Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le séisme de Yalova-İzmit-İstanbul

 | 
Jean-François Pérouse
, 
Fadime Deli

L’évaluation des dégâts : question de temps et de point de vue

Texte intégral

A. Un événement presque parfaitement anticipé

1Le tremblement de terre du nord-ouest anatolien était attendu de longue date et quasi annoncé. Plusieurs spécialistes s’étaient même avancés jusqu’à l’annoncer pour le mois de juil­let 1999. Des dizaines de rapports existent -élaborés notamment depuis le séisme de Kobé en 1995, à l’issue duquel l’opinion publique turque (et surtout stambouliote) a commencé à réaliser qu’un événement similaire à İstanbul ferait des dégâts considérables-, émanant d’as­sociations professionnelles ou de fondations, qui attirent l’attention sur l’impréparation de la Turquie face à ce genre de phénomène.

2Par exemple, un symposium intitulé explicitement « İstanbul et les séismes » s’est tenu en mai 1991, à l’initiative de la « Chambre des Ingénieurs en Construction d’İstanbul » (İMO), dont les actes ont été publiés par l’İMO en 1993 (cf. İstanbul ve Deprem Sempozyu­mu..., 1993). Les conclusions de ce colloque, qui sonnent comme un avertissement, sont on ne peut plus claires : il n’y a pas eu de tremble­ment de terre destructeur à İstanbul depuis 1894 ; İstanbul est pourtant située dans une zone sismiquement sensible (qui est soumise à des tensions et déformations importantes : 7 mm d’écartement sur un axe nord/sud, 10 mm d’écrasement sur l’axe est/ouest et 20 mm de décrochement vers l’ouest...) ; les nouveaux appareils de mesure sismique, dont la Turquie dispose depuis 1975, permettent d’enregistrer les micro-tremblements de terre dont le nombre est très important (12.231 entre 1976 et 1988) ; 3 failles peuvent être identifiées dans la zone d’İstanbul : la faille nord-anatolienne, la faille d’İstranca et la zone d’écartement de Srednogorie (Bulgarie) ; dans ces conditions, il est impératif de renforcer le dispositif de mesure et d’enregistrement des micro-séismes, de pousuivre l’élaboration de la « Carte des Régions à risques sismiques de Turquie » (Türkiye Deprem Bölgeleri Haritası) et de mener des travaux d’étude du terrain, dans le détail, surtout dans les secteurs les plus urbanisés du Grand İstanbul. Ces rappels étaient suivis de mises en demeure pressantes concernant plus spécifiquement l’activité de la construction et les responsabilités incombant aux ingénieurs. Ce document était donc explicite... ; mais il n’a pas suffi à provoquer la prise de conscience attendue.

3On peut aussi citer deux publications pré­monitoires :

4La première, Kocaeli Depreme Hazır mı ? (est-ce que Kocaeli est prêt pour le séisme ?), est parue en 1999, peu avant l’événement, dans la prolongation d’une réunion-conférence organisée à İzmit par les Chambres Professionnelles locales. Dans l’élan, le maire d’İzmit décidait de créer une « Direction du Département des Études du sous-sol », de façon à faire faire des études de détail précises, eu égard aux risques objectifs existants. Mais le Ministère des Travaux Publics ne donna pas suite à la propo­sition.

5La deuxième publication, aussi éditée par les Chambres Professionnelles, est constituée des actes d’un symposium sur les « Mesures à prendre contre les risques industriels proba­bles » organisé en septembre 1996. Tout un chapitre y est consacré aux risques liés au séisme (cf. Milliyet, 23/08/1999, p. 15).

6Par ailleurs, en août 1996, la Direction des Travaux Publics du Département d’İstanbul (İl Bayındırlık Müd.) insistait déjà, par la voix de son responsable I.H. Celayir, sur la nécessité d’élaborer un plan d’anticipation pour l’organi­sation des secours en cas de séisme (cf. Cumhu­riyet, 17/08/1996, p. 12).

7À cet égard, il existe même une « fondation du tremblement de terre » (Türkiye Deprem Vakfı), créée en 1993, qui s’emploie depuis des années à éduquer et sensibiliser l’opinion publique en produisant des brochures consignant les recommandations nécessaires à suivre en cas de séisme (cf. Milliyet, 18/08/1999, p. 4). Cette fondation assure gratuitement le contrôle technique des bâtiments et remet un certificat (assorti d’une plaque violette) garantissant leur conformité aux normes antisismiques théori­quement en vigueur.

8De même, à l’occasion du centenaire du tremblement de terre d’İstanbul de juillet 1894, de nombreux articles et ouvrages sont parus en Turquie (cf. Batur, 1994), qui ont rappelé la probabilité, voire l’imminence d’un nouveau séisme à İstanbul, sans que l’on puisse parler d’une périodicité quelconque.

B. L’événement sismique : un paroxysme, inscrit dans une série et sur un tracé bien connus

9Il n’est pas de notre ressort de décrire d’un point de vue de géophysicien ou de spécialiste de la tectonique des plaques ce qui s’est produit le 17/08/1999 à 3h02, puis ultérieurement par répliques plus ou moins violentes (jusqu’à celle du 13/09/1999, date à laquelle nous nous arrê­tons). On se contentera ici de renvoyer à des études publiées par des spécialistes turcs, bri­tanniques, américains ou français (Ambraseys N.N. & Finkel C.F., 1990, 1991, Barka A.A. & Kandinski-Cade A., 1988, Barka A.A. & Toksöz N.M., 1989..). La Faille nord-anatolienne (KAF en turc) est bien identifiée. Elle se divise en trois diramations à l’ouest d’İzmit : une vers Bursa, une vers İznik, et une vers Gölcük. Sous la mer de Marmara, les failles (encore mal con­nues) se prolongent. En outre, chacune est dou­blée de petites failles perpendiculaires, ou parallèles (comme celle de Büyükçekmece), qui composent un système de failles.

10Ainsi, quelques semaines après le séisme, il a été révélé qu’un certain nombre d’indices avaient été remarqués, comme l’effondrement du sol dans une station thermale du départe­ment de Yalova, le 2 août 1999 (cf. Cumhuriyet, 3/09/1999). Le rapport demandé à l’İTÜ sur cet effondrement, aussi signalé au ministère de la Santé, devait commencer par une mission d’enquête programmée pour le 17/08, qui n’a pas pu avoir lieu... De même, un petit tremblement de terre a été enregistré à İstanbul (par l’observa­toire de Kandilli) le 16/07/1999 : mais l’événement n’a pas été rendu public (cf. Cumhuriyet, 9/09/99, p. 17) ; silence que certains reprochent aux responsables de l’observatoire.

11Même s’il peut paraître facile et vain d’iden­tifier a posteriori des signes avant-coureurs (non « pré-scientifiques », bien entendu), il ne demeure pas moins que certains ont été notés. De même, les tremblements de terre de 1894 (à İstanbul), comme ceux, plus récents, d’Erzincan (1992), de Dinar (1995) ou d’Adana-Ceyhan (1997), ont été des avertissements qui n’ont peut-être pas suffisamment été pris au sérieux.

Tableau n° 1 : Les précédents tremblements de terre à İstanbul, en Anatolie occidentale et autour de la Marmara (sur la KAF) ces 500 dernières années

Date

Localisation de l’épicentre (si connue)

Intensité (si connue) et nombre de victimes et dégâts

1509 -le 14/10

İstanbul

7,4 ? / Entre 5000 et 13 000 morts, 109 mosquées et 1070 bâtiments détruits.

1542 -le 12/06

İstanbul

4500 morts et 2500 bâtiments détruits.

1648 -le 21/06

İstanbul

30 000 morts ?

1668- le 18/08

İstanbul

1719

İzmit — Yalova

1754

İzmit — İstanbul

50 000 morts ?

1766 -le 22/05

İzmit — İstanbul

5000 morts à İstanbul ?

1894 -le 22/08

İstanbul

6,7 ? / 280 morts

1878

İzmit — Adapazarı

1953

Bursa

1957

Düzce — Hendek (Bolu)

1964

Bursa

1967

Düzce — Hendek (Bolu)

Sources: Milliyet, 6/09/1999, p. 17; Hürriyet, 22/08/1999, p. 23; Milliyet, 9/09/1999, p. 20; Barka A.A., 1999b; Barka AA., 1999c, p. 27; Ambraseys and Finkel, 1990, 1991.

C. La question des critères d’évaluation et du point de vue

12Inutile d’insister sur cet aspect. Les remar­ques faites en introduction suffiront presque. Ajoutons qu’au sein de l’appareil d’État et du gouvernement, comme au sein de la « communauté scientifique », l’unanimité ne règne pas. Les situations d’urgence et de panique, à l’instar de celle qu’a connues (et que connaît encore) la Turquie sont d’ailleurs propices à l’expression de points de vue divergents.

13En outre, il faut se méfier de certains bilans catastrophistes, qui viseraient à cyniquement « alourdir la facture », pour apitoyer d’éventuels bailleurs de fonds, comme des bilans trop édulcorés et « rassurants » (notamment en ce qui concerne le nombre de morts), destinés à ne pas trop affoler la population. Tout bilan oscille entre ces deux tentations. Par ailleurs, compte tenu du nombre de disparus encore à ce jour (plus de 10 000 ?), le bilan des morts risque de s’aggraver encore. Une réactualisation quasi quotidienne n’est (fin septembre 1999) plus nécessaire. Aussi, parallèlement au nombre de morts officiel, des estimations du nombre probable de victimes -eu égard à l’importance du nombre des disparus- sont-elles désormais aussi fournies. Le 4/09/1999, un membre du gouvernement turc -le ministre du travail et de la Sécurité Sociale, en l’occurrence- s’est même risqué à parler de 22 000 morts en fait (cf. Milliyet, 4/09/1999, p. 16). Et un mois après, le quo­tidien Cumhuriyet avançait un chiffre de morts, plus plausible, s’élevant à 35 000 morts (cf.7/10/1999, p. 3).

D. L’évaluation « géographique » de l’impact du tremblement de terre

14L’impact du tremblement de terre peut être apprécié à plusieurs échelles d’espace (du département, au logement), comme à travers le prisme de plusieurs critères (qu’ils soient archi­tecturaux, démographiques, économiques, ou psychologiques).

15En ce qui concerne les critères géo­graphiques, l’échelle du département (il, en turc) n’est pas la meilleure, dans la mesure où le tremblement de terre a fait sentir ses effets surtout sur un segment de la faille nord-anatolienne (et de ses trois « terminaisons » occi­dentales), soit sur plus de 220 km, ainsi que sur quelques diramations au nord (Karasu) et au sud (Geyve) du rameau principal. Cependant, c’est la plus communément utilisée dans les bilans officiels.

16Il faut préciser que les chiffres que nous donnons ci-après sont purement indicatifs, surtout en ce qui concerne la population per­manente (en 1997) des arrondissements touchés. En effet, la façon dont le recensement a été conduit fait actuellement l’objet d’une sévère mise en question (encore un effet poli­tique, indirect, du tremblement de terre). Une enquête vient même d’être diligentée par un membre du gouvernement pour faire la lumière sur les méthodes de « l’Institut de Statistiques d’État » (DİE), très sévèrement critiqué pour le manque de fiabilité de ses résultats (et, par voie de conséquence, pour le manque de sérieux de ses méthodes). Voir Radikal, 4/09/1999, p. 3. Le 5/09, le directeur du DİE a même été démis de ses fonctions, tant son Institut était mis en cause. A tel point que les résultats du recense­ment de novembre 1997 ne seront finalement pas publiés et que l’organisation d’un nouveau recensement est même à l’ordre du jour.

E. Plusieurs départements inégalement touchés : des bilans encore incomplets

17Le tableau ci-dessus n’appelle pas de longs commentaires. En ce qui concerne le nombre de morts, on assiste à une stabilisation des chiffres du bilan officiel, sachant que le nombre de blessés n’a de sens qu’à un moment donné. Il en ressort nettement que le département de Kocaeli est de loin le plus violemment touché... Les bilans officiels établis par le « Centre de Direction de la Crise », qui paraissent régulière­ment, isolent souvent Gölcük, et induisent en erreur, en faisant croire que Gölcük est un département, alors que ce n’est qu’un arrondissement. Est-ce une manière d’alléger le bilan, en diluant ses résultats ?

1. Kocaeli — İzmit (cf. Milliyet, 19/08/1999, p. 4) : de gros dégâts à l’épicentre

18Sur la route d’İstanbul à Ankara, à la fois par l’autoroute et par le chemin-de-fer, İzmit, l’ancienne Nicomédie, est un important centre industriel fondé à la fois sur la pétrochimie (liée au terminal pétrolier) et sur l’automobile. L’agglomération de plus de 500 000 habitants règne sur un département de taille modeste, dénommé Kocaeli. L’arrondissement de Gebze fait même morphologiquement partie du Grand İstanbul, même si ce n’est pas le cas administrativement.

Tableau n° 2 : le tremblement de terre et ses dégâts ; comptabilisation (provisoire) par départements (il)

Nom des

départements

touchés

Dégâts « humains »

Logements et lieux d’activité détruits

Logements sérieusement endommagés et scellés*, pour certains

Kocaeli (İzmit dont Gölcük)

8588 morts (le 8/09) 9201 blessés (le 8/09) ? disparus

9430

12 725

Sakarya

2627 morts 5084 blessés (le 8/09)

4337

4330

Yalova

2496 morts 4472 blessés (le 8/09)

8782

23

İstanbul

976 morts 3547 blessés (le 5/09)

628

25 109 1423 scellés*

Bolu

264 morts 1163 blessés (le 8/09)

548

écroulés**

2553

Bursa

263 morts 333 blessés (le 8/09)

85

478

Eskişehir

86 morts 83 blessés (le 8/09)

61

299

Zonguldak

3 morts 26 blessés (le 8/09)

7

49

Tekirdağ

35 blessés

2

Total

15 820 morts (le 4/10) 23 954 blessés (le 11/09)

30 047 logements ou lieux d’activité (le 8/09)

46 991 logements et lieux d’activité

Sources : « Centre de Direction de la Crise - Premier ministre » ; Milliyet, 5/09/1999, p. 16 ; Hürriyet, Avrupa baskısı, 31/08/1999, p. 9 ; Türkiye, Avrupa, 30/08/99, p. 16.

* Scellés : mühürlenen en turc. ** Cf.Özgür Bakış, 6/09/1999, p. 3

Tableau n° 3 : Le département de Kocaeli (İzmit) (Les arrondissements les plus touchés sont en italiques)

Arrondissements (découpage de fin 1997)

Population en 1997

Nb. de morts

Nb. de

Bâtiments

détruits

İzmit/Kocaeli — Merkez

443 358

Gebze

402 926

Gölcük

132 887

4288

Kandıra

50 214

Karamürsel

46 229

Körfez

50 214

Total

1 125 828

8371 (le 4/09)

9430

Sources : T.C. Başbakanlık. DİE Başkanlığı, 1998 (Ağustos), 1997 Genel Nüfus Tespiti il ve İlçelerin Şehir ve Köy Nüfusları Kesin Sonuçları, Ankara, p. 11 ; et bilans officiels, « Kriz Yönetim Merkezi », Services du Premier ministre.

19Dans le département-martyr de Kocaeli, l’ar­rondissement de Gölcük fait figure de victime principale. Arrondissement littoral, il a aussi connu un effondrement des terrains remblayés et une invasion marine conséquente (cf. Milli­yet, 6/09/1999, p. 2). Aussi, parmi les petites villes à reconstruire presque entièrement, Gölcük (cf. Cumhuriyet, 1/09/1999) est-elle au premier rang.

20Il est à noter que le nombre des morts à Gölcük, épicentre, est contesté par certaines associations et par certains partis, qui préten­dent qu’il est beaucoup plus élevé que ce que les bilans officiels ne laissent croire (cf. Özgür Bakış, 3/09/1999, p. 1). Inutile de préciser qu’il ne nous est pas possible de trancher. La ques­tion demeure en débat.

  • Le barrage d’İzmit, non touché (voir plus loin).

2. Yalova : Des espaces littoraux sévèrement touchés (cf. Milliyet, Avrupa baskısı, 31/08/1999, p. 6 ; Hürriyet, Avrupa baskısı, 16/09/1999, p. 4)

21En un certain sens, le tremblement de terre aurait eu lieu avant 1995, il aurait frappé de plein fouet İstanbul, puisque avant cette date Yalova n’était qu’un arrondissement (périphéri­que), parmi d’autres, du département d’İstanbul. C’est donc en raison d’un artifice adminis­tratif que l’on peut prétendre qu’Istanbul n’a été que peu touché.

22Lieu de villégiature littorale, saisonnière, pour les Stambouliotes depuis longtemps, le secteur de Yalova connaît depuis le début des années 1980 une urbanisation qui est le fait de résidents permanents. Aux « maisons d’été » (yazlık) se sont donc ajoutés les appartements ou villas de résidence principale. Aussi, en quelques années, Yalova s’est-il urbanisé à coups d’immeubles édifiés spontanément et a-t-il été le lieu d’une intense spéculation foncière et immobilière. Le projet d’un vaste pont rou­tier, qui aurait permis de raccourcir la route entre Gebze et Yalova allait d’ailleurs dans le sens d’un rattachement entier de Yalova à l’aire urbaine stambouliote. Il y a lieu de douter de la mise en œuvre à court terme de ce grand projet, eu égard au site sismiquement très sensible ini­tialement prévu, ainsi qu’au coût de l’opération.

Tableau n° 4 : Le département de Yalova

(les arrondissements en italiques sont les plus touchés)

Arrondissements (découpage de fin 1997)

Population en 1997

Nombre de morts

Nombre de

bâtiments

détruits

Ville centre (Yalova)

91 052

Altınova

16 984

Armutlu

6600

Çınarcık

24 222

Çiftlikköy

20 245

Termal

4813

Total Yalova

163 916

2493 (le 4/09)

8782 (dont 381 totalement effondrés)

Sources : T.C. Başbakanlık. DİE Başkanlığı, 1998 (Ağustos), 1997 Genel Nüfus Tespiti İl ve İlçelerin..., Ankara, p. 18 ; et bilans officiels, « Kriz Yönetim Merkezi », Services du Premier ministre ; Radikal, 2/09/1999, p. 3.

23Il est à noter en outre que les chiffres de morts officiellement fournis sont particulière­ment contestés ; selon certains, il faudrait les multiplier par 2 (cf. Cumhuriyet, 3/09/1999, p. 11), ne serait-ce qu’à considérer le nombre de « sacs à cadavre » acheminés vers Yalova.

24Quoi qu’il en soit, à une échelle plus fine, on peut préciser que c’est surtout le secteur de Hacı Mehmet Ovası qui a été frappé. Dans ce secteur ouvert à l’urbanisation dans les années 1980, plus de 70 % des bâtiments ont été détruits (cf. Ekonomist, n° 36, İstanbul, 5/09/1999, p. 18), alors que les vieux quartiers de Yalova ont été peu endommagés. Les dégâts sont donc loin d’être uniformes : leur ampleur varie d’un quartier à l’autre, voire d’un îlot ou d’un bâtiment à l’autre. Ainsi les « blocs » de 10 étages érigés à Yalova près de l’échelle du ferry­boat d’İstanbul n’ont-ils presque pas été endommagés.

25À cela il faut ajouter une modification du trait de côte lié à un effondrement des terrains côtiers souvent gagnés par (mauvais) rem­blaiement sur la mer (dolgu ou doldurma), ce qui a entraîné une sorte de transgression marine, la mer ayant gagné plusieurs mètres vers l’intérieur. Ce phénomène est particulière­ment visible à Çınarcık (cf. Milliyet, 31/08/1999, p. 7).

3. Sakarya (Adapazarı) (cf. Milliyet, 19/08/1999, p. 4) : un département intérieur vio­lemment ébranlé par endroits

26Le troisième département, quant au nom­bre de victimes, est celui de Sakarya, autrement connu par le nom de son chef-lieu, Adapazarı. Cette ville fut l’une des plus touchées : une de ses principales avenues, l’Adnan Menderes Caddesi offre encore un paysage de désolation assez stupéfiant, tant l’ensemble des bâtiments qui la bordent ont été sévèrement affectés (cf. Hürriyet, 19/08/1999).

27Par ailleurs, l’arrondissement de Sapanca est connu pour le vaste lac qui s’y trouve et qui sert à la fois de réserve en eau pour l’aire urbaine d’İstanbul et de lieu de villégiature ou de « sortie familiale ». Depuis quelques années, ses rives s’urbanisent sur un mode localement et apparemment très luxueux, mais peu ordon­né.

  • Le « miracle » de Tavşancıl (département d’Adapazarı / Sahil beldesi)

28Dans cette commune littorale de plus de 7000 habitants, pourtant située à quelques kilomètres de l’épicentre, on ne dénombre aucun bâtiment effondré ni aucune victime, tout simplement parce que le maire -conscient de la situation de sa commune sur une zone sismique hypersensible- a su y faire respecter quelques principes de bon sens quant à la hau­teur et à la solidité des bâtiments construits.

29Aucun bâtiment, en effet, ne dépasse les 3 étages. Mesure apparemment simple, mais difficile à faire appliquer -les pressions des pro­moteurs sur le maire intègre ont été vives-, et terriblement efficaces. Cf. Milliyet, Avrupa, 31/08/99, p. 3. Cet exemple prouve que l’hécatombe alentour n’était pas une fatalité.

Tableau n° 5. Le département de Sakarya

(en italiques, les arrondissements les plus touchés)

Arrondissements (découpage de fin 1997)

Population en 1997

Nombre de morts/ Bâtiments détruits ou fortement endommagés

Ville centre (Adapazarı)

356 129

11 000

Akyazı

72 574

Ferizli

20 080

Geyve

41 993

Hendek

58 271

Karapürçek

9897

Karasu

45 910

Kaynarca

22 347

Kocaeli

27 337

Pamukova

22 347

Sapanca

29 829

Söğütlü

13 273

Taraklı

10 362

Total

730 349

2626 (le 4/09)

14 000

Sources : T.C. Başbakanlık. DİE Başkanlığı, 1998 (Ağustos), 1997 Genel Nüfus Tespiti il ve İlçelerin..., Ankara, p. 18 ; et bilans officiels, « Kriz Yönetim Merkezi » (Centre de Direction de la Crise), Services du Premier ministre ; Milliyet, 10/09/1999, p. 17.

4. Le séisme à İstanbul (stricto sensu) : de Gebze à Halkalı, en passant par Avcılar

30« Le tremblement de terre d’août 99 n’est pas celui d’İstanbul » répète en abondance une cer­taine presse. Affirmation à la fois vraie et fausse. Tout dépend de la manière dont on définit İstanbul. Si l’on entend par İstanbul le seul territoire de la Municipalité Métropoli­taine, il est sûr que, relativement à İzmit, İstan­bul a été peu touché, mis à part les arrondisse­ments d’Avcılar et de Bağcılar. En revanche, si l’on entend par İstanbul l’ensemble du départe­ment et surtout la totalité de la région fonction­nelle et urbaine, qui déborde largement sur le département de Kocaeli (à Gebze...) et intègre Yalova (ancien arrondissement dépendant d’İstanbul jusqu’en 1995), les dégâts et con­séquences sont d’une tout autre ampleur.

31Depuis le 17/08, par ailleurs, compte tenu des nombreuses répliques (artçı) les spécula­tions vont bon train sur la probabilité d’un tremblement à İstanbul même. La secousse du 13/09 (à 14h58) a d’ailleurs eu pour effet de ren­forcer cette crainte, dûment entretenue, sur le mode de la psychose collective, par un certain nombre de médias à grand tirage ou grande audience.

  • Avcılar : l’arrondissement le plus touché, en périphérie marmaréenne et européenne

32À la périphérie sud-ouest de la mégapole, Avcılar a été particulièrement affecté. Il s’agit d’un arrondissement de création très récente (début des années 1990) ; ce qui témoigne de la jeunesse de sa formation. On peut même dire qu’il n’est pas du tout « consolidé » : il offre encore un paysage urbain « in progress », avec ses bâtiments inachevés et ses multiples chantiers. Il semble que la situation de cet arrondissement -sur le tracé d’une faille perpendiculaire- et que la nature de son site et de son sol et sous-sol (importance des remblaiements ou des alluvions récentes) aient joué un grand rôle dans le bilan final ; surtout si l’on ajoute à ces facteurs la présence de construc­tions peu solides, souvent édifiées par des migrants peu aisés.

33Cependant, tous les quartiers d’Avcılar n’ont pas été également touchés. Les principaux sont le quartier Gümüşpala (Zabıt Çıkmazı, Reşitpaşa Caddesi, Tipatan Sok., Yuvam Apartman, Şükrübey durağı ; cf. Milliyet, Avrupa 19/08/199, p. 3) et le quartier Evren. D’ailleurs, la photo aérienne publiée en première page du supplément « İstanbul » du journal Sabah du 2/09/1999 est très éloquente quant aux dégâts causés par le tremblement de terre, qui sont étonnamment ponctuels.

34Pour l’arrondissement de Bağcılar, on peut incriminer la même situation, les mêmes terrains peu consolidés et les mêmes modes de construction qu’à Avcılar (cf. Hürriyet, 18/08/1999, p. 12). Parmi les quartiers endom­magés de cet arrondissement, on peut citer les quartiers Yavuz Selim et Fatih.

  • Küçükçekmece : un arrondissement vul­nérable, au bord du golfe du même nom.

Tableau n° 6 : Les arrondissements d’İstanbul et le séisme. Quels dégâts ? (le 18.08.99)

Arrondisse­ments

Bâtiments endom­magés

Bâtiments détruits

Nombre de

blessés

Nombre de

morts

Adalar

1

-

1

-

Avcılar

32

29

1421

151

Bağcılar

112

10

105

56

Bahçelievler

-

-

147

-

Bakırköy

3

-

468

49

Bayrampaşa

11

-

40

19

Beşiktaş

7

-

26

-

Beykoz

-

-

53

8

Beyoğlu

30

-

120

16

Büyükçekmece

15

4

180

26

Çatalca

1

1

13

3

Eminönü

1

1

-

1

Eyüp

1

-

43

-

Fatih

1

1

478

22

Gaziosmanpaşa

9

-

80

9

Güngören

1

-

70

1

Kadıköy

-

-

4

1

Kağıthane

-

-

31

-

Kartal

14

-

294

4

Küçükçekmece

21

6

336

30

Maltepe

2

-

-

-

Pendik

11

-

48

6

Sarıyer

8

-

162

4

Silivri

14

8

90

2

Sultanbeyli

1

-

7

4

Şile

4

-

38

-

Şişli

-

-

237

8

Tuzla

43

3

13

8

Ümraniye

1

-

11

3

Üsküdar

1

-

493

29

Zeytinburnu

1

-

-

-

Total

346

74

5.010

976

(le 4/09)

Source : Milliyet, 19/08/1999, p. 6.

35Autre arrondissement de la périphérie sud- ouest de l’aire urbaine, Küçükçekmece, autour de son golfe mal comblé, est médiocrement urbanisé depuis les années 1980. Ici, c’est surtout la zone de Halkalı et celle de Sefaköy qui ont souffert : notamment l’avenue Arif Bey (cf. Milliyet, Europe, 18/08/1999, p. 4) et le quar­tier Nayman (cf. Milliyet, Europe, 18/08/1999, p. 5).

36Dans l’arrondissement de Bayrampaşa, toujours à l’ouest du cœur de l’aire urbaine, mais plus près de celui-ci, ce sont les quartiers de Kartaltepe (cf. Milliyet, Europe, 18/08/1999, p. 5) et de Kocatepe qui semblent avoir été le plus concernés (id.)

  • Bakırköy : la panique dans les « blocs » et les villas

37Gros arrondissement d’İstanbul, Bakırköy, en bord de la mer de Marmara concentre divers quartiers jusque-là réputés, à forte densité de population. Le sous-ensemble le plus connu est Ataköy, complexe résidentiel caractérisé par de grands immeubles collectifs en forme de tours. Mais ces « blocs » de 10 à 15 étages, regroupés en « cités » et « secteurs » (kısımlar), ne constituent en fait qu’un des visages de Bakırköy, qui comprend aussi des villas et des petits col­lectifs de standing au bord de la mer de Marmara (comme à Florya).

38Considéré comme « à risques », du point de vue du sol et du sous-sol, par la plupart des cartes parues depuis le tremblement (en prévi­sion du tremblement de terre centré sur la Marmara, cette fois-ci), cet arrondissement assez prestigieux connaît une sorte de crise de confiance. Son maire s’emploie à rassurer, arguant de la qualité dans l’ensemble fiable des constructions, mais l’inquiétude demeure.

39Dans l’écusson historique (à l’intérieur des remparts de Théodose), les dégâts paraissent limités. Parmi les monuments anciens, seule la mosquée de Ahi Çelebi, à Eminönü, semble avoir souffert du séisme. En restauration depuis 1990, le bâtiment datant de la fin du XVème siècle a mal résisté aux secousses (cf. Hürriyet, İstanbul Eki, 6/09/1999, p. 11). Mais d’autres avis et évaluations plus tardivement publiés paraissent moins optimistes.

40Dans les autres arrondissements, la grande majorité donc, les dégâts apparents sont limités à quelques édifices spécialement mal construits (voir plus loin) ou mal situés.

Les autres départements : Bolu, Zongul­dak, Eskişehir et Bursa

  • Bolu : des dégâts à Düzce et à Gölyaka

41Au total, plus de 260 morts ont déjà été dénombrés dans ce département plus oriental et continental que les précédents. Situés sur la faille, les arrondissements de Düzce (168 000 habitants selon le recensement de 1997) et de Gölyaka (17 693) ont été les plus frappés (cf. carte », Bilim — Teknik/Cumhuriyet eki, n° 650, p. 13). Ces deux arrondissements ont par ailleurs été secoués à nouveau le 29/08 par plusieurs répliques qui ont achevé d’effondrer cinq bâtiments déjà endommagés à Düzce (quartier « Kültür » ; cf. Türkiye, Avrupa baskısı, 30/09/1999, p. 16).

42À Gölyaka, on comptait pour cette petite ville plus de 3000 victimes du séisme, sans logis, au début du mois de septembre (cf. Cum­huriyet, 4/09/1999, p. 5).

  • À Eskişehir, seuls quelques bâtiments par­ticulièrement mal conçus se sont effondrés. Dans un seul bâtiment totalement écroulé, le Tarhan apartman, situé sur l’avenue de Sivrihi­sar, on a dénombré 26 morts (cf. Hürriyet, 19/09/1999, p. 9).

6. En termes administratifs deux « régions » ont été touchées :

43Celle de Marmara et celle d’Anatolie occidentale. Mais l’appellation idoine pour désigner le cœur de la région touchée par le tremblement de terre nous paraît être davantage le « golfe » (sous-entendu d’İzmit). (Voir les cartes jointes en Annexe 2.)

F. L’évaluation démographique : victimes civiles et victimes militaires ; touristes et habitants permanents

44Le séisme a frappé à la fois des résidents permanents, des touristes (nationaux plus qu’internationaux) et des militaires.

1. Les résidents permanents : plutôt à l’intérieur qu’en bord de mer

45C’est à Adapazarı ou à İzmit que l’on compte le plus de victimes relevant de ce sous-ensem­ble. Ajoutons simplement ici que des villages (et donc des ruraux) ont aussi été touchés, à des degrés divers, même si le séisme a eu son expression la plus saillante en milieu urbain.

2. Les « touristes » et retraités : plutôt sur le littoral, évidemment

46Le littoral de la Marmara est un ancien lieu de villégiature (estivale) en Turquie, fréquenté par les classes aisées et moyennes depuis les années 1930. Mais avec la généralisation de l’automobile s’y sont multipliés les « cités » et autres « villages de vacances » (tatil köyleri) construits plus ou moins vite. Plusieurs de ces villages-vacances, constitués de petits immeu­bles construits autour d’une piscine et d’un ou de deux courts de tennis, ont été totalement ravagés par le tremblement de terre. Notam­ment ceux édifiés par des promoteurs ayant fait quelque économie sur les matériaux et les procédés. Selon un officiel de l’Administration du Logement Social, l’ensemble de la zone touchée compte au moins 50 000 logements secondaires (cf. Cumhuriyet, 2/09/1999, p. 19). Ce qui évidemment doit être pris en compte dans l’élaboration des bilans. Il est à signaler d’ailleurs que certaines des victimes sont des « Turcs de l’étranger » ayant réussi aux États-Unis, en Allemagne ou ailleurs.

3. Les militaires : la marine ébranlée à Gölcük (Kocaeli)

47D’après un bilan officiel rendu public début septembre (cf. Nokta, 29/08-4/09/1999, p. 7), 545 militaires -tout grade et tous corps confon­dus- auraient trouvé la mort au cours du séisme. Les forces armées turques ont donc aussi payé leur tribut.

48Par exemple, la base navale (donanma üssü) de Gölcük a été très sévèrement affectée par le séisme, puisqu’un bâtiment (au sens terrestre) qui venait d’être inauguré s’est effondré sur ceux qui y dormaient, amiraux et appelés con­fondus. Les plus de 200 morts ont aussitôt été faits « Şehit » c’est-à-dire martyrs (cf. Türkiye, Europe, 18/08/1999, p. 1). On peut supposer que dans le cas de la marine une enquête sérieuse sera diligentée pour identifier les con­structeurs peu scrupuleux de ce vaste bâtiment défectueux (cf. Cumhuriyet, 1/09/1999).

4. La question des disparus (cf. Sabah, 3/09/1999, p. 2)

49Elle est essentielle quand on considère le bilan humain, dans la mesure où celui-ci risque de s’aggraver. On déplore plus de 10 000 dis­parus fin septembre 1999, ce qui augure d’un bilan final bien pire. En conséquence, les nom­breux parents de disparus se mobilisent pour que les décombres ne soient pas enlevés trop rapidement ni trop grossièrement, et surtout pour que la question ne soit pas trop vite évincée de l’ordre du jour.

© Institut français d’études anatoliennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr