Version classiqueVersion mobile

Archéologies et espaces parcourus

 | 
Olivier Henry

Archéologie et histoire en Asie Mineure méridionale

Le cas des rues à colonnades dans les cités grecques et hellénisées de Pamphylie et de Pisidie

Anne-Sophie Rivalland

Résumé

Malgré le nombre et l’assez bon état de conservation des vestiges des anciennes cités de Pamphylie et de Pisidie, les historiens s’y sont pendant longtemps assez peu intéressés. Si la situation a beaucoup évolué ces dernières années grâce au dynamisme des recherches archéologiques et épigraphiques, la documentation reste malheureusement encore très inégale et dispersée. C’est pourquoi nous avons entrepris un travail de synthèse sur l’histoire des cités grecques et hellénisées de Pamphylie et de Pisidie. Fondée essentiellement sur le regroupement et l’analyse des données archéologiques, notre étude s’articule plus particulièrement autour de la problématique des relations entre architecture urbaine et pouvoir(s) politique(s), pour la période allant du 4e s. aC à la fin du 3e s. pC. Dans ce cadre, nous avons choisi de traiter ici d’un des éléments architecturaux les plus remarquables du paysage urbain de plusieurs cités pamphylo-pisidiennes : les rues à colonnades (plateiai). Attestées à Sagalassos, Termessos, Pergè, Sidè et Selgè, leur présence témoigne du développement de ces cités aux trois premiers siècles de notre ère. Leur tracé, par ailleurs, est révélateur de l’histoire pré-romaine –essentiellement hellénistique des cités. Ainsi, tout en traduisant une certaine tendance à l’uniformisation des paysages urbains à l’époque impériale, les vestiges des plateiai des anciennes cités pamphylo-pisidiennes rendent compte de la singularité de chacune d’entre elles.

Texte intégral

Je souhaite remercier ici les organisateurs des Rencontres d’Archéologie de l’IFÉA, et particulièrement Olivier Henry, de m’avoir aimablement invitée à présenter cette communication. Celle-ci s’inscrit à la fois dans le thème retenu pour ces premières Rencontres d’Archéologie : Archéologies et espaces parcourus, et dans les problématiques auxquelles je m’intéresse dans le cadre de ma thèse de doctorat, préparée à l’Université de Nantes au sein du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA). Ce travail porte sur les relations entre urbanisme, architecture et pouvoir politique dans les cités grecques et hellénisées de Pamphylie et de Pisidie entre les 5e-4e s. aC et le Haut-Empire romain. Il est dirigé conjointement par Mme I. Pimouguet-Pédarros, HDR en Histoire grecque, et M.F. Hurlet, Professeur en Histoire romaine.

Figure 1 : carte topographique de la Pamphylie et de la Pisidie méridionale

Figure 1 : carte topographique de la Pamphylie et de la Pisidie méridionale

Machatschek/Schwarz 1981, Taf.1

fig. 11
  • 2 De Planhol 1958, 28-29 ; Mitchell 1998, 240-241 ; Grainger 2009, XIII. Sur les routes antiques d’An (...)

1Bordée dans l’antiquité par la Lycie à l’ouest et la Cilicie Trachée à l’est, elle ouvrait au nord sur les hautes terres de Pisidie, vaste région montagneuse en forme d’arc de cercle d’accès souvent difficile malgré l’existence de voies terrestres entre les reliefs escarpés2.

  • 3 Lanckoronski 1890/1893.
  • 4 Grainger 2009 : XIII-XIV à propos de la Pamphylie. Sur la configuration physique de la région et no (...)
  • 5 Pour une liste récente assez exhaustive, cf. Arena 2005.
  • 6 Voir par exemple pour la Pisidie hellénistique le résumé des quelques épisodes où apparaissent les (...)
  • 7 La Pisidie étant une région montagneuse, elle apparaît souvent chez les Anciens comme un espace sau (...)

2Mal documentées pour la période qui précède le passage d’Alexandre dans la région, les formes et modalités d’occupation du territoire pamphylo-pisidien sont en revanche mieux connues pour l’époque hellénistique et le HautEmpire romain. L’étendue, le nombre et l’état de conservation (parfois très bon) des vestiges des anciennes cités de Pamphylie et de Pisidie attestent en effet de l’accélération et du développement de l’urbanisation dans ces provinces méridionales d’Asie Mineure après 333 aC. Remarquablement mise en évidence par le travail de Karl Lanckoronski et de son équipe dès la fin du 19e s.3, la richesse archéologique et épigraphique du terrain n’amena cependant pas immédiatement les historiens à s’intéresser à la région, de sorte qu’aujourd’hui encore les cités de Pamphylie et de Pisidie restent dans l’ensemble moins bien connues que celles d’autres régions micrasiatiques, à commencer par les cités de la côte égéenne. Cette situation tient à la conjugaison de plusieurs facteurs, parmi lesquels trois sont sans doute essentiels, à savoir : le relatif isolement géographique –ou au moins la difficulté d’accès, réelle ou supposée de cette zone de l’Anatolie4 ; le nombre limité de sources littéraires concernant les cités de Pamphylie et de Pisidie5 ; l’apparente absence d’implication des cités de la région dans les principaux évènements historiques qui marquèrent le bassin oriental de la Méditerranée dans l’antiquité6. Si l’on ajoute à cela le fait que certains auteurs anciens présentent les populations des montagnes pisidiennes comme des bandes de brigands barbares hostiles à toute forme de contrôle, et les habitants de Sidè, sur la côte pamphylienne, comme acquis aux pirates, on comprend sans doute encore un peu mieux pourquoi les historiens se sont pendant longtemps largement désintéressés des anciennes cités de Pamphylie et de Pisidie7.

3Aujourd’hui, la situation est tout autre, et un rapide parcours des publications spécialisées met en évidence l’importante augmentation du nombre d’études consacrées à ces régions d’Asie Mineure au cours des dernières décennies. Initiée dans les années 1950-60, cette dynamique, conséquence des progrès de l’archéologie et de l’épigraphie, s’est particulièrement accélérée depuis les années 1980.

  • 8 Des synthèses récentes existent, mais elles ne sont pas fondées sur l’étude des vestiges archéologi (...)
  • 9 Voir note 1.

4Compte tenu de ces développements, et constatant l’absence de synthèse raisonnée et actualisée sur l’histoire des cités de Pamphylie et de Pisidie prenant en compte l’ensemble des données matérielles nouvellement disponibles8, il nous a semblé qu’il y avait là non seulement un paradoxe mais aussi et surtout un travail particulièrement riche à mener. Nous avons donc commencé, à l’occasion d’un Master II Recherches en Histoire ancienne, à réunir le maximum de sources (littéraires, et surtout archéologiques et épigraphiques) sur les cités grecques et hellénisées de Pamphylie et de Pisidie, à la suite de quoi, au vu de l’abondance de la documentation et des perspectives envisageables sur le sujet, nous avons poursuivi notre travail dans le cadre d’une thèse de doctorat9. En attendant que celle-ci soit achevée, nous nous proposons de présenter ici le contexte scientifique particulier dans lequel s’inscrit notre étude, après quoi nous envisagerons plus précisément le cas des rues à colonnades, qui permet d’illustrer l’intérêt et la pertinence de notre démarche.

Étudier l’histoire des cités de Pamphylie et de Pisidie à travers les sources archéologiques

Les progrès de la recherche de terrain : apports et limites

  • 10 Ramsay 1890 ; Sterrett, 1888a et 1888b.

5Parmi les expéditions menées en Anatolie dans le contexte de développement des explorations scientifiques au 19e s., plusieurs participèrent à préciser la géographie historique de l’Anatolie méridionale antique. C’est le cas par exemple des travaux que menèrent W.M. Ramsay ou encore J.R.S. Sterrett, qui mirent en évidence, avec d’autres, la richesse archéologique et épigraphique de la région, localisant ainsi plusieurs sites antiques10. Dans le domaine de l’architecture monumentale, la première étude consacrée aux vestiges architecturaux des cités de Pamphylie et de Pisidie fut publiée entre 1890 et 1893 par l’Autrichien Karl Lanckoronski. Réunissant une masse importante de documentation épigraphique et archéologique, son ouvrage, d’une grande qualité scientifique, devint vite une référence et constitua pendant plusieurs décennies la principale source d’informations concernant l’architecture et l’urbanisme de la plupart des sites classiques de Pamphylie et de Pisidie (quand elle n’en constitua pas l’unique).

  • 11 Bean 1959 et 1960.

6Après un ralentissement des travaux archéologiques lié au contexte international agité de la première moitié du 20e s., les activités reprirent progressivement dans la région à partir de la fin des années 1940. Ainsi, en 1946-1947, le Prof. Dr. A.M. Mansel entreprit les fouilles des sites pamphyliens de Pergè et Sidè, tandis que dès la fin des années 1950, le Prof. G.E. Bean publia un grand nombre d’inscriptions, faisant encore progresser les connaissances sur la géographie antique de la Pamphylie et de la Pisidie11. Après quelques années d’interruption, les fouilles de Pergè et de Sidè se poursuivirent dans les années 1960-1970, amenant rapidement ces deux sites à être les mieux connus de la région. Les années

  • 12 En plus de G.E. Bean, qui poursuivit ses travaux dans la région, de nouvelles recherches furent men (...)
  • 13 Cette prospection permit le relevé systématique des vestiges de surface : Machatschek/Schwarz 1981.
  • 14 Sur Sidè : Nollé 1993 et 2001 ; Selgè : Nollé/Schindler, 1991.
  • 15 Voir entre autres, sur les cités de Pisidie centrale : Horsley/Mitchell 2000 ; sur Pednelissos : Be (...)
  • 16 Özsait et al. 2004 et 2007 ; Labarre/Özsait 2006a et 2006b.
  • 17 Entre autres, voir par exemple sur Pergè : Şahin 1995a, 1995c, 1996a, 1996b, 1999, 2000 et 2004. Su (...)
  • 18 Voir notamment : İplikçioğlu et al. 1991, 1992, 1994 et 2007. Aussi Çelgin 1994, 1997, 2001/2002, 2 (...)
  • 19 Entre autres : Eck 1970, 2000a et 200b ; Christol 1978 ; Christol/Drew-Bear 1991, 1992 et 1998.

71970 furent aussi marquées par le développement des études épigraphiques12et par l’exploration du site pisidien de Selgè par une équipe d’archéologues autrichiens13. Malgré ces premières avancées, c’est surtout depuis les années 1980-90 que notre connaissance des cités pamphylo-pisidiennes s’est véritablement accrue, grâce à la multiplication des prospections et chantiers de fouilles archéologiques, ainsi qu’à la poursuite des travaux dans le domaine épigraphique, avec notamment la publication des Inschriften Griechischer Städte aus Kleinasien (IGSK). Les inscriptions découvertes en Pamphylie et en Pisidie ont ainsi donné naissance à six volumes des IGSK depuis 1991, ce qui témoigne non seulement de la richesse du terrain mais aussi de la vivacité de la recherche sur les inscriptions. Les trois dernières décennies ont en effet été marquées par les travaux de plusieurs équipes très actives en matière d’épigraphie, équipes composées de chercheurs essentiellement turcs et/ou européens. Parmi ces chercheurs, citons par exemple J. Nollé et F.S. Schindler sur Sidè et Selgè14, S. Mitchell, G.H.R. Horsley, R. Behrwald ou encore H. Devijver pour plusieurs cités de Pisidie centrale et méridionale15, G. Labarre avec M. et N. Özsait en Pisidie septentrionale16, M. Adak et S. Şahin sur le golfe pamphylien17, Bulent İplikçioglu, avec G. et A.V. Çelgin, sur le territoire de Termessos, ainsi que M. Zimmerman18, et enfin W. Eck, M. Christol et Th. Drew-Bear sur l’administration des provinces à l’époque romaine19.

  • 20 Pour un résumé du Pisidian Survey, un bilan et afin de le replacer dans le contexte général de déve (...)
  • 21 Sur Melli, cf. Vandeput et al. 1999 et 2000 ; Vandeput/Köse 2001. Sur Pednelissos : Vandeput/Köse 2 (...)
  • 22 Pour Adada : Büyükkolancı 1998. Pour Lyrbe/Seleukeia( ?), cf. İnan 1998 (publication des résultats (...)
  • 23 Pour Sillyon, outre Küpper 1995, voir Küpper 1996a, 1996b, 1998a et 1998b, cf. Varkıvanç 2004 et 20 (...)

8Dans le domaine de l’archéologie, les fouilles entreprises à Pergè et Sidè en 1946-1947 se sont poursuivies jusqu’à aujourd’hui de manière quasiment ininterrompue. Elles continuent actuellement sous l’égide d’H. Abbasoğlu pour Pergè et d’Ü. İzmirligil à Sidè. Par ailleurs, depuis 1989, le site de l’ancienne cité pisidienne de Sagalassos est devenu l’un des principaux chantiers de fouilles archéologiques de Turquie, sous la direction de M. Waelkens, de la Katholieke Universiteit Leuven. La redécouverte de ce site et son exploration archéologique sont directement liées à la mise en place au début des années 1980 d’un programme initié et financé par le British Institute at Ankara, le Pisidian Survey, dont la direction fut alors confiée à S. Mitchell. Dans le cadre de ce projet scientifique –le premier à se concentrer à grande échelle sur cette région montagneuse du sud de l’Asie Mineure depuis les activités pionnières de K. Lanckoronski–, outre Sagalassos, des explorations furent menées entre 1982 et 1996 sur les sites d’Antioche de Pisidie, Cremna, Ariassos, Panemoteichos et Ören Tepe, ou encore Sia et Kaynar Kale (qui est peut-être l’ancienne Kodrula)20. Repris à la fin des années 1990 par L. Vandeput, le Pisidian Survey a depuis amené les chercheurs à s’intéresser aux sites de « Melli » et de Pednelissos21, tandis que dans le même temps, les sites de Lyrbe/Seleukeia ( ?), en Pamphylie, et d’Adada en Pisidie ont également fait l’objet de (nouvelles) prospections, en dehors du cadre du survey pisidien cette fois22. Enfin, très récemment, des projets se sont mis en place autour des sites de Sillyon et d’Aspendos23.

  • 24 Pour Sidè, Mansel 1963. Pour Pergè, Pekman 1989. Pour Sagalassos, voir les volumes Sagalassos I-V p (...)
  • 25 Mitchell 1991 ; Waelkens 2004. Les Actes des congrès annuels d’archéologie anatolienne paraissent s (...)

9Comme pour l’épigraphie, le dynamisme dans le domaine de l’archéologie s’est naturellement traduit par une augmentation significative du nombre de publications depuis le début des années 1990. Or, si certains sites ont fait l’objet de monographies (outre les importants sites de Sidè, Pergè et Sagalassos, c’est le cas de Cremna ou de Lyrbe par exemple)24, l’essentiel des résultats des enquêtes de terrain (et aussi un certain nombre d’essais d’analyse régionale ou micro-régionale fondés sur le matériel archéologique) a cependant été publié sous forme d’articles, dans des revues scientifiques et/ou dans les Kazı sonuçları toplantısı25. Il en résulte que malgré les progrès significatifs de la recherche actuelle en Pamphylie et en Pisidie, le matériel aujourd’hui disponible sur les cités de la région est non seulement beaucoup plus vaste qu’auparavant, mais aussi toujours très inégal et surtout particulièrement dispersé.

  • 26 La ville a été occupée continuellement depuis sa fondation, laissant peu de traces visibles des pre (...)
  • 27 Cette situation pourrait peut-être bientôt changer pour les sites de Sillyon et d’Aspendos, si jama (...)

10Cette inégalité concerne aussi bien l’état de conservation des vestiges que l’état de la recherche. Ainsi, à côté des trois grands sites particulièrement bien étudiés que sont Pergè, Sidè et Sagalassos, qui se distinguent par la régularité des fouilles, les nombreuses publications et communications orales et les projets de restauration par anastylose dont ils font l’objet, les autres villes (dont certaines ont pourtant pu jouer un rôle régional important si l’on en croit les sources littéraires, épigraphiques et numismatiques mais aussi les vestiges visibles en surface) restent encore assez mal connues du point de vue de l’architecture. Le cas d’Attaleia mis à part26, il s’agit principalement des sites de Termessos, Sillyon et Aspendos et dans une moindre mesure celui de Selgè, qui n’ont jusqu’à présent fait l’objet d’aucun véritable programme de fouilles, malgré la présence en surface de plusieurs édifices monumentaux parfois assez bien conservés27.

  • 28 Cf. Arena 2005, et notamment ses tableaux récapitulatifs, p. 273 et suiv.
  • 29 Voir principalement Martini 2010, avec bibliographie. Pour Sagalassos à l’Âge du Bronze, cf. Waelke (...)
  • 30 En Pisidie, noter le cas de Sagalassos : cf. Waelkens 2000.

11Par ailleurs, nos connaissances restent aujourd’hui très inégales selon les périodes. Dans leur très grande majorité en effet, les vestiges mis à jour sur les sites des anciennes cités de Pamphylie et de Pisidie dont l’existence est pourtant avérée, dans la plupart des cas, avant l’époque hellénistique28datent des trois-quatre premiers siècles de notre ère. Pour autant, cette situation ne signifie pas que l’archéologie ne nous ait rien appris sur l’histoire préromaine des cités pamphylo-pisidiennes, car rareté n’est pas absence, et les recherches menées ces dernières années par W. Martini sur l’acropole de Pergè par exemple ont fourni des informations particulièrement intéressantes sur le développement de la cité depuis au moins l’Âge du Bronze29. De fait, bien qu’elles constituent pour le moment un cas particulier à l’échelle de la Pamphylie30, ces découvertes ouvrent d’immenses perspectives quant à l’éventuelle richesse archéologique du sous-sol des autres cités de la région. En outre, elles illustrent, avec l’ensemble des découvertes liées à la multiplication des recherches archéologiques en Anatolie méridionale ces dernières années, les progrès continuels de l’archéologie dans la région pamphylo-pisidienne.

Archéologie et histoire : nouvelles perspectives

12Nombreuses et précieuses, les informations issues des travaux de terrain sont encore aujourd’hui largement dispersées. Sans doute est-ce en partie cette dispersion qui explique le fait que l’histoire des anciennes cités de Pamphylie et de Pisidie soit relativement mal connue dans les détails. D’où la nécessité selon nous d’entreprendre un travail de synthèse, sous la forme d’une étude historique fondée essentiellement sur le regroupement, l’analyse et l’interprétation des données architecturales mises en relation avec les sources épigraphiques et littéraires.

  • 31 Mitchell 1991, 121.
  • 32 Les Anciens, qui sont rarement unanimes sur les frontières géographiques des régions antiques en gé (...)
  • 33 Levick 1967 ; Mitchell 1998 ; Grainger 2009.

13Du point de vue géographique, notre choix d’étudier conjointement les cités pamphyliennes et pisidiennes fut influencé par les travaux du géographe Xavier de Planhol, qui soulignait dans les années 1950 l’« association » entre Pamphylie et Pisidie. Dans la mesure où, selon Stephen Mitchell, cette « association » est « fondamentale [sur le plan historique] pour bien comprendre la région, quelles que soient les époques »31 il nous a paru intéressant de réunir dans une même étude les cités de Pamphylie et de Pisidie, en dépit du fait que le détail des anciennes délimitations géographiques nous échappe largement et qu’administrativement –c’est-à-dire principalement au niveau des limites provinciales romaines cette « association » n’ait pas toujours existé32. Nous retiendrons donc simplement ici que l’espace pris en compte pour notre étude correspond à la zone d’Asie mineure méridionale qui se situait entre la Méditerranée au sud, la Phrygie et la Lycaonie au nord, la Lycie à l’ouest, et l’Isaurie et la Cilicie Trachée à l’est. Cette zone ayant vu se développer un nombre significatif d’établissements à caractère urbain pendant l’antiquité, elle constitue un terrain privilégié pour étudier les formes et modalités de l’urbanisation et de l’architecture en Asie Mineure méridionale33. Dans ce cadre, nous avons choisi de concentrer notre attention sur les cités dont l’origine remonte à la période pré-hellénistique (voire hellénistique, dans le cas d’Attaleia), excluant donc les colonies romaines fondées par Auguste en Pisidie, sauf lorsque celles-ci fournissent des éléments de comparaison intéressants. Enfin, essentiellement fondée sur les sources matérielles et l’idée selon laquelle l’activité de construction est étroitement liée à la société qui la génère, notre étude s’articule plus particulièrement autour de la problématique des relations entre architecture urbaine et pouvoir(s) politique(s) sur une période allant de la fin de l’époque classique à la fin du Haut-Empire romain.

  • 34 Cette étape de notre travail prend la forme d’un catalogue de sources, organisé par site, qui const (...)
  • 35 Hansen 2008.
  • 36 Voir par exemple les travaux de H. Lefebvre, La production de l’espace, Paris, 1974. Aussi Souza/Ro (...)
  • 37 Rappelons d’ailleurs ici qu’un séminaire intitulé Pouvoir et Espaces Urbains s’est tenu à l’IFÉA en (...)
  • 38 Cf. Von Gerkan 1924 ; Martin 1956. Plus récemment, Étienne 2004 ; ainsi que Hellmann 2006 et 2010 ; (...)
  • 39 Macready/Thompson 1987; Parrish 2001; Berns et al. 2002. On peut aussi citer aussi : Barresi 2003 ; (...)

14Partant de l’idée que le paysage des villes antiques est indissociable du contexte dans lequel il a été produit et des évolutions qui l’ont transformé –et qu’à ce titre il constitue un axe intéressant pour l’étude historique notre méthodologie consiste à dresser pour chaque cité concernée un bilan détaillé, aussi exhaustif que possible, des vestiges architecturaux urbains connus34, pour ensuite les interpréter par la comparaison architecturale et la confrontation avec les sources littéraires et épigraphiques. Cette démarche devrait aboutir à préciser pour chaque cité quelles furent les étapes et les modalités de son développement urbain, à la suite de quoi la comparaison, l’analyse et la mise en perspective systématiques des données devraient permettre d’envisager l’évolution du processus à l’échelle micro régionale, le tout contribuant, en définitive, à améliorer notre compréhension de l’histoire antique de la Pamphylie et de la Pisidie. S’il est bien évident que l’histoire d’une région ne se résume pas à celle des cités qui s’y développèrent, et bien que les cités elles-mêmes ne se réduisent pas à leur seule composante urbaine (ce que Mogens H. Hansen appelle « la polis en tant que ville »35), il n’en reste pas moins que l’espace urbain, en tant que reflet, cadre et enjeu privilégié du pouvoir, n’a cessé de constituer et reste encore largement aujourd’hui le lieu essentiel de manifestation de la puissance politique36. Dès lors, il ne fait pas de doute que les évolutions de cette puissance politique marquent les villes, non seulement dans leurs aspects socioculturels, mais aussi matériellement, du point de vue des infrastructures et de l’architecture37. L’intérêt d’une telle démarche, déjà ancienne, a depuis longtemps été démontrée, par les travaux fondateurs d’A. von Gerkan ou de R. Martin. Elle trouve aujourd’hui un second souffle dans le contexte scientifique particulièrement dynamique de ces dernières années38. L’accroissement des connaissances sur l’urbanisme des villes grecques et hellénisées de l’Orient gréco-romain a naturellement conduit à la tenue de plusieurs colloques et/ou à la publication d’ouvrages particulièrement riches, qui participent au renouvellement de la dialectique pouvoir politique / urbanisme / architecture. Parmi eux, notons l’ouvrage édité par S. Macready et F.H. Thompson sur l’architecture romaine dans le monde grec en 1987, celui publié plus récemment sous la direction de D. Parrish en 2001 sur l’urbanisme en Asie Mineure occidentale ou encore le colloque réuni à Cologne autour des questions d’identités politique et culturelle dans les cités des provinces romaines d’Asie Mineure au début de l’époque impériale39.

15Ce cadre scientifique constitue donc l’arrière-plan de notre travail. Conscient des limites qu’un tel dynamisme impose, à savoir essentiellement le risque de voir toute hypothèse contredite par une nouvelle découverte –mais n’est-ce pas là le propre même de la recherche historique en particulier lorsqu’elle se fonde sur les recherches archéologiques ?–, cette effervescence, enthousiasmante, nous paraît également propice à mener ce travail de synthèse.

16C’est dans cette perspective et en lien avec la thématique Archéologie et Espaces parcourus de ces Premières Rencontres d’Archéologie de l’IFÉA que nous proposons ici une étude d’un des éléments architecturaux les plus remarquables du paysage urbain de plusieurs cités pamphyliennes et pisidiennes, à savoir ces espaces parcourus qu’étaient les rues à colonnades.

Archéologie et espaces parcourus à l’échelle des cités : le cas des rues à colonnades

  • 40 Actes du colloque de Poitiers : Ballet et al. 2008. Pour un aperçu des études sur la voierie dans l (...)

17Comme en témoignent la richesse et la diversité des Actes du colloque tenu à Poitiers en 2006 sur la rue dans lantiquité, l’étude des réseaux viaires constitue un axe particulièrement stimulant pour qui s’intéresse au paysage urbain des cités antiques en général et à celui des villes gréco-romaines de l’Orient méditerranéen en particulier40. Au-delà de leur fonction pratique d’axe de circulation, certaines rues apparaissent en effet comme

  • 41 Ballet et al. 2008, 7.

un élément essentiel de la définition et de l’organisation de l’espace urbain [dont l’étude permet souvent d’éclairer quelles furent] les modalités de (…) transformation [de celui-ci] à travers l’histoire41.

  • 42 Sur le vocabulaire grec de la voierie, Ginouvès 1998, 178 et suiv. ; Du Bouchet 2008 (avec biblio.) (...)

18C’est le cas des plateiai42, ces grandes avenues dallées bordées de colonnades surmontées d’un entablement et formant de longues galeries latérales ouvertes sur la rue, qui furent construites dans de nombreuses cités de l’Orient romain, notamment en Asie Mineure, pendant le Haut-Empire. Constructions monumentales, espaces communs à usage collectif, éléments marquants et structurants du paysage urbain, leur plan, leur tracé, leurs dimensions, leur aménagement et leurs équipements, lorsqu’ils sont suffisamment bien conservés pour être étudiés, nous renseignent non seulement sur le fonctionnement et l’usage des villes à l’époque romaine impériale, mais aussi plus largement sur l’histoire des cités, histoire qui remonte souvent bien avant la domination romaine.

  • 43 Sur l’évolution du portique et la continuité des formes monumentales : Coulton 1976 ; Ginouvès 1998 (...)
  • 44 La Voie Canopique, à Alexandrie, fut peut-être la première véritable plateia. Cf. Gros 1996, 104 ; (...)
  • 45 L’exemple le plus ancien attesté pour l’époque impériale est celui d’Antioche, en Syrie, dont la co (...)
  • 46 L’exemple le plus ancien attesté pour l’époque impériale est celui d’Antioche, en Syrie, dont la co (...)
  • 47 Voir notamment les travaux réunis dans Parrish 2001. Sur Éphèse et Pergame par exemple, voir aussi (...)
  • 48 Pont 2010, 177-180.

19Si l’origine de ces structures est grecque –avec la progressive utilisation des portiques (στοά) le long de certaines rues importantes de cités grecques43, et l’existence dès l’époque hellénistique à Alexandrie d’une véritable avenue monumentale : la Voie Canopique44–, ces grandes rues à colonnades sont cependant une des caractéristiques majeures de l’urbanisme de l’Orient méditerranéen d’époque romaine45En Asie Mineure, la plateia tint ainsi « une place importante dans les paysages urbains »46des cités durant tout le Haut Empire, comme en témoignent l’archéologie47, mais aussi dans certains cas les sources littéraires, à travers les éloges de cités48.

  • 49 Heinzelmann 2003 ; Özdizbay 2008, 137-170 (+ Lev. 43-69).
  • 50 Lavan 2008 ; Martens 2008 ; Richard 2008.
  • 51 La seule étude qui réunit les informations sur les plateiai des cités de Pamphylie et de Pisidie es (...)
  • 52 Le site de Sidè ayant été fouillé, on dispose d’un certain nombre de données sur les rues à colonna (...)

20Si les rues à colonnades des cités de Pamphylie et de Pisidie n’ont pas suscité d’éloges de la part de leurs contemporains, elles sont en revanche parmi les vestiges les mieux conservés de Sidè, Pergè et Sagalassos. Cependant, seule la grande rue nord-sud de Pergè (et dans une moindre mesure la voie est-ouest) a fait l’objet d’études spécifiques et d’analyses approfondies ces dernières années49, avec celle découverte plus récemment à Sagalassos, qui se situait au sud de l’agora inférieure50. Ainsi les données détaillées et récentes sur les avenues à portiques dans les cités pamphyliennes et pisidiennes sont, dans l’ensemble, assez peu nombreuses et concernent essentiellement deux sites : Pergè et Sagalassos51. Pour les autres sites, ces données sont en général datées et/ou superficielles52.

Les sources : présentation générale des sites et problèmes de datation53

  • 53 À la différence du travail que nous menons pour notre thèse afin de constituer un catalogue aussi p (...)

21Parmi les textes anciens, aucun n’évoque à notre connaissance les rues des cités pamphylo-pisidiennes. Les monnaies ne fournissant pas non plus d’indice sur le sujet, il faut donc ici s’en remettre aux informations fournies par l’archéologie. Celles-ci dépendent non seulement de l’état, aléatoire et inégal, de conservation des vestiges, mais aussi du niveau d’intérêt qu’y ont porté les archéologues.

22À l’instar de la grande majorité des vestiges observables in situ, les traces les mieux conservées en matière de réseaux viaires à l’intérieur des anciennes cités pamphylo-pisidiennes sont celles qui remontent à l’époque romaine impériale, et plus précisément celles de ces grandes rues monumentales, larges et longues, pavées, plus ou moins rectilignes et bordées de portiques ouvrant sur des boutiques et/ou ateliers. Les sites de Pergè et Sidè pour la Pamphylie, et de Sagalassos pour la Pisidie, fournissent le plus d’informations au vu de l’état de conservation du matériel archéologique et de l’avancée des recherches.

  • 54 Description détaillée dans Heinzelmann 2003 ; Özdizbay 2008, 137-167 ; Martini 2010, 75 et suiv.

23À Pergè, la grande voie centrale dallée de plaques de calcaire jaunâtres, longue de 480 m et large d’une vingtaine de mètres, constitue avec son canal d’eau central à ciel ouvert (large d’env. 2,50 m) l’une des principales attractions touristiques du site (figs. 2 et 3)54.

Figure 2 : Pergè, rue à colonnade nord-sud vue depuis l’acropole

Figure 2 : Pergè, rue à colonnade nord-sud vue depuis l’acropole

cliché de l’auteur, 2010

24Bordée de part et d’autre de portiques d’une largeur allant de 5,50 m du côté est à 6,50 m à l’ouest et dont la façade était constituée de colonnes de marbre ou de granit à chapiteaux ioniques et corinthiens, elle traversait la cité basse en suivant l’axe sud-nord, reliant la porte sud hellénistique (réaménagée au 2e s. pC) au nymphée d’époque hadrianique (F3) situé au pied de l’acropole (fig. 4).

  • 55 Voir les nombreux rapports de fouilles dans les Kazı sonuçları toplantısı depuis 1979 et avant cett (...)
  • 56 Heinzelmann 2003. À noter aussi les travaux menés sur la grande rue est-ouest qui la croise à envir (...)
  • 57 L’étude d’Heinzelmann a été publiée en 2003 et les fouilles sur le terrain se sont depuis poursuivi (...)

25Fouillée régulièrement depuis 1949 et toujours en cours de restauration55, elle a fait l’objet de multiples rapports archéologiques préliminaires, jusqu’à ce que M. Heinzelmann lui consacre récemment une étude de synthèse56. Sous forme d’un article approfondi, celui-ci offre un bilan détaillé des connaissances accumulées depuis maintenant plusieurs décennies par les archéologues et en propose une analyse57.

Figure 3 : Pergè, voie à colonnades nord-sud

Figure 3 : Pergè, voie à colonnades nord-sud

cliché de l’auteur, 2010

  • 58 À savoir : nymphée nord (F3), arc de Démétrios et d’Apollonios, rue pavée et canal central, portiqu (...)
  • 59 Heinzelmann 2003, 202, n.9, suivi par Özdizbay 2008, 163-166. Şahin 1995b, 27 et 1999, 25-35 n° 21, (...)

26Reprenant séparément chaque élément architectural lié à la grande avenue nord-sud58, il souligne la cohérence du dispositif d’ensemble et propose de façon assez convaincante, et en l’absence de toute autre preuve formelle de datation, de situer la totalité des travaux de monumentalisation de la plateia pergéenne dans les années 120 pC, c’est-à-dire, à l’époque d’Hadrien, remettant en cause l’ancienne hypothèse de S. Şahin d’une construction progressive et fractionnée qui aurait commencé sous le règne de Tibère pour s’achever sous celui d’Hadrien59.

27À Sidè, les vestiges témoignent de l’existence de deux grandes rues à colonnades (fig. 6 : B et C). Dégagées de longue date par les archéologues et partiellement restaurées, elles sont moins bien conservées que la grande avenue nord-sud de Pergè et ne sont pas actuellement parmi les secteurs privilégiés par les archéologues.

  • 60 Voir donc principalement Mansel 1963, 17-25.
  • 61 Heinzelmann 2003, 217 Tab.1 et n.53.
  • 62 La porte date de la période hellénistique. Elle fut, comme celle de Pergè, largement remaniée à l’é (...)

28Elles n’ont par conséquent fait l’objet d’aucune étude de synthèse détaillée récente60. Proches du point de vue stylistique du théâtre et de l’agora de la cité, elles sont certainement postérieures à celles de Pergè et sont généralement datées du milieu du 2e s. pC, sous le règne d’Antonin le Pieux61. Pavées, bordées de portiques de marbre à colonnades corinthiennes ouvrant sur des boutiques, les deux rues partaient, comme la voie nord-sud de Pergè, de la porte principale de la cité62.

Figure 4 : plan de Pergè

Figure 4 : plan de Pergè

d’après Martini et al. 2008, 165 Abb.1

Figure 5 : Sidè, rue à colonnade se dirigeant vers le sud

Figure 5 : Sidè, rue à colonnade se dirigeant vers le sud

cliché de l’auteur, 2010

  • 63 Brandt/Kolb 2005, 69 : « Die zwischen 8,50 und 23 breiten Hauptstraßen der Stadt ».

29L’une des voies (fig. 6 : B), dégagée sur environ 150 m mais dont la longueur totale d’origine nous échappe du fait de l’ensablement partiel de la partie orientale du site et de la construction de bâtiments byzantins sur son parcours, disposait en avant du stylobate du portique est d’un canal d’eau à ciel ouvert (fig. 5). Cette voie se dirigeait vers le sud, tandis que l’autre, aujourd’hui largement asphaltée et mal conservée, dont la largeur atteignait par endroit plus de 20 de mètres et la longueur environ 1 km63, menait vers le centre de la ville, à savoir l’agora et le théâtre (fig. 6).

fig. 6 : N1-­N264

Figure 6 : Sidè, rue à colonnade se dirigeant vers le sud

Figure 6 : Sidè, rue à colonnade se dirigeant vers le sud

cliché de l’auteur, 2010

  • 65 Résumé dans Martens 2008 ; voir aussi les informations et illustrations sur le site internet offici (...)

30À Sagalassos, dans le cadre des fouilles menées depuis 1998 sur l’organisation générale du réseau viaire et du plan de la ville65, les archéologues se sont récemment intéressés (entre 2005 et 2009, d’abord sous la supervision de F. Martens, puis sous celle d’I. Jacobs) à la grande voie à colonnade découverte au sud de la ville. Orientée nord-sud, elle reliait sans doute entre elles les deux agorai installées l’une au-dessus de l’autre sur deux terrasses monumentales et qui constituaient ensemble le centre de la cité (fig. 7 : 3 et 9).

  • 66 Pour une description détaillée, voir Martens 2008. Sur le site officiel du site de Sagalassos : htt (...)

31Cependant, seule une partie de la section sud de cette voie, qui reliait le sud de l’agora inférieure à l’une des portes de la cité (sans doute une porte importante voire la porte principale d’accès à la ville à l’époque du Haut-Empire), est aujourd’hui relativement bien connue (fig. 7 : 2). Pavée de dalles de calcaire blanc et large de presque 10 m (fig. 8), elle était bordée, au moins du côté ouest, de boutiques installées à l’arrière d’un portique à colonnades d’une largeur d’environ 3,50 m66.

  • 67 Mitchell et al. 1989, 68 et suiv. ; Waelkens 1997, 277-280 ; Vandeput 1997, 58-63, Taf. 22-24 ; Mar (...)
  • 68 La première plateia attestée pour l’époque impériale est celle d’Antioche, en Syrie, dont la constr (...)

32Les recherches sur le terrain ont prouvé qu’elle existait sous cette forme, pavée et monumentalisée, dès le deuxième quart du1e s. pC, au moins depuis l’époque du règne de Tibère, comme l’atteste au sud-ouest de l’agora inférieure, à la jonction entre la voie à colonnade et la place elle-même, l’arc qui marquait l’entrée dans le centre urbain au sud-ouest de l’agora inférieure67. Si elle n’était pas la plateia la plus monumentale d’Anatolie, cette datation en fait en revanche l’une des plus anciennes et la première dans la région pamphylo-pisidienne68.

Figure 7 : plan de Sagalassos

Figure 7 : plan de Sagalassos

d’après www.sagalassos.be

Figure 8 : Sagalassos, la rue à colonnade vue depuis le sud

Figure 8 : Sagalassos, la rue à colonnade vue depuis le sud

cliché de l’auteur, 2010

  • 69 Sur ce point, voir Mitchell 1993 et Sartre 1995.

33En effet, comme nous l’avons vu à Pergè et Sidè, les caractères stylistiques des vestiges –qui sont aujourd’hui le meilleur moyen pour envisager une datation en l’absence d’inscription ou de toute autre de preuve formelle- indiquent que la construction des grandes rues à colonnades remonte sans doute dans ces cités au 2e s. pC, précisément aux règnes d’Hadrien et d’Antonin le Pieux. Cette datation ne surprend guère si l’on considère que cette époque correspond pour la plupart des cités d’Asie Mineure à une période de stabilité politique et de prospérité économique, à la faveur de la pax Romana69. C’est aussi probablement la raison pour laquelle les rues à colonnades visibles sur les sites de Termessos et de Selgè, bien qu’assez mal conservées et mal connues, ont elles aussi été généralement datées de cette époque d’après leur style et leur situation.

  • 70 Machatschek/Schwarz 1981, 62-66.
  • 71 Machatschek/Schwarz 1981, 63. Pour les inscriptions, cf. Nollé/Schindler 1991.

34La grande voie de Selgè a principalement été étudiée par A. Machatschek et M. Schwarz70. Elle se présentait sous la forme d’une rue pavée de 230 m de long, bordée de colonnes de calcaire blanc à chapiteaux ioniques derrière lesquels, là encore, se trouvaient des boutiques. Elle reliait à travers un terrain accidenté l’agora supérieure de la cité, au sud, à une grande place au nord sur laquelle avait été érigé un temple à podium dédié à Lucius Aelius Verus (fig. 9). Ici comme dans les autres cités, les colonnades abritaient des statues honorifiques, dont il ne reste aujourd’hui que quelques bases inscrites71. Côté ouest, elle était le point d’aboutissement d’au moins deux rues secondaires importantes. Côté est, la forte déclivité du terrain avait nécessité l’aménagement de voûtes de substruction pour que puisse être construit au-dessus le portique oriental.

  • 72 Lanckoronski 1893, 57-59 ; Bejor 1999, 37 ; Heinzelmann 2003, 218-220, Abb.14-15.
  • 73 Lanckoronski 1893 ; Bean 1989, 100 fig.25, la désigne par la lettre ‘R’ (Street of shops).
  • 74 Sur les dimensions des portiques et les boutiques, cf. Heinzelmann 2003, 219 n.70, ainsi que sur l’ (...)
  • 75 Heinzelmann 2003, 218.

35À Termessos les ruines de la rue à colonnade romaine n’ont pas été étudiées. L’essentiel des informations provient donc des observations faites par l’équipe de K. Lanckoronski, revues cependant récemment par M. Heinzelmann72. Cette voie (5 sur le plan : fig. 10)73, avait une forme rectiligne et mesurait environ 120 m de long et 8,50 m de large. Orientée nord-sud, elle était bordée de deux portiques ioniques, dont seul celui du côté ouest ouvrait sur des magasins74. Construite dans l’ouest de la cité, avec laquelle elle semble avoir été peu connectée (seules deux rues secondaires paraissent l’avoir traversée), elle était apparemment plutôt en marge du centre urbain75.

  • 76 Lanckoronski 1893, 58-59; Bean 1989, 105; Heinzelmann 2003, 220, Abb.15.

36Cependant, le nombre important de statues honorifiques qui y furent érigées (au moins 47 de chaque côté) témoigne de l’importance que lui accordaient les habitants76.

37Les sites de Sillyon et d’Aspendos, qui n’ont fait l’objet que de prospections de surface, comme ceux de Pednelissos, « Melli », Adada ou encore Lyrbe/Seleukeia( ?), ne présentent pas de trace visible de construction de type plateia.

  • 77 Première publication par Ramsay 1883, 258. La citation est de Martin 1956, 161. Voir aussi Mansel 1 (...)
  • 78 Şahin 1995b.

38Le même constat s’impose concernant Attaleia, pour laquelle nous disposons par contre d’une inscription attestant que dès 50 pC, la cité refaisait ses ‘routes’ (vias/ὁδοὺς) « grâce aux générosités de Claude »77. À cela s’ajoute une inscription, très fragmentaire cependant, dont S. Şahin a suggéré qu’elle pourrait peut-être faire référence à la construction d’une rue à colonnade dans la cité sous les règnes de Tibère et de Caligula, soit dès avant le milieu du 1e s. pC78. Mais si le fait qu’une cité aussi importante qu’Attaleia fût dotée très tôt d’une (voire de plusieurs) rue(s) à colonnades est loin d’être inenvisageable, l’absence d’attestation formelle (l’inscription datée de 50 pC n’emploie pas le terme de plateia) interdit néanmoins aujourd’hui de l’affirmer avec certitude.

Figure 9 : plan de Selgè

Figure 9 : plan de Selgè

d’après Nollé/Schindler 1991, 137

d’après Elsner 1991, 223 et Bean 1989

Les plateiai dans lhistoire des cités : rues à colonnades et développement urbain

  • 79 Sur les réparations et l’entretien des avenues, voir par exemple pour le cas de Sagalassos : Lavan (...)
  • 80 L’utilisation du marbre non seulement à Pergè et à Sidè mais aussi à Termessos (Heinzelmann 2003, 2 (...)
  • 81 En revanche, comme le montre l’exemple d’Attaleia, l’empereur pouvait intervenir pour faire réparer (...)
  • 82 Pour cette ‘Rue royale’ de Termessos (« βασιλικῆς ὁδοῦ »), une inscription fournit la liste de sous (...)

39D’après ce que l’on peut observer du soin visiblement apporté à leur conception, à leur réalisation et, plus tard, à leur réparation79, du coût sans doute souvent élevé des travaux80, et de l’ampleur des chantiers que durent impliquer de tels aménagements urbains, il est raisonnable de penser que l’installation d’une grande rue à colonnades relevait dans les cités d’une décision collective, émanant sans doute des autorités dirigeantes, en accord avec la population concernée. Projets urbains engageant l’agglomération, rien n’indique en effet qu’ils furent à l’origine le fait de décisions impériales81ou de groupes restreints, même si l’intervention à titre privé de notables locaux au sein de ces espaces est loin d’être négligeable et qu’il est possible que le financement de tels aménagements se soit en partie appuyé sur la contribution de citoyens aisés des cités, comme cela semble par exemple avoir été le cas pour la construction de la « Rue royale », à Termessos82.

40Quoi qu’il en ait été, leur présence dans la plupart des grandes cités de Pamphylie et de Pisidie au 2e s. pC atteste l’importance qui était alors accordée à ce type de structure, comme l’ont mis en évidence dès les années 1920 les travaux sur l’urbanisme des cités gréco-romaines d’A. Von Gerkan, suivis par ceux de R. Martin, P. Gros et G. Bejor. Cette importance peut être mise en relation avec les diverses fonctions qu’occupaient ces voies monumentales, à savoir non seulement une fonction pratique d’axe de circulation mais aussi une fonction commerciale et surtout une fonction essentielle de prestige et de représentation.

  • 83 Pour Selgè : Machatschek/Schwarz 1981, 65. Pour Sagalassos : Martens 2008, 196.

41Hormis le cas un peu à part de Termessos, les grandes rues à portiques des cités de Pamphylie et de Pisidie apparaissent comme des axes de passage majeurs au cœur des cités, reliant souvent entre eux des secteurs-clés du centre urbain. À Sagalassos et Selgè, du fait des contraintes imposées par la topographie, ces axes n’étaient accessibles qu’aux piétons83, tandis qu’à Pergè et Sidè, ils constituaient aussi les voies principales du trafic routier à l’intérieur de la ville, comme en témoignent les traces d’usure sur le pavement (fig. 11).

Figure 11 : Pergè, voie à colonnades nord-sud traces d’usure au sol

Figure 11 : Pergè, voie à colonnades nord-sud traces d’usure au sol

cliché de l’auteur, 2010

  • 84 Pour Sidè par exemple, cf. Mansel 1963, 24-25 ; Brandt/Kolb 2005, 70, Abb. 90.

42Dans les quatre cités, les rues à colonnades, qui définissaient parfois les différents quartiers84, établissaient toujours un trajet bien particulier au cœur de la ville. Structurant l’espace en le limitant, elles constituaient ainsi l’épine dorsale de la cité, jouant même temps un rôle unificateur entre les différents secteurs de la ville. D’après ce que l’on sait aujourd’hui, on voit en effet que la rue principale passait par l’agora (ou au moins par l’une des agorai) de la cité, qui se trouvait alors connectée à une des portes de la ville, ainsi qu’à une ou plusieurs structures marquantes du paysage urbain, qui pouvai(en)t être, au 2e s. pC, un temple (à Selgè, Sagalassos, Sidè et Pergè), une autre agora (à Sidè et à Sagalassos) ou encore un nymphée (à Pergè, Selgè et Sagalassos).

  • 85 Sur le port de Pergè : Martini et al. 2008.
  • 86 À Sagalassos, l’installation de l’agora inférieure est datée de la fin du 1e s. aC (Martens 2008, 1 (...)
  • 87 Cf. Hellmann 2006, 214-215 : « la première fonction de tous ces portiques n’était pas tant de marqu (...)
  • 88 Pour Pergè, cf. Heinzelmann 2003, 202 et suiv. et voir sur Abb. 6, p. 207, les sections 5 et 6, plu (...)
  • 89 Pour une étude détaillée et récente sur les nymphées, leurs fonctions et leur situation dans les vi (...)

43Le lien privilégié des rues à colonnades avec l’agora –ainsi qu’avec le port dans les cas de Sidè et Pergè (s’agissant ici de la rue est-ouest, moins bien connue que la rue nord-sud pour l’instant)85mais aussi bien sûr le fait qu’elles fussent bordées de portiques ouvrant sur des boutiques et des ateliers attestent également de l’importance de la fonction commerciale de ces grandes avenues dans toutes les villes, Termessos y compris. Répondant à de nouveaux besoins liés au développement économique des cités, les grandes voies à portiques s’ajoutaient ainsi aux places de marché existantes (anciennes ou plus récentes)86, permettant une multiplication des échanges dans des espaces toujours situés, rappelons-le, à l’abri du soleil et de la pluie87. Lieux d’échanges donc, elles constituèrent naturellement de nouveaux espaces de rencontres, et jouèrent certainement un rôle important dans la sociabilité des villes à l’époque impériale, comme le suggèrent l’aménagement ponctuel de places ainsi que la présence de points d’eau accessibles à tous, non seulement aux extrémités des voies mais aussi le long du parcours88(cf. figs. 4, 6-9). Or, il faut rappeler à ce sujet que si les fontaines et bassins sont caractéristiques du mobilier urbain des villes romaines, en tant qu’aménagements utiles et lieux de rencontre, ils constituaient aussi souvent des éléments décoratifs de premier ordre, notamment en Asie Mineure. Cette situation se vérifie dans les cités de Pamphylie et de Pisidie, avec la présence le long des rues de fontaines, de canaux à ciel ouvert (à Pergè notamment), mais aussi et surtout de nymphées monumentaux qui, à Pergè, et plus encore à Sagalassos, et dans une moindre mesure à Sidè et Selgè, constituaient l’aboutissement visuel des rues. Partie intégrante de la scénographie du paysage urbain des cités à l’époque impériale, non seulement ils participaient de la monumentalité et de l’unité des grandes voies à colonnade mais ils en renforçaient surtout la valeur ostentatoire89.

  • 90 Sur l’importance de l’aspect régulier et harmonieux du paysage urbain pour les populations des vill (...)
  • 91 Les auteurs anciens évoquent des conflits armés entre les cités, par exemple : Arrien, Anab., I.27. (...)
  • 92 Sur ce point, cf. Burrel 2004, 181-190 ; voir aussi pour la Pisidie le chapitre 37 sur Sagalassos, (...)

44Car en plus de fournir un cadre régulier et uniforme90à une voie de passage centrale ouvrant sur de nombreux commerces, une des caractéristiques des grandes voies à portiques romaines est sans conteste leur rôle dans la course au prestige que se livrèrent les cités au sein de l’Empire. Ostensiblement prestigieux, ce type d’aménagement participait en effet de la concurrence que se livraient entre elles les villes depuis au moins l’époque hellénistique si l’on en croit les sources littéraires91. À l’époque impériale, la grande rue à colonnade semble avoir été considérée par les cités comme une composante significative de la parure urbaine pour valoriser leur image et c’est dans ce cadre que les plateiai participèrent sans aucun doute de la rivalité entre les cités. Cette concurrence visait pour partie à s’attirer la bienveillance du pouvoir impérial d’après ce que l’on sait de la compétition que se livrèrent par exemple Pergè et Sidè pour l’obtention de néocories92. Mais selon A.-V. Pont, la parure monumentale des rues était aussi

  • 93 Sur ce point, cf. Burrel 2004, 181-190 ; voir aussi pour la Pisidie le chapitre 37 sur Sagalassos, (...)

le signe le plus directement visible, pour les habitants de la cité comme pour les gens de passage, de son « ornement », et [donc] le premier indice de la participation de la communauté civique, du simple citoyen au notable, à cet idéal commun93.

  • 94 Pour Termessos par exemple, cf. Lanckoronski 1893, 58-59 et Van Nijf 2011 (article mis en ligne en (...)
  • 95 Pour un résumé sur les arcs érigés à Sagalassos à l’époque impériale par exemple, Martens 2004, 591 (...)
  • 96 Voir entre autres : Şahin 1996b ; Abbasoğlu 2001a et 2001b ; Özdizbay 2008, 90-106, 202 et suiv.

45À l’échelle même de chaque cité, cette fonction de représentation existait aussi puisque les voies à colonnades furent l’un des lieux privilégiés par les élites urbaines pour pratiquer l’évergétisme, à travers l’érection de statues honorifiques (comme à Termessos par exemple)94 et d’autres grandes constructions édilitaires, notamment des arcs95. Un bon exemple ici est celui de Pergè, où une riche citoyenne, Plancia Magna, fit de l’arrière-cour de l’ancienne porte hellénistique une cour d’honneur largement vouée à la célébration familiale, au nord de laquelle elle fit construire un arc de triomphe dédié à la cité mais dont le programme décoratif honorait l’empereur Hadrien et sa famille. Fermant la cour arrière de la porte, cet arc ouvrait de façon monumentale sur la longue rue à colonnade, au terme de laquelle un nymphée à double étage, d’où partait le canal central, marquait l’accès à l’acropole96.

  • 97 Voir principalement Heinzelmann 2003 et Özdizbay 2008, 163 et suiv.
  • 98 Rappelons en effet que les tracés des grandes rues ont pour point de départ, à Pergè et à Sidè, les (...)
  • 99 Martini 2010.
  • 100 Heinzelmann 2003 ; Martini 2010.
  • 101 RE: s.v. « Side »; Nollé 1993, 107-108, 262.4

46Pourtant, si la diffusion du modèle des grandes rues à colonnades implique d’importantes ressemblances entre les paysages urbains des cités pamphylo-pisidiennes (et avec les autres cités d’Anatolie et du reste de l’Orient romain) à partir du 2e s. de notre ère, elle n’aboutit pas à la standardisation des paysages urbains. Plus encore, comme le font apparaître les plans établis par les archéologues, la singularité de chaque cité se révèle nettement à travers le tracé des voies, lequel ne reflète pas tant les contraintes topographiques que l’histoire des cités. En effet, alors que Sagalassos est une cité montagneuse située sur un terrain en pente, le tracé de la voie à colonnade sud s’avère parfaitement rectiligne, comme celui de la rue à portique de Termessos d’ailleurs, tandis que les trajectoires des grandes artères de Pergè et Sidè, pourtant installées en terrains relativement plats, sont, comme celle de Selgè, marquées par plusieurs courbes. Cela s’explique par le fait qu’à Termessos, mais sans doute aussi à Sagalassos (et partiellement à Sidè), les rues à colonnades furent largement construites ex-­nihilo, tandis que celles de Selgè et de Pergè ainsi que celle de Sidè menant au port résultent vraisemblablement de la monumentalisation de voies importantes déjà existantes prenant en compte, dans la définition du tracé, certains édifices préexistants. L’ancienneté des deux axes principaux de Pergè est confirmée par la présence au carrefour principal de la cité dès le 1e s. pC d’un arc monumental dédié à Domitien (arc de Démétrios et Apollonios) (fig. 4). Par ailleurs, au nord de l’axe est-ouest avait été construite à l’époque de Néron une palestre97. Partant de là, les irrégularités de cette voie est-ouest, mais aussi les virages que forme la voie à colonnade nord-sud, ainsi que ceux de la grande artère de Selgè ou encore ceux de la longue rue qui mène de la porte principale aux temples d’Apollon et d’Athéna à Sidè s’expliquent sans doute par la nécessité, au 2e s. pC, de tenir compte de constructions préexistantes, constructions remontant certainement pour partie au 1e s. de notre ère, mais sans doute aussi pour certaines à l’époque hellénistique98. Les rues à portiques témoignent ainsi de plusieurs phases dans l’évolution urbaine des grandes cités de la région, et notamment, donc, du développement que celles-ci connurent bien avant le 2e s. pC, certainement au moins dès la fin de l’époque hellénistique. Et si tel est bien le cas, cela confirmerait l’idée selon laquelle cette période fut non seulement marquée par la volonté de se protéger des attaques extérieures (dans le cadre des conflits qui opposèrent entre eux les successeurs d’Alexandre entre la mort de ce dernier en 323 aC et la paix d’Apamée en 188 aC), comme en témoigne la construction des circuits fortifiés, mais aussi, à Sidè et surtout à Pergè, par un réel dynamisme et la volonté d’organiser le nouvel espace urbain, agrandi et désormais délimité par des remparts. Dès lors, l’aménagement des grandes voies à colonnades à Sidè, Pergè et Selgè au 2e s. de notre ère, apparaît largement comme une phase supplémentaire et ultime, directement liée au nouveau contexte politique, économique et socioculturel, d’un mouvement amorcé antérieurement visant à organiser l’espace urbain. En outre, la présence sur l’acropole de Pergè de plusieurs complexes sacrés (fig. 4), dont peut-être le fameux sanctuaire d’Artémis Pergaia99, avant même l’époque hellénistique, explique largement l’importance prise à l’époque préromaine par la voie nord-sud menant de l’entrée de la ville basse à ce lieu sacré. Voie processionnelle, elle devait en effet déjà marquer le paysage urbain avant l’intégration de la cité dans la sphère d’influence romaine, ce qui explique peut-être en partie pourquoi la cité ne s’empressa pas spécialement d’agrandir et d’embellir cette longue avenue100. Or, dans la mesure où les cultes d’Apollon et d’Athéna sont attestés à Sidè dès avant l’époque impériale101, peut-être doit-on penser que la rue de la ville qui menait jusqu’aux temples situés sur le port au 2e s. était elle aussi une forme monumentalisée d’une ancienne voie processionnelle.

  • 102 Martens 2008, 194.
  • 103 Sur les colonies augustéennes en Pisidie : Levick 1967.
  • 104 Sur l’influence romaine à Sagalassos : voir notamment Waelkens 2002.
  • 105 Le premier nymphée, construit au nord de l’agora inférieure, date de l’époque de Trajan (puis il fu (...)
  • 106 Vandeput 1997, 64-77.
  • 107 Martens 2008.

47La situation est différente en revanche pour Termessos et Sagalassos. Au vu de son emplacement dans le plan urbain, de son tracé et de sa conception, la voie à colonnade de Termessos est clairement un cas à part. Tout indique en effet que cette dernière fut construite ex-­nihilo à l’époque impériale, sans doute dans le but de doter la ville d’un aménagement considéré comme important pour son image, dans le cadre de la romanisation du mode de vie. S’agissant de Sagalassos, la construction de la rue à portique nord-sud semble directement liée à celle de l’agora inférieure, datée de la fin du 1e s. aC. Son tracé rectiligne, malgré la forte déclivité du terrain, suggère qu’aucune construction importante ne préexistait (ou en tout cas n’était considérée comme un obstacle) sur le parcours prédéfini. Il nécessita néanmoins d’importants travaux de nivellement ainsi que la construction d’escaliers102. Vraisemblablement conçue d’emblée comme un axe essentiel du plan urbain de la ville en devenir, elle devait servir de voie principale d’accès au centre civique et d’axe structurant pour la ville basse, dont le développement rend compte de la prospérité économique de la cité en cette période charnière du 1e s. aC 1e s. pC. Par ailleurs, rappelons que Sagalassos se trouvait non loin des colonies qu’Auguste avait fondées en Pisidie103. L’influence romaine s’y fit donc peut-être ressentir plus rapidement que dans les cités de la plaine, d’autant que ces dernières étaient plus profondément hellénisées du fait de l’ancienneté de leurs contacts avec les Grecs104. Pour autant, si la précocité de la plateia de Sagalassos, sous cette forme pavée et bordée d’un portique, est indéniable, notons qu’ici comme dans les autres cités de Pamphylie-Pisidie, les aménagements ornementaux faisant de cette rue un élément clé de la parure et de la scénographie urbaines datent pour l’essentiel du 2e s. de notre ère et de l’époque des Sévères, c’est-à-dire d’une période qui vit prospérer l’ensemble de la région. C’est le cas des trois nymphées sur lesquels se posait le regard des visiteurs accédant au centre civique par cette grande avenue105, du temple du culte impérial dédié à Hadrien et Antonin le Pieux situé au sud-est de la rue106, ainsi que des statues d’empereurs qui se trouvaient le long de la voie107.

Conclusion

48Les rues à colonnades n’étant qu’un élément du paysage urbain parmi d’autres, elles ne sauraient évidemment suffire à elles seules à rendre compte de l’histoire des cités de Pamphylie et de Pisidie à l’époque gréco-romaine.

49Néanmoins, nous l’avons vu, tout en attestant de la monumentalisation des paysages urbains dans le cadre de l’Empire (confirmant ainsi la prospérité de la région à cette époque et le développement de l’influence romaine au niveau culturel), elles fournissent des indices intéressants sur l’organisation des cités avant la domination romaine.

  • 108 Cf. Abbasoğlu 2001a et 2001b ; à propos de Sidè, dépourvue de plan géométrique, id. 2001c.

50On retiendra ainsi d’abord que malgré l’accélération de l’hellénisation de la région à partir des 3e-2e s. aC, seule la ville basse de Pergè, en l’état actuel de nos connaissances, présente les traces d’un plan régulier remontant peut-être à l’époque hellénistique108. Or, à Pergè comme à Sidè et Selgè, il semble bien qu’avant le 2e s. pC, et peut-être dès la fin du 3e s. aC, les centres urbains s’organisaient le long d’une avenue principale nettement distincte des autres rues, laquelle reliait probablement dès l’origine un espace sacré à une porte, en passant par l’agora.

51On sait par ailleurs que la cité hellénistique de Sagalassos s’organisait quant à elle autour de l’agora supérieure, si bien que l’aménagement de la section sud de la rue à colonnade nord-sud est sans doute plutôt ici à mettre en relation avec le développement de l’influence romaine dans la région et la volonté des élites locales de favoriser le développement économique de la cité au cours des 1e s. aC 1e s. pC, tandis que la rue à colonnade de Termessos, elle, paraît davantage s’inscrire dans la course au prestige à laquelle s’adonnèrent les cités pendant le Haut-Empire romain.

Bibliographie

Bibliographie

Abbasoğlu, H. (2001), “The founding of Perge and its development in the Hellenistic and Roman periods”, in: D. Parrish (éd.), Urbanism in Western Asia Minor: new studies on Aphrodisias, Ephesos, Hierapolis, Pergamon, Perge, Xanthos [JRA, suppl. Series numb. 45], Portsmouth, 172-188.

Abbasoğlu, H. (2001), “The Perge Excavations”, in: O. Belli (éd.), Istanbul University’s Contributions to Archaeology in Turkey (1932-­2000), Istanbul, 211-216.

Abbasoğlu, H. (2001), “The Side Excavations”, in: O. Belli (éd.), Istanbul University’s Contributions to Archaeology in Turkey (1932-­2000), Istanbul, 206-210.

Adak, M. / Atvur, O. (1999), “Epigraphische Mitteilungen aus Antalya II: Die pamphylische Hafenstadt Magydos”, EA 31, 53-68.

Adak, M. (2001), “Epigraphische Mitteilungen aus Antalya. 7, Eine Bauinschrift aus Nikaia”, EA 33, 175-177.

Adak, M. (2006), “Olbia in Pamphylien: Die epigraphische Evidenz”, Gephyra 3, 1-28.

Amadasi Guzzo/Equini Schneider 1997

Amadasi Guzzo, M. / Equini Schneider, E. (1997), Petra, Milan.

Arena, G. (20052), Città di Panfilia e Pisidia sotto il dominio romano: continuità strutturali e cambiamenti funzionali, Catane.

Ballet, P. (2008), “D’Alexandrie à Antinoopolis. Fondations égyptiennes et réseau viaire”, in : P. Ballet / N. Dieudonné-Gladet / C. Saliou (dir.), La rue dans l’antiquité. Définition, aménagement, devenir. Actes du colloque de Poitiers, 7-9 septembre 2006, Rennes, 151-160.

Ballet, P. / Dieudonné-Gladet, N. / Saliou, C. (dir.) (2008), La rue dans l’antiquité. Définition, aménagement, devenir. Actes du colloque de Poitiers, 7-9 septembre 2006, Rennes.

Balty, J.-C. (1991), Guide d’Apamée, Bruxelles.

Barresi, P. (2003), Province dell’Asia Minore. Costo dei marmi architettura pubblica e commitenza, Rome.

Bean, G.E. (1959), “Notes and Inscriptions from Pisidia I”, AS 9, 67-117.

Bean, G.E. (1960), “Notes and Inscriptions from Pisidia II”, AS 10, 43-82.

Bean, G.E. (19894), Turkey’s Southern Shore, Londres.

Bejor, G.(1999), Vie colonnate, Paesaggi urbani del mondo antico [RdA Suppl. 22], Rome.

Behrwald, R. (2003), “Inscriptions from Pednelissus”, AS 53, 117-130.

Berns, C. / von Hesberg, H. / Vandeput, L. / Waelkens, M. (éds.) (2002), “Patris” und “Imperium”: kulturelle und politische Identität in den Städten der römischen Provinzen Kleinasiens in der frühen Kaiserzeit: Kolloquium Köln, November 1998 [Babesch, Suppl. 8], Leyde.

Brandt, H. (1992), Gesellschaft und Wirtschaft Pamphyliens und Pisidiens im Altertum, Bonn.

Brandt, H. / Kolb, F. (2005), Lycia et Pamphylia. Eine römische Provinz im Südwesten Kleinasiens, Mainz.

Brixhe, C. (1976), Le dialecte grec de Pamphylie, Documents et grammaire, Paris.

Burrell, B. (2004), Neokoroi: Greek cities and Roman emperors, Boston.

Büyükkolancı, M. (1998), Adada. Pisidia’da antik bir kent, Istanbul.

Çelgin, A.V. (1994), “Termessos ve Çevresinde Nekropol ve Epigrafya Araştırmaları: 1975-1991 Yılları Arasında Yapılan Çalışmaların Toplu Sonuçlarına Kısa Bir Bakış”, XIII. AST, 153-177.

Çelgin, A.V. (1997), “Termessos Gymnasionları: Yazıtların Işığında Bazı Gözlem ve Değerlendirmeler”, Arkeoloji Dergisi 5, 111-144.

Çelgin, A.V. (2001/2002), “Termessos Tanrıları ve Kent Alanından Artemis’in Yeni Epithet ve Kültlerini Belgeleyen Üç Yazıt (Bir Ön Değerlendirme) (The Gods of Termessos: Three Inscriptions from the City which Document New Epithets and Cults of Artemis in the City (A Preliminary Evaluation)”, Adalya 5, 121-136.

Çelgin, A.V. (2003), “Termessos Egemenlik Alanında Artemis Külteri I: Ahırtaş-Örentepe (Kelbessos) antik Yerleşmesindeki « Artemis Kelbessis » Kültü. Son Epigraphil Araştırmaların Katkılarına Bir Bakış (Artemis Cults in the Territory of Termessos I: The Cult of « Artemis Kelbessis » in the Ancient Settlement of Ahırtaş-Örentepe (Kelbessos). A Review of the Contributions of Recent Epigraphic Research)”, Adalya 6, 119-140.

Çelgin, A.V. (2003), “Termessos Egemenlik Alanında Artemis Külteri II: Keldağ/Göldağ (Neapolis) Antik Yerleşmesindeki « Aspalos-Artemis Akraia » Kültü. Epigraphik ve Arkeolojik Veriler Işığında Bir Değerlendirme (Artemis Cults in the Territory of Termessos II: The Cult of « Aspalos-Artemis Akraia » in the Ancient Settlement Keldağ/Göldağ (Neapolis). An Evaluation in Light of the Epigraphical and Archaeological Data”, Adalya 6, 141-170.

Christol, M. (1978), « Un duc dans une inscription de Termessos (Pisidie). Un témoignage sur les troubles intérieurs en Asie Mineure romaine au temps de la crise de l’Empire », Chiron 8, 529-540.

Christol, M. / Drew-Bear, T. (1991), “D. Fonteius Fronto, proconsul de Lycie-Pamphylie”, GRBS 32, 397-413.

Christol, M. / Drew-Bear, T. (1992), « Bornes routières et géographie administrative en Asie Mineure sous les Antonins et les Sévères », BSAF, 338-345.

Christol, M. / Drew-Bear, T. (1998), « Le prince et ses représentants aux limites de l’Asie et de la Galatie : un nouveau questeur et un nouveau proconsul d’Asie sous Septime Sévère », CCG 9, 141-164.

Coulton, J.J. (1976), The architectural development of the Greek stoa, Oxford.

De Planhol, X. (1958), De la plaine pamphylienne aux lacs pisidiens. Nomadisme et vie paysanne, Paris.

Devijver, H. (1993), “The Inscriptions of the Neon-Library of Roman Sagalassos”, in: M. Waelkens / J. Poblome (éds.), Sagalassos II, Report on the third excavation campaign of 1992, Leuven, 87-107.

Devijver, H. (1996), “Local elite, equestrians and senators: a social history of Roman Sagalassos”, AncSoc 27, 105-162.

Devijver, H. / Waelkens, M. (1995), “Roman Inscriptions from the Upper Agora at Sagalassos”, in: M. Waelkens / J. Poblome (éds.), Sagalassos III, Report on the fourth excavation campaign of 1993, Leuven, 115-128.

Devijver, H. / Waelkens, M. (1997),“Roman Inscriptions from the Fifth Campaign at Sagalassos”, in: M. Waelkens / J. Poblome (éds.), Sagalassos IV, Report on the survey and excavation campaigns of 1994 and 1995, Leuven, 293-314.

Dorl-Klingenschmid, C. (2001), Prunkbrunnen in kleinasiatischen Städten, Funktion im Kontext, Munich.

Du Bouchet, J. (2008), « Les noms de la rue en grec ancien », in : P. Ballet / N. Dieudonné-Gladet / C. Saliou (dir.), La rue dans l’antiquité. Définition, aménagement, devenir. Actes du colloque de Poitiers, 7-­9 septembre 2006, Rennes, 57-61.

Eck, W. (1970), “Die Legaten von Lykien und Pamphylien unter Vespasian”, ZPE 6, 65-75.

Eck, W. (2000), “M. Gavius Crispus Numisius Iunior als Prokonsul von Lycia-Pamphylia in einer Inschrift aus Perge”, ZPE 131, 251-257.

Eck, W. (2000), “Latein als Sprache politischer Kommunikation in Städten der östlichen Provinzen”, Chiron 30, 641-660.

Elsner, J. (1991), Sites antiques du sud-ouest de l’Anatolie, Bodrum-Paris.

Étienne, R. (2004), Athènes, espaces urbains et histoire. Des origines à la fin du IIIe s. apr. J.-­C., Paris.

Foss, C. (1977a), “Bryonianus Lollianus of Side”, ZPE 26, 161-171.

Foss, C. (1977b), “Attius Philippus and the walls of Side”, ZPE 26, 172-180.

French, D.H. (1990), “Roman Roads and milestones of Asia Minor 1989”, AS 40, 9-11.

French, D.H. (1992), “Roads in Pisidia”, in: E. Schwertheim (éd.), Forschungen in Pisidien, Istanbul, 167-175.

French, D. (éd.) (1994), Studies in the History and Topography of Lycia and Pisidia. In Memoriam A.S. Hall, LondresOxford.

Ginouvès, R. (éd.) (1998), Dictionnaire méthodique de l’architecture, III : Espaces architecturaux, bâtiments et ensembles, Rome-Athènes.

Grainger, J.D. (2009), The cities of Pamphylia, Oxford-Oakville.

Gros, P. (19943), “Le provincie orientali. Realtà e ideologia delle’urbanistica romana”, Storia dell’Urbanistica. Il mondo romano, Rome, 376-426.

Gros, P. (1996), L’architecture romaine. 1. Les monuments publics, Paris.

Guerber, E. (2010), Les cités grecques dans l’Empire romain. Les privilèges et les titres des cités de l’Orient hellénophone d’Octave Auguste à Dioclétien, Rennes.

Halfmann, H. (2004), Éphèse et Pergame. Urbanisme et commanditaires en Asie Mineure romaine, Bordeaux.

Hall, A. S. (1968), “Notes and inscriptions from Eastern Pisidia”, AS 18, 57-92.

Hansen, M. H. (2008), Polis. Une introduction à la cité grecque, Paris.

Heinzelmann, M. (2003), “Städtekonkurrenz und kommunaler Bürgersinn : die Säulenstrasse von Perge als Beispiel monumentaler Stadtgestaltung durch kollektiven Euergetismus”, AA, 197-220.

Hellmann, M.-C. (2006), L’architecture grecque. T.2. Architecture religieuse et funéraire, Paris.

Hellmann, M.-C. (2010), L’architecture grecque. T.3. Habitat, urbanisme et fortifications, Paris.

Horsley, G.H.R / Mitchell, S. (2000), The inscriptions of Central Pisidia [IGSK 57], Bonn.

İnan, J. (1998), Lyrbe?-­Seleukeia? Toroslar’da Antik bir Kent Lyrbe?-­Seleukeia? Eine antike Stadt im Taurusgebirge, Istanbul.

İplikçioğlu, B. / Çelgin, G. / Çelgin, A.V. (1991), Epigraphische Forschungen in Termessos und seinem Territorium, I, Vienne.

İplikçioğlu, B. / Çelgin, G. / Çelgin, A.V. (1992), Epigraphische Forschungen in Termessos und seinem Territorium, II, Vienne.

İplikçioğlu, B. / Çelgin, G. / Çelgin, A.V. (1994), Epigraphische Forschungen in Termessos und seinem Territorium, III, Vienne.

İplikçioğlu, B. / Çelgin, G. / Çelgin, A.V. (2007), Epigraphische Forschungen in Termessos und seinem Territorium IV, Vienne.

Kosmetatou, E. (1997), “Pisidia and the Hellenistic kings from 323 to 133 B.C.”, AncSoc 28, 5-37.

Kostof, A. (19952), History of Architecture. Settings and Rituals, New York-Oxford.

Küpper, M. (1995), “Landliche Siedlungsplätlze in Sillyon”, Lykia 2, 62-74.

Küpper, M. (1996), “Sillyon: Vorbericht über die Arbeiten 1995”, AA, 259-268.

Küpper, M. (1996), “Sillyon. Research work 1995”, XIV. AST (2), 451-462.

Küpper, M. (1998), “Landliche Siedlungstrukturen in Pamphylien am Biespiel Sillyon”, Adalya 2, 97-115.

Küpper, M. (1998), “Sillyon. Bericht über die Arbeiten 1996/1997”, XVI. AST (2), 475-496.

Labarre, G. / Özsait, N. (2006), « Les reliefs rupestres de Tefenni, Pisidie », Anat. Ant. XIV, 89-115. DOI : 10.3406/anata.2006.1066.

Labarre, G. / Özsait, N. (2006), « Nouveaux témoignages sur le culte de Cybèle en Pisidie occidentale », Adalya 9, 1-31.

Lanckoronski, K. (1890/1893), Les villes de la Pamphylie et de la Pisidie, 2 vols. (vol.1 : 1890 ; vol. 2 : 1893), Paris.

Lavan, L. (2008), “The monumental streets of Sagalassos in Late Antiquity: an interpretative study”, in : P. Ballet / N. Dieudonné-Gladet / C. Saliou (dir.), La rue dans l’antiquité. Définition, aménagement, devenir. Actes du colloque de Poitiers, 7-9 septembre 2006, Rennes, 201-214.

Levick, B. (1967), Roman Colonies in Southern Asia Minor, Oxford.

Machatschek, A. / Schwarz, M. (1981), Bauforschungen in Selge, Vienne.

Mansel, A.M. (1963), Die Ruinen von Side, Berlin.

Martens, F. (2004), Interdisciplinary Research Concerning the urban Development of Sagalassos. Settlement Development, urban Layout and Infrastructure, PhD dissertation, K.U. Louvain (non publiée).

Martens, F. (2008), “Urban Traffic in the Hills of the Eastern Mediterranean: The development, maintenance, and usage of the street system at Sagalassos in South-western Turkey”, in: P. Ballet / N. Dieudonné-Gladet / C. Saliou (dir.), La rue dans l’antiquité. Définition, aménagement, devenir. Actes du colloque de Poitiers, 7-­9 septembre 2006, Rennes, 191-200.

Martin, R. (1956), L’urbanisme dans la Grèce antique, Paris.

Martini, W. (2010), Die Akropolis von Perge in Pamphylien. Vom Siedlungsplatz zur Akropolis, Stuttgart.

Martini, W. / Brückner, H. / Eschbach, N. / Kelterbaum, D. / Recke, M. (2008), “Der Flusshafen von Perge in Pamphylien. Ein geoarchäologischer Survey löst ein altes Problem”, AA, 163-179.

Mitchell, S. (1974), “The Plancii in Asia Minor”, JRS 64, 27-39.

Mitchell, S. (1976), “Requisitioned transport in the Roman empire. A new inscription from Pisidia”, JRS 66, 106-131.

Mitchell, S. (1991), “The Hellenization of Pisidia”, MedArch 4, 119-146.

Mitchell, S. (1993), Anatolia. Land, Men and Gods in Asia Minor, vol. 1, Oxford.

Mitchell, S. (1995), Cremna in Pisidia. An Ancient City in Peace and War, Londres.

Mitchell, S. (1998), “The Pisidian Survey”, in: R. Matthews (éd.), Ancient Anatolia. Fifty Year’s Work by the British Institute of Archaeology at Ankara, Oxford, 237-253.

Mitchell, S. (2003), “Recent Archaeology and the Development of Cities in Hellenistic and Roman Asia Minor”, in: E. Schwertheim / E. Winter (éds.), Stadt und Stadtentwicklung in Kleinasien [AMS 50], 21-34.

Mitchell, S. / Owens, E. / Waelkens, M. (1989), “Ariassos and Sagalassos 1988”, AS 39, 61-77.

Nollé, J. (1993), Side im Altertum: Geschichte und Zeugnisse [IGSK 43], Bonn.

Nollé, J. (2001), Side im Altertum: Geschichte und Zeugnisse [IGSK 44], Bonn.

Nollé, J. / Schindler, F.S. (1991), Die Inschriften von Selge 1 [IGSK 37], Bonn.

Özer, E. / Taşkıran, M. (2010), “Sillyon Antik Kenti ve Çevresi Yüzey Araştırması (Surveys in and Around the Ancient City of Sillyon in 2009”, ANMED 8, 165-169.

Özdizbay, A. (2008), Perge’nin M.S. 1.-2. yüzyıllardaki gelişimi, PhD dissertation, Istanbul (non publiée).

Özsait, M. / Labarre, G. / Özsait, N. (2004), « Les reliefs rupestres et les inscriptions de Keçili-Yanıktaş (Pisidie) », Anat. Ant. XII, 61-82. DOI : 10.3406/anata.2004.1018.

Özsait, M. / Labarre, G. / Özsait, N. (2007), « Nouvelles inscriptions de Senitli Yayla (Pisidie) », Adalya 10, 205-222.

Parrish, D. (éd.) (2001), Urbanism in Western Asia Minor: new studies on Aphrodisias, Ephesos, Hierapolis, Pergamon, Perge, Xanthos, Portsmouth.

Pekman, A. (1989), Perge tarihi, History of Perge, Ankara.

Pont, A.-V. (2010), Orner la cité. Enjeux culturels et politiques du paysage urbain dans l’Asie gréco-romaine, Paris-Bordeaux.

Porcher, A. (2002), « Populations rurales et exploitation du territoire en Pisidie gréco-romaine », in : La campagne : espace sauvage, terre domestiquée [Les Cahiers de Kubaba 5], 247-258.

Porcher, A. (2003), « Notes ciliciennes. 16. Le Mélas, Sidè et quelques villes de Cilicie Trachée occidentale : questions de frontière », Anat. Ant. XI, 135-140. DOI : 10.3406/anata.2003.998.

Ramsay, W.M. (1883), “Unedited Inscriptions of Asia Minor. I. Pamphylia”, BCH 7, 258-269. DOI : 10.3406/bch.1883.4159.

Ramsay, W.M. (1890), The Historical Geography of Asia Minor, Londres.

Rémy, B. (1986), L’évolution administrative de l’Anatolie aux trois premiers siècles de notre ère, Lyon.

Richard, J. (2008), « La fontaine monumentale romaine et l’espace de la rue : le cas de Sagalassos », in : P. Ballet / N. Dieudonné-Gladet / C. Saliou (dir.), La rue dans l’antiquité. Définition, aménagement, devenir. Actes du colloque de Poitiers, 7-9 septembre 2006, Rennes, 215-222.

Şahin, S. (1984), “Ti. Iulius Frugi. Proconsul von Lycia-Pamphylia unter Mark Aurel und Verus. Abgrenzung des Stadtgebietes von Arykanda”, EA 3, 39-48.

Şahin, S. (1988), “Pamphylia’da Epigrafi ve Tarihi Coğrafya Araştırmaları”, VI. AST, 253-256.

Şahin, S. (1991), “Bemerkungen zu lykischen und pamphylischen Inschriften”, EA 17, 113-138.

Şahin, S. (1992), “Statthalter der Provinzen Pamphylia-Lycia und Bithynia-Pontus in der Zeit der Statusänderung beider Provinzen unter Mark Aurel und Lucius Verus”, EA 20, 77-90.

Şahin, S. (1995), “Studien zu den Inschriften von Perge I: Germanicus in Perge”, EA 24, 21-36.

Şahin, S. (1995), “Bau einer Säulertrasse in Attaleia (Pamphylien) unter Tiberius-Caligula?”, EA 25, 25-28.

Şahin, S. (1995), “Studien zu den Inschriften von Perge II. Der Gesändte Apollonios und seine Familie”, EA 25, 1-24.

Şahin, S. (1996), “Studien zu den Inschriften von Perge. 3, Marcus Plancius Rutilius Varus und C. Iulius Plancius Varus Cornutus: Vater und Sohn der Plancia Magna”, EA 27, 115-126.

Şahin, S. (1996), “Perge Kentinin Kurucuları ve Plancia Magna”, [The founders of the city of Perge and Plancia Magna], Adalya 1, 45-52.

Şahin, S. (1997), “Ergänzung einer akephalen Inschrift aus Attaleia (M. Plancius Varus; SEG VI 650)”, EA 28, 149-151 et pl. 23.

Şahin, S. (1999), Die Inschriften von Perge, I (IGSK 54), Bonn.

Şahin, S. (2000), “Bauhistorisch-epigrapische Zeugnisse aus dem Theater von Perge”, Olba 3, 199-209.

Şahin, S. (2001), “Epigraphische Mitteilungen aus Antalya. 5 (EMA V): Olbia und einige andere Küstenorte bei Kemer in Westpamphylien”, EA 33, 145-167.

Şahin, S. (2001b), “Epigraphische Mitteilungen aus Antalya 1, Inschriften aus Pamphylien und Lykien”, EA 33, 37-52.

Şahin, S. (2004), Die Inschriften von Perge, II [IGSK 61], Bonn.

Şahin, S. / Adak, M. (2007), Stadiasmus patarensis. Itinera romana provinciae Lyciae, Istanbul.

Sartre, M. (1995), L’Asie Mineure et l’Anatolie d’Alexandre à Dioclétien. IVe s. av. J.-­C.-­IIIe s. apr. J.-­C., Paris.

De Souza, M. / Rodriguez, Ph. (2007), « Introduction », in : Ph. Rodriguez (dir.), Pouvoir et Territoire I (Antiquité-­ Moyen Âge). Actes du colloque organisé par le CERHI. Saint-Étienne, 7 et 8 novembre 2005, Saint-Étienne, 7-16.

Sterrett, J.R.S. (1888), An Epigraphical Journey in Asia Minor, Boston.

Sterrett, J.R.S. (1888), The Wolfe Expedition to Asia Minor, Boston.

Stierlin, H. (1987), Cités du désert : Pétra, Palmyre, Hatra, Paris.

Van Nijf, O.M. (2011), “Public space and the political culture of Roman Termessos”, in: O.M. Van Nijf / R. Alston (éds.), Political culture in the Greek city after the classical age, Louvain, 215-242.

Vandeput, L. (1997), The Architectural Decoration in Roman Asia Minor. Sagalassos: A Case Study, Louvain.

Vandeput, L. / Köse, V. / Aydal, S. (1999), “The 1998 Pisidia survey project: a preliminary report of work at ‘Melli’”, BABesch 74, 133-145.

Vandeput, L. / Köse, V. / Aydal, S. / Erb, E. (2000), “Pisidia Survey Project: ‘Melli’ 1999”, 18. AST (1), 257-70.

Vandeput, L. / Köse, V. (2001), “Pisidia Survey Project: The Third Survey Campaign at Melli”, 19. AST (2), 15-28.

Vandeput, L. / Köse, V. (2002), “Pisidien Survey Projekt: Erste Kampagne in Pednelissos”, 20. AST (1), 315-28.

Vandeput, L. / Köse, V. (2003), “Pisidien Survey Projekt: Survey-Kampagne 2002 in Pednelissos”, 21. AST (1), 345-60.

Vandeput, L. / Köse, V. (2003), “Surveys in Pisidia: Pednelissos 2001 2002”, ANMED 1, 45-48.

Vandeput, L. / Köse, V. (2004), “The Pisidian Survey Project: Surveys in Pednelissos 2003”, ANMED 2, 95-100.

Vandeput, L. / Köse, V. (2005), “Pisidien Survey Projekt: Pednelissos 2004”, 23. AST (2), 351-358.

Vandeput, L. / Köse, V. (2008), “Pisidia survey project 2007: Remains in the territory of Pednelissos”, 26. AST, 45-58.

Vandeput, L. / Köse, V. (2008), “Pisidia survey project 2008: research in the territory of Pednelissos”, AnatArch 14, 32-33.

Vandeput, L. / Köse, V. (2009), “Pisidia Survey project: Survey in the Territory of Pednelissos”, 27. AST (2), 179-194.

Vandeput, L. / Köse, V. / Zelle, M. / Laufer, E. (2004), “Pisidien Survey Projekt: Survey-Kampagne 2003 in Pednelissos”, 22. AST (2), 235-44.

Vandeput, L. / Köse, V. / Jackson, M. (2009), “Pisidia survey project 2009: pottery and more in the territory of Pednelissos”, AnatArch 15, 31-32.

Varkıvanç, B. (2004), “Zum Fragment einer Bekrönung aus dem Museum von Side”, Adalya 7, 185-192.

Varkıvanç, B. (2007), “Zum Fenster des sog. hellenistischen Baues in Sillyon”, Adalya 10, 49-61.

Von Gerkan, A. (1924), Griechische Stadtanlagen, Berlin.

Waelkens, M. (1997), “The 1996 Excavations at Sagalassos”, 19. KST (2), 249-300. URL : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/sempozyum_pdf/kazilar/02_kazi.pdf.

Waelkens, M. (2000) “Sagalassos and Pisidia during the Late Bronze Age”, in: M. Waelkens / L. Loots (éds.), Sagalassos V. Report on the survey and excavation campaigns of 1996 and 1997, 2 vol., Louvain, 473-485.

Waelkens, M. (2002), “Romanization in the East: a case study: Sagalassos and Pisidia (SW Turkey)”, MDAI (I) 52, 311-368.

Waelkens, M. (2004), “Ein Blick von der Ferne, Seleukiden und Attaliden in Pisidien”, MDAI (I) 54, 435-471.

Zimmermann, M. (1996), “Probus, Carus und die Räuber im Gebiet des pisidischen Termessos”, ZPE 110, 265-277.

Annexes

Abréviations

AA: Archäologischer Anzeiger

Anat. Ant.: Anatolia Antiqua/Eski Anadolu

AnatArch: Anatolian Archaeology. Research reports of the British Institute of Archaeology at Ankara

ANMED: Anadolu Akdenizi Arkeoloji Haberleri. News of Archaeology from Anatolia’s Mediterranean Areas. Suna

& İnan Kıraç Research Institute on Mediterranean Civilisations AKMED, Antalya

AncSoc: Ancient society. Leuven

AS: Anatolian Studies: journal of the British Institute of Archaeology at Ankara

AST: Araştırma Sonuçları Toplantısı

BABesch: bulletin antieke beschaving (= annual papers on classical archaeology) BCH: Bulletin de correspondance hellénique

BSAF : Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France

CCG : Cahiers du Centre Gustave-Glotz

EA: Epigraphica Anatolica: Zeitschrift für Epigraphik und historische Geographie Anatoliens

GRBS: Greek, Roman and Byzantine studies

JRA: Journal of Roman archaeology: an international journal

JRS: The Journal of Roman studies

KST: Kazı sonuçları toplantısı. Proceedings of Annual Congress organized by the General Direction of Antiquities in Turkey

MDAI (I): Istanbuler Mitteilungen / Deutsches Archäologisches Institut, Abteilung Istanbul

MedArch: Mediterranean archaeology: Australian and New Zealand journal for the archaeology of the Mediterranean world

RdA: Rivista di archeologia

ZPE : Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik

Notes

1 Pour une description géographique plus précise de la région, voir De Planhol 1958. Ce dernier écrivait (p. 27) que la Pamphylie était « beaucoup moins une plaine qu’une zone de piedmont ». Voir aussi Brandt 1992

2 De Planhol 1958, 28-29 ; Mitchell 1998, 240-241 ; Grainger 2009, XIII. Sur les routes antiques d’Anatolie voir les travaux de D. French, notamment French 1990 et 1994.

3 Lanckoronski 1890/1893.

4 Grainger 2009 : XIII-XIV à propos de la Pamphylie. Sur la configuration physique de la région et notamment la présence des montagnes du Taurus qui enserrent la plaine côtière, voir principalement De Planhol 1958, 23-29. Aussi Brandt 1992, 8-10 ; Brandt/Kolb 2005, 12-19. Notons cependant que les travaux de French 1992 ainsi que ceux menés sur la Cilicie par exemple ont amené à réévaluer l’idée selon laquelle Pamphylie et Pisidie auraient été des régions isolées : malgré son éloignement des grandes voies de communication ciliciennes, la Pamphylie fut une zone de contacts entre populations orientales et populations grecques. D’autre part, si les difficultés d’accès aux régions intérieures du plateau anatolien ont peut-être pu pendant un temps limiter l’établissement de tels contacts dans les hautes terres de Pisidie, les importants vestiges de cités anciennes encore bien conservés sur le terrain suffisent à témoigner de la profondeur de la pénétration de l’influence grecque dans ces régions montagneuses au peuplement initialement asianique (voir entre autres Mitchell 1991, Waelkens 2004).

5 Pour une liste récente assez exhaustive, cf. Arena 2005.

6 Voir par exemple pour la Pisidie hellénistique le résumé des quelques épisodes où apparaissent les cités : Mitchell 1991 ; voir aussi Kosmetatou 1997. Pour les cités de Pamphylie, cf. Grainger 2009.

7 La Pisidie étant une région montagneuse, elle apparaît souvent chez les Anciens comme un espace sauvage et hostile. Peu accueillante donc, elle serait peuplée de populations à son image, à savoir des combattants voire des brigands, en tout cas des barbares non civilisés. Sur l’association entre conditions naturelles et caractères de la population qui a abouti à la construction d’une image archétypale des Pisidiens dans la littérature ancienne, cf. Porcher 2002.Voir notamment sur ce point les descriptions qu’en font Arrien, Anab., I.24.5-6 ; Diodore, XVIII.45-47 ; Schol. Vet. in Pindari Carm., Olymp. XIII, 128b ; Strabon, XII.6.4 (C 569) ; XII.7.2 (C 569-570) ; XIV.3.2 (C 664) ; Xénophon, Anab., I.1.11 ; I.2.1 ; I.2.4 ; I.9.14 ; II.5.13 ; III.1.9-10 ; Hell., III.1.13 ; Mém., III.5.26. Précisons cependant que d’autres passages littéraires, même s’ils sont plus rares, rendent compte d’un certain degré de civilisation atteint par les Pisidiens dès avant le passage d’Alexandre : cf. Xénophon, Anab., III.2.23 ; Strab., XII.7.2 (C 569-570) ; Arr., Anab., I.28.2 ; Polybe, V.72.10. Sur les habitants de Sidè et la piraterie, cf. Strab. XII.7.2 (C 569-570) et XIV.3.2 (C 664).

8 Des synthèses récentes existent, mais elles ne sont pas fondées sur l’étude des vestiges archéologiques des sites : cf. Brandt 1992 ; Arena 2005 ; Kolb/Brandt 2005 ; Grainger 2009.

9 Voir note 1.

10 Ramsay 1890 ; Sterrett, 1888a et 1888b.

11 Bean 1959 et 1960.

12 En plus de G.E. Bean, qui poursuivit ses travaux dans la région, de nouvelles recherches furent menées par A.S. Hall (sur la Pisidie orientale), S. Mitchell ou encore C. Foss pour les anglophones, Cl. Brixhe et Jeanne et Louis Robert pour les francophones. Cf. Hall 1968 ; Mitchell 1974 et 1976 ; Foss 1977a et 1977b ; Brixhe 1976 ; pour J. et L. Robert, voir notamment leurs « Bulletins épigraphiques » dans la Revue des études grecques.

13 Cette prospection permit le relevé systématique des vestiges de surface : Machatschek/Schwarz 1981.

14 Sur Sidè : Nollé 1993 et 2001 ; Selgè : Nollé/Schindler, 1991.

15 Voir entre autres, sur les cités de Pisidie centrale : Horsley/Mitchell 2000 ; sur Pednelissos : Behrwald 2003 ; sur Sagalassos : Devijver 1993 et 1996 ; Devijver/Waelkens 1995 et 1997.

16 Özsait et al. 2004 et 2007 ; Labarre/Özsait 2006a et 2006b.

17 Entre autres, voir par exemple sur Pergè : Şahin 1995a, 1995c, 1996a, 1996b, 1999, 2000 et 2004. Sur Magydos : Adak/Atvur 1999. Sur Olbia : Şahin 2001a ; Adak 2006. Sur Attaleia : Şahin 1995b et 1997. Sur la région en général : Şahin 1984, 1988, 1991, 1992 et 2001b ; Adak 2001 ; Şahin/Adak 2007.

18 Voir notamment : İplikçioğlu et al. 1991, 1992, 1994 et 2007. Aussi Çelgin 1994, 1997, 2001/2002, 2003a et 2003b ; Zimmermann 1996.

19 Entre autres : Eck 1970, 2000a et 200b ; Christol 1978 ; Christol/Drew-Bear 1991, 1992 et 1998.

20 Pour un résumé du Pisidian Survey, un bilan et afin de le replacer dans le contexte général de développement des recherches archéologiques en Turquie, voir principalement : Mitchell 1998 et 2003, avec bibliographie.

21 Sur Melli, cf. Vandeput et al. 1999 et 2000 ; Vandeput/Köse 2001. Sur Pednelissos : Vandeput/Köse 2002, 2003a, 2003b, 2004, 2005, 2008a, 2008b et 2009 ; Vandeput et al. 2004 et 2009.

22 Pour Adada : Büyükkolancı 1998. Pour Lyrbe/Seleukeia( ?), cf. İnan 1998 (publication des résultats des fouilles de sauvetage menées entre 1972 et 1979, avec mises à jour).

23 Pour Sillyon, outre Küpper 1995, voir Küpper 1996a, 1996b, 1998a et 1998b, cf. Varkıvanç 2004 et 2007 ; Özer/Taşkıran 2010 et enfin le site internet http://pau.edu.tr/sillyon/sayfa7494.aspx pour le projet d’Aspendos, sous la direction de V. Köse, voir le site internet de présentation : http://www.aspendosproject.com/index.html

24 Pour Sidè, Mansel 1963. Pour Pergè, Pekman 1989. Pour Sagalassos, voir les volumes Sagalassos I-V publiés par M. Waelkens en collaboration avec son équipe, chez Acta Archaeologica Lovaniensia Monographiae, Leuven University Press, Leuven. Pour Lyrbe : İnan 1998. Pour Cremna : Mitchell 1995. D’autres sites ont fait l’objet d’une ou plusieurs monographies, parfois dès avant les années 1990, comme Sidè (Mansel 1963) ou encore Selgè (Machatschek/Schwarz 1981)

25 Mitchell 1991 ; Waelkens 2004. Les Actes des congrès annuels d’archéologie anatolienne paraissent systématiquement depuis 1979, prolongeant et complétant les chroniques longtemps publiées uniquement dans l’American Journal of Archaeology, les Archaeological Reports ou encore les Anatolian Studies.

26 La ville a été occupée continuellement depuis sa fondation, laissant peu de traces visibles des premiers temps de son existence.

27 Cette situation pourrait peut-être bientôt changer pour les sites de Sillyon et d’Aspendos, si jamais les projets récemment initiés par les Universités de Pammukale pour Sillyon (sous la direction du Doc. Dç. Elif Özer) et d’Hacettepe (Ankara) pour Aspendos (sous la direction du Prof. Associé V. Köse) se transforment un jour en chantiers de fouilles.

28 Cf. Arena 2005, et notamment ses tableaux récapitulatifs, p. 273 et suiv.

29 Voir principalement Martini 2010, avec bibliographie. Pour Sagalassos à l’Âge du Bronze, cf. Waelkens 2000.

30 En Pisidie, noter le cas de Sagalassos : cf. Waelkens 2000.

31 Mitchell 1991, 121.

32 Les Anciens, qui sont rarement unanimes sur les frontières géographiques des régions antiques en général, ne le sont pas sur celles de la PamphyliePisidie : Strabon, XIV.3-4 écrit qu’Olbia constitue l’extrémité occidentale de la Pamphylie, alors que TiteLive, Hist. rom., XXXVII.23 et Pline l’Ancien, Hist.Nat., V.96 indiquent que c’est Phasélis qui marque la fin du territoire pamphylien à l’ouest. Cf Kosmetatou 1997, 5-6 sur ce point ; Porcher 2003. Par ailleurs, les frontières administratives (limites de provinces) varièrent plusieurs fois au cours de la période impériale. Cf Rémy 1986 ; Brandt/Kolb 2005.

33 Levick 1967 ; Mitchell 1998 ; Grainger 2009.

34 Cette étape de notre travail prend la forme d’un catalogue de sources, organisé par site, qui constitue à lui seul une part importante de notre étude.

35 Hansen 2008.

36 Voir par exemple les travaux de H. Lefebvre, La production de l’espace, Paris, 1974. Aussi Souza/Rodriguez 2007.

37 Rappelons d’ailleurs ici qu’un séminaire intitulé Pouvoir et Espaces Urbains s’est tenu à l’IFÉA en 2010/2011.

38 Cf. Von Gerkan 1924 ; Martin 1956. Plus récemment, Étienne 2004 ; ainsi que Hellmann 2006 et 2010 ; Gros 1996, respectivement sur l’architecture grecque et sur l’architecture romaine. Voir aussi Kostof 1995 ; ainsi que le collectif Méthodes en histoire de l’architecture (Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, 9-10, janvier 2002).

39 Macready/Thompson 1987; Parrish 2001; Berns et al. 2002. On peut aussi citer aussi : Barresi 2003 ; Gros 1994. Cette liste bien sûr n’est pas exhaustive.

40 Actes du colloque de Poitiers : Ballet et al. 2008. Pour un aperçu des études sur la voierie dans le monde grec, cf. Hellmann 2010, 214 et suiv. (avec notes renvoyant à de nombreuses études locales) ; pour ce qui est plus précisément des voies à portiques : Bejor 1999.

41 Ballet et al. 2008, 7.

42 Sur le vocabulaire grec de la voierie, Ginouvès 1998, 178 et suiv. ; Du Bouchet 2008 (avec biblio.) ; Hellmann 2010, 214.

43 Sur l’évolution du portique et la continuité des formes monumentales : Coulton 1976 ; Ginouvès 1998, 180 n.34 ; Hellmann 2006, 212 et 2010, 216 ; Pont 2010, 186.

44 La Voie Canopique, à Alexandrie, fut peut-être la première véritable plateia. Cf. Gros 1996, 104 ; Ballet 2008, spé. conclusion p. 158.

45 L’exemple le plus ancien attesté pour l’époque impériale est celui d’Antioche, en Syrie, dont la construction remonte à l’époque d’Auguste. Cf. Amadasi/Equini Schneider ; Stierlin 1987, 243.

46 L’exemple le plus ancien attesté pour l’époque impériale est celui d’Antioche, en Syrie, dont la construction remonte à l’époque d’Auguste. Cf. Amadasi/Equini Schneider ; Stierlin 1987, 243.

47 Voir notamment les travaux réunis dans Parrish 2001. Sur Éphèse et Pergame par exemple, voir aussi Halfmann 2004. Plus généralement, voir Gros 1996.

48 Pont 2010, 177-180.

49 Heinzelmann 2003 ; Özdizbay 2008, 137-170 (+ Lev. 43-69).

50 Lavan 2008 ; Martens 2008 ; Richard 2008.

51 La seule étude qui réunit les informations sur les plateiai des cités de Pamphylie et de Pisidie est celle de Bejor 1999, qui leur consacre un chapitre spécifique (p. 32-42). Cependant, elle est aujourd’hui datée dans la mesure où elle est antérieure aux récents travaux menés à Pergè et Sagalassos.

52 Le site de Sidè ayant été fouillé, on dispose d’un certain nombre de données sur les rues à colonnades, mais ces données sont anciennes (Mansel 1963, 17-25) et les voies à colonnades n’ont fait l’objet d’aucune étude spécifique récente, à la différence de Pergè et Sagalassos. Pour Selgè et Termessos, nos informations reposent uniquement sur des observations de surface, principalement celles faites par K. Lanckoronski au 19e s. pour Termessos, et celles d’A. Machatschek et de M. Schwarz pour Selgè, qui remontent à 1981.

53 À la différence du travail que nous menons pour notre thèse afin de constituer un catalogue aussi précis que possible, notre propos ne vise ici qu’à une brève présentation des données, en essayant d’éviter une description trop détaillée qui pourrait paraître fastidieuse. Pour des précisions, nous renverrons donc aux études existantes sur chacune des cités, qui présentent également des plans faisant apparaître les rues à colonnades.

54 Description détaillée dans Heinzelmann 2003 ; Özdizbay 2008, 137-167 ; Martini 2010, 75 et suiv.

55 Voir les nombreux rapports de fouilles dans les Kazı sonuçları toplantısı depuis 1979 et avant cette date dans l’American Journal of Archaeology et les Anatolian Studies.

56 Heinzelmann 2003. À noter aussi les travaux menés sur la grande rue est-ouest qui la croise à environ 100 m au sud du nymphée F3 et qui reliait le port fluvial de la cité (à l’extérieur de la ville, du côté est) à la nécropole ouest. Détails sur cette voie est-ouest dans Özdizbay 2008, 167-170.

57 L’étude d’Heinzelmann a été publiée en 2003 et les fouilles sur le terrain se sont depuis poursuivies. Les derniers rapports sur la question n’apportent cependant pas d’élément nouveau qui amènerait à considérer la synthèse d’Heinzelmann comme obsolète. Voir par exemple plus récemment Özdizbay 2008 ; Martini 2010, 75 et suiv.

58 À savoir : nymphée nord (F3), arc de Démétrios et d’Apollonios, rue pavée et canal central, portiques et boutiques, transformations de l’arrière-cour de la porte hellénistique et construction de l’arc triple, agora.

59 Heinzelmann 2003, 202, n.9, suivi par Özdizbay 2008, 163-166. Şahin 1995b, 27 et 1999, 25-35 n° 21, suivi par Abbasoğlu 2001a, 179 et 2001b, 214 : à partir d’une dédicace, S. Şahin envisageait la possibilité que la partie nord de la grande rue à colonnade nord-sud ait été construite alors que T. Helvius Basila était gouverneur de Galatie (vers 35-39), province dont faisait alors partie la Pamphylie.

60 Voir donc principalement Mansel 1963, 17-25.

61 Heinzelmann 2003, 217 Tab.1 et n.53.

62 La porte date de la période hellénistique. Elle fut, comme celle de Pergè, largement remaniée à l’époque impériale, par l’ornementation de la cour située à l’arrière de la porte. Ce remaniement est daté de la fin du 2e voire du début du 3e s. pC, donc bien après celui de Pergè.

63 Brandt/Kolb 2005, 69 : « Die zwischen 8,50 und 23 breiten Hauptstraßen der Stadt ».

64 Brandt/Kolb 2005, 69 : « Die zwischen 8,50 und 23 breiten Hauptstraßen der Stadt ».

65 Résumé dans Martens 2008 ; voir aussi les informations et illustrations sur le site internet officiel du chantier archéologique : http://www.sagalassos.be

66 Pour une description détaillée, voir Martens 2008. Sur le site officiel du site de Sagalassos : http://www.sagalassos.be/en/monuments_sites/monumental_centre_south/colonnaded_street

67 Mitchell et al. 1989, 68 et suiv. ; Waelkens 1997, 277-280 ; Vandeput 1997, 58-63, Taf. 22-24 ; Martens 2008, 193.

68 La première plateia attestée pour l’époque impériale est celle d’Antioche, en Syrie, dont la construction remonte à l’époque d’Auguste (cf. Amadasi/Equini Schneider 1997, 124 ; Stierlin, 243). En Asie Mineure, la plateia de Sardes est datée de 17 aC : Gros 1996, 106 ; Bejor 1999, 21.

69 Sur ce point, voir Mitchell 1993 et Sartre 1995.

70 Machatschek/Schwarz 1981, 62-66.

71 Machatschek/Schwarz 1981, 63. Pour les inscriptions, cf. Nollé/Schindler 1991.

72 Lanckoronski 1893, 57-59 ; Bejor 1999, 37 ; Heinzelmann 2003, 218-220, Abb.14-15.

73 Lanckoronski 1893 ; Bean 1989, 100 fig.25, la désigne par la lettre ‘R’ (Street of shops).

74 Sur les dimensions des portiques et les boutiques, cf. Heinzelmann 2003, 219 n.70, ainsi que sur l’utilisation de l’ordre ionique (rectifications par rapport à Lanckoronski 1893).

75 Heinzelmann 2003, 218.

76 Lanckoronski 1893, 58-59; Bean 1989, 105; Heinzelmann 2003, 220, Abb.15.

77 Première publication par Ramsay 1883, 258. La citation est de Martin 1956, 161. Voir aussi Mansel 1963, 20.

78 Şahin 1995b.

79 Sur les réparations et l’entretien des avenues, voir par exemple pour le cas de Sagalassos : Lavan 2008 ; pour Pergè : Özdizbay 2008, 166-167.

80 L’utilisation du marbre non seulement à Pergè et à Sidè mais aussi à Termessos (Heinzelmann 2003, 219 n.70), implique un surcoût par rapport à l’utilisation du calcaire local. Voir Barresi 2003.

81 En revanche, comme le montre l’exemple d’Attaleia, l’empereur pouvait intervenir pour faire réparer ou restaurer les rues. Cf. n.78. Sur les relations de l’empereur avec l’ornement des cités, voir l’étude pour l’Asie de Pont 2010, 459 et suiv.

82 Pour cette ‘Rue royale’ de Termessos (« βασιλικῆς ὁδοῦ »), une inscription fournit la liste de souscripteurs cf. Lanckoronski 1893, 214 n°58 ( =ΤΑΜ, ΙΙΙ, 1, 14). Voir sur ce point Martin 1956, 220 ; Heinzelmann 2003, n.69 p. 219. S’agissant de la prise de décision, qui relevait certainement plus souvent d’initiatives locales que de l’empereur, voir notamment pour la province d’Asie : Pont 2010, 181 et suiv., 186. Cette dernière indique aussi que le financement lui-même, s’il pouvait être assuré par la population, pouvait également être pris en charge par « un notable évergète ou d’un groupe de notables » (Pont 2010, 186). Dans le même sens, à propos de Pergè : Heinzelmann 2003, 215.

83 Pour Selgè : Machatschek/Schwarz 1981, 65. Pour Sagalassos : Martens 2008, 196.

84 Pour Sidè par exemple, cf. Mansel 1963, 24-25 ; Brandt/Kolb 2005, 70, Abb. 90.

85 Sur le port de Pergè : Martini et al. 2008.

86 À Sagalassos, l’installation de l’agora inférieure est datée de la fin du 1e s. aC (Martens 2008, 194), alors que, rappelons-le, la voie à colonnades sud date du premier quart du 1e s. pC. Les agorai de Pergè et de Sidè en leur état actuel datent de l’époque impériale sans qu’il ait été possible de déterminer avec certitude si elles occupaient déjà la même place à l’époque hellénistique.

87 Cf. Hellmann 2006, 214-215 : « la première fonction de tous ces portiques n’était pas tant de marquer une limite que de proposer un toit aux visiteurs. (…) Jusqu’au bout, jusqu’au passage de la Grèce dans l’orbite romaine, c’est avant tout pour cette raison que furent construits les portiques (…) ». Cette fonction, si elle n’était plus à l’origine de leur construction à l’époque impériale, restait néanmoins toujours valable

88 Pour Pergè, cf. Heinzelmann 2003, 202 et suiv. et voir sur Abb. 6, p. 207, les sections 5 et 6, plus larges, qui forment une sorte de place. Pour les nymphées par rapport aux rues à Sagalassos : Richard 2008. Pour Sidè : Mansel 1963, 17 et suiv.

89 Pour une étude détaillée et récente sur les nymphées, leurs fonctions et leur situation dans les villes d’Asie Mineure, et particulièrement celles de Pamphylie et de Pisidie : Dorl-Klingenschmid, 2001. Sur Sagalassos, plus récemment : Richard 2008. Sur Pergè, voir aussi plus récemment : Özdizbay 2008, 107-111 notamment, à propos du nymphée F3 au pied de l’acropole. Aussi Martini 2010, 75 et suiv. Pour Sidè, Abbasoğlu 2001c, 208 et suiv.

90 Sur l’importance de l’aspect régulier et harmonieux du paysage urbain pour les populations des villes de l’Orient romain, cf. Pont 2010, 177 et suiv.

91 Les auteurs anciens évoquent des conflits armés entre les cités, par exemple : Arrien, Anab., I.27.4 (Aspendos/voisins) ; I.28.1 (Selgè/Termessos) ; Polybe, V.72.1 (Pednelissos/Selgè) ; V.73.4 (Etenna et Aspendos/Pednelissos ; Sidè/Aspendos) ; XXI.35-36 ; Tite-Live, XXXVIII.15.8 (Isinda/Termessos).

92 Sur ce point, cf. Burrel 2004, 181-190 ; voir aussi pour la Pisidie le chapitre 37 sur Sagalassos, p. 266 et suiv. ; aussi Guerber 2010.

93 Sur ce point, cf. Burrel 2004, 181-190 ; voir aussi pour la Pisidie le chapitre 37 sur Sagalassos, p. 266 et suiv. ; aussi Guerber 2010.

94 Pour Termessos par exemple, cf. Lanckoronski 1893, 58-59 et Van Nijf 2011 (article mis en ligne en mars 2009, disponible sur http://www.scribd.com/doc/13732508/Onno-Van-NijfPolitical-Culture-Termessos )

95 Pour un résumé sur les arcs érigés à Sagalassos à l’époque impériale par exemple, Martens 2004, 591-595. Sur Pergè, cf. Özdizbay 2008, 47-51, 90-106.

96 Voir entre autres : Şahin 1996b ; Abbasoğlu 2001a et 2001b ; Özdizbay 2008, 90-106, 202 et suiv.

97 Voir principalement Heinzelmann 2003 et Özdizbay 2008, 163 et suiv.

98 Rappelons en effet que les tracés des grandes rues ont pour point de départ, à Pergè et à Sidè, les portes hellénistiques datées autour de la fin du 3e s. 2e s. aC et, à Selgè l’agora, qui est elle aussi généralement datée de la fin de l’époque hellénistique.

99 Martini 2010.

100 Heinzelmann 2003 ; Martini 2010.

101 RE: s.v. « Side »; Nollé 1993, 107-108, 262.4

102 Martens 2008, 194.

103 Sur les colonies augustéennes en Pisidie : Levick 1967.

104 Sur l’influence romaine à Sagalassos : voir notamment Waelkens 2002.

105 Le premier nymphée, construit au nord de l’agora inférieure, date de l’époque de Trajan (puis il fut reconstruit vers 200). Le nymphée situé au-dessus, au nord, date de l’époque d’Hadrien (entre 128/129 et 134). Enfin, le troisième nymphée, situé au nord de l’agora supérieure, date du règne d’Antonin le Pieux (vers 160-180). Cf. Richard 2008.

106 Vandeput 1997, 64-77.

107 Martens 2008.

108 Cf. Abbasoğlu 2001a et 2001b ; à propos de Sidè, dépourvue de plan géométrique, id. 2001c.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : carte topographique de la Pamphylie et de la Pisidie méridionale
Crédits Machatschek/Schwarz 1981, Taf.1
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-1.png
Fichier image/png, 3,3M
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Figure 2 : Pergè, rue à colonnade nord-sud vue depuis l’acropole
Crédits cliché de l’auteur, 2010
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Figure 3 : Pergè, voie à colonnades nord-sud
Crédits cliché de l’auteur, 2010
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 4 : plan de Pergè
Crédits d’après Martini et al. 2008, 165 Abb.1
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 5 : Sidè, rue à colonnade se dirigeant vers le sud
Crédits cliché de l’auteur, 2010
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Figure 6 : Sidè, rue à colonnade se dirigeant vers le sud
Crédits cliché de l’auteur, 2010
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-8.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Figure 7 : plan de Sagalassos
Crédits d’après www.sagalassos.be
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Figure 8 : Sagalassos, la rue à colonnade vue depuis le sud
Crédits cliché de l’auteur, 2010
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Figure 9 : plan de Selgè
Crédits d’après Nollé/Schindler 1991, 137
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Crédits d’après Elsner 1991, 223 et Bean 1989
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-13.png
Fichier image/png, 702k
Titre Figure 11 : Pergè, voie à colonnades nord-sud traces d’usure au sol
Crédits cliché de l’auteur, 2010
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1131/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 552k

Auteur

Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA)
Université de Nantes
ansoriv@yahoo.fr

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search