Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le conflit helléno-turc

 | 
Gilles Bertrand

Première partie. Un conflit hors du cadre bipolaire ?

2 Le conflit chypriote

Texte intégral

  • 1 Sur cette dimension du conflit : Pierre Blanc, La Déchirure chypriote. Géopolitique d’une île divis (...)

1Le conflit chypriote a une dimension mondiale évidente : liée d’une part à la position stratégique de l’île en Méditerranée orientale1 ; inscrite d’autre part dans le contexte de la décolonisation et de la lutte idéologique globale (le parti communiste constituant la première force politique de l’île). Mais, loin d’être un « complot des grandes puissances », il s’est imposé aux gouvernements américains et soviétiques successifs qui ont éventuellement cherché à l’exploiter en fonction de leur rivalité.

2Mais il a aussi une dimension internationale au sens le plus strict, c’est-à-dire qu’il oppose deux nations, et plus exactement deux nationalismes, grec et turc. Il a enfin une dimension locale, en ce sens qu’il est le fruit d’entreprises identitaires de destruction du « vivre ensemble » chypriote. Ce chapitre vise à mettre en évidence ces deux dimensions et à démontrer que le conflit n’est pas un « choc de civilisations » ou de cultures et que la partition n’est pas la solution idéale pour parvenir à la paix, comme les négociateurs des accords de Dayton ont encore tenté de le faire croire à propos de la Bosnie-Herzégovine.

Un conflit « ethnique » dans la Guerre froide ?

3L’île de Chypre a été détachée de l’Empire byzantin en 1191, soumise d’abord aux Croisés, puis à Venise (1489) avant d’être conquise par les Ottomans en 1571. Chypre est ensuite passée sous administration britannique en 1878. De 1955 à 1959 les nationalistes d’EOKA (Εθνική Οργάνωση Kυπριών Ayωνιστών, Organisation nationale des combattants chypriotes) luttent politiquement et militairement pour l’union avec la Grèce (enosis). La Grande-Bretagne accorde une indépendance sans souveraineté complète, celle-ci étant « garantie » par elle-même, la Grèce et la Turquie (1960). Mais de violents troubles « intercommunautaires » (1963-64 et 1967) mettent fin à ce qui était conçu comme un partenariat constitutionnel entre Chypriotes grecs et Chypriotes turcs. Un coup d’État fomenté par la junte militaire grecque renverse le président chypriote Makarios le 15 juillet 1974. L’armée turque intervient alors au nom du traité de Garantie (20-22 juillet 1974) mais opère une partition de l’île lors d’une seconde offensive (14-16 août 1974).

4Dans son étude de « la Bosnie dans les annales de la partition », Radha Kumar compare la partition de facto prévue dans l’accord de Dayton (1995) aux « partitions ethniques » de la décolonisation, par opposition aux partitions « idéologiques » (Allemagne, Corée, Vietnam et Chine/Taïwan) symptomatiques de la Guerre froide. Les « partitions ethniques » se distingueraient ainsi:

  • 2 Radha Kumar, Divide and Fall? Bosnia in the Annals of Partition, London, Verso, 1997, p. 7.

« There were two distinct rationals for the partitions which occurred as a result of the fall of colonial empires : the Wilsonian policy of national self-determination which was put forward as a set of principles on which to base the dismantling of the Ottoman and Austro-Hungarian empires and contain Germany, and the British policy of divide and quit (Ireland, India and, in a delayed response sense, Cyprus and Palestine). »2

5Or, Chypre a été ottomane avant d’être britannique. Le système ottoman n’ayant pas été aboli par les Britanniques, la décolonisation fut double et doit être sérieusement prise en compte dans l’explication du conflit.

Dominations coloniales et Divide and Rule

6La politique chypriote menée par les Ottomans et poursuivie en partie par les Britanniques constitue un premier facteur d’explication du conflit : l’intérêt stratégique de l’île prime, et dès que la population conteste, l’Empire « divise pour régner ».

  • 3 Ahmet C. Gazioğlu, The Turks in Cyprus. A Province of the Ottoman Empire (1571-1878), Nicosia, K. R (...)

7Après la conquête, les Ottomans transfèrent à Chypre paysans et artisans, musulmans sunnites mais aussi, fait relativement méconnu, alévis, parfois bektashis comme l’atteste l’appartenance de certaines corporations à cette confrérie3. Cependant, le gouverneur ottoman ne dispose pas d’un pouvoir absolu sur les sujets chrétiens qui demeurent majoritaires.

8L’archevêque de Chypre bénéficiait d’une autonomie de nature essentiellement administrative vis-à-vis du Patriarcat œcuménique de Constantinople depuis le concile d’Éphèse (431). Marginalisé au profit de la hiérarchie catholique pendant les Croisades, l’archevêque recouvre son pouvoir sous les Ottomans : à l’instar du Patriarche œcuménique au niveau de l’Empire, il est nommé ethnarque des Rum (chrétiens orthodoxes hellénophones) de Chypre, c’est-à-dire qu’il dispose de larges pouvoirs en matière de justice et d’éducation. En 1660, il se voit même accorder la fonction de collecte des impôts pour tous les habitants de l’île, chrétiens comme musulmans. Fort logiquement, ceux-ci se soulèvent ensemble contre lui et le gouverneur ottoman, lors de révoltes anti-fiscales au xviiie siècle, signe manifeste que la division en communautés résulte en partie de la structuration du pouvoir politique.

  • 4 Niyazi Kιzιlyürek (Nιαζί Κιζιλγιουρέκ, Kύπρος : To Αδιέξοδο των Εθνικισμών [Chypre : l’impasse des (...)
  • 5 M. Hakan Yavuz, « The Evolution of Ethno-Nationalism in Cyprus under the Ottoman and British System (...)

9L’administration coloniale britannique ne remettra pas fondamentalement en cause le système du millet ottoman. Elle ne fait qu’y greffer sa propre politique de Divide and Rule, en jouant les deux principales communautés (chypriote grecque orthodoxe et chypriote turcophone musulmane) l’une contre l’autre. Le gouvernement de l’île comprend un Haut-Commissaire, un Conseil exécutif (4 fonctionnaires britanniques, 2 délégués chypriotes grecs et 1 délégué chypriote turc) et un Conseil législatif (6 fonctionnaires britanniques, 9 élus chypriotes grecs et 3 chypriotes turcs). Les corps électoraux sont distincts4. L’éducation reste confiée aux institutions religieuses. Les Britanniques comptent ainsi limiter les revendications chypriotes grecques en s’appuyant sur la minorité, considérée comme loyale. M. Hakan Yavuz parle de « deliberate British policies on education, administration, and political participation »5 qui favorise le nationalisme dans chaque communauté. Comme l’explique Athanassia Anagnostopoulou :

  • 6 Athanassia Anagnostopoulou, « Chypre de l’ère ottomane à l’ère britannique (1839-1914). Le rôle de (...)

« Le gouvernement britannique (...) non seulement ne peut réussir à neutraliser les « espaces religieux » mais en les politisant, accélère leur transformation en « espaces nationaux. »
« Malgré la réaction d’une grande partie des laïcs contre la participation des ecclésiastiques aux premières élections de 1883, l’Église s’imposa très vite dans la vie politique des Chypriotes grecs, en monopolisant presque jusqu’en 1931 le terrain politique. Et ceci n’est pas difficile à expliquer ; l’Église est la seule institution qui a des mécanismes de contrôle de l’ensemble de la société gréco-chypriote et de l’ensemble de la vie sociale et « nationale », et un langage politique, avant tout un langage « national ». En outre, les Britanniques ne changent point le système éducatif, reconnaissant ainsi, bien que de façon indirecte, le pouvoir « national » de l’Église. Dans ce cadre, donc, l’Église est la seule institution qui a, sous le nouveau régime, la capacité de fonctionner comme un quasi-parti politique. »6

10Plus tard, l’administration coloniale s’appuie sur l’Église pour contrer l’influence du parti communiste chypriote (Κομμουνιστικό Kóµµα Kύπρου, KKK), fondé en 1926 et interdit en 1933, qui renaît sous le nom d’AKEL (Ανορθωτικόν Κόμμα του Εργαζομένου Λαού, Parti réformateur des travailleurs), en 1939. Elle joue donc sur une double division de la population : ethno-religieuse et idéologique. Cependant, les Britanniques interdisent tous les symboles nationaux grecs après l’émeute de 1931 partie de la contestation du régime fiscal pour finir par la revendication de l’Enosis. La répression légitime la revendication nationaliste grecque et conduit la communauté chypriote grecque à resserrer les rangs derrière l’Église.

11La politique de Divide and Rule connaît toutefois son apogée pendant les années de la lutte contre EOKA. Une force de police auxiliaire essentiellement composée de Chypriotes turcs, toujours réputés loyaux à la Couronne, est constituée. Policiers chypriotes turcs et membres d’EOKA vont fatalement s’affronter. D’autre part, face aux attentats à la bombe perpétrés par EOKA, l’armée britannique impose le couvre-feu dans les quartiers majoritairement grecs de Nicosie, amorçant ainsi la division de la capitale. La stigmatisation commence : les Chypriotes grecs nationalistes considèrent les Chypriotes turcs comme des collaborateurs des Britanniques ; ces derniers deviennent méfiants à l’égard des Chypriotes grecs perçus comme des « terroristes » en puissance.

  • 7 Voir C. Svolopoulos, « Anglo-Hellenic Talks on Cyprus during the Axis Campaign Against Greece », Ba (...)
  • 8 Michael Attalides, Cyprus. Nationalism and International Politics, Edinburgh, Q Press Ltd, 1979, p. (...)

12D’autre part, la politique britannique vis-à-vis de l’Enosis est ambiguë. À partir de 1895, les élus chypriotes grecs du Conseil législatif votent chaque année une motion demandant le rattachement à la Grèce. Le Haut-Commissaire la repousse, arguant que le sultan est souverain sur l’île (jusqu’à l’entrée en guerre de l’Empire ottoman en novembre 1914). Mais ensuite, par deux fois, en octobre 1915 et en mars 1941, des négociations ont lieu sur l’Enosis, présentée comme compensation de l’engagement de la Grèce aux côtés de la Grande-Bretagne dans la guerre mondiale7. Après l’invasion de la Grèce par la Wehrmacht en 1941, l’armée britannique choisit comme slogan de recrutement pour le Cyprus Regiment « Fight for Freedom and Greece »8 qu’on pourrait prendre pour un slogan enosiste ! Le gouvernement grec et les Chypriotes grecs peuvent donc croire à la solution d’une union de Chypre à la Grèce à court ou moyen terme.

La question chypriote sur l’agenda politique grec

13Cette politique ambiguë vis-à-vis de l’Enosis explique-t-elle que le gouvernement grec, qui sort péniblement vainqueur de la guerre civile (1949) avec l’appui de la Grande-Bretagne puis des États-Unis, mette au premier rang de son agenda une question chypriote qui peut mener à une confrontation avec son ancien « patron » ?

14Cette faiblesse est un des éléments-clé pour comprendre cette mise sur agenda. Le gouvernement grec a en effet fortement besoin de se relégitimer sur la scène interne. Le discours anti-communiste faisant de la guérilla un « ennemi intérieur » au service de « l’ennemi extérieur » (l’URSS), donc « anti-national », est peu crédible : d’une part la guérilla communiste grecque a constitué le principal mouvement de résistance à l’occupation allemande ; d’autre part, cette guérilla a brandi avec un indéniable succès l’anti-impérialisme face à un gouvernement monarchiste soutenu à bout de bras par Londres et Washington.

15La revendication de l’Enosis présente bien des avantages. D’une part, elle est susceptible de créer du consensus en ralliant le centre-gauche qui est nationaliste en tant qu’héritier du vénizélisme (il s’agit en effet d’étendre le territoire de la nation et de libérer des Grecs d’une domination étrangère). Elle consolide la position d’un gouvernement qui se dit nationaliste et semble ainsi s’affranchir de la tutelle anglo-américaine. D’autre part le gouvernement grec se propose de réduire le mouvement communiste dans l’île, en l’obligeant à se rallier à un discours nationaliste (enosiste) sous couvert d’anti-impérialisme (contre le colonialisme britannique) : paradoxalement, cette victoire sur le communisme consoliderait sa position au sein du « Monde libre ».

16Le choix de l’homme qui va diriger EOKA est révélateur à bien des égards : le colonel Grivas est né à Chypre mais formé en Grèce et officier de l’armée grecque ; il est l’ancien chef de l’organisation d’extrême-droite X (Khi) farouchement anticommuniste, qui a joué un rôle obscur pendant l’Occupation et la guerre civile. Il prend comme surnom Dighenis (Akritas), nom d’un héros byzantin qui aurait lutté contre la conquête de l’Anatolie par les Turcs : il veut ainsi se situer dans ce qu’il considère être la continuité de la lutte des Grecs pour leur libération, contre les Turcs principalement.

Le précédent crétois

17D’où, également, la référence à la question crétoise qui guide les dirigeants grecs et turcs dans leur politique chypriote. Et pour cause : comme Chypre, la Crète comptait une importante population musulmane. Et comme les Chypriotes grecs, les Crétois orthodoxes revendiquaient l’Enosis.

  • 9 Voir Paraskévas Konortas, Les Musulmans en Grèce entre 1821 et 1912, Mémoire de DEA, EHESS, Paris, (...)

18La dernière grande révolte crétoise contre l’Empire ottoman (1897) s’achève par une guerre gréco-ottomane. Malgré la victoire des Ottomans, les Puissances obtiennent que la Crète, toujours sous souveraineté du sultan, soit gouvernée par un Haut-Commissaire, en l’occurrence fils du roi de Grèce. L’Enosis avec la Grèce se heurte à l’opposition de la population musulmane (26 % des habitants de l’île en 1881). Le gouvernement autonome l’intègre pourtant : l’organe exécutif compte 4 chrétiens et 1 musulman, la commission mixte qui assiste le Haut-Commissaire 12 chrétiens et 4 musulmans, Le premier parlement élu 50 musulmans sur 188 membres. Cependant, d’une part le sultan appelle les musulmans à rejoindre le Dar-el-Islam, c’est-à-dire les territoires encore sous contrôle ottoman ; d’autre part les musulmans sont victimes de persécutions. En 1900, 80 villages musulmans sont détruits et la population musulmane de la ville de Sitia entièrement massacrée. La part des musulmans dans la population tombe à 11 %, puis à 8,3 %. Les derniers 35 000 musulmans crétois seront « échangés » en vertu du traité de Lausanne (1923)9. Une telle épuration ethno-religieuse est-elle envisagée pour Chypre ?

La réaction turque

  • 10 Nιαζί Κιζιλγιουρέκ, Kύπρος : To Αδιέξοδο τωv Εθνικισμών, op. cit., p. 65 et suivantes.

19Les dirigeants grecs peuvent calculer que, la menace soviétique persistant, le gouvernement turc ne serait pas en mesure de s’opposer à l’émigration, même forcée, des Chypriotes musulmans et privilégierait ses relations avec son allié du flanc sud-est de l’OTAN. Dans un premier temps, le gouvernement Menderes (1950-1960) s’en tient aux dispositions du traité de Lausanne par lequel la Turquie renonce à revendiquer l’héritage de la souveraineté ottomane sur l’île10. Pressé d’intervenir par les dirigeants communautaires chypriotes turcs, par la presse (notamment le quotidien Hürriyet) et les mouvements nationalistes et pan-turquistes, notamment par l’association Kιbrιs Türktür (Chypre est turque) d’Hikmet Bil (meneur de l’émeute anti-grecque d’Istanbul en septembre 1955), le gouvernement ne peut ignorer l’invitation britannique à s’exprimer sur l’avenir de Chypre. Et la Détente des années 1960 accroît la marge de manœuvre de la Turquie. L’état-major turc ne veut en aucun cas, comme le montrera la suite des événements, abandonner une position aussi stratégique en Méditerranée orientale :

  • 11 Marie-Pierre Richarte, « La Question chypriote dans la politique étrangère de la Turquie », Le Trim (...)

« La possibilité d’un rattachement de Chypre à la Grèce concrétisait l’encerclement des côtes anatoliennes par un cordon d’îles toutes grecques, s’étendant depuis Samothrace jusqu’à Chypre et verrouillant ainsi l’accès méditerranéen. (...) Cette vision militaire (...) prédomine continuellement dans le traitement de la question chypriote par la Turquie. »11

  • 12 Mehmet Ali Birand, Thirty Hot Days, Nicosia, K. Rustem & Bros., 1985, p. 3. Ce que confirme, explic (...)

20L’intervention à Chypre de 1974 (opération Attila) était visiblement programmée de longue date et les considérations humanitaro-ethniques (secourir la minorité chypriote turque) secondaires : « The reason for intervention : Greece must not be allowed to dominate this area of the Mediterranean »12.

L’indépendance de Chypre, voie vers la partition

  • 13 Aux États-Unis, alliance de deux candidats, du même parti mais pouvant représenter des sensibilités (...)
  • 14 À condition toutefois que les partis nationalistes ne tirent pas parti de ce type de stratégie pour (...)

21Résultat de ces convoitises antagonistes vis-à-vis de Chypre, la Constitution de la république de Chypre, indépendante le 16 août 1960, est imposée par les trois puissances garantes, la Grande-Bretagne, la Grèce et la Turquie, sans consultation des citoyens, et contre l’avis du président élu, l’archevêque Makarios ! Elle pérennise la séparation des Chypriotes grecs et des Chypriotes turcs en deux corps électoraux distincts. Les uns élisent le président, les autres le vice-président sans qu’il soit donc nécessaire que les candidats constituent un ticket13 pouvant donner lieu à des négociations de type politique, favorisant ainsi des alliances fondées sur la proximité idéologique et non sur des identités considérées comme primordiales14. Il existe deux chambres communautaires ainsi qu’une chambre unique dont 70 % des membres sont chypriotes grecs et 30 % les Chypriotes turcs. Les communautés ethno-religieuses qui se différencient par les noms portés, la langue maternelle (mais pas toujours) et la religion (chrétiens/musulmans) sont ainsi transformées en communautés politiques.

22La constitution légitime par avance les entreprises identitaires et l’élection, logique, de l’archevêque-ethnarque à la présidence de la République. Le cumul de ces fonctions est hautement symbolique de la continuité du régime imposé par le Sultan puis par le gouvernement de Sa Majesté. Toute contestation idéologique est par avance condamnée à se voir marginalisée au profit de l’opposition intercommunautaire. Pourtant, Makarios et les nationalistes chypriotes grecs rejettent la constitution : non pas parce qu’elle n’est pas démocratique, ni parce qu’elle est « communautariste », mais parce qu’ils doivent partager le pouvoir avec les Chypriotes turcs, ou du moins leurs alter ego au sein de cette communauté. Les uns et les autres instrumentaliseront la constitution avant de la rendre inapplicable afin de rendre infranchissable le fossé qui sépare les deux communautés.

Mobilisation nationaliste de la communauté chypriote grecque

23L’Église orthodoxe joue donc un rôle prééminent dans la mobilisation nationaliste de la communauté chypriote grecque. La religion est en effet le premier marqueur identitaire permettant de diviser la population de l’île. D’autre part, le rôle politique de l’Église a été légitimé positivement par les Ottomans puis les Britanniques. La terrible répression de l’insurrection de 1821, au cours de laquelle l’archevêque, les quatre évêques et près de cinq cents notables et intellectuels sont exécutés parles Ottomans, a permis à l’Église de se reconstituer une histoire de résistante à toutes les oppressions subies par Chypre.

24Pendant toute la première partie du xxe siècle, le nationalisme grec se développe fortement en raison de l’importation dans l’île du système éducatif, des manuels scolaires et des enseignants de Grèce, de l’expansion territoriale de l’État grec qui parvient à englober de plus en plus de populations désignées comme grecques, mais également sous l’effet de la modernisation : accroissement du commerce et des moyens de communication, augmentation de la population urbaine. L’Église se fait la porte-parole de la revendication d’union (enosis) à la Grèce, position qui a le mérite de donner l’illusion que l’Église ne s’engage pas dans l’arène politique mais défend au contraire une revendication consensualiste en se plaçant sur un terrain censé transcender les clivages politiques. Pourtant, l’Église se heurte dans cette entreprise identitaire au parti communiste chypriote (KKK puis AKEL) qui tient un discours anti-colonialiste mais refuse tout clivage ethno-religieux puisqu’une partie de ses membres sont chypriotes turcs.

25Il n’est donc guère étonnant que l’homme qui domine la vie politique chypriote soit l’archevêque-ethnarque-président Makarios III. Élu archevêque et par conséquent ethnarque en 1950, président de la République en 1960, il meurt à ce poste en 1977, après avoir été renversé en 1974.

26L’action politique de Makarios peut être considérée suivant ses deux objectifs : l’Enosis, à court puis long terme ; le maintien du pouvoir de l’Église et des élites conservatrices sur la communauté chypriote grecque.

27Sur la scène internationale, Makarios comprend qu’il ne peut guère compter sur le gouvernement grec qui ménage la Grande-Bretagne même au plus fort de la lutte d’EOKA. Makarios cherche donc le soutien des États issus de la décolonisation (d’où sa présence a la conférence de Bandung, 1955), et plus globalement du « Tiers Monde » qui domine l’Assemblée générale de l’ONU devant laquelle la question chypriote est portée, aussi bien avant l’indépendance (à partir de 1954) qu’après les troubles intercommunautaires (1963-64 et 1967). Makarios s’appuie notamment sur les États arabes que les visées turques sur Chypre ne peuvent qu’inquiéter, comme la Syrie. Makarios fait entrer Chypre dans le Mouvement des Non-Alignés. Il tente également d’intéresser l’URSS à la question chypriote, mais dans la perspective d’équilibre de la puissance avec les États-Unis et l’OTAN, particulièrement après le plan Acheson (1964) qui propose un partage de l’île entre Grèce et Turquie. Mais Makarios n’est pas Fidel Castro et la coopération avec l’URSS reste très limitée. Même l’affaire de la livraison d’armes tchécoslovaques (1972) est significative : Makarios les achète pour équiper sa police contre la Garde nationale contrôlée par des officiers grecs qui complotent à le renverser. La politique « tiers-mondiste » de Makarios apparaît donc comme destinée à lui offrir une marge de manœuvre plus large vis-à-vis des États garants et des États-Unis. Elle lui permet aussi de neutraliser son concurrent local, le parti communiste.

28Certes, des membres du clergé de Grèce ont soutenu le mouvement communiste pendant l’Occupation puis la guerre civile. Mais l’élection de Makarios III en 1950 confirme la « reprise en main » de l’Église, également affirmée avec l’arrivée au trône œcuménique d’Athénagoras en 1949 (voir chapitre précédent). Croire donc que Makarios était pro-communiste relève soit de la pure propagande (celle de la junte grecque une fois la rupture consommée avec le trop incontrôlable prélat), soit de la plus grande naïveté.

  • 15 Le parti obtient toujours un tiers des voix aux élections, assez pour inquiéter ses adversaires, tr (...)

29Mais, à Chypre, l’Église doit composer avec un parti communiste qui représente la seule force politique organisée. Makarios doit reprendre l’initiative alors qu’AKEL, vainqueur des élections de 1946, négocie un statut plus libéral pour Chypre avec les Britanniques. Après l’échec des négociations, le nouvel archevêque organise un référendum sur l’Enosis (1950). Au lieu de s’opposer à cette revendication ainsi qu’au projet, tant dans son esprit (les Chypriotes turcs sont ignorés) que dans son organisation (les églises servent de bureaux de vote), AKEL se rallie au référendum. Le Oui recueille 95,7 % des suffrages exprimés. Makarios neutralise ainsi AKEL. L’expansion d’AKEL est enrayée15, le parti est enfermé dans la position d’un parti communiste modéré, voire modérément nationaliste, presque toujours spectateur, sinon contraint de soutenir Makarios contre EOKA.

  • 16 Voir Benoît Hanquet, La Question chypriote. Choc des nationalismes et interventions étrangères, Mém (...)
  • 17 Dont l’homme fort est alors le général Ioannidis, qui avait servi à Chypre dans les années 1960

30EOKA peut difficilement être comparée avec les mouvements de libération nationale qui naissent au même moment, à l’instar du Front de Libération nationale algérien. Certes les modes opératoires (attentats à la bombe, guérilla) sont les mêmes. Mais les revendications sont différentes : EOKA ne se situe pas dans le courant tiers-mondiste et progressiste, voire pro-soviétique, mais se réfère à la tradition de la guérilla nationaliste anti-ottomane et surtout, elle est anti-communiste. Seule organisation capable de faire contrepoids à EOKA, AKEL ne participe pas à la lutte armée. Ses membres seront d’ailleurs victimes d’EOKA alors même que l’indépendance de l’île n’est pas acquise. Dissoute en 1960, EOKA obtient des postes ministériels et son chef, Grivas, dirige la Garde nationale. Enosiste à tout prix, il est l’un des instigateurs des violences « intercommunautaires » déclenchées par ses partisans contre les Chypriotes turcs en 1963 et 1967, dans lesquelles Makarios porte aussi une lourde responsabilité16. La rupture entre la présidence et les ultranationalistes est postérieure à 1967 et a pour enjeu la durée de la transition avant l’Enosis. D’où la formation d’EOKA B en 1973 qui, sous la direction de Nikos Sampson, et sur ordre de la junte grecque17, renverse Makarios le 15 juillet 1974.

  • 18 En raison des troubles de 1964, l’élection présidentielle de cette année-là n’a pas lieu.

31Il est significatif qu’une seule organisation chypriote grecque ait alors combattu les putschistes les armes à la main : non pas AKEL mais EDEK (Ενιαία Δημοκρατική Ενωση Κέντρου-Σοσιαλιστικό Κόμμα Kύπpou, Rassemblement unitaire du Centre démocratique-Parti socialiste de Chypre), fondé en 1969 par le médecin personnel de Makarios, Vassos Lyssarides. AKEL, organisation pourtant plus puissante, est paralysée par sa politique visant à ne pas apparaître comme l’adversaire de l’Enosis. Makarios a donc atteint son objectif au niveau interne, comme le montraient déjà les élections présidentielles depuis l’indépendance : Makarios obtient 69 % des suffrages (de la communauté chypriote grecque) sans le soutien d’AKEL et contre un modéré en 1959, 95 % des voix contre un ultraenosiste en 196818. En 1973, il est le seul candidat, ayant rallié la droite modérée, le centre-gauche et AKEL au sein du Front patriotique. Mais ce succès de l’entreprise politique de Makarios a un prix : la partition, et la mainmise des nationalistes turcs sur « leur communauté ».

Mobilisation nationaliste des Chypriotes turcs

  • 19 Discours que nous ont tenu l’archevêque Chrysostomos (3 mars 1999) et le député (DISY, droite) Prod (...)

32Si les luttes internes à la communauté chypriote grecque sont bien connues, la communauté chypriote turque est moins étudiée. Les nationalistes chypriotes grecs considèrent le plus souvent que la petite communauté chypriote turque (18 % de la population en 1974) a été manipulée par le gouvernement turc hostile à l’Enosis19. Cette interprétation assez simpliste permet d’occulter les responsabilités de l’EOKA et de Makarios. Elle est significative du peu de cas que les nationalistes chypriotes grecs font des aspirations et revendications propres des Chypriotes turcs.

  • 20 Michael Attalides, op. cit.. p. 38.
  • 21 Entretien avec le professeur Bekir Azgîn (Université de la Méditerranée orientale) le 7 mai 1999.
  • 22 Niyazi Kιzιlyürek parle même de villageois chypriotes turcs très nationalistes ne parlant pourtant (...)

33Désignée, suivant le système ottoman, comme la « communauté musulmane » de Chypre, cette population commence à s’auto-désigner « chypriote turque » dans les années 1930, sous l’influence des idées kémalistes. Même si, à partir du milieu du xixe siècle, les chrétiens s’imposent dans la sphère économique, il existe « une solidarité de classe entre paysans chrétiens et musulmans »20, notamment lors de deux révoltes sociales (1830 et 1833), pendantes des grèves des mineurs chypriotes (grecs et turcs) de 1936 et 1948. Jusqu’à la fin du xviiie siècle, certains Chypriotes étaient appelés linobambaki (« lin-coton ») car ils utilisaient des prénoms « doubles » tels que Musa/Moïse ou Joseph/Yusuf, se proclamaient chrétiens lorsqu’il fallait faire le service militaire (réservé aux musulmans) ou musulmans lorsqu’il s’agissait de payer les taxes dues par les non-musulmans21. En 1891, 50 % des villages de Chypre sont mixtes ; cette proportion tombe à 18 % en 1960, en raison de la plus forte émigration des Chypriotes grecs vers les villes (d’où un nouveau clivage). Le bilinguisme est répandu, surtout chez les Chypriotes turcs22.

  • 23 Du turc komşuluk (littéralement voisinage). Voir les travaux de Xavier Bougarel, notamment Bosnie. (...)
  • 24 Mais, d’après une enquête de Vartan Malian, Directeur du Centre de recherches arméniennes de Nicosi (...)

34Lors de son enquête dans la péninsule du Karpas, dans les années 1960-70, Michael Attalides observe des pratiques de bon voisinage connues en Bosnie-Herzégovine sous l’appellation générique de « komşiluk »23 : les familles grecques convient ainsi les familles turques aux mariages24 en plaçant une bougie dans la mosquée en signe d’invitation. Les cafés ne sont pas fréquentés en fonction de l’origine religieuse mais des positions politiques.

35Durant les affrontements d’Ayios Theodoros (novembre 1967) les villageois chypriotes grecs accueillent les femmes et enfants chypriotes turcs, les protégeant des combats entre miliciens chypriotes turcs et la Garde nationale (chypriote grecque). Alors que la crise est devenue internationale, le chef d’état-major de l’UNFICYP, le général Harbottle, constate que les villageois des deux communautés se parlent paisiblement dans les rues et s’échangent des cadeaux de noël ! Revenu à Chypre après la partition, il écrit:

  • 25 Michael Harbottle, « Why Cyprus is Doomed to Become a Political Volcano », The Times, 17 octobre 19 (...)

« The myth of deep animosity between Greeks and Turks is one that has been perpetuated by those who seek to convince their fellows and world opinion that the two communities cannot live together, but it is a myth long overdue for exploding. »25

  • 26 Michael Attalides, op. cit. p. 44.

36La mobilisation politique de la communauté chypriote turque est postérieure à celle de la communauté chypriote grecque, tout comme le nationalisme turc par rapport au nationalisme grec. La première opposition à l’Enosis (1902) paraît se limiter à des déclarations d’allégeance et de loyauté envers les Britanniques. En 1912, une émeute éclate à Limassol après que des Chypriotes grecs ont fêté trop bruyamment la défaite de l’Empire ottoman face à l’Italie. Le traité de Lausanne accorde le droit aux Chypriotes turcs de conserver la nationalité turque à condition de quitter l’île dans les deux ans. En 1927 seuls 5 000 Chypriotes turcs ont émigré vers la Turquie mais beaucoup reviennent. Environ 9 000 personnes (sur une communauté de 62 000) conservent la nationalité turque sans émigrer26. La première organisation importante, Kıbrıs Adasι Türk Azιnlιğι Koruma (KATAK, Association de la minorité chypriote turque), est fondée en 1943. L’année suivante, un dirigeant de KATAK, Fazil Küçük, crée sa propre organisation, Kıbrıs Türk Milli Halk Partisi (KTMHP, Parti national populaire chypriote turc). Il est alors le seul parti chypriote turc, ce qui ne veut pas dire qu’il soit l’unique forme de mobilisation politique des Chypriotes turcs, dont certains sont adhérents d’AKEL. Une centrale syndicale chypriote turque est également fondée en 1954 : Türk-Sen (Kιbrιs Türk İşçi Sendikaları Federasyonu, Fédération des syndicats ouvriers chypriotes turcs).

  • 27 Entretien avec Nihad Elmas, secrétaire interational de Türk-Sen, 10 mai 1999 à Nicosie.

« Elle a regroupé plusieurs syndicats de petite taille existant parmi les Chypriotes turcs. Ils ne comptaient que des Chypriotes turcs car la discrimination, bien que niée, s’exerçait quand même contre les membres chypriotes turcs au sein des grands syndicats dominés par les Chypriotes grecs. »27

  • 28 Voir Melek Fîrat, « La Politique étrangère de la République de Chypre (1960-1974) d’après les archi (...)

37Les relations entre les représentants de la communauté chypriote turque et le gouvernement de la République turque restent relativement peu connues28. Lorsqu’une délégation chypriote turque rend visite au ministre turc des Affaires étrangères, Fuat Köprülü en 1950, celui-ci se désintéresse de leurs revendications. Quatre ans plus tard, c’est le gouvernement britannique qui approche le gouvernement turc pour contrer les revendications chypriotes grecques à l’ONU.

  • 29 Selon ses opposants dont Arif Hasan Tahsin, enseignant à la retraite et ancien président du syndica (...)
  • 30 Département qui s’illustre dans les années 1970 contre les organisations d’extrême-gauche et dans l (...)
  • 31 Le mouvement pantouraniste ne cessa jamais de demander le rattachement de Chypre, comme celui des a (...)

38La faiblesse numérique de la communauté chypriote turque, puis son repli dans des enclaves après les affrontements de 1963-64, favorise son contrôle par l’État turc. C’est la création en mars 1957, sous l’égide de l’armée turque, de l’organisation paramilitaire chypriote turque TMT (Türk Mukavemet Teşkilatι, Organisation de la Résistance turque), dont le dirigeant aurait été Rauf Denktaş29. TMT est la réplique à EOKA : elle défend la communauté autant qu’elle la purge de ses membres communistes et anti-nationalistes. TMT est aussi considérée comme l’école de la kontrgerilla turque (Özel Harp Dairesi, Département de la guerre spéciale)30. TMT est également liée aux « Loups gris » ou « idéalistes » (ülkücüler) de l’extrême-droite de Turquie31 regroupés au sein du MHP (Milliyetçi Hareket Partisi, Parti du Mouvement national) à partir de 1969. Celui-ci est dirigé par Alparslan Türkeş (1917-1997), né à Chypre, mais ayant fait sa carrière militaire (jusqu’au grade de colonel) puis politique en Turquie, ce qui rappelle la biographie de Grivas.

39EOKA et TMT agissent parallèlement voire tacitement pour étendre la division à tous les domaines. D’où l’expulsion des clubs de football chypriotes turcs de la ligue chypriote (1956), la scission syndicale (1958) et la division des chambres de commerce et des associations professionnelles (1959). En 1957, 1963-64 et 1967, les affrontements tournent même aux massacres, des Chypriotes turcs le plus souvent.

40Fazil Küçük et Rauf Denktaş, devenu l’un vice-président de la République et l’autre président de la chambre des représentants chypriote turque, jouent dans les années soixante la carte de la Guerre froide. Non content d’accuser tous leurs adversaires au sein de la communauté de communisme et d’appartenance à AKEL, ils interviennent fréquemment pour mettre l’accent sur la complicité supposée de Makarios avec le bloc soviétique : à partir de 1964, ils ne manquent aucune occasion de faire observer aux responsables américains qu’un tiers des électeurs chypriotes grecs sont communistes et que l’île pourrait devenir une deuxième Cuba.

  • 32 Voir Mehmet Ali Birand, op. cit.

41TMT triomphe avec l’intervention turque de 1974 qui sonne au contraire le glas d’EOKA. Il est significatif que la seule personne débordante de joie à l’annonce du débarquement imminent des troupes turques soit Rauf Denktaş, alors que le Premier ministre Bülent Ecevit tente de négocier un appui britannique32. Rauf Denktaş obtient la partition, c’est-à-dire un territoire continu sur lequel exercer le pouvoir qu’il a conquis par la persuasion et par la force au sein de « sa » communauté.

