Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitalisme agraire au Pérou. Premier volume

 | 
Jean Piel

Première partie. Originalités et origines de la société agraire vers le milieu du XIXe siècle

Chapitre II. Les conditions d’apparition des principales institutions agraires du Pérou colonial aux xvie et xviie siècles

Texte intégral

  1. La destructrice conquête du Pérou par les espagnols et ses conséquences immédiates.
  2. II. Fixation des institutions agraires et de la propriété du sol dans le Pérou colonial entre le xvie et le xviie siècle.
  • 1 Nathan Wachtel, Rapport de mission présenté par... pour 1969-1970, Cuzco, 1970. Institut Français (...)

1Il était important, dans le premier chapitre, d’analyser le cadre — géographique et ethno-historique — dans lequel avait dû s’inscrire le développement de la société agraire péruvienne à partir de l’arrivée des Espagnols dans l’ancien empire des Incas. On se méprendrait toutefois lourdement si l’on croyait qu’à partir de ces données de départ ce développement se soit fait de manière continue, sans rupture avec les structures agraires précolombiennes adaptées par des millénaires d’usage aux conditions géographiques bien singulières de la région andine. Au contraire : la conquête du Pérou par les Espagnols représente une véritable révolution, à la fois économique et sociale, par rapport à ce qui la précède. « La société indigène subit en effet, dans les quarante années qui suivent la conquête, une profonde crise de déstructuration, à tous les niveaux : démographique, économique, social, mental... Or à la fin du xvie siècle, divers ordres de facteurs concourent à une réorganisation globale de la société. La chute catastrophique de la population indigène a ruiné le système de l’encomienda (bien que l’institution se prolonge jusqu’au xviiie siècle), tandis qu’elle a entraîné l’abandon de nombreuses terres, facilement appropriées par les Espagnols. Le mouvement des composiciones, intense dans les années 1590-1620, légalise ces dépouillements. »1 Dans ces quelques lignes, l’ethnohistorien Nathan Wachtel caractérise parfaitement la nature de cette révolution, et en quoi elle concerne tout particulièrement le problème des institutions agraires, recréées par la colonisation espagnole, telles qu’elles subsistent encore au début du xixe siècle, au moment où commence notre étude.

***

I. — LA DESTRUCTRICE CONQUETE DU PEROU PAR LES ESPAGNOLS, ET SES CONSEQUENCES IMMEDIATES

1° Quelques caractéristiques essentielles de la conquête

a) MOTIVATIONS ET CONTRADICTIONS DES ESPAGNOLS CONQUERANTS

  • 2 Cf. Emilio Choy, « De Santiago Mata moro a Santiago Mata indio », in Rev. del Museo national, Lima (...)

2Au moment où l’Espagne se lance à la découverte et à la conquête du Nouveau Monde, elle vient à peine de terminer la reconquête de son territoire sur les Maures et d’achever son unité politique. C’est donc une nation encore mal stabilisée de l’Europe chrétienne et féodale qui participe à l’aventure initiatrice des temps modernes. Tous ceux qui en Espagne, petits nobles ou humbles roturiers, rêvaient à la fin du xve siècle de combats contre les Arabes comme moyen de mobilité et d’ascensions sociales, se retrouvent tout disponibles quand se présente la possibilité d’expédition outre-mer. Ainsi peut-on dire que la CONQUISTA de l’Amérique et du Pérou est la continuation directe de la RECONQUISTA de la péninsule ibérique. Au nom de la foi et de la couronne, les mêmes — ou leurs fils — sont prêts à continuer de guerroyer contre l’infidèle ou le païen. Dans leur panthéon chrétien, Saint Jacques, qui les avait soutenus pendant des siècles dans les combats de reconquête, accomplit très rapidement sa reconversion de « Santiago mata moro » en « Santiago mata indio » en traversant l’Atlantique2.

  • 3 Vergara y Velasco, Javier, p. 111.

3Car dans cette Espagne qui fut longtemps le « Far West » de l’Europe féodale — zone de frontière et de conquête — nombreux sont ceux qui, attirés à l’origine par les franchises des régions de marche militaire, n’ont déjà plus rien à perdre en s’exilant. On évalue à sept ou huit millions le nombre des Espagnols au moment de la conquête de l’Amérique. L’immense majorité est évidemment composée de paysans. Or la condition du peuple paysan espagnol s’est déjà dégradée au bout de quelques siècles d’installation sur les terres reconquises. Le contenu initial des privilèges de villages commence d’être grignoté par la Couronne et les grands féodaux. Et en Castille, vers 1500, 85 % de la population est formée de paysans et de gagne-petits. Mal structurel des civilisations rurales à forte densité démographique : les sécheresses et les mauvaises récoltes entraînent immédiatement des famines et des exodes. Il s’en produit justement à l’aube du xvie siècle en Espagne, respectivement en 1502-1503 et en 1506-1507. Un chroniqueur en note les effets : « Plusieurs endroits se dépeuplent, et les parents errent avec leurs enfants sur leur dos, morts de faim sur les chemins. »3 La Couronne d’Espagne, habituée aux effets sociaux de telles calamités, envisage très tôt la conquête de l’Amérique comme un exutoire. Dès 1497 elle accorde des remises de peine et des exonérations d’impôts à tous les délinquants désireux de passer au Nouveau Monde.

  • 4 José Maria Ots Capdequi, España en America, p. 47, Bogota, 1948.

4Toutefois l’appel de l’aventure ne résonne pas du même écho dans les diverses classes sociales espagnoles. Ni les grands d’Espagne, ni les fonctionnaires nantis et les magistrats de la Couronne n’éprouvaient le besoin pressant de s’intéresser aux Indes occidentales tant que l’entreprise restait hasardeuse. Ils laissèrent donc courir à l’aventure les pauvres entreprenants, les marginaux, les déclassés, se contentant de voir venir et de gérer, en attendant, leurs privilèges péninsulaires. Plus tard, il serait toujours temps de confisquer les fruits d’une conquête faite par d’autres. C’est ce que caractérise très bien un historien latino-américain : « La découverte, la conquête et la colonisation des Indes ne fut pas, à vrai dire, à l’origine, une entreprise d’État, réalisée par des militaires réguliers et payée avec les ressources du Trésor public national. Les hommes d’État espagnols accueillirent avec réserve les projets de Christophe Colomb... Même les premières nouvelles arrivées à la Cour sur l’extraordinaire découverte d’îles mystérieuses que le destin avait placées sur les routes maritimes du premier Amiral des Indes, ne provoquèrent pas une forte impression sur les gouvernants ni ne suscitèrent l’enthousiasme des classes sociales aristocratiques. Ce furent les classes populaires qui, guidées par le désir d’aventure et par un besoin pressant d’améliorations économiques et sociales prêtèrent attention aux descriptions surprenantes et parfois imaginaires de Colomb et de ses compagnons, et qui rendirent possible l’entreprise, permettant ainsi de continuer le processus de découverte. »4

  • 5 Juan Fricde, Historia extensa de Colombia, vol. II, p. 55, éd. Lerner, Bogota.

5Du côté des gouvernants espagnols on discerna bien l’intérêt de l’entreprise de découverte et de conquête. Mais la situation singulière de la société et de l’État espagnols ne leur permettait pas de financer directement l’aventure. La structure particulièrement militarisée de la féodalité espagnole reconquérante laissait échapper l’activité commerciale et financière aux mains des étrangers — Européens, Mauresques et Juifs. La bourgeoisie native, presque inexistante, pouvait difficilement soutenir le financement d’un effort national autonome de découverte. Quant au Trésor royal, il souffrait de tous les vices d’une fiscalité féodale : « L’indigence du Trésor public qui percevait ses recettes d’une population rurale, pastorale... et qui, en même temps, octroyait des exonérations fiscales considérables à la noblesse et à l’Église, empêcha les rois catholiques de continuer la colonisation de l’Amérique à la charge de la Couronne ; et ceci malgré les investissements relativement faibles exigés par l’entreprise ; la nécessité de faire appel à l’initiative privée, tant pour la découverte que pour la conquête du Nouveau Monde, en transmettant aux mains des particuliers tout ce qui aurait dû rester dans les mains de l’État, introduisirent dans l’entreprise américaine des éléments anarchiques ou individualistes, lesquels jouèrent un rôle négatif dans le devenir historique des colonies. »5 Pour toutes ces raisons, et malgré l’intérêt de principe de la Couronne d’Espagne, la découverte et la conquête du Nouveau Monde furent d’abord une entreprise dont l’initiative revient à des individus ou des groupes d’individus liés par l’intérêt personnel.

  • 6 Abel Cruz Santos, Historia extensa de Colombia, vol. XV, t. I, p. 94, éd. Lerner, Bogotá.

6La découverte de l’Amérique fut donc une affaire privée, accomplie sous licence royale et financée par une société en commandite. Celle-ci regroupait les mises de fonds du Juif valencien Nicer Luis de Santangel, — qui avait apporté un million des 1.500.000 maravedís investis dans l’entreprise — et celle de Christophe Colomb lui-même — 187.500 maravedis — qu’il avait empruntée à Martin Alonzo Pinzón, négociant armateur de Palos de Moguer6. A l’initiative coloniale le clergé ne laissait pas de prendre sa part : le chanoine Hernando de Luque prêta 20.000 pesos à Francisco Pizarro lorsque celui-ci organisait à Panama son expédition vers le sud du « rio Pirú ». Mais en accordant leurs lettres de créances — les CAPITULATIONS — à ces entrepreneurs de découverte et de conquête, la Couronne gardait un droit de contrôle éminent sur les résultats de ces entreprises — du moins, en principe. Elle s’en donna bientôt les moyens en créant à Séville, en 1503, la Casa de la Contratacioń, organisme chargé du monopole de l’organisation et du financement des expéditions de navires, d’hommes, d’armes et de fournitures vers les Indes occidentales et de la réception, au retour des flottes, des richesses exotiques, et en créant en 1524, à Madrid, le Conseil supérieur des Indes chargé de connaître pour la Couronne toutes les affaires juridiques, législatives, administratives et politiques concernant les colonies d’Amérique. La découverte et la conquête de l’empire des Incas par Francisco Pizarro intervint donc alors que les principales institutions coloniales de la métropole étaient déjà mises en place et que l’expérience américaine de l’Espagne commençait de se codifier dans des lois et des institutions.

  • 7 Indalecio Liévano Aguirre, Los grandes conflictos sociales y economicos de nuestra historia, p. 13 (...)

7Toutefois, le principe même de ces capitulations était gros de conséquence pour l’avenir, en faisant des concessionnaires de véritables condottieri nantis de pouvoirs territoriaux en cas de succès de leur entreprise : « Cette forme de concession aux conquérants, ou à ceux qui finançaient les expéditions, ne pouvait que conduire à la transformation rapide de l’Amérique en état féodal. Les Adelantados, capitaines généraux et chefs de troupe, à qui on octroyait le commandement militaire, le pouvoir de nommer des régisseurs, lotir la terre et distribuer la main-d’œuvre indigène, finirent par être de vrais barons établissant leur pouvoir sur les attributions juridiques arrachées à la Couronne et sur la soumission des masses indigènes. L’exploitation de celles-ci constituera la source permanente de leurs richesses. »7 Cela réservait pour l’avenir des conflits graves entre les descendants des conquérants et les représentants du pouvoir royal aux colonies lorsque la Couronne d’Espagne voudrait reprendre ses droits régaliens un moment concédés.

8Au reste ce n’était pas la seule contradiction qui se préparait à diviser les Espagnols conquérants après leur conquête. Non seulement la découverte du Nouveau Monde telle qu’elle s’est menée obéissait à des intérêts divergents entre le trône et les découvreurs, mais ceux-ci, à leur tour, étaient divisés. Les uns — armateurs, financiers, commerçants, marins — représentaient déjà les intérêts commerciaux et financiers de l’entreprise de conquête. Les autres — soldats de fortune, hidalgos sans fortune — songeaient à la faveur de leurs exploits guerriers trouver en Amérique les richesses ou les titres qui leur faisaient douloureusement défaut pour jouer un rôle dans la société déjà stabilisée et hiérarchisée de la péninsule ibérique. Les uns partaient aux Indes pour oublier leur passé, sans espoir de retour. Les autres pour y faire fortune ou s’emparer de nouveaux honneurs, en prenant pour cela le temps qu’il faudrait. Les autres enfin se proposaient déjà d’être les intermédiaires indispensables — commerciaux, financiers, ecclésiastiques, administratifs — entre les terres conquises et la métropole européenne.

9Mais tous avaient en commun une même soif d’aventure, de nouveauté, de promotion sociale. Tous rêvaient de l’impossible Eldorado. Tous — soldats errants, missionnaires aventuriers, gratte-papiers ou magistrats ambitieux — rêvaient de conquérir un empire, sur les terres ou sur les âmes. En fait c’est dès l’embarquement dans les ports de la mère patrie pour la traversée vers les Indes que se dessine l’originalité de la nouvelle société hispano-américaine que l’Espagne avait mûrie en son sein avant de la transporter sur le Nouveau Continent. Et cette société, interlope bien qu’espagnole, est composée de marins, de ruffians, de reîtres (hidalgos ou non), de tabellions, de moines hauts en couleurs ; le tout plus ou moins bien encadré par les adelantados et capitaines reconnus par les capitulations de Sa Majesté très catholique. Il s’agit donc de tout autre chose que la société péninsulaire dont ces gens s’éloignent au rythme des alizés, société définitivement rigide, stratifiée, fermée à tout espoir de transformation pour deux ou trois siècles. Un chiffre donne une idée de la nouveauté de la société coloniale espagnole naissante par rapport à la péninsule ibérique : en 1520, à Panama, plus de 80 % des encomenderos se déclarent à l’origine avoir été « sans profession » plutôt que d’avouer leur véritable extraction péninsulaire, trop basse ou trop douteuse. Ainsi, quelques années avant que Pizzaro ne quitte Panama pour conquérir le « royaume du Pirû », la nouvelle aristocratie coloniale panaméenne n’avait-elle que peu de choses à voir avec l’aristocratie des grands d’Espagne.

10C’est ce monde là qui, à partir de 1532, conquiert et transforme l’empire des Incas.

b) FAIBLESSE RELATIVE ET CONTRADICTIONS DES INDIENS CONQUIS

11Une fois les explications platement racistes écartées — explications qui invoquent une soi-disant infériorité « naturelle » de la « race » indienne face aux Espagnols — l’extraordinaire rapidité de l’effondrement incaïque face aux envahisseurs européens demeure un phénomène étonnant pour l’historien ; du moins à ne se fier qu’aux plus superficielles apparences. En effet, en quelques mois, avec moins de deux cents hommes, quelques chevaux et armes à feu, un seul et petit canon, Fernando Pizarre se rend maître d’un immense empire peuplé selon les estimations de trois à dix millions d’habitants. Même dans une étude sur la seule histoire agraire du Pérou il est nécessaire d’évoquer le problème, non seulement parce que nous espérons nous faire lire d’un public français généralement encore peu informé des antécédents, mais parce que les modalités de la conquête du Pérou ont leur importance pour expliquer certains traits de cette histoire. A preuve la résurgence de mouvements messianiques indiens réclamant en plein vingtième siècle la restauration de l’empire des Incas dans le sud péruvien, ou bien l’étrange absence, jusqu’à une date récente, de la grande propriété foncière d’origine coloniale dans certaines régions des Andes, qui ne s’explique que par la primitive alliance contre l’Inca réalisée entre les princes indigènes locaux et Pizarre, celui-ci s’engageant à respecter leurs institutions traditionnelles en retour.

  • 8 Juan Friede, op. cit., p. 191.

12L’argument le plus sérieux généralement avancé pour expliquer la rapide et facile défaite incaïque est celui de l’infériorité technologique de la civilisation du Pérou précolombien face aux Espagnols. Une productivité du travail agricole et artisanal inférieure à la péninsule ibérique faute d’employer l’énergie motrice animale, l’absence de la roue pour les transports terrestres, la faible maîtrise des techniques de transports maritimes réduits aux radeaux ou barques de roseaux — auraient limité l’assiette économique et sociale de l’État incaïque à une société fractionnée en petites unités territoriales agraires, sans autre solidarité entre elles que la commune oppression d’un État despotique et fragile. A la superstructure de l’État incaïque près, la situation aurait finalement été la même, au moment de la conquête espagnole, que celle décrite pour les Chibchas de Colombie : « Mais le facteur le plus décisif pour la défaite (des Indiens) fut la structure sociale qui consistait, dans la plupart des cas, en de simples groupements de familles peu cohérents entre eux, sans pouvoir politique centralisé... De plus leur isolement en un complexe culturel indigène favorisait les Espagnols. C’est pourquoi une poignée de gens put s’approprier de vastes territoires. »8 Il y a dans tout cela beaucoup de vrai et, en attendant des travaux plus précis sur la période, nous pouvons retenir une bonne part de l’argument.

13Toutefois, s’il est vrai que Pizarre et ses compagnons avaient derrière eux toute l’Espagne — et, au-delà, une partie de la finance européenne — il ne faudrait pas surestimer l’avance technologique des Espagnols par rapport aux Incas. Compte tenu de l’originalité du milieu agricole andin, l’agriculture incaïque avait certainement atteint le degré le plus raffiné d’adaptation au milieu dans les conditions de l’héritage néolithique, sauf qu’il lui manquait des animaux de trait. Mais l’irrigation comme la mise en culture des pentes étaient à ce point adéquates qu’elles ont survécu, fondamentalement inchangées, jusqu’au xxe siècle. Quant aux transports terrestres, faut-il rappeler l’état souvent déplorable des routes européennes à l’époque, qui exigeait — comme dans le Pérou incaïque — que les échanges se fissent bien plus à dos d’animaux que sur des charrettes. Simplement les mules ibériques supportaient-elles des charges un peu plus lourdes que les lamas du Pérou. Quant à l’État incaïque, ni ce que nous avons décrit dans le chapitre I, ni ce que nous savons de la conquête, ne nous permet de sous-estimer son efficacité et sa puissance au moment de la conquête. Prisonnier à Cajamarca, l’Inca Atahualpa dispose d’un appareil de pouvoir assez puissant pour collecter à travers tout l’empire la fabuleuse rançon qu’il avait promise à Pizarre pour prix de sa remise en liberté. Et chaque fois que les tenants de l’autorité incaïque opposent une résistance armée à l’envahisseur, ils réussissent à aligner des dizaines de milliers de soldats sur le terrain... et réussissent parfois — provisoirement il est vrai — à remporter des batailles.

14C’est donc surtout ailleurs, selon toute probabilité, qu’il faut chercher les raisons de la supériorité matérielle des conquérants sur les conquis. Sur le plan de la supériorité maritime et militaire en ce qui concerne la conquête, sur le plan de l’efficacité dans le gouvernement des hommes et l’administration des choses en ce qui concerne les débuts de la colonisation. Puissance maritime, l’Espagne peut mettre au service des conquérants une part jamais épuisée de ses ressources là où l’État incaïque fait donner tout de suite toute sa capacité et toutes ses réserves. Le temps, sur ce plan, travaille donc pour les envahisseurs. De plus, ils ont pour eux la supériorité acquise par l’Europe au cours du Moyen Age dans l’art de la guerre. La métallurgie et la chimie européennes leur procurent armes d’acier et armes à feu. L’élevage européen leur procure les chevaux de leur cavalerie. Quant à la stratégie, depuis longtemps, ils savent utiliser toutes les possibilités d’une stricte discipline, du sens de la rapidité d’intervention, de la connaissance acquise depuis des millénaires concernant les différentes manières de mener une bataille. De même que quelques milliers d’Athéniens étaient vainqueurs de la cohue perse à Marathon, de même Pizarre bouscule en quelques minutes l’innombrable escorte d’Atahualpa à Cajamarca. Dans les deux cas les vaincus ne savent jouer que sur l’effet de masse et sont embarrassés dans les manœuvres au corps à corps. Telle est la faiblesse de l’outil de la puissance incaïque : son armée.

  • 9 L’autre ville, Huancavelica, siège d’importants gisements miniers de mercure, a suivi une évolutio (...)

15Quant au moyen de cette puissance — son administration — si elle est, comme nous l’avons vu, extrêmement raffinée — en particulier sur le plan de la comptabilité fiscale de la main-d’œuvre, des produits et des tributs — elle souffre de graves limites et contradictions face à un envahisseur pour lequel la rapidité d’obéissance aux décisions des chefs et l’unité de conception sont essentielles à l’heure de l’affrontement avec l’adversaire. Aussi les Espagnols peuvent-ils parvenir à diviser leurs adversaires péruviens ; mais ceux-ci, à manœuvrer les Espagnols, jamais. Car c’est un État divisé que les conquérants trouvent devant eux en arrivant au Pérou. Entre les deux frères héritiers du titre incaïque, Huascar et Atahualpa, tout d’abord. Mais aussi, territorialement, en régions sinon indépendantes les unes des autres, du moins régies selon des coutumes institutionnelles différentes. Enfin, parce que la conquête incaïque est souvent un phénomène récent remontant parfois à moins de cinquante ans avant l’arrivée de Pizarre, toutes les fidélités ne sont pas sûres au sein de l’empire. Des villages, des principautés, des royaumes entiers, naguère indépendants des Incas et soumis durement à leur loi, ne demandent qu’à se révolter en s’appuyant sur les envahisseurs. Ainsi toutes les Andes centrales du Pérou, habitées par le royaume Huanca, passent-elles sans coup férir à Pizarre quand celui-ci s’apprête à marcher sur le Cuzco. En récompense de cette collaboration avec les Espagnols, qui ne se dément jamais au cours de la Colonie, les Huancas conservent leurs institutions autonomes au sein du Vice-Royaume du Pérou et échappent à l’agression trop forcenée de la mita et de l’encomienda, au moins autour de l’une des deux villes qui ont conservé leur nom, Huancayo9.

c) LA CONQUETE DU PEROU : UNE AVENTURE COLONISATRICE BRUTALE ET REUSSIE

16De telle sorte que les supplétifs de la petite armée espagnole conquérante sont fournis par les alliés indiens, convaincus d’être du côté du plus fort. Dans nombre de batailles qui jalonnent la conquête du Pérou ou la répression des premières tentatives de révolte, aux premières lignes, des deux côtés, se battent avec leurs armes et tactiques traditionnelles les sujets de l’Inca, les uns fidèles, les autres collaborateurs de l’envahisseur et réglant de cette façon de vieux comptes avec l’oppression incaïque. Ce qui a permis de dire à certains observateurs de la période que la conquête du Pérou avait été faite par les Péruviens bien plus que par les Espagnols. Mais, pour juste qu’elle soit en réaction contre une historiographie trop hispano-centriste, une telle formule ne rend toutefois pas compte du rôle dirigeant éminent que surent toujours garder les Espagnols dans les conflits, et qui seul explique le caractère de l’entreprise et qu’il s’agit bien d’une conquête colonisatrice.

  • 10 Juan Friede, op. cit., p. 123.

17Faute d’être financés par la Couronne d’Espagne ou crédités par des organismes financiers puissants, les Conquistadores du Pérou avaient dû s’endetter à très court terme pour monter leur expédition. Comme tout le reste de l’Amérique espagnole, le Pérou fut donc financièrement conquis « à la grosse aventure ». Cela, plus que des caractères psychologiques douteux qui tiendraient à la « race » espagnole, explique la rapacité des conquérants vis-à-vis des conquis : « L’urgence d’acquitter leurs créanciers amena (les conquérants) à réaliser des expéditions précipitées, peu organisées, qui brimèrent les indigènes en leur arrachant l’or et en les prenant comme esclaves pour les vendre. D’autre part, les conquérants commirent des fraudes à l’égard du fisc, participèrent illégalement aux délibérations des assemblées municipales, se livrèrent à des actes de violence contre les marchands ou abusèrent du régime autoritaire... »10 On ne saurait mieux décrire un projet de conquête et de pillage.

  • 11 La huaqueria est réglementée par la loi I, titre XII du livre VIII de la « Recopilacion de los Ley (...)

18De 1524 à 1526, poursuivant l’exploration de la route reconnue par Pascual de Andagoya au sud de la baie du Choco, Francisco Pizzaro et Diego de Almagro emploient deux moyens pour obtenir les richesses indigènes : le rachat et le pillage. La seconde opération se passe d’explication. La première consistait primitivement à troquer sur une plage or, perles et bijoux indigènes contre de la pacotille européenne. Mais très souvent l’opération évoluait en rançon, c’est-à-dire qu’on faisait prisonniers hommes, femmes et enfants et, à moins qu’ils ne paient leur remise en liberté, on les embarquait comme esclaves. C’est de cette manière que ces deux conquérants se préparaient à gérer le royaume dont les indigènes leur avait signalé l’existence au sud du rio Pirú. Une fois celui-ci conquis, les exactions se donnèrent libre cours. On sait comment Pizarre, abusant Atahualpa fait prisonnier à Cajamarca, lui promit la liberté à condition de faire converger depuis toutes les provinces de l’empire de quoi remplir d’or la salle où l’Inca était retenu prisonnier. C’est là sans doute le plus célèbre cas de rançon de l’histoire hispano-américaine. A cela s’ajouta le pillage des trésors, particulièrement de ceux accumulés dans les palais et les temples du Cuzco, la capitale incaïque. Et comme les trésors des vivants ne suffisaient pas, on pilla ceux des morts. On exhuma les momies des ancêtres et sous les yeux horrifiés de leurs descendants on les dépouilla de tous les objets précieux dont elles étaient revêtues, au nom du droit de huaca. Rançon, pillage, huaqueria n’étaient pas les excès incontrôlés de conquérants enivrés par le succès de leur entreprise. La Couronne d’Espagne réglementait ces activités11 et prélevait en principe 50 % du bénéfice.

19Lorsque les trésors furent ainsi pillés ou bien dérobés à la cupidité des conquérants par le silence hostile et efficace des indiens conquis — silence qui dure encore de nos jours dans les Andes face à l’enquêteur étranger ou au géologue prospecteur — les Espagnols pensèrent à exploiter les hommes et les mines. Nous verrons tout à l’heure quelles institutions ils se constituèrent à cette fin, et de quel poids elles pesèrent dans la naissance de la propriété foncière. Mais dans l’immédiat après la conquête du Pérou, un des moyens rapides de s’assurer des droits sur les richesses du pays conquis était d’épouser les filles de ses princes. Beaucoup de conquérants firent ainsi souche dans le Pérou conquis, inaugurant sous cette forme le métissage aristocratique. En dot, les princesses indigènes apportaient souvent la révélation d’un gisement de métaux précieux que leur nouveau seigneur, maître et époux s’empressait de faire exploiter par les sujets de sa femme, les mitayos, ou par les indiens-esclaves qu’il avait conquis par droit de victoire ou en les rachetant auprès des caciques indigènes.

20En principe en effet la Couronne d’Espagne fut très vite hostile à la réduction des indiens en esclavage — sauf comme mesure punitive contre des indiens particulièrement « rebelles » et militairement vaincus. En fait, l’esclavage indien existait, à l’initiative des conquérants, et parce qu’ils avaient eu la chance de trouver l’institution incaïque des yanaconas, fort proche souvent d’un statut d’esclavage. Moyennant quoi, sans solliciter beaucoup l’interprétation du droit indigène ou du texte des ordonnances madrilènes, beaucoup de conquistadores ne se firent pas faute de comprendre l’institution à leur gré, exploitant et trafiquant sur une main-d’œuvre indienne enchaînée et marquée. Ceci, joint aux excès de la mita incaïque réinterprétée par les nouveaux maîtres en fonction de leur appétit brutal, explique les charges incroyables qui s’abattirent sur les populations du Pérou récemment conquises, et l’extraordinaire enrichissement de certains Espagnols dans la période. Non seulement l’empire des Incas avait été riche en trésors disponibles pour le pillage au cours des premières années de la conquête, mais à condition d’en organiser sans scrupule l’exploitation, il continuait d’être capable de produire en masse les métaux précieux, les produits exotiques et les richesses dont l’Espagne et les Espagnols avaient besoin. Il fallait donc passer du pillage à l’exploitation de la terre conquise — ou, pour mieux dire, au pillage institutionnalisé — et pour cela se donner les institutions stables adaptées à ce but. Mais auparavant il fallait décider comment allait se faire le partage de la conquête entre les différents pouvoirs capables de se la disputer.

d) LES CONQUERANTS DU PEROU DIVISES PAR LEUR CONQUETE ET LES PREMIERES INSTITUTIONS COLONIALES

21Toutes les contradictions latentes entre les vainqueurs ressurgirent alors. Elles prirent un tour particulièrement grave au Pérou où elles opposèrent les laïcs à l’Église, les conquérants à la Couronne, les premiers colons à la seconde vague d’immigration espagnole, les indiens révoltés aux blancs triomphants. Nulle part en effet comme au Pérou, dans le reste de l’Amérique espagnole, les disputes soulevées par la conquête ne prirent si rapidement et si intensément un tour à ce point conflictuel. Sans doute parce que, Chili mis à part, la prise de possession de ce territoire fut la plus tardive ; et parce que la résistance politique, sociale et culturelle de la population conquise fut la plus profonde, la plus tenace, la plus continue dans l’histoire du Nouveau Monde.

  • 12 Cité par Indalecio Liévano Aguirre, op. cit., p. 29, concernant le Pape Paul III.

22Au moment où Pizarre débarque au Pérou pour le conquérir, il y a déjà plus de vingt ans que le monde espagnol s’interroge, à travers son intelligentzia bureaucratique ou cléricale, sur la légitimité de la conquête du Nouveau Monde. Particulièrement en ce qui concerne le sort réservé aux indiens. C’est en effet en 1499 que Christophe Colomb procède au premier repartimiento de trois cents indiens caraïbes en faveur d’un conquérant. Et c’est dès 1511, dans l’île à’Hispaniola, que le dominicain Montesinos prononce un sermon de Noël contre les abus des conquérants dans la traite des indigènes, qu’ils réduisent en fait, au nom des droits de la « guerre juste » menée contre des païens, en esclavage. Cette prédication « indigéniste » opposée au « colonialisme » des colons laïcs, reprise par le dominicain Bartholomé de las Casas, aboutit d’abord à la promulgation des lois de Burgos en 1513, qui limite cette pratique ; puis à la Cédule Royale de Charles Quint en 1528, l’interdisant purement et simplement. Mais il faut attendre 1537 pour que la papauté elle-même reconnaisse « ...que les Indiens sont vraiment des hommes » et qu’elle ordonne « ...que les Indiens, même s’ils sont en dehors de notre foi, ne puissent être privés de leur liberté ni de leurs biens. Puisque les Indiens peuvent être libres, ils ne doivent pas être réduits en esclavage »12. Au Pérou, un tel débat prend toute son importance lors des premières grandes rébellions indigènes contre les colons espagnols. C’est alors qu’apparaît un conflit d’idéologie et d’influence entre l’Église et le reste de la société conquérante, particulièrement concernant le royaume inca de Vilcabamba qui s’est rendu un moment indépendant de la domination espagnole dans les Andes du Haut Pérou. Là où les colons ne songent qu’à reconquérir et exterminer, où les envoyés du roi tentent difficilement de négocier, les prêtres parviennent à se faire admettre à la cour de l’ « inca » usurpateur et restent le seul lien entre la société colonisatrice et les colonisés révoltés. Ce qui permet à l’Église, après la liquidation de cet épisode, de se prévaloir de ce succès pour imposer une partie de ses vues en matière de tutelle sur les indigènes.

  • 13 Bartholomé de Las Casas, Brevisima relacion de la destrucción de los Indias, 1542.

23Mais plus grave encore fut la lutte qui opposa les premiers encomenderos du Pérou à la Courone d’Espagne, à ses soldats, ses magistrats, ses prêtres et ses colons civils. A la base du conflit se trouve l’interprétation de l’institution de domination coloniale essentielle dans le Pérou conquis : le repartimiento et l’encomienda. Déjà, par les capitulations, les adelantados avaient reçu le droit de répartir les territoires et les populations entre les conquérants pour prix de leurs services. C’est un tel droit dont usait Colomb en 1499, en procédant au premier repartimiento. Pour le Pérou, Fernando Pizarro avait reçu par la cédule royale du 8 mars 1533 signée à Saragosse le droit de distribuer les populations de l’empire incaïque en encomiendas. En recevant une encomienda, le conquérant espagnol jouissait d’une véritable délégation du pouvoir royal sur la population conquise et ainsi distribuée, et sur son territoire. Du jour au lendemain, des hommes de rien — mais qui s’étaient distingués dans les batailles — devenaient ainsi des sortes de véritables seigneurs-gouverneurs dont les pouvoirs, lorsqu’ils s’étendaient sur une encomienda regroupant des milliers d’indiens, avec leurs princes, leurs villes et villages, leurs champs, leurs troupeaux et leurs mines, pouvaient être considérables dès lors qu’ils s’exerçaient sans contrôle sur une population dont on n’était même pas bien sûr qu’elle appartînt à l’espèce humaine. Aussi, malgré l’obligation de principe qui était faite à l’encomendero de protéger et christianiser les populations qui lui étaient réparties, celui-ci abusait-il de ces indiens plus qu’il ne les administrait. Nous verrons plus loin comment l’encomienda de ces temps héroïques fonctionnait, économiquement, comme une institution de pillage organisé, et quel effet cela eut pour l’avenir du vice-royaume du Pérou. Notons seulement pour notre présent propos qu’en s’exerçant ainsi, en pillant les ressources et les hommes, l’encomienda au Pérou soulevait à nouveau les problèmes posés par l’esclavage indien dans les Caraïbes : celui de la destruction pure et simple des Indes et des Indiens. L’Église — du moins ses éléments les plus lucides — ne pouvait que s’opposer aux excès des encomenderos hispano-péruviens. Dix ans seulement après qu’il ait été conquis, le Pérou occupe hélas une place de choix dans la démonstration que fait, en 1542, le frère Bartholomé de las Casas selon laquelle, au rythme où s’exerce le pouvoir des encomenderos, la population indienne du Pérou aura bientôt disparu, comme avant elle celle des Caraïbes13.

  • 14 Voir en particulier José Varallanos, Historia de Huánuco.
  • 15 Vecinos : habitants blancs des villes, espagnols ou hispano-créoles.

24Le conflit devint donc, plus rapidement qu’ailleurs, inévitable entre les encomenderos du Pérou et l’Église, entre les encomenderos et la Couronne d’Espagne. Les encomiendas accordées à partir de 1536 l’étaient souvent pour deux vies. Tout poussait donc à ce qu’elle devinssent héréditaires. Or, non seulement elles tendaient ainsi, dès l’origine, à la perpétuité, mais elles tendaient au monopole. Très vite, en effet, les premiers encomenderos, en essayant d’accaparer TOUTE la population indigène et ses territoires, tentaient de reconstituer au Pérou une caste fermée à la semblance de celle des Grands en Espagne. Mais, entre temps, de nouveaux colons continuaient d’affluer. Ils devaient donc, ou se mettre au service des premiers et renforcer ainsi les caractères « féodaux » de la société naissante, ou s’appuyer sur la bureaucratie coloniale montante, hostile aux premiers conquérants, ces « anciens de la terre » comme ils s’appelaient parfois eux-mêmes. Certes, l’imprécision des titres et des limites territoriales des premières encomiendas permettait quelquefois aux nouveaux venus de se tailler leur part. D’où ces redistributions périodiques des encomiendas dont le nombre, les dénominations et les limites varient dans certaines régions du Pérou pendant tout le xvie siècle14. Mais pour les autres immigrants, laissés pour compte, pour les fonctionnaires coloniaux avides et jaloux de leurs prérogatives, le heurt avec les encomenderos est inévitable dans la mesure où on cherche à leur reprendre une partie des pouvoirs régaliens qu’ils exercent sur les populations et que la Couronne leur avait d’abord imprudemment concédés. Aussi, lorsque cet effort de récupération du pouvoir royal aboutit, en 1542, aux « nouvelles lois des Indes », protectrices des indiens et restrictives de l’encomienda, il produit au Pérou la rébellion des encomenderos. Au Cuzco, Gonzalo Pizarro et Almagro dirigent le soulèvement. Et il faut la longue et habile campagne de reconquête menée par La Gasca jusqu’en 1548 pour que Madrid reconquière sa propre colonie contre ses propres colons. Au terme de cette guerre civile, le pouvoir de la nouvelle aristocratie coloniale est définitivement subordonné au pouvoir royal de Madrid et à ses représentants locaux, les fonctionnaires et magistrats du vice-royaume du Pérou. La capitale incaïque, Cuzco, est déclassée par la capitale coloniale, Lima, dont la situation côtière indique assez son caractère étranger par rapport au pays indigène contrôlé par les encomenderos. Un réseau de villes dont les dates de fondation marquent les étapes du contrôle espagnol sur l’espace régional de l’ancien empire des Incas sert de relais entre le vice-roi et le pays dominé. Entre leurs murs, les vecinos15, propriétaires terriens, commerçants, membres des professions libérales, forment la base pyramidale de la société blanche dominatrice et sont chargés du contrôle direct de la population conquise.

25Dans ce contrôle, l’encomienda perd son rôle prépondérant, surtout après 1570. D’autres institutions de domination et d’exploitation de la population indigène apparaissent alors, favorisées par la Couronne d’Espagne soucieuse de casser ou d’en limiter le pouvoir absolu en matière administrative, juridique, religieuse ; les encomenderos voient leur puissance se privatiser et se réduire à un rôle essentiellement économique. L’encomienda laisse peu à peu la place à l’hacienda, forme de la propriété PRIVÉE du sol et du sous-sol, confirmée par les titres obtenus lors des diverses composiciones de tierras, particulièrement nombreuses après 1590-1620. Non contents de cela, les vice-rois prévoient la disparition des encomiendas restantes au terme de trois générations. Aussi, l’encomienda s’éteint définitivement après 1721 au Pérou.

26Le pouvoir central ainsi victorieux achève son œuvre en procédant au partage des pouvoirs au sein des institutions coloniales qu’ils crée à cet effet. Aux riches colons laïcs, descendants des premiers conquistadores ou encomenderos, le pouvoir économique privé — minier, manufacturier, agricole — fondé sur le travail des indiens asservis au système de l’hacienda. A l’Église, l’empire des âmes, la protection matérielle et morale des indiens évangélisés dans ses missions et doctrines, l’extirpation des idolâtries contre les rebelles. A l’État, l’administration et la direction politique de l’ancien empire des Incas, dont les limites restent celles du vice-royaume du Pérou jusqu’au xviiie siècle. Ainsi se côtoient deux sociétés distinctes, dont l’une domine l’autre : la société hispano-créole, blanche, urbaine, dominatrice ; la société indienne, rurale, vaincue, exploitée. Au sein de cette dernière, une aristocratie d’intermédiaires est reconstituée au service de l’Espagne. Caciques et curacas, descendants ou non de princes incaïques, aident à l’exploitation coloniale de leurs frères de race. Cependant, la grande masse du peuple paysan indien est regroupée de force par l’administration coloniale dans des villages imités du modèle ibérique — les reducciones — ou répartie comme main-d’œuvre servile dans les diverses haciendas et obrajes des propriétaires blancs des principaux moyens de production.

2° Les conséquences économiques et sociales de la conquête du Pérou

27Dans le cadre de cette évolution institutionnelle qui se produit entre le xvie et le début du xviie siècle, il nous faut appréhender maintenant les conséquences économiques et sociales de la conquête du Pérou. Là encore, nous retrouvons d’abord le caractère destructeur de cette conquête ; particulièrement, concernant la population indigène, sur le plan démographique et social.

a) LES CONSEQUENCES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIALES

  • 16 Voir en particulier les travaux de Borah qui a commencé de s’intéresser, après le Mexique, aux pro (...)
  • 17 Voir les monographies ou travaux, publiés ou encore inédits, de Richard N. Adams, George Kubler, J (...)

28L’indice le plus sûr de la crise soufferte par la société indigène en conséquence de la conquête espagnole, c’est la prodigieuse récession démographique qui se produit au Pérou dans les trente ou quarante ans qui succèdent à l’arrivée de Fernando Pizarro, et qui exige au moins deux siècles avant de commencer à être récupérée. Ce phénomène, général dans toute l’Amérique amérindienne après la conquête, est bien connu depuis les travaux de l’Université de Berkeley16. Il est bien connu, mais, dans le cas de l’ancien empire incaïque, encore très mal analysé. Toutefois, tous les témoignages jusqu’ici étudiés ou en cours d’étude dans les archives péruviennes17 concordent avec les conclusions générales du groupe de Berkeley... et avec le témoignage pessimiste et révolté d’un contemporain, le frère Bartholomé de Las Casas. Que ce soit à Muquiyauyo, à Huañec ou à San Agustin Huayopampa dans les Andes centrales du Pérou, ou bien dans les Andes du Cuzco, c’est partout la même CATASTROPHE démographique qui voit la population indigène tomber, entre 1532 et 1570, au tiers ou au quart de son chiffre initial !

  • 18 Richard N. Adams, A community in the Andes Muquiyauyo, p. 12.
  • 19 Voir figure 8, p. 311.
  • 20 I.E.P., Cambios estructurales, etc.

29Prenons l’exemple de la courbe démographique de la province de Jauja reconstruite par Richard N. Adams dans son étude sur Muquiyaujo, communauté du Pérou central18. Nous y voyons comment une population ethniquement homogène et stable, les Huancas, et qui a l’avantage de conserver la plupart de ses institutions traditionnelles dans le cadre du cacicat de ses princes indigènes reconnus et protégés par la Couronne d’Espagne subit, malgré ces conditions favorables, une chute brutale de 1525 — date du dernier recensement incaïque consigné dans les visites et chroniques espagnoles — à 1571. La tendance à la baisse se poursuit au moins jusqu’au recensement fiscal de 1754 et, malgré une reprise, la population indigène ne retrouve vraiment son niveau d’avant la conquête qu’à la fin du xixe siècle, après le recensement national républicain de 187619. Rapprochons cela de l’étude faite par l’Instituto de Estudios Peruanos sur Santa Lucia de Pacaraos20, où nous voyons que la population des Hanan-Pircas voit son chiffre baisser encore de 30 % entre 1570 et 1650, ne remonter au niveau initial qu’en 1780, retomber après 1820 et ne se stabiliser vraiment qu’entre 1876 et 1902 pour doubler ou tripler après cette date jusqu’en 1940. Pour ponctuels qu’ils soient, et incomplets, de tels témoignages confirment donc le mouvement général de baisse démographique de longue durée pendant les deux premiers siècles de la période coloniale, tendance qui ne s’inverse définitivement que cent ans plus tard, à l’extrême fin du xixe siècle. Ces témoignages confirment aussi la chute démographique brutale qui se produit entre 1532 et 1570, et qui se prolonge, tenace, au moins jusque vers 1650. Ils prouvent que la « légende noire » de la conquête espagnole ne fut donc pas qu’une « légende » créée de toutes pièces par des polémistes opposés au colonialisme espagnol, mais qu’il y eut bien, comme le proclamait en son temps Las Casas, un danger pur et simple de génocide concernant la population conquise du Pérou. A cela, on pourra objecter que les statistiques de l’époque, d’origine fiscale, ne reflètent que la population administrativement contrôlée, et non toute la population — laissant en particulier échapper la population déracinée ou celle qui fuit devant le travail obligatoire et l’impôt. Mais, outre que cela ne contredit pas la tendance d’ensemble, car les chiffres de référence incaïques correspondent également à une population administrativement contrôlée à des fins fiscales — donc également tentée de se dissimuler hors des statistiques — ces témoignages sur l’évolution démographique du vice-royaume du Pérou correspondent trop bien à ce que nous pouvons savoir par ailleurs des causes d’une situation aussi catastrophique.

30Car la conquête a signifié, pendant les trente ou quarante premières années de l’occupation tumultueuse du Pérou par les Espagnols, une véritable désorganisation — sinon l’anéantissement, dans les cas locaux les plus extrêmes — de la société et de la culture conquises. Il y eut d’abord les massacres et les pillages des premiers conquérants, bientôt suivis des épisodes de répression des premières révoltes indiennes. A chaque fois dans les deux camps, allié ou ennemi des Espagnols, des milliers d’indiens étaient tués, blessés, capturés, arrachés à leurs villages d’origine. Pendant la révolte de Gonzalo Pizarro et Almagro, ce sont encore les indiens qui meurent en grand nombre dans les batailles chargées de vider la querelle qui oppose les encomenderos à l’application des nuevas leycs de indias. La société conquise est donc victime à tout coup. Ses chefs traditionnels ne sont plus obéis, ou bien sont domestiqués. Les villages sont désertés ou décimés par la guerre, la rançon, le saccage, le recrutement forcé de la main-d’œuvre nécessaire aux portages et travaux obligatoires à longue distance. Dans le sillage des conquérants, une masse croissante de Yanaconas, esclaves ou serviteurs indiens au statut mal défini, mais personnellement attachés à leurs maîtres et arrachés à leur structure sociale d’origine, forme une nouvelle classe, instable et sans racine, qui ne laisse pas d’inquiéter les autorités coloniales par son nombre et sa soumission aux encomenderos.

  • 21 Cf. thèse de Pierre Duviols.

31Enfin, dans ces sociétés andines qui avaient vécu loin du monde eurasiatique et de ses épidémies, le contact biologique avec les Espagnols est, lui aussi, mortifère. Les nouveaux venus apportent avec eux des vices et des germes contre lesquels les populations incaïques ne sont pas immunisées. Comme tout l’équilibre traditionnel entre les hommes et les ressources agricoles est atteint, à cause de la baisse de l’activité agricole vivrière et de la ruine de l’économie des stocks alimentaires qui était le fondement de l’économie incaïque, il se produit, lors des années de mauvaises récoltes, de graves crises alimentaires. Les nouvelles maladies sévissent alors en épidémies redoutables qui achèvent de compromettre des populations dont l’équilibre démographique est déjà très menacé. Dans la période, la variole et la rougeole frappent particulièrement en 1566 et 1588 ; la lèpre en 1646. Cependant, au Potosi, à Porco, à Huancavelica, dans les grands centres miniers où se concentrent dans de déplorables conditions sanitaires et techniques des masses considérables de mineurs amenés là sous la contrainte de la corvée — la MITA — le taux de mortalité est également très élevé, à la fois à cause des conditions de vie et des conditions de travail. Ajoutons, pour achever de brosser ce sombre tableau, que les conditions de regroupement et de « christianisation » — menées très souvent sous la forme terroriste et brutale de « l’extirpation des idolâtries »21 — de la population ainsi décimée et traumatisée enlève à certains des indiens survivants jusqu’au goût de vivre. Les missionnaires se plaignent dans leurs rapports de l’apathie généralisée et du goût de suicide qu’ils ont eux-mêmes, après tant d’autres, contribué à provoquer au sein de la population conquise en détruisant non seulement ses moyens de vivre, mais également ses raisons de vivre en rompant soudain sa solidarité culturelle et religieuse avec sa terre, ses dieux et ses ancêtres.

b) LA REORGANISATION DE L’EMPIRE CONQUIS EN ENTREPRISE D’EXPLOITATION COLONIALE : L’ESCLAVAGE, LA MITA, LE TRIBUT, L’ENCOMIENDA

32Pourtant, de cette destruction et de ce chaos surgit bientôt un ordre économique nouveau, obéissant aux fins du colonialisme mercantile de l’Espagne. Dans ce but, les conquérants se convertissent en entrepreneurs, mais en gardant de leurs origines, concernant l’économie du pays conquis, la même conception extractive. Nous entendons par là que, de même que pendant la conquête ils avaient cherché à extraire par tous les moyens les richesses de l’empire incaïque au moindre coût d’investissement et au plus haut taux de rentabilité — en particulier grâce aux butins, rançons et trésors —, de même lorsqu’ils commencent d’organiser les premières entreprises coloniales du vice-royaume du Pérou dirigent-ils leurs efforts vers l’extraction de produits primaires, n’exigeant qu’un minimum d’investissement et de technique, et hautement cotés sur le marché espagnol et européen. Car, conquistadores ou encomenderos, les capitaux dont ils disposent sur place ou en Espagne sont rares et chers. Le seul moyen de s’en accommoder et d’accumuler malgré tout honneurs et richesses consiste à extraire des produits rares ou chers. Au xvie siècle, ce sont les épices — le Pérou fournit bientôt le sucre de canne et l’écorce de quina —, les produits tinctoriaux — indigo, cochenille — et surtout les métaux précieux — or, argent et mercure pour l’amalgame. Quand les colons du Pérou se préoccupent de promouvoir et gérer directement des entreprises (haciendas) celles-ci sont destinées tout naturellement à fournir ces produits-là. Ainsi, dès 1549, Diego de Mora, encomendero des vallées de Chicama et Moche, sur la côte nord du Pérou, fait fonctionner un molino traitant la canne à sucre qu’il est le premier à avoir importée et acclimatée dans ce qui deviendra la future hacienda « TRAPICHE » de la vallée de Chicama. Cependant, à Porco, Potosi et Huancavelica, les haciendas minières se multiplient, extrayant les métaux qui, fondus et frappés en pièces de monnaie, chargent les flancs des galions du Callao, transitent par Panama et vont alimenter la fortune de Séville, de l’Espagne et de l’Europe. Car l’économie d’entreprise directe dans le Pérou colonial du xvie siècle est avant tout MINIÈRE et monétaire, plutôt qu’agricole et manufacturière. Mais, dans les deux cas, les rapports de production qu’elle engendre, compte tenu de la faible importance relative des investissements technologiques et financiers, dépendent avant tout du problème de la main-d’œuvre. Celui-ci est réglé par l’esclavage et la réinterprétation coloniale du système incaïque de la MITA.

* L’ESCLAVAGE

  • 22 Le jésuite Carlos de Orta décrit ainsi Cartagena : « C’est un grand marché de presque toutes les n (...)
  • 23 Cf. Collin-Delavaud, op. cit., p. 104.

33L’esclavage indien, à cause de la réaction de l’Église et de la Couronne et de la date tardive de la conquête, ne prit jamais au Pérou l’importance qu’il eut dans la zone des Caraïbes, où il contribua à l’extermination de la population. Toutefois, s’il ne fut jamais une pratique officielle et légale dans le Pérou colonial, il est certain qu’il a existé dans les premiers temps de la conquête sous des formes détournées. Par droit de rançon ou de victoire, des prisonniers indiens furent enchaînés, marqués et utilisés comme main-d’œuvre forcée des premières entreprises coloniales. Par droit de rachat auprès des caciques indigènes, les colons disposèrent d’une masse croissante de yanaconas qu’ils négocièrent comme du bétail humain. Toutefois, à cause de la résistance officielle et de celle de l’Église, le système ne put indéfiniment s’étendre au Pérou. L’heure de la réduction des indiens en esclavage était déjà passée. Les entrepreneurs coloniaux durent donc trouver d’autres sources de main-d’œuvre. Certains importèrent des esclaves d’Afrique qui transitaient par Panama ou Cartagena, en Nouvelle Grenade22. Dans les plantations tropicales de la côte péruvienne, produisant canne à sucre, produits tropicaux ou bétail, ou bien dans la suite domestique des colons établis à Lima ou dans les villes espagnoles des Andes, s’installe ainsi une population négro-africaine d’esclaves dont le nombre, malgré les affranchissements et les métissages au cours de deux siècles, se monte encore à 40.336 âmes en 179123. Toutefois, cette main-d’œuvre, en nombre restreint et affectée surtout aux services domestiques et à l’agriculture spéculative, ne suffisait pas à faire fonctionner l’économie du Vice-Royaume, fondée avant tout au xvie siècle sur l’extraction minière.

* LA MITA

34Il fallut donc contraindre la masse de la population indigène conquise, rurale et sédentaire, à servir dans les mines et les entreprises. Au début, cela se fit sous les formes les plus anarchiques, encomenderos et bénéficiaires de repartimientos gaspillant, sans discernement et sans pitié, les populations dont la tutelle leur avait été impartie dans des travaux épuisants ou des services de transports à longue distance qui les arrachaient à leur terre natale, ou les faisaient mourir en grand nombre dans les cas les plus extrêmes. Pour cela, ils confisquaient à leur profit les tours de corvée — les MITAS — que ces populations devaient aux fonctionnaires de l’Inca ou à leurs curacas indigènes avant l’arrivée des Espagnols. Mais, là où les rapports indigènes de réciprocité obligeaient les bénéficiaires à protéger et assister les corvéables — les MITAYOS — et à répartir en conséquence le poids de la corvée avec discernement, les conquérants réinterprétèrent dans de très nombreux cas l’institution à leur profit exclusif, sans compensation pour les populations asservies. Dans ces conditions, la MITA cessait d’être une simple corvée par tour pour devenir un véritable servage dont la durée était estimée à la discrétion du colon espagnol. Elle fournissait ainsi, GRATUITEMENT, la main-d’œuvre de la prospérité du Pérou accaparée par les premiers concessionnaires des mines et les premiers entrepreneurs du Pérou colonial. Sur de telles bases, on comprend comment put se faire, malgré la faiblesse des investissements, la prodigieuse accumulation de capital aux mains de quelques-uns dans les premières décennies qui succédèrent à la conquête. Mais ce système provoquait de tels excès — en particulier en exterminant la main-d’œuvre par épuisement des forces ou des ressources vivrières qui lui permettaient de se reproduire — qu’il fallut bien tenter d’en réglementer l’usage sous peine de « tuer la poule aux œufs d’or ».

  • 24 La Cédule Royale du 22 février 1549 l’interdit par exemple dans les mines du Nouveau Royaume de Gr (...)

35Jusqu’à la fin du xvie siècle, les Cédules et Ordonnances royales se multiplient, qui interdisent l’esclavage indien et l’utilisation sans discernement de la mita. Elles vont même jusqu’à tenter d’interdire le travail des indigènes dans les mines24 ; vainement bien sûr, car la mesure est par trop anti-économique. Finalement, la Couronne et sa bureaucratie coloniale optent pour une utilisation stricte du service de la mita, sous leur contrôle, à raison d’un homme adulte sur sept par village indigène, pour une durée en principe limitée. Ainsi fixée, l’institution de la mita, qui alimente en main-d’œuvre les mines de Porco, Potosi et Huancavelica, dure jusque dans la dernière partie du xviiie siècle, date où elle s’effondre devant les effets conjugués de la rétraction de l’économie minière péruvienne et devant les rébellions indiennes dirigées contre ce système.

* LE TRIBUT

36Mais la mita, ainsi réinterprétée, aux fins de l’exploitation coloniale, n’intervient que dans cette partie de l’économie directement gérée et orientée par les entrepreneurs espagnols. Il reste qu’à ses marges subsistent une société et une économie indigènes dont la fonction, à l’intérieur de l’ordre colonial en gestation, n’est pas seulement de produire et reproduire gratuitement la main-d’œuvre indienne nécessaire aux entreprises coloniales, mais également de libérer un surproduit agricole et artisanal qui, collecté dans l’empire incaïque pour reconstituer les stocks d’État, est accaparé — directement ou indirectement — sous une forme fiscale par les conquérants et leurs descendants. Utilisant à leur profit les mécanismes du TRIBUT incaïque, encomenderos ou fonctionnaires coloniaux prélèvent ce surproduit, en nature pour commencer, en espèces quand l’économie de marché régional cesse d’être le fait de la seule société hispano-créole urbaine dominante pour s’étendre, sous des conditions de tutelle et de contrôle strictes, aux villages indigènes eux-mêmes. Dans l’un et l’autre cas, le colonisateur, en prélevant l’excédent de l’économie rurale indigène, participe à l’accumulation coloniale de capital sous la forme de RENTE FISCALE, privée quand elle est versée à l’encomendero, publique quand elle est versée au corregidor chargé d’administrer directement pour l’État la société indigène dominée.

37Pour avoir une idée de ce que représente à ses débuts le tribut colonial, et mesurer à quel point il restait étroitement dépendant des ressources de l’économie rurale indigène et de ses cycles annuels, voici les prestations que doit la population des Chupachos de Huanuco à son encomendero, le capitaine Gomez Arias Davila, en 1549, d’après la Visite de Juan de Meri y Garcia Ortiz de Espinoza :

  • par mois : 200 mantes et chemises, 12 jarres de miel ;
  • par quinzaine : 20 sacs de toile, 50 pains de cire, 40 paires de sandales, 40 pains de sel (en été), 20 pains de sel (en hiver) ;
  • par semaine : 20 fanègues25 de maïs, 10 fanègues de pommes de terre, 2 moutons ;
  • par jour : 10 poulets.

38De plus, d’après le même document, les Chupachos doivent lui fournir :

  • 20 charpentiers pour ses travaux ;
  • 30 indiens avec leurs femmes pour fabriquer des tissus de laine ;
  • 40 mitimaes pour le service domestique ;
  • 6 pêcheurs (10 pendant le Carême) ;
  • 8 indiens pour garder les porcs ;
  • 10 indiens cultivant quatre champs de blé et deux champs de coton ;
  • 30 indiens et 30 indiennes pour cultiver la coca ;
  • 8 tisserands et potiers ;
  • 29 yanaconas et indiens26.
  • 27 José Varallanos, op. cit.

39Cette liste est tout à fait caractéristique de la nature du TRIBUT colonial tel qu’il est déjà institué moins de vingt ans après la conquête. On voit comment il prélève les surplus d’une activité rurale traditionnelle, agricole (coca, coton, maïs, pommes de terre), artisanale (mantes, chemises indiennes, sandales, tissus, poteries), extractive (sel gemme extrait de la jungle amazonienne, dont les sentiers deviennent difficilement praticables en hiver, pendant la saison des pluies). On y voit aussi comment l’obligation fiscale de fournir à l’encomendero des produits d’origine européenne (moutons, poulets, blé) implique l’introduction de ces productions étrangères dans le système de culture indigène traditionnel. On y pressent l’extraordinaire pesanteur de cette fiscalité coloniale quand on sait que cette liste de prestations pesait sur 1.202 tributaires seulement et 436 veuves. Ce trait achève de prendre toute sa signification si l’on rapporte ce chiffre à celui des mêmes tributaires Chupachos sous les Incas, avant 1532, qui se montait à plus de 4.00027. Enfin, cette liste est éclairante sur l’institution de base de la domination coloniale des indiens conquis dans les premières décennies de la conquête : l’encomienda.

* L’ENCOMIENDA

40Dans cette liste, non seulement l’encomienda prélève sous la forme d’une rente fiscale une rente en produits de l’économie rurale indigène, mais elle prélève également une rente en travail tout à fait considérable et qui fait l’objet de la seconde partie du texte. Notons d’abord comme à cette fin il utilise des institutions sociales dont la dénomination comme l’origine sont typiquement pré-colombiennes : yanaconas, mitimaes. Concernant ce dernier terme, précisons qu’il s’agit là d’un statut sans doute proche de celui de yanacona, mais touchant peut-être un groupe socio-ethnique distinct des Chupachos, en tout cas composé également de domestiques ou valets personnellement soumis à l’encomendero. Le mécanisme de cette rente-travail implique que l’encomendero vive non seulement en rentier sur la production de la population qui lui est répartie mais que, jusqu’à un certain point, lui aussi se convertisse en entrepreneur. Entrepreneur-manufacturier tout d’abord, qui emploie à son service près de 60 tisserands, potiers et charpentiers. Entrepreneur agricole ensuite, qui organise la production de blé, coton, coca sur des champs dont le régime de propriété n’est pas précisé, qui fait élever des porcs acclimatés et ordonne la pêche en rivière en fonction des nouvelles normes de consommation d’une société en voie de christianisation. Gérant domanial enfin, qui utilise la force de travail d’environ 70 domestiques, employés et valets de ferme mentionnés dans la rubrique yanaconas ou mitimaes. Dans de telles proportions, il est difficile de penser que toute cette production collectée par le tribut ou livrée par le travail gratuit serve uniquement à la consommation domestique de l’encomendero, de sa famille ou de sa clientèle. Force est donc bien de considérer que l’encomienda joue ici un rôle non seulement administratif, politique et fiscal — concédé par grâce du pouvoir royal — mais aussi un rôle directement économique en orientant les productions indigènes en fonction des normes fiscales et en intervenant dans les rapports de production eux-mêmes. Certes, cela ne va pas encore jusqu’à rompre la solidarité du groupe dominé puisque l’embryon de contrat de travail, implicite dans la dernière partie du texte mentionné, reste un contrat collectif passé entre l’ensemble du groupe ethnique et son encomendero. Mais c’est déjà, sans conteste, l’amorce des futurs contrats tacites qui régleront, au xviie siècle, les rapports de production entre l’hacendado et la main-d’œuvre communautaire asservie au système.

41En ce sens, l’encomienda est certainement le maillon de transition entre le cacicat indigène précolombien et l’hacienda, telle qu’elle s’établit sur les restes des groupes ethniques régionaux intégrés et déstructurés du début du xviie siècle. Du curaca indigène, l’encomendero hérite la responsabilité d’assistance économique du groupe dominé en gérant — en principe — ses ressources, en organisant une production dirigée dont les produits — vêtements, sandales, stocks alimentaires — doivent servir à subvenir aux besoins du groupe indigène dans les périodes difficiles. Du futur hacendado il a le privilège, se situant à l’articulation de deux types d’économies — l’une, indigène, non pas autarcique, mais largement exclue du marché monétaire ; l’autre, espagnole, intégrée au contraire dans une économie naissante de marché — de disposer du surplus de cette production rurale. Il peut le réaliser sur le marché local, en le vendant aux vecinos des villes coloniales, et prélever ensuite sur les bénéfices la part du fisc espagnol. Ou bien, quand l’économie monétaire s’étend à la société indigène elle-même, commencer de lever le tribut directement en espèces. De toute façon, le mécanisme fondamental reste le même.

42Lorsque la Couronne d’Espagne, surtout après 1570, reprend aux encomenderos une grande part de ses pouvoirs régaliens préalablement concédés, l’encomienda se « privatise » en perdant peu à peu son exorbitant cumul de pouvoirs politique, judiciaire, administratif. De politique, sa puissance se convertit en économique et l’institution évolue vers l’hacienda. Mais l’essentiel des caractères économiques de la nouvelle institution était déjà fixé dans ce qui, de l’encomienda, relevait d’une économie d’entreprise gérée en faire valoir direct. Succédant à l’encomendero, l’hacendado cesse de percevoir le tribut ou d’organiser la mita au nom du roi ; mais il continue de prélever sur les populations asservies à son entreprise la rente-produit et la rente-travail qui restent la base de l’économie interne pré-capitaliste de nombre d’haciendas péruviennes du xvie au xxe siècles. Seul changement consommé dans l’intervalle, au début du xviie siècle : l’hacendado doit transformer l’initiale grâce royale de pouvoir ethno-territorial .l’encomienda) en une grâce royale de terre possédée en propriété privée (l’hacienda). A ce prix, il continue d’exercer un pouvoir monopolique sur la population indigène asservie.

II. — FIXATION DES INSTITUTIONS AGRAIRES ET DE LA PROPRIETE DU SOL DANS LE PEROU COLONIAL ENTRE LE XVIe ET LE XVIIe SIECLES

43Nous abordons là un problème que, faute de travaux approfondis publiés sur la question, nous ne pouvons que survoler. En effet, nous ne possédons pour le moment, concernant le Vice-Royaume du Pérou, aucun travail équivalent à celui de François Chevalier sur la formation des grands domaines au Mexique. On attend évidemment beaucoup des travaux de recherche de Nathan Wachtel sur le thème. Mais force nous est, en attendant leur publication, d’évoquer au moins le problème et de proposer une esquisse probable de son évolution dans la période à partir des quelques lectures et documents qui nous furent accessibles.

1° Évolution du problème pendant le xvie siècle

a) LES CONDITIONS DE DEPART

44Le rôle secondaire de l’agriculture dans l’économie naissante du Vice-Royaume du Perou. — Dans la première partie du présent chapitre nous venons de voir quelles sont, au xvie siècle, les conditions générales d’évolution des institutions politiques, sociales et économiques, dans lesquelles apparaissent au Pérou la propriété privée du sol et les premières institutions agraires coloniales. Ce qui en ressort dès maintenant, c’est que l’agriculture, sauf exceptions régionales, ne tient encore qu’une place tout à fait secondaire dans les préoccupations spéculatives des premiers colons. Visant au maximum de rentabilité à court terme, ils s’intéressent plutôt à l’extraction des abondantes ressources monétaires du pays conquis ; c’est-à-dire aux mines et aux impôts. Aussi les seuls organismes économiques qui comptent vraiment dans la période sont-ils les haciendas minières du Haut Pérou ou les encomiendas produisant un taux élevé de rente fiscale. Les institutions de base permettant de faire fonctionner un tel système sont la MITA et le TRIBUT.

45Certes, en marge de cette économie extractive monétaire, un secteur agricole apparaît très tôt, géré directement par les premiers encomenderos-entrepreneurs, particulièrement dans les régions tropicales chaudes du Pérou permettant la croissance de produits agricoles hautement cotés sur le marché européen ou sur le marché régional naissant. Dès 1549, nous l’avons vu, Diego de Mora fait fonctionner un « moulin » de sucre de canne sur la côte nord du Pérou ; ou Gomez Arias Davila gère la culture et l’élevage de produits européens acclimatés près de Huanuco. Et déjà, au sein de ces premières formes d’entreprises agricoles apparaissent des types de statut de la main-d’œuvre — esclavage noir, yanaconazgo indien — qui annoncent, dans leurs traits essentiels, les principaux rapports de production agricole du Pérou colonial classique. Mais tout cela, répétons-le, reste marginal et n’intervient que pour une part encore minime dans la prospérité coloniale du xvie siècle. Cette économie agricole spéculative ne prend vraiment d’importance que dans le Bas Pérou, dépourvu de ressources minières, mais bénéficiant en revanche de bonnes conditions pour l’agriculture. Le sol y est riche dans les plus belles oasis de la côte, et les débouchés sont proches, qu’il s’agisse du marché colonial urbain naissant (Lima, Trujillo) ou du marché européen d’outre-mer. Aussi les premières entreprises agricoles prospères se localisent-elles surtout dans les oasis de Chicama, de Moche, du Chillon, du Rimac, de Cañete, etc…

46Mais ailleurs, sur les oasis marginales du Piura comme dans les hautes terres tempérées ou froides du Haut Pérou minier, l’agriculture n’est qu’une annexe indispensable mais secondaire de l’économie extractive monétaire. Elle a pour fonction de produire et reproduire gratuitement la main-d’œuvre indigène de la mita. Elle est la nécessaire base productive du surproduit agricole indigène collecté par le tribut. Dans le cas le plus avancé, elle est chargée de fournir gratuitement aux entreprises minières les vivres, le cuir, les sacs de toile et les animaux de bât nécessaires à leur fonctionnement et au transport du minerai. Dans l’économie générale du Haut Pérou minier du xvie siècle, elle n’intervient que pour abaisser les coûts d’exploitation des entreprises de pointe non agricoles, auxquelles elle est intégrée. Dans de telles conditions, on comprend que pour les grands entrepreneurs de mines comme pour les grands encomenderos la question de la propriété du sol agricole non immédiatement situé dans le voisinage des villes reste longtemps une question subalterne. Dans cet immense espace andin ouvert aux premières entreprises coloniales, le contrôle des populations et de leurs ressources rurales par l’encomienda compte infiniment plus que la possession privée des terrains non urbanisés qui, en eux-mêmes, n’ont encore que peu de valeur. On cherche donc à contrôler les hommes, leurs excédents de ressources, leur territoire, leurs troupeaux ; on cherche à avoir accès par adjudication royale aux ressources du sous-sol ; on ne cherche pas à être propriétaire du sol. Cette situation, presque typique d’une économie de « frontière », ne change qu’à la fin du xvie siècle. A quelles nécessités répondent alors les formes d’appropriation privée d’un sol jusque-là surtout exploité extensivement et sans entrave ?

47Le modèle agraire ibérique. — Ce qui nous amène à poser la question de savoir quelles étaient les principales caractéristiques de la structure agraire de l’Espagne au moment où ses fils les plus entreprenants projettent ses institutions sur le Nouveau Monde. Quelques chiffres vont nous en donner une idée.

  • 28 Cf. Juan Friede, op. cit., p. 101.

48A la fin de la Reconquista et au début du xvie siècle, la structure agraire de la Castille — cœur du pouvoir espagnol — se caractérise d’abord par l’existence de 85 % de paysans non propriétaires, assujettis par une multitude de contraintes féodales aux grands propriétaires fonciers qui représentent seulement 1,64 % de la population castillane. Ceux-ci possèdent 98 % des terres. Seuls 2 % de terres allodiales échappent encore à leur monopole28, et seulement 13,36 % de la population castillane — petits propriétaires allodiaux, peuple urbain — ne lui sont pas directement soumis.

  • 29 Cf. Juan Friede, op. cit., p. 127.
  • 30 Cf. Juan Friede, op. cit., p. 127.

49Qui sont ces grands propriétaires ? D’abord la Couronne elle-même, qui a confisqué les terres reconquises sur les Maures et s’est constitué un domaine de terres realengas. L’Église aussi, qui a bénéficié des donations de la part de la précédente et s’est constitué un domaine dit abolengo. La caste militaire, bien sûr, composée de grands capitaines ou de simples caballeros, qui a reçu de la Couronne, en récompense de ses services pendant la Reconquête, les terres solariegas (manoriales). L’élite urbaine, enfin, noble ou roturière, qui exerce son pouvoir foncier à travers ses cabildos (conseils municipaux) sur les ejidos (terrains communaux) possédés en commun ou lotis et adjugés par le Conseil aux personnes privées. Par le biais des institutions féodales, dérivées de l’originaire encomienda wisigothique, moins de 23.000 familles exercent un pouvoir quasi monopolique sur 85 % de la population et 98 % du territoire. Cette élite foncière se décompose ainsi : 500 familles (0,07 % de la population castillane) appartiennent à la noblesse et au clergé ; 10.000 familles (0,72 %) à la caste militaire ; 12.000 familles (0,85 %) aux caballeros29. Parmi les plus grands de ces propriétaires, d’après les chroniques du grand compteur royal, le Marquis de Villena possède 25.000 km2 et dispose en encomienda de 150.000 personnes ; et un autre grand d’Espagne, Alfonso de Quintanilla, dispose de 100.000 personnes30.

50Monopole d’une minorité seigneuriale sur l’immense majorité de la population et la presque totalité des terres : tels sont donc les traits essentiels du modèle agraire ibérique qui inspire les Conquérants et leurs descendants lorsqu’ils veulent organiser le régime agraire du Pérou conquis. Quoi d’étonnant s’ils y reconstituent, par le biais de l’encomienda au xvie siècle, de l’hacienda au xviie siècle, l’essentiel des traits de ce modèle ibérique, mais aggravé par les conditions coloniales.

51Caractères de la confiscation des structures agraires indigènes par les Espagnols. — Cela apparaît très tôt dans la manière dont, sur les dépouilles des structures agraires incaïques consfisquées par les Conquérants, se constitue dans les premières années suivant la conquête, sinon une structure agraire au sens strict, du moins une division du pouvoir territorial exercé sur le sol, ses hommes et ses produits. Afin de justifier juridiquement les modalités de cette confiscation, chroniqueurs et juristes espagnols font effort pour ramener la diversité des structures agraires indigènes régionales à un modèle unique et abstrait qui voudrait que toutes les terres incaïques aient été divisées avant la Conquête en terres communales, terres du Soleil et terres de l’Inca. Par cet artifice juridique, on rapproche le modèle agraire indigène du modèle hispanique où les terres des grands domaines sont divisées entre terres de l’Église, terres de la Couronne et terres laïques privées. Moyennant quoi, dans les premiers établissements territoriaux espagnols au Pérou, en particulier dans les oasis des deltas côtiers, on voit le sol agricole et ses populations « répartis » entre les encomenderos, l’Église et la Couronne. Les terres de l’Inca restent dans le domaine royal (tierras realengas) ; celles du Soleil et des clergés locaux passent aux Églises et aux couvents (tierras abolengas) ; le reste est concédé en encomiendas ou en ejidos aux cabildos des premières villes fondées pour contrôler les populations conquises.

  • 31 Cf. Claude Collin-Delavaud, Le Piémont côtier...
  • 32 Cf. Eugène-Alfred Hammel, Wealth authority and prestige in the Ica Valley, etc., p. 33.

52Deux exemples, sur lesquels nous reviendrons, nous donneront une idée de l’inégalité de cette répartition. En 1573, dans l’oasis de Chiclayo, un quart seulement de la terre agricole est aux mains de la population indigène regroupée en villages concentrés, et les trois quarts restants sont accaparés par les grandes exploitations espagnoles, laïques ou ecclésiastique31. En 1605, dans l’Oasis d’Ica, 80 % de la population rurale est soumise au régime seigneurial ou esclavagiste de la grande exploitation agricole, et 20 % seulement de la population possèdent en propre leurs terres communales autonomes32. Ainsi, très tôt, la hiérarchie du pouvoir territoral reflète la division réelle des pouvoirs entre colons et conquérants, et prépare la future structure agraire du Pérou colonial, fort proche du modèle ibérique.

53Toutefois, les similitudes formelles entre ce pouvoir territorial naissant et la structure agraire hispanique du xvie siècle ne doivent pas nous faire oublier l’originalité coloniale du Pérou par rapport au modèle métropolitain ; par exemple, concernant la nature et la fonction de l’encomienda. Celle-ci, qui est un outil institutionnel du monopole social exercé par les grands propriétaires fonciers sur les paysans sans terre de l’Espagne, prend un caractère fort différent dans le Vice Royaume du Pérou. En traversant deux océans, l’institution — du moins dans les premières décennies, avant qu’elle ne soit stabilisée puis concurrencée par les fonctionnaires coloniaux — est moins un outil de monopole social stable, comme en Espagne, qu’un outil de domination politique d’une population étrangère et vaincue — ceci pour la Couronne — ou un moyen d’ascension économique et sociale rapide — ceci pour les encomenderos. Cela explique et l’instabilité et la précarité de l’encomienda péruvienne, par opposition avec la stabilité de l’encomienda hispano-visigothique pendant le Moyen Age ibérique.

  • 33 José Matos Mar, José Portugal, El valle de Lurin y el pueblo de Pachacamac.
  • 34 José Varallanos, Historia de Huánuco.
  • 35 Cf. Henri Favre, Evolucion y situacion de los haciendas en la regioń de Huancavelica, p. 3.

54Très tôt en effet le conflit éclate, comme nous l’avons vu, entre l’encomienda coloniale, constituée par concession du pouvoir territorial sur des terres realengas, et la Couronne d’Espagne, désireuse de reconstituer son domaine et sa puissance sur les terres conquises. Cela aboutit, dès 1548, à la défaite militaire des encomenderos révoltés ; et cela compromet définitivement l’avenir de l’institution dans la Colonie puisque, péruvienne, la Couronne refuse dès lors de concéder les encomiendas au-delà d’un maximum de trois vies. A partir de ce moment il est donc manifeste que l’encomienda péruvienne ne peut pas jouer, au xvie siècle, le rôle stabilisateur d’une élite foncière comme elle l’a fait en Espagne. Cela se vérifie non seulement dans la disproportion des forces au niveau du conflit avec la Couronne, mais dans l’instabilité même de l’institution au Pérou. Pendant tout le xvie siècle, les encomiendas péruviennes ne cessent de changer de titulaires et de voir se modifier leurs limites et leurs compétences sur les territoires et les populations réparties. Dans la vallée côtière de Lurin, près de Lima, par trois fois au moins en quarante ans, ces changements de mains exigent des représentants de la Couronne qu’ils procèdent à la redistribution des encomiendas, respectivement en 1534, 1544, 157533. Dans la sierra centrale, à Huánuco, les mêmes fluctuations persistent pendant tout le xvie siècle. A travers les actes de repartimientos ou les visites générales on voit comment le nombre des encomiendas du district de Huánuco passe de 21 à 17 avant 1542, puis de 33 à 37 de 1542 à 1550. Cependant, le nombre des indiens tributaires ainsi répartis varie de 14.720 avant 1542 ; à 22.230 en 1542 et à 18.089 en 159234. En moins de soixante ans, plus de cinq changements substantiels dans le régime des encomiendas de cette région ! Cela manifeste assez la mobilité et le manque d’intérêt des premiers colons bénéficiaires d’encomiendas pour « faire souche » dans le pays d’accueil. Cela prouve que dans l’économie spéculative « ouverte » du Pérou au xvie siècle l’encomienda n’est qu’un moyen parmi d’autres — et non obligatoirement le plus rapide — pour faire fortune. Donc, sur ce plan aussi, il faut attendre la fin du xvie siècle pour voir se stabiliser une élite coloniale attachée au sol et enracinée dans la région ; et encore, seulement dans les régions d’agriculture riche échappant aux à-coups de l’économie minière spéculative. Ailleurs, en effet, l’instabilité de l’élite régionale reste un trait structurel dominant même lorsque les institutions agraires sont définitivement fixées à la fin du xviie siècle. Entre 1690 et 1760, sur 11 haciendas de la région de Huancavelica, une seule reste dans les mains de la même famille, et sept d’entre elles sont vendues et revendues plus de trois fois dans la période35.

b) LES PREMIERES FORMES D’ACCAPAREMENT DU SOL PERUVIEN AU xvie SIECLE

  • 36 Claude Collin-Delavaud, Le piémont côtier..., p. 92.

55L’appropriation urbaine du sol, son articulation avec l’encomienda. — Pourtant, malgré cette instabilité générale des hommes et des institutions, l’autorité coloniale définit dès le moment de la Conquête quelques-unes des premières formes d’appropriation du sol péruvien. La première à apparaître chronologiquement est liée à la fondation des premières villes coloniales. Sa première manifestation serait même antérieure à la conquête définitive du Pérou puisque, selon certaines traditions, Fernando Pizarro fonde San Miguel de Piura et procède à la première répartition de terres lors de son expédition de reconnaissance dans le nord côtier de l’empire incaïque dès novembre 153136. Qu’était-ce donc qu’une fondation de ville et une répartition de terres aux premiers temps de l’époque coloniale ?

56En application d’une des clauses des Capitulations, les Vice-Rois, gouverneurs, capitaines généraux et cabildos pouvaient distribuer aux colons et conquérants la terre se trouvant, par droit de conquête et de confiscation au profit du domaine royal, placée sous leur autorité. Ces distributions de terre, concessions du domaine royal, ne donnaient en principe aucun titre de propriété privée. Elles représentaient, pour les bénéficiaires le droit et le devoir de cultiver ces terres pendant un délai minimum de quatre ans. Au Pérou, ces distributions initiales se firent essentiellement autour des premières villes fondées dans le souci d’assurer la cohésion urbaine de la société coloniale espagnole face à la société indigène rurale dominée ; et de permettre le contrôle, militaire, politique, fiscal, économique de la seconde par la première. Lors d’une fondation de ville, le chef de l’expédition, en présence de ses hommes réunis à cet effet, prenait possession du territoire au nom des rois d’Espagne et de la religion catholique. Il le symbolisait en plantant l’étendard royal et une croix de bois ; en arrachant des herbes et remuant des pierres. Il lançait alors un « défi » aux adversaires, s’il y en avait — les caciques indigènes par exemple. Puis, avec des volontaires, il traçait l’emplacement de la place principale, des terrains de l’église, des bâtiments publics, des rues. Il distribuait alors les terrains à bâtir (solares) à ceux qui voulaient devenir vecinos de la nouvelle ville, et traçait les limites de l’ejido, terrain communal. Il nommait les premières autorités communales et le nom de la ville était officiellement proclamé après la célébration d’une messe solennelle.

  • 37 Cf. Porfirio Mendoza Tipiana, Et aspecto historico juridicio del derecho de propiedad de las pampa (...)

57L’ejido entourait la ville et se composait de deux parties distinctes. La première, la plus proche, était destinée à l’accroissement des biens de propios. Autrement dit, elle faisait partie des ressources publiques administrées par le cabildo. Elle était souvent destinée à servir de terrain à bâtir lors de l’extension, prévue et souhaitée, de la ville. La deuxième partie, extérieure aux biens de propios, était vouée à l’exploitation commune du « plat pays » par les habitants de la ville ; par exemple, au pâturage des animaux, à l’exploitation du bois, de l’eau, des roches. Ce régime d’appropriation communale de la terre urbaine et suburbaine est prévu par la Cédule Royale du 29 mai 1525 qui précise : « Les terrains à bâtir doivent être distribués d’abord et l’ejido doit être déterminé après. Celui-ci doit avoir une extension suffisante afin qu’il y ait, d’une part une zone destinée au pâturage abondant pour le bétail des habitants, d’autre part des réserves de terrain en prévision de l’accroissement de la ville. » Nous trouvons un exemple de la manière dont le cabildo usait de ces droits sur l’ejido à propos du terrain dit des pampas de los Castillos de Ica. Au xviiie siècle, le cabildo d’Ica louaient ces terrains au gremio (corporation) des muletiers d’Ica, contre 500 pesos. Ledit gremio y faisait pâturer ses bêtes, coupait le bois, utilisait les sables et les argiles pour fabriquer des briques, cultivait le coton, la vigne et les fruits sur les quelques parties fertiles de cette étendue semi-désertique située aux confins de l’oasis, à 15 km de la ville37. On le voit, ces terres urbaines ou suburbaines pouvaient être extrêmement étendues et pourvues de ressources agricoles.

  • 38 Cité par Indalecio Lievano Aguirre, op. cit., p. 193.
  • 39 Cf. François Chevalier, La formation des grands domaines au Mexique.

58Mais là ne s’arrêtait pas l’appropriation du sol rural par les villes. Afin de soutenir leur train de vie, il était inévitable que les vecinos obtinssent la possession de moyens de production agricole. Au-delà des limites de l’ejido, il était donc prévu, pour ceux d’entre eux qui ne jouissaient pas au départ d’autres ressources, qu’il leur serait distribué de la terre en fonction de leur statut social : une peonía s’ils étaient simples soldats ou simples colons, une caballería s’ils devaient honorer un statut militaire ou social plus élevé. La peonía était une concession de cent fanègues accordée contre l’obligation de la faire cultiver en blé ou en orge, en maïs, en fruits et légumes ; d’y élever des porcs, des chèvres, des vaches, des chevaux et des moutons. La caballería représentait, en surface et en production, le quintuple de la peonía. Ces droits de possession sur le sol rural ne pouvaient s’exercer qu’aux deux conditions de morada (résidence) et de labor (travail). La morada obligeait le titulaire à prendre possession matérielle du terrain dans les trois mois suivant l’attribution, et à l’occuper pendant au moins quatre ans. La condition de labor exigeait la mise en valeur effective. Ces deux conditions étaient précisées dans l’ordonnance 107 de Philippe II (loi III des Indes occidentales) qui stipulait : « Les personnes qui acceptent des accords de “ peonías ” ou de “ caballerías ” sont obligés de bâtir le terrain, d’habiter la maison, de labourer le champ, de cultiver des plantes et d’élever du bétail dans les délais établis... sinon elles risquent de perdre le bénéfice de l’exploitation de leurs terres et seront condamnées de plus à une amende en maravédis destinée au Trésor Royal... »38 On ne saurait plus explicitement souligner le caractère contractuel de la concession de terre faite sur le domaine royal au profit des habitants des villes coloniales, et le caractère précaire de la possession privée ainsi garantie. Précarité qui est le fait non seulement de la Couronne, mais des intéressés eux-mêmes, comme le prouve cette clause qui ordonne un minimum de temps de résidence. Il faut donc croire — et ce que nous savons de ce qui se passait au Mexique à la même époque nous le donne à croire39 — que la mobilité sociale et spatiale était un des traits caractéristiques des colons de toute l’Amérique espagnole au xvie siècle, et que peu d’entre eux devenaient définitivement vecinos des villes nouvelles. Pour le Pérou, cela coïncide tout à fait avec ce que nous savons déjà de l’instabilité de l’encomienda.

59Car l’encomienda venait compléter le pouvoir de ces villes sur le pays rural. Nous l’avons vu dans le cas de Huánuco, les principaux encomenderos étaient en même temps vecinos, habitants de la ville. Le pouvoir conféré par l’encomienda sur la population indigène et son territoire — de caractère politique et fiscal — venait donc s’articuler sur la possession urbaine de l’espace rural exploité par les principaux vecinos. Ainsi, soit directement sur le territoire approprié collectivement (ejido) ou possédé à titre privé (solares, peonías, caballerías), soit indirectement sur le territoire réparti en encomienda, le pouvoir des principaux vecinos s’exerçait finalement sur l’ensemble de la région dont la ville coloniale était le centre et la tête. De surcroît les mitayos ou autres yanaconas et mitimaes que la population indigène répartie était tenue de fournir à ses encomenderos fournissaient la main-d’œuvre gratuite qui, seule, permettait de mettre en valeur les champs que l’accord de peonía ou caballería leur faisait une obligation de cultiver. De sorte que l’encomienda était la condition nécessaire du fonctionnement des entreprises agricoles gérées par les colons urbains en leur fournissant leur main-d’œuvre gratuite. Elle procurait ainsi non seulement le tribut dont vivait la bureaucratie coloniale urbaine et ses clientèles, mais la force productive nécessaire à l’activité agricole ou minière servant de base économique privée au reste de la société urbaine. En retour elle était le canal du pouvoir de tutelle privé exercé par les principaux vecinos, encomenderos, sur les populations indigènes réparties. Selon que les villes coloniales avaient été fondées pour gérer et administrer des régions pacifiées et prospères, ou au contraire pour contrôler et contenir des populations indigènes massives et mal soumises, leur caractère était dominé par les éléments aristocratiques, cléricaux ou militaires. Déjà Lima et Trujillo commençaient d’étaler leur luxe qu’Arequipa, Cuzco ou Ayacucho vivaient encore en camps retranchés. Les sociétés coloniales locales voyaient donc leurs caractères varier, mais le principe de leur existence et du rapport ville-campagne restait le même partout, fondé sur l’exploitation d’une main-d’œuvre indigène et rurale mise sous la tutelle de l’encomienda.

60La possession du sol par les indigènes. La politique de « réduction » vers 1570. — Dans une telle organisation de la société et de l’espace, quels droits la population descendant des premiers occupants continue-t-elle d’exercer sur le sol ? Nous avons vu précédemment quelles agressions elle souffre après la conquête. Résumons quelles en sont les conséquences sur le plan agricole afin de dresser le tableau de la situation agraire indigène au terme de trois ou quatre décennies d’occupation coloniale du Pérou, vers 1560-1570.

  • 40 Des preuves de cet abandon des travaux hydrauliques précolombiens dans la période sont mentionnées (...)

61En droit, toutes ses terres sont passées, par droit de conquête, au domaine royal de la Couronne d’Espagne qui en dispose, soit pour les concéder à des Espagnols, soit en tolérant que les anciens occupants en gardent la jouissance de fait. Cet usufruit indigène est, de toute façon, considérablement réduit par rapport à la possession traditionnelle de la terre garantie par le droit coutumier précolombien. D’abord, parce que le domaine indigène a été amputé d’énormes territoires qui, sous prétexte qu’ils étaient « terres du Soleil et de l’Inca », sont confisqués et retenus par l’Eglise et la Couronne. Ensuite, parce que la prodigieuse rétraction démographique autochtone laisse, même sur les terres restantes, de nombreuses parcelles vacantes dont les anciens usufruitiers communaux indigènes sont morts, ont disparu ou se sont exilés sans retour à la suite des guerres ou du service lointain de la mita. Quand on sait qu’entre 1532 et 1570 certains villages ou groupes de hameaux indiens tombent au quart, au cinquième, voire au dixième de leur population, on comprend ce que cela veut dire concernant l’occupation du terroir indigène traditionnel. Des champs et des terrasses naguère soigneusement cultivés retournent en friche ; de savants ouvrages d’irrigation sont abandonnés faute d’autorité et de main-d’œuvre suffisantes pour les entretenir, diminuant d’autant l’ancienne surface irriguée et cultivée40. Enfin, malgré l’interdiction de principe qui leur en est faite, des Espagnols s’installent dans les villages indiens et, bénéficiant de leur supériorité de statut, accaparent les produits et les services traditionnellement attachés à certaines terres indiennes. C’est souvent le premier pas vers l’accaparement pur et simple de ces terres elles-mêmes, surtout si elles sont vacantes et sans possesseurs héréditaires. Aussi, à l’intérieur des territoires indigènes, répartis ou non aux encomenderos, la tendance est-elle dans la période à la concentration aux mains des Espagnols des droits, des biens et des services traditionnellement liés à la terre. Ceci, joint aux conséquences de la chute démographique, explique que les autorités coloniales envisagent bientôt de concentrer les populations indigènes jusque-là souvent dispersées en chaumières et hameaux, ceci à la fois pour sanctionner l’évolution objective vers la rétraction des terroirs cultivés, faciliter l’accaparement des terres laissées vacantes au bénéfice des Espagnols, améliorer le contrôle et l’assimilation de la population indienne regroupée dans des villages concentrés semblables à ceux de la péninsule ibérique.

62Ainsi naît au Pérou la politique dite des REDUCCIONES, prévue par Provision royale du 9 octobre 1549, et qui trouve son expression officielle après 1570 dans les Ordonnances du Vice-Roi Francisco Toledo. Chargé d’informer l’administration royale sur les conditions d’application de sa politique coloniale, voici comment en 1567 l’Auditeur Juan de Matienzo définit la philosophie agraire de cette politique dans les instructions qu’il propose aux juges-visiteurs chargés d’organiser ces réductions :

  • 41 Juan de Matienzo, Gobierno del Perú, 1567, pp. 57-58.

« Chapitre XV. — Des terres que le visiteur doit attribuer en propriété aux indiens, aux caciques et principaux (principales) à la communauté indienne (común de indios) ; de celles qu’il doit attribuer aux Espagnols, des terres du Soleil et de l’Inca.
 » Le visiteur, lors de sa visite d’un repartimiento, doit le délimiter et attribuer les terres, d’abord aux caciques et principaux (s’il se trouve qu’ils n’en étaient pas nantis auparavant), ensuite au commun, appréciant qu’ils en aient en suffisance afin de pourvoir aux nécessités que je préciserai plus bas, et enfin à chaque indien à raison de plusieurs topos (unités de surface) dont il sache et comprenne qu’ils sont à lui et que personne n’a le pouvoir de lui prendre, et qu’on lui attribue toujours le double des terres dont il a normalement besoin. On attribuera également des terres aux Espagnols qui voudraient vivre dans les villages d’indiens, terres dont je préciserai plus loin la nature, et qui ne doivent ni jouxter les terres indiennes ni s’intercaler entre elles, mais bien être situées à part, afin que les Espagnols ne s’emparent pas peu à peu des terres indiennes en profitant de leur position de force face aux indiens.
 » De posséder des terres en propre les indiens bénéficieront grandement, car c’est de cette manière qu’ils s’adonneront au travail et seront des hommes et ils se détourneront de la paresse, car jusqu’ici ils n’avaient pas possédé de terres propres puisque le cacique les répartissait comme il voulait.
 » Ce ne sera pas un préjudice pour les indiens d’assigner au sein du repartimiento des terres pour les Espagnols, car il y en a en surplus dans chaque repartimiento, y eût-il six cents indiens et plus. Ce leur sera au contraire un bénéfice, car étant tous regroupés, le bétail ne viendra pas fourrager dans leurs cultures puisqu’on pourra nettement séparer les terres de pâture des terres d’indiens. Ils profiteront aussi des terres possédées en commun car avec les biens communaux ils pourront pourvoir l’hôpital et acheter des lamas pour le service des tambos (relais de poste) et autres services.
 » Toutes ces terres, le visiteur doit les délimiter et borner et il ne devra permettre qu’aucune terre indienne, privée ou collective, puisse être vendue à des Espagnols. Par contre, les terres particulières pourront être vendues à d’autres indiens, mais pas les terres communales qui ne pourront en aucun cas être aliénées.
 » Le visiteur doit aussi vérifier quelles sont les terres dédiées au Soleil ou à l’Inca, afin de les répartir aux Espagnols lesquels en contrepartie, après avoir payé les décimes (diezmos), paieront un autre dixième en part de fruit à Sa Majesté, car Sa Majesté est le successeur des Incas dans ces royaumes, et donc leur Seigneur légitime, comme je l’ai prouvé dans le Chapitre II...
 » Et afin que les indiens puissent cultiver plus facilement leurs terres que jusqu’à maintenant — ils les cultivaient avec leurs pieds et des bâtons et une grande dépense de travail — qu’ils possèdent vaches et bœufs en communauté qu’ils prêteront aux pauvres jusqu’à ce que ceux-ci soient en position de pouvoir en acheter. Pour garder les bœufs de labour, que chaque indien serve de pasteur à son tour (por sus mitas) au jour dit, dans le but de protéger les cultures de ce bétail... »41

63Ce texte, un des plus représentatifs de la pensée juridique « colonialiste » (Matienzo, contre l’avis de Madrid, était favorable à la perpétuité de l’encomienda au Pérou) est tout à fait révélateur des intentions coloniales concernant la politique de réduction. En clair, il s’agit :

  1. De fonder, en rupture avec l’héritage coutumier précolombien, sauvegardé malgré de graves altérations au sein du repartimiento ou de l’encomienda, une paysannerie coloniale à partir des restes regroupés — réduits — de la population indienne jusqu’alors en partie dispersée sur le territoire traditionnel du groupe ethnique — cacicat, chefferie, principauté, etc. — respecté pendant les premières décennies de la colonisation.
  2. Pour cela, de fonder les nouvelles normes, économiques et sociales, de communautés villageoises indiennes — les réductions — imitées des institutions villageoises ibériques et cependant héritières d’une partie des traditions locales, incaïques ou pré-incaïques.

64Sur le plan agraire, auquel s’attache particulièrement notre texte, cela signifie :

  1. A l’intérieur de la communauté indienne (común de indios) ainsi fondée, de définir la propriété communale absolue sur le modèle du droit rural communautaire ibérique. Ce qui implique, d’une part, la délimitation stricte de l’ensemble du territoire communal et, à l’intérieur, une répartition nette et définitive des communaux ; d’autre part, la délimitation des parcelles privées attribuées en possession à chaque chef de famille sur la base du double de l’unité familiale andine traditionnelle, le topo ;
  2. A l’extérieur de ce terroir ainsi réduit aux seuls besoins de terre présents ou prévisibles de chaque famille ou de l’ensemble de la communauté, disposer des terres laissées vacantes au sein de l’ancien repartimiento en faveur des Espagnols. En effet, le regroupement de la population autochtone laisse libres non seulement les terres du Soleil et de l’Inca, confisquées en principe dès le début, mais les terres collectives ou privées en excédent .« car il y en a en surplus dans chaque repartimiento ») fiscalisées par la Couronne qui les redistribue, contre redevances, aux bénéficiaires espagnols, éleveurs pour la plupart — d’où l’argument de la nécessaire séparation des terres de culture (indiennes) et des pâtures espagnoles.

65Dans la mesure où ces recommandations de Matienzo ont été reprises pour l’essentiel dans les Ordonnances de Toledo, vers 1570, on voit à quel point ce texte est éclairant concernant la définition de l’appropriation communale de ce qui reste des terres indigènes. Il l’est aussi concernant les conditions d’apparition de l’appropriation des terres vacantes par les Espagnols. Mais, avant d’analyser ce point, il importe d’évoquer rapidement les conséquences agraires de cette politique de réduction concernant la paysannerie indienne.

66L’application de la politique de réduction après 1570 : la COMMUNAUTE INDIENNE coloniale. — Voici donc instituée officiellement, après 1570, une nouvelle société indigène réduite — en nombre, en extension territoriale, en dynamisme — par rapport à la société andine d’avant la conquête. Cette société indienne, distincte de la société espagnole et dominée par elle, est organisée juridiquement et administrativement en une multitude de petites « républiques » villageoises — réductions ou communautés indiennes — sans liens institutionnels entre elles et placées sous l’étroite tutelle privée de l’encomendero ou la tutelle officielle et pesante du corregidor. Pour un temps, les solidarités originelles de ces groupes humains, avec leur ancien territoire et avec les autres villages de même origine ethnique dérivés du même repartimiento, peuvent survivre. Mais, à terme, la politique de reduccion, comme le vocable l’indique, aboutit à réduire non seulement le terroir disponible, mais aussi l’horizon socio-culturel d’une société indigène qui a perdu ses chefs régionaux traditionnels et n’a plus affaire qu’à des caciques et curacas locaux, étroitement contrôlés par l’autorité espagnole. Le souvenir des vieilles solidarités tribales ou impériales s’estompe au profit de l’esprit de clocher. Cependant, le recul démographique se poursuit, la fiscalité et l’économie de marché diffusent la monnaie et contribuent à l’apparition d’une mentalité nouvelle, « indienne » face aux valeurs espagnoles, mais déjà fort éloignée des origines culturelles précolombiennes.

  • 42 Cf. Santa Lacia de Pacaraos, I.E.P.
  • 43 Cf. San Agustin Huayopampa, E.I.P., p. 13.
  • 44 Cf. San Agustin Huayopampa, I.E.P., p. 14.
  • 45 Cf. San Agustin Huayopampa, I.E.P., p. 16.

67Ce processus, nous pouvons le suivre au travers de quelques cas concrets. En 1532, les Hanan Pircas, qui habitent une haute vallée côtière andine près de Lima, habitent plus de 13 villages au nombre de 3.000 ou 4.000 habitants. En 1570, ils ne sont plus que 2.500, dont 464 tributaires, « réduits » en un village chef-lieu (la future Santa Lucia de Pacaraos) et quatre ayllus dépendants. Un siècle plus tard, en 1650, leur population tombe encore de plus de 40 %, il n’y a plus que 175 tributaires parmi eux, et ils achèvent de perdre leur identité ethnique : le « repartimiento des Hanan Pircas », mentionné dans les archives du xvie siècle, disparaît des documents et laisse la place à la « doctrina y repartimiento de Pari Pacaraos »42. Même évolution concernant les Atavillos, leurs voisins. En 1532, ceux-ci occupent 40 villages et hameaux et comptent de 3.500 à 4.000 membres. En 1570, ils sont « réduits » en deux villages — San Pedro de Pallac et San Agustin de Pariac — contrôlant respectivement 11 annexos et 5 ayllus43. En 1589, une épidémie de rougeole décime d’un coup 9 % de la population qui tombe à 2.272 habitants44. En 1650, il n’y a plus de 1.650 habitants ; et en 1689, lors d’un procès municipal, le nom même des « Atavillos » disparaît des documents45. La vie villageoise s’est définitivement municipalisée. Les Atavillos ont perdu leur identité... et beaucoup de terres.

  • 46 Cf. El valle de Lurin, etc., Matos, Portugal.
  • 47 Cf. Sanchez Elias, Ica...

68Cette évolution est peut-être plus frappante encore dans les oasis de la côte. Dans l’oasis de Lurin-Pachacamac, Pizarre trouve, en 1533, un Señor del Valle regroupant sous son autorité une population dispersée dans toute l’oasis et répartie entre quatre ayllus : Pachacamac, Manchay, Caringa, Quilcaycuma. Ces quatre ayllus sont dirigés chacun par un curaca obéissant au Señor del Valle. En 1573, trois de ces ayllus sont « réduits » dans le village de San Salvador de Pachacamac, soit 698 habitants distribués à quatre encomenderos, dont Diego de Carbajal et Francisco Angulo. En 1601, la population dispersée du quatrième ayllu est réduite à son tour et forme le village de San Pedro de Quilcay (futur Lurin) qui sera absorbé par les grandes propriétés espagnoles en 168446. Dans la vallée d’Ica, un peu plus au sud, sur la côte péruvienne, les chiffres sont plus éloquents encore. En 1556, le delta compte 1.591 parcialidades — bourgs, hameaux, écarts — indigènes. Après 1570, cette population est réduite seulement à deux bourgs : Hurin Ica — futur San Juan de Bautista — et Hanan Ica — future Ica. Cependant, la masse croissante de population indienne déracinée ou non autochtone augmentant sans cesse dans l’oasis, cela oblige de la regrouper dans un troisième centre, Santa Ana, après 168147.

69Tous ces faits le prouvent : la politique de reduccion a été la conséquence, mais aussi la cause, de la rétraction démographique et culturelle des sociétés indigènes au Pérou. Elle a consommé une rupture avec leur passé ethnique en les enfermant dans des institutions communales nouvelles, qui ne reprenaient qu’une partie des mécanismes des coutumes précolombiennes. En concentrant leurs restes décimés sauvés des premières décennies d’une occupation coloniale anarchique, cette politique a contribué à les stabiliser et à les « protéger » des excès les plus voyants. Elle les a dotés d’institutions stables. En les « urbanisant » sur le modèle villageois ibérique, en introduisant des cultures nouvelles et les techniques du labourage méditerranéen, elle leur a permis de faire face à la rationalité économique coloniale. Enfin, elle a garanti leur possession d’un terroir — certes considérablement réduit lui aussi — et leur régime agraire interne, fondé sur la possession à la fois privée et collective de la terre. Bref, elle a assuré les bases agraires d’existence de cette « république des indiens » dont le système colonial avait besoin pour assurer la stabilité et la permanence de sa domination au Pérou. Adaptée à ce but stratégique durable, l’institution devait rester stable, malgré les menaces qui l’entouraient jusqu’au dix-neuvième siècle. Car elle avait, en réduisant les terres et les populations indiennes au sein des communautés villageoises, laissé suffisamment de « terres vacantes » pour que la grande propriété foncière coloniale puisse s’y étendre à l’aise quand vint son heure à la fin du xvie siècle.

2° La formation des grands domaines au Pérou : fin xvie début xviie siècles

a) LES NOUVELLES CONDITIONS FAVORABLES A LA NAISSANCE DE LA GRANDE EXPLOITATION AGRICOLE

  • 48 François Chevalier, Formation des Grands Domaines au Mexique.
  • 49 Gunder Frank, Capitalisme et sous-développement en Amérique latine.

70Nous abordons là un phénomène dont il est plus facile, dans l’état actuel de nos connaissances, de mesurer les effets que de discerner avec certitude les causes. Ceci non seulement parce que les informations nous manquent encore pour le Pérou, mais parce que même dans les pays où elles existent, elles suscitent un débat qui, faute d’une méthode assez ferme dans ses buts et ses moyens, ne s’est pas donné jusqu’ici les instruments permettant de le trancher de manière scientifiquement sûre. Il y a en effet une incompatibilité totale entre l’hypothèse implicite dans l’ouvrage de François Chevalier48 et la polémique soulevée dans les ouvrages — superficiels et hâtifs comme la plupart de ces livres largement diffusés et mis à la mode dans le public intellectualisé parisien prétendant s’intéresser à l’Amérique latine — de Gunder Frank49. En résumant, on peut dire que pour François Chevalier la consolidation des titres de la grande propriété qui se produit au Mexique à partir de la fin du xvie siècle naît en grande partie de la volonté de la Couronne d’Espagne et des riches hispano-créoles de faire pièce à la rétraction de l’économie minière en permettant aux capitaux américains de s’investir dans la terre. Dans cette hypothèse, le processus serait un processus de « féodalisation », sauf pour les entreprises agricoles techniquement les plus avancées. Au contraire, pour Gunder Frank, qui se plaît par déformation de polémiste à schématiser la pensée adverse pour mieux affirmer sa thèse, ce processus participerait pleinement de l’essor du capitalisme latino-américain — tour à tour minier ou agricole, selon la conjoncture — dès l’époque coloniale.

71Nous n’entrerons pas ici directement dans la discussion. Simplement, nous voulions la rappeler pour indiquer la portée générale du problème avant d’en évoquer quelques aspects concernant le Pérou. Nous nous attacherons surtout, parmi les nouvelles conditions favorables à la naissance de la grande propriété dans la période, à celles qui présentent un caractère juridico-social d’une part, un caractère économique d’autre part. Et nous rappellerons, encore une fois, qu’il ne s’agit là que de quelques éléments d’appréciation concernant un problème que nous n’avons ni l’intention ni les moyens de trancher dans le cadre de ce travail.

72La crise institutionnelle et démographique de l’encomienda a la fin du xvie siècle. — Au Pérou, plus rapidement que partout ailleurs en Amérique espagnole, l’institution de l’encomienda est entrée manifestement en crise dès la liquidation de l’imprudente révolte des encomenderos en 1548. Crise politique, puisque dès lors la Couronne d’Espagne allait s’employer à limiter puis à rogner ce pouvoir laïc privé qui s’était montré capable de lui résister. Crise juridique, puisque le plus sûr moyen pour Madrid d’empêcher la renaissance de ce pouvoir est non seulement de le limiter dans le temps — pour trois vies au maximum — mais aussi dans l’espace en le concurrençant par des institutions rivales. Crise sociale enfin, puisque la bureaucratie coloniale s’emploie à reprendre aux encomenderos une partie des richesses et des hommes qu’ils contrôlaient jusque-là, mais qu’ils contrôlaient de plus en plus mal, à l’intérieur du contrat originel d’encomienda.

73Sur le plan de l’histoire juridique, on peut dire que toute la fin du xvie siècle au Pérou est l’histoire du démembrement par la Couronne d’Espagne de la toute-puissance initiale des encomenderos. En développant sa bureaucratie de fonctionnaires et magistrats coloniaux, elle se donne les moyens d’une administration directe des principales ressources en hommes et en biens du pays conquis, court-circuitant inexorablement la concession initiale de pouvoir régalien faite aux encomenderos. Par la politique de fondation de villes, la Couronne impose son administration, son contrôle politique et culturel à la masse jusque-là indépendante et itinérante des colons espagnols. Par sa politique de réductions, elle impose sa tutelle à la masse jusque-là fuyante et dispersée de la société indigène conquise. Chemin faisant, elle reprend à son compte l’administration judiciaire et fiscale des conquérants et des conquis, jusqu’alors aux mains des encomenderos et chefs de repartimientos. La mita, le tribut, la répartition des hommes et des territoires retombent à nouveau dans la compétence de ses fonctionnaires. Une large partie du domaine royal est soustraite aux encomenderos pour être concédée aux cabildos d’Espagnols ou aux conseils des réductions contrôlés par les corregidores.

74Que reste-t-il, dans ces conditions, de l’espoir nourri par les premiers encomenderos d’étendre indéfiniment leurs pouvoirs ? Peu de choses en vérité, du moins sur le plan juridique. Car s’il est bien certain qu’en fait les encomenderos perpétuent les vieux abus jusqu’au xviiie siècle, il reste que leurs pouvoirs sont en droit perpétuellement menacés. Leur puissance légale a été rognée, limitée dans le temps, limitée dans l’espace, depuis qu’elle cesse où commencent les pouvoirs autonomes des ciudades, des reducciones, des corregidores et des Audiencias. Leur monopole initial est détruit. De plus en plus, des pouvoirs, des territoires et des populations qu’ils convoitaient leur échappent définitivement. La jouissance des indiens et des repartimientos qui leur revenaient devient précaire. La fuite devant le tribut et la mita, la rétraction démographique à l’intérieur des repartimientos font le reste. Pour les encomenderos désireux de pérenniser leurs pouvoirs, il est devenu nécessaire, après les Ordonnances de Francisco de Toledo, de trouver d’autres formes que l’encomienda pour garantir un statut social à leur lointaine descendance.

75Vers 1590-1620, l’encomienda n’est donc nullement une institution détruite, mais une institution « déplacée », marginalisée par l’évolution de la position juridique de la Couronne d’Espagne qui sanctionne en cela une évolution politique, économique et sociale profonde. Désormais, pour se survivre à long terme, le droit privé sur la terre et les hommes doit trouver d’autres canaux par lesquels s’exercer : ceux que procure la propriété privée absolue du sol.

76De la fièvre minière du xvie siècle a la prospérité mercantile du xviie siècle. — Entre temps les besoins économiques de l’Espagne changent par rapport au Vice-Royaume du Pérou, modifiant la place de l’agriculture dans l’économie de la colonie. On a suggéré qu’à la fin du xvie et au début du xviie siècle, la conjoncture minière du Nouveau Monde se ralentit, voire se renverse. Une moindre quantité de métal précieux se déverse à Séville. Par voie de conséquence, dans toute l’Europe, la conjoncture économique se rétracte et exacerbe le protectionnisme mercantiliste des grands États. Pour le Pérou, comme pour l’ensemble de l’Amérique espagnole, cela a été interprété comme engendrant un ralentissement catastrophique de l’activité minière, base de l’activité économique coloniale au xvie siècle. Du coup, ruinés ou appauvris, des maîtres de mines ou leurs associés se seraient retournés vers ces terres dont l’encomienda leur avait accordé la jouissance et qu’ils avaient jusque-là sous-employées, consolidant leurs titres de propriété et se reconvertissant en seigneurs de la terre. Nous ne nous trompons certainement pas beaucoup en disant que ce schéma sur les conditions d’apparition de la grande propriété foncière traîne encore dans beaucoup de têtes, concernant le Pérou, bien qu’il n’ait jamais été démontré.

  • 50 Henri Favre.
  • 51 Jorge Basadre, Hist. de la Cam. de Comercio.

77Car la corrélation entre la baisse du flux monétaire entre le Pérou et l’Espagne d’une part, et la baisse de l’activité minière dans les mêmes proportions n’a jamais été définitivement établie pour la période. Certes on voit bien, à Huancavelica par exemple50, comment les premières haciendas foncières se constituent au xviie siècle autour d’entrepreneurs de mines ; mais on ne voit pas que ces entrepreneurs ralentissent pour autant de manière catastrophique leur activité extractive. Les mines de mercure de Huancavelica restent des centres économiques actifs. D’autre part si la naissance de la grande propriété foncière au Pérou coïncidait chronologiquement avec un déclin de l’économie monétaire et des entreprises non agricoles — minières, manufacturières, commerciales — comment expliquer l’essor des obrajes péruviens au xviie siècle dont le volume de production textile dépasserait, selon certains observateurs, celui de l’Espagne à la même époque, et surtout comment expliquer le prodigieux essor d’une bourgeoisie marchande hispano-péruvienne capable, dès 1613, d’arracher à Madrid le partage du monopole colonial sur le commerce entre Pérou et Espagne par la création du Tribunal du Consulat de Lima. Vers 1650-1660, les trois cents membres fortunés de cet organisme embarquent chaque année de 4 à 12 millions de pesos dans le port du Callao en direction du vieux continent. Immensément riches, ils se permettent de consentir des prêts au vice-roi pour des sommes qui se comptent par centaines de milliers de pesos51. Sur le Nouveau Continent seuls les membres du Tribunal du Consulat de Mexico peuvent soutenir la comparaison avec eux. Concernant le Pérou, sont-ce là les signes univoques d’une rétraction économique ? Évidemment non.

78S’il y a une baisse du flux monétaire entre le Pérou et l’Espagne, si même on peut admettre un certain ralentissement — en valeur ? en volume ? cela reste à établir — de l’activité minière, cela ne saurait s’interprêter en aucun cas comme une récession économique généralisée dans le vice-royaume. Et finalement on peut se demander si, dans cette affaire, on n’a pas inversé l’ordre des causalités. Si le flux monétaire inter-océanique se ralentit, est-ce le signe d’une rétraction minière, ou plutôt qu’une part grandissante de la monnaie est retenue sur place ? Si la production minière se ralentit, et qu’une partie de la main-d’œuvre se tourne vers l’agriculture, est-ce le signe d’un essoufflement des mines ou plutôt celui de l’essor et de la concurrence d’un secteur agricole actif, soutenu par l’accumulation de capital opérée dans les mines, et rendant en retour plus difficile l’approvisionnement des mines en main-d’œuvre ? Enfin si les riches et les puissants se tournent vers la propriété de la terre, est-ce le signe que l’activité minière les a déçus, ou au contraire qu’elle leur a fourni les moyens de diversifier leurs activités vers un secteur économique dont la prospérité nouvelle est liée à l’extension d’un marché — européen ou régional — des produits agricoles ? Dès lors, parmi les entrepreneurs coloniaux qui se tournent entre xvie et xviie siècles vers l’achat de titres de propriété foncière, ce qui l’emporte en eux, sont-ce les soucis de conservatisme « féodal » ou les ambitions coloniales spéculatives, mercantiles sinon capitalistes ? Dans bien des cas, pour le Pérou, en attendant des certitudes, nous penchons plutôt pour la seconde hypothèse.

79L’essor agricole du Pérou aux xvieet xviie siècles. — Car l’essor agricole lui-même, dans la période, prêche en faveur de l’hypothèse d’une économie coloniale en expansion. Par le moyen de l’encomienda ou de la reducción, la colonisation espagnole impose une transformation des moyens et des rapports de production agricole visant à augmenter le volume et la valeur du surproduit rural mobilisé par le tribut ou le marché monétaire en voie de développement, comme le prouve la collecte du tribut, effectuée de plus en plus sous forme monétaire. A ce seul niveau, incontestablement, la colonisation qui a d’abord gaspillé la principale ressource du pays — sa main-d’œuvre indigène — crée, après 1570, et plus encore après 1600-1650, les conditions pour un développement des forces productives au sein de la paysannerie indienne.

80A plus forte raison les crée-t-elle là où, très tôt, des encomenderos se sont mêlés, comme Diego de Mora dans la vallée de Chicama, de gérer des entreprises agricoles techniquement avancées. Dans ce cas les colons, dès avant 1550, ont introduit une technologie nouvelle — force motrice hydraulique ou animale ; machinisme agraire (bois et pierre) du xvie siècle ; outils perfectionnés ; charrues et araires, chariots — et reconstitué la main-d’œuvre en remplaçant les mitayos, raréfiés ou fuyants, par des esclaves africains, des serfs indiens, des métayers métis. Cependant, en spécialisant leur production en fonction des besoins du marché, ces entrepreneurs haussaient l’agriculture coloniale au niveau d’une activité hautement spéculative. Dans certains cas ils produisaient, pour le marché d’outre-mer, des denrées « exotiques » — sucre de canne, cochenille... — dans d’autres cas, pour le marché colonial urbain, local ou régional, les produits de consommation de luxe — vins, alcools, huile d’olives, farine de froment... Ainsi commencent de s’opérer, au tournant du xvie et du xviie siècle, de véritables spécialisations régionales. Les oasis de la côte nord du Pérou, autour de Trujillo, s’orientent vers la canne à sucre, autour de Piura, vers l’élevage extensif. Sur la côte centrale, coton, canne à sucre, olives, vignes voisinent avec l’élevage extensif des terres arbustives marginales des montes. En sierra, l’élevage des chevaux, des mules, des lamas complète et alimente l’activité minière. Des vallées tempérées — Paucartambo, Quispicanchis — se spécialisent dans les céréales. Des vallées tropicales fabriquent l’alcool de canne et cultivent la coca.

  • 52 Cf. Eugène-Alfred Hammel, Wealth authority and prestige in the Ica valley Peru, pp. 102-103.
  • 53 Ibid., p. 51.
  • 54 Ibid., p. 33.

81Un exemple local nous permettra de saisir cet essor agricole dans la région côtière. L’oasis d’Ica se spécialise très tôt dans la production viticole. Voici comment évolue cette production dans la période. En 1574, l’oasis produit 24.000 1 de vin ; en 1590 : 1.800.000 1 ; en 1605 : 6 millions de litres ; en 1639 : 8 à 10 millions de litres. En 1605, 600 ha sont plantés en vigne, produisant de 62 à 75 hl/ha52. Or, dès 1605, l’appropriation privée de la terre agricole est un processus déjà largement avancé. Les caciques indigènes, chefs de la population originaire de la vallée, possèdent déjà en propriété plus de 180 ha ; et l’hacienda « Huamani » est déjà constituée, qui couvrira bientôt 2.100 ha de terres cultivées, et 60.000 ha de montes53. Cette évolution affecte la structure agraire de la vallée non seulement au niveau de la propriété ou de la possession du sol, mais au niveau des rapports de production eux-mêmes, comme le prouve le tableau ci-après (p. 154)54.

  • 55 Cf. supra, pp. 137-138.

82Ce tableau est révélateur à plus d’un titre. D’abord il confirme — dans la mesure où nous pouvons accorder notre confiance aux chiffres proposés par Hammel — l’extraordinaire chute démographique qui se produit ici comme partout au xvie siècle. De la conquête à 1630, en un siècle, la population indigène tombe au sixième, voire au dixième de son chiffre initial. Malgré les apports africains et européens, la population globale de l’oasis diminue de la moitié ou des deux tiers. Entre 1534 et 1605, comme nous l’avons vu55, les 1.591 parcialidades de l’oasis sont regroupées autour des deux réductions de Hurin Ica et Hanan Ica. Or, entre ces deux dates, la population originaire conservée dans ces réductions tombe de 12.400 à 2.530 âmes, soit une diminution de 80 %. Cependant une partie de la population indienne, directement assujettie aux encomenderos et hacendados de la vallée, vient grossir la masse des 1.600 yanaconas soumis aux entreprises agricoles privées. En 1777, cette population indienne des grands domaines dépasse la population des réductions.

83Mais ce tableau révèle que la grande exploitation agricole compte surtout sur la main-d’œuvre africaine, esclave. Celle-ci est composée de 8.000 à 10.000 âmes dès 1605, à un moment où la population hispanisée des villes reste encore extrêmement faible. Notons d’ailleurs comme cet équilibre est ensuite bouleversé, au dix-huitième siècle, par la diminution de la population noire, par l’augmentation de la population hispanisée grossie par l’immigration péninsulaire, les métissages et la croissance naturelle.

84Retenons de tout cela pour notre présent propos qu’à travers ces chiffres se dessine, entre 1534 et 1630, la victoire définitive de la grande exploitation agricole coloniale sur la propriété communale indigène d’une part, sur la propriété communale urbaine espagnole d’autre part. En 1605, sur 12.000 à 14.500 habitants de la vallée, 10.000 à 12.000 . yanaconas indiens ou esclaves noirs — sont soumis aux rapports de production de la grande entreprise agricole ou viticole — soit 80 % de la population. 2.530 indiens continuent d’y échapper, protégés par le système de la réduction — soit 20 % de la population. Une part minime du total, habitants de la ciudad d’Ica ou grands exploitants agricoles, est espagnole et contrôle presque toute la production de l’oasis et la propriété urbaine.

Tableau 2. — Évolution démographique de l’oasis d’Ica

Tableau 2. — Évolution démographique de l’oasis d’Ica

(D’après Eugène-Alfred Hammel, Wealth, authority and prestige in the Ica valley, Peru, pp. 33 , 51, 102, 103.)

  • 56 Le mot serait officiellement employé pour la première fois en 1593 dans une « Visite » de Toribio (...)

85Le mouvement de concentration des moyens de production, parallèle à l’essor de la production agricole entre la fin du xvie et le début du xviie siècle se trouve donc, pour l’oasis d’Ica, pleinement confirmé. On relevait déjà l’existence de la grande exploitation agricole dans les archives dès avant 1550, concernant diverses oasis côtières ou vallées tropicales du versant oriental des Andes. Mais le fait nouveau, c’est qu’elle devient, entre 1570 et 1630, le facteur dominant — pour ne pas dire quasi monopolique — de l’agriculture péruvienne. Elle s’accapare alors des hommes et des terres, annexe ou refoule la population paysanne originaire. Elle se spécialise dans la production commercialisable : sucre, vigne, huile, froment sur les terres irriguées, élevage extensif sur les pâturages d’altitude ou les terres mal arrosées. Dans le premier cas, autour de la « fabrique » centrale où est traitée et conditionnée la marchandise agricole principale — qu’il s’agisse du moulin à eau réduisant le blé en farine, du trapiche exprimant l’huile des olives ou le jus de la canne, du hangar où décantent et reposent le sucre, le rhum ou le vin — déjà on commence à parler de l’HACIENDA56. Dans le second cas, centrée autour du rancho où l’on rassemble et marque le bétail lors du rodeo, on parle très tôt de l’ESTANCIA établie, comme au Mexique à la même époque, sur des terres immenses et vagues accaparées sans titres aux dépens des premiers possesseurs indigènes du sol.

86Souvent d’ailleurs, les deux phénomènes sont complémentaires dans l’économie régionale naissante. Ainsi, autour de Huánuco en 1593, toujours dans cette Visite de Toribio de Mogrovejo, on relève l’existence parallèle d’haciendas et d’estancias prouvant l’essor agricole de la région. En voici la liste, qui laisse apparaître les dimensions de ces exploitations :

87Huacaybamba : 1 trapiche et 1 cañaveral.

88Huacrachuco : « 1 estancia de 600 cabezas » et « 7 manades ».

89Huarâz : « 1 estancia de 12.000 ovejas » et « 1 estancia de 20.000 ovejas ».

90Carhuás : 11 estancias.

  • 57 Cf. José Varallanos, op. cit.

91Yungay : 8 estancias57.

92On comprend mieux alors le soin que Matienzo prend, dans le texte cité plus haut, de bien spécifier la nécessité de délimiter strictement les terres des réductions indiennes. Non seulement leurs cultures sont menacées en permanence par les empiètements du bétail de cet élevage typiquement espagnol, extensif et vagabond ; mais leurs champs sont menacés par les propriétaires de ce bétail et les grands agriculteurs, avides de terres riches et d’eau pour les irriguer. Représentants d’une économie en pleine expansion, les colons espagnols ne peuvent que s’impatienter des résistances que la réduction indienne, en principe garantie par la Couronne depuis 1570, oppose à leur volonté d’expansion territoriale. Ainsi, vers 1590, aucune terre n’est encore en droit appropriée, ni du côté espagnol, ni du côté indien — du moins en terme de droit romain — et déjà tous les conflits se manifestent entre la grande exploitation coloniale en expansion et la petite exploitation indienne, individualisée ou communautaire, qui résiste opiniâtrement mais dans un combat en retraite. Et déjà dans les oasis d’Ica, de Chicama, de Lima, comme en Castille, la grande exploitation agricole à tendance monopoliste contrôle de 70 à 80 % de la population laborieuse. Pour consolider cette tendance, face à la crise institutionnelle de l’encomienda et à la résistance des communautés indiennes, la grande exploitation agricole doit se transformer en grande propriété foncière afin de garantir les avantages acquis. Pour contenir cette tendance qui s’exerce aux dépens de son propre domaine, la Couronne d’Espagne doit exiger la constitution de titres de possession légaux et reprendre les terres indûment acquises.

b) DE LA « GRACE DE TERRE » A LA « COMPOSITION DE TERRE » : LA FORMATION DES GRANDS DOMAINES FONCIERS AU PEROU APRES 1590

93La législation du Pardo de 1591 et son application au Pérou. — Le 1er novembre 1591, au Pardo, Philippe II envoie aux divers vice-rois de l’Amérique espagnole la Cédule suivante :

« Bien que j’aie et que j’aie toujours eu la volonté de récompenser et de répartir justement le sol, cultivé ou non ; que j’aie affecté aux villages et “ cabildos ” ce qui paraissait leur convenir pour qu’ils aient suffisamment “ d’éjidos ” et de terrains communaux ; ainsi qu’aux indigènes et aux Espagnols pour qu’ils aient des terres où ils puissent cultiver et faire progresser l’élevage ; 
 » la confusion et les abus commis en la matière, par la faute et l’omission de mes anciens vice-rois, “ audiencias ” et gouverneurs qui ont consenti à ce que certains bénéficiaires de terres s’emparent et occupent sans titres, cause ni raison de nombreuses autres terres et que d’autres les acquièrent et les conservent grâce à des titres faux et nuls émanant de personnes n’ayant ni le pouvoir ni la faculté de les accorder, ont fait que la meilleure et la plus grande partie de toute la terre a été occupée sans que les “ cabildos ” et les indiens aient ce dont ils ont nécessairement besoin et que personne ne la possède en vertu d’un juste titre.
 » Après avoir considéré et étudié en mon Conseil Royal des Indes et réfléchi moi-même, il est apparu qu’il convient que toute la terre possédée sans juste ni véritable titre me soit restituée puisqu’elle m’appartient pour que, après avoir réservé tout d’abord ce qui vous paraîtra nécessaire pour les places et “ ejidos ”, terrains communaux, pâturages et jachères des villages et “cabildos” habités, compte tenu de leur état actuel et de leur éventuelle croissance dans l’avenir ; et après avoir distribué aux indiens ce dont, en toute bonté, ils ont besoin pour pouvoir labourer, semer et élever des animaux, confirmé ce qu’ils possèdent actuellement et donné encore jusqu’à concurrence de leurs besoins ; que toute la terre restante soit libre pour la donner en bénéfice et pour en disposer à ma volonté.
 » Et à cette fin, j’ordonne que vous fassiez en sorte sans tarder que, dans le délai que vous signalerez à cet effet, chacun présente devant vous et devant les personnes de lettre, science et conscience que vous désignerez à cet effet (les titres de possession) des terres, fermes, métairies et “ caballerias ” qu’il détient, que vous protégiez les terres possédées en vertu de titres et de cautions valables et que l’on me restitue les autres pour que j’en dispose à ma volonté, sans qu’il y ait ou qu’il puisse y avoir de contestation contraire à la déclaration faite par vous ou par les personnes mandatées par vous ; pour l’application (de cette disposition) je vous donne et concède le pouvoir nécessaire et suffisant requis.
 » Philippe II, Roi d’Espagne, des îles et des terres des Indes. »

94Ce texte est très clair concernant les intentions de la couronne d’Espagne. Considérant les abus commis dans l’interprétation et la mise en pratique des grâces de terre (mercedes de tierra) précédemment consenties par les représentants légitimes du roi sur le Nouveau Continent, Philippe II exige la vérification des titres de possession et la récupération, en faveur du domaine royal, des terres realengas accaparées sans droits. La mesure est donc avant tout régalienne — et non pro-indigéniste, comme on la présente souvent. Elle vise à affirmer les droits de la Couronne, non ceux des indiens ; même si, accessoirement, elle mentionne qu’il faudra réserver « tout d’abord ce qui vous paraîtra nécessaire pour les... villages et “cabildos” habités... et après avoir distribué aux indiens ce dont, en toute bonté ils ont besoin... » En soutenant la possession communale, espagnole ou indienne, des villes et villages, la Couronne ne fait pas autre chose que s’appuyer sur ses alliés naturels dans sa lutte contre la tendance au monopole des grands accapareurs de terre. Déjà, en réaction contre les excès de l’encomienda, elle avait favorisé la résistance des reducciones et des cabildos urbains. A nouveau, en réaction contre la grande exploitation agricole envahissante bénéficiant de la complicité active de la haute bureaucratie coloniale, la Couronne entend contenir la vague en défendant leurs droits et les siens. La Cédule signée au Pardo par Philippe II, répétons-le, n’a donc rien d’une « réaction indigéniste » comme certains l’ont suggéré. Elle n’est que la confirmation, sous une forme nouvelle, de la politique d’équilibre poursuivie, en Amérique comme en Espagne, par le pouvoir royal entre la grande et la petite exploitation rurale — politique « d’équilibre » dans laquelle la grande exploitation domine à huit contre deux en moyenne. Car observons bien que la Cédule vise les excès du système — surtout ceux de lèse-majesté — non le système lui-même. Bien plus : elle prévoit explicitement de le reprendre et l’étendre — « que toute la terre restante soit libre POUR LA DONNER EN BÉNÉFICE et pour en disposer à ma volonté » — à condition que cela se fasse à son gré et sous son contrôle strict. Il n’est donc pas étonnant que l’application et la réglementation de cette Cédule, loin de bouleverser la structure agraire naissante au Pérou à la fin du xvie siècle, n’aient fait que la consolider.

95Ce même 1er novembre 1591, Philippe II signe également au Pardo une disposition de réglementation autorisant le système dit de « composition » des terres (composición de tierras).

96La Cédule que nous venons d’analyser prévoit en effet que « chacun présente devant vous et devant les personnes de lettre, science et conscience, que vous désignerez à cet effet (les titres) des terres, fermes, métairies et “caballerias ” qu’il détient, etc. » En application de cette stipulation, le système de « composition » est le suivant : les possesseurs de terre remplissant les conditions de labor et morada attachées à la jouissance des « grâces de terre » qui leur avaient été consenties par la Couronne, sont confirmés dans leur possession initiale. Si, entre temps, ils ont étendu leurs activités agricoles à d’autres terres, plus vastes que celles primitivement accordées en grâce — donc possédées sans titres — ils peuvent couvrir l’irrégularité de leur situation moyennant paiement au Trésor royal d’une somme déterminée. Ainsi la Couronne réaffirme-t-elle le principe de sa propriété initiale eminente, et trouve-t-elle des ressources fiscales utiles ; et tout possesseur irrégulier de terres realengas peut « composer » les titres de son domaine de fait. Nanti de ces titres, il dispose alors de son domaine en toute propriété. En ajoutant aux droits de la grâce de terre initiale — peonia, caballeria — la reconnaissance officielle, et payée, de son impérialisme territorial, il se transforme de possesseur en propriétaire de la terre. Et pour l’avenir, le système de la composition de la terre lui promet, moyennant versement au Trésor royal et aveu officiel d’un représentant de la Couronne, de pouvoir faire indéfiniment transformer a posteriori ses accaparements des terres du domaine royal en propriété privée. Rarement le droit manifeste-t-il aussi cyniquement qu’il n’est que la reconnaissance légalisée du fait.

97Toutefois, les « confusions et les abus commis en la matière, par la faute et l’omission de mes anciens vice-rois “ audiencias ” et gouverneurs qui ont consenti à ce que certains bénéficiaires des terres s’emparent et occupent sans titre, cause ni raison de nombreuses autres terres » sont si nombreux et si généralisés à la fin du xvie siècle au Pérou qu’il devient urgent d’organiser systématiquement le recensement des terres occupées et la révision de leurs titres, province par province. A cette fin, les vice-rois du Pérou nomment des « personnes de lettre, science et conscience » chargées d’enquêter et d’agir en ces domaines lors de leurs chevauchées provinciales. Par la relation de leurs Visitas, par la fréquence des titres de composition des terres dans les archives de propriété autour de certaines dates, nous retrouvons la trace de leurs activités et nous suivons la naissance en droit des grands domaines fonciers péruviens après 1590, tout au long du xviie, et parfois encore au xviiie siècle.

  • 58 Cf. Varallanos, Hist. de Huánuco.
  • 59 Cf. Collin-Delavaud, Le piémont côtier...
  • 60 Cf. Henri Favre.
  • 61 A.M.T.A.I. Voir par exemple les communautés de Cruz-Patz (province de Grau-Apurimac), paq. 290, ex (...)
  • 62 Cf. haciendas de « El Tingo » (Huagayoc-Cajamarca), A.M.T.A.I., paq. 242, exp. 9688 ; Jumbilla (Am (...)

98Ainsi, dès 1593, les Visitas de Toribio de Mogrovejo nous renseignent sur l’existence de nombreux trapiches, cañaverales et estancias de bétail tant dans la vallée de Huánuco58, dans les Andes centrales, que dans l’oasis de Chicama59, sur la côte nord du Pérou. Par lui nous apprenons qu’il existait alors à Chicama plusieurs haciendas, dont « Patapo » et « Pampa Grande », que nous retrouvons dans la toponymie du xxe siècle. Il nous révèle que près de Huánuco l’église de Huamachuco s’était déjà constitué autour de ses estancias un troupeau de 1.441 têtes de bétail, et qu’elle possédait la moitié d’un molino. Un peu plus tard, nous commençons à suivre l’activité des « compositeurs » de terre. Vers 1620, le juge Antonio de Oré procède aux premières compositions de terre en faveur des grands domaines de la région de Huancavelica60 Entre 1656 et 1659, Fray Domingo de Cabrera Lartaún, juge-visiteur, compose un nombre considérable de terres en faveur de communautés indiennes dans l’actuelle région du Cuzco et de l’Apurimac61. Dans le Callejón de Huaylas, l’hacienda Vicos est composée dès 1594 ; alors que dans la sierra nord, les premières compositions dont nous avons retrouvé la trace semblent effectuées plus tardivement, entre 1641 et 1691, sur le territoire des actuels départements de Cajamarca et Amazonas62.

99Le processus de formation de quelques grands domaines fonciers au Pérou. — Il n’est donc pas impossible de reconstituer le processus de formation des grands domaines fonciers dans le Pérou colonial des xvie et xviie siècles. Bien que cela ne soit pas l’essentiel de notre propos, nous voudrions donner une idée de ce processus à partir de quelques exemples qu’il nous a été donné d’étudier.

  • 63 Cf. supra, José Varallanos, Hist. de Huánuco...
  • 64 Cf. Collin-Delavaud, Le Piémont côtier..., pp. 100-101 : il s’agit des haciendas Patapo, Pampa Gra (...)

100Comme on peut s’y attendre, nous retrouvons souvent l’encomienda à l’origine du grand domaine et de l’appropriation privée de la terre arable par les Espagnols du Pérou. Le lien que nous avons établi entre la main-d’œuvre agricole fournie par l’encomienda et la « grâce de terre » consentie par la Couronne d’Espagne en faveur des encomenderos nous aide à comprendre cette filiation. Mais ce qui ressort implicitement de nos documents, c’est que l’utilisation et l’accaparement du sol, bien qu’intervenant sans titre de propriété, se sont faits très tôt aux dépens du territoire de la population des encomiendas et repartimientos. Comment expliquer autrement ces chacras possédées en fait, sinon en droit, à titre déjà privé par tel encomendero de Huánuco dès 1549 ?63 Comment expliquer que dès 1573, près de l’actuelle Chiclayo, les populations des repartimientos de Collique et Xintu, regroupées dans la réduction de Collique, ne possèdent plus qu’un quart des terres de l’oasis alors que déjà les trois quarts restants, bien que possédés sans titre, appartiennent déjà aux grandes exploitations coloniales qui vont devenir haciendas peu de temps après ? En 1593, lorsque Toribio de Mogrovejo, dans sa Visita déjà citée, décrit la situation agraire dans cette région et qu’il emploie pour la première fois le terme d’hacienda dans un document officiel — précisant qu’une hacienda naît de la réunion de plusieurs estancias, elles-mêmes composées chacune de plusieurs cabanas ou canchas de ganado — bien que constituées sans titre, ce sont déjà DIX haciendas qui existent en fait dans ces oasis64

  • 65 D’après Licenciado Polo de Ondegardo, cité par Julio Ezequiel Sanchez Elias, Cuatro siglos de hist (...)
  • 66 Ibidem.

101Revenons, une fois de plus, à l’oasis d’Ica. Le 10 août 1534, la haute vallée d’Ica (Hanan Ica) est donnée en encomienda à Juan de Barrios, en présence des caciques Yungas Coyoculica et Xapana. Les termes de cette grâce (merced) prévoient que les mitayos devront travailler dans les « entreprises et fabriques, mines et granges » de l’encomendero bénéficiaire. Voici ces termes : « A Juan de Barrios se le depósita el cacique Coyoculica y el cacique Xapana, caciques de yungas de una tierra que se llama Ica, con mil y trescientos indios. Los cuales dichos indios os deposito conforme a los actos que estan en el libro del depósito para que de ellos os sirvais en nuestras HACIENDAS Y LABRANZAS, MINAS Y GRANJERIAS (souligné par nous, N.D.L.R.), pues para todo ellos os doy licencia poder y facultad, entre tanto que se hace el repartimiento general y yo provea otra cosa que el servicio de Su Majestad convenga con tanto que seais obligado a los doctrinar y enseñar las cosas de nuestra santa fe católica, y hacerles buen tratamiento, y a cumplir las ordenes que para y por su bien se hiciaren, etc.. »65. Or, soixante-quatre ans plus tard, disposant de ces « haciendas y labranzas, minas y granjerias », le successeur de Juan de Barrios dans cette encomienda, procède aux premières ventes de ces terres, agissant en véritable propriétaire. En 1598, en effet, Francisco de la Cueva, en présence du cacique d’Hanan Ica et de sa sœur, vend « tres fanegadas plantadas de viña » soustraites au territoire de l’encomienda66. Au reste, cette pratique, résultant d’un accord privé entre encomendero et cacique et prouvant l’évolution de fait vers la propriété privée des bâtiments et du sol attenant, est sanctionnée très officiellement dans cette même oasis dès le 22 juin 1549, à propos d’un relais de poste.

  • 67 « Juan de Barrios reçoit en repartimiento les caciques Coyoculica et Xapana, caciques des yungas ( (...)
  • 68 Idem, pp. 6, 7 : « Moi le licencié Don Pedro de la Gasca, du Conseil des Indes de Sa Majesté, de l (...)

« Y o el licenciado don pedro de la Gasca del consejo de su magestad de la santa y general inquisicion y su presidente de estos reinos y provincias del piru por quanto soy informado que vos nicolas de ribera vecino de la ciudad de los rreyes en el valle de Ica que es en los términos dellas teneis echa y edificada une casa para buestras haciendas y granxerias en el camino rreal que ba de esta ciudad para los de arequipa y cusco por donde continuamente caminan españoles y naturales que ban con mercaderías a ganados y mantemientos... vos doy licencia y facultad para que en la dicha casa que alli teneis echa edificada y en lo que mas hicieredes y edificares en el dicho sitio donde esta podais vos a la persona que en vuestro nombre alli residiere dar posada i mantenimientos a los caminantes que por alli pasaren atentidos por sus dineros tasados...67
 » ...y entendiendo ser cosa combiniente al servicio de Dios Nto Sr y de su magestad y buen tratamiento y conserbacion de los naturales por la deminusion que dellos a avido con desorden que en tiempos pasados hubo e proyvido mandadas para que case el cargar de los naturales por cuya causa es cosa necesaria que al dicho despoblado que esta en el dicho camino real en el dicho valle de Ica SE PUEBLE UNA VENTA para que en ella aya acoximiento y proyvymiento para los que por dicho camino rreal pasaren de aqui adelante por sus dineros a que en ella reside persona que mire por la defensa de dichos naturales y se excuse algunas incumbinientes que se podrian resibir en perxuicio dellos no estando poblado... »68

  • 69 Idem, p. 7 : « D. Hurtado de Mendoza, Marquis de Cañete... à vous, Pedro de las Casas, vous savez (...)

102Ainsi voit-on comment, des nécessités de pourvoir le réseau de communication routière sans soumettre les indigènes aux exactions et aux réquisitions des voyageurs, naît une appropriation privée des bâtiments, du personnel et de ses terres chargés de pourvoir aux commodités de la route. Certes, cela n’est encore qu’une « grâce ». Mais le 6 octobre 1556, puis le 30 octobre 1556, le vice-roi du Pérou en la reconfirmant par deux fois : « D. Hurtado de Mendosa, Marques de Cañete... a vos pedro de las casas saved que en días pasados fueron por mi confirmadas DOS VENTAS en el valle de Yca a Nicolas de ribera que alli tiene repartimiento de yndios... »69, crée de véritables titres dont pourront se prévaloir les successeurs de Nicolas de Ribera. Or, c’est un fait frappant que, dans beaucoup de cas, comme à Ica, les transactions de « grâces de terre » sont intervenues très tôt, bien avant que ne soient constitués par « composition » les titres de propriété. Il est probable que durant tout le xvie siècle les colons du Pérou se sont livrés à un véritable négoce des hommes et des terres — de repartimiento, d’encomienda, de caballeria, de peonía, de mercedes, de ventas — dont ils disposaient d’autant plus librement malgré le caractère personnel de la « grâce » initiale et l’absence de titres, qu’ils les avaient souvent ACHETÉS auprès des fonctionnaires royaux. De ce fait, tout dans leur comportement indique qu’ils se considéraient propriétaires de fait bien avant d’être propriétaires en droit. La composition de tierra, dans ces conditions, n’était qu’un moyen pour la Couronne de reconnaître l’inévitable et de monnayer cette reconnaissance.

  • 70 José Matos Mar, El valle de Yanamarca, in « Rev. del Museo Nacional », Lima, 1964, pp. 128-232.
  • 71 R. de p. I. de Cuzco, t. LXXXVIII, f. 457.
  • 72 A.M.T.A.I., paq. 221, exp. 9060.

103De ce processus, nous avons de nombreuses preuves. Par des « ventes » partielles, effectuées entre 1643 et 1646, l’hacienda Nuestra Señora de la Natividad de Yanamarca se constitue de divers morceaux assemblés dans la vallée de Mantaro. Or, elle n’est composée, en faveur du cacique et gouverneur de Chinchaycoya, qu’en 1645 : une première fois contre versement de 200 pesos comptant au Trésor royal ; une seconde fois, le 3 août 1645, contre versement de 500 pesos et 8 reales. Augmentée de nouvelles acquisitions, elle est revendue dans son extension définitive au curé de Tarma en 164970. De même l’hacienda Ccapana, dans la province de Quispicanchis, est-elle constituée de 740 fanegadas achetées en vente publique en 1619 et n’est-elle composée qu’en 1620 ; puis recomposée en 1662 après adjonction, entre temps, de nouvelles estancias71. Dans l’actuel département d’Amazonas, l’hacienda Jumbilla constituée dès 1641 par l’achat auprès des autorités de Lima de « 30 fanegadas de bacas » payées 100 pesos au comptant, n’est finalement composée légalement... qu’en 173672.

104Mais l’évolution la plus caractéristique à notre connaissance est sans doute celle de l’hacienda Pomacocha, près d’Ayacucho. Elle est constituée dès 1577 lorsque le 22 août le licenciado Francisco de Oré donne en grâce 50 fanegadas des terres de l’Inca restées vacantes « en cabeza del Rey de España » à Gonzalo Isidro, écrivain royal du cabildo de Huamanga. Suivent, en 1578, une série de transactions et d’échanges de terres données en grâce entre ce dernier et une certaine Luisa Diaz de Rojas, veuve de Antonio de Oré, qui prouvent des liens personnels entre juge-visiteur et bénéficiaire de cette terre. En 1586, nous retrouvons Francisco de Oré, qui se fait confirmer la possession de ces terres auxquelles il ajoute bientôt 50 fanegadas nouvelles qu’il se fait reconnaître en « composition » par le juge-visiteur général Solano de Figueroa en 1594, contre versement de 25 pesos. Sans doute, malgré ces beaux titres, des conflits surgissent avec les communautés indigènes, car en 1596 il est nécessaire de réunir les caciques du lieu pour qu’ils confirment que ces terres étaient de l’Inca. Le 19 juin 1624, Francisco de Oré cède au monastère de Santa Clara, en dot de la Sœur Clara de Padilla, les loyers versés par les « indios de mita y servicio repartidos en esos tierras ». Après de nouveaux conflits, mal précisés, avec les indigènes, le juge-visiteur Gabriel Solano de Figueroa, invoquant le témoignage de 1596 des caciques indiens, compose définitivement l’hacienda le 25 février 1627.

  • 73 R. de P. I. d’Ayacucho, t. XXI, f. 325 et suivantes.

105Mais l’histoire de la formation difficile de ce grand domaine andin sans cesse envahissant ne s’arrête pas là. Le 17 juin 1648, nous retrouvons l’hacienda passée définitivement sous la propriété du monastère de Santa Clara d’Ayacucho et agrandie de 80 fanegadas nouvelles, probablement conquises aux dépens des indiens de la réduction de Vischongo, puisque les documents nous précisent : « étant saufs 7 topos de terres aux indiens de Vischongo ». Le tout est composé à cette date contre versement de 100 pesos et 80 reales à la Couronne. Sans doute ces dernières acquisitions suscitent-elles des oppositions, car le 29 avril 1651 le Vice-Roi Garcia Sarmiento de Sotomayor, comte de Salvatierra, doit approuver lui-même cette vente par provision vice-royale. Le 26 octobre 1664, usant (ou plus probablement abusant) de ses pouvoirs sur les terres des réductions indiennes dont il a la tutelle, le corregidor Cristoval de Sandoval y Rojas accorde au monastère un « pedazo de tierra alrededor del molino » ; bientôt augmenté par le même procédé, le 11 mai 1668, de trois topos qui, joints au « pedazo de tierra » précédent, forment justement ces 7 topos qui, en principe, devaient être saufs en faveur des indiens de Vischongo dans la décision du 17 juin 1648. Par chance pour ces derniers, ils ont à leur tête un cacique combatif et, au terme d’une lutte qu’on devine longue et procédurière, ceux-ci se font restituer ce dernier morceau de leur terre ancestrale ; en deux fois : l’une, en 1678, en faveur de l’ensemble du común de Vischongo ; l’autre, en 1681, dans un lot dont font partie « corrales y caserones » du cacique Francisco Pomalibia73.

  • 74 Cette contusion intentionnelle seule explique qu’en 1624 Francisco de Oré puisse disposer en faveu (...)

106A travers cet exemple typique on voit comment se constitue, de la fin du xvie à la fin du xviie siècle, un grand domaine péruvien. On devine quelles collusions se sont produites, à l’intérieur de la société coloniale, entre grands propriétaires — laïcs ou ecclésiastiques — et magistrats et fonctionnaires chargés — comme Francisco de Oré, Gonzalo Isidro, Cristoval de Sandoval y Rojas et Gabriel Solano de Figueroa — de faire respecter en principe les droits et possessions des indiens et de la Couronne. On voit comme les compositions de terre interviennent après coup, pour ratifier les accaparements de fait incessants auxquels se livre le grand domaine pendant tout un siècle. On mesure comment cet accaparement a procédé, d’un bout à l’autre, aux dépens des terres indiennes : au début, en confisquant les terres du Soleil et de l’Inca laissées vacantes par la politique des reducciones ; ensuite, en empiétant sur les terres de ces réductions elles-mêmes, jusqu’à les faire disparaître ; enfin, en disposant des terres, des hommes et des produits de la société indienne en jouant sur l’ambiguïté des droits mal délimités attachés à l’hacienda d’une part, à l’encomienda et au repartimiento d’autre part — droits en principe distincts, mais confondus par la même personne, le grand propriétaire foncier, qui en dispose à son arbitraire74.

  • 75 Juan Friede, op. cit., p. 240

107On voit donc, dans ce cas précis, l’importance du grand domaine foncier dans l’organisation de la société coloniale à partir du xvie siècle. C’est désormais à partir de lui — et non plus de l’encomienda — que la société espagnole s’assure la domination de la population conquise. C’est autour de lui que, laïque ou ecclésiastique, publique ou privée, l’aristocratie dominante règle en son sein le partage des pouvoirs. Cette évolution, un auteur colombien l’a parfaitement caractérisée : « Au moyen de la “ composition ”, le possesseur de terres, “ l’encomendero ”, agrandit ce qui déjà constituait son domaine, et le titre de “ l’encomienda ”, institution créée à l’origine en vue de la protection et de la civilisation des indiens, acquit un rôle auxiliaire dans la formation de la propriété foncière... Pour des sommes insignifiantes (l’encomendero) devint le maître de grands territoires... contigus à son “ encomienda ” sans contracter aucune obligation de les cultiver ni même de les occuper ; c’est le classique LATIFUNDIO. »75 Ce rôle monopolique acquis, au Pérou comme dans le reste de l’Amérique espagnole à partir du xviie siècle, par les propriétaires du grand domaine foncier, ou latifundio, porte un nom : le latifundisme. C’est lui que nous allons étudier maintenant.

Notes

1 Nathan Wachtel, Rapport de mission présenté par... pour 1969-1970, Cuzco, 1970. Institut Français d’Études Andines, pp. 7-8 (polycopié).

2 Cf. Emilio Choy, « De Santiago Mata moro a Santiago Mata indio », in Rev. del Museo national, Lima, 1966.

3 Vergara y Velasco, Javier, p. 111.

4 José Maria Ots Capdequi, España en America, p. 47, Bogota, 1948.

5 Juan Fricde, Historia extensa de Colombia, vol. II, p. 55, éd. Lerner, Bogota.

6 Abel Cruz Santos, Historia extensa de Colombia, vol. XV, t. I, p. 94, éd. Lerner, Bogotá.

7 Indalecio Liévano Aguirre, Los grandes conflictos sociales y economicos de nuestra historia, p. 13, éd. Tercer Mundo ; .e éd., Bogota, 1966.

8 Juan Friede, op. cit., p. 191.

9 L’autre ville, Huancavelica, siège d’importants gisements miniers de mercure, a suivi une évolution très différente.

10 Juan Friede, op. cit., p. 123.

11 La huaqueria est réglementée par la loi I, titre XII du livre VIII de la « Recopilacion de los Leyes de India » ; et la rançon par l’Ordonnance royale du 25 juin 1530 qui prévoit y compris dans quelles conditions les fonctionnaires publics pourront « rançonner » les indigènes !

12 Cité par Indalecio Liévano Aguirre, op. cit., p. 29, concernant le Pape Paul III.

13 Bartholomé de Las Casas, Brevisima relacion de la destrucción de los Indias, 1542.

14 Voir en particulier José Varallanos, Historia de Huánuco.

15 Vecinos : habitants blancs des villes, espagnols ou hispano-créoles.

16 Voir en particulier les travaux de Borah qui a commencé de s’intéresser, après le Mexique, aux problèmes démographiques de la conquête au Pérou.

17 Voir les monographies ou travaux, publiés ou encore inédits, de Richard N. Adams, George Kubler, John Rowe, de l’Instituto de Estudios peruanos ; et chez les Français, de Pierre Duviols, Nathan Wachtel, etc.

18 Richard N. Adams, A community in the Andes Muquiyauyo, p. 12.

19 Voir figure 8, p. 311.

20 I.E.P., Cambios estructurales, etc.

21 Cf. thèse de Pierre Duviols.

22 Le jésuite Carlos de Orta décrit ainsi Cartagena : « C’est un grand marché de presque toutes les nations. Elle traite des affaires avec Quito, le Mexique ; et jusqu’avec le Pérou et d’autres royaumes. On y trouve de l’or et de l’argent. Mais la marchandise la plus commune est constituée par les esclaves noirs. » Cité par Indalecio Liévano Aguirre, op. cit., p. 306.

23 Cf. Collin-Delavaud, op. cit., p. 104.

24 La Cédule Royale du 22 février 1549 l’interdit par exemple dans les mines du Nouveau Royaume de Grenade. Mais la mesure, inappliquée, est rapportée dès 1568.

25 1 fanègue = 55 litres 1/2.

26 D’après Archivo General de Indias, Seville, Seccion Justicia Legajo 397, cité dans « La visita de los indios Chupachas, 1549 », in Travaux de l’Institut Français d’Études Andines, 1955-1956, vol. I, pp. 24, 39, 40, repris par José Varallanos.

27 José Varallanos, op. cit.

28 Cf. Juan Friede, op. cit., p. 101.

29 Cf. Juan Friede, op. cit., p. 127.

30 Cf. Juan Friede, op. cit., p. 127.

31 Cf. Claude Collin-Delavaud, Le Piémont côtier...

32 Cf. Eugène-Alfred Hammel, Wealth authority and prestige in the Ica Valley, etc., p. 33.

33 José Matos Mar, José Portugal, El valle de Lurin y el pueblo de Pachacamac.

34 José Varallanos, Historia de Huánuco.

35 Cf. Henri Favre, Evolucion y situacion de los haciendas en la regioń de Huancavelica, p. 3.

36 Claude Collin-Delavaud, Le piémont côtier..., p. 92.

37 Cf. Porfirio Mendoza Tipiana, Et aspecto historico juridicio del derecho de propiedad de las pampas de los castillos de Ica, thèse, U.N.M.S.M., droit, 1955, 124 p.

38 Cité par Indalecio Lievano Aguirre, op. cit., p. 193.

39 Cf. François Chevalier, La formation des grands domaines au Mexique.

40 Des preuves de cet abandon des travaux hydrauliques précolombiens dans la période sont mentionnées, concernant les hautes vallées de Chancay et de Canta, dans les travaux de l’Inst. de Estudios Peruanos. Cf. en particulier San Agustin Huayopampa et Santa Lucia de Pacaraos.

41 Juan de Matienzo, Gobierno del Perú, 1567, pp. 57-58.

42 Cf. Santa Lacia de Pacaraos, I.E.P.

43 Cf. San Agustin Huayopampa, E.I.P., p. 13.

44 Cf. San Agustin Huayopampa, I.E.P., p. 14.

45 Cf. San Agustin Huayopampa, I.E.P., p. 16.

46 Cf. El valle de Lurin, etc., Matos, Portugal.

47 Cf. Sanchez Elias, Ica...

48 François Chevalier, Formation des Grands Domaines au Mexique.

49 Gunder Frank, Capitalisme et sous-développement en Amérique latine.

50 Henri Favre.

51 Jorge Basadre, Hist. de la Cam. de Comercio.

52 Cf. Eugène-Alfred Hammel, Wealth authority and prestige in the Ica valley Peru, pp. 102-103.

53 Ibid., p. 51.

54 Ibid., p. 33.

55 Cf. supra, pp. 137-138.

56 Le mot serait officiellement employé pour la première fois en 1593 dans une « Visite » de Toribio de Mogrovejo, dans la vallée de Chicama.

57 Cf. José Varallanos, op. cit.

58 Cf. Varallanos, Hist. de Huánuco.

59 Cf. Collin-Delavaud, Le piémont côtier...

60 Cf. Henri Favre.

61 A.M.T.A.I. Voir par exemple les communautés de Cruz-Patz (province de Grau-Apurimac), paq. 290, exp. 10381 39 f, f. 26, de Chillihuani (prov. de Quipicanchis-Cuzco), paq. 290, exp. 10482, 74 f, f. 65 ; de Uchucarco (prov. de Chumbivilcas, Cuzco), paq. 17, exp. 999 ; de Huánuco (Chumbivilcas, Cuzco), paq. 22, exp. 1230, 102 f, f. 2, etc.

62 Cf. haciendas de « El Tingo » (Huagayoc-Cajamarca), A.M.T.A.I., paq. 242, exp. 9688 ; Jumbilla (Amazonas), A.M.T.A.I., paq. 2241, exp. 9060 ; Levanto (Chachapoyas-Amazonas), A.M.T.A.I., paq. 221, exp. 9061.

63 Cf. supra, José Varallanos, Hist. de Huánuco...

64 Cf. Collin-Delavaud, Le Piémont côtier..., pp. 100-101 : il s’agit des haciendas Patapo, Pampa Grande, Saltur, Sipan, La Huaca, Pucala, Tuman. San Miguel, Calupe, Pomalca ; dont la plupart appartiennent aux couvents franciscains de San Miguel de Picsi et de Chiclayo.

65 D’après Licenciado Polo de Ondegardo, cité par Julio Ezequiel Sanchez Elias, Cuatro siglos de historia iqueña, Lima, 1957, pp. 2, 3, 4 et suivantes. Cf. Trad. in note 69.

66 Ibidem.

67 « Juan de Barrios reçoit en repartimiento les caciques Coyoculica et Xapana, caciques des yungas (indiens des basses terres chaudes) d’une terre nommée Ica, avec mille trois cents indiens. Lesquels indiens je vous répartis conformément aux actes du livre des répartitions afin que vous les utilisiez dans vos entreprises et travaux, mines et granges, et pour tout cela vous donne licence, pouvoir et faculté dans le cadre du repartimiento général, et je stipule en outre, conformément au service de Sa Majesté, que vous soyez obligés de les endoctriner et de leur enseigner les choses de notre Sainte Foi catholique, de bien les traiter, et d’accomplir les ordres qui seront édictés pour leur bien... »

68 Idem, pp. 6, 7 : « Moi le licencié Don Pedro de la Gasca, du Conseil des Indes de Sa Majesté, de la Sainte et Générale Inquisition et de son président pour les royaumes et provinces du Pérou, étant informé que vous, Nicolas de Ribera, habitant de la ville des Rois (Lima) dans la vallée d’Ica en laquelle vous avez édifié un bâtiment destiné à vos entreprises agricoles sur le chemin royal qui va de cette ville à celles d’Arequipa et de Cuzco, le long duquel cheminent incessamment Espagnols et naturels avec leurs marchandises, bétail et vivres.
« ...vous donne licence et faculté, dans ladite maison que vous avez édifiée là, et dans celles que vous seriez amené à édifier au même endroit en en donnant la possession à la personne de votre choix qui résiderait là en votre nom, d’offrir l’hospitalité et les vivres aux voyageurs qui passeront par là contre rétribution en espèces...
» ...et considérant qu’il convient au service de Dieu Notre Seigneur et à celui de Sa Majesté de bien traiter et conserver les naturels à cause de la diminution de leur nombre intervenue au terme des désordres des temps passés et qu’il est ordonné de cesser de les rançonner, il est nécessaire que dans ledit lieu dépeuplé situé sur ledit chemin royal dans ladite vallée d’Yca on peuple une " Auberge " qui offre accueil et nourriture contre rétribution aux voyageurs passant dorénavant par ledit chemin royal et qu’il y réside une personne chargée de veiller à la défense des naturels et de prévenir les préjudices qui se pourraient porter à leur encontre, le lieu n’étant pas peuplé... »

69 Idem, p. 7 : « D. Hurtado de Mendoza, Marquis de Cañete... à vous, Pedro de las Casas, vous savez que deux " Auberges "ont été confirmées par moi, dans le passé, dans la vallée d’Yca, à Nicolas de Ribera qui possède là un "repartimiento" d’indiens... »

70 José Matos Mar, El valle de Yanamarca, in « Rev. del Museo Nacional », Lima, 1964, pp. 128-232.

71 R. de p. I. de Cuzco, t. LXXXVIII, f. 457.

72 A.M.T.A.I., paq. 221, exp. 9060.

73 R. de P. I. d’Ayacucho, t. XXI, f. 325 et suivantes.

74 Cette contusion intentionnelle seule explique qu’en 1624 Francisco de Oré puisse disposer en faveur du monastère de Santa Clara des loyers versés par « los indios de Mita y servicio repartidos en esas tierras » invoquant un droit dont on ne sait bien s’il est attaché aux terres repartidas (d’encomienda) ou compuestas (d’hacienda).

75 Juan Friede, op. cit., p. 240

Table des illustrations

Titre Tableau 2. — Évolution démographique de l’oasis d’Ica
Légende (D’après Eugène-Alfred Hammel, Wealth, authority and prestige in the Ica valley, Peru, pp. 33 , 51, 102, 103.)
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1336/img-1.jpg
Fichier image/, 525k

© Institut français d’études andines, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540