Version classiqueVersion mobile

La vallée sacrée des Andes

 | 
Antoinette Molinié Fioravanti

Avant-propos

Texte intégral

1La première enquête dont cet ouvrage présente les résultats s’est déroulée en 1970, la dernière en 1978. Entre ces deux périodes, des séjours successifs en 1972, 1974 et 1976 m’ont permis d’observer, progressivement et sur le vif, les profondes modifications apportées par la dernière réforme agraire péruvienne.

2Tout en s’exprimant au présent, l’ouvrage se situe à deux moments différents. La première et la deuxième partie présentent la société de Yucay en 1970 : je ne parle pas au passé, parce que, dans une large mesure, cette analyse reste aujourd’hui valable. La troisième partie expose les changements apportés par la nouvelle politique agraire péruvienne.

3En 1970, j’ai pu séjourner pendant un an à Yucay grâce à la R.C.P. 147 du Centre national de la recherche scientifique, dirigée par Olivier Dollfus : je le remercie d’avoir fait confiance à la débutante que j’étais. Les résultats de cette première enquête ont fait l’objet d’une thèse de troisième cycle (soutenue à Paris V en 1973 sous la direction de Georges Balandier) d’où proviennent la plupart des documents qui m’ont permis de rédiger cet ouvrage.

4En 1972, j’ai pu compléter mes informations grâce à une mission pour le compte du Laboratoire de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (L.A. 111) du Centre national de la recherche scientifique. En 1974 et 1976, j’ai mené des recherches dans d’autres régions des Andes pour l’Institut français d’études andines ; j’ai pu, à ces occasions, faire de brefs séjours à Yucay. Je remercie cet institut et ses deux directeurs successifs, Pierre Usselman et François Mégard, pour leur accueil et leur appui.

5Enfin, une dernière enquête a été menée en 1978 dans le cadre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative du Centre national de la recherche scientifique (L.A. 140) dont je suis membre. J’ai bénéficié des discussions menées dans mon équipe de recherche et des conseils de Patrick Menget. Par le soin et l’efficacité qu’ils ont mis dans la réalisation de cette publication, Jean-Marc Chavy et Sophie Lutz ont largement contribué à ce travail de recherche.

6C’est grâce à Gerald Taylor que j’ai pu résoudre le problème de la transcription de mots quechua d’origines différentes : qu’il trouve ici l’expression de toute ma gratitude. Les toponymes et les noms propres qui ont une tradition graphique, les mots qui ont subi une acculturation évidente ou qui ne semblent pas être d’origine quechua, gardent l’orthographe espagnole. Dans tous les autres cas, je me sers de l’alphabet officiel du quechua de Cuzco-Collao (Cusihuaman 1976).

7Je remercie tout particulièrement J.V. Murra pour les modifications qu’il m’a amenée à faire et pour sa confiance.

8Ma reconnaissance va surtout aux Yucavinos qui ont supporté ma curiosité avec une patience extrême. Je remercie en particulier Josefina, Manuel et Carlos Orihuela, ainsi que Jesus Lámbarri : ils ont apporté un concours d’information et d’amitié que je n’oublierai pas.

© Institut français d’études andines, 1982

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search