Les adversaires des entreprises identitaires : AKEL et les « chypriotistes »

  • 33 Nιαζί Kιζιλγιουρέκ, Κύπρος : To Αδιέξοδο των Εθνικισμών, op. cit., p. 82.
  • 34 Παντελής Βαρναβα, Kοινοί εργατκοί ayώνες Ελληνοκυπρίων και Τουρκοκυπρίων (γεγονότα μεσα από της Ιστ (...)

42AKEL aurait-il pu combattre efficacement les entreprises identitaires nationalistes de part et d’autre ? Cette question restera sans réponse. AKEL était, au début des années 1950 le seul parti organisé digne de ce nom à Chypre, disposant d’un instrument puissant au sein du monde salarié avec le syndicat PEO (Παγκύπρια Eργατική Ομοσπονδία, Fédération Ouvrière panchypriote). Ce syndicat fondé en 1941 comptait aussi des adhérents chypriotes turcs. Les luttes sociales apparaissent comme susceptibles de constituer le ciment du chypriotisme, à commencer par les grèves des mineurs de 1936 et 1948. En 1953, PEO crée un « bureau turc » en raison des difficultés linguistiques rencontrées par nombre d’adhérents chypriotes turcs qui ne comprennent ni le grec ni l’anglais. En 1954, PEO se dote également d’un bulletin en turc. Le 1er mai 1958, alors que EOKA et TMT ont commencé à s’affronter, le défilé syndical est « intercommunautaire ». La réponse ne se fait pas attendre. Ahmet Sati, responsable du Bureau turc de PEO fait l’objet d’une tentative d’assassinat le 22 mai, apparemment du fait de TMT. Celle-ci menace les adhérents chypriotes turcs de PEO qui doivent le quitter et le Bureau turc est fermé la même année 195833. Deux autres responsables syndicaux, Derviş Ali Kavazoğlu et Kosta Misiaouli, sont assassinés le 11 avril 1964, peut-être par TMT, sinon par EOKA34. La séparation syndicale se fait donc par la force même si PEO, comme AKEL, comptent aujourd’hui encore quelques centaines d’adhérents chypriotes turcs, notamment dans la communauté exilée en Grande-Bretagne.

43L’Enosis avait et a d’autres adversaires. L’homme d’affaires N. C. Lanitis est sans doute le père fondateur du chypriotisme par ses cinq articles intitulés « Our destiny », publiés dans le Cyprus Mail, du 3 au 7 mars 1963. Industriel dans l’agroalimentaire, N. C. Lanitis est sans doute l’archétype de l’entrepreneur chypriote ayant étudié en Grande-Bretagne et ne voyant guère d’avantages à L’Enosis. Membre de la Social Progress Society, il se prononce dès le milieu des années 1940 contre L’Enosis, ce qui est assez inattendu à l’époque. La lecture des cinq articles étonne, tant l’auteur est lucide et prévoit avec exactitude l’avenir de l’île. Ainsi critique-t-il la passivité de la gauche qui laissa le champ libre à EOKA (article du 3 mars 1963). Il met en garde ceux qui critiquent les accords de Londres et Zurich parce que cela entraîne la méfiance croissante des Chypriotes turcs. Mais il attire aussi l’attention de ces derniers sur les impasses institutionnelles qui jouent contre leur intégration à une communauté politique chypriote (3 et 4 mars 1963). Il se montre prophétique lorsqu’il explique que:

« The Turks threaten the Greeks with partition. In fact partition of the island should be more dangerous to the Turks than to the Greeks ; for they will be faced with either uniting with and be governed by Turkey, or becoming a small independent State. None of these possibilities is promising and their standard of living may be reduced » (3 mars 1963).

44Il s’inquiète aussi de l’avenir économique de l’île. Il prône une politique libérale (4 et 5 mars 1963) et d’ancrage à la Communauté européenne et à l’économie mondiale (6 mars 1963) tout en affichant des préoccupations sociales, politique susceptible d’apaiser les tensions intercommunautaires et de favoriser la modernisation, laquelle est aussi un facteur d’intégration. En somme, Lanitis n’exprime pas des idées très différentes de celles des pères fondateurs de la Communauté européenne.

  • 35 Caesar V. Mavratsas, « The Ideological Contest between Greek-Cypriot Nationalism and Cypriotism 197 (...)

45Le chypriotisme encore marginal, va se développer après le choc de l’intervention turque. La New Cyprus Association est fondée par des Chypriotes grecs en mars 1975. Mais elle ne se transforme pas en parti politique. Elle existe toujours mais a perdu de son influence au cours des années 1980, c’est-à-dire à l’époque où Andréas Papandréou se fait le champion d’une solution pour Chypre, et en tout cas clame haut et fort le soutien de la Grèce aux Chypriotes grecs. Elle propose une conception citoyenne de la nation, en opposition avec les entreprises identitaires35. Pavlos Tzermias résume ainsi l’idée centrale du chypriotisme:

  • 36 Pavlos Tzermias, « A United Cyprus as a Factor of Stability in the Eastern Mediterranean », Mediter (...)

« People in the case of Cyprus is not understood as ethnos, a community of origin, language, and culture, but as demos, i.e., citizens in a liberal democracy, already existing or in the process of being formed. »36

46Le chypriotisme ouvre la voie à la mobilisation de la société civile tout en exaltant l’allégeance citoyenne plus qu’utilitaire et transnationale afin de contrer les entreprises de mobilisation ethnique. Les propositions de Lanitis ne contiennent toutefois pas une telle dichotomie : Lanitis prône en même temps l’allégeance citoyenne et l’ouverture de l’économie chypriote, sans percevoir les risques potentiels de la mondialisation pour cette allégeance citoyenne. Mais il écrit en 1963. La référence au chypriotisme est de toute évidence importante pour comprendre les mobilisations de la société civile dans le sens de la construction d’une allégeance citoyenne que nous étudierons dans le chapitre 8. Le marasme économique que connaît la zone nord issue de la partition et le succès de l’ouverture de l’économie de la zone sud semblent en tout cas donner raison à Lanitis.

La partition, un remède pire que le mal

  • 37 Radha Kumar, Divide and Fall ? op. cit., p. 9.

47Dans le cas de certaines décolonisations, la partition a pu être considérée comme la moins mauvaise des solutions (« The lesser evil »)37. La poursuite des conflits, notamment entre l’Inde et le Pakistan, a ensuite montré qu’elle ne réglait rien. Et cependant,

  • 38 Idem, p. 4.

« By the early 1990s, partition was beginning to regain credibility as a solution to ethnopolitical strife, but it was still considered to be legitimate only when achieved by peaceful negociation. The most commonly cited example of a negotiated and peaceful division was Czechoslovakia’s “velvet divorce” of 1992. Though this example was brought up again by Richard Holbrooke in November 1995... »38

48La partition de Chypre, elle, n’a pas été réalisée par la négociation. Les deux entités qui se sont succédé en zone nord, l’« État fédéré turc de Chypre » (Kιbrιs Türk Federe Devleti) (1975) et la « République turque de Chypre Nord » (Küzey Kιbrιs Türk Cumhuriyeti, « KKTC ») (1983), n’ont été reconnues que par la seule Turquie. Les reconnaître reviendrait à ouvrir « la boîte de Pandore », c’est-à-dire à légitimer les entreprises séparatistes et les proclamations d’État pouvant en découler voire les annexions déguisées puisque l’armée turque, forte de 35 000 soldats sur place, exerce de facto le monopole de la violence physique légitime auquel prétend sans convaincre une « KKTC » qui ne compte que 2000 policiers et 4500 soldats.

La position des Nations unies39

  • 39 James Ker-lindsay and Olivier Richmond (ed.), The Work of the UN in Cyprus. Promoting Peace and Dev (...)

49La résolution 660 du Conseil de sécurité des Nations unies condamne l’invasion du Koweït par l’Irak (1990) et par là même toute entreprise d’annexion par la force. De même, l’ONU n’avait jamais reconnu l’annexion du Timor oriental par l’Indonésie (1975). En revanche, les partitions de l’Irlande et de l’Inde firent l’objet de négociations et les États qui en sont issus ont été reconnus par l’ONU. La partition de la Palestine fit l’objet d’un vote de l’Assemblée générale de l’ONU (1947), même si les États arabes la refusèrent et Israël occupa davantage de territoire que prévu. Les annexions effectuées par Israël après la guerre de 1967 n’ont jamais été reconnues par l’ONU.

  • 40 Voir Polyvios G Polyviou, Cyprus : Conflict and Negociation 1960-1980, London, Duckworth, 1980, 245 (...)

50Il apparaît donc impossible de légaliser la partition de Chypre telle qu’opérée par l’armée turque, et donc d’obtenir que l’ONU reconnaisse la « KKTC » comme État souverain. La seule solution serait de parvenir à un accord politique avec la république de Chypre, seul État légitime représentant l’île à l’ONU. Aucun président de la république de Chypre n’est évidemment prêt à cette reconnaissance. Et Rauf Denktaş, président de la « KKTC », refuse tout règlement de la question chypriote sans cette reconnaissance préalable – laquelle, soit dit en passant, lui permettrait de proclamer qu’il n’y a plus de question chypriote et que la partition est enfin légalisée ! Les négociations sont donc vouées par avance à l’échec40.

  • 41 Pierre Blanc (op. cit., p. 32) a cartographié les propositions de Boutros-Ghali.

51D’autre part, les plans onusiens sont fondés sur le statu quo actuel, et proposent un modus vivendi plutôt qu’une réelle fin de la partition. Ainsi, le dernier projet d’envergure proposé par le Secrétaire général, en l’occurrence Boutros Boutros-Ghali, connu comme « l’Ensemble d’idées » et discuté de 1992 à 1995, présente de nombreux points communs avec les projets de plan de paix pour la Bosnie-Herzégovine et finalement avec l’accord de Dayton. « L’Ensemble d’idées » prévoit en effet une fédération bicommunautaire et bizonale : le retour des réfugiés est donc exclu, du moins dans un premier temps, même si la liberté de mouvement est théoriquement prévue. Deux États fédérés coexisteraient mais seule la fédération disposerait de la souveraineté. La « KKTC » se verrait donc conférer le statut dont disposent, de par l’accord de Dayton, les deux entités bosno-serbe et croato-musulmane : une autonomie très large mais pas la souveraineté. Pour le gouvernement de la République de Chypre, il s’agit déjà de concessions extrêmes dans la mesure où, même si, en contrepartie, Famagouste et son faubourg de Varosha reviennent aux Chypriotes grecs, et le territoire accordé aux Chypriotes turcs est réduit de 34 % du territoire de l’île à 28 % (proposition de l’ONU)41 ou 29 % (proposition de Rauf Denktaş), la partition opérée par l’armée turque serait entérinée. Le juriste Louis Dubouis estimait déjà, il y a vingt ans, que :

  • 42 Louis Dubouis, « Chypre et le droit international », Hellenic Review of International Relations, II (...)

« L’intervention militaire dans les affaires d’un État tiers constitue une infraction si grave aux principes les plus fondamentaux régissant les relations internationales et inscrits dans la Charte des Nations unies qu’à supposer même qu’elle fût conforme au traité de Garantie, elle ne serait pas pour autant licite. La Charte, en son article 103, assure en effet la primauté aux obligations qu’elle impose sur celles qui sont issues de tout autre accord international.
Il faut, croyons-nous, aller plus loin encore. Si la République de Chypre acceptait une modification de son statut international alors que 40 % de son territoire sont occupés, cet accord serait nul car conclu sous l’emprise de la force (convention de Vienne, art. 52). »42

  • 43 Situé dans la zone-tampon, à 10 kilomètres à l’ouest de Nicosie, il est actuellement le siège de l’ (...)

52Pour Rauf Denktaş, les propositions onusiennes ne sont pas tout à fait satisfaisantes : certes le caractère bizonal et bicommunautaire de la fédération envisagée lui permet de se maintenir au pouvoir en zone nord ; mais il n’obtient pas la souveraineté tant espérée. D’où deux tentatives d’obtenir cette reconnaissance de facto. Dans un premier temps, il demande la légalisation de l’aéroport d’Ercan qui appartient à la « KKTC », ce qui lui donnerait ainsi une existence officielle, et par conséquent aboutirait ainsi à la reconnaissance internationale de la « KKTC ». Cette manœuvre échoue, tant il paraît absurde de légaliser cet aéroport alors que les « mesures de confiance », que Boutros Boutros-Ghali suggère comme premier pas vers un accord, comprennent la réouverture de l’aéroport de Nicosie43. Dans un second temps, Rauf Denktaş accepte les propositions onusiennes (1993) mais dans un courrier à en-tête de la « KKTC » et en signant « le président de la KKTC ». Boutros Boutros-Ghali dénonce alors la manœuvre et rappelle à Rauf Denktaş que le Conseil de sécurité ne reconnaît et ne veut reconnaître la « KKTC ». Depuis, les cycles de négociation (été 1997 et tout au long de l’année 2000) n’ont rien apporté de véritablement neuf.

  • 44 L’UNIKOM (United Nations Iraq-Koweït Observer Force) avec 904 militaires, 194 observateurs militair (...)

53Surtout, le règlement du conflit chypriote ne présente pas d’urgence absolue pour l’ONU : après tout, il ne produit plus de réfugiés, ne se transforme pas en génocide, ni ne conduit à l’effondrement de l’État. L’UNFICYP ne grève pas non plus beaucoup le budget de l’ONU : les 1244 militaires, 35 policiers civils et 330 fonctionnaires locaux ou internationaux coûtent en moyenne annuelle 45 millions de dollars dont 15 sont payés par la République de Chypre et 7 par la Grèce. Le coût total de la mission, de mars 1964 à juin 1998, est de 928 millions de dollars44.

La candidature à l’Union européenne45

  • 45 Cette candidature à l’UE est traitée dans le chapitre 5.

54Dans ce contexte de blocage des négociations officielles et d’impuissance de l’ONU, la candidature de la République de Chypre à l’Union européenne constitue l’initiative majeure de ces dernières années en vue de modifier le statu quo. L’idée à l’origine de cette candidature est qu’elle pourrait faciliter la mise au point d’une solution en plaçant Chypre non plus dans le cadre du jeu des trois puissances garantes, Grande-Bretagne, Grèce et Turquie, mais dans un cadre de respect de la démocratie et des droits de l’homme qu’offre l’UE et qui serait susceptible de rassurer les Chypriotes turcs à l’avenir. Cette candidature a donc expressément pour objectif la fin de la partition.

  • 46 Voir également notre Étude du CERI, « Vingt-cinq ans après, où en est la partition de Chypre ? », n (...)

55Le conflit chypriote n’est donc pas aussi figé qu’il le paraît. Le succès ou l’échec de l’entreprise de partition, les chances de réussite d’une réconciliation dépendent avant tout de la situation interne. De l’observation des facteurs cruciaux pour la partition, il paraît bien difficile de tirer la conclusion qu’elle va se pérenniser ou non. Les deux premiers facteurs sont l’économie et la démographie. Dans les deux cas, les évolutions constatées laissent prévoir une pérennisation de la partition. L’étude des scènes politiques en zone nord comme en zone sud montre toutefois qu’existent des forces divergentes, favorables à la partition définitive, se satisfaisant du statu quo actuel (partition de facto mais négociations) ou œuvrant franchement à la réconciliation46.

La partition sur le plan économique, un processus achevé ?

  • 47 Michael Attalides, Cyprus. Nationalism and International Politics, op. cit., 1979, chapitre V.

56Les deux zones de Chypre connaissent une forte différenciation économique depuis 1974. Après l’indépendance, l’île a renoué avec la prospérité mise à mal par les années de lutte contre les Britanniques. De 1960 à 1973, la croissance économique a été de 7, 1 % par an, et ce malgré les affrontements intercommunautaires de 1963-64 et de 1967. Même l’enclavement des Chypriotes turcs après 1963 n’a pas mis fin aux relations économiques entre les deux communautés. Michael Attalides47 met en évidence le phénomène de réintégration de la période 1968-1974 : en 1970, la population active chypriote turque était de 45 000 personnes dont 33 000 travaillant à plein temps ; 8000 entrepreneurs dont 5000 en relation d’affaires suivie avec des entrepreneurs chypriotes grecs ; 5000 salariés dans des entreprises dirigées par ces derniers, 4000 travailleurs saisonniers dont 3000 employés par des Chypriotes grecs. Toutefois, en 1971, le revenu par tête des Chypriotes turcs représentait 50 % de celui des Chypriotes grecs, une différence que Rauf Denktaş expliquait par des discriminations gouvernementales, mais que Michael Attalides attribue à la fermeture de l’économie des enclaves encouragée par Rauf Denktaş et sa politique du « achetez turc ! ».

  • 48 Jean-François Drevet, Chypre, île extrême. Chronique d’une Europe oubliée, Paris, Syros, 1991, p. 2 (...)

57La partition aurait dû profiter aux Chypriotes turcs : la zone nord comprend en effet 73 % des terres cultivées dont la plus grande partie de la plaine de la Mesaoria, compte 26 % des installations industrielles et 73 % de la capacité hôtelière de l’île en 1973. À lui seul, le port de Famagouste « traitait en 1973 83 % du trafic international, avec 50 % de la capacité de manutention »48. Mais l’économie de la zone nord de l’île est aujourd’hui sinistrée, tandis que celle de la zone sud est florissante. Comme le montre les tableaux ci-dessous, les écarts se creusent entre les deux zones. Le revenu par habitant est à cet égard éloquent.

Quelques indicateurs économiques

indicateurs

zone

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

taux de croissance du

produit intérieur brut

sud

6,5

1,0

10,0

2,2

5,1

4,5

5,0

4,0

4,2

nord

4,2

-6,4

6,2

1,5

-3,7

2,6

2,9

3,8

5,3

revenu par habitant

en US$

sud

9757

9986

11 766

11 200

12500

13 771

13732

12 949

13 694

nord

3446

3115

3343

3528

3092

4185

4222

4016

4241

taux

d’inflation

sud

4,5

5

6,5

4,9

4,7

2,6

3

3,6

2,2

nord

69,4

46,3

63,4

61,2

215

72,2

87,5

87

66,5

tx de change (C£/1US$)

sud

0,45

0,45

0,45

0,49

0,49

0,5

0,5

0,5

0,5

tx de change (TL/1US$)

nord

2607

4169

6868

10985

29704

45705

81 137

151 428

278053

balance des paiements

(millions de US$)

sud

294

-65,6

-225

145

247

-363

-220

-46,9

-154,7

nord

-16,4

-26,6

-23,4

-22,8

-4,2

-16,6

-2

-0,9

Recettes du tourisme

(millions US$)

sud

1031

857

1249

1364

1588

1620

1560

1680

1760

nord

225

154

175

225

173

199

175

192

-

nombre de touristes

(milliers)

sud

1561

1385

1991

1841

2069

2100

1950

2088

2222

nord

301

220

268

359

352

390

365

399

393

dont Turcs

243

179

210

281

256

300

289

326

-

C£ = livre chypriote ; TL = livre turque ; US$ : dollar des États-Unis.
Notons que les données pour la zone nord émanent toutes de l’administration chypriote turque ou de EMU. Cependant, elles sont loin d’être toujours fiables, des sources officielles ou proches du pouvoir se contredisant entre elles. Le taux de chômage, par exemple, serait de 1 % officiellement mais de plus de 10 % selon des experts indépendants. Le revenu par habitant pour la zone sud est calculé ici en fonction du nombre d’habitants de cette zone et non en fonction du nombre total d’habitants de l’île comme cela est fait dans de nombreux ouvrages.

Sources : République de Chypre, Département des statistiques ; Département Relations publiques du ministère des Affaires étrangères et de la Défense de la « KKTC » ; East Mediterranean University (EMU, Famagouste) ; Fonds monétaire international.

  • 49 Le pavillon chypriote est le quatrième du monde, bénéficiant d’un « statut fiscal et commercial dat (...)

58Le fossé qui sépare économiquement les deux zones s’explique principalement par la partition. La zone sud peut se développer sans réelle contrainte autre que celle du marché et du contexte international. Son économie, dont les points forts sont les services, la marine marchande et le tourisme, est préparée à une ouverture croissante dont le couronnement devrait être l’adhésion à l’UE49.

59En revanche, la zone nord est dans une situation critique, en voie d’ « intégration » à la Turquie par la volonté politique de ses dirigeants et par contrecoup de l’embargo international. Celui-ci se justifie juridiquement : la « KKTC » est une création illégale dans une zone occupée par une armée étrangère. Les biens des Chypriotes grecs ont été saisis et sont exploités illégalement soit par des Chypriotes turcs, soit par l’armée et des ressortissants turcs. Politiquement, il s’agit de faire pression sur les dirigeants de la « KKTC » pour les contraindre à négocier un règlement de la question chypriote.

60À partir de 1976, les transferts monétaires en livres chypriotes vers la zone nord sont limités aux paiements des pensions de retraite de Chypriotes turcs. La livre turque est alors introduite, et avec elle, l’hyperinflation. Sa dépréciation continue provoque un renchérissement du prix des produits importés, ce qui est catastrophique pour les Chypriotes turcs. Le coût des importations augmente également du fait de l’embargo : le commerce de la « KKTC » avec des États-tiers doit presque obligatoirement transiter par la Turquie.

  • 50 Entretien avec un homme d’affaires chypriote turc en mai 1999 à Nicosie et Famagouste.

« Lorsqu’un importateur chypriote turc veut acheter un produit et indique son adresse “via Mersin” [port turc le plus proche], il se voit répondre par le grossiste ou l’usine de production qu’il existe déjà un importateur en Turquie. Ce qui veut dire un intermédiaire supplémentaire. Quand l’importateur chypriote turc réussit à faire venir son container à Mersin, il y a le risque que l’armateur turc signale à l’importateur turc (surtout si les deux font partie du même holding) que l’importateur chypriote turc l’a contourné. Ce dernier sera alors pénalisé d’une manière ou d’une autre. (...) Il existe deux sociétés de shipping à Famagouste qui ont des accords avec les Italiens. Ainsi des containers peuvent être importés directement d’Italie. Mais ces deux compagnies savent que, en raison de l’embargo, elles n’ont pas de concurrent. Aussi pratiquent-elles des tarifs exorbitants. Le transport d’un container entre l’Italie et Limassol [en zone sud] coûte 1200 dollars. Le même container est acheminé d’Italie à Famagouste [en zone nord] pour 2000 dollars. »50

  • 51 Entretiens avec des hommes d’affaires chypriotes turcs (mai 1999).

61Les firmes turques profitent ainsi de la situation pour mettre la main sur le secteur de l’import-export, s’implantent dans l’île, emploient de la main-d’œuvre (qualifiée ou non) venue de Turquie et marginalisent ainsi les Chypriotes turcs. La production locale est plus chère que les produits importés de Turquie et les entreprises chypriotes turques peuvent difficilement lutter contre les conglomérats turcs de la banque et de l’industrie, alors que la concurrence avec les entrepreneurs chypriotes grecs, avant le conflit, était plus équilibrée51.

  • 52 Briefing (Ankara), Issue 1009, October 3, 1994.
  • 53 Il existe 19 casinos en zone nord, soit un pour 10 000 habitants (Briefing, Issue 1179, February 9, (...)
  • 54 La zone sud n’est pas épargné par le blanchiment, mais le gouvernement a transposé la législation d (...)

62Les exportations subissent les mêmes problèmes. De plus, la Cour de justice des Communautés européennes a estimé, par un arrêt du 5 juillet 1994, que les certificats d’origine de la zone nord ne peuvent plus être acceptés dans l’Union européenne. La zone nord ne bénéficie donc plus du régime douanier préférentiel établi entre la république de Chypre et la Communauté à partir de 1972, ceci concernant notamment les agrumes et les pommes de terre. Cette décision a entraîné une augmentation des aides financières turques, un pas vers « l’intégration »52, une politique qui s’affirme davantage face au processus d’adhésion de la république de Chypre à l’UE (voir chapitre 5). « L’intégration » de la « KKTC » à la Turquie passe également par le secteur off-shore. Celui-ci, des banques, mais aussi les casinos53, sont accusés de blanchir l’argent54 de la drogue exportée de Turquie et qui a servi notamment à financer la contre-guérilla anti-PKK dans les années 1990 (voir le chapitre 6).

La question démographique : les colons turcs à Chypre-nord

  • 55 Selon la requête adressée par la république de Chypre à la Commission européenne des droits de l’ho (...)

63En juillet 1975, un accord Clerides-Denktaş parachève la partition « ethnique » : les huit à neuf mille Chypriotes turcs vivant encore dans la zone-sud sont autorisés à partir s’installer au nord. Il reste, en 1976, 400 Chypriotes turcs au sud, quelque 200 aujourd’hui, soit plusieurs familles demeurées à Limassol où fonctionne toujours une mosquée, et des intellectuels parfois réfugiés du nord en raison de leur opposition à la politique de Rauf Denktaş. Il reste 500 Chypriotes grecs au nord, dans la péninsule du Karpas où ils sont « enclavés »55. Chypre compte donc près de 250 000 réfugiés dont environ 200 000 Chypriotes grecs. L’épuration ethnique a provoqué une diminution du nombre d’habitants en zone nord et une augmentation en zone sud : la population de la zone nord ne représentait plus en 1976 que 64 % de celle de 1973. Le mouvement inverse se produit au sud : la population de cette zone augmente de 22 %. Les Chypriotes turcs, avec 18 % de la population chypriote en 1974, occupent après la partition 34 % de la superficie de l’île.

  • 56 Chiffres officiels, voir le site internet http ://www.kypros.org.

64Il en a résulté une forte émigration d’environ 20 000 Chypriotes grecs vers la Grande-Bretagne, l’Australie, le Canada et les États-Unis. La prospérité des années 1990 a inversé cette tendance. Non seulement de nombreux émigrés sont rentrés, mais le sud de l’île connaît désormais une immigration importante : actuellement, environ 20 000 personnes (dont seulement 6000 légalement), soit 3 % de la population totale de l’île56. Les autorités tolèrent la présence des clandestins tout en ne procédant pas à des régularisations massives comme celles décidées en Espagne, en Grèce et en Italie depuis 1995.

65La situation est bien différente dans la zone nord. S’il ne paraîtrait pas très étonnant que le vide laissé par les réfugiés chypriotes grecs soit comblé par une immigration, l’ampleur de celle-ci, ses caractéristiques et le mouvement inverse des Chypriotes turcs - qui, eux, émigrent - constituent l’un des éléments-clé de la question chypriote d’après 1974. Suivant les recensements effectués par les autorités chypriotes turques, la croissance démographique de la zone nord est assez impressionnante :

Population de la zone nord de Chypre 1973-1996

années

1973

1978

1980

1985

1992

1993

1996

population

115 600

146 740

149 610

160 287

175 118

177 120

198 215

Source : recensements effectués par les autorités chypriotes turques (sauf 1973).

66L’accroissement de la population de la zone nord serait donc de 71,5 % depuis la partition ! Or, dans le même temps, de 1976 à 1996, la population de la zone sud s’est accrue de 27,6 % (de 505 700 à 645 300 habitants).

  • 57 Mission effectuée par le rapporteur Mario Cucó en novembre 1991, rapport Doc. 6589 du 27 avril 1992

67Le rapport Cucó sur « la structure démographique des communautés chypriotes ». pour l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe57 tente, en 1991, d’évaluer le nombre de citoyens turcs installés en zone nord. Suivant ses sources (experts de la « KKTC », ambassade de Turquie, opposition de gauche chypriote turque, UNFICYP), le nombre de migrants/colons de Turquie oscille entre 17 et 55 000 - le chiffre le plus crédible, celui de l’UNFICYP étant de 40-45 000.

  • 58 Nouvelles de Chypre, Bulletin d’information de l’Ambassade de Chypre en France, n° 89, février 1999
  • 59 Dépêche AFP du 6 juillet 1997, signée Élie Austa.
  • 60 Selon le quotidien chypriote turc Kιbrιs du 2 juin 1999.

68Les chiffres que nous avons recueillis sont tout aussi imprécis : le gouvernement de la république de Chypre estime le nombre de « colons turcs illégaux » à 114 000 à la fin de 199858. De son côté, le conseiller économique de Rauf Denktaş, Ahmed Aker, a déclaré que les immigrés turcs représentent 45 % de la population de la « KKTC » soit environ 89 000 personnes59. Selon le directeur du département d’Immigration de la « KKTC », Mustafa Miralay, 49 000 personnes (dont seulement 2 non-Turcs) ont acquis la citoyenneté de la « KKTC » entre 1984 et 199960, ce qui donne une indication sans remettre en cause les déclarations d’Ahmed Aker puisque le directeur ne dit rien de la période 1974-1984. Alpay Durduran, dirigeant du Yürtsever Birlik Hareketi (Mouvement de l’Union patriotique, opposition), estime, lui que :

  • 61 Entretien avec Alpay Durduran le 4 mai 1999 à Nicosie.

« Aux dernières élections [décembre 1998] environ 70 000 électeurs chypriotes turcs et environ 40 000 colons ont voté. Les Chypriotes turcs sont toujours majoritaires dans l’électorat même si les colons sont plus nombreux car ceux-ci ont surtout plus d’enfants - qui n’ont pas encore l’âge de voter - que les Chypriotes turcs. Les Chypriotes turcs sont donc encore majoritaires. »61

  • 62 Entretiens avec des hommes d’affaires et des syndicalistes chypriotes turcs, mai 1999.

69Colons ou immigrés ? Cette question de terminologie est au cœur du problème. La thèse défendue par les autorités turques et chypriotes turques est que les Turcs émigrent à Chypre car l’économie y est florissante et il faut combler le vide laissé par les Chypriotes grecs. Cette thèse ne tient évidemment pas, l’économie de la zone nord étant en crise. De plus, il existe différentes émigrations en provenance de Turquie. Pour certains, mais certainement pas le plus grand nombre, l’installation à Chypre résulte d’un choix individuel : il peut s’agir de personnes venues travailler temporairement dans l’île, parfois même avant 1974, et qui y sont demeurées, ont épousé des Chypriotes turc/ques, ont des enfants nés à Chypre. Pour d’autres, et c’est apparemment le cas de la majorité, l’installation à Chypre revêt un caractère organisé : le gouvernement turc a recruté des paysans anatoliens pour venir peupler les villages grecs abandonnés et remettre les champs en culture. Certains sont des militaires. Des villages entiers, particulièrement ceux votant pour les partis les plus nationalistes, ont été déplacés vers Chypre. Pour les autres enfin, l’émigration est assez récente, elle peut être temporaire ou saisonnière, il s’agit d’une main-d’œuvre peu ou pas qualifiée (chauffeurs de taxi collectif, serveurs, ouvriers agricoles). Cette émigration n’est pas forcément légale au sens où les personnes n’ont pas sollicité de permis de travail et n’ont que peu d’espoirs d’obtenir la citoyenneté, notamment en raison de leur origine kurde. Cette main-d’œuvre immigrée-là joue un rôle plus « traditionnel » : elle est « flexible », peut être licenciée voire renvoyée en Turquie rapidement ; elle constitue une main-d’œuvre bon marché pour les entrepreneurs chypriotes turcs et turcs installés dans l’île. Cela contribue aussi au chômage des Chypriotes turcs sans qualification mais plus exigeants en termes de salaire et de conditions de travail62.

70La majorité de ces « immigrés » peut donc être appelée « colons » du fait du caractère partiellement organisé par le pouvoir central de la migration, qui n’est pas sans rappeler le système ottoman du déplacement forcé et massif de population. L’objectif est ici de parachever l’épuration ethnique, « turquifier » davantage les Chypriotes turcs et surtout augmenter la proportion de « Turcs » dans la population de l’île afin de revendiquer une part plus importante de pouvoir dans les futurs et hypothétiques organes fédéraux ou confédéraux qui sont négociés avec les Chypriotes grecs. Il s’agit aussi de légitimer la taille de la zone nord (34 % du territoire) alors que les Chypriotes turcs ne représentaient originellement que 18 % de la population de l’île. En dehors de ces objectifs « ethnonationalistes » et qui semblent plus compliquer qu’empêcher toute solution de compromis avec les Chypriotes grecs, il en existe d’autres, bien moins avouables.

  • 63 Selon Rauf Denktaş, The Cyprus Triangle, New York, the Office of the TRNC, 1988, p. 116.

71Selon plusieurs de nos sources, l’état-major général de l’armée turque aurait accéléré la colonisation à partir de 1983-84 en raison de l’arrivée au pouvoir de Turgut Özal, dont les généraux craignaient, semble-t-il, qu’il ne « brade » la « KKTC » dont la proclamation a été imposée au nouveau Premier ministre comme un « fait accompli »63. D’autre part, Rauf Denktaş peut s’appuyer sur ces colons, électorat plutôt nationaliste, pour se maintenir au pouvoir et refuser toute réconciliation avec des Chypriotes grecs que ces mêmes colons ne connaissent qu’à travers l’histoire et la propagande officielles.

  • 64 Manœuvre dénoncée par le quotidien d’opposition Yenidüzen du 5 août 1993 qui titre à la Une « Beş B (...)
  • 65 Selon le quotidien chypriote turc Yeniçağ du 20 septembre 1993.

72La législation en vigueur dans la « KKTC » permet d’octroyer facilement la citoyenneté aux Turcs venus s’installer dans l’île. Cinq années de résidence permettent d’obtenir cette citoyenneté. Mais plusieurs lois ont permis des octrois massifs de cartes d’identité chypriotes turques. Dès 1975, les vétérans de l’intervention turque, ainsi que les membres des familles des militaires tués pendant l’intervention, peuvent obtenir la citoyenneté chypriote turque. Plus récemment, une loi du 27 mai 1993 a par exemple permis l’octroi de la carte d’identité à 5000 Turcs à quelques mois des élections législatives (12 décembre 1993)64. Parfois, les noms des lieux de naissance de ces nouveaux citoyens sont changés dans le but de parer à toute éventualité, c’est-à-dire à la possibilité d’un accord intercommunautaire prévoyant le retour des « Anatoliens » en Turquie. Cette question de la colonisation de Chypre est tellement importante que le parlement turc a même voté une loi, le 17 novembre 1992, permettant à toute personne titulaire d’un permis de travail en « KKTC » d’échapper au service militaire en Turquie. Toutefois, le ministère turc de l’Intérieur, à qui l’autorisation doit être demandée pour changer de nationalité, a indiqué (pour ne pas dire ordonné) aux autorités chypriotes turques qu’elles ne devaient pas se passer de cette autorisation, les ressortissants turcs d’origine kurde ne devant pas pouvoir obtenir cette citoyenneté65. Enfin, la carte d’identité chypriote turque est très recherchée, notamment parmi les hommes d’affaires turcs voyageant souvent à l’étranger. Certains États, notamment la Grande-Bretagne (jusqu’en janvier 1998) et d’autres membres du Commonwealth, reconnaissent en effet cette carte d’identité comme « document de voyage » et ses porteurs n’ont donc pas besoin de visa d’entrée, à la différence des porteurs de passeports turcs. Selon Alpay Durduran,

  • 66 Entretien avec Alpay Durduran le 4 mai 1999 a Nicosie.

« Un million de cartes d’identité de la “KKTC” circulent ici et en Turquie. Özal, Ecevit, [le général Ismail Hakki] Karadayι [ancien chef d’État-major des armées de Turquie] ont eu ou ont la citoyenneté [de la “KKTC”]. »66

73Le directeur du département d’Immigration de la « KKTC », dans la déclaration citée plus haut, reconnaît que 30 % des nouveaux citoyens de la « KKTC » résident à l’extérieur en 1999.

  • 67 Voir notre article « Chypre : diaspora(s) et conflit », CEMOTI (30), juin-décembre 2000, p. 59-81.

74Enfin, la colonisation/immigration pallie et se trouve en forte interaction avec l’émigration chypriote turque. Commencée à l’époque des enclaves (1963-1974) afin de fuir les persécutions, elle s’est accélérée ensuite. Ses motivations sont aujourd’hui d’ordre économique (manque de débouchés pour les plus diplômés, concurrence des colons/immigrés pour les autres, crise) mais aussi politiques. Ainsi, alors que les partisans de la réconciliation se montrent discrets à Chypre, ils sont nettement plus visibles et actifs à Londres. Les partis d’opposition y sont bien représentés alors que Rauf Denktaş accuse périodiquement ceux qui émigrent de « trahir » la « République turque de Chypre nord » en en donnant une mauvaise image67.

  • 68 78 031 personnes (40 388 hommes et 37 643 femmes) nées à Chypre sont recensés en Grande-Bretagne en (...)
  • 69 Voir la requête adressée à la Commission européenne des droits de l’homme (requête No. 25781/94).
  • 70 Estimations de responsables associatifs chypriotes turcs à Londres, entretiens effectués en janvier (...)

75Pas plus que pour l’immigration, nous ne disposons de chiffres précis pour l’émigration, ce qui participe à l’opacité entourant les proportions exactes de Chypriotes turcs et de Turcs dans la population de la zone nord de Chypre. Cette absence de données tient, pour la « KKTC », à la répugnance à avouer l’existence et l’ampleur du phénomène. Quant aux pays d’accueil, dont le premier d’entre eux, à savoir la Grande-Bretagne, ils ne procèdent à aucun recensement particulier des Chypriotes turcs68. Nous en sommes donc réduits à des conjonctures. Selon le gouvernement de la république de Chypre, 57 000 Chypriotes turcs auraient émigré entre 1974 et 199369. La communauté chypriote turque en Grande-Bretagne compterait de 60 à 90 000 personnes, chiffre qui inclurait les deuxième voire troisième générations70.

  • 71 Briefing, Issue 1139, April 28, 1997.
  • 72 Cyprus Today (chypriote turc), January 17-23, 1998.
  • 73 Par référence à Albert Hirschman, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995, 256 p.

76D’autre part, cette émigration s’accélérerait : le quotidien Yenidüzen du 23 octobre 1996, s’alarme ainsi du fait que des formulaires d’immigration pour le Canada sont distribués et photocopiés à Nicosie et craint que les Chypriotes turcs restant soient sous peu « noyés » sous le nombre des émigrants turcs. Les législations de plus en plus restrictives des États d’accueil potentiels en Europe de l’Ouest et la lente dégradation de la situation sur place conduisent désormais les Chypriotes turcs à demander l’asile politique. Le nombre de Chypriotes turcs ayant demandé l’asile politique à la Grande-Bretagne est ainsi passé de 2 en 1987 à 783 en 199571. 1132 familles turques détentrices de la carte d’identité chypriote turque ont demandé l’asile politique à la Grande-Bretagne au cours des années 1995, 1996 et 1997, faisant de la « KKTC » le plus grand « producteur » mondial de demandeurs d’asile par rapport au nombre de ses habitants72. Les autorités britanniques, ayant noté cette forte proportion de ressortissants turcs parmi les demandeurs d’asile soi-disant chypriotes turcs, ont adressé une sévère mise en garde à Rauf Denktaş puis finalement décidé de ne plus reconnaître la carte d’identité de la « KKTC » comme document de voyage (janvier 1998), ce qui contraint les Chypriotes turcs à voyager avec des passeports turcs et à demander un visa pour se rendre en Grande-Bretagne. Cette nouvelle politique, en assignant un passeport turc aux Chypriotes turcs, constitue finalement un pas de plus vers l’« intégration » de Chypre-nord à la Turquie. Cependant, la « défection »73 des Chypriotes turcs ouvre une brèche dans le consensus que Rauf Denktaş s’évertue à bâtir au sein de la communauté chypriote turque depuis les années 1950.

Des consensus internes ?

L’absence de consensus sur la partition des partis chypriotes turcs

  • 74 Sur la position officielle turque/chypriote turque, voir Special Issue on Cyprus (avec des articles (...)
  • 75 Du Demokratik Sol Parti (Parti démocratique de la gauche) dirigé par Bülent Ecevit.
  • 76 Ce ministre est l’auteur de Türk-Yunan İlişkileri (1821-1993) [Les relations helléno-turques], Anka (...)

77La scène politique chypriote turque reste largement méconnue en raison notamment de l’omniprésence de Rauf Denktaş. L’homme est sans conteste un nationaliste turc, considérant qu’il n’y a pas d’identité chypriote à proprement parler. Mais il est président, et l’annexion pure et simple de la zone nord par la Turquie, outre ses répercussions internationales, aurait le grave inconvénient de le reléguer au rang de gouverneur de province. Il ne cherche donc pas à se dégager de la tutelle de la Turquie, tout en préservant une certaine marge de manœuvre que lui confèrent son influence dans la vie politique turque et sa popularité en Turquie74. Rauf Denktaş peut y compter sur le soutien de l’armée et donc du Conseil national de sécurité (MGK, Millî Güven Kurulu). L’état-major n’a pas l’intention d’évacuer la « KKTC ». Rauf Denktaş est très lié à l’extrême-droite nationaliste (MHP) comme nous l’avons indiqué plus haut. Le mouvement islamo-conservateur (Refah puis Fazilet Partisi) ne lui ménage pas non plus son soutien, Necmettin Erbakan ayant été l’un des partisans les plus enthousiastes de l’intervention militaire en 1974 et n’ayant jamais manqué de marquer son soutien à la « KKTC » lorsqu’il était Premier ministre (1996-1997). Au sein de la droite dite libérale (ANAP et DYP), Rauf Denktaş n’aura vu s’opposer à lui que Turgut Özal. À gauche, Mümtaz Soysal, figure de la gauche kémaliste, professeur de droit constitutionnel à l’Université d’Ankara, éditorialiste à Hürriyet, ancien député75 (jusqu’en avril 1999) et ancien ministre des Affaires étrangères (août 1994), est le conseiller personnel du président de la « KKTC ». Quant à Bülent Ecevit, il n’est pas de ville de « KKTC » dont l’une des grandes artères ne porte le nom. Au sein même du gouvernement turc, le dossier chypriote bénéficie d’un traitement spécial : il n’est pas confié au ministre des Affaires étrangères mais à un ministre d’État : Abdullah Gül, député Fazilet Partisi de la très nationaliste Kayseri en Cappadoce, sous Necmettin Erbakan ; Şükrü Sina Gürel (DSP) de juillet 199776 à novembre 2002.

78Le régime Denktaş reste par ailleurs très dépendant de l’aide de la Turquie qui financerait directement au moins un tiers du budget de l’État. Par ailleurs, l’Ambassade de Turquie à Nicosie aurait un budget supérieur à celui de la « KKTC ». L’Ambassade est située face au parlement, un élément que les opposants ne manquent pas de faire remarquer, anecdotes sur les interventions de l’ambassadeur dans les débats à l’appui.

79La présence des colons turcs à Chypre-nord a évidemment de sérieuses répercussions sur la vie politique locale puisque nombre d’entre eux, on l’a vu, ont la citoyenneté et donc le droit de vote. Il leur suffit, pour l’exercer, de se présenter trois mois avant le scrutin, lors de l’inscription sur les listes électorales. Il est donc possible qu’un certain nombre de partisans de Rauf Denktaş viennent spécialement de Turquie s’inscrire puis reviennent voter trois mois plus tard. Cependant, il est certain que les partis de gauche obtiennent aussi des voix parmi les colons. Cette participation des colons anatoliens aux élections depuis 1976 fausse donc les résultats dans la mesure où il devient presque impossible de connaître l’opinion des seuls Chypriotes turcs quant à la partition.

  • 77 Note manquante dans louvrage original

80Le référendum sur la constitution de 1985 peut apporter quelques indications. Il s’agissait de ratifier la constitution, très critiquée parce que trop inspirée de la constitution turque de 1982 édictée par les militaires, mais du même coup de sanctionner la proclamation de la « République turque de Chypre Nord » de novembre 1983, et de marquer son soutien à Rauf Denktaş. Une victoire du « non » était plus qu’improbable, en raison de la présence des colons et l’utilisation de quelques procédés peu avouables (achat de voix, pressions sur les électeurs voire sur les candidats77) couramment employés dans les élections en zone nord. Cependant, les résultats du référendum n’avaient pas de quoi réjouir Rauf Denktaş :

Référendum du 5 mai 1985 sur la Constitution de la « KKTC »

électeurs

 % des inscrits

 % des votants

inscrits

91 810

Suffrages exprimés

71 933

78,3

oui

49 477

53,9

69,41

non

21 012

22,9

30,4

Source: Friends of Cyprus Report (London) n° 27, Winter 1985.

81Le résultat est un revers pour Rauf Denktaş qui prétend faire le consensus autour de sa personne, ce qui n’est manifestement pas le cas. La nouvelle constitution n’est approuvée que par 54 % des électeurs inscrits, ce qui signifie que sans les voix des colons, la barre des 50 % n’aurait peut-être pas été atteinte. La forte abstention traduit sans doute le désarroi des électeurs devant le projet constitutionnel et l’approbation de la partition qui leur est, finalement, demandée. Par comparaison, le référendum du 8 juin 1975 sur la constitution de l’« État fédéré turc de Chypre » avait attiré 72 % des électeurs qui avaient voté « oui » à 99,4 %.

82Les réélections successives de Rauf Denktaş à la fonction présidentielle montrent également l’existence d’une opposition assez vigoureuse au sein de la communauté : en 1981 déjà, Rauf Denktaş était réélu de justesse (51,7 %) avant d’obtenir des succès plus nets en 1985 (70,2 %) et 1990 (66,7 %). Pourtant, il doit affronter un second tour aux élections de 1995. Il aurait dû logiquement en être de même en 2000 si Derviş Eroğlu ne s’était désisté avant le deuxième tour.

Élections présidentielles en « KKTC »

20 juin 1976

28 juin 1981

9 juin 1985

22 avril 1990

15 avril 1995
1er
tour

22 avril 1995
2e
tour

15 avril 2000

Rauf Denktaş (UBP/DP)

76,6 %

51,7 %

70,2 %

40,4 %

62,48 %

43,67 %

Derviş Eroğlu (UBP)

24,15 %

37,52 %

30,14 %

Ahmet Berberoğlu (CTP)

21,8 %

Özker Özgür (CTP)

12,7 %

18,96 %

Mehmet Ali Talat (CTP)

10,03 %

Ziya Rızkı (TKP)

30,5 %

İsmaïl Bozkurt (TKP)

32,1 %

Mustafa Akıncı (TKP)

9,5 %

11,70 %

Alpay Durduran (TKP)
(YKP)

1,75 %

A.H.T. Desem (YHB)

2,60 %

autres (en cumulé)

5,1 %

2 %

0,51 %

1,86 %

CTP : Cumhuriyetçi Türk Partisi (Parti républicain turc, gauche)
TKP : Toplumcu Kurtuluş Partisi (Parti communautaire de Libération, centre-gauche)
UBP : Ulusal Birlik Partisi (Parti de l’Unité nationale, droite)
YKP : Yeni Kιbrιs Partisi (Parti pour la nouvelle Chypre, gauche)
YHB : Yürtsever Birlik Hareketi (Mouvement de l’Union patriotique), successeur du YKP

Sources: C.H. Dodd (éd.), The Political, Social and Economic Development of Northern Cyprus, Huntingdon, The Eothen Press, 1993; presse chypriote turque

  • 78 Il faut s’interroger sur le nombre d’électeurs qui sont des ressortissants turcs (40 000 en 1999 se (...)

83Ces écarts étonnent d’autant que l’élection présidentielle de 1985 suivait d’un mois le référendum et que lors des législatives de la même année, les partisans du président n’obtenaient que 36,7 % des suffrages. Manipulation des suffrages, des cartes d’électeurs délivrées à des citoyens turcs78 ? Miracle électoral dû à la personnalité de Rauf Denktaş ? Ce dernier est le seul homme politique chypriote turc connu internationalement et doté d’une solide expérience en matière de négociations internationales. Il peut donc apparaître comme le seul capable de représenter la « communauté » à l’extérieur. Cette notion de « communauté », que nous avons retrouvée dans le discours de tous nos interlocuteurs, qu’ils appartiennent à la société civile et soient engagés dans le dialogue « bicommunautaire » (précisément) ou qu’il s’agisse de responsables politiques, n’est pas non plus sans conséquence sur les résultats des élections. Rauf Denktaş excelle à jouer le rôle du « président au-dessus des partis », sorte de « chef naturel » de la « communauté ». Il s’est d’ailleurs présenté sans étiquette lors des quatre derniers scrutins, après avoir été le candidat de l’UBP en 1976 et 1981.

84Mais la scène politique chypriote turque ne se résume pas à cette forte personnalité. L’opposition de gauche obtient cependant de meilleurs résultats aux élections législatives :

Élections à la Chambre des représentants (Temsilciler Meclisi)

20 juin 1976

28 juin 1981

23 juin 1985

6 mai 1990

12 Décembre 93

6 décembre 98

 %

sièges

 %

sièges

 %

sièges

 %

sièges

 %

sièges

 %

sièges

U BP

53,7

30

42,5

18

36,7

24

54,7

34

29,9

17

40,3

24

DP

29,2

15

22,6

13

CTP

20,2

6

15,1

6

21,4

12

24,2

13

13,4

6

TKP

12,9

2

28,5

13

15,8

10

44,52

16

13,3

5

15,4

7

YKP

0,8

-

1,2

-

2,6

-

DHP1

11,7

2

8,1

2

7,4

-

TBP

5,5

1

YDP

8,8

4

1Le Halkçι Parti (Parti populiste) devient le Demokrat Halk (populaire) Parti en 1979 (centre-gauche).
2 Le CTP et le TKP ont formé une coalition électorale.
TBP : Türk Birlik Partisi (Parti de l’Unité turque, droite).
YDP : Yeni Doğu Partisi (Parti de l’Aube nouvelle, se présente comme le parti des colons).
DP : Demokrat Parti (fondé par des dissidents pro-Denktaş de l’UBP en 1993).

Sources: C.H. Dodd (éd.), The Political, Social and Economic Development of Northern Cyprus, Huntingdon, The Eothen Press, 1993; Briefing (Ankara), December 20, 1993, Issue 969, Friends of Cyprus Report n° 36, Spring 1994

  • 79 Selon Alpay Durduran, dirigeant du TKP à l’époque et qui aurait dû logiquement devenir Premier mini (...)

85Ainsi, sur les six élections législatives tenues depuis 1976, trois ont donné une majorité absolue à la Chambre des représentants aux partisans de Rauf Denktaş (1976, 1985, 1990), à savoir l’UBP puis le DP. En 1981, les trois partis de gauche en lice (CTP, TKP, DHP) se trouvèrent en situation de former une coalition majoritaire favorable à une solution mais l’ambassadeur de Turquie parvint à « convaincre »79 le DHP de s’allier à l’UBP. En 1993 et 1998, la rivalité entre l’UBP et le DP a contraint ces deux partis à s’allier avec un parti de gauche : d’où des coalitions DP-CTP en 1993 et UBP-TKP en 1998. Cependant les divergences étaient telles entre ces partis que l’expérience s’est conclue, les deux fois, par une crise et la formation d’une coalition UBP-DP (novembre 1995, mai 2001) plus docile envers le président.

  • 80 Voir Briefing, Issue 947, July 19, 1993 ; Issue 957, Sept. 27, 1993 ; Issue 1067, Nov. 1995.
  • 81 Un accord pour une telle succession aurait été trouvé après le premier tour de l’élection président (...)

86L’UBP, parti créé en 1973 par Rauf Denktaş, rassemblait ses partisans, anciens de TMT, nationalistes, souverainistes au moins, voire favorables à l’« intégration » avec la Turquie. L’UBP a fourni une majorité parlementaire à Rauf Denktaş jusqu’en 1993. Les difficultés ont commencé durant l’été 1993 quand le dirigeant du parti et Premier ministre, Derviş Eroğlu, est entré en conflit avec le président. La lutte pour le contrôle de l’UBP a été marquée par des manœuvres classiques (exclusion des contestataires) mais aussi par d’autres plus significatives de la scène politique chypriote turque comme une tentative de médiation de la part du gouvernement turc80. Les divergences entre Rauf Denktaş et Derviş Eroğlu ne semblent pas idéologiques. Ce dernier a, banalement, envie de prendre la place de son ancien mentor81. L’UBP reste favorable au statu quo à Chypre mais le serait désormais moins à une « intégration » sous forme d’annexion pure et simple à la Turquie.

87Le DP a été fondé en 1993 par neuf parlementaires dissidents de l’UBP alors que la rupture entre ce parti et Rauf Denktaş semblait consommée. Le DP, dirigé par Hakki Hatun et Serdar Denktaş (fils de Rauf), soutient inconditionnellement le président et se dit « ataturkiste libéral ». Il reprend le nom du parti turc des années 1950 dirigé par Adnan Menderes qui pouvait être qualifié de libéral, ce qui le rapprochait du DYP ou de ANAP ; cependant l’adjectif « ataturkiste » accolé traduit aussi la volonté de ne pas se couper des nationalistes turcs de gauche, principalement du DSP, le parti de Bülent Ecevit.

  • 82 Selon la version officielle chypriote grecque, les Chypriotes turcs ont fait, au contraire, sécessi (...)

88Les deux partis soutiennent l’intransigeance de Rauf Denktaş. Ils considèrent que la république de Chypre a disparu en 1963 lorsque les Chypriotes grecs ont « expulsé » les Chypriotes turcs de l’administration et du gouvernement82. La « KKTC » tirerait donc sa légitimité de cette disparition. Et la république de Chypre qui contrôle la zone sud est officiellement qualifiée d’ « administration grecque de Chypre du Sud » (Güney Kιbrιs Rum Yönetimi). Cependant, dans le même temps, la droite chypriote turque invoque le traité de Garantie de 1960 interdisant à la république de Chypre d’adhérer à toute organisation internationale dont la Grande-Bretagne, la Grèce et la Turquie ne feraient pas toutes les trois partie. Les nationalistes, en zone nord comme en Turquie estiment, à l’instar d’Erol Manisali, professeur d’économie à l’Université d’Istanbul et président de la Kιbrιs Vakfi (Fondation pour Chypre), fidèle soutien de Rauf Denktaş, que :

  • 83 Entretien avec Erol Manisalı à Istanbul le 15 avril 1999.

« l’intégration de la partie sud à l’UE signifie l’annexion du sud par la Grèce. Dans ce cas, la KKTC sera intégrée à la Turquie. La politique étrangère, par exemple, sera dirigée d’Ankara. La KKTC ne peut intégrer l’UE dans le cadre de la fédération projetée auparavant car sa souveraineté serait niée, l’UE édictant des législations allant à l’encontre de la souveraineté des États. (...) Il n’est pas question de Chypre-Nord dans l’UE sans que la Turquie en soit également membre car Chypre-Nord se trouverait alors isolée de la Turquie. (...) Avec l’ouverture des négociations entre l’UE et les Chypriotes grecs, les paramètres ont changé. Il ne peut plus être question désormais de fédération, mais de confédération. La confédération signifie deux États souverains reconnus internationalement. »83

89Après le sommet d’Helsinki et l’acceptation de la candidature turque à l’UE, Erol Manisali n’envisage pourtant pas d’autre solution :

  • 84 Erol Manisalı, Cyprus, Yesterday and Today, Istanbul, Der, 2000, p. 167.

« Even if Turkey enters the EU, the only realistic formula is that:
– The Turkish and Greek Cypriots join the EU under the confederation formula
– or that they join the EU as a Turkish Cypriot State and a Greek Cypriot State. »
84

90Lorsque Rauf Denktaş négociait officiellement une solution fédérale avec la république de Chypre et l’ONU, il revendiquait déjà la souveraineté. Machiavel l’aurait sans doute complimenté pour son art de vêtir sa constante intransigeance de nouveaux habits, au gré des circonstances, afin, précisément, de dissimuler qu’il n’a jamais fait aucune concession et n’est disposé à aucun compromis : la souveraineté ou rien.

91La gauche chypriote turque se compose de trois partis dont l’origine est assez clairement identifiable (marxiste, non marxiste) mais dont le discours sur la question chypriote et l’attitude face au pouvoir est plus complexe.

92Le plus ancien parti de la gauche chypriote turque est le CTP, fondé en 1970 par Ahmet Berberoğlu. La formation de ce parti a constitué la première tentative réussie de s’opposer au courant politique dominant nationaliste. Le CTP se dit d’origine marxiste, sans utiliser le mot « communiste », tout comme le parti chypriote grec AKEL. Quelques-uns de ses premiers membres sont d’ailleurs d’anciens membres d’AKEL. Mais la plupart d’entre eux sont plutôt proches de la gauche turque, le CTP entretenant d’ailleurs des relations suivies avec ÖDP (Özgürlük ve Dayanιşma Partisi, Parti de la liberté et de la solidarité, le plus à gauche des partis autorisés en Turquie). Le CTP n’est donc pas issu d’une scission d’AKEL sur des bases communautaires, ce qui est le cas de son syndicat, Dev-İş (Devrimci İşçi Sendikaları Federasyonu, Fédération des syndicats ouvriers révolutionnaires), dont les fondateurs ont dû quitter PEO (centrale syndicale proche d’AKEL) sous la menace de TMT en 1958.

93L’actuel président du parti, Mehmet Ali Talat, tient un discours favorable à la réunification mais néanmoins nuancé :

  • 85 Entretien avec Mehmet Ali Talat, le 5 mai 1999 à Nicosie.

« La confédération n’est pas acceptable pour le monde (the world) en raison des décisions des Nations unies et la position des autres États. La solution fédérale est la plus sage et la meilleure. Le CTP ne rejette pas la confédération mais ne soutient pas la reconnaissance de la KKTC comme précondition. La solution est urgente car chaque jour la partition se pérennise un peu plus. Le CTP n’approuve pas la position du gouvernement turc ni celle du gouvernement ici. »85

94Le CTP soutient la candidature de Chypre à l’Union européenne qu’il juge bénéfique pour les Chypriotes turcs tant sur le plan économique que sur celui de la sécurité, dans la mesure où le gouvernement et les partis chypriotes grecs ne lui inspirent guère confiance. Il considère en revanche qu’une adhésion avant la solution, en se réduisant à la seule partie sud de l’île aurait l’effet pervers de pérenniser la partition. Il faudrait donc geler les négociations d’adhésion. Il se montre également prudent quant au rôle futur de la Turquie dans l’île : la présence de ses troupes lui paraît nécessaire tant que la confiance entre les deux communautés ne sera pas totalement restaurée.

95Le deuxième grand parti de gauche, non marxiste, est le TKP fondé en 1976. Le parti se présente comme social-démocrate, proche du CHP turc, fondé par Mustafa Kemal.

96Mustafa Akιncι, président du TKP et Vice-premier ministre de décembre 1998 à mai 2001, justifie sa coalition avec l’UBP par la nécessité de répondre aux défis que constituent pour la « KKTC » la candidature de la République de Chypre à l’UE et les décisions de Luxembourg sur Chypre et sur la Turquie, le maintien de l’embargo et la course aux armements nourrie, selon lui, par l’affaire des S-300. Il ne rejette actuellement ni la fédération ni la confédération :

  • 86 Entretien avec Mustafa Akιncι, le 10 mai 1999 à Nicosie.

« On peut avoir une fédération ou une confédération, peu importe. Les Chypriotes turcs disposent désormais de cette machinerie étatique, il faut en tenir compte. Il faut d’abord créer de la confiance et l’intégration viendra au fur et à mesure, pas à pas. (...) Il faut établir une coexistence pacifique sur cette île, sous un toit commun, peu importe son nom [fédération ou confédération]. »86

97Le TKP n’est prêt à accepter l’adhésion de Chypre à l’UE qu’après une solution :

  • 87 Ce que le gouvernement de la république de Chypre accepte, mais pas Rauf Denktaş.

« l’adhésion sans solution ne jouerait pas de rôle catalyseur mais [un rôle] destructeur. »87

98Et à condition que les Chypriotes turcs participent aux négociations (ce que Rauf Denktaş refuse). Il ne fait pas de l’adhésion simultanée de la Turquie une précondition, différence de taille avec la position de la droite chypriote turque.

99Ces deux partis sont dans une situation difficile : les colons garantissent la victoire des partis nationalistes et de Rauf Denktaş. D’autre part, le gouvernement de la république de Chypre a multiplié les gestes qui, objectivement, sont des maladresses : de l’intransigeance de Spyros Kyprianou dans les années 1980 à l’achat des missiles S-300 qui a fait craindre une reprise des hostilités. Il semble donc que le TKP et le CTP se rallient à un « consensus mou » selon lequel les Chypriotes turcs ne peuvent guère avoir confiance dans les Chypriotes grecs. La participation au pouvoir semble marquer un renoncement à la contestation radicale du régime Denktaş, peut-être dans l’espoir d’obtenir un compromis en faveur d’une solution. Pour quel résultat ?

100Özker Özgür, président du CTP depuis 1976, accepte de devenir Vice-premier ministre en 1993, pensant contraindre Rauf Denktaş à négocier le plan présenté par Boutros Boutros-Ghali. Il échoue, critique plus directement le président et est remplacé en 1995 par Mehmet Ali Talat au gouvernement avant de lui céder également la présidence du parti après la sévère défaite électorale de 1998. Les électeurs n’ont pas suivi le CTP dans son alliance avec ses adversaires du DP. Özker Özgür a même été exclu de son parti.

  • 88 Voir Le Monde du 28 juillet 2000 qui résume cette crise et, bien sûr, la presse locale : Kιbrιs, Or (...)
  • 89 Entretien de Bülent Ecevit à Hürriyet (29 juillet 2000). Le Premier ministre turc plaide alors la s (...)

101Mustafa Akιncι trouve dans l’UBP un partenaire soi-disant disposé à s’opposer à Rauf Denktaş. Mais l’issue de l’élection présidentielle d’avril 2000 confirme qu’il s’agit avant tout de querelles de personnes. Et les électeurs désavouent Mustafa Akιncι qui obtient un score en baisse par rapport aux résultats de son parti aux législatives de 1998. Le Vice-premier ministre se montre alors plus offensif, en demandant, en juillet 2000, que la police et les pompiers soient désormais rattachés au ministère de l’Intérieur de la « KKTC » et non plus au commandement militaire, ce que la présidence et les autorités turques interprètent comme une geste de défiance vis-à-vis de la Turquie. Le même mois, la grave crise financière qui affecte la « KKTC » entraîne une forte contestation, des manifestants envahissant le parlement. Des slogans contre « l’occupation turque » sont même lancés88. Les dirigeants turcs continuent pourtant de soutenir sans réserve Rauf Denktaş89. En mai 2001, le gouvernement de coalition UBP-TKP, moribond, laisse la place à une formation UBP-DP.

102Ces événements semblent donner raison à « l’irréductible » Alpay Durduran. Il est le seul dirigeant politique chypriote turc à s’opposer avec constance à Rauf Denktaş et à la Turquie. Après la proclamation de la « KKTC », Alpay Durduran a été marginalisé au sein du TKP dont il a été exclu en 1989.

  • 90 Entretien avec Alpay Durduran, le 4 mai 1999 à Nicosie.

« Lors du vote proclamant la “KKTC”, le groupe parlementaire n’a pas suivi mon avis qui était de voter contre. Mes collègues m’ont expliqué qu’il ne fallait pas aller à l’encontre des décisions prises par la Turquie ! »90

103Il a alors fondé le YKP, qui n’a jamais obtenu plus de 3 % lors des différentes élections. Alpay Durduran s’est allié avec Özker Özgür au début de 1999 afin de créer le Yurtsever Birlik Hareketi (YBH, Mouvement de l’Union patriotique) qui a repris le programme du YKP mais est doté d’une direction collégiale.

  • 91 Idem.

« Le parti est favorable à la solution fédérale. Bien sûr, la fédération est une formule coûteuse pour une île aussi petite mais il n’y a pas d’autre solution. Nous sommes contre la confédération. La reconnaissance de la “KKTC” comme précondition aux négociations est inacceptable. »91

104Le YBH est également favorable à l’adhésion de Chypre à l’UE qui devrait, selon lui, garantir la sécurité et le respect des droits des Chypriotes turcs. Cette adhésion pourrait avoir lieu même avant une solution, position que seul ce parti défend aujourd’hui au sein de la communauté chypriote turque. D’autre part, il ne demande pas l’expulsion de tous les colons turcs en cas de solution mais le départ indemnisé de la plupart d’entre eux et l’octroi de permis de séjour aux autres, position qui est à peu de choses près, celle du CTP et du TKP.

  • 92 Entretien à Londres, janvier 1999.

105Les autres partis de la scène politique de la « KKTC » ont soit des existences éphémères (le DHP) soit sont groupusculaires : plusieurs organisations d’extrême-gauche notamment, dont les positions sont variables : les unes prônent la réunification de l’île, les autres préfèrent attendre la révolution qui mènerait à la dictature du prolétariat en Turquie... Notons tout de même que ces organisations sont parfois légales, comme Sosyalist Gerçek (Vérité socialiste, maoïste) ce qui serait impensable en Turquie. Pour le responsable de ce parti en Grande-Bretagne92, qui utilise tout de même un pseudonyme, cette légalité traduit le souci de Rauf Denktaş de montrer que la démocratie fonctionne sans restriction en « KKTC ». Enfin, le Yeni Doğu Partisi (Parti de l’Aube nouvelle), parti des colons, semble avoir quasiment disparu de la scène politique au profit de l’UBP et du DP essentiellement, ce qui ne veut pas dire qu’aucun colon ne vote pour le TKP ou le CTP.

Le consensus mou des partis chypriotes grecs

106Depuis la partition, le débat politique en zone sud s’est apaisé. La scène politique s’est restructurée à mesure que la personnalité de Mgr Makarios se faisait moins écrasante. L’Enosis a perdu son rôle d’enjeu central au profit de la question du contenu de la future et hypothétique fédération.

  • 93 En comparaison, les dirigeants de la dictature grecque ont été condamnés à mort, peine commuée en p (...)
  • 94 Πανελήνιο Σοσιαλιστικό Κινήμα, Mouvement socialiste panhellénique.

107Les auteurs du coup d’État ont été jugés. Nicos Sampson, le principal accusé, a été condamné à vingt ans de prison par contumace, ce qui est peu au regard de la situation dont il est en partie responsable au double titre de « tueur de Turcs », comme il s’en vantait dans les années 1960, de dirigeant d’EOKA B et putschiste93. L’idéologie enosiste s’est cependant définitivement disqualifiée. Après 1974, les drapeaux grecs ont disparu de la zone sud pour ne réapparaître que lors de la victoire électorale, en Grèce, du PASOK94 d’Andréas Papandréou qui avait promis son engagement actif à une solution à la partition de Chypre (1981).

108Le seul parti qui refuse toute solution fédéraliste, Nouveaux Horizons (Nέοι Ορίζοντες), a obtenu 1,71 % des voix aux élections législatives de 1996 (à l’occasion desquelles il a été créé) et son président, Nicos Koutsou 0,91 % à l’élection présidentielle de 1998. Mais il atteint les 3 % aux législatives de 2001.

  • 1

109Les antifédéralistes peuvent compter sur le soutien du successeur de Mgr Makarios à l’archevêché, Mgr Chrysostomos, qui considère que la solution fédérale n’est pas viable, concernant une population aussi peu nombreuse et un territoire aussi petit95. Il se prononce au contraire pour un État unitaire dans lequel les Chypriotes grecs et turcs auraient les mêmes droits. L’archevêque dit n’avoir pas d’a priori sur le système constitutionnel à adopter : retour à la constitution de 1960, voire copie du modèle français ou allemand ! Il précise même qu’il ne verrait pas d’inconvénient à ce qu’un Chypriote turc soit président de la République, pourvu qu’une majorité d’électeurs vote pour lui. Mais il explique par ailleurs que les Chypriotes turcs sont pour la plupart des Chypriotes grecs orthodoxes convertis à l’islam sous la contrainte à l’époque de l’Empire ottoman... Cette position est celle d’ultranationalistes grecs qui justifient ainsi leurs visées sur le territoire turc. Dans le cas de l’archevêque, l’amnésie vis-à-vis de l’EOKA et du coup d’État est patente. Seule l’occupation turque est mise en accusation. Il se dit néanmoins non engagé dans la politique, mais son neveu, l’avocat Aris Hadjipanayiotou, dirige le Παγκύπριο Αντικατοχικό Κίνημα (PAK, Mouvement panchypriote contre l’occupation) qui refuse notamment tout dialogue non officiel avant la fin de la partition.

110L’importance majeure des négociations avec Rauf Denktaş donne au président de la République un rôle central puisque la constitution de 1960, toujours en vigueur, a instauré un régime présidentiel (comme, du reste, en zone nord).

Élections présidentielles

13 février 1983

14 et 21 février 1988

7 et 14 février 1993

8 et 15 février 1998

16 février 2003

1er tour

2e tour

1er tour

2e tour

1er tour

2e tour

G. Clerides (DISY)

33,93 %

33,32 %

48,37 %

36,74 %

50,31 %

40,61 %

50,82 %

38,80 %

A. Markides (dissident DISY)

6,62 %

S. Kyprianou (DIKO+AKEL)

56,45 %

S. Kyprianou (DIKO)

27,29 %

P. Paschalides (DIKO+EDEK)

18,64 %

G. lacovou (DIKO+AKEL)

40,61 %

49,18 %

A. Galanos (dissident DIKO)

4,04 %

V. Lyssarides (EDEK)

9,53 %

9,22 %

10,59 %

G. Vassiliou (+AKEL)

30,11 %

51,63 %

44,15 %

49,69 %

G. Vassiliou (KED)

3,00 %

T. Papadopoulos (DIKO+AKEL+KISOS)

51,51 %

autres (en cumulé)

0,46 %

1,69 %

2,12 %

Après la mort de Mgr Makarios, S. Kyprianou, seul candidat, fut élu président le 31 août 1977
AKEL : Ανορθωτικόν Κόμμα του Εργαζομένου Λαού (Parti réformateur des travailleurs).
EDEK/SKK: Ενιαία Δημοκρατική Ενωση Κέντρου- Σοσιαλιστικό Κόμμα Κύπρου (Rassemblement unitaire du Centre démocratique/Parti socialiste de Chypre).
DIKO : Δημοκρατικό Κόμμα (Parti démocratique).
DISY : Δημοκρατικός Συναγερμός (Ralliement démocratique).
KED : Kίνημα των Ελεύθερων Δημοκρατικών (Mouvement des démocrates libres).

Sources: Republic of Cyprus PIO.

111Ce système favorise les fortes personnalités comme Spyros Kyprianou, Glafcos Clerides et Georges Vassiliou, les trois présidents qu’a connus la république de Chypre depuis 1977. Il a permis à un indépendant, Georges Vassiliou, d’être élu en 1989, avec l’appui d’AKEL il est vrai. Mais il contraint aussi les partis à appuyer un candidat, d’où des combinaisons droite-gauche (DIKO-AKEL en 1983 et 1998 par exemple) qui contribuent à relativiser précisément ce clivage gauche-droite. Les élections législatives semblent refléter un paysage politique beaucoup plus banal, quatre partis principaux, deux de gauche (AKEL et EDEK) et deux de droite (DISY et DIKO) en compétition.

Élections à la Chambre des Représentants

24 mai 1981

8 décembre 1985

19 mai 1991

26 mai 1996

27 mai 2001

en %

en sièges

en %

en sièges

en %

en sièges

en %

en sièges

en %

en sièges

DISY

31,9

12

33,6

19

35,8

20

34,47

20

34,00

19

DIKO

19,5

8

27,6

16

19,5

11

16,43

10

14,84

9

EDEK/KISOS

8,2

3

11,1

6

10,9

7

8,13

5

6,51

4

AKEL

32,8

12

27,4

15

30,6

18

33

19

34,71

20

ADISOK

2,4

-

1,44

-

KED

3,69

2

EDI

2,59

1

Neoi Orizontes

1,71

-

3,00

1

Écologistes

1,00

-

1,98

1

ADIK

2,16

1

(H Βουλή των Αντιπροσώπων/Temsilciler Meclisi)
Note : en 1985, le nombre de sièges est passé de 35 à 56 pour les Chypriotes grecs (le nombre de sièges réservés aux Chypriotes turcs de 15 à 24). Les minorités arménienne, « latine » (catholique) et maronite disposent d’un représentant chacune.
ADISOK (Ανανεωτικό Δημοκρατικό Σοσιαλιστικό Κόμμα, Parti socialiste démocratique rénovateur, scission d’AKEL) et KED (Kίνημα των Ελεύθερων Δημοκρατικών, Mouvement des Démocrates libres) fusionnent sous le nom de EDI (Ενωμένοι. Δημοκράτε, Démocrates unis). ADIK : Αγωνιζόμενο Δημοκρατικό Kίνημα, Mouvement démocratique combattant.

Source : République de Chypre, PIO.

  • 96 Pour une présentation plus exhaustive des partis chypriotes grecs, voir Julian Thomas Hottinger, «  (...)

112Comme le montre ce tableau, la scène politique de la zone sud est relativement figée96. DISY, au pouvoir durant les deux mandats de Glafcos Clerides (1993-2003), connaît une remarquable stabilité depuis 1981. AKEL est dans la position du parti communiste italien des années 1970 et 1980 : avec un tiers des suffrages environ, il ne peut espérer accéder au pouvoir seul. DIKO et EDEK (devenu KISOS) sont en déclin depuis 1991. DIKO a été victime de la perte de la présidence de la République par son fondateur Spyros Kyprianou, mais pourrait profiter de la victoire de Tassos Papadoupolous en 2003. EDEK/KISOS se trouve dans une situation plus comparable à celle du parti socialiste italien qu’à celle du PASOK grec qui serait davantage sa référence. Il ne peut donc jouer qu’un rôle-pivot dans les coalitions gouvernementales. Ses dirigeants sont plutôt anti-communistes, comme cela a été le cas historiquement pour les dirigeants des partis socialistes d’Europe de l’Ouest, ce qui entrave tout rapprochement avec AKEL.

113L’électorat de la zone sud est donc stable, à l’inverse de ce que nous avons observé en zone nord. L’élection présidentielle est primordiale et pour la gagner, il faut proposer des initiatives d’envergure en faveur du règlement du conflit. George Vassiliou était jugé plus apte que Spyros Kyprianou à poursuivre les négociations avec Rauf Denktaş. Glafcos Clerides a joué sur son refus d’aller trop loin dans les concessions (1993) puis, avec l’annonce de l’achat des S-300, sur une tentative de modifier l’équilibre des forces pour contraindre la Turquie à la négociation. Mais, en même temps, la crainte des partis de perdre leurs positions acquises les conduit immanquablement à se rallier à la position apparemment dominante, généralement celle du président sinon des sondages. D’où un consensus mou qui contribue à la stabilité de l’électorat mais certainement pas à l’émergence de propositions originales quant au réglement du conflit, lesquelles seraient susceptibles de ne pas être immédiatement comprises par l’électorat.

114AKEL est le parti le mieux organisé et historiquement le premier à avoir refusé l’Enosis. Ce parti soutient toutes les initiatives, politiques ou non, en faveur de la réconciliation et il a des relations régulières avec la gauche chypriote turque, en particulier avec le CTP.

115Il était contre la candidature de la république de Chypre à l’Union européenne, affirmant jusqu’à l’effondrement du bloc soviétique et l’affaiblissement du Mouvement des non alignés (ces deux groupes soutenant Chypre à l’ONU), que l’adhésion à la Communauté européenne pouvait être contre-productive. Depuis 1995, AKEL est favorable à l’adhésion mais avec beaucoup de réticences :

  • 97 Entretien avec le responsable d’AKEL chargé de la question chypriote, Thomas Tselepi, le 2 mars 199 (...)

« Si l’adhésion à l’UE aide à la résolution du conflit, AKEL la soutient. Mais AKEL ne soutient pas la candidature à l’UE pour des raisons économiques : Chypre aura des difficultés économiques après l’adhésion, les travailleurs en souffriront. Les traités de Maastricht et d’Amsterdam construisent une Europe conservatrice. (...) Cependant, depuis quelques années, même si ce n’est pas dit clairement en public, la gauche chypriote turque pense que l’appartenance à l’UE pourrait constituer une garantie de sécurité alternative [à celle que procure l’armée turque]. Dans ces conditions, AKEL est en faveur de l’adhésion. »97

116Mais une autre raison du ralliement d’AKEL à la candidature à l’UE tient au fait que celle-ci est soutenue par l’opinion publique, et qu’il n’est pas question de se marginaliser sur la scène politique. Car le même responsable d’AKEL adhère à la thèse qui fait un quasi-consensus au sein de la classe politique chypriote grecque :

« L’idée est que la Turquie va réaliser que Chypre entrera dans l’UE même si aucune solution n’est trouvée. Et alors la partie occupée de Chypre deviendra donc un territoire occupé de l’UE. Ceci est un moyen de faire pression sur la Turquie afin de trouver un accord. AKEL préférerait une solution avant l’adhésion mais si aucune solution n’est trouvée, l’adhésion doit avoir lieu. Si on exige une solution avant l’adhésion, on donne un droit de veto à la Turquie sur l’adhésion de Chypre à l’UE. Et on va vers un blocage. »

117Le souci de « coller » à « l’opinion publique » explique également les tergiversations dans l’affaire des missiles S-300. Avant l’élection présidentielle de février 1998, la direction du parti s’oppose à l’achat des S-300, estimant que cela favorise la course aux armements et constitue une manœuvre politicienne. Les sondages indiquant que « l’opinion publique » est favorable à cet achat, AKEL fait volte-face au nom du droit de la république de Chypre à se défendre. La décision de ne pas installer les missiles à Chypre prise, le parti considère finalement que l’achat des S-300 était une bonne idée en théorie mais que le contexte international n’est pas favorable et que le président Clerides a très mal manœuvré. Pourtant la direction du parti était informée de la réaction très défavorable des Chypriotes turcs dans cette affaire des S-300.

  • 98 Entretien avec Takis Hadjidemetriou, le 5 mars 1999 à Nicosie.

118EDEK/KISOS, membre de l’Internationale socialiste et du parti socialiste européen, fondé par Vassos Lyssarides et dirigé désormais par Yiannakis Omirou, est explicitement favorable à l’adhésion de Chypre à l’Union européenne. Selon le président de la Commission de la Défense au Parlement et député de Nicosie, Takis Hadjidemetriou, « la résolution du conflit chypriote passe par la sortie du cadre gréco-turc, le dépassement du nationalisme et la réinscription de la question dans un cadre international tel que l’UE est à même de lui offrir »98. EDEK/KISOS envisage encore l’intégration de Chypre au système de défense européen, à l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord et/ou à l’Union de l’Europe Occidentale à laquelle Chypre a d’ailleurs fait acte de candidature dans la logique de sa candidature à l’UE. L’adhésion à l’UE devrait avoir lieu même si la question chypriote n’est pas réglée, une position partagée par DISY et DIKO et, avec réticence, par AKEL.

119La question des missiles S-300 est nettement plus complexe.

  • 99 Idem.

« EDEK était favorable à l’installation des S-300 dans l’optique d’une politique de dissuasion contre la Turquie. De tels missiles sol/air ne menaçaient pas les Chypriotes turcs, victimes potentielles d’armes sol/sol de courte portée en cas de reprise des hostilités entre l’armée turque et la Garde nationale chypriote, mais la seule aviation turque en cas d’offensive aérienne. »99

120Le parti est donc préoccupé par le sort des Chypriotes turcs mais ne réagit pas face aux réticences de la gauche chypriote turque dans cette affaire de missiles. Il soutient Glafcos Clerides lors de l’élection présidentielle de février 1998 en raison de sa décision d’acheter ces missiles.

  • 100 Entretien avec Panayiotis Hadjiyiannis, Secrétaire international d’EDEK, le 11 février 1999 à Nicos (...)

« EDEK a fait un gros effort pour participer au gouvernement avec DISY. Il y a entre les deux partis des différends profonds et même du sang parce que les deux partis ont des histoires différentes. En 1974, les membres d’EDEK ont pris les armes pour s’opposer au coup d’État alors que de nombreux membres d’EOKA B sont maintenant à DISY. »100

121EDEK obtient deux ministères (Éducation et Défense, ce dernier attribué à Yiannakis Omirou, vice-président du parti) dans le gouvernement conservateur formé après la réélection de Glafocs Clerides. Les deux ministres démissionnent après la décision de ne pas installer les missiles à Chypre (décembre 1998). EDEK/KISOS oscille ainsi entre la nécessité de trouver une solution à la question chypriote et des impératifs de politique interne à la communauté chypriote grecque, lesquels motivent aussi une fusion ratée avec DIKO en 2000.

122Fondé après la partition, en 1976, DIKO est issu de l’aile droite du Front patriotique. « Machine électorale » de Spyros Kyprianou (avant qu’il ne cède la présidence à Tassos Papadopoulos, lui aussi ancien ministre de Makarios), DIKO n’affiche pas des prises de position très originales : il est en faveur de l’adhésion à l’UE ; une solution confédérale est hors de question. Spyros Kyprianou s’est déclaré opposé à l’achat des missiles S-300 au début de la campagne pour l’élection présidentielle de 1998, mais certainement parce que son adversaire de toujours, Glafcos Clerides, en a pris la décision. Par la suite, la position de DIKO est plus floue, et tend à s’aligner sur les sondages d’opinion. En ce qui concerne le dialogue avec les partis chypriotes turcs, le parti y a pris part, mais moins que les autres formations politiques.

  • 101 Le fils de Nicos Sampson, Sotiris, est élu député DISY en 2001.

123L’autre grand parti de la droite classique est DISY fondé par Glafcos Clerides en 1976 également. Glafcos Clerides était considéré comme un modéré, du moins jusqu’à son élection à la présidence en 1993, et le mieux préparé à négocier une solution. Cependant, DISY comprend aussi une fraction d’anciens d’EOKA très nationalistes101 sur lesquels le président doit compter.

124Parti au pouvoir entre 1993 et 2003, DISY défend, sans surprise, la politique du gouvernement. En ce qui concerne le règlement de la question chypriote, le parti considère, selon le député de Nicosie Prodromos Prodromou, que

  • 102 Entretien avec Prodromos Prodromou, le 15 février 1999 à Nicosie.

« la solution fédérale est déjà une concession majeure faite aux Chypriotes turcs et la Turquie. Les négociations ont atteint un point-limite avec « l’Ensemble d’idées » de Boutros Boutros-Ghali (1992) et il n’est pas question d’aller plus loin, c’est-à-dire vers une solution confédérale. Pour sortir de l’impasse, DISY préconise l’adhésion à l’UE, point central du programme du parti depuis la fin des années 1980. »102

125Mais il défend aussi l’adhésion à l’UE pour des raisons idéologiques, le parti ayant la faveur des milieux d’affaires de l’île.

126DISY est également favorable au Dogme d’espace de défense unifié avec la Grèce, initié par le président Clerides. Il ne s’agit pas uniquement de faire pression sur la Turquie pour la pousser à trouver une solution, selon Prodromos Prodromou, mais également de remobiliser l’opinion publique internationale sur la question chypriote. La décision finale de ne pas déployer les missiles S-300 à Chypre a rencontré une forte opposition au sein de DISY ainsi qu’auprès de son électorat. Le parti l’a défendue en expliquant que le gouvernement grec n’était pas favorable à cet achat et que le contexte international était franchement défavorable.

127Les deux seuls partis à se démarquer quelque peu des partis traditionnels ont fusionné en 1997. Il s’agissait de KED (Kίνημα των Eλεύθερων Δημοκρατικών, Mouvement des démocrates libres), et d’ADISOK (Ανανεωτικό Δημοκρατικό Σοσιαλιστικό Kόµµα, Parti socialiste démocratique). ADISOK est issu d’une scission d’AKEL en 1990, conséquence de la chute du mur de Berlin et de la non-réforme du parti. ADISOK s’est distingué par son activisme dans le dialogue avec les Chypriotes turcs en entretenant notamment des liens constants avec le YKP d’Alpay Durduran. KED est fondé par Georges Vassiliou en avril 1993, après sa défaite à l’élection présidentielle de février. Jusque-là indépendant, Georges Vassiliou cherchait à structurer les soutiens qu’il avait reçus au cours de sa présidence et de sa campagne électorale de 1993. Il s’agissait aussi de préparer sa future candidature de 1998. KED avait un programme électoral plutôt centriste (démocratie, justice sociale, économie de marché). L’originalité du parti venait plutôt de la personnalité de son président et de sa position quant à la question chypriote : KED était clairement favorable à une solution fédérale, quand les autres partis considèrent cette option plutôt comme la meilleure des pires solutions.

128Le nouveau parti, EDI (Ενωμένοι Αημοκράτες, Démocrates unis) reprend l’héritage de ces deux formations. Son atout principal est son président, George Vassiliou, chef de la délégation de la République de Chypre dans les négociations avec l’UE, nommé à ce poste grâce à son soutien à Glafcos Clerides lors du second tour de l’élection présidentielle de 1998. La position du parti est que

  • 103 Entretien avec Zenon Pophaïdes, membre du secrétariat d’EDI, le 23 février 1999 à Nicosie.

« il serait mieux de résoudre le conflit avant l’adhésion à l’UE. Le parti espère un plus grand engagement de la part de l’UE dans la question chypriote. Durant le processus d’adhésion, la tournure des négociations va faire pression sur Denktaş pour le forcer à négocier une solution. »103

129EDI s’est opposé à l’achat des missiles S-300, comme l’explique le même cadre :

« Le parti a considéré dès le début que cet achat était une erreur. Bien sûr, la république de Chypre a le droit de se défendre. Mais c’était une erreur car cela augmentait la tension dans l’île. La Turquie pouvait en tirer argument et les États-Unis et l’UE ont mal accueilli la décision. Et cela donnait à la Turquie l’occasion de solliciter et d’obtenir le soutien des États-Unis. La décision d’installer les missiles en Crète est donc bonne et inévitable. »

130EDI se trouve néanmoins dans une position délicate après les élections législatives de 2001 pour lesquelles il fait un moins bon score que celui cumulé des deux partis ADISOK et KED en 1996. Pire, George Vassiliou ne retrouve pas son siège de député. EDI a visiblement du mal à s’affirmer comme organisation politique à part entière alors que son président participe à la politique européenne du gouvernement, laquelle est la seule alternative proposée au blocage des négociations.

131Cependant, les faibles scores de l’extrême-droite, malgré son entrisme à DISY, l’élection de George Vassiliou en 1988 puis de Glafcos Clerides montrent que les citoyens chypriotes grecs ont hâte d’une solution et acceptent, sinon adhèrent à l’idée d’un système fédéral. Leur soutien consensuel - même par défaut - à l’achat des S-300 et à la candidature à l’Union européenne, présentés par la classe politique comme des moyens de provoquer un déblocage de la situation, sont également là pour confirmer que le statu quo ne les satisfait pas, contrairement à ce que prétendent certains avocats de la partition. Le problème est que « l’opinion publique » chypriote grecque et surtout les partis politiques semblent par trop ignorer les aspirations des Chypriotes turcs de l’autre côté de la « Ligne verte ». Et si les Chypriotes grecs sont prêts à des concessions, ils ne sont pas disposés à toutes les concessions, comme l’attestent les positions des différents partis et le sondage récent :

Sondage sur l’avenir de Chypre

Fédération, Confédération ou deux États ?

Fédération

49 %

Confédération

12 %

Deux États

20 %

Aucun des trois choix

11 %

Ne savent pas / ne se prononcent pas

8 %

La solution confédérale au lieu de la fédération ?

Oui

12 %

Non

69 %

Aucun des deux choix

9 %

Ne savent pas / ne se prononcent pas

10 %

Que voteriez-vous en cas de référendum sur la solution fédérale ?

Pour

45 %

Contre

42 %

Ne savent pas / ne se prononcent pas

13 %

Opinion sur la fédération comme solution à la question chypriote

Bonne (salutaire)

34 %

Mauvaise (catastrophique)

27 %

Ni bonne ni mauvaise

33 %

Ne savent pas / ne se prononcent pas

6 %

Paru dans O Φιλελεύθερος (Phileleftheros, premier quotidien chypriote grec) du 15 février 1999

132Ce sondage montre qu’il se trouverait une majorité, mais très courte, pour voter en faveur de la solution fédérale en cas de référendum. La fédération ne paraît cependant constituer une bonne solution que pour un tiers des sondés. Le pessimisme et la résignation sont tels chez les Chypriotes grecs qu’il se trouve davantage de sondés optant pour la reconnaissance de la « KKTC » (deux États) que pour la solution confédérale, massivement rejetée.

133La partition n’a en fait rien réglé. La zone nord est sinistrée, isolée du reste du monde sauf de la Turquie. Le débat politique y est brouillé par le discours en termes d’ami/ennemi tenu par Rauf Denktaş : l’ami est celui qui est pour la souveraineté, l’ennemi celui qui est contre la Turquie. En zone sud, les attitudes conformistes et populistes de la plupart des partis politiques occultent une partie du débat politique, notamment sur les sacrifices (économiques, politiques, sociaux et moraux - notamment quant à la lecture de l’histoire du conflit) que seraient prêts à consentir les Chypriotes grecs pour obtenir la réunification de l’île et la réconciliation avec les Chypriotes turcs. Ceux-ci paraissent tout prêts à faire des sacrifices, tant ils sont acculés : d’un côté la réunification d’une Chypre indépendante, de l’autre la transformation progressive en province périphérique de la Turquie.

  • 104 Radha Kumar, « The Troubled History of Partition », Foreign Affairs, 76 (1), January/February 1997, (...)

134La partition est donc finalement un remède pire que le mal. Elle aboutit à un armistice. Mais l’armistice n’est pas la paix. Cet armistice-là favorise les nationalistes. La paix favoriserait les partisans d’une réconciliation pour que tous les Chypriotes vivent de nouveau ensemble, au-delà des clivages communautaires. Le remède est pire que le mal car, comme le souligne Radha Kumar, la partition de Chypre a montré la voie à d’autres entrepreneurs identitaires, notamment en Bosnie-Herzégovine104, qui se justifient en expliquant que des peuples coexistant depuis des siècles ne peuvent plus désormais vivre ensemble et que la partition est la seule solution pour les empêcher de s’entretuer. Mais pourquoi s’entretuent-ils ainsi subitement ?

Notes

1 Sur cette dimension du conflit : Pierre Blanc, La Déchirure chypriote. Géopolitique d’une île divisée, Paris, L’Harmattan, 2000, 287 p.

2 Radha Kumar, Divide and Fall? Bosnia in the Annals of Partition, London, Verso, 1997, p. 7.

3 Ahmet C. Gazioğlu, The Turks in Cyprus. A Province of the Ottoman Empire (1571-1878), Nicosia, K. Rustem & Bros., 1990, 345 p. et entretien avec Bekir Azgin, professeur à l’Université de la Méditerranée orientale à Famagouste (entretien, 7 mai 1999). Les « colons » ne sont pas toujours musulmans : Thessalonique est repeuplée notamment par des Juifs expulsés d’Espagne en 1492. D’autre part, une partie des musulmans de Chypre peuvent être des convertis, comme c’est le cas en Albanie, en Bosnie et en Crète.

4 Niyazi Kιzιlyürek (Nιαζί Κιζιλγιουρέκ, Kύπρος : To Αδιέξοδο των Εθνικισμών [Chypre : l’impasse des nationalismes], Aθήνα, Eκδόσεις Μαύρη Λίστα, 1999) cite, p. 54 (texte original en anglais p. 157), un rapport britannique qui explique « l’exploitation des clivages raciaux entre Grecs et Turcs » au sein du Conseil législatif.

5 M. Hakan Yavuz, « The Evolution of Ethno-Nationalism in Cyprus under the Ottoman and British Systems », Cyprus Review, 3 (2), Fall 1991, p. 74.

6 Athanassia Anagnostopoulou, « Chypre de l’ère ottomane à l’ère britannique (1839-1914). Le rôle de l’Église orthodoxe chypriote », Études balkaniques, (5), 1998, p. 147 et p. 181.

7 Voir C. Svolopoulos, « Anglo-Hellenic Talks on Cyprus during the Axis Campaign Against Greece », Balkan Studies, 23 (1), 1982, p. 199-217.

8 Michael Attalides, Cyprus. Nationalism and International Politics, Edinburgh, Q Press Ltd, 1979, p. 23.

9 Voir Paraskévas Konortas, Les Musulmans en Grèce entre 1821 et 1912, Mémoire de DEA, EHESS, Paris, 1980.

10 Nιαζί Κιζιλγιουρέκ, Kύπρος : To Αδιέξοδο τωv Εθνικισμών, op. cit., p. 65 et suivantes.

11 Marie-Pierre Richarte, « La Question chypriote dans la politique étrangère de la Turquie », Le Trimestre du monde, (4), quatrième trimestre 1996, p. 105.

12 Mehmet Ali Birand, Thirty Hot Days, Nicosia, K. Rustem & Bros., 1985, p. 3. Ce que confirme, explicitement ou implicitement, plusieurs décideurs turcs interviewés par nous (printemps 1999).

13 Aux États-Unis, alliance de deux candidats, du même parti mais pouvant représenter des sensibilités différentes, qui briguent ensemble l’un le poste de Président, l’autre de vice-président.

14 À condition toutefois que les partis nationalistes ne tirent pas parti de ce type de stratégie pour présenter une alliance de façade le temps des élections. Les partis nationalistes serbe, croate et musulman de Bosnie-Herzégovine procèdent ainsi lors des élections de 1990. Ils rassurent un certain nombre d’électeurs désireux de sanctionner les communistes sans pour autant adhérer à l’idéologie nationaliste des trois partis : leur alliance peut laisser croire à la constitution d’une coalition à l’issue des élections et la mise de côté des aspects les plus inquiétants de leurs programmes respectifs. La suite est connue : une fois vainqueurs, les partis nationalistes entreprennent de réaliser leurs programmes et l’épuration ethnique commence.

15 Le parti obtient toujours un tiers des voix aux élections, assez pour inquiéter ses adversaires, trop peu pour arriver au pouvoir.

16 Voir Benoît Hanquet, La Question chypriote. Choc des nationalismes et interventions étrangères, Mémoire de Licence d’Arts et Sciences de la Communication, Université de Liège, 1989, p. 160-161.

17 Dont l’homme fort est alors le général Ioannidis, qui avait servi à Chypre dans les années 1960

18 En raison des troubles de 1964, l’élection présidentielle de cette année-là n’a pas lieu.

19 Discours que nous ont tenu l’archevêque Chrysostomos (3 mars 1999) et le député (DISY, droite) Prodromos Prodromou (15 février 1999).

20 Michael Attalides, op. cit.. p. 38.

21 Entretien avec le professeur Bekir Azgîn (Université de la Méditerranée orientale) le 7 mai 1999.

22 Niyazi Kιzιlyürek parle même de villageois chypriotes turcs très nationalistes ne parlant pourtant pas le turc avant 1974 ! (Intervention dans le séminaire de Georges Dertilis, EHESS, 7 juin 2001).

23 Du turc komşuluk (littéralement voisinage). Voir les travaux de Xavier Bougarel, notamment Bosnie. Anatomie d’un conflit, Paris, La Découverte, 1996, 174 p.

24 Mais, d’après une enquête de Vartan Malian, Directeur du Centre de recherches arméniennes de Nicosie, il n’y a eu que quatre mariages mixtes entre Chypriote grecs et turcs au cours du xxe siècle : quatre jeunes filles grecques qui ont épousé civilement et sans le consentement de leurs parents des jeunes hommes turcs (entretien, 4 mars 1999).

25 Michael Harbottle, « Why Cyprus is Doomed to Become a Political Volcano », The Times, 17 octobre 1974, cité par Michael Attalides, op. cit., p. 82.

26 Michael Attalides, op. cit. p. 44.

27 Entretien avec Nihad Elmas, secrétaire interational de Türk-Sen, 10 mai 1999 à Nicosie.

28 Voir Melek Fîrat, « La Politique étrangère de la République de Chypre (1960-1974) d’après les archives turques d’Ankara », Études balkaniques, (5), 1998, p. 187-204.

29 Selon ses opposants dont Arif Hasan Tahsin, enseignant à la retraite et ancien président du syndicat KTÖS (Kιbrιs Türk Öğretmenler Sendikasι, syndicat des enseignants) dans un article publié dans le quotidien de Nicosie Avrupa du 15 décembre 1997. Il affirme également que Rauf Denktaş était en contact avec Yorgadjis, ministre de l’Intérieur et ancien d’EOKA dans les années 1960.

30 Département qui s’illustre dans les années 1970 contre les organisations d’extrême-gauche et dans les années 1980-90 contre la guérilla kurde.

31 Le mouvement pantouraniste ne cessa jamais de demander le rattachement de Chypre, comme celui des autres territoires peuplés de turcophones, à la Turquie. Voir Jacob M. Landau, Pan-Turkism. From Irredentism to Cooperation, London, Hurst & Co., 1995, 275 p.

32 Voir Mehmet Ali Birand, op. cit.

33 Nιαζί Kιζιλγιουρέκ, Κύπρος : To Αδιέξοδο των Εθνικισμών, op. cit., p. 82.

34 Παντελής Βαρναβα, Kοινοί εργατκοί ayώνες Ελληνοκυπρίων και Τουρκοκυπρίων (γεγονότα μεσα από της Ιστορία, [Luttes ouvrières communes des Chypriotes grecs et des Chypriotes turcs (faits tirés de l’histoire)], Lefkosia, publié à compte d’auteur, 1997, 116 p.

35 Caesar V. Mavratsas, « The Ideological Contest between Greek-Cypriot Nationalism and Cypriotism 1974-1995 : Politics, Social Memory and Identity », Ethnic and Racial Studies, 20 (4), October 1997, p. 721-725 et entretien avec l’auteur, le 5 mars 1999 à Nicosie.

36 Pavlos Tzermias, « A United Cyprus as a Factor of Stability in the Eastern Mediterranean », Mediterranean Quarterly, 8 (1), Winter 1997, p. 29.

37 Radha Kumar, Divide and Fall ? op. cit., p. 9.

38 Idem, p. 4.

39 James Ker-lindsay and Olivier Richmond (ed.), The Work of the UN in Cyprus. Promoting Peace and Development, Basingstoke, Palgrave, 2001, 253 p.

40 Voir Polyvios G Polyviou, Cyprus : Conflict and Negociation 1960-1980, London, Duckworth, 1980, 245 p. et Jean-Michel Favre, « Le Secrétaire général des Nations Unies et le problème de Chypre : éloge de la patience », CEMOTI, (17), janvier-juin 1994, p. 255-285.

41 Pierre Blanc (op. cit., p. 32) a cartographié les propositions de Boutros-Ghali.

42 Louis Dubouis, « Chypre et le droit international », Hellenic Review of International Relations, II (2), 1981-1982, « The Cyprus Question » (suite d’articles dirigés par Dimitri S. Constantopoulos), p. 415.

43 Situé dans la zone-tampon, à 10 kilomètres à l’ouest de Nicosie, il est actuellement le siège de l’administration de l’UNFICYP. Ercan se trouve à 17 kilomètres à l’est de Nicosie.

44 L’UNIKOM (United Nations Iraq-Koweït Observer Force) avec 904 militaires, 194 observateurs militaires et 200 civils, a coûté, d’avril 1991 à juin 1998, 415 millions de dollars et l’UNDOF (UN Disengagement Observer Force) sur le plateau du Golan (1 045 militaires, 80 observateurs militaires et le personnel civil) 716 millions de dollars depuis 1974.

45 Cette candidature à l’UE est traitée dans le chapitre 5.

46 Voir également notre Étude du CERI, « Vingt-cinq ans après, où en est la partition de Chypre ? », n° 59, octobre 1999, 46 p. (http://www.ceri-sciencespo.com/publica/etude)

47 Michael Attalides, Cyprus. Nationalism and International Politics, op. cit., 1979, chapitre V.

48 Jean-François Drevet, Chypre, île extrême. Chronique d’une Europe oubliée, Paris, Syros, 1991, p. 253.

49 Le pavillon chypriote est le quatrième du monde, bénéficiant d’un « statut fiscal et commercial datant de 1963 proche de la complaisance » selon Patrick Devedjian, Rapport de la Mission du groupe d’Amitié France-Chypre, Paris, Assemblée nationale, « Les Documents d’information », 1997, p. 39-40. Le tourisme représente 20 % du PIB et 12 % de la population active. Le secteur off-shore, autre point fort de cette économie, devrait progressivement disparaître dans le cadre du processus d’adhésion à l’UE. Sur l’économie, voir Jean-François Drevet, Chypre en Europe, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 205 et suivantes.

50 Entretien avec un homme d’affaires chypriote turc en mai 1999 à Nicosie et Famagouste.

51 Entretiens avec des hommes d’affaires chypriotes turcs (mai 1999).

52 Briefing (Ankara), Issue 1009, October 3, 1994.

53 Il existe 19 casinos en zone nord, soit un pour 10 000 habitants (Briefing, Issue 1179, February 9, 1998).

54 La zone sud n’est pas épargné par le blanchiment, mais le gouvernement a transposé la législation de l’UE en la matière par une loi d’avril 1996 et la lutte policière contre le blanchiment, notamment de l’argent de la drogue, a été renforcée selon le International Narcotics Control Strategy Report 1997 released by the Bureau for International Narcotics and Law Enforcement Affairs, U.S. Department of State Washington, DC, March 1998 disponible sur http://www.americanembassy.org.cy/index.html.

55 Selon la requête adressée par la république de Chypre à la Commission européenne des droits de l’homme (requête No. 25781/94) en novembre 1994 et les informations du site internet de l’Université de la Méditerranée orientale à Famagouste (http://www.emu.tr/trnc consultée le 29/05/98).

56 Chiffres officiels, voir le site internet http ://www.kypros.org.

57 Mission effectuée par le rapporteur Mario Cucó en novembre 1991, rapport Doc. 6589 du 27 avril 1992.

58 Nouvelles de Chypre, Bulletin d’information de l’Ambassade de Chypre en France, n° 89, février 1999.

59 Dépêche AFP du 6 juillet 1997, signée Élie Austa.

60 Selon le quotidien chypriote turc Kιbrιs du 2 juin 1999.

61 Entretien avec Alpay Durduran le 4 mai 1999 à Nicosie.

62 Entretiens avec des hommes d’affaires et des syndicalistes chypriotes turcs, mai 1999.

63 Selon Rauf Denktaş, The Cyprus Triangle, New York, the Office of the TRNC, 1988, p. 116.

64 Manœuvre dénoncée par le quotidien d’opposition Yenidüzen du 5 août 1993 qui titre à la Une « Beş Bin Yeni “Yurttaş” » (5000 nouveaux « compatriotes »).

65 Selon le quotidien chypriote turc Yeniçağ du 20 septembre 1993.

66 Entretien avec Alpay Durduran le 4 mai 1999 a Nicosie.

67 Voir notre article « Chypre : diaspora(s) et conflit », CEMOTI (30), juin-décembre 2000, p. 59-81.

68 78 031 personnes (40 388 hommes et 37 643 femmes) nées à Chypre sont recensés en Grande-Bretagne en 1991.

69 Voir la requête adressée à la Commission européenne des droits de l’homme (requête No. 25781/94).

70 Estimations de responsables associatifs chypriotes turcs à Londres, entretiens effectués en janvier 1999.

71 Briefing, Issue 1139, April 28, 1997.

72 Cyprus Today (chypriote turc), January 17-23, 1998.

73 Par référence à Albert Hirschman, Défection et prise de parole, Paris, Fayard, 1995, 256 p.

74 Sur la position officielle turque/chypriote turque, voir Special Issue on Cyprus (avec des articles de R. Denktaş, M. Soysal, Z. Necatigil, etc.), Perceptions (Ankara), VI (3), septembre-novembre 1999.

75 Du Demokratik Sol Parti (Parti démocratique de la gauche) dirigé par Bülent Ecevit.

76 Ce ministre est l’auteur de Türk-Yunan İlişkileri (1821-1993) [Les relations helléno-turques], Ankara, Ümit Yayıncılık, 1993, 181 p.

77 Note manquante dans louvrage original

78 Il faut s’interroger sur le nombre d’électeurs qui sont des ressortissants turcs (40 000 en 1999 selon A. Durduran) et le nombre de suffrages exprimés en faveur de R. Denktaş en avril 2000 (42 000).

79 Selon Alpay Durduran, dirigeant du TKP à l’époque et qui aurait dû logiquement devenir Premier ministre (entretien, 4 mai 1999 à Nicosie).

80 Voir Briefing, Issue 947, July 19, 1993 ; Issue 957, Sept. 27, 1993 ; Issue 1067, Nov. 1995.

81 Un accord pour une telle succession aurait été trouvé après le premier tour de l’élection présidentielle 2000, grâce à une médiation du président turc Süleyman Demirel, ce que tendrait à confirmer le surprenant retrait de Derviş Eroğlu avant le deuxième tour.

82 Selon la version officielle chypriote grecque, les Chypriotes turcs ont fait, au contraire, sécession.

83 Entretien avec Erol Manisalı à Istanbul le 15 avril 1999.

84 Erol Manisalı, Cyprus, Yesterday and Today, Istanbul, Der, 2000, p. 167.

85 Entretien avec Mehmet Ali Talat, le 5 mai 1999 à Nicosie.

86 Entretien avec Mustafa Akιncι, le 10 mai 1999 à Nicosie.

87 Ce que le gouvernement de la république de Chypre accepte, mais pas Rauf Denktaş.

88 Voir Le Monde du 28 juillet 2000 qui résume cette crise et, bien sûr, la presse locale : Kιbrιs, Ortam et Avrupa. Ce dernier, proche du TKP, est victime d’un véritable harcèlement : quatre de ses journalistes (dont le rédacteur en chef) sont arrêtés en juillet 2000 pour espionnage au profit des Chypriotes grecs puis son imprimerie est victime d’un attentat à la bombe en mai 2001.

89 Entretien de Bülent Ecevit à Hürriyet (29 juillet 2000). Le Premier ministre turc plaide alors la suppression de ce poste en « KKTC » au profit du président Denktaş.

90 Entretien avec Alpay Durduran, le 4 mai 1999 à Nicosie.

91 Idem.

92 Entretien à Londres, janvier 1999.

93 En comparaison, les dirigeants de la dictature grecque ont été condamnés à mort, peine commuée en prison à perpétuité : Papadopoulos est mort en 1999 en prison. Ioannidis, son successeur, y est toujours. Nicos Sampson est rentré à Chypre où il est décédé, libre depuis plusieurs années, en 2001.

94 Πανελήνιο Σοσιαλιστικό Κινήμα, Mouvement socialiste panhellénique.

95

96 Pour une présentation plus exhaustive des partis chypriotes grecs, voir Julian Thomas Hottinger, « Chypre (république grecque) », p. 95-106 in Guy Hermet, Les Partis politiques en Europe de l’Ouest, Paris, Economica, 1998.

97 Entretien avec le responsable d’AKEL chargé de la question chypriote, Thomas Tselepi, le 2 mars 1999 à Nicosie.

98 Entretien avec Takis Hadjidemetriou, le 5 mars 1999 à Nicosie.

99 Idem.

100 Entretien avec Panayiotis Hadjiyiannis, Secrétaire international d’EDEK, le 11 février 1999 à Nicosie.

101 Le fils de Nicos Sampson, Sotiris, est élu député DISY en 2001.

102 Entretien avec Prodromos Prodromou, le 15 février 1999 à Nicosie.

103 Entretien avec Zenon Pophaïdes, membre du secrétariat d’EDI, le 23 février 1999 à Nicosie.

104 Radha Kumar, « The Troubled History of Partition », Foreign Affairs, 76 (1), January/February 1997, p. 22-34.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540