Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les établissements Asto à l’époque préhispanique

 | 
Danièle Lavallée
, 
Michèle Julien

Introduction

Henri Favre

Texte intégral

1Les limites des départements péruviens de Huancavelica, Junin et Lima correspondent aux anciennes frontieres de trois petites chefferies préincaiques des Andes centrales: la chefferie des Asto, celle des Chunku et celle des Laraw.

2Asto, Chunku et Laraw ne possedent plus de cohésion interne aujourd'hui. Ils ne se perçoivent meme plus en tant que tels de maniere explicite, bien qu'ils continuent a se désigner réciproquement du nom des ethnies dont ils relevaient jadis. Au cours de la période coloniale, l'action des autorités espagnoles, l'empietement incessant des grands domaines, la pénétration de plus en plus massive d'éléments étrangers qu'ils soient indiens ou non, ont provoqué l'effritement de l'assise des chefs traditionnels et la désagrégation lente mais continue des structures politiques anciennes. Des le xviiie siecle, la communauté issue des regroupements de villages préhispaniques qui ont été opérés au lendemain de la Conquete, apparait partout comme la forme d'organisation supérieure. Il y en a alors sept chez les Laraw, quatre chez les Asto, sans doute autant chez les Chunku, toutes autonomes entre elles, et chacune individuellement dépendante du pouvoir colonial.

3Pourtant, le systeme colonial n'a pas fondu tous les particularismes ethniques dans le creuset de l'exploitation et de l'oppression. Il en a joué a son profit, de telle sorte que ces trois populations manifestent encore de l'une a l'autre de nombreuses différences de tous ordres qui les opposent et a travers lesquelles elles se révelent a elles-memes comme a l'observateur. Les différences linguistiques qui sont certainement les plus accusées, en tout cas les plus apparentes, servent d'ancrage a des représentations mentales fortement stéréotypées et généralement dépréciatives que chacune entretient a l'égard de ses voisines. Mais bien d'autres traits culturels dont elles cultivent et valorisent la spécificité, viennent aussi influencer la qualité de leurs relations mutuelles souvent chargées d'hostilité, toujours empreintes d'une certaine méfiance meme lorsqu'elles débouchent sur l'échange.

  • 1 Le Pérou est administrativement divisé en départements qui se subdivisent a leur tour en provinces (...)

4Les Asto appartenaient a l'ethnie Anqara qui vivait dans les provinces actuelles de Lircay, Acobamba et Huancavelica du département de Huancavelica1. Comme l'ensemble de leur ethnie, ils semblent avoir présenté des affinités avec les Chanka établis dans la vallée du río Pampas. Ils entrerent vraisemblablement dans la confédération que ces derniers avaient formée avant l'expansion cuzquénienne, et ils demeurerent liés a eux dans le cadre de la circonscription administrative de Vilcashuaman a l'intérieur de laquelle leurs conquérants incas les placerent sous le regne de Pachakuti, neuvieme souverain du Cuzco. Ils parlent un dialecte ayacuchien du groupe linguistique Quechua A/II défini par Parker et Torero, dont les deux aires couvrent d'une part tout le sud andin jusqu'a Santiago del Estero en Argentine, et d'autre part toutes les Andes septentrionales depuis le sud de la Colombie jusqu'au nord du Pérou. Ils sont fortement marqués par la culture méridionale qui est aujourd'hui acculée a la défensive bien que l'élite nationale péruvienne cherche a asseoir sur elle son nationalisme ambigu.

5Les Chunku appartenaient a la grande ethnie Wanka qui occupait les cinq provinces actuelles du département de Junin dont elle devait d'ailleurs dépasser quelque peu les limites tant au nord qu'au sud-est. Ils parlent un dialecte du groupe linguistique Quechua B/I qui englobe tous les dialectes du Pérou central depuis Ancash, et dont l'aire en expansion notable sépare celle du nord et celle du sud du groupe Quechua A/II. Ils apparaissent comme les héritiers de la culture centre-andine qui a été renouvelée par les apports d'une Espagne archaique a la faveur de conditions coloniales tout a fait exceptionnelles. Cette culture se diffuse aujourd'hui dans toutes les directions en faisant preuve d'un surprenant dynamisme, et elle s'impose aux classes inférieures des grandes agglomérations cotieres qui tendent a la transformer en culture populaire du Pérou moderne.

6Quant aux Laraw, ils appartenaient a l'ethnie Yawyu qui était établie dans la province actuelle de Yauyos du département de Lima. Jusqu'a une date récente, ils parlaient une langue beaucoup plus proche de l'aymara que du quechua, le kawki, qui semble avoir été pratiquée avec des variantes locales, dans toute la sierra de Lima, de la vallée du Chillón a celle du Cañete tout au moins. L'usage de cette langue s'est perdu pendant la seconde partie du siecle dernier au profit du castillan. Toutefois, les Laraw de la zone de Tupe et Cachuy utilisent encore le kawki, et ils témoignent toujours de la tres vaste et tres ancienne expansion de la culture aymara qui a amorcé depuis bien longtemps son repli pour se confiner aujourd'hui dans les limites du haut-plateau péruviano-bolivien.

7Nous aurons l'occasion d'analyser les particularismes ethniques des Asto, des Chunku et des Laraw, et d'étudier dans le détail les différents clivages qu'ils peuvent évoquer. Signalons seulement ici que la région dans laquelle ils se manifestent représente le lieu de contact de trois grands ensembles culturels qui ont connu et connaissent des évolutions divergentes, et qu'a ce titre elle constitue un centre névralgique des Andes.

8Cette région correspond a une section de la premiere cordillere. Elle s'organise en fonction de la ligne de cretes qui culmine a plus de 5 200 m cru - dessus du niveau de la mer. Les Laraw occupent neuf petites vallées hautes qui se distribuent en éventail sur le versant occidental dominant le littoral du Pacifique, et dont les rivieres torrentueuses prennent les eaux des glaciers et des lacs glaciaires des sommets pour former le cours supérieur du río Cañete. En revanche, les Chunku et les Asto s'étendent de l'autre coté de la cordillere, au-dela des steppes du Turpo, sur tout le versant oriental, jusqu'au fond du sillon interandin que creuse en gorges majestueuses le rio Mantaro a sa sortie de la grande dépression centrale de Jauja et Huancayo qui porte aujourd'hui son nom. Trois rivières aux cours parallèles, grossierement orientées sud-ouest nord-est, le rio Canipaco, le rio de la Virgen et le rio Vilca, entaillent profondément ce versant. Cependant, dans sa partie inférieure, le Canipaco s'incurve brusquement, recueille les eaux du rio de la Virgen pour former le rio Quillon, et se jette dans le rio Vilca a quelques kilometres de sa confluence avec le Mantaro. Les espaces steppiques qui séparent la vallée du rio Vilca et celle du rio de la Virgen marquent avec le Quillon la limite traditionnelle du territoire des Chunku au nord et du territoire des Asto au sud.

9Les vallées représentent un palier écologique qui est appelé Keshwarr dans la terminologie locale. Malgré leur altitude qui n'est jamais inférieure a 3 000 m, malgré leur encaissement en quebradas, elles concentrent une population relativement dense et abritent une agriculture fondée sur le mais, sur les tubercules andins traditionnels (pomme de terre, mashwa, oka et ulluku), mais aussi sur des céréales d'origine européenne telles que le blé et l'orge. Dans leurs évasements, les vieux finages coloniaux développent la trame serrée de leur parcellaire aux petits champs souvent cloturés de murs de pierres ou de haies vives, parfois irrigués et arborés de molle, de tanka, de néfliers du lapon et de cerisiers d'Amérique. Sur les flancs moins pentus, partout ou le relief protege des intempéries, s'organisent des terroirs. Dans certaines zones du territoire laraw, des terrasses étagées qui suivent exactement les courbes de niveau sur plusieurs kilometres, rendent cultivables les versants abrupts. Ces travaux d'aménagement qui sont considérables chez les Laraw, attestent l'importance prise par l'activité agricole bien avant l'arrivée des Européens.

10Les vallées tempérées sont isolées les unes des autres par de vastes étendues ondulées dont l'altitude moyenne se situe autour de 4 000 m, et qui représentent le palier écologique puna. Il s'agit de hautes steppes recouvertes de courtes graminées désignées sous le nom générique d'ichu, qui poussent par touffes drues et qui servent de nourriture aux troupeaux de moutons et d'auchénidés (lamas et alpacas) qu'on y éleve. La végétation arbustive se réduit a de tres rares boqueteaux de polyleps et a quelques spécimens d'eucalyptus récemment introduits. Le gel nocture alterne avec une forte température diurne pendant la saison seche qui va de mai a octobre, et les abondantes précipitations de la saison humide qui atteignent et dépassent parfois 1 000 mm par an, tombent occasionnellement sous forme de neige.

11De ces steppes désolées surgissent des reliefs dénudés ou couronnés de névés qui représentent le palier écologique orqo. Toute vie animale et végétale est absente, a l'exception des mousses et des lichens caractérisques de la toundra, et de quelques petites plantes a usage médicinal comme la wamanrripa. Sans intéret économique pour les populations locales, la haute montagne joue toutefois un role tres grand au plan rituel. Notons aussi qu'elle n'a jamais constitué un obstacle aux contacts. Ses échancrures demeurent les voies normales de communication et d'échange.

12Dans son ensemble, la région est d'acces difficile malgré le développement récent d'un réseau de communications périphériques. De la grande ville de Huancayo, une route empierrée qui rejoint la cote au sud de Lima par la vallée du Cañete la contourne au nord. La ligne de chemin de fer Huancayo-Huancavelica, doublée d'une autre route également empierrée qui se dirige vers Ayacucho, la contourne a l'est. Mais il faut recourir aux mulets et aux chevaux partout malaisés a obtenir, pour atteindre les villages, meme les plus importants. La traversée du territoire asto d'est en ouest, depuis la station ferroviaire de Tellería sur le Mantaro jusqu'a la communauté d'Acobambilla, demande trois bonnes journées de voyage par un chemin dont certaines parties sont creusées dans la roche, et qui franchit les torrents sur des ponts suspendus qui n'ont guere changé depuis l'époque inca a laquelle on se plait a croire qu'ils étaient mieux entretenus.

13Si elle a été photographiée d'avion a haute altitude —ce qui rend les clichés difficilement utilisables— la région est encore mal cartographiée. Elle ne figure pas en entier sur la carte nationale du Pérou au 1/200 000 qui est d'ailleurs tres mauvaise et dont la feuille de Huancayo ne s'ajuste ni avec celle de Lircay ni avec celle de Castrovirreyna qu'elle est censée prolonger. Les relevés au 1/50 000 effectués par la Corporación del Mantaro (CORMAN) dans le cadre de travaux d'aménagement hydroélectrique, sont beaucoup plus satisfaisants par leur exactitude, mais ils ne couvrent que le territoire des Chunku et une partie de celui des Asto.

14La mise en évidence des trois chefferies s'est réalisée progressivement a partir de 1964. Nommé depuis peu a l'un des deux postes de chercheur qui venaient d'être créés a l'Institut Français d'Etudes Andines de Lima, je me trouvais alors a Huancavelica avec une mission de deux ans. Au cours de ces deux années, j'eus l'occasion de travailler dans les communautés du nord du département, notamment dans celle de Moya qui présentait pour moi un intéret tout particulier. L'étude des titres de possession fonciere de cette communauté et les premiers résultats bruts d'enquetes ethnologiques qui y étaient conduites avec l'aide de plusieurs étudiants de l'Université San Marcos de Lima, aboutirent bientot a la conclusion que Moya avait jadis formé avec ses voisines Vilca, Cuenca et Conaica, une unité politique, une chefferie, la chefferie des Asto, dont j'entrepris de préciser les anciens contours en prospectant systématiquement les archives départementales publiques et privées.

15A mon retour en Europe, je continuai ma prospection pendant l'été 1967, dans les Archives Générales des Indes, dans le fonds du Marquis del Risco déposé a la Bibliotheque Universitaire de Séville, ainsi qu'a la section des manuscrits de la Bibliotheque Nationale de Madrid. L'année suivante, je repartais pour le Pérou, et avant de m'établir pour une dizaine de mois ce Moya afin d'achever l'étude en profondeur de cette communauté, je complétai dans les Archives Nationales (aujourd'hui Archives Générales de la Nation) et a la section des manuscrits de la Bibliotheque Nationale, a Lima, les informations historiques que j'avais déja accumulées. Aux listes de tributaires, aux pieces d'interminables proces concernant des litiges fonciers, et a bien d'autres documents de valeur fort inégale d'ailleurs, vint s'ajouter le texte d'un recensement qui avait été pratiqué chez les Asto en 1647. La population y était consignée nominalement et répartie par communautés et par ayllu, selon l'age et le sexe. Les chefs dont elle dépendait y étaient mentionnés, souvent avec un état de leurs biens. Honnis les données démographiques qui pouvaient en etre tirées et qui étaient peut-etre d'autant plus intéressantes qu'elles se situaient a une époque ou l'on place volontiers le creux du dépeuplement andin, ce recensement était susceptible d'offrir de nombreuses indications sur la culture et la société asto au milieu du xviie siecle.

16De nouveau en France vers le milieu de l'année 1969, j'envisageai de m'associer a des chercheurs d'autres disciplines pour reprendre l'étude des Asto sur la base de ces matériaux que je commençais a organiser, et pour amorcer celle des Chunku et des Laraw qu'ils faisaient apparaitre en filigrane. Ma suggestion rencontra un accueil favorable aupres de l'archéologue Daniele Lavallée de l'Equipe de Recherche d'Ethnologie Préhistorique, et du généticien Jean-Claude Quilici du Laboratoire d'Hémotypolcgie qui avait déj manifesté le souhait de collaborer avec des ethnologues. Nous décidames donc tous trois de mettre sur pied une équipe interdisciplinaire ad hoc centrée sur un projet de recherche qui allait etre établi d'un commun accord, et qui devait etre réalisé dans un délai de deux ans.

17Cette équipe commença a fonctionner au Pérou en juillet 1970. Essentiellement composée de personnels du Centre National de la Recherche Scientifique, elle accueillit cependant, pour une durée variable, plusieurs étudiants français du niveau du troisieme cycle dont l'aide souvent bénévole ne fut pas négligeable. En outre, elle s'entoura de collaborateurs recrutés localement, selon les besoins de chaque discipline. Le travail de terrain s'étala sur trois campagnes d'été du fait que les conditions climatiques ne le rendait possible qu'au cours des mois de la saison seche. Le financement des opérations fut obtenu a travers les différentes formations dont relevaient les membres de l'équipe: ERA 52, RCP 87, LA 111. Toutefois, la Direction Générale des Affaires Culturelles, Scientifiques et Techniques du Ministere des Affaires Etrangeres consentit a prendre a sa charge les frais de plusieurs voyages. A Lima, l'Institut Français d'Etudes Andines mit a la disposition des chercheurs ses locaux et son véhicule; il constitua une base précieuse, en particulier pour les archéologues qui devaient nécessairement étudier sur place les produits de leurs fouilles. Enfin, le gouvernement péruvien et ses fonctionnaires dans la région manifesterent l'intéret qu'ils portaient a notre recherche en nous donnant accès a une indispensable documentation et en nous fournissant les permis nécessaires et bien des introductions utiles.

18Le projet de recherche (dit projet A.C.L., de l'initiale des populations sur lesquelles il portait) visait essentiellement a rendre compte de l'organisation interne et des rapports externes des trois chefferies dans leur évolution, depuis 1'époque la plus ancienne qu'il était possible d'atteindre, jusqu'a nos jours. S'imppsant au départ, le choix d'un temps long rendait indispensable une collaboration aussi étroite que possible entre l'archéologie, l'ethnologie et l'histoire qui devaient parvenir a se prolonger tout en se complétant et en s'apportant des données mutuellement signifiantes. Pareille collaboration organique exigeait un ajustement interdisciplinaire peut-etre d'autant plus délicat qu'il amenait chacune des disciplines a opérer surdes confins encore mal connus de son propre domaine.

19Qu'on en juge. L'archéologie andine a toujours manifesté plus d'intéret pour les temps préhistoriques que pour les derniers siecles du passé précolombien. Les recherches conduites sur l'horizon précéramique et lithique, sur l'époque Chavin, sur la période formative, se sont développées au point de mobiliser aujourd'hui la plupart des archéologues. En revanche, les travaux consacrés a la période dite des Royaumes et Confédérations ainsi qu'a la période impériale inca dans laquelle elle se prolonge sans jamais s'achever tout a fait, n'ont pas connu le meme essor. Rares, ils continuent en outre a s'attacher a la mise au jour des structures monumentales des ensembles urbains dans la meilleure tradition classique. Les réseaux de villages dans lesquels s'inséraient les cités, l'organisation des collectivités agro-pastorales environnantes qui les entretenaient de leur surplus économique apres avoir contribué a les édifier, demeurent largement a découvrir.

20De son coté, l'histoire andine se présente encore comme doublement “coloniale”. En premier lieu, elle s'acheve le plus souvent au moment de la dislocation de l'empire espagnol et de l'indépendance de ses territoires constitutifs, marquant ainsi une rupture qui ne fut certainement pas perçue comme telle par les Indiens, et négligeant l'ensemble du xixe siecle pourtant si riche en évenements capitaux pour le monde rural. En second lieu, elle correspond a celle des colonisateurs beaucoup plus qu'a celle des colonisés, malgré les tentatives récemment faites avec un inégal succes pour entrer dans la “vision des vaincus”. Les historiens ont produit d'importantes monographies sur les institutions importées d'Europe au Pérou et sur les modifications qu'elles subirent en cours de transfert. Ils ont démonté avec sagacité les mécanismes et les rouages du systeme d'exploitation coloniale. Mais les conséquences du fonctionnement de ce systeme sur la paysannerie indienne ont été moins fréquemment évoquées. En réalité, presque tout reste encore a faire sur le processus de formation de l'Indien actuel tout au long des trois siecles de domination espagnole.

21Quant a l'ethnologie, elle demeure largement prisonniere de son cadre spatial et temporel. D'une maniere générale, elle saisit son objet dans un présent dont les limites ne vont guere au dela des souvenirs des plus vieux informateurs. Et cet objet est toujours la communauté considérée au moins implicitement comme une entité autonome par rapport a la société globale, meme — paradoxalement — lorsqu'elle est envisagée en fonction d'une problématique de la “modernisation”, ce qui est le cas le plus fréquent. Longtemps dominée par des “américanistes” postulant la spécificité des phénomenes latino-americains, l'éthnologie andine s'est maintenue a l'écart des progres de la science ethnologique réalisés ailleurs, sur d'autres continents.

  • 2 En particulier Waldemar Espinoza Soriano a qui l'on doit la publication de la Visita hecha a la pr (...)

22Pourtant, des orientations nouvelles se dessinent qui viennent modifier ce panorama quelque peu chaotique mais a peine schématisé. Depuis une dizaine d'années, des tentatives ont été effectuées pour remembrer les champs épars des disciplines et inciter leurs représentants a oeuvrer dans des perspectives convergentes. La découverte de documents tels que les “visites”, dans laquelle s'est lancée la jeune génération d'historiens péruviens2, n'a pas peu contribué a leur succes. Ces documents qui s'ajoutent a la suite de ceux qui avaient été publiés dans la Revista Histórica de Lima au cours des années 1920, comportent les résultats d'enquetes parquestionnaire faites par des fonctionnaires espagnols dans des régions qui venaient a peine d'etre conquises et dont l'organisation traditionnelle n'était pas encore profondément affectée par le systeme colonial. Riches en informations de tous ordres, ils constituent un matériau inappréciable qui se prete au traitement interdisciplinaire et l'exige meme.

  • 3 Le texte de la Visita, accompagné de commentaires, a été publié par Murra a Huánuco en deux volume (...)
  • 4 Spalding, Karen, “The Colonial Indian : Past and Future Research”, Latin American Research Review, (...)

23En 1963, sur la base de la Visita de la provincia de León de Huánuco pratiquée en 1562 par Iñigo Ortíz de Zúñiga, l'anthropologue John Murra, en association avec l'archéologue Donald Thompson notamment, a entrepris de reconstituer la vie locale dans l'empire inca3. Quelques années plus tard, Thomas Patterson et Karen Spalding, le premier archéologue, la seconde historienne, ont conjugué leurs efforts pour étudier la société rurale de Huarochiri avant et apres la conquete espagnole, dans la continuité de son évolution. Les travaux de l'équipe de Murra ne sont pas entierement publiés; ceux de Patterson et Spalding demeurent largement inédits. Toutefois, ils frayent des voies d'acces originales a la connaissance de la paysannerie andine, par dessus les vieux cloisonnements académiques et administratifs. Ils dégagent au passage les domaines nouveaux d'une “archéologie anthropologique”, d'une “anthropologie historique” et d'une “ethnohistoire” dont un article récent de Spalding signale les potentialités4.

24A vrai dire, si nous avons tenté d'appréhender les Asto et leurs voisins dans la longue durée en tenant compte de ces expériences a maints égards novatrices et des possibilités qu'elles traçaient, c'est beaucoup moins pour repérer des survivances et des continuités que pour faire apparaitre dans leur véritable dimension et a leur véritable place dans la séquence chronologique les changements et les ruptures, et pour rendre ainsi manifeste le paradoxe sur lequel repose encore notre conception de la société andine considérée aux moments extremes de son évolution.

25Ce paradoxe est le suivant. Tandis que la société andine précolombienne est volontiers interprétée en fonction de schémas socio-culturels propres a l'Europe contemporaine — en particulier en fonction d'un schéma “socialiste” — la spécificité des Indiens actuels des Andes est expliquée par référence a des “traditions” ou a des “coutumes” antérieures a la Conquete qui auraient perduré au fil des siecles par la force de l'inertie ou par le fait de l'isolement, sans subir de modifications substantielles. En d'autres termes, le passé est ramené au présent et expliqué par lui, tandis que le présent est rejeté dans un passé exotique et lointain.

  • 5 Voir Murra, John, “Current Research and Prospects in Andean Ethnohistory”, Latin American Research (...)

26Il faut reconnaitre a John Murra le mérite d'avoir dénoncé avec vigueur le premier de ces deux anachronismes. En particulier, Murra a montré que le prétendu “régime socialiste” que les Andes auraient connu avant l'arrivée des Espagnols et qui a donné lieu a une abondante littérature dont la veine n'est point encore tarie, se réduit en définitive au jeu de réciprocités opérant au niveau du village dans le cadre d'un systeme coopératif, et entre les niveaux du village, de la chefferie et de l'Etat, dans le cadre d'un systeme redistributif. Il a suivi l'intuition de Cunow qui pensait déja vers la fin du siecle dernier que les hautes cultures de l'Amérique du Sud présentaient sans doute plus d'analogies avec les civilisations de l'Afrique ou de l'Océanie, qu'avec la civilisation de l'Europe qui leur était constamment opposée en référence. En relisant les sources historiques a la lumiere de l'anthropologie moderne, il a indiqué tout l'intéret que peuvent offrir pour l'intelligence du passé andin les modeles élaborés par les africanistes par exemple. Il a contribué ainsi a restituer la société précolombienne des Andes a l'ordre des sociétés dont elle releve de toute évidence, celui des sociétés dites “primitives”, ou “archaiques”, ou encore “traditionnelles”5.

27Le second anachronisme n'a encore jamais été dénoncé comme tel et il est la cause d'erreurs d'interprétation tout aussi graves. On soupçonne depuis longtemps l'ampleur des bouleversements provoqués par la Conquete dans le domaine économique, social, religieux. On connait les contraintes du systeme d'exploitation dans lequel furent et demeurent placées les populations conquises. Néanmoins, l'Indien actuel est toujours considéré dans un hypothétique isolement, et ainsi toujours perçu comme le survivant d'un passé englouti qui aurait miraculeusement échappé au naufrage de la civilisation précolombienne dont il serait le légitime héritier. Certes, il est admis que cette sorte de fossile vivant ait pu s'imprégner de certains éléments culturels européens, encore que tous les traits quelque peu étranges qui dérivent souvent d'emprunts faits a une Espagne médiévale soient tenus pour preuves supplémentaires d'autochtonie. Mais il est rarement accepté que ce vernis colonial ait pu altérer sa nature profonde. Individu isolé, individu attardé dans ses coutumes millénaires, l'Indien persévérant dans son etre est censé renvoyer aux origines, a l'aube du continent américain ...

  • 6 Favre, Henri, Changement et continuité chez les Mayas du Mexique ; contribution a l'étude de la si (...)

28Dans un ouvrage consacré aux Mayas du Mexique6, nous avons montré que l'Indien actuel est en fait le produit d'un systeme de rapports sociaux établi au xvie siecle, qui le marginalise culturellement pour mieux le soumettre a une certaine forme de domination et d'exploitation. Nous avons également montré que la culture indienne actuelle est une création originale et différente des sources — préhispanique, hispanique, africaine — a partir desquelles elle s'est constituée dans le creuset de cette exploitation. L'archaisme dont elle fait preuve ne représente nullement le témoignage de son authenticité: il n'est que le reflet des conditions elles-memes tres archaiques auxquelles doivent s'ajuster pour survivre ceux qui en sont porteurs.

  • 7 Morner, Magnus, Le métissage dans l'histoire de l'Amérique latine, Paris, 1971.

29Pareille conception de l'indianité qui fait de la dépendance sociale la cause principale de la différence culturelle, suppose que quiconque est placé dans la meme situation que l'Indien devient a son tour indien. C'est ce que peut révéler l'étude des importants groupes de métis, mais aussi de créoles et meme de péninsulaires qui se sont insinués chez les Asto et les Chunku au cours du xviiie siecle, et qui se sont indianisés peu a peu au cours du siecle suivant pour n'avoir pu ou su maintenir leur statut social. Ces cas, moins rares en Amérique qu'on ne le croit d'ordinaire, mettent en cause le parallélisme et l'interdépendance encore récemment affirmés par Magnus Momer7 entre le métissage génétique (miscégénation) et le métissage culturel (acculturation) qui se déroulent a des plans totalement distincts. Si le métis est parfois un Indien qui a socialement “réussi”, l'Indien est parfois aussi un métis ou un blanc qui a “échoué”. D'ailleurs, l'importance des échanges sexuels depuis plus de quatre siecles, ou plus exactement l'intensité de l'exploitation sexuelle de la femme indienne par les propriétaires fonciers, marchands ambulants, pretres et autres agents du pouvoir colonial, rend bien invraisemblable l'hypothese qu'il pourrait y avoir encore des Indiens génétiquement purs.

30D'autre part, si l'Indien est différent parce que dépendant, s'il est déterminé en tant que tel par un certain systeme de rapports sociaux qui lui conferent son altérité culturelle, il faut convenu qu'il ne s'abolit qu'avec ce systeme. Le changement culturel qui peut l'affecter, est lié au changement structurel de la société globale. C'est ce qu'est également susceptible de montrer l'étude des Asto et de leurs voisins envisagés dans leur insertion a l'intérieur de la société péruvienne depuis l'époque ou celle-ci commence a etre marquée par le développement du capitalisme cotier qui provoque aujourd'hui dans l'arriere-pays andin des ébranlements profonds.

***

31Le projet ACL n'a pas épuisé les possibilités d'études des populations qu'il concernait. Des secteurs entiers tels que la climatologie historique, l'écologie végétale, la linguistique, si importants pour notre propos, n'ont pas été touchés ou n'ont été qu'effleurés du fait de la limitation des moyens et surtout du personnel. Bien des problemes demeurent qui n'ont pas été abordés, souvent parce qu'ils se sont posés en conclusion des enquetes que nous avons faites. Nous serions heureux si d'autres chercheurs prenant la releve sur les positions que nous avons pu établir, venaient s'attacher a les résoudre.

32Le fascicule que nous présentons ici et qui est le premier d'une série, porte sur les établissements asto a l'époque préhispanique tels qu'ils apparaissent a travers la confrontation de données archéologiques et historiques. Nous tenons a remercier tous ceux qui ont contribué a sa réalisation. M. James Schoenwetter, paléobotaniste a l'Université de l'Etat d'Arizona, a bien voulu se charger des analyses palynologiques. Mme Thérese Poulain, ethnozoologue au CNRS, a effectué l'étude des vestiges de faune recueillis au cours des excavations archéologiques. Mme G. Delibrias, directrice du Centre des Faibles Radioactivités de Gif-sur-Yvette, a daté les sites des anciens villages a partir des matériaux qui lui ont été remis. M. R. Humbertr dessinateur de l'ERA 52, a réalisé l'illustration cartographique. Enfin, M. P. Usselmann, directeur de l'Institut Français d'Etudes Andines, a pris en charge la publication du manuscrit rendue possible par une subvention du Ministere des Affaires Etrangeres. A tous va notre gratitude.

Notes

1 Le Pérou est administrativement divisé en départements qui se subdivisent a leur tour en provinces, districts et annexes.

2 En particulier Waldemar Espinoza Soriano a qui l'on doit la publication de la Visita hecha a la provincia de Chucuito, ainsi que bien d'autres textes commentés comme “Los mitmas yungas de Callique en Cajamarca”, Revista del Museo Nacional, vol. XXXVI. 1969, “ Los señoríos étnicos de Chachapoyas” Revista Histórica, vol XXX, 1970, etc.

3 Le texte de la Visita, accompagné de commentaires, a été publié par Murra a Huánuco en deux volumes (1967, 1972). Des résultats préliminaires sont parus dans le premier numéro des Cuadernos de Investigación de l'Université Nationale de Huánuco. Voir aussi Thompson notamment “An archaeological evaluation of ethnohistoric evidence on Inca culture”, in Anthropological Archaeology in the Americas, Betty Meggers éd., pp. 108-120, Washington DC, 1968.

4 Spalding, Karen, “The Colonial Indian : Past and Future Research”, Latin American Research Review, vol. VII, n° 1, 1972.

5 Voir Murra, John, “Current Research and Prospects in Andean Ethnohistory”, Latin American Research Review, vol. V, n9 4, 1970.

6 Favre, Henri, Changement et continuité chez les Mayas du Mexique ; contribution a l'étude de la situation coloniale en Amérique latine, Paris, 1971.

7 Morner, Magnus, Le métissage dans l'histoire de l'Amérique latine, Paris, 1971.

Auteur

© Institut français d’études andines, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter