Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Considérer la mort: de la protection des tombes dans l’antiquité à leur conservation aujourd’hui

 | 
Olivier Henry

Introduction

Texte intégral

1Les questions relatives à la protection et à la conservation des structures funéraires ont toujours été extrêmement sensibles. L'examen des sources épigraphiques et archéologiques montrent que, dès l'Antiquité, un arsenal légal avait été mis en place non seulement pour garantir les dernières volontés du défunt, mais aussi pour s'assurer que sa tombe perdurera et ne subira ni violation ni réutilisation, dispositions juridiques auxquelles s'ajoutaient des mesures structurelles destinées à protéger la chambre funéraire.

2L'importance attachée à ces mesures tient à l'omniprésence de la mort dans l'Antiquité. Ainsi qu'en témoignent les vestiges funéraires, celle-ci ne semble pas « refoulée » par l'homme antique, qui vit constamment au milieu des défunts, lesquels reposent tantôt à l'intérieur même de la cité, comme à Xanthos, tantôt dans des tombes montrées, présentées à tous, et visibles depuis la cité ou le territoire, comme à Hiérapolis, Arpas ou Caunos (voir la carte en annexe).

3De telles pratiques révèlent sans doute deux motivations opposées.

4Une première hypothèse attribue à l'homme antique une conscience aiguë de la mort, dont la répétition imagée participe d'une stratégie d'occultation, de banalisation.

5Mais cette représentation organisée de la mort, quasiment théâtrale, ne pourrait-elle pas être une manière de la réhabiliter ? En la mon¬trant, en la côtoyant, on tente de l'assimiler, de la maîtriser et, finalement, de la vaincre. À cet égard, la question du rituel reste cruciale. En effet, dans quelle mesure le salut est-il placé non dans un au-delà métaphysique, mais dans la conscience des vivants ? Protège-t-on une tombe pour garantir à son propriétaire une paix méritée ou pour se protéger soi-même ? Comme on imagine mal une société sadique faisant peser sur elle-même une pression malveillante, on peut considérer la sépulture urbaine ou monumentale comme un moyen d'aider et de protéger les vivants.

6Une dernière interprétation pourrait intégrer les deux précédentes. Le défunt, présenté comme une personnalité importante de la cité, au même titre que les vivants les plus en vue, mais avec l'avantage de traverser les siècles, a la possibilité de regarder, d'observer, voire de protéger la cité au cours du temps. Il est intégré au paysage : montagne, colline ou paroi rocheuse. Ainsi, les tumuli représenteraient non seulement un retour à la terre, mais aussi, probablement, le passage d'une puissance réelle, sociale (exprimée lors du vivant) à une puissance bien plus universelle, celle de l'intégration à une entité fondamentale : la terre, divinité omnipotente. Quant aux tombes rupestres à façade de temple, elles représente¬raient une réelle divinisation du défunt, associé au panthéon de la cité, à ses croyances directes. La diversité des types de tombes que l'on rencontre en Asie Mineure reflète ainsi celle des cultures populaires et religieuses.

7Dans cette optique, la tombe devient un moyen de conserver non seulement l'intégrité du défunt mais aussi l'identité culturelle à laquelle il appartient. Protéger et conserver ces structures, c'est alors se protéger soi-même, en tant que membre d'une entité culturelle.

8Aujourd'hui, l'intérêt porté aux structures funéraires antiques est toujours vivace, mais les raisons en sont radicalement différentes. En effet, les scientifiques semblent, à première vue, les seuls à s'investir dans ce domaine, qu'il s'agisse de promouvoir un arsenal légal destiné à les protéger, ou de développer des actions internationales en vue de leur conservation. Or, si les tombes antiques sont l'un des vecteurs privilégiés de l'analyse historique, culturelle, politique ou économique, elles ne sont pas pour autant dépourvues de tout poids symbolique. Ainsi, il est frappant de constater combien certains réflexes funéraires illustrent la perma¬nence d'une conscience collective autour des tombes.

9Notre étude s'appuiera principalement sur des exemples de structures antiques mises au jour en Asie Mineure, partie occidentale de la Turquie moderne (voir carte en annexe).

© Institut français d’études anatoliennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access