Version classiqueVersion mobile

Archéologies et espaces parcourus

 | 
Olivier Henry

Fouilles et projets de recherche à Sinope

Dominique Kassab Tezgör

Résumé

Les fouilles de l’atelier amphorique de Demirci, à 15 kilomètres au sud de Sinope, ont permis de connaître la morphologie des fours romains de cette région et d’établir la typologie des amphores sinopéennes produites entre le 2e ou 3e s. et le 6e ou 7e s. pC Le suivi des exportations de ces amphores dans d’autres sites de mer Noire, en Méditerranée et même en Italie, a mis en valeur l’important réseau commercial de Sinope. D’autres recherches et projets se sont greffées à ces travaux en collaboration avec le Ministère de la Culture et du Tourisme, un four à l’identique de ceux fouillés à Demirci a été reconstruit par les étudiants de l’Université de Bilkent. Il est exposé dans la salle consacrée aux fouilles d’ateliers de la mission franco-turque. En 2009, un Symposium international a réuni à Sinope même les récents travaux dédiés à cette ville, tandis qu’une série de Tables Rondes internationales PATABS (Production and Trade of the Black Sea Amphorae) a été initiée à Trabzon et Batoumi en 2006. Enfin, s’est greffé un nouveau projet en cours d’élaboration : la constitution d’un Corpus des amphores produites en mer Noire à l’époque romaine et conservées dans les musées de la côte nord de la Turquie.

Texte intégral

Figure 1 : Carte des ateliers prospectés et des ateliers fouillés

Figure 1 : Carte des ateliers prospectés et des ateliers fouillés

M. Sladczyk

  • 1 Garlan 2004 ; Kassab Tezgör 2010d ; Kassab Tezgör/Inaishvili 2010 ; Kassab Tezgör 2012.

1Nous voudrions dans cet article présenter les travaux qui se sont déroulés à Sinope, leur impact sur la ville même, ainsi que les projets qui ont vu le jour à partir des résultats obtenus. Il ne s’agit que d’une brève synthèse, car les fouilles des ateliers amphoriques et les rencontres scientifiques de 2006 et 2009 ont été publiées1.

Les fouilles d’ateliers amphoriques

Figure 2 : Vue de l’atelier de Demirci vers le nord

Figure 2 : Vue de l’atelier de Demirci vers le nord
  • 2 Garlan/Kassab Tezgör 1996.

2L’existence de milliers de timbres sur des amphores et des tuiles de Sinope prouvait que des ateliers avaient été implantés dans cette ville et dans sa région. Leur recherche a été initiée et menée à bien par Yvon Garlan. Elle débuta par une prospection en 1993 le long de la péninsule de Sinope et de la côte sur une vingtaine de kilomètres en direction de Gerze (fig. 1)2. Des ateliers de l’époque hellénistique qui pratiquaient le timbrage étaient installés sur la côte sud de la péninsule, tandis qu’un complexe artisanal en activité à l’époque romaine tardive se situait au bord de la mer au-dessous du village de Demirci, à 15 kilomètres au sud de Sinope. Ces ateliers furent fouillés entre 1994 et 2000 en collaboration avec le musée archéologique de Sinope. Ceux qui remontaient à l’époque hellénistique furent fouillés entre

  • 3 Garlan 2004.
  • 4 Tandis que je travaillais sur les amphores, Pascale Ballet et Alexandre Alary ont étudié la céramiq (...)

31994 et 1997 par Yvon Garlan3, tandis que j’assurai la direction scientifique de la fouille de celui de Demirci, dont l’étude du matériel s’est poursuivie jusqu’en 20044. C’est ce dernier que je décrirai dans cet article.

L’atelier de Demirci

4Les fouilles ont été financées par le Ministère des Affaires Étrangères et Européennes de la République française, et par rainées par les Caves Kavaklıdere à Ankara. Elles ont également reçu le support financier du CNRS en France et de l’Institut Français d’Études Anatoliennes à Istanbul (IFEA).

Figure 3 : Carte magnétique de la zone A et vestiges dégagés

Figure 3 : Carte magnétique de la zone A et vestiges dégagés

A. Hesse, M. Drahor, A. Kaya

Figure 4 Carte magnétique de la zone B et vestiges dégagés

Figure 4 Carte magnétique de la zone B et vestiges dégagés

A. Hesse, M. Drahor, A. Kaya

  • 5 Kuzucuoğlu 2010, 24-25.

5L’atelier de Demirci était implanté le long d’une baie sur près de 500 mètres (fig. 2). Lors de la prospection en 1993, la grande quantité de tessons et de surcuits avait permis de l’identifier en toute sûreté. Le site par lui-même possédait tous les facteurs nécessaires à l’établissement d’un atelier : terrain argileux, présence de sable noir sur les plages utilisé comme dégraissant dans la pâte argileuse, présence de sources d’eau naturelle, possibilité de transport par voie de mer5.

  • 6 Billot et al. 2010.

6À la suite d’une prospection magnétique dans les zones A et B au nord du site (figs. 3-4), les fouilles ont mis au jour une dizaine de fours (fig. 5). L’activité de l’atelier s’est échelonnée entre les 2e-3e s. et le 6e ou le 7e s. pC. Les fours ont pu être reconstitués dans leur ensemble (fig. 6)6.

Figure 5 : Vue générale des fouilles de la zone B en 2000. Four au premier plan

Figure 5 : Vue générale des fouilles de la zone B en 2000. Four au premier plan

Figure 6 : Reconstitution axonométrique d’un four

Figure 6 : Reconstitution axonométrique d’un four

G. Kipiani

7Demirci est l’usage d’une 8

Figure 7 : Tubulures à col ouvert encastrées l’une dans l’autre

Figure 7 : Tubulures à col ouvert encastrées l’une dans l’autre

Figure 8 : Tubulures à col fermé

Figure 8 : Tubulures à col fermé

Figure 9 : Tubulures à col fermé encastrées les unes dans les autres

Figure 9 : Tubulures à col fermé encastrées les unes dans les autres

Production de l’atelier

  • 9 Kassab Tezgör 2010b.
  • 10 Erten et al. 2004, 108-110.

7Une typologie des amphores produites dansl’atelier de Demirci a été établie grâce aux collections d’amphores complètes conservées dans le musée de Sinope et dans les autres musées de la côte nord de la Turquie que nous avons utilisées comme des catalogues de forme9. On distingue trois types de pâte argileuse qui correspondent à des formes particulières qui se succèdent dans le temps : la pâte rosée, la pâte rouge orangé, dite « pâte colorée », et la pâte blanchâtre, dite « pâte claire ». Des analyses ont montré qu’il s’agissait de la même argile qui avait subi desdegrés de cuisson différents10. Sa texture se distingue aisément, en particulier par le sable noir que les analyses ont révélé être du pyroxène. Deux formes dominent par la quantité d’exemplaires produits : les amphores effilées au pied pointu dites « carottes » à pâte colorée, datées des 4e-5e s. pC (fig. 10), et les amphores à fond convexe et à pâte claire du 6e et peut être du début du 7e s. (fig. 11). Il s’agit dans les deux cas d’amphores de faible capacité.

Figure 10 : Amphore carotte

Figure 10 : Amphore carotte

M. de Sinope, inv. 11.1.86

Figure 11 : Amphore à fond convexe

Figure 11 : Amphore à fond convexe

M. de Sinope, inv. 1.12.89

  • 11 Les répartitions d’amphores peuvent aussi être la conséquence d’informations lacunaires. À propos d (...)

8Les amphores produites à Demirci ont été retrouvées dans de nombreux sites de mer Noire, mais les exportations n’étaient pas limitées à la région pontique, et s’étendaient jusqu’en Méditerranée orientale et même, dans des proportions qu’il reste à déterminer, jusqu’en Italie. On constate que les routes commerciales varient en fonction des types amphoriques, et par conséquent des produits transportés et des relations économiques que Sinope a entretenues avec le reste du monde grec selon les périodes. Nous avons toutefois encore trop peu d’informations sur celles-ci pour tirer des conclusions11.

  • 12 Alary et al. 2009.

9La position de Sinope au milieu de la côte sud de la mer Noire, point proche de tous les grands centres littoraux, en particulier de la Crimée, à laquelle un couloir de navigation permettait un accès direct, explique l’ampleur de son commerce. L’atelier produisait essentiellement des amphores, mais aussi des tuiles et des couvre-joints, de la céramique commune et à feu12, ainsi que des lampes. Les pithoi étaient une autre production de l’atelier, mais elle se situait sans doute dans un secteur plus au sud. On observe un système de tenon et de mortaise pour le montage de la lèvre et des tronçons de la panse pour lequel nous n’avons trouvé aucun parallèle. Parmi la céramique commune, les mortiers ont été très largement exportés, complétant certainement les cargaisons d’amphores. Quant aux lampes, elles semblent avoir été plutôt destinées à un usage local, car à ce jour nous n’avons pu retrouver aucune exportation.

Les pressoirs

Figure 12 : Pierre de contrepoids

Figure 12 : Pierre de contrepoids
13

10Aucune trace de pressoir n’a été retrouvée dans la zone B, où des bâtiments ont été construits lorsque l’atelier cessa de fonctionner.

