Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologies et espaces parcourus

 | 
Olivier Henry

Le théâtre d’Aphrodisias, espace civique et identitaire

Nathalie de Chaisemartin

Résumé

En tant que cite grecque, Aphrodisiasa construit son théâtre au début de la période augustéenne, utilisée en tant qu’ekklesiasterion pour les assemblées publiques de la politeia. Le corpus épigraphique retrouvé dans le théâtre, comparé à quelques éléments architecturaux du monument aident à comprendre son rôle politique et civique, particulièrement en tant que mémorial de l’histoire et l’identité de la ville.

As an Hellenic city, Aphrodisias has built in the early Augustan age his theatre, used as ekklesiasterion for the public assemblies of the politeia. The epigraphic corpus found in the theatre compared with some architectural features of the monument help to understand his political and civic role, particularly as memorial of the history and identity of the city.

Texte intégral

Figure 1Pian du théâtre d’Aphrodisias situant les éléments évoqués dans le texte

Figure 1Pian du théâtre d’Aphrodisias situant les éléments évoqués dans le texte

d’après M Uhlheimer, M.Schwartz

  • 1 Vitruve De arch. VII.5.5.

1Dégagé par le professeur Kenan T. Erim voici une quarantaine d’années, le théâtre d’Aphrodisias avait, comme dans toutes les cités helléniques, une double fonction : celle d’accueillir la communauté pour les spectacles et les concours intercités, mais surtout, sans doute plus fréquemment, de réunir les citoyens en assemblée plénière, l’ekklesia, pour débattre des orientations politiques de la cité : dans la région, il est donc souvent désigné comme ekklesiasterion, à l’exemple de Tralles dans le De architectura de Vitruve1, plutôt que comme theatron. Au cours des recherches préparant sa publication, le regretté D. Theodorescu (architecte de l’IRAA du CNRS) et moi-même avons eu souvent l’occasion de réfléchir sur cet aspect de son fonctionnement : je voudrais ici évoquer ce qui nous a paru significatif à ce propos d’après la configuration architecturale du monument (fig.1).

  • 2 Reynolds 1991, 15-16.

2Ayant conservé jusque dans l’Antiquité tardive le bâtiment de scène érigé de 30 à 27 aC par son fondateur Zoïlos2, ce théâtre présente plusieurs phases d’édification, puis de transformation des structures scéniques, et a servi durant près de 8 siècles.

  • 3 Reynolds 1982.

3Les Aphrodisiens avaient conscience de sa valeur emblématique pour l’histoire de leur communauté : aussi s’est-il progressivement transformé en lieu de mémoire de l’identité de la cité, en particulier lorsqu’au début du 3e s. fut gravée sur le marbre du mur pignon nord du bâtiment de scène une série chronologique d’inscriptions, publiées par Joyce Reynolds3, témoignant des rapports privilégiés de la cité avec Rome et les Césars. Nous nous proposons d’examiner, en parallèle avec ces témoignages épigraphiques, quelques traces archéologiques attestant de ce rôle de mémorial.

  • 4 Gros 1996b.

4Dans une cité de tradition hellénique comme Aphrodisias, on retrouve les édifices institutionnels habituels comme l’agora, le bouleuterion et le prytanée qui sont groupés sur le modèle d’agora intégrée instauré au début de l’empire romain en Asie Mineure au nord du centre civique, comme l’a montré si justement P. Gros4. Plus au sud, profitant de la pente du tertre de l’agglomération protohistorique carienne, le théâtre occupe le point haut du site : il devait être le premier monument urbain aperçu par les voyageurs de la route suivant le cours du Dandalaz (Morsynos) qui remontaient la rue principale à partir de la porte sud ou la rue transversale par la porte est.

  • 5 EdhemBey 1904.
  • 6 Johannowsky1972, 455.

5Le mot d’ekklesiasterion devait être courant dans la région puisque Vitruve cite à la même époque celui de Tralles, cité distante d’une soixantaine de kilomètres d’Aphrodisias. Le monument lui-même ne semble pas avoir été repéré sur ce site lors des fouilles d’Edhem Bey au début du 19e s. et on attend que les recherches qui y ont repris sous la direction du Professeur Abdullah Yaylalı nous en apprennent davantage5. Ce théâtre ne saurait être considéré comme un petit auditorium comparable au bouleuterion d’Aphrodisias puisqu’il est censé contenir l’ekklesia, assemblée générale des citoyens, aussi bien pour les réunions périodiques concernant les affaires courantes de la cité que pour des assemblées de crise. Le comitium de Rome et des cités italiennes y jouait un rôle équivalent. Comme le remarque W. Johannowsky à propos du théâtre de Iasos6, l’emploi du mot ekklesiaterion par Vitruve n’est pas un hasard : il veut insister sur le manque de sérieux du corps civique de Tralles qui a fait peindre sur la façade scénique du lieu d’assemblée un trompe-l’œil à la mode, mais fantaisiste et peu compatible avec la dignité du lieu.

  • 7 Reynolds 1991, 16-19, 22-25, n° 1 à 6, figs. 1-3. Base Insaph, corpus Iaph n° 8-108, n° 8-111, 8-11 (...)
  • 8 Roueché 1993, 99-117.

6Quels sont les éléments repérables dans l’auditorium du théâtre d’Aphrodisias, puis sur le bâtiment de scène qui gardent trace de cette activité politique et civique ? La construction de la cavea de marbre par Aristoclès Molossos vers le milieu du 1e s. pC est attestée par plusieurs inscriptions publiées par J.M. Reynolds7. Les graffiti sur les gradins relevés par Charlotte Roueché montrent que les places assises étaient réservées suivant la classification sociale organisée par Auguste grâce à l’instauration la lex Julia theatralis8.

  • 9 Ritti 2006, 115-118.

7Comme semblent l’indiquer deux des dédicaces de Molossos qui en distinguent deux catégories, les parodoi et les anodoi, on peut supposer que la disposition des accès dans la cavea et des circulations se faisait aussi suivant le rang hiérarchique des spectateurs. Les citoyens importants –magistrats et bienfaiteurs de la cité– occupant la proédrie et les gradins inférieurs au centre de la cavea y parvenaient presque de plain-pied par les parodoi encadrant le bâtiment de scène et le plateau. À Aphrodisias, il y avait de plus un second rang de bancs de proédrie à dossier sur le diazoma médian couronnant l’ima cavea. Le peuple accédait à ce palier intermédiaire par les escaliers latéraux, désignés dans l’inscription comme anodoi, montant de l’agora sud et des terrasses adossées aux murs d’analemma. Au Nord, un franchissement interrompant le couronnement du mur d’analemma nord et relié à la terrasse adossée par quelques marches, donne accès au tiers supérieur de l’ima cavea. La cavea supérieure était desservie, en plus des escaliers rayonnants séparant les cunei, par un couloir ou crypta sous les gradins. On peut supposer que cette répartition hiérarchique valait aussi pour les assemblées civiques, bien qu’à Aphrodisias les places réservées aux différentes tribus de la cité ne soient pas indiquées sur les gradins, comme c’est le cas par exemple à Hiérapolis9.

  • 10 Roueché 1993, 100, pl. XIII.

8Ch. Roueché y relève, sur le troisième gradin en partant du diazoma inférieur, l’emplacement réservé (marqué T pour topos) à un héraut (pour mandatoros)10. C terme latin, à distinguer du mot grec kerux désignant le héraut des assemblées civiques grecques, était employé pour le crieur public qui transmettait le point de vue ou les ordres de l’empereur (mandata) à l’assemblée des citoyens. Ce héraut pouvait aussi être le porte-parole du gouverneur ou des magistrats locaux et avait très probablement un rôle dans la convocation et le déroulement des assemblées.

  • 11 Roueché 1995.
  • 12 A. Audin et J. Guey, BSNAF 1976, 202.

9Les gradins les plus riches d’inscriptions sont évidemment au centre de la cavea, tandis que les inscriptions liées, dans l’Antiquité tardive, aux factions du cirque se regroupent sur les ailes : les Verts au nord, les Bleus au sud de la cavea selon Ch. Roueché. Certains gradins sont réservés aux corporations professionnelles qui devaient certainement avoir un poids important dans les décisions de politique économique, par exemple la place réservée au 8e rang de Theodotos le protaurarius11, chef de la guilde des orfèvres, ou au 13e rang, l’emplacement de la corporation des bouchers, comme à l’amphithéâtre de Lyon12.

  • 13 Roueché 1991, 99-102 ; Reynolds 1982, doc. 48, 174-176.

10C’est sous Alexandre Sévère entre 222 et 235 pC qu’a eu lieu la visite officielle à Aphrodisias de Sulpicius Priscus, proconsul d’Asie, que Ch. Roueché propose de mettre en relation avec l’installation dans l’axe de la cavea d’un trône de marbre monolithe imitant sur les côtés les montants croisés d’une chaise curule, et pourvu d’un dispositif de dais ou de parasol (fig. 2)13.

Figure 2 Siège d’apparat au centre de la cavea du théâtre

  • 14 Krauss 1973, 4, 1-2, 63 et 81-82, pls. 9-10.
  • 15 Roueché 1989, 1-4.

11L’estrade à deux niveaux qui le supporte peut avoir été créée pour l’illustre visiteur et sa suite, mais elle pourrait aussi avoir été placée là antérieurement, comme le baldaquin dorique du théâtre de Milet14, pour des magistrats romains disposant de chaises curules. Au milieu du 3es., sous Philippe l’Arabe ou Trajan Dèce, le théâtre va connaître une importance politique accrue liée à la promotion d’Aphrodisias comme capitale de la communauté (koinon) de Carie-Phrygie selon l’hypothèse de Ch. Rouéché15. Il y a lieu de supposer qu’il a alors servi aux assemblées des délégués communautaires de la province.

12De son côté, le bâtiment de scène construit par Zoïlos a constitué le premier monument civique de la ville, antérieur même probablement à l’agora civique dans son état augustéen. Si le théâtre d’Aphrodisias fonctionne dès cette époque comme un ekklesiasterion, il faut se demander quel niveau du dispositif scénique servait de bêma (tribune surélevée des orateurs) : était-ce le plateau scénique ou la terrasse surmontant la colonnade du proskenion et réservée dans le théâtre grec aux acteurs principaux ?

13Dans les cités grecques, l’accès à la tribune devait sans doute être solennisé, voire théâtralisé : les couloirs voûtés du rez-de-chaussée et du premier niveau du bâtiment de scène –celui-ci jouant le rôle de valvaregia réservée dans la tragédie aux personnages royaux-, devaient encadrer avec majesté l’entrée de l’orateur se présentant devant l’assemblée. On peut peut-être se figurer que la terrasse du proskenion a pu servir de tribune aux harangues au moins dans la première phase augustéenne où l’orchestra était pratiquement de plain-pied avec le bâtiment de scène. À partir de la phase claudienne de construction de la cavea en marbre accompagnée du premier creusement de l’orchestra, apparaît au rez-de-chaussée un plateau scénique surélevé comparable à l’estrade de certains bouleuteria d’époque impériale (Éphèse, Aphrodisias) et qui a pu être utilisé plus commodément par les orateurs.

14La porte est du passage central du rez-de-chaussée est encadrée par les traces d’appui d’escaliers extérieurs donnant accès à un niveau correspondant à celui de la voûte du premier étage (fig. 3). Ces escaliers supposent la présence dans le projet d’origine d’une porticus post scaenam couverte d’une terrasse, et conduisent à restituer un bâtiment de scène longé à l’Ouest comme à l’Est de deux terrasses reliées par le passage voûté du premier niveau de l’ordonnance ionique de la fronsscaenae.

Figure 3 Traces des escaliers d’accès à la terrasse de la porticus post scaenam

Figure 3 Traces des escaliers d’accès à la terrasse de la porticus post scaenam
  • 16 Roueché 1989, 39 et 42.

15Ce portique oriental rectiligne était encadré au nord et au sud par des murs d’antes en prolongement des murs pignons du bâtiment de scène, dont les fondations ont été identifiées dans les sondages pratiqués aux angles orientaux du bâtiment. Sa destruction avec toute la façade orientale du bâtiment de scène lors d’un séisme au milieu du 4e s. et la reconstruction au début du 5e d’un quadriportique en matériaux de réemploi à l’est du théâtre en ont néanmoins laissé quelques témoins16 : les chapiteaux des pilastres d’antes, analogues à ceux des antes du portique ouest, des fragments de fûts monolithes facettés dans un style dorique archaïsant, enfin un chapiteau dorique libre et deux fragments de la même série à échine lisse.

16Les orateurs –au moins lors du premier siècle de fonctionnement du théâtre– devaient donc monter par ces escaliers sur la terrasse de la porticus post scaenam pour atteindre la terrasse opposée du proskenion par la voûte médiane du premier étage qui les reliait au niveau inférieur du podium de la colonnade ionique de façade. De ce passage puissamment architecturé il reste les doubles orthostates et les assises inférieures des murs latéraux ainsi que la bordure orientale du dallage qui pavait le couloir au-dessus de l’extrados de la voûte du rez-de-chaussée. Un mur en tout venant et arases de briques a bouché le passage lors de la reconstruction tardo-antique. À son extrémité ouest, les voussoirs étaient décorés en intrados de caissons, les lacunaria, dont les moulures étaient traitées de manière à annuler pour l’observateur toute déformation optique. Ils reposaient sur des impostes à décor de rosettes et de rinceaux dont une paire faisait partie des décombres de la fronsscaenae, tandis qu’une autre paire retrouvée lors des fouilles devait correspondre à l’ouverture de la voûte du côté est avant la reconstruction, et avait été conservée sur place.

17Cette structure à deux logeia opposés reliés par un majestueux passage voûté dont on ne connaît pas d’équivalent parmi les théâtres hellénistiques ou proto-impériaux a pu être aménagé en vue de l’utilisation du théâtre pour des réunions politiques où les deux terrasses est et ouest jouaient un rôle.

  • 17 Greco/Theodorescu 1987, 27-39, figs. 34-42; Gros 1996, 209, figs. 243, 211, 246.
  • 18 Plutarque, C. Gracchus 5.4.124.

18Le regretté D. Theodorescu avait comparé ce dispositif, resté jusqu’ici unique parmi les théâtres contemporains, à celui de l’angle nord-est du Forum sous la République, où la Curie sénatoriale était précédée du Comitium, cercle de gradins où s’asseyaient les citoyens lors des assemblées. Au bord méridional de celui-ci, les anciens Rostres, tribune des orateurs, marquaient la limite de l’esplanade centrale du Forum Romanum. Un autre exemple mieux conservé est fourni par le complexe du comitium de Paestum où la curie s’ouvrait en arrière du cercle de gradins, permettant aux sénateurs comme aux citoyens d’assister aux discours des orateurs17. Un moment clé de la naissance de la démocratie à Rome est évoqué par plusieurs sources avec l’anecdote de Gaius Gracchus debout sur les anciens Rostres et se détournant de la curie et du Comitium au nord, où se rassemblaient les patriciens, pour s’adresser à la foule massée dans le Forum au sud.18.

19Au théâtre d’Aphrodisias, l’hypothèse de D. Theodorescu propose de voir dans la structure particulière du bâtiment de scène l’application à une cité de tradition hellénique d’un mode de communication collective qui s’adresse à deux catégories sociales aux droits civiques inégaux. Leur rassemblement se fait en deux lieux distincts, mais proches, et l’orateur s’adresse alternativement ou successivement aux deux groupes. Ce mode de fonctionnement peut-il être le signe d’une influence italique ou faut-il penser qu’il avait pu exister aussi en secteur hellénisé ? En effet, les cités grecques n’admettaient en principe à l’ekklesia que les citoyens de plein droit, c’est-à-dire de pure souche hellénique, et non les métèques, les périèques ou les étrangers vivant dans la cité.

  • 19 Reynolds 1982, 11-16, pl. 2 ; IAph théâtre n° 8.3.
  • 20 Reynolds 1982, doc. 3, 16-20 ; IAph théâtre n° 8.2

20Un témoignage épigraphique peut peut-être nous donner une indication dans ce sens : les évènements intervenus à Aphrodisias et dans la région au cours de la première guerre mithridatique en 88 aC sont évoqués par deux inscriptions secondairement gravées à l’extrémité nord du proskenion dorique du théâtre. L’une porte sur les deux blocs terminaux de la frise architravée couronnant le proskenion un décret de la sympolitie d’Aphrodisias et de la ville voisine de Plarasa rappelant la décision du peuple d’Aphrodisias de se porter au secours du contingent romain du questeur Quintus Oppius, assiégé dans Laodicée du Lycos par les troupes de Mithridate (fig. 4)19. Le peuple honore le stéphanéphore Artemidoros, fils de Pereitas, grand prêtre d’Aphrodite et premier magistrat de la cité, qui avait été choisi comme chef de l’expédition. La seconde, sur le pilastre terminal nord du proskenion, est une lettre de Q. Oppius félicitant les Aphrodisiens de l’avoir secouru efficacement, en fidèles alliés et amis de Rome, et acceptant de devenir leur patronus20.

Figure 4 Entablement de l’extrémité nord du proskenion portant sur le larmier la dédicace de Grypos et sur une métope comme sur l’architrave le décret évoquant l’épisode de la libération de Quintus Oppius par le contingent des Aphrodisiens en 88 av. n.è.

Figure 4 Entablement de l’extrémité nord du proskenion portant sur le larmier la dédicace de Grypos et sur une métope comme sur l’architrave le décret évoquant l’épisode de la libération de Quintus Oppius par le contingent des Aphrodisiens en 88 av. n.è.

21Le premier texte insiste sur le fait que le contingent de volontaires comporte non seulement des citoyens, mais aussi des esclaves et des paroikoi : ce mot désignait probablement les habitants des campagnes et hameaux du territoire de la cité, population que l’on peut supposer autochtone et de langue carienne. On constate donc à cette date qu’une telle décision est portée par deux catégories distinctes d’habitants, qui ont peut-être pu la sanctionner par un vote (les esclaves ne votant pas).

22Un demi-siècle plus tard, le bâtiment de scène du théâtre est construit par Zoïlos, affranchi de César et probablement chargé par Octavien de développer à Aphrodisias une cité-modèle ‘alliée et amie’ de Rome. Il n’est pas exclu que son dispositif particulier ait reflété la hiérarchisation des habitants en deux catégories distinctes matérialisée par un lieu de rassemblement différent : les citoyens sur les gradins du théâtre et le reste des habitants sur la place à l’est du bâtiment de scène. Ce fait justifierait la présence de la seconde terrasse, qui aurait pu servir de tribune dominant la place jusqu’à la destruction au milieu du 4e s. de la partie orientale du bâtiment de scène.

23La place publique de ce côté, reconstruite au 5e s. après la suppression de la porticus post scaenam a probablement servi d’agora en remplacement de l’agora civique septentrionale sujette aux inondations hivernales dans l’Antiquité tardive. Toutefois le dispositif à deux terrasses reliées par une voûte du bâtiment scénique d’Aphrodisias reste le seul observable parmi les théâtres antiques aujourd’hui connus. Nous manquons par ailleurs de témoignages issus des sources historiques ou épigraphiques pour conforter cette hypothèse.

24Plusieurs autres inscriptions honorifiques ont été secondairement gravées sur les blocs de la corniche dorique du proskenion lorsqu’une série de statues de notables et de bienfaiteurs de la cité a été dressée sur la bordure antérieure du logeion. Peut-être en raison de leur poids, les bases inscrites de ces statues n’auraient sans doute pas été montées sur la terrasse, d’où la nécessité d’en recopier les épigraphes sur les blocs de corniche. Les statues auraient gardé leur simple socle muni à la face inférieure d’une mortaise cubique s’encastrant dans les blocs de corniche. Les statues auraient ainsi paru marcher sur la terrasse comme le faisaient antérieurement les orateurs ou les acteurs.

  • 21 Smith 2006, 54-55.
  • 22 Reynolds 1991, 18-19, n°3.

25D’après R.R.R. Smith21, cet aménagement daterait des transformations d’époque antonine du théâtre qui auraient entraîné l’abandon du logeion pour les représentations scéniques22 : peut-être en a-t-il été de même à ce moment pour sa fonction politique de tribune. L’étude de restauration du proskenion entreprise en 2010-2011 par les architectes autrichiens de l’équipe d’Aphrodisias Gerhardt Paul et Thomas Käfer a permis de replacer dans leur ordre d’origine ces blocs de corniche inscrits. Certaines des statues remontées sur ceux-ci auraient été déjà présentes dans l’état d’aménagement antérieur du théâtre, puisque la dédicace honorifique gravée en quatrième position à partir du nord sur trois blocs du huitième entraxe est celle de Tiberius Claudius Diogenes, l’évergète qui avait restauré ou complété l’œuvre de sa famille dans le portique sud du Sébasteion sous Néron, à une époque proche de celle de la construction de la cavea de marbre par Molossos.

Figure 5 Entablement de la section nord du Proskenion dorique avec les blocs de corniche portant les dédicaces de statues honorifiques et les mortaises pour l’insertion de leur socle.

Figure 5 Entablement de la section nord du Proskenion dorique avec les blocs de corniche portant les dédicaces de statues honorifiques et les mortaises pour l’insertion de leur socle.
  • 23 Smith 2006 : tête de vieillard voilé n° 1, 102-104, pls. 4-5 ; togatusjulio-claudien n° 2, 104-107, (...)

26Un second bienfaiteur du 1es., Attalos Adrastos Hierax, a reçu deux fois les honneurs d’une statue selon deux longs décrets des autorités civiques reproduits vers les extrémités de la partie antérieure de la colonnade. Mais les mortaises d’insertion de statues, particulièrement nombreuses et de tailles diverses dans ces secteurs, montrent que les statues de ces premiers évergètes avaient été entourées au fil du temps d’autres figures ou ornements (fig. 5). Les autres inscriptions de la corniche concernent des notables du 2es. : l’une d’entre elles honore Tiberius Claudius Zélos, époux d’une descendante de Zoïlos, probablement le bienfaiteur qui a réaménagé au milieu du 2e s. pC le plateau scénique. Toutefois il est difficile de préciser si les trois grandes statues de notables et la tête de vieillard voilée provenant des fouilles du théâtre appartenaient au décor du front de scène ou à celui de la terrasse du logeion23.

  • 24 Roesch 1984, 178-179, fig.3.

27De fait, cette terrasse se transforme ainsi progressivement en galerie des grands hommes de la cité, qui donne ainsi à voir les acteurs de sa notoriété et manifeste ainsi sa piété et sa reconnaissance envers eux. Mais nous allons voir qu’antérieurement à cette occupation secondaire de la terrasse ouest, certains indices permettent de penser que la parodos nord, le long de laquelle le mur du bâtiment de scène verra s’inscrire les archives de la cité au début du 3e s. pC, avait pu antérieurement jouer le rôle de lieu de mémoire à la cité carienne, comme c’est le cas par exemple pour la terrasse bordée de statues honorifiques longeant la voie d’accès au théâtre de l’Amphiaraion d’Oropos en Béotie24.

  • 25 Reynolds 1991, 24, n° 3.

28Cette connotation de mémorial se marque d’abord parce que le donateur de la cavea, AristoclèsMolossos, y avait été honoré par un heroon sous la terrasse contrebutant l’analemma nord. La porte de ce local voûté ouvrant dans la parodos était surmontée d’un linteau de marbre portant l’inscription : Molosseion25. On peut supposer aussi que les plateformes en encorbellement des murs-pignons nord et sud du bâtiment de scène auraient pu elles aussi porter des statues dès la première phase de construction du théâtre.

parodos e 26 parodos

Figure 6 Enclos bordé d’une barrière à l’angle nord-ouest de la parodos nord.

Figure 6 Enclos bordé d’une barrière à l’angle nord-ouest de la parodos nord.
  • 27 Reynolds 1982, doc. 27, 149-150, pl. XXI.5.
  • 28 Reynolds 1982, doc. 38, 163.

29Nous pouvons enfin ajouter à ces remarques un dernier élément archéologique significatif. Dans l’angle entre l’analemma nord et la porte du Molosseion, un petit enclos trapézoïdal est bordé du socle en marbre blanc d’une barrière dont le profil est incisé sur le mur d’analemmaà l’ouest (fig. 6). Le dallage en a été spolié et le mur de fond nord porte l’empreinte et les trous de fixation d’une grande plaque qui a pu porter une épigraphe. Il se trouve qu’une haute base de statue honorifique dédiée à Artemidoros, fils de Pereitas, a été réemployée juste à côté pour réparer l’extrémité de l’analemma nord27. Dans le mur tardif à l’est de la porte du Molosseion était d’autre part réemployé un fragment de base cylindrique inscrite au nom de Zoïlos28.

30Il y a donc des chances pour que l’enclos ait été prévu pour isoler et mettre en valeur les statues honorifiques des deux premiers « grands hommes » de la cité, à la manière d’un petit temenos sacralisant. Il n’est pas évident de préciser si son installation date de la mise en place de la cavea et de l’heroon de Molossos ou si ces statues étaient déjà antérieurement dans la parodos. Les fouilles du secteur ont rendu au jour une barrière de marbre composée de petits piliers à chapiteaux corinthiens reliés par des panneaux de croisillons à jour. Bien qu’elle soit incomplète, ses proportions pourraient correspondre au profil d’anathyrose gravé sur le parement externe du mur d’analemma. Le raffinement de son exécution et la qualité de son marbre paraissent la dater de la phase de construction proto-augustéenne du bâtiment de scène, mais elle a pu être réemployée dans l’angle de la parodos après la construction de la cavea de marbre.

  • 29 Reynolds 1982, doc. 53.

31Or une inscription sur le front du larmier des premiers blocs nord de la corniche du proskenion (fig. 4) indique qu’un certain Grypos a restauré (ou remonté) deux statues « sur la décision de Junius Maximus, l’éminent questeur », cette magistrature romaine datant de 167-168 pC29. Ce Grypos serait un descendant du celèbre Artémidoros et les deux statues qu’il aurait réinstallées sur la terrasse du proskenion, probablement grâce à un financement impérial, pourraient être celles qui se trouvaient auparavant dans l’enclos, donc plus bas que d’autres statues d’évergètes installées depuis le milieu du 1e s. sur la terrasse du proskenion. Cet acte de piété familiale de Grypos, cautionné et solennisé par l’approbation du magistrat romain, visait à améliorer la visibilité des statues d’Artémidoros et peut-être de Zoïlos. Leurs bases, devenues inutiles puisque les socles des statues étaient insérés directement dans le lit d’attente de la corniche du proskenion, ont été postérieurement réutilisées à proximité pour des réparations. De plus, les textes rappelant les hauts-faits d’Artémidoros ont été gravés à l’extrémité nord du proskenion, au-dessous de l’emplacement présumé de sa statue.

32Ces textes historiques capitaux pour l’image de marque de la cité ont donné un peu plus tard l’idée aux Aphrodisiens de transcrire sur le mur perpendiculaire du pilier d’antes, le long du passage des hôtes de marque entrant au théâtre, les autres documents concernant l’histoire de la cité depuis la période où Antoine gouvernait l’Asie Mineure jusqu’au 3e s. pC. L’extrémité nord du proskenion et la parodos attenante prennent alors leur pleine dimension de lieu de mémoire et d’identité de la cité carienne.

33Le théâtre d’Aphrodisias présente donc des éléments révélateurs de sa fonction politique et médiatique, tant par l’architecture que par l’épigraphie. Dans le contexte de rivalité (philotimia) entre les cités d’Asie Mineure, les modifications et ajouts introduits dans le second quart du 2e s. pC et au début du 3e s. montrent que la cité cherchait à prendre la tête du koinon des Cariens en mettant en avant ses relations privilégiées avec le pouvoir impérial et sa longue fidélité à Rome. Comme le dit à juste titre Ch. Roueché, on doit supposer que le théâtre a servi, lors des assemblées des délégués

  • 30 Roueché 1989, 1-4.

“as a show place of the importance of the city, to impress visitors from other cities”30

Bibliographie

Sources

Plutarque, Vies Parallèles, éd. Les Belles Lettres, 1976, Tome XI Agis et Cléomène Les Gracques, [Texte établi et traduit par R. Flacelière et E. Chambry], Paris 1976, Caius Gracchus, 5, 4, p. 124.

Vitruve, De architectura, L.VII, éd. Les Belles Lettres 1995 [Texte établi et traduit par B. Liou et M. Zuinghedau, commenté par M.-Th. Cam.].

Ouvrages et articles

Edhem Bey, I. (1904), « Fouilles de Tralles », BCH 28, 54-92. URI : http://dx.doi.org/10.3406/bch.1904.3319

Greco, E. / Theodorescu, D. (1987), Poseidonia-Paestum III: Forum nord, Rome.

Gros, P. (1996), L’architecture romaine I, les monuments publics, Paris.

Gros,P. (1996), « Les nouveaux espaces civiques du début de l’Empire en Asie Mineure : les exemples d’Ephèse, Iasos et Aphrodisias », in : Ch. Roueché / R.R.R. Smith (éds.), Aphrodisias Papers III [JRA sup. 20], 111-120.

Johannowsky, W. (1972), “Osservazioni sul teatro di Iasos e su altri teatri in Caria”, ASAA XLVII-XLVIII, 451-459.

Krauss, F. (1973), Das Theater von Milet, Teil 1, Das hellenistische Theater, der römische Zuschauerbau, Milet: Ergebnisse der Ausgrabungen und Untersuchungenseit dem Jahre 1899, vol 4.1-2, Berlin.

Reynolds, J.M. (1982), Aphrodisias and Rome [JRS Monograph 1], Londres.

Reynolds, J.M. (1991), “Epigraphic evidence for the construction of the theatre”, in: R.R.R. Smith / K.T. Erim (éds), Aphrodisias Papers 2 [JRA sup. 2], 15-28.

Ritti, T. (2006), Guida epigrafica a Hierapolis di Frigia (Pamukkale), Istanbul.

Roesch, P. (1984), « L’Amphiaraion d’Oropos », in G. Roux (dir.), Temples et sanctuaires, Séminaire de recherche 1981-1983 [Travaux de la Maison de l’Orient n° 7], Lyon.

Roueché, Ch. (1989), Aphrodisias in Late Antiquity [JRS Monograph 5], Londres.

Roueché, Ch. (1991), “Inscriptions and the later history of the theatre”, in: R.R.R. Smith / K.T. Erim (éds), Aphrodisias Papers 2[JRA sup. 2], 99-102.

Roueché, Ch. (1993), Performers and Partisans at Aphrodisias in the Roman and Late Roman Periods [JRS Monograph 6], Londres.

Roueché, Ch. (1995), “Aurarii in the auditoria”, Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik 105, 37-50.

Smith, R.R.R. (dir.) (2006), Aphrodisias II : Roman portrait statuary from Aphrodisias, Mainz. Base de données Internet INSAPH : inscriptions d’Aphrodisias

Notes

1 Vitruve De arch. VII.5.5.

2 Reynolds 1991, 15-16.

3 Reynolds 1982.

4 Gros 1996b.

5 EdhemBey 1904.

6 Johannowsky1972, 455.

7 Reynolds 1991, 16-19, 22-25, n° 1 à 6, figs. 1-3. Base Insaph, corpus Iaph n° 8-108, n° 8-111, 8-112, 8-113.

8 Roueché 1993, 99-117.

9 Ritti 2006, 115-118.

10 Roueché 1993, 100, pl. XIII.

11 Roueché 1995.

12 A. Audin et J. Guey, BSNAF 1976, 202.

13 Roueché 1991, 99-102 ; Reynolds 1982, doc. 48, 174-176.

14 Krauss 1973, 4, 1-2, 63 et 81-82, pls. 9-10.

15 Roueché 1989, 1-4.

16 Roueché 1989, 39 et 42.

17 Greco/Theodorescu 1987, 27-39, figs. 34-42; Gros 1996, 209, figs. 243, 211, 246.

18 Plutarque, C. Gracchus 5.4.124.

19 Reynolds 1982, 11-16, pl. 2 ; IAph théâtre n° 8.3.

20 Reynolds 1982, doc. 3, 16-20 ; IAph théâtre n° 8.2

21 Smith 2006, 54-55.

22 Reynolds 1991, 18-19, n°3.

23 Smith 2006 : tête de vieillard voilé n° 1, 102-104, pls. 4-5 ; togatusjulio-claudien n° 2, 104-107, pls. 6-7 ; prêtre du culte impérial âgé n° 51, 179-180, pls. 46-47 ; jeune prêtre du culte impérial n° 50, 177-179, pls. 44-45.

24 Roesch 1984, 178-179, fig.3.

25 Reynolds 1991, 24, n° 3.

26 Reynolds 1982, doc. 1, 6-11, pl. I.1.

27 Reynolds 1982, doc. 27, 149-150, pl. XXI.5.

28 Reynolds 1982, doc. 38, 163.

29 Reynolds 1982, doc. 53.

30 Roueché 1989, 1-4.

Table des illustrations

Titre Figure 1Pian du théâtre d’Aphrodisias situant les éléments évoqués dans le texte
Crédits d’après M Uhlheimer, M.Schwartz
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre d’Aphrodisias
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 3 Traces des escaliers d’accès à la terrasse de la porticus post scaenam
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 4 Entablement de l’extrémité nord du proskenion portant sur le larmier la dédicace de Grypos et sur une métope comme sur l’architrave le décret évoquant l’épisode de la libération de Quintus Oppius par le contingent des Aphrodisiens en 88 av. n.è.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1062/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Figure 5 Entablement de la section nord du Proskenion dorique avec les blocs de corniche portant les dédicaces de statues honorifiques et les mortaises pour l’insertion de leur socle.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1062/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1062/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Figure 6 Enclos bordé d’une barrière à l’angle nord-ouest de la parodos nord.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1062/img-7.png
Fichier image/png, 444k

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr