Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Avant-propos


Texte intégral

1Ce dossier de l’IFEA a été élaboré à l’occasion du 50e anniversaire de la signature d’un accord bilatéral de main-d’œuvre entre la France et la Turquie le 8 avril 1965. Le dossier examine le développement des travaux de recherche en sciences sociales réalisés en France et en Turquie sur l’émigration turque.

2L’idée d’élaborer ce dossier m’a été suggérée par Jean-François Pérouse, qui assure la direction de l’IFEA depuis septembre 2012. Comme d’autres instituts français de recherche à l’étranger, l’IFEA joue un rôle d’intermédiaire entre les sciences sociales françaises et les sciences sociales du pays dans lequel il est implanté, la Turquie.

3Un autre élément du contexte de l’élaboration de ce dossier se trouve dans le redéveloppement d’un axe de recherche, « Migrations et Mobilités », au sein de l’IFEA. S’inscrivant dans une tradition de recherche constituée à l’institut depuis la fin des années 1940 sur les phénomènes migratoires en relation avec la Turquie, (Xavier de Planhol, Stéphane Yerasimos, Altan Gökalp, Stéphane de Tapia, Jean-François Pérouse, Fadime Deli et Benoît Fliche), cet axe de recherche encourage les analyses qui adoptent une perspective large des phénomènes migratoires. Précisément il encourage l’analyse simultanée de l’immigration et de l’émigration, des migrations internationales et des migrations internes. C’est cette approche qui est proposée dans ce dossier.

4L’axe de recherche « Migrations et Mobilités » de l’IFEA travaille en collaboration avec l’unité de recherche « Migrations » du Centre de recherches sociales de l’Université Galatasaray. L’ouvrage collectif : Entegrasyonun Ötesinde (...)1, publié en 2008 en langue turque et coordonnée par deux enseignants en sociologie de cette université francophone, est une des premières tentatives qui a été initiée « ici », en Turquie, pour rendre compte de l’état des recherches et des débats publics constitués « là-bas », en France, à propos de l’émigration turque.

5Le dossier reprend partiellement les analyses d’une thèse de sociologie soutenue en 2012 à l’Université de Paris 12. Dans l’élaboration de ce dossier, j’ai bénéficié des suggestions de Jean-Michel Chapoulie, qui a dirigé ma thèse, ainsi que des suggestions de Jean-François Pérouse, le rapporteur de ma thèse. J’ai bénéficié également des échanges avec Çağlar Keyder, historien à l’Université Boğaziçi et co-auteur d’une bibliographie commentée des travaux de recherche sur l’émigration turque vers l’Europe3, ainsi qu’avec Didem Danış, sociologue à l’Université Galatasaray et coéditrice de l’ouvrage qui vient d’être mentionné.

Notes de bas de page

1 Didem Danış et Verda İrtiş (éds.) (2008): Entegrasyonun Ötesinde: Türkiye’den Fransa’ya Göç ve Göçmenlik Halleri, İstanbul : Bilgi Üniversitesi Yayınları. .

2 Elif Aksaz (2012) : « Vivre en France et en Turquie », thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Jean-Michel Chapoulie, l’Université de Paris 1.

3 Çağlar Keyder et Ayhan Aksu-Koç (1988): External Labor Migration from Turkey and Its Impact. An Evaluation of the Literature, Ottawa: International Development Research Center (IDRC, CRDI, CIID Manuscript Report 185e.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.