Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régions côtières du Pérou septentrional

 | 
Claude Collin Delavaud

Deuxième partie. La vie régionale

Chapitre IV. Les regroupements régionaux

Texte intégral

1La vie rurale domine encore l’ensemble des activités des quatre départements du Nord côtier et les problèmes agraires restent les plus aigus, qu’ils soient techniques ou sociaux, mais la vie économique comprend malgré tout d’autres secteurs, la pêche, l’extraction minière, le commerce et même un embryon de vie industrielle qui, pour tardive que fût leur naissance et limité leur actuel niveau, n’en sont pas moins en pleine évolution. Gages essentiels du développement futur ils apparaissent, notamment, comme les chances uniques d’une absorption des excédents démographiques.

2La vie commerciale, en effet, a été longue à naître. Longtemps cantonnée au cabotage sur un littoral dépourvu de ports et, même, de mouillage sûr, ou encore limitée à des caravanes muletières reliant des villes aux seules activités religieuses et aux administrations très élémentaires, elle va bénéficier de l’ouverture des marchés internationaux après 1850 et de l’essor de l’agriculture consécutif, appuyé sur les bouleversements techniques dus à la machine à vapeur et à l’établissement de voies ferrées à partir de quelques ports rudimentaires aménagés. La vie de relation a ainsi pris naissance sur le littoral et les antennes ferroviaires n’ont guère éveillé les villes de l’intérieur puisqu’elles ont été établies, dans la plupart des cas, à des fins d’exploitation des grandes haciendas.

3La pêche elle-même reste une activité très réduite jusqu’au lendemain de la Première Guerre mondiale et il faut attendre en fait l’ouverture de la piste panaméricaine en 1937 et sa modernisation entre 1945 et 1950 pour voir se développer les premiers centres urbains. Les ressources minérales peu prospectées et encore moins exploitées dans la Sierra septentrionale n’ont donc suscité ni la naissance de centres de traitement ni l’établissement de ports d’évacuation sur la Côte nord.

4Les gisements pétroliers de la province de Talara devaient pourtant, dès la fin du siècle dernier, créer une vaste zone d’activité extractive et même industrielle dans ce vaste secteur dont les réserves de gaz constituent, entre autres ressources, le potentiel énergétique bon marché d’une industrialisation future.

5Enfin, l’expansion rapide de l’agriculture mécanisée dans toutes les provinces du Nord, sa haute technicité et la hausse du revenu individuel de sa main-d’œuvre, la révolution du camion, les progrès du confort urbain, la décentralisation administrative et l’explosion universitaire ont déclenché la croissance des grandes villes provinciales. Résidentielles bourgeoises, administratives et commerciales, ces dernières ont vite attiré les masses rurales en quête d’emploi et le processus s’est accéléré lui-même et débouche maintenant sur l’industrialisation.

6Des villes de 100 000 habitants sont ainsi apparues dans les vingt dernières années et, déjà, la vie économique s’organise autour de ces centres et de leurs réseaux de villes relais.

7Le Nord côtier abrite encore des communautés indigènes endormies à l’ombre de leur église coloniale mais de grosses cités évoluent au rythme des universités, des chaînes commerciales et du téléphone hertzien.

A. — LES FONDEMENTS DE LA VIE DE RELATION

1. LA VIE LITTORALE

8La vie maritime précolombienne nous reste encore fort mal connue. Les radeaux de joncs sont, certes, représentés sur des poteries mochica, et, les motifs pisciformes des frises de Chân Chân comme les innombrables restes de poissons dans les dépôts de cuisine sont autant de preuves irréfutables de la pêche préincaïque. Par contre, la faiblesse de ces activités au xxe siècle, le très petit nombre et la rusticité des ports de pêche et le manque de traditions dans les communautés indigènes du Lambayeque et de La Libertad font douter de leur ampleur. Il n’en est pas de même, cependant de la collecte des crustacés et des coquillages qui est, depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours, une des constantes de la subsistance côtière si l’on en juge par les milliers de tas de coquilles de toute époque que l’on voit tant sur le littoral qu’à l’intérieur des oasis.

9Il est certain, qu’avant 1950, le Pérou délaissait les immenses ressources ichtyologiques du courant de Humboldt qui, une fois mise en coupe, sombre sinon réglée, devrait pourtant hisser ce pays au premier rang mondial aux côtés du Japon. Le Nord côtier n’a pas été épargné par la fièvre de la pêche mais il reste très en deçà de la côte centrale qui, de Pisco à Chimbote, chalute plus de 95 % du total.

10La pêche reste encore très artisanale et son industrialisation comme la conservation de ses produits est fort récente et demeure bien incomplète.

a) La pêche artisanale

11Populaire et indigène, elle perpétue les traditions les plus anciennes tout en adoptant dans la mesure de ses moyens les engins et les techniques modernes du moins à l’échelle de l’unité familiale. Sur les 700 km de littoral, les provinces septentrionales n’abritent qu’une quarantaine de pêcheries rudimentaires. On ne peut appeler ports de pêche ces caletas ou cales naturelles formées par des plages où l’on échoue, le soir venu, la totalité des embarcations. L’absence d’abri naturel dans le cas des côtes de La Libertad et de Lambayeque battues par une très forte houle a pu décourager les pêcheurs de bâtir un brise-lames, mais c’est surtout les types d’embarcations qui n’ont pas rendu nécessaires des installations portuaires.

12Avant 1914, la totalité de la côte ne pratique, en effet, que deux modes de pêche ; à la corde et au filet, à partir de la plage et, à la ligne et la nasse, à partir des radeaux de joncs ou de bois. La pêche à la corde à hameçons multiples reste une activité familiale et marginale, effectuée par des gens très pauvres ou par de rares paysans pour qui cela constitue une ressource d’appoint. Les côtes du Chao, du Virú et du Chicama en Libertad, le vieux mouillage de Cherrepe en Saña sont ainsi visités pendant l’été par environ deux ou trois centaines de familles qui passent pratiquement inaperçues sur les centaines de kilomètres de la côte désertique. En hiver, par contre, cette pêche est pratiquée par quelque deux milliers de véritables pêcheurs qui, au sud du Cabo Blanco, ne peuvent sortir en mer à cause de l’alizé et de la houle trop violents.

PHOTO 58. La plage de pêcheurs de Santa Rosa (Lambayeque).

13La pêche au filet de fond de grève, le chinchoro, d’origine pré-incaïque, est déjà plus évoluée. Outre l’investissement d’un chalut de 250 m de long sur 7 m de profondeur, elle nécessite également une embarcation légère, jadis un radeau, maintenant une barque à rames. Elle exige aussi une équipe bien entraînée et soudée car, effectuée à partir de la plage, elle se développe dans la zone des rouleaux et n’est pas sans dangers ni surtout sans risques de laisser partir le poisson à la moindre fausse manœuvre de l’un des quinze hommes indispensables. Le chalut rabat le poisson vers une énorme nasse de 13 m de longueur et de 7 X 7 de section, dans laquelle peuvent être pris au piège des raies, des tortues géantes et des squales. Cette pêche est, certainement, à la fois la plus originale et la plus traditionnelle du Nord côtier, pratiquée essentiellement en Libertad et en Lambayeque, par un millier de familles. Les sorties au large étaient le fait des radeaux de joncs, au sud, et de bois, au nord. Les premiers, appelés sur place balsas de totora ou caballitos del mar parce que le pêcheur est assis à cheval sur deux bottes de joncs très allongées permettent de passer la barre et ses rouleaux de 2 à 3 m, parfois même plus. On ne les trouve que dans les régions de l’antique culture Mochica, du Chao à Pimentel, et notamment à Huanchaco de la vallée de Moche, et Santa Rosa de Lambayeque.

14A partir de San José de ce même département, on ne trouve que des radeaux de bois de balsa, propre à la civilisation tallan du Piura et aux peuples équatoriens. On retrouve en effet ces radeaux dans la vingtaine de caletas des rivages de Sechura, Paita, Talara et Tumbes. Ces embarcations, beaucoup plus vulnérables aux vagues, sont parfaitement adaptées aux eaux tranquilles des baies bien abritées de l’alizé et de la houle de Bayovar et Paita, et des rivages baignés par le faible courant contre-équatorial, au nord de Cabo Blanco. Un seul homme, parfois accompagné d’un adolescent, monte les deux types de radeau, pêchant donc individuellement à la ligne ou à la nasse.

15Depuis 1910 environ, on a introduit les Caïques méditerranéennes, généralement gréées d’une voile aurique. Embarcations de 3 à 7 t et montées par cinq à sept hommes, elles nécessiteraient un abri portuaire, du moins au sud des Illescas où la forte houle contraint chaque soir à un échouage puis à un ripage sur le haut de plage. Au nord, les bateaux ne sont remontés qu’en hiver et laissés, en été, à flot à quelques dizaines de mètres du rivage et, c’est un spectacle quotidien de voir les pêcheurs les regagner à bord de leurs radeaux avançant au milieu des dauphins, des tortues géantes et des requins qui évoluent à toucher la plage et aussi au milieu d’une multitude d’enfants nus qui s’y baignent en permanence.

16Les villages présentent, malgré le caractère toujours très misérable de leurs huttes, une ambiance presque vivante, notamment beaucoup moins nostalgique que celle qui fige les communautés de paysans. Elle reflète une animation plus grande et, souvent, une ouverture d’esprit plus large qui nous paraît, à travers notre expérience générale, une constante de la vie littorale populaire. Les pêcheurs du Nord du Pérou sont, en tous les cas, courageux au travail et devant le danger, d’un naturel gai et très peu routinier.

17L’adoption des bateaux à voile, vers 1914, puis celle du bateau à moteur, à partir de 1956, n’ont été freinées que par le manque de capitaux encore que les ententes à deux, trois ou quatre personnes et le succès des coopératives de crédit aient démontré leur esprit d’initiative et leur goût du progrès. Les pétitions de San José pour un équipement moderne de salage et de séchage et celles de Sechura pour une usine de congélation, et, ensuite, la constitution de coopératives pour la conservation du poisson et pour la construction de jetées, comme à Constante de Sechura, sont autant d’indices de la vitalité de la pêche populaire.

18La pêche industrielle reste elle-même encore très artisanale et bien limitée puisqu’elle est représentée par un total de trente-cinq chalutiers de plus de 10 t dont seulement quatre de 40 à 70 t. Quatre ports disposent d’une jetée d’accostage, en dehors des ports de commerce, et d’installations industrielles de traitement du poisson, toutes situées en Piura et Tumbes. Au sud de Paita, Tierra Colorada et La Punta abritent deux usines de congélation et trois fabriques de farine et d’huile de poisson dont une de cachalots. A Mâncora et à La Cruz de Tumbes, cinq usines congèlent le poisson dont une partie est même exportée en Equateur et au Chili. Une dernière fabrique de farine de poisson a été établie, en 1966, à Puerto Chicama et fonctionne avec quatre chalutiers de 120 t. La conserverie de Trujillo, enfin, draine les bonites pêchées à Pacasmayo, Huanchaco et Salavery et même en Lambayeque et Piura, à 500 km de là.

19Le total de la pêche septentrionale ne représentait, cependant, en 1964, que 73 000 t sur les cinq millions du total péruvien !

b) Les ports de commerce

20L’alizé sud et le courant de Humboldt ont, semble-t-il, découragé longtemps la navigation. Les grands radeaux indigènes montés par quarante hommes et transportant plusieurs tonnes de marchandise n’ont été signalés par les chroniqueurs et, notamment, le pilote de Pizarre, Pedro Ruiz, qu’au nord de Tumbes. Aux xvie et xviie siècles, on préfère débarquer marchandises et hommes à Paita et continuer à dos de cheval ou de mule vers le sud ; mais, à partir de la fin du xviie siècle, les excellents voiliers, pourtant, évitent cette rupture de charge. Or, les mouillages au sud de Paita sont ouverts à tous les vents, et les hauts fonds obligent à jeter l’ancre à un mille et à transborder hommes et marchandises sur des barges qui traversent, parfois a grand péril, les hauts rouleaux de la barre. Huanchaco a la triste réputation d’être ainsi le mouillage le plus dangereux de la côte, mais San José, Pacasmayo, sont également excécrables. Aussi, en change-t-on fréquemment, en fonction des migrations des centres de gravité de la colonisation et suivant l’évolution technique.

  • 1 Ci-dessous, p. 543.

21Guañape de Virú, Chérrepe de Saña et San José de Lambayeque ont été abandonnés aux pêcheurs dès le siècle dernier, tandis que Huanchaco, Puerto Chicama, Pacasmayo, Eten et Pimentel étaient équipés d’une longue jetée reliée à une voie ferrée. Au xxe siècle, Salaverry, le premier port d’accostage à quai à l’abri d’un brise-lames sur plus de 650 km de côtes entre Chimbote et Talara, élimine brutalement en 1966 Puerto Chicama après avoir déjà fait subir le même sort à Huanchaco une vingtaine d’années auparavant. Au nord, Paita est équipée d’une jetée d’accostage en 1967, ce qui en fait le port moderne le plus sûr de toute la côte septentrionale et sonne le glas de Pimentel et d’Eten, à moins que l’on aménage ce dernier1.

  • 2 Chacun de ces ports a été décrit plus haut, p. 362 et p. 463.
  • 3 Dont 94 000 t de Puerto Chicama qui reporte son trafic en 1966 sur Salaverry.

22En 1967, la Côte nord possède donc trois ports abrités avec accostage à quai, Salaverry, Paita et Talara, ainsi que quatre mouillages à 1,5 à 2 milles de distance du rivage et nécessitant un transbordement : Pacasmayo, Eten, Pimentel et Tumbes. Enfin, la zone pétrolière du Piura expédie directement ses produits bruts par des tuberies sous-marines à partir de Cabo Blanco2. Parvenue à ce stade, la capacité portuaire est encore loin d’être saturée. Les trois ports reçoivent en 1965 la visite de 1 298 bateaux de cabotage, mobilisant 7 500 t de marchandises et 14 900 t de pétrole, et celle de 1 043 navires de l’étranger avec un mouvement total de 766 000 t3. Or, leurs quais et leur équipement de déchargement peuvent accueillir théoriquement 2 160 bateaux pendant deux jours et mouvoir 1 500 000 t par manutention et 3 500 000 par tuberies et, même, 4 500 000 avec Cabo Blanco.

23Les trois mouillages de Pacamayo, Eten et Pimentel sont techniquement beaucoup plus limités, les grues ne pouvant soulever des cadres de plus de 15 t et les barges ne pouvant transborder quotidiennement plus de 2 000 t de sucre à Pimentel et 1 500 à Eten, ou encore, 4 000 t de minerais à Pacasmayo. Ils recevaient malgré tout, en 1965, 531 bateaux dont 297 étrangers mobilisant 245 000 t.

24Le Nord est donc totalement déséquilibré géographiquement pour son équipement portuaire, puisque les trois ports aménagés sont situés aux extrémités, Talara et Paita, à 80 km de distance seulement entre eux au nord, et Salaverry au sud, avec un vide de 560 km de littoral entre les deux. Cette solution de continuité est d’autant plus fâcheuse qu’y correspondent les 150 000 ha irrigués des oasis de Lambayeque, Saña et Jequetepeque, la sierra de Cajamarca, ses 300 000 ha de pâturages et ses réserves minières, la route de pénétration vers l’Amazonie et, enfin, les 100 000 ha éventuels de la Pampa d’Olmos.

TABLEAU 123. Prévisions de trafic maritime en 1970. (Milliers de tonnes.)

TABLEAU 123. Prévisions de trafic maritime en 1970. (Milliers de tonnes.)

SOURCES : Estudio Económico justificativo de las obras portuarias de Paita y de la tercera étapa de Salavery, Parte I, Ministerio de Hacienda, Dirreccion de administracion portuaria, Lima, 1961.
1. Les estimations du trafic pétrolier de Talara et Cabo Blanco paraissent optimistes en 1967.

25Le projet de l’ingénieur Parson, d’une île artificielle devant Pimentel qui chargerait 20 000 t de sucre en vrac par vingt-quatre heures, grâce à des canalisations sous-marines, ne satisfairait que les entreprises sucrières et risquerait d’enfermer la région dans une économie strictement coloniale de monoculture de la canne à sucre. C’est justement ce qu’il faut éviter si l’on ne veut pas entraver le développement de cette région dynamique et de son arrière-pays amazonien en pleine aventure pionnière.

2. LES COMMUNICATIONS CONTINENTALES

26Pendant plusieurs siècles le transport des marchandises et des hommes par terre est effectué à dos de mule ou de cheval. Le roulage est inexistant et la diligence ne dépasse pas les environs des capitales de province, faute de routes carrossables. Et c’est vrai non seulement pour les Andes mais aussi pour la Côte où, sortie des oasis, la route poussiéreuse et défoncée devient une piste étroite s’enfonçant interminable et sinueuse dans la pampa, c’est-à-dire le désert souvent chaud et battu par les vents de sable.

27Tour à tour, Humbold, d’Orbigny, Raimondi suivent ces chemins muletiers, parcourant le Nord dont ils nous laisseront des récits où la description pittoresque s’allie fructueusement aux observations scientifiques. Les bourgades sont autant de relais, des tambos, où les caravanes se reposent et se ravitaillent et les villes plus importantes sont cernées par une ceinture de véritables caravansérails où les arrieros, ou muletiers, abritent leurs bêtes et entreposent des marchandises sous les murs de la cité, comme à Trujillo ou Saña. Le Nord du pérou passe dans la deuxième moitié du siècle dernier du mulet bâté au chemin de fer sans avoir connu le lourd charroi ni le coche, puis, il affronte la révolution de l’automobile en même temps que celle de l’avion, celui-ci précédant même parfois celle-là.

a) Les chemins de fer

28Ils sont la condition nécessaire d’une transformation de l’économie mais, cette dernière restant essentiellement agricole dans le Nord côtier, ils vont être liés au développement de la production de la canne à sucre et du coton. Les voies ferrées de La Libertad et du Lambayeque relient, en effet, les haciendas sucrières aux ports voisins, et, seules, les lignes de Paita à Piura. Eten à Ferrenafe et Pacasmayo à Chilete, ont des vocations plus régionales et sont même, pour les deux dernières, des antennes vers la Sierra. Elles font littéralement irruption dans la vie du Nord côtier, autour de 1871, pour être achevées en 1874. Elles correspondent, en effet, à l’ouverture des marchés européens en pleine révolution industrielle, à la paix civile instaurée depuis 1854, et à la période de prospérité consécutive consolidée par les prodigieuses ventes du guano qui vont, notamment, financer les chemins de fer de l’Etat et une partie de ceux des compagnies privées. L’absence de préoccupations régionales et, a fortiori, nationales, se traduit par la fragmentation du réseau et par l’anarchie des écartements à l’intérieur d’un même secteur. Les lignes sont perpendiculaires à la côte et desservent une seule oasis, deux lignes faisant exception, Paita-Piura et Salaverry-Ascope joignant deux vallées rapprochées. Il n’y a donc aucune ligne côtière longitudinale, ni vers la capitale Lima, ni entre chaque région, ni entre toutes les vallées d’un même département. Deux vallées, Tumbes et Virú, aux deux extrémités de notre domaine, n’ont même pas connu le chemin de fer, ce qui est symbolique et, les huit oasis restantes n’ont que des réseaux embryonnaires constitués le plus souvent par une ligne unique reliant le port au chef-lieu de province ou de district (tableau 124).

29On constate que la somme des dix réseaux indépendants et non raccordés n’atteint pas le millier de kilomètres pour une région s’étendant sur 800 km et couvrant environ 100 000 km2 pour ne parler que de la seule plaine littorale. Les chemins de fer ont donc joué un rôle limité de drainage des richesses de la côte vers le port le plus proche et d’équipement des grandes haciendas sucrières. On conçoit qu’ils n’ont pu, ni débloquer la Sierra, ni contribuer au commerce interrégional. Ils ont en fait à peine favorisé les échanges entre les principales villes et leur port. Enfin, ils sont depuis 1939, date de l’ouverture de la route panaméricaine et de ses rameaux régionaux, devenus un moyen de transport marginal et, à partir de 1950, commence leur agonie accélérée par l’introduction des trailers dans les haciendas. Les passagers ont déserté les premiers et les marchandises, à l’exception du minerai de Chilete, les ont suivi. En 1958, la ligne de Pimentel à Ferrenafe interrompt toute activité. En 1962 c’est le tour de celle de Piura à Paita qui laisse tout le bas Chira sans moyens de communication. En 1966, c’est celui de la voie de Casa Grande à Puerto Chicama. En 1967, les jours des lignes de Pátapo et Pomalca sont comptés et le trafic voyageurs de celles de Salaverry à Ascope et de Chilete à Pacasmayo a déjà cessé. En 1968, il n’y a plus de trains de passagers et le trafic ferroviaire n’atteint pas 5 % de celui de la route.

30Le rail n’a pas eu véritablement son épopée, malgré le charme des petites locomotives à grosses cheminées traversant le plein désert dans la pampa d’Eten ou franchissant péniblement, entourées d’épaisses volutes noires, le col de la Cumbre entre Chicama et Trujillo, et il a pratiquement abandonné la partie avant que s’ouvre l’ère de l’industrialisation.

TABLEAU 124. Les chemins de fer du Nord côtier.

TABLEAU 124. Les chemins de fer du Nord côtier.

Nota. — Les lignes d’Eten à Pâtapo et Casa Grande à Puerto Chicama ont été fermées en 1965 et 1966.

b) L’ère de la route panaméricaine

31L’automobile est immédiatement apparue dans ces régions comme la solution miraculeuse à tous les problèmes. Sa souplesse permettait l’ouverture des plus petits villages dans les oasis de même que la liaison entre ces dernières, le tout avec des investissements beaucoup moins considérables que ceux nécessaires à l’établissement d’une ligne de chemin de fer. Elle seule, enfin, va réaliser la pénétration dans la Sierra, puis vers l’Amazonie (fig. 76, p. 493).

32La route panaméricaine, issue d’un programme panaméricain établi dès avant la guerre, n’a pris son tracé actuel, à quelques dérivations ou rectifications près, qu’en 1939, date à partir de laquelle on peut se rendre avec une voiture de série de Tumbes à Lima. Mais, depuis 1926 des camions effectuaient des trajets partiels au prix d’efforts considérables sur des trochas, pistes plus ou moins empierrées, ou encore ensablées comme dans la traversée, alors directe, du désert de Sechura. Ainsi, pour se rendre de Piura à Lambayeque, on suivait des traces plus qu’une piste, du village de Sechura à celui de Mórrope, au trajet sans cesse modifié par l’avance des dunes, avec la perspective de franchir 140 km sans une habitation, sans eau et sans garage et, pour les véhicules de tourisme, la certitude de s’ensabler plusieurs fois. Epoque héroïque aussi pour les camions qui reliaient les villages et les haciendas modestes à la grande route en empruntant des chemins de terre creusés d’incroyables ornières dans les secteurs irrigués.

33L’après-guerre est une véritable révolution qui voit la mécanisation des exploitations, l’adoption généralisée du camion et la construction sinon d’un véritable réseau routier, du moins de son squelette. La route panaméricaine, totalement asphaltée, devient l’épine dorsale de la côte et, de part et d’autre, s’en détachent les raccords vers les ports et vers les zones cultivées, tandis que des voies empierrées grimpent en lacets vertigineux dans les Andes et même au-delà, vers l’Amazonie.

34Dès 1960, la côte nord possède 1 175 km de routes asphaltées, 996 de voies empierrées et 5 592 de pistes non stabilisées, soit un total de 7 763 km ouverts au camion. Le réseau a pris à cette époque, sa trame presque définitive et il va ensuite s’améliorer. Peu d’asphaltage mais beaucoup d’empierrements vont lui permettre de faire parvenir camions et machines agricoles dans la totalité des districts des provinces côtières. Enfin, l’initiative privée des villageois comme des propriétaires, profitant de la topographie plane et de l’écoulement très temporaire des cours d’eau, ouvre, parfois par le seul passage d’un engin terrassier, une multitude de chemins carrossables pour les gros camions. La vallée de Piura et la basse Leche, aux terrains souvent très sablonneux, sont ainsi parcourues en tous sens par de robustes véhicules qui n’hésitent pas à chercher main-d’œuvre et marchandise dans les hameaux les plus reculés, de même que fonctionnaires et exploitants doivent emprunter des jeeps ou des pick up tous terrains.

35Les réseaux s’articulent sur la route panaméricaine comme les rameaux d’une branche sans que les villes ni même les capitales de département en soient des nœuds privilégiés. Si l’on excepte Chiclayo au cœur du plus vaste ensemble irrigué et donc au centre d’une toile d’araignée, l’absence d’un passé urbain et routier fait que les routes n’ont pas obéi à des servitudes historiques. Il est significatif de voir que les grandes voies de pénétration du Cajamarca et du Marañon se raccordent à la Panaméricaine en dehors de toute agglomération et, le nouveau tronçon en direction de l’Equateur quittera la grande route, 21 km à l’ouest de Piura, en pleine pampa, privilège des routes planifiées créées ex-nihilo, mais inconvénient pour les grandes villes souvent dépossédées de leur rôle de relais au profit de petites bourgades surgies du désert, telles les cruces de Chulucanas et d’Olmos.

36En 1966 le chemin de fer a laissé à la route ces derniers passagers. Mais il ne conserve guère son trafic de marchandises. Les deux départements de Tumbes et Piura n’ont plus de voies ferrées, le Lambayeque ne leur confie plus qu’une part infime de son trafic et La Libertad lui fait transporter peut-être encore 5 % à cause des minerais du Cajamarca mais ses années semblent comptées. Or, il s’agit ici du trafic interne, et la totalité des transports interrégionaux terrestres sont routiers et ces derniers font même une grosse concurrence au cabotage. En effet, les mouillages au large, du moins par les ruptures de charge et les manipulations répétées découragent le transport de machines et même de produits bruts, tels le ciment ou le sucre en sac que l’on préfère acheminer par camion.

37Faute de statistique sur le trafic routier dans le Nord, malgré l’existence de postes de contrôle à chaque entrée et sortie de province, nous avons effectué, pour notre part et avec l’aide de la guardia civil, une enquête systématique des camions de plus d’une tonne de marchandise franchissant les treize barrières de la garde civile établies sur les routes de la Côte nord (tableau 125). Enfin, la police de Piura et Trujillo, aux deux extrémités de notre domaine, a bien voulu calculer, à partir des contrôles quotidiens, le nombre total de camions ayant circulé en 1964 (tableau 125).

TABLEAU 125. Trafic routier en 1964 dans le Nord côtier. (Nombre de camions chargés de plus d’une tonne.)

TABLEAU 125. Trafic routier en 1964 dans le Nord côtier. (Nombre de camions chargés de plus d’une tonne.)

SOURCES : Guardia civil de Trujillo et Piura.

TABLEAU 126. Enquête du 14 au 16 mai 1965 dans les postes de contrôle du Nord côtier. (Camions de plus de 5 t.)

TABLEAU 126. Enquête du 14 au 16 mai 1965 dans les postes de contrôle du Nord côtier. (Camions de plus de 5 t.)

38Le trafic routier total du nord reste cependant impossible à établir étant donné que, dans le sens Nord comme dans le sens sud, un certain nombre des camions contrôlés de Piura à Virú sont les mêmes, longeant toute la bande côtière. D’autre part, parmi ceux enregistrés à Virú, quelques-uns allaient vers la Sierra, voire l’Amazonie, ou en provenaient.

PHOTO 59. Le quartier commercial de Chiclayo. Camions, autocars et taxis collectifs.

  • 4 L’erreur est par défaut, négligences et fraudes en étant les deux causes principales.

39Il nous est seulement possible de comparer l’ordre de grandeur du transit commercial par camion avec le trafic maritime, pour constater que la route achemine du sud du pays vers les régions côtières, et draîne de ses dernières vers le sud environ 485 000 t4 contre 745 000 aux transports maritimes. Or, c’est elle qui assure la redistribution dans tout le Nord de ces 485 000 t plus une bonne partie des marchandises débarquées dans les ports et que n’évacue plus le rail, soit, au minimum, la moitié de 745 000 t importées ou exportées par mer. Elle est également responsable de la totalité des échanges locaux dans les oasis qui échappent aussi à tout enregistrement. Enfin, elle aura complètement éliminé le train pour le transport des passagers en 1968 comme elle avait mis fin au pittoresque embarquement des voyageurs pour Lima à bord des bateaux de cabotage après la Deuxième Guerre mondiale. Mais, en même temps, un nouveau rival est apparu, l’avion, dont la taille et la fréquence des vols n’ont cessé d’augmenter depuis la même époque, tandis que les prix stables, d’une part, et la hausse du niveau de vie des classes moyennes, d’autre part, en favorisaient l’essor. La route panaméricaine, avec tous ces embranchements, est l’arbre de vie mais l’oiseau seul peut sauter d’arbre en arbre.

c) Les transports aériens

40Cinq aéroports, dont deux susceptibles de recevoir des jets quadriréacteurs, équipent le Nord côtier, tandis que quatre compagnies aériennes assurent des services quotidiens le plus souvent pluriquotidiens à partir de Lima.

41En venant de Lima, Huanchaco-Trujillo est la première piste d’avions commerciaux desservant tout le département de La Libertad et Chimbote, en Ancash. L’équipement en est assez réduit. La piste de 1,5 km ne peut recevoir que des quadrimoteurs à pistons qui doivent s’envoler assez rapidement, juste au-dessus de la mer, face à l’alizé du sud. En 1963, le mouvement est déjà de 26 000 passagers dont 17 000 avec Lima et 7 000 avec les divers aéroports de la Selva.

42Or, la Corpac, Corporation péruvienne d’aviation commerciale, calculait en 1965 que le taux d’accroissement annuel était de 12 %, et on peut estimer en 1968 à près de 45 000 le nombre de passagers empruntant l’aéroport de Trujillo. Le trafic de marchandise, négligeable sur la côte, était vers l’Amazonie de 217 t et de 149 t sur le trajet de retour suivant notre enquête effectuée pendant les trente jours du mois d’avril 1965, soit un ordre de grandeur de 4 000 t par an, avec une moyenne quotidienne de trois départs ou arrivées d’avions cargos.

43L’aéroport de Piura est du même type mais son trafic est moindre avec 20 000 passagers en 1963 et probablement 35 000 en 1968, tous destinés à la ligne de Lima puisque les départs vers l’Amazonie sont exceptionnels, comme l’envoi assez pittoresque en 1964 de deux cents têtes de bétail vers Tarapoto.

44Celui de Tumbes a dépassé le stade de pionnier par l’établissement, en 1965, d’une nouvelle piste de 2 000 m de terre battue ; mais le trafic reste bi ou trisémanal, avec un mouvement total de 2 000 passagers en 1966.

45Seuls, Talara et Chiclayo possèdent des pistes de 3 000 et 3 500 m susceptibles de recevoir les jets quadrimoteurs. Talara est équipé de deux pistes, dont une réservée à l’Armée de l’air, tandis que Chiclayo partage son unique piste entre les quadrimoteurs de commerce et les jets de l’armée. Talara fut même, jusqu’en 1962, une escale des lignes internationales. En 1963, son aéroport reçut 9 450 passagers, tous destinés à la ligne côtière, et il ne semble pas que le trafic ait augmenté aussi vite qu’à Trujillo, l’expansion de la ville étant freinée, du moins par son secteur pétrolier qui reste de beaucoup son meilleur client.

46Chiclayo est le grand aéroport du Nord. Au cœur des régions septentrionales côtières et à la hauteur de la colonisation nord-amazonienne, il accueillit aussi en 1963, 25 000 passagers dont 18 000 pour les départements côtiers et 7 000 pour la Selva, mais l’accroissement des passagers est ici de l’ordre de 16 % et l’on attend 45 000 passagers en 1968. Enfin, le transit des marchandises vers les centres de colonisation de la Selva était en 1965 de 9 700 tonnes contre 4 000 à Trujillo.

47Le Nord côtier est donc relativement bien équipé en aéroports avec cinq pistes commerciales dont deux internationales sur 700 km. Or, ces cinq bases permettent aux grands propriétaires et aux techniciens de se rendre rapidement en n’importe quel point de chaque département à bord de petits avions bi ou quadriplaces qui peuvent atterrir sur des terrains de terre battue. Piura, surtout, est reliée à ses exploitations ou chantiers les plus éloignés par une quarantaine de Pipers ou de Cessnas, de même le barrage de Tinajones et les haciendas Capote et Pâtapo le sont à Chiclayo, tandis qu’une véritable escadrille d’épandeurs d’insecticides évolue à partir de Trujillo. Enfin, les lignes aériennes devancent la route en Amazonie et la concurrencent aussi sur la côte, sur les grandes distances. Par ailleurs, le petit avion, comme dans toutes les régions pionnières, est entré dans les mœurs et dans ce domaine le Nord tient le premier rang dans le Pérou.

d) Communications postales et télécommunications

48Elles restent un des refuges le plus ferme d’un involontaire folklore qui nuit peut-être à la réputation du Nord côtier sinon de tout le Pérou et sûrement à la bonne marche des entreprises commerciales. La fantaisie des distributions contraint déjà les utilisateurs à l’obligation d’une boîte postale, mais les erreurs, les grèves interminables et l’embouteillage monstre du Nouvel An qui s’étire du 15 décembre au 1er février, enfin les pertes qui sans être systématiques restent fréquentes sont une des plaies de la province et le Nord n’y échappe pas. Le courrier reste dans les grandes villes et tous les usagers des haciendas doivent venir le chercher à leur boîte postale. Fait encore plus grave, les délais de l’acheminement des colis postaux et la proportion des pertes sont tels que l’on préfère s’adresser aux agences privées de transport routier ou aérien qui s’en acquittent rapidement et scrupuleusement mais à des tarifs très élevés.

49Les télécommunications demeurent très imparfaites malgré l’équipement dès 1965 d’un réseau de téléphone hertzien de Lima à Talara. Si l’obtention d’une communication entre Lima et les quatre grandes villes du Nord est facile et l’audition d’une qualité rare, l’établissement d’une liaison avec un village ou une hacienda demeure problématique et, de toute façon, longue et d’écoute très variable. Aussi, la totalité des administrations publiques et privées, les banques, les grosses sociétés et toutes les entreprises de transports et de travaux publics ont-elles des postes émetteurs-récepteurs qui leur permettent de communiquer non seulement dans le cadre départemental, mais aussi avec la direction générale, inévitablement installée à Lima. Les rares sociétés qui, telle la Nestlé, ont voulu se passer de ces émetteurs ont connu des difficultés incroyables avant que n’entre en service le téléphone hertzien. Or, ce dernier ne dessert que les grandes villes, les petites étant relayées par l’ancien réseau à fils. Quant au télégraphe, il demeure comme le service postal sujet à des délais et des erreurs qui déconcertent les utilisateurs d’ordinaire pressés.

50On concevra les hésitations qui saisissent les hommes d’affaire à établir une fabrique en province si des raisons matérielles impératives ne les y contraignent et, quant à fixer la direction générale hors de Lima, il ne peut en être, actuellement, question.

51En fait, l’absence de traditions de rigueur administrative, une certaine nonchalance dans les mœurs qui fait tenir peu de cas des horaires et des délais de réponse, trouvent une puissante incitation à la résignation dans les carences des réseaux de télécommunication. Pratiquement, non seulement les administrateurs et les gérants, mais aussi les chefs de services, voire de bureau, doivent se rendre à Lima pour régler des problèmes qui pourraient très bien trouver des solutions avec une simple communication téléphonique ou un échange de correspondance. Cette migration mensuelle des responsables publiques et privées vers la capitale est un des traits fondamentaux de la gestion provinciale et, si l’on rappelle ici que tous les fonctionnaires, notamment les enseignants, se déplacent au moins une fois l’an pour venir simplement confirmer leur maintien dans leur poste, sans parler des démarches d’une mutation, on a une idée exacte de la véritable malédiction de la province qui reste encore trop emmurée dans un isolement de relation.

3. LES VILLES ET LA VIE COMMERCIALE

52La vie urbaine précolombienne est très mal connue d’autant plus que, si elle fut florissante pendant le Grand Chimú, entre le xiiie et le xve siècle, la conquête Inca à la fin du xve siècle y a mis un terme brutal. A Chân Chân de Santa Catalina, Pacatmanû du Jequetepeque ou Apurlé de la Motupe les chroniqueurs espagnols ne signalent que ruines dans ces cités qui les impressionnent pourtant.

53Les conquérants vont donc recréer une vie urbaine qui convient tant à leur génie national qu’à une bonne administration. La cité espagnole est avant tout religieuse car l’administration, malgré son caractère très bureaucratique, reste limitée à une cour de justice à Trujillo, aux services embryonnaires des corrégidors dans cette ville et à Piura et Sana. Mais les activités économiques ne sont cependant pas nulles. Les Espagnols établissent d’abord tout un système commercial de caravanes, et le Nord, au moins jusqu’au xviiie siècle comme il a été vu plus haut, est l’objet d’un transit terrestre de marchandises débarquées à Paita, tandis que la production régionale est évacuée soit vers cette ville soit vers Lima ; enfin, parallèlement, les artisanats des textiles et du cuir se développent à Piura, à Sana et, surtout à Trujillo, comme ceux de la navigation à Paita.

54Mais les nouveaux maîtres créent des villes résidentielles dans chaque vallée, dites pueblos de Espagnoles, telles Guadalupe, Motupe et Lambayeque où l’aristocratie foncière reste citadine et vit moins de la terre que du tribut sur celui qui la travaille. Par ailleurs, les réductions indigènes urbanisent les indiens qui vivent dans des agglomérations calquées sur les villes des créoles, avec leur plan en damier serré autour de la place d’armes et de son église où vont vite prospérer divers artisanats.

  • 5 Les grandes capitales et les réseaux urbains seront étudiés en détail dans les chapitres correspon (...)

55Aux sources de la vie urbaine on trouve donc une armature religieuse. Trujillo et Sana abritent à elles deux vingt-trois couvents, Piura encore cinq et Guadalupe trois. Seule la vie artisanale se développe et le commerce végète dans cette économie de subsistance générale, tant dans les réserves indigènes que dans les haciendas où l’exportation du sucre, du blé et du bétail animent plus les pistes muletières et les relais que les villes épiscopales et aristocratiques. Il est significatif de constater, qu’à la seule et faible exception de Paita, les mouillages ne correspondaient à aucune agglomération urbaine par suite des raids de pirates et par manque de trafic.5

56Le démarrage des cités et de leurs activités économiques va être très lent. Totalement étrangers au goût du commerce, les indigènes ne sont guère dépassés dans ce domaine par les Espagnols. Les Estreméniens, Castillans et Andalous sont peu doués et, seuls, les Basques et Catalans s’y attèleront, mais beaucoup plus tard. Les navires commerçants portugais fréquentent plus les parages, semble-t-il, que les gallions espagnols consacrés au tribut, aux moines et aux administrateurs. Le commerce est surtout le fait d’étrangers. San Martín, dès le 17 octobre 1821, accorde par décret la citoyenneté et la protection fiscale aux étrangers établissant une manufacture. En fait, Anglais en tête, puis Français, Italiens, Suisses et Allemands vont pendant le xixe siècle s’installer à Trujillo, mais aussi à Chiclayo et Piura. Ils sont même rejoints par des Espagnols, une fois apaisé le ressentiment causé par la Guerre d’Indépendance.

57Dès la présidence de Ramón Castilla qui marque la paix civile, mais qui correspond aussi à l’ouverture des marchés, aux bateaux à vapeur et à la concentration et modernisation des haciendas, les grandes sociétés commerciales étrangères de Lima implantent des succursales dans le Nord. La fortune commerciale précède même la constitution des grands domaines. Les Italiens Larco et Romero de Chiclín et Catacaos, les Anglais Mac Pherson, James Reid de Laredo et Castilla, l’Américain Grace de Cartavio et les Allemands Hilbeck et Zoeger, de Piura et, surtout, Gildemeister de Casa Grande, enfin les Espagnols Artaza de Piura et de la Piedra de Chiclayo sont des affairistes ou de simples commerçants avant de devenir les plus grands propriétaires de la côte.

58Actuellement, le commerce de gros reste entre les mains de sociétés étrangères, représentants de véhicules automobiles et d’équipement agricole, importateurs et distributeurs de biens manufacturés, tels les casas Wiese, Woyque, Fabril, Grace, tandis que les sociétés péruviennes sont souvent entre les mains de familles venues de l’étranger au siècle dernier, Romero de Piura, Cuglivan de Chiclayo, etc. Dans cette dernière ville, en 1965, la proportion des étrangers ayant directement pignon sur rue était de 145 sur 457 entreprises commerciales, mais le fait significatif restait que sur les 161 plus importantes d’entre elles inscrites à la Chambre de commerce, 54 étaient à participation majoritaire de capitaux et à direction étrangère et 43 autres péruvianisées depuis une ou deux générations et 64 seulement d’initiative et de direction péruvienne.

59Or, sur ce total, on compte les trois plus grandes sociétés de commerce de gros, et quatre banques sur sept sont des succursales de banques étrangères dont le Crédito, la plus importante, d’origine italienne. De même l’énergie, électricité et pétrole, et le téléphone sont entre les mains d’entreprises privées britanniques ou nord-américaines. A Piura ou à Trujillo on retrouve des succursales ou filiales de ces mêmes sociétés.

60Dans le commerce de détail, les bazars et l’épicerie sont tenus par quatre-vingt-quatre Chinois, les restaurants et les boulangeries par des Espagnols, Italiens et Chinois, la lingerie par les Libanais, l’optique et la photographie par les Japonais, les librairies par des Espagnols, la radio et les articles ménagers étant distribués par de grands magasins à départements multiples, succursales de grosses sociétés étrangères généralement britanniques, américaines, allemandes, italiennes et suisses. Les Français sont pratiquement absents du commerce et de l’industrie du Nord côtier à la seule exception d’une filiale du Crédit Lyonnais, Pan industria, et des firmes de Peugeot-Renault représentées par une petite agence dans les quatre grandes villes. Trois Alliances françaises témoignent, par contre, de leur influence culturelle au côté des centres nord-américains.

61La caractéristique principale de la structure commerciale est donc le hiatus total entre le petit commerçant de détail pratiquement limité aux denrées alimentaires, et les grosses sociétés qui, comme Cuglievan l’affirme dans sa publicité, proposent la totalité des produits manufacturés de « l’épingle à l’automobile » en passant par la quincaillerie, la literie, la radio-électricité et les appareils ménagers. Les maisons Woyke, Romero, Grace, Fabril, Pastor Boggiano, sont du même type et les détaillants plus spécialisés, sont en fait des succursales, Ford, Good Year, Cash Engeenering, General Electrique, Frigidaire, etc.

62Le tableau 127 est à cet égard significatif puisqu’entre les 5 672 magasins de capital inférieur à 9 000 F et les 326 sociétés au capital supérieur à 90 000 F ne s’interposent que 1 090 commerçants moyens pour tout le nord.

  • 6 Ces estimations de capital immobilier couvrent 60 à 70 % de la réalité.

TABLEAU 127. Nombre d’entreprises commerciales selon l’importance du capital estimé en francs dans les trois grandes villes du Nord côtier6.

TABLEAU 127. Nombre d’entreprises commerciales selon l’importance du capital estimé en francs dans les trois grandes villes du Nord côtier6.

SOURCE : Patente municipale, 1965.

63Les conditions générales du négoce au Pérou expliquent dans une forte mesure cet écrasement du moyen commerce. Apparemment, les faibles effectifs de la classe moyenne propres aux pays en voie de développement seraient un facteur limitatif initial. Mais, en 1967, cette classe est déjà développée dans beaucoup de secteurs d’activité sans, cependant, s’aventurer dans le commerce de détail des biens manufacturés très élaborés. Ce sont les conditions matérielles et financières mêmes qui rebutent le commerçant aisé.

64Les stocks forcément très coûteux supposent un investissement d’une tout autre ampleur que ceux du commerce alimentaire ou des bazars et une immobilisation souvent fort longue. C’est aller contre la méfiance générale et fondamentale des Péruviens pour des risques de cette nature, dans un climat social et politique, sinon toujours tendu, pour le moins rarement rassurant à moyen terme. C’est ainsi se heurter au problème du crédit dont il sera vu plus haut à propos de l’industrialisation qu’il constitue un des goulets d’étranglement de toute expansion saine. Mais il est deux raisons plus spécifiquement péruviennes, la première étant constituée par le caractère heurté de l’approvisionnement et la seconde par les difficultés de tranport, notamment en province.

65Le rythme du déblocage douanier des biens manufacturés est non seulement saccadé mais surtout obéit à des lois subtiles et fantasques qui défient les calculs rationnels et brisent tout étalement des ventes dans un magasin de détail. Des villes de 100 000 habitants, comme celles du nord, voient parvenir des catégories d’objets, de machines et de denrées importés par pulsations dont la brusquerie comme l’irrégularité déconcertent acheteurs et vendeurs. Tant qu’il s’agit du gruyère dont l’arrivée massive trois à cinq fois par an provoque à Chiclayo ou Piura de légitimes émois chez les ménagères, cela ne crée que des difficultés mineures, mais, quand un magasin prend des commandes pour des réfrigérateurs ou des téléviseurs avec des délais de deux mois qui se révèlent six ou huit avec un changement de caractéristiques et de prix, seuls de gros magasins peuvent supporter ce genre d’aléas. Ces « crues » d’approvisionnement peuvent tarder parfois un an, alors que les commerçants annoncent de bonne foi un arrivage imminent.

66Les transports représentent, eux aussi, une source de graves mécomptes pour les détaillants. Le débarquement des marchandises emballées dans les rades foraines est pratiquement exclu et, dans les ports d’accostement à quai la main-d’œuvre ne semble pas encore assez formée à ces manipulations délicates. Faute de chemin de fer, c’est le camion qui assure la totalité des envois des produits manufacturés. Or, l’organisation des transports ne peut être prise en charge que par de très grosses chaînes de grands magasins, ou bien, les détaillants doivent s’adresser à des entreprises spécialisées. Celles-ci en sont encore, au Pérou, au stade de la moyenne entreprise, possédant entre trois et quinze camions, ou même au stade artisanal, un camion étant exploité par deux ou trois associés.

67On ne quitte le point de départ que chargé à pleins bords, et cela promet quelques délais supplémentaires auxquels vont s’ajouter les imprévus de parcours. Ici commence la véritable aventure du camion surchargé, s’avançant sur une route pleine de pièges, affaissée dans les traversées d’oasis aux terrains mous, laissée à l’abandon dans les bourgades et même les grandes villes qui en ont la charge sans pouvoir l’assumer, défoncée sur de grands parcours, impeccablement refaite, mais pour peu de temps, ailleurs et, enfin, en réfection de temps indéterminé avec d’extraordinaires déviations dans le désert sur certains tronçons. La chaleur, les pentes très raides et la poussière achèvent cette « attaque de la diligence » nouvelle façon et le camion s’immobilise. Pour combien de temps ? Le problème des pièces détachées qui est la plaie du tiers monde n’épargne pas le Pérou et c’est un spectacle familier de la route panaméricaine que ces camions, à peine rangés sur un bas-côté qui n’est que le sable du désert, attendant plusieurs journées et souvent une semaine que l’on puisse le réparer. Des retards accumulés de vingt à soixante jours sont fréquents. En 1965, la Nestlé de Chiclayo perdit de vue pendant six semaines un camion qui, finalement, se révéla accidenté au moment où l’on enquêtait dans les postes frontaliers !

68Quand le matériel est enfin arrivé à bon port, le commerçant, après avoir fait le calcul de la casse et des pertes, doit, logiquement, le vendre et, alors, se pose pour lui l’infernal problème du crédit. En effet, le Péruvien est un grand acheteur à tempérament et, ainsi s’acquièrent 90 % des automobiles et du matériel agricole et entre 75 et 80 % des appareils radio-électriques et ménagers. Certes, c’est le client qui paye, et même cher, soit 25 à 30 % du prix de vente au détail, mais le commerçant court des risques et se trouve dans l’obligation de recourir souvent à des procédures coûteuses et surtout interminables.

69Seules les grandes chaînes commerciales peuvent avoir un service contentieux et supporter des immobilisations financières aussi longues. On concevra donc que devant ces multiples obstacles ou freins et tous les risques d’une conjoncture sociale et politique incertaine, les classes moyennes préfèrent diriger leur action vers le commerce alimentaire ou la restauration, laissant aux grosses entreprises péruviennes ou étrangères le soin de distribuer les produits manufacturés ou d’équipement.

4. LES CONDITIONS DE L’ACTIVITE INDUSTRIELLE

70La vie industrielle demeure encore très embryonnaire dans le Nord où elle se limite à la transformation primaire des produits de l’agriculture et de la pêche ou à la production de l’énergie, et seules quelques très rares usines se consacrent à l’élaboration de produits finis. Les ressources naturelles agricoles et minérales et le potentiel énergétique sont pourtant importants, de même que la main-d’œuvre et les capitaux régionaux pourraient être faiblement mobilisés. Il reste que ni les traditions ni la mentalité ne sont axées sur l’industrialisation, que l’infrastructure technique provinciale est encore très inégale et que les capitaux régionaux ne marquent ni confiance dans les aptitudes régionales ni goût du risque pour les investissements à long terme.

a) Les ressources naturelles

71Les cultures industrielles représentées par 70 000 ha de canne à sucre et près de 100 000 ha de coton, forment la matière première désignée pour les raffineries et pour les égrèneries. Le riz anime de son côté quelques grands moulins et les fruits et primeurs peuvent aussi fixer quelques conserveries mais l’absence de plantes oléagineuses, de blé et de vigne privent la région de toute industrie de produits alimentaires élaborés et la fabrique Nestlé trouve à peine, dans un rayon de 260 km, la moitié de son approvisionnement laitier. Bien réduite apparaît aussi la pêche de 70 000 tonnes de poisson pour assurer l’existence d’une industrie de congélation et la survie de petites fabriques de farine de poisson.

72Les ressources minérales semblent, par contre, abondantes quoique encore mal prospectées. La Sierra voisine, soit les provinces montagnardes de La Libertad et le département de Cajamarca, recèlent des gisements reconnus de cuivre, de plomb, de zinc et de fer dont l’exploitation supposerait de gros investissements d’infrastructure. Ainsi, les Japonais et les Allemands s’intéressent au cuivre du sud de Cajamarca, mais hésitent devant le coût de la construction d’un chemin de fer de 80 km vers Puerto Chi-cama.

73Les six mines en activité de la Sierra septentrionale ont une capacité d’extraction annuelle de 450 000 t de minerai brut, mais ne produisent, en fait, que 59 000 t de métal, correspondant à 12 000 t de zinc, 5 000 de plomb et 2 500 de cuivre, 36 t d’argent, 67 kg d’or fin pour Cajamarca et 96 000 t pour La Libertad, correspondant à 7 000 t de métal pur de cuivre, 23 t d’argent et 132 kg d’or fin, ces minerais étant concentrés sur place mais raffinés à l’étranger.

74Les minerais non métalliques font l’objet d’une extraction plus systématique et sont parfois à l’origine d’industries locales. Parmi les premiers, le sel et le gypse continuent à être recueillis artisanalement dans les grandes lagunes asséchées du littoral, sur le fameux niveau Salinas où le sel gemme et le gypse quaternaires ont été déposés en couches épaisses et bien stratifiées. Les gisements de toute la côte produisaient quelques milliers de tonnes de gypse et 26 autres de sel dont 2,5 t seulement destinées à des usages industriels pour les savonneries de Piura.

  • 7 Ci-dessus, p. 58.
  • 8 Dorst, 88.
  • 9 Engraulis rigens.

75Le guano poursuit son lent déclin et les carrières infernales des îlots désolés de Guañape et Macabí, de La Libertad et des îles Lobos du Lambayeque, taillées par une main-d’œuvre de reclus, ne produisaient plus en 1964 que respectivement, 37 000 et 10 000 t contre 11 000 en 18707. Ainsi disparaît un des éléments les plus caractéristiques de l’histoire économique du Pérou du siècle dernier. Le guano n’est autre que l’énorme accumulation des déjections de plusieurs millions d’oiseaux de mer, des cormorans de Bougainville, des fous variés et des pélicans bruns8 gavés d’anchovetas9. Quinze millions de ces volatiles ont constitué, pendant des millénaires, des couches de plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur sur les îlots ou les caps du littoral péruvien dont la moitié environ pour les îles Chincha au large de Pisco et le reste à partager entre les Lobos et les îlots Guañape et Macabí. Le climat totalement aride a permis la conservation des phosphates, de l’ammoniac et des sels alcalins. Le guano a été utilisé, dès l’antiquité, par les Mochica comme engrais, mais c’est à partir de 1854 que sa production augmente considérablement, atteignant pour le Nord 11 000 000 de t dont 8 000 000 pour les îles Lobos, entre 1860 et 1870. Il va servir à payer la libération des Noirs, financer les chemins de fer, enrichir la bourgeoisie urbaine et créer une classe de spéculateurs Salidos del Guano. Alliée à des étrangers, cette dernière va fonder les premières banques et entreprendre la concentration foncière capitaliste, mais aussi, la mise en valeur des richesses péruviennes, les grandes plantations de canne et leurs raffineries modernes, les sociétés importation-exportation et les chaînes de distribution. Le guano, malgré son origine peu engageante, fut un des facteurs décisifs du passage de l’économie de subsistance à l’économie de production primaire, agricole et minière.

76La grande carrière de Tembladera, en Cajamarca côtier, fournit 180 000 t de calcaire crayeux à la cimenterie de Pacasmayo en 1964 et peut tripler sa production d’ici à 1970.

  • 10 Ci-dessus, p. 462.

77Enfin, les phosphates du Piura suscitèrent de plus larges espoirs. Depuis leur rachat par le groupe nord-américain Kayser, on espère, après dix années d’incertitude, entreprendre l’extraction, sur la base d’un million de tonnes de production annuelle, d’un des plus gros gisements de phosphates de l’Amérique du Sud que nous avons déjà décrit ici10. Ils devraient faire surgir une usine de concentration à Bayovar mais aussi une usine d’engrais dont le Nord, peut-être encore plus que le reste du Pérou, manque beaucoup.

78Au total, les ressources minières ne font pas défaut mais, en dehors des minéraux non métalliques, leur production est faible ou leur prospection à peine entreprise, et les industries qu’elles ont suscitées sont limitées à l’extraction ou à la concentration, sans raffinage ni aucune industrie complémentaire.

b) L’énergie

79Le Nord produit de l’énergie pour lui-même et pour une grande partie du Pérou et ses ressources potentielles sont encore considérables.

LE PÉTROLE

  • 11 Ci-dessus, p. 460.
  • 12 Sofregaz, 174.

80Tumbes et Piura possèdent des gisements pétroliers qui ont déjà été décrits11 donc la production annuelle plafonne depuis 1964 autour de 2 600 000 t. Les réserves avouées sont estimées à 50 millions de tonnes, ce qui équivaudrait pratiquement à vingt ans de production au rythme annuel. Mais les résultats des sondages sur les concessions Lima et La Brea des compagnies anglo-saxonnes Lobitos et International Petroleum Company ne sont pas publiés, en raison de leur grave conflit politique avec l’Etat péruvien qui pèse sur toute la prospection pétrolière. Les réserves de gaz enregistrées, soit 15 milliards de m3, et en fait probablement beaucoup plus puisque sont totalement inconnues celles des gisements de Zorritos en Tumbes et de la Petrolera Fiscal aux Organos, concernent plus spécifiquement l’équipement du Nord, le gaz fournissant une énergie à bon compte. Les études effectuées récemment12 envisageraient trois usines thermoélectriques, de respectivement 5 000, 15 000 et 15 000 kW à Piura pour l’énergie générale urbaine, à Bayovar pour la concentration des phosphates, et à Paita pour une usine de synthèse de l’ammoniac à base de ce même gaz.

81Ainsi, la production d’électricité thermique de Bayovar et Piura consommerait environ 60 millions de m3 par an pour une puissance installée de 20 000 kW tandis que l’usine de Paita, d’une puissance de 15 000 kW et produisant 300 t par jour d’engrais ammoniacaux, exigerait 142 millions de m3. Le gaz pourrait être aussi la matière première d’une fabrique de polyéthylène et polychlorure de vinyle dont la consommation péruvienne approcherait de 18 000 t. en 1970.

82Actuellement le gaz se perd, brûlé dans l’atmosphère, ou bien est réinjecté dans le sous-sol ou, encore, fournit des essences volatiles par dégazolinage de 2 460 000 m3 par jour. Or, cette seule production de 1966 suffirait à l’alimentation de toutes les usines dont on vient d’envisager l’établissement.

LE CHARBON D’ANCASH

83Bien que situés en dehors de notre domaine, les gisements de houille de la vallée du Santa, notamment les mines de Galgada Ancos et La Limeña sont représentés par des couches d’anthracite très faillées mais à fleur de versant et d’extraction d’autant plus aisée que complètement exemptes d’eau et de grisou et proche d’une voie ferrée.

  • 13 2,8 millions US $ ou 13,7 millions de F 1966.
  • 14 13,2 US $ ou 65,7 F 1966.
  • 15 Sofremines, 262.

84Le coût d’une remise en service de ces mines, fermées depuis 1958, et de leur équipement moderne pour une production quotidienne de 1 000 t était estimé, en 1966, à 76 millions de soles13 avec un prix de revient de la tonne de 357 soles14. Intéressante en cas de manque de ressources énergétiques, cette houille est actuellement victime de la concurrence potentielle du gaz de Talara et du projet d’une centrale hydraulique de 18 000 kW à Calqui. En fait, c’est plutôt vers le sud plus industrialisé, et où il serait sans concurrent, que ce charbon pourrait trouver un débouché tant à Chimbote qu’à Lima15.

TABLEAU 128. Rapports du coût de la thermie suivant les sources d’énergie. (En sol.)

TABLEAU 128. Rapports du coût de la thermie suivant les sources d’énergie. (En sol.)
  • 16 Dans le cas d’une extraction quotidienne de 1 000 t.

Note 1616
SOURCES : Sofremines, 262.

85Le tableau 128 fait apparaître les coûts respectifs de la thermie suivant les sources énergétiques, celle de la houille étant calculée rendue à Chimbote par chemin de fer. On se rend compte que, pour son utilisation dans le Nord, le gaz conduit par gazoduc ou encore transformé sur place en électricité sera plus économique que le charbon au transport très coûteux.

LA PRODUCTION D’ÉNERGIE DANS LE NORD

  • 17 La centrale du Canon del Pato a depuis 1966 une puissance installée de 100 000 kW destinée en maje (...)

86L’énergie actuellement produite provient de deux sources principales : la centrale hydraulique du Cañon del Pato sur le rio Santa, et les produits pétroliers du Piura17. Une troisième source, le bagazo ou résidu ligneux de la canne à sucre après broyage, fournit 80 à 90 % de l’énergie nécessaire aux moulins et raffineries, mais suivant un cycle fermé propre aux grandes plantations.

  • 18 Sofrelec, 261.

87Le cañon del Pato est relié par une ligne de 140 km de longueur de 15 000 kW de débit maximum. En fait, les techniciens estiment que, par suite des pertes de transport, la puissance réelle disponible n’excède pas 8 000 kW pour Trujillo et 1 750 pour Salaverry. Aucune autre agglomération n’est desservie, tant sur le trajet que dans les environs de Trujillo, à la seule exception des satellites, résidentiel de California, et balnéaire de Buenos Aires18.

88En 1965, la puissance demandée variait de 1 300 à 4 000 kW selon les jours et les heures alors que l’on avait prévu 6 750 kW. On attendait cependant pour 1967 des pointes de 6 500 kW grâce au développement de l’industrie de la minoterie et des conserveries. La faiblesse de la consommation est mise en évidence si l’on ajoute que 55 % de l’électricité est destinée aux utilisateurs ménagers, 10 % aux commerçants et 35 % seulement aux industriels. Quant à l’ancienne centrale thermique de Trujillo, elle est entretenue et remise en service lors de la dizaine d’interruptions prolongées annuelles des apports du Cañon del Pato.

  • 19 L’essence est vendue en 1966 0,19 US $ le gallon ou 0,24 F le litre.

89Tout le reste de l’énerige consommée dans le Nord provient du pétrole et de, ses dérivés19. L’utilisation domestique du charbon de bois a, en effet, considérablement baissé devant celle du kérosène, notre pétrole lampant, qui sert à éclairer et chauffer les aliments dans la plupart des foyers toujours sans électricité. Les transports sont tributaires de l’essence, du diesel oil et du fuel lourd et les groupes électrogènes des villages comme les centrales électriques des villes et des usines de tout le Nord, excepté à Trujillo, fonctionnent au diesel oil ou au fuel lourd.

TABLEAU 129. L’énergie d’origine pétrolière consommée dans le Nord. (En milliers de tonnes.)

TABLEAU 129. L’énergie d’origine pétrolière consommée dans le Nord. (En milliers de tonnes.)

1. En 1965, la part de la Libertad dans le total Libertad-Ancash est de 68 % pour l’essence, 59 % pour le pétrole lampant, 31 % pour le diesel oil et 16 % seulement pour le fuel lourd.

90La production d’énergie est donc très compartimentée, chaque fabrique importante, cimenterie de Pacasmayo, la Nestlé, les sept raffineries de sucre, les égrèneries de coton et les moulins à riz, chaque ville et même chaque village produisant son courant. Il s’ensuit, évidemment, un coût considérable de l’énergie qui décourage les artisans et freine l’établissement d’industries moyennes. Le tarif industriel était, en effet, en 1965, d’un sol ou 0,18 F le kWh à Trujillo, ce qui était déjà élevé, mais il montait à 0,30 F dans les autres villes du Nord tributaires de petites centrales thermiques. Celles de Piura et Chiclayo ont une puissance installée de 7 200 et 6 500 kW avec des pointes de 5 000 kW, alors que la seule raffinerie de l’hacienda Pomalca possède une centrale de 15 000 kW avec des pointes de 6 500 kW.

91Ainsi, la totalité de l’énergie consommée dans le Nord en dehors de l’électricité du Canon del Pato, 22 millions de kWh, et de quelques tonnes de charbon de bois, est facile à calculer puisque tout ce qui meut, éclaire, chauffe, ou anime une industrie utilise des produits pétroliers distribués par l’I.P.C.-Lobitos. Le tableau 129 sur les livraisons fournies par cette société permet donc de connaître la consommation totale mais aussi celle par région et par différents secteurs d’utilisation aisément reconnaissable suivant qu’il s’agit d’essence et de gaz-oil : transports ; de fuel résiduel : centrales ; de pétrole lampant : usage domestique. Le tableau 130 qui indique la consommation par secteur d’activité est encore plus significatif, trahissant le taux dérisoire de la consommation industrielle, 14,7 % du gaz-oil et 21,2 % du fuel lourd.

92Le Nord côtier fournit donc une grande partie de l’énergie consommée au Pérou et il est le siège de diverses ressources potentielles d’exploitation éventuelle aisée, tel le gaz de Tumbes et Piura ou, à proximité immédiate, la houille de la vallée du Santa. Enfin, les grands projets de dérivation des eaux du versant atlantique, Virú-Chao, Tinajones II et surtout Olmos, produiraient à bon compte une électricité dont la vente atténuerait le coût de l’eau d’irrigation. Ainsi, les provinces septentrionales apparaissent comme les mieux dotées en énergie potentielle et ce n’est pas ici qu’il faut chercher la cause de la faible industrialisation mais bien dans le fractionnement de la production électrique.

TABLEAU 130. Consommation de produits pétroliers dans le Nord côtier en 1964. (En tonnes.)

TABLEAU 130. Consommation de produits pétroliers dans le Nord côtier en 1964. (En tonnes.)

SOURCES : Renseignements transmis par la direction générale de l’International Petroleum Company.

93Faute d’industries, on ne bâtit aucune centrale basée sur le gaz souterrain et il faudra attendre les ouvrages d’irrigation pour que l’on envisage des complexes hydroélectriques. Or, faute d’électricité bon marché, les industries ne sont pas sollicitées. Cercle vicieux dont on ne sortira que dans le cadre d’une politique dynamique de l’énergie mais également assortie de conditions beaucoup plus générales, concernant la main-d’œuvre, le capital et l’ouverture de nouveaux marchés.

c) La main-d’œuvre et la formation professionnelle

  • 20 En comptant la Sierra voisine.
  • 21 Collin Delavaud (CL), 58.

94Le potentiel, de ce point de vue, apparaît numériquement très favorable puisque chaque année, l’excédent zonal de population est de 60 000 personnes dont le dizième, environ, émigre vers le centre du pays20. La mécanisation devrait dans les années qui viennent augmenter le taux des départs pour les villes qui, déjà en pleine période d’expansion agricole, atteignaient 20 % de la population rurale, pour les seules grandes cités21.

95Mais si la main-d’œuvre disponible apparaît importante et même pléthorique, les traditions prolétariennes sont inexistantes et le fond des artisans bien restreint. En effet, l’artisanat est dans le Nord côtier réduit à la fois géographiquement et professionnellement. Rares sont les villages pratiquant une spécialité artisanale, au point que ces agglomérations de paysans sont privées de forgerons ou charpentiers, et que celles où l’on fait du fromage ou du porc salé sont considérées comme « industrielles », tant la transformation la plus banale est peu coutumière et apparaît hors de portée aux intéressés.

96On peut se demander, avant de conclure trop précipitamment que ce type d’activité est sociologiquement étranger aux paysans, si cependant les anciennes réductions indigènes ne pratiquaient pas des artisanats au contraire très élaborés. Il est, en effet, très significatif de constater que les vieilles communautés les plus densément peuplées et les plus ethniquement préservées, issues de réductions qui ont traversé sans grande altération les vicissitudes coloniales, la tourmente de l’Indépendance et l’assaut général du capitalisme progressiste, sont celles qui ont conservé les artisanats populaires les plus vivaces. Monsefú et Catacaos ont le monopole des chapeaux et des textiles de paille pour toute la Côte nord. Mórrope tourne d’incomparables poteries, Saña et Lambayeque préparent la confiserie, Olmos taille des charpentes et des parquets, Sechura, enfin, sèche le poisson et il n’y a pas longtemps que Colán avait des tissages réputés dans tout le Piura. En Libertad, le travail du cuir s’est perpétué jusqu’à nos jours et, à Catacaos, celui de l’orfèvrerie n’a décliné que sous les coups de la misère qui frappe cette communauté surpeuplée.

97Il convient plutôt de dire que la concentration dans les réductions a perpétué le vieil artisanat populaire et que c’est le déracinement et la condition de tenancier dans des rancherías, sans âme ni structure culturelle, qui a tué le sens artisanal. La condition de serf agricole et la rupture des collectivités indigènes ont anéanti incontestablement la pratique des arts de la forge, de la scellerie, de la poterie et d’un tissage qui deviennent des spécialités urbaines créoles, à Saña, Sullana, Guadalupe et surtout Trujillo, ou encore, se perpétuent dans les grandes réductions indigènes.

98Il n’en demeure pas moins que les industries ont du mal à trouver une main-d’œuvre qui puisse remplir tous les emplois situés entre les manœuvres et les ingénieurs. Ouvriers qualifiés et spécialisés, personnel de maîtrise et agents techniques font défaut.

99La scolarisation primaire est satisfaisante mais l’enseignement professionnel, à la seule exception d’écoles privées comme celle des pétroliers de l’I.P.C, est encore dans les projets. Les rares centres pre-vocacionales sont agricoles ou forment des techniciens plus que des ouvriers qualifiés. Drame de tout cet enseignement technique qui devient en fait, par sa rareté, l’antichambre des écoles d’ingénieurs. La Libertad, Le Lambayeque et le Piura, avec respectivement 35, 28 et 40 % d’analphabètes, paraissent à première vue mal préparés à l’aventure industrielle moderne. Les jeunes gens compris entre 6 et 15 ans ont des taux d’alphabétisation encore moins rassurants pour l’avenir, soit dans les mêmes départements respectifs, 40, 34 et 47 %, mais peut-on se fier à une enquête qui aboutit à une régression de l’alphabétisation alors même que la scolarisation fait un bon prodigieux, les maîtres ayant triplé entre 1940 et 1961. Faut-il conclure que les censeurs ont admis comme alphabétisés des jeunes gens sachant proprement écrire vers 9 et 10 ans ce qui fait apparaître près de la moitié des élèves comme analphabètes ?

100Le taux d’alphabétisation s’améliore pour les provinces côtières et surtout dans les villes ; il atteindrait 80 % à Trujillo chez les moins de 16 ans. Au-delà, l’enseignement secondaire et supérieur absorbe pratiquement tout l’effort scolaire autre que le primaire, quelques collèges préparant de rares agents techniques mais en aucune façon des ouvriers qualifiés ou spécialisés.

  • 22 Censo 1961, Educacion, p. 60, 63, 129, 130 et 138, 128.

101L’industrie ne bénéficie donc pas encore complètement du remarquable mouvement de scolarisation du Pérou qui pare au plus pressé et apprend à lire et à écrire ou, encore, forme une génération d’ingénieurs destinés à remplacer les cadres étrangers. La faiblesse des traditions prolétariennes et artisanales n’est pas compensée par des centres d’apprentissage ou d’enseignement technique. Chaque usine doit former son propre personnel qui augmente le compartimentage de la classe ouvrière et renforce le secteur des privilégiés, nantis d’un métier et d’un emploi, déjà propre au milieu rural mécanisé. Le prolétariat, au champ et à l’usine, reste divisé en catégories très tranchées dans lesquelles chaque entreprise est une bastille où patrons et ouvriers sont par la force des choses prisonniers les uns des autres. On peut affirmer qu’il n’y a, dans les villes du Nord du Pérou, ni réserve de main-d’œuvre industrielle ni marché de l’emploi et que la mobilité du prolétariat est, en voie de conséquence, presque nulle.22

d) Le crédit

102Il demeure le goulet d’étranglement de l’industrialisation au même titre que celui de la modernisation de l’agriculture comme nous l’avons déjà vu.

  • 23 166, 160 et 85 US $ pour ces cultures.

103Les capitaux ne manquent pourtant pas dans les régions où 70 à 80 % des superficies cultivées procurent des bénéfices mobilisables pour des investissements. En effet, on peut estimer que pour toutes les entreprises agricoles modernes de plus de 250 ha, la part des bénéfices net consommés par les propriétaires et actionnaires n’excède pas 50 %, l’autre moitié restant capitalisable. Entre 1958 et 1967, compte tenu d’années fastes ou médiocres, l’hectare de canne à sucre a rapporté net, en moyenne, 4 500 soles et ceux de coton et de riz ont procuré un bénéfice correspondant de 4 300 et 2 300 soles23, amortissement du matériel et loyer du sol déduits.

  • 24 Correspondant à la moitié des bénéfices nets sur 61 000 ha de canne, 115 000 de coton et 58 000 de (...)

104La grande et très grande exploitation disposèrent très probablement en 1964 d’une masse de capital, au minimum égale à 5,2 millions U.S. S pour les entreprises sucrières auxquels s’ajoutent 9,6 autres pour les grands planteurs de coton et encore 2,5 pour les riziculteurs24. Le latifundio a donc plus ou moins entre les mains une réserve mobile de 17 millions de dollars. Elle est répartie certes entre des actionnaires ou exploitants mais, étant donné le système péruvien des rétributions aux actionnaires sous forme de salaires considérables en tant que gérants, ingénieurs-conseils, ou aux fils et gendres des premiers, en tant qu’agronomes, ingénieurs et avocats, on peut penser que plus de la moitié des bénéfices doit être disponible pour des investissements soit environ une dizaine de millions de dollars.

  • 25 7 % du montant total de la base de calcul de la patente qui comprend une évaluation du reste fort (...)

105Cette source de capital n’est pas la seule dans les régions du Nord où la classe moyenne formée d’agriculteurs exploitant de 50 à 250 ha, de commerçants pratiquant des marges bénéficiaires courantes de 40 à 100 % et de médecins ou de juristes pourvues de revenus confortables, constitue une masse d’épargne théorique certainement assez considérable, très supérieure à dix millions de dollars, mais pratiquement impossible à évaluer sérieusement25. Inconnus restaient encore les bénéfices réinvestissables de la grande société étrangère Esso jusqu’à sa nationalisation.

106En disant que le Nord côtier peut disposer d’une masse de manœuvre supérieure et même, en période de prix mondiaux stables, très supérieur à 20 millions de dollars, on ne fait qu’approcher par défaut l’évaluation du potentiel d’investissement du Nord côtier. Mais il reste à connaître la direction prise par ces capitaux, tant par régions géographiques que par secteurs d’activité.

  • 26 250 000 ha de 240 à 300 US $.
  • 27 La seule Esso doit mobiliser une trentaine de millions de dollars pour sa production annuelle.

107Or, le 31 décembre 1965, la totalité des dépôts dans toutes les banques des quatre départements septentrionaux atteint 1 200 millions de soles ou 45 millions de dollars, somme bien faible si l’on songe que chaque année la seule agriculture des entreprises moyennes et grandes mobilise entre 60 et 80 millions de dollars26 le commerce, l’industrie et la construction au minimum 80 autres non sans, évidemment, que ces fonds se recoupent dans une certaine mesure27. On peut, toutefois, admettre qu’en 1965 la vie économique mit en mouvement un montant supérieur à 140 millions de dollars et constater que les banques de la région n’avaient en dépôt à cette date que 45 millions de dollars et ouvert seulement des prêts pour 36 autres millions.

108Cela revient à dire que beaucoup plus de la moitié du chiffre d’affaires des entreprises du Nord échappe aux banques locales, elles-mêmes cependant succursales des sociétés liméniennes ou étrangères. Et c’est là un des gros problèmes de toute la province péruvienne, d’autant plus sensible ici que le Nord côtier manipule des capitaux considérables qui échappent au contrôle régional. Les entreprises achètent à Lima, ou pire, à l’étranger, revendent directement outre-mer tandis que tous les transferts de fonds, sauf les salaires, sont effectués par l’intermédiaire des banques liméniennes. Il a été vu plus haut que le latifundio était lié à la banque et présent à toutes les étapes du circuit de distribution de l’import-export aux chaînes de magasins de détail dont toute la trame administrative et l’infrastructure financière et matérielle se trouvent dans la capitale. La grande entreprise agricole est ainsi une unité de production qui achemine elle-même son sucre ou son coton jusqu’au port d’embarquement d’où lui parviennent en retour engrais, insecticides, matériel et combustibles réglés par soldes de crédit, débitées sur une des banques dont l’exploitation est actionnaire.

109Aussi, comprendra-t-on que si le latifundio nord côtier a eu le grand mérite d’augmenter la production et de développer la productivité tout en assurant des conditions privilégiées à son prolétariat, il vit par contre en étranger dans la région. Il investit ainsi tous les capitaux disponibles à Lima ou, à l’extrême rigueur, dans le commerce régional, telles Romero et Cartavio, dans la pêche, telle Casa Grande ou, le plus souvent, dans des opérations immobilières comme Pomalca et Capote de Lambayeque ou la Encalada de Trujillo, promotrice du quartier résidentiel de California.

110Le crédit septentrional est donc entre les mains des succursales des banques publiques du Fomento industrial et du Fomento Agro-pecuario ou celles des grandes banques privées de Lima, Crédito, Internacional et Popular, qui ont le plus souvent pour actionnaires les latifundistas de la côte.

TABLEAU 131. Destination du crédit suivant les secteurs d’activité en 1966.

TABLEAU 131. Destination du crédit suivant les secteurs d’activité en 1966.

1. Superintendencia de bancos Perú, n° 148, p. 29, juillet 1966.
2. Enquêtes personnelles auprès des banques Crédito, Popular, Internacional et Regional del Norte.
3. Memoria y balance general del Banco Ñor Perú, Trujillo, 1966.
4. La moyenne du Nord côtier a été calculée en appliquant les pourcentages respectifs 47, 18 et 35 à Trujillo, Chiclayo et Piura.

  • 28 La loi fixe à 12 % le taux maximum mais il s’agit là du gain net, tous les frais et impôts sont su (...)

111Par ailleurs, les dépôts d’épargne sont extrêmement faibles et les bénéfices de la grande agriculture et du commerce de gros vont d’abord à Lima, puis reviennent partiellement dans le Nord où ils ont rapporté un intérêt au taux minimum de 17 %28, tandis que pour les prêts à moyen terme de deux à trois ans, l’intérêt réel, par le jeu des tranches de remboursement anticipé, s’élève à 22,5 % pour atteindre parfois 27 %. Or, les agences locales reversent aux maisons mères liméennes 9 des 17 % ! Encore s’agit-il là d’opérations légales assorties de garanties de solvabilité. Mais, si l’on s’aventure dans la jungle de l’usure, des prêts à découvert et des ventes à tempérament, les taux peuvent dépasser 30 % et approcher 35 %. Or, les limites qui séparent les entreprises bancaires saines des agences de crédits et ces dernières des officines d’usure manquent parfois de netteté.

  • 29 50 et 37 millions d’US $.

112Plus significative demeure la destination du crédit comme l’indique le tableau 131. Les banques régionales ne fournissent, sur demande expresse, que des pourcentages indicatifs et, seuls, sont publiés ceux relatifs au Pérou tout entier. Deux banques régionales, le Banco regional del Norte de capitaux piuranais et le Banco Nor Perú contrôlé par la Banque Wiese de Lima pour 51 % et pour le reste par l’oligarchie de Trujillo, font une concurrence sérieuse aux succursales des banques liméniennes, puisque sur un montant total des dépôts et prêts de la côte nord de 1 354 et 1001 millions de soles29 les banques Regional del Norte et Nor Perú avaient respectivement reçu en dépôt 196 et 224 millions de soles et prêté 142 et 165 millions de soles, soit à elles deux, 31,1 % des dépôts et 30,7 % des prêts.

  • 30 Un Sol = 0,18 F ou 0,038 US $ jusqu’au 30-6-1967 et 0,024 US % ensuite.

TABLEAU 132. Mouvement de crédit dans le Nord côtier au 31 décembre 1966. (En millions de soles30.)

TABLEAU 132. Mouvement de crédit dans le Nord côtier au 31 décembre 1966. (En millions de soles30.)

SOURCES : Superintendencia de bancos, Lima, décembre 1966.

  • 31 La fuite des capitaux dans les banques américaines ou suisses est un grave reproche fait à l’encon (...)

113Au total, l’industrialisation dans le nord du Pérou demeure encore au stade de l’extraction minière ou de la transformation primaire des produits agricoles. Ne manquent pourtant ni les ressources minérales, notamment celles nécessaires aux industries chimiques, pétrole, gaz, potasse, sel et phosphates, ni l’énergie potentielle, d’origine pétrolière ou hydroélectrique. Ne font pas défaut non plus la main-d’œuvre ni les capitaux mais, ici. s’arrêtent malheureusement les facteurs favorables. L’absence de tout enseignement professionnel limite les capacités du prolétariat. C’est là un inconvénient facilement remédiable au contraire de l’obstacle décisif que représente un capitalisme inquiet, sinon du lendemain, du moins de l’évolution politique à long terme, recherchant de gros profits immédiats dans la banque, le commerce et la construction, tous d’un bien meilleur rapport que ceux d’une industrie ouverte sur un très petit marché intérieur31.

114Nous débouchons, en fait, sur un problème beaucoup plus général, qui n’est ni l’apanage du Nord côtier ni même du Pérou, mais de toutes les petites nations d’un tiers monde compartimenté, et l’Amérique latine n’est encore parvenue qu’aux approches de son intégration économique continentale, seule susceptible d’offrir des marchés suffisants à une industrie moderne, Il reste cependant un certain nombre d’industrie de consommation, notamment celles du bâtiment, qui sont rentables au Pérou, mais elles se fixent à Lima, fuyant les difficultés de transport inhérentes à la province et se rapprochant au contraire des plus grands marchés de main-d’œuvre et de consommation.

B. TRUJILLO ET SON ARRIERE-PAYS

115Trois villes, Trujillo, Chiclayo et Piura ont approché ou dépassé la centaine de milliers d’habitants dès 1961 et elles constituent actuellement les centres d’attraction et d’animation de trois grands ensembles régionaux.

116Les trois cités administrent respectivement les trois départements de La Libertad, du Lambayeque et du Piura, mais leur rayonnement religieux, culturel, économique et politique s’étend aux départements de la Sierra et de l’Amazonie voisins de Cajamarca, Amazonas et San Martin et à celui de Tumbes, ce bout du monde de la côte péruvienne. Ces villes de même origine religieuse et résidentielle créole sont apparemment semblables tant par la taille et par le rythme contemporain de leur progression que par leurs rôles essentiellement administratif et commercial. Elles diffèrent cependant par leurs plus ou moins profondes racines historiques, la provenance sociale et la mentalité de leurs classes possédantes et, de plus en plus, par leur situation géographique et par les caractères économiques et sociaux de leur arrière-pays.

TABLEAU 133. L’essor urbain du Nord côtier.

TABLEAU 133. L’essor urbain du Nord côtier.

117Les ensembles régionaux ont certes une structure géographique assez semblable faisant s’ordonner à partir de la côte, telles des demi-auréoles concentriques, la vallée qui abrite la capitale régionale, les oasis voisines, puis les bassins habités de la Sierra et les colonisations du haut piémont amazonien. Mais ils se distinguent par leur dimension et l’importance de leur population et par les différents rapports entre les cultures industrielles et vivrières et entre les plantations et les terres de communautés indigènes. Enfin, leurs ressources minérales et énergétiques très mal réparties laissent pressentir une évolution industrielle variée. Tous ces facteurs interviennent pour nuancer le schéma initial et, notamment, dimensions et ressources ont, par leur diversité, favorisé l’établissement de réseaux urbains aux hiérarchies et aux relais très différents (fig. 77 et tableau 134).

TABLEAU 134. Nombre de villes par département et par importance. (Selon le recensement de 1961.)

TABLEAU 134. Nombre de villes par département et par importance. (Selon le recensement de 1961.)

Nota. — Il faudrait y ajouter les populations concentrées des haciendas sucrières. En Libertad : Casa Grande (18 000 hab.), Cartavio (15 000 hab.) et Laredo (10 000 hab.). En Lambayeque : Pomalca (12 000 hab.), Pucalâ (6 000 hab.), Pâtapo (4 000 hab.), Cayalti (7 000 hab.) et Tumân (6 000 hab.).

1. L’ARRIERE-PAYS DE TRUJILLO

118Il comporte avant tout les provinces côtières de La Libertad et dans une moindre mesure les provinces andines de ce département et aussi les provinces méridionales du Cajamarca et enfin, dans leur prolongement oriental, le piémont amazonien du département de San Martín (cf. p. 536).

119La côte comprend les oasis de Chao, Virú et de Moche où est notamment située Trujillo, au sud, et celles de Chicama et Jequetepeque, au nord. Les centres peuplés de la Sierra de La Libertad sont séparés de ceux de la côte par une solution de continuité désertique entre 1 000 et 2 500 m, sauf dans la province de Pacasmayo où le haut Jequetepeque relie les deux domaines côtiers et andins par sa longue vallée bien mise en valeur, densément peuplée et bien équipée en moyens de transports. Des cinq provinces montagnardes, Otusco et Santiago de Chuco sont constituées par les bassins de réception des fleuves côtiers, formant autant de petits mondes plus ou moins isolés entre 2 500 et 3 500 m d’altitude. Les trois autres, Huamachuco, Tayabamba et Bolivar, sont centrées sur le rio Marañon, mais leurs foyers de population sont situés sur les hauts cours des affluents de ce fleuve. Le Cajamarca méridional comprend le grand bassin agricole de Cajamarca et les provinces de Cajabamba et Celledin, centrées sur des affluents du Maranon. Le géant de la Sierra péruvienne traverse donc en indifférent toute cette zone, les hommes ayant été peu attirés par sa vallée encaissée, subaride et souvent insalubre. Au-delà, les colonisations du département de San Martín sur le rio Huallaga en partie débloquées par voie aérienne à partir de Trujillo forment une antenne avancée du domaine d’influence de cette cité.

TABLEAU 135. Trujillo et son arrière-pays. (en milliers)

TABLEAU 135. Trujillo et son arrière-pays. (en milliers)

SOURCES : Censo de población 1961, 126 ; Peru 1965, estadistica agraria, Internacional petroleum company, Superintendencia de los Bancos 1966, 267.
1. Non compris Trujillo.
2. Non compris l’oasis de Trujillo et Trujillo-ville.
3. Toutes celles de La Libertad et Cajamarca, Cajabamba et Celendin du Cajamarca.
4. San Martin et Huallaga.
5. Cultures sèches ou pâturages.
6. Seule la ville de Trujillo est reliée au Canyon del Pato.
7. Le sol vaut 0,18 F 1966.

120Le tableau 135 montre l’importance de l’arrière-pays de Trujillo et indique les limites économiques et financières de la Sierra et de l’Amazonie. Quant aux 238 000 ha de cultures sèches ou pâturages, ils sont d’un rendement trois à huit fois inférieurs à celui des hectares irrigués des oasis du littoral. L’arrière-pays économique de Trujillo est donc axé sur la côte, avec entre 70 et 80 % des productions agricoles, 92 % de la consommation des produits pétroliers et la totalité de l’hydroélectricité, à vrai dire insignifiante, enfin, 89 % des dépôts bancaires.

121En revanche, si la Sierra de Trujillo ne possède pas, contrairement à celle du centre du Pérou, un grand secteur minéral, elle constitue potentiellement un réservoir de main-d’œuvre et un futur marché de consommation avec 565 000 hab. en 1961, et probablement près de 700.000 hab. en 1967 selon l’accroissement naturel, encore que nous ignorions totalement le taux de l’émigration vers la côte ou vers Lima. Elle demeure aussi le château d’eau des rivières qui arrosent la côte mais, dans ce domaine, tout a été capté ou presque sauf dans les parages atlantiques voisins du haut Jequetepeque. Les futures ressources hydrauliques comme celles de l’hydro-électricité proviendront du bassin du Santa, c’est-à-dire de la Cordillère Blanche dans la Sierra centrale.

TABLEAU 136. Principales productions agricoles de l’arrière-pays de Trujillo.

TABLEAU 136. Principales productions agricoles de l’arrière-pays de Trujillo.

SOURCES : Contescar 1964, 181.
1. 1 sol = 0,18 F.

122La côte représente donc pour l’instant l’essentiel de l’arrière-pays de Trujillo, quant à la production, et celle-ci reste avant tout agricole. Le tableau 136 témoigne de sa prééminence grâce aux rendements obtenus avec l’irrigation, notamment dans les exploitations de conduite très moderne. Or, cette production est l’objet pour le coton, le riz et surtout la canne à sucre, de transformations industrielles qui la valorisent, créent et multiplient les capitaux comme les emplois.

TABLEAU 137. Ressources minérales de l’arrière-pays de Trujillo.

TABLEAU 137. Ressources minérales de l’arrière-pays de Trujillo.

SOURCES : Anuario de la industria minera, 1965, 148.

2. TRUJILLO

a) L’origine

123Fondée en 1535 et tirant son nom de la petite ville d’Estramadure dont est issu Pizarre, elle est établie à mi-chemin entre Lima et Piura sur la grande piste muletière qui double la voie maritime alors peu praticable en hiver. La vallée de Moche ou Santa Catalina est de taille moyenne, mais ce critère ne joue guère pour les Conquistadors et c’est plus la proximité de Chán-Chán, la grande capitale des Chimú qui est à l’origine du choix de cette vallée, pour assurer la continuité politique. Le site même est déterminé par un vaste lambeau de la terrasse intermédiaire non inondable, à 7 km du littoral dont on évite partiellement les brouillards matinaux et vespéraux. La tradition veut que les villes côtières soient bâties en dehors des rivages pour éviter les attaques surprises des pirates, mais cela paraît un anachronisme pour Trujillo fondée en 1535.

124Pendant toute l’époque coloniale Trujillo est le grand centre religieux de tout le Nord et, en 1620, elle possède treize couvents, une cathédrale, deux églises pour les indiens et l’unique université du Nord. Tous les ordres religieux qui se sont partagé les vallées du nord y ont leur maison mère et les jésuites en font leur centre des missions vers l’Amazonie septentrionale, la base de départ étant Cajamarca. Capitale de Corregimento, Trujillo devient le plus grand centre administratif du Nord après la destruction de Saña en 1720, et elle abrite en outre la cour d’appel.

PHOTO 60. La place d’armes de Trujillo, la cité blanche.

125Enfermée dans ses remparts au curieux tracé octogonal, elle s’ordonne à l’intérieur selon le plan en damier systématique sur toute la côte, disposé autour de la belle place d’armes où la cathédrale tourne son chevet vers l’est. Toutes les constructions sont en adobe, peintes de couleurs vives pour les habitations populaires et en blanc pour toutes les demeures des grands et les bâtiments publics ou religieux. La ville vue d’avion en 1940, ressemblait encore à une cité d’Orient, hérissée de coupoles et de campaniles et blanche étincelante.

126C’est Trujillo qui, en 1821, donne le signal de l’Indépendance mais, depuis cette époque, la ville « héroïque » voit pourtant son rôle politique et administratif diminuer relativement par le détachement successif de ses provinces du nord, Tumbes, Piura et Lambayeque, promues au rang de département au xixe siècle, et par la création d’évêchés dans ces mêmes départements au milieu du xxe.

b) Les difficultés de Trujillo

127Jusque vers 1940, Trujillo garde son aspect aristocratique, tant par son allure architecturale que par sa qualité de ville résidentielle des grandes familles créoles, par la concentration des ordres religieux et le prestige de son université, mais elle abrite à peine 37 000 habitants et son activité économique reste très faible. Les raisons de cette léthargie sont multiples. La première, propre à toutes les villes de province du Pérou, réside dans l’attraction de la capitale Lima qui centralise l’administration, abrite la colonie diplomatique et étrangère et fait la politique, élément déterminant pour quiconque veut entreprendre des affaires. Il en est de plus spécifiquement régionales qui expliquent notamment le retard pris par Trujillo par rapport à Chiclayo jusque vers 1955. Les voies de communications font défaut vers la Sierra, et Cajamarca se débloque tant pour le rail que pour la route par l’intermédiaire de Pacasmayo. Le mouillage de la vallée de Moche, alors Huanchaco, est exécrable, avec ses hauts fonds, trois barres dangereuses et une absence totale d’abri contre l’alizé. Par ailleurs, les 19 000 ha irrigués de la vallée de Santa Catalina composent un arrière-pays immédiat restreint, d’autant plus que l’ensemble des provinces côtières du département est dominé par le latifundio. Cela signifie que les moyens et petits propriétaires, soit les acheteurs éventuels, sont très peu nombreux et qu’en outre les ouvriers d’haciendas dépendent commercialement des grandes exploitations. En Chicama, Cartavio et Casa Grande ont respectivement 9 000 et 18 000 hab. et possèdent leurs négociants en gros, leurs magasins de détail, des succursales bancaires et des agences de compagnies d’assurance, leurs hôpitaux et leurs collèges secondaires, des notaires et des avocats. On y vivait, il y a une décennie encore, en vase clos et l’ouvrier, fils d’ouvrier, y naissait, y allait à l’école, y travaillait et y demeurait, y dépensait son salaire et y prenait sa retraite chez son fils qui recommençait le cycle.

128Près de 80 % de la population rurale des vallées de Virú, Moche et Chicama échappaient alors à l’influence directe de Trujillo et encore 45 % de celle de Jequetepeque. Or, pour cette dernière vallée, l’éloignement de plus de 100 km et les bonnes communications avec le Cajamarca, favorisaient l’essor urbain, commercial et industriel du port local de Pacasmayo. Mais les bouleversements techniques et sociaux allaient modifier après la Seconde Guerre mondiale ce schéma traditionnel.

c) La renaissance économique contemporaine et les nouveaux secteurs d’activités

129En 1961, Trujillo est le centre urbain le plus peuplé du Nord il a le commerce de détail le plus volumineux, il devient une place financière partiellement autonome et son industrie encore embryonnaire, est cependant la seule de toutes les capitales du nord à se développer. Par ailleurs, la cité « héroïque » garde la conduite religieuse, universitaire, politique et syndicale.

130L’ancienneté de Trujillo et son maintien depuis la conquête dans le même site et la continuité de sa direction administrative et culturelle en font une ville certes incomparable sur le plan architectural mais qui avant tout possède une âme. La cité est d’abord résidentielle. Les grandes familles de la Colonie et aussi les étrangers venus dans la foulée de l’Indépendance ont assuré la permanence de l’Eglise et de l’administration et la prééminence de l’Université. Or, celle-ci, avec l’évolution des idées et des genres de vie, des nécessités culturelles de la vie moderne et, enfin, avec l’essor des classes moyennes, va se développer considérablement dès la fin du deuxième conflit mondial.

  • 32 Ci-dessus, p. 263.

131Centre administratif complet, cité possédant une « vie de société », Trujillo retient la bourgeoisie et les élites régionales et attire celles des oasis plus septentrionales. A ces causes profondes s’ajoutent les éléments circonstanciels propres à tout le Pérou, voire l’Amérique du Sud. Tels sont l’explosion démographique et surtout l’exode rural vers les villes d’une part et l’expansion économique américaine pratiquement ininterrompue depuis la fin de la récession qui suivit la guerre de Corée en 1954, d’autre part. Enfin, plus particulièrement dans cette région où prédomine la culture de la canne, les arrêts des importations américaines en provenance de Cuba ont assuré des quotas et des prix records du sucre pendant près de six années. Par ailleurs, La Libertad, notamment dans les vallées de Chicama et Jequetepeque, est à l’origine du syndicalisme combatif côtier s’appuyant sur le vieux parti originellement ouvriériste et indigéniste A.P.R.A., dont Trujillo est devenue la citadelle. L’enrichissement du latifundio industriel, sa modernisation, la qualification et la concentration d’un prolétariat syndicalement bien encadré ont abouti à des hausses spectaculaires du pouvoir d’achat des travailleurs32 et à leur libération morale et matérielle vis-à-vis de l’exploitation. Les ouvriers d’haciendas ont alors accédé au niveau de consommateur et, qui plus est, de consommateur libre. Le commerce indépendant va en profiter d’autant plus que l’évolution technique va provoquer la révolution des transports routiers reliant les exploitations à Trujillo.

132La refonte totale de la vieille piste automobile côtière dès 1946 qui devient la route panaméricaine reliant toutes les provinces côtières à Lima est suivie de la création d’un réseau de routes carrossables la rattachant aux communautés et grandes plantations. Enfin, une voie de pénétration vers la Sierra et, même, dans un avenir proche vers le piémont amazonien, part de Trujillo. Des services de camions, d’autocars et de taxis collectifs drainent marchandises et consommateurs vers la capitale régionale dès les années 1950.

  • 33 Ci-dessus, p. 483.

133La ville est dès lors reliée à Lima par la route et par l’avion mais il lui manque encore un port moderne jusqu’en 1964, date à laquelle la rade foraine de Salaverry, draguée, équipée d’un brise-lame et de quais d’accostage, de dépôts de produits pétrioliers, d’entrepôts et de silos, en fait le deuxième havre du Nord après Chimbote33. Au cours de la même année, la connexion des réseaux électriques de Trujillo et Salaverry avec la centrale hydroélectrique du Cañon del Pato de la vallée du Santa achève l’équipement régional. Trujillo dispose donc d’une infrastructure technique assurant les communications et l’énergie indispensables à un grand centre urbain et notamment à une industrie.

  • 34 Ci-desss, p. 504.
  • 35 Malgré son nom, qui vient de Libertad, cette Société n’est pas une filiale de la Libby’s.

134Cette dernière suppose aussi une mentalité. Pas plus que les autres Péruviens, le détenteur de capitaux trujillanais n’est enclin à se risquer dans des investissements à long terme, surtout s’ils sont de caractère industriel34. La centralisation du crédit autour des banques liméniennes est un des éléments entre tous les autres qui favorise l’établissement des industries autour de la capitale et la création d’une véritable banque régionale en 1961, à Trujillo même, le Banco Nor Perú, va modifier favorablement les conditions du crédit. Le pourcentage des prêts destinés à l’industrie passe entre 1961 et 1964 de 8 à 23,5 %. Certes, le groupe Wiese de Lima contrôle cette banque pour moitié mais la direction est totalement régionale et son président-fondateur, Ganoza Vargas, est en même temps le chef de file de la bourgeoisie affairiste de Trujillo qui a monté, dès 1949, une conserverie de jus de fruits, la Liber35. Ainsi, les capitalistes de Trujillo, aux racines urbaines plus anciennes que celles de la bourgeoisie terrienne des autres départements du Nord, restent des propriétaires fonciers et tirent l’essentiel de leur revenu d’opérations immobilières mais la génération actuelle est touchée par l’esprit d’entreprise, bancaire et industriel.

135Aux tanneries traditionnelles, la cité avait ajouté avant la guerre deux petites usines de tissage de soixante-dix ouvriers chacune et surtout une brasserie dont les vicissitudes illustrent les difficultés de l’industrialisation en province. Créée en 1921 avec des capitaux mi-liméniens mi-locaux, elle fait faillite puis est reprise en 1938 par des brasseurs de l’active capitale côtière du sud, Arequipa. Un nouvel échec en 1961 aboutit à son rachat par Pilsen-Callao qui en fait une entreprise moderne et prospère de deux cents ouvriers et elle conquiert 40 % du marché régional. Dès 1949, la Liber s’accroche dans des conditions entièrement défavorables, faisant des jus de fruits à partir de fruits en sirop importés de Californie ! Mais elle diversifie très vite ses activités en développant les cultures régionales, notamment les ananas et les asperges. La même équipe enfin fait appel au groupe nord-américain Campbel pour établir une très grosse fabrique de concentré de tomates. Une troisième usine, la San Fernando, établie en 1961, met en conserve fruits et poissons, diversifiant, elle aussi, sa production pour solliciter verticalement et horizontalement une clientèle peu étendue. On doit au port de Salaverry l’implantation en 1966 du plus grand moulin du Nord, traitant des blés importés du Canada ainsi qu’un projet d’usine de montage d’automobiles, remis sine die depuis la crise financière nationale de 1966-1967.

136Le secteur secondaire est donc encore embryonnaire, même s’il est en pointe vis-à-vis des autres provinces côtières et il demeure étroitement basé sur des productions agricoles ou sur des produits de consommation locale à partir de ressources allogènes. En revanche le secteur tertiaire limité jusqu’en 1950 à l’administration et à la vie culturelle devient dès 1960 avant tout communal, et Trujillo possède alors un commerce de détail correspondant à son premier rang par la population tandis que son commerce de gros reste très en deçà de celui de Chiclayo, la plaque tournande du Nord (tableau 144, p. 534).

  • 36 Primer Censo Económico (industries manufacturées), 134.

137La vitalité économique de la ville se mesure encore mieux avec les montants des dépôts et prêts bancaires qui atteignent 422 et 357 millions de soles à Trujillo contre respectivement 400 et 191 à Chiclayo et 288 et 312 à Piura. La répartition des secteurs d’activités de la population se définit plus difficilement, les statistiques officielles traitant le problème par département ou par province et sur des critères le plus souvent erronés (tableau 138). Or, ce tableau ne donne pas satisfaction entière pour l’étude des activités, moins parce qu’il est à l’échelle de la province ce qui n’augmente la population urbaine que de 20 % et ne modifie guère les ordres de grandeurs, que parce que les catégories sont très mal définies. Les ouvriers d’usine sont confondus avec les artisans et, si nous retenons le critère d’entreprises de cinq ouvriers et plus, nous dénombrons 2 201 personnes employées dans l’industrie à Trujillo36 en 1963. Le secteur commercial est par ailleurs sous-évalué, soit que l’on ait compté les commerçants parmi les artisans et donc les ouvriers, soit que l’on ait passé sous silence les petits commerçants des rues ne payant pas patente et surtout nombre d’employés.

TABLEAU 138. Population active urbaine de la province de Trujillo.

TABLEAU 138. Population active urbaine de la province de Trujillo.

SOURCES : D’après le VI. Censo Nacional de Populación, t. IV, cuadro 192.

138Le nombre total de personnes actives urbaines de plus de six ans 46 900 peut surprendre par sa modestie dans une province qui compte 121 000 personnes de plus de six ans vivant dans les villes ? Tout un secteur de la population échappe à la statistique, femmes d’artisans et de commerçants, domestiques, vendeurs de magasins, etc. Un important secteur de la population urbaine a des occupations agricoles fixes, saisonnières ou occasionnelles, ou encore, compose le prolétariat marginal des tâcherons, débardeurs et coltineurs, vendeurs des rues, cireurs, qu’il est difficile de différencier des chômeurs ruraux, venus de la Sierra ou de la campagne voisine s’établir chez un parent qui leur fait bénéficier de l’étonnante solidarité familiale propre aux classes populaires péruviennes. Nous proposons donc le tableau 139 suivant comme ordre de grandeur d’activités.

TABLEAU 139. Secteurs d’activité de la ville de Trujillo.

TABLEAU 139. Secteurs d’activité de la ville de Trujillo.

SOURCES : D’après nos enquêtes auprès du S.E.R.H. de Trujillo (section locale du ministère du Travail).

d) Les transformations de l’agglomération

  • 37 O.N.P.U., 144.

139En passant de 30 000 à 100 000 hab. entre 1940 et 1961, et en dépassant 120 000 en 1965 selon les enquêtes de la O.N.P.U. :37, la vieille cité a fait exploser son cadre colonial. Elle a rasé ses remparts et largement débordé leur ceinture octogonale ; mais cela n’a pas été possible dans toutes les directions, l’îlot de terrasse supérieure sur lequel est bâtie la ville étant cerné par les terres cultivées des haciendas. D’où cette agglomération à la fois tentaculaire et à satellites (fig. 79). Les quartiers populaires ou barriadas du Porvenir et de la Esperanza étalent notamment leur lèpre sur la pampa désertique et sur les épandages des pieds des versants septentrionaux à 4 ou 5 km de la ville, de même que les villas du quartier résidentiel de California ont été loties sur une ancienne huerta à 5 km du centre. Quant aux usines, les premières ont cerné la vieille cité, parfois isolées en plein champ, et les dernières ont été bâties le long de l’axe Trujillo-Salaverry depuis la modernisation de ce port.

140Très limitée dans son cadre colonial au milieu des grandes plantations, Trujillo a dû éclater pour s’aggrandir et se présente moins comme une ville tentaculaire que comme une nébuleuse. La progression s’est faite anarchiquement jusqu’en 1962, au hasard des spéculations immobilières et des occupations populaires spontanées, sans aucune norme architecturale et sans prévision d’ensemble. A partir de cette période, l’implantation des nouveaux quartiers s’effectue selon des plans d’urbanisme assez strictes et, surtout, les bidonvilles sont remodelados, c’est-à-dire viabilisés, en fonction de larges allées quadrillées, pourvues d’éclairage public et de fontaines d’eau potable. La route panaméricaine dont tout le trafic interrégional traversait la vieille ville est enfin déviée en 1967.

141L’évolution immobilière s’exerce alors suivant deux formules, privées et publiques. Le secteur privé se développe à partir de terrains agricoles appartenant généralement aux vieilles familles créoles de Trujillo et qui profitent de leur position suburbaine pour transformer des exploitations rurales en difficulté en opérations immobilières fructueuses. En 1942 et 1962, les terrains ainsi bâtis par l’initiative privée font passer l’agglomération de 247 à 572 ha. De 1962 à 1967, 225 autres hectares sont ainsi lotis, mais avec une intervention de l’organisme municipal quant à l’organisation des espaces urbanisés et même, depuis 1964, quant au respect des normes architecturales. Ainsi se sont constitués les urbanizaciones de Chicago et Palermo, quartiers résidentiels pour classes moyennes, tandis que les ensembles suburbains plus anciens accueillaient le commerce et l’artisanat.

  • 38 Environ mille familles par an selon la O.N.P.U., 144.

142La seconde intervention, celle de l’Etat a visé, soit par la Caisse d’épargne, soit par la Banque de l’habitat à loger les petits cadres salariés à emploi fixe, en avançant l’achat d’un logement qu’ils sont en mesure d’acquérir mais seulement à crédit. Ce sont les urbanizaciones qui flanquent la vieille ville à l’est et au nord-est. Enfin, la Junta de la Vivienda s’attaque au redoutable problème des barriadas. Viabilisant à fonds perdus les immenses bidonvilles du Porvenir, de Lorencia et de la Esperanza, y apportant l’eau et l’électricité publique. Il s’agit d’une œuvre demandant de gros moyens qui ne furent pas marchandés entre 1964 et 1967, mais aussi d’un travail de Sisyphe, le nombre annuel des familles de l’arrière-pays38 étant, pour le moins, aussi important que les logements des bidonvilles remodelados, chaque année. En effet, aux 200 ha de barriadas antérieurs à 1962 et très élémentairement urbanisés en 1967, se sont ajoutés entre-temps 200 autres hectares de logements spontanés, les pouvoirs publics veillant toutefois à ce que les occupants disposent leurs huttes le long d’allées « théoriques », c’est-à-dire jalonnées mais nullement empierrées ni bordées.

143On peut considérer que le développement immobilier de Trujillo se poursuit chaque année depuis 1958 à raison de 300 maisons ou immeubles représentant environ 400 logements privés par an et depuis 1964, 200 familles de petits cadres sont en plus logés ou relogés avec des crédits à long terme. Environ 1 100 autres voient leur « invasion » juridiquement légalisés, leur terrain aligné et géométriquement défini et, enfin, disposent d’un poste d’eau potable pour une cuadra d’une quarantaine de lots. Dès 1964, la Junta de la Vivienda dénombrait 56 000 personnes vivant dans les quatre barriadas les plus importantes de la périphérie, soit 20 000 hab. pour Aranjuez-La Intendencia, 15 000 hab. pour le Porvenir, 18 000 hab. pour la Esperanza et 3 000 au Calvario (fig. 179). Si l’on tient compte des 3 000 à 4 000 habitants vivant dans les vieux bidonvilles de la cité, tels Chavez ou La Noria, on peut considérer qu’en 1964 60 000 des 115 000 habitants de Trujillo, donc un peu plus de la moitié, s’abritaient dans des huttes et ignoraient l’électricité et le tout-à-l’égout évidemment, mais aussi l’eau potable qui leur était livrée par citernes à raison de 9 centimes le gallon de 3,75 1.

144En 1967, plus de 314 de ces foyers ont vu leurs quartiers sommairement viabilisés, mais en trois ans 7 000 à 9 000 nouveaux venus ont fait reculer de plusieurs centaines de mètres les limites des bidonvilles spontanés. El Porvenir et la Esperanza, aux noms résolument optimistes, recèlent les demi-consommateurs d’aujourd’hui et les travailleurs de demain, mais elles abritent surtout la misère des émigrants, presque exclusivement originaires de la Sierra, qui expliquent la grande proportion de journaliers d’hacienda, prolétaires marginaux ou chômeurs partiels.

3. LA ZONE D’INFLUENCE ET SON DYNAMISME

a) Le réseau urbain

145La zone d’influence se confond ici, dans une grande mesure, avec l’arrière-pays. Le réseau urbain est, en effet, très peu hiérarchisé, les villes secondaires ne dépassant pas le cinquième de la capitale régionale en population, tandis que leurs fonctions urbaines diminuent encore par rapport à celles de Trujillo et que leur rôle de relais reste très limité (tableau 140).

TABLEAU 140. Le réseau urbain de Trujillo en 1961.

TABLEAU 140. Le réseau urbain de Trujillo en 1961.
  • 39 Ci-dessus, p. 362.

146Quatorze villes de 5 000 à 23 000 hab. constituent le réseau urbain de Trujillo, et trois villes seulement méritent le titre de relais : Cajamarca, Pacasmayo et Tarapoto. La première, capitale du département de Cajamarca, a une autonomie administrative mais dépend de Trujillo commercialement. Pacasmayo39 est une rade foraine qui dessert l’oasis de Jequetepeque et les provinces méridionales du Cajamarca. Débouché des mines de ce département, c’est aussi une ville industrielle possédant de grands moulins à riz et surtout la troisième cimenterie du Pérou. C’est le centre du commerce de détail de l’oasis de Jequetepeque et son deuxième foyer administratif avec la vieille petite ville coloniale de San Pedro à qui elle dispute ce rôle séculaire. Une grosse succursale de la Banque régionale Nor Perú et une Chambre de commerce locale achèvent de donner à cette petite ville une certaine autonomie.

  • 40 Les marchandises étrangères peuvent également venir par bateau par l’Amazonie, le Huallaga.

147Celle-ci reste pourtant confinée dans le domaine industriel et dans celui des communications régionales. Pacasmayo demeure par ailleurs un relais administratif et commercial de Trujillo, mais on est ici aux limites de la zone d’influence de la capitale de La Libertad et Pacasmayo comme Cajamarca dépendent partiellement du commerce de gros de Chiclayo. La distance à cette ville est du reste légèrement plus faible pour Pacasmayo et de 10 % moindre pour Cajamarca. Tarapoto, enfin, est à la fois une dépendance commerciale de Chiclayo et de Trujillo où s’effectuent les ruptures de charge entre le camion et l’avion, unique mode de transport à destination de cette colonisation amazonienne à partir de la côte40.

148Les autres villes sont de petits relais administratifs et surtout de grosses bourgades rurales où les industries dérivées de l’agriculture et le commerce de détail occupent le plus souvent moins de 30 à 45 % de la population active. Ces agglomérations aux fonctions encore relativement peu urbaines représentent malgré tout une forme d’urbanisation des campagnes parallèle à la ruralisation des grandes villes. C’est la représentation du même phénomène à une échelle différente de l’afflux des agriculteurs sans terre à la ville, que celle-ci soit une communauté indigène ou la capitale. Les rancherías de latifundio industriel suivent le rythme de la progression démographique malgré la mécanisation. Or, après les peones, viennent s’installer les profesionales, avocats et médecins, les commerçants de détail, et même, dans les bourgades les plus dynamiques comme Chepén, des succursales de banques et de compagnies d’assurances, et des entreprises de transport en commun propres à ces grosses agglomérations rurales. Ancienne réduction indigène, privée de terre et coincée entre les grandes plantations rizicoles du Jequetepeque, Chepén finit par constituer, grâce à son énorme concentration d’ouvriers agricoles, une petite cité active mais vivant pour elle-même, ni prédatrice ni animatrice d’un arrière-pays qui lui est étranger, assurant le relais de quelques services auprès d’une réserve de main-d’œuvre.

149Paradoxalement, les rancherías d’hacienda, longtemps fermées à toute influence de Trujillo, deviennent après l’émancipation et la promotion sociale de leur prolétariat privilégié, de véritables centres urbains avec des services très diversifiés, leur hôpital et leurs collèges secondaires et un commerce de détail totalement affranchi de la tutelle de l’exploitation. Les ouvriers de la raffinerie, ceux des ateliers et les conducteurs d’engins mécaniques finissent par conférer un caractère foncièrement industriel à ces agglomérations de 12 000 et 16 000 habitants que sont Cartavio et Casa Grande. Loin d’être des reliques de l’oppression coloniale, ces haciendas sont donc devenues des loyers urbains à multiples fonctions. Leur échappent cependant le commerce de gros et l’administration, ce qui limite leur rôle de relais, et aussi leur développement reste-t-il lié à celui de l’entreprise.

150Tout ce réseau bénéficie de communications routières établies entre les deux guerres de façon très rudimentaire, puis développées et bien aménagées à partir de 1950. Outre la route panaméricaine, les raccords entre Salaverry, le port industriel, les grandes haciendas, Pacasmayo et Chepén sont asphaltés et les communautés indigènes de la côte et les villes de la Sierra sont reliées par des routes empierrées fréquentables par des voitures de série, notamment par les pittoresques petits autocars de bois et les taxis collectifs qui ont, après le camion, débloqué les centres peuplés les plus reculés. Ils assurent dans une deuxième génération des transports routiers, la circulation des personnes après celle des marchandises. Mais si le réseau dessert parfaitement les foyers de peuplement de toute la côte, il ne parvient guère qu’à relier à celle-ci les chefs-lieux de province de la Sierra et n’atteint pas encore ceux de la Selva.

151Trujillo regroupe donc toutes les activités tertiaires essentielles de sa zone, administratives et universitaires, ainsi que le commerce de gros, ne laissant aux autres centres urbains que des fonctions administratives de stricte transmission locale, l’enseignement secondaire et un commerce de détail dépendant étroitement de la capitale. Les foyers secondaires n’ont une activité autonome que dans la mesure où ils ont une spécialité portuaire, minière, industrielle ou de gestion de grande plantation. Or, Trujillo peut également être court-circuitée par Lima. Le tertiaire supérieur lui échappe, par suite de la centralisation très poussée de la haute administration publique et privée, et de l’organisation par chaînes de l’importation et de la distribution commerciale. Les grandes haciendas elles-mêmes, liées à des groupes bancaires et d’export-import liméniens, font venir entre les deux tiers et les quatre cinquièmes de leur approvisionnement directement du Callao, de Chimbote et maintenant Salaverry, de même que les grandes opérations chirurgicales, les hautes études techniques ou universitaires, les opérations financières et les négociations commerciales importantes sont traitées dans la capitale du Pérou, quand elles ne s’effectuent pas à l’étranger.

152Avec 135 000 habitants en 1966, dont 9 000 d’activité urbaine, Trujillo demeure une ville régionale privée de la direction des entreprises privées les plus importantes ; elle est malgré tout passée du stade prédateur commercial exclusif au rôle animateur par le développement de son université qui freine l’exil des élites vers la capitale et aussi par la naissance de l’esprit d’entreprise bancaire et industriel de sa bourgeoisie terrienne et foncière. La tendance à la décentralisation de l’administration devrait enfin conférer à la vieille cité coloniale, son rôle de direction régionale.

b) Le dynamisme régional

153L’évolution régionale est caractérisée par le dynamisme côtier face à la stagnation relative des provinces montagnardes. La poussée démographique, générale pour la zone, conduit à un départ des habitants de la Sierra vers la côte accompagné d’un transfert des campagnes vers les villes (tableau 141). La Libertad a un accroissement vrai inférieur à la moyenne nationale, 51,9 contre 59,6 %, malgré un accroissement naturel théorique de 61,2 %. Il faut en conclure que plus forte que la moyenne nationale, la poussée démographique départementale est amputée par l’émigration.

TABLEAU 141. Attraction régionale vraie des villes sur leur arrière-pays agricole entre 1940 et 1961 dans le département de La Libertad. (En milliers d’habitants.)

TABLEAU 141. Attraction régionale vraie des villes sur leur arrière-pays agricole entre 1940 et 1961 dans le département de La Libertad. (En milliers d’habitants.)

SOURCES : VI Censo de Población, 126, p. XVI, XVII, 54 et 55.
1. L’accroissement naturel théorique 61,2 entre 1940 et 1961 est obtenu d’après le pourcentage d’accroissement national vrai 59,6 corrigé d’après le coefficient départemental de fécondité en l’absence de bilans de natalité et mortalité.

154En fait, les provinces de la Sierra auraient perdu 82 000 habitants par émigration, tandis que la côte non seulement fixait la totalité de son accroissement naturel, mais accueillait également 36 000 montagnards. Tout ceci reste très théorique puisque parmi ces 36 000 immigrants certains viennent du sud de Cajamarca, mais les ordres de grandeur peuvent être retenus et témoignent de l’hémorragie humaine de la Sierra et de la puissance d’accueil de la côte. Enfin, sur cette dernière, les deux capitales de province absorbent 68 000 des 200 000 nouveaux habitants du département, soit 41 700 hab. de plus que leur accroissement naturel théorique évalué à 26 600 hab.

155La production évolue aussi vite sur la côte qu’elle stagne dans la Sierra. Alors que dans cette dernière l’extraction minière plafonne pratiquement depuis 1962 et que la production agricole est complètement étale, les oasis continuent leur aménagement et améliorent leur productivité, insensibles jusqu’à maintenant aux variations spectaculaires du prix mondial du sucre. Seul le coton, marginal et toujours spéculatif en Libertad, a fortement accusé la baisse, pourtant relative, du prix mondial ; mais il a été remplacé par le riz. Entre 1950 et 1965, les superficies consacrées à la canne à sucre passent régulièrement de 23 300 à 34 000 ha tandis que la productivité augmente de 8 à 13,3 t de sucre à l’hectare. Pour le riz, le manque d’eau freine le développement des aires plantées et ces dernières passent malgré tout entre 1947 et 1965 de 18 100 à 24 000 ha pour les années humides et de 14 000 à 19 000 ha pour les années sèches.

156La productivité reflète aussi les aléas climatiques ; cependant, dans de bonnes conditions, elle augmente de 2,6 à 5,1 t/ha. Le maïs, enfin, gagne rapidement du terrain, son aire passant de 10 500 à 20 200 ha entre 1951 et 1965 et sa productivité augmente de 1,5 à 2,8.

  • 41 Ci-dessous, p. 545.
  • 42 Le dollar passe de 15,4 à 27,6 soles entre 1950 et 1959, et évolue entre 26,4 et 26,8 jusqu’à juil (...)
  • 43 Le dollar perd pendant cette période environ 12 °/o de son pouvoir réel d’achat, ce qui réduit à 5 (...)

157Le développement général est révélé aussi par l’essor des mouvements bancaires révélés par le tableau 14841. De 1950 à 1966, les dépôts et les emprunts passent respectivement de 39 et 43 à 513 et 427 millions de soles, soit en dollars42 25,3 et 27,9 millions au 31 décembre 1959 et 191 et 160 millions au 31 décembre 1966. Le revenu brut des provinces côtières de La Libertad va progresser, entre 1955 et 1960, de 1313 à 2 641 millions de soles, soit de 68 à 99 millions de dollars43 représentant une progression apparente de 7,4 % par an ou vraie de 5,2 %. La croissance démographique cependant va réduire ce taux, puisque la population du département augmente en moyenne de 3,1 % par an, ce qui laisse malgré tout une progression vraie du revenu brut per capita dans le département de La Libertad de 2,3 %.

  • 44 Banco de Reserva, 12.

158En 1961, ce revenu par tête atteint 4 400 soles ou 164 $ contre 140 pour le Pérou. Mais la part relative du revenu de La Libertad dans celui de la nation baisse de 6 à 5 % pendant cette période et va se maintenir à ce niveau. La Libertad paie ainsi le poids de la stagnation de ses provinces andines et la léthargie de Trujillo jusqu’en 1960. A cette date, le revenu per capita du Costeño est de 5 243 soles contre 3 922 à celui du Serano, soit 196 contre 146 $44. Enfin, la répartition par activité du revenu départemental révèle entre 1955 et 1960 une baisse de près de 10 % de la part de l’agriculture, de près de 50 % de celle des mines, et en revanche, une progression très rapide du commerce et des services de l’ordre de 30 %, tandis que l’industrie se développe au faible rythme annuel de 4 %, d’autant plus lent que le niveau de départ est très bas.

CONCLUSION

159L’ensemble régional côtier de La Libertad compose une très belle unité de production agricole, tant pour la culture industrielle d’exportation, la canne à sucre où elle tient le premier rang de la production et de la productivité, que pour celui des cultures vivrières, riz et maïs, où elle détient aussi les mêmes records. Or, les oasis côtières de ce département fournissent non seulement 8 % des exportations en valeur et nourrissent leur population, mais elles fixent aussi la totalité de leur accroissement démographique et même 30 % de celle des provinces andines voisines, freinant d’autant l’émigration vers la capitale. Le grand problème de ces oasis reste la prééminence écrasante du latifundio. Industriel, hautement productif et rémunérant relativement bien une main-d’œuvre qui jouit par ailleurs de la stabilité de l’emploi et du secours social, ce dernier n’est pas économiquement, ni même dans le contexte péruvien général, socialement en cause. Il l’est, par contre, sur le plan régional. La paye des ouvriers mise à part, la totalité des bénéfices nets, tout amortissement et entretien déduits, est dirigée sur la capitale ou l’étranger, tandis que l’approvisionnement et la production des haciendas échappent au commerce local. La vie économique n’évolue donc qu’au rythme agricole et, en dehors d’une activité industrielle embryonnaire, les villes ne vivent que du commerce de détail et des services.

160Trujillo possède un réseau urbain aussi ténu qu’il est étendu, les villes secondaires étant très peu développées. Leurs fonctions, quand elles ne sont pas agricoles, restent soit très spécialisées, minières comme Quiruvilca ou portuaires comme Salaverry, et leurs activités tertiaires ne leur confèrent qu’un rôle de relais très faible. Or, Trujillo n’écrase pas ces villes par un gigantisme dévorant, il s’en faut. La zone d’influence couvre environ 40 000 km- et abrite en 1961 près d’un million d’habitants. Une cité de 100 000 personnes alors, dont 35 % sans activité urbaine proprement dite, ne constitue pas un facteur de déséquilibre. C’est encore à Lima qu’il faudra éventuellement attribuer ce rôle stérilisant des villes de la région. La baisse d’importance du département par rapport à la nation, sensible jusqu’en 1960, est actuellement stoppée. Trujillo est l’artisan de cette stabilisation, par la prise en main du commerce régional, le développement de l’industrie et une politique du crédit régional original au Pérou. Ses industries et sa banque joignent maintenant leurs efforts à ceux de l’Université pour animer l’arrière-pays.

161De nouvelles ressources apparaissent. La Corporación del Santa devrait mettre en culture près d’une centaine de milliers d’hectares, soit pratiquement doubler les superficies irriguées d’ici à 1980, faisant de La Libertad la plus grosse unité de production de cultures vivrières, économisant les devises du pays et rompant avec la tradition dangereuse de la monoculture de la canne. Ces nouvelles surfaces devraient éponger l’excédent démographique des vingt-cinq années à venir, sur la côte, compte tenu du fait que la mécanisation ici déjà effectuée, et devraient même absorber partiellement l’émigration des provinces montagnardes. Or, ces dernières seront également sollicitées par le développement des colonisations du rio Huallaga en Amazonie, en liaison avec l’accélération des travaux de la Carratera marginal de la Selva dont le président Belaunde a fait l’épopée pionnière du régime. Enfin, la Réforme agraire qui fait vingt-six mille petits propriétaires et la structure coopérative prévue pour les nouvelles irrigations devraient créer cette classe d’acheteurs et d’épargnants régionaux indispensable à l’essor économique de la zone.

162L’infrastructure technique, ports, routes et énergie hydroélectrique, est prête à accueillir l’industrie ; le dynamisme démographique est canalisé sur un ager en pleine expansion, et une classe de consommateurs est en train de surgir, mais il faudra que les détenteurs de gros capitaux du latifundio les investissent sur place.

C. — CHICLAYO ET SON ARRIERE-PAYS

163Immédiatement au nord de l’ensemble régional de Trujillo, celui de Chiclayo se présente, lui aussi, comme un groupe d’oasis correspondant à un département essentiellement côtier, le Lambayeque, à une région montagnarde qui couvre les trois quarts du département de Cajamarca, au haut piémont amazonien délimité par le département d’Amazonas et, enfin, par une antenne en pleine selva, le nord des colonisations du Huallaga du département de San Martín. Chiclayo est la capitale administrative du Lambayeque, mais son rayonnement économique s’étend sans partage sur tout l’arrière-pays. Ces régions géographiques, aussi différentes que la côte, les Andes et la forêt dense, ont en commun des ressources et des structures sociales très différentes de celles de l’arrière-pays de Trujillo qui donnent à Chiclayo et sa zone d’influence un réel dynamisme économique.

1. L’ARRIERE-PAYS

164La côte en forme la base la plus complète avec la grande oasis commune aux rios Chancay et Leche et leurs annexes de la vallée de la Sana, au sud, et de la zone sahélienne d’Olmos-Motupe, au nord. A part les districts de Canaris et Incahuasi, ancienne mitimae inca où l’on parle le Quechua qui appartient au Lambayeque, les centres peuplés de la Sierra sont situés dans les provinces du centre et du nord du Cajamarca. Les premières forment des pays andins typiques, hauts bassins de réception des fleuves côtiers ou amazoniens situés entre 2 000 et 3 500 m. Mais, si la coupure des terroirs de la côte par des versants désertiques ou steppiques est encore nette, elle devient plus courte, notamment dans les oasis de Saña et la Leche. Des gorges de raccordement séparent les districts irrigués de la plaine côtière et les replats de culture sèche des bassins de réception, mais elles sont boisées et forment une solution de continuité qui n’excède pas 400 m de dénivellation. Plus au nord, au parallèle d’Olmos, les crêtes andines s’abaissent en leur point le plus bas de toute l’Amérique du Sud. Le col de Porculla met en relation la gouttière très déprimée et aride du Marahon avec le sahel côtier. Des voies de pénétration nombreuses relient les vallées de Sana, Chancay et Leche aux plateaux du Cajamarca, tandis que la route d’Olmos débloque le moyen Maranon et les bassins de Jaén et Bagua. Cette dernière pousse plusieurs antennes vers le piémont amazonien, atteignant le Maranon navigable à Nazareth et, par delà Chachapoyas, continue sa progression vers les colonisations du Huallaga (fig. 82, p. 537).

165Les tableaux 142 et 143 montrent la part prépondérante de la côte dans les ressources agricoles et minérales de l’arrière-pays de Chiclayo. Toutefois, la Sierra constitue une puissante réserve de main-d’œuvre. C’est aussi de la montagne que l’on attend, outre déjà la totalité de l’eau actuellement utilisée sur la côte, celle du versant atlantique qui, dérivée vers le versant pacifique, devrait irriguer 100 000 ha de plus et fournir de l’énergie hydraulique à bon compte. Enfin, si le marché de consommation représenté par une population de 400 000 montagnards vivant en grande partie en économie de subsistance, est faible, celui de 214 000 colons d’Amazonie en pleine installation est déjà nettement plus important et propre à développer le commerce de Chiclayo (cf. p. 531 et 532).

2. CHICLAYO

a) Une naissance tardive

  • 45 Pour avoir appuyé le mouvement révolutionnaire de Salaverry.
  • 46 Pour avoir, cette fois, contribué pour une part essentielle au mouvement de Balta.

166Chiclayo n’a pas derrière elle la longue existence, ni la permanence de fonctions administratives, universitaires et résidentielles de Trujillo. C’est au départ un grand couvent franciscain fondé en 1541 et qui a non seulement la charge de l’évangélisation de la plus grande oasis côtière, mais aussi l’exploitation d’une partie de la Comarca de Collique. Or, le regroupement des indigènes se fait à San Miguel de Tumán et à San Francisco de Chiclayo. Couvent et grosse bourgade de métayers, l’agglomération attire les commerçants tandis que les capitales du Corregimientio, Sana puis, après la destruction de celle-ci par une lave torrentielle en 1720, Lambayeque, abritent l’administration et l’aristocratie foncière. Le prompt ralliement des petits créoles de Chiclayo à San Martin vaut à la ville le statut de villa en 1824, puis de Ciudad en 183545 et enfin de capitale du nouveau département de Lambayeque en 187446

TABLEAU 142. Chiclayo et son arrière-pays.

TABLEAU 142. Chiclayo et son arrière-pays.

1. Sans la ville de Chiclayo.
2. Sans l’oasis de Chiclayo et sa capitale.
3. Département de Cajamarca sauf les provinces de Cajamarca, Bambamarca, Celendín et Jaén.
4. Départements d’Amazonas et San Martin, sauf pour ce dernier, les provinces de San Martin et Huallaga et la province de Jaén de Cajamarca.

167Le site a joué son rôle aussi en offrant à la ville des terrains non inondables sur de vastes superficies et de qualité agronomique médiocre, voire une terrasse légèrement encroûtée au nord et des débris de versants d’un petit massif ancien isolé à l’ouest. Lambayeque, victime de trois inondations au cours du seul siècle dernier, s’est repliée sur une éminence sablonneuse où elle reste étroitement bloquée entre des marais, des rizières et de grandes dunes fixées. Chiclayo se développe donc seule et, seule, va profiter de l’essor démographique, technique et économique qui atteint le Lambayeque vers les années 1870, tandis qu’elle accueille les structures administratives du nouveau département.

  • 47 Elle est construite en briques crues et le fer n’y joue qu’un rôle très modeste dans l’armature de (...)

168La cité s’ordonne suivant un plan en damier autour de la place d’armes que l’on aménage devant le vieux couvent désaffecté et en ruines, tandis que sur les plans de l’ingénieur français Eiffel, on bâtit à l’est de la place, la nouvelle cathédrale47 et au nord, l’hôtel de ville. Dernière née des trois capitales du Nord côtier, Chiclayo va croître très rapidement. Elle dépasse dès avant 1914 Piura, la première ville fondée au Pérou et capitale d’un département deux fois plus peuplé, puis pratiquement rejoint entre les deux guerres, Trujillo, la cité quatre fois séculaire, capitale religieuse et administrative d’un département, lui aussi, deux fois plus peuplé. L’ascension de Chiclayo est, en effet, due aussi à d’autres facteurs que ceux de l’histoire et de l’administration, elle appartient à la géographie et à la structure sociale.

TABLEAU 143. Principales productions agricoles de l’arrière-pays de Chiclayo.

TABLEAU 143. Principales productions agricoles de l’arrière-pays de Chiclayo.

b) La plaque tournante du Nord

169Les fonctions de la nouvelle ville sont essentiellement commerciales. En 1965, Chiclayo possède le plus grand nombre d’entreprises de gros et de transport routier de tout le Nord (tableau 144).

  • 48 Locaux, équipement et stocks au 31 décembre 1964 selon les registres des patentes.

TABLEAU 144. Nombre d’entreprises commerciales et industrielles selon l’importance du capital investi48.

TABLEAU 144. Nombre d’entreprises commerciales et industrielles selon l’importance du capital investi48.
  • 49 Soit : moins de 1 800, moins de 18 000, et plus de 18 000 US $.

Note 4949

170Le tableau 145 montre la part importante des secteurs du commerce et des transports dans les activités de la capitale du Lambayeque, soit 23 %, auxquels il faudrait ajouter une bonne moitié du secteur industriel composé d’artisans adaptateurs de produits agricoles ou manufacturés et dont l’essentiel du revenu dépend de la revente en demi-gros ou en détail des produits ainsi transformés élémentairement. Les services administratifs et privés sont composés, pour 80 %, par les employés de banque et d’assurances et de sièges sociaux des entreprises départementales dont la plus grande part est tournée vers le commerce. C’est ainsi que les cinq succursales des grandes banques liméniennes et celles des deux banques régionales, Nor Perú et Regional del Norte, accordent 72 % de leurs prêts au commerce contre 26 % à l’agriculture et 2 % seulement à l’industrie. Plusieurs raisons expliquent cette orientation.

LA POSITION GÉOGRAPHIQUE

171Chiclayo est au cœur du Nord, à mi-chemin entre Piura et Trujillo, face à la Sierra très peuplée de Cajamarca que trois voies de pénétration, Chota, Santa Cruz et Jaén, relient la capitale du Lambayeque. La dernière pousse, en outre, beaucoup plus loin vers le bassin du Marañon et le piémont amazonien. D’autre part, Chiclayo est située au centre de la plus vaste des oasis du Nord, delta commun des rios Chancay et Leche, soit une centaine de milliers d’hectares irrigués, bien groupés dans un rayon de 50 km autour de la métropole régionale. Cette concentration des zones de production agricole contraste avec l’extrême étirement de l’ager de La Libertad, dispersé entre cinq oasis dont la dernière a son centre de gravité à 120 km de Trujillo.

TABLEAU 145 Population active urbaine de la province de Chiclayo.

TABLEAU 145 Population active urbaine de la province de Chiclayo.

SOURCES : D’après le VI Censo Nacional de Población 1961, t. IV, cuadro n° 92, 131.
1. Vivent dans les haciendas voisines.

172Aussi, aucune agglomération à fonction urbaine ne peut se développer à proximité de Chiclayo. Monsefû, à 12 km, malgré ses 11 500 habitants, n’est encore qu’une grosse agglomération agricole qui n’a pas l’équipement en services de son homologue Chepén de La Libertad, distante de 140 km de Trujillo. Eten, à 17 km, et Pimentel, à 12 km, sont de simples jetées en mer et quelques entrepôts. Ferreñafe, capitale de province située à 20 km, n’est également qu’un bourg de paysans et de peones. Quant à Lambayeque, l’ancienne capitale déchue, située à 9 km plus au nord, elle n’est plus qu’un satellite administratif de Chiclayo. En dehors d’une majorité d’agriculteurs, elle abrite les services agricoles publics, l’Université agraire et le Centre d’expérimentation agronomique, de nombreux collèges secondaires, le musée d’archéologie, le quartier général, une caserne et les services des ponts et chaussées de la voie de pénétration d’Olmos Marañon. La plupart des fonctionnaires ou étudiants et collégiens vivent à Chiclayo. Aussi, loin d’être considérée comme une rivale de cette dernière, Lambayeque n’est plus qu’une dépendance administrative de la capitale.

LA STRUCTURE SOCIALE DE L’ARRIÈRE-PAYS

173Elle explique aussi l’importance du commerce de Chiclayo. Le latifundio y est encore puissant mais il n’est pas isolé comme en Libertad dans une autre oasis à 50 km de la capitale. En Lambayeque, au contraire, Pomalca est à 8 km, Tumán à 16 et Pucalá, la plus éloignée, à 28 seulement. La taille des entreprises n’est pas aussi importante, par ailleurs, et les rancherías cristallisent difficilement commerce et services. Mais surtout, il existe à l’ouest et au nord deux vastes zones de petites et moyennes exploitations où près de 20 000 familles nanties constituent un marché pour le commerce de Chiclayo, fait totalement inconnu pour Trujillo puisque les seules communautés de petits et moyens agriculteurs de La Libertad, celles de la vallée du Jequetepeque, étaient attirées par Pacasmayo ou Chiclayo qui est plus proche et réputée mieux achalandée. Ainsi, quoique capitale d’un département moins peuplé d’un bon tiers que celui de Trujillo, Chiclayo a un marché de consommation beaucoup plus important dans un rayon très limité. L’arrière-pays andin est, lui aussi, plus dense et plus ouvert, Coupées de Cajamarca qui n’est pas encore reliée à ses provinces du centre et du nord, Santa Cruz, Chota et Jaen ne peuvent s’approvisionner qu’à Chiclayo. Or, elles sont mises en valeur par des exploitations moyennes ou petites, notamment des plantations de riz ou de maïs, et non, comme à Cajamarca, par le latifundio d’élevage extensif. Enfin, le piémont est occupé par de petits et moyens colons en train de s’équiper et donc bons consommateurs.

174Position centrale, groupement géographique de l’ager et important marché de consommateurs ruraux authentiques sont les facteurs favorables du commerce de Chiclayo. Ses habitants sont eux-mêmes des commerçants d’origine régionale ou étrangère, aventuriers européens, petits créoles ou cholos entreprenants qui fuient Lambayeque, capitale administrative endormie du vice-royaume et foyer conservateur pendant les guerres civiles du siècle dernier. Si l’origine lointaine de Chiclayo est un couvent, celui-ci est désaffecté au début du xixe siècle et c’est sans remords que marchands et artisans en abattent les ruines après la Seconde Guerre mondiale.

c) Les activités non commerciales

175Le secteur secondaire est limité à un artisanat favorisé par le marché de consommation rural et tout le secteur central nord de la ville est occupé par des charpentiers, menuisiers, selliers, cordonniers, matelassiers et cordeliers qui, sur plus d’une quinzaine d’hectares, groupés par spécialités, offrent un reflet de nos bourgs à corporations de l’ancien régime. Les ateliers des réparateurs de camions et des adaptateurs ingénieux de véhicules de tous genres, ceux de fabrication de ferblanterie et d’outillage à partir de vieux bidons et les forges en plein air couvrent deux zones au sud et à l’ouest de la ville, à l’entrée et à la sortie de la route panaméricaine. Quant aux industries du bâtiment, elles demeurent encore à l’état d’entreprises artisanales de maçonnerie et de plomberie.

176Si l’on exception les « usines » de mise en bouteille de boissons gazeuses, une confiserie traditionnelle et les moulins à riz qui occupaient tout au plus 400 personnes, la ville n’avait pratiquement pas d’industrie digne de ce nom quand la Nestlé installa en 1941 une fabrique de lait concentré et plus tard de nescafé. Les avatars de cette société qui emploie 287 ouvriers illustrent bien les difficultés de l’industrialisation dans cette zone. L’objectif péruvien est de fournir un débouché à l’élevage laitier de la Sierra de Cajamarca, de procurer environ 250 emplois et d’éviter des sorties de devises. Côté suisse, c’est une preuve d’esprit de collaboration assortie de placement de capitaux hors de l’Europe en guerre. De bénéfices pourtant, il n’y en aura officiellement qu’en 1962.

  • 50 Ci-dessus, p. 369.

177Pour la région, c’est une demi-réussite. La production laitière est peu activée. Faute de productivité, le prix de revient est trop près du prix d’achat de la Nestlé. L’usine consomme 12 millions de litres de lait dont 5 % viennent du département, 45 % du Cajamarca par 300 km de pistes et 3 000 m de dénivellation, et 50 % sous forme de lait écrémé en poudre de Nouvelle-Zélande et de beurre liquide des U.S.A. ou du Canada que l’on reconstitue avec de l’eau distillée locale en lait frais pour le condenser ensuite ! La production de cette usine plafonne et, ajoutée à celle de Gloria d’Arequipa, n’empêche pas l’approvisionnement de la moitié du marché national par du lait concentré de Hollande. Or, cette entreprise est de capitaux suisso-américains, de gestion européenne et est protégée par des droits de douane péruviens. Avec une tentative de conserverie de poissons qui eut une existence encore plus hasardeuse et fit faillite après la dernière guerre, on a là toute l’histoire industrielle de Chiclayo. On sait par ailleurs50 que les essais d’implantation d’une cimenterie et d’une papeterie à l’hacienda Cayalti ont fait faillite en 1965 à la fois pour mauvaise qualité, gestion trop lourde et production à une trop faible échelle. Il y avait, par contre, un marché régional et c’est la non compétitivité des produits qui fut en cause. Au total, la ville n’emploie que 1 848 personnes dans les établissements industriels de 5 ouvriers et plus. Rien ne trahit une mentalité industrielle dans la société de négociants et artisans de Chiclayo, contrairement à la bourgeoisie urbaine de Trujillo. Le Lambayeque est le champ clos où se mesurent les banques liméniennes et les deux banques régionales, le Banco Nor Peru de Trujillo et la Regional del Norte de Piura. Pas plus que des industries, la société chiclayenne n’a pu ou voulu créer son organisme régional de crédit.

  • 51 Expression désignant pour certaines administrations les départements de Tumbes, Piura, Lambayeque (...)

178L’administration s’y développe en revanche très rapidement. Si Trujillo a conservé la vieille administration religieuse de l’évêché devenu archevêché en 1965, ses couvents et collèges religieux et les services administratifs généraux pour tout le Nord, de la justice et du travail, l’ensemble des administrations du département de Lambayeque est concentré à Chiclayo. Il faut y ajouter ceux propres à toute la zone, rectorat de tout le grand nord51, services agraires s’étendant sur Cajamarca et Amazonas, enfin un évêché régional depuis 1965. Dans le domaine culturel, l’université départementale reste de rayonnement très local et de faible niveau, mais l’université agronomique de Lambayeque est d’intérêt régional, tandis que les collèges publics et privés forment les petits cadres du département.

179Chiclayo administre bien son département et partiellement son arrière-pays andin et amazonien et constitue la plaque tournante des communications routières et aériennes du Nord ainsi que l’entrepôt du commerce de gros et la distribution de détail pour toute la zone. Mais elle n’a pas encore trouvé sa vocation industrielle et bancaire, c’est une ville très animée, à fonctions tertiaires, qui ne subit pas le poids des émigrants d’une Sierra relativement dynamique ; aussi, évite-t-elle partiellement ces vastes secteurs aux contours indécis de journaliers agricoles, de chômeurs ou prolétaires marginaux qui composent le tiers de la population de Trujillo.

d) L’évolution urbaine

  • 52 O.N.P.U., 144.
  • 53 Ci-dessous, p. 542.

180La ville est passée entre 1940 et 1961 de 31 000 à 96 000 habitants et, d’après les calculs de l’Officina Nacional de Planeamiento Urbano del Perú52, elle atteignait 121 000 habitants en 1966. Ce développement au rythme moyen annuel de 10 % contre 3,3 au département s’est traduit par une extension encore plus grande des zones urbaines grâce, jusque vers 1965, à la présence de terrains bon marché aux abords de la ville53. La ville n’a donc pas éclaté comme Trujillo, et elle s’est répandue en continuité dans trois directions (fig. 81, p. 533).

181L’axe nord a été celui du commerce. Partant du damier serré qui cerne la place d’armes où se mêlent les administrations et les services, on traverse d’abord le quartier des commerçants de détail, bazars tenus par les Chinois, et artisans. Ensuite, on aboutit au grand marché moderne, centre d’un quartier extrêmement animé de grossistes et d’entreprises de transports. Véritable emporium du nord, cet ensemble couvre une étendue de quinze cuadras ou blocs d’environ 2 ha chacun. Au-delà, s’étendent les grands quartiers résidentiels populaires qui, contrairement à Trujillo, sont encadrés strictement par la municipalité, imposant des quadrillages au cordeau, fournissant l’électricité publique et l’eau potable au coin des rues. Ici la viabilisation, sinon précède, du moins accompagne le lotissement.

182L’axe méridional est occupé par des industries déjà toutes anciennes à Chiclayo et les quartiers résidentiels pour classes moyennes de Santa Victoria et populaires spontanés du Barrio La Victoria s’étirent le long de la voie panaméricaine sur des terres salées et impropres à l’agriculture. Ce quartier n’est pas vraiment une barriada. L’urbanisation y est très poussée mais les abris sont en adobe, bien alignés le long de larges allées sablonneuses et disposent d’un grand espace de 200 m² qui leur épargne l’entassement et la promiscuité des bidonvilles. Commençant par le nord, la viabilisation gagne comme un front vers le sud.

183A l’ouest, enfin, par delà le quartier ferroviaire, des entrepôts, des moulins à riz et des ateliers de réparation de camions, s’étendent les urbanizaciones à loyer modéré de la Junta de la Vivienda qui s’étendent loin vers l’ouest sur la route de Pimentel. Si Chiclayo a su grandir aussi rapidement que Trujillo en évitant en partie la lèpre des bidonvilles, la voirie n’a pas suivi le développement et l’accès au quartier commercial comme la traversée de la grande artère panaméricaine mettaient le matériel et les nerfs des conducteurs à rude épreuve encore en 1967. La dérivation attendue pour 1968 devrait sauver la ville d’une asphyxie qui, à la longue, compromettrait son rôle de plaque tournante.

PHOTO 61. Chiclayo, vue du Sud vers le Nord. Le centre ordonné autour de la place d’armes et les quartiers populaires au fond.

184Le développement immobilier pendant la période 1940-1962 reste très faible, limité à l’initiative privée qui s’exerce au milieu de la ville par la construction d’un ou deux immeubles de deux à trois étages par an, surtout à destination commerciale, et d’une vingtaine à une centaine de maisons individuelles destinées aux cadres ou à des propriétaires terriens (tableau 146). En fait, le grand départ de la construction est dû à la création de Junta de la Vivienda en 1963 dont les effets se font sentir à partir de 1965. Son action s’exerce dans deux domaines. D’une part, la construction de maisons indépendantes ou groupes de deux à six logements pour les classes moyennes, avec un crédit assuré par le Banco de la Vivienda et la Caisse d’épargne, ce sont les urbanizaciones ou nouveaux quartiers planifiés de l’ouest de la cité. D’autre part, la viabilisation des quartiers ouvriers populaires à fonds pratiquement perdus des Nations unies, de l’Allianza (O.E.A.) et du gouvernement péruvien qui fait depuis 1963 un très gros effort, ici comme pour toutes les grandes villes de la côte.

185Le dénombrement de la Junta de la Vivienda de 1963 établit qu’il y a en ville 11 105 habitations et 2 700 locaux commerciaux. 98 000 habitants vivent alors dans 11 105 logements, soit une moyenne de 9 personnes par logement. Or, sur le total, 3 000 sont habitables, 2 300 sont en dur mais en état déplorable, et 5 600 dans les barriadas. 5 200 logements ont l’eau courante et 6 200 l’électricité. Le tableau 146 indique le rapide accroissement à partir de 1953 et son accélération jusqu’à 1963.

TABLEAU 146. Extension des surfaces bâties de Chiclayo.

TABLEAU 146. Extension des surfaces bâties de Chiclayo.

SOURCES : Oficina de la Junta de la Vivienda de Chiclayo.

186A partir de cette date, tout en restant élevé, le taux de l’expansion en surface se stabilise car l’œuvre de la Junta consiste surtout en urbanisation des bidonvilles existants, soit 3 581 logements viabilisés entre 1964 et 1968, tandis que la Caisse d’épargne implante en plein cœur de la ville vingt immeubles de trois étages et seize logements qui sont une nouveauté dans cette province où l’habitat résidentiel est essentiellement monocellulaire. Dans les deux cas, peu d’espace est nécessaire, or on parvient dès 1965 aux bornes des terrains sans valeur agricole occupables à bon marché. La spéculation foncière sur les haciendas voisines limiterait même l’expansion populaire de la ville si, par la plus grande négligence, la ville héroïque en 1827 n’avait été établie partiellement sur le territoire d’une communauté indigène, Reque et, notamment, sur des terres municipales incultes, dites de Chacupe. 4 000 ha sont l’objet d’un litige entre la communauté de Reque, la Réforme agraire et la Junta de la Vivienda. Entre-temps, les terres ont été occupées par les nouveaux venus qui paient une redevance de pure forme à Reque et ont fondé le Barrio de la Victoria qui devrait devenir un des plus grands quartiers populaires de la cité.

187Enfin, bien que le phénomène soit moins important qu’à Trujillo, des travailleurs de la ville viennent, pour environ un millier d’entre eux, des communautés de cultivateurs de Monsefú, 12 km, de Ferreñafe, 20 km, et de Pimentel, 9 km.

188En incluant son port Pimentel et son satellite administratif Lambayeque, Chiclayo forme le complexe urbain le plus important du Pérou septentrional avec, en 1966, environ 150 000 habitants contre 140 000 à Trujillo-Salaverry et 88 000 à Piura-Castilla.

3. LA ZONE D’INFLUENCE ET SON DYNAMISME

a) Le réseau urbain

189Le réseau urbain de Chiclayo est plus homogène que celui de Trujillo. Il ne possède pratiquement pas de villes relais sur la côte, ni dans la Sierra, mais en a, par contre, deux sur le piémont amazonien, Jaén et Chachapoyas, situées l’une et l’autre sur des branches de la voie de pénétration Olmos Marañon. Le reste des villes, trop proches de Chiclayo, situé au cœur d’un ager très groupé, ne forme que des bourgades agricoles, même quand elles dépassent les 10 000 habitants, comme Monsefû et Ferrenafe et qu’elles ont des fonctions de sous-préfectures comme cette dernière (tableau 147 et fig. 82, p. 536).

TABLEAU 147. Le réseau urbain de Chiclayo en 1961.

TABLEAU 147. Le réseau urbain de Chiclayo en 1961.

SOURCES : Enquêtes auprès des services du ministère du Travail de Chiclayo.

190Le réseau de communications est le meilleur du Nord. Etabli en toile d’araignée à partir de Chiclayo, il comprend, outre la Panaméricaine qui traverse déjà douze chefs-lieux de district sur les vingt-quatre du département, un axe transversal asphalté reliant les ports du littoral à la capitale et celle-ci aux trois grandes haciendas et à Chongoyape, où elle prend la forme d’une piste empierrée à destination des bassins centraux du Cajamarca. Six autres routes alphaltées relient Zaña, Monsefû, Puerto Eten, San José, Ferreñafe et Mórrope à la route panaméricaine, généralement à proximité de la capitale ou dans celle-ci. Enfin, à 100 km au nord, se raccorde la route de pénétration amazonienne d’Olmos-Marañon, qui déroule en 1967 ses 400 km d’axe principal jusqu’à la première section navigable de ce fleuve en amont des défilés de Borja. Elle devrait atteindre vers 1972 le Marañon navigable depuis la mer, en aval de Borja, à 560 km de Chiclayo, à Puerto Americano.

191Au Sud, Pacasmayo, le port industriel et commercial de l’oasis de Jequetepeque, est situé à mi-chemin entre Trujillo et Chiclayo, et cette dernière draine une partie de la clientèle et surtout les grandes communautés indigènes du nord de la vallée, Guadalupe et Chepén, attirées par le meilleur choix de Chiclayo tout en profitant de distances respectivement plus courtes de 20 et 23 km. Dans la Sierra, Cajamarca reliée à la Panaméricaine à 7 km au nord de Pacasmayo, est plus proche de Chiclayo. Le dynamisme commercial et routier de la capitale du Lambayeque est donc très fort mais il risque d’être progressivement détourné par les ports modernes de Salaverry et Paita. Prévus à la fin de la dernière guerre mondiale, ces deux ports ont été conçus en fonction des réalités économiques de l’époque basée sur l’agriculture. Or, le développement de celle-ci en Lambayeque a été aussi rapide qu’en Piura et plus qu’en Libertad et les activités commerciales ont décuplé.

192En 1966, le Lambayeque est le nœud du commerce des régions septentrionales au centre géographique du nord, mais elle n’a pas de port protégé à quais d’accostage. En 1968, la production agricole va augmenter de 15 à 20 % grâce au barrage de Tinajones et, d’ici 1976 à 1980. 100 000 ha seront mis en valeur avec la colonisation d’Olmos, tandis qu’un minimum de 200 000 ha seront gagnés à l’élevage et à l’agriculture dans la Selva. Il manque donc un débouché sur la mer à la zone économique la plus active du Nord.

193Alors que Salaverry et Chimbote sont à 120 km l’un de l’autre au sud et que Paita et Talara sont distants d’à peine 50 km, il n’y a, en effet, aucun port abrité et à déchargement à quais entre Paita et Salaverry sur 400 km de côtes. Outre d’onéreux transports routiers pour la plupart des marchandises de 325 km à Paita et encore 240 km à Salaverry, l’absence de port maintient dans cette zone sans chemin de fer l’impuissance industrielle. En 1963, une grande chaudière destinée à la Nestlé par convoi routier de Salaverry se fend en cours de route et doit être renvoyée aux U.S.A. L’année suivante, un moteur attendu par la centrale électrique de la capitale qui devait augmenter sa capacité de 30 %, subit le même sort et repart en Angleterre, privant la ville de toute augmentation de l’énergie électrique pendant seize mois !

  • 54 Forum départemental de Lambayeque au palais présidentiel de la République, le 21 mai 1965.
  • 55 L’étude du projet a été entreprise par la Société allemande qui construit le barrage de Tinajones (...)

194Devant l’asphyxie prochaine d’une zone peuplée de 800 000 habitants, dotée de 200 000 ha irrigués et 600 000 autres de culture sèche et de pâturages, située au centre même des régions septentrionales, nous54 avons entrepris des études économiques et techniques en vue d’un éventuel équipement de l’actuelle rade foraine de Puerto Eten. La situation de cette baie (fig. 82) permettrait d’y drainer le trafic du département du Lambayeque, partiellement abritée de l’alizé et de la houle du sud par le promontoire du Cerro Eten qui fournirait ses andésites au brise-lames, tandis que les fonds de 6 brasses, ou 11 m, à 500 m au large sont les plus bas de toute la côte du département. Par ailleurs, les bouches du rio Chancay sont au nord de la baie et les alluvions sont entraînées vers le nord par la dérive littorale55.

195En attendant cette réalisation, le trafic lourd de l’Amazonie est détourné de Chiclayo vers Paita, port achevé en 1967, tandis que celui de Cajamarca continue de se rendre vers Salaverry ou à se risquer sur le mouillage dangereux de Pacasmayo. Quant au développement industriel, il est totalement paralysé à Chiclayo au moment où il prend son essor en Piura et en Libertad. Le mouvement bancaire ne suit pas l’initiative et l’essor de celui de La Libertad et du Piura comme l’indique le tableau comparatif n° 148.

TABLEAU 148. Evolution des dépôts et prêts dans le Nord.

TABLEAU 148. Evolution des dépôts et prêts dans le Nord.

b) Le dynamisme régional

196Le dynamisme départemental reste donc exclusivement agricole et commercial. Entre 1950 et 1965, l’extension des terres plantées de canne passe de 19 300 à 31 000 ha, tandis que le rendement en sucre progresse de 8 à 16,4 t/ ha. La culture du riz traditionnelle du Lambayeque évolue au gré des fluctuations climatiques et de la taxation au prix de vente, ce qui favorise doublement la culture du coton. Entre 1950 et 1958, les rizières progressent de 18 500 à 24 680 ha, mais de 1960 à 1965 elles régressent à 18 600 ha pour remonter à 21 000 en 1967, après la chute brutale du coton. La productivité augmente pendant toute cette période de 3,5 à 4,2 t/ha.

197Les variations du riz sont suivies à contre-sens par le coton dont la variété de l’Arizona Cerro, introduite vers 1958, semble convenir par sa résistance et son cycle précoce et court. Les superficies consacrées évoluent entre 1958 et 1965 de 2 100 à 17 500 ha, compensant et bien au-delà le déficit de 6 000 ha de la riziculture, d’autant plus qu’en valeur le coton rapporte 70 % de plus que le riz jusqu’en 1964. En 1966, les maladies désastreuses de 1965 et la baisse du prix mondial font s’effondrer la culture du coton à laquelle on ne consacre plus que 3 000 ha dans le nord du département.

198Cette lutte d’influence à épisodes indique la double sensibilité de l’agriculture du Lambayeque aux aléas climatiques et aux prix mondiaux. Elle ne doit pas masquer l’évolution favorable globale de l’agriculture du département. Quant à la Selva, la riziculture du secteur Jaen-Bagua évolue très rapidement, les petits et moyens colons développant leurs rizières de 1 000 à 8 000 ha entre 1955 et 1967. Seule de toutes les cultures de cette zone, le maïs, plante traditionnelle en baisse de consommation dans les villes, voit son extension se stabiliser sur la côte autour de 13 000 ha depuis 1956 et augmenter très lentement dans la Sierra de 4 000 à 4 500 ha. Cette stagnation absolue est pour le maïs, en fait, un recul relatif comparé à la poussée démographique.

  • 56 Les trois huitièmes de la population du Cajamarca à Trujillo et les cinq huitièmes à Chiclayo.

199Le dynamisme de la population de cette zone est plus fort encore que celui de l’arrière-pays de Trujillo. Le taux d’augmentation vraie, entre 1940 et 1961, est de 77,5 % contre 51,9 à La Libertad et, dans la Sierra de Cajamarca voisine peu atteinte par l’émigration contrairement à celle de La Libertad, il reste encore de 51,1 %. Enfin, en Amazonas, il atteint le fort pourcentage de 81,8, soit, pour toute la zone dépendant de Chiclayo, un taux moyen annuel de progression démographique vraie de 2,83 contre 2,41 % à celle de Trujillo et 2,25 à l’ensemble de la nation. Aussi la place de la population de ce groupement régional par rapport à celle du Pérou, entre 1940 et 1961, passe-t-elle de 9,2 à 9,4 progressant, malgré l’attraction de Lima, tandis que la zone d’influence de Trujillo voit sa part relative baisser de 9,2 à 8,7 % pendant le même temps56.

200Or, si on analyse le phénomène par rapport à l’accroissement naturel théorique des provinces montagnardes de Cajamarca, celles de la Selva d’Amazonas et celles de la côte Lambayeque, on s’aperçoit que le déficit dû à l’émigration en Sierra est d’environ 12 000 habitants, surtout grâce au développement de Jaén, tandis que l’accueil des provinces côtières et de la Selva était respectivement de 19 000 et 12 000 habitants. Le Lambayeque et l’Amazonas ont donc absorbé tout leur excédent naturel, celui des provinces montagnardes voisines et encore 19 000 personnes provenant du Piura ou des provinces méridionales de Cajamarca dépendant de Trujillo.

  • 57 En 1961, le P.I.B. per capita indiqué par l’Institut de la statistique dans son annuaire 1964 paru (...)

201Cette grande capacité d’accueil devant une très forte poussée démographique se traduit par un freinage relatif de la hausse du produit interne brut per capita. Le revenu départemental passe entre 1955 et 1961, en Lambayeque, de 696 à 1 608 millions de soles, soit de 36,2 à 61,3 millions U.S. $ ou une progression apparente annuelle de 11,3 % en moyenne qu’il faut réduire à 9 % pour tenir compte de la légère baisse du pouvoir d’achat du dollar pendant cette période. Mais le revenu per capita est amputé du taux d’excédent démographique annuel de l’ordre de 3,4 entre 1955 et 1961, c’est-à-dire qu’il augmente de 5,6 % par an, ce qui est déjà considérable, autant que l’on puisse faire foi à ce genre de statistique57.

202Conservant des ordres de grandeur en se référant à l’augmentation de la production, des salaires et des prix, on peut avancer que le P.I.B. départemental progresse plus rapidement que la population.

CONCLUSIONS

203Le Lambayeque forme actuellement la région la plus homogène et la plus dynamique du Nord du Pérou. Sa population augmente à un rythme supérieur à celui de la moyenne nationale et il absorbe la totalité de l’émigration de son arrière-pays montagnard et même partiellement celui de ses voisins du nord et du sud. Cette capacité d’accueil est le reflet d’un développement économique rapide et diversifié. L’agriculture est en plein essor et les aires régularisées par le barrage de Tinajones et les aires gagnées à l’irrigation par le tunnel d’Olmos devraient entre 1968 et 1980 doubler les superficies mises en culture du département.

PHOTO 62. Chiclayo, la place d’armes, la cathédrale et les représentants des grosses sociétés commerciales de distribution.

204La zone d’influence de Chiclayo est également caractérisée par l’équilibre très heureux des cultures industrielles d’exportation et des cultures vivrières et par la présence au côté du latifundio d’un groupe important de petites et moyennes exploitations. Par ailleurs, le déséquilibre entre les provinces côtières et montagnardes de l’arrière-pays est beaucoup plus faible qu’en Libertad et Piura. La Sierra centrale de Cajamarca avec son fort secteur de petites exploitations, et la province de Jaén et le département d’Amazonas en pleine colonisation et en voie d’équipement constituent une zone de stabilité ou d’accueil de population.

205Chiclayo bénéficie donc d’un arrière-pays peuplé, socialement assez équilibré et en expansion territoriale, qui constitue un marché de consommation nettement plus favorable que ceux de ses rivales du Nord. Mettant aussi à profit sa position géographique centrale dans les départements septentrionaux, elle a su prendre la tête de toute sa zone et devenir le principal centre commercial régional. Enfin, son attraction s’exerce actuellement aux dépens des marges septentrionales de la zone d’influence de Trujillo, vers Pacasmayo et Cajamarca.

TABLEAU 149. Piura et son arrière-pays.

TABLEAU 149. Piura et son arrière-pays.

1. Sans la ville de Piura, San Lorenzo comprise.
2. Sans l’oasis et la ville de Piura, plus le département de Tumbes.
3. Ayabaca et Huancabamba, plus les districts montagnards de la province de Morropón : Châlaco, Mossa et Santo Domingo.

TABLEAU 150. Principales productions agricoles de l’arrière-pays de Piura.

TABLEAU 150. Principales productions agricoles de l’arrière-pays de Piura.

206Si le Lambayeque est pourvu à temps d’une infrastructure portuaire satisfaisante, ce département avec son arrière-pays andin et amazonien actuellement en pleine expansion géographique, économique et sociale, devrait former l’ensemble régional le plus puissant et le plus dynamique du Nord côtier, et surtout le plus homogène et le mieux équilibré.

D. — PIURA ET SON ARRIERE-PAYS

207Le vaste département de Piura et son annexe septentrionale, le petit département de Tumbes, forment l’ensemble régional le plus composite et le moins articulé de toute la côte. Le Piura est cependant le département le plus peuplé de toute la Côte septentrionale et la ville de Piura qui en est la capitale, rivalise sinon en importance, du moins en fonctions avec les deux cités étudiées précédemment. Le Piura et sa « marche » équatorienne de Tumbes ont été appelés le Texas du Pérou. L’allusion concerne certains paysages, la culture du coton et les champs de derricks pétroliers qui hérissent le littoral, mais aussi les progrès économiques foudroyants, la mégalomanie des créoles et la claustration des masses indiennes qui les côtoient. Peuplé et doté par la nature, dynamique et puissant, il éprouve en revanche de graves difficultés à constituer un ensemble régional homogène par suite de la disposition des foyers d’activités.

1. L’ARRIERE-PAYS

208Il est d’abord constitué par les provinces côtières du Piura et du Tumbes qui s’étirent du massif des Illescas à la frontière équatorienne sur plus de 400 km et s’élargissent de la baie de Paita à la Sierra sur 130 km de profondeur. Cet ensemble côtier, au lieu d’être limité au piémont andin, couvre donc une zone côtière beaucoup plus vaste et variée (fig. 83, p. 552).

209D’est en ouest, on rencontre successivement les grands glacis d’accumulation du piémont sahelien andin et les dépressions et plateaux désertiques du bassin de Sechura, la cordillère côtière faite de petits massifs isolés et décharnés des Illescas et de Paita au Sud et d’une longue chaîne recouverte d’une forêt tropicale des Amotape au nord et au pied de cette dernière, un piémont de glacis et de terrasses marines à végétation xérophile au sud du rio Bocapân et des collines recouvertes d’une savane parc au nord.

210Autant que la variété des paysages, celle des activités caractérise cette côte. Au sud, deux grandes oasis, les vallées du Piura et du Chira, sont des centres de production de coton, de riz et de maïs, auxquels s’ajoutent, au nord, dans les vallées de Tumbes et Zarrumilla, les cultures tropicales du tabac et de la banane. Aux ressources agricoles, s’adjoignent celles déjà en pleine exploitation du pétrole au nord de Piura et en Tumbes, et celles en voie d’équipement des phosphates et potasses du désert de Sechura, tout au sud. Enfin, l’avenir énergétique de cet ensemble paraît assuré, grâce aux énormes réserves de gaz naturel des provinces côtières.

211La Sierra de Piura est nettement moins importante que celles de Trujillo et Chiclayo. La population, 220 000 hab. en 1961, y est faible, aucune mine n’y est en exploitation et l’agriculture elle-même y est limitée par suite de l’absence de plateaux ou de l’exiguïté des hauts bassins, les vallées internes tournées vers la grande dépression du moyen Marañon subissant l’aridité de cette dernière. Cependant, les hautes vallées du Quiroz et du Huancabamba sont des mondes riants et bien mis en valeur, profitant de l’abondance des eaux d’irrigation et de la température équatoriale propre à cette région. Ici, il n’y a aucune solution de continuité entre la côte et la Sierra. Les cabeceras, hauts cours côtiers des fleuves du versant Pacifique, déroulent leurs rizières et leurs huertas vers l’amont et le passage à l’économie montagnarde d’agriculture sèche se fait très progressivement, par lent rétrécissement des aires irriguées et des huertas. Une grande partie de la Sierra du Piura forme donc le prolongement direct en altitude de la côte et la faiblesse des altitudes évite les contrastes poussés qui ont été vus en Libertad et en Cajamarca. Seule la vallée du Huancabamba est un bout du monde isolé par les crêtes de la ligne de partage des eaux.

TABLEAU 151. Ressources minérales de l’arrière-pays de Piura.

TABLEAU 151. Ressources minérales de l’arrière-pays de Piura.

Nota. — 1 sol = 0,18 F 1964.

212Les tableaux 150 et 151 confirment la primauté écrasante de la côte sur la Sierra qui tient une faible part dans la production agricole et, ce qui est encore plus original au Pérou, une part nulle dans la production minière. Enfin, la montagne ne joue même pas le rôle traditionnel de château d’eau puisque le Chira et le Tumbes viennent de l’Equateur, ni celui de réservoir de main-d’œuvre. La côte est donc puissante mais la ville de Piura y joue-t-elle le rôle organisateur ?

2. LA VILLE DE PIURA

a) Une capitale errante

213L’acte de naissance de Piura en avril 1532, quelques mois après le débarquement de Pizarre à Tumbes, ne doit pas faire illusion. A peine installée à Tangararâ, en aval de l’actuelle Sullana San Miguel que l’on a établie sur un méandre recoupé au milieu de marécages eux-mêmes situés au fond du canon surchauffé du Chira, doit être abandonnée comme insalubre dès 1533. On la reconstruit à Monte de Los Padres, à 65 km de là sur le moyen Piura, où elle prend le nom de San Miguel de Piura.

214La révolte de 1536 est peu ressentie, mais la chaleur et la longueur des communications à une centaine de kilomètres de la mer font replier les autorités sur le port de Buena Ventura de Paita en 1574, avec lequel San Miguel va se confondre jusqu’en 1587. Cette année-là, le pirate anglais Cavendish rase la ville et, si on la reconstruit puisque Paita est le meilleur abri de tout le Nord, on déplace la capitale de Corregimiento de nouveau vers l’intérieur. La position choisie est un remarquable compromis des trois précédentes. La nouvelle et définitive Piura est, en effet, sur le rio Piura, à l’endroit où l’oasis se resserre au point de disparaître, le fleuve coulant au milieu d’une pampa bien ventée et désertique, donc salubre. Mais l’endroit est aussi le plus proche du fleuve Chira, à une journée de cheval. Enfin, il se trouve à mi-chemin entre les grandes haciendas coloniales du haut et moyen Piura, où étaient Monte de los Padres et le port de Paita. Piura est alors au centre géographique des deux oasis de Chira et de Piura.

215Le site proprement dit est un éperon de la terrasse intermédiaire, à 5 m au-dessus du fleuve, face à l’antique aylu de Tacalâ qui deviendra au siècle dernier le district de Castilla. La ville est située entre le bas Piura, laissé aux communautés indigènes de Catacaos et Sechura dont on évite la populeuse promiscuité, et les grands domaines des éleveurs créoles du moyen et haut Piura.

216Piura, malgré son couvent de la Merced et ses doctrines indigènes, son corregidor et son alcade, reste une toute petite ville pratiquement sans activité pendant presque quatre siècles. Le commerce maritime est à Paita, celui des muletiers à Sechura, les artisans sont à Catacaos. Des missions sont à pied d’œuvre dans cette grande agglomération indigène et à Sechura qui possède alors la plus grande église du Nord. Quant aux créoles, ils demeurent sur leurs grands domaines de l’amont, à Locuto, Malingas, Yapatera et Pabur.

217Au siècle dernier, la ville ne participe guère à l’Indépendance et les luttes civiles se déroulent dans les grandes haciendas. Quant au chemin de fer qui aboutit à Piura, il va successivement faire grandir deux centres commerciaux sur le Chira : La Huaca, puis, Sullana. Cette dernière, sur la voie ferrée, mais aussi sur le seul emplacement où l’on puisse franchir le rio Chira et bien située à proximité des haciendas, se développe plus vite que Piura de 1880 à 1930. C’est la ville commerciale et industrielle du département. Piura est alors réduite à son administration.

218Mais la ville va profiter du rôle grandissant de cette administration. La présence des sections locales des ministères, des collèges et, un peu plus tard, d’une université technique, le progrès, l’eau courante, l’électricité, puis le tout-à-l’égout, l’irruption de la voiture et, notamment après la guerre, l’ouverture de la Panaméricaine, rendent Piura beaucoup plus agréable à résider que Sullana. Peu à peu les services administratifs et universitaires et le confort du siècle ont attiré la bourgeoisie terrienne de Sullana et les hacendados de la campagne trop isolée. La voiture, puis le petit avion, permirent à ceux-ci de visiter quasi quotidiennement leur domaine, tout en assurant à leur femme une existence confortable, à leurs enfants une scolarité et une surveillance médicale, et à eux-mêmes une vie de société, de clubs et de banquets, notamment, qui jouent un très grand rôle chez les Piuranais réputés pour leur sociabilité.

219Sullana n’est pas pour autant morte, car si les sociétés commerciales ont déplacé sièges et entrepôts à Piura, les industries ont dû rester sur les bords du Chira, seul à pouvoir procurer l’eau nécessaire à leur fonctionnement, tandis que la main-d’œuvre des peones sans terre affluait dans le faubourg de Bellavista. En 1968, les deux villes sont presque de même niveau par le nombre des habitants, mais il s’en faut qu’il en soit de même pour leurs activités.

b) Une agglomération résidentielle

220Piura n’a pas le rôle commercial de Chiclayo, ni même celui de Trujillo. Le nombre des petits commerçants correspond à la population inférieure d’un quart à celle des deux autres pôles régionaux, avec 1 530 petits commerces contre 1 720 à Trujillo et 2 420 à Chiclayo. Le commerce de gros est encore plus faible relativement avec 212 négoces contre respectivement 480 et 398 aux autres capitales. Seul le nombre des grosses sociétés industrielles ou commerciales rivalise avec ceux des deux autres cités, 107 contre 104 et 115, car il s’agit essentiellement de représentants de camions et d’équipement agricole ou de moulins à riz et d’égrèneries de coton. Nous sommes ici dans le département où l’agriculture est la plus dynamique, où l’absence de latifundio industriel et, en revanche, la présence d’une majorité de fundos moyens et grands favorisent le commerce d’équipement local.

221La capitale du département le plus peuplé de la côte avec 720 000 hab. et dont l’économie est actuellement la plus importante, comme tend à l’indiquer le produit brut interne départemental, soit en 1961 3 milliards de soles contre 1,6 au Lambayeque et 2,5 à La Libertad, est cependant paradoxalement la moins grande et la moins active. Le département est, certes, productif et cette côte réellement tropicale où les huertas touffues dominées par la silhouette élancée des cocotiers s’intercalent entre les immensités monotones des plantations de riz et de coton exprime le mieux la richesse et la variété. Mais ces oasis s’allongent sur 140 km pour le Piura, encore une centaine pour la Chira et 80 autres pour le Tumbes, tandis que les deux premières sont, entre Sullana et Piura. rapprochées d’une trentaine de kilomètres, pour s’éloigner rapidement de part et d’autre de ce point jusqu’à 90 km à l’aval et plus de 100 à l’amont. Enfin, les vallées des départements de Piura et Tumbes sont séparées par 160 km de tablazos désertiques ou steppiques.

222Les ressources minérales qui s’ajoutent à celles de l’agriculture sont constituées actuellement par le pétrole et le gaz naturel dont les puits s’éparpillent sur 300 km2 du piémont désertique des Amotape au nord du Piura et en Tumbes, alors que les gisements de phosphates et de potasse en voie d’équipement sont isolés en plein cœur du désert de Sechura, à l’extrémité sud du département. Si on se rappelle que les centres portuaires de commerce ou de pêche, Paita, Talara et Mâncora, sont établis en plein désert entre 55 et 130 km de Piura, on mesure la grande dispersion des foyers d’activités de cet ensemble face à la concentration exemplaire de celui de Chiclayo.

223Des secteurs aussi variés et aussi éloignés exercent une action centrifuge sur les activités urbaines et avec une tendance à la spécialisation sur place, attirant la population, fixant les industries extractives et créant une vie commerciale régionale. Alors que Trujillo n’avait que deux voisines de 20 000 habitants, Pacasmayo et Cajamarca, pour un arrière-pays de 850 000 habitants et Chiclayo pas une seule pour 900 000 hab., Piura partage son influence sur 720 000 hab. avec Sullana (60 000 hab.), Talara (30 000 hab.), Tumbes (21 000 hab.) et Paita (9 000 hab.), aux activités proprement urbaines et deux grosses communautés de petits agriculteurs, Chulucanas (20 000 hab.) et Catacaos (12 000 hab.), aux activités partiellement urbaines. Ecartelé entre trois grandes oasis bien distinctes, une zone pétrolière et un complexe portuaire de commerce et de pêche, Piura ne peut concentrer la population urbaine, ni monopoliser le commerce régional, ni encore moins fixer des industries qui recherchent les sites favorisés par la production des matières premières, les transports maritimes ou encore l’eau indispensable.

PHOTO 63. Piura. Une cité de 80 000 habitants aux confins du désert. Damier axé sur la route panaméricaine.

224L’administration et la résidence sont donc les deux rôles principaux de la cité. Dans ce pays centralisé, Piura administre son département avec la même importance que Chiclayo et Trujillo les leurs, et son rayon d’action s’étend au Tumbes. On y trouve donc une proportion relativement plus forte d’administrateurs et d’employés d’administration pour le petit nombre total d’habitants de la ville (tableau 152). Piura a, en effet, pratiquement rallié les administrations qui étaient encore à Trujillo, y compris un évêché, et la cité possède maintenant deux universités technique et agraire qui freinent la fuite vers Trujillo ou Lima. Mais la ville est très agréable, aérée, boisée et coquette, bien équipée en services ; elle a su attirer, à l’ombre de l’administration, les siègles des sociétés du département, agricoles, commerciales ou industrielles, à la seule exception du pétrole. Banques, compagnies d’assurances, représentants des biens manufacturés et d’équipement y ont au moins leurs bureaux et donnent à la ville une apparence de propreté et d’activité, où les employés sont en majorité dans des rues bordées de maisons d’apparence respectable. A l’ouest et au nord-est des quartiers résidentiels aux villas somptueuses rappellent que la ville a accueilli tous les propriétaires terriens qui ont abandonné entre 1930 et 1950, une campagne trop inconfortable et trop isolée.

TABLEAU 152. Population active urbaine de la province de Piura.

TABLEAU 152. Population active urbaine de la province de Piura.

SOURCES : VI Censo de población, 1961, t. IV, 131.

PHOTO 64. La rade bien abritée de Buenaventura de Paita.

225Or, contrairement à La Libertad et au Lambayeque, où le latifundio industriel garde ses cadres sur place, le Piura est formé d’entreprises de 150 à 1 000 ha en grande majorité qui sont donc fort nombreuses. La cité ressemble fort dès lors à une petite ville du Texas, propre et nette, aux villas cernées de jardins, habitée par des cols blancs et de riches fermiers à grand chapeau, tandis que les rues souvent bordées d’arbres exotiques sont sillonnées par les luxueuses voitures des propriétaires et les pick-up des cadres techniques. Enfin, sur l’aérodrome voisin, quarante petits avions s’envolent chaque matin vers les plantations. Quant au prolétariat rural ou marginal, un peu moins important qu’à Chiclayo ou Trujillo, il vit dans des barriadas tout en dehors de la ville sur la route de Paita ou sur l’autre rive de la rivière, dans le district suburbain de Castilla.

226Ville tertiaire par excellence, Piura est le centre administratif des secteurs public et privé et la ville résidentielle des propriétaires fortunés et des représentants des carrières libérales. Le grand commerce y est bien représenté par les biens d’équipement, mais la ville n’a pas su regrouper le commerce de gros et de détail des biens de consommation du département.

c) L’évolution de Piura

227La petite ville créée, il y a presque quatre siècles, autour de la place d’armes et de sa cathédrale, a éclaté après 1930, comme le montre le tableau 153 (fig. 84, p. 561).

TABLEAU 153. Développement en superficie de Piura.

TABLEAU 153. Développement en superficie de Piura.

SOURCES : D’après les travaux de l’Ing. Dante Oyola, V. du Conseil de Piura (communiqués).

228Sur le total des aires occupées après 1930, trois cinquièmes sont dus aux barriadas qui couvrent 40 % de la ville et abritent 36 % de la population dès 1962 et respectivement 50 % et 45 % en 1967. Ici, comme à Trujillo et Chiclayo, l’intervention de l’Etat a été décisive à partir de 1958. La construction privée se développe assez lentement pendant cette période, passant de 46 permis de construire (28 villas, 16 immeubles, 2 locaux commerciaux) en 1958, à 168 (145 villas, 16 immeubles et 7 locaux commerciaux) en 1966, l’essentiel de l’augmentation étant obtenu à partir de 1963. En revanche, l’intervention de l’Etat est déterminante tant en faveur des logements des petits cadres avec 670 villas, 93 immeubles et 28 locaux commerciaux ou artisanaux, qu’en faveur des abris des masses déshéritées, avec les urbanisations de San José, Sana Rosa et San Martín, à l’ouest, et de Castilla, au sud-est. Au total près de 20 000 habitants auront été doté, en 1968, d’un logement en dur avec l’eau et l’électricité, ce qui représente 2 300 habitations individuelles en dix ans.

229Les autres barriadas spontanées qui cernent la ville, sont en voie de remodelación. Ainsi Pachitea, 5 000 hab. sur 20 ha, et Barrio Norte, 2 000 hab. sur 10 ha, tous deux au nord, Barrio sud-ouest et Buenos Aires 5 600 hab. sur 27 ha, à l’ouest, enfin les grandes barriadas de l’avenida Progreso, 10 000 hab. sur 40 ha, au sud de Castilla, sont depuis 1964 viabilisés. Les alignements, les dotations d’espaces à bâtir, d’électricité et d’eau publique s’effectuent au rythme moyen de 800 logements par an.

230L’agglomération s’est entre-temps géographiquement transformée. Le vieux quartier de la place d’Armes a été d’abord peu à peu excentré, la ville ne pouvant alors gagner sur les cultures, au sud, ou le fleuve, à l’est, et les quartiers de l’entre-deux-guerres se sont installés au nord et à l’ouest. Après 1950, les bidonvilles et les industries ou les entrepôts commerciaux progressent selon deux axes parallèles le long des routes de Paita et de Sullana en plein désert. A l’est, coincée entre le rio et l’aérodrome, Castilla glisse vers le sud-est où les bidonvilles occupent les terres en friche de la vieille communauté de Tacalá. Piura est donc une agglomération double, de part et d’autre du fleuve, et ses deux noyaux sont à peine reliés par une passerelle jusqu’en 1967, tout le trafic devant passer à 2 km au nord par le pont de la route panaméricaine. Mal articulée, elle est en 1968 une cité en plein effort d’urbanisme et les pampas désertiques du nord et de l’ouest lui assurent un développement illimité aux meilleures conditions d’aménagement et d’espace.

3. LA ZONE D’INFLUENCE ET SON DYNAMISME

a) Le réseau urbain

231Piura, à l’encontre de Chiclayo et Trujillo, possède un véritable réseau urbain avec ses villes relais et ses centres industriels spécialisés. En effet, ce qui est cause de freinage de l’extension de la capitale régionale est au moins source d’équilibre urbain dans la zone d’influence. Le réseau des cités comporte une hiérarchie, parfois même des rivalités encore que les spécialisations locales des activités interdisent toute concentration à Piura même (fig. 83, p. 553).

232Le tableau 155 révèle que seules les capitales ont progressé, Tumbes notamment qui a bénéficié de sa position de marche et de centre pilote privilégié après la guerre contre l’Equateur en 1940. Sullana se maintient beaucoup mieux que l’ensemble de toutes les villes secondaires de toute la côte septentrionale et si Talara progresse moins rapidement, cela est dû à son isolement et à son étroite dépendance vis-à-vis de la compagnie pétrolière Esso qui a freiné tout développement dès l’après-guerre. Le faible dynamisme relatif de Piura s’explique facilement si l’on observe que la population groupée dans les centres secondaires de plus de 5 000 hab., atteint 196 000 habitants pour les 725 000 de l’ensemble Tumbes-Piura, alors qu’en Libertad et Lambayeque, les villes de second ordre totalisent respectivement 136 000 et 96 000 hab. pour 853 000 et 1 019 000 hab., soit 14,9 et 9,6 % au lieu de 27 % pour le Piura.

233Apparemment il règne donc un certain équilibre dans le réseau urbain de Piura qui ne stériliserait pas les villes moyennes, mais on peut se demander si, dans une zone de 700 000 hab., scolarisés à 45 % et dont le revenu moyen est de l’ordre de 180 U.S. $, l’élite universitaire, les cadres, les capitaux peuvent être partagés entre plusieurs villes et si en fait de réseau hiérarchisé et de relais, on n’a pas une rivalité qui stérilise. Piura reste administrative et résidentielle. Elle n’a pas pu encore encadrer suffisamment la jeunesse du Piura qui fréquente les universités de Trujillo et Lima, elle ne dirige pas la totalité du commerce et des banques zonales, enfin, l’industrie et l’artisanat lui échappent complètement.

b) Le dynamisme régional

234Le dynamisme du département, lui, n’est pas en cause. La culture du coton y fait un très grand bond depuis 1940, les aires plantées passant de 36 000 à 75 000 ha, tandis que la productivité brute augmentait de 0,88 à 1,7 t/ha entre 1941 et 1964. Le riz y a connu une progression moins rapide quoique non négligeable, les rizières couvrant 15 000 ha en Piura et 2 000 en Tumbes en 1964 contre 8 000 et 0 en 1941. Mais le dynamisme légendaire des Piuranais est mal récompensé par la nature dont les fortes variations climatiques engendrent une économie heurtée, en dents de scie.

235Dans les vallées de Piura et Chira où tout dépend de l’agriculture, la sécheresse dans la première et les inondations dans la seconde ont des conséquences catastrophiques. Malgré l’intervention du système du Quiroz depuis 1954, la sécheresse prolongée de 1960 à 1964 a empêché de planter plus de 75 000 ha contre 94 000 aménagés et encore 30 000 aménageables. En 1965, les grandes pluies sont favorables à la riziculture, mais 30 % des terres du Chira sont dévastées comme elles l’avaient déjà été en 1941 et 1953, tandis que la totalité des plantations de coton étaient atteinte par les maladies et parasites. Or, la crise née du désastre de 1965 n’a pu être résorbée en 1966 par suite d’une nouvelle sécheresse, ni en 1967 par suite de la baisse relative du prix mondial et de la surévaluation du Sol jusqu’en juillet.

TABLEAU 154. Le réseau urbain de Piura.

TABLEAU 154. Le réseau urbain de Piura.

236Le Piura est donc doublement menacé par les catastrophes climatiques et les fluctuations du marché international. D’autant plus que, contrairement au Lambayeque, il s’agit d’une zone de monoculture pour 70 % des superficies irriguées. Le Tumbes sort, lui aussi, d’une double crise de la maladie de Panama de la banane et de la mévente du tabac, ses deux principales cultures. la lente progression du riz, au prix taxé fort bas, ne compense pas, il s’en faut de beaucoup, les pertes immenses subies par la destruction de la quasi-totalité des bananeraies. Si l’on ne doit pas trop tenir compte de faits circonstanciels pour mesurer la puissance et le dynamisme réel de l’économie d’une région, il faut tout de même admettre que cette zone est structuralement fragile tant à cause des conditions naturelles que de la monoculture du coton. Un autre élément trahit la faiblesse relative du dynamisme économique du Piura : la progression comparée de la consommation de produits pétroliers. Comme le montre le tableau 129, p. 501, elle augmente entre 1952 et 1965 de 80 % en Piura contre 150 % à Chiclayo.

237Les grands mais aussi les moyens agriculteurs piuranais en ont du reste tiré les conséquences pour adopter une conception de l’entreprise et du mode de vie au jour le jour. Prompts à saisir l’occasion, ils se lancent avec force et courage dans des défrichements ou modernisations spectaculaires qui leur ont donné cette réputation de Texans. Mais en revanche, ils ne risquent pas un sol de leur propre proche, empruntant tout aux banques à des taux qui varient de 17 à 23 %. Tant que le marché international est ouvert et que les prix sont élevés, ils vont faire des bénéfices de 50 à 90 % qui paieront largement la banque, mais qu’ils ne réinvestiront pas directement, préférant vivre sur un très haut pied et passer trois mois par an à l’étranger. Les banques sont sollicitées à chaque nouvelle campagne cotonnière que l’on ne finance pas avec ses bénéfices pourtant confortables, quitte à payer les 23 % d’intérêt, voire à ne rien payer du tout si la catastrophe survient.

  • 58 Ci-dessus, p. 545.

238Cela s’est passé ainsi entre 1965 et 1967, et les banques ont fini par accepter des arrangements plus souples et même supporté bon nombre de faillites d’exploitants moyens sans trop de dommages après avoir tiré profit du système depuis le boom du coton de 1954 à 1964, soit pendant dix années. L’évolution des dépôts et prêts bancaires illustre très bien cette habitude. Le tableau 14858 indique la plus faible progression des dépôts du Piura par rapport à ceux du Lambayeque, soit 1 150 % contre 1 580 % entre 1948 et 1966 ; en revanche, on y constate que pendant la même période les augmentations des prêts ont été respectivement de 1 680 et 588 %, les petits et moyens agriculteurs ou commerçants de Chiclayo empruntant le moins possible aux banques et le latifundio sucrier passant par ses propres banques liméniennes. Les Piuranais ont acquis cette mentalité au cours de quatre siècles d’élevage extensif basé sur des pâturages de sahel croissant environ une année sur quatre et ils ont continué avec la culture du coton.

TABLEAU 155. Les bilans démographiques de Piura et de son arrière-pays entre 1940 et 1961. (En milliers d’habitants.)

TABLEAU 155. Les bilans démographiques de Piura et de son arrière-pays entre 1940 et 1961. (En milliers d’habitants.)

SOURCES : VI Censo de población, t. I, p. xvi, 13, 15, 34, 44, 54, 56, 62 et 67, 126.
L’accroissement naturel est calculé à partir de l’accroissement national 59,6, corrigé par le facteur départemental de fécondité, soit : Piura, 68,4 ; Tumbes, 80,4.

239Le dynamisme des agriculteurs a malgré tout porté ses fruits en obligeant les pouvoirs publics à suivre. Les défrichements de 1921 à 1954 sont récompensés par le barrage de San Lorenzo ; la mise en eau de celui-ci provoque de nouveaux défrichements et, en 1964, on entreprend les études de dérivation du Chira. Les travaux ne seront pas terminés, au mieux, avant 1974, mais finalement l’esprit d’entreprise souvent un peu irresponsable des Piuranais aura mobilisé le capital national et international et fait de l’actuel Piura en 1965, le premier département pour l’agriculture par l’aire cultivée, et le second après le Lambayeque par le rendement financier des cultures, avec respectivement 111 000 et 105 000 ha et 973 et 999 millions de soles.

240Cependant, la mise en eau du barrage de Tinajones en 1968 fait passer à 115 000 ha la superficie cultivée du Lambayeque, tandis que l’on attend d’une meilleure dotation d’eau une augmentation moyenne de 10 % de la productivité qui reléguera franchement le Piura à la seconde place. D’autre part, les provinces de la Sierra forment un arrière-pays très peu productif, avec seulement 33 000 ha et un rapport de 96 000 soles en 1965, à peine différent, en sol stable, de celui de 1950, 88 000 soles.

TABLEAU 156. Produit interne brut départemental et per capita dans le Nord en 1961.

TABLEAU 156. Produit interne brut départemental et per capita dans le Nord en 1961.

SOURCES : Boletín de Estadística 1964, 136, p. 344.

241Le secteur des mines n’est pas plus favorisé. La Sierra en est dépourvue et le conflit avec l’I.P.C. a diminué la production pétrolière depuis 1962 et gèle les gages d’avenir énergétique et industriel très importants que représentent les réserves de gaz naturel. Seul l’accord avec le groupe Kayser sur les phosphates de Sechura devrait relancer l’activité minière à partir de 1969.

242Parallèlement à cette stagnation de la Sierra et aux cycles de prospérité et de crise de la monoculture du coton, la population continue à progresser plus vite que les possibilités d’accueil. L’accroissement réel a été sensiblement le même que l’accroissement naturel théorique (tableau 155) mais les terres nouvelles et le secteur industriel n’ont pas absorbé cette main-d’œuvre, d’autant plus que seul le secteur des grandes et moyennes exploitations a augmenté ses superficies, et encore en poussant la mécanisation au maximum.

243Les zones de microfundio du Piura, pratiquement inchangées depuis 1940, sont devenues des réservoirs de main-d’œuvre pour les exploitations de coton du Lambayeque et de La Libertad et aussi des départements de Lima et Pisco, sur la côte centrale.

244Enfin, le produit interne brut du Piura aurait évolué entre 1955 et 1961 de 1 524 à 2 949 millions de soles, ou 79,5 à 110 millions U.S.S, soit un taux de progression annuel de 6,4 %, ou 4,4 % en tenant compte de la baisse moyenne du pouvoir d’achat d’environ 2 % pendant cette période.

245Le revenu per capita augmente plus lentement étant donné la forte poussée démographique de la population de l’ordre de 3,2 % par an entre 1955 et 1961, abaissant donc le taux individuel d’augmentation du P.I.B. à 1,2 %. Ces nombres, nous l’avons déjà vu à propos des autres départements, sont très sujets-à-caution et ne tiennent, heureusement, pas compte de l’économie de subsistance inchiffrable et pourtant fort développée ; mais les ordres de grandeur peuvent être comparés si on admet que les causes d’erreurs sont les mêmes.

246Le revenu départemental du Piura est donc le plus gros de la côte, ce qui correspond tant à sa population qu’à ses activités mais le revenu per capita est plus bas que celui du Lambayeque uniquement côtier, et plus haut que celui de La Libertad à forte population andine.

CONCLUSION

247L’ensemble régional du Piura-Tumbes demeure mal articulé autour de la ville de Piura. Cela tient d’abord à la faible densité des foyers d’activité et à leur dispersion sur un très vaste territoire. De même la zone d’influence de cette dernière capitale ne s’enfonce vers l’intérieur qu’à 160 km alors qu’elle s’étend sur 450 km de littoral ; d’autre part, les centres de production sont à la fois isolés les uns des autres et très spécialisés et donc, par force, partiellement ou totalement autonomes. C’est le cas de l’oasis de Tumbes par rapport à l’ensemble Chira-Piura et cela finira par devenir le cas de la colonisation de San Lorenzo si ses promoteurs, par souci d’extrême planification, font adopter la création ex-nihilo d’une sous-capitale régionale, Cruzeta, dotée de tous les pouvoirs, d’un commerce et d’une industrie, d’un aérodrome pour Jet et du passage de la route panaméricaine détournée de Piura.

248Les autres ressources, par nature et par localisation, ont été aussi à l’origine de foyers isolés et indépendants. Le pétrole dont les forages s’égrènent sur 160 km du Chira à Tumbes, et dont le capital et la direction sont étrangers, évolue en circuit fermé autour de Talara. Plus au sud, la pêche et ses industries et l’activité portuaire commerciale constituent un ensemble industriel à Paita ; enfin, les phosphates de Bayovar et le gaz naturel de l’Alto vont être la base de deux zones industrielles situées aux confins désertiques extrêmes du Piura. De même la structure sociale héritée de la féodalité avec sa cassure nette entre une classe de grands propriétaires terriens et la masse de petits paysans la plus déshéritée du Nord, est peu propre à développer l’activité commerciale et promouvoir des industries autres que celles destinées à la transformation élémentaire et à l’exportation des produits agricoles.

249Le Piura-Tumbes est pourtant le plus richement doté par la nature et il porte en lui les gages solides de son avenir et de ceux de tout le Nord. Il est, en effet, traversé par les deux fleuves de plus grand débit de toute la côte péruvienne, le Chira et le Tumbes, dont l’aménagement doublera pratiquement les superficies irriguées. De plus, outre son pétrole, la région fournira après le règlement international de l’I.P.C, le gaz naturel en abondance telle qu’il devrait fournir l’énergie à bon marché nécessaire à l’industrie et la matière première à la pétrochimie. Le gisement d’ordre d’importance mondiale des phosphates de Bayovar peut, dans le cadre de l’intégration latino-américaine, fixer une fabrique d’engrais qui alimenterait au moins le marché andin et porterait enfin remède à la crise d’approvisionnement dont souffre chroniquement dans ce domaine tout le pays.

250La forte population des provinces côtières, 660 000 hab., de loin la plus élevée du littoral péruvien, une fois fixée par les nouvelles irrigations, constituera une réserve de main-d’œuvre et aussi un marché de consommation régional très élargi.

251Ici, comme dans les deux autres départements, plus que l’actuelle Réforme agraire trop limitée, c’est toute une orientation politique et sociale, soit une répartition démocratique des nouvelles irrigations et un encadrement coopératif, qui fera du microfundio misérable un secteur productif et consommateur. Mais l’avenir industriel du département dépendra du relais du capital étranger, trop sélectif et forcément exportateur des bénéfices, par un capital régional.

252Les planteurs piuranais voient déjà grand, savent faire face aux crises et font foi à la technique ; ils devront aussi penser loin et croire au Pérou.

Notes

1 Ci-dessous, p. 543.

2 Chacun de ces ports a été décrit plus haut, p. 362 et p. 463.

3 Dont 94 000 t de Puerto Chicama qui reporte son trafic en 1966 sur Salaverry.

4 L’erreur est par défaut, négligences et fraudes en étant les deux causes principales.

5 Les grandes capitales et les réseaux urbains seront étudiés en détail dans les chapitres correspondant aux ensembles régionaux.

6 Ces estimations de capital immobilier couvrent 60 à 70 % de la réalité.

7 Ci-dessus, p. 58.

8 Dorst, 88.

9 Engraulis rigens.

10 Ci-dessus, p. 462.

11 Ci-dessus, p. 460.

12 Sofregaz, 174.

13 2,8 millions US $ ou 13,7 millions de F 1966.

14 13,2 US $ ou 65,7 F 1966.

15 Sofremines, 262.

16 Dans le cas d’une extraction quotidienne de 1 000 t.

17 La centrale du Canon del Pato a depuis 1966 une puissance installée de 100 000 kW destinée en majeure partie aux aciéries et aux autres installations industrielles de Chimbote.

18 Sofrelec, 261.

19 L’essence est vendue en 1966 0,19 US $ le gallon ou 0,24 F le litre.

20 En comptant la Sierra voisine.

21 Collin Delavaud (CL), 58.

22 Censo 1961, Educacion, p. 60, 63, 129, 130 et 138, 128.

23 166, 160 et 85 US $ pour ces cultures.

24 Correspondant à la moitié des bénéfices nets sur 61 000 ha de canne, 115 000 de coton et 58 000 de riz et maïs.

25 7 % du montant total de la base de calcul de la patente qui comprend une évaluation du reste fort sous-estimée des investissements immobiliers et mobiliers et du stock : 143 x 106 US |.

26 250 000 ha de 240 à 300 US $.

27 La seule Esso doit mobiliser une trentaine de millions de dollars pour sa production annuelle.

28 La loi fixe à 12 % le taux maximum mais il s’agit là du gain net, tous les frais et impôts sont supportés par l’emprunteur et montent à 5 %.

29 50 et 37 millions d’US $.

30 Un Sol = 0,18 F ou 0,038 US $ jusqu’au 30-6-1967 et 0,024 US % ensuite.

31 La fuite des capitaux dans les banques américaines ou suisses est un grave reproche fait à l’encontre de l’oligarchie. Tout en étant prouvée, elle était peut-être moins accentuée au Pérou que dans certains autres pays d’Amérique latine, du moins jusqu’en 1965. La stabilité de la monnaie et la paix civile et sociale rassuraient un capital assuré par ailleurs de rapports de 14 à 35 % au Pérou. La crise monétaire qui aboutit à la dévaluation de 1967 va abolir la confiance envers le sol et déclencher une forte fuite des capitaux péruviens.

32 Ci-dessus, p. 263.

33 Ci-dessus, p. 483.

34 Ci-desss, p. 504.

35 Malgré son nom, qui vient de Libertad, cette Société n’est pas une filiale de la Libby’s.

36 Primer Censo Económico (industries manufacturées), 134.

37 O.N.P.U., 144.

38 Environ mille familles par an selon la O.N.P.U., 144.

39 Ci-dessus, p. 362.

40 Les marchandises étrangères peuvent également venir par bateau par l’Amazonie, le Huallaga.

41 Ci-dessous, p. 545.

42 Le dollar passe de 15,4 à 27,6 soles entre 1950 et 1959, et évolue entre 26,4 et 26,8 jusqu’à juillet 1967.

43 Le dollar perd pendant cette période environ 12 °/o de son pouvoir réel d’achat, ce qui réduit à 5,4 % la progression annuelle vraie du revenu départemental.

44 Banco de Reserva, 12.

45 Pour avoir appuyé le mouvement révolutionnaire de Salaverry.

46 Pour avoir, cette fois, contribué pour une part essentielle au mouvement de Balta.

47 Elle est construite en briques crues et le fer n’y joue qu’un rôle très modeste dans l’armature des tours.

48 Locaux, équipement et stocks au 31 décembre 1964 selon les registres des patentes.

49 Soit : moins de 1 800, moins de 18 000, et plus de 18 000 US $.

50 Ci-dessus, p. 369.

51 Expression désignant pour certaines administrations les départements de Tumbes, Piura, Lambayeque et Cajamarca.

52 O.N.P.U., 144.

53 Ci-dessous, p. 542.

54 Forum départemental de Lambayeque au palais présidentiel de la République, le 21 mai 1965.

55 L’étude du projet a été entreprise par la Société allemande qui construit le barrage de Tinajones et a rendu des conclusions préliminaires favorables en 1967.

56 Les trois huitièmes de la population du Cajamarca à Trujillo et les cinq huitièmes à Chiclayo.

57 En 1961, le P.I.B. per capita indiqué par l’Institut de la statistique dans son annuaire 1964 paru fin 1966 est 4 532 soles ou 170 dollars, mais dans son annuaire de 1965 la Banque centrale de réserve donnait pour 1960, 4 974 soles, or aucun désastre climatique ni aucune baisse des prix du sucre et du riz n’expliquent une baisse du produit interne brut du département entre 1960 et 1961, ni non plus d’ailleurs une dévaluation du sol. On touche ici les limites de telles estimations qui paraissent encore très rudimentaires. Ce sont beaucoup plus les éléments de comparaison entre départements qui comptent, les nombres absolus restant trop incertains (cf. p. 527).

58 Ci-dessus, p. 545.

Table des illustrations

Légende PHOTO 58. La plage de pêcheurs de Santa Rosa (Lambayeque).
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre TABLEAU 123. Prévisions de trafic maritime en 1970. (Milliers de tonnes.)
Légende SOURCES : Estudio Económico justificativo de las obras portuarias de Paita y de la tercera étapa de Salavery, Parte I, Ministerio de Hacienda, Dirreccion de administracion portuaria, Lima, 1961.1. Les estimations du trafic pétrolier de Talara et Cabo Blanco paraissent optimistes en 1967.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre TABLEAU 124. Les chemins de fer du Nord côtier.
Légende Nota. — Les lignes d’Eten à Pâtapo et Casa Grande à Puerto Chicama ont été fermées en 1965 et 1966.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre TABLEAU 125. Trafic routier en 1964 dans le Nord côtier. (Nombre de camions chargés de plus d’une tonne.)
Légende SOURCES : Guardia civil de Trujillo et Piura.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre TABLEAU 126. Enquête du 14 au 16 mai 1965 dans les postes de contrôle du Nord côtier. (Camions de plus de 5 t.)
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende PHOTO 59. Le quartier commercial de Chiclayo. Camions, autocars et taxis collectifs.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre TABLEAU 127. Nombre d’entreprises commerciales selon l’importance du capital estimé en francs dans les trois grandes villes du Nord côtier6.
Légende SOURCE : Patente municipale, 1965.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre TABLEAU 128. Rapports du coût de la thermie suivant les sources d’énergie. (En sol.)
Légende Note 1616SOURCES : Sofremines, 262.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre TABLEAU 129. L’énergie d’origine pétrolière consommée dans le Nord. (En milliers de tonnes.)
Légende 1. En 1965, la part de la Libertad dans le total Libertad-Ancash est de 68 % pour l’essence, 59 % pour le pétrole lampant, 31 % pour le diesel oil et 16 % seulement pour le fuel lourd.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre TABLEAU 130. Consommation de produits pétroliers dans le Nord côtier en 1964. (En tonnes.)
Légende SOURCES : Renseignements transmis par la direction générale de l’International Petroleum Company.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre TABLEAU 131. Destination du crédit suivant les secteurs d’activité en 1966.
Légende 1. Superintendencia de bancos Perú, n° 148, p. 29, juillet 1966.2. Enquêtes personnelles auprès des banques Crédito, Popular, Internacional et Regional del Norte.3. Memoria y balance general del Banco Ñor Perú, Trujillo, 1966.4. La moyenne du Nord côtier a été calculée en appliquant les pourcentages respectifs 47, 18 et 35 à Trujillo, Chiclayo et Piura.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre TABLEAU 132. Mouvement de crédit dans le Nord côtier au 31 décembre 1966. (En millions de soles30.)
Légende SOURCES : Superintendencia de bancos, Lima, décembre 1966.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre TABLEAU 133. L’essor urbain du Nord côtier.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre TABLEAU 134. Nombre de villes par département et par importance. (Selon le recensement de 1961.)
Légende Nota. — Il faudrait y ajouter les populations concentrées des haciendas sucrières. En Libertad : Casa Grande (18 000 hab.), Cartavio (15 000 hab.) et Laredo (10 000 hab.). En Lambayeque : Pomalca (12 000 hab.), Pucalâ (6 000 hab.), Pâtapo (4 000 hab.), Cayalti (7 000 hab.) et Tumân (6 000 hab.).
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre TABLEAU 135. Trujillo et son arrière-pays. (en milliers)
Légende SOURCES : Censo de población 1961, 126 ; Peru 1965, estadistica agraria, Internacional petroleum company, Superintendencia de los Bancos 1966, 267.1. Non compris Trujillo.2. Non compris l’oasis de Trujillo et Trujillo-ville.3. Toutes celles de La Libertad et Cajamarca, Cajabamba et Celendin du Cajamarca.4. San Martin et Huallaga.5. Cultures sèches ou pâturages.6. Seule la ville de Trujillo est reliée au Canyon del Pato.7. Le sol vaut 0,18 F 1966.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre TABLEAU 136. Principales productions agricoles de l’arrière-pays de Trujillo.
Légende SOURCES : Contescar 1964, 181.1. 1 sol = 0,18 F.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre TABLEAU 137. Ressources minérales de l’arrière-pays de Trujillo.
Légende SOURCES : Anuario de la industria minera, 1965, 148.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende PHOTO 60. La place d’armes de Trujillo, la cité blanche.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre TABLEAU 138. Population active urbaine de la province de Trujillo.
Légende SOURCES : D’après le VI. Censo Nacional de Populación, t. IV, cuadro 192.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre TABLEAU 139. Secteurs d’activité de la ville de Trujillo.
Légende SOURCES : D’après nos enquêtes auprès du S.E.R.H. de Trujillo (section locale du ministère du Travail).
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre TABLEAU 140. Le réseau urbain de Trujillo en 1961.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre TABLEAU 141. Attraction régionale vraie des villes sur leur arrière-pays agricole entre 1940 et 1961 dans le département de La Libertad. (En milliers d’habitants.)
Légende SOURCES : VI Censo de Población, 126, p. XVI, XVII, 54 et 55.1. L’accroissement naturel théorique 61,2 entre 1940 et 1961 est obtenu d’après le pourcentage d’accroissement national vrai 59,6 corrigé d’après le coefficient départemental de fécondité en l’absence de bilans de natalité et mortalité.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre TABLEAU 142. Chiclayo et son arrière-pays.
Légende 1. Sans la ville de Chiclayo.2. Sans l’oasis de Chiclayo et sa capitale.3. Département de Cajamarca sauf les provinces de Cajamarca, Bambamarca, Celendín et Jaén.4. Départements d’Amazonas et San Martin, sauf pour ce dernier, les provinces de San Martin et Huallaga et la province de Jaén de Cajamarca.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre TABLEAU 143. Principales productions agricoles de l’arrière-pays de Chiclayo.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre TABLEAU 144. Nombre d’entreprises commerciales et industrielles selon l’importance du capital investi48.
Légende Note 4949
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre TABLEAU 145 Population active urbaine de la province de Chiclayo.
Légende SOURCES : D’après le VI Censo Nacional de Población 1961, t. IV, cuadro n° 92, 131.1. Vivent dans les haciendas voisines.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre RESUME
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende PHOTO 61. Chiclayo, vue du Sud vers le Nord. Le centre ordonné autour de la place d’armes et les quartiers populaires au fond.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre TABLEAU 146. Extension des surfaces bâties de Chiclayo.
Légende SOURCES : Oficina de la Junta de la Vivienda de Chiclayo.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre TABLEAU 147. Le réseau urbain de Chiclayo en 1961.
Légende SOURCES : Enquêtes auprès des services du ministère du Travail de Chiclayo.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre TABLEAU 148. Evolution des dépôts et prêts dans le Nord.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende PHOTO 62. Chiclayo, la place d’armes, la cathédrale et les représentants des grosses sociétés commerciales de distribution.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre TABLEAU 149. Piura et son arrière-pays.
Légende 1. Sans la ville de Piura, San Lorenzo comprise.2. Sans l’oasis et la ville de Piura, plus le département de Tumbes.3. Ayabaca et Huancabamba, plus les districts montagnards de la province de Morropón : Châlaco, Mossa et Santo Domingo.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre TABLEAU 150. Principales productions agricoles de l’arrière-pays de Piura.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre TABLEAU 151. Ressources minérales de l’arrière-pays de Piura.
Légende Nota. — 1 sol = 0,18 F 1964.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende PHOTO 63. Piura. Une cité de 80 000 habitants aux confins du désert. Damier axé sur la route panaméricaine.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre TABLEAU 152. Population active urbaine de la province de Piura.
Légende SOURCES : VI Censo de población, 1961, t. IV, 131.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende PHOTO 64. La rade bien abritée de Buenaventura de Paita.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre TABLEAU 153. Développement en superficie de Piura.
Légende SOURCES : D’après les travaux de l’Ing. Dante Oyola, V. du Conseil de Piura (communiqués).
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre TABLEAU 154. Le réseau urbain de Piura.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre TABLEAU 155. Les bilans démographiques de Piura et de son arrière-pays entre 1940 et 1961. (En milliers d’habitants.)
Légende SOURCES : VI Censo de población, t. I, p. xvi, 13, 15, 34, 44, 54, 56, 62 et 67, 126.L’accroissement naturel est calculé à partir de l’accroissement national 59,6, corrigé par le facteur départemental de fécondité, soit : Piura, 68,4 ; Tumbes, 80,4.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre TABLEAU 156. Produit interne brut départemental et per capita dans le Nord en 1961.
Légende SOURCES : Boletín de Estadística 1964, 136, p. 344.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1312/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Institut français d’études andines, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter