Version classiqueVersion mobile

Le conflit helléno-turc

 | 
Gilles Bertrand

Chapitre préliminaire. Brève mais nécessaire histoire des relations helléno-turques

Texte intégral

1Le conflit helléno-turc n’est pas éternel. Grecs et Turcs ne sont pas d’irréductibles ennemis. Ce chapitre vise autant à donner d’indispensables points de repère historiques qu’à démontrer l’absurdité de ces assertions qui concluent à l’atemporalité du conflit et à son caractère culturel.

  • 1 Il en est de même à la fameuse bataille du Kosovo (13 juin 1389) que les nationalistes serbes prése (...)
  • 2 Michel Balivet, Romanie byzantine et pays de Rûm turc. Histoire d’un espace d’imbrication gréco-tur (...)
  • 3 Idem, p. 34.
  • 4 Sur les alliances matrimoniales entre les sultans ottomans et les grandes familles byzantines (nota (...)

2La prise de Constantinople par l’armée du sultan ottoman Mehmet II Fatih (« le Conquérant »), le 29 mai 1453, ne constitue pas le premier contact entre Grecs et Turcs. Pas plus que la bataille de Mantzikert/Malazgirt (1071), première défaite byzantine face aux Turcs seldjoukides, qui marque le début de la conquête de l’Anatolie. N’en déplaise aux nationalistes prompts à vouloir faire des guerres byzantino-turques des guerres entre nations grecque et turque, l’armée byzantine comptait des auxiliaires turcs lors de cette bataille1. Et pour cause : dès le ive siècle, des auteurs byzantins parlent des Tourkoi (Τούρκοι) « connus en tant que tribus parcourant les immensités du continent eurasiatique intérieur »2. Des mercenaires turcs sont recrutés par l’Empereur : au ixe siècle, il y aurait eu jusqu’à 30 000 Turcs dans l’Empire byzantin ; « La présence des Turcs vaquant à diverses occupations dans la capitale byzantine, ou ailleurs en territoire impérial, est une chose fréquemment attestée par les sources grecques ou étrangères, tout au long du Moyen Âge »3. Entre 1071 et 1453, les relations entre l’Empereur et les Sultans ont été tantôt conflictuelles, tantôt plus pacifiques, faites d’alliances, militaires comme matrimoniales4.

  • 5 Richard Clogg, « The Greek Millet in the Ottoman Empire », p. 185-207 in Benjamin Braude & Bernard (...)

3La chute de Constantinople marque surtout la fin d’un Empire byzantin moribond. L’Église orthodoxe se voit confier par le sultan Mehmed II Fatih des pouvoirs considérables, notamment judiciaires et fiscaux, sur le Millet-i Rum, c’est-à-dire la communauté des chrétiens orthodoxes de l’Empire5. Parmi ceux-ci, l’élément grec prédomine, tant en nombre qu’en puissance et en influence, économique et politique. Jusqu’au xixe siècle, le Millet-i Rum et la grécité (Romiosyni, Ρωμιοσύνη) tendent à se confondre. Le Patriarche de Constantinople est toujours un Grec, le Saint Synode et la haute hiérarchie de l’Église sont dominés par eux. La religion est le principal marqueur identitaire. La différence entre musulmans et non-musulmans prime. Les différents groupes non-musulmans se distinguent entre eux par la religion et les privilèges que tel ou tel groupe religieux a pu obtenir du Sultan. Les différences linguistiques sont secondaires, du moins jusqu’à la deuxième moitié du xviiie siècle.

  • 6 Kemal H. Karpat, « Millets and Nationality: The Roots of the Incongruity of Nation and State in the (...)
  • 7 Dont les Karamanlı, ces chrétiens turcophones écrivant le turc à l’aide de caractères grecs.
  • 8 Georges Castellan, Histoire des Balkans. xive-xxe siècle, Paris, Fayard, 1991, p. 116-122.
  • 9 Sur le devşirme, Robert Mantran (éd.), Histoire de l’Empire Ottoman, Paris, Fayard, 1992.

4Jusqu’à la naissance d’un nationalisme grec au sens moderne du mot, il est donc difficile de distinguer Grecs et Turcs autrement que par la religion6. Nombre de chrétiens orthodoxes anatoliens se sont convertis à l’islam à partir du xie siècle, au fur et à mesure de la pénétration turque en Anatolie. D’autres conservent leur religion mais deviennent turcophones7. Le brassage de populations est accentué dans tout l’Empire ottoman par plusieurs facteurs historiques. Les derniers siècles de l’Empire byzantin sont marqués par de nombreux mouvements de populations dus aux guerres. Face au dépeuplement de certaines régions8, les Ottomans recourent au sürgün, le déplacement forcé de populations, et à l’installation de tribus turkmènes dans les régions stratégiques (Thrace et Chypre par exemple). Enfin, les Ottomans instaurent le devşirme, c’est-à-dire l’enlèvement d’enfants chrétiens à leurs familles, leur conversion à l’islam afin d’en faire des janissaires ou des fonctionnaires de la Porte9. En dehors du devşirme, les Ottomans ne mènent pas de politique de conversions forcées massives.

  • 10 Dont, celle, réussie de Mehmet Ali, nommé gouverneur d’Égypte en 1805.
  • 11 Dimitri Kitsikis, L’Empire ottoman, Paris, PUF, « Que sais-je ? » n° 2222, 3e édition, 1994, 126 p.
  • 12 Stephanos Pesmazoglou, « La genèse eurocentrique de l’intolérance aux Balkans : le cas grec », p. 2 (...)

5Plus que la réapparition d’une « haine séculaire » opposant Grecs et Turcs, la guerre d’indépendance grecque qui débute en 1821 résulte du déclin de l’Empire ottoman qui, d’ordre succédant au chaos de la fin de l’Empire byzantin, sombre à son tour, victime des intrigues de palais, des tentatives d’autonomisation des gouverneurs de province10, des abus de pouvoir et de la sclérose qui gagne l’administration ottomane. Elle résulte également du succès croissant des idées de la Révolution française, particulièrement de la combinaison entre nationalisme et démocratie, à laquelle les élites peuvent préférer nationalisme et orthodoxie, puis un nationalisme dit romantique pour lequel le sang et la langue sont les marqueurs primordiaux. D’où une reconstruction de l’opposition helléno-turque, qui se manifeste dans l’historiographie grecque par le terme τουρκοκρατία (turcocratie), particulièrement inapproprié en raison des pouvoirs considérables de l’élite grecque orthodoxe des Phanariotes et de l’Église dans l’Empire11. D’où, aussi, l’importation de la turcophobie occidentale dans les Balkans12. Quant à l’historiographie turque, elle a tendance à voir dans cette guerre une trahison de la part des Grecs - comme si l’Empire ottoman au début du xixe siècle avait été un paradis.

  • 13 En particulier Athanasia Anagnostopoulou, Les Communautés grecques d’Asie Mineure 1897-1919. Aspect (...)

6À partir de 1821, un État-nation grec va s’édifier. Ceci pose un défi à la construction impériale. Le processus d’occidentalisation déjà amorcé dans l’Empire ottoman s’accélérant et le démembrement progressif de l’Empire sous la pression des nationalismes favorisent l’émergence du nationalisme turc. Mais les nombreuses études dont nous disposons montrent que la coexistence helléno-turque au sein de l’Empire n’est guère bouleversée avant les Guerres balkaniques13.

7Le déclenchement de la Première guerre balkanique (17 octobre 1912) sonne le glas de l’Empire. La révolution jeune-turque de 1908 est l’ultime tentative de sauver l’ottomanisme, avant que le Comité Union et Progrès qui est à sa tête ne s’oriente clairement vers un nationalisme radical qui culmine avec le génocide des Arméniens (1915). La défaite de l’Empire à l’issue de la Première Guerre mondiale entraîne son démembrement (traité de Sèvres du 10 août 1920). La Μεγάλη Ιδέα (« Grande Idée »), c’est-à-dire la réunion de tous les Grecs (hellénophones/chrétiens orthodoxes), semble pouvoir se réaliser grâce au débarquement de l’armée royale grecque à Izmir. La guerre helléno-turque qui s’ensuit (1919-1921) marque d’une part son échec définitif, et d’autre part l’avènement de la Turquie moderne sous l’impulsion de Mustafa Kemal. Le 9 septembre 1922, les troupes kémalistes s’emparent d’Izmir/Smyrne qu’elles incendient partiellement tandis que la population grecque tente de fuir par la mer : c’est la Mεγάλη ΚαταστροΦή (« la Grande Catastrophe »). Elle aboutit à la signature du traité de Lausanne (24 juillet 1923) qui remplace celui de Sèvres. L’une de ses dispositions majeures est « l’Échange de populations » obligatoire pour tous les chrétiens orthodoxes de Turquie (à l’exception de ceux d’Istanbul, des îles d’Imbros et de Ténédos) et tous les musulmans de Grèce (hormis ceux de Thrace). Il s’agit d’une véritable épuration ethnique de part et d’autre, aboutissement de politiques visant à la création d’État-nations les plus homogènes possibles, du point de vue linguistique, religieux, voire « racial » suivant les théories en vogue à l’époque.

  • 14 Alexis Alexandris, « Turkish Policy during the Second World War and Its Impact on Greek-Turkish Dét (...)

8La confrontation des nationalismes paraît se conclure sur ce compromis. L’habileté politique de Mustafa Kemal et d’Eleftherios Vénizélos ainsi que le contexte international de plus en plus instable jouent en faveur du rapprochement qui se concrétise par un traité d’Amitié (1930) et ne se dément pas jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Celle-ci engendre quelques tensions : le gouvernement turc proclame sa neutralité, a contrario de ses engagements ; durant l’occupation de la Grèce, la minorité grecque de Turquie est victime de mesures discriminatoires14. Mais les deux États se retrouvent en 1947 sous la bannière de l’anti-communisme : la « doctrine Truman » s’adresse également à l’un et l’autre et ils entrent ensemble dans l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (1952). Cette même année, le roi et la reine de Grèce effectuent une visite officielle (et historique) triomphale en Turquie, à laquelle répond l’accueil tout aussi chaleureux réservé en Grèce au président turc Celâl Bayar.

9Le conflit chypriote porte un coup fatal à cette « entente cordiale ». Sous administration britannique depuis 1878, Chypre compte 80 % d’hellénophones orthodoxes, 18 % de musulmans turcophones, et 2 % de membres de plusieurs minorités ethno-religieuses, arménienne et maronite essentiellement. Sur cette base, les élites chypriotes grecques demandent l’union de l’île à la Grèce. Le 1er avril 1955, une organisation clandestine nationaliste grecque déclenche la lutte armée, refusée par les nationalistes turcs chypriotes. Le gouvernement britannique propose alors des négociations tripartites incluant la Turquie. Celles-ci aboutissent aux accords de Zurich (11 février 1959) et de Londres (19 février 1959) : l’île devient indépendante mais sous une tutelle, qualifiée de « garantie », de la Grande-Bretagne, de la Grèce et de la Turquie. Cependant, les violences intercommunautaires de 1957-1959 ont laissé des traces et une nouvelle crise se produit en décembre 1963, qui aboutit à un début de partition - séparation complète des institutions, enclavement de la population chypriote turque - et au déploiement d’une force d’interposition des Nations unies (UN Force in Cyprus, UNFICYP, mars 1964). Une nouvelle crise se produit en 1967. Le 15 juillet 1974, un coup d’État fomenté par la junte militaire au pouvoir à Athènes depuis avril 1967 renverse le président chypriote grec, monseigneur Makarios, avec pour but de rattacher l’île à la Grèce. L’armée turque intervient alors (20-22 juillet puis 14-16 août 1974) et occupe un peu plus du tiers nord de l’île dans lequel les Chypriotes turcs sont regroupés. En 1975 un État fédéré chypriote turc est proclamé, puis la République turque de Chypre du Nord en 1983. Les négociations visant à régler la question chypriote, entre dirigeants des deux communautés sous l’égide de l’ONU, n’ont jamais abouti.

10Dans le même temps, les relations bilatérales helléno-turques se sont détériorées : progressivement d’abord, dans les années 1960, puis de manière plus sensible à partir de 1974. En juillet 1974, les deux États sont au bord de la guerre, évitée de justesse par le refus de certains commandants grecs de la déclencher et, corrélativement, la chute de la junte. C’est à cette époque que les contentieux sur la mer Égée surgissent. Trois crises très graves, que nous étudierons, marquent ensuite les relations helléno-turques. Les deux premières portent sur l’Égée (mars 1987 et celle d’Imia/Kardak en janvier 1996). La troisième, enfin, a pour cause l’aide apportée par le gouvernement grec au chef guérillero kurde Abdullah Öcalan, hébergé quelques jours en Grèce puis à l’ambassade grecque au Kenya après avoir été chassé de Syrie, puis de plusieurs pays européens dont l’Italie, à la suite de pressions de la Turquie. Il est finalement enlevé à Nairobi et conduit en Turquie (février 1999).

11Pourtant, les relations bilatérales sont également marquées par plusieurs processus de rapprochement. Le premier coïncide avec la fin de la Guerre froide. Entamé par une rencontre entre les deux premiers ministres, Turgut Özal et Andréas Papandréou lors du forum de Davos (Suisse) en janvier 1988, il s’essouffle à la fin de la même année et se trouve bloqué après l’ajournement de la candidature turque à la Communauté européenne en décembre 1989. Le Premier ministre grec suivant, Constantin Mitsotakis, tente pourtant de le relancer sans succès en 1992-1993. Le dialogue initié en 1996-1997 à la suite de la crise d’Imia/Kardak ne donne guère plus de résultat, du moins au niveau diplomatique. Car le dialogue noué au niveau des organisations non gouvernementales connaît, lui, un développement spectaculaire en seulement trois ans - jusqu’à l’affaire Öcalan. Celle-ci entraîne cependant la victoire, au sein des élites politiques grecques, des partisans du rapprochement avec la Turquie. L’aide importante apportée par la Grèce à la Turquie après le très violent séisme qui a frappé le nord-ouest du pays en août 1999 débloque la situation et relance le processus de rapprochement. Il se traduit par la signature de plusieurs traités de coopération signés lors de la visite officielle du ministre des Affaires étrangères grec en Turquie (janvier 2000) et par la levée du veto grec à la candidature turque à l’Union européenne (sommet européen d’Helsinki, décembre 1999).

Notes

1 Il en est de même à la fameuse bataille du Kosovo (13 juin 1389) que les nationalistes serbes présentent comme l’affrontement entre Turcs (ottomans)/musulmans (auxquels ils associent les Albanais) et Serbes orthodoxes. Or, outre le fait que tous les Albanais ne sont pas musulmans, il s’avère que des Serbes se trouvaient aussi dans les troupes ottomanes et des Albanais dans les troupes du roi de Serbie.

2 Michel Balivet, Romanie byzantine et pays de Rûm turc. Histoire d’un espace d’imbrication gréco-turque, Istanbul, Isis, Les Cahiers du Bosphore (X), 1994, p. 27.

3 Idem, p. 34.

4 Sur les alliances matrimoniales entre les sultans ottomans et les grandes familles byzantines (notamment les Comnène et les Paléologue), A. D. Alderson, The Structure of the Ottoman Dynasty, Oxford, Clarendon Press, 1956, p. 179 et 184. Le fameux héros byzantin Digenis Akritas est lui-même issu d’un mariage mixte christiano-musulman, comme l’indique son prénom (« de double origine »), explique l’historien Hiraklis Millas (entretien à Athènes, décembre 1998).

5 Richard Clogg, « The Greek Millet in the Ottoman Empire », p. 185-207 in Benjamin Braude & Bernard Lewis, Christians and Jews in the Ottoman Empire. The Functioning of a Plural Society. Volume I: The Central Lands, New York, Holmes & Meier Pub., 1982.

6 Kemal H. Karpat, « Millets and Nationality: The Roots of the Incongruity of Nation and State in the Post-Ottoman Era », p. 141-169 in B. Braude & B. Lewis, op. cit.

7 Dont les Karamanlı, ces chrétiens turcophones écrivant le turc à l’aide de caractères grecs.

8 Georges Castellan, Histoire des Balkans. xive-xxe siècle, Paris, Fayard, 1991, p. 116-122.

9 Sur le devşirme, Robert Mantran (éd.), Histoire de l’Empire Ottoman, Paris, Fayard, 1992.

10 Dont, celle, réussie de Mehmet Ali, nommé gouverneur d’Égypte en 1805.

11 Dimitri Kitsikis, L’Empire ottoman, Paris, PUF, « Que sais-je ? » n° 2222, 3e édition, 1994, 126 p.

12 Stephanos Pesmazoglou, « La genèse eurocentrique de l’intolérance aux Balkans : le cas grec », p. 217-224 in Assocation internationale d’Études du Sud-Est européen, La Tolérance religieuse dans les Balkans, Bucarest, Editura Tinerama, 1998.

13 En particulier Athanasia Anagnostopoulou, Les Communautés grecques d’Asie Mineure 1897-1919. Aspects de l’évolution d’une « communauté nationale » au sein d’un Empire, Thèse de doctorat sous la direction de Hélène Antoniadis, EHESS, Paris, 1993, 993 p. (3 volumes). Publié (revue et augmenté) sous le titre Oι ΕλληνορΦοδόξες κοίοτήτες. Από το Mιλλέτ των Πωμίων στο Ελληνικό EΦνος, 1997, 730 p. Citons aussi, sur le gouvernement ottoman, Sinan Kuneralp, « Les Grecs en Stambouline : diplomates ottomans d’origine grecque. » p. 41-46 in Semih Vaner, Le Différend gréco-turc, op. cit.

14 Alexis Alexandris, « Turkish Policy during the Second World War and Its Impact on Greek-Turkish Détente », Balkans Studies, 23 (1), 1982, p. 157-197.

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search