Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée sacrée des Andes

 | 
Antoinette Molinié Fioravanti

Première partie. la société traditionnelle en deux pôles

Chapitre IV. Les rapports de production entre hacendados et paysans

Texte intégral

1Ainsi les deux pôles de la structure sociale s’opposent par l’inégalité de leur accès à la terre, leur technologie, leur production, le traitement de leur surplus et, enfin, leurs cultures. On pourrait croire que ces deux groupes, cantonnés l’un dans l’hacienda, l’autre dans son terroir, n’entretiennent pas de relations de production et, plus généralement, de liens sociaux. Il faut dépasser ces apparences pour les définir dans le cadre d’une structure bipolaire.

2Nous ne pouvons encore tracer l’évolution des rapports entre les deux groupes : elle fait l’objet d’une recherche en cours. Cependant, nous pouvons poser quelques jalons qui éclaireront la structure sociale actuelle.

  • 1 Testimonio dado por Benito de la Peña, escribano de esta ciudad del Cuzco en 22 de abril de 1552. (...)

3L’apparition des haciendas dans les dernières années du xvie siècle et pendant la première partie du xviie siècle marque celle d’une agriculture mercantile et consacre la propriété privée de la terre. A Yucay, les haciendas naissent de concessions de terres à des Espagnols du Cuzco. La vallée est très appréciée pour la douceur de son climat et quelques caballeros y sollicitent des terres et une maison, afin d’y élever leurs enfants qui supportent mal le climat du Cuzco1. Ils suivent ainsi la tradition des Incas pour qui la vallée de Yucay était un lieu de villégiature. Encore aujourd’hui, plusieurs familles aisées du Cuzco ont une propriété dans la vallée où elles viennent passer leurs vacances.

4Ces distributions sont facilitées par la baisse de la population indienne à la fin du xvie siècle, de grandes étendues de terre restant inutilisées. Elles se heurtent cependant à la réticence des caciques locaux, tels que Francisco Chilche qui voit se réduire sa main-d’œuvre, son tribut et une partie de son pouvoir dans la vallée. Dans les haciendas, la main-d’œuvre est constituée par des mitayos : chaque village devait y envoyer le septième de ses effectifs pendant un temps déterminé.

  • 2 Autos seguidos por el capitán don Martín García de Loyola y la Coya Doña Beatriz su mujer, con el (...)

5Parallèlement, l’encomienda et son économie traditionnelle périclitent. Ainsi, doña Beatriz Coya, héritière du marquisat d’Oroposa par son père Sayri Tupac, rencontre des difficultés ; en 1574, elle est obligée de recourir aux tribunaux pour récupérer les tributs d’Indiens qui lui avaient été confisqués sous la pression du cacique Francisco Chilche2.

  • 3 Ce sont l’obraje de Urcos en 1596 dans la vallée de Yucay (Archivo Notarial de Cuzco, caja 28), l’(...)
  • 4 Archivo Notarial del Cuzco, caja 28, escribano Antonio Salas. Toutes ces informations sur les obra (...)

6Dès la fin du xvie siècle, avec la consolidation des haciendas, l’industrie textile se développe. Au début du xviie siècle, trois obrajes (ateliers textiles) produisent à Yucay de la bayeta (tissu grossier destiné aux Indiens) et quelques toiles plus fines pour l’exportation3. Ils appartiennent à des particuliers (ceux des communautés et ceux de la Couronne étaient assez rares). Cette activité semble assez développée dans la vallée dès la fin du xvie siècle : l’obraje de Urcos, propriété de don Miguel Berrio « vecino y regidor perpetuo y alfarez general de la gran ciudad del Cuzco » dispose dès 1956 de onze métiers à tisser de la toile, d’un métier à tisser des couvertures, de cinquante rouets et sept paires de cardes4. La main-d’œuvre comprend, outre des mitayos et des prisonniers, des salariés relativement spécialisés.

7Parallèlement au développement des haciendas, les terres des communautés indiennes sont réparties en propriétés privées. Au xviiie siècle, les ayllu s’identifient encore à des quartiers dans les villages de la vallée et gardent une cohésion certaine ; mais leurs terres sont déjà distribuées en propriétés privées.

  • 5 Diario de la marcha que hace su Excelencia el Presidente Provisional de la República Peruana don L (...)

8Au xixe siècle, une grande partie des terres appartient aux ancêtres de la famille d’hacendados, dont nous avons déjà parlé5. Jusqu’aux années soixante, les terres des haciendas sont mises en valeur grâce au système de colonaje. Plusieurs paysans de Yucay, faisant partie le plus souvent d’un autre système soit communautaire soit de petite propriété, travaillent une parcelle au sein de l’hacienda. Ils en ont l’usufruit et paient l’hacendado en prestations de travail gratuites sur sa propriété. D’autres obligations viennent compléter ce paiement, tels que les soins apportés au bétail du propriétaire, les services domestiques auprès de la famille de l’hacendado (pongeage) et le transport des produits.

9Ainsi, à l’Hacienda Huarán, voisine de Huayoccari, on distinguait le hierbajero du colono. Le premier possédait quelques têtes de bétail mais point d’herbage pour les nourrir. L’hacendado l’autorisait à faire paître ses bêtes sur son domaine moyennant un paiement de deux cents soles par tête de bovin, trente soles par tête d’ovin, cinquante soles par tête d’équidé et cinquante soles par tête de lama ou d’alpaca. En général, le paysan ne pouvait pas payer et devait travailler les terres de l’hacienda pour régler sa dette, que le propriétaire acceptait de réduire de 20 % si le paysan s’attachait à lui définitivement. Celui-ci avait alors l’obligation de travailler vingt-six semaines par an dans l’hacienda ou une semaine sur deux. Le propriétaire disposait ainsi d’une main-d’œuvre gratuite et de sommes d’argent assez considérables, en échange de l’utilisation des pentes sèches et non cultivées de sa propriété.

10De leur côté, les colonos se voyaient concéder l’usufruit de parcelles, le plus souvent de mauvaise qualité, contre des prestations de travail sur les terres du propriétaire. Pour un topo (1/3 d’hectare), le paysan devait travailler soixante jours par an, sur les terres de l’hacendado, un peu plus si la terre de sa parcelle était de bonne qualité ou si elle portait des plantations. Le restant de l’année, il restait à la disposition du propriétaire moyennant la moitié du salaire minimum (douze soles au lieu de vingt-quatre en 1962). De multiples conditions venaient compléter ces obligations.

11Les domaines étaient ainsi divisés en terres de paysans et terres du propriétaire. La main-d’œuvre de l’hacienda tirait sa subsistance des premières, le produit des secondes était destiné au propriétaire et commercialisé. La division entre le produit nécessaire et le surtravail était ainsi perceptible dans l’espace lui-même, le surtravail pouvant être mesuré directement par le temps de travail gratuit sur les terres de l’hacienda. L’ensemble des haciendas de la vallée était exploité selon ce système avec des conditions plus ou moins dures. Encore en 1970, le propriétaire de Huayoccari Alto déclarait à l’Office de réforme agraire quatre-vingt familles travaillant ainsi vingt-quatre hectares de ses propriétés. Dans l’Hacienda California de Yucay, ce système est resté en vigueur jusqu’en 1964, date de l’interdiction théorique des colonos par la loi de réforme agraire du président Belaunde, et de l’organisation de puissants syndicats paysans.

12Actuellement, ces formes de travail se combinent avec le salariat. Ainsi, en 1970, dans l’Hacienda California, les salariés permanents ont des parcelles en usufruit. Si le produit de celles-ci ne paie qu’en partie le travail de leurs bénéficiaires, il contribue cependant à les maintenir en permanence dans la propriété. Le même système est en vigueur dans l’Hacienda Huayoccari. Dans la Granja de l’archevêché, les travaux des professeurs et des cinq travailleurs permanents sont payés en salaire, mais celui-ci est complété par l’usufruit de petites parcelles de la propriété.

13Dans les années soixante, l’évolution des formes de travail a été considérablement accélérée par les mouvements paysans de la vallée de La Convención toute proche (Fioravanti 1974). Les hacendados de la région, craignant d’être expropriés, prirent l’initiative d’appliquer la législation du travail dans leur domaine, ou du moins d’éliminer les formes de travail les plus scandaleuses : ils transformèrent réellement ou formellement leurs colonos en salariés. La réforme agraire de 1964 s’est donc faite dans la vallée sans expropriation et a transformé les anciens latifundia en exploitations de type capitaliste.

14Nous avons vu qu’aujourd’hui la plus grande partie de la main-d’œuvre des haciendas de la Vallée Sacrée est constituée par des salariés saisonniers issus des plateaux misérables de Maras-Chinchero où les hacendados ont en général un autre domaine. Les paysans de Yucay ne se louent donc pas dans les haciendas qui côtoient leurs parcelles. Mais on ne saurait conclure pour autant que leurs rapports de production se jouent dans un monde clos. Leur parcelle de Yucay étant le plus souvent minuscule, ils ont du temps libre à la morte-saison, tout comme les colonos et comuneros du plateau de Maras-Chinchero. C’est ainsi qu’ils vont travailler sur les plantations tropicales des vallées de La Convención et de Lares. Yucay est bien relié à cette région par la route Cuzco-Quillabamba. Jusqu’à l’occupation des terres par les paysans en 1964, d’immenses haciendas s’étendaient dans ces vallées. Dons de la Couronne d’Espagne à des militaires et fonctionnaires espagnols, ces terres ont été exploitées tardivement. Leurs cultures de café sont aujourd’hui très rentables. Jusqu’à la réforme agraire de 1964, l’hacendado attribuait une parcelle ou arriendo à un paysan venu de la sierra, en échange de prestations de travail sur les terres qu’il se réservait. A son tour ce paysan ou arrendire pouvait attribuer un lot de sa parcelle à un allegado qui accomplissait les prestations de travail obligatoires pour l’hacendado à la place de l’arrendire. Dès le xviie siècle, les paysans de la sierra sont donc descendus dans cette vallée pour fournir la main-d’œuvre des haciendas. La colonisation de la région a suivi en quelque sorte un modèle vertical. C’est ainsi qu’avant la réforme agraire, de nombreux Yucavinos prenaient un arriendo dans la vallée de La Convención. Souvent ils engageaient un allegado venu des hautes terres de Yucay : à l’étage tropical les liens de dépendance entre vallées et montagnes (Yucay et San Juan) se reproduisaient. La plus-value circulait ainsi du comunero de l’étage de puna (allegado) au paysan de vallée tempérée (arrendire) et de celui-ci à l’hacendado de vallée tropicale (propriétaire).

15Aujourd’hui, après la réforme agraire de 1964, les paysans de la Vallée Sacrée contrôlent l’étage subtropical suivant le même modèle mais avec trois variantes.

Fig. 9 — Rapports de production entre habitants des différents étages dans la vallée de La Convención.

  1. Certains louent une parcelle à un ancien arrendire de La Convención devenu propriétaire à la faveur de la réforme agraire et donnent un salaire pour la travailler à un paysan de l’étage supérieur à leur étage d’origine. Ils ont conservé la parcelle qu’ils possédaient dans la vallée de Yucay. Les cycles des cultures de la vallée et de la vallée tempérée étant différents, ils peuvent faire successivement les deux récoltes. Les déplacements de l’une à l’autre région sont nombreux et, quand le propriétaire est absent de Yucay, des parents réels ou rituels se chargent de la parcelle. En échange, le bénéficiaire de ces prestations portera à Yucay une partie de sa production de coca et de fruits ; il cherchera pour ses parents des débouchés intéressants pour le maïs et les fruits de la Vallée Sacrée.
  2. Certains paysans de Yucay, anciens arrendires d’une hacienda, sont devenus propriétaires avec la réforme agraire. La plupart ont quasi définitivement émigré à La Convención où ils exploitent leur terre en faire-valoir direct avec une main-d’œuvre salariée, tandis qu’ils donnent leur propriété de la vallée tempérée en fermage ou en métayage. En général, le petit tenancier de Yucay est soit exploitant direct en haut (Yucay) et fermier en bas (La Convención), soit exploitant direct en bas et bailleur en haut. Souvent le chef de famille reste dans la vallée tempérée et envoie son fils exploiter la propriété ou le fermage de la vallée tropicale. Cette variante correspond assez bien au modèle préhispanique défini par J.V. Murra (1975).
  3. D’autres enfin se louent pour les récoltes dans la vallée de La Convención où les rémunérations sont supérieures à celles qu’ils pourraient percevoir sur leur propre étage.

16Dans tous les cas l’exploitant de la vallée subtropicale importe de la main-d’œuvre d’un étage supérieur, soit des fermiers ou des salariés de la vallée tempérée, soit des salariés des étages supérieurs (en particulier de Anta). La migration d’étage en étage permet l’adaptation au marché de la terre et au mode de relations que la réforme agraire a introduits. La figure 9, page 123, résume ces différentes situations : chacun des cas exposés ne représente pas une exploitation mais un type de relation ; les combinaisons entre ces trois possibilités sont nombreuses.

17Ainsi l’indépendance des petits tenanciers de Yucay est illusoire. S’ils ne se louent pas dans les haciendas de leur étage, ce n’est pas, comme on pourrait le croire, qu’ils vivent en « économie domestique » ; c’est tout simplement que les propriétaires de la vallée de La Convención leur offrent de meilleurs salaires, et aussi la possibilité d’acquérir un fermage. De leur côté, les colonos du plateau de Maras-Chinchero préfèrent se louer dans la vallée de l’Urubamba où ils trouvent l’argent qu’ils ne peuvent acquérir dans les haciendas de leur région où ils sont payés par l’usufruit de leur parcelle. Nous avons ainsi une émigration descendante d’étage en étage. En observant les rapports de production au seul niveau horizontal d’un étage, on ne peut donc conclure à leur nature réelle : celle-ci apparaît seulement lorsqu’on fait appel aux facteurs spécifiques de la verticalité andine. Dans la vallée de Yucay, le paysan va chercher un employeur qui le paie mieux et qui n’est pas l’hacendado voisin. Théoriquement cependant il est le salarié de celui-ci par paysan de plateau interposé. La verticalité traditionnelle, fondée naguère sur la réciprocité, marque ainsi de ses caractéristiques propres des rapports de production de type capitaliste, et voile ceux-ci au niveau d’un même étage écologique.

18Une autre institution joue également un rôle de dissimulation : c’est le compadrazgo.

19On a vu que hacendados et paysans vivent des cultures hétérogènes sans lien apparent. Le compadrazgo semble jeter un pont entre ces deux mondes. Cette institution fondée sur la doctrine et les pratiques de l’Église catholique existe dans les pays méditerranéens et en Amérique latine sous des formes extrêmement variées. Lors du baptême ou du mariage, elle établit des relations spirituelles entre trois catégories de partenaires : d’une part l’enfant ou le couple de mariés, d’autre part leurs pères et mères et, enfin, les parrains et marraines des baptisés ou des mariés. Contrairement à la prescription de l’Église catholique qui insiste sur la relation entre parrain (marraine) et filleul (filleule), dans les Andes et en Amérique centrale, l’accent est mis sur les relations entre parents et parrains : ce sont les compadres. Des rituels ad hoc peuvent multiplier ce type de relations qui ont une importance fondamentale dans la structure sociale locale et même à l’échelle de la politique nationale.

20C’est ainsi qu’à Yucay, lors d’un baptême, de la première coupe de cheveux ou du mariage, le père et le parrain de l’enfant ou des mariés deviennent définitivement compadres. Deux rituels spécifiques ont pour fonction de créer des liens de compadrazgo : la fête des comadres et la parodie de baptême d’un bébé en pain. Le premier, qui a lieu chaque année avant les fêtes de Carnaval, établit une relation d’entraide entre femmes ; le deuxième a lieu chaque fois que deux personnes, n’ayant en vue ni baptême ni mariage, veulent s’unir par le compadrazgo. Ces liens fondamentaux engagent non seulement les individus mais aussi leurs familles. Les partenaires sont tenus de s’entraider pour le travail, pour l’organisation des fêtes, pour résoudre tout problème. Une forte pression sociale contraint les compadres à répondre de leur mieux à cette exigence. Les charges du parrain sont lourdes. Mais, en échange, le prestige d’un individu se mesure au nombre de ses compadres. C’est pourquoi ces liens sont très recherchés. Ils ont également un caractère sacré : si on ne demande jamais à être parrain, on ne peut en refuser la requête.

21Les théories sociologiques sur le compadrazgo diffèrent suivant l’importance accordée à chacun de ses deux aspects : la hiérarchie créée par la réciprocité ou le prestige. Pour les uns, cette institution intensifie les liens de solidarité à l’intérieur de la communauté paysanne (Redfield 1941, Paul 1942). Pour les autres, elle organise des relations entre classes antagoniques (Mintz et Wolf 1950). Pour d’autres encore, elle établit des relations inégales de clientèle entre un petit groupe de parrains qui sont recherchés pour leur pouvoir et leurs multiples compadres (Fioravanti-Molinié 1974). Certains voient essentiellement en elle un moyen de créer une parenté « spirituelle » complémentaire de la parenté « réelle » (Pitt Rivers 1958, Gudeman 1971). Ces théories ne sont nullement contradictoires. L’efficacité du compadrazgo tient à ce qu’il remplit ces trois fonctions : il apporte à la fois un réseau d’entraide qui forme véritablement un système de parenté rituelle et du prestige qui contribue à créer ou reproduire des relations hiérarchiques. C’est pourquoi cette institution est extrêmement flexible et s’adapte aux situations les plus diverses.

22A Yucay il faut envisager le compadrazgo sous tous ses différents aspects. Entre hacendados cette institution a peu d’importance : ils sont membres d’une même famille. En ville, ce type de relations consolide ce que l’on peut appeler un intérêt de classe, et organise les oppositions de clans de la bourgeoisie locale. Pour les paysans, la solidarité et la sécurité qu’apportent les liens de compadrazgo sont essentiels. Si l’accent est mis sur l’homogénéité du groupe paysan face aux hacendados, on verra dans le compadrazgo des liens de réciprocité symétrique et une institution qui vient s’inscrire dans l’ensemble des prestations mutuelles héritées de l’ayllu traditionnel. On peut même penser qu’à travers le compadrazgo la famille nucléaire moderne tente de renouer avec un ayllu qui serait ici rituel. Dans certaines communautés andines, les liens de compadrazgo ont une importance fondamentale dans l’organisation du travail. Ainsi avons-nous observé dans les communautés du versant sud de la vallée du Chancay comment l’élevage et l’irrigation sont organisés par des cellules de femmes apparentées ; le compadrazgo, au travers de rituels ad hoc, vient compléter largement la parenté réelle et fournit ainsi un véritable capital de main-d’œuvre (Fioravanti-Molinié 1975). Il contribue ainsi à reproduire les relations de réciprocité dans le travail et, par voie de conséquence, à freiner le développement du travail salarié, de l’économie de marché et des inégalités que celle-ci introduit.

23Cependant, s’il existe une certaine inégalité entre les paysans, la fonction du compadrazgo peut s’inverser.

24Nous avons observé l’étagement écologique, économique et social de Yucay. Il institue une certaine inégalité entre les « Indiens » du haut (ceux du bourg de San Juan et ceux du plateau de Maras-Chinchero), les « métis » de vallée, et les plus riches de ces derniers qui ont une propriété ou un fermage dans la vallée de La Convención. Par ailleurs, il est clair qu’un compadre est recherché dans une catégorie sociale supérieure à la sienne. On le choisit donc en principe soit parmi les paysans privilégiés de son étage, soit dans un étage situé au-dessous du sien. Ainsi les comuneros de San Juan ont de nombreux compadres parmi les paysans de la vallée. En échange des services rendus (réels ou fictifs), ils se mettent à la disposition de leurs compadres du bas pour les travaux les plus durs, leur fournissant souvent une main-d’œuvre gratuite. De leur côté, les paysans de la vallée choisissent leurs compadres parmi les paysans plus riches qu’eux et souvent parmi les planteurs de La Convención. Ainsi les relations de compadrazgo suivent les liens de dépendance entre étages, les renforcent et les sacralisent.

25Mais les paysans de Yucay recherchent d’abord leurs compadres parmi les hacendados. Comme dans la plupart des régions andines, les relations de compadrazgo entre hacendado et paysans sont avant tout des relations de clientèle. Jadis, elles s’inscrivaient dans les liens de dépendance qui attachaient le colono à son patron, contribuant ainsi au pouvoir politique local de l’hacendado. Aujourd’hui, elles procurent aux grands propriétaires fonciers une main-d’œuvre complaisante. Cette clientèle est très utile dans cette période un peu trouble de réforme agraire : par exemple l’hacendado pourra compter sur le silence de ses compadres pour leur vendre illégalement les terres qu’ils convoitent, et qu’ils pourraient recevoir en fait par simple application de la loi de réforme agraire.

26On voit mieux à présent les rôles apparemment contradictoires que joue le compadrazgo. A l’un des pôles de la structure sociale, il crée des liens de solidarité et de réciprocité qui semblent renouer avec la famille étendue en état de décomposition. Ce rôle est d’autant plus clair que le compadrazgo entre deux individus lie généralement leurs familles. Dans ce sens cette institution contribue à l’intégration d’une communauté divisée en groupes de parenté ou en classes sociales. Les relations de compérage entre les deux pôles jouent un autre rôle. Elles sont asymétriques et constituent une source de clientèle pour l’hacendado. Elles héritent de la dépendance séculaire entre les deux groupes sociaux. Elles se fondent sur la symétrie originelle de l’échange et sur son contenu religieux, pour voiler des relations inégales : elle déguise l’exploitation en réciprocité.

27Finalement les deux pôles de la structure sociale de Yucay ne sont pas imperméables l’un à l’autre comme il était apparu dans une première approche. Hacendados et paysans n’entretiennent pas directement de relations. Mais cette apparence cache les liens réels qui les unissent. Deux caractéristiques de la société andine forment ici des sortes de masques. D’une part les migrations plus ou moins temporaires d’étages en étages cachent l’inégalité des relations de production que la distribution des biens au seul niveau de la vallée nous laissait entrevoir. D’autre part le compadrazgo, qui constitue le seul lien apparent entre les deux pôles, simule des relations symétriques entre ceux-ci.

28On peut trouver dans cette dissimulation des relations d’exploitation une explication de la solidité du statu quo social de la vallée et du conservatisme politique des paysans. En effet, les mouvements sociaux de la vallée de La Convención toute proche n’ont pas touché la Vallée Sacrée par des révoltes ou un développement du syndicalisme, mais par l’initiative qu’ont pris les hacendados d’une véritable réforme agraire préventive : si dans la vallée tropicale les relations d’exploitation étaient relativement claires, dans la vallée tempérée elles sont masquées par la verticalité et par le compadrazgo.

Notes

1 Testimonio dado por Benito de la Peña, escribano de esta ciudad del Cuzco en 22 de abril de 1552. Archives historiques du Cuzco, in Genealogía de Sayri Tupac, Revista del Archivo Histórico del Cuzco, op. cit.

2 Autos seguidos por el capitán don Martín García de Loyola y la Coya Doña Beatriz su mujer, con el fiscal de S.M. sobre los indios yanaconas del valle de Yucay (1574) in Genealogia de Sayri Tupac, Revista del Archivo Histórico del Cuzco, op. cit.

3 Ce sont l’obraje de Urcos en 1596 dans la vallée de Yucay (Archivo Notarial de Cuzco, caja 28), l’obraje de Quispiguanca en 1605 dans la vallée de Guaillabamba (Archivo Notarial del Cuzco, caja 8, protoc. 6-756) et l’obraje de Urquillos (cité par C. Wiesse 1909).

4 Archivo Notarial del Cuzco, caja 28, escribano Antonio Salas. Toutes ces informations sur les obrajes proviennent de Moscoso (1965).

5 Diario de la marcha que hace su Excelencia el Presidente Provisional de la República Peruana don Luis José Orbegoso a los departamentos del Sur, dia 11 de Noviembre de 1834 (Archives nationales d’histoire de Quito). Ce document nous a été aimablement transmis par J. Piel.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1512/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 9 — Rapports de production entre habitants des différents étages dans la vallée de La Convención.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1512/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© Institut français d’études andines, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter