Version classiqueVersion mobile

La littérature turque à l’aube du millénaire : 1999 – 2000

 | 
Timur Muhiddine

Roman et Histoire

Texte intégral

1Depuis le début des années 1990, le roman historique s’est installé dans la prose turque : de Orhan Pamuk à Nedim Gürsel, de İhsan Oktay Anar à Zülfü Livaneli, on constate une augmentation constante du nombre de ces fictions inscrites dans l’histoire ottomane.

2Paru à la fin de l’année 1998, Benim Adım Kırmızı (Je m’appelle Rouge, İletişim Yay.), le dernier roman de Orhan Pamuk a pulvérisé les records de vente : sans doute son maître- livre à ce jour, le texte de 470 pages se présente comme un essai de refonte d’éléments essentiels de l’ancienne culture ottomane mais où domine la question de la représentation : en l’occurrence l’art du miniaturiste. Mais le rapport avec l’Occident - ici la rivale Venise - continue, comme dans Beyaz Kale, d’occuper le narrateur. Non content d’interroger l’âme ottomane, il s’efforce de scruter l’Autre, sous toutes ses formes.

3À la différence des nombreux romans his­toriques paraissant en Turquie, trop souvent inféodés au réalisme (et même au document d’archives, comme si la preuve devait être faite de l’exactitude d’un passé peu connu), ce texte se déploie dans le domaine du conte, de l’allé­gorie et de ses extensions contemporaines... Un roman qui continue d’alimenter les discussions : début juillet 1999 par exemple, le critique et traducteur Ahmet Cemal se penche sur les (supposées) erreurs historiques du texte de Pamuk, répétant, sans le vouloir, la polémique suscitée par Kara Kitap (Le livre noir) entre 1990 et 1992.

« Ce matin, dès que Mon Oncle me fit asseoir en face de lui, il se mit à me parler des portraits qu’il avait vus à Venise. Sa condition d’ambassadeur de notre Grand Seigneur le Sultan lui avait permis de visiter nombre palais, riches demeures et églises. Il avait passé des journées devant des milliers de portraits, il avait vu des milliers de visa­ges peints sur tissu, sur bois, dans des cadres, reproduits sur des fresques murales. « Tous différents, uniques, d’incomparables visages humains ! », dit-il. Il était ivre de leur diversité, de leurs couleurs, de la douceur de la lumière qui les baignait, de leur bizarrerie, et même de leur dureté, du sens qu’il déchiffrait au fond de leurs yeux.
« Ils ont tous fait faire leur portrait, à croire qu’il s’agit d’une épidémie », dit-il. « Tout Venise. Tous ceux qui avaient de l’argent et quelque pouvoir ont fait exécuter leur por­trait pour témoigner de leur existence, en posséder une trace, mais aussi pour qu’il soit le signe de leur richesse, de leur force et de leur pouvoir. Être toujours là, face à nous, faire ressentir aux autres qu’ils exis­tent, faire passer l’allusion qu’ils sont entièrement différents de tous les autres. »
Dès qu’il était question de jalousie, de colère ou d’avidité, ses paroles étaient méprisantes, mais lorsqu’il parlait des por­traits vus à Venise, il n’était pas rare que son visage s’illuminât l’espace d’un instant et s’animât comme celui d’un enfant.
Les riches, les princes et les grandes familles protectrices des arts furent possédés d’une telle frénésie de se faire portraiturer en chaque occasion, que même lors de l’élaboration de fresques d’églises tirées de récits sacrés ou de la Bible, ces mécréants posaient comme condition d’y voir figurer leur visage. Tiens, si par exemple tu jettes un coup d’œil au tableau qui représente l’en­terrement de saint Stéphane, eh bien, parmi les visages en pleurs placés à l’angle de la tombe, il y a un prince qui est aux anges, possédé d’une joie éclatante de te montrer fièrement les fresques murales de son palais. Puis, sur une fresque murale qui représente Saint Pierre soulageant des malades avec son ombre, je fus déçu de remarquer dans un coin que l’infortuné malade soumis à d’infernales souffrances n’était autre que le robuste frère de notre charmant histrion. Et le jour suivant, cette fois-ci dans un tableau qui dépeignait la résurrection des morts, tu contemplais le cadavre du convive que tu avais vu s’empiffrer au repas précédent.
« Certains ont poussé ces affaires si loin... », dit Mon Oncle, comme s’il craignait d’évoquer la représentation du Diable, « que pour le banal avantage de se retrouver sur un tableau, ils ont consenti au rôle de mo­deste serviteur qui remplit les verres dans une assemblée nombreuse, à celui de cruel qui lapide une femme adultère ou même de meurtrier aux mains entachées de sang. »
(Extrait du chapitre 20 du roman)

4D’autres voies se font jour chez les romanciers historiques : il faut ici mentionner Ahmet Altan qui avec Kılıç Yarası Gibi (Comme une blessure de sabre, Can Yay.) a également atteint d’impressionnants chiffres de vente... Dernier venu dans la catégorie des « romanciers historiques », A. Altan a choisi d’ancrer son récit dans le tournant du siècle et les dernières années du règne d’Abdülhamit II, le « Sultan rouge ». La période est intéressante - le pouvoir absolutiste, secondé par des cohortes d’espions et de mouchards, se voit contesté et l’on sent les prémisses d’un vent de liberté souffler à l’extérieur de la capitale - et le lieu exceptionnel : il s’agit de la Constantinople 1900 (une partie du roman a aussi Salonique pour toile de fond) où cohabitent les grandes familles traditionalistes, les réformateurs éclairés, les politiciens serviles et quantité de jeunes « rebelles »... La mise en place du décor est très réussie et le ton vise à restituer la structure archétypale de la vie traditionnelle : la force des croyances, le poids de la communauté et sa soumission à l’autorité de Dieu et du sultan nous renvoient à « l’Ancien régime » ottoman. Par ailleurs, dans son évoca­tion d’une certaine haute bourgeoisie, le texte d’Altan renoue avec les précurseurs du roman de langue turque, ces auteurs des années 1870­1880 qui eurent comme thèmes de prédilection la confrontation avec le nouveau : l’Occident rêvé. À ce titre, le personnage de Hikmet Bey, déchiré entre passion érotique et la conscience douloureuse de l’effondrement d’un monde, est à la fois la somme de tous ces inquiets du début du XXe siècle et le fruit d’un regard romanesque contemporain et la représenta­tion de la décadence des grandes familles. Une question reste néanmoins posée : une fiction réaliste permet-elle vraiment d’accéder à ce mystère (car très peu connu et bien peu dis­cernable en raison du changement linguistique intervenu en 1928) que constitue l’âme ottomane ? Les prosateurs turcs actuels se font fort de « revisiter » l’Histoire dont plusieurs générations ont été privées mais sont-ils suffi­samment armés ? La présentation de la person­nalité d’Abdülhamit II par exemple est un pur concentré de clichés : le souverain craintif, entouré d’espions et grand amateur de romans policiers traduits du français aurait mérité un traitement plus subtil, une évocation plus fine de ses contradictions…

« Le sultan croisa ses mains dans le dos et, s’approchant de la fenêtre, contempla longuement le Bosphore par-dessus les collines..
- Regarde toute cette beauté, Docteur. Mais à quoi bon lorsqu’on ne peut en jouir ? Chaque rue, chaque maison de cette ville suinte la trahison, le meurtre, le sang. Il m’arrive de voir le Bosphore en rêve et c’est une mer de sang qui coule lentement, charriant des milliers de cadavres ; cette mer admirable que nous a donné le Seigneur de l’Univers nous apparaît ensanglantée. Évidemment, vu de loin, diriger un pays semble une affaire facile. Prenons ces types, par exemple, qui s’affrontent en plein jour sur la place publique : dois-je les mettre au cachot, les exiler dans le désert d’Arabie sachant que leurs successeurs qui ne seront pas meilleurs continueront de s’égorger les uns les autres ? Que Dieu me pardonne, mais il nous a confié une tâche ingrate, impossible de la refuser, impossible de s’en défaire, un vrai boulet que nous traînerons jusqu’à la fin de notre vie. Tous les jours des milliers de soucis, des milliers de rapports de police ; certains cherchent à nous ren­verser pour placer notre frère sur le trône, d’autres abusent de leur autorité en notre nom, il faut avoir l’oreille partout, surveiller tout le monde, pour peu que tu leur laisses la bride sur le cou ils plongeraient le pays dans un bain de sang. Il n’est jusqu’à ce palais, Docteur, qui ne soit un repaire de traîtres et d’ennemis où domine la peur ; lorsqu’il veut prendre son bain, le Sultan en personne entre dans une cage, comme un animal, pour peu qu’il ne vienne à l’idée d’un comploteur de lui planter un couteau entre les omoplates pendant qu’il se savonne la tête ; il ne peut dîner à son aise sans qu’on ne goûte d’abord le plat, au cas où un traître y aurait versé du poison. Je ne sais plus au fond si le Bon Dieu confie ce rôle à ses serviteurs bien aimés ou à ceux qu’il réprouve. Il m’arrive parfois d’avoir une envie de...
Le Sultan hésita quelques instants, puis secoua la main dans un geste de décourage­ment, laissant la réponse en suspens. Et comme le Docteur n’eut pas le courage de lui demander ce que c’était, comme à son habitude, le Sultan changea de conversa­tion.
- Il n’y a pas si longtemps, tu m’avais parlé d’un roman policier publié en France. Quelles nouvelles de ce livre ?
- Je l’ai donné à Tahsine Pacha pour qu’il le fasse traduire, Majesté, je pense qu’il vous sera présenté d’un jour à l’autre ; c’est un livre intéressant, palpitant même, et j’ose espérer qu’il vous plaira.
Le Sultan caressa sa barbe rousse et sourit imperceptiblement.
- Sais-tu Docteur que le mystère de la vie est caché dans les romans policiers ? Ce sont les seuls livres que je lis. Et sais-tu pourquoi ? Parce qu’un homme qui dirige un pays doit d’abord connaître les raisons pour lesquelles les gens commettent des meurtres et com­ment ils s’y prennent pour s’entretuer ; la vie n’est qu’intrigue, Docteur, meurtres et intrigues, et c’est le sujet des romans policiers. »
(Extrait du chapitre V, traduit par Leslie Agagnian, à paraître aux éditions Actes Sud)

Maniaqueries du Bosphore : Promenade en barque au large de Sirkeci dans cette bonne ville d’İstanbul en l’an 1874...
Bulle 1 : « Mon lapin, Cemil Bey et son ensemble de fasil joueront demain pour la dernière fois à Direklerarası... Promets-moi d’y aller, mon lapin ! »
Bulle 2 :« Moi aussi j’aimerais beaucoup y aller mais je suis occupé, ce soir est le soir de la revue, mon ange... que se passera-t-il si la copie n’est pas prête demain ? »
Bulle 3 : « Mais mon lapin, c’est une occasion unique d’écouter du fasil... Et tu sais, le fasil est suivi d’un spectacle de Karagöz... »
Bulle 4 :« Grand Dieu ! Il faudra que j’oblige notre équipe à se hâter. Enfin, la solution devrait se trouver... »

Maniaqueries du Bosphore : Promenade en barque au large de Sirkeci dans cette bonne ville d’İstanbul en l’an 1874...Bulle 1 : « Mon lapin, Cemil Bey et son ensemble de fasil joueront demain pour la dernière fois à Direklerarası... Promets-moi d’y aller, mon lapin ! » Bulle 2 :« Moi aussi j’aimerais beaucoup y aller mais je suis occupé, ce soir est le soir de la revue, mon ange... que se passera-t-il si la copie n’est pas prête demain ? »Bulle 3 : « Mais mon lapin, c’est une occasion unique d’écouter du fasil... Et tu sais, le fasil est suivi d’un spectacle de Karagöz... »Bulle 4 :« Grand Dieu ! Il faudra que j’oblige notre équipe à se hâter. Enfin, la solution devrait se trouver... »

5Quant à Mario Levi, dans son énorme roman de 741 pages, İstanbul Bir Masaldı (Remzi Kitabevi), il aborde la question de quatre générations de personnages juifs, dans l’Empire finissant et la République et l’on peut considérer qu’il poursuit en réalité un débat ouvert avec les commémorations en 1994 de l’exil des Juifs d’Espagne, puis divers essais historiques dont le récent Cumhuriyet Yıllarında Türkiye Yahudileri : Bir Türkleştirme Serüveni 1923­1945 (İletişim Yay.) de Rifat N. Bali.

6De manière assez différente des autres romans à vocation historique mentionnés, la problématique affirmée ici est celle de l’out­sider ainsi que l’enjeu d’une langue à conquérir. À quel prix peut-on, en tant que citoyen et écrivain, se dire turc et minoritaire ? Une longue préface aborde cette question sur le mode lyrique mais avec une franchise qu’aucun membre de la communauté juive n’avait jusqu’alors employée :

« Ce n’était quand même pas ma faute si j’étais né « étranger » dans la péninsule la plus proche de l’Occident (İstanbul). Ce n’était pas ma faute si je vivais İstanbul comme une légende, si, poussé par une vieille tendance, je désirais utiliser les mots des autres, si je voulais parfois ressembler aux gens des autres livres ou aux héros de prose ou de théâtre qui infléchissaient ma vie, utiliser leurs mots sans partager leurs particularités, tout en nourrissant l’espoir d’un nouvel itinéraire, d’une libération... Pour finir, mon İstanbul prit une forme légendaire... »
(Extrait de la préface, p. 13)

7La période beaucoup plus récente - mais qui appartient néanmoins déjà à l’Histoire -, des années 1940 est soumise à de nouvelles interro­gations : la Seconde Guerre mondiale vécue en retrait des événements par une Turquie neutre mais talonnée par l’Allemagne nazie dans les Balkans, marquée par l’instauration du notoire Varlık Vergisi (« Impôt sur la fortune » qui frap­pa en majorité les minoritaires, chrétiens et juifs) à partir de 1942. Les mêmes années sont évoquées par l’essai Aşkale Yolcuları (Belge) de Rıdvan Akar, Babam Aşkale’ye Gitmedi de Zaven Biberyan (Aras Yay., traduit de l’ar­ménien) et Varlık Vergisi ve Türkleştirme Politikaları (İletişim Yay.) de Ayhan Aktar. Un dossier de la revue Toplumsal Tarih (n° 69) s’at­tache à la Turquie durant la Deuxième Guerre mondiale. La recherche sur l’histoire récente et ses pans d’ombre semble suivre pas à pas la création romanesque : début 2000, le roman Dağı Dağa Kavuşturan (Can Yay.) de Süleyman Sağlam se veut une évocation de l’Anatolie - la Turquie profonde et non les milieux cosmopolites ou diplomatiques des grandes villes - dans le contexte très particulier du pays au cours des années 1940.

8Jusque-là c’étaient les romans de Yılmaz Karakoyunlu (une trilogie parue au début des années 1990) qui brossaient le meilleur tableau des années 1940 à 1960 : ils ont connu de multiples rééditions (et commentaires) et l’un d’entre eux vient d’être adapté à l’écran et a connu un grand succès d’estime et commercial : Salkım Hanımın Taneleri de Tomris Giritlioğlu (Productrice de la TRT) sur un scénario de Yılmaz Karakoyunlu et Etyen Mahçupyan.

9Mais d’autres textes encore confirment l’ins­cription dans une plus longue perspective his­torique : on pourra ainsi mentionner le portrait de Sinan, récit d’Abidin Dino (Yapı Kredi Yay.), Ismail de Reha Çamuroğlu (Om Yay.), roman historique sur le conflit entre les Alévis chiites et le pouvoir ottoman, Kara Büyülü Uyku de Vecdi Çıracıoğlu qui a reçu le prix du Premier roman chez Can Yay. : ici, une double intrigue, byzantine et ottomane structure une narration située à l’époque de la prise de Constantinople, ou encore Saray Meydanı’nda Son Gece (Remzi Kitabevi) de Selma Fındıklı.

10Haremin Büyüsü de Murat Aykaç Ergingöz (Yalçın Yay.) appartient à la lignée des romans orientalistes occidentaux en évoquant la capti­vité et la vie au Sérail d’une Française à la fin du XVIIIe siècle. Comme Christian Jacq, l’auteur (un architecte ayant travaillé à la restauration du Harem de Topkapı) s’appuie sur de concrètes données historiques et voit dans ce genre romanesque une occasion d’intéresser comme de former un public avide de réalisme. Enfin, dans un domaine proche, la biographie familiale romancée (on ne peut ici parler de projet romanesque véritable), Hıfzı Topuz donne un troisième texte après Meyyale et Taif’te Ölüm : Paris’te Son Osmanlılar - Mediha Sultan ve Damat Ferit qui évoque la vie de la fille du sultan Abdülmecit, opposante établie à Paris dans la seconde moitié du XIXe siècle. À la jonction du document et du récit, l’exploration du passé collectif et individuel constitue aussi une forme de recherche généalogique. Les racines toujours...

11Une étape supplémentaire aura été franchie en janvier 2000 avec la parution d’un roman d’Ahmet Ümit, une enquête policière partant du monde hittite et se déroulant sur deux plans, passé et contemporain : Patasana (Om Yay.). L’apparition du polar à vocation historique et ethnique constitue un signe à la fois positif et négatif - positif dans le sens où ce genre autorise une vraie relecture de l’Histoire et aussi une mise en scène narrative où la descrip­tion et la psychologie des personnages peuvent tout à fait être réinventées. Ce qui s’avère par contre plus négatif c’est que s’y révèle une imi­tation des genres occidentaux : l’idée a déjà largement fait recette dans le monde anglo-saxon et en France. Que l’on songe seulement à la collection Grands Détectives qui propose chez 10/18 une quinzaine d’enquêteurs de ce type, du juge Ti (dues à la plume du sinologue Robert Van Gulik) aux textes médiévistes de Ellis Peters...

Le cinéma à la conquête de l’Histoire :

12On pourrait compléter ce tour d’horizon par la mention d’un intérêt parallèle chez les cinéastes : Harem Suare de Ferzan Özpetek a bien entendu été remarqué en 1999 (on l’a qua­lifié de meilleur film historique jamais réalisé en Turquie) mais aussi Kahpe Bizans sorti en salle en février 2000. Comédie historique qui présente de surcroît l’intérêt d’aborder un monde (Byzance) que les Turcs dans leur ensemble connaissent à travers une série de clichés «  culturels », cette production me semble rappeler, dans son impact, l’enthou­siasme suscité par la comédie française Les Visiteurs en 1993. Une vision démystifiée, par­fois grotesque d’un Moyen-âge mis en contact avec les ratés et les aspects ridicules de la vie moderne. Ou comment une nation choisit de se voir - en riant - et en dédramatisant le hiératis­me des figures historiques. Cela vaut plusieurs révolutions...

On pourra se reporter aux articles suivants parus dans les revues au cours de l’année :
- Gösteri n° 209 (Mart 1999) : « Romancılarımızın Tarihe Bakışı ve Tarih Yorumu » « de Seyfi Başkan.
- Adam Sanat n° 162 (Mayıs 1999) : « Tarihseli Soyutlamanın Bir Biçimi » de Semih Gümüş
n° 171 (Şubat 2000) : « Benim Adım Kırmızı İçin Bir Okuma Biçimi » de Semih Gümüş.
- Varlık n° 1098 (Mart 1999) : « Benim Adım Kırmızı’da Çoğulcu Estetik » de Yıldız Ecevit.
n° 1104 (Eylül 1999) : « Üç Roman ve Osmanlıya Üç Bakış » de Bahriye Çeri.
- Kitaplık n° 38 (Güz 1999) : « Osmanlı’ya Romandan Bakmak » de Füsun Akatlı.
- Virgül n° 24 (Kasım 1999) : « Tarih Romancılığı Sorunu » de Gürsel Korat.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/106/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Maniaqueries du Bosphore : Promenade en barque au large de Sirkeci dans cette bonne ville d’İstanbul en l’an 1874...Bulle 1 : « Mon lapin, Cemil Bey et son ensemble de fasil joueront demain pour la dernière fois à Direklerarası... Promets-moi d’y aller, mon lapin ! » Bulle 2 :« Moi aussi j’aimerais beaucoup y aller mais je suis occupé, ce soir est le soir de la revue, mon ange... que se passera-t-il si la copie n’est pas prête demain ? »Bulle 3 : « Mais mon lapin, c’est une occasion unique d’écouter du fasil... Et tu sais, le fasil est suivi d’un spectacle de Karagöz... »Bulle 4 :« Grand Dieu ! Il faudra que j’oblige notre équipe à se hâter. Enfin, la solution devrait se trouver... »
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/106/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 219k

© Institut français d’études anatoliennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search