θέμα : η πρoσέμμιση µε το Τουρκικό λαό [Premier sujet : le rapprochement avec le peuple turc], Αθήνα Παπαξήση, 1988, p. 158-167.

6 Notamment dans les deux grands quotidiens Ελευθεροτυπία (Eleftherotypia) et H Καθημερινή (I Kathiremini), ainsi que dans Πολιτικά Θέματa, voir Ανδρέας Πoλιτάκης, Πρώτο θέμα... op. cit.

7 Mehmet Ali Birand, « Turkey and the Davos Process: Experiences and Prospects », p. 27-39 in Dimitri Constas, The Greek-Turkish Conflict in the 1990s. Domestic and External Influences, London, Macmillan, 1991.

8 Dans lentretien accordé à Andréas Politakis le 24 juin 1986, Turgut Özal affirme déjà que des non-politiques peuvent apporter leur contribution au rapprochement mais semble croire que le « socialiste » Andréas Papandréou accepterait cela plus difficilement que Constantin Mitsotakis qui est dans le même « camp idéologique » que le Premier ministre turc. Ανδρέας Πολιτάκης, Πρώτο θέμα... op. cit., p. 162.

9 Christophe Chiclet, « Le rapprochement gréco-turc, “à tout petits pas” », Le Monde diplomatique, janvier 1989, p. 27.

10 Le Monde du 15 juin 1988.

11 De 1981 à 1986, le gouvernement grec estime que les différends nexistent pas vraiment mais quil sagit de revendications expansionnistes de la part de la Turquie.

12 Voir LOrient-Express, n° 108, 21-27 janvier 1989.

13 Entretien avec Mümtaz Soysal à Ankara, le 4 juin 1999.

14 Entretien avec Erol Manisalı à Istanbul le 15 avril 1999.

15 Entretien avec Michalis Papanconstantinou à Athènes le 20 novembre 1998.

16 Voir lentretien de lun dentre eux, Stelios Papathemelis, dans Ελευθεροτυπία du 26-27 avril 1997.

17 Ελευθεροτυπία du 8 avril 1998 publie même la photographie de la poignée de main.

18 Larticle a pour titre « Οι ναύαρχοι του Αιγαίου δεν θέλουν πόλεμο » (« les chefs des marines de lÉgée ne veulent pas la guerre »).

19 Selon la formule diplomatique citée par Le Monde du 23 mai 1997.

20 Côté grec, il sagissait dans un premier temps des professeurs Argyris Fatouros et Krateros Ioannou.

21 Şükrü Elekdağ, « 2 1/2 War Strategy », Perceptions (Ankara), 1 (1), March-May 1996, p. 33-57.

22 Théodore Couloumbis & Louis Klarevas, Prospects for Greek-Turkish Reconciliation in a Changing International Setting, Paper presented at the Conference on « U.S. Foreign Policy and the Future of Greek-Turkish Relations » sponsored by the U.S. Institute of Peace, Washington D.C., June 12, 1996, 20 p. résumé p. 30-41 dans Patricia Carley et alii, Greek-Turkish Relations and U.S. Foreign Policy. Cyprus, the Aegean, and Regional Stability, Washington D.C., Institue of Peace, « Peaceworks » (17), 1997.

23 Vamık Volkan & Norman Iztkowitz, Turks & Greeks. Neighbours in Conflict, Huntingdon (UK), The Eothen Press, 1994, p 106.

24 Cité par Alexis Alexandris, « Turkish Policy during the Second World War and Its Impact on Greek-Turkish Détente », Balkans Studies, 23 (1), 1982, p. 157.

25 Max Weber, Économie et société/1. Les catégories de la sociologie, (1922), Paris, Plon « Pocket », 1995, p. 320-321.

26 Bien que le roi de Grèce soit perçu par une bonne partie de la population grecque comme linstrument des Puissances dans leur entreprise de contrôle de la Grèce.

27 Alexis Alexandris, « Turkish Policy during the Second World War and Its Impact on Greek-Turkish Detent », Balkans Studies, 23 (1), 1982, p. 158, a pour source les archives diplomatiques britanniques.

28 Idem, p. 171.

29 Cité par Alexis Alexandris, idem, p. 160.

30 Le premier de ses articles (paru dans H Καθημεpινή du 23 mai 1981) reproduit dans son livre Πρώτο θέμα..., op. cit., est consacré aux deux hommes.

31 Entretien à Athènes, 21 décembre 1998.

32 Étienne Copeaux, « le consensus obligatoire », p. 89-104 in Isabelle Rigoni, Turquie. Les mille visages, Paris, Syllepse, 2000.

33 Étienne Copeaux, Espaces et temps de la nation turque. Analyse dune historiographie nationaliste, 1931-1993, Paris, CNRS, « Méditerranée », 1997, 369 p.

34 Mehmet Ali Birand, Shirts of Steel. An Anatomy of the Turkish Armed Forces, London, I. B. Tauris, 1991, p. 52.

35 Entretien avec le professeur Stephanos Pesmazoglou (Athènes, 5 novembre 1998).

36 Le gouvernement grec ne lève létat de guerre avec lAlbanie, décrété en 1940, quen 1987.

37 Dans les Balkans, ladjectif « turc » désigne souvent le musulman et vice-versa, en référence à lépoque de lEmpire ottoman. De plus, La lingua franca des musulmans balkaniques est le turc.

38 Kiro Nikolovski (universitaire slavo-macédonien), « La naissance dun axe islamique européenne », HS Limes-Golias « Kosovo : la guerre derrière la paix », p. 26-32 représente un bon échantillon de cette théorie, tout comme Alexandre del Valle (chercheur en géopolitique à luniversité Paris II), Islamisme-États-Unis, une alliance contre lEurope (1997, significativement édité par LÂge dHomme, connu pour son soutien au nationalisme serbe ultra).

39 Xavier Bougarel, Bosnie. Anatomie dun conflit, Paris, La Découverte, 1996, 174 p.

40 Voir Jean Charpentier, « Les déclarations des Douze sur la reconnaissance des nouveaux États », Revue générale de droit international, 96 (2), 1992, p. 343-355 et Olivier Paye, « le processus de reconnaissance des républiques ex-yougoslaves : un précédent dangereux pour les États multinationaux », Transitions, 36 (1-2), 1995, p. 75-86.

41 Sophia Clément, « Les Relations gréco-macédoniennes : de laffrontement au rapprochement », Politique étrangère, 2/1998, p. 390-397, et pour plus de détails nous renvoyons à notre recherche LUnion européenne et ses États-membres à lépreuve de laffaire macédonienne : une politique étrangère commune ?mémoire DEA dÉtudes politiques, IEP de Paris, dir. Bertrand Badie, 1996, 126 p.

42 Ce parti, principale force dopposition depuis 1990, est au pouvoir depuis novembre 1998.

43 Loring Danforth, The Macedonian Conflict. Ethnic Nationalism in a Transnational World, Princeton, Princeton UP, 1995, 273 p.

44 Anastasia Karakadisou, Fields of Wheat, Hills of Blood : Passages to Nationhood in Greek Macedonia, 1870-1990, Chicago, The University of Chicago Press, 1997, 334 p.

45 Voir Christophe Chiclet, « Les relations gréco-albanaises, amours ambiguës », CEMOTI, (29), janvier-juin 2000, p. 225-232 et Marianne Sullivan, « Albania : Mending Relations with Greece », Transition (25), August 1995, p. 11-16.

46 Le Monde du 12 juillet 1993.

47 Ils seront arrêtés un an plus tard alors quils sapprêtaient à un nouvel attentat, Le Monde du 22 mars 1995.

48 Lettres des deux gouvernements au Conseil les 12 et 13 avril 1994 (documents S/1994/416 et 429).

49 Le Monde du 2 janvier 1997.

50 Alors que les États occidentaux rappellent rapidement à l’ordre les compagnies italiennes et grecques qui livrent du pétrole en Albanie en sachant pertinemment qu’il est destiné à la Serbie, ils ferment les yeux sur les trafics en république de Macédoine dont les revenus, pense-t-on, empêchent l’éclatement d’une crise ethno-sociale, le gouvernement de la république de Macédoine décrivant le pays comme étant au bord de l’implosion permanente.

51 Voir le Rapport du Secrétaire général de lONU S/24923 du 9 décembre 1992.

52 Souligne Jean Catsiapis (car telle est lidée de Constantin Mitsotakis), « La Grèce et les Balkans », Études helléniques, 3 (1) automne 1994, p. 72.

53 Notamment dans lÉglise orthodoxe grecque dont les évêques de Florina et de Komotini, deux régions frontalières du nord, et qui sont célèbres pour leur ultranationalisme. Voir chapitre 6. 2.

54 Ta Néa du 6 juin 1993.

55 Le Monde du 16 juin 1993.

56 Μακεδονία (Thessalonique) du 12 mai 1996.

57 Étienne Copeaux et Stéphane Yerasimos, « La Bosnie vue du Bosphore », Hérodote (67), « La question serbe », 1992, p. 154.

58 Idem, p. 155.

59 Şule Kut, « Turkish Diplomatic Initiatives for Bosnia-Hercegovina », p. 295-315 in Günay G. Özdoğan & Kemâli Saybaşılı, Balkans. A Mirror of the New International Order, Istanbul, Marmara University, Department of International Relations & EREN, 1995.

60 800 Grecs et 800 Turcs, selon Turkish Probe, Issue 227, May 16, 1997.

61 Deniz Akagül et Semih Vaner, « Peut-il se constituer un sous-ensemble régional autour de la mer Noire ? », CEMOTI (15), janvier-juin 1993, p. 26.

62 Vladimir Kolossov, Tamara Galkina, Alexei Krindatch, « Les Grecs du sud de la Russie et du Caucase. Peuplement, répartition, territorialité », p. 91-111 in Michel Bruneau, Les Grecs pontiques. Diaspora, identité, territoires, Paris, CNRS Éditions, 1998.

63 Yannis Valinakis et Sergei Karaganov, « The Creation and Evolution of the BSEC : An Assessment », The Southeast European Yearbook 1997-98, Athènes, ELIAMEP, 1998, p. 243-291.

64 LÉtat du monde 1999, Paris, La Découverte, 1998 (chiffres de 1997 mais 1996 pour la Russie).

65 Voir le site de la SECI, http://www.unece.org/seci.

66 Γεράσιμος Τσιαπάρας, « H Παρουσία των Ελληνικών τραπεζών στα Βαλκαvία » (« la présence des banques grecques dans les Balkans »), p. 5 in Διστασεις Οικονομικς Συνεργασíας στην Περιχή του Εξινου Πντου [Dimensions de la coopération économique dans la région de la mer Noire], Αθήνα, EKEM, « Κείμενα έρευνας και τεκμηρίωσης », 1994.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search