Version classiqueVersion mobile

Su-açu

 | 
France-Marie Renard-Casevitz

1 - Cervides : Histoire Et Ethnozoologie

I Bref Regard sur la Paléontologie

Texte intégral

1Pour comprendre la composition actuelle de la forme sud-américaine et, en ce qui nous occupe, évoquer l’origine des cervidés sud-américains, nous rappellerons brièvement deux traits capitaux de l’histoire paléontologique de l’Améque du Sud.

  • 1 Cf. tableau des époques géologiques. Appendice 1, p. 13
  • 2 Endémique : « tout taxon de l’espèce au phylum confiné à une région ».
    Autochtone : « tason qui a s (...)

2Pendant la plus grande partie du tertiaire1, du Paléocène moyen « jusqu’au Pliocène moyen » pour Paula Couto (1952. p. 5) et même jusqu’au Pliocène supérieur pour Fittkau (in B.E. S-A. 1969. 2. p. 627) et d’autres auteurs, l’Amérique du Sud est un continent isolé. C’est pourquoi les faunes du Paléocène et de l’Eocène sont plus limitées que dans les autres contients. Elles comprennent seulement trois groupes principaux : marsupiaux, édentés et ongulés mais « elles ne sont pas pauvres pour autant car elles ont donné, à partir de ce stock limité, un grand nombre de genres et d’espèces évoluant sur place » (Simpson G-G. in B.E. S-A. 1969. 2. p. 892-93). A la fin du tertiaire, la faune sud-américaine était donc, à un degré extrème, endémique et autochtone selon les définitions de P. Hershkovitz2 grâce à cette longue période insulaire.

3« Avec la formation d’un pont terrestre à la fin du Pliocène » (Fittkau. Ibid.) entre l’Amérique du Sud et l’Amérique Centrale, la faune sud-américaine allait subir de profonds bouleversements et, selon les termes de G-G Simpson, un accroissement énorme.

  • 3 Cf. appendice 2 : classification zoologique, et appendice 3 : origine des mammifères sud-Américain (...)
  • 4
  • 5 Cf. appendice 3 : tableau de l’origine des mammifères sud-américains d’après G-G. Simpson in B.E.. (...)

4Des échanges de faunes intervenaient entre les deux continents américains et tandis que des ordres et des familles sud-américains3 bien diversifiés (Litopterna, Notoungulés...)4 s’éteignaient progressivement, des représentants de la faune nord-américaine s’installaient et progressaient à travers toute l’Amérique du Sud appelée encore, avec l’Amérique Centrale, région néotropicale. Ces échanges expliquent la composition actuelle des faunes néotropicale et holarctique (cf. 4 et la carte 1) : sur les 32 familles de mammifères terrestres actuellement représentées et jadis endémiques dans l’un ou l’autre des continents américains, 18 familles (56 %) aujourd’hui sont cosmopolites et ont des représentants implantés au nord comme au sud (cf. Simpson G-G. op. cit). Il faut d’ailleurs noter que ces échanges de faune furent presqu’unidirectionnels quant qu succès de leur extension : les familles qui passèrent du nord au sud réussirent, dans leur majorité, à s’implanter dans la région néotropicale5 alors que celles qui se dirigèrent du sud vers le nord se sont éteintes pour la plupart assez rapidement. En revanche une fois installés dans le continent sud-américain les mammifères immigrés, par des phénomènes d’évolution et d’adaptation régionales sous l’action du « principe de distinction par niche écologique », devenaient autochtones (cf. Simpson et Hershkovitz. op. cit.).

Carte 1
d’après Hershkovitz - (op. cit. p. 587). Frontière Néarctique (Holarctique) - Néotropicale (a-a’) - et zone de transition.

5Pour les paléontologues, le succès de l’invasion des mammifères néarctiques dans la région néotropicale tient d’une part à leur plus grand degré d’évolution, d’autre part au fait que leur incursion disposait, avec les Andes, d’un milieu favorable à une adaptation progressive, à l’inverse de ce qui se passait pour « les formes hautement tropicales » (Fittkau. op. cit. p. 626) des mammifères sud-américains qui s’implantèrent en force en Amérique Centrale mais guère plus au nord (cf. plus loin p. 12 le Mazama dont l’ancêtre générique serait brésilien).

  • 6 Cf. appendice 3.

6Ainsi parmi les familles de mammifères, les rongeurs non caviomorphes, les carnivores, les procyonidés,les équidés éteints depuis, les tapirs, les pecaris, les camélidés et les cervidés ont une origine nord-américaine6 alors que deux familles d’origine néotropicale seulement ont actuellement des représentants dans la région néarctique : les Didelphidés (opossum) et les Dasypodidés (tabou). Il semble que c’est au cours du Pleistocène moyen et supérieur que les échanges de faune furent les plus intenses, en même temps que se développaient les formes locales propres aux niches écologiques. Mais dès la fin du Pleistocène, ces échanges sont considérablement ralentis. Quant à la faune, elle présente déjà la plupart des genres et des espèces actuelles.

7Pour l’époque récente, plusieurs zoologues ont établi la frontière écologique des mammifères néotropicaux, dressée comme « une barrière empêchant les allées et venues de la faune » (Hershkovitz op. cit. p. 585). Connue avec précision, cette frontière entre les régions holarctique et néotropicale (Cf. carte 1) court au nord du « Tamaulipas oriental vers le sud à travers l’Oaxaca oriental » (sur la carte a-a’) et d’ouest en est, approximativement le long du 23e parallèle de latitude nord, en s’infléchissant au nord à travers le golfe du Mexique et le détroit de Floride (Hershkovitz ibid.).

  • 7 Séquence des cervidés propre à l’Amérique du Nord d’après Paula Couto.
    Miocène inférieur Blastomery (...)

8Alors que les plus anciens artiodactyles — ou paridigités — (des suiformes) connus datent de l’Eocène inférieur, ce n’est qu’au cours de l’Oligocène inférieur qu’apparaissent des pré-ruminants sans bois dont l’Eumeryx d’Asie, le premier ancêtre connu des cervidés. Quant aux premiers cervidés à bois caducs, ils apparaissent au Miocène inférieur en Aise, en Europe et en Amérique du Nord avec notamment, pour ce dernier continent, Blastomeryx dont la lignée se poursuit jusqu’au Pliocène inférieur. Dès la fin du Miocène (Bouchud in Lavocat 1966. T. III. p. 245) ou au Pliocène inférieur (Paula Couto 1952 p. 102, 103), les genres Axis, Capreolus et cervus sont constitués en Asie et en Europe. Mais en Amérique du Nord, ce n’est qu’au Pleistocène inférieur7 qu’apparaît le genre Odocoïleus (PaulaCouto), qui devait donner son nom à la sous-famille ou tribu des Odocoileinae-(Pocock 1923). Cette tribu regroupe non seulement tous les cervidés sud-américains, et le genre Olocoïleus, mais encore le Renne, l’Elan, le Chevreuil et le Water-Deer de Chine (Hydropotes) (Hoffstetter 1952 p. 347), tous « caractérisés par les métacarpiens latéraux réduits à leur extrémité distale » (Ibid Cf. fig. 2 p. 19).

9Au moment où s’établit le pont terrestre entre les deux Amériques, nous avons comme représentants des cervidés en Amérique du Nord deux genres, Yumaceras et Cranioceras, puis au début du Pleistocène deux autres, Cervalce et Odocoïleus.

10C’est à cette époque, nous l’avons dit, que les artiodactyles et, en particulier les cervidés, font leur première apparition en Amérique du Sud ; or force est de constater qu’ils ne peuvent être rattachés à un genre nord-américain précis, excepté pour le genre Odocoïleus panaméricain. Ces immigrants de l’hémisphère Nord, dit R. Hoffstetter (op. cit.p. 347), « probablement représentés par plusieurs phyla, ont en outre subi une importante diversification dans leur habitat austral ». En tout cas dès le Pléistocène, tous les genres sud-américains actuels, à l’exception semble-t-il du Pudu plus tardif, sont déjà représentés ainsi que d’autres genres éteints depuis : Antifer, Epieuryceros et Morenelaphus (Paula Couto 1952 p. 105 et Castellanos) auxquels il faut ajouter Agalmaceros, genre nouveau décrit par R. Hoffstetter (op. cit.). En outre ils auraient déjà acquis des caractéristiques propres qui en font des autochtones.

11Les espèces éteintes des genres actuels : Mazama (mazama mesolithica. Ameghino. Pléistocène du Brésil) Hippocamelus (Hippocamelus inco gnitus. Ameghino. etc.. Pléistocène de l’Argentine, de l’Uruguay et de la Bolivie) Ozotoceros, Blastocerus et Odocoïleus, étaient en général d’une taille supérieure à celle des espèces actuelles. Les fouilles ont permis de suivre quelques migrations et installations dans des nouvelles niches écologiques : ainsi l’hippocamelus originaire d’Argentine et qu’on trouve actuellement dans les Andes, ou le Mazama originaire du Brésil et qui se serait répandu dans toute la sous-région brésilienne, telle que l’a définie P. Hershkovitz.

  • 8 Cf. entre autres A. Castellanos 1924. Lund, C. de Paula Couto et R. Hoffstetter.

12C’est donc un tableau assez maigre et imprécis que nous avons brossé là mais les paléontologues eux-mêmes avouent souvent leur impuissance à constituer un ensemble plus satisfaisant faute de datations incontestables et de fragments osseux suffisants à la levée du doute qui les assaille ; certaines « espèces » éteintes n’ont-elles pas été constituées à partir d’un fragment de bois sur son pédoncule (Odocoelus Avius. Ameghino. in Castellanos 1924 p. 14-15), d’un maxillaire supérieur gauche avec quatre molaires (O Tuberculatus. Ibid.) ou même à partir de deux molaires (m2, m3. Odocoelus Percultus. Ibid.) ? Auusi retiendrons-nous surtout que les cervidés sud-américains, immigrés du nord, ont constitué des genres autochtones dans leur nouveau territoire, à part Odocoïleus pan-américain.8

Annexes

APPENDICE II

Classes zoologiques des Mammifères basées sur le système de Linné de façon ascendante.

APPENDICE III

Origine des familles de mammifères terrestres sud-américains actuels : endémiques et immigrants (6 et 7)9 d’après G. G. Simpson (op. cit.).

1 - Paleocène. 2 - Eocène. 3 - Oligocène. 4 - Miocène. 5 - Pliocène. 6 - Pleistocène 7 - Récent. (d’après les tableaux plus généraux de G. G. Simpson. op. cit. p. 884et sq.j.

APPENDICE I

Tableau des époques géologiques11

Tableau des époques géologiques11

Notes

1 Cf. tableau des époques géologiques. Appendice 1, p. 13

2 Endémique : « tout taxon de l’espèce au phylum confiné à une région ».
Autochtone : « tason qui a son origine par évolution dans une aire géographique donnée ».
Hershkovitz. Fieldiana. Zool. 1958. p. 589

3 Cf. appendice 2 : classification zoologique, et appendice 3 : origine des mammifères sud-Américains (p. 14 et 15).

4 Image

5 Cf. appendice 3 : tableau de l’origine des mammifères sud-américains d’après G-G. Simpson in B.E.. S-A., 1969, 2, pp. 884-888.

6 Cf. appendice 3.

7 Séquence des cervidés propre à l’Amérique du Nord d’après Paula Couto.
Miocène inférieur Blastomeryx et Aletomeryx
Miocène moyen Blastomeryx et Dromomeryx
Miocène supérieur Blastomeryx et Cranioceras
Pliocène inférieur Blastomeryx et Cranioceras
Pliocène moyen Blastomeryx et Cranioceras
Pliocène supérieur Yumaceras et Cranioceras
Pléistocène Cervalce. Odocoïleus. Alce et comme migrants Rangifer
Récent Odocoïleus. Alce. Rangifer. Cervus (Wapiti)

8 Cf. entre autres A. Castellanos 1924. Lund, C. de Paula Couto et R. Hoffstetter.

9 Les chauves-souris n’ont pas été traitées ici. Simpson dans son tableau en fait des immigrés récents mais il ajoute que leur origine est probablement sud-américaine bien que les fossiles manquent à part un exemplaire du Miocène.

10 Simpson ne cite que 7. Mais des dates archéologiques récentes prouveraient la présence de l’homme dès la fin du Pleistocène, surtout quand le récent ne couvre que 10.000 ans.

11 On pourrait également citer quelques grands atlas : ainsi pour « Le Grand Atlas Mondial » (Sélection du Reader Digest) le Pliocène aurait duré 10 millions d’années, le Miocène 14 millions etc…

© Institut français d’études andines, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search