Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Su-açu

 | 
France-Marie Renard-Casevitz

1 - Cervides : Histoire Et Ethnozoologie

II. Zoologie et Ethnozoologie

Texto completo

1Nous avons vu que la tribu des Odocoïleinéi comprend divers genres sud-américains. Pour mener l’étude zoologique et ethnozoologique des genres actuellement représentés, j’ai adopté la liste proposée par G. G. Simpson, identique à celle de Cabreras et reprise par R. Hoffstetter. Elle établit que six genres sont représentés dans la faune actuelle de la région néotropicale :

  • Pudu. (Poudou)

  • Hippocamelus. (Guemal)

  • Mazama (Daguet)

  • Odocoïleus. (Cerf de savane et du nord)

  • Ozotoceros. (Cerf de pampa et du sud)

  • Blastocerus. (Cerf des marécages)

2Les Poudous et les Guemals, animaux vivant dans des niches écologiques froides, ne font pas partie des cervidés de l’Amazonie comprise au sens de terres basses et chaudes. Toutefois nous avons jugé bon de les inclure dès maintenant dans cette étude, pour faciliter les recherches interdisciplinaires ultérieures qui auront tôt ou tard à regarder vers les régions géographiquement voisines.

3Pour faciliter le maniement de cette étude, nous avons traité chaque genre séparément en suivant un plan identique pour chacun d’eux.

POUDOU

Genre Pudu. Gray 1850

4(Capra, Molina 1810 ; Capra humilis, Bennet 1831 ; Pudu chilensis, Gray 1850 ; Pudua, Garrod 1877 ; Pudella, Thomas 1913).

5C’est un genre andin, de terres froides qui s’étend de l’Equateur au détroit de Magellan. Il comprend deux espèces :

61 - Pudu pudu (Molina-Sclat. 1871)

7C’est l’espèce méridionnale, localisée dans les Andes moyennes et basses. Elle vit « en Bolivie et au Chili, descendant du Sud le long de la côte presque jusqu’au détroit de Magellan » (Walker. 1964).

82 - Pudu mephistophiles (Winton. 1896)

9Composée de deux sous-espèces :

  • Pudu mephistophiles localisée au Pérou et en Equateur ;

  • Pudu mephistophiles Wetmoorei (Lehmann. 1945) qui, localisée dans les Andes de Colombie, est la forme la plus nordique.

10Noms vernaculaires : corzuelo enano, capra, pudu. (Peut-être que le venado sin aspas des chroniqueurs désigne parfois le poudou).

11Descritpion : De la taille d’un lièvre ou à peine plus grands, les poudous représentent les plus petits cervidés actuels avec le muntjac asiatique. Du point de vue anatomique, et alors qu’ils partagent par ailleurs tous les caractères propres à la tribu des Odocoïléinés, ils sont les seuls cervidés sud-américains à présenter un cunéiforme soudé au naviculaire et cuboïde, ne formant plus qu’un seul élément ; chez les autres cervidés sud-américains, nous retrouvons le schéma plus classique des télémétacarpaliens ayant le naviculaire et le cuboïde soudés en un seul os mais le cunéiforme séparé (Cf. Grasse. T. 17, fasc. 1, p. 573). Toutefois ils sont eux aussi télémétacarpiens (Cf. Guémal, Fig. 2). Les os du crâne montrent un vomer complet et des fosses lacrymales profondes et grandes. Les os du prémaxillaire atteignent les os nasaux.

12Extérieurement, les poudous ont des pattes graciles, un long corps au dos très arrondi, l’encolure courte et la queue externe pratiquement absente. Les dagues sont petites et disparaissent dans les poils du front. Contrairement à celles de tous les autres cervidés sud-américains, les oreilles des poudous sont assez courtes ; elles sont oviformes et très poilues. Outre leurs proportions trapues, les poudous ont un pelage dru, épais, long mais plutôt cassant. La couleur varie du roux au brun foncé ; la sous-espèce colombienne (P. m. Wetmoorei) se distingue justement du poudou péruano-équatorien (P. méphistophiles) par sa coloration presque noire, au lieu de rousse comme chez celui-là.

13Le poudou du nord (P. méphistophiles) se distingue du poudou du sud (P. pudu) par l’absence de queue externe, une forte dépression sur le crâne, sa coloration : rousse ou brun foncé, plus brillante sur le corps, avec-une face et des pattes presque noires. Alors que l’espèce méridionnale (P. pudu) ne dépasse guère 3000 mètres d’altitude, sauf peut-être au sud de la Bolivie, l’espèce nordique, de taille un peu plus petite, a un habitat généralement bien plus élevé, autour des 4000 mètres d’altitude et semble demeurer, quelle que soit la saison, dans le même territoire. En revanche le poudou du sud semble descendre, parfois assez bas, chaque hiver. Du fait de la rareté et de l’extrème timidité de ces animaux, leur vie et leurs moeurs sont encore mal connues.

GUEMAL ou HUEMUL

Genre Hippocamelus. Leuckart 1816

14(Equus bisulcus, Molina 1782 ; Hippocamelus dubius, Leuckart 1816 ; Furcifer, Wagner 1844 ; Capreolus, Gray 1849 ; Xenelaphus, Gray 1869 ; Huamela, Gray 1873 ; Mazama, Lydekker 1898).

15Ce genre habite les terres froides et les pentes escarpées ; on le trouve à haute altitude dans les Andes de l’Equateur, du Pérou et de Bolivie ; il est également bien représenté au Chili, à des altitudes de plus en plus basses au fur et à mesure qu’on approche du détroit de Magellan. En effet les guemals, cerfs de taille moyenne, peuplent deux écosystèmes bien déterminés qui correspondent chacun à l’une des deux espèces constituant le genre : H. antisiensis, forme nordique de haute altitude, H. bisulcus, forme méridionnale d’habitat moins élevé et plus boisé.

Noms vernaculaires : Cerf d’Antis, ciervo, gamo, guamulos, guemal, huemul, tarucca, taruga ou tarugon, venado.

16Les représentants de ce genre sont télémétacarpaliens, ont un vomer complet divisant l’orifice des choanes. La glande métatarsienne est absente, le faux sabot est marqué par une touffe de poils brun foncé (Neveu-Lemaire et Grandidier, 1906, p. 487 .Cf. fig. 4, p. 26). La face est de longueur modérée, avec de grosses oreilles ; les larmiers sont grands et « leur empreinte sur le crâne est profonde, triangulaire mais pas très étendue » (Ibid. p. 485).

17Il faut noter la présence de canines supérieures chez les adultes des deux sexes, la formule dentaire étant :

18Ce sont des animaux de taille moyenne, au corps robuste, relativement courts sur pattes ; ils ont des bois peu développés et caractéristiques qui les distinguent, ainsi que leur pelage particulier, de tous les autres cervidés sud-américains. Les bois constituent une simple fourche assymétrique dont la pointe antérieure, nettement plus courte, s’arrondit au-dessus du front pour s’incurver vers l’autre branche. Les poils sont grossiers, assez longs, résistants et néanmoins cassants ; ils sont légèrement ondulés et offrent des variations régulières de coloration de la base à la pointe sur un sous-poil laineux et peu abondant : « chaque poil est blanchâtre... jusqu’à la moitié de la longueur du poil où (la couleur) passe insensiblement au brun clair d’ abord, puis au brun foncé ; la partie subterminale est blanc jaunâtre et la pointe est noire. Cette pointe devient blanchâtre sur les parties du corps qui présentent des taches claires » (Neveu-Lemaire et Grandidier, 1906, p. 486).

Guemal du Chili

19Hippocamelus bisulcus, Molina 1782

20(Equus bisulcus, Molina 1782; Auchenia huamel, Smith 1827; Cervequus andicus, Lesson 1842; Cervus chilensis, Gray et Gervais 1846; Furcifer huamel, Gray 1850; Creagroceros chilensis, Fitzinger 1873; Cariacus chilensis, Brooke 1878; Mazama bisulca, Lydekker 1898).

21Originaire du Chili, ce cerf habite « les parties escarpées de la Cordillière et il descend l’hiver dans les vallées sans s’éloigner jamais du pied des montagnes. On le rencontre depuis la province de Colchagua jusqu’à celle de la Conception et au détroit de Magellan » (Neveu-Lemaire et Grandidier, 1906, p. 491).

22Noms vernaculaires- : Ciervo, Gemul, guemal ou huemula et différentes déformations de ce terme emprunté aux Araucans, hueque (ou Chilihueque).

23Le guemal du Chili est un animal de taille moyenne qui ne dépasse guère 80 cm de hauteur de garrot pour une longueur totale de 120-150 cm environ. L’ensemble du corps est assez lourd sur des pattes solides, vigoureuses. Son pelage « jaune grisâtre chiné de noir » (Grasse. 1955. T. 17. fasc. 1, p. 604) lui donne une teinte terne et foncée. Il se distingue de l’espèce nordique par un chanfrein noirâtre qui part dès le mufle et vient former, tel un Y arrondi, une courbe au-dessus de chaque œil. C’est l’un des traits spécifiques qui le distinguent de son congénère, l’autre étant la forme de ses bois : ils présentent la-fourche caractéristique du genre mais chez ce guemal, Pandouiller antérieur est nettement plus petit que l’épois, tandis que le pied de la fourche est bien marqué et généralement assez élevé. On peut aussi noter que la queue, sombre au-dessus, est à peine plus claire en dessous.

Gurmal (PL. 1). D’apres une gravure in Al. d’Orbigny. 1835-1847

24Guemal du nord (appelé souvent Guemal du Pérou) Hippocamelus antisiensis (d’Orbigny 1843)

25(Cervus antisiensis, Pucheranm Dict. Univ. Hist. Nat. de Ch. d’Orbigny 1842, et Alc. d’Orbigny, 1843, Tschudi, 1844 ; Cervus antisiensis, Wagner 1844 ; Anomalocera huamel, Gray 1869 ; Creagroceros antisiensis, Fitzinger 1873).

26Le guemal du nord a un habitat plus élevé que celui du sud ; il se tient à une altitude moyenne de 4000 m en Bolivie et au Pérou. Ainsi les exemplaires rapportés par la mission Créqui-Monfort ont été tués sur le Cerro Tumula, près du Yura, à une altitude d’environ 5000 m et d’Orbigny en avait rencontré aux environs de La Paz et de Cochabamba. Sa présence est attestée aux mêmes altitudes au Pérou, notamment par Tschudi et, bien avant lui, pour ainsi dire dès la Conquête, dans les Relaciones geograficas de Indias ; ainsi F. de Acuña, au chapitre faune de Trujillo, écrit : « hay tarugas y venados... en la puna... » et un peu avant, « hay venados y... tarugones a modo de venado » (T. 1, p. 312 , écrit en 1586) et les notations de ce genre abondent. On l’a également signalé en Equateur mais à moindre échelle : « il est probable que l’espèce, qui d’ailleurs n’a jamais dû être commune dans les Andes équatoriennes, s’est considérablement raréfiée ou même qu’elle a disparu de cette zone » (Hoffstetter. 1952, p. 361). Cela explique que le terme taruga ait reçu en Equateur une application différente de celle des autres pays andins).

27Noms vernaculaires : Cerf d’Antis, tarucca (quechua), taruga, tarugon...

28tarush, guemal du Pérou, gamo ou venado.

29Le guemal du nord est de taille légèrement supérieure à celle de l’espèce chilienne et peut atteindre 1 m de hauteur au garrot pour une longueur totale de 135 à 165 cm environ. S’il présente la même coloration brun-gris piqueté sur le dos que son congénère, il est nettement plus clair que lui sur le ventre ; « on trouve également des poils blancs, plus ou moins mêlés de jaune ou de gris, sous le menton, en haut du cou... à la face interne des membres, à la région anale, sous la queue... » (Neuveu-Lemaire et Grandidier, 1906, p. 485-86). La marque foncée sur la face ne descend pas jusqu’au mufle mais s’arrête à mi-chemin. Quant aux bois, ils se distinguent de ceux de l’espèce méridionnale par un pied de fourche très court, si court parfois qu’on a l’impression de n’avoir que la fourche et son empaumure, et par un andouiller plus développé : « de la couronne part un pédoncule fort court qui se bifurque presque immédiatement en deux branches ou andouillers... Ces bois présentent des perlures à la couronne, des perlures et des veinures sur une grande partie de leur longueur et sont lisses à leurs extrémités ; ils tombent chaque année » (op. Ibid. p. 487-88).

Vie et Mœurs

30D’après Tschudi, le guemal dort une grande partie du jour, caché dans les anfractuosités des rochers sur les pentes escarpées. Il sort à l’aube, au crépuscule, ou de nuit pour paître des herbages, des mousses et des lichens. Il vit par couple ou en petite harde composée d’un mâle, de deux ou trois femelles et de leurs faons qui n’ont pas de livrée mouchetée mais dont la robe est plus rousse et moins piquetée que celle des adultes. Le guemal est d’une agilité ramarquable et poursuivi, il fuit avec une rapidité extrème mais il manque d’endurance et peut être forcé par les chiens. Se sentant acculé, il peut bondir et se lancer, dit-on, de la montagne dans un lac pour se sauver à la nage, fait que semblent corroborer des techniques de chasse et de capture. L’hiver, le guemal du Chili descend petit à petit jusqu’aux vallées boisées alors que le guemal du nord ne changerait guère de niche écologique. Son agilité à bondir de rocher en rocher, l’a souvent fait comparer au bouquetin dont il partage, en captivité, le comportement joueur (Grzimek et Fontaine. 1974, vol. 13, p. 212).

Daguet rouge (mazama americana)
ss.esp. du piemont andin amazone peruvienne.

DAGUETS

Genre Mazama, Rafinesque 1817

31(Subulo, Smith 1827 ; Coassus, Gray 1845 qui latinisait ainsi le terme guarani guazu ou suaçu , Homelaphus, Gray 1872 ; Nanelaphus, Fitzinger 1873).

32Le nom mazama vient du nom mexicain Mazame, cité par Hernandez (Hern. mex. 324) et qui semble avoir désigné, à l’origine, des cerfs à queue blanche (Odocoïleus. Cf. notamment F. Cuvler :1817. « du genre cerf »).

33A l’instar de Grzimek et Fontaine(1974), je retiendrai 4 espèces vivantes et 29 sous-espèces mais il faut faire remarquer que l’accord est loin d’être établi à ce sujet entre les zoologues qui établissent selon les cas de deux à dix espèces.

  • 1 Cf. fig. 2, p. 19.

34Du point de vue de l’anatomie, ces animaux sont caractérisés par des dagues avec de rares exceptions qui s’ornent de très petites ramifications (Castellanos, 1924, p. 4). Télémétacarpiens, comme tous les cervidés sud-américains, ils ont donc l’« extrémité distale ou inférieure des doigts 2 et 5 présente et accompagnée de phalanges rudimentaires » (in Lavocat 1966. T. III, Bouchud, ch. VII, p. 249)1 et, trait propre, avec le précédent, à la sous-famille des Odocoïléinés (Cf. Pocock), ils présentent un vomer complet.

35La formule dentaire juvénile est :

36pour devenir chez l’adulte :

  • 2 Cf. fig. 4, p. 26.

37Il faut noter cependant que les canines supérieures —c, bien que rares, se trouvent parfois chez les vieux maies. Enfin la glande métatarsienne2 est absente chez tous les daguets, et la glande tarsienne présente.

38Localisation. Ce genre est commun à toute la région néotropicale ; je ne citerai ici que les formes propres à la sous-région Brésil telle que la définissent les paléontologues et excluerai les espèces ou sous-espèces de l’Amérique centrale, du Mexique et des Antilles.

39Noms vernaculaires : Guazou ou goazu (Coassus), veado, venado, gama, Cabro de monte, Caloros, Cervicabra (Equateur), Corza roja (Buffon), Corzo, Corzuela (piémont andin, Argentine), Cuaguazuete (Marcgrave), foboca (Brésil, notamment Para), Gamo, Guarapu (N. du Brésil) ou garapu, guazunchas (Argentine), Liliuchu (Pérou), Lochos, Matacane, Soche (Equateur), Sui(t)sizil, Temazates.

40Les quatre espèces retenues et que nous présentons à la suite sont :

41M. americana, M. simplicicornis, M. nana et M. bricenii.

Daguet rouge

42M. americana (Osgood 1912)

43(Moschus americanus, Erxleben 1777; Cervus rufus, Illiger 1811; Mazama pita, Rafinesque 1817; Guazu pita, Azara 1827; M. rufa, Lydekker 1875; Coassus rufus, Gray 1843).

44Les diverses sous-espèces de daguet rouge (M. pita. M. Rondini, etc.) sont répandues à travers l’ensemble de la région néotropicale ; vivant dans les forêts de plaines et de piémonts, on les trouve donc dans tous les pays amazoniens de la sous-région Brésil.

45Noms vernaculaires spécifiques : Gamos, Guatapara, Guazupita ou Suaçupita,

46veado mateiro, veado pardo, venado rojo, venado negro.

47Description : C’est le plus grand et le plus lourd des Mazama, bien que sa taille reste modeste puisqu’il ne dépasse pas 85 cm de hauteur d’épaule pour une longueur totale maximum de 140 cm (tête et corps) ; il pèse entre 20 et 25 kg. Sa robe de coloration brillante varie du rouille à la terre brûlée. Il a les lèvres noires et se distingue par une grande tache blanche sur la lèvre inférieure. Le ventre et la face interne des membres sont nettement plus clairs et tirent sur le blanc ; de même la queue, rousse au-dessus, et blanche en dessous. Il faut noter chez ce daguet, comme chez le daguet gris, l’absence ou la petitesse des glandes préorbitales, en quoi ils se distinguent l’un de l’autre des deux espèces de daguets nains.

Daguet gris

48M. simplicicornis (Hagmann) fréquemment dénommé M. gouazoubira ou M. nemorivagus.

49(Cervus simplicicornis, Illiger 1811 ; Cervus nemorivagus, Cuvier 1817 ; Guazu bira, Azara 1827 ; Coassus nemorivagus, Gray).

50Il comprend sans doute différentes sous-espèces mais la plupart restent encore inconnues- ; citons à titre d’exemple : M. gouazoubirou, du nord de l’Argentine M. gouazoubira murelia de Colombie (Vaupes)

51M. s. x, provisoirement dénommé Lluychu qui vit à une altitude relativement haute dans les Andes péruviennes et équatoriennes.

52Largement répandu dans la moitié septentrionale de l’Amérique du sud, le daguet gris peuple surtout les savanes arborées et la lisière des forêts dans les plaines, comme en altitude. On le trouve au Venezuela (Simpson (1939) 1941), en Guyanes, au Brésil, en Argentine du nord, sur les piémonts orientaux du Pérou et de l’Equateur, en Colombie.

53Noms vernaculaires spécifiques : Catingueiro ou veado catingueiro (Brésil), corzuela parda, guazu bira ou gouazoubira, huychu ou liliuchu ou lluychu (au Pérou, du quechua lluychu), veado vira, venado ou gamo.

54Description : Un peu plus petit que le daguet rouge, il a de 60 à 75 cm de hauteur au garrot pour 90 à 125 cm de longueur totale (tête et corps) ; quant à son poids, il se situe entre 17 et 23 kg. Proportionnellement son cou est plus long et son port de tête plus élevé que chez les autres daguets (Mazama sp.). Sa couleur est uniforme, quelles que soient les variations assez importantes des colorations locales ou individuelles : elles vont du gris-brun au brun sombre. Un trait caractéristique du daguet gris est l’aspect terne de sa robe comparée à celle du daguet rouge.

Daguet nain

55M. nana (Lund. Lydekker 1898)
sous-espèces probables : M. nana nambi (Brésil in Ihering) M. rufïna (Pucheran 1852, Brésil, Equateur...)

56Les divers représentants de M. nana sont encore mal connus, de même que ceux de l’espèce suivante et leur classement est souvent trop imprécis pour avoir une valeur réelle.

57Au Brésil, on les signale dans deux régions : au sud-est, dans l’Etat de Rio Grande do Sul et au sud-ouest, dans le Mato Grosso ; on le mentionne également au Venezuela, enfin en Equateur où « il se rencontre à des altitudes comprises entre 3000 et 4000 m » (Hoffstetter, 1952). Si l’on peut accorder quelque crédit aux descriptions rapides des chroniqueurs, le daguet était d’ailleurs mentonné dès la Conquête en Equateur ; citons par exemple dans la relation de Sancho de Paz (1582) un passage sur la faune de la province Otavalo : « hay antas. Hay unos venados pequeños bermejos. Hay ciervos y gamos y guadatinajas y armadillos ; y hay otro animal pequeno... que tiene una bolsa en la barriga y la abre y recoge alli sus hijos... » où antas est le tapir, venados pequenos bermejos, probablement le daguet nain, ciervos désignant sans doute le cerf de montagne et gamos, le daguet gris puisque l’auteur semble se référer ici à des formes de terres chaudes (jusqu’à 3000 m d’altitude).

58Noms vernaculaires spécifiques : Camocica (Brésil), cervicabra (Equateur) ou chibicabra (sud de l’Equateur), maocurta (Rio Grande do Sul), nhamby pororoca (terme guarani. Matto Grosso), veado bororo, veado caracu.

59Description : Il représente la moins petite des deux espèces naines. A l’exemple du daguet rouge, il se distingue par son pelage luisant dont la tonalité générale est chataîgne. Au sein du genre mazama, les daguets nains « se caractérisent par la profondeur de leurs fosses lacrymales » (Hoffstetter. 1952, p. 368) et la grandeur des glandes préorbitales. Ils ont de 45 à 50 cm de hauteur d’épaule pour 80 à 100 cm de longueur totale ; ils pèsent de 10 à 18 kg. Leur coloration toujours luisante, varie du rouille foncé au brun-rouge foncé « avec les extrémités plus sombres et le ventre plus ocré ; la queue a une pointe blanche » (Ihering. (1940) 1968).

Daguet nain gris

60M. bricenii
sous-espèces possibles : M. chunyi (in Trouessart) M. tschudii (Pérou en altitude) M. whitelyi ( ?)

61Les diverses sous-espèces de daguet nain gris sont elles aussi imprécises. Sans doute eut-il mieux valu suivre le classement provisoire proposé par R. Hoffstetter à propos des Odocoïleus et distinguer des formes de montagne d’une part, des formes de basses terres d’autre part, mais faute de données suffisantes, je m’en suis tenue à la classification la plus fréquente.

62Les daguets nains gris sont décrits comme habitant les forêts et les taillis de montagne jusqu’à 3000, 3500 m ; voire 4000 m d’altitude, selon la latitude. On les mentionne en Bolivie, au Pérou, en Colombie et au Venezuela. Malgré la confusion de nom, c’est probablement d’eux dont parle Lydekker qui les situe dans les Hautes Andes (jusqu’à 16.000 pieds d’altitude).

63Noms vernaculaires spécifiques : Corzuelo, cabro del monte, gazunchos.

64Description : Ce sont les plus petits daguets ; ils rivalisent par la modestie de leur taille avec les poudous (35 à 45 cm de hauteur d’épaule pour P. pudu le plus grand) : pour une hauteur d’épaule comprise entre 35 et 40 cm, ils ont de 72 à 92 cm de longueur totale et pèsent entre 8 et 12 kg.

65Comme les daguets nains, ils ont un cou de longueur moyenne et un port de tête assez bas ; ils s’en distinguent par des glandes préorbitales moyennes et par un pelage plus terne. Ils sont brun-roux sur le dos et ont le ventre très clair ou blanc ; la queue, rousse au dessus, est blanche en dessous.

Fig. 4. Situation de la glande métatarsienne d’apreès Grasse et Pocock

Vie et Mœurs

66C’est à la simplicité des bois qui ornent leur front que les daguets doivent leur nom : c’est une paire de dagues sans ramification dont la hauteur n’excède jamais 15 cm mais aux pointes généralement courtes et solides. C’est de cette particularité que des zoologues anglais, français et suisses ont tiré argument pour les dénommer daguets (Cf. par ex. Grasse. T 17 fasc. 1, p. 602), nom, en Europe, du jeune cerf ayant ses premiers bois.

67Chez tous les daguets, le corps est vigoureux, corpulent même, pour des membres très fins et il a soit l’arrière-train particulièrement surélevé (par ex. chez le daguet gris), soit le dos complètement arrondi (chez des ss-esp. du daguet rouge). Nous avons vu la taille des daguets varier entre celle du lièvre et celle du chevreuil. La tête, l’encolure et la queue sont assez courtes. Le mufle est finement strié tandis que les poils de la face « irradient dans toutes les directions à partir de deux torsades » (Walker. 1964. p. 1398). Outre la gamme des teintes qui jouent du roux vif au brun foncé, les daguets s’opposent par paires : il y a les daguets rouges et les daguets nains aux robes brillantes ; il y a les daguets gris et les daguets nains gris aux robes ternes ; il y a encore les daguets rouges et les daguets nains gris aux poils contrastés, colorés sur le dos, blancs sur le ventre et ceux, daguets gris et daguets nains, à la livrée presque uniforme. Les femelles, pourvues de quatre mamelles, n’ont en général qu’un seul petit par portée et dans les rares cas de naissances multipares, on ne mentionne jamais plus de deux faons. A la naissance, les petits sont mouchetés de blanc. Comme chez la plupart des cervidés tropicaux, il n’y a pas de saison spéciale de mise bas. Plusieurs zoologues pensent que les daguets mâles ne changent pas de bois ou n’en changent que très irrégulièrement. En fait les dagues sont caduques annuellement (Grassé. Ibid.) mais il n’y a pas de saison de chute des dagues et en outre les exceptions à la périodicité annuelle semblent être particulièrement élevées dans ce genre.

68Ces modestes animaux sont des glisseurs typiques de la forêt que d’épais enchevêtrements n’arrêtent pas ; ils s’y faufilent, se coulent dans les taillis mais ne bondissent pas au-dessus des obstacles. En général pendant la journée, ils se reposent, cachés, et presqu’indecelables, dans les cavités formées par les immenses racines des arbres ou sous un épais taillis ; puis au soir et à l’aurore, ou à la nuit tombée, ils sortent brouter près des rives, dans les clairières, dans les savances ou visiter les plantations. Souvent, quand le jour décline, on peut les surprendre s’abreuvant et se baignant dans des rus ou des rivières tranquilles ; comme par jeu, ils disparaissent plusieurs fois dans la forêt avant de surgir à nouveau et de prolonger leur baignade. Ce sont d’ailleurs de bon nageurs et d’après M. Pedro (in Ihering (1940) 1968, p. 330, « il est curieux de noter que les daguets munis de dagues persistantes, de même que certains cerfs tropicaux qui (présentant la même trouble physiologique) conservent leurs bois plusieurs années de suite, traversent les rivières à contre-courant, alors que les animaux ayant perdu leurs bois suivent le fil de l’eau ».

69Les daguets sont des animaux fidèles à leur territoire qui peut être de proportions restreintes ; ils ont fréquemment des circuits qui les font passer par les mêmes lieux et suivre les mêmes chemins (c’est pourquoi les chasseurs qui ont repéré le passage d’un daguet, se postent près de cette coulée). Poursuivi, le daguet court avec de brusques changements de direction sans garder le moins du monde une orientation globale fixe. Si le daguet est très rapide, en revanche il manque d’endurance à la course et les chiens dressés pour le chasser peuvent le forcer (Henry. (1941) 1964) et même, l’ayant rejoint, le tuer... puis commencer à le manger avant que le chasseur rattrape ses chiens et intervienne (Walker. 1964, p. 1398). Observation importante puisque, nous le verrons, la mythologie sud-américaine brode sur ce thème du souffle court et du manque d’endurance. Deux contes Piro en font preuve qui, substituant au lièvre de la fable un daguet tour à tour présomptueux ou naïf, le confrontent à la tortue. Mais avant de les rapporter, précisons encore quelques traits du comportement des daguets. Ils vivent solitaires puis par couple quelque temps pour procréer sans qu’il y ait de saison de reproduction ni de lutte entre les mâles. H. Krieg a constaté que le daguet rouge mâle marque son territoire de la même façon que le chevreuil ; il semble frayer inutilement ses dagues sans velours mais en réalité ce sont les couronnes et le front qui sont frottés contre les buissons et les arbustes et le daguet dépose ainsi « la sécrétion odorante des glandes sébacées qu’il porte sous la peau entre les pivots » ; pendant ce temps, il gratte le sol de ses pattes antérieures (in Grzimek et Fontaine. V. 13, p. 214). Quant aux femelles, entre la mise bas et jusqu’au servage, il semble qu’elles occupent chacune un territoire précis dont elles défendent l’entrée aux autres femelles, et qu’elles marquent avec l’urine.

70Les daguets rouges et les daguets nains mènent une vie diurne dans la mesure où ils ne sont pas trop pourchassés : deux fois par jour, à l’aube et en fin d’après-midi, ils quittent le gîte pour aller brouter, boire ou consommer quelques produits de chacra, par exemples les feuilles des jeunes plants de manioc (Huxley, Abreu, etc.), les jeunes pousses de maïs, des fruits tombés de l’arbre. Le daguet gris mène une vie plus nocturne ; si, parfois, on l’a surpris en train de pâturer de jour dans des régions où il est peu chassé, généralement c’est la nuit qu’il est actif. Il s’est bien adapté aux régions plantées par l’homme tant qu’elles ne sont pas surpeuplées et de même qu’il témoigne d’une grande fidélité envers son territoire, de même il a ses « plantations » qu’il vient régulièrement visiter et sur lesquelles il se nourrit. Quant au daguet nain gris, son comportement demeure encore inconnu.

Lignes ventrales et dorsales

Lignes ventrales et dorsales

Anexos

APPENDICE IV

Plutôt que de reprendre le célèbre défi à la course qui oppose le cerf et la tortue dans un mythe Taulipang recueilli par Koch-Grimdberg, je rapporterai deux contes Piro, moins connu mais tout aussi révélateurs des qualités sémantiques attribuées aux daguets, qualités sur lesquelles nous aurons à revenir plus tard, et les juxtaposerai à un fragment de mythe Desana.

Contes Piro recueillis par R. Alvarez, O. P. (1960).

La tortue et le daguet3

Un jour, une tortue mâle (motelo, tortue de terre) mangeait des fruits de hubus dans la forêt ; un daguet qui passait par là, l’a abordée en ces termes : « Hola, tortue, comment vas-tu ? —Bien— répondit-elle. Sur quoi le daguet reprit : « mangeons d’abord, après nous bavarderons ».
Quand ils eurent mangé tous les fruits tombés de l’arbre, le daguet reprit : « Mon ami, faisons un pari : Qui de nous deux pourra endurer le plus de temps sans manger ? » —Je peux endurer un an et même deux sans manger — rétorqua la tortue. —Moi, cinq ans — dit le daguet et il proposa à la tortue de se mettre sur le champ sous un pot de terre pour en sortir dans un an quand reviendra la chute des fruits de l’hubus. La tortue accepta et s’installa sous le pot. Le daguet venait chaque semaine lui demander : « Tortue, vis-tu ? »
—Oui, répondait-elle, je suis mâle et les mâles ne meurent jamais !4 —Le daguet continuait de venir poser la même question et la tortue répondait avec animation et vie.
Quand, un an plus tard, les fruits de l’hubus tombèrent à nouveau, la tortue sortit et le daguet prit sa place. La tortue surveillait le daguet de peur qu’il ne la gruge. Au bout de quelques heures elle l’interrogea : « Ami daguet, vis-tu ? » —Oui, répondit le daguet, l’homme ne meurt jamais—5. Le lendemain, la tortue réitèrait ses questions : « Es-tu là, daguet ? » — « J’y suis — »
Le troisième jour le daguet répondait d’une voix éteinte et triste aux questions de la tortue. Au quatrième jour, la tortue lui rappelle ses propres mots : « Daguet, l’homme ne meurt pas » mais le daguet ne lui répondit pas. La tortue souleva le pot et y trouva le daguet mort de faim. Elle lui donna des coups de pieds pour avoir menti et s’être montré poltron.

La tortue et le daguet6

Il y eut un deuxième défi entre la tortue et le daguet et cette fois, ce fut un défi à la course. Même s’il semble risible qu’une tortue veuille rivaliser à la course avec un daguet, la tortue estimait avec raison qu’elle avait suffisamment de ressources pour parier avec lui. Elle lui lança un défi :
« Voyons qui court le plus vite ! » Le daguet releva le défi et ils se placèrent sur la ligne de départ, la tortue se mettant entre les pattes arrières du daguet.
Les voilà partis ! Le daguet courait à perdre haleine. Au bout d’une heure à ce train d’enfer, suffocant, le daguet s’époumona :
« Tortue, où es-tu ? » et la tortue de répondre de dessous les pattes du daguet : « Je suis là ». Le daguet reprit sa course effrénée : ils coururent par monts, par vaux, dans les savanes, dans les forêts. Le daguet tirait la langue de soif et de faim mais la tortue se maintenait à sa hauteur. Soudain, hors d’haleine, le daguet tomba mort. Alors la tortue passa au-dessus de son corps et lui décochant quelques coups de pieds, s’exclama : « Cours, daguet, cours ! »
La tortue avait gagné la course de résistance contre le daguet. De celui qui court beaucoup, on dit : il court comme un daguet et de celui qui se déplace sans courir : il va à pas de tortue.

Et pour conclure ces histoires, voici le fragment d’un mythe desana (in Reichel-Dolmatoff (1968) 1973. p. 301-302) qui débute par une joute entre la tortue et le jaguar dont elle sortira victorieuse et continue par deux aventures fort proches des contes Piro, bien qu’un des protagoniste change.

— « La tortue (un mâle) rencontra le renard7. Il y avait un trou dans la terre où elle se cahait. Le renard resta aux aguets ; la tortue (aimait manger) de l’ananas et le renard de dire : « Parions que tu n’es pas capable de rester dans ce trou jusqu’à ce que l’ananas murisse ». Ils firent le pari et le renard boucha le trou. Une semaine s’écoula : « Alors, s’écria le renard, es-tu encore en vie ? » Six mois se passèrent jusqu’à ce que l’ananas parvint à maturité. Ils firent un autre pari : « Maintenant tu attendras que je mange l’ananas » dit la tortue. Le renard entra dans le trou et la tortue le boucha ; trois jours après, il était mort de faim. La tortue invita sa famille à manger le renard. Elle lui enleva un os et en fit une flûte : « Voici l’os de mon cousin le renard qui est très lâche » jouait-elle. Elle avait déjà deux ennemis : (Le jaguar et le tayra).
Alors la tortue rencontra un (daguet gris)8 : « Cousin, faisons un pari sur celui qui courra le plus vite ! » Ils marchèrent à travers la forêt épaisse pendant trois ou quatre kilomètres. Ils tracèrent deux chemins, l’un pour la tortue, l’autre pour le (daguet). Mais la tortue posta 50 parents à 10 ou 15 pas d’intervalle. Le cervidé se mit à courir et l’accord voulait que celui qui était devant appelle l’autre. Le cervidé appela : « Cousin tortue ? » Mais la tortue répondait toujours devant lui jusqu’à ce que le cervidé mourût. Quant il fut pourri, elle le mangea, en fit une flûte et chanta : « Voici l’os de mon cousin le cervidé qui est très lâche ». Elle avait déjà trois ennemis.

CERF (à queue blanche)

Genre Odocoïleus. Rafinesque 1832

Différentes espèces :

Type 1 : O. peruvianus ; Type 2 : O. gymnotis ;

(Cervus campestris, Cuvier 1817 ; Mazama, Smith 1827 ; Odocoïleus, Rafinesque 1832 ; Dorcelaphus, Glober 1841 ; Cariacus, Lesson 1842 ; Reduncina, Wagner 1844 ; Cervus elaphus, Gray 1855 et Eucervus, 1866 ; Otelaphus, Fitzinger 1873 et Gymnotis, 1879 ; Odocoelus, Allen 1901 et Dama 1902 ; Odontocoelus, Elliot 1904 ; Palaeodocoilus, Spillmann 1931)

Le genre Odocoïleus a une extension pan-américaine puisqu’il est représenté du Canada au Brésil septentrional (nord de l’Amazone). On a longtemps considéré les divers représentants sud-américains comme des sous-espèces du cerf de Virginie (O. virginianus), qui sous les traits de Bambi, a été introduit par Walt Disney dans le folklore enfantin et nous est devenu familier. En fait les études faites au cours des cinq dernières décennies ont révélé que ce classement était fallacieux. En effet à l’exception d’un cerf de Guyanne (O. spinosus, Gray et Gervais, 1866), qui possède la glande métatarsienne, « A. Cabrera a fait justement remarquer que la plupart des types sud-américains se distinguent (du cerf de Virginie) par son absence et qu’il est donc légitime de les considérer comme spécifiquement distincts » (Hoffstetter. 1952. p. 348), quand bien même le nombre d’espèces et de sous-espèces qui les constituent restent encore imprécis. C’est à ce dernier auteur que nous emprunterons une classification qui distingue « des formes de montagne du pelage gris brun et épais » représentées par « O. peruvianus (Gray 1874), O. columbicus (Fitzinger 1879) de Colombie, O. Lasiotis (Osgood 1914) du Venezuela, et des formes de terres basses et chaudes au pelage court et roux dont l’espèce principale est O. gymnotis (Wiegmann 1833) » (Hoffstetter. 1952. p. 348) du nord de la région amazonienne, notamment dans les llanos de l’Orénoque.

Fig 5.

Quelle que soit l’espèce concernée, les bois des mâles ne dépassent guère 10 cors (5 par bois) dans quelques cas individuels et généralement se limitent à 6 cors, soit trois par bois ; l’andouiller antérieur, peu développé, est tourné vers l’intérieur, alors que le second andouiller s’insère sur la face postérieure du merrain dont la pointe ou épois constitue le troisième cor. Les merrains sont fortement courbés « en forme de lyre large et basse » (Hoffstetter. 1952, p. 351) et s’inclinent vers l’avant de la tête. Plusieurs auteurs font remarquer qu’un même individu peut s’orner de bois assymétriques, phénomène qu’on retrouve, entre autres, chez le cerf d’Europe.

(O columbicua) (P1.3)

Comme toute la tribu des Odocoïleinés, ces cerfs sont télémétacarpiens et ils ont pour formule dentaire celle commune à la famille des cervidés :

(32, ou 34 dents chez quelques mâles possédant 1/c), comme chez les daguets.

Noms vernaculaires : Cariacou, Cerf à queue blanche, Ciervo, Guazu, Suguaçuapara, veado branco, veado dos mangues, venado. (Nous avons conservé les termes employés dans la littérature mais il faut se rappeler qu’ils sont fréquemment fondés sur des confusions soit avec le cerf de Virginie, soit avec le cerf des pampas (Ozotoceros)).

Faute de données sûres, nous traiterons seulement d’O. peruvianus, comme type des formes de montagne et d’O. gymnotis, comme celui des terres basses et chaudes.

Cerf de montagne

Odocoïleus peruvianus (Gray 1874) Pérou sous-espèces : O. p. ustus (Trouessart 1911) Equateur.

(Cervus sp. Branco 1883 ; Palaeodocoileus abeli ou gracilis ou antonii et Protomazama aequatorialis, Spillamann 1931).

Le cerf de montagne a un habitat élevé dans les Andes du Pérou et de l’Equateur, au-dessus de 2500 m d’altitude pour les formes péruviennes ; au-dessus de 3000 m pour les formes équatoriennes. Notons toutefois qu’il affectionne les zones boisées, à bosquets et qu’il est rarement mentionné dans la puna.

Noms vernaculaires ¡Ciervo, Gamo (Pérou, Equateur) ou venado (Pérou, Bolivie ?), Taruga en Equateur (au Pérou et en Bolivie ce terme s’applique au guemal).

Nous avons vu que le cerf de montagne avait un pelage épais et assez terne, de couleur gris-brun. Sa taille est souvent comparée à celle du daim d’où ses dénominations espagnoles de gamo, ou plus généralement de venado. Comme ces termes désignaient également les daguets, il est souvent impossible de savoir de quel animal il s’agit dans les textes, en dépit des bois du premier, des dagues du second ; d’autant que les hauteurs au garrot du cerf de montagne (55 à 65 cm) est équivalente à celle du daguet gris (lluychu) qui, nous l’avons vu, a un habitat très diversifié et peuple, entre autres, les mêmes régions. Toutefois la structure du corps chez le cerf de montagne est plus fine, un peu moins allongée et surtout avec un arrière-train moins volumineux. En revanche les pattes sont plus robustes. Le cou est d’une longueur moyenne mais le port de tête est plus élevé que chez les daguets. Les yeux, qui s’entourent d’un anneau clair, ont des glandes préorbitales grandes, des larmiers et des fosses larcrymales bien développés. Si ce trait les distingue des daguets, par contre ils ont, comme eux, de grandes oreilles ovoïdes.

Cerf des basses terres (nord de l’Amazone) ou cerf des Savanes Odocoïleus gymnotis (Wiegmann. 1833)

Diverses sous-espèces mal connues : O. g. savanarum ? ; O. similis (Pucheran in Trouessart).

(Cervus campestris, Cuvier 1817. p. 484 (confondu par Cuvier et G. Saint-Hilaire avec le coguacuapara de Marcgrave et le gouazouti d’Azara in Cabrera. 1943) ; Mazama, Smith 1827 ; Dorcelaphus, Gloger 1841 ; Cariacus, Lesson 1842 ; Furcifer campestris, Gray 1850).

Les cerfs des basses terres ont un habitat dispersé au nord de l’Amazone et sont attestés, au Venezuela, en Colombie et dans les régions nordiques du Brésil. Selon le témoignage de de Wavrin, on les trouve « dans les savanes qui s’étendent entre le rio Bravo et le rio Negro, affluent nord de l’Amazone, dans ces vastes plaines vallonnées, couvertes d’herbages mais non inondables et relativement sèches... dans les grandes savanes des Llanos de l’Orénoque » (1951 ; p. 77-78).

Noms vernaculaires : Cerf à queue blanche, Cariacou, Cauquero (Colombie), gamo, guazu, suguaçua-para ou suaçua-para, veado dos mangues, veado-glaheiro do Norte, Waikin (in Simpson : chez des Caribs du Venezuela et des Guyannes : Kama-rakoto, Taurepan, Makuchi).

Le Marquis de Wavrin qui, pour avoir parcouru trois ans durant l’Amérique du Sud et avoir abondamment chassé le gibier, en connait bien la faune, parle « d’espèces de daims » (sic) sensiblement différentes quand on passe de la région du rio Branco à celle des llanos de l’Orénoque (op. cit. ibid.). Quant à nous, faute d’éléments précis sur les espèces ou sous-espèces de ce cerf, nous nous en tiendrons à la description d’O. gymnotis. Cuvier, tout en confondant deux cerfs sud-américains, nous a laissé une bonne description des bois de ce cerf des basses terres, bois au demeurant fort semblables à ceux du cerf de montagne.

« Bois courbés en avant, s’écartant dès leur base et se rapprochant par leur pointe ; un andouiller à la face interne, s’élevant obliquement ; un ou deux sur-andouillers à la face externe se dirigeant en arrière ; le bois (est) rugueux à sa partie inférieure » (in Cabrera. 1953. p. 11).

Le cerf des basses terres présente les caractères décrits chez la forme de montagne : yeux entourés d’un anneau clair, ici presque blanc, glandes préorbitales grandes... grandes oreilles ovoïdes ; il s’en distingue par une taille supérieure, des pattes plus fines ; Ihering écrit que ses proportions sont égales à celles du veado-campeiro (O. bezoarticus) et on le crédite en général de 70 à 90 cm de hauteur de garrot pour une longueur totale de 100 à 130 cm. Il s’en distingue encore par sa robe bicolore, chataîgne rousse sur le dos et le dessus de la queue, blanc crème sur le ventre, la face interne des membres et sous la queue.

Vie et Mœurs

Si le daguet doit son nom à un caractère physique, c’est à une attitude que le cerf à queue blanche doit le sien : en cas de danger puis de fuite, le mâle dresse la queue, panache blanc qui guide les membres de la harde courant à sa suite eux-aussi queue dressée. Nous ne décrirons ici que ce que l’on sait des cerfs de basses terres.

Ce sont des cerfs qui vivent dans des espaces ouverts, dans les savanes et les pajonales, parfois à la lisière des forêts galeries mais qui pénètrent peu dans la forêt. Ceux des Llanos de l’Orénoque, écrit de Wavrin, « fréquentent autant les faibles hauteurs, les vallonnements légers qui s’étendent par là, que les coins marécageux... Durant la journée, il se couchent entre les roseaux ou entre les grandes herbes, parfois sous quelque broussaille ; ils se lèvent et commencent à paître vers la fin de l’après-midi... ainsi que le matin avant que le soleil ne chauffe » (Op. cit. p. 78). A la saison des pluies, ils vivent plus solitaires ou par petits groupes familiaux, le couple des parents et le (ou les ?) faon, alors qu’à la saison sèche ils forment des hardes plus importantes, plusieurs groupes se rejoignant près de l’eau, le long de rivières et de lagunes. « On peut les découvrir alors sur les petites îles dont sont parsemés les principaux cours d’eau » (Wavrin. ibid.). Diurnes dans les régions isolées, ils adoptent une vie plus nocturne là où ils sont soit chassés, soit plus confinés par la colonisation agricole. A l’exemple des cervidés tropicaux, il n’y a pas d’époque précise de rut, de mise bas ou de chute des bois, évènements qui sont déterminés par la maturation individuelle. La femelle n’a en général qu’un seul petit par portée mais quelques cas de multiparité ont été signalés avec deux faons à la fois. Les faons sont joliments tachetés de points blancs plus ou moins alignés et perdent progressivement cette robe juvénile à partir d’un mois et demi. Ils sont élevés par leur parents qui forment, disent de nombreux indiens, des couples stables. Pour appeller leur mère, les faons laissent échapper un léger bêlement et celle-ci répond par un murmure (Cf. les classifications indigènes des cris animaux où les cerfs parlent et rient). En fait on entend rarement la voix des cerfs ; effrayés, ils soufflent fort puis détalent et parfois, l’obscurité tombée, ils émettent un sifflement strident et ce n’est que grièvement blessés qu’ils crient véritablement. Ils doivent être assez fidèles à leur territoire car ils ne reculent pas tout de suite devant l’avancée de la frontière agricole et restent près des lieux cultivés ; en fait ils ne répugnent pas eux non plus à venir s’alimenter sur les chacras. En dépit de leur timidité, ils témoignent d’une grande curiosité mise à profit par les chasseurs qui, dans ces régions, se servent de tissus blancs pour les intriguer et les attirer.

CERF des PAMPAS ou GOAZOU

Genre Ozotoceros. Ameghino 1891 ou Blastocerus, Wagner 1944; Blastocerus, Fitzinger 1879

(Cervus bezoarticus, Linné 17, 58; Cervus eugapara, Kerr 1792; Guazu-ti, Azara 1801; in Cerv. mex. Linné; Cervus leucogaster, Goldfuss 1817; Odocoelus, Rafinesque 1832; Dorcelaphus, Gloger 1841; Balstocerus, Wagner 1844; Blastecerus campestris, Gray 1852; Blastoceros, Fitzinger 1879; Ozotoceros bezoarticus, Ameghino 1891).

Ce genre a été longtemps confondu, au moins de nom, soit avec le cerf des savanes (Odocoileus), soit avec le cerf des marais (Blastocerus). C’est pourquoi en dépit de l’antériorité de Blastocerus puis de Blastóceros, l’accord se fait peu à peu pour lui préférer le terme plus tardif d’Ozotoceros qui ne prête guère à confusion.

A l’inverse des cerfs de savanes, nordiques, les représentants du genre Ozotoceros sont méridionaux ; on les trouve dans les pampas sèches et ouvertes du Brésil, du sud de l’Amazone, du Paraguay, de l’Argentine et de l’Uruguay. Ils descendent jusqu’en Patagonie septentrionale.

L’espèce actuelle (Ozotoceros bezoarticus) est représentée par trois sous-espèces :

O. b. bezoarticus du Brésil

O. b. leucogaster du Paraguay, de l’Argentine du nord et de l’Uruguay

O. b. celer des pampas d’Argentine jusqu’au nord de la Patagonie.

Noms vernaculaires : Ciervo de las pampas, cuguazu-apara, gamo, goazou ou guazú-ti, veado branco, veado campeiro, venado.

Nous commencerons la description par une annotation des caractères anatomiques :

Formule dentaire :

(Pour Cabrera, les canines supérieures sont absentes même chez les vieux mâles dans O. b. leucogaster et extrèmement rares dans O. b. b.).

Télémétacarpaliens ; vomer complet. Comme dans les genres Pudu et Hippocamelus, les os prémaxillaires atteignent les os naseaux. La fosse lacrymale « est relativement petite, peu profonde » (Cabrera. 1943. p. 19). « Les doigts 2 et 5 sont très petits et faibles » (Ibid.).

A peu près de même taille que les cerfs de savane, les cerfs des pampas s’en distinguent par un corps plus allongé ; hauts sur pattes, ils ont l’arrière-train légèrement surélevé (entre 70 et 80 cm de hauteur d’épaule, 110 et 145 cm de longueur totale). Les oreilles, proportionnellement, sont moins grandes que celles des daguets ou des cariacou ; caractères qui, ensemble, les ont fait souvent décrire comme les plus élégants des cervidés sud-américains. Les bois typiques des goazou ne dépassent pas six cors ; Pandouiller antérieur et un long merrain se terminant en fourche pour chaque bois. Les anomalies par bifurcation de l’andouiller antérieur ou de la branche antérieure de la fourche (8 cors) ou des deux (10 cors) sont assez rares ; toutefois Darwin, de Wavrin etc.. citent quelques 10 cors. Il est fréquent que l’épois, qui est ici la branche antérieure de la fourche, soit un peu plus long que la branche postérieure.

Les glandes tarsiennes des mâles, cachées par une touffe de poils blancs, émettent une forte odeur d’ail qui se perçoit, dit-on, de 300 à 500 m à la ronde (jusqu’à lkm5 dit Walker. p. 1396), selon que la brise porte ou non. Ainsi s’est créée la réputation du goazou d’être impropre à la consommation : « Cette odeur est si intense qu’on ne pourrait guère enlever la peau ; à plus forte raison, il serait impossible de manger sa chair » (de Wavrin. 1951, p. 77).

Le poil de ces cerfs « est spyeux, lisse et ondulé sur un sous poil laineux » assez fourni (Grzimek et Fontaine. 1974. 13, p. 21Q. On peut noter, vers le milieu du dos, une grosse touffe de poils ; et avant elle, sur la partie antérieure du dos, les poils se couchent vers l’avant. Les colorations vont du brun roux au gris jaunâtre sur le dos, la queue, la face externe des membres, la couleur étant toujours plus intense le long de la ligne dorsale ; le poitrail, le ventre, le dessous de la queue, la face interne des membres et un anneau autour des yeux sont blancs, d’où son nom brésilien de veado branco.

Les sous-espèces diffèrent entre elles surtout par les colorations et quelques mensurations, notamment par les séries molaires plus longues chez O. b. bezoarticus.

Veado Branco

Ozotoceros b. bezoarticus. Sous-espèce nordique, localisée au Brésil : le nord du Mato Grosso et « en général toute la partie du Brésil baignée par les affluents méridionaux de l’Amazone et le système du Tocantius » (Cabrera. 1943, p. 30).

C’est la plus grande des trois sous-espèces, bien que les variations de taille restent faibles. Elle se caractérise par une coloration rousse nettement plus prononcée et plus vive. Les poils sont plus courts et plus fins sur un sous-poil, ou bourre, peu abondant.

Guazu- ti

Ozotoceros. b. leucogaster. Cette sous-espèce du Chao (Paraguay), du sud du Mato Grosso et du nord de l’Argentine a une coloration plus sombre, brun fauve ou brun chocolat, et plus terne. La teinte sombre se renforce sur le mufle, le dos et plus encore sur la queue et s’éclaircit sur les côtés de la tête, le cou et le poitrail. « Les femelles, là où les mâles ont leurs bois, présentent deux petites taches blanches » de poils crêpés (Cebrera. 1943. p. 32).

Ciervo de las pampas

Ozotoceros b. celer. Il est localisé dans les régions des pampas d’Argentine, « de la limite de dispersion des leucogaster jusqu’au rio Negro et depuis la côte atlantique jusqu’au sud-est de Mendoza » (Cabrera. 1943, p. 36). Les représentants de cette sous-espèce sont de même taille que le guazu-ti (leucogaster) et comme lui, un peu plus petit que le veado branco. Leur coloration est franchement un bai clair. Sur le dos la teinte tire sur le canelle pour devenir de plus en plus pâle - gris jaunâtre - et passer à un crème très clair sur les flancs et la base du cou avant de devenir blanche. Le sous poil est plus important que chez les b. bezoarticus.

Vie et Mœurs

Vivant dans les prairies et les pampas sèches et découvertes, le cerf des pampas reste caché, couché dans les hautes herbes ou dans les buissons, la plus grande partie du jour et sort le soir et à l’aube pour paître. Il a fui l’extension des cultures pour se réfugier dans des régions encore peu peuplées avant d’y être rejoint ; il a adopté alors une vie plus nocturne. En Patagonie il est en voie d’extinction et sa situation est à peine meilleure en Argentine.

Les cerfs des pampas vivent par couples ou par petits groupes familiaux au cours de l’hiver austral et forment des hardes d’une dizaine d’individus pendant l’été. A l’époque du rut, le mâle ne fréquente généralement qu’une seule femelle et « après la mise à bas, la famille reste unie et le petit est gardé par les deux parents » (Grzimek et Fontaine, op. cit. p. 210). Chez les formes tropicales des cerfs de pampas, il n’y a aucune saison spéciale du rut, de chute des bois ou de mise bas ; en revanche, il semble que la sous-espèce la plus méridionale, O. b. celer, ait un type de reproduction plus saisonnier avec une époque de mise bas en Mars et Avril. Toutefois les combats entre mâles sont apparemment partout absents. Les femelles n’ont généralement qu’un petit par portée ; il naît avec une robe finement mouchetée de blanc : les taches blanches sont petites et nombreuses au point de tracer en pointillés quatre raies sur chaque flanc.

Une mère surprise avec son petit reste immobile jusqu’à ce qu’il se soit caché, puis s’éloigne lentement dans une direction opposée à la cachette du faon ; parfois pour mieux attirer l’attention, elle feint d’être blessée et se met à claudiquer ; ce n’est qu’une fois le faon en sécurité et hors d’atteinte de l’ennemi, qu’elle détale en bonds rapides et plats pour s’arrêter bientôt, suivant une attitude caractéristique de l’espèce, et s’assurer qu’elle est ou non suivie. Hans Krieg qui a observé les mœurs des cerfs des pampas brésiliennes note que « c’est l’habitude chez les cerfs de pampas, comme chez nos chevreuils et chez les daguets d’Amérique du Sud, de ne quitter le gîte qu’au dernier moment à quelques mètres du chasseur... ils étonnent toujours beaucoup les chasseurs européens qui ne connaissent que les cerfs à longue queue. En effet, en fuyant, ils dressent leur queue verticalement de sorte qu’on n’en voit plus que l’envers blanc. Souvent alors qu’on ne peut plus reconnaître l’animal lui-même, on voit encore se balancer au loin cette tache blanche » (in Grzimek et Fontaine, op. cit. p. 211).

Bien que prudent, il est aussi enclin à la curiosité que le cerf des savanes (Odocoïleus sp.) avec qui il partage une vue assez médiocre mais un odorat extrêmement développé. Pour l’attirer, « il suffit de se cacher jusqu’aux épaules et d’agiter en l’air une main qui tient un mouchoir rouge... intrigué et partagé entre la crainte et la curiosité, il approche en sautillant, hésite, approche encore... » (Wavrin. 1951. p. 77). Faut-il noter au passage que la couleur blanche au nord pour les cariacous, rouge au sud, ressort sans doute des coutumes locales plus que du goût des cerfs puisqu’ils ne perçoivent pas les couleurs ; toutefois il n’est pas exclu que le choix du rouge ou du blanc soit fondé, du fait de leur différence d’intensité lumineuse et du fait des différences dans la faune, le nandou étant familier aux cerfs des pampas comme le jabirú ou la cigogne l’est aux cerfs des savanes (Cf. chasse).

Chassés, du moins les femelles puisque les éleveurs de bétail détestent la forte odeur musquée que dégagent les mâles, atteints de fièvre aphteuse, nous avons dit que ces animaux étaient envoie d’extinction. « Un vieux brésilien... (le)... déplorait ; ces bêtes étaient très utiles, disait-il, pour tuer les serpents » ; opinion très répandue en Amérique du Sud bien que les Européens l’aient contestée. Ainsi de Wavrin rapporte qu’ « on assure que daims et cerfs jouissent de l’immunité contre la morsure des serpents et qu’ils tueraient même les reptiles à coups de sabots » (op. cit. p. 79). Or récemment « Hediger a fait remarquer qu’en Amérique du Nord, des cerfs tuent des serpents venimeux à coups de sabots et que d’après des textes antiques des cerfs furent importés dans l’île de Rhodes en Méditerranée afin de la débarasser des serpents » (Grzimek et Fontaine, op. cit. p. 211)9 ; affirmation renforcée par les témoignages concernant par exemple les mœurs des serpents à sonnette d’Amérique du Nord : ils agitent leur queue munie d’écaillés sèches et disjointes quand il y a du bétail à proximité pour le faire fuir par ce bruit de crécelle et ne pas risquer d’être écrasés d’un coup de sabot.

Enfin signalons qu’à plusieurs reprises, on a signalé des individus albinos au Paraguay (sous-espèces de leucogaster) dont Wagner, à la suite de Fischer et Rengger, avait fait des représentants d’une espèce Blastóceros aparae albus (Cabrera, , p. 15). Des cas de dépigmentation sont attestés également chez le cerf de savane (Odocoileus) ; qu’ils ne soient pas étrangers aux légendes et peintures rupestres de cervidés blancs est une possibilité, entre d’autres, qu’on ne peut exclure.

CERF DES MARECAGES

Genre Blastocerus. Wagner 1844 ou Edocerus. Avila-Pires

(Cervus dichotomus, Illiger 1811 ; Cervus paludosus, Cuvier 1817 ; Mazama, Smith 1827 ; Odocoelus, Rafinesque 1832 ; Dorcelaphus, Gloger 1841 ; Cariacus, Lesson 1842 ; Blastocerus, Wagner 1844 (esp. Paludosus) ; Blastóceras (et B. paludosus), Gray 1852 (1850)).

Une seule espèce actuelle : Blastocerus dichotomus (Pocock) ; le cerf des marécages vit -ou vivait- dans toutes les régions de savanes humides, dans les forêts marécageuses et dans les fourrés bordant les fleuves et les lacs de l’Amazonie du sud, au Brésil, au Paraguay et en Uruguay. A l’est, il s’est répandu, semble-t-il, jusqu’aux Guyanes.

Si l’on accorde crédit à divers témoignages, tels ceux de Wagner, de Wavrin, etc.. le cerf de marécages admettrait au moins trois types de représentants (sous-espèces ? B. paludosus, B.p. dichotomus in Trouessart ?) aux bois différenciés : celui décrit par Ihering, Cabrera, etc.. avec quatre cors ou plus, celui décrit par Wagner et Scott avec quatre cors et celui décrit au nord du Chao par de Wavrin et n’ayant qu’une longue dague, ou perche sans andouiller.

Noms vernaculaires : Ciervo del Pantanal, ou de los pantanos, guazupucu, macho halena (nord du Chaco), Suaquapara (in Ihering, par extensión du terme tupi ?), veado galheiro.

Description anatomique : formule dentaire :

Télémétacarpiens ; cuboïde et naviculaire soudé, cunéiforme séparé ; vomer complet ; les os du prémaxillaire bien séparés des os naseaux. La fosse lacrymale est grande, profonde avec un bord-antérieur proéminent. Les doigts latéraux (2 et 5) sont particulièrement développés, notamment la dernière phalange, et leurs ongles grands et bien visibles (Cf. fig. 7).

C’est de loin, le plus grand des cerfs sud-américains ; il peut atteindre jusqu’à 130 cm de hauteur d’épaule et 200 cm de longueur (tête et corps) et pèse entre 100 et 150 kg. Haut sur patte, le cerf des marécages a le corps allongé et le dos légèrement arrondi ; il a des sabots particulièrement longs (7 à 8 cm) qu’il peut largement ouvrir, les doigts 3 et 4 étant reliés par une forte palmure : « Les sabots sont liés par une forte membrane dans la partie interne du point de divergence. Cela représente une adaptation contre l’enfoncement dans le sol détrempé (Walker. 1964, vol. 2, p. 1395).

Ce cerf, remarquable à plus d’un titre comme nous le verrons, a une coloration marron rouge, assez vive en été, plus terne et un peu plus foncée en hiver. Sa robe est uniforme mais ses teintes s’éclairassent sur la face, le poitrail et les flancs, de même que sur l’arrière-train et plus encore sur la queue, châtain clair. En revanche elles sont très foncées sous la queue tandis que la bouche est marquée de noir. Le bas des pattes, « à partir du poignet et au jarret jusqu’au sabot » est généralement noir (Grasse. 1955. vol. 17. p. 604) Les poils sont longs, rudes et hirsutes. Comme chez les autres cerfs sud-américains, les yeux s’entourent d’un anneau blanc.

Fig. 7

« Au nord du Chao... les chasseurs considèrent comme étant d’une espèce particulière, un cerf qu’ils appellent : macho halena et dont les pattes sont noires. Il n’a jamais, même lorsqu’il est vieux, qu’une pointe, assez grande et effilée d’ailleurs, de chaque côté du front » (Wavrin. 1951. p. 76).

Si l’on excepte le cas du Macho halena, les bois des mâles ont un nombre variable d’andouillers. Toutefois Walker décrit comme forme typique un bois à nombre fixe d’andouillers : un assez long merrain terminé par une « double fourche, c’est à dire (que) chacune des deux branches a une seule fourche pour un total de quatres dagues » (Walker. 1968. vol. 2. p. 395) Les autres auteurs s’accordent pour lui donner des bois au nombre variable de cors de quatre à trente. « Le cerf a parfois des bois si riches en cors qu’on dirait des touffes, mais ces bois à ramures multiples sont d’une grande irrégularité » (Grzimek et Fontaine. 1974. vol. 13. p. 191). Les bois peuvent avoir jusqu’à 29 cors écrit Ihering, et en fait plus comme en témoigne de Wavrin (1951, p. 75) : « J’en ai abattu un de dix-huit cors et à Corumba, on me signala un sujet gardé dans une maison et que le chasseur avait conservé comme curiosité. Il n’avait pas moins de 32 cors. « Les bois à cors multiples sont remarquables par un autre caractère : leur couleur tirant sur le jaune est si claire que chez certains, ils prennent une coloration jaune miel.

Fig. 8

Vie et Mœurs

Le cerf des marécages vit la majeure partie de la journée caché dans les bosquets ou entre les roseaux ; « tout au plus pénètre-t-il à la lisière de la forêt pour y passer les heures de la canicule... Il aime à pâturer les pattes dans l’eau ; au besoin il s’y risque jusqu’au poitrail » (Wavrin. 1951. p. 75). Sa nourriture se compose surtout de plantes aquatiques qu’il va chercher à l’aube, quelquefois à midi quand il se lève brièvement pour boire, et au crépuscule.

Les combats entre les mâles sont, sinon inexistants, du moins très rares. Il n’y a pas à proprement parler de saison de rut, de mise bas et de perte de bois. Néanmoins Ihering limite quelque peu cette affirmation, si for te par exemple chez de Wavrin (Cf. p. 75), par la constatation que la chute des bois des cerfs brésiliens intervient toujours entre Décembre et Août et donc jamais au cours des trois mois restants (Cf. art. veado galheiro). Chez la femelle, la gestation est particulièrement longue et dure un an, au lieu de près de sept mois et demi à huit mois chez les autres genres sud-américains. La biche ne porte qu’un petit à la fois et le faon, à la naissance, a la même coloration que celle des adultes.

On rencontre le cerf des marécages seul ou en petit groupe familial composé généralement d’un cerf, de deux biches et de leurs faons. Pendant la saison des pluies, quand les bassins fluviaux s’inondent et que les cerfs doivent chercher refuge sur les hauteurs environnantes, ils peuvent former des hardes plus importantes mais alors, « les femelles en état de gestation avancée ou les mères de très jeunes petits, se tiennent à l’écart de la bande » (Grzimek et Fontaine, op. cit. p. 191). Par contre, à la saison sèche, c’est jusqu’au cœur de marais impraticables qu’il faut pénétrer pour les débusquer sur les îles ou des langues de terre.

PL.5 Crânes de Ozotoceros bezoarticus (A) et de Blastocerus dichotomus (B), *1/4 d’après Cabrera (op. cit. p. 18

Le cerf des marécages est lui-aussi un glisseur typique qui préfère s’aplatir en cas de danger lointain, plutôt que de sauter, et détalera longues enjambées , il est très adroit à se faufiler dans les taillis, à glisser entre les hautes herbes et « admirable pour son agilité à contourner les obstacles à en jambées fortes et rapides qui s’entourent de loin » (Ihering. p. 732, Art. Veado Galheiro). Quand un mâle muni de ses bois court » dans la forêt ou les bos quets, il (les) incline... sur la nuque pour ne pas les heurter ou les emmêler Dans la savane ou les marais, il court avec la tête droite, les narines ouvertes et humantes » (ibid).

Le cerf des marécages peut être un redoutable adversaire. Lai-sons H. Silva (in Ihering) décrire cet aspect chez le mâle : « C’est l’unique cerf dont on doit redouter, lorsqu’il fait face, le danger de ces bois formidables aux andouillers acérés. Grâce à ceux-ci, quand il se jette sur l’ennemi, il n’est pas rare de le voir étriper le ventre de la monture du chasseur ou de mettre en pièce une meute entière. Quand il voit un homme, tête droite, il bat nerveusement le sol et ne cherche pas tout de suite à fuir... » Quant aux femelles, elles savent également être très dangereuses et j’en donnerai pour seule preuve le témoignage de de Wavrin qui avoue avoir échapé de justesse à une « vilaine blessure » : « En ayant blessé une, trop confiant, la croyant inoffensive je me dirigeai vers elle... Comme j’arrivai en face d’elle, brusquement elle se releva et, bramant éperduement, elle lança les pattes en avant, cherchant à m’atteindre de ses ongles » (p. 76). Cependant ce sont des animaux peu agressifs, presque timides et ce n’est qu’aux abois qu’ils deviennent dangereux. Ils nagent fort bien et poursuivis, ils mettent à profit leurs sabots par ticuliers pour s’engager sur les sols marécageux semant chevaux et chiens qui s’embourbent ou pataugent, sans craindre d’avoir à nager quelque temps pour reprendre pied plus loin.

Dans les mêmes niches écologiques, se trouvent principalement les grands échassiers migrateurs ou non : hérons et flamants.

Progressivement isolés et exterminés par le peuplement de leur habitat naturel, de surcroît abondamment chassés bien que leur chair ait mauvaise réputation, les cerfs des marécages sont en voie d’extinction et ont déjà disparu d’Uruguay et du sud-est brésilien.

Nous ne pouvons clore ces propos sans évoquer un fragment du mythe de référence des mythologiques de C. Lévi-Strauss puisque l’imaginai re semblerait dévoiler ici ses sources ethnozoologiques (Le cru et le cuit. Mythe Bororo du dénicheur d’oiseaux, p. 45) :

« Cependant le héros songe à se venger. Un jour qu’il se promène en forêt avec son petit frère, il casse une branche de l’arbre api, ramifiée comme des andouillers. Agissant sur les instructions de son aîné, l’enfant sollicite et obtient de leur père qu’il ordonne une chasse collective ; transformé en petit rongeur méa, il repère sans se faire voir l’endroit où leur père s’est mis à l’affût. Le héros arme alors son front des faux andouillers, se change en cerf, et charge son père avec une telle impétuosité qu’il l’embroche. Toujours galopant, il se dirige vers un lac où il précipite sa victime. Aussitôt celle-ci est dévorée par les esprits buiogoe qui sont des poissons cannibales. Du macabre festin, il ne reste au fond de l’eau que les ossements décharnés, et les poumons qui surnagent, sous forme de plantes aquatiques, dont les feuilles, dit-on, ressemblent à des poumons ».

Un certain nombre des traits caractéristiques décrits dans ces pages, sont rassemblés dans un tableau récapitulatif et comparatif qui, de façon très sommaire, pourra aider à repérer, au moins par exclusion, quels animaux sont, ou mis à jour dans les fouilles ou évoqués par les peintres d’art rupestres. Ainsi, prenant la région de Lagoa Santa par exemple, nous avons le choix entre trois genre actuels (Mazama, Ozotoceros, Blastoceros) et un certain nombre d’espèces (M. americana, M. simplicicornis, M. nana, O.b. bezoarticus, Blastoceros dichotomus) relevant de ces genres à l’exclusion des trois autres (Pudu, Hippocamelus, Odocoileus). Par ailleurs une carte situe approximativement l’extension des genres et des espèces : elle serait plus exacte si elle était datée du siècle dernier, car elle ne tient pas compte de la disparition récente, dans différentes régions, d’un bon nombre d’espèces, certaines étant même menacées d’extinction (Cf. carte 2, p. 46).

Etude des morphologies : Fig 9.

Notas

1 Cf. fig. 2, p. 19.

2 Cf. fig. 4, p. 26.

3 La traduction française ne peut rendre ici parfaitement l'opposition des dires de la tortue et du daguet, car l'espagnol, langue dans laquelle furent publiés ces contes, se réfère au machisme. La tortue dit : « Yo soy macho y el macho nunca muere ». Or le macho c'est le mâle dans toutes les espèces mais c'est aussi le brave, celui qui fait preuve de « mâles » vertus et défie les autres et la mort. Ce à quoi fera écho la réponse du daguet : « El hombre nunca muere». Il y a donc une double opposition, d'une part entre le mâle en général et l'homme en particulier, puis entre l'homme viril et brave et l'homme commun, sous-jacente à l'opposition principale : tortue impérissable-humain périssable.

4 La traduction française ne peut rendre ici parfaitement l'opposition des dires de la tortue et du daguet, car l'espagnol, langue dans laquelle furent publiés ces contes, se réfère au machisme. La tortue dit : « Yo soy macho y el macho nunca muere ». Or le macho c'est le mâle dans toutes les espèces mais c'est aussi le brave, celui qui fait preuve de « mâles » vertus et défie les autres et la mort. Ce à quoi fera écho la réponse du daguet : « El hombre nunca muere». Il y a donc une double opposition, d'une part entre le mâle en général et l'homme en particulier, puis entre l'homme viril et brave et l'homme commun, sous-jacente à l'opposition principale : tortue impérissable-humain périssable.

5 La traduction française ne peut rendre ici parfaitement l'opposition des dires de la tortue et du daguet, car l'espagnol, langue dans laquelle furent publiés ces contes, se réfère au machisme. La tortue dit : « Yo soy macho y el macho nunca muere ». Or le macho c'est le mâle dans toutes les espèces mais c'est aussi le brave, celui qui fait preuve de « mâles » vertus et défie les autres et la mort. Ce à quoi fera écho la réponse du daguet : « El hombre nunca muere». Il y a donc une double opposition, d'une part entre le mâle en général et l'homme en particulier, puis entre l'homme viril et brave et l'homme commun, sous-jacente à l'opposition principale : tortue impérissable-humain périssable.

6 Cf. Appendice III. Venado spécifié comme daguet gris (M. gouazoubira murelia), quoique dans l'oeuvre citée, une reproduction d'une peinture rupestre montre sans aucun doute un cerf (Odocoïleus sp.)

7 Le plus souvent le terme espagnol zorre désigne un mustéligé, le Tayra appelé Irara du Brésil, quand il ne désigne pas un canidé, c. vetulus ou C. Thous, appelé cachoro do mato au Brésil.

8 Cf. Appendice III. Venado spécifié comme daguet gris (M. gouazoubira murelia), quoique dans l'oeuvre citée, une reproduction d'une peinture rupestre montre sans aucun doute un cerf (Odocoïleus sp.)

9 Nous n'avons pu retrouver ces « textes antiques» ; Diodore de Sicile raconte (Livre V, 58, 4-5) qu'en des temps très anciens d'énormes serpents firent leur apparition à Rhodes, tuant un grand nombre d'habitants. « Les survivants envoyèrent consulter le dieu à Délos sur le moyen de se débarasser de ces fléaux. Apollon leur enjoignit d'acceuillir Phorbas et ses compagnons... Phorbas extermina les serpents et après avoir libéré l'île de la crainte, il s'établit à Rhodes». Le nom de Phorbas signifie «animal qui paît» : à l'origine c'est un adjectif appliqué particulièrement aux équidés. Mais ici il s'agit d'un héros humain, fils de Lapithos (et la déclinaison de son nom est d'ailleurs différente de celle de l'adjectif). Chez d'autres auteurs qui mentionnent la présence de Phorbas à Rhodes, tel Pausanias, il n'est pas non plus question de cerfs. (Traduction et renseignements dus à M. Casevitz). Toutefois du fait de la signification du terme Phorbas, il semble qu'existait pour la pensée grecque un couple d'oppositions ruminants (sabots) serpents.

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig.1
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 44k
Leyenda Noms vernaculaires : Cerf d’Antis, ciervo, gamo, guamulos, guemal, huemul, tarucca, taruga ou tarugon, venado.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 28k
Leyenda Gurmal (PL. 1). D’apres une gravure in Al. d’Orbigny. 1835-1847
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 500k
Leyenda Fig. 3
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 112k
Leyenda Daguet rouge (mazama americana)ss.esp. du piemont andin amazone peruvienne.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 36k
Leyenda Fig. 4. Situation de la glande métatarsienne d’apreès Grasse et Pocock
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-14.jpg
Archivo image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-15.jpg
Archivo image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-16.jpg
Archivo image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-17.jpg
Archivo image/jpeg, 336k
Título Carte 2
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-18.jpg
Archivo image/jpeg, 536k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-19.jpg
Archivo image/jpeg, 256k
Título Lignes ventrales et dorsales
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-20.jpg
Archivo image/jpeg, 247k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-21.jpg
Archivo image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-22.jpg
Archivo image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/6835/img-23.jpg
Archivo image/jpeg, 32k

© Institut français d’études andines, 1979

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar