Version classiqueVersion mobile

Archéologies et espaces parcourus

 | 
Olivier Henry

De l’usage de l’architecture domestique dans l’approche des sociétés protohistoriques

L’exemple de l’Anatolie au Bronze Ancien

Bérengère Perello

Résumé

La maison est une « métaphore matérielle, sociale et mentale »1 des sociétés ; en ce sens, elle est un outil de choix pour appréhender leur identité et pour comprendre leur fonctionnement. Mon objectif dans ce bref article est d’établir les éléments qui prévalent à la structuration de l’espace domestique des sociétés anatoliennes protohistoriques et de distinguer les facteurs déterminants des éléments subsidiaires.

Texte intégral

  • 2 Perello2011
  • 3 Rapoport 1969.

1Mes recherches sur L’architecture domestique de l’Anatolie au IIIe millénaire2, m’ont permis de constater l’existence d’une variabilité des types d’habitat à l’échelle des sites, des régions et de l’Anatolie dans son ensemble. Cet article vise à identifier les variables qui prévalent à la structuration de l’espace domestique. Cette vaste question, qui a déjà été traitée d’un point de vue anthropologique3, est abordée ici spécifiquement pour le corpus de l’Anatolie au Bronze Ancien. Il va sans dire que le choix d’un type d’habitat résulte de l’interaction de multiples éléments dont l’impact est plus ou moins déterminant. Or, il apparaît que la prévalence de l’une ou l’autre variable est relative aux sociétés étudiées et à la période considérée. Ainsi, l’analyse de ces facteurs est susceptible de livrer des informations pertinentes sur le fonctionnement de ces sociétés.

2Ces variables peuvent être classées en deux grandes catégories : environnementales ou culturelles et sociales.

  • 4 Erkanal 1996, res. 2 ; Blegen et al. 1951, figs. 264, 269, 281, 304-307 ; Korfmann 1988, abb. 1.
  • 5 Lloyd/Mellaart 1962, figs. 9-10, 13, 17 ; Efe 1995, fig.4
  • 6 Perello 2011, figs. 65-66.
  • 7 Conti/Persiani 1993, fig. 2-4 ; Duru 1979, 70.
  • 8 Hauptmann 1982, taf. 33.
  • 9 Frangipane 1995, fig. 2 ; Duru 1979, lev. 69.3 ; Hauptmann 1982, Taf. 29 ; Helms 1973, fig. 3.
  • 10 Koşay 1976.

3Le climat est une variable que les constructeurs doivent prendre en compte pour élaborer une maison afin que celle-ci soit à même de protéger les occupants des variations météorologiques. Cependant, le climat ne semble affecter véritablement l’habitat que pour les régions où le temps est particulièrement difficile. En Anatolie, où les conditions climatiques sont clémentes, ces ajustements sont souvent mineurs et ne concernent qu’un aspect de la construction à savoir le type de couvertures ou la présence de seuils renforcés. L’absence de corrélation entre le type d’habitat et les conditions climatiques est illustrée notamment en Anatolie occidentale par le fait que cette région aux profils climatiques variés entre la côte (Baklatepe, Troie, Beşik-Tepe4) et l’intérieur des terres (Beycesultan, Kaklık Mevkii5) possède un habitat identique. A contrario, en Anatolie orientale, la plaine de Malatya-Elazığ, qui présente un climat homogène, accueille des modes d’habitat extrêmement diversifiés (fig. 2-3)6. Cinq types de plans y coexistent, à savoir des plans monocellulaires de formes quadrangulaires (Arslantepe, Değirmentepe)7, circulaires (Arslantepe, Norşuntepe)8, ou carrées à angles arrondis (Arslantepe, Değirmentepe, Norşuntepe, Taşkun Mevkii)9, des plans quadrangulaires pluricellulaires et enfin des plans oblongs trapézoïdaux (Pulur-Sakyol)10. Le facteur climatique n’est donc pas déterminant dans l’élaboration du programme planimétrique et technique.

  • 11 Perello 2011, 70.

4En ce qui concerne les ressources matérielles, l’Anatolie jouit également de conditions favorables. Les matériaux nécessaires à la construction, à savoir l’argile, la pierre et le bois, sont répartis de façon assez homogène sur le territoire. Ainsi, l’utilisation de l’un ou l’autre de ces matériaux résulte d’un choix plus que d’une contrainte. Des sites contigus et contemporains adoptent des plans différents bien qu’ils aient accès à des ressources identiques (Karagündüz Höyük et Dilkaya Höyüğü, Şemsiyetepe et Han İbrahim Şah, Pulur-Sakyol et Taşkun Mevkii)11. En somme, les ressources disponibles permettent seulement la réalisation d’un type d’habitat qui a été sélectionné a priori. Cette richesse en matériaux de construction offre une grande latitude aux constructeurs. Ainsi, l’analyse des techniques a révélé qu’un établissement pouvait, au cours du Bronze Ancien, avoir recours à des techniques diverses pour l’élaboration de ses constructions et également qu’un type de plan pouvait être réalisé à l’aide de techniques différentes (soubassements en pierres avec superstructures en briques crues, terre modelée sur armature de bois, pisé). Le choix d’un type d’habitat n’est, par conséquent, pas assujetti à la disponibilité des ressources matérielles.

Figure 1 : Carte de la Turquie montrant les sept grandes régions géographiques

Figure 1 : Carte de la Turquie montrant les sept grandes régions géographiques

d’après Sagona/Zimansky 2009, fig. 1.1

  • 12 Perello 2011, fig. 4, 66.

5Enfin, les périmètres des régions écologiques (fig. 1) laissent apparaître une certaine corrélation avec les limites des cinq aires culturelles qui ont pu être dressées grâce à l’habitat (Anatolie occidentale, Anatolie Centrale, Région de la mer Noire, Anatolie orientale et Anatolie du Sud-Est) (figs. 2-3)12. Cependant, les contraintes topographiques ne doivent pas être considérées comme des frontières infranchissables mais comme des « ralentisseurs » que les populations, pour des raisons diverses, s’efforcent ou non de dépasser. Or, les populations du Bronze Ancien, motivées par le développement des échanges et tout particulièrement par la recherche de minerais, vont avoir à cœur de franchir ces obstacles géomorphologiques.

  • 13 Schachner 1999. A. Schachner a mis en évidence l’évolution de la délimitation des aires de diffusio (...)

6D’ailleurs, la délimitation des aires culturelles définies par l’habitat est fluctuante dans l’espace et dans le temps13.

  • 14 Efe 2007.

7Certaines zones « tampon » notamment expérimentent, suivant les périodes, des rapprochements avec des espaces culturels distincts. Il y a deux exemples symptomatiques : la région d’Eskişehir et la Cilicie. Le secteur d’Eskişehir, qui correspond à une percée topographique entre l’Anatolie centrale et la côte égéenne, est relié suivant les périodes soit à l’Anatolie centrale, soit à l’Anatolie occidentale14. Au 3e millénaire, il est clairement associé à la région méditerranéenne mais tend à se rapprocher de l’Anatolie centrale à la fin du Bronze Ancien. La Cilicie représente un secteur pivot entre plusieurs zones géographiques et favorise, suivant les périodes, des rapprochements différents avec l’Anatolie occidentale, l’Anatolie centrale ou l’Anatolie du Sud-Est.

8En résumé, les explications déterministes doivent être réfutées car l’incidence des variables environnementales est faible. Les facteurs matériels, climatiques et géomorphologiques apparaissent comme des éléments contraignants mais finalement secondaires face à la prépondérance des critères socioculturels. Au sein des critères culturels, il nous semble qu’une sous-division peut être établie avec, d’une part, des facteurs que l’on pourrait qualifier de « traditionnels » et qui influencent toujours la cellule d’habitat en ce qu’elle a d’immuable et, d’autre part, certains critères circonstanciels qui ne concernent qu’une zone et une période dites, en l’occurrence l’Anatolie au Bronze Ancien. Parmi les facteurs « traditionnels », on retient le fait que la maison est la réponse d’un groupe et non d’un individu ; elle résulte d’une transmission intergénérationnelle des savoir-faire et elle est un marqueur identitaire.

  • 15 Coudart 2011, 216.

9Les solutions tant techniques que morphologiques sont adoptées par l’ensemble de la communauté. Elles ne répondent donc pas à la nature idiosyncrasique du comportement individuel mais résultent soit de décisions collectives, soit de valeurs culturelles communes acceptées tacitement. La maison est « érigée et utilisée selon des normes sociales et idéelles qui fondent le système de représentations de la collectivité qui la fabrique et l’utilise »15. Les plans sont normalisés et l’initiative des occupants ne se manifeste que de façon extrêmement limitée, par le nombre de pièces ou la superficie habitable. Or, il ne s’agit pas à proprement parler d’un choix mais d’une variable d’adaptation à la cellule familiale, qui est elle-même largement tributaire d’une tradition ancrée profondément dans les esprits et les mœurs. Enfin, il faut garder à l’esprit que l’on est en présence d’une architecture sans architecte. Par conséquent, les occupants, sans doute aidés au moins en partie par la collectivité, sont à l’origine de la planification et de la construction de leur maison. Ainsi, l’absence de personnification et notamment de décor n’en est que plus surprenante.

Figure 2 : Carte de dispersion des types d’habitat de l’Anatolie au 3e millénaire.

Figure 2 : Carte de dispersion des types d’habitat de l’Anatolie au 3e millénaire.
e

10Ensuite, il faut prendre en compte le poids de l’habitus, de la volonté d’une population de conserver son espace quotidien stable, alors que la société subit par ailleurs toutes sortes de mutations, plus ou moins « traumatisantes ». Enfin, le recours à un type connu, hérité des générations précédentes, s’inscrit comme un acte symbolique d’appartenance à une communauté, faisant de la maison un marqueur identitaire.

11Au-delà des critères cités plus haut, il apparaît que l’habitat peut être modelé par certaines contraintes corrélées aux conditions socioculturelles spécifiques de la période considérée. Dans le corpus de l’Anatolie au Bronze Ancien, plusieurs types illustrent cette remarque.

12Tout d’abord, certaines maisons découvertes en Anatolie au Bronze Ancien sont façonnées par des contacts interrégionaux.

  • 16 Frangipane 1995, fig. 2 ; Duru 1979, lev. 69.3 ; Hauptmann 1982, Taf. 29 ; Helms 1973, fig. 3.
  • 17 Sagona 1993, 464-467, fig. 5b, 6a-b.
  • 18 Frangipane/Palumbi 2007.
  • 19 Algaze 1990, 62, 193, 430-431, fig. 123 ; Kepinski/Ahlan 2001, 201-213, fig. 4 ; Algaze et al. 2001 (...)
  • 20 Vallet, in Algaze et al. 2001, 25-30, fig. 4.
  • 21 Lebeau 1996 ; Delougaz et al. 1967, 143-181, pl. 28.

13La région de Malatya-Elazığ, en Anatolie orientale, a livré des maisons monocellulaires carrées à angles arrondis, construites en terre modelée sur armature de bois (Arslantepe, Değirmentepe, Norşuntepe, Taşkun Mevkii)16. Ce type d’habitat est connu en Transcaucasie depuis le milieu du 4e millénaire (Kvatskhelebi, Khizanaant-Gora)17. En revanche, il est inédit en Anatolie où il apparaît, au début du 3emillénaire, associé à de la céramique Red Black Burnished et à des andirons qui sont des marqueurs de la culture transcaucasienne dite Kuro-Araxe18. Ces habitations apparaissent comme un élément importé de Transcaucasie et non comme l’évolution d’une forme anatolienne préexistante. Quant à l’Anatolie du Sud-Est, elle a livré entre autres des maisons de plans complexes à cour (Kurban Höyük, Tilbeşar, Titriş Höyük) (fig. 4)19. Or, cette organisation planimétrique est largement inspirée de l’architecture mésopotamienne traditionnelle20 : Tell Melebiya, Tell Asmar IVA21. L’habitat, au même titre que les autres éléments de la culture matérielle, illustre le fait qu’à cette période l’Anatolie du Sud-Est fait partie intégrante de la sphère syro-mésopotamienne dont elle représente une des franges. Malgré son aspect traditionnaliste, l’habitat peut donc, dans une certaine mesure, illustrer l’existence de contacts interrégionaux qu’ils soient d’ordre économique ou culturel.

Figure 4 : Titriş Höyük, plan du quartier est de la Outer Town, Bronze Ancien III

Figure 4 : Titriş Höyük, plan du quartier est de la Outer Town, Bronze Ancien III

d’après Algaze et al. 2001, fig. 2

  • 22 Sagona 1994, 231-232 ; Persiani 2008.
  • 23 Frangipane/Palumbi 2007
  • 24 Frangipane 2001, fig. 24. ; Hauptmann 1979, pl. 23a.

14L’analyse des plans d’Anatolie orientale a également révélé que la coexistence de plusieurs types d’habitat distincts était liée en partie à des modalités différentes d’occupation du territoire. Cette zone est marquée par la cohabitation de stratégies de subsistance complémentaires à savoir des occupations nomades, semi-nomades et sédentaires. À chaque mode d’occupation, semblent correspondre un ou plusieurs types de plans. Les camps nomades (Büyüktepe, Gelinciktepe) ont livré des traces de tentes, sous la forme de trous de poteaux22. Certains sites, qualifiés de semi-nomades en raison de leurs séquences d’occupation discontinues, ont livré des huttes, constructions légères en bois aménagées de foyers portatifs (Arslantepe VIB1)23. Enfin, il y a les groupes sédentaires qui se détachent progressivement des normes de construction en lien avec le pastoralisme itinérant pour initier un nouveau type d’habitat en dur, adapté à leur nouvel environnement (ArslantepeVIB2, NorşuntepeVIII)24.

  • 25 Aurenche 2009 ; Castel 1992 ; Margueron 1997 et 2009 ; Vallet 1998.
  • 26 Warner 1979.
  • 27 Efe 2007, fig. 4 ; Blegen et al. 1951.
  • 28 Algaze et al. 2001, fig. 2.
  • 29 Algaze 1990, 62, 193, 430-431, fig. 123.

15Enfin, la seconde moitié du 3e millénaire a été, en Anatolie, le théâtre de la naissance des premiers petits centres urbains. L’existence d’un habitat urbain spécifique, distinct dans sa forme et dans ses fonctions, est attestée en Syro-Mésopotamie25. Qu’en est-il en Anatolie ? La plupart des types identifiés sont utilisés sans distinction dans les établissements ruraux et urbains. En Anatolie occidentale, le plan oblong pluricellulaire et le plan oblong trapézoïdal sont utilisés indifféremment dans des établissements villageois (Karataş niveauVI)26 et dans les établissements à caractère urbain (Küllüoba BA III, Troie niv II)27. Le plan pluricellulaire complexe à cour, très bien illustré à Titriş Höyük (fig. 4)28, est le seul qui puisse prétendre à une appellation d’habitat urbain en raison de ses dimensions et de l’agencement complexe de son plan. Il est parfaitement adapté aux conditions nouvelles imposées par la ville. Cependant, il convient de rappeler que ce plan est utilisé à l’extrême fin du BA III, à Kurban Höyük29, lorsque le site subit un rétrécissement significatif et qu’il n’est plus alors qu’un simple village.

16Au terme de cette rapide présentation il apparait, qu’au-delà de la pérennité des contraintes architectoniques et des considérations environnementales, ce sont les critères culturels qui façonnent l’espace domestique. L’organisation sociale de la communauté, ses aspirations, ses coutumes, sa conception d’un environnement idéal, son respect des traditions, ses contacts interrégionaux sont autant d’éléments déterminants dans l’élaboration d’une maison. La profusion de ces variables illustre la richesse de l’habitat qui apparaît comme un outil de choix dans la traduction du cadre socioculturel de la période considérée.

Bibliographie

Algaze, G. (éd.) (1990), Town and country in Southeastern Anatolia, vol. II: the stratigraphic sequence at Kurban Höyük [OIP 110], Chicago.

Algaze, G. / Dinckan, G. / Hartenberger, B. / Matney, T. / Pournelle, J. / Rainville, L. / Rosen, S. / Rupley, R. / Schlee D. / Vallet, R. (2001), “Research at Titriş Höyük in Southeastern Turkey: the 1999 season”, Anatolica XXVII, 23-106.

Aurenche, O. (1981), La maison orientale : du Proche-Orient ancien des origines au milieu du quatrième millénaire, Institut Français d'Archéologie du Proche-Orient (Beyrouth – Damas – Amman), Bibliothèque archéologique et historique t. CIX, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris.

Aurenche, O. (2009), « Maisons des villes, maisons des champs », Dossiers d’archéologie 332, 84-85.

Blegen, C.W. / Caskey, J.L. / Rawson, M. (1951), Troy: the third, fourth and fifth settlements, Princeton University Press, Princeton.

Castel, C. (1992), Habitat urbain néo-assyrien et néo-babylonien : de l’espace bâti à l’espace vécu, Tome I-II, Institut Français d'Archéologie du Proche-Orient (Beyrouth – Damas – Amman), Bibliothèque archéologique et historique t. CILIII, Librairie orientaliste Paul Geuthner Paris.

Conti, A.M., Persiani, C. (1993), “When worlds collide: cultural developments in Eastern Anatolia in the Early Bronze Age”, in: M. Frangipane / H. Hauptmann / M. Liverani / P. Mathhiae / M. Mellink (éds.), Between the rivers and over the mountains, Università di Roma « La Sapienza », Rome, 361-413.

Coudart, A. (2009), « La maison néolithique : métaphore matérielle, sociale et mentale des petites sociétés sédentaires », in : J.-P. Demoule (dir.), La révolution néolithique dans le monde, Paris, 215-235.

Delougaz, P. / Hill, H. / Lloyd, S. (1967), Private Houses and graves in the Diyala Region [OIP 88], Chicago.

Duru, R. (1979), Keban project Değirmentepe excavations 1973 [METU Keban project publications, Serie III/n° 2, METU], Ankara.

Efe, T. (1995), “Salvage excavations of the Afyon Archaeological Museum. Part I: Kaklık Mevkii. A site transitional to the Early Bronze Age”, Studia Troica 5, Mainz, 357-399.

Efe, T. (2007), “The theories of the ‘great caravan route’ between Cilicia and Troy: the Early Bronze Age III period in inland western”, Anatolian Studies 57, 47-64. URL : http://www.jstor.org/stable/20455392

Erkanal, H. (1996), “Early Bronze Age urbanization in the coastal region of Western Anatolia”, in: Y. Sey (éd.), Habitat II, Housing and settlement in Anatolia, a historical perspective, United Nations Conference on Human Settlements, Istanbul, 70-82.

Frangipane, M. (1995), “Arslantepe-Malatya, results of the 1993 season”, Kazı Sonuçları Toplantısı XVI, 165-176. URL : http://www.kulturvarliklari.gov.tr/sempozyum_pdf/kazilar/16_kazi_1.pdf

Frangipane, M. / Palumbi, G. (2007), “Red-Black ware, pastoralism, trade, and Anatolian-Transcaucasian interactions in the 4th-3rd millennium B.C.”, in : B. Lyonnet (dir.), Les cultures du Caucase (VIe-IIIe millénaires avant notre ère) : leurs relations avec le Proche–Orient, Paris, 232-255.

Hauptmann, H. (1979), “Die Grabungen auf dem Norşun-Tepe, 1973”, in: Keban project 1973 activities, Serie I/n° 6, TTKB, Ankara, 61-78.

Hauptmann, H. (1982), “Die Grabungen auf dem Norşun-Tepe, 1974”, in: Keban project 1974-75 activities [Serie I/n° 7, TTKB], Ankara, 40-70.

Helms, S. (1973), “Taşkun Mevkii 1970-1971”, Anatolian Studies 23, 109-120.

Kepinski, C. / Ahlan, H. (2001), “Tilbeshar, site du Sud-Est anatolien, de la fin du quatrième millénaire au milieu du second millénaire av. J.-C.”, Anatolia Antiqua IX, 207-214. URI : http://dx.doi.org/10.3406/anata.2001.968

Korfmann, M. (1988), “Beşik-Yassıtepe”, Archäologischer Anzeiger, 391-398.

Koşay, H.Z. (1976), Keban project Pulur excavations 1968-1970 [Serie III/n° 1, TTKB], Ankara.

Lebeau, M. (1996), « Les maisons de Melebiya : approche fonctionnelle de l’habitat privé au IIIe millénaire av. notre ère en Haute Mésopotamie », in : K.R. Veenhof (éd.), Houses and households in ancient Mesopotamia [XLe Rencontre Assyriologique Internationale], Leyde, 129-136.

Lloyd, S. / Mellaart, J. (1962), Beycesultan. vol. I: the Chalcolithic and Early Bronze Age Levels [Occasional Publications of the British Institute of Archaeology at Ankara, n° 6], Londres.

Margueron, J.-Cl. (1997), « Les maisons syriennes du néolithique au premier millénaire : quelques remarques sur la documentation et son interprétation », in : C. Castel / M. Al-Maqdissi / F. Villeneuve (éds.), Les maisons dans la Syrie Antique du IIIe millénaire aux débuts de l’Islam : pratiques et représentation de l’espace domestique, Beyrouth, 3-8.

Margueron, J.-Cl. (2009), “Les débuts des maisons urbaines”, Dossiers d’archéologie 332, 6-9.

Perello, B. (2011), L’architecture domestique de l’Anatolie au IIIe millénaire av. J-C. [Varia Anatolica XXIV], Istanbul.

Persiani, C. (2008), “Restless settlers, changing settlement patterns in the Early Bronze Age II at Arslantepe (Malatya, Turkey)”, in: H. Kühne / R.M. Czichon / F. Janoscha Kreppner (éds.), 4 ICAANE. Proceedings of the 4th International Congress of the Archaeology of the Ancient Near-East, vol. I., Tübingen, 607-616. URL : https://www.academia.edu/2247300/Restless_Settlers_ICAANE_4_Changing_settlement_patterns_in_the_Early_Bronze_2_at_Arslantepe_Malatya_Turkey_

Rapoport, A. (1969), House form and culture, Englewoods Cliff, N.J.

Sagona, A. (1993), “Settlement and society in Late Prehistoric Trans-Caucasus”, in: M. Frangipane / H. Hauptmann / M. Liverani / P. Matthiae / M. Mellink (éds.), Between the rivers and over the mountains, Rome, 453-474.

Sagona, A. (1994), “Büyüktepe Höyük, 1992”, Kazı Sonuçları Toplantısı XV, 229-234.

Sagona, A. / Zimansky, P. (2009), Ancient Turkey, New York.

Schachner, A. (1999), Von der Rundhüte zum Kaufmannhaus: Kulturhistorische Untersuchungen zur Entwicklung prähistorischer Wohnhäuser in Zentral-Ost und Südostanatolien [BAR-IS 807], Oxford.

Vallet, R. (1998), « La formation de l’habitat urbain en Mésopotamie : Abu Salabikh, une ville neuve sumérienne », in : F. Braemer / S. Cleuziou / A. Coudart (éds.), Habitat et société, XIXe Rencontres Internationale d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, APDCA, Antibes, 151-165.

Warner, J.L. (1979), “The megaron and apsidal house in Early Bronze Age Western Anatolia: new evidence from Karataş”, AJA 83, 133-147. URI : http://dx.doi.org/10.2307/504897

Notes

2 Perello 2011

3 Rapoport 1969.

4 Erkanal 1996, res. 2 ; Blegen et al. 1951, figs. 264, 269, 281, 304-307 ; Korfmann 1988, abb. 1.

5 Lloyd/Mellaart 1962, figs. 9-10, 13, 17 ; Efe 1995, fig.4

6 Perello 2011, figs. 65-66.

7 Conti/Persiani 1993, fig. 2-4 ; Duru 1979, 70.

8 Hauptmann 1982, taf. 33.

9 Frangipane 1995, fig. 2 ; Duru 1979, lev. 69.3 ; Hauptmann 1982, Taf. 29 ; Helms 1973, fig. 3.

10 Koşay 1976.

11 Perello 2011, 70.

12 Perello 2011, fig. 4, 66.

13 Schachner 1999. A. Schachner a mis en évidence l’évolution de la délimitation des aires de diffusion de l’habitat pour l’Anatolie orientale entre le 5e et le 2e millénaire.

14 Efe 2007.

15 Coudart 2011, 216.

16 Frangipane 1995, fig. 2 ; Duru 1979, lev. 69.3 ; Hauptmann 1982, Taf. 29 ; Helms 1973, fig. 3.

17 Sagona 1993, 464-467, fig. 5b, 6a-b.

18 Frangipane/Palumbi 2007.

19 Algaze 1990, 62, 193, 430-431, fig. 123 ; Kepinski/Ahlan 2001, 201-213, fig. 4 ; Algaze et al. 2001, fig. 2.

20 Vallet, in Algaze et al. 2001, 25-30, fig. 4.

21 Lebeau 1996 ; Delougaz et al. 1967, 143-181, pl. 28.

22 Sagona 1994, 231-232 ; Persiani 2008.

23 Frangipane/Palumbi 2007

24 Frangipane 2001, fig. 24. ; Hauptmann 1979, pl. 23a.

25 Aurenche 2009 ; Castel 1992 ; Margueron 1997 et 2009 ; Vallet 1998.

26 Warner 1979.

27 Efe 2007, fig. 4 ; Blegen et al. 1951.

28 Algaze et al. 2001, fig. 2.

29 Algaze 1990, 62, 193, 430-431, fig. 123.

1 Coudart 2011, 215.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de la Turquie montrant les sept grandes régions géographiques
Crédits d’après Sagona/Zimansky 2009, fig. 1.1
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 2 : Carte de dispersion des types d’habitat de l’Anatolie au 3e millénaire.
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1004/img-3.png
Fichier image/png, 377k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1004/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4 : Titriş Höyük, plan du quartier est de la Outer Town, Bronze Ancien III
Crédits d’après Algaze et al. 2001, fig. 2
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1004/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search