Version classiqueVersion mobile

Su-açu

 | 
France-Marie Renard-Casevitz

Conclusion

Texte intégral

1Pourquoi tant de représentations de cervidés était l’une des questions soulevées incidemment. Le nombre disproportionné de ces figures portaient témoignage de la puissance expressive de l’image-cervidé dans les cultures des artistes. Au terme de cet essai, il nous faut reposer la question.

2Des lacunes subsistent que combleront des études semblables sur les termes évoqués dans ces pages : le jaguar, le plus saillant d’entre eux, le serpent ou la tortue. D’autres relations omises ici devraient permettre d’affiner l’analyse et de préciser la position sémantique du cervidé en décrivant les limites où d’autres images viennent se substituer à la sienne : ainsi je n’ai fait qu’effleurer la relation cervidé-feu, cervidés-maladies, etc... ;je n’ai pas traité, faute pour le moment de données suffisantes, des relations cervidés-oiseaux (grands et petits) alors que l’existence d’une relation plumes-mues ophidiennes-bois est prévisible logiquement et que par ailleurs tant les données ethnozoologiques que les relevés d’art rupestre signalent l’association grands oiseaux et cerfs.

3Inachevé volontairement pour laisser ouverte l’orientation future à donner à ce type de recherches, inachevé par force tant que les autres acteurs de ce théâtre zoomorphe ne seront pas à leur tour placés sous le feu direct de l’interrogatoire, cet essai toutefois permet déjà d’amorcer une réponse à la question initiale et de circonscrire, me semble-t-il, un des lieux du dialogue entre l’anthropologie et l’archéologie.

4Mixte ou intermédiaire, vieille adolescente ou garçon androgyne, de tout façon entremetteur, le cervidé est le miroir de l’humain. Il reflète le regard d’une culture sur elle-même et s’inscrit comme support d’un autoportrait critique de l’artiste et de son groupe, glace déformante qui démonte le temps : jeunes face aux vieillards, femmes face aux hommes, retour périodique des saisons essoufflées que d’autres, les mêmes parce que du même sang et de la même chair mais différents parce qu’ils sont le passé décomposé ou le futur advenu, vivent dans une succession irréversible. Que l’image du cervidé ne puisse se suffire à elle-même, nous l’avons vu en parcourant des oppositions et des corrélations qui l’instituaient dans ses contours, ses colorations et ses fonctions : son originalité est d’être ce confluent où l’on se place pour remonter à toutes les sources, cette valeur médiane, aussi bien du point de vue cynégétique que du point de vue symbolique, est le miroir qui permet dans ses reflets ondulants les jeux imaginaires et la succession d’images contrastées : jaguar bondissant, babines retroussées et fragile dépouille, gisant pattes raides.

5Ceci rendrait compte de son importance pictographique. Image peinte d’un marchandage, image peinte d’une partie de chasse, image peinte d’un éponyme, image habituelle ou machinale peinte pour combler l’attente ou les loisirs, peut-être ! Mais ce qui sous-tend et oriente toutes ces réalisations, c’est que le cervidé dessine l’allégorie de la vie précaire de « ceux qui bellement sont adornés » (Clastres. 1974. p. 110). Et cette réponse rendrait compte non seulement du grand nombre de ses représentations mais encore, au niveau sémantique, épellerait son être imaginaire où se fonde sa puissance évocatrice. Son apparence est à la fois le masque d’un acteur et miroir des autres qui interprètent, pour les cultures amazoniennes, la pantomine de la vie.

6« Much ado about nothing » pourraient dire ceux qu’un tel niveau de généralités rebute parce qu’ils attendent des clefs pour interpréter les éléments de l’énigme pictographique, pour donner la signification de chaque scène. Mais comment renouer les fils brisés et déchiquetés du passé, reconstituer la trame ou les broderies manquantes à partir des quelques motifs préservés sur la roche ? Comment s’arroger le droit de passer de l’analogie formelle de motifs présents et passés à l’analogie, terme à terme, des contenus et des messages ?

7Déjà au niveau général où nous nous plaçons, le conditionnel était requis car la réponse apportée concerne la position sémantique du cervidé telle qu’elle surgit des cultures amazoniennes soit contemporaines soit liées à notre histoire. Prétendre appliquer les résultats de cette macro-analyse à un passé révolu est une façon de sauter le pas que certains jugeront hasardeuse. Si je m’y aventure et suggère qu’il faut retrouver cette signification du cervidé œuvrant derrière les réalisations des artistes antiques, c’est pour deux motifs : le niveau de généralité ou d’abstraction logique auquel nous accédons, l’omniprésence alors de la position sémantique mise à jour.

8La récurrence de thèmes identiques à travers l’Amazonie et au-delà, dans les hautes cultures de la côte péruvienne, en Amérique Centrale et jusqu’en Amérique du Nord, comme de rares excursions nous ont permis de le montrer, conforte cette audace dans la mesure où nous restons à ce niveau d’abstraction. Elle n’autorise pas pour autant à déduire des parallélismes précis entre un motif ancien et un thème récent ; on s’équivoquerait dans le temps et dans l’espace. Parce que la même allégorie, à travers toute l’Amérique, se retrouve incarner par l’image du cervidé, parce qu’elle persiste, intacte, à travers la brève tranche d’histoire archivée, comme le montrent certains de nos exemples parcourant près d’un demi-millénaire, parce que partout le cervidé opère le passage entre le mangeur de chair crue-cannibale et le mangé cuit, qu’il soit ou non chassé, qu’il soit ou non consommé, parce qu’il conjoint la jeunesse et la vieillesse, la vie et la mort, bref parce qu’il est partout un terme médian ou un carrefour, on peut inférer que cette fondation imaginaire a une grande antiquité, même si les thèmes qui la développent varient, s’entrecroisent, diffusent ou perdent leurs riches motifs.

9En revanche après avoir restitué cette toile de fond, on ne peut dire plus pour le moment : parce que ces thèmes, pour se déployer au sein de chaque culture, substituent les éléments de leur discours à d’autres équivalents ou/et opposés, parce qu’ils inversent ou décalent les relations tendues entre ces éléments, on ne peut arguer d’une réalisation actuelle précise et propre à une culture, serait-elle identique pour l’œil examinant les dessins qu’elle inspire, pour expliquer une configuration du passé, à moins d’être certain d’un continuum culturel entre les hommes d’aujourd’hui et les œuvres peintes et de connaître l’histoire de cette société, à moins d’avoir entre les données archéologiques et les données ethnologiques un nombre de convergences et d’analogies amplement suffisant pour que s’impose l’hypothèse raisonnable d’une unité culturelle entre le groupe éteint et une société contemporaine.

10Il nous reste à livrer quelques réflexions qu’il faut entendre, en fait, comme des questions. Est-ce l’orientation donnée à cet essai, puisque nous y avons essentiellement parlé de chasse, ou une caractéristique des sociétés amazoniennes, pour ne pas dire plus, qui les montre conservant vivante une idéologie de chasseurs-prédateurs, quelles qu’en soient les réflexions ou l’importance ? Même chez des agriculteurs comme les Matsiguenga, et plus loin comme les Huicholes ou les hommes de Huarochiri, la chasse reste une source de l’inspiration épique alors que ses proies demeurent les supports de l’imaginaire. Mythes et récits installent un bestiaire anthropomorphe ou sont riches de masques zoomorphes aux fonctions allégoriques desquelles nous avons détaché celle propre au cervidé.

11Quant à cette allégorie du cervidé, temps de vivre et écoulement de sang d’une humanité mortelle, elle devrait nous permettre de saisir pourquoi sa représentation est multiforme : cervidé ou groupe de cervidés se suffisants à eux-mêmes comme un miroir suffit à la connaissance de son image, cervidés associés à d’autres figures pour traduire la complexité de cette image, ses transformations et les moments du savoir. On peut alors se demander, d’un point de vue méthodologique, si le relevé et la quantification des associations rencontrées en art rupestre ne permettraient pas, comme un jeu de cartes aux valeurs différentes, de jeter les bases d’une macro-analyse de la signification des œuvres.

12Faute d’exemple, nous pouvons faire une hypothèse pour être plus claire : supposons qu’une analyse des associations établisse une grande fréquence (notion qui prètera à son tour à controverse) de deux motifs, disons un jaguar et un cervidé (exemple imaginé) et un jaguar central, entouré de cervidés, ou les surmontant sur le panneau peint (exemple réel. Desana) et que nous nous interrogions à leur sujet. Nous pourrions dire que, dans le premier cas, nous trouvons affiché sur la pierre le couple jaguar-cervidé dans un état d’équivalence (un à un) et que leur signification devrait se jouer du côté des analogies, des commutations ou transformations de l’un en l’autre, donc du côté de l’originel ou l’apériodique qui fonde l’histoire, alors que dans le second terme de notre hypothèse, la signification devrait être cherchée du côté des oppositions entretenues par ce couple, du côté de la disjonction effectuée, de même que l’un s’oppose au multiple et le haut au bas, bref du côté d’un équilibre ou de contradictions au sein de la périodicité et de la société. Ne serait-ce pas là l’un des lieux du dialogue archéologie-ethnologie, en plus de ceux où le présent perpétuant le passé comme sur le Vaupes, la recherche peut se mener de front et peut-être sans hiatus ?

13Enfin la démarche suivie dans cet essai devra être également interrogée en ce qu’elle utilise la méthode structurale de l’égard de quelques exemples pour dégager le contenu global d’un terme, sémantique ou fondement et qu’elle pourrait paraître figer le mouvement méthodologique.

© Institut français d’études andines, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search