Prospections sous-marines

Figure 13 : Vue de l’épave de tuiles

Figure 13 : Vue de l’épave de tuiles

H. Özdaş

14
  • 15 Ballard et al. 2001 ; Ward 2012.

11Toutes deux contenaient du matériel produit à Demirci : l’une était exclusivement chargée de tuiles (fig. 13), et l’autre d’amphores a pate claire (figs. 14-15). Toutefois, cette seconde épave était moins bien conservée et il est possible que sa cargaison ait compris d’autres types amphoriques qui ont été accidentellement ramasses dans des filets de pêche, car elle reposait à peu de profondeur. Dans le cadre du programme américain, The American Black Sea Trade Project, qui débuta en 1996, une prospection sous-marine avec un sonar a permis de repérer d’autres épaves qui transportaient également des amphores produites à Demirci15.

Figure 14 : Vue de l’épave d’amphores

Figure 14 : Vue de l’épave d’amphores

H. Özdaş

Figure 15 Amphore de l’épave

Figure 15 Amphore de l’épave

H. Özdaş

Exposition des fouilles au musée archéologique de Sinope

Reconstruction d’un four

  • 16 Kassab Tezgör/Özsalar 2012. Ce projet a pu voir le jour grâce au soutien du doyen de la faculté, le (...)

12Le terrain argileux du site de Demirci, sujet à de nombreux glissements, empêchait la préservation de l’atelier, qui part progressivement à la mer depuis de nombreuses années. Afin d’en conserver la mémoire, un four identique à ceux fouillés a été reconstruit dans le musée archéologique de Sinope grâce à la collaboration des étudiants de l’Université de Bilkent dans le Studio de Céramique (Fine Arts Department, Faculty of Art, Design and Architecture), sous la direction de Mr. Ahmet Özsalar, Assistant Professor16.

13Ce projet avait pour but d’établir un lien entre des fouilles archéologiques, la technique céramique et la muséologie. Il a ouvert la voie à de nouvelles collaborations entre le Département de Restauration et de Construction du Ministère de la Culture et du Tourisme et l’Université de Bilkent.

Figure 16 : Four construit dans le musée de Sinope par A. Özsalar

Figure 16 : Four construit dans le musée de Sinope par A. Özsalar

14Pour reconstruire le four, les étudiants ont fabriqué environ 1000 tubulures avec des colombins, 100 tuiles et 300 plaques au rouleau. Trois argiles différentes ont été utilisées : une argile rouge, une argile blanche et de la chamotte, qui ont été mélangées dans des proportions différentes en fonction des besoins. Du sable noir a été apporté de Sinope même afin d’être ajouté comme dégraissant.

15A. Özsalar a construit le four en mars 2006 dans le musée (fig. 16). Un prix du Ministère de la Culture et du Tourisme lui a été décerné en 2008 à l’occasion de la Semaine des Musées. La technique de construction diffère en partie de celle des fours de Demirci, car ce four n’est pas enterré comme l’étaient ceux-ci. Afin de lui assurer la solidité requise pour une exposition permanente, les chambres de chauffe et de cuisson ont été doublées par un mur extérieur, et l’espace comblé par de la terre. Les tubulures pour constituer la coupole ont été enfilées sur des barres de fer (fig. 17).

Exposition du matériel

Figure 17 : Détail de la coupole du four construit dans le musée de Sinope par A. Özsalar

Figure 17 : Détail de la coupole du four construit dans le musée de Sinope par A. Özsalar

Figure 18 : Vue de la salle du musée de Sinope

Figure 18 : Vue de la salle du musée de Sinope

16Dans les deux vitrines à angle droit qui sont à gauche de l’entrée ont été exposés des timbres amphoriques, de la céramique, des éléments de construction des fours et des tuiles.

  • 17 Cette vidéo a été montée grâce au talent de Mariusz Sladczyk, Assistant Professor, Graphic Design D (...)

17Enfin, des panneaux illustrés, rédigés dans les trois langues, turc, français et anglais, résument les principales informations concernant les ateliers, les objets présentés et le four. Ces commentaires sont repris dans une vidéo qui est projetée sur un écran plasma à droite de l’entrée17.

Symposium international

  • 18 Hill 1998 et 2000.
  • 19 Doonan 2004.
  • 20 Işın 1998 ; Dönmez 1999 et 2000.
  • 21 La plus marquante est sans doute celle d’une tombe peinte à six chambres du 4e-5e s. pC : Dereli 20 (...)
  • 22 La compagnie GEOCELL a apporté une importante contribution financière. Le centre TÜBITAK a égalemen (...)

18On observe à partir des années 1990 une nouvelle dynamique dans la recherche archéologique à Sinope, qui ne s’est plus interrompue depuis. Outre les travaux de notre équipe, une équipe anglaise a fouillé une église du 4e s. pC, dont le sol était orné d’une riche mosaïque18, tandis qu’une équipe américaine lançait The American Black Sea Trade Project, qui se subdivisait en deux projets : le Sinop Regional Survey, dont le but était de procéder à une prospection de terrain systématique19, et le Underwater Survey que nous avons mentionné plus haut. En 2010, la fouille de l’église byzantine Balat a été implantée par une équipe de l’Université des Beaux-Arts Mimar Sinan d’Istanbul. Par ailleurs, d’autres prospections de terrain ont également été menées20, le musée a procédé à des fouilles de sauvetage21, et de nombreuses études ont été dédiées à Sinope. Il nous a donc paru utile d’organiser un Symposium international à Sinope même, qui réunissait les travaux menés, tout en marquant les 15 ans de la mission française depuis l’ouverture des fouilles d’ateliers. Le Symposium Sinope : Un État de la Question après Quinze Ans de Travaux, fut organisé en mai 2009 sous les auspices des autorités de Sinope et de l’Université de Bilkent (Faculty of Art, Design and Architecture)22.

Contribution à la vie culturelle de Sinope

  • 23 Il y avait une production de tuiles jusque dans les années 1970 dans les environs de Sinope. Curieu (...)

19Même d’une façon modeste, les fouilles des ateliers amphoriques ont contribué au développement culturel de Sinope. En effet, l’amphore dite « carotte » est devenue un nouvel emblème de la ville (à côté du motif de l’aigle agrippant un dauphin et de Diogène) et un exemplaire géant a été érigé sur une des places principales. Cette amphore a été fabriquée par un potier qui a installé un atelier dans la batterie ottomane de Boztepe et donne des cours de céramique pour faire revivre cette tradition du travail de l’argile que les fouilles ont ravivée23.

Étude des amphores

Corpus des amphores produites en mer Noire et conservées dans les musées turcs de la côte nord de l’Anatolie

  • 24 Ont collaboré à ce projet Séverine Lemaître pour les amphores des époques classique et hellénistiqu (...)
  • 25 Cette attribution est maintenant remise en question : Balabanov 2010.

20Un Corpus des amphores romaines produites dans les centres de mer Noire et conservées dans les musées de la côte turque est en cours d’élaboration (à Ereğli, Amasra, Sinope, Samsun, Ordu, Giresun, Trabzon)24. Outre des amphores de Sinope, en très grand nombre, et des amphores d’Héraclée du Pont25, des amphores originaires de l’ouest, de l’est et du nord de la mer Noire peuvent être identifiées par leur pâte argileuse, sans que les sites d’ateliers n’aient encore été retrouvés. Ce travail per mettra de réunir les principaux types produits dans la région de la mer Noire et de compléter, si nécessaire, leur typologie. L’étude de ces importations apportera un nouvel éclairage sur les relations commerciales en mer Noire.

  • 26 Vnukov 2003, 28-129 ; Vnukov 2004.
  • 27 Tsetskhladze/Vnukov 1992 et 1993 ; Vnukov 2003, 160-194.
  • 28 Kassab/Akkaya 2000.

21Quelques résultats obtenus peuvent déjà être donnés : par exemple, la typologie des amphores produites à Héraclée du Pont à l’époque romaine telle qu’elle a été établie par S. Vnukov est entièrement représentée grâce à des exemplaires répartis dans plusieurs musées26. Par ailleurs, il a été possible de compléter la typologie des amphores colchidiennes des époques classique et hellénistique et d’en proposer une pour l’époque romaine27, pour laquelle aucune n’avait encore été constituée28.

22Malheureusement, les amphores conservées dans ces musées sont en général des trouvailles fortuites faites par des pêcheurs dans la mer, et par conséquent sont dé pourvues d’indices de chronologie.

La Table Ronde PATABS

  • 29 Opaiţ 2012 ; Kassab Tezgör 2011.

23L’étude des amphores sinopéennes produites dans l’atelier de Demirci, ainsi que le Corpus des amphores que nous préparons, nous ont amenée à confronter les nombreux problèmes associés à la production amphorique de mer Noire. Parmi les plus évidents, citons l’ignorance de l’atelier de production de nombreux types, ou bien en raison de la présence de sable noir, la ressemblance de pâtes d’origine différente, ou encore la similitude de certaines formes amphoriques à la même époque dans plusieurs sites, montrant qu’il y a eu imitations29, sans mentionner les difficultés liées à la datation. Si beaucoup de questions restent sans réponse, c’est souvent en raison d’un manque de contact entre chercheurs ou d’un accès difficile à des publications peu diffusées.

  • 30 Directrice du Département d’Archéologie et d’Histoire de l’Art de l’Institut de Recherche N. Berdze (...)
  • 31 Kassab Tezgör/Inaishvili 2010.

24Afin de discuter des problèmes que posent les amphores de mer Noire, nous avons réuni, en étroite collaboration avec Nino Inaishvili30, des spécialistes dans une Table Ronde internationale PATABS (Production And Trade of Amphorae of Black Sea) organisée à Batoumi et Trabzon en avril 2006. Tous les pays de mer Noire étaient représentés, ainsi que la France et d’autres états d’Europe, et les États-Unis. Les résultats de cette rencontre ont été publiés dans la collection Varia Anatolica de l’IFEA31.

  • 32 Tzochev et al. 2011.

25Devenue une « table tournante », PATABS I est désormais un événement régulier : elle a été suivie par PATABS II près de Bourgas en Bulgarie en octobre 2007, dont les Actes sont publiés32, et PATABS III à Constanţa en Roumanie en octobre 2009, dont les Actes sont en préparation. La Table Ronde sui vante est programmée à Rostov-sur-le-Don en Russie.

Conclusion

  • 33 Bryer/Winfield 1985 ; Barat 2012.

26En dépit de l’activité archéologique qui s’est déployée ces dernières années à Sinope, le potentiel archéologique de cette ville est loin d’avoir été entièrement exploité. S’il est vrai que la ville moderne recouvre la ville antique, ce qui constitue un obstacle quasi insurmontable pour des fouilles, sinon de sauvetage, la topographie, par exemple, reste à être complétée à partir des travaux d’A. Bryer et D. Winfield, et plus récemment de Cl. Barat33. Dans les environs immédiats de la ville, des sites nécessiteraient des sondages, voire des fouilles, comme par exemple d’autres ateliers amphoriques qui ont été repérés et apporteraient des connaissances complémentaires à celles déjà acquises. Enfin, le matériel abondant qui est conservé au musée, notamment les stèles funéraires et les mosaïques, n’a pas encore été étudié et permettrait de découvrir d’autres particularismes de cette ville et de sa région. Nous espérons par conséquent que de futures vocations apparaîtront pour contribuer à mieux connaître toutes les facettes de Sinope qui garda tout au long de son histoire une place privilégiée dans l’ensemble de la mer Noire.

Bibliographie

Alary, A. / Ballet, P. / Kassab Tezgör, D. (2009), « Présentation préliminaire de la céramique commune et de cuisson de Demirci. Production et consommation », in : P. Dupont / V. Lungu (éds.), Les productions céramiques du Pont-Euxin à l’époque grecque. Actes du Colloque international (Bucarest, 18-23 Septembre 2004) [Il Mare Nero VI (2004-2006)], Bucarest, 19-29.

Balabanov, P. (2010), “The Origin of Amphorae with Englyphic Stamps”, in : D. Kassab Tezgör / N. Inaishvili (éds.), Production and Trade of Amphorae in the Black Sea, PATABS I, Actes de la Table Ronde internationale de Batoumi et Trabzon, Géorgie-Turquie, 27-29 Avril, 2006 [Varia Anatolica XXI], Istanbul-Paris, 19-22.

Ballard, R.D. / Hiebert, F.T. / Coleman, D.F. / Ward, C. / Smith, J.S. / Willis, K. / Foley, B. / Croff, K. / Major, C. / Torre, F. (2001), “Deepwater Archaeology of the Black Sea: The 2000 Season at Sinop, Turkey”, AJA 105, 607-623. URI : http://dx.doi.org/10.2307/507409.

Barat, Cl. (2012), « La ville de Sinope, réflexions historiques et archéologiques », in : D. Kassab Tezgör (éd.), Sinope, Un état de la question après quinze ans de travaux. Actes du Symposium International, Sinope 7-9 Mai 2009, Leyde Boston 25-64 et 515-518.

Billot, M.F. / Billot, J.-F. / Kassab Tezgör, D. (2010), « Les fours : leur structure et le mode de construction », in : D. Kassab Tezgör (éd.), Les fouilles et le matériel de l’atelier amphorique de Demirci près de Sinope [Varia Anatolica XXII], Istanbul-Paris, 105-117.

Borisova, V.V. (1958), « Les ateliers de potiers de Chersonèse (d’après le matériel des fouilles de 1955-1957) », SA 4, 144-153.

Bryer A. / Winfield D. (1985), The Byzantine Monuments and Topography of the Pontos, Washington D.C.

Dereli, F. (2001), “Sinop Gelincik Mezar odası”, Müze Çalışmaları ve Kurtarma Kazıları Sempozyumu 11, 235-248. URL : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/sempozyum_pdf/muze_kurtarma/11.muze.kurtarma.pdf.

Dönmez, Ş. (1999), “Sinop Samsun Amasya İlleri 1997 Yüzey Araştırması”, Araştırma Sonuçları Toplantısı 16, 513-536. URL : http://www.envanter.gov.tr/files/belge/A16ASR2_0716.pdf.

Dönmez, Ş. (2000), “Sinop Samsun Amasya İlleri 1998 Yüzey Araştırması”, Araştırma Sonuçları Toplantısı 17, 229-244. URL : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/sempozyum_pdf/kazilar/17_kazi_1.pdf.

Doonan, O.P. (2004), Sinop Landscapes. Exploring Connection in a Black Sea Hinterland, Philaldelphie.

Emery-Barbier, A. (2010), « Végétation actuelle et passée de la région de Sinope. Apports des analyses palynologiques et anthracologiques du site de Demirci à la reconstitution de la couverture végétale au 1er millénaire ad », in : D. Kassab Tezgör (éd.), Les fouilles et le matériel de l’atelier amphorique de Demirci près de Sinope [Varia Anatolica XXII], Istanbul-Paris, 27-40.

Erten, H. N. / Kassab Tezgör, D. / Türkmen, I. R. / Zararsız, A. (2004), “The Typology and Trade of the Amphorae of Sinope. Archaeological Study and Scientific Analyses”, in: J. Eiring / J. Lund (éds.), Transport Amphorae and Trade in the Eastern Mediterranean. Acts of the International Colloquium at the Danish Institute at Athens, September 26- 29, 2002 [Monographs of the Danish Institute at Athens, 5], Athènes, 103-115.

Garlan, Y. (2004), Les timbres céramiques sinopéens sur amphores et sur tuiles trouvés à Sinope. Présentation et catalogue [Varia Anatolica XVI], Istanbul-Paris.

Garlan, Y. / Kassab Tezgör, D. (1996), « Prospection d’ateliers d’amphores et de céramiques de Sinope », Anatolia Antiqua VI, 325-334. URI : http://dx.doi.org/10.3406/anata.1996.1207.

Hill, S. (1988), “Rescue Excavations at Çiftlik (Sinop)”, in: R. Matthews (éd.), Ancient Anatolia. Fifty Years’ Work by the British Institute of Archaeology at Ankara, Londres, 285-300.

Hill, S. (2000), “Çiftlik 2000”, Anatolian Archaeology 6, 3-4.

Işın, M.A. (1998), “Sinop Region Field Survey”, Anatolia Antiqua VI, 95-139. URI : http://dx.doi.org/10.3406/anata.1998.890.

Kassab Tezgör, D. (2010), « Organisation interne de l’atelier et histoire du site de Demirci », in : D. Kassab Tezgör (éd.), Les fouilles et le matériel de l’atelier amphorique de Demirci près de Sinope [Varia Anatolica XXII], Istanbul Paris, 95-104.

Kassab Tezgör, D. (2010), « Typologie des amphores sinopéennes entre le IIIe s. et le VIe s. ap. J.-C. », in : D. Kassab Tezgör (éd.), Les fouilles et le matériel de l’atelier amphorique de Demirci près de Sinope [Varia Anatolica XXII], Istanbul-Paris, 121-140.

Kassab Tezgör, D. (2010), « Le réseau commercial des amphores sinopéennes entre les IIe-IIIe s. et le VIe s. de notre ère », in : D. Kassab Tezgör / N. Inaishvili (éds.), Production and Trade of Amphorae in the Black Sea, PATABS I, Actes de la Table Ronde internationale de Batoumi et Trabzon, Géorgie-Turquie, 27-29 Avril, 2006 [Varia Anatolica XXI], Istanbul-Paris, 167-173, pl. 98-99.

Kassab Tezgör, D. (éd.) (2010), Les fouilles et le matériel de l’atelier amphorique de Demirci près de Sinope [Varia Anatolica XXII], Istanbul-Paris.

Kassab Tezgör, D. (2011), « Types amphoriques romains tardifs produits simultanément à Demirci près de Sinope et dans d’autres centres de mer Noire », in : C. Tzochev / T. Stoyanov / A. Bozkova (éds.), Production and trade of Amphorae in the Black Sea, PATABS II. Acts of the International Round Table, Kiten, Nessebar and Sredetz, September 26-30, 2007, Sofia, 259-264.

Kassab Tezgör, D. (éd.) (2012), Sinope, Un état de la question après quinze ans de travaux. Actes du Symposium International, Sinope 7-9 Mai 2009, Leyde-Boston.

Kassab Tezgör D. / Akkaya, M. (2000), « Les amphores "Pseudo-Colchidiennes" du musée de Samsun», Anatolia Antiqua VIII, 127-141. URI : http://dx.doi.org/10.3406/anata.2000.942.

Kassab Tezgör, D. / Tatlıcan, İ. / Özdaş, H. (1998), « Prospection sous-marine près de la côte sinopéenne : transport d’amphores depuis l’atelier et navigation en mer Noire », Anatolia Antiqua VI, 443-449. URI : http://dx.doi.org/10.3406/anata.1998.914.

Kassab Tezgör D. / Inaishvili, N. (éds.) (2010), Production and Trade of Amphorae in the Black Sea, PATABS I. Actes de la Table Ronde internationale de Batoumi et Trabzon, Géorgie-Turquie, 27-29 Avril, 2006 [Varia Anatolica XXI], Istanbul-Paris.

Kassab Tezgör, D. / Özsalar, A. (2012), “The Reconstruction of a Roman Kiln in the Archaeological Museum of Sinop”, in : D. Kassab Tezgör (éd.), Sinope, Un état de la question après quinze ans de travaux. Actes du Symposium International, Sinope 7-9 Mai 2009, Leyde-Boston, 199-216 et 543-546.

Kuzucuoğlu, C. (2010), “Demirci et ses alentours : dynamique géomorphologique et relations avec l’activité des ateliers”, in : D. Kassab Tezgör (éd.), Les fouilles et le matériel de l’atelier amphorique de Demirci près de Sinope [Varia Anatolica XXII], Istanbul-Paris, 15-26.

Opaiţ, A. (2012), “Sinopean, Heraklean, and Chersonesan ‘carrot’ amphorae”, in : D. Kassab Tezgör (éd.), Sinope, Un état de la question après quinze ans de travaux. Actes du Symposium International, Sinope 7-9 Mai 2009, Leyde Boston, 371-401 et 534-540.

Swan, V.G (1984), The Pottery Kilns of Roman Britain, Londres.

Tsetskhladze, G.R. / Vnukov, S.Yu. (1992), “Colchian amphorae: typology, chronology and aspects of production”, ABSA 87, 357-386. URL : http://www.jstor.org/stable/30103515.

Tsetskhladze, G.R. / Vnukov, S.Yu. (1993), « Les amphores colchidiennes », Anatolia Antiqua II, 81-105. URI : http://dx.doi.org/10.3406/anata.1993.854.

Tzochev, C. / Stoyanov, T. / Bozkova A. (éds.) (2011), Production and trade of Amphorae in the Black Sea, PATABS II. Acts of the International Round Table, Kiten, Nessebar and Sredetz, September 26-30, 2007, Sofia.

Vnukov, S. Yu. (2003), Prichernomorskie amfory Iv. done. II v. n.e. (Morfologiya) [Les amphores de mer Noire du Ier s. av. J.-C. IIe s. ap. J.-C. (Morphologie)], Moscou.

Vnukov, S. Yu. (2004), “Pan-Roman Amphora Types produced in the Black Sea Region”, in: J. Eiring / J. Lund (éds.), Transport Amphorae and Trade in the Eastern Mediterranean. International Colloquium at the Danish Institute at Athens, 26-29 Septembre 2002, Athènes, 407-415.

Ward, C. (2012), “Four ships of Late Antiquity in the Black Sea”, in: D. Kassab Tezgör (éd.), Sinope, Un état de la question après quinze ans de travaux. Actes du Symposium International, Sinope 7-9 Mai 2009, Leyde-Boston, 189-198 et 523-524.

Annexes

Abréviations

ABSA: The Annual of the British School at Athens

ACSS: Ancient Civilizations from Scythia to Siberia

SA: Sovetskaja Archeologija [Archéologie soviétique)

Notes

1 Garlan 2004 ; Kassab Tezgör 2010d ; Kassab Tezgör/Inaishvili 2010 ; Kassab Tezgör 2012.

2 Garlan/Kassab Tezgör 1996.

3 Garlan 2004.

4 Tandis que je travaillais sur les amphores, Pascale Ballet et Alexandre Alary ont étudié la céramique, Marie-Françoise Billot et Jean-François Billot les tuiles et des matériaux de construction du four, Nalan Fırat la céramique sigillée, Özlem Vapur et moi-même les lampes, Melih Arslan les monnaies, Aline Emery-Barbier les pollens, Catherine Kuzucuoğlu la géomorphologie.

5 Kuzucuoğlu 2010, 24-25.

6 Billot et al. 2010.

7 Voir par exemple les fours de Chersonèse datés d’avant le milieu du 3e s. aC (Borisova 1958) et les fours romains de Grande Bretagne (Swan 1984, 91-112).

8 Emery-Barbier 2010, 34-39.

9 Kassab Tezgör 2010b.

10 Erten et al. 2004, 108-110.

11 Les répartitions d’amphores peuvent aussi être la conséquence d’informations lacunaires. À propos des exportations d’amphores sinopéennes, voir Kassab Tezgör 2010c.

12 Alary et al. 2009.

13 Kassab Tezgör 2010a, 100-101 et n. 26.

14 Kassab Tezgör et al. 1998.

15 Ballard et al. 2001 ; Ward 2012.

16 Kassab Tezgör/Özsalar 2012. Ce projet a pu voir le jour grâce au soutien du doyen de la faculté, le Professeur Bülent Özgüç. La collaboration étroite avec les spécialistes du bureau d’Étude et de Projet du Département de Restauration et de Construction a permis son achèvement, ainsi que celui de la salle d’exposition consacrée aux fouilles d’ateliers (voir ci-dessous) : M. Recai Enbatan, directeur, Mme Canan Dökmeci-Çaştaban, archéologue, Mme Cansın Ünver, paysagiste, Mme Figen Öztürk-Yavuz, architecte, ainsi que M. Bülent Gönültaş, expert pour la Culture et le Tourisme (Département des Musées). Nous sommes également redevables à MM. Musa Özcan et Fuat Dereli, directeurs successifs du musée

17 Cette vidéo a été montée grâce au talent de Mariusz Sladczyk, Assistant Professor, Graphic Design Department, Faculty of Art, Design and Architecture, Université de Bilkent, Ankara.

18 Hill 1998 et 2000.

19 Doonan 2004.

20 Işın 1998 ; Dönmez 1999 et 2000.

21 La plus marquante est sans doute celle d’une tombe peinte à six chambres du 4e-5e s. pC : Dereli 2001.

22 La compagnie GEOCELL a apporté une importante contribution financière. Le centre TÜBITAK a également participé au projet. Les Actes du Symposium sont publiés dans le ACSS 16-1 et 2, 2010 et dans Kassab Tezgör 2012.

23 Il y avait une production de tuiles jusque dans les années 1970 dans les environs de Sinope. Curieusement, elle n’a pas laissé de souvenir : aucun four n’est conservé et les habitants en ont même perdu la mémoire. Nous remercions infiniment Mr. Yılmaz Koca, instituteur à la retraite de Sinop, qui a travaillé dans ces ateliers lorsqu’il était enfant et qui nous a décrit cette industrie alors très active

24 Ont collaboré à ce projet Séverine Lemaître pour les amphores des époques classique et hellénistique (2002-2006) et Sergey Vnukov (2004).

25 Cette attribution est maintenant remise en question : Balabanov 2010.

26 Vnukov 2003, 28-129 ; Vnukov 2004.

27 Tsetskhladze/Vnukov 1992 et 1993 ; Vnukov 2003, 160-194.

28 Kassab/Akkaya 2000.

29 Opaiţ 2012 ; Kassab Tezgör 2011.

30 Directrice du Département d’Archéologie et d’Histoire de l’Art de l’Institut de Recherche N. Berdzenishvili à Batoumi (Géorgie).

31 Kassab Tezgör/Inaishvili 2010.

32 Tzochev et al. 2011.

33 Bryer/Winfield 1985 ; Barat 2012.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte des ateliers prospectés et des ateliers fouillés
Crédits M. Sladczyk
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2 : Vue de l’atelier de Demirci vers le nord
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 3 : Carte magnétique de la zone A et vestiges dégagés
Crédits A. Hesse, M. Drahor, A. Kaya
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 4 Carte magnétique de la zone B et vestiges dégagés
Crédits A. Hesse, M. Drahor, A. Kaya
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 5 : Vue générale des fouilles de la zone B en 2000. Four au premier plan
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 6 : Reconstitution axonométrique d’un four
Crédits G. Kipiani
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 7 : Tubulures à col ouvert encastrées l’une dans l’autre
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 8 : Tubulures à col fermé
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 9 : Tubulures à col fermé encastrées les unes dans les autres
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 10 : Amphore carotte
Crédits M. de Sinope, inv. 11.1.86
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 11 : Amphore à fond convexe
Crédits M. de Sinope, inv. 1.12.89
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 12 : Pierre de contrepoids
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 13 : Vue de l’épave de tuiles
Crédits H. Özdaş
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 14 : Vue de l’épave d’amphores
Crédits H. Özdaş
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 15 Amphore de l’épave
Crédits H. Özdaş
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 16 : Four construit dans le musée de Sinope par A. Özsalar
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Figure 17 : Détail de la coupole du four construit dans le musée de Sinope par A. Özsalar
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 18 : Vue de la salle du musée de Sinope
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1084/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Auteur

Professeur, Fine Arts Department,
Faculty of Art, Design and Architecture,
Université de Bilkent, Ankara
tezgor@bilkent.edu.tr

